En rouge et blanc [PV Ilea]
Raphael Sidhe
Raphael Sidhe
Région d'origine : Unys
Âge : 49
Niveau : 0
Jetons : 200
Points d'Expériences : 26
Nouveau Membre
Sujet: En rouge et blanc [PV Ilea]   Mar 17 Sep - 18:26
Ce matin, je me suis dit que ce serait une bonne idée de faire un brin de ménage dans l’appart’...Ouais, j’ai des idées à la con, on ne juge pas.J’aurais juste pu me prendre un café, ajuster ma cravate, passer lire les nouvelles du jour et me barrer : mais non, il a fallu que je me fasse la remarque et que je décide de ranger un peu.
Le salon, ça passait encore , à part le monticule de paquet de chips et de pickles près du canapé. Le hall, ma seule tentative pour demander de l’aide à Mia, s’est soldée par un vol plané façon high-kick de cette foutue boule de poils, en direction de mon estomac.

‘’CHIIIIIIIIIIIN !’’

*bunk*

….Ok, plutôt vol pané vu l’arrivée. Le temps de la choper par le col pour la balancer nonchalamment sur le côté et on repart. La cuisine, vu qu’Enzo y fout pas les pieds pour autre chose qu’un soda, ça ne prendra pas trop de temps. Et maintenant, il ne reste plus que les placards…

‘’PUTAIN ENZO, JE VAIS TE LES FAIRE BOUFFER, TES FRINGUES !’’

Une avalanche. C’est le seul mot qui me vient lorsqu’une pile de vêtements malodorants jaillit littéralement du placard en hurlant ‘’LIBERTAD’’, pour venir s’étaler tout autour de Greta et votre serviteur, engloutissant la Farfaduvet sous un pull froissé au passage.. Tout en dégageant un T-shirt immonde...Attends, c’est devenu légal des couleurs pareilles ? Bref, je disais donc qu’en écartant cette chose de ma figure, je rejoins la sortie de l'appartement, le plus vite possible, traverse le couloir et commence tambouriner à une porte bien spécifique. Puisque je ne peux pas lui hurler dessus directement dans l’appartement, ça ne me dérange absolument pas de le faire chez sa copine ! J’aimerais dire que ça pourrait lui causer un électrochoc, mais pour ça, faudrait déjà qu’il y ai deux neurones à connecter ensemble !

‘’Enzo, ouvre cette porte, faut qu’on cause ! Et si t’es à poil..Et puis merde, j’en ai rien à faire, ramènes-toi comme ça!’’

Tout en maugréant, Greta est venu planer à mes côtés, tout en tapotant sa canne sur la paume de sa patte. Désolé ma vieille, prends un ticket et fais la queue comme tout le monde. Dès que ce battant s’ouvrira, il va m’ent…Ah, pas prévu l’apparition de la rouquine dans l’encadrement de la porte. Un rapide coup d’oeil au nom écrit sur la sonnette, histoire de rattraper le coup.

‘’...Bonjour mademoiselle...Alezar. Vous n’auriez pas vu une sorte de loque humaine ? Il est à peu près grand comme ça et  il se trimballe probablement en caleçon. ‘’

J’ai jamais été doué pour les portraits-robots, mais je trouve que ça résume bien la chose, vous ne croyez pas ? Je ne me suis quand même pas trompé d'appart, ce serait vraiment stupide...Mais non, j'en suis sûr que c'est ici qu'habite cette ''Caroline''.
À moins qu'Enzo ne fréquente plusieurs nanas avec ce nom. Mais non, il ne pourrait pas être aussi atteint, rassurez-moi ?
Ilea Alezar
Ilea Alezar
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 23 ans
Niveau : 27
Jetons : 1465
Points d'Expériences : 841
Adulte Éducatrice Expérimentée
Sujet: Re: En rouge et blanc [PV Ilea]   Mar 17 Sep - 19:16



En rouge et blanc
Voilà bien longtemps qu’Ilea n’avait pas pu se poser tranquillement dans son chez elle sans penser à rien. Juste cet appartement tranquille, un peu de douceur, les rayons du soleil traversant la fenêtre principale pour éclairer la petite cuisine et la douce odeur de chocolat flottant dans la pièce, s’échappant légèrement par la fenêtre entrouverte. La rousse est tranquillement en train de faire la vaisselle après quelques heures passées en cuisine. En théorie elle devrait être à l’académie mais après les vacances d’été, Monsieur Snow lui a accordé quelques jours de congés en plus par ci par là pour se reposer après ses vacances qui n’en étaient pas vraiment. Même si la rousse ne considère pas avoir réellement souffert de son métier pendant l’été, des jours de repos en plus de peuvent pas vraiment se reposer.

Ilea a grand besoin de souffler.

Faire des gâteaux un peu plus sophistiqué qu’un simple gâteau au chocolat lui avait manqués. Passionnée de pâtisserie, renfiler le tablier pour plusieurs heures de préparation lui a procuré un bien fou. Rien que de s’imaginer ce soir autour d’un thé ou d’un café avec Caroline après le repas en train de discuter de tout et rien savourant ce délicieux désert, la jeune femme a déjà le sourire aux lèvres. Le quotidien à l’académie est une chose à laquelle Ilea trouve beaucoup de plaisir. Mais ces moments plus intimistes au cœur d’un foyer auquel elle a l’impression d’appartenir ont une valeur un peu différente, plus singulière, plus réconfortante.

L’éducatrice est en train d’essuyer le dernier saladier quand quelqu’un se met à frapper avec vigueur à la porte. Les portes sont assez bien isolées donc la jeune femme ne parvient pas à distinguer tout ce qui est dit derrière cette porte mais en tout cas son locuteur a l’air remonté. L’odeur du chocolat dérange-t-elle à ce point ses voisins ? Sur la défensive, la rousse retire son sablier et fait signe à Edelyne de ne pas se tenir trop loin au cas où. Ilea ouvre alors la porte, tombant face à un homme d’un âge mur, visiblement bien embêté de faire face à elle plutôt qu’à un autre. La rousse fait discrètement signe à sa Phyllali ne se détendre, comprenant que l’être en face d’elle ne représente pas une menace pour elle. En fait il cherche quelqu’un qui n’est pas elle. Même si la description faite par l’inconnu est extrêmement vague et peu flatteuse, la demoiselle s’en veut presque d’voir immédiatement pensé à une personne. Sa première impression se confirme quand elle se rappelle de sa dernière conversation avec Caroline. Il a un nouveau colocataire.

Vous parlez d’Enzo ? Si c’est lui que vous cherchez il n’est pas là. Caroline m’a parlé du fait qu’Enzo allait avoir un coloc. C’est donc vu l’heureux élu ? Qu’a-t-il fait encore pour que vous vous mettiez dans cet état à peine arrivé ?

La jeune femme réalise qu’elle en dit peut-être un peu trop et se ravise. Son nom nouveau colocataire n’a pas besoin de savoir ce qu’elle pense personnellement de lui ni leur passé commun. Ça les regarde eux seuls, Caroline indirectement, mais cela reste malgré tout une histoire privée. Réalisant toutefois le ridicule de la situation, la rousse se décale de la porte et l’invite à entrer.

Ne restez pas là entrez ! Quitte à avoir fait le déplacement, autant que nous fassions connaissance autour d’un café, ou d’un thé comme vous préférez. Après tout nous sommes voisins maintenant, et aussi les deux colocataires de Caroline et Enzo qui sont en couple, ça nous fait déjà un point commun.

Rapidement, la jeune femme referme la porte derrière le grand homme et l’invite à prendre place sur la table du salon pendant qu’elle prépare ce qui pourrait s’apparenter à un gouter, version adulte. Après avoir servi à son invité une tasse de café et s’être préparée un thé, elle sort du four le gâteau du frigo avant de le poser sur la table accompagné de deux petites assiettes à désert.

C’est un Opéra fait maison. Je ne sais pas si vous connaissez ce désert, cela fait longtemps que je n’en avais pas fait mais réussi c’est un délice. J’espère que vous apprécierez. Et ne vous privez pas, je fais toujours deux gâteaux, surtout ce au chocolat. Caroline en raffole.

Ilea découpe doucement deux parts avant de servir son invité ainsi qu’elle-même. Tout en remuant son thé, elle engage la conversation.

Je ne me suis pas présentée dans les formes. Je m’appelle Ilea Alezar, enchantée de faire votre connaissance. Et vous êtes ? Caroline ne m’a pas précisé votre nom en m’apprenant votre récent aménagement.

La rousse continue de sourire face à cette visite imprévue. Mais étrangement, elle a l’impression d‘avoir déjà vu cet homme quelque part, il y a longtemps.


©️BBDragon

_________________

Alezar Ilea
L'échec n'est qu'une opportunité de recommencer plus intelligemment ~
Raphael Sidhe
Raphael Sidhe
Région d'origine : Unys
Âge : 49
Niveau : 0
Jetons : 200
Points d'Expériences : 26
Nouveau Membre
Sujet: Re: En rouge et blanc [PV Ilea]   Mer 18 Sep - 14:55
‘’Vous parlez d’Enzo ? Si c’est lui que vous cherchez il n’est pas là. Caroline m’a parlé du fait qu’Enzo allait avoir un coloc. C’est donc vu l’heureux élu ? Qu’a-t-il fait encore pour que vous vous mettiez dans cet état à peine arrivé ?’’

‘’Grmmmlb...rangement….grmlb...pas vos problèmes, après tout.’’

Quoi, je suis censé dire autre chose ? Je viens tout juste d’essayer d’enfoncer sa porte, je ne vais pas en plus déverser le reste de mon envie d’étrangler Enzo sur elle, quand même. Une attitude que partage Greta, puisque la Farfaduvet plane rapidement à hauteur de regard pour venir examiner la nouvelle-venu à son tour.
Celle-ci nous invite à pénétrer dans l’appartement. Ce dernier s’avère même plutôt douillet et à mille lieux du bordel ambiant que peut devenir mon propre logement après quelques jours sans intervention directe

‘’Ne restez pas là entrez ! Quitte à avoir fait le déplacement, autant que nous fassions connaissance autour d’un café, ou d’un thé comme vous préférez. Après tout nous sommes voisins maintenant, et aussi les deux colocataires de Caroline et Enzo qui sont en couple, ça nous fait déjà un point commun.’’

‘’Quelques minutes, seulement. On m’attend...en ville.’’


La prochaine fois, il faudra que je prévois une excuse plus détaillée.  Une fois installé et servi, je préfère garder le silence, le temps qu’elle s’affaire dans toute la cuisine pour récupérer de quoi nous sustenter. De son côté, Greta a déjà fait un tour des lieux et lâche un cri de ravissement face à l’apparition de l’Opéra chocolatée, préparée par la jeune Alezar. Le sucre restera décidément une faiblesse majeure, chez elle…
Les parts distribuées, je reprends une gorgée de café, ma cuillère dans l’autre main...qui ne rencontrera que le vide, lorsque mon assiette se retrouve vidée après un seule passage de Greta. Avec un soupir, je suppose qu’il ne me reste plus qu’à apprécier la saveur amère dans ma tasse. Pas grave, ça m'évitera de prendre du poids, dirons-nous.

‘’Je ne me suis pas présentée dans les formes. Je m’appelle Ilea Alezar, enchantée de faire votre connaissance. Et vous êtes ? Caroline ne m’a pas précisé votre nom en m’apprenant votre récent aménagement.’’

Petit temps d’arrêt. Celui qu’il me faudra pour hésiter, avant de me jeter à l’eau. Si je commence déjà à douter, ça ne valait pas vraiment la peine de quitter Unys, après tout.

‘’Raphaël Sidhe. C'est aussi ma faute, j’aurais peut-être dû venir me présenter plus tôt. Avec une jeune femme aussi charmante et qui fait un aussi bon café, c’est impardonnable de ma part.’’

Mais pourquoi j’ai dit ça ? Au moins, elle n’a pas l’air de s’en formaliser et sourit même.
RAH, ÇA Y EST !
Elle a le même air que Gabrielle, c’est ça qui m’a fait tiquer en rentrant ! L’air serein accompagné d’une grande douceur, le genre de personnes qui vous rassure  juste par leur présence. La seule réelle différence entre cette petite et cette bonne vieille Gabrielle, c’est la couleur de leurs cheveux. Plutôt flamboyant chez Ilea, ça doit expliquer que j’ai mis autant de temps à réagir.

‘’J’ai déjà entraperçu Caroline lorsqu’elle est passée récupérer l’autre andouille...pardon, Enzo. Mais elle ne m’avait pas dit qu’elle était en colocation pour sa part. Vous vous connaissez depuis longtemps toutes les deux ? ‘’

Une nouvelle gorgée de café. Même si j’ai l’âge d'être son père, il y a quelque chose d’autre chez elle,  qui me titille….Mais quoi ?

*********************
16 Avril 2004, quelque part à 350km/h, entre Safrania et Doublonville.

‘’PAYBACK, T’ES VRAIMENT UN SALE CON !’’


''C'EST TOI QUI DIT ÇA? NON MAIS C'EST L'HOPITAL QUI SE FOUT DE LA CHARITÉ !''


‘’C’PAS LE MOMENT, VOUS DEUX ! CRUNCH, POUSSE LA  BARRE, ON DOIT SE TIRER DE LÀ !’’

Le métal refuse de bouger. Et le wagon, lancé à  pleine vitesse, ne pourra pas se séparer à temps pour éviter la collision. Un bruit de métal froissé, de grincement insoutenable et nous cinq, projetés en tous sens. Et puis, le trou noir.

Un flash

Si c’est ça qu’on voit pour la première fois quand on est mort, c’est extrêmement décevant : illuminé par plusieurs néons, le plafond ciselé m’éblouit presque, lorsque j’essaye de papillonner des yeux. Ma seule tentative pour me lever se soldera par un échec. Déjà que je sens à peine mes jambes, la paire de menottes qui me fixe au lit n’arrange pas vraiment ma situation. Dans certaines circonstances, je me suis déjà retrouvé attaché à un lit, mais c’était loin d'être involontaire...Et merde, ça me revient.
Le Train magnétique. Le plan. L’initiative de Mike et le désastre. Pas besoin d’être un génie pour additionner les faits : je suis encore en vie, j’ai un mal de crâne pas possible, je me retrouve dans un hôpital et je suis menotté...À tous les coups, ça semble assez mal parti.
La chambre est plutôt simple avec son unique fenêtre paré de rideaux en dentelle et la petite série de fauteuils pour les visiteurs et n’accueille pour le moment pas d’autre résident que votre serviteur. Si j’arrive à stopper les vertiges, je pourrais peut-être tenter quelque chose avec mes entraves mais pour le moment, la seule chose qui me ferait vraiment plaisir...C’est un café. Coup de bol, la porte commence à s’ouvrir doucement, je vais pouvoir tenter mon sourire le plus ravageur sur l’infirmière, en espérant qu’elle soit jolie.
Ilea Alezar
Ilea Alezar
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 23 ans
Niveau : 27
Jetons : 1465
Points d'Expériences : 841
Adulte Éducatrice Expérimentée
Sujet: Re: En rouge et blanc [PV Ilea]   Mer 18 Sep - 18:23



En rouge et blanc
Servir le café était relativement anodin comme acte mais avait un côté réconfortant, apaisant. La banalité apaise la rousse, le calme aussi. Et surtout la perspective d’une discussion normale avec un autre adulte avait de quoi lui annoncer une après-midi intéressante. Ilea est baignée au quotidien avec des jeunes, mais parfois des discussions plus sérieuses, moins professionnels si on peut le dire aussi, ça lui fait du bien. Même si l’homme n’a pas l’air très partant au départ pour rester, le sourire de la jeune femme semble le faire changer d’avis et lui laisser l’occasion de s’installer en attendant le retour de la rousse.

Celle-ci ne peut d’ailleurs contenir un petit ricanement quand elle réalise que sa Farfaduvet a mangé toute la part du gâteau avant même que son dresseur n’est le temps d’y toucher. Amusée, Ilea lui fait signe qu’il peut se resservir autant qu’il souhaite avant de reprendre la conversation. Les présentations faites, elle l’écoute lui annoncer son prénom. Une identité qui continue de renforcer cette impression de déjà-vu. Drôle de sentiment qui ne semble pas la quitter au fur et à mesure que les minutes passent en sa compagnie.

Ne vous inquiétez pas vous aviez surement mieux à faire, vous venez à peine d’emménager. Et connaissant Enzo il n’est pas forcément d’une grande aide, à part pour mettre un peu plus le bazar peut être ahah.

En vérité, la rousse n’a aucune idée de comment se comporte le bleu dans son appartement. La faute au fait qu’il passe presque plus de temps dans le leur que dans le sien. Heureusement Caroline essaie de s’arranger pour qu’il soit là pendant que l’éducatrice travaille, pour qu’ils n’aient pas trop à se croiser. Même si les découvertes fracassantes au nouvel an concernant les histoires qui unissent les trois jeunes adultes n’ont pas dégradé les relations entre elle et Caroline, la rousse ne peut pour autant pas se résoudre à les regarder sous son nez s’embrasser voir plus les connaissant. Le retour d’Enzo a réouvert profondément la blessure de son cœur, pour l’instant impossible à cicatriser.

On se connait depuis un peu plus d’un an. Notre colocation s’est faite un peu par hasard mais je ne regrette pas du tout. Je la considère comme ma meilleure amie maintenant, nous sommes très proches.

Mais les pensées de Raphael ne semblaient plus focalisées sur elle mais sur autre chose, un ailleurs qu’Ilea a l’impression d’entrapercevoir à son tour.

***

17 avril 2004, quelque part dans les couloirs de l’hôpital d’Unionpollis.

La petite fille venait tout juste de réussir à échapper à la surveillance de sa mère, trop concentrée dans une de ces énièmes réunions de préparation préopératoire. Pour Ilea, cet endroit c’est comme sa seconde maison. L’hôpital central de la région de Sinnoh, dirigé par ses parents, est comme une cage en verre qu’elle ne peut quitter après l’école. Comme si rester ici allait l’imprégner d’un avenir déjà tout tracer selon l’ensemble de ses parents. Dommage que la fillette n’en ait clairement aucune envie.

L’enfant déambule entre le personnel, cherchant l’endroit parfait pour se planquer sans ses parents ou sa sœur sur le dos. Il y a cette chambre au premier étage, assez près de l’entrée de l’hôpital, qui est un peu toujours vide. La rouquine n’avait qu’à s’y faufiler et la tranquillité lui tendrait alors les bras pour plusieurs heures. Une fois arrivée à destination, petite Ilea se hisse sur la pointe des pieds et ouvre la porte juste avant de la refermer aussi rapidement. Seulement, elle ne s’attendait pas à ce qu’un grand monsieur soit déjà là, allongé sur le lit et relié par la machine centrale à sa gauche.

AHHHH il y a quelqu’un !

La petite se met immédiatement les mains devant la bouche, réalisant qu’elle a parlé un peu trop fort. L’enfant analyse la situation, réflexe calqué sur ses parents, et réalise que le monsieur parait fatigué. Surement les médicaments. Et aussi qu’il a un gros pensement à la tête. Le voyant la dévisager avec ses yeux, Ilea n’y voit pourtant aucun danger. Seulement un gros nounours blessé. Sans lui demander son avis, la gamine grimpe sur le lit mais reste tout au bout, au niveau des pieds du patient avant de s’exprimer.

Normalement cette chambre est vide parce qu’elle est proche de l’entrée ? Pourquoi tu es là ? Tu t’es tapé trop fort la tête ? dit-elle en pointant le bandage sur la tête du monsieur, tout en réalisant la menotte qui le tient à la barrière du lit. Pourquoi t’es attaché au lit ? Tu veux t’enfuir alors que t’es blessé ? Les fous c’est pas ici normalement c’est au troisième étage.


©️BBDragon

_________________

Alezar Ilea
L'échec n'est qu'une opportunité de recommencer plus intelligemment ~
Raphael Sidhe
Raphael Sidhe
Région d'origine : Unys
Âge : 49
Niveau : 0
Jetons : 200
Points d'Expériences : 26
Nouveau Membre
Sujet: Re: En rouge et blanc [PV Ilea]   Mer 18 Sep - 22:03
‘’AHHHH il y a quelqu’un !’’

Une gamine. Putain, il fallait que ça soit une gamine. Je sais pas qui les flics ont mis à la porte pour garder la chambre, mais faut le foutre à la porte direct.
Malgré mes yeux encore un peu troubles, difficile de la rater avec sa bouille en panique et ses cheveux rouges vifs. Moi qui pensais que l’iroquoise de Mike était trop voyante, je suis servi.

‘’Normalement cette chambre est vide parce qu’elle est proche de l’entrée ? Pourquoi tu es là ? Tu t’es tapé trop fort la tête ? dit-elle en pointant le bandage sur la tête du monsieur, tout en réalisant la menotte qui le tient à la barrière du lit. Pourquoi t’es attaché au lit ? Tu veux t’enfuir alors que t’es blessé ? Les fous c’est pas ici normalement c’est au troisième étage. ‘’

‘’Alors dans l’ordre...Pour faire parler les Loupiottes comme toi. Ouais c’est ça, je me suis cogné contre un coin de meuble. Parce que sinon, je pourrais en tomber. Même pas, je veux juste rendre visite à un ami. T’as l’air d’en savoir des choses, tu te serais pas échappé du troisième, toi aussi ?’’

D’autres questions ?
Au moins, elle s’est calmé même si je sens son poids sur une de mes jambes. Allez Raph’, essaye au moins de sourire, même si ça tire sur le côté de la tête. C’est peut-être une bonne occasion de...je sais pas quoi. Me sortir de cette galère, ça me parait vachement compris.
L’énormité de tout ça est en train de monter en flèche et lorsque je ne parviens plus à la retenir, je fais donc  la seule censée qui me vienne...J’explose de rire.

‘’Ah ah ah ahahahahah. Ah putain, ça fait du bien...Répète pas ça, ta maman apprécierait sûrement pas. Je m'appelle Raphael. Et toi alors, petite Loupiotte ? Qu’est-ce que tu viens faire ici ? Tes parents t’ont amenés pour te faire soigner et tu t’es perdue ? J’crois qu’il y a un bouton près du lit, si tu veux appeler une infirmière.
Je t’aiderai bien mais...’’

Un simple mouvement du bras et le cliquetis de mes menottes suffit pour appuyer l’évidence. Désolé de pas pouvoir me lever pour te servir un truc à boire...Tiens d’ailleurs en parlant de ça.

‘’Sinon, même si je dis pas non à un peu de compagnie….T’aimerais jouer à un jeu ? Si t'y arrives, on sera super potes, promis. Tu vas voir c’est pas difficile. Doit bien y’avoir du papier et un stylo pas loin, tu pourrais me ramener ça ? J’voudrais écrire un truc à un copain qui doit être dans une autre chambre.’’

Et la voilà partie. Au pas de course même, puisqu’elle revient à toute vitesse, brandissant fièrement un post it et un stylo qu’elle parvient à glisser entre les doigts de ma main gauche. J’suis obligé de m’y reprendre à trois fois pour le plier d’une seule main, mais au moins, ça fera l’affaire.

‘’Alors, je ne sais pas trop où il est mais c’est un type super grand qui ressemble un peu à un Ursaring. Il doit avoir des cheveux colorés en vert et en pointe sur la tête et il parle super fort. Si t’arrives à le trouver, tu peux lui donner ça en disant que c’est de la part de ‘’Raph’’ ? Et ensuite, tu reviens pour gagner le jeu, c’est super simple !
Ah et...interdiction de lire ce que j’ai écrit, sinon la partie est perdue.’’


En un éclair, la petite frimousse à quitté les lieux en serrant mon mot entre ses mains. Je me recale contre mon oreiller avec un sourire satisfait : j’aurais peut-être pas dû être aussi violent envers la mère de MIke, mais ce crétin l’a mérité et faut qu’il soit au courant !
Ilea Alezar
Ilea Alezar
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 23 ans
Niveau : 27
Jetons : 1465
Points d'Expériences : 841
Adulte Éducatrice Expérimentée
Sujet: Re: En rouge et blanc [PV Ilea]   Jeu 19 Sep - 21:45



En rouge et blanc
Petite Ilea n’avait clairement aucune gêne à s’assoir sur les jambes du blessé pour lui parler. Le regard planté dans le sien, elle lui parle tout en l’observant, lui et son environnement. Après tout cela fait partie de sa formation pour devenir médecin. Tout voir, tout analyser, tout comprendre. Et l’enfant comprend plein de choses la tout de suite. Des tonnes d’idées lui viennent, des tonnes de scénario sont possible et la jeune fille a bien du mal à mettre de l’ordre dans sa tête, surtout quand le monsieur se met à répondre à côté à ses questions. Petite Ilea ne détourne pas le regard, pire elle l’intensifie et continue de le fixer de ses yeux vert émeraude. Car elle a au moins compris une chose.

Ce Raphael la prend pour une débile. Et Ilea n’aime pas ça du tout. A la maison tout le monde la prend déjà pour une débile, parce qu’elle est un peu moins douée que sa sœur aînée au même âge. Alors qu’un inconnu la prenne pour plus bête que ce qu’elle est, ça l’énerve. Mais la rouquine n’hausse pas le ton. Ça ne se fait pas dans un hôpital. Alors elle répond calmement.

Tu sais j’ai pas 4 ans. J’en ai 8, presque 9. Je suis pas débile. Tu me racontes n’importe quoi. Il y a des barrières à ton lit, tu ne peux pas tomber. Tu es attaché parce que tu as fait quelque chose de pas bien. Il y a des policiers dans le couloir. En fait c’est toi qu’ils attendent. Et puis on ne peut pas se faire aussi mal juste en tombant.

L’enfant se redresse et s’avance encore plus près du dénommé Raphael, jusqu’à poser ses mains tout doucement sur le bandage à sa tête, l’obligeant à incliner légèrement la tête pour l’observer sous toutes ses coutures. Après un bref hochement de tête, petite Ilea s’assoit cette fois-ci directement sur les jambes du brigand pour s’exprimer.

Je suis pas malade. Je m’appelle Ilea. Je suis la fille des propriétaires de cet hôpital. Ton bandage à la tête, cette façon de le croiser, c’est la signature de Pina. Pina c’est ma mère, mais elle n’aime pas que je l’appelle maman comme les autres enfants. Alors je l’appelle par son prénom. Comme Gabriel. C’est presque sûr que c’est elle qui t’a opéré. Et c’est sûr qu’elle aimerait pas me voir là. Mais je m’en fiche. Je ne l’aime pas de toute façon. Elle opère super bien, mais c’est pas une gentille maman.

La petite fille recule un peu du lit pour revenir au bout, sur les pieds du blessé. Les présentations faites, se lancent alors un jeu de regard entre les deux, jusqu’à ce que Raphael finisse par en rire, avant de lui demander un service. Il présente ça comme un jeu mais à nouveau Ilea n’est pas idiote. Elle va rapidement piquer un papier et un stylo à une infirmière dans le couloir avant de retourner discrètement à l’intérieur. Elle les tend au brigand et attend qu’il écrive. Maintenant, elle doit trouver un autre patient, un ami à lieu. Et elle n’a pas le droit de lire le papier. La rouquine est bien tentée mais ne dit rien et s’échappe de la chambre une fois de plus. Il n’est pas difficile de retrouver cet ami de Raph. Il n’y a que trois chambres surveillées par des policiers. A partir de là, une fois l’homme aux cheveux verts repéré, elle n’a eu plus qu’à utiliser ces connaissances chez les infirmières pour entrer sous le regard des policiers. Sous les yeux de l’infirmière, elle glisse entre les doigts du grand monsieur le papier avant de poser son doigt sur ses lèvres pour lui indiquer de ne rien dire. Et la rouquine disparait à nouveau, regagnant la chambre de Raph, toujours aussi peu surveillé par rapport aux deux autres. Il doit y avoir un trou dans leur ronde.

L’enfant n’attend pas l’autorisation de l’adulte pour reprendre sa place sur le lit. Elle reprend son jeu de regard, observant les signes. Même si la rousse ne veut pas devenir médecin, elle le sait pertinemment, elle souhaite pour autant montrer à sa famille que ce n’est pas une incompétente, qu’elle peut comprendre aussi bien qu’eux, voire mieux.

J’ai donné le papier à ton ami. Mais je n’ai pas pu lui parler, il y avait une infirmière à l’intérieur. Il a l’air blessé fort, comme toi. On voit sur ta tête que tu as mal. Il te donne pas assez de médicament. Ils le font exprès peut être. Pour te punir d’avoir fait quelque chose de mal. Tes copains aussi ont fait quelque chose de mal, sinon il y aurait pas deux policiers pour surveiller. Alors t’es un méchant ?



©️BBDragon

_________________

Alezar Ilea
L'échec n'est qu'une opportunité de recommencer plus intelligemment ~
Raphael Sidhe
Raphael Sidhe
Région d'origine : Unys
Âge : 49
Niveau : 0
Jetons : 200
Points d'Expériences : 26
Nouveau Membre
Sujet: Re: En rouge et blanc [PV Ilea]   Sam 12 Oct - 19:37
.‘’J’ai donné le papier à ton ami. Mais je n’ai pas pu lui parler, il y avait une infirmière à l’intérieur. Il a l’air blessé fort, comme toi. On voit sur ta tête que tu as mal. Il te donne pas assez de médicament. Ils le font exprès peut être. Pour te punir d’avoir fait quelque chose de mal. Tes copains aussi ont fait quelque chose de mal, sinon il y aurait pas deux policiers pour surveiller. Alors t’es un méchant ?’’

Alors...Cinq, quatre, trois, deux, un...Malgré la douleur qui m’étreint la taille au moindre mouvement, je laisse échapper un bref éclat de rire, lorsque la voix de taureau de Mike traverse tout l'hôpital pour me confirmer qu’il a reçu mon message. J’en ai les larmes aux yeux, mais je ne sais pas si c’est ma blessure ou la satisfaction, tiens !

''Parfait. Elle était jolie ? L'infirmière, pas mon pote, lui, je pense que j'ai une vague idée de ce à quoi il ressemble, ça a pas dû l'arranger. Tu m'étonnes, on doit pas offrir un beau spectacle, après tout ça. Un peu, je t'avoue mais...Ah, sont pas fair-play, tant pis pour moi. Seulement deux policiers ? Je me sentirais presque vexé, tiens.
Et pour ta question...''


Bon, qu’est-ce que je lui réponds à la Loupiotte qui me fixe de ses grands yeux, moi ? Elle a l’air plus fut-fut que la moyenne, un peu comme Memento. Décidément, j’ai pas de chance avec les gamines.

‘’Ouais. Ouais, on pourrait dire ça. Un voleur, un filou, un malfaiteur, tu peux utiliser le mot que tu veux, petite Loupiotte….Eh me regarde pas comme ça, c’pas pour me moquer de toi ! Ok..Ilea, c’est ça ?’’

La frimousse se plisse. Pas d’erreur, ça m’évitera une scène de plus.

‘’On a fait pas mal de choses, mes collègues et moi. Et comme le dernier a très mal tourné autant pour nous que pour d’autres gens, on va probablement devoir assumer nos actes.
C’est un peu la règle du jeu, tu vois ?’’


Tant pis pour moi, j’ai envie de dire. On savait tous dans quoi on s’embarquait : ça ne rend la situation actuelle que plus frustrante, vu la tournure des événements.
Ça me frustre même tellement que le grincement des menottes qui peinent sous la tension que j’exerce en me tendant, me ramène rapidement à notre conversation.

‘’Si je peux te donner un conseil, évites tout ce qui ferait de toi la ‘’méchante’’, petite. Comme tu vois, ça finit assez mal pour ceux qui s’y essayent, même si on a l’impression d’être les rois du monde pendant un temps. Après je dis ça, tes parents tiennent un hopital, t'as dit ?  Y’a quelque chose que tu veux faire quand tu seras plus grande ? Ça me donnera peut-être des idées pour après la prison, qui sait...’’

Si j’en sors un jour...
Ilea Alezar
Ilea Alezar
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 23 ans
Niveau : 27
Jetons : 1465
Points d'Expériences : 841
Adulte Éducatrice Expérimentée
Sujet: Re: En rouge et blanc [PV Ilea]   Sam 19 Oct - 13:41



En rouge et blanc
Ilea continuait de fixer du regard l’homme blessé juste en face d’elle. Sans attendre son autorisation, la petite fille a repris sa place sur ses jambes, l’obligeant d’une certaine façon à lui faire la conversation. La rouquine sursaute d’ailleurs en entendant une voix très forte dans le couloir de l’hôpital hurler à qui veut bien l’entendre. Raphael se met de suite à rire, tellement que des petites larmes se mettent à perler aux coins de ses yeux. Sans craindre quoi que ce soit, la jeune fille approche son doigt jusqu’au coin de l’œil droit du monsieur allongé pour attraper cette petite goutte infime et précieuse. Presque en louchant, petite Ilea se met à fixer cette goutte, cette larme qui veut tant dire, avant de la laisser s’échapper. Puis elle reporte son attention sur le blessé, pour répondre à sa question.

C’était Mirtha dans la pièce. Oui elle est jolie. Toutes les infirmières de l’hôpital sont jolies. Certains disent que Gabriel ne les choisit que pour ça. Mais ce n’est pas vrai. Toutes les infirmières sont très douées, elles ne sont pas que jolies.

En vérité le sous-entendu n’était pas là. Personne ne remettait en cause le talent de ces charmantes jeunes femmes, mais plutôt la faculté du propriétaire des lieux à ne choisir que des infirmières compétentes au physique plutôt avantageux. Une autre rumeur, plus sordide encore, traine dans les couloirs de l’hôpital. Gabriel ne serait pas très fidèle à sa femme, Pina. Pire, certains disent qu’il aurait mis en infirmière enceinte. Heureusement, cette rumeur n’est jamais arrivée jusqu’aux oreilles de sa fille légitime. Le blessé finit par répondre à la question de l’enfant, répondant toujours aussi calmement.

D’accord. Tu es un voleur. J’ai compris. Qu’est-ce que tu as essayé de voler pour te blesser ? Une bombe ?

La jeune fille n’est pas sûre de tout comprendre, pour autant elle écoute avec une certaine attention ce que lui explique en version simplifié l’homme allongé sur le lit. Ils ont joué, ils se sont crus forts, mais ils ont perdu, et pas qu’un peu. En tout cas c’est ce qu’en a retenu petite Ilea qui ne change pas sa façon de le regarder. Comme un personnage tout droit sorti d’une histoire d’un autre monde auquel ses parents lui auraient refusé tout accès. Un univers que la rouquine ne connait pas, mais qu’elle ne demande qu’à découvrir, sans être sûr pour autant d’en saisir toutes les subtilités.

Pina a surement refusé qu’il y ait plus de policiers. Elle n’aime pas que des intrus autre que les médecins et infirmières trainent dans les couloirs. Même la famille des malades n’a pas toujours le droit de rester ici. Mais pour moi elle fait exception. Ou en tout cas elle fait semblant de ne pas me voir. Elle me dit que ce n’est que comme ça que je vais m’imprégner de mon futur métier. Du coup tu vas aller en prison. Pendant combien de temps ? Une semaine ? Un mois ? Un an ?


Si seulement la jeune fille pouvait imaginer que la peine qu’encourait Raphael n’allait pas se compter en mois mais en très longues années, elle aurait peut-être évité de poser la question. Mais sans savoir, la rouquine ne peut que mettre les pieds dans le plat. Pourtant, elle s’étonne à ce que le voleur s’intéresse à ce qu’elle veut faire elle. La plupart pense directement à la médecine, vue sa lignée, mais peu de gens s’intéresse à ses réelles passions, ce qu’elle voudrait faire plus tard comment on le demande si souvent aux enfants.

Gabriel, Pina et Wacila, c’est ma sœur, disent que je vais devenir médecin, comme eux et comme tout le monde dans ma famille. Ils disent que je suis en âge de choisir une spécialité et que je n’ai qu’à regarder les médecins autour de moi pour décider. Ma sœur veut devenir cardiologue. Elle aime le cœur humain. Mais moi je n’aime rien. Je n’aime pas ça la médecine. Moi j’aime parler, me faire des amis, rigoler et apprendre à connaitre des personnages. Tu sais à l’école, je me suis fait un nouvel ami. Il s’appelle Noé. Il est un peu différent, alors les autres se moquent de lui. Mais moi je l’aime bien, en plus il est très intelligent. Moi plus tard, je veux parler avec des gens, pas les opérer.



©️BBDragon

_________________

Alezar Ilea
L'échec n'est qu'une opportunité de recommencer plus intelligemment ~
Raphael Sidhe
Raphael Sidhe
Région d'origine : Unys
Âge : 49
Niveau : 0
Jetons : 200
Points d'Expériences : 26
Nouveau Membre
Sujet: Re: En rouge et blanc [PV Ilea]   Sam 19 Oct - 15:57
‘’D’accord. Tu es un voleur. J’ai compris. ''

''Je préfère ''spécialiste en coup foireux,'', si ça ne te dérange pas''

Qu’est-ce que tu as essayé de voler pour te blesser ? Une bombe ?’’

Non, un train. Enfin, pas le train mais ce qu’il y avait dedans, parce qu’on était assez demeurés pour penser que c’était faisable en plein milieu d’un trajet classique.

“”Du coup tu vas aller en prison. Pendant combien de temps ? Une semaine ? Un mois ? Un an ?””

Si seulement. Mais vu la tournure des événements, j’aurais déjà bien de la chance, si je revois l’extérieur avant d’avoir une barbe blanche jusqu’aux genoux.
Le babil de cette gamine se poursuit alors suffisamment pour que je cerne un peu mieux le fonctionnement du coin: ça sent la ‘’Tiger mom’’ qui pousse sa petite à tel point que même la gamine se rend compte que c’est pas normal.
Son babil n’est pas particulièrement passionnant, mais au moins, ça me fait passer le temps. Et puis, je ne risque pas de discuter avec quelqu’un d’aussi jeune avant un moment...un long moment, même.

‘’Tu sais à l’école, je me suis fait un nouvel ami. Il s’appelle Noé. Il est un peu différent, alors les autres se moquent de lui. Mais moi je l’aime bien, en plus il est très intelligent. Moi plus tard, je veux parler avec des gens, pas les opérer.’’

Ça, je crois que je m’en étais rendu compte. Un léger éclat de rire m’échappe de nouveau, resserrant la pression exercée par mes bandages. En deux minutes, cette petite a balancé plus d’informations que Memento en une heure...Pour un peu, j’aimerais presque qu’elle réussisse son coup : elle a de l’aplomb, elle utilise sa tête et elle a pas l’air de se laisser marcher dessus. Elle me ferait presque penser à…

‘’Si jamais t’as l’occasion, hésites pas à le ramener ici, ce Noé. Si tu le trouves intelligent, ça doit être une sacré tête.’’

‘’CRUNCH, SALOPARD, J’VAIS TE BUTER !’’

‘’ME FAIS PAS RIRE, J’AI MAL AUX CÔTES  !’’

‘’T’AS MEME PAS LES COUILLES DE VENIR M’INSULTER EN FACE !’’

‘’TA GUEULE, PAYBACK, Y’EN A QUI DISCUTE ICI !’’

Il a encore du coffre malgré l’accident, je me suis peut-être planté sur son état.

‘’Mais quel c...imbécile.  Où est-ce que j’en étais, moi ?
Je sais pas si ça vaut grand chose , surtout venant d’un ‘’méchant’’ comme moi mais si j’ai le droit de te donner mon avis...T’as raison. Si t’aime pas quelque chose, tu ne le fais pas. Et si au contraire ça te motive à fond, y’a rien qui doit pouvoir t’empêcher de le faire.’’


Pire conseil du monde, si l’on considère que c’est à cause de ça que je suis dans cet état. mais à bien y réfléchir...On s’est quand même bien marrés, jusqu’ici.

‘’Parce que sinon, tu pourrais juste être une petite fille bien sage et faire ce qu’on te dit...mais ça serait quand même vachement moins amusant, non ? Enfin, ça, c’est que mon avis, hein.
Si tu trouves amusante l’idée de nager avec des Sharpedos affamés ou de sauter du 4ème étage, je plaiderai innocent, t’es prévenue !’’


La bouille retroussée, Ilea semble sur le point de répondre, lorsqu'un véritable fracas vient exploser dans le couloir qui jouxte la chambre. Alors, soit un Tyranocif en fureur vient de pénétrer dans l'hopital, soit Mike a réussi à se lever pour venir me faire ma fête...Je ne sais pas trop laquelle des deux options me terrifient le plus.
Ilea Alezar
Ilea Alezar
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 23 ans
Niveau : 27
Jetons : 1465
Points d'Expériences : 841
Adulte Éducatrice Expérimentée
Sujet: Re: En rouge et blanc [PV Ilea]   Lun 18 Nov - 21:31



En rouge et blanc
Etrangement, la rousse avait confiance au côté de Raphael. Tous les signes lui disent que cet homme n’ait pas la personne la plus gentille qui soit. La présence de policier, les menottes et cette histoire de vol. Ilea a déjà vu passer des délinquants dans l’hôpital. C’est très rare compte tenu de la rigueur imposée par ses parents dans les couloirs du centre de soin, mais cela arrive. Pourtant, la jeune enfant n’a jamais vu autant de mesure prise contre l’un de ces délinquants. Normalement, les menottes sont réservées au délinquant et ils ne prennent jamais la peine d’envoyer des policiers, se doutant que les calmants suffiraient à les clouer au lit jusqu’à ce qu’on vienne leur expliquer de quoi ils sont accusés. Mais là, Raphael est attaché ici malgré la vive douleur qui l’empêche très clairement de bouger. Les minutes passent et la rouquine voit bien qu’il souffre.

Parfois, elle entend celui qui semble être son ami hurler à travers le couloir pour essayer de discuter avec le blessé. Ils n’ont pas l’air de s’apprécier à première vue mais s’il a demandé à Ilea de lui adresser un mot, c’est que cela compte pour lui. Enfin, dans les livres d’histoire qu’elle a lus, les personnages qui communiquaient de cette façon s’aimaient beaucoup. Peut-être qu’ils s’aiment eux-aussi, mais à leur manière. C’est-à-dire en hurlant. Petite Ilea n’est pas sûr de vraiment les comprendre.

La petite incline légèrement la tête quand ce grand gaillard commence à lui administrer une leçon de vie. C’est étrange. Il ne ressemble pas non plus au vieux sage des histoires qui enseigne une grande leçon au héros. On dirait le voleur, mais avec des mots justes. C’est la première fois que quelqu’un dit quelque chose comme ça pour elle, qu’on lui dit de suivre sa propre voie, pas celle qu’on lui a tracé. La rouquine sourit de toutes ses dents. Ça lui fait chaud au cœur, comme si enfant quelqu’un pouvait comprendre que cet hôpital, cette famille étaient une prison pour elle. Mais ça, elle ne le dira jamais à ses parents, en tout cas pas tout de suite. La jeune fille se redresse alors et s’approche de la perfusion accrochée au bras de Raphael et de la machine qui y est reliée.

Merci pour ce que tu as dit. C’est très gentil. Gabriel ne m’a jamais dit quelque chose comme ça. Ni Pina. Ni Wacila. Alors pour te remercier, je vais faire quelque chose d’interdit. Ne t’inquiète pas je sais faire, j’ai vu les infirmières le faire plein plein de fois.

Sans attendre une quelconque réponse de la part du blessé, Ilea commence à toucher au bouton, augmentant à peine les doses de morphine injectée régulièrement à Raphael. La rouquine a déjà commencé à apprendre certains chiffres de base, sur les doses à injecter ou non. Et vu le faible chiffre affiché sur l’appareil, elle pouvait augmenter sans risque la dose un tout petit peu, histoire qu’il ait moins mal. La jeune enfant est persuadée que Pina a fait exprès de mettre une toute petite dose, pour le punir. Mais ce n’est pas juste.

Rapidement, petite Ilea entend un hurlement dans le couloir. Un hurlement qu’elle reconnaitrait entre mille. Elle s’éloigne à toute vitesse de la machine, juste attend pour se retrouver assise sur le lit quand la furie entre dans la chambre. Une femme, la petite quarantaine, de longs cheveux blancs parfois tressé en petites mèches retombant sur son dos, venait de faire claquer la porte des lieux, l’air très en colère. Ilea n’a pas le temps de dire quoi que ce soit que Pina se déchaine.

Ilea qu’est-ce que tu fais ici ?! Quelle idée t’est passée par la tête de rentrer dans la chambre d’un criminel ! D’un tueur ! Et de parler avec lui en plus ?! Les infirmières m’ont rapporté que tu l’avais aidé à transmettre un papier à son coéquipier ?! Mais quelle honte Ilea !!!

Pina…

Je ne veux pas t’entendre prononcer mon nom. Tu te rends compte de la honte que tu représentes pour cette famille ! Tu es clairement en retard par rapport à tous les autres, surtout ta sœur ! A ton âge, elle brillait déjà pour la médecine, alors que toi tu refuses de t’y mettre sérieusement ! Et si ce n’était que ça ! Maintenant tu fais ami ami avec les criminels.


Pina…

Et vous, s’il vous restait encore un minimum de conscience après le crime odieux que vous venez de commettre, vous auriez renvoyé ma fille de votre chambre pour ne pas la laisser entrer en contact avec un être dangereux comme vous !!! La société est trop laxiste avec les gens comme vous, vous auriez dû être enfermé depuis longtemps sans jamais pouvoir revoir la lumière du jour. J’espère que c’est le destin qui vous attend !

Pina…

Assez Ilea ! Assez ! Sors de là !

Vivement, la chirurgienne attrape le bras de sa fille et la jette hors du lit. La rouquine tombe au sol sans parvenir à se redresser immédiatement, de quoi énerver encore plus sa génitrice qui la redresse d’un grand coup avant de la trainer hors de la chambre. Avant que la porte ne se referme, Ilea a tout de même le temps de glisser quelques mots.

Au revoir Raphael. J’espère qu’on se reverra quand tu sortiras de prison. Tu es gentil.


©️BBDragon

_________________

Alezar Ilea
L'échec n'est qu'une opportunité de recommencer plus intelligemment ~
Raphael Sidhe
Raphael Sidhe
Région d'origine : Unys
Âge : 49
Niveau : 0
Jetons : 200
Points d'Expériences : 26
Nouveau Membre
Sujet: Re: En rouge et blanc [PV Ilea]   Jeu 28 Nov - 0:05
Je suis un peu partagé. D’un côté, avec la dose de morphine qu’elle m’a balancé, j’ai l’impression de flotter sur un espèce de nuage. Ça n’empêche pas mes bras de m’élancer mais ça limite vachement plus les coups de poignards que j’ai l’impression de subir à chaque mouvement. De l’autre, le volume sonore dans la chambre explose suffisamment pour que j’ai l’impression de devenir un peu plus sourd à chaque seconde qui s’écoule.

‘’Quelle idée t’est passée par la tête de rentrer dans la chambre d’un criminel !’’

Le terme adéquat, c’est ‘’voleur de haut-vol’’ , madame, quand on est poli. J’lui ferais bien remarquer mais malgré la morphine, j’ai encore le cerveau qui fonctionne encore suffisamment pour savoir quand il faut fermer ma grande gueule.
Impossible pour la Loupiote d’en placer une, elle se fait couper à chaque fois. Pas commode , la madre, elle a le même genre de regard que...Ben, que ma femme en fait. Quand ce genre de personne commence à s’échauffer, il vaut mieux se trouver loin de la zone des retombées. J’vais faire le mort (Ah ah ah...ah), ça passera peut-être.

‘’Et vous…’’

Et merde.

‘’S’il vous restait encore un minimum de conscience après le crime odieux que vous venez de commettre, vous auriez renvoyé ma fille de votre chambre pour ne pas la laisser entrer en contact avec un être dangereux comme vous !!! La société est trop laxiste avec les gens comme vous, vous auriez dû être enfermé depuis longtemps sans jamais pouvoir revoir la lumière du jour. J’espère que c’est le destin qui vous attend !’’


J’ai presque envie de lui balancer un truc à la figure. Si y’avais pas la Loupiote et les menottes, évidemment. Je vais donc me contenter de me renfoncer dans mon lit et d’appliquer la même méthode que lorsque je voulais faire enrager Rose : sourire à pleines dents.

‘’Comment, ça n’est pas une infirmière ?’’

On pourrait croire qu’elle se fait remplir d’eau bouillante, tellement elle devient rouge. Tout en poussant sa fille vers l’extérieur, le Tyranocif aux cheveux blancs ne daigne même pas me répondre, mais les dernières paroles de la Loupiote me parvienne, juste avant qu’elle ne se fasse traîner de force.

Gentil, hein...Pas sûr que ça m’aide, pour ce qui m’attends.
Le silence retombe sur la chambre (quelque peu amoindri par de nouveaux beuglements de Payback) et alors que je m'enfonce dans les oreillers, l’image d’une frimousse, de deux grands yeux scintillants et d’une chevelure flamboyante, continuent de danser dans la pièce.

******************

Pas mal, ce gâteau. Le café non plus, en fait. Et si la discussion tourne probablement en rond, il n’y a rien de mal à un petit moment de détente comme celui-ci. De quoi m’aider à oublier que je dois encore retrouver cet abruti d’Enzo….Quoi que, ça peut attendre.
Plus j’attends avant de voir ce zigoto, mieux je me porte. Néanmoins, il y a quelque chose...j’arrive toujours pas à mettre le doigt dessus.  Ce n’est ni sa coiffure, ni son parfum, ni sa cuisine (en même temps, vu ce que j’ai bouffé depuis quinze ans, j’m’en souviendrais), mais alors pourquoi est-ce que j’ai ce sentiment bizarre ?
Alors que la conversation commence à mourir doucement entre nous et qu’elle se lève pour rapporter nos tasses vers la cuisine, je manque de laisser échapper la mienne en la lui tendant. Réflexe incroyable de sa part, elle la réceptionne avant de relever la tête vers moi, en plongeant ses yeux dans les miens.

‘’...Désolé. Pas de casse, Loupiote ?’’

Pourquoi j’ai...OH PUTAIN.
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: En rouge et blanc [PV Ilea]   
En rouge et blanc [PV Ilea]
Page 1 sur 1
Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers:  
Outils de modération :