[Île de Poni] Les clefs de la réussite, c'est le dur labeur.
Ana C. Gladio
Ana C. Gladio
Région d'origine : Alola
Âge : 15 ans
Niveau : 53
Jetons : 2187
Points d'Expériences : 1487
Coordinateur Performer
Sujet: [Île de Poni] Les clefs de la réussite, c'est le dur labeur.   Mar 2 Juil - 0:17


Et une année scolaire qui se termine.
Pas vraiment en beauté pour Ana, il faut se l'avouer. Elle pensait avoir une année pleine de succès, de cours, de mission. Non, c'est clairement un échec.

Samedi 15 juin. C'est les vacances. Où vont-ils se rendre cette année ? Partout et nul part à la fois, comme dirait le directeur de l'académie. En effet, c'est une croisière de rêve de plus de deux mois qui est offerte aux élèves et habitants de l'île. Tout le monde est fou de joie, oui. Tout le monde. Sauf Ana.

« JE VIS DANS UN BATEAU DEPUIS QUE JE SUIS NÉE. ET LA, EN GUISE DE VACANCES, ON VA DEVOIR PASSER DEUX MOIS ET DEMI... SUR UN BATEAU ? »

Elle attrape son oreiller et vient l'envoyer valser contre le mur. Louis la regarde, sans rien dire. Elle prend une grande inspiration pour tenter de se calmer.

« C'est rien. C'est. Pas. Grave. »

Elle s'assoit sur son lit, à côté de sa valise qui déborde de vêtement.

« Bon. Tant pis. Je ne ferais pas cette '' croisière ''. Je retourne directement à Alola. Papa et Maman ont besoin de moi au restaurant de toute façon. Je vais retrouver Noah et les autres habitants du village, ça va me faire du bien. Miguel nous rejoindra mi-juillet et Ezra en août. Et Miriam, j'en sais rien.. je suppose qu'elle va profiter de cette croisière donc on ne la verra pas.. »

Le Gouroutan s'approche de sa dresseuse et pose sa patte sur son épaule.

« Tu dois profiter de tes vacances pour t'aérer l'esprit et te détendre pour revenir plus forte que jamais en septembre. Je sais que tes parents ont besoin de toi au restaurant, mais je pourrais te remplacer, Brutalibré, Emolga, et les autres pourront aussi aider. Je pense que tu devrais te balader sur Alola pour.. je ne sais pas, rencontrer de nouvelle personne, visiter ta propre région. Je suis sûr que cela te ferait du bien. »

Ana le regarde avant de sourire légèrement. Elle se prend dans ses bras, il lui rend son étreinte. Elle ne sait pas ce qu'elle ferait sans lui, il est tellement important à ses yeux.

Elle embarque à 16 heures sur l'un des petits navires qui part en direction d'Alola pendant que 90 % des élèves de l'académie partent sur le bateau de croisière gigantesque. Elle dit une dernière fois au revoir à Miriam, Miguel et Ezra avant de monter à bord avec Poppo. Elle s'installe sur le pont, au mini-bar, et commande un jus de fruit.

Après quelques heures de traversée, le bateau accoste enfin à Alola, au port d'Ekaeka sur l'île de Mele-Mele. Là, elle retrouve son père qui l'attendait au port avec Noah. Elle leur fait signe avant de courir vers eux pour les prendre dans ses bras. Elle monte ensuite sur le petit bateau de pêche du père de Noah, qu'ils avaient emprunté par soucis pratique, direction l'île de Poni. Ils sillonnent l'Archipel à la vitesse de la lumière, les cheveux au vent. Ana reconnaît au loin le récif de  son île avec ses roches noires et ses cavernes avant d'atteindre le Village Flottant. Enfin de retour à la maison. Ana va saluer quelques personnes de son village avant de faire sortir tout ses pokémons : Gouroutan, Haydaim, Psykokwak, Plumeline, Météno, Bruyverne, Emolga, Pijako, Nirondelle, Coxy, Guériaigle, Natu, Démanta, les deux Cadoizos, Granivol, Brindibou et Brutalibré. Deux manque à l'appel : Séléroc, qui ne donne plus de nouvelle à Ana depuis déjà trois semaines, vivant sa vie d'humoriste et Cryptéro, qui s'est invité sur la croisière d'Adala, estimant qu'il a besoin de se ressourcer et de voir le monde. Les deux pokémon psy ont un peu abandonnés leur dresseuse, mais cela ne semble pas tant la déranger plus que ça.

Après toutes ces retrouvailles avec les habitants de l'île, elle prend ses affaires aider de son père et Noah pour se diriger chez elle où sa mère l'attendait. Elle rentre à l'intérieur du bateau, Sonya se jette dans les bras de sa fille, heureuse de la revoir.

« Oh, tu m'as tellement manqué, mon petit brindibou. Tu as grandis ! »

Ana lui fait un câlin en souriant.

« Je vais ranger mes affaires et je vais me reposer un peu. » dit-elle en partant en direction de sa chambre. « On se voit plus tard Nono. »

Elle disparaît derrière la porte avant de se jeter sur son lit à plat ventre. Elle tourne la tête pour regarder par la fenêtre: l'océan, à perte de vue. Elle soupire. Tous ses amis, ses professeurs, ses camarades, sont là-bas, très loin, sur les flots. Sur cet immense bateau de croisière. Deux mois sans les voir, ça lui fera du bien. Du moins, elle l'espère. Elle se redresse et se change, troquant son tee-shirt / short / basket contre une robe fluide, pieds nus. Puis elle commence à ranger ses affaires et à les trier. Cela lui fait du bien d'être de retour chez elle, dans sa propre chambre, dans son bateau, dans son village.

Après avoir tout rangé, elle ouvre la fenêtre et s'y glisse pour grimper sur l'échelle à l'arrière du bateau et accéder au toit-terrasse. Elle s'assoit sur la rambarde et observe le village déjà bien actif en ce milieu d'après-midi. Les pêcheurs proposent leur trouvailles, les marchants les accompagnent, les enfants profitent de leur première semaine de vacances, chacun a ses activités. Soudain, tout le village commence à trembler légèrement. Les enfants se redressent, tout le monde tourne la tête en direction de la prairie.

« Paulie ! » s'écrie une petite fille qui lâche son ballon pour s'élancer vers la doyenne de notre île.

Assise sur son Bourrinos, elle s'avance dans le village. Elle met pied à terre quand elle arrive au centre où se trouve le gigantesque arbre qui trône sur tout le village, offrant le plus d'ombre possible aux villageois. Elle salue tout le monde avant de se diriger vers le restaurant des parents d'Ana. La jeune fille sourit avant de sauter de la barrière et filer à la vitesse de la lumière dans sa chambre pour ressortir de l'autre côté et ainsi pouvoir accueillir son amie.

« V'là-t'y point qu'j'ai entendu dire de la fille Gladio était rentré. Comme j'tais dans l'coin, bah j'suis possé. »

Ana déboule dans la salle de réception du restaurant avant de sauter dans les bras de sa doyenne.

« Paulie ! Ça fait un bail ! »

L'étudiante a toujours eu du mal à se dire que Paulie est la doyenne de l'île de Poni, puisqu'elles n'ont que très peu d'écart d'âge. Mais malgré quelle soit jeune, elle prend son rôle très au sérieux et elle est très engagée. Elle est beaucoup respecté pour ça.

« Euh là, Nana ! Comment t'vas ? Heureuse de r'trouver ton chez-toué ? »

Ana hoche vivement la tête en souriant.

« Bien, bien. J'passais pour t'saluer. J'peux point rester, le d'voir m'appelle. Mais j'repasserais manger ici, hein. Tu viendras casser la graine avec moue. » dit-elle en donnant un coup d'épaule à la coordinatrice avant de repartir aussi rapidement qu'elle était venue.

Ana lui fait signe avant de se diriger vers les cuisines du restaurant. Elle attrape son tablier, met son jolie petit bandana avant de se tourner vers ses parents.

« Bon. Je suis prête. C'est parti pour deux mois de vacances comme je les aime ! »

Elle grimpe sur un meuble et passe sa tête par la fenêtre.

« Louis ! Tu viens nous aider ? Pas de repos pour les meilleurs ! »

Le Gouroutan se retourne vers elle et lui fait signe avant de dire au revoir aux enfants qui jouaient avec lui. C'est l'été, les touristes vont commencer à affluer en masse. Et donc, ils vont venir se rassasier au restaurant. Deux mois intenses extrêmement important pour les parents d'Ana, elle le sait très bien. Et elle ne se reposera pas sur ses lauriers, c'est clair. Pendant que ses camarades auront les doigts de pieds en éventails sur le point de cet immense paquebot, elle, elle travaillera dur. Parce que c'est ce qu'elle a toujours fait, et rien ne changera cela. Elle montrera qu'elle est plus forte et sa troisième année à la Pokémon Community sera son année. Ses parents lui répètent : les clefs de la réussite, c'est le dur labeur.

©BBDragon
[Île de Poni] Les clefs de la réussite, c'est le dur labeur.
Page 1 sur 1
Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers:  
Outils de modération :