Event #1 - Cœur mécanique
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Potiron
Potiron
Région d'origine : Kalos
Âge : 5 ans
Niveau : 0
Jetons : 0
Points d'Expériences : 1943
Annonceur
Sujet: Event #1 - Cœur mécanique   Lun 21 Oct - 20:55
Event #1
Cœur mécanique
Paf.

Le bruit d’une lourde caisse posée au sol est rapidement suivi par un soupir, à la fois soulagé et satisfait. Avisant l’entrepôt désormais plein, deux gestionnaires congédient les transporteurs d’un geste poli de la main. Ceux-ci s’en vont sans se faire prier, déjà prêts à décharger de nouvelles cargaisons en provenance d’un autre navire.

Les deux personnes restantes entreprennent alors de passer les caisses en revue. Profitant d’être seules à seules, elles peuvent enfin briser la glace et discuter à leur bon vouloir.

-Comment se fait-il qu’elles aient mis autant de temps à arriver ?

Celui qui vient de prendre la parole, un homme, observe sa collègue inspecter une première étiquette.

-Le procès de Palladium ne s’est pas fait en quelques jours. Va savoir où a traîné tout ce matériel scientifique avant d’échouer ici…

Il acquiesce, et annote tranquillement la concordance entre son registre et les numéros de série présents sur les diverses boites.

-Et dire qu’il doit bien en rester le double dans leur siège… A ton avis, qui va récupérer tout ça ?

Elle hausse les épaules.

-Ce qu’il reste de l’entreprise, certainement. Mais il est possible qu’une partie soit revendue pour éponger les nombreuses dettes qu’elle possède désormais...

Un léger silence s’installe pendant le reste de l’inspection. Un peu nerveux, l’homme finit par relancer la conversation.

-Au fait, je me demandais… Est-ce que ce soir, après le boulot, tu… Tu serais disponible pour… Tu sais, hum… Aller boire un coup, manger quelque chose ?

Pas de réponse. Gêné, il se tourne vers sa collègue, qui s’est immobilisée devant quelque chose.

-Tu… Tu m’écoutes ?

Celle-ci met quelques secondes pour réagir.

-Viens voir.

Il obtempère, légèrement surpris, et chemine jusqu’à elle. Il réalise alors qu’elle se trouve devant une caisse, ouverte suite à la chute d’une des planches, et fixe son contenu sans broncher. Il la rejoint lentement, et regarde lui aussi à l’intérieur…

-Que…

Il s’immobilise à son tour, perplexe.

-Qu’est-ce que c’est ça ?

Excellente question. Repliée sur elle-même, une immense sphère métallique reproduisant l’allure générale d’une Pokéball occupe la quasi-totalité de l’espace. Mais… Cela semble trop gros pour en être véritablement une, et surtout… Sa paroi grisée semble quelque peu éprouvée par le temps. Pourtant, l’invention de la Pokéball ne remonte pas à aussi longtemps, si ?…

Machinalement, la femme vérifie l’étiquette.

-Provenance : Royaume d’Azoth. C’est tout ce qu’il y a d’écrit…

Pas autant fasciné, son collègue se penche pour ramasser la planche au sol, et va pour la remettre en place.

-On ferait mieux de refermer convenablement cette caisse, ça a l’air d’époque, et je ne suis pas sûr qu’on ait le droit d’y toucher. Mais, hum, du coup, pour ce soir… ?

Avant même que ses doigts n’approchent la fermeture, un bruit de machinerie s’enclenche et le fait reculer en un sursaut. Les deux employés observent la sphère s’animer et prendre vie lorsqu’elle se déplie pour révéler une créature robotisée, aux larges oreilles et à la tête en forme d’engrenage. Deux bras et deux jambes commencent ensuite à se mouvoir, pour que finalement, deux yeux rosés fixent les silhouettes devant eux.

-...
-…

La créature n’émet pas un son outre le crissement métallique de son corps. Son regard paraît s’arrêter un peu plus longtemps vers l’homme, et sonde ensuite intensément la femme…

S’ils ne le perçoivent pas, le cœur artificiel au centre de cette chose semble s’émouvoir à la réception des sentiments des personnes lui faisant face. Son analyse est formelle : il existe une vague d’émotion que l’un envoie à l’autre, sans pour autant qu’elle ne la capte… Elle ferait mieux de les aider !

Sans perdre plus de temps, la créature ferme les yeux et tend ses deux bras, pointés sur les deux silhouettes. Une lueur vient alors les envelopper, pour l’espace d’un court instant, s’étendre à l’autre, et finalement se dissiper. Suite à cela, les deux collègues restent figés quelques secondes, secondes pendant lesquelles cette étrangeté juge bon d’aller voir ailleurs.

Lorsqu’ils reprennent leurs esprits, elle est déjà loin.

-Où… Où est-elle passée ?

L’homme fronce alors les sourcils, et porte sa main à sa gorge.

-Pourquoi je… ?

Son regard se pose alors sur la silhouette en face de lui. Sa silhouette. Qui semble réagir avec autant d’incrédulité.

-Que… Qu’est-ce que je fais en face de moi ?!

Ils n’en ont pas encore pleinement conscience, mais les deux pauvres hères viennent de subir les effets d’une attaque Permucoeur.

Et ont relâché un Magearna dans la nature, aussi.

Mais ça, c'est un détail.
Fonctionnement
• Event à post unique ! Il vous suffit de poster un rp à la suite pour valider le topic pour vos demandes de passage de grade. Merci de toujours préciser en balise HRP les actions de votre personnage.

• Un Magearna a été lâché sur Adala ! Attiré par les émotions humaines et Pokémon, il se balade dans l’objectif de les rapprocher. Nous vous donnons la possibilité de croiser ce Magearna au cours de votre rp, et de subir les effets de son attaque Permucoeur !

• Quelques précisions sur cette capacité :
-Elle interchange l’âme des personnes ciblées.
-Elle peut interchanger les âmes des humains et des Pokémon indifféremment. Libre à vous d'échanger celui de deux humains, deux Pokémon, ou d'un humain et un Pokémon...
-Une âme échangée récupère la voix et les capacités linguistiques de son nouveau corps. C’est-à-dire qu’un humain coincé dans le corps d’un Pokémon ne pourra communiquer qu’avec des Pokémon, et réciproquement !
-L’échange est temporaire dans le temps, et prendra inévitablement fin au bout de plusieurs heures.
-L'échange peut impliquer plus de deux personnes.

• Vous pouvez tout à fait interagir et sympathiser avec le Magearna, mais celui-ci finira inévitablement par prendre congé. Toute tentative de capture s’achèvera sur un Permucoeur, pendant lequel il prendra la fuite !

• Petite précision : Magearna n'est pas doué de parole. C'est un Pokémon muet !

• Vous êtes parfaitement autorisés à poster plusieurs fois ou à prolonger le topic dans un autre rp si vous le souhaitez.

• Le topic sera clos le 18 Novembre.

• Pour ceux qui se posent la question, le Magerna est celui mentionné dans le dernier paragraphe de ce topic. Après avoir été capturé et étudié Palladium, il a été perdu dans les nombreuses affaires de la multi-nationale lorsque celle-ci a quitté Lansat en catastrophe.
Lissa Labelvi
Lissa Labelvi
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 14
Niveau : 0
Jetons : 4054
Points d'Expériences : 83
Coordinateur Novice
Sujet: Re: Event #1 - Cœur mécanique   Mer 23 Oct - 17:30
LISSA LABELVI

rp solo
« Cœur mécanique »


Délicatement, je pose mon sac au sol, et farfouille dedans.

L’arrêt de bus est complètement désert. Aujourd’hui, je me suis rendue dans un magasin en ville un peu excentré pour y dégoter quelques affaires, et puisque je dois désormais attendre le car pour rentrer, je souhaite en profiter pour montrer mes trouvailles à Majesté.

Le Vipélierre s’est simplement posté debout sur l’une des places assises, et me toise, les pattes croisées. Il a l’air un peu ennuyé d’avoir été appelé, mais… Je suis certaine que j’arriverai à égayer sa journée ! Quand il verra ce que je lui ai trouvé… Ah ! D’ailleurs ! Je mets enfin la main sur l’article que je recherche… Triomphante, je le sors du sac, et le lui montre.

« -Et… Tadaaaa ! Qu’en penses-tu ? »

Indifférent, il fixe le minuscule costume jaune. Il s’agit d’un kigurumi pour Pokémon à l’effigie de Pikachu, que j’ai pu me procurer à moindre coût. Fière, je me hâte d’en vanter les mérites.

« -Avec l’automne qui bat son plein et l’hiver qui arrive, tu auras bien besoin d’une combinaison pour te tenir au chaud ! D’autant que je suis certaine qu’il t’ira à ravir. Qu’en dis-tu ? »

Il continue d’observer le kigurumi un court instant, et… S’en désintéresse. Après avoir secoué la tête de gauche à droite, il tapote sur l’accessoire vissée sur sa tête.

« -Vipé. »

J’abaisse le costume, déçue.

« -Tu préfères garder ta couronne ?… Je ne nie pas qu’elle te sied particulièrement bien, mais tout de même… Ce n’est pas ça qui te protégera du froid… »

Cela ne l’intéresse pas plus. Mes épaules s’affaissent en un court soupir.

« -Bon… Je m’en doutais un peu, mais au moins… J’aurai essayé… Au pire, je suis certaine que Ginji l’appréciera à sa juste valeur ! »

Oui, c’est cela ! Ginji ne pourra qu’adorer ce déguisement. Certes, il ne pourra pas le mettre lui-même, mais je suis certaine qu’il en trouvera un bon usage… C’est motivée par cette idée que je le range soigneusement, avant de passer à la suite.

« -Ce n’est pas grave ! Si je ne t’ai pas convaincu avec celui-là, peut-être le ferai-je avec… Ça ! »

Cette fois-ci, c’est un joli ruban rouge que j’attrape, et que je lui montre. Si Majesté paraît moins indifférent, je vois à ses yeux plissés qu’il me faut encore lui assurer la bonne facture du produit.

« -Son rouge écarlate est magnifique, n’est-ce pas ? J’ai pensé qu’il s’accorderait bien avec ton couvre-chef ! » il me lance un regard noir, et je me tends immédiatement « T-ta s-somptueuse couronne, j-je veux dire ! » dans une rapide tentative de l’apaiser, j’enchaîne « Il s’agit initialement d’un accessoire pour cheveux, mais si je le noue à ton cou, il y a moyen d’en faire un nœud très classieux, tu ne crois pas ? »

Il vient se gratter le menton d’une patte, et après quelques secondes d’une intense réflexion, approuve d’un hochement de tête. Je souris aussitôt et joints mes mains, réjouie.

« -Ah ! Je suis si contente ! Au moins, cette matinée ne sera pas vaine. Maintenant, voyons voir la suite… Hmm ? »

Un mouvement se fait derrière moi, et je me retourne dans l’optique de le vérifier. Si quelqu’un d’autre vient attendre le car, je vais devoir rassembler mes affaires et ne pas accaparer toute la place !

« -P-pardon ! J-je vous libère un siège au p-plus vite… Désolée si je… Oh ? »

Je m’interromps lorsque je découvre l’apparence du nouveau venu. Ce n’est… Pas un humain, ça. Et… Est-ce vraiment un Pokémon d’ailleurs ? Un peu intimidée, je m’immobilise en constatant que Majesté et moi-même avons été rejoints par une sorte de créature robotisée. Elle a de grandes oreilles similaires à celles d’un lapin, une tête en forme de rouage et une espèce de grande robe métallique… Et ses grands yeux roses nous fixent, dans un parfait mutisme.

Je reste ainsi totalement figée pendant bien une bonne minute. Que… Que dois-je faire ? Que dois-je dire ? Pourquoi est-ce que ce robot ne réagit pas plus ? Anxieuse, je lance un appel à l’aide à Majesté via un regard des plus confus. Mais le Vipélierre, peu impressionné, se contente de m’en rendre un blasé, et je n’ai d’autres choix que de rassembler mon courage pour m’adresser directement à la créature.

« -B-b-b-b-bonjour… ?  »

C’est limite si je ne sursaute pas lorsque le robot me rend ma salutation via un court hochement de tête. Un nouveau silence s’ensuit, que j’essaye à nouveau de combler.

« -J-je, j-je… Je peux t’aider ? » je me racle la gorge, et tente de me ressaisir tout en gardant mon dos bien droit « S-si… Si jamais, je… Je m’appelle… Lissa. Et voici Majesté…  »

J’indique mon compagnon de la main, qui se détourne avec son expression de mépris habituelle. A nouveau, la créature acquiesce, et d’un de ses bras, indique son cœur, sans pour autant émettre le moindre son en dehors d’un léger crissement métallique. Son silence complet me pousse à l’interroger.  

« -Tu… Tu ne sais pas parler ? »

Il secoue la tête de gauche à droite. Le voir toutefois communiquer via de gestes simples m’aide à me détendre.

« -Et… Qu’es-tu donc ? Un Pokémon ? Je n’ai jamais vu de spécimen comme toi jusqu’à maintenant… »

Il me le confirme d’un court autre aquiescement. A nouveau, un silence se fait alors que je scrute les alentours, toujours aussi déserts, et en quête d’un potentiel dresseur.

« -Tu as perdu ton maître ? Ou alors… Tu es juste venu prendre le bus ? O-on peut te faire une place, si tu le souhaites ! »

Je m’écarte, et lui indique une chaise de libre. Le Pokémon l’avise, puis s’avance tranquillement, pour s’installer sous l’abribus un peu lourdement. Puisque son enveloppe métallique est plutôt massive, elle occupe beaucoup d’espace et manque de faire tomber un de mes sacs, que je rattrape cependant de justesse. Majesté continue de le toiser d’un mauvais œil, n’appréciant visiblement pas cette intrusion dans son espace vital.

Puisqu’il occupe deux places sur les trois, je suis contrainte d’attraper Majesté par les côtes et de lui emprunter la sienne, avant de poser mon Vipélierre sur mes genoux. Mon starter souffle légèrement du nez, mais ne réagit pas plus que ça, outre son air renfrogné. J’essaye de ne pas m’y attarder et cherche plutôt à en apprendre davantage sur cet étrange Pokémon.

« -Où cherches-tu à te rendre ?… Tu as l’habitude de prendre le car ? »

Je me demande s’il ne s’est pas simplement assis car je le lui ai proposé. Il tourne ses grands yeux rosés vers moi, et me fixe, toujours en silence. Je tire une petite moue attristée quand je réalise ma bêtise.

« -Ah, tu ne peux pas parler… Désolée. Comment puis-je faire pour te comprendre ? »

De surprise, je hausse les sourcils lorsqu’il déplie son bras, et le pose au contact de ma main. Il ferme ensuite ses yeux, et se concentre… Via une obscure intuition, je décide de faire de même, et clos les miens. Un étrange réconfort envahit alors tout mon corps… Une chaleur diffuse, qui ne paraît pas émaner de son enveloppe mécanique, mais de son épicentre. Elle se disperse un peu au hasard, sans but particulier. S’il erre, il ne semble pas s’en attrister, et est simplement heureux d’avoir effectué une rencontre.

Je rouvre les yeux. Comment puis-je savoir cela ? Dans un mélange d’étonnement et de fascination, je me tourne vers le Pokémon, qui a lui aussi rouvert les siens.

« -Tu peux transmettre tes émotions ? »

Il acquiesce lentement. Cette fois-ci, c’est une pure admiration qui illumine mon visage.

« -Ouaaah ! C’est merveilleux ! »

Un sourire triste sur les lèvres, j’abaisse la tête pour observer Majesté, toujours sur mes genoux.

« -J’aimerai bien pouvoir cerner aussi facilement mon Pokémon… Il paraît nourrir beaucoup d’attentes, mais difficile d’estimer lesquelles. »

Le Vipélierre détourne le regard, indifférent. Je fais une petite mimique déçue, mais mon attention est rapidement captée par l’acquiescement du Pokémon à nos côtés. A nouveau, il ferme les yeux, et tend désormais ses deux bras. Sauf qu’il ne cherche à attraper aucune main : l’un pointe en ma direction, l’autre en celle de Majesté. Une soudaine aura illumine ensuite tout son corps, et se dirige droit sur nous…

Puis, un grand flash. Toute ma vision est brusquement éblouie, et je ne vois rien d’autre qu’un blanc lumineux. Des fourmis parcourent l’ensemble de mon corps, que je peine en vérité à ressentir, et j’ai la sensation de ne plus vraiment pouvoir bouger. J’ai envie d’ouvrir la bouche, d’émettre son, de faire quoi que ce soit, mais tout semble comme suspendu et figé.  

Cette situation ne dure pas bien longtemps. La lumière se dissipe, et l’environnement de l’abribus revient rapidement à moi… Mais tout de suite, quelque chose cloche.

Tout est… Gigantesque.

Je cligne plusieurs fois des yeux en observant les alentours. Le… Le sommet est monté tellement haut ! E-et… La distance avec le trottoir… Pourquoi est-elle aussi grande ?! On… On dirait que tout est devenu gigantesque ! D’ailleurs… C’est quoi ce poids, que je ressens sur ma tête ? Et… Sur quoi est-ce que je me tiens, au juste ? Je n’étais pas assise ? On dirait… D-des… Des jambes ?

Un gémissement se fait entendre haut dessus de moi, suivi d’un grommellement.

« -Hmpf… Qu’est-ce qu’il s’est passé ? »

D… D’où vient cette voix ?! O-on dirait la… La mie… ?!

« -Eh ! Que fais-tu sur moi, toi ? »

Je n’ai pas vraiment le temps de réfléchir qu’une main gigantesque fond vers moi, et me balaie. Mon cœur s’emballe lorsque je chute des places de l’abribus, devenues bien trop élevées, et que je heurte le goudron… Sans trop de difficulté. Certes, je me suis affalée au sol, et ce que j’avais sur la tête vient de rouler juste devant moi, mais… Compte tenu de la hauteur, je m’attendais à avoir bien plus mal !

… E-eh, une minute… Je reconnais cette couronne ! Pourquoi est-ce que… ?

La voix au dessus de moi continue de s’indigner.

« -Que… ? Mais ce n’est pas mon corps ! Et… Pourquoi tout est aussi petit ? »

Difficilement, je prends appui sur le sol, et me redresse. Je ne l’ai pas réalisé tout de suite, mais… Ma vision aussi, ne semble plus être tout à fait la même. J’ai plus de difficulté à regarder droit devant moi… Par contre, je manque difficilement le Pokémon robot qui se lève de sa place, pour ensuite se remettre à marcher. Pourquoi est-il devenu gigantesque, lui-aussi ?! Perdue, je cherche à le rattraper.

« -V-vi ! L-lierre ! E-eh ! A-attends ! »

… Qu’est-ce que…  ?! C’est moi qui viens de parler ?!

A peine ai-je fait deux pas pour avancer que quelque chose accroché à mon dos frotte le sol, et me fait chuter. C’est quoi ça, encore ?… A terre, je jette un regard derrière moi pour m’en assurer. On dirait… Une queue ?… Mais pas n’importe quelle queue ! C’est la queue d’un…

… D’un Vipélierre ?!

« -… Ce sont mes mains, ça ?… Et pourquoi ma voix est-elle si différente ?…  »

Tremblotante, je me redresse à nouveau. Je tourne alors lentement ma tête, et lève très haut mon regard pour observer la personne qui me surplombe…

C’est moi. Je suis là-haut, et… Je fixe mes propres mains. Sauf que… Ce n’est pas moi ! Moi, je suis ici, et… Je suis toute petite ! E-et, en plus de ça… Quand je regarde mes propres mains, je…

Des petites pattes vertes. J’ai de petites pattes vertes, et… Plus la moindre trace de peau. Ce… Ce n’est clairement pas de la peau, mais de la verdure ! J’ai également deux petites pattes inférieures, mais beiges, comme mon ventre, e-et… Cette queue, dans mon dos… Sans parler des deux petites excroissances à la base de mon cou…

Puis cette couronne, juste devant moi… Elle était sur ma tête, et… Et moi, j’étais sur ces genoux… Ceux de mon véritable corps !

Est-ce que…

Est-ce que cela…

Cela signifierait que…

… Que je suis devenue Majesté ?!

« -… Est-ce que… Je suis dans le corps de ma vassale ?
-... »

Je me retourne, complètement désemparée.

« -"V… Vipélierre" ?! "V… Vassale" ?! »

Mon cri semble capter l’attention de mon propre corps. Il abaisse « mes » mains, et me fixe avec un air véritablement surpris.

« -Oh… Mais c’est moi, ça. Je suis vraiment si petit ?... »

Mon « moi » normal se penche vers l’avant. Ses deux mains viennent m’attraper par les côtés et je me fige, complètement tétanisée une fois soulevée du sol. Il m’amène alors jusqu’à ce que nos regards se croisent… Ces grands yeux verts émeraudes ! Ce sont les miens ! M-même si je ne me souvenais pas qu’ils étaient aussi énormes… Ce visage gigantesque… C’est si déstabilisant ! J’ai l’impression de pouvoir être croquée toute crue par… Par moi-même ! Aaaaah, n-non, pitié !

Terrorisée, je ne parviens qu’à fermer les yeux et à me recroqueviller sur moi-même. Je reste ainsi totalement figée, dans l’obscur espoir que la situation se règle d’elle-même… Quand ma voix résonne à nouveau.

« -… C’est toi, Lissa ? »

Je cesse aussitôt tout tremblement. Prudemment, je rouvre un œil, puis un second, pour à nouveau dévisager le visage en face de moi. Mon visage. Il me fixe, expectatif, alors que je parviens enfin à articuler quelque chose.

« -Vi… Vipélierre ? Ma… Majesté ? »

… Enfin, articuler, c’est vite dit. C’est étrange, je comprends parfaitement ce que je dis, mais suis incapable de former les sons que je cherche à produire…

L’ambiance change du tout au tout lorsque Majesté, qui est donc vraisemblablement, dans mon corps, fronce brusquement les sourcils.

« -Tu es fière de toi, j’espère ? Tu t’es désintéressée de moi pour sympathiser avec ce Pokémon étrange, et maintenant, voila le résultat. »

Je baisse aussitôt les yeux, honteuse. Le regard que me lance mon propre corps me terrifie.

« -P-pélierre ! P-pardon ! »

Mon expression… Enfin, son expression se fait ensuite plus blasée.

« -Hmm. Il semblerait que maintenant, je sois le seul apte à communiquer. » il hausse les épaules « Ce n’est pas plus mal. Il sera plus simple pour moi de te donner des ordres. Après tout, une vassale a juste à obéir. »

J’écarquille en grand les yeux. C-comment ça ?! Il me dépose délicatement sur les sièges du car, et ausculte son nouveau corps plus en détail.

« -Cette peau toute molle… Et cette fourrure sur ma tête… Ce n’est vraiment pas agréable.  » il observe le bas de mon dos, peu convaincu « Je n’ai même plus mon élégante queue... » il souffle, et se remet droit « Au moins, ma taille est à la mesure de ma prestance. J’espère que de ton côté, tu t’habitueras vite à tes courtes pattes. Ne compte pas sur moi pour te porter. »

Plutôt intimidée, je ne peux que le fixer avec inquiétude. Comment fait-il pour garder un tel calme ?... Et pourquoi parle-t-il de s’habituer ? Il ne compte tout de même pas simplement accepter cette situation ?! Je… Je ne tiens pas particulièrement à rester un Vipélierre, moi ! Enfin… Non pas que ce corps soit spécialement désagréable, mais…

Dans une tentative de le raisonner, je lui pointe de la patte la direction prise par le mystérieux robot.

« -V-Vipélierre, vi… Lierre vipélierre ! M-Majesté, n-nous… Nous devons rattraper ce Pokémon ! »

Il pose ses mains sur les hanches de mon véritable corps, et fronce les sourcils.

« -Je ne comprends vraiment rien à ce que tu racontes, tu sais ?... » un bruit semble alors capter son attention, et il tourne la tête « Ah. Notre véhicule arrive. »

Je suis son regard, et constate que le car approche de l’arrêt de bus. U-une minute, il ne compte pas l’emprunter comme ça ?! Se désintéressant de moi, Majesté s’avance pour se rapprocher de la route, et signifier sa présence.

« -L-lierre ! A-attends ! »

Je cherche à le rejoindre, mais me ravise immédiatement : la distance qui me sépare du sol est bien trop grande, et je suis bien incapable de sauter. Enfin… Ça, c’est si j’étais à des proportions humaines. Il semblerait que puisque je suis dans le corps de mon starter…

Sans vraiment prendre la peine d’y réfléchir j’envoie une impulsion à mes pattes pour bondir et atteindre le sol. Si je ne parviens toujours pas à me réceptionner droite, au moins, je ne me suis pas affalée par terre comme la fois d’avant. Je me redresse convenablement, et hèle mon propre corps.

« -Vipélierre ! Vipé… Majesté ! On ne peut pas partir comme ça…  »

Il se retourne, et me dévisage avec dédain.

« -Qu’est-ce qu’il y a ?… N’espère pas de moi que je porte tes affaires, parce que ça, c’est ton rôle. D’ailleurs, je te saurai gré de ne pas laisser ma couronne traîner au sol. »

J’écarquille les yeux, et me retourne en me remémorant tous les sac de course que j’ai posés un peu plus tôt. Dans le même temps, le car arrive devant l’arrêt de bus, et s’immobilise pour ouvrir ses portes… C-comment veut-il que je porte tout ça ?! Mon corps est bien trop petit ! Jamais je n’arriverai à les soulever de terre…

Un peu en panique, je rallie un sac, et bondis pour atteindre sa lanière. Je ne parviens qu’à m’y accrocher et à le faire basculer sur le côté, me donnant ainsi l’opportunité d’atteindre son contenu… Ah ! Le kigurumi ! Je peux au moins le prendre sur mon épaule, et… Le ruban ! Ça aussi, ça se porte facilement. Quant au reste…

« -Qu’est-ce que tu attends ? Dépêche-toi. »

Je fais volte-face, et réalise que Majesté est déjà monté à bord. Mais pourquoi fait-il ça ?! Mon cœur bat la chamade alors que j’abandonne le sac en panique, et cours pour rejoindre le car… Sauf que comme si cela ne suffit pas, je manque de trébucher au moment de passer devant la couronne qui gît toujours à terre. Je ne dois pas la laisser là ! Je fais un rapide demi-tour pour la récupérer, et haletante, me précipite au niveau du car.

Arrivée à sa hauteur, je prends conscience de la hauteur qui me sépare du marchepied. Majesté franchit ce genre de distance tous les jours, donc… Je dois pouvoir le faire ! Je bondis, et me vautre sur le sol du bus. Tout ce que je tiens s’éparpille à l’intérieur, alors que j’entends la voix du chauffeur s’élever bien au-delà de ma position.

« -Bonjour, ma petite !… Dis moi, tu n’oublies pas tes affaires ? »

Je relève la tête, et constate qu’il s’est adressé à Majesté. Celui-ci se retourne, et après un bref regard en direction de mes sacs de course, s’en désintéresse.

« -Ce ne sont pas les miennes. Et d’ailleurs, ne m’appelle plus jamais comme ça. »

Le conducteur cligne des yeux, surpris.

« -S-soit. »

Il appuie alors sur un bouton pour refermer les portes, et démarre le véhicule.

« -L-lierre ! N-non ! »

C’est impuissante que je vois les cloisons se tendre devant moi, et couper de ma vue les sacs délaissés dans l’abribus. Et alors que je tente tant bien que mal, malgré la panique, de recouvrer mon souffle, le chauffeur continue de parler avec Majesté.

« -Est-ce qu’au moins, tu as ton ticket ? »

Son visage se fait plus sévère encore.

« -Mon ticket ? Je n’ai jamais rien eu à devoir à qui que ce soit. Seule ma vassale se plie à ce genre d’exigence. »

…. A-ah ! Maintenant que c’est Majesté qui est dans mon corps, c’est à lui que revient l’obligation de payer l’entrée… Avec toujours autant de hâte, je me précipite auprès de mes propres pieds, et tire dessus pour signifier ma présence. Lorsque Majesté abaisse son regard laconique vers moi, je lui indique la poche de ma veste de la patte.

« -Vi ! Lierre ! Là-dedans ! Sors-le ! »

Surprenamment, il semble comprendre. Sans trop se presser, il fourre la main dans l’endroit indiqué, et en sort un petit papier, qu’il pose devant lui.

« -Voici pour elle. »

Il se détourne alors, et sans plus de cérémonie, va prendre place plus loin dans le bus. Complètement dépassée par les événements, je reste un court instant figée à l’entrée du car en marche, et ne reprends mes esprits que lorsqu’une secousse manque de me faire chuter. Mon regard s’arrête sur les trois accessoires que j’ai tout juste eu le temps d’emmener avec nous, et je m’en approche pour les rassembler. Hmm… Peut-être que si je les enfile, j’aurai moins de mal à les transporter ?

J’éprouve quelques difficultés à faire passer ma queue dans le costume. Vraiment, c’est une sensation très étrange… Tant bien que mal, je parviens à enfiler le kigurumi, et à nouer le ruban par-dessus. Ne reste plus que la couronne à… Ah, oui. Je ne peux pas la mettre avec le déguisement… Ce n’est pas grave, si c’est que ça, je peux le prendre à la main.

Enfin, à la patte, plutôt ?

Mais bordel… Qu’est-ce qu’il m’arrive… ? Toute cette histoire ne fait aucun sens. Je suis maintenant bloquée dans le corps de mon Vipélierre… Et pour l’instant, ce n’est vraiment pas facile. Est-ce que la situation va rester telle quelle ?… Je l’ignore. Mais dans l’immédiat, je n’ai pas d’autres choix que d’obéir à Majesté… Je présume que c’est ce que ferait effectivement un Pokémon vis-à-vis de sa dresseuse…

… Hmm… Ça ne m’est pourtant pas si différent que d’habitude, étrangement…

Via de tous petits pas, durant lesquels je m’efforce de ne pas faire traîner ma queue (c’est bizarre… Il me suffit juste d’y penser pour la redresser… C’est un peu comme un membre à part, en fait…), je rejoints Majesté, assis plus loin. Je me poste à ses pieds, et le fixe sans trop savoir que dire ou que faire. Lui, regarde le paysage au travers la vitre, et ne réalise ma présence qu’après quelques secondes. Un long silence s’ensuit, qu’il finit de briser.

« -… Quoi ? »

Je détourne aussitôt les yeux, honteuse. Qu’est-ce qu’il est intimidant, dans ce corps… Ce n’est pas tant son apparence, mais sa taille bien supérieure à la mienne qui rend toutes ses mimiques que je trouvais alors adorables, désormais terrifiantes. Après un court instant, il expire, exaspéré, et se penche vers l’avant pour me soulever, comme à l’abribus. A nouveau, je me fige lorsque mes pattes décollent du sol, et que je prends de la hauteur…. Il me pose ensuite sur le siège à côté, et où je n’occupe qu’un tout petit espace.

« -Ne t’attends pas à ce que je te prenne sur moi. » il détourne ensuite le regard « On a beau avoir changé de corps, tu restes ma vassale. »

Je ne sais pas quoi répondre. Vassale… Est-ce vraiment tout ce que je représente pour lui ? Bien trop préoccupée par la situation actuelle, je ne m’en formalise pas plus, et tente de récupérer son attention.

« -Vipélierre ! Vi vipé !… Lierre ! M-Majesté ! Nous devons retrouver le Pokémon de l’abribus !… C’est sans doute lui qui a fait ça !  »

Il me lance un regard ennuyé.

« -Pas la peine de crier comme ça. Je ne comprends toujours rien à ce que tu dis. »

J’entrouvre la bouche pour insister, mais m’en ravise en réalisant l’inutilité de la chose. Piteuse, j’abaisse la tête, tandis que lui fixe à nouveau la vitre.

« -Ne t’en fais pas, on s’y habitue vite. Même si je ne vois pas comment toi tu faisais pour me comprendre avec des cris aussi vagues… Enfin. Ça n’a pas d’importance. »

Il s’étire de tout son long.

« -Ce corps n’est pas désagréable. Je ne savais pas qu’il était possible d’en changer. Si cela peut définitivement m’assurer de ne pas effectuer le moindre combat… Cela me va. »

Je le toise, inquiète. Il.. Il désire véritablement rester ainsi ? Mais alors… Cela voudrait dire que moi aussi, je vais être obligée de rester un Vipélierre ?… C’est que… J’aurai bien aimé exprimer mon avis sur la question…

Mais d’un côté… Si ça rend Majesté heureux, puis-je vraiment m’y opposer ? Je ne réalise pas à quel point être dans ce corps peut le contraindre… Pour l’instant, il semble plutôt se plaire dans le mien. Je me demande bien pourquoi…

Après avoir ramené ses bras le long du corps, il se détend, et se tient bien droit contre son siège.

« -Je me demande bien ce qu’on va faire, maintenant.» il réfléchit un court instant « Oh. Puisque je peux désormais parler aux humains… Je pourrai peut-être aller toucher deux mots à cet insolent frère… Je n’ai jamais trop apprécié la façon dont il me traite. »

J’écarquille un peu plus les yeux. Mais oui, c’est ça la solution ! Ginji… Il a vécu tellement d’aventures et rencontré tellement de Pokémon… Je suis certaine qu’il saura nous expliquer ce qu’il se passe ! Emplie d’espoir, je ne peux qu’approuver vivement les paroles de mon compagnon. Enfin, du moins… La partie où on parle à Ginji…

« -Vip ! Pélierre ! Oui ! Faisons ça ! »

Il me toise du coin de l’œil. Visiblement amusé par mon soudain enthousiasme, il sourit.

« -Hmpf. L’idée semble te plaire… »

HRP:
 

_________________


« Ça… Ça va mieux. P-pardon, c’est juste que… J’ai paniqué… »
Elise Sandstorm
Elise Sandstorm
Région d'origine : Johto
Âge : 14
Niveau : 4
Jetons : 750
Points d'Expériences : 58
Scientifique Novice
Sujet: Re: Event #1 - Cœur mécanique   Mer 23 Oct - 22:58


You can (not) understand

Lundi 21 octobre, 16h45

La journée de cours venait de se terminer. Au fond d'une salle de classe, Elise rangeait ses affaires au fond de son sac, et, prenant son Pokémon dans ses bras, se dépêchait de rentrer au dortoir, à l'autre bout du campus. Elle n'était pas vraiment pressé de rentrer, au contraire, il faisait encore un temps agréable en ce milieu d'automne pour sortir se promener et flâner dans le parc de l'établissement.

Cependant, la jeune fille avait d'autres préoccupations. Elle devait se rendre en ville afin de s’équiper en vue du Cours de Spécialité qui aurait lieu deux jours plus tard. Selon les informations qu'elle avait reçu des Professeur, elle devait se munir d'un équipement de camping, couchage, de conserves et nourriture, ainsi que de matériel de premiers soins. Il y avait une échoppe qui vendait toute sorte d'articles aux abords de la ville, juste après le chemin reliant Nuevo à la Pokémon Community.

Déposant son sac de cours et récupérant un sac plus approprié à une sortie en ville, elle déposa son Pokémon sur son lit avant de changer de chaussures. Elle demanda ensuite à Koda si ce dernier souhaitait l'accompagner, ou rester ici, mais devant l’enthousiasme du jeune Pokémon, elle se dit qu'il n'y avait aucun problème à ce qu'il aille avec elle. Parfois, Elise se demandait ce que le Pokémon ourson pouvait bien penser, mais elle laissa cette pensée au fond de son esprit, avant de repartir, direction le centre ville.

Lundi 21 octobre, 18h45

Le soleil se couchait derrière l'étendue de la mer. Elise et Koda pouvait apercevoir le spectacle magnifique tandis qu'ils remontaient tranquillement la route menant jusqu'à l'académie. La jeune fille n'avait pas vue l'heure passer, alors que le bus faisant la navette entre le centre ville et l'école venait de prendre le départ, quelques minutes avant que la brune ne s'en rende compte. Certes, le chemin n'était pas abrupte ni difficile, et n'était pas si long que ça, mais avec tout le chargement que la jeune fille devait transporter, elle avait l'impression qu'il paraissait désormais deux fois plus long.  

"Est-ce que tout vas bien Koda ? Ce n'est pas trop lourd à porter ?"

Elise ne regrettait pas que son camarade Pokémon l'ait accompagné durant cette sortie, le petit ourson, voyant le désarroi de sa dresseuse devant tout l'attirail qu'elle avait accumulé, s'était empressé de lui venir en aide et de porter à son tour un sac rempli de provisions. La jeune fille était admirative devant tout le bon vouloir de son Pokémon, et se sentait parfois coupable de ne pas être à la hauteur. Elle n'avait toujours pas réussi à participer à un combat Pokémon, alors qu'elle savait pertinemment que son partenaire en était capable, et qu'il l'avait déjà montré à plusieurs reprises.

Tout à coup, le duo fut interrompu par un regard porté sur une personne, semblait-il, qui regardait l'horizon. S'approchant un peu plus, intrigués, la jeune fille constata que la personne n'en était pas vraiment une. En tout et pour tout, la silhouette avait un corps métallique, de forme plutôt ronde, pourvue de rouage de part et d'autres, et de deux grandes oreilles de lapin, enfin, la jeune fille trouvait qu'elles ressemblaient à celles de l'animal en question. Elise se demanda s'il s'agissait d'un robot sophistiqué, ou d'un Pokémon, mais elle n'avait jamais vu ni entendu parler d'une créature ressemblant à ce qu'elle avait devant ses yeux,

La créature tourna alors le regard vers la jeune dresseuse et son Pokémon, et Elise put y voir des yeux d'un rose très clair, mais qui semblait dépourvu de toute émotions. Ne sachant pas vraiment que faire, ni que penser, elle se contenta de se présenter à l'inconnue. Peut-être cherchait-elle quelqu'un ?

"Bonjour ? Est-ce que tu es perdu ?"

Pour toute réponse, la créature mécanique pencha la tête sur le côté. Apparemment, elle ne semblait pas comprendre ce que la jeune fille voulait lui dire.  Ou alors elle n'était pas capable de lui répondre ? Elise avait remarqué l'absence de bouche ou d'un autre orifice d'où aurait pu s’échapper un son ou même un souffle …

"Euh … Est-ce que tu cherches quelqu'un ? On peut t'aider, si tu veux … "

Une fois de plus, l'inconnue ne réagit pas vraiment aux questions de la brune. Elise et Koda se regardèrent dans les yeux, ne sachant pas vraiment quoi penser, lorsque la créature s'approcha un peu plus de la jeune fille, qui poussa un léger cri de surprise. Le robot attrapa les mains de la brune et ferma les yeux. Ne comprenant pas vraiment ce qui était en train de se passer, Elise se contenta de fermer les yeux à son tour.

Elle sentit alors plusieurs choses se passer dans son esprit. Elle avait l'impression d'être en connexion avec la créature mécanique. Elle crut percevoir des souvenirs. C'était bien ça, des souvenirs. Mais pas les siens. Un vieil homme. Un village d'antan. Un lac. Un coucher de soleil, semblable à celui qu'elle venait de voir sur la mer. Et surtout, un sentiment de tristesse intense mêlé à une nostalgie.
Elise rouvrit les yeux et lâcha les bras du Pokémon, elle avait crut entendre l'homme des souvenirs l'appeler ainsi. Elle sentit également Koda attraper et tirer sa jambe, la mine inquiète. Ce n'est qu'en tournant la tête que la jeune fille sentit une légère chaleur humide sur ses joues. Se frottant le visage, elle se rendit compte qu'elle était en train de verser des larmes. Mais elle ne comprenait pas pourquoi.

"Tu … tu veux rentrer chez toi … n'est-ce pas ?"

Le Pokémon mécanique recula, puis pointa ses bras de part et d'autre en direction de la jeune fille et son partenaire Pokémon. Une lumière intense émana alors des extrémités ainsi que du centre de son corps, une gemme rouge et bleue. Elise fut aveuglé par autant de lumière, qu'elle ferma aussitôt les yeux.

Elle les rouvrit quelques instant plus tard. Le Pokémon avait presque disparut. Il avait continué le chemin en direction de l'académie et disparaissait au loin, derrière le virage mené par la route. Soudainement, la jeune fille sentit que quelque chose clochait. Le chemin lui semblait soudainement bien plus grand, plus large et plus long. Elle voulut faire un pas en avant pour essayer de rattraper la créature mécanique, et chuta presque aussitôt. Elise ne comprenait pas pourquoi ses jambes ne l'avaient pas porté aussi loin que d'habitude. Est-ce que le Pokémon lui avait lancé une attaque censé la paralyser ?

Se redressant à l'aide de ses bras, la jeune fille constata que quelque chose n'allait pas. Les mains qu'elle avait l'habitude de voir n'était pas les mêmes. En fait, elles ressemblaient plutôt à des pattes orangées et pourvues de griffes. Elise commença alors à constater avec effroi que ses bras eux aussi étaient différents. Puis ce fut au tour de ses jambes et son corps. Elle avait changé, elle le savait, mais à quel point ?

Regardant sur le côté, elle fut surprise de constater qu'un pied de géant se tenait près d'elle. Mais ce n'était que le début de la surprise, car relevant la tête de plus en plus haut, Elise vit avec stupeur que le géant en question était elle. Ou plutôt, son corps.


"Te … Teddi … ? Que … Qu'est-ce que … ?"

Elise s'arrêta net en entendant les mots qu'elle venait de prononcer. Ce n'était pas des mots, plutôt des sons dépourvus de sens. Pourquoi ? Pourquoi n'arrivait-elle pas à parler ? Comment se faisait-il que son corps n'était plus le même et qu'un double d'elle en plus grand venait d’apparaître ?
Le géant se mit alors à tourner la tête dans tous les sens, à la recherche de quelque chose, ou quelqu'un …

"Hein ? Qu'est-ce qui s'est passé ? Où est Maman ?"

Il commença à son tour à observer son corps, commençant par ses mains, puis son corps, son visage et ses jambes, visiblement tout aussi chamboulé que la jeune dresseuse. Puis il baissa alors la tête, et Elise et son double se regardèrent dans les yeux pendant un long moment. Puis il commença à paniquer.

"Attend … Mais c'est moi ça ! Je reconnais cette tâche sur l'oreille, c'est la mienne ! Comment ça se fait que je suis là et pas là et … Je … Je suis dans le corps de Maman ! Mais où est Maman ?"

Elise ne voulait pas croire ce que ses yeux lui montrait. Ce géant qui avait l'apparence de son corps … Ça ne pouvait être ...

"Ursa ... ? Teddi ? Teddi ursa ursa diursa ? Maman … ? Koda ? Koda c'est bien toi ?"

Koda, dans le corps de sa dresseuse, regarda Elise, qui était désormais dans le corps de son Pokémon. L'un et l'autre avaient échangé de corps, et venaient seulement de le comprendre.

"Maman ? C'est toi ? Tu es toute petite et tu as mon apparence maintenant !"

Koda attrapa Elise dans ses bras, et la jeune fille sentit alors toute la légèreté de ses bras. Enfin, c'était plutôt les siens, mais pour l'heure actuelle, elle n'en avait plus le contrôle. De la même manière, sa tête, ou plutôt SA tête, lui apparut bien plus grande et imposante qu'elle n'en avait l'habitude. Était-ce ainsi que son Pokémon voyait le monde qui l'entoure.

"Whaaaaa ! C'est incroyable ! J'aurais jamais cru que les rôles seraient inversé ainsi ! Qu'est-ce que ça sait se faire porter ainsi ? C'est pas désagréable hein ? Moi j'adore quand tu me porte comme ça dans tes bras, en plus c'est toujours chaud, dans ta veste ! Moi en tout cas, ça me fait drôle d'avoir des mains comme les tiennes … Enfin, ce sont les tiennes d'ailleurs ..."

Elise tenta de remettre ses idées en place. Elle et son Pokémon avaient échangé de corps. La question était de savoir : Quand ? Et comment ? Elle se rappela alors les événements qui venaient de se produire. Le flash lumineux du Pokémon mécanique ! C'était lui qui avait effectué le changement ! La jeune fille se dit alors qu'il devait donc savoir comment inverser la tendance.

"Teddi ! Teddi teddi ursa ! Urs-Ursa ! Koda, c'est pas le moment ! On doit récupérer nos corps ! Il faut rattraper le Pokémon qui était là à l'instant !"

Koda la regarda sa voix, avant d'ajouter, la mine incrédule.

"Quoi ? J'ai rien compris du tout là … Attend, c'est comme ça que tu m'entends tous les jour ? Mais comment tu fais pour me comprendre quand je te parle ?"

Elise était alors bien embêté. La communication avec son partenaire allait être difficile. Elle se débattit du corps de son Pokémon, ou plutôt du sien, et indiqua avec des gestes la direction qu'avait pris la créature de fer, tentant tant bien que mal de se faire comprendre par des mimes.

"Teddi ! Teddiursa ! Urs-Ursa  ted-teddi teddiursa ursa ! Teddi, teddiursa ! Koda, regarde-moi ! Il est parti par là ! On doit le suivre, il a du se rendre à l'académie ! Dépêchons nous avant qu'il disparaisse dans la nature !"

Les cris de la dresseuse dans le corps de son Pokémon semblaient tous plus vide de sens, mais la jeune fille comptait sur le lien qui l'unissait à son Pokémon pour qu'il la comprenne.

"Le Pokémon … ? OUI ! Bien sur, il saura faire l'inverse et nous rendre nos corps ! T'es géniale, Maman ! Viens, grimpe sur mon épaule, on ira plus vite si c'est moi qui court !"

D'abord soulagée de voir que ses espoirs avaient été entendu, la jeune fille grimpa avec du recul sur les épaules de son compagnon. Enfin, ses épaules … BREF ! Koda ramassa les différentes affaires qu'ils avaient laissé par terre dans la confusion, et commença à courir en direction de l'académie.

"Tu vas voir, Maman, on y sera en moins de deux ! Accroche-toi bien, parce que ça va secouer !"

Elle espérait au fond d'elle qu'ils parviennent à retrouver le Pokémon en question, et surtout qu'il puisse inverser le sort qu'ils avaient subi. La jeune fille n'imaginait même pas ce qu'elle deviendrait si elle devait finir sa vie pour toujours dans le corps de son Pokémon. Puis elle eut soudain une autre angoisse. Et si la créature lançait le même sort sur d'autres personnes à l'académie ... ?



HRP:
 
Alone Akabara
Alone Akabara
Région d'origine : Hoenn
Âge : 15 ans
Niveau : 12
Jetons : 1578
Points d'Expériences : 241
Scientifique Chercheur Pokemon
Sujet: Re: Event #1 - Cœur mécanique   Jeu 24 Oct - 22:50
Plus que trois minutes…

Je ne cesse de regarder l’horloge accrochée sur le mur, attendant que la trotteuse finisse ses trois petits tours. Pourquoi tant d’empressement ? Tout simplement parce que…

Driiiiing

Enfin libre ! Je ramasse mes affaires à la va vite dans mon sac, avant de mettre ma veste et de sortir à toute vitesse, talonné de près par Neige qui est toute aussi exciter que moi. Il est rare de me voir aussi joyeux et pressé, mais je ne peux m’en empêcher. La raison ? En centre-ville il y a une séance de dédicace d’un scientifique que j’admire beaucoup, et qui a écrit une théorie intéressante sur la capacité d’adaptation des pokémons. Quand j’ai appris qu’il faisait un détour par Adala, j’ai tout de suite acheté un autre exemplaire de son livre, juste pour qu’il soit dédicacé.

C’est donc avec ce précieux livre que je fonce à l’extérieur de l’académie, croisant Yuna et Lucifer sur le chemin. Mais je n’ai pas le temps de m’arrêter, j’irai la voir à mon retour. Je suis content que mes relations avec ma jumelle s’améliorent, et que petit à petit on retrouve cette complicité qu’on avait avant. Je sais qu’on ne pourra pas effacer tout ce qui s’est passé, mais on peut désormais aller de l’avant ensemble.

Je me dirige vers le bus qui mène au centre-ville, mais je tombe sur Vokun, mon Absol. Ce dernier me fixe intensément de ses yeux rouge sang, alors que je me contente de lui sourire. C’est surement le pokémon de mon équipe que j’ai le plus de mal à cerner, il est d’un naturel plutôt solitaire, à ne pas montrer facilement ses émotions. Mais il veille toujours sur moi, et il est resté avec nous, alors que je lui ai déjà proposé de lui rendre sa liberté (j’ai dû esquiver une attaque Tranche ce jour-là). Enfin ça m’interpelle quand même que mon Absol soit là, il ne se montre que rarement pour passer du temps avec nous.

-Vokun ? Tu veux nous accompagner en centre-ville ?
-Absol !

Ok alors là ça peut inquiéter, mon Absol vient d’accepter de nous accompagner en centre-ville. Est-ce qu’un malheur va m’arriver ? Absol est connu pour être le pokémon catastrophe, qui n’apparait que lorsqu’un drame va se produire, pour essayer de l’empêcher…Bon j’ai peut-être intérêt à être sur mes gardes, d’ailleurs je ne suis pas le seul à prendre cet avertissement au sérieux, Neige aussi fait une drôle de tête.

Nous partons donc à pied en direction de la plus grosse librairie de la ville…et je ne fais déjà plus vraiment attention à ce qui m’entoure, et au potentiel danger qui me guette. Ce qui n’est pas le cas de Vokun, qui a les yeux tout autour de nous, sur le qui-vive. Mais au détour d’un croisement de rue, je trébuche, et tombe lourdement au sol. Heureusement pour moi, il n’y avait personne en face de moi, et j’ai réussi à sauver mon livre que je tiens fermement dans mes mains.

Je me retourne pour voir ce qui m’a fait tomber, et je me retrouve nez à nez avec une sphère métallique grise…Qu’est-ce que c’est que ça ? Neige s’approche doucement de l’OFTNI (Objet Faisant Tomber Non Identifié), et elle le pousse légèrement de la patte. Plutôt que de le faire rouler, un bruit d’engrenage se fait entendre, et la sphère se transforme en une sorte de lapin d’acier avec une robe. Est-ce que c’est une pokémon ? C’est la première fois que je vois un tel pokémon, est-ce la création d’un humain ? Je n’ai pourtant rien lu dans les rebrique scientifique à ce sujet… L’étrange pokémon me fixe, la tête penchée sur le côté, et je m’empresse de me redresser pour m’excuser.

-Ho excuse-moi de t’avoir marché dessus, je ne regardais pas où j’allais!

Je m’incline légèrement devant le pokémon qui penche la tête de l’autre côté, mais j’ai l’impression qu’il a compris ce que j’ai dit, juste qu’il n’arrive pas à parler. C’est peut-être un robot inachevé ? Bon essayons d’en apprendre plus sur ce mystérieux pokémon.

-Je ne t’ai pas fait mal ? Mais qu’est-ce que tu fais là tout seul ? Tu es perdu ?


Une nouvelle fois la tête du pokémon penche sur le côté, il ne peut décidément pas répondre, pourtant il comprend ce que je dis…c’est vraiment très étrange. J’approche doucement la main vers le mystérieux pokémon, mais Vokun se place entre nous, grognant contre le pokémon de métal. Et tout s’enchaina beaucoup trop vite. Je n’ai même pas le temps de calmer Vokun, il s’élance toutes griffes dehors, le pokémon lapin tend les bras vers nous, et nous sommes éblouis par un puissant flash lumineux.

Je me sens un peu engourdi, et mes yeux ont du mal à se réhabituer à la luminosité ambiante. Il me faut bien une bonne minute pour reprendre correctement mes esprits…et je me sens étrangement bizarre. D’abord, pourquoi est-ce que je suis à quatre pattes ? Probablement pour garder mon équilibre quand il y a eu cette lumière aveuglante…J’essaye de me redresser mais…j’y arrive pas. Je regarde mes mains…qui sont recouvertes de poil blanc ? Et c’est quoi ces griffes noires ? Je me suis transformé en Yeti ?

-Absol ? Ab absol ! (Mais qu’est-ce que… ? Je me transforme en monstre !)

-Bon sang, qu’est-ce que ça veut dire ?

Cette voix…mais c’est la mienne ! Et pourquoi est-ce que je parle en onomatopée ? Je me tourne vivement pour…me voir, je suis face à moi-même…enfin de mon corps. Mais si mon corps est là ? Je suis dans quoi moi ? Je rebaisse les yeux pour regarder le corps que je contrôle…

Bug du cerveau alonien, relaoding 10%

-Pourquoi je suis là moi ?

Je reporte mon regard sur mon visage…enfin celui de mon vrai corps, et je peux le voir arborer un air des plus sévères. Les sourcils légèrement froncés, un air dur et froid…Serait-ce possible que…

-Absol ? (Vokun ?)

L’Alone en face de moi relève la tête quelques secondes après, et me regarde avec un air neutre/surpris. Est-ce qu’il a compris ?

-A..alone ? C’est toi ? Tu es dans mon corps ?

-Absol ! (Oui !)

Vokun fronce les sourcils, conscient de la situation, seule Neige ne comprend pas vraiment ce qui se passe.

-Goupix ? Gou ? (Alone ? Vokun ?)
-Absol, ab ab absol (Neige, c’est moi Alone, on a échangé nos corps)

Neige prend alors un air stupéfait, nous fixant à tour de rôle. Je pose mon regard sur Vokun qui a de nouveau les sourcils froncés.

-Je savais que ça allait mal se passer…

-Absol, sol sol Absol ? (Tu le savais ?)
-Je n’arrive pas à comprendre ce que tu me dis Alone…

Génial, c’est vrai que j’arrive à les comprendre mais je ne saurais expliquer comment je fais…je le fais, tout simplement.
Enfin on papote, mais il faudrait un peu qu’on s’inquiète de ce qui se passe. Il faut retrouver le pokémon qui est responsable de ça, sinon je serai à jamais coincé dans le corps d’un Absol, et Vokun dans le miens.

-Absol, absol sol ab absol !(Vokun, il faut que l’on retrouve ce pokémon, c’est lui qui a fait ça !)

Mon pokémon fronce des sourcils, il ne comprend vraiment rien de ce que je veux dire. Bon si je ne peux pas me faire comprendre comme ça, je vais faire autrement. J’attrape le bas du pantalon, et tire un peu dessus. Il se contente de froncer les sourcils, et dégager son pantalon.

-Quoi, qu’est-ce qui t’arrive ? On ferait mieux de rentrer à l’académie, ta sœur pourras surement nous aider.

Heu mais non, c’est pas ça que je voulais, je ne vois pas en quoi Yuna pourrait nous aider ! Mais je n’ai pas vraiment mon mot à dire, que Vokun part en direction de l’académie, ne nous laissant pas d’autre choix que de le suivre…Bon Yunie devrait facilement comprendre que quelques chose ne va pas, ne serait-ce que par l’expression de Vokun...J’espère qu’elle nous aidera à retrouver ce pokémon, afin qu’il ne fasse pas plus de dégâts.

Mais une chose est certaine, ça ne va pas être facile de rentrer à l'académie. Pourquoi? Parce que Vokun a bien du mal à marcher debout, à tel point que je dois lui servir de support. Il me remercie avec un simple ''hn''...Faites qu'il ne se mette pas a marcher à quatre pattes, sinon je ne sors plus de ma chambre pour le reste de l'année scolaire.Et bordel comment fait Vokun avec cette fourrure, ça tient trop chaud! Je prie pour que ce ne soit pas définitif.


Hrp:
 
Ana C. Gladio
Ana C. Gladio
Région d'origine : Alola
Âge : 15 ans
Niveau : 53
Jetons : 2187
Points d'Expériences : 1481
Coordinateur Performer
Sujet: Re: Event #1 - Cœur mécanique   Ven 25 Oct - 11:26


« Miguel, grouille-toi, on va être en retard ! En plus, c'est le cours de Diana Prince. Si jamais Jackie nous voit, elle nous tue ! » hurle Ana dans l'appartement de Miriam.

Miguel sort de la salle de bain en terminant d'enfiler son jean.

« C'est bon, c'est bon, déstresse. »

La jeune fille croise les bras en faisant la moue. Elle a beau adorer son cousin, parfois, il lui tape vraiment sur les nerfs. Miriam fait son apparition dans le salon, son sac à main au bras, prête à partir.

« Tu vas quelque part ? » demande son fils, surpris. « C'est ton jour de congé aujourd'hui. D'habitude, tu fais que dormir. »

La jeune femme roule des yeux.

« J'ai bien le droit de sortir, non ? Il faut que je te donne un justificatif, peut-être ? »

Miguel soupire avant de se mettre à rire. Les deux cousins se lancent un regard complice. Sécher les cours pour suivre en douce Miriam et découvrir qui est son copain qu'elle cache depuis des mois ?

Non. Mauvaise idée.

Bien que les deux aloliens soient des fouines ensembles, ils ont décidé de laisser la zoologiste tranquille. Miguel est soulagé de voir que sa mère est de nouveau épanoui, parce que ça faisait longtemps. Il n'a pas envie de l'embêter.

Ana attrape son sac et balance celui de Miguel sur le garçon qui manque de tomber en le rattrapant de justesse.

« Aller, c'est parti. »

Les trois métisses se dirigent vers la porte mais Miriam s'arrête avant.

« Ah, j'ai oublié un truc. Partez devant. »

Ana et Miguel se regardent un instant avant d'hausser les épaules et de sortir. En bas de la résidence Aquali, Forest, l'Haydaim de la coordinatrice, les attendait. Il s'abaisse légèrement pour les laisser monter sur son dos. Les deux adolescents quittent la résidence pour se diriger vers l'académie avec hâte.

« Tu penses qu'elle nous le présentera un jour ? » demande Miguel.

Ana hausse les épaules.

« Peut-être, j'en sais rien. Nous aussi, quand on était en couple, on a mis du temps avant de lui présenter. C'est pareil pour elle, je suppose. C'est juste que elle, ça prend plus de temps, parce qu'elle est adulte... Elle veut peut-être attendre que ça soit sérieux. »

Le garçon réfléchit un instant.

« Tu penses qu'il sait qu'on existe ? Genre.. Tu penses qu'il sait qu'elle a déjà un fils ? »

Cette question trouble un peu la jeune fille. Elle n'en sait rien du tout. Est-ce que Miriam aurait dissimuler leur existence par peur de la réaction de son copain ? Même s'ils sont adolescents et donc autonomes, Ana suppose que c'est tout de même compliqué comme sujet.

« J'en sais rien du tout. » répondit-elle finalement en soupirant.

Arrivés aux abords de l'académie, ils descendent du dos du Haydaim. Ana regarde l'heure sur son iPok. C'est bon, ils ne seront pas en retard. Mais arrivé au niveau du portail principal, un étrange bruit résonne jusqu'à leurs oreilles.

« Toi aussi, t'as entendu ? » demande Miguel à sa cousine, inquiet.

Elle hoche la tête.

« Je ne me souviens pas qu'ils aient installé une horloge à l'entrée.. ou une quelconque machine. »

Une ombre apparaît juste devant eux. Ils se figent. Le coeur d'Ana s'emballe. Mais qu'est-ce que c'est que ce truc ? Elle tourne lentement la tête vers le garçon, ils échangent rapidement un regard avant de se retourner lentement.

« C'est.. un pokémon ? »

Ana se détend légèrement, il n'a pas l'air méchant. Mais ce bruit métallique.. Cela lui rappelle trop les visions étranges qu'elle a eu l'année passée, exactement à la même période. Et ça lui glace le sang.

« Euh.. Salut. Tu cherches.. quelque chose ? »

Le pokémon ne répond pas, ne bouge pas. Il les regarde simplement.

« Je n'ai jamais vu un tel pokémon.. »

Une idée traverse l'esprit de la jeune fille. Elle dégaine son iPok et active le mode appareil photo pour immortaliser l'image de cette chose étrange. Qui sait, ça pourra toujours être utile. Elle range son appareil. Le pokémon s'avance lentement, en les fixant toujours de ses grands yeux rouges et roses.

Un flash. Puis plus rien.

Les deux adolescents se retrouvent par terre. Ana se frotte les yeux avant de les ouvrir. Elle fronce les sourcils. Le mystérieux pokémon a disparu.

« Qu'est-ce qui s'est pass... AAH MAIS POURQUOI J'AI CETTE VOIX !? »

Elle se tourne vivement pour faire face.. à elle-même. Elle écarquille les yeux avant de se regarder.

« MAIS POURQUOI JE SUIS DANS TON CORPS MIGUEL !? »

Le garçon reste silencieux en observant son corps puis celui d'Ana.

« Je.. j'en ai aucune idée. Je ne comprends pas. On.. a.. échangé de corps ? Mais c'est possible ça ? Je.. Et pourquoi j'ai mal au ventre ? T'avais mal au ventre ? »

Elle ne répond pas avant de se relever. Elle tend la main à Miguel, enfin, à elle-même.. vous avez compris quoi. Son cousin attrape sa main et se relève à son tour avant de se recroqueviller sur lui-même.

« JE SUIS EN TRAIN DE ME FAIRE PIPI DESSUS. »

Ana se facepalm.

« Mais non, c'est parce que j'ai mes règles, gros bêta. »

Il écarquille les yeux.

« C'est ça.. avoir ses.. ragnagna ? Ça fait super mal ! »

Elle soupire.

« Bah au moins, tu ne me feras plus chier quand je les aurais. »

Il se redresse légèrement, affichant une mine dégoûtée.

« Bon, qu'est-ce qu'on fait ? Parce que je ne compte pas rester dans ton corps toute ma vie. »

Le garçon hausse les épaules, il n'en sait rien.

« On va être en retard en cours, en plus ! On a un contrôle, je te rappelle. Dis-moi que t'as révisé ? »

Le garçon écarquille les yeux.

« Mais t'es pas sérieuse ? Tu penses aller en cours comme ça ? Ça va pas la tête !? »

Elle fronce les sourcils.

« On a un contrôle ! Si on le loupe sans motif, on se fait tuer ! »

Miguel roule des yeux.

« Bah la permutation de corps, c'est pas un motif assez valable ? »

Ana tourne les talons, agacée avant de refaire face à son cousin.

« Mais comment tu veux qu'on le prouve aussi ? T'es marrant toi ! On va pas écrire sur le motif d’absence " ah bah on a échangé de corps du coup c'était compliqué quoi ". Non ! On doit y aller. Alors je répète ma question: est-ce que t'as révisé ? »

Il baisse la tête.

« Pas vraiment... »

Ana se retient d'hurler.

« Je vais vraiment finir par te tuer. Bon, aller viens, on y va et le problème d'échange de corps, on verra ça après. »

Elle l'attrape par le poignet et se dirige vers le bâtiment où ils ont cours.

« Je suis bg quand même un peu. » remarque Miguel.

Ana secoue la tête.

« T'es vraiment un idiot. »

Haydaim, qui avait regardé toute la scène, était resté planté là, à l'entrée de l'académie. Il n'a absolument rien compris de ce qu'il venait de se passer.

hrp:
 

©BBDragon

_________________
Event #1 - Cœur mécanique 1562174696-signature
Ginji Labelvi
Ginji Labelvi
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 19 ans
Niveau : 100
Jetons : 3197
Points d'Expériences : 4002
Todresseur Spé. Type
Sujet: Re: Event #1 - Cœur mécanique   Ven 25 Oct - 20:52
GINJI LABELVI

rp solo
« Cœur mécanique »


Bras tendus, j’inspire à plein poumons.

Des effluves de sel parviennent jusqu’à mes narines. Le vent frais vient agiter ma veste et me rappeler le départ définitif de l’été, alors que plus loin, la mer perpétue son va-et-vient incessant. Derrière moi, Oz m’interpelle.

« -Tu cherches juste à m’énerver, en fait ?»

Après un haussement de sourcil, je me retourne. Mon équipe est regroupée juste là, mais parmi tous, seul le Raichu d’Alola paraît particulièrement agacé. Je le dévisage, sans trop comprendre.

« -Pourquoi tu dis ça ? »

Il me lance un regard noir.

« -Tu sais très bien que je n’aime pas la plage. Et autant, je peux comprendre qu’en période de chaleur, on puisse avoir envie d’y aller… Autant là, je sèche. Soit tu es particulièrement stupide et tu comptes quand même te baigner malgré le froid, soit tu cherches juste à me provoquer. »

Je gonfle les joues, vexé.

« -Rooh. Tout de suite les grands mots. » je croise les bras, et tourne légèrement la tête « Le monde ne tourne pas qu’autour de toi, tu sais ? D’autant que…. » du menton, je lui indique sa queue, sur laquelle il est en lévitation « Tu ne râles pas un peu pour rien ? Quand tu étais encore un Pikachu, je veux bien comprendre que le sable t’insupportait, mais là… Tu ne le touches même pas.  »

Bougon, sa mine se fait plus renfrognée.

« -Peut-être, mais à cause de tout ce vent, je vais en recevoir dans les yeux et dans mon pelage... »

J’envoie un regard blasé au ciel. Euphie, dans l’optique d’apaiser son compagnon, bondit sur sa queue et lui lance quelques cris. S’il ne transmet pas ses paroles par télépathie, je vois bien que le Raichu d’Alola se laisse à contre-cœur convaincre de rester. Je souris, et m’adresse ensuite à la Pikachu.

« -Tu es certaine de vouloir garder ta tenue de Lady, Euphie ? Cela pourrait te gêner pour l’activité de ce matin. Notre chambre n’est pas très loin, donc si tu veux en changer... »

Sans l’ombre d’une hésitation, elle décline la proposition.

« -Pi ! »

Je hausse les épaules.

« -Comme tu veux. »

Je me tourne ensuite vers l’ensemble de mes compagnons. Goldfroy et Punch échauffent leurs muscles avec impatience, prêts à en découdre, et Thoron fait certainement de même en courant à gauche et à droite. A l’aide de son ombrelle, White Lady se protège du sable ainsi soulevé, et tire une moue dépitée qui fait beaucoup rire Harissa. Shy et Meg observent tous deux la mer avec une certaine envie, et Smegta, Maygta, Hongta, Aegta, Emegta et Omegta s’amusent à se tourner autour. Tobby, Thibault et Obbyt les surveillent d’un œil expectatif, tandis que Soul, Lucina, Châtaigne, Webble, Zelf, Mjöllnir, Spark et Arlo attendent simplement la suite.

Énergique, je tape vigoureusement dans mes deux mains.

« -Ok ! Est-ce que vous êtes prêts pour une partie... »

Je m’abaisse, et attrape une balle au sol, que je lance en l’air.

« -… De beach-volley ?! »

Si Goldfroy, Webble, Meg, Thoron, Mjöllnir, Arlo et Euphie montrent un certain enthousiasme, Zelf, Punch et Spark se font plus réservés, mais pour autant, pas moins intéressés. Indifférents, Oz, Soul, Lucina, White Lady et Sharon se contentent de soupirer, ou de regarder ailleurs, alors que les autres paraissent simplement partants pour regarder.

La balle retombe au sol, juste devant moi, et je pose mon pied dessus avec un large sourire.

« -Très bien ! Que les volontaires s’avancent, nous allons faire deux équipes. Les autres, vous pouvez vous poser, vous balader, ou même rentrer à la chambre si vraiiiiment ça vous dérange d’être avec des gens. »

Je lance un regard en coin à Oz, qui lâche un râle exaspéré. Comme escompté, il se résigne à son sort, d’autant que Euphie lui en voudrait certainement de ne pas être là pour l’encourager. La horde se scinde ainsi en un groupe disparate, dont je commence à réarranger une partie en deux teams distinctes.

« -Goldfroy et Punch, vous prendrez la tête de vos équipes respectives. Euphie et Arlo, vous allez avec Goldfroy, et Spark et Meg, dans l’équipe d’en face. Webble, avec Goldfroy, et Thoron, avec Punch… Mjöllnir aussi, et Zelf avec Goldfroy. Moi, j’irai avec Punch, et toi là, tu peux te joindre à Goldfroy si tu veux… Comme ça, cela fait deux équipes de six ! » je fronce les sourcils « Une minute, nous étions pas onze à vouloir participer, à la base ?…  » j’entreprends de recompter l’ensemble des participants du doigt « Un, deux, trois… Six, sept… Neuf, dix… Onze avec moi, et douze avec le Magearna. Non, c’est bon, le compte y est !
-...
-…
-...
-…
-...
-… A-ATTENDEZ, d’où sort ce Magearna ?! »

Tous les regards convergent vers la silhouette robotisée qui s’est placée dans le groupe. Immobiles, plus personne n’émet le moindre son ou geste, et dévisage cette étrange créature qui observe tranquillement l’assemblée qui l’entoure. Pour ma part, je me frotte les yeux des deux mains, et m’assure de ne pas avoir halluci… Ah nan, il est toujours là.

Cette robe métallisée, cet engrenage en guise de tête, ces deux grandes oreilles étirées… Je suis certain qu’il s’agit de la description du Pokémon découvert par Palladium il y a de cela plusieurs années ! M-mais c-ce n’est pas possible, c’est supposé être un Pokémon fabuleux, pas vrai ? Je dégainerai bien mon Ipok pour vérifier, mais toutes mes affaires sont restées dans ma chambre… Alors que quelques murmures parcourent mon équipe, qui a jugé bon de se rassembler, je décide de m’approcher prudemment de la créature.

« -Hum… Excuse-moi ? Tu… Tu veux jouer avec nous ? »

Il tourne la tête vers moi, et me dévisage avec ses grands yeux rosés. J’attends patiemment qu’il émette une réponse, mais aucun son n’est produit en dehors de ses engrenages mécaniques. Lucina le hèle, et il tourne la tête en sa direction, mais ne réagit pas plus. Même mes Magnéti viennent à sa rencontre et l’auscultent sous tous ses angles, sans qu’aucune réaction ne se produise. Je tire une moue perplexe, et m’en remets à Oz.

« -Tu peux essayer de rentrer en communication avec lui ? »

Le Raichu d’Alola grimace.

« -… Vraiment ? Je suis obligé ? »

Je fronce les sourcils.

« -… Quel est le problème ? »

Il hausse les épaules, et me l’indique de la tête.

« -Tu ne le trouves pas bizarre, toi ? Il ne parle pas et n’affiche aucune émotion… D’autant que seule une partie de son corps semble pourvue d’une âme… »

Je me gratte la tête, et dévisage plus en détail le Magearna. Euphie décide alors de prendre les devants, et s’avance vers lui en un cri enthousiaste.

« -Pika pi ! »

La créature dirige son attention vers elle, et l’écoute débiter toutes sortes de paroles. Euphie se désigne de la patte, puis Oz, puis moi-même, et entreprend de longues et obscures explications. J’espère qu’elle est réellement en train de le convaincre de sympathiser…. A en juger l’absence de réaction de mes partenaires, sont discours doit être à peu près cohérent.

Et il doit probablement l’être, puisqu’à la fin de celui, le Magearna acquiesce. Euphie lui lance un dernier cri réjoui, alors qu’il ferme les yeux, et tend ses deux bras. Un halo de lumière vient ensuite l’auréoler, et…

Se disperse.

J’ai à peine le temps de lever les bras qu’un désagréablement fourmillement parcourt mon corps. Je… JE CONNAIS CETTE SENSATION ! A-attendez ! Je… Non… Ne me dîtes pas que… Que… ?!

Bien vite, le rayon lumineux s’atténue, et… Ses effets se font ressentir. Je cligne des yeux une fois, deux fois… Et la première chose que je fais est de vérifier mon corps. Je plaque mes mains contre mon buste, et… Bonté divine ! Des vêtements… Qu’Arceus soit béni…

« -Pi ! Pika chu pika…  Ouf ! J’ai bien cru que j’y étais pass… »

Je m’interromps.

Cette voix.

Ce cri.

E-et….

E-et s-surtout…

… Cette robe.

N-non… Ne me dîtes pas que…

Que…

QUE…

« -Lux… Luxray ? Qu’est-ce… Qu’est-ce qu’il vient de se passer ?
-.. P-pio ! Loupio ?!… … A-ah ! Pourquoi tout est si grand ?!…
-T-tali ? Vo… Voltali ! Q-quoi ? M-mais… Mais c’est moi, ça !
-Elecsprint… ? Elec ?! Qu’est-ce que je fais aussi haut… ? Et à quatre pattes ?!
-Gravalanch grava… Lanch ? Pourquoi est-ce que je me sens aussi… Lourd ?
-El… Elek ?! Que… A quel moment suis-je devenue un gros tas de muscles ?! »

Je lève la tête, et mon regard balaie l’ensemble des Pokémon qui me surplombent. Oh, malédiction…

Ça recommence.

« -Raah… Mais qu’est-ce qu’il se passe, encore ?… Et qu’est-ce que je fous dans le sable ?! »

Je fais volte-face en entendant ma voix. Mon corps ! Il est juste là, et se redresse avec un air bien contrarié… Je m’y précipite, mais me prends rapidement les pattes dans la robe que je porte, puis trébuche. Raaaaaah, nan ! On ne va quand même pas revenir à ces bailles là ?! Je serre les crocs, me relève, et tenter d’interpeller la personne qui se trouve dans mon corps.

« -P-Pika ! Pikachu ?  E-Euphie ! C’est toi ? »

Elle me regarde, et fronce les sourcils.

« -Qu’est-ce qu’il y a, Euphie ? Pourquoi tu n’arrives plus à parler correcte… ? »

Je vois mon corps écarquiller les yeux en réalisant le problème avec sa voix – et toute son enveloppe physique en général – tandis que je capte un tout autre soucis. S’il pense que je suis Euphie… Cela signifie que j’ai atterri dans son corps, mais que elle… N’est pas dans le mien ? Un échange à plus de deux personnes, c’est possible ?! A la hâte, je cherche à observer les alentours, mais quelque chose fonce vers moi et… M’attrape.

« -Raaaaaaaaaaai ! Oooooooooz ! »

Je me fais ainsi agripper par un Raichu d’Alola, qui me sert très très fort contre lui. A-attendez, est-ce que Oz vient de me câliner après avoir crié son nom ?! Alors que je tente de me libérer, il frotte ses joues contre les miennes… Avec une vigueur signe d’une TRÈS GRANDE marque d’affection.

« -Chu ! Raichu ! Raichu rai ! Chu raichu ! Ouf ! J’ai eu peur ! Mais je t’ai retrouvé ! Tout va bien maintenant !
-Pi… Pikachu ! Eu… Euphie, arrête !  »

Je parviens enfin à me libérer de son étreinte, et retombe maladroitement dans le sable. Sa mine se fait attristée.

« -Rai… Chu rai ? Raichu ?... Qu… Qu’il y a-t-il, Oz-choupinet ? Mon corps ne te plaît pas ?… »

Je déglutis. Oz-choupinet ?! Il faut que je remette les choses au clair avant que tout ceci ne parte trop loin…

« -P-pikachu ! Pi… Pika ! Pi ! M-mais non Euphie ! C’est… C’est moi ! Ginji ! »

Son visage se décompose. Je crois à la fois lire toute l’incompréhension et le désespoir du monde dans son seul regard.

« -… Rai ? … Quoi ? »

Pas le temps de discuter plus, que Euphie, dans le corps de Oz, se fait interpeller par… Moi. Les deux mains supposées m’appartenir l’attrapent par les côtes, et la secouent comme une prune.

« -Ginji ?! C’est toi ?! Dis moi que j’hallucine… Dis moi que j’hallucine et que tout ceci est un rêve dont je vais me réveiller, CRÉTIN ! »

Secouée, Euphie tente de protester.

« -R-r-r-r-r-r-ai c-c-c-c-c-c-chuuuuu ! M-m-m-m-mais j-j-j-j-j-j’a-a-a-a-ai r-r-r-r-r-ien f-f-f-f-f-ait !
-Pika ! Oz ! »

Je viens me poster au bas de mon propre corps, et tente de capter son attention en tendant bien haut les deux bras.

« -Pi ! Pika ! Chu ! C’est moi ! Ginji ! Calme-toi ! »

Oz, donc dans mon corps, s’arrête brusquement, et me dévisage avec tout autant d’incompréhension. Je lâche un soupir, et après quelques secondes, désigne ma nouvelle enveloppe physique de la patte.

« -… Ch’ka. … Crétin. »

Ses yeux s’écarquillent, et il lâche Euphie, qui retombe maladroitement sur le sable.

« -… Ginji ?! »

Dépité, j’acquiesce. Oz relève alors le menton, et balaie l’ensemble de la horde du regard… C’est un grand bordel qui règne parmi l’équipe qui ne sait plus où donner de la tête. Et plus la moindre trace du Magearna. Les cris de mes Pokémon résonnent comme d’explicites paroles à mes oreilles, et forment malgré tout une gigantesque cacophonie. En plus de ça, le monde entier me semble soudainement beaucoup trop grand pour moi…

Hmm.

C’est étrangement familier, tout ça.

« -… Ok. Que tout le monde se calme…. SILENCE, TOUS ! »

Le brouhaha incessant cesse à l’instant où Oz élève la voix. Moi-même je ne dis plus rien et le dévisage avec de grands yeux – c’est donc à ça que je ressemble quand je me fais autoritaire ? - tandis que mon starter décide de prendre les choses en main.

« -Déjà, que ce soit bien clair : ne vous avisez pas de me confondre avec le Crétin. Moi, c’est Oz, et maintenant, je ne comprends absolument plus rien à vos cris. » renfrogné, il croise les bras « Normalement, c’est à Ginji de donner des ordres, mais depuis sa position, j’ai bien peur que cela soit devenu un peu compliqué. »

Il fait un petit mouvement de la tête en ma direction, et tous les regards convergent vers la petite et frêle Pikachu Lady au centre de la horde. Timidement, je lève une patte.

« -… Pika. Chu… Pii…  … Coucou. C’est moi… Hum…  »

Mal à l’aise, je ne sais trop quoi ajouter de plus. Cela tombe bien, puisque mon starter enchaîne.

« -On va commencer par clarifier les choses. Je vais vous appeler un à un par vos surnoms, et vous vous manifesterez… Comme ça, nous saurons qui est dans le corps de qui. Goldfroy ?
-BZZZ... »

Nous nous tournons tous d’un seul même mouvement vers un Magnéti, à moitié enfoncé dans le sable, et qui tente tant bien que mal de léviter.

« -MAGNE… TI… MAAAA, MAGNETI ? … JE SUIS… LA…  AAAAH, COMMENT JE FAIS POUR VOLER ? »

Complètement ahuri devant pareil spectacle, je cligne des yeux. Ok… La journée va s’avérer TRÈS compliquée…

***

« -Donc…. Si je récapitule... »

A la fin de son appel, l’entièreté de l’équipe s’est retrouvée subdivisée en plusieurs groupes. Oz, toujours humain, désigne les deux Pokémon à ses pieds : un Raichu d’Alola et une Pikachu Lady.

« -Euphie s’est retrouvée dans mon corps… Je suis dans celui du Crétin… Qui lui a récupéré celui d’Euphie. Du côté de Goldfroy... »

Il indique à peine plus loin un Magnéti, une Dedenne, un Elecsprint et un Gravalanch.

« -Il s’est retrouvé dans celui de Tobby, qui a hérité de celui de Spark, qui est maintenant dans Thoron, qui est lui-même dans Goldfroy…  » il pointe ensuite un autre groupe, composé d’un Limonde, d’un Pharamp, d’un Zeblitz et d’une Luxray « Lucina est maintenant dans Soul, Soul dans Zelf, Zelf dans Châtaigne et Châtaigne dans Lucina. En plus de ça…  » il montre du doigt deux duos « Punch et White Lady ont tous les deux été inversés, de même que Shy et Meg. Et pour finir… » il indique un Mygavolt, un Amagara et un Ohmassacre « Webble est dans Arlo, Arlo est dans Mjöllnir, et Mjöllnir dans Webble. »

Il bascule sa tête en arrière, et lève les yeux au ciel, exaspéré.

« -Harissa, Thibault, Obbyt, les Motisma et Sharon ont quant à eux rescapé à l’attaque. »

Un long silence s’ensuit, sans qu’aucune objection ne se fasse… Mais est finalement rompu par le ricanement d’une certaine Emolga. Ne parvenant plus à retenir son rire, Harissa s’effondre sur le sable, et explose.

« -Emo... Emo… EMO ! Emolga ! Ga ! Emolga !… Emolga ! Ahaha… Emolga ! Hi… Hihi… HIHIHI ! C’est beaucoup trop drôle ! Mouhahaha ! Si vous voyez vos têtes, à tous !… Ah ! Mais suis-je bête ! Vous pouvez mieux vous voir, maintenant, non ? Ahahaha ! Je meurs ! C’est génial ! »

Elle a le droit aux regards noirs de nombre de mes Pokémon. Mais Oz récupère l’attention avant que quoi que ce soit d’autre ne soit ajouté.

« -Je ne suis pas un expert, mais tout ceci ressemble fortement à l’attaque Permucoeur que Ginji a déjà subi par le passé. Rassurez-vous, c’est temporaire. Inutile d’aller courir après celui qui nous a fait ça, on se marchera plus sur les pattes qu’autre chose… D’ailleurs. Aux yeux des autres humains, c’est moi le dresseur, maintenant… Et clairement, j’ai pas envie d’assumer cette responsabilité. Donc, ce que je vous propose… C’est qu’on reste là, et qu’on attend que ça se tasse. Ça vous va ? » il grommelle ensuite en soulevant un pied « Et dire qu’il a fallu que ça arrive sur une plage… J’ai les pattes pleines de sable, maintenant…  »

Las, je soupire. Je ne sais pas si le fait que la situation me blase plus qu’elle ne m’affole est une bonne chose… Au moins, ‘faut voir le bon côté.

Lentement, j’observe mes pattes, puis la queue qui trône dans le bas de mon dos… Être un Pikachu ne m’avait pas tant dérangé que ça, la première fois. Enfin, si, mais… J’avais fini par tirer du positif de cette expérience. Par contre…

Hors de question que je passe dix secondes de plus dans cette robe. Tu t’es bien joué de moi, destin, mais à un moment, ça va plus le faire ! J’entreprends donc de d’abord retirer l’énorme couvre-chef… Et me fais immédiatement interpeller par Euphie.

« -Rai ! Chu ! Raichu rai? Eh ! Une minute ! Je peux savoir ce que tu fais ? »

Je dévisage le Raichu d’Alola, perplexe.

« -Pi… Kachu ?  Euh… J’enlève cette tenue ? »

Euphie gonfle les joues, ce qui, je dois bien l’avouer, rend le corps d’Oz particulièrement adorable.

« -Rai ! Raichu ! Non ! Il en est hors de question !
-… Ka ? Pi… Ka ?! … Quoi ? Mais… Pourquoi ?! »

Elle croise les bras, et prend un air renfrogné.

« -Rai, chu ! Raichu ! Chu rai !  Tu es dans mon corps, je te rappelle ! Désormais, tu me représentes ! Et tu te dois de rester une belle et élégante souris, en toute circonstance ! »

Je secoue la tête de gauche à droite, blasé.

« -… Pika pi ? Pikachu. … Et donc je devrai supporter cette tenue ? C’est hors de question.  »

Ma réponse semble profondément la vexer.

« -Chu ! Raichu, rai ! Mais enfin ! Si je ne me fais pas belle, Oz va se désintéresser de moi ! »

Je manque de m’étrangler.

« -… Pi… PIKACHU PIKA, CHU. … Je… JE NE TIENS PAS PARTICULIÈREMENT A CE QU’IL S’INTÉRESSE A MOI, JUSTEMENT.
-Rai ! Raichu raichu rai raichu ! Hmph ! Tu dis ça, mais cela ne t’a pas empêché de vouloir voler le Frotte-Frimousse de l’Amour, réservé à mon cher Oz-choupinet !
-P-pi… Pikachu ! M-mais… Mais c’est toi qui t’es jetée sur moi !
-Rai chu raichu, rai… Tu pourras bien prétendre ce que tu veux, je ne te laisserai pas me voler Oz….
-PIKACHU PIKA ! Pika… Kachu ?! MAIS PUISQUE JE TE DIS QUE JE N’EN VEUX PAS ! Et puis… Tu es vraiment en train d’être jalouse de ton propre corps ?! »

Ma question a le mérite de l’interrompre, et de la faire réfléchir deux secondes à la situation. Ce qui, croyez-moi, est un miracle face à une Euphie possessive…

« -Rai, chu... Hmm, c’est vrai... » son visage s’illumine lorsqu’elle réalise quelque chose, et qu’elle plaque une patte contre son cœur – ou devrai-je dire, celui d’Oz « Chu raichu chu chu ! Raichu chu raichu ! C’est parce que je porte en moi les sentiments d’Oz-choupinet ! Il me trouve tellement charmante, qu’en éprouvant ses émotions, j’en suis venue à craindre pour ma propre place ! »

C’est très perturbant d’entendre la voix de mon starter débiter pareilles bêtises. D’ailleurs, l’idée que moi, je puisse porter les sentiments d’Euphie à l’égard d’Oz, est également une chose vraiment terrifiante… Brr. Heureusement, il n’en est rien. Pendant que je frissonne, Euphie se jette sur mon corps humain, toujours habité par son compagnon, et l’étreint.

« -Chuuuu, raichu, chu rai… Aaaaah, Oz-choupinet, j’ai toujours su que nous étions faits l’un pour l’autre… Keur
-E… Euphie ?! Je peux savoir ce qui te prend ?! Argh… Arrête avec mes joues, tu me fais mal ! »

Je soupire. Cela ne change rien à mon problème, tout ça… Dans une dernière tentative de négociation, j’interpelle la Pikachu prisonnière du corps d’Oz.

« -Pikachu pi, pika ?... Si au moins tu me permets de prendre une tenue plus confortable, ça te va ?… »

Tout en retenant mon véritable corps, elle agite une patte nonchalante.

« -Raichu, rai ! D’accord, mais tu en choisis une bien ! »

Je lève les yeux au ciel. Mais oui, bien sûr…

Je me retourne, et me dirige vers le campus. Heureusement que nous ne sommes pas partis très loin de l’académie… Quoi que, cela nous aurait peut-être évité cette mésaventure. Hmm… Je me demande où se trouve ce Magearna, maintenant. D’autres personnes sont-elles victimes de ses pouvoirs ?…

Ah, peu importe. Maintenant, je dois réussir à traverser la distance qui me sépare de ma chambre (sachant que celle-ci est tout de suite BEAUCOUP PLUS GRANDE quand on mesure quarante centimètres), le tout sans me casser la figure… Ou la gueule, je peux le dire, désormais.

Alors que je m’éloigne, Oz me remarque.

« -E-eh… A-attends Ginji, tu vas où comme ça ?! »

Je me retourne, et lui fais un rapide signe de la patte, tandis que lui est toujours aux prises avec Euphie.

« -Pika, pikachu. Cinq minutes, je reviens. »

Déjà que marcher en étant un Pikachu n’est pas une chose évidente, le faire en robe l’est encore moins. Alors imaginez le tout sur du sable… Autant vous dire que je fais trèèèès attention à mes pas le temps de rallier la terre ferme. Ainsi, la petite silhouette volante élancée à ma poursuite a parfaitement le temps de me rattraper, et de se poser à côté de moi.

« -Emoooo ? Emolga ? Ga... Aloooors ? On désobéit aux ordres de son dresseur ? Mais quelle vilaine fille…  »

Je lance un regard dépité à Harissa, qui me suit de près.

« -Pikachu pika, pi… ?  Tu es juste venue pour te moquer de moi, ou… ?  »

Elle sourit.

« -Ga emolga ! Emo… Emolga. Emolga emo. Emolga… Bien sûr que je suis venue me moquer de toi ! Euh… Non, je veux dire. Oz m’a demandé de te suivre. Tu comprends, il est inquiet pour sa Pikachu chérie…
-PIKACHU PIKA.  ARRÊTE CA TOUT DE SUITE.  »

Elle éclate de rire, et je lâche un petit grommellement. Pour autant, je ne repousse pas Harissa, ni ne m’arrête. Je me serai certes passé de ses plaisanteries, mais je dois bien reconnaître que c’est plus prudent ainsi…

Hmm. C’est bizarre à dire, mais… Pour l’instant, Oz s’est avéré être un plutôt bon dresseur. C’est lui qui a ramené le calme dans l’équipe malgré son incapacité à nous comprendre, qui a déterminé qui était dans quel corps, et qui a pris les mesures nécessaires pour que rien ne dégénère… Héhé, c’est qu’il est plutôt doué pour le métier. On peut même dire qu’il a eu un excellent maître !

« -… Emo, emolga ? … Pourquoi tu souris, comme ça ?
-Pi ?… Pika.  Hmm ?… Oh, rien. » je hausse les épaules, et jette un petit coup d’œil en direction de l’attroupement derrière nous « Pikachu pika pika pi. Je me dis juste que cette journée sera peut-être plus intéressante que prévue. »

Harissa sourit à son tour.

« -Gaa… Emolga molga emo, emolga ? Aaah... Ça y est, tu as compris que puisque tu étais dans le corps d’Euphie, tu pouvais faire plein de crasse à son nom et lui faire porter le chapeau ensuite ?
-P-pika ? Chu !… Q-quoi ? M-mais non !…  » je lâche un soupir, abandonnant tout dialogue avec Harissa « Pikachu ? Pika pika pi, pikachu. Oh, et puis tu sais quoi ? Dépêchons nous d’aller dans notre chambre, puis allons rejoindre les autres au plus vite. On plaisantera une fois que j’aurai quitté cette fichue robe. »

Elle acquiesce, amusée. Pour ma part, mon humeur alterne entre le désespoir et la résignation…

Mouais… Cette journée promet.

HRP:
 

_________________

« Il y aura des hauts, il y aura des bas… Et je ne serai pas là pour t’aider à les traverser. »
Quitterie Aédé
Quitterie Aédé
Région d'origine : Unys
Âge : 16 ans
Niveau : 7
Jetons : 932
Points d'Expériences : 77
Scientifique Novice
Sujet: Re: Event #1 - Cœur mécanique   Sam 26 Oct - 18:35


Halloween approche. Je ne suis pas une très grande fan de cette fête. Je ne suis pas une fan des fêtes tout court, en fait. Je suis peut-être ce genre de personne reloue qui crient au commercial dès que pâques, halloween ou noël approchent. Mais peu importe.

Après les cours, je décide d'aller au parc au centre des dortoirs pour me détendre un peu. L'automne s'est déjà bien installé, mais le temps est encore doux. C'est agréable. J'ai pris ma guitare, Erato et Hypaté m'accompagnent. On s'installe sur un banc. Plusieurs élèves se baladent dans le parc, allant ou partant de l'académie, c'est assez calme. Je suis surprise d'ailleurs. Moi qui pensait vivre de folles aventures ici, pour le moment, rien de bien incroyable s'est déroulé devant mes yeux. Plusieurs filles de mon dortoir ont vendu l'académie comme un endroit de dingue où il se passe toujours des trucs improbables, mais le seul évènement qui s'est produit depuis mon arrivée est l'embrouille avec l'autre école de Nuevo. Même si j'ai entendu parler de l'attaque des pokémons eaux sur le navire de croisière durant les vacances, je ne l'ai pas vécu, donc j'ai du mal à imaginer ce qui a pu se produire. Mais bon, je ne vais pas m'en plaindre. Je vis une scolarité tout à fait ordinaire.

Je sors ma guitare de son étui et commence à jouer. La Farfaduvet s'empresse de se dresser devant moi pour danser. Elle est si mignonne. Elle fait virevolter les feuilles autour d'elle, telle une petite fée. Après plusieurs minutes, voyant qu'il n'y a personne autour de moi susceptible de m'entendre, j'élève la voix pour accompagner ma guitare.

« Dans ma tête, c'est la jungle, mes neurones sont noués comme les lianes aux branches. Les fausses fleurs des magiciens fanent, ils n'ont plus de colombe sous la manche. Pendant que nous rêvons à régner et à tisser nos toiles, la nuit, j'hisse la voile pour rebaptiser les étoiles. Qu'ils bâtissent l'enfer, je ne tomberai pas dans leurs abysses. Il faudra m'y jeter, m'y jeter poings et voix liés. Je chanterais pour que les cordes raidissent, à gorge déployée pour qu'Orphée m'entende mieux qu'Eurydice. »

Je m'arrête soudainement, me sentant observée. Sans m'en rendre compte, quelqu'un m'écoutait discrètement discrètement derrière un arbre. Je penche légèrement la tête pour l'apercevoir mais l'inconnu finit par se montrer de lui-même. Et il ne s'agissait pas d'un élève mais d'un pokémon. Je soupire de soulagement, je préfère être écoutée par des centaines de pokémons plutôt qu'un élève de l'académie. Ce pokémon m'est totalement inconnu. On dirait une machine, en fait. Comme si il avait été fabriqué par quelqu'un ou quelque chose. Il m'observe un instant avant de se tourner vers Hypaté qui faisait la mou face à cette intrusion qui avait arrêté la musique et donc sa danse. Il fixe la Farfaduvet avec intensité avant de faire un tour sur lui-même, dans l'incompréhension la plus totale de ma part et de celle de mes deux pokémons.

« Tu veux aussi danser ? » demandais-je au pokémon métallique.

Aucunes réponses de sa part, bon très bien. Après quelques secondes de vide, il finit par me pointer avec sa.. patte ? Avant de pointer Farfaduvet à son tour. Puis un énorme flash apparaît, m'aveuglant. Je ferme les yeux, surprise. Puis je ne sens plus ma guitare entre mes mains. Je ne suis plus assise d'ailleurs. Pourquoi mes cheveux sont devenus longs ? Pourquoi je sens l'herbe sous mes pieds ? Je me frotte mes yeux et cligne plusieurs fois avant de les ouvrir. Le mystérieux pokémon a disparu. Je me tourne vers Hyp..

Attendez, quoi ? Pourquoi je suis en face de moi ? J'écarquille les yeux. Mon corps se lève tout seul, affichant un sourire radieux. Je regarde mes mains.. devenues des pattes. Mon corps est brun. Et mes cheveux sont épais, longs et blancs !? JE SUIS DANS LE CORPS DE FARFADUVET !? Mon corps d'origine s'avance vers moi pour m'attraper et me soulever.

« Farfa ! Farfa ! Farfaduvet ! Hypaté, c'est toi qui est dans mon corps !? »

Elle plisse les yeux.

« Je ne comprends pas un mot de ce que tu dis. Kiki, c'est toi qui est dans mon corps ? Parce que moi, c'est Farfaduvet, mais je suis dans ton corps. »

Je fais oui de la tête. Ok. Tout va bien. Enfin non. Parce que Farfaduvet et moi avons échangé de corps. Mais au moins, me voilà rassurer de savoir qui est dans mon corps.

« Ok cool. »

Hypaté me pose au sol avant de mettre ses mains sur ses hanches.

« Alors, maintenant que tu peux me comprendre, j'ai quelques trucs à te dire. Déjà, sache que j'aime absolument pas comment tu m'as surnommé. Et Cabriolaine non plus d'ailleurs. C'est moche, ok ? »

Je me tourne vers mon starter qui fuit mon regard, ne sachant plus où se mettre.

« Comme on a regardé des dessins animés pendant que tu étais en cours, on a choisit d'autres surnoms. Moi, je veux m'appeler Clochette, parce que c'est une fée. Et Cabriolaine, Merlin, parce que c'est un magicien. Ok ? »

Je fais oui de la tête avant de déglutir.

« Bah voilà, super. Je savais qu'on pouvait s'entendre. Maintenant, je vais vous laisser. Je vais profiter pour parler aux humains parce que vous êtes bien plus intéressants que les pokémons. Et puis maintenant, comme j'ai des longs bras et des longues jambes, je vais pouvoir danser encore mieuuuuuux ! »

QUOI ? Mais.. mais. Oh, misère. Elle part en sautillant et en tournoyant, en chantant à tue tête. Je me tourne vers Era.. Enfin, Merlin. Maintenant que je suis un pokémon, si j'ai bien compris, je peux parler avec lui normalement. (Et c'est chouette en vrai).

« Il faut qu'on l'arrête, elle va faire n'importe quoi dans mon corps. La honte ! »

Il descend du banc.

« Mais.. je ne peux rien faire. Déjà en tant que pokémon, j'avais du mal à la résonner alors maintenant qu'elle ne comprend pas ce que je lui dis.. »

Je soupire.

« Mais y'a bien un moyen ? Genre on l'attaque, on l'assomme ? Coup de corne dans les fesses ? »

Il me regarde, pas vraiment convaincu.

« Je te rappelle que si après tu retournes dans ton corps, c'est toi qui va en subir les conséquences. »

Pas faux.

« Il faut qu'on trouve quelqu'un pour comprendre ce qui nous arrive ! Et en même temps, faut la surveiller avant que.. »

Au moment où je redresse la tête vers elle, elle s'était avancé vers un groupe d'élève et s'était mis à danser autour deux, parfois en leur attrapant la main pour les faire tournoyer. Je pouvais l'entendre au loin dire mon surnom et se présenter -ou me présenter- à n'importe qui. Je me laisse tomber face contre terre, dépitée.

« Je veux mourir. »

Cabriolaine s'avance vers moi et tapote légèrement mon épaule avec son sabot.

« C'est pas grave, tu sais.. D'ici quelques semaines, ils auront probablement oubliés.. »

Je me retourne et observe le ciel quelques secondes avant de me lever vivement.

« On doit trouver de l'aide. »

Je fais signe à Merlin de me suivre et on s'élance à la poursuite de la Farfaduvet dans mon corps. Elle s'était déjà avancé vers quelqu'un d'autre pour danser et papoter. Je lui saute dessus et tire son pantalon pour l'empêcher de dire plus d’âneries. Merlin la pousse avec ses cornes. On se dirige alors vers l'entrée de l'académie pour essayer de trouver quelqu'un qui saurait nous aider.

hrp:
 


©BBDragon
Marie Frostheart
Marie Frostheart
Région d'origine : Hoenn
Âge : 22 ans
Niveau : 14
Jetons : 1024
Points d'Expériences : 261
Adulte Petite Main
Sujet: Re: Event #1 - Cœur mécanique   Dim 27 Oct - 14:53
Le jour de repos

Probablement la meilleure invention de l’humain moderne, enfin c’était le point de vue de Marie Frostheart, petite main dans la boutique la ‘’Toison d’Or’’. Il faut dire que Madame Mousseline en demande tellement à la boutique, que l’ex-coordinatrice profitait de chaque jour de repos pour essayer de recharger un peu ses batteries. Bien entendu qui dit travailler dans le commerce, veut dire jour de repos en plein milieu de la semaine. C’est donc seule que Marie se repose dans son appartement de la résidence Aquali…Enfin seule avec ses pokémons, ce qui n’est pas forcément de tout repos.

Dans un coin du salon, Majesty veille sur Aqua qui dort tranquillement. Il faut dire que la Lokhlass grandit énormément en ce moment, et qu’elle dort beaucoup pour avoir l’énergie nécessaire à sa croissance. Malheureusement elle ne pourra bientôt plus rester dans l’appartement, elle sera trop grande pour ça, c’est pour ça que la Frostheart profite de chaque instant qu’elle peut encore passé avec sa Lokhlass dans l’appartement. Bientôt elles ne se verront que lorsque Marie ira à la plage pour lui permettre de nager un peu dans l’océan.
Sur l’un des fauteuils nous avons Ayane qui est en pleine méditation, malgré le fait que Serana regarde une redifusion d’un ancien concours de sa dresseuse. C’est une vraie fascination pour la pokémon acier, et Marie est certaine que si elle l’avait eu avant, elle serait devenue une excellente pokémon de concours…peut-être qu’elle lui donnera quand même l’entrainement des pokémon de coordination.
Squall essaye quant à lui de ramasser tous les morceaux de Mikado qu’à fait tomber Nuage en déployant ses ailes. Il faut dire que l’Altaria est un peu à l’étroit parfois quand tous les pokémon de la rose sont de sorties. Rajouter à ça ceux de John, et l’appartement est vite plein.
De son côté, Rosalina s’occupe des plantes de la maison qui ont un peu de mal avec l’arrivée de l’hiver. Marie est plutôt étonnée de la facilité avec laquelle l’ancienne pokémon de sa mère s’est intégré à son équipe. Bien entendu, Majesty n’a pas vu d’un bon œil l’arrivée de Rosalina, de peur qu’elle lui prenne sa place de chef d’équipe. Maintenant elles se tolèrent toutes les deux, mais ne leur demander pas de faire une partie de carte ensemble, ça finit avec les murs tapissés de feuille et de pétales de rose.

Mais d’un coup, Ayane ouvre les yeux et fonce dans la chambre au pas de course avant d’appeler Marie. Enfin ce que la dresseuse interprète comme un appel à la rejoindre, avec le temps l’ex-coordinatrice n’a même plus besoin de chercher pour comprendre ses pokémon. Elle se dirige donc vers sa chambre, retrouvant la Kungfouine face à l’œuf de pokémon que sa dresseuse a gagné à une partie de poker sur le Prince des Mers. L’œuf s’agite de plus en plus, et le dessus de ce dernier est fissuré de partout. La jeune femme se précipite vers l’œuf, un large sourire aux lèvres. Elle adore les éclosions, et elle met un point d’honneur à voir la naissance de chaque pokémon qu’elle a pris le soin de s’occuper. L’œuf craquelle encore, et le haut finit par se casser, laissant apparaitre une petite tête beige…

-Togepi ?


Les yeux brillants, Marie attrape délicatement la Togepi dans ses bras, alors que cette dernière la fixe intensément, avant de rigoler et de s’agiter dans tous les sens.

-Bonjour toi, je suis Marie et je vais bien prendre soin de toi.

Elle serre la Togepi dans ses bras, et cette dernière ne perd pas de temps pour se blottir contre elle. Ayane fixe la nouvelle venue avant de soupirer, la naissance d’un nouveau pokémon dans la maison rend toujours ses méditations plus compliquées. Marie lui lance un regard compatissant, avant d’ajouter.

-Ne t’inquiètes pas, je ferai en sorte que ça te gêne le moins possible.

Ayane remercie sa dresseuse en inclinant la tête, avant de sortir de la pièce, surement pour rejoindre son fauteuil de méditation. La rose emmène la nouvelle née, et la présente à toute l’équipe qui se réuni autour d’elle, à l’exception de Majesty et Aqua. La pokémon parce qu’elle dort, et la pokémon plante parce que les bébés, ce ne sont pas sa tasse de thé. L’ex-coordinatrice pose la Togepi au sol, la laissant découvrir un peu les autres membres de l’équipe, avant de prendre ses affaires et de regarder sa starter…qui la regarde alors d’un mauvais œil.

-Allez Majesty viens, on va faire un peu de shopping pour Astra.

La Majaspic pose alors son regard sur la nouvelle-née qui rigole face aux ailes de Nuage, avant de soupirer. Evidemment qu’elle devait accompagner sa dresseuse, sans elle la rose était capable d’acheter une boutique entière de vêtement, ce qui signifie forcément des vêtements de mauvais goût. Elle utilise alors ses deux lianes pour attraper la Togepi…qui se met à pleurer de toutes ses forces, arrachant une grimace à tous ceux présents, réveillant même Aqua qui dormait toujours. Marie se précipite pour récupérer la nouvelle-née qui se calme immédiatement.

-Je pense que je vais la garder dans mes bras.

Majesty détourne la tête dans un soufflement prononcé, avant de se diriger vers la porte sans attendre sa dresseuse. Cette dernière ne peut s’empêcher de sourire en constatant que même si sa starter a bien changé depuis qu’elles se sont rencontrées, elle garde sa personnalité un peu princière qu’elle a pu avoir.

Sans perdre plus de temps, Marie et ses deux pokémons se dirigèrent vers le centre-ville, vers la boutique spécialisé dans le nécessaire pour les nouveau-née pokémon. Mais en route, dans une petite ruelle un peu reculé, la rose entendit des bruits mécaniques. Il ne leur faut pas longtemps pour remarquer le pokémon de métal qui s’avance vers eux. L’ex-coordinatrice s’agenouille pour être à la hauteur du pokémon.

-Bonjour toi, tu es perdu ?

Le Magearna penche la tête sur le côté, mais ne répond pas, tirant une moue dubitative à la rose. Cette dernière regarde alors sa starter, lui demandant de l’aide avec ce pokémon, car peut-être qu’il ne comprend pas les humains. Majesty s’avance donc et essaye de communiquer avec le pokémon acier, mais ça ne donne malheureusement pas grand-chose de plus. La rose dépose alors Astra pour prendre son Ipok, afin de prendre ce pokémon en photo. Peut-être que John saura quelque chose à son sujet. La nouvelle-née s’approche donc du lapin mécanique, mais trébuche en chemin et part pour une nouvelle crise de larmes. Cette dernière semble effrayer le pokémon sauvage qui tend les bras en direction du groupe, et Majesty à tout juste le temps de se placer devant avant que tout devienne blanc. La lumière finit par se dissiper, alors que le Magearna a disparu, et Astra continuer à pleurer.

-Majaspic majaspic maja. (Chuut Astra, calmes-toi, ça va aller)

Marie se fige un moment…pourquoi les sons qui sortent de sa bouche sont si différent de ceux qu’elle a voulu prononcer ? Pourquoi elle n’arrive pas à bouger ses bras et ses jambes ?

-Ho non, dis-moi que ce n’est pas vrai !

Ça c’est sa voix ! Mais pourquoi ce n’est pas elle qui parle alors ? Elle baisse le regard pour constater que son corps est devenu serpentin, avec de nombreuse nuance de vert. En tournant la tête elle se voit, l’air renfrogné…Comment peut-elle se regarder ? C’est impossible ! C’est sa voix qui la tire de ses songes, alors que son corps vient prendre Astra dans ses bras, tentant maladroitement de la calmer.

-Pourquoi a-t-il fallu que tu veuilles aider ce pokémon, regardes dans quelle situation ça nous a mis !
-Maja ? (Majesty ?)

Le corps de la rose, et donc Majesty soupire avant de regarder sa dresseuse l’air blasé.

-Oui c’est moi Majesty, je suis dans ton corps, et toi tu as hérité du mien. Je ne sais pas quelle attaque a lancé ce pokémon, mais nous voilà dans de beau draps.
-Togepiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii

Une nouvelle crise de larme arrête Majesty, alors que Marie utilise inconsciemment ses lianes pour attraper la nouvelle-née, qui étrangement se calme instantanément, arrachant un mine blasé à Majesty.

-Non mais sérieusement ? C’est vraiment moi que tu n’aimes pas.
-Maja ! Majaspic, ma majas pic pic majaspic. (Majesty ! Arrêtes, ce n’est pas le moment)

Le regard de la jeune femme se pose sur le corps du pokémon plante, toujours son air blasé au visage.

-Je sais, mais ce n’est pas ma faute, il faut que l’on retrouve ce pokémon.
-Maja ! (Oui !)
-Heureusement que je te comprends encore. Aller on se dépêche, je n’ai pas envie de rester dans ta peau trop longtemps, mon corps parfait me manque déjà.

Elle essaye de se redresser, mais retombe au sol, grommelant.

-Bordel, j’avais oublié à quel point c’est difficile de marcher sur des jambes.

Elle retente une nouvelle fois, et cette fois c’est couronné de succès. Majesty fixe sa dresseuse et la Togepi avant de se retourner.

-On ne peut pas retrouver ce pokémon avec Astra sur les bras, allons retrouver Yuna ou Alone, ils pourront nous aider.
-Majaspic ? (Tu es sûre ?)
-Tu vois une autre solution ?

Marie hoche alors la tête de droite à gauche, non elle n’avait aucune idée de ce qu’elle pouvait faire d’autre, à part demander de l’aide à ses cadets. Avec son armée de pokémon feu, Yuna pourra surement quadriller une grande zone pour retrouver le fameux pokémon acier. Heureusement qu’elle l’a pris en photo, ça va faciliter les choses.

Heureusement pour la dresseuse et sa starter, un arrêt de bus menant à l’académie se trouve pas loin, et il y en a un qui justement passe dans pas longtemps. Mais alors qu’elles attendent tranquillement, un homme d’une trentaine d’année s’approche de Majety qui le regarde du coin de l’œil.

-Bonjour, vous êtes bien Marie Akabara ?

-N…Heu oui c’est bien moi.
-Est-ce que je pourrais avoir un autographe ?

Majesty se doutais que c’était ce qu’il allait demander, même encore maintenant il y a des personnes qui reconnaisse sa dresseuse, et qui lui demande de signer ces bouts de papier. Malheureusement pour le jeune homme, ce n’est pas vraiment Marie qu’il a en face de lui.

-Hors de question, je ne signerai pas un bout de papier qui restera dans un calepin et qui n’apporte qu’une brève satisfaction. Sur ce, désolé mais nous avons notre bus.

Marie dans le corps de sa starter fait les gros yeux, est-ce qu’il vient de se passer, ce qu’il vient de se passer ? L’ex-coordinatrice a du mal à croire ça, alors qu’elle pose un regard désolé à l’homme qui est au bord des larmes.

-Maja ! Majaspic maja aspic ! (Majesty ! Tu te rends compte de ce que tu viens de faire ?)
-Ne compte pas sur moi pour signer des autographes, je veux bien faire attention à ta popularité, mais il ne faut pas exagérer, je ne signe que les autographes de MES fans. Aller viens on monte.

Majesty monte alors dans le bus, suivit de Marie qui n’en croit pas ses oreilles. Elle sait parfaitement qu’en vérité c’est uniquement parce que sa pokémon ne sait pas écrire correctement qu’elle n’a pas voulu signer. Enfin, malheureusement Marie ne peut pas y faire grand-chose, et elle rejoint sa starter qui s’est assise en face d’une jeune fille accompagné d’une Vipélierre toute mignonne.
Cette dernière porte un costume de Pikachu et un petit nœud dans les cheveux, ce qui la rend juste adorable. L’ex-coordinatrice jette un coup d’œil à son vrai corps, et constate que Majesty jauge la personne en face d’elle, comme elle à l’habitude de le faire. Et même si elle n’a pas son vrai corps, sa starter a un regard à faire froid dans le dos. Pour essayer de détendre un peu l’atmosphère, Marie essaye de parler à la petite Vipelierre.

-Maja, majaspic ma spic majas (Bonjour, je me nomme Marie, et toi ?)

Marie espérait juste que son interlocutrice puisse la comprendre, et ne prenne pas peur.


Hrp:
 
Angel Thomas
Angel Thomas
Région d'origine : Adala
Âge : 15 ans
Niveau : 14
Jetons : 1575
Points d'Expériences : 213
Pokeathlète Agent
Sujet: Re: Event #1 - Cœur mécanique   Dim 27 Oct - 15:27



En sortant des cours, Angel sort de l'académie pour prendre un bus et aller au parc zoologique. Là-bas, Marc, son beau-père, l'attend pour lui offrir un cadeau. Il a insisté pour que le garçon vienne au zoo, il n'a aucune idée de ce que lui cache le directeur du parc.

Il quitte donc l'enceinte de l'établissement pour se diriger vers l'arrêt de bus juste à côté. Il ne tarde pas à arriver, Angel grimpe dedans et s'installe. Bones, son Ossatueur l'accompagne, heureux de se rendre au parc zoologique. Ils atteignent leur destination au bout d'une quinzaine de minutes. Les derniers visiteurs quittaient déjà l'endroit. Il fait signe à Agathe, qui se trouvait à l'accueil pour qu'elle lui ouvre. Il passe par le portail des employés avant d'entrer dans le bâtiment administratif.

« Salut Agathe. Tu sais où est Marc ? »

Elle s'avance vers lui pour lui faire la bise avant de réfléchir.

« Il doit être à la nurserie vu que Miriam ne travaille pas aujourd'hui. »

Il hoche la tête et ressort pour se diriger vers le bâtiment qui s'occupe des oeufs et des nouveaux nés. Miriam. Il l'a déjà aperçu. Elle est arrivée sur l'île l'année dernière et le beau-père d'Angel l'a pris en stage. Il s'est avéré qu'elle avait énormément de connaissance sur les fonds marins, il a donc finis par l'embaucher. Angel ne la connaît pas spécialement, mais il sait que son fils est à la Pokémon Community. C'est d'ailleurs elle qui avait rassuré Marc en disant que c'était une très bonne école. Parce que le zoologiste était un peu réticent à l'idée qu'Angel y aille, il préférait bien évidemment l'Adala Elite School. Mais le garçon en avait marre de voir toujours les même personnes de la maternelle, à la primaire puis au collège et aux écoles spécialisées. Surtout que l'ambiance ne lui convenait pas du tout. Lorsqu'il a su que la Pokémon Community allait s'installer sur Adala, il était plus que ravi.

Il entre dans la nurserie, deux soigneurs sortaient au même moment. Il les salue rapidement avant de rejoindre son beau-père qui semblait s'occuper d'un oeuf.

« Salut. » dit-il à l'intention de Marc.

Il observe tous les oeufs autour de lui, il y en a tellement. Le Collectionneur serait presque jaloux. (Non, quand même pas).

« Ah, Angel, te voilà ! »

Il se retourne avec un grand sourire.

« Prêt à recevoir ton cadeau ? »

Il hoche la tête, un peu intrigué. Marc se retourne et attrape quelque chose derrière lui avant de refaire face au sportif.

« Tadam. » dit-il en lui tendant un oeuf. « C'est un oeuf de Phanpy ! »

Le garçon écarquille les yeux.

« Vraiment ? C'est pour moi ? T'es sûr ? »

L'homme se met à rire, un rire gras et saccadé digne d'un cinquantenaire.

« Evidemment ! Tu as de bons résultats et maintenant que tu es un dresseur, je pense que ce petit bonhomme pourra être un compagnon sympa. »

Le garçon prend l'oeuf, l'observe quelques secondes et relève la tête, son sourire ne quittant pas son visage.

« Merci, c'est grave cool. »

Il ressort de la nurserie, heureux. Bones l'attendait devant, par mesure de sécurité.

« Regarde, on va avoir un nouveau compagnon dans l'équipe ! »

L'Ossatueur pousse un petit cri de joie en faisant tournoyer son os. Angel met précieusement l'oeuf dans son sac à dos avant d'observer le parc totalement vide. Marc ressort de la nurserie d'un air satisfait.

« Bien, j'en ai finis par ici. Tu comptes repasser à la maison avant de rentrer à l'académie ? »

Le garçon réfléchit un instant.

« Ah mais Amandine n'a pas son cours de dessin aujourd'hui ? »

Marc acquiesce. Angel s'empresse de sortir son iPok pour savoir l'heure.

« Ah bah ça se termine dans 20 minutes, si je me dépêche, j'y serais à temps pour aller la rechercher. »

L'homme grisonnant lui sourit.

« Va. »

Le garçon hoche la tête avant de se précipiter hors du parc zoologique pour réussir à avoir le bus suivant et aller au centre-ville de Nuevo où sa chère petite soeur prend des cours d'art plastique.

Arrivé sur place, la mère des deux enfants attendaient déjà. Angel se dirige vers elle.

« Salut maman ! »

Elle se retourne, surprise.

« Oh Angel, que fais-tu ici, trésor ? »

Elle se penche vers l'Ossatueur pour lui grattouiller la tête.

« Je suis passé au zoo, Marc m'a offert un oeuf ! Et avant de rentrer, je me suis dis que je pourrais passer ici. »

Elle se redresse en souriant.

« Amandine sera ravie. »

Ils attendent quelques minutes quand la petite fille fait son apparition. A la vue d'Angel, elle écarquille les yeux en affichant un énorme sourire avant de courir pour sauter dans les bras de son grand-frère.

« Angel ! Je suis trop contente de te voir ! »

Le garçon la serre contre lui, heureux de retrouver sa petite soeur adorée. Après quelques secondes, elle s'écarte pour dire bonjour à sa mère puis à Bones. Son petit sac à dos se met alors à bouger et un Azurill en sort.

« Amandine, je te l'ai déjà dis. Tu n'emmènes pas Lazuli à l'école. »

La petite fille baisse la tête en faisant la moue.

« Mais là, c'est pas l'école, c'est les cours de dessin.. »

Capucine soupire avant de passer une main dans les cheveux de sa petite fille en riant. Comprenant qu'elle ne va pas se faire gronder, elle attrape la main de son grand frère pour marcher.

« On te dépose à l'académie ? » demande leur mère.

Angel n'a pas le temps de répondre, Amandine s'empresse de dire oui, heureuse de pouvoir passer un peu de temps avec son frère. Les trois adaliens se dirigent donc vers la Pokémon Community tranquillement. Sur le chemin, ils discutent joyeusement. Amandine raconte ses derniers exploits à l'école, ses entraînements avec son Azurill, ses idées de costumes pour Halloween.

Au tournant d'une rue, à quelque pas de l'entrée de l'école, un étrange bruit métallique se fait entendre. Angel s'arrête brusquement, resserrant un peu plus la main de sa petite soeur. Le bruit se répète plusieurs fois avant qu'un pokémon apparaisse devant leurs yeux.

« Qu'est-ce que c'est que cette chose ? » demande Capucine en poussant contre elle ses deux enfants.

Angel fronce les sourcils.

« Je n'en ai aucune idée, mais c'est un pokémon, ça ne fait aucun doute. »

L'étrange pokémon fait de métal s'avance vers eux, les observant avec ses grands yeux rouges.

« Il fait peur.. » dit Amandine avant de se blottir contre son frère.

Angel essaye de réfléchir mais il n'a aucune idée de ce que peut être ce pokémon. Il ne l'a jamais vu, même pas dans un livre ou en cours.

« Faisons comme si de rien n'était, venez. »

Capucine tourne les talons en poussant Angel et sa soeur pour rebrousser chemin. Mais le Pokémon se dépêcha de revenir devant eux. Il pointa alors Amandine et Angel avant de faire apparaître un immense flash. La femme les attrapa pour les mettre contre elle en fermant les yeux. Mais rien ne se passa. Quand elle les ré-ouvrit, le pokémon avait disparu. Ossatueur s'approcha, l'air inquiet, ne comprenant pas ce qu'il venait de se produire.

« Vous allez bien ? »

Angel se redresse et se frotta les yeux.

« Oui, je cr.. »

Il écarquille les yeux.

« POURQUOI J'AI LA VOIX D'AMANDINE ? POURQUOI J'AI UNE ROBE ? ... POURQUOI JE SUIS AMANDINE ? »

Il redressa la tête pour faire face... à son propre corps qui regardait ses mains, ses bras, ses jambes avec attention.

« Et.. moi je suis toi. »

Capucine plisse les yeux.

« Vous êtes en train de me faire une blague ? »

Angel est dans le corps de sa soeur. Et sa soeur est dans le sien.

« Non.. non. Je te jure que non. C'est moi Angel dans le corps d'Amandine. Et elle est dans le mien. »

La petite fille se pince, comme pour voir si elle n'est pas dans un rêve.

« Oui, maman, on ne te mens pas ! »

La femme, perplexe, croise les bras en soupirant.

« Prouvez-le moi. »

Angel réfléchit un instant.

« Marc vient de me donner un oeuf de Phanpy ? »

Capucine secoue la tête.

« Amandine aurait pu le savoir. »

Elle réfléchit un instant.

« Dis-moi la dernière chose que ton père t'a dit avant de partir. »

Angel déglutit. Amandine n'était pas née, évidemment qu'elle ne peut pas le savoir et puis, ils ont toujours évité d'en parler.

« Il m'a dit qu'il ne suffisait pas d'être le premier, encore faut-il être le meilleur. »

La mâchoire de la métisse se serre.

« Vous avez échangé de corps... VOUS AVEZ ECHANGE DE CORPS !? »

Angel soupire.

« C'est ce qu'on te dit depuis 5 minutes. »

Capucine sort son téléphone et compose un numéro.

« J'appelle Marc. »

Au bout de quelques secondes, celui-ci décroche.

« Marc, tu ne vas jamais le croire. Angel et Amandine ont échangés de corps... Quoi ? Tu me crois ? ... Ca ne t'étonne même pas ? Pourquoi ? ... Un Magearna en ville ? C'est quoi ? ... Permucoeur... Ok. Bisous, je t'aime. »

Elle range l'appareil avant de soupirer.

« Le pokémon que l'on a croisé s'appelle Magearna. Il faisait parti des affaires de Lansat expédiées ici, ou un truc dans le genre. Il a le pouvoir de permuter les corps. Techniquement, ça devrait revenir à la normale dans quelques heures. Comment, je n'en sais rien, mais bon. Du coup, on rentre à la maison. Angel.. »

Elle se tourne vers le corps du garçon avant de rouler des yeux et de se tourner vers celui de la petite fille.

« Angel, du coup. Tu rentreras à l'académie si il n'est pas trop tard, lorsque tout sera redevenu normal. »

Elle attrape les mains de ses deux enfants avant de les emmener à Nuevo.

« Satané académie, je savais qu'ils allaient nous apporter des problèmes.. » maugréât-elle tout bas en soupirant.

hrp:
 

©BBDragon
Lissa Labelvi
Lissa Labelvi
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 14
Niveau : 0
Jetons : 4054
Points d'Expériences : 83
Coordinateur Novice
Sujet: Re: Event #1 - Cœur mécanique   Dim 27 Oct - 16:06
LISSA LABELVI

rp solo
« Cœur mécanique »


Je fixe mes petites pattes avec de grands yeux.

C’est vraiment bizarre d’être… Une plante. Globalement, j’ai l’impression que mon corps est un peu plus rigide, mais pourtant… J’arrive à le bouger sans trop de difficulté… Ma « peau » est plus rugueuse, et… Hihi, je dois bien reconnaître que cette queue, dans le bas de mon dos, est plutôt rigolote. Je peux la faire bouger sans trop de soucis…  

De son côté, Majesté se contente d’observer le paysage qui défile. Son attention paraît être particulièrement portée sur les choses en hauteur… Il ne dit rien, mais je sens qu’il apprécie être plus grand, et ne plus avoir à autant lever la tête pour les observer. Moi, pour ma part… J’avoue que j’aurai rapidement mal au cou si j’essayais. Ah, je suis si petite… Je pense que, par la suite, je pourrai difficilement me plaindre de ma taille légèrement inférieure à la moyenne. Pas après pareille aventure…

Je suis un peu surprise lorsque le bus ralentit, sans pour autant que l’académie ne se révèle. Oh, c’est vrai… Comme nous n’avons croisé personne en dehors du chauffeur, j’ai commencé par croire que cette ligne était déserte, mais il y a quand même d’autres usagers. Hum… J’espère que ça va aller…

Un peu timidement, j’observe la grande (… Très grande) dame qui prend place juste en face de nous. Elle est accompagnée d’une Majaspic, qui tient dans ses lianes un Togepi… Qu’elle est belle ! Et lui, qu’il est mignon ! Wow… C’est donc à ça que ressemblera Majesté, quand il évoluera ?… Enfin, s’il décide d’évoluer un jour…

Enfin… Si nous finissons bien par regagner nos corps respectifs, surtout…

Un long silence se fait dans le car. Pour je ne sais trop quelle raison, la dame assise en face de nous fixe mon propre corps… Et si Majesté ne le remarque pas au début, il finit par le notifier. D’abord, il se contente de lui jeter un coup d’œil, mais s’en désintéresse bien vite… Et lorsqu’il en jette un second, il remarque qu’elle ne l’a toujours pas lâché des yeux. Il fronce aussitôt les sourcils, et la dévisage à son tour…

Lorsque la Majaspic prend subitement la parole, je sursaute. Un peu en panique, je me retourne et dévisage avec stupeur le Pokémon qui vient d’engager la conversation avec moi.

« -V-v-v-v-v-i… Vipélierre ? T-t-t-t-t-t-tu… Tu parles ? »

C’est en lui répondant que je prends conscience de ma bêtise. Évidemment… Si mes paroles sont des cris de Pokémon, mais qu’ils me paraissent explicites à mes oreilles, il en va de même pour les voix des autres Pokémon ! Oooooh… C’est à la fois si étrange… Et intimidant…

Dans une veine tentative de me ressaisir, je me redresse, bien droite, et effectue une courte révérence.

« -P-p-p-p-pélierre ! V-vi, lierre… Vipélierre… Pé… B-b-b-b-bonjour ! P-pardon, j-je… Je n’ai pas l’habitude de… De…  »

Je me relève, quelque peu crispée, et guette la réaction de la Majaspic. Elle n’a pas l’air méchante, simplement, je… Je ne sais pas quoi dire ! Ou que faire ! Comment discutent deux Pokémon ? Majesté n’a jamais trop apprécié faire ça, je ne peux pas prendre exemple sur lui… D’ailleurs, ça se voit : même maintenant, il se contente de dévisager l’autre inconnue, sans un mot !… A ce sujet… Ils se sont vraiment lancés dans une bataille de regard, là ?…

Timidement, je reporte mon attention sur mon interlocutrice. Elle est bien plus grande que moi, et pourrait me dévorer d’une seule bouchée, mais… Je n’ai pas de raisons d’avoir peur… Allez, courage Lissa ! Tu peux le faire ! Respire juste un coup… Et vas-y !

« -Vipélierre ! Vi… Vipélierre vipé, lierre… Pélierre… Vipélierre… Je m’appelle Lissa ! Enfin… Techniquement, je devrai m’appeler Majesté, mais… Je pense que ça sera plus simple pour moi si… Je suis appelée Lissa… » gênée, je détourne le regard « Vipélierre, vi… ! Lierre vipélierre, vipé... Pardon si c’est confus, je… ! Je ne suis pas vraiment un Vipélierre mâle, en fait, je… »

Je déglutis. Mais qu’est-ce que je raconte ?! Ce Majaspic ne va rien comprendre à mon histoire ! Aaaah, d’habitude je n’ai pas autant de difficultés à interagir avec les Pokémon… C’est peut-être lié au changement de proportion, et…. Au fait qu’ils puissent me répondre, désormais…

N-non ! Je ne dois pas me laisser impressionner… Je suis sûre qu’il y a des choses bien plus intéressantes dont je peux parler avec elle ! Surtout que… C’est sans doute le moment où jamais d’en profiter… Oui, voila, c’est ça ! Posons lui des questions !

« -Vipé… Lierre ? Vi…. Vipélierre ? Vipélierre ? D-dis moi, Marie, tu… Tu as été un Vipélierre, toi aussi, pas vrai ? Tu… Tu apprécies, d’avoir évolué ? Est-ce que ça a facilité ta vie avec ta dresseuse ? »

Oui ! Voilà, comme ça ! Je pourrai ainsi mieux aiguiller Majesté sur son envie d’évoluer ou non… Après tout, s’il apprécie autant d’être grand, peut-être que devenir un Majaspic s’avérera finalement plus intéressant !

Alors que je crois la situation enfin détendue, ma propre voix résonne, à peine plus haut.

« -Qu’est-ce que tu me veux ? »

Un peu en panique, je lève la tête en direction de Majesté. Il vient d’interpeller la dresseuse de Marie… Oh la la, faîtes que ça ne tourne pas au vinaigre !

HRP:
 

_________________


« Ça… Ça va mieux. P-pardon, c’est juste que… J’ai paniqué… »
Elise Sandstorm
Elise Sandstorm
Région d'origine : Johto
Âge : 14
Niveau : 4
Jetons : 750
Points d'Expériences : 58
Scientifique Novice
Sujet: Re: Event #1 - Cœur mécanique   Dim 27 Oct - 17:54


You can (not) understand

L'angoisse gagnait de plus en plus la jeune fille. Coincée dans le corps de son Pokémon depuis plus de dix minutes, il n'y avait aucun signe d'un quelconque retour arrière. Et pour ne rien arranger, Elise et Koda n'avaient pas retrouvé la trace du Pokémon métallique.

"Pfiouu ! C'est bizarre, j'ai couru depuis tout en bas de la colline, mais je suis pas fatigué ! Tu es plus endurante que tu le laisse croire, Maman ! Au fait … Qu'est-ce qu'on fait si on retrouve pas le Pokémon ?"

Koda s'arrêta de courir, et regarda sa dresseuse sur son épaule. Elise se mit alors à réfléchir. La possibilité que la créature mécanique disparaisse était une probabilité à ne pas négliger. D'autant plus que ne pas réussir à la rattraper pouvait également signifier ne pas avoir de moyen fiable de retrouver son véritable corps.

"Parce que du coup … On va faire quoi si on le retrouve pas ? Tu as une idée à qui on pourrait demander de l'aide ?"

La jeune fille essaya de réfléchir à qui elle pourrait s'adresser. Elle ne connaissait pas beaucoup de personnes dans l'académie, en dehors du corps professoral. Et de toutes façons, elle n'était pas sûre de vouloir se montrer à ses camarades de classe sous cette forme … Elle se contenta de secouer la tête de gauche à droite, pour faire signe d'un "Non" à son partenaire, qui se remit à marcher en direction de l'école.

"Hé Maman ! Regarde là-bas, il y a quelqu'un qui a l'air mal en point !"

Elise regarda la direction indiquée par son partenaire, et aperçut un jeune homme aux cheveux bleux avancer avec difficultés, en se tenant à son Pokémon tout blanc, tandis qu'un autre Pokémon, plus petit mais tout aussi blanc, surveillait derrière avec inquiètude. Il y avait en effet quelque chose qui n'allait pas avec lui. Koda se mit alors à se diriger dans sa direction, ce qui surpris Elise.

"Tedd ...Teddi ? Di ursa ursa diursa ! Hé attend … Qu'est-ce que tu fais ? On ne peut pas se montrer comme ça !"

"T'inquiète pas Maman, on risque rien ! Et puis, il pourra peut-être nous aider, s'il a vu le Pokémon ! Demande aux siens, ils pourront t'aider s'ils l'ont vu !"

Elise ne put se contenter que d'un accord forcé. Certes, Koda avait raison sur certains points, mais tout de même, elle le trouvait un peu trop entreprenant avec son propre corps … La jeune fille espérait simplement que cette histoire se termine au plus vite, et si possible sans qu'il n'y ait trop de grabuges.
Arrivés au niveau du dresseur, la jeune fille descendit du épaules de son Pokémons, et fit alors face aux autres Pokémons tout blanc. Elle en fut d'ailleurs très intimidée, le visage noir et les yeux rouges du Pokémon en question ne l'aidait pas à garder son calme. Elle se rappelait avoir déjà vu ce Pokémon dans de nombreux mythes à Hoenn, un Absol. La plupart du temps, ils n'apparaissaient qu'en cas de catasptrophe. Et on pouvait dire, en un sens qu'il y en avait une, actuellement ...

Koda de son côté, se précipita pour aider le jeune homme à se maintenir debout.

"Hé, ça va ? Tu t'es fait mal quelque part ? T'inquiète pas, je vais t'aider à te porter jusqu'à l'académie. Moi c'est Koda, et elle là, c'est ma Maman !"

La jeune fille se crispa en entendant les paroles de son Pokémon. Visiblement, il n'avait pas compris que son but était d'être discret et d'attirer le moins possible l'attention. De plus, Koda venait de lui proposer de se déplacer encore plus lentement. À ce rythme, jamais ils ne retrouveraient le Pokémons qui leur avait fait ça.
Tout à coup, l'autre Pokémon, un Goupix, s'approcha d'Elise. La jeune fille se dit qu'il était peut-être temps de leur poser la question …

"Tedd ...Teddi ? Teddiursa teddi ted teddi ? Ursa ursa, teddi teddi urse-teddi, teddiursa ... Heu … Bonjour ? Dites-moi, vous n'auriez pas vu un Pokémon passer ici ? Il est plutôt sphérique, tout métallique et il a de grandes oreilles, comme un lapin ..."


HRP:
 
Ilea Alezar
Ilea Alezar
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 23 ans
Niveau : 27
Jetons : 1465
Points d'Expériences : 835
Adulte Éducatrice Expérimentée
Sujet: Re: Event #1 - Cœur mécanique   Lun 28 Oct - 14:35



Coeur mécanique
Un lundi de repos, de quoi permettre à Ilea de profiter un peu de la vie plus calme à son appartement que dans les couloirs de l’académie. La rousse ne le redira jamais assez mais elle aime profondément son métier et sa vie actuelle. Tout ce qu’elle fait au quotidien au côté des professeurs mais aussi des élèves lui fournit un grand sentiment de satisfaction. Le sentiment qu’en ce pourquoi elle s’est battue toute sa vie a pris un sens. Et même si aujourd’hui elle n’est pas en capacité de prouver à tous ces gens qui lui avaient fixé un avenir sans se soucier de ses propres sentiments qu’elle n’a pas eu besoin d’eux pour se trouver une voie, elle garde un léger sourire sur les lèvres dès qu’elle y repense.

Cependant, ce calme de la maison a un petit charme que l’académie ne pourra probablement jamais lui donner.

L’hiver s’approche tout doucement et même si le soleil persiste encore, les températures se mettent à baisser doucement, obligeant la jeune femme à ressortir ses pulls et autres plaids lorsqu’elle s’installe sur le canapé avec sa tasse de café. Ilea vient juste de lancer un gâteau au citron au four et peut donc désormais se poser sur son canapé avec un roman en attendant la fin de cuisson. Ses pokemons sont tous lâchés dans l’appartement, profitant eux aussi du calme pour se reposer. Les petits évolis sont toujours lovés contre leurs dresseuses, papillonnant des yeux, révélant qu’ils sont sur le point de s’endormir. La rousse les caresse un instant avant de reprendre sa lecture. Rien n’aurait du normalement déranger cette douce après-midi réconfortante en perspective.

Mais d’expérience, l’éducatrice n’est pas sur Adala pour passer des après-midis tranquilles.

Sans trop l’expliquer, la jeune femme sursaute, ressentant comme une sensation de chute. Puis le noir. Puis la lumière à nouveau. Ilea ne comprend pas. D’un seul coup, la voilà qui s’est retrouvée propulsée juste au-dessus de la résidence Aquali. Cela n’a aucun sens pour la jeune femme, d’autant plus qu’elle vole littéralement. Son corps lui aussi semble léger, plus souple, plus à l’aise dans cet environnement qu’un être humain. Sans trop savoir comment elle s’y prend, la rousse se déplace jusqu’au niveau de son balcon qu’elle reconnait assez facilement au cœur de la résidence. Par un réflexe qu’elle n’explique pas, elle s’accroche à la rambarde, réalisant ce qui est arrivé grâce à son propre reflet dans la vitre du balcon.

Ilea est actuellement dans le corps de Kayla, sa Togekiss. Elle la reconnaitrait entre mille, la disposition de ses tâches rouges et bleues lui étant propres. Mais ça ne lui explique pas pourquoi ce phénomène a eu lieu. Consciente de la situation plus qu’anormale, elle-même (soit son corps) sort de l’appartement et s’approche d’elle, désormais devenue pokemon. Sa propre voix sort de son corps pour s’adresser à elle. La sensation de se voir est d’ailleurs très perturbante pour l’éducatrice, qui tente tant bien que mal de rester concentrer sur elle-même.

Ilea je ne sais pas ce qu’il s’est passé. Je volais autour de l’île comme d’habitude et j’ai heurté quelque chose de plein fouet. Et pouf, je me suis retrouvée à ta place, et toi à la mienne.

La rousse essaie de passer en revue ses maigres connaissances des capacités pokemonesques pour trouver une raison logique à tout ceci. Elles viennent littéralement d’échanger de corps. Elle a donc pu « entendre » Kayla même si c’était avec sa propre voix. Sacrée surprise. Finalement, une idée revient à l’esprit de la jeune femme. Un événement survenu il y a quelques années où un Manaphy avait utilisé sa capacité Permucoeur pour échanger de corps les élèves présents sur un bateau pour la Saint-Valentin. Sacrée histoire consignée dans les dossiers des élèves présents au moment de l’affaire. Il semblerait en tout cas qu’une capacité similaire ait été utilisée aujourd’hui.

Ne t’inquiète pas Kayla. Je vais essayer de voir ce qu’il s’est passé. Toi reste à la maison et surveille tout le monde. Et préviens Caroline si jamais elle rentre de ce qu’il se passe.

L’éducatrice, sans réfléchir, décolle de nouveau et prend son envol dans le ciel d’Adala, avec comme idée première de découvrir ce qu’il se passe. A croire l’agitation qu’elle perçoit en bas, elle n’est pas la seule à avoir subit les effets de cette capacité. Ilea commence à s’envoler en direction de la ville puis se fige quelques mètres plus loin. Après tout, est-il vraiment nécessaire de comprendre ce qu’il se passe ? Ne pourrait-elle pas simplement profiter de cette opportunité pour s’envoler et découvrir le ciel d’Adala sous un tout nouvel angle ?

La rousse ne réfléchit pas plus longtemps et disparait dans l’horizon.

Résumé:
 

©️BBDragon

_________________

Alezar Ilea
L'échec n'est qu'une opportunité de recommencer plus intelligemment ~
Logan C. Alduin
Logan C. Alduin
Région d'origine : Hoenn
Âge : 17
Niveau : 58
Jetons : 4775
Points d'Expériences : 2042
Scientifique Chercheur Pokemon
Sujet: Re: Event #1 - Cœur mécanique   Lun 28 Oct - 21:25
Est-ce que le concept de journée de merde vous parle ? Moi oui, surtout en ce moment. Entre les gens qui parle dans mon dos, les affaires que je retrouve dans la poubelle ou les WC. Les cours d’un ennui mortel. Et je me suis renfermé sur moi-même. Le nombre de fois où j’ai menacé un élève ne fait qu’augmenter et je passe mes journées à traîner dans l’école.

On pourrait dire que je suis devenu un délinquant, mais je n’ai pas assez de sous pour me faire un piercing à l’oreille. Oui c’est stéréotypé mais tout le monde me voit comme tel donc bon.

Encore aujourd’hui je cherche du boulot pour rentrer chez moi. Pour pouvoir me payer un aller simple à Hoën. C’est décidé je vais me barrer de cette école pourrie. Je m’y sens vraiment mal et les rendez-vous psychologiques chez Ghost me donne l’impression que le problème c’est moi. Mais qui a essayé de me connaître ? Qui m’a donné une chance depuis mon réveil ? Pas grand monde. Pour le plus grand nombre il se contente de suivre la foule. Entre ça et c’est types de l’autre école là.

J’ai essayé de faire un transfert, mais avec mon décrochage scolaire mon dossier ne s’est pas vu validé.

-(Maître ! Maître !)

Mon Kaorine vient de me trouver.

-Arrête de m’emmerder Ban tu vas encore me parler de la soirée à la plage avec Yuna c’est ça ? J’ai pas envie d’en parler ok ? Alors fous moi la paix.

Il se rapproche de moi en lévitant.

-(Je n’oserais pas vous importuner de la sorte. Mais c’est plus des rumeurs qui courent en ville comme quoi un Magearna serait apparu en ville)

Je le regarde un petit peu avant de me rallonger au sol.

-Arrête tes conneries, un Magearna en ville c’est du n’importe quoi et moi je suis pas né de la dernière pluie.

-(Comme je sais que vous ne croiriez pas j’ai pris la peine de l’emmener ici)

De derrière lui une masse grise se montre en plein jour. Mon air surpris n’a pas l’air d’inquiéter Ban plus que ça. Ma bouche est grande ouverte et je pointe du doigt le Pokémon invité par Ban.

-C’est quoi ce bordel ! Et puis toi là, pourquoi tu l’as suivi ? T’es pas censé être ici, mieux vaut pour toi de partir que de rester ici.

Mais il s’approche de moi et me fixe avec sa tête d’écrou avant de me sourire. Il n’a pas l’air méchant ou mal intentionné alors je le laisse faire.

-Tu veux quoi en fait ?

Mais le revoilà qui part par là où il est arrivé en m’éblouissant avec les reflets du soleil sur son corps m’obligeant à fermer les yeux un court instant. En les réouvrant je constate que Ban et le Magearna sont partis. Sans doute l’a-t-il ramené la où il l’a trouvé.

-Aïe, je ne pensais pas me vautrer sur le sol. La gravité est vraiment traîtresse.

Hein ? Un dresseur l’aurait aperçu ? Merde ! Faut que je le dissuade de le chercher.

Je me retourne vers lui avant de tomber sur…

Moi ?

Fin pas moi mais lui ?

Mais c’est qui si c’est pas moi ?

Et moi je suis qui ?

Je veux parler mais j’y arrive pas ?

Attends. Ferme les yeux respire…

Même ça j’y arrive pas ?! Et pourquoi je m’étouffe pas ? C’est quoi ce bordel ?

-(T’es qui toi ?)

-Mais je suis Logan C. Alduin pourquoi Ban ?

-(Ban ? Je suis dans le corps de Ban ? Comment c’est possible ?)

-Qu’est-ce que tu racontes, t’es vraiment bizarre.

-(Arrête de me mentir JE suis Logan toi je sais pas qui t’es mais t’es pas moi.)

-Bah si justement si tu prétends être Logan alors je suis toi mais sinon non je suis Logan ? Tu veux une preuve ? Regarde sur ma carte étudiante c’est encore avec mon ancien nom.

Mon autre moi fouille dans sa poche et me sors un portefeuille d’où il retire un petit ticket en plastique avec marqué dessus mon nom, mon année scolaire, mes spécialités et ce genre de bêtise. J’essaie de l’attraper avec mes mains…

Je n’ai plus de main mais juste des petits bras en boule avec une pointe et je galère à mort à chopper ma carte étudiante. Il me la reprend des mains avant de faire tomber une photo de Yuna.

Etrangement il la ramasse comme s’il s’agissait d’un morceau de papier avant de la ranger dans le portefeuille sans même s’arrêter dessus un instant.

OK… Je sais définitivement que c’est pas moi.

-(On la refait, si moi je suis dans le corps de Ban toi tu dois être Ban dans mon corps)

Mon autre moi, fin moi, fin mon enveloppe se fige un instant.

-Et merde, je suis cramé. Avoue tu as cru un instant que c’était une partie de toi qui était dans moi.

-(… Pourquoi tu me parles aussi normalement ?)

-Bah je suis dans ton corps et franchement si on veut garder ça secret mieux vaut que je parle comme toi ? T’en penses quoi « Ban » ?

-(Mais tu vas arrêter de jouer à l’abrutit oui !? Tu vas me récupérer ce Magearna sur le champ et je vais récupérer mon corps et toi le tiens.)

-Non.

Je bug sur place faisant cligner ma couronne d’yeux.

-(PARDON ?! Tu crois que je plaisante peut-être ?)

-L’occasion est trop belle y a pleins de trucs humains que j’ai toujours voulu faire, du genre respirer ou manger tu vois ? Et aussi du sport ? Parce que tu dois commencer à t’en rendre compte mais tu commence à prendre du poids alors je vais te remettre au sport.

Je cauchemarde c’est pas possible.

-(Et d’ailleurs comment tu me comprends si je suis toi ?)

-Je te rappelle que je… tu es doté de télépathie. C’est ultra simple de te comprendre. Allez, je vais te laisser je vais aller manger un bout, faire du sport et me laver. Téléportation !

-(Les humains ne se téléportent pas abrutit)

-… Ah oui… j’avais oublié que je n’ai plus mes pouvoirs. Je pourrais plus soulever les jupes des étudiantes à distance. Tant pis.

-(QUOI C’ETAIT TOI ?)

-Bah oui, je lis dans votre esprit comme dans un livre ouvert et je sais qu’il est un peu… Le vouvoiement ne va pas être facile à perdre pour mon infiltration chez les humains…

-(Il est comment mon esprit ?)

-Occupé à gérer ses hormones. Je ne possède que les données des livres de SVT présent dans la bibliothèque et sur le net mais je fais tout en œuvre pour les calmer et vous soulager de ce poids afin de pouvoir vous concentrer sur autre chose.

-(Attend t’es sérieux là ? Tu essaie de calmer mes… hormones ? Mais tu sais comment t’y prendre au moins ?)

-D’après les recherches d’un chercheur, il faudrait parvenir à les maîtriser et pour ça éviter de retenir les désirs humains si vous voyez ce que je veux dire.

-(Arrête tes bêtises, je vois pas de quoi tu parles)

Il me regarde avec un air qui me gêne plus qu’autre chose.

-Et si je vous parle de certains de vos rêves concernant dame Yuna ? Vous voyez mieux de quoi je veux parler.

Je rougis très vite… Même si je suis un Kaorine je ressens encore mes sentiments de moi Logan. Donc ça c’est plutôt cool.

-(T…Tu sais pas de quoi tu parles)

-Ahahah vous savez on a aussi une vie quand vous dormez et la petite Munna en profite bien. Vos rêves sont un véritable feuilleton télévisé on vous connait tous mieux que vous-même. Faut être plus honnête avec vous-même.

-(MAIS CA TE REGARDE PAS OK !!! C’EST MA VIE PRIVE !)

-Bah si ça me regarde, je suis un peu la honte de ma famille à pas avoir trouver un digne successeur pour le désert et…

-(JE M’EN FOUS D’ETRE LE ROI DU DESERT , TU COMPRENDS !? JE VEUX JUSTE… Je veux juste… avoir une vie d’étudiant normal… avoir une copine… avoir des amis… Tu peux pas comprendre toi… Tout ce qui t’intéresse c’est le pouvoir et l’argent.)

-Vous vous trompez, ça m’intéresse beaucoup certes mais je veux aussi votre bonheur. Sauf que comme vous êtes un timide et peureux. Du coup je vais profiter d’être vous pour vous obtenir une copine.

Il est con ou il le fait exprès ?

-Ne vous en faites pas j’ai énormément de documentations sur les couples et pour avoir une copine j’ai la meilleure approche possible d’après mes nombreuses heures d’analyse. Je vous garantis que vous n’aurez pas le même problème qu’avec dame Ana.

-(Tu parles de la mentali coincée là ? Et ben qu’est-ce qu’il y a avec elle ?)

-Rien ne vous en faîtes pas. Je voulais dire dame Yuna ma langue à fourché, c’est pas facile de parler quand on est habitué à la télépathie. Sur ce je vais prendre congé et m’amuser à une vie d’humain un peu. Et quand je me serais assez amusé, je vous trouverais une copine.

-(Tu comptes faire quoi là ?)

-Commencer par m’habituer à votre corps en allant faire du sport. Non seulement ça fera du bien à votre corps. Soit en faisant du footing ou de la natation. Ou bien faire un footing jusqu’à la piscine pour aller nager.

-(Pourquoi tu veux tant nager ?)

-Vous ne l’avez peut-être pas remarqué mais mon corps est composé d’argile et qu’au contact de l’eau, je fonds. Je ne connais pas l’effet de l’eau qui coule sur le corps. Et je veux le découvrir. Donc sur ce je vais vous laisser, de toute façon vous ne craignez rien, seule la lévitation chez nous est automatique par contre mes autres pouvoirs essayez de ne pas les utiliser ça demande pas mal de concentration et d’entrainement et la même un Balbuto inexpérimenté vous mettrez la misère, un peu comme votre respiration ou le battement de votre cœur. D’ailleurs c’est amusant ce petit tambour ça ne vous dérange pas pour dormir ce vacarme ?

Maintenant qu’il en parle c’est vrai que je n’entends rien de mon corps, et j’avais pas fait attention mais mon champ de vision est maintenant de 360° et étonnamment je parviens à prendre en compte les différente informations de mon environnement. Quand on à l’habitude d’une chose on finit par ne plus y faire attention.

-J’y vais moi d’accord alors si vous me cherchez vous me trouverez à la piscine d’accord ? A plus tard.

Je le regarde se lever, se mettre difficilement debout sur mes jambes faire deux pas et se vautrer à nouveau par terre. Il se retourne vers moi et me regarde avec un sourire un peu gêné.

-Voulez-vous bien m’aider à me déplacer, le temps de prendre en considération le concept de la gravité ?

-(Ah bah ouais c’est sûr tu dois pas être habitué, essaye de t’accrocher à ton corps et de te tenir sur mes deux jambes d’accord)

Je pensais pas que ce serait aussi simple de me déplacer avec son corps c’est un peu comme un overboard au final. Tu te penche en avant, tu avances, en arrière tu recule, sur les côtés je me déplace latéralement, et je reste droit je ne boude pas. Pour tourner, je dois « tourner » la tête mais comme mon corps est désormais soudé avec ma tête je peux tourner indéfiniment.

Je manœuvre donc vers lui avant de le regarder essayer de s’accrocher à moi et nous nous déplaçons ainsi vers le gymnase en passant par l’entrée du bâtiment principale afin de rejoindre la piscine.

HRP:
 
Miriam Haere
Miriam Haere
Région d'origine : Alola
Âge : 31 ans
Niveau : 26
Jetons : 3711
Points d'Expériences : 501
Adulte Zoologiste
Sujet: Re: Event #1 - Cœur mécanique   Mar 29 Oct - 0:10


« Ah, j'ai oublié un truc. Partez devant. »

Ana et Miguel se regardent un instant avant d'hausser les épaules et de sortir. Je leur souris avant de tourner les talons pour revenir dans le salon et attraper mon sac avec mon matériel de plongée. Ce serait con de l'oublier alors que j'ai mis ma combinaison sous mes vêtements. Cela fait un moment que je n'ai pas plongé, ça va me faire du bien. Mais avant d'aller sur la plage, je dois faire quelques courses. Vie d'adulte oblige, y'a certain truc un peu chiant à aller acheter comme du liquide vaisselle, un goupillon, des piles, un petit miroir pour mettre dans la salle de bain pour mieux percer les points noirs. Bref.

Je sors de l'appartement que je prends soin de fermer à clef. Il n'y a qu'Octillery qui m'accompagne, Cerfrousse gambade quelque part on ne sait où et les autres sont tous à la plage, profitant de la douceur de l'automne et du peu de chaleur qui reste. Bientôt, le temps sera glacial et je le redoute tellement. Même si j'ai vécu à Kalos, je n'ai jamais pu me faire aux températures négatives. Le soleil d'Alola reste à jamais grave en moi.

On quitte la résidence Aquali pour se diriger vers le centre-ville. Je décide d'y aller à pied, pour marcher un peu. Pop à l'air heureux de passer du temps avec moi. Avec le boulot, je suis très souvent occupée donc j'avoue ne pas être souvent auprès de mon équipe. J'ai énormément de chance qu'ils s'entendent tous à peu près bien. Il n'y a que le Cerfrousse qui se met un peu à l'écart, il n'aime pas le sable et l'eau salée. Mais bon, il m'aide au parc zoologique, donc ça compense je suppose.

Pour aller plus rapidement à l'une des boutiques dans laquelle je veux me rendre, je passe par un petit raccourcis, une ruelle piétonne étroite non-éclairée qui pourrait être ce genre de ruelle où on se fait enlever. Mais il n'y a jamais personne, et elle est tellement petite, c'est simple de se retrouver dans la grande rue commerçante. Mais en tournant dans cette dernière, il y a une forme étrange au milieu. Je plisse les yeux, qu'est-ce que c'est que ce machin ? Cela a la forme d'une poupée portant une robe, avec deux petites couettes. Mais les poupées, jusqu'à preuve du contraire, ça ne lévite pas et ça ne fait pas d'étrange bruit mécanique. J'ai à peine le temps d'en savoir un peu plus sur ce qui se trouve en face de Pop et moi que je suis aveuglée par un flash. Je ferme les yeux, surprise. Lorsque je les réouvre, l'étrange forme s'était avancé vers nous. Il s'agit un pokémon. Mais de quelle espèce ? Je n'en ai jamais vu de la sorte. Il tourne sur lui-même avant de s'envoler dans les airs, nous laissant seul.

« Wow, il est chelouuuu lui. »

C'est clair.

Attendez, quoi ? C'était ma voix ? Mais je n'ai pas parlé !? Je me tourne vers Pop. Mais ce n'est pas Pop. C'est... moi ? Oula. Il nous a drogué ou quoi ? Mon corps se tourne vers moi en écarquillant les yeux avant de regarder ses mains, ses membres, touchant ses cheveux.

« Oulaaaaa. Ça c'est encore plus chelou. Mimi, pourquoi je suis dans ton cooorps ? »

Je baisse alors les yeux sur mon corps.. Qui est celui de Pop. JE SUIS UN OCTILLERY ? Mais.. non. Je bouge tout mes tentacules, tourne sur moi-même. C'est super bizarre comme sensation. Et c'est dur de se déplacer !

« Mimi, est-ce que t'es dans l'mien ? »

Je plisse les yeux. Pop serait dans mon corps ?

« Octi, octiii, octillery ! (Pop, c'est toi ?) »

Il plisse les yeux à son tour.

« J'comprends pas un seul mot de c'que tu m'dis. Mais moi je suis Pop. Dans le corps de Mimi. Et toi, Mimi, t'es dans mon corps ? »

J'hoche la tête.

« Bah ça, c'pas commun. »

Soudainement, mon iPok se met à sonner. Pop le sort et me le montre. C'est Marc qui m'appelle, merde.

« J'réponds ? »

Je fais oui de la tête en lui indiquant avec une de mes tentacules d'approcher l'appareil. J'essaye tant bien que mal de mettre en haut parleur avant d'appuyer sur le bouton vert.

« Allô ? »

La voix du directeur résonne à l'autre bout de l'appareil.

« Oui ? » répond Pop pas très sûr de lui.

Marc semble soupirer, comme si il réfléchissait.

« Il y a un Magearna qui se balade en ville. C'est un pokémon qui a été conçu par l'homme. Si jamais tu le croises, fais attention. Il a la capacité d'échanger les corps entre n'importe quelle espèce, humain comme pokémon. »

Très bien, tout s'explique. L'étrange pokémon que l'on a vu est un Magearna.

« Euh, j'crois qu'c'est trop tard. »

Pop hausse les épaules en me regardant. C'est vrai que si Marc est au courant, on peut l'informer de la situation.

« C'est pas Miriam dans son corps, j'suis Pop, son Octillery. »

Un silence s'installe pendant quelques secondes.

« Ah. Bon.. Tout redeviendra à la normale d'ici quelques heures. Donc.. profitez ? »

Pop sourit.

« Vous inquiétez pas pour ça, aller, ciaoooo. Et au fait, j'vous trouve très cool, voilà. »

Il raccroche et range l'appareil. On échange alors un regard rapide et on se comprend immédiatement. Les courses, ça sera pour plus tard.

« Bon, j'suppose que t'as qu'une hâte, c'est d'aller nager ? »

J'hoche vivement la tête.

« Direction la plage alors. »

Je n'ai jamais été aussi excitée de toute ma vie. On sort de la rue pour quitter le centre ville et se diriger vers la plage entre la résidence et l'académie. J'ai tellement d'idée en tête, parce qu'en plus de pouvoir nager et respirer sous l'eau... je vais pouvoir parler à mes pokémons ! Ah, c'est le meilleur jour de ma vie.

On arrive sur la plage en quatrième vitesse. Toute l'équipe est réunie, ils sont en train de jouer avec un galet.

« Eeeeeh, les gaaars. Vous allez jamais l'crooooire. Mimi et moi, on a échangé de corps ! »

Ils s'arrêtent tous, se tournent vers nous et nous regardent avec un air perplexe.

« Il dit vrai. C'est compliqué à vous expliquer, mais Pop est dans mon corps et je suis dans le sien. Et ce, pendant quelques heures. Alors la séance de plongée est avancé à maintenant ! »

Léo, l'Otaquin, s'avance vers moi.

« Mimi, c'est vraiment toi ? »

J'hoche doucement la tête avant de bloquer sur un détail.

« Vous m'appelez vraiment tous Mimi lorsque vous parlez entre vous ? »

Ils se regardent un instant avec d'affirmer.

« C'est trop mignoooooooon. »

Je m'avance vers Léo et l'enlace avec mes tentacules.

« Je suis trop contente de pouvoir vous parler ! ET JE VAIS POUVOIR RESPIRER SOUS L'EAU. Bon, j'avoue que j'aurais espérer mieux en terme de corps. Je suis loin d'être une sirène, je me rapproche plus d'Ursula. Les tentacules, c'est pas hyper simple à maîtriser. Mais ça fera l'affaire ! »

Boia, la Mustébouée, s'avance à son tour.

« Bon, qu'est-ce qu'on attend, alors ? Tous à l'eau ! »

Ils se jettent tous un par un dans l'océan. Je les regarde s'éloigner du rivage avant de me tourner vers Pop.

« J'hésite à plonger. Vous, les humains, vous avez une capacité d'Magicarpe sous l'eau, j'avoue, j'ai un peu la flemme. Mais j'aimerais bien connaître les sensations quand même. Voir c'que ça fait d'être.. nul. »

Je roule des yeux, il est infernal. Je lui pointe ensuite le sac dans lequel j'avais mis tout mon matériel. Il le pose au sol et l'ouvre. Je m'approche et lui tend les palmes et le masque. Il les enfile tant bien que mal avant de se diriger vers l'eau.

« C'est vraiment pas pratique ces trucs. »

On entre dans l'eau ensemble. Je vérifie qu'il ne fait pas de connerie, je n'ai pas envie de retrouver mon corps noyé. Mais le connaissant, il va nager deux minutes puis revenir tant ça va l'épuiser. Je m'avance petit à petit dans l'eau jusqu'à ne plus avoir pied. Fin patte. Ou tentacule ? Bref. Ce qui se résume être à une courte distance de la plage puisque je mesure moins d'un mètre. Je prends une grande inspiration, un peu stressée avant de plonger la tête la première et de m'élancer pour rejoindre les autres. Je prends quelques secondes à comprendre comment nage un Octillery avant de saisir le truc et de tournoyer dans l'eau. J'inspire, j'expire.

« Youuuuuuuuuuuuuhouuuuuuuuuuu. »

Il faut que je me calme. Je nage à gauche, à droite. Mais je réalise un véritable rêve. J'ai l'impression de m'évader. C'est si simple de nager, comme c'était aussi simple de marcher sur la plage lorsque j'étais dans mon corps.

« Océan, ouvre-toi, me voilà ! »

Je rejoins les autres membres de l'équipe, les attrapes par les pattes et les fait tournoyer avec moi.

« C'est génial ! Je ne me suis jamais sentie aussi bien. »

Je tourne, je tourbillonne. C'est bien plus agréable que d'avoir les pieds qui se collent dans le sable.

« Alors, qu'est-ce que cela te fait d'être un poisson ? » me demande Estel.

Sa voix est si douce, si paisible. Je regarde ma meilleure amie de toujours avec tendresse.

« C'est incroyable, tu ne peux pas savoir à quel point. »

Comme je l'avais deviné, Pop a fait une longueur puis est revenu sur la plage, hs. Je ne me soucie donc plus de lui et profite de ce moment à fond. On part tous ensemble avec Démanta, Relicanth, Krabboss, Boia, Otaquin et Vorastérie un peu plus au large, non loin des ruines sous-marines pour s'amuser ensemble et me faire découvrir des endroits que je n'ai jamais pu explorer comme des grottes ou des cavités. C'est probablement une expérience qui restera à jamais gravé dans ma vie.

hrp:
 
Bouddha Socket
Bouddha Socket
Région d'origine : Alola
Âge : 16 ans
Niveau : 16
Jetons : 1394
Points d'Expériences : 263
Pokeathlète Médecin
Sujet: Re: Event #1 - Cœur mécanique   Mar 29 Oct - 14:22



Bouddha brodait.

Dans sa lettre, jouant avec les mots comme il le pouvait. Ahhhh que c'était agaçant. Il avait juste l'impression de préparer ses armes pour une bataille qu'il savait perdue d'avance. Comme un bout de bois face à un château fort. Bien entendu que l'administration lui refuserait, c'était évident. Malgré tous les beaux mots du monde, il ne pourrait pas obtenir d'autorisation spéciale... Il lui manquait un membre. Un seul. Un ridicule petit membre pour que son association soit officiellement crée mais A2P était malheureusement encore dans tous les esprits, les marquant par la peur. Doucement, Bouddha regarda un instant la liste de ses membres : marqué au crayon de papier recyclable "Bouddha cosmo Socket" ; suivi d'un dessin de pénis "Blue. Just Blue la bg" et enfin la dernière et non des moindres...  

-Ton crush l'interrompit soudainement la voix mentale de 203.

Les joues de Bouddha prirent soudainement une teinte carmin, il se retourna doucement vers 203 tranquillement allongé sur son lit, un air vicieux attaché au visage.

-Quitterie n'est pas ma..
-Oh s'il-te-plait Bouddha... Quand tu la vois tes émotions s'affolent, tu ne boudes plus, ne penses plus à Alola et il y a ces Papillusions puis face à l'air circonspect de Bouddha : Ceux de ton estomac.

Bouddha sentit soudainement une boule se nouer dans son ventre et ses yeux, s'agrandir, comme pour accueillir des larmes. Il se leva soudainement et cria comme un enfant :

-Arrêtes de dire ça ! Pourquoi tu es toujours si méchante ?

Puis il se saisit la bouche comme si il venait de dire la pire des atrocités. Pourquoi diable s'énervait t'il ainsi ? D'habitude les moqueries de 203 ne l'atteignait pas comme ça. Et pourquoi se sentait t'il si faible et vulnérable ? Pourquoi entendait t'il le rire de Quitterie résonnait au loin ? Pourquoi voulait t'il s'asseoir dans l'herbe avec elle, l'écoutait jouer de la la musique et parler de pokéballs en bois ?

-Tu es si piqué... C'est évident. Même Blue le dit.
-Il ne faut pas toujours écouter Blue ! Et qu'est-ce qu'elle y connait à l'amour, hein ?

203 afficha soudainement un air outré, elle sauta du lit et galopa jusqu'à Bouddha, le regardant avec deux grands yeux noirs.

-Ne t'avises pas de dire du mal de Blue, et crois moi elle s'y connait beaucoup mieux que nous deux réunis... Quoi encore ?  

C'était soudain mais 203 avait tourné le tête, regardant fixement la fenêtre. Surpris, Bouddha l'imita pour faire face à une drôle d'apparition : Une tête ronde et mécanique et deux grands yeux rouges curieux. Doucement, le duo s'avança et Bouddha demanda, tout innocemment :

-Qu'est-ce que c'est que ce...  

Mais il y a eu un énorme flash blanc.

-Farig ? (... Truc ?)

Le truc en question venait de disparaître, laissant une fenêtre étonnamment haute. Mais Bouddha n'y fait pas immédiatement attention essayant de saisir de sa gorge... Qu'est-ce qu'il venait de dire exactement ? Mais au lieu de se saisir la gorge comme prévu, il s'écroula au sol, faisant face à deux énormes pieds sautillant sur eux-même. Des pieds étrangement familiers. Doucement, ses yeux se relevèrent pour tomber sur son euh... Reflet ? En contreplongée. Son reflet sautillait sur place avec une joie qui lui était inconnue, puis il cria et Bouddha se demanda un instant si sa voix était bien si grave :

-Mais c'est merveilleux ! Si silencieux !

Son reflet se pencha sur lui, et posa ses deux grosses mains brune sur son visage, la sensation  était étrange. Bouddha tenta de se relever, mais restait trop confus pour... C'était comme si ses bras était devenu des jambes... Ou l'inverse. Et c'était quoi ce bruit atroce qui s'intensifiat au fur et à mesure des secondes ?

-Ok Boubou, il semblerait que nos corps aient était inversé... Et vu le silence qui règnent dans mon esprit actuellement, nos capacités aussi. Quelques-conseils : prends ton temps pour trier les pensées et ne la laisse surtout pas prendre le contrôle. Pendant ce temps, là moi je vais... Me faire tatouer ? Peut-être. Je ne sais pas encore.  

Bouddha n'aurait pu être plus confus qu'à ce moment précis. Échanger de corps ? Cela devrait être vrai vu à quel point, il se sentait différent et... Toutes ses voix dans sa tête, c'était normal et attends, quoi ? Un tatouage ?

-Gira Rafi Gira ! Rafifi Rig Fari Rig Fifi Ri... Ri Ga. ( 203 ne t'avises pas de faire quoi que ce soit ! Il faut retrouver ce pokémon... Ou truc !)

Un sourire maléfique traversa alors le visage de Bouddha, enfin de 203, même si c'est actuellement le visage de Bouddha puis elle éclata de rire.

-Si tu veux que je te comprennes, il va falloir maitriser les pensées... Allez dans ta pokéball maintenant Boubou.

Et Bouddha se sentit aspirée, par une force incroyable et disparaître dans l'obscurité. Autour de lui, des centaines de voix assaillaient son esprit sans qu'ils ne parviennent à en saisir le sens... Qu'est-ce qu'il avait mal au crâne. Soudain une voix prit de l'ampleur sur les autres et ce fut bientôt tout l'esprit de Bouddha qui fut habitée par la même pensée. Mordre ! Mordre ! Mordre !

Loin de tout ce remue ménage de pensées, 203 s'acclimatait doucement au corps de Bouddha. Elle avait pris Aka sur son crâne et était suivi de prés par Millepieds, les deux se demandant bien ce qu'il s'était passé au juste. Sautillante, 203 avançait dans les couloirs de l'académie, arracahit les fleurs en pots, saluant les groupes d'éleves qu'elle croisait... Et qui se demandait bien ce qui était arrivé à ce grincheux phylalli.  

-Akala, Millepieds... Vous ne pourriez pas comprendre : toute ma vie j'ai rêvé d'être humaine. Vous ne pouvez pas comprendre ces être sont si...

203 s'arrêta soudainement et plongea la main dans le pantalon usé de Bouddha, provoquant un "beurk pervers" général d'un groupe de givra.

-... Fascinants.

Soudainement une voix se fit entendre au loin, 203 fit lever les yeux de Bouddha et face au à ce qu'elle voyait, un sourire carnassier se dessina sur son visage. Quitterie était là, visiblement, d'excellente humeur et chahutant avec ses pokémons. Par réflexe, 203 enleva la main de Bouddha de son pantalon, se tourna vers une glace pour aplanir ses cheveux et sautilla jusqu'à l'humaine. Voilà qui promettait... Elle ne faisait ça que pour rendre service à son dresseur, hein. Doucement, elle avança vers Quitterie et observa les yeux... Un long couloir de passage, longé par des fenêtre et sublimé par la lumière automnale, si elle avait bien révisé ses shojos : l'ambiance parfaite !

-Quitterie ! l'interpella 203 en essayant d'imiter le ton grognon de Bouddha.

Puis elle arriva à son niveau et reprit :

-Je dois te dire quelque-chose... Je...

203 fit mine de trifouiller son bouquet de fleur abimées, puis mit un genoux à terre.

-Je t'aime Quitterie Aédé. Veux-tu être my girlfriend ?

En son fort intérieur, 203 ricanait.

HRP
203 et Bouddha se chamaillent à propos du crush de Bouddha sur Kiki.
Ils échangent de corps et Bouddha est enfermé dans sa pokéball.
203 se balade dans Bouddha (à bon entendeur) et finit par demande Kiki (et donc Hypaté/Clochette) si elle veut sortir avec Bouddha.

Coeur Mécanique
Quitterie Aédé
Quitterie Aédé
Région d'origine : Unys
Âge : 16 ans
Niveau : 7
Jetons : 932
Points d'Expériences : 77
Scientifique Novice
Sujet: Re: Event #1 - Cœur mécanique   Mar 29 Oct - 23:04


Bon, très bien, je regrette de m'être plaint du fait que c'était bien calme et qui ne se passait rien à l'académie. J'ai compris, c'est un retour de karma. Mais je m'attendais à tout.. sauf à ça. Enfin, peu importe. Tout en tenant fermement mon propre pantalon pour que Clochette ne fasse pas n'importe quoi dans mon corps, je guette à l'extérieur de l'académie si il n'y a pas quelqu'un qui pourrait nous aider. Mais mon attention est attiré par autre chose. Du moins, par quelqu'un que je ne m'attendais pas vraiment à voir. Bouddha. D'un côté, je suis soulagée de voir quelqu'un que je connais et qui pourrait potentiellement deviner que je ne suis pas dans « mon état normal » mais d'un autre, j'ai beaucoup trop peur de ce que Farfaduvet pourrait lui sortir comme connerie.

Et, à ma grande surprise, ce n'est pas elle qui sort des bêtises.. mais Bouddha. J'écarquille les yeux face à cette déclaration précipitée. Clochette baisse la tête vers moi, je fais non de la tête, les yeux suppliants. Elle affiche alors un grand sourire avant de relever la tête vers le garçon.

« Bien sûr ! » dit-elle joyeusement.

Je me facepalm. Puis je repense à une chose: ce n'est absolument pas le genre de Bouddha de dire ce genre de chose. C'est possible que lui aussi ait été échangé avec l'un de ses pokémons ? Le problème, c'est qu'il a l'air d'être seul.. Oh, misère. La Farfaduvet se dégage de mon emprise qui n'en était plus vraiment une et s'avance pour passer ses bras autour du cou de Bouddha avant de venir l'embrasser sur la joue. Par Arceus, je me laisse tomber sur le dos.

« C'est officiel, je veux mourir. »

Merlin s'avance vers moi pour me faire une léchouille sur la joue.

« Je t'avoue que même là, je n'ai plus de mots réconfortants. Ça craint. Mais Bouddha est bizarre. »

Je me relève en soupirant.

« Je pensais la même chose. Tu crois qu'il a aussi été permuté ? »

Le Cabriolaine secoue légèrement la tête pour dire qu'il ne sait pas. Je décide d'agir, je ne peux pas laisser Clochette me mettre en couple avec Bouddha ! C'est mon pote ! Bon, peut-être que Blue, ça m'aurait pas dérangé.. Mais là.. J'avance vers eux, déterminés avant de me mettre entre eux et de pousser leurs jambes pour les écarter. Mais je fais 70 cm. Et mes cheveux sont plus longs que mes bras. Donc en vain. Farfaduvet baisse la tête vers moi en fronçant les sourcils.

« Arrête un peu, tu ne peux pas aller contre notre amour. »

Je me tourne vers Merlin, désespérée.

« Je t'autorise à me mettre un coup de corne dans les fesses, tant pis pour les bleus. »

Le Cabriolaine se résigne donc à s'élancer et à filer un coup à Clochette qui pousse un cri de surprise, se décrochant du cou de Bouddha. Elle se frotte les fesses, contrariée.

« Non mais ça va pas ? Tu veux rentrer dans ta pokéball ? »

C'est la menace la plus pétée que j'ai jamais entendu, mais en même temps, c'est super effrayant. Elle sort de la poche de mon jean une pokéball qu'elle active. Cabriolaine est aspirée à l'intérieur. Je suis maintenant seule face à cette situation. C'est super.

hrp:
 


©BBDragon
Gwenaëlle Sklodowska
Gwenaëlle Sklodowska
Région d'origine : Unys
Âge : 15 ans
Niveau : 12
Jetons : 1593
Points d'Expériences : 146
Scientifique Mécano
Sujet: Re: Event #1 - Cœur mécanique   Mer 30 Oct - 15:38
Le Lixy blanc s’étira puis lâcha un bâillement avant de se mettre en boule sur le lit de Gwen pour se rendormir. La dresseuse émit un annnnnnw partagé avec Tool, son starter. Ils étaient tous les deux penchés sur Foster, leur nouveau compagnon à l’admirer tel deux fans hardcore. La petite chose était si mignonneeeee, les deux comparses ne pouvaient vraiment pas lui résister. Pour le moment le Lixy ne faisait pas grand-chose, il dormait, beaucoup, jouait avec des fils électriques ou dormait, encore. Un véritable enfant. Cela suffisait pour que Tool tente d’en prendre soin. Foster s’était attaché à son ainé, quand le Massko bleu lisait des partitions, le blanc lui, se reposait sur les pattes du lézard. Le corps de Tool hébergeait le sommeil du petiot. Ils dormaient tous les jours ensemble, à deux. Gwen en avait 10 000 photos dans son Ipok tant elle trouvait cela adorable.

Après cinq minutes d’observation du nouveau, la demoiselle finit par se lever pour s’étirer un peu et préparer son sac, direction salle de musique, comme tous les jours, pour l’entrainement de Tool. Depuis qu’il était devenu un Massko, il pratiquait encore plus la batterie. Il voulait tellement s’améliorer le petit que parfois il s’effondrait de fatigue après une séance.
« Faudrait que tu vois pour intégrer un groupe Tool. Tu progresseras et t’amélioreras encore plus vite. Enfin si c’est possible, tu as déjà un tel niveau, tu m’impressionnes tu sais. On dirait que tes talents suivent une loi de Moore haha. » Blague que elle seule comprend, comme toujours, si les gens savaient de quoi elle parlait ils riraient aussi,… peut-être.
« Koooo ! »
« Je sais bien que ça te ferait plaisir, il faudrait demander à Paul, il connait tellement de monde peut-être qu’à la suite de notre concert » elle pâlit « des gens ont voulu se lancer dans la musique, c’était un peu le but de la manœuvre après tout. »

Elle prit son sac pour se diriger en dehors de sa chambre quand un Baudrive nonchalant entra dans celle-ci, traversant la porte comme si de rien n’était. Il possédait un œuf qu’il déposa sur le bureau sans un bruit.
« Que. »
Elle n’eut rien eu le temps de dire que le type spectre partit comme il était venu, ignorant le Massko et sa dresseuse. Il vola d’ailleurs une culotte et une chaussette qui trainaient négligemment par terre.
« What ? Que ? Hein ? Je.. » Tool haussa les épaules face aux interrogations de sa dresseuse et s’approcha de l’œuf, laissant sa dresseuse dans un crash cerveau. Il y avait un mot. Ne sachant lire que les partitions, il tendit le bout de papier à sa dresseuse, toujours dans l’incompréhension. Sa culotte Rondoudou quoi, quel dommage.

Elle prit le mot et le lit à voix haute, Tool devait comprendre un minimum.
« Bonjour déjà
Bah alors, une troisième Mentali dans la famille hein ? Comme quoi la narratrice est destinée à finir dans ce dortoir. Too fab 4 U. Bon cette devise est peut-être périmée maintenant, m’enfin. Tu dois te dire ô Arceus qui a bien pu m’envoyer un œuf et surtout pourquoi ? Tu le sauras bien vite. Rendez-vous aujourd’hui devant le portail de l’école. Je t’expliquerai tout sans détour.

K D R

Ps : Lupin vole, vérifie s’il ne te manque rien dans ta chambre. »


La verte leva la tête. Ce mot ne l’avait pas aidé à comprendre pourquoi on avait cherché à la contacter, mais surtout qui ? Si c’était sa famille ils auraient téléphoné ou envoyé un sms, pas un Baudrive kleptomane. Elle se retourna vers son starter qui inspecta l’œuf. C’était un œuf de quoi d’ailleurs ? Il ne bougeait pas et rien n’indiquait ce qu’il pouvait être. Elle qui venait tout juste d’en voir un éclore, voilà qu’elle en avait déjà un deuxième sur les bras. Elle soupira en fourrant le mot dans sa poche. Si elle voulait des explications, il fallait aller dans le parc. Elle mit l’œuf dans son sac et, suivie de Tool, se dirigea dans le parc de l’académie. Laissant Foster dormir au chaud dans son lit.

L’air frais souffla ses cheveux courts. L’automne était présent. Aucune pluie, quelques élèves étaient dehors à entrainer leurs Pokémons. Ils n’avaient pas l’air plus étranges que d’habitude aux yeux de Gwen. Avant d’arriver devant la grille, elle vit un Laporeille. Un Laporeille mécanique de dos, fait d’acier et de rouages. Il portait une sorte de robe et ne bougeait pas. Un Pokémon ? Etonnamment Gwenaëlle ne connaissait pas cette espèce. Doucement, elle s’approcha du monstre mécanique pour lui parler.
« Bonjour, euh, tu es perdu ? » Le Magearna se tourna alors vers la scientifique, sans dire mot. Il émettait juste quelque cliquetis.
« Tu as un dresseur ou une dresseuse ? Je ne connais pas encore bien l’académie mais je peux t’aider à retrouver ton chemin tu sais. » Fit la verte en un sourire.

Aucune réponse.

Gwen battait des yeux sans comprendre.
« Euuuh, tu ne peux peut-être pas parler. Je te dérange peut-être, je suis désolée. Si tu as besoin d’aide fais le moi savoir. Je m’appelle Gwenaëlle et lui c’est Tool. » fit la demoiselle en un sourire. Le Massko lui semblait perplexe. Il n’avait jamais vu de Pokémon pareil lui non plus. Il s’approcha de la créature et lui tendit une patte, comme pour dire enchanté de te connaître.

Le Magearna regarda la patte tendu et fit de même. Comme s’ils s’étaient mis d’accord, les Pokémons se serrèrent la patte. Puis, dans un grand flash, le type acier disparu. Laissant Gwen et Tool au milieu de l’enceinte de l’école.

« Kooo ko mass… MASSKO ! - Bon euh c’était bizarre, QUOI ! » S’exclama une Gwenaëlle rétrécie. Elle regarda partout autour d’elle, pourquoi le monde semblait subitement plus grand comme si elle avait retrouvé ses 10 ans. Elle écarquilla grand les yeux, cherchant Tool du regard. Mais ce n’était pas Tool qu’elle trouvait, mais elle. Stoïque. Plantée bien droite devant elle.
« Mass ko. – oh non. » ce n’était pas possible, elle était devenue, bleue. Elle regarda son corps et son cerveau paniqua encore plus, Tool c’était elle et elle était Tool ! Leur corps avaient été échangés ! Oh non non non paniquée Gwen voulut reparler une nouvelle fois à son starter qui ne cillait pas mais elle se ravisa. Tout ce qu’elle pouvait dire était massko alors à quoi bon.

Puis son corps, enfin de celui de Tool maintenant bougea, son visage eut un grand sourire. Tool dans le corps d’adolescente de Gwen se pencha vers elle.
« Alors ça tu veux c’est la providence ! Je vais pouvoir m’acheter la double pédale de mes rêves avec mes jetons HAHAHA. » Il riait à gorge déployée. C-c-omment pouvait-il aussi bien le prendre. Gwen ouvrit grand la bouche choquée du comportement de son starter qui n’en avait rien à faire de ce changement.

Celui-ci sourit une nouvelle fois avant de tapoter la tête de Massko de sa dresseuse.
« Non mais je rigole t’inquiètes. Ce corps est certes plus grand pour pratiquer la batterie mais franchement il est pas entraîner. Tu es jolie hein mais un peu trop flasque au niveau des bras. Je t’aime comme ça tu sais Gwen. Du coup j’ai le droit au lit maintenant haha. » Fit-elle enfin il. Gwen était de plus en plus choquée. Comment pouvait-il le prendre aussi bien sérieusement.
« PTDR, c’est quand même incroyable que ce Pokémon puisse changer deux corps. Après je pense que c’est temporaire. Donc autant en profiter pour enfin faire ma commande pour des accessoires pour la batterie, tu me comprendras mieux comme ça. Oh tiens j’y pense, maintenant je vais pouvoir encore plus te défoncer à mario kart, c’est plus simple avec des mains qui ont 5 doigts. »

Bavard, il était tellement bavard le bougre. Au fur et à mesure que son ami parlait, Gwen se déridait, il le prenait tellement par-dessus la jambe que cela commençait à détendre la jeune demoiselle. Elle soupira.
« Koo. - S’tu veux. »
« Ouah je suis fatigué. Faudrait que tu penses à dormir plus quand même. C’est pas faute de te l’avoir dit ! »
« Mas mas mass ko ! – Comment ça tu me l’avais dit ! »
« Je plaisante. Avec tout ça, le rendez vous ça va être compliqué, on le tente quand même ? »

Gwen mit sa patte bleue, pour rappel, sous son menton. Que faire. Tool la connaissait bien, ils étaient non stop ensemble depuis juillet, il pourrait poser les questions qu’elle souhaitait. Ou au pire elle écrierait sur son ipok si elle voulait parler. Le corps de Massko hocha la tête et celui de la Mentali sourit. C’était juste un « petit » imprévu.

Ils sortirent tous les deux de l’école. La bleue se ramassa d’ailleurs plusieurs fois sur le sol. Maladroite de base dans son corps, alors dans celui de Tool c’était pire. Ils virent Elise parler à un Absol devant l’entrée de l’école. Gwen dans le corps de Massko lui fit signe avant de s’éloigner pour ne pas la déranger. Devant le portail se tenait une jeune femme. Les cheveux noirs de jais et les yeux violets. Se tenait à côté d’elle un Ectoplasma d’au moins 1m80. Gwenaëlle déglutit, c’était elle son rendez vous.


HRP:
 
Bruce Hedge
Bruce Hedge
Région d'origine : Alola - Ula Ula
Âge : 15
Niveau : 16
Jetons : 1060
Points d'Expériences : 275
Todresseur Spé. Type
Sujet: Re: Event #1 - Cœur mécanique   Jeu 31 Oct - 17:40
L’automne approche et le temps devient lugubre, les enfant on peur de la nuit qui devient de plus en plus longue et menaçante comme engloutissant nos journée dans un appétit vorace et sans limite… Moi je vois plus la saison des feuilles mortes des plaids des bougies et des châtaigne grillées, tient, rien que d’y penser j’ai envie d’aller m’en prendre !

Ça tente qui des châtaigne dehors ?

Tous mes pokémons lèvent la patte l’air joyeux et m’accompagne à l’extérieur. La teinte sombre dut au nuage grisonant donne un côté sublime, j’ai toujours adoré l’automne. Nous arrivons donc à un petit vendeur qui fait griller les coques marrons sur le dos de son chartor.

Bonjour la p’tite troupe, vous v’lez des marrons grillés ?

Ouaip on vous en prend 2 cornets s’il vous plait !

Très bien et comme vous z’êtes nombreux je vous fait le troisième offert par la maison !

L’homme à l’allure sympathique nous tend alors trois cornet. J’en prend un Gimly et Sid aussi, pas question que Glouton en soit le gardien c’est bien trop risqué…

Parfait venez on va se mettre au bord du lac et on va faire des ricochets !


La compagnie démarre donc un petit pèlerinage à mes côtés, les marrons s’enchainent sur le trajet alors que nous nous approchons de la zone devenu un peu plus marécageuse avec les quelques averses d’automne. Gimly s’amuse à sauter et creuser dans la boue ce qui ne manque pas d’attirer le dégout de Narcisse qui saute de rocher en rocher afin de ne pas se salir. Le long du chemin j’ai trouver une douzaine de petites roches parfaites pour les ricochets !

T’inquiète Narcisse on y est presque !

Et voilà nous y sommes, une petite esplanades parallèle au lac et suffisamment proche de celui-ci pour y tremper les pieds l’été. Je sort alors une petite nappe et la pose au sol. La seconde qui suit mon Hélionceau est déjà dessus en train de faire sa toilette… Sacré Narcisse…

Comme d’habitude Sid me suit dans l’activité du jour pendant que les moins intéresser flanne ou se repose.

Je commence je te montre alors regarde bien.

Je saisie un cailloux assez plats entre mon pouce et mon index le lançant bien à plat par rapport à la surface de l’eau il rebondit trois fois avant de s’enfoncer dans l’eau. Selfy Sid et Glouton m’applaudissent. Je tend alors un cailloux à Sid qui l’empoigne le lançant à une vitesse fulgurante, un, deux, trois…

*CLONG*

Le cailloux heurta quelque chose le stoppant net dans sa course.

Pas mal dommage que tu ais toucher truc !

Vigo !

En parlant de ce truc il se rapprocha à une vitesse faramineuse et se stoppa devant nous. C’était une sorte de robot métallisé au yeux rouge… Il pointe alors son bras vers nous et une lumière aveuglante et rose m’obligea à fermer les yeux.

Vigo Vigo… (C’était quoi ça ? Pourquoi j’ai l’impression que je vais exploser ?!)

Oh… Je me sens si faible.

Mon corps s’écroule de tout son long sur la nappe manquant d’écraser Narcisse. Mais pourtant je ne ressens aucune fatigue… D’ailleurs comment ça se fait que je vois mon corps tomber comme ça alors que j’ai le sang aussi bouillant qu’un… C’est quoi ça j’ai des griffes ?! ça veut dire que ?...

Iguoooo Iguoooo ! (Bruce, hé ho Bruce !)

Vigo ? (Selfy ?)

Tatac (Bruce ?)

Hélion ceau ceau… (Ben oui ils ont échangé de corps c’était évident voyons…)

Ok pas de panique je comprends tout mes pokémons et eux m’entendent aussi alors que mon corps vient de s’écrouler, à vrai dire j’ai l’impression que rester immobile est une torture et je me sens au moins 100 fois plus puissant que d’habitude donc si Sid à pris mon corps ce changement physique à put lui redonner son envie de dormir constante.

Vigo vigoroth roth vigo ! (Whoaw c’est tellement cool de pouvoir tous vous comprendre j’ai tellement de question à vous poser)

A peine ma phrase fini que Selfy se jeta sur moi les larmes aux yeux.

Iguoltaaaaa ! (J’ai eu si peeeuuur !)

Vigoroth vigoroth vigo vigo (t’inquiète pas Selfy tout va bien je suis sûr que ça va revenir à la normale)

S’entame alors une discussion autour du comportement de chacun de mes pokémons pour comprendre pourquoi sont-ils aussi proche de leur péché respectif.

Ratta ! ratta ratta rattatac tac. (Pour moi c’est assez simple j’ai juste tout le temps faim donc voilà)

Bon ça je m’en doutais…

Sape Sapereau Sapepe Sapereau. (Moi j’adore collectionner tout plein de truc et c’est aussi que je tient à mes affaires et que du coup j’aime pas les prêter.)

Hélionnn Hélionceau (Je ne vois pas de quoi tu parles je n’ai aucun défaut voyons)

Pas étonnant venant de lui. Mon mangriff comme toujours ronchon m’avoua quelque chose qui me toucha au plus haut point.

Mangriff Man Man Mangriff… (Ma haine vient juste du fait que comme c’est toi qui m’a accueilli je me dit que ma famille ma abandonné et ça me ronge et je te suis donc extrêmement reconnaissant de m’avoir pris avec toi. )

Vigooooo… (Oh Clovis… Je suis désolé je ne voyais pas ça comme ça)

Et enfin mon pokémon electrik s’avança avant de me câliner. Il me regarda et pris alors la parole.

Iguo iguolta iguo iguo ltaaa iguolta. (Pour moi c’est plus difficile je ne suis pas jaloux mais je me suis rendu compte que nous sommes exactement pareil toi et moi je suis presque une copie de ton âme et je refuse que mon sosie humain soit en danger, je surréagis peut-être un peu mais tel est mon péché…)

Leurs divers témoignage m’arrachèrent une larme et alors qu’un gros câlin collectif prenait place le robot était face à nous pencha la tête sur le côté comme un ponchien qui ne comprend pas un ordre avant que la lumière rose réapparraisse… J’avais retrouvé mon corps, Sid le sien, et je comprenais enfin un peu mieux mon équipe. Je me rendais compte que j’était bien plus proche d’eux maintenant qu’avant et j’en était ravis. Merci à toi pokémon mystérieux d’avoir permis à un gamin comme moi de comprendre son équipe qui un jour peut être deviendrons les gardiens d’un lieux de paix.

HRP:
 
Kaeko D. Riviera
Kaeko D. Riviera
Région d'origine : Kanto
Âge : 18
Niveau : 47
Jetons : 742
Points d'Expériences : 1199
Adulte Larbin de l'Etat
Sujet: Re: Event #1 - Cœur mécanique   Ven 1 Nov - 17:05
De longs cheveux de jais volaient au gré du vent. Une jeune adulte se tenait sur la flanc tribord du bateau l’air pensive, regardant la mer et la terre de Lansat s’éloigner d’elle. L’île était désormais sous quarantaine et la brune ne l’avait appris que très récemment. Le gouvernement ne l’avait pas prévenue de ce qu’il s’était passé l’année dernière sur son ancien lieu de vie. Elle ne savait rien de ce qu’avait fait la team rouage, ses supérieurs s’étaient bien passés de le lui dire. Ces enflures. Elle soupira et regarda en l’air.
« Te revoilà toi. Ça faisait quoi, deux ans. Toi aussi tu t’es bien passée de me dire quoique ce soit. » fit-elle, un léger sourire sur son visage. Deux ans sans aucune nouvelle de celle qui l’avait créée. Elle avait été livrée à elle-même et fut réellement libre. Elle voyagea encore et encore, en quête de connaissance sur ce monde qui l’entourait. Kaeko progressa en tant que dresseuse durant deux ans, seule avec ses Pokémons à parcourir le monde.
« Enfin quand tu dis seule c’est sans toi quoi, pas besoin d’en faire tout un foin. »

Un couple de passagers la regarda de travers. Une adolescente qui parlait toute seule ? Triste de se comporter comme une personne âgée alors que si jeune. Les deux hommes déglutirent lorsque qu’ils virent le gigantesque Ectoplasma derrière la demoiselle. Ils comprirent pourquoi elle parlait seule et déguerpirent à toute vitesse. Omega, le fidèle starter de l’ancienne Mentali faisait toujours bonne impression aux personnes alentours (non). Il restait silencieux derrière sa dresseuse pensive. Les autres spectres étaient tous sur le bateau, certains dans la cabine de leur dresseuse d’autres occupés à hanter le réfectoire. Seul le starter était resté aux côtés de celle qui l’avait recueilli, cela faisait combien de temps que les deux étaient ensemble ? Cinq ans ? Plus ? Le temps filait si vite que le spectre en avait perdu toute notion du temps.

« En parlant de temps, tu n’as pas l’air d’avoir perdu le tien. » fit la brunette, toujours à regarder en l’air. Intriguée, je ne savais pas spécialement quoi répondre à cette injonction. « Fais pas l’innocente ça ne te va pas. » ahem sympa, je sais que je ne suis pas aussi innocente que Cael mais quand même. La brune soupira pour ensuite se mettre à sourire. « Contente de savoir que Cael est toujours à l’académie. J’irais voir sa bonne trogne un de ces quatre. « si tu ne te perds pas en cours de route. « Mais je ne parlais pas de ça. Je parlais d’une autre de tes créations. T’en es à combien avec moi ? Cinq ? Six ? » Euuuh. « Bref, elle sait ou pas ? » Euuuuuh. « J’imagine que non. »

La brune soupira, décidément, puis se tourna vers son Ectoplasma silencieux.
« Omega, peux tu me rendre un service s’il te plaît ? » Le spectre acquiesça sans un bruit. « Aller me chercher Lupin, il doit être en tain de voler des passagers dans la salle commune le connaissant. Et aussi du papier et un crayon, tu serais parfait ! » demanda-t-elle. Omega sortit sa longue langue baveuse et son visage (enfin si on peut appeler ça un visage) se transforma en un rictus moqueur. Il disparut dans le mur d’une cabine juste après la demande incongrue de la demoiselle. Pourquoi avoir besoin d’un papier et d’un crayon ? Et surtout pourquoi Lupin ? Un Baudrive voleur, à quoi pensait-elle ?
« Ce que tu peux être longue à la détente franchement. » Dit-elle, en se moquant de celle qui écrivait son histoire. « Tu le verras bien assez tôt ce que je compte faire. »

« Tu as vu, ça fait combien de temps qu’elle est là à parler seule ? » Fit une femme à une autre.
« J’ai vu un Ectoplasma partir, c’est peut être une exorciste qui parle aux défunts. »
« Mais que ferait-elle dans un bateau pour Adala ? »
« Bonne question, l’île est peut être hantée.. »

Kaeko regarda, blasée, direction les deux femmes ragotant, elle leur lança un sourire des plus adorables une fois leur regard croisé avec le sien. Les deux hurlèrent à la malédiction avant de partir à toutes jambes.
« Charmant.. »

Cinq minutes plus tard, Omega revint avec Lupin voletant nonchalamment derrière lui, du papier au bout de ses fils.
« Parfait ! » la brune s’approcha d’eux avant de prendre le papier et d’écrire frénétiquement un mot. Une fois terminé, elle confia le papier à Lupin ainsi qu’un œuf qu’elle sortit de son sac. « Un petit cadeau de ma part, histoire qu’elle ne se méfie pas trop de moi. » euh ça c’est moins sûr, tout le monde se méfiait de Kaeko. Trop enjouée, trop changeante, trop spectre. Trop elle en somme. « Ah et ne touche à rien dans sa chambre. C’est une Mentali du nom de Gwenaëlle Sklodoska, cheveux verts et air timide. » elle regarda une nouvelle fois dans le ciel « t’as fait dans l’original niveau nom de famille, t’as pas l’impression de faire du réchauffé parfais. Et mécanicienne en plus de ça, tu t’es vraiment pas foulée. » oui bon ça va les sarcasmes, je l’ai écrit en stage du coup niveau inspiration artistique ça se posait là. Kaeko se mit à rire de bon cœur, se moquant éperdument de celle à qui elle parlait actuellement. « je suis contente de te revoir narratrice. Je sens que je vais en baver mais j’en suis contente. »

Et le Baudrive d’envola vers Adala, se laissant porté par les courants d’air, il était vraiment partisan du moindre effort le bougre.

Kaeko et sa clique fantomatique débarquèrent enfin sur l’île d’Adala. Valises en main, la brune voulut se diriger vers la résidence Aquali mais commença déjà à prendre la mauvaise direcion. Ce sont les efforts combinés de Tomberry et d’Omega qui réussirent à l’amener à bon port. Une chose n’avait pas changé chez la jeune adulte : son sens de l’orientation aussi légendaire que désastreux. Ses bagages posés dans un petit appartement, elle contempla la ville. Elle avait quitté l’académie il y a si longtemps déjà, elle était une adulte maintenant, plus le droit de loger chez les Mentalis et de se faire gâter par Melty hélas. Elle soupira, pourquoi elle s’était fourrée dans un pareil guêpier avec l’état sérieusement. Si ça n’ait pas été le cas elle aurait repris ses études et pu enfin atteindre le g3. Mais non il a fallu qu’elle se paume au mauvais endroit au mauvais moment pour devenir une larbin de l’état. Pire chose.

La demoiselle, perdue dans ses pensées, en fut sortie par Lupin revenu de sa mission. Il était l’heure de s’en aller. La brune enfila son long manteau aussi noir que ses cheveux et confia à Feldspath l’honneur de veillé sur l’appartement pas encore rangé.
« Fais gaffe à Lupin, à tous les coups il a encore chapardé des trucs c’est plus fort que lui, et veille à ce que Tomberry ne sorte sous aucun prétexte. Kira a encore besoin de se reposer dans sa Pokéball et je prends Deus avec moi. Je préfère l’avoir à l’œil lui. A tout à l’heure. » La porte se ferma sur un Gringolem qui se mit au garde à vous avant de juger du regard un Spiritomb parlant tout seul et un Baudrive qui tenta de cacher son butin. Vraiment l’un ne valait pas mieux que l’autre pour le type sol.

Le vent souleva encore plus les cheveux de Kaeko, Omega la suivant avait parfois du mal à léviter à ses côtés, l’automne frappait fort.
« Tu ne te demandes pas pourquoi ils ne sont plus bleus ? » à vrai dire je m’en fous un peu, et regarde où tu marches ! Trop tard, la brune avait bifurqué à l’angle d’une mauvaise rue. Elle sortit de la ville pour se trouver dans une forêt. Cette action fit déprimer l’Ectoplasma qui ne savait réellement pas quoi faire de sa dresseuse irrécupérable. Cette derrière se gratta l’arrière de la tête et s’excusa auprès de son starter qui prit alors les devants. Que ferait-elle sans lui, vraiment. Marchant vers l’académie, le duo fit une rencontre. Un Pokémon fait d’acier, inconnu. Il ressemblait à un Laporeille mais version fer. Kaeko déglutit et recula lorsque la créature se retourna vers elle et son spectre. Ce Pokémon.

« C-c-c-c-c’est un type fée.. » oh non non non. Alors pour celles et ceux qui ne le savent pas, Kaeko attire les spectres à elle comme un aimant. Mais en contrepartie, les types normaux et les types fée la détestaient. Pas bon, vraiment pas bon. Elle ne connaissait pas ce Pokémon mais son instinct lui dicta de fuir à toutes jambes l’acier vivant. Magearna s’approcha alors en volant de la brune.
« C’est ça son nom ? Mais c’est quoi !!!! » pour ensuite sans sommation utiliser permucoeur entre Omega et Kaeko. Un éclair et le Pokémon avait disparu sans laisser de trace.

Les corps de l’ancienne préfète et de son Ectoplasma tombèrent instantanément sur le sol.
« Plasmaaaa. Aie aie aie. » fit le corps d’Omega tandis que celui de Kaeko essayait difficilement de se mettre debout.
« Comment se fait-ce que je sois encore à terre. Mon corps me permet de léviter, par quel mécanisme incongru je me suis retrouvé en pareil situation. » les yeux violets de miss Riviera se dirigèrent vers le corps étendu de Omega, par terre. « Oh fichtre, serait-ce mon corps. » Le corps de la jeune femme se mit à prendre une pose sérieuse. Trois secondes suffirent pour qu’Omega comprenne. Il tapa du point dans sa main, signe que ses deux neurones s’étaient connectés.
« Ma chère Riviera, je suis navré, nous sommes dans une situation fort peu diligente. Auriez vous besoin de quelconque aide afin de vous relever ? » demanda Omega proche de sa dresseuse au sol qui ne comprenait vraiment pas bien.

« ECTOOOOOOOOOOO ! NARRATRICEEEEEEEEEEEEEEE ! » hurla-t-elle. Alors pour tout te dire je n’ai rien fait pour le coup désoooo. La dresseuse dans son starter se facepalma. Comment pourra-t-elle parler à Gwen sous cette forme. Elle regarda son corps devant elle et soupira. Elle avait connu pire heureusement et relativisait plus vite qu’avant. Elle espéra que cet état n’était que passager.
« Plasma, plasma ? Omega peut t’entendre ? » nope, que toi, t’as cru. Et un soupir, un, de l’Ectoplasma. Omega, droite comme un I attendait les ordres de Kaeko. La patte fantomatique de la demoiselle indiqua l’Ipok dans sa poche de manteau.

« Oh oui pardon mademoiselle. Je vous le confie incessamment sous peu. » La brune qui ne l’était plus fut choquée de la façon de parler de son starter. Elle s’attendait à une sorte de oush oush style team skull de la part de son starter mais que nenni, celui-ci avait le ton verbeux et un peu pompeux comme les nobles d’Illumis. Aled.
« Plasma. Merci. » fit-elle en récupérant le portable. Elle écrivit des notes d’instructions pour son starter histoire que les deux rencontrent tout de même la dernière création d’une narratrice qui a décidément bien peu de vie sociale.

La suite vous la connaissez, les deux comparses vont devant la grille et tombent sur une Gwen qui a aussi permuté son corps avec son starter. Kaeko soupira encore, sale coup tordu de sa narratrice. Elle laissa le soin à Omega de les présenter. Tandis qu’elle détailla Gwenaëlle. Son apparence était typique de ce qu’aimait sa narratrice : un avatar de chanteuse vocaloid, vraiment aucune originalité franchement.
« Nous vous saluons mademoiselle Sklodowska. Navré de vous importuner. Il se trouve que mademoiselle Riviera et mo même se trouvons en fâcheuse posture. En effet, il y a peu un Pokémon inconnu nous a permuté si je puis dire. De ce fait je parlerai au nom de ma dresseuse ici présente. » Kaeko dans le corps de son starter croisa les pattes et fit un humpf déçue de ne pouvoir parler. « Nous voulions juste nous présenter à vous en bonne et due forme. Ce que nous allons vous avouer peut être considérer comme invraisemblable et je m’en excuse. Vous et ma dresseuse êtes liées. Par un lien mystique que seule cette chère Kaeko peut comprendre, hélas. » nouveau humpf de Riviera. « Ainsi elle voulait exprimer son vœu de vous rencontrer, vous la dernière création. »

Gwen dans le corps de Massko écoutait sans broncher. C’était quoi ce délire. C’est quoi cette façon de parler vieillotte ? Et puis comment ça lié ? Elle déconne ou bien ? Tool, lui réagit directement.
« Yes tu vas me dire qu’elles sont liées. Tu débloques pas un peu ? »
« Débloquer ? Non mon dos se comporte parfaitement bien, je vous remercie. »
« Mais non pas ton dos ! Je veux dire elles ne se connaissent même pas, qu’est ce que tu racontes ! »
« Mais la vérité. Sur ce, nous vous laissons ici. C’était un plaisir de vous rencontrer. Nous allons le faire bientôt à nouveau, cependant sous un meilleur jour que celui_ci ! » fit Omega en s’inclinant. L’ancienne préfète se dirigea alors vers le Massko bleu, qu’elle savait qu’il s’agissait de Gwen.
« Plasma plasmaaaa. Je sais c’est bizarre, prend plutôt ça comme une rencontre, on se reverra et ce sera un peu moins bizarre. » Elle tendit ensuite un papier avec son numéro et partie vers son starter en lévitant, bien pratique d’être un spectre. Laissant Gwenaëlle et Tool complètement perdus devant le portail. Pauvres petits chou, bienvenues à Pokémon Community.

hrp:
 

_________________
Event #1 - Cœur mécanique Espeon_la_by_GoldFlareonEvent #1 - Cœur mécanique Giratina_la_by_GoldFlareon
Yuna Frostheart
Yuna Frostheart
Région d'origine : Hoenn
Âge : 15 ans
Niveau : 61
Jetons : 2739
Points d'Expériences : 1857
Todresseur Spé. Type
Sujet: Re: Event #1 - Cœur mécanique   Dim 3 Nov - 11:50

Coeur Mécanique

Event 1
♫ ♫
-Lucifer Déflagration !

Sans perdre de temps, la grand Dracaufeu laisse des flammes apparaitre dans sa gueule, avant de les cracher. Ces dernières prennent l’apparence d’une croix à cinq branches, et elles foncent sur leur cible qui ne prend même pas la peine de bouger. Face aux flammes dévorantes, une Braségali se tient là debout, parfaitement immobile, les yeux fermés. Au dernier  moment elle les rouvre, et placent ses bras en croix face à elle.

Une puissante explosion s’en suit, mais je ne me fais aucun soucis, je sais parfaitement que Moegami va très bien. Quand la fumée disparait, on voit Moegami les bras croisées, un bouclier de lumière verte l’entourant. L’attaque Abri, une attaque que la double type maitrise désormais à la perfection…En même temps, vu son talent il était évident qu’il fallait qu’elle la maitrise. La barrière protectrice disparait…en même temps que Moegami, Lucifer sursaute et regarde autour de lui, à la recherche de son adversaire. Malheureusement il ne la voit que trop tard, la pokémon Combat réapparait dans le dos du chromatique, le prenant complètement de court. Il faut dire qu’après plusieurs Turbo, Moegami est très très rapide, et difficile à voir quand elle se déplace à pleine vitesse.

Avant même que Lucifer n’ait le temps de bouger, la Braségali lui octroie un puissant coup de pied retourné, qui envoie le Dracaufeu manger un peu de terre. Il faut quelques secondes au chromatique pour reprendre ses esprits, et se relever pour faire à nouveau face à son adversaire. Je vois clairement dans son regard qu’il a envie d’en découdre, d’ailleurs la réplique ne se fait pas tarder. Le point lever et brillant, Lucifer se jette sur Moegami pour lui assigner un violent coup de poing, mais cette dernière esquive sans problème, résultat l’attaque Eclate-Roc fracasse le pauvre rocher qui se trouvait derrière, le réduisant à l’état de petit gravillons. Je tape deux fois dans les mains, mettant fin au combat entre mes deux pokémons feu.

-Je pense que ça suffit, bien joué vous deux.

Mes deux pokémon poussent un cri de joie avant de reporter leur attention sur moi, heureux que l’entrainement soit terminé pour aujourd’hui. Normalement il est censé durer plus longtemps, mais j’ai des choses à régler en centre-ville. Je rappelle donc Moegami dans sa pokéball, avant de me diriger vers Lucifer qui s’est baissé légèrement pour me laisser monter sur son dos. Sans perdre de temps, je monte sur le dos de mon pokémon feu, qui décolle d’un simple mais puissant battement d’aile.

Le long du voyage, je savoure les courants d’airs frais contre mon visage, et mes cheveux qui ondulent au vent. J’adore cette sensation de liberté que me procurent ces balades dans les airs, d’autant plus que maintenant je profite pleinement de ces émotions. Le voyage ne dure pas très longtemps, et Lucifer se pose rapidement dans la cour des dortoirs, juste en face du dortoir Givrali. Je descends alors de son dos, et viens le gratifier d’une caresse le long de son encolure.

-Merci pour la balade Luci. Je ne te propose pas de venir en ville avec nous, je sais très bien que ce n’est pas spécialement ta tasse de thé.
-Draaaaa
-Tu n’as qu’à te balader autours du campus, je te rappellerai pour l’heure du diner.

Sans perdre une seconde de plus, mon Dracaufeu s’envole, soulevant un léger nuage de poussière, mais ça fait bien longtemps que ça ne me gêne plus. Je commence à m’avancer vers mon dortoir, mais un cri de panique m’arrête avant que je ne pénètre dans le bâtiment. S’il y a bien une chose que j’ai apprise à l’académie, c’est qu’un cri comme ça, ce n’est jamais vraiment bon signe…Ou c’est une mauvaise blague d’un pokémon Spectre, dans les deux cas, ça mérite vérification.
Je me dirige donc vers la source de ce cri, qui se trouve proche de l’entrée de l’académie, à en juger par les têtes des élèves qui se sont retournés. Mais je fais une rencontre pour le moins inattendue en chemin. Face à moi se tient un pokémon métalique en forme de sphère, avec deux grandes oreilles qui me font penser à celle d’un Laporeille. Qu’est-ce que c’est que ça ? Une invention d’un mécano de l’école ? Un projet d’un scientifique fou qui veut dominer le monde ?

Tant de question qui n’auront malheureusement aucune réponse, car à peine je commence à m’approcher du mystérieux pokémon, qu’un puissant jet de flamme apparait entre nous deux. Il ne faut pas longtemps à Lucifer pour refaire son apparition, son regard sang se posant sur le lapin d’acier qui semble prendre peur. Je ne peux que comprendre sa réaction, avoir un gros Dracaufeu noir qui pope devant soit, ce n’est pas le mieux pour débuter une rencontre.

-Lucifer arrête ça !

Mais mon pokémon ne semble pas vouloir m’écouter, et avant qu’il n’ait le temps de repasser à l’attaque, notre mystérieux adversaire tend les bras vers nous et une puissante lumière nous éblouis. Je sens des picotements inhabituels et pourtant un peu inquiétant, dans mon corps…je ne sais pas ce qui se passe, mais ça n’annonce rien de bon.

Quand la lumière se disperse et que je peux enfin rouvrir les yeux, je constate que le pokémon mystérieux a disparu, mais que Lucifer n’est plus là. Ho non, où est-ce qu’il est passé ? Et qu’est-ce que c’est que ce poids que je sens dans mon dos, et cette chose qui traine au sol ? Je n’ai pourtant pas les cheveux assez longs pour qu’ils touchent terre…Je tourne la tête pour voir ce qu’il se passe, mais je m’arrête bien vite en voyant que dans mon dos se trouve une aile...Une grande aile rouge et noir que je connais bien, mais c’est impossible elle ne devrait pas être dans mon champs de vision, enfin pas comme ça !!!
Je me tourne complètement d’un mouvement rapide, peut-être un peu trop brusque car je ne suis pas habituée au mouvement de ma queue qui manque de me faire tomber…Ma QUEUE !!!? Je regarde la longue queue noir qui part du bas de mon dos, et dont une grosse flamme brule le bout.

OK respire yuna

Ça va aller, tout va bien se passer…



-Draaaaaaaaaaaaaa ?! dracau, dracaufeu ? (Quoiiiiiiiiiiiiiiiiiiii ?! Mais enfin, c’est quoi cette histoire ?)

Mais ma voix, qu’est-ce que ça veut dire ? Pourquoi mes paroles ne correspondent pas à ce que je veux dire ? Il y a un gros problème !
Je lève la tête pour me retrouver face à face…avec mon propre corps ?! Ce dernier n’arrête pas de se regarder, avant de finalement poser son regard sur moi. C’est à ce moment qu’une expression de panique prend possession de son visage, et que des mots franchissent la barrière de ses lèvres.

-M-mais pourquoi je suis là ? Pourquoi j’ai plus mes ailes ?

Ses ailes ? Une minute est-ce que ce serait ?

-Dra ? (Luci ?)

Mon corps semble ne pas réussir à comprendre la situation…enfin devrais-je dire mon Dracaufeu dans mon corps ne semble pas comprendre ce qui se passe, pire il ne semble même pas comprendre ce que je lui dis. Il faut bien quelques longues minutes de silence, avant que sa (ma ?) voix se fasse entendre.

-Yu..yuna ? C’est bien toi ?

J’hoche la tête en signe d’approbation, et les yeux roses s’écarquillent d’avantage.

-Mais…mais…comment ça se fait que tu es dans mon corps ? Attends, ça veut dire que je suis dans le tien ?

Il regarde soudainement ses mains, et son regard descend un peu plus bras, vers la poitrine qu’il soulève à pleine main.

-Comment tu fais pour rester droite avec ces trucs qui pendent là, c’est vachement lourd. Je ne pensais pas que ça le serait, vu comme c’est confortable et moelleux pour dormir.
-Draaacau !!!! (Arrête ça !!!)

Mon cri semble lui faire peur, et il me regarde avec de gros yeux, comme s’il ne s’attendait pas à ce que je proteste. Mais bon il est peut-être dans mon corps, mais ce n’est pas une raison pour qu’il le tripote de la sorte.

-Hey pas la peine de t’énerver…enfin je suppose que tu t’énerves, je ne comprends pas un mot de ce que tu me racontes…Comment tu fais pour tous nous comprendre quand Stella est pas là?

Je soupire un bon coup. Bon sang, mais dans quel merdier Lucifer nous a encore fourré ? Parce que oui, c’est lui qui nous a mis là-dedans, en attaquant ce mystérieux pokémon…D’ailleurs ou est-ce qu’il est passé ? Il faut qu’on le retrouve si on veut regagner nos corps.
Je commence à regarder autour de moi, mais je ne vois le lapin mécanique nulle part. Génial, ne me dites pas que je vais rester dans le corps de lucifer pour le reste de mon existence ? Enfin ça ne me dérangerai pas d’être un Dracaufeu, je m’y ferai bien à ce corps, même si les ailes sont un peu lourde. Ce qui me dérange en revanche, c’est que Luci soit dans le mien, qui sait les conneries qu’il serait capable de faire ? Je le vois regarder lui aussi autours de lui, en espérant que ce soit pour retrouver le mystérieux pokémon…

-Ce serait pas ce co***** là-bas ?

Je tourne vivement la tête dans la direction qu’il m’indique, et je vois Logan avec Ban…Ho ho, non non non gros problème à l’horizon, Luci a mon corps, qu’est-ce qu’il va essayer de faire à Logan ?

-Dra dracaufeu…(Luci, qu’est-ce que tu…)
-Je vais lui dire ses quatre vérités, et lui faire perdre le peu de virilité qu’il a.

Je vois Lucifer dans mon corps, essayé de se diriger vers Logan…mais marcher dans mon corps est bien différent, et je ne peux qu’observer mon corps choir au sol de manière tout à fait lamentable. Je pense sincèrement que Lucifer a essayé de s’envoler, mais sans aile, c’est un peu plus difficile.

-Outch…bordel, comment tu fais pour vivre sans aile ? Franchement c’est pas simple, et ces poids que j’ai à l’avant là, ça me gêne.

Il est à terre, c’est le moment d’agir, je ne peux pas le laisser rejoindre le Voltali, ça va partir en nouveau drama cette histoire, ce que je ne veux tout simplement pas. Je ne suis pas certaine que ce soit une bonne idée ce que je m’apprête à faire, mais je ne vois pas d’autre solution.
Je m’avance donc vers Luci qui peine à se lever, et je le prends dans mes bras. Surpris il pense que je l’aide tout simplement à se relever, mais je le tiens fermement, un peu comme il pourrait tenir la cible d’un Frappe Atlas. Je me concentre, essayant de faire battre mes ailes, mais ce n’est pas facile de sentir l’air sous ces dernières. Lucifer comprend ce que je veux faire, et commence à paniquer.

-Non non non, c’est pas une bonne idée ça, tu ne sais pas volEEEEEEEEEEEEEEEER

Il finit sa phrase, alors que nous prenons de la hauteur. Je bats des ailes aussi fort que je peux pour nous maintenir en hauteur, et j’essaye maladroitement de nous diriger, ce qui donne une scène plutôt comique. De l’extérieur on pourrait croire à un Dracaufeu bourré qui essaye de voler droit…et bon sang, c’est pas simple de voler, surtout quand on doit tenir son pokémon qui squatte son corps, et qui se débat comme le diablotin qu’il est.

Nous nous dirigeons donc vers l’entrée du dortoir Givrali, je vais enfermé Lucifer dans ma chambre, et essayer de trouver une solution. De son côté, mon corps à cesser de se débattre, et il essaye de profiter du vol…Il me donne des conseils pour me stabiliser, et essayer de voler droit.

-Incline un peu plus l’aile droite…essaye de bien garder la queue droite et sert t’en de gouvernail…Mais non pas comme ça !

Il est drôle, c’est pas simple de voler, pour lui c’était inné mais pour moi ça ne l’est pas du tout. Heureusement nous approchons des dortoirs de l’académie, je n’ai plus qu’à me poser et le trainer dans le dortoir des Givrali…Une minute, comment on se pose ? Je sais pas atterrir moi ! Lucifer semble lui aussi avoir compris ce détail, car il se crispe un peu dans mes bras.

-Paniques pas ! Pour l’atterrissage il suffit de…

Il n’a pas le temps de finir sa phrase que je finis par descendre en piqué. J’ai tout juste le temps de me retourner et d’entourer Lucifer de mes ailes pour pas qu’il soit blessé. Nous faisons quelques rouler boulet avec de nous stopper à quelques centimètre d’une Pikachu en tenue de Lady. Je déploie mes ailes, grommelant de douleur, alors que Lucifer se remet rapidement de l’incident.

-Bon sang, mais c’est pas vrai Yuna, c’est pourtant pas compliqué d’atterrir. Tu réduis ta vitesse, tu te redresse, et quand tu poses les pieds au sol du donne des coups d’ailes pour garder l’équilibre. C’est facile pourtant ! Plus jamais je vole avec toi au gouvernail, de quoi j’ai l’air là ? On dirait un Dracaufeu qui vient d’évoluer et qui sait même pas voler. T’y a penser à ma réputation ?
-Dra….Dracaufeu ! (Luci…ta gueule !)

Je me remets sur pattes comme je peux, pour constater que je suis devant le dortoir Voltali, et qu’une Pikachu que je reconnais bien nous fixe.

-Dracau ? Dra dra dracaufeu ? Dra caufeu (Euphie c’est toi ? Est-ce que tu sais où est Ginji ? On aurait bien besoin d’un coup de main.)

Actuellement, Ginji est la seule personne qui me vient à l’esprit pour croire ce qui m’arrive, et qui pourrait m’aider.


Hrp:
 

_________________
 
You can never
turn back


Merci Max pour le Moodboard:
 
Ginji Labelvi
Ginji Labelvi
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 19 ans
Niveau : 100
Jetons : 3197
Points d'Expériences : 4002
Todresseur Spé. Type
Sujet: Re: Event #1 - Cœur mécanique   Dim 3 Nov - 14:06
GINJI LABELVI

rp solo
« Cœur mécanique »


Mes pattes se prennent à nouveau dans le tissu, et je bute. En un grommellement, je soulève légèrement ma traînée.

« -Piii, pikachu… Raah, mais c’est pas vrai… »

Harissa sourit, narquoise. Je lui lance un court regard blasé.

« -Chu ka, pi… Je t’y verrai bien, toi… »

Son sourire se fait encore plus fort.

« -Emo, emolga… Oh, mais j’aurai adoré…  »

Sa réponse m’intrigue, et je ne peux pas m’empêcher de la questionner.

« -Pika ? T’aurais voulu échanger de corps ? »

Elle lève les yeux au ciel, pensive. Un court instant de réflexion s’ensuit.

« -Moo… Hmm... » elle finit par baisser la tête « Emolga, emol. Ga, emol… Emo, ga, mo… Emolga. Avec Euphie ou White Lady, ça aurait été très drôle. Ou alors, quelqu’un de très sérieux… Oz, Lucina, Soul… Je les aurai fait tourner en bourrique, héhé. » elle conclut sur un ton plus sérieux « Emolga emo. Emolga gaaaaa emo… Ga, emolga ! Ça ne m’aurait pas dérangé d’échanger avec toi. J’aurai bien voulu avoir de loooongues pattes… Et puis, toi, tu aurais pu voler ! »

Je réfléchis à mon tour, et acquiesce lentement, un petit sourire en coin.

« -Pika, pikachu. Hmm, c’est vrai que ça aurait très drôle.  » j’avise mon propre corps « Piii… Bien que…  » j’inspire lentement, pesant mes mots « Pikachu. Pika, pi, pikachu… Pikachu. Être un Pikachu ne me dérange pas plus que ça. En fait, pour être honnête, je me vois mal avoir un autre corps que celui-là… Je veux dire, en dehors de mon enveloppe humaine… Je commence à être assez familier avec toutes ces sensations. » je soupire « Pika, pi. La robe à part, bien sûr. »

L’Emolga ricane légèrement.

« -Emolga, emo. Emolga ga ? Tu ferais une bien meilleure camarade que Euphie, en tout cas. Tu es sûr de ne pas vouloir rester comme ça éternellement ?  »

J’avise l’extrémité de ma queue, en forme de cœur, et me fait plus blasé.

« -Chu. Nan. » une pensée me traverse ensuite l’esprit « Pikachu pika pi, pika ? Comment ça se fait que vous autres n’ayez pas été touchés, d’ailleurs ? »

Elle hausse les épaules.

« -Emolga. Emo… Emolga, ga. On a eu le réflexe de s’envoler. Enfin, on… Ça n’a pas été le cas de Tobby et Mjöllnir, ahaha. »

Je tire une moue pensive, et jette un regard derrière nous.

« Pi. Pika pi… Hmm. J’espère qu’ils s’en sortent… »

Harissa, elle, se fait plus nonchalante.

« -Mol. Emolga emo, emolga. Bah. Sous la supervision d’Oz, ‘devrait pas y avoir trop de problèmes. »

J’acquiesce lentement, et me reconcentre sur notre route. Le Dortoir Voltali n’est plus trop loin… Pour l’instant, les personnes que nous avons croisées se sont contentées de nous ignorer. J’espère que ça va durer… Et que je ne vais tomber sur aucune de mes sœurs, surtout.

***
Au même moment, à la plage
Narrateur omniscient

Un soupir. Un long et profond soupir.

Perdu dans une horde de Pokémon Electriks (à 89%), un Limonde semble particulièrement dépité. Pas moins qu’à l’accoutumée, cela dit : pourtant, l’âme qui l’habite, elle, se sent profondément désabusée. Alors qu’elle se prosterne dans un certain silence, un Pharamp s’en approche.

« -Pharamp ? Lucina ? »

La concernée tourne ses yeux vers l’imposante créature, beaucoup plus grande et menaçante sous cet angle. Heureusement, elle ne se laisse pas facilement impressionner.

« -… Monde ? … Zelf ? »

Il secoue la tête de gauche à droite.

« -Pha. Ramp. Non. C’est Soul.
-… Li. … Oh. » elle détourne le regard « Monde. Limonde. Pardon. Je n’ai pas encore l’habitude. »

Tant bien que mal en dépit de ses deux immenses pattes, le Pharamp essaye encore un peu de se rapprocher. En une grimace peu convaincu, il s’assoit dans le sable, et avise l’immense queue qui prône sur son arrière-train. Peu habitué à autant de membres, il soupire, et tourne un regard laconique vers son véritable corps.

« -Pha. Pharamp. Non. C’est moi qui m’excuse. »

Lucina lève vers lui un regard étonné, et il précise aussitôt ses propos.

« -Pharamp pha. Ramph pharamp. J’ai conscience que mon corps n’est pas le plus appréciable. Je suis désolé qu’il te soit imposé. »

L’actuelle Limonde ne dit rien, et tente bien de se regarder soi-même. Mais l’étrange positionnement de ses yeux ne permet de voir guère plus qu’un vague contour, et elle abandonne rapidement cette idée.

« -Limonde monde ? Ton corps ne te plaît pas ? »

Soul hoche lentement la tête.

« -Ramp. Pharamp. Pharamp pharamp pha, ramp. Pharamp. Si. C’est mon corps. Il peut paraître étrange et peu attrayant pour les autres, mais j’ai toujours vécu avec. Et je n’ai pas besoin de plus. »

Ses yeux descendent sur ses nouvelles pattes supérieures, qu’il lève un instant.

« -Pharamp, pha… Pharamp. Tous ses membres, cette stature… Je pourrai certainement faire plein de choses avec. » il les abaisse, et regarde droit devant lui « Pha. Pha, ramp… Ramp. Mais je n’ai envie de rien. Juste rester là, parmi les autres… Ça me suffit. »

Lucina suit son regard, qui fixe l’horizon.

« -Monde. Li limonde monde. Alors ne t’excuse pas. Tu n’as pas à rougir de ce que tu es. »

Au tour de Soul d’adresser une œillade intriguée à sa comparse, qui enchaîne.

« -Limonde. Limonde, monde. J’ai toujours apprécié ton calme et ta flegme. Et pour être franche, y goûter ne me déplaît pas. » son expression se durcit « Monde, li… Limonde limonde monde. Non, ce qui me blase… C’est simplement de voir que Ginji ne peut pas passer une journée sans nous attirer des problèmes. »

Le Pharamp sourit, amusé.

« Ramp. Pharamp. Tu exagères. Ce n’est pas non plus tous les jours comme ça. »

Lucina soupire.

« -Li. Monde... Hmm. Sûrement… »

Les deux se taisent, et observent alors la mer en silence. Sa sérénité apparente ne l’empêche pas d’être agitée les jours de tempête…

***
Ginji

Enfin ! On aperçoit le bâtiment Voltali. Habituellement, il me faut moins de temps pour le rejoindre… Et pour être tout à fait honnête, on n’y est pas encore vraiment…

Je fais de mon mieux pour marcher à une bonne cadence, mais cette robe et ces ballerines me gênent vraiment. Heureusement que Harissa est patiente et prend son temps pour marcher à mes côtés… Et se moquer de moi, mais ça, c’est autre chose.

« -Mo ?... Tu es sûre ?...
-Pi. Oui.
-Mo ?... Vraiment certaine ?...
-CHU. ARRÊTE. »

Elle rigole, plus ouvertement cette fois.

« -Gaaa... Emolga... Emolga EMO ga emolga... Alleeeeez… Je suis sûre qu’on s’amuserait… Je te demande juste d'utiliser ton charme d'ADORABLE petite Pikachu Lady sur UN Pokémon… ♪
-Pi CHU. Pika pi… C’est NON. D’autant qu’on a d’autres choses à faire… »

Genre…. WOW ! Éviter ce Dracaufeu qui vient de percuter le sol ?!

En effet, à quelques mètres de notre position, un immense Pokémon chromatique s’écrase à terre. L’histoire pourrait s’arrêter là, mais l’inertie qu’il n’a visiblement pas contrôlé le fait effectuer quelques rouler-boulets… Dans notre direction ?!

Si Harissa a le réflexe de bondir en arrière et de s’écarter, j’avoue être un peu plus frileux au moment de me décaler. Comment je suis censé courir, déjà ?! Normalement c’est à quatre pattes, mais avec cette robe… !

Au final, j’ai tout juste le temps de bêtement me jeter sur le côté. Je tombe au sol, pendant que le Dracaufeu s’arrête à quelques centimètres de mon ancienne position… Mouais, au final, j’aurai tout aussi bien pu rester à ma place.

Je me redresse, et l’immense Pokémon fait de même, sous la complainte de… Yuna ?! A-attendez… Oh ! Mais c’est Lucifer ! Et il tenait sa dresseuse sous ses ailes ?… Mais euh, alors… Pourquoi est-ce que Yuna vient d’appeler son propre Dracaufeu… Yuna ?

…. Une minute… Ne me dîtes pas que… ?

Je dévisage les deux arrivants avec de grands yeux (et pas seulement parce qu’ils sont GIGANTESQUES comparés à moi), jusqu’à ce que le Dracaufeu remarque ma présence. Il reconnaît le corps d’Euphie, et… Me demande aussitôt où je me trouve.

Instantanément, mon expression passe de la surprise au profondément blasé. Au même moment, Harissa revient se poser à côté de moi, et me fait un grand sourire.

« -Emo ! Emolga ! Bah tiens ! Essayons sur celui-là !
-Pika chu, pi... Même pas en rêve, Harissa... »

Mon regard tente de croiser celui du Dracaufeu.

« -Pika pika, pi. D’autant que ce n’est pas vraiment Lucifer, mais Yuna. »

Au tour de Harissa de diriger vers elle une œillade étonnée.

« -… Ga ? … Quoi ? » avant de faire un grand sourire « Emolga, emo. Ga emo emolga ? Mais c’est que vous ne savez pas tenir en place, les humains. C’est si compliqué que ça de conserver son propre corps ? »

Je soupire, mais décide de l’ignorer, pour plutôt lever une patte en guise de salutation.

« -Pi. Pika pi, chu… Salut. Si tu cherches Ginji, il… »

J’expire longuement du museau.

« -… Pika. … Il est devant toi. »

Ainsi donc, Yuna et Lucifer ont eux aussi été victimes du Permucoeur ?… Cela signifie que ce Pokémon erre dans l’académie, voire Adala tout entier. Quelque chose me dit qu’on va en entendre parler aux infos, ce soir…

En une tentative de relativiser, j’avise le corps du Dracaufeu, et souris.

« -Pika ? Pikachu ? Alors ? Ça te plaît d’être un Pokémon ? » je hausse les épaules « Pika chu. Pika pi. Pikachu. Ne t’habitue pas trop. Normalement, c’est temporaire. Vous devriez regagner vos corps respectifs d’ici quelques heures. » mon rictus s’étire ensuite un peu plus « Pi, ka pi. Pikachu…   Enfin, rien ne t’empêche de profiter. Ce n’est pas une occasion qui se présente tous les jours non plus…
 -Emo, emolga. Enfin, dépend pour qui. »

Je donne un inoffensif coup de coude contre la patte de Harissa, qui ricane en conséquence. Puis je reprends.

« -Pika, pi, pikachu. Pika pi chu. D’ailleurs, tu l’auras remarqué, mais sous cette forme, tu peux communiquer avec les autres Pokémon. C’est une excellente opportunité pour te rapprocher de ton équipe, si jamais. » je lève les yeux en direction du ciel tout en réfléchissant à ce que je peux préciser d’autre « Pika pika pi, pikachu. Pika pi. Pika pi chu, ka pi… Pikachu. Pika pika pi. Si t’as envie de t’entraîner à voler ou lancer des attaques, je te conseille de trouver une zone dégagée, sans Pokémon. Ils pourraient prendre ça comme une agression et vouloir t’affronter. Puisque tu es dans le corps de Lucifer, je présume que tu n’as pas à te soucier des potentiels lancers de Pokéballs… Mais faîtes quand même gaffe à ne pas abîmer vos corps respectifs. Et ne vous éloignez pas trop l’un de l’autre non plus. » j’enchaîne en focalisant de nouveau mon regard sur le sien « Ka chu ka, pi. Pikachu ka pi. Pika pi pi, chu, pika. Gérer ta queue et tes ailes sera compliqué en début, mais tu finiras par t’y habituer. Prends bien le temps de les mouvoir au repos, et de les ressentir pleinement. Vu la taille de ton museau, il n’est pas non plus impossible que tes sens soient exacerbés, donc fais gaffe à ce que tu respires. Et évite l’eau. A tout prix. »

Finalement, je conclus d’un simple hochement de tête approbateur.

« -Pika pi, pikachu. Pi... Ça peut faire beaucoup d’information à retenir, mais tu en constateras la plupart de toi-même. Juste, pour finir… »

Encore une fois, je soupire.

« … Pika pi pikachu. Chu. … Ne me demande pas comment je sais tout ça. Stp. »

HRP:
 
Bouddha Socket
Bouddha Socket
Région d'origine : Alola
Âge : 16 ans
Niveau : 16
Jetons : 1394
Points d'Expériences : 263
Pokeathlète Médecin
Sujet: Re: Event #1 - Cœur mécanique   Lun 4 Nov - 2:09



Bouddha buguait.

Tout était Noir.
Désespérément Noir.
Et pourtant si bruyant.

C'était comme si une multitude de voix allaient et venaient, racontant balivernes sur absurdités et chaque voix portait une couleur. Psychédélique. Un torrent de couleur. Une avalanche de mots, si imposante que ceux-ci perdait leur sens - en avait t'il seulement un ? C'était vaporeux, contradictoire, labyrinthique. Et cela durait depuis combien de temps au juste... Des secondes ? Des années ? Écrasé par tout ça, Bouddha n'en avait aucune idée... Il venait à peine de comprendre ce qu'était ce brouhaha.

Des pensées.   
Assurément.
Humaines, pokémons...

Des milliers de pensée dans un cercle d'une centaine de mètres. Des pensées de surface, inconscientes, fugaces, existentielles, obsédantes. Beaucoup trop nombreuses aussi.  

Mordre ! Mordre ! Mordre !

Et coincé dans la pokéball de 203, Bouddha se demanda comment sa girafarig pouvait supporter ça pendant des jours et des jours... Comment arrivait t'elle à différencier tout ça au juste ? Il n'y avait même plus assez de place dans l'esprit de Bouddha pour y penser...

Mordre ! Mordre ! Mordre !

203 arrivait à disntinguer les pensées, qu'elle voulait ; à dissocier les esprit pour les connecter et les squatter... Et seulement maintenant, en vivant ce calvaire... Bouddha comprenait à quel point c'était exceptionnel. Si sa tête n'était pas dématiéralisée par la technologie de la pokéball, sans doute serait t'elle sur le point d'exploser.  

Mordre ! Mordre ! Mordre !

Quoi ? D'où venez cette voix ? Elle semblait... Non plus puissante. Mais plus proche.. Et étonnamment familière. Mordre ? Mais mordre quoi ? Qu'est-ce que ça voulait dire au juste et...

Mordre ! Mordre ! Mordre !

Ohh.. Penser devenait si diffici...

Mordre ! Mordre ! Mordre !

Qu'est-ce...

Mordre ! Mordre ! Mordre !

Non...

Mordre ! Mordre ! Mordre !

Trop dur...

Mordre ! Mordre ! Mordre !

Et deux yeux traversèrent soudainement l'esprit de Bouddha. Et Alors : il comprit.

Mordre ! Mordre ! Mordr...



....



ASSEZ !

L'esprit de Bouddha est bouillant. Plus que jamais... Et doucement, les voix s'effacent dans un fondu des plus lents. Et doucement, l'entêtant esprit qui parait si proche se tait. Il ne mordra pas aujourd'hui, pas sans l'autorisation de l'esprit principal... Et bouddha pense. À son nouveau corps. Celui de 203, il le connait pourtant bien, mais jamais il n'avait réalisé avant...  Sa queue. Sa queue à un cerveau - littéralement, sans idées salaces. Ce qui veut dire que 203 est... Un corps pour deux esprits. Une bataille constante entre la 203 qu'il connait et cette bêt qu'il sent tapie dans l'ombre... Bestiale. Charnelle. Animale. Et pendant un moment, Bouddha se demanda ce qu'il se passerait si 203 perdait le contrôle au profit de la bête... Rien de bon assurément.    

Maintenant que les pensées s'étaient tues, un étrange silence résonnait dans la pokéball et Bouddha se demanda un instant : que faire ? Comment faire ? Arriverait t'il à euh... Projeter (?) son esprit pour essayer d'atteindre un autre ? Et lui expliquer ensuite... "Mon pokémon et moi on a échangé de corps, ça te dirait de m'aider à l'empêcher de me faire un tatouage de denticrisse tribal ?" et l'Alolien se demanda un instant comment par Lunala arrivait t'il à s'acclimater si facilement à cette situation. Ne devait t'il pas être en pleine crise de panique, là, maintenant ? Ça aurait était la réaction logique... À moins que cette académie lui avait appris à ne plus être surpris ? Bizarre....

Bouddha se mit alors en tête l'idée d'atteindre un autre esprit. Il se visualisa, fermer les yeux et écouta le silence. Voyons... Là... Une voix.

"Bien sûr ? Oh mon dieu ! Ce sont ses mots : elle a dit oui ! Mouhaha je pensais pas que ce lourdeau ait la moindre chance... Mais elle a dit oui. Alors voyons... Ne le laissons pas tout gâcher et si j'emmenais Kiki à notre premier date ? Oh oui, ça pourrait être une bonne idée, ça... Je vais l'emmener en ville et... Attends, une minute... Bouddha c'est toi ? Tu es dans mon esprit, déjà ? "

Bouddha s'imagina avoir un mouvement de recul, puis il pensa très fort : "Je... Kiki a dit oui ? Je... Vraiment ? Attends, tu lui a demandé de... ? Oh non, 203 ne me dis pas que..."

"Héhé, yep, bien joué Don Juan... Attends que Blue sache ça et... Bouddha ? Bouddha ? Ah oui, je ne lui ai pas dit qu'il fallait qu'il s'accroche aux esprits...Une pensée vive nous attrape si vite... Tiens kiki, à mal aux fesses, si je.. ? "

Les dernières pensées de 203 n'arrivèrent jamais dans l'esprit de Bouddha qui se retrouva au centre d'un monologue mentale bien éloignée.

"Elle sort de la poche de mon jean une pokéball qu'elle active. Cabriolaine est aspirée à l'intérieur. Je suis maintenant seule face à cette situation. C'est super."

Euh... De son jean ? Alors l'esprit de Bouddha se tord... Est-ce que... Son espit balance alors ses mots : "Quitterie ? C'est toi ? C'est moi Bouddha ! Ne m'écoutes pas, c'est 203 qui est dans mon corps ! Enfin, si écoutes moi, moi mais pas mon corps... Je... C'est... Je ne sais pas d'où elle sort cette idée mais c'est absurde. On est juste copains... Pas vrai ?"

Et une profonde peine envahit alors l'esprit de Bouddha, et à n'en point douter, si il avait encore un corps celui ci se mettrait à pleurer... Pourquoi ça l'affecte autant ? Cette idée que Quitterie ne lui dirait jamais oui pour sortir avec lui et.. Une voix résonne soudain dans son esprit et... OH NON ! 203 NE FAIT SURTOUT PAS !

Loin de l'agitation et des peines de coeur de l'esprit de Bouddha, 203 ricane intérieurement mais aussi extérieurement (elle ne se cache même plus) et de son sac extrait une crème apaisante fait à partir d'eucalyptus. Et c'est sur les mains de Bouddha qu'elle l'étale, et sur ses genoux qu'elle se met, faisant face au dos de Quitterie et c'est avec la voix de son dresseur qu'elle dit :

-Je vais baisser ton pantalon pour mettre cette crème sur tes fesses, ça abaissera la douleur.    

Tous les esprit alentours ont alors sans doute entendu l'esprit de Bouddha hurlait : "NOOOOOOOOOOOOOOOOONNN !!"

HRP
Déso, courgette : c'est n'imp xD
Coeur Mécanique
Ranya Iluzion
Ranya Iluzion
Région d'origine : Johto
Âge : 14 ans
Niveau : 21
Jetons : 2177
Points d'Expériences : 699
Scientifique Archéologue
Sujet: Re: Event #1 - Cœur mécanique   Lun 4 Nov - 22:22



Coeur mécanique
Ranya qui n’était pourtant pas du genre à courir s’était aujourd’hui donnée une très bonne raison de partir en cavale, sa sacoche sur l’épaule, Amon à ses côtés. Tout avait commencé comme une journée banale (quoi que y-a-t-il vraiment des journées banales à la Pokemon Community ?). Un réveil, des cours, des gens pénibles, ses potes avec qui elle aime bien rester, les profs pas contents, la cantine, enfin bref tout ce qui fait une journée normale pour la blondinette. Enfin ça c’est quand les événements n’ont pas dessiné de s’abattre sur l’école. A croire que la Pokemon Community a un mauvais karma, ou que Arceus punit les gérants de cet endroit pour un crime dont l’adolescente ignore tout. Peut-être un jour d’ailleurs qu’elle se pencherait davantage sur cette question. Il y a surement moyen d’écrire une thèse sur le sujet tellement l’école regorge d’histoire qui pourrait passer pour de l’acharnement divin.

Ce qui fait de cette journée un moment si exceptionnel, c’est le retour d’un pokemon que Ranya croyait disparu pour de bon. Un pokemon qui l’avait d’ailleurs poussé à emprunter une mauvaise direction un an plus tôt. L’école ainsi que le reste de l’île s’est emparée d’une agitation soudaine, et pour cause Magearna a débarqué sur Adala, et sa capacité Permucoeur aussi. De quoi provoquer une sacrée pagaille en ville, cette capacité permettant d’intervertir deux âmes entre deux corps, humains comme pokemons. La blonde a déjà croisé certains de ses camarades bloqués dans le corps de leur pokemon ou leur voisin de classe. Certains seront moins chanceuses que d’autres dans l’histoire. Mais actuellement ça n’intéresse pas du tout la jeune fille qui court dans tous les sens, espérant tomber sur le pokemon fabuleux.

Son cœur bat la chamade. Et pour cause, c’est à cause de ce pokemon qu’elle s’est lancée avec Palladium quand elle était encore sur Lansat. C’est pour avoir le droit d’intégrer les équipes de recherche destinées à le trouver et à en apprendre plus sur lui que la danseuse a fait le choix de s’engager au côté de l’entreprise, jusqu’à participer à la chute de l’île, comme tous les habitants engagés dans le conflit, tout clan confondu. Enfin, c’est comme ça que Ranya voit les choses. Toujours est-il qu’il semblerait que la rumeur sur sa capture par l’entreprise était vraie et que ce n’est que par un miracle que la jeune fille n’explique que par une intervention divine (merci Arceus)(ou plutôt les modos mais chuuuuut) que le pokemon fée mécanique soit réapparu ici. Maintenant, tout ce que veut l’enfant, c’est voir ce pokemon de ses propres yeux et comprendre si ce choix fait il y a déjà plus d’un an en valait la peine. Et surtout voir un pokemon fabuleux, même s’il n’est pas une création directe du Dieu des pokemons.

Au rythme des interventions et des paroles des habitants, la danseuse se dirige tant bien que mal pour essayer de retrouver sa trace. La blonde n’est accompagnée que de son Zarbi, craignant que Magearna prenne peur et utilise sa capacité sur elle, auquel cas sa mission d’exploration tomberait à l’eau. Ranya en a le souffle coupé tellement elle court, tellement son cœur bat vite. Mais elle ignore et repousse ses limites sportives. Aujourd’hui, pas question de louper cette chance que le ciel lui a donné. Ranya finit par l’apercevoir, au coin d’une ruelle de Nuevo. Elle essaie de ne pas ralentir pour continuer à le suivre mais la distance ne se raccourcit pas. Inquiète, incapable de maintenir la cadence, la danseuse finit par s’arrêter pour interpeller le pokemon.

Magearna, attend s’il te plait !

Le pokemon artificiel finit par s’arrêter puis se tourner vers la jeune fille. Percevant la crainte dans les yeux du pokemon, la danseuse agite frénétiquement les mains devant elle avant de reprendre la parole, complètement essoufflée.

Non non ne prend pas peur, je ne suis pas une menace pour toi promis. Je voulais simplement te voir, t’admirer. Tu es tellement beau, tellement magnifique. Nicolas a créé une superbe créature. Lis mes émotions, lis dans mon cœur comme tu sais le faire et tu verras que je dis la vérité, que je ne te veux aucun mal. Je voulais juste t’admirer…


La danseuse se sentait un peu bête de s’adresser ainsi à ce pokemon fabuleux. Mais qu’importe, les mots lui sont venus tout seuls, sans réfléchir. Car c’est tout ce qu’elle ressent face à un pokemon d’une telle beauté. Il n’est certes pas une création d’Arceus, mais d’un être humain animé des plus pures intentions. C’est ce que ce pokemon incarne aux yeux de la jeune fille. Le reflet de la pureté dont peut encore faire preuve certains humains face à la beauté que représente les pokemons. Une très belle histoire que la blondinette racontera un jour où l’autre dans une de ses thèses.

Perdue dans ces pensées, elle ne remarque qu’après un court instant que le pokemon fabuleux lui adresse un léger sourire. Magearna reste fixé quelques secondes qui se sont écoulées avec une lenteur irréelle, jusqu’à ce qu’à nouveau, il disparaisse au coin d’une ruelle. C’était court, mais intense. Et suffisamment long pour que cette rencontre reste à jamais gravé dans la mémoire de Ranya, au côté de sa rencontre avec Suicune. Maintenant qu’elle l’a vu de ses propres yeux, la seule envie qui traverse la jeune fille, c’est de rentrer au dortoir pour créer une nouvelle peinture à son honneur.

Résumé:
 

©️BBDragon
Marie Frostheart
Marie Frostheart
Région d'origine : Hoenn
Âge : 22 ans
Niveau : 14
Jetons : 1024
Points d'Expériences : 261
Adulte Petite Main
Sujet: Re: Event #1 - Cœur mécanique   Jeu 7 Nov - 23:06
L’ex-coordinatrice ne lâche pas le petit Vipélierre des yeux, essayant d’avoir l’air le plus gentille. Mais ce n’est pas facile d’avoir l’air gentille dans le corps d’un Majaspic, c’est un pokémon tellement hautain…Avec ce corps, Marie comprend un peu mieux le comportement de sa pokémon, ça n’explique pas tout, mais une partie quand même.

Le Vipelierre sursaute quand Marie lui parle, et il semble vraiment très intimidée…enfin il semble plutôt surprise de comprendre les paroles de l’ex-coordinatrice. Ça ne devrait pas le surprendre, c’est un pokémon qui lui parle…D’ailleurs il confirme qu’il n’a pas l’habitude de comprendre les pokémons, il ne fallut pas longtemps à l’ex-coordinatrice pour avoir des doutes. Qui a-t-elle en face d’elle ? Le dresseur, ou le pokémon ?...Ha rectification, la dresseuse ou le pokémon ? Elle dit s’appeler Lissa, et elle est littéralement en panique, bien loin de ce que sont les Vipelierre en général…Pour Marie, le doute n’est plus permis, il y a eu échange de personnalité entre elle et son pokémon…ce qui explique l’air un peu hautain de la jeune fille assise face au corps de la rose.
Mais avant que Marie ne puisse dire quoi que ce soit, Lissa reprend la parole, posant une question sur le fait d’être d’être un Vilépierre, et de son ressenti sur l’évolution…Et la l’ex-coordinatrice ne sait plus quoi répondre, tout simplement parce qu’elle n’a jamais évoluée, elle est dans ce corps depuis seulement quelques minutes, et elle commence simplement à s’y faire.

-Majaspic pic, maja. Mamajas, Majaspic pic. (J’aimerai bien te répondre Lissa, mais je ne peux pas. Tu dis que tu n’es pas un Vipélierre, et bien je ne suis pas une Majaspic non plus.)

La Frostheart cherche un peu ses mots, avant de reprendre.

-Majaspic aspic ? Majaspic…Aspic ? (Dis-moi Lissa est-ce que tu as rencontré un pokémon métalique qui ressemble à un lapin ? Il nous a changées de corps Majesty et moi…C’est aussi ton cas ?)

La réponse ne fait aucun doute, mais Marie n’a pas le temps de l’entendre qu’elle tourne la tête vers le corps de Lissa, qui contient en réalité son Vipélierre. Visiblement mécontent que Majesty ne le fixe, il se décide enfin parler…Ce qui laisse le corps de la rose parfaitement indifférent, continuant de poser son regard rouge sang sur celui de la jeune fille. L’ex-coordinatrice se demande ce que peut bien chercher sa starter en faisant ça…est-ce qu’elle a senti le changement de corps ? Non parce que ça ne surprendrait même pas Marie, sa Majaspic a toujours un don de perception incroyable, digne d’un pokémon psy…
Un fin sourire apparait sur le visage de la rose, le genre de sourire que Majaspic aime bien faire quand elle a quelque chose en tête…Ce qui fait craindre le pire à sa dresseuse.

-C’est drôle, quand je te vois j’ai l’impression de me voir quelques années auparavant…Ma prestance naturelle en moins bien sûr.


Marie dans le corps de sa Majaspic soupire, il fallait que Majesty provoque le Vipélierre de Lissa…mais est-ce qu’elle sait qui est qui ?

-Maja, majaspic majas ! (Majesty, il leur est arrivé la même chose que nous !)
-Je m’en doute, mais c’est ça qui est marrant, un petit pokémon qui pense qu’il est le maitre, et qui en réalité n’est pas capable de faire quoi que ce soit sans sa dresseuse, même s’il a son corps.

Et elle a un sourire narquois, alors que Marie se contente de rouler des yeux, mais maintenant qu’elle le dit, il est vrai que la coordinatrice à l’impression de voir en face d’elle Majesty, quand elle était une Vipélierre…Sauf que contrairement à Lissa, Marie était loin d’être timide. L’ex-coordinatrice se tourne vers Lissa, le regard remplit d’excuse.

-Majaspic. Maj aspi, majaspic. Maja... (Je suis désolée. Quand Majesty est lancée, il n’y a pas grand-chose à faire. Elle doit se voir dans les manières de ton Vipélierre...)

En espérant que le Vipélierre dans le corps de sa dresseuse ne réplique pas trop violement à cette agression gratuite.


Hrp:
 
Camille Duval
Camille Duval
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 15 ans
Niveau : 5
Jetons : 2474
Points d'Expériences : 66
Todresseur Novice
Sujet: Re: Event #1 - Cœur mécanique   Ven 8 Nov - 13:33
Magearna.

C'est au détour d'un couloir, alors que je cherchais mon chemin vers le dortoir, que j'entendis une Mentali en faire mention. Aussitôt, ce nom m'interpella, me sortant de mon objectif initial pour aller voir la demoiselle et ses deux copines. À ma grande surprise, il me fallut arriver à un bras de leur position pour qu'elles me repèrent, affichant un air stupéfait en me voyant.

Oui ?

Le ton de la jeune fille se voulut neutre, mais je pus sentir que ma présence n'était pas appréciée. N'en déplaise, je tenais à avoir ma réponse à ce nom mentionné juste avant. Heureusement, mon interlocutrice n'en était pas encore à vouloir me dégager, visiblement plus curieuse de savoir ce qui me poussait à venir la voir qu'autre chose.

Désolé de vous déranger, mais j'ai entendu le nom de « Magearna ». Qui est-ce ?

En terminant ma phrase, je me rendis soudainement compte que ma question était quelque peu déplacé. Il n'était pas exclue que ce ou cette « Magearna » soit quelqu'un qui leur soit intime. Gênée par cette idée, je me grattai en attendant une réponse, prête à repartir sans demander mon reste. Par chance, la jeune fille n'en sembla pas offusquée et s'accorda même un sourire amusée.

Tu ne connais pas Magearna ?
C'est que je ne suis pas à la Pokémon Community depuis très longtemps.
Oh, je vois …

La fille fit la moue, mais ne fit part d'aucun commentaire.

Eh bien, quand on était sur l'ancienne île, Lansat, il y avait un groupe qui s'appelait Palladium. Il paraît qu'ils avaient cet étrange Pokémon. Eh bien il s'avère qu'il est sur l'île actuellement. Et les gens qui s'en approchent se comportement soudainement très bizarrement, comme si ce n'était plus eux dans leurs corps.
Ah !

Que répondre d'autre ? C'était on ne peut plus clair comme réponse. La fille ajouta tout de même une précision.

En vrai, on a déjà eu quelque chose du genre avec un Pokémon légendaire, il y a quelques temps. Un Manaphy. D'après les professeurs, il s'agissait d'une attaque Permucœur. On suppose toutes les trois que c'est le même phénomène.
Oh …
Et je pense avoir répondu à ton interrogation du coup.

Je ne répondis pas immédiatement, prenant le temps d'assimiler les informations. Finalement, j'adressai un large sourire satisfait.

Merci à toi ! Bonne journée à vous trois !

Les trois filles hochèrent silencieusement la tête en réponse, ne montrant plus d'animosité à mon égard mais laissant, à raison, comprendre que mon départ était une bonne chose. Je m'en allai donc sans plus de cérémonie, abandonnant mon objectif initial pour me diriger vers l'extérieur de l'académie. Jusqu'alors seule, cherchant à pouvoir enfin me diriger par moi-même dans l'académie, je fis sortir Hortensia pour me servir de guide, ayant un bien meilleur sens de l'orientation que moi.

Allons en ville !

Joyeusement, ma starter acquiesça avant de m'inviter à la suivre, me menant à l'arrêt de bus pour rejoindre ensuite Nuevo. La Mentali ne m'a pas précisé où se trouvait le Magearna, mais ayant bien compris que la petite ville recluse au nord de l'île avait plus des airs de village, Nuevo semblait bien la seule destination possible. C'est donc bien vers cet endroit que je me dirigeai, contente d'avoir rapidement un bus pour m'y amener.

Une fois sur place, je me mis sans tarder en quête de ce Pokémon. Je n'avais aucune idée de la tête qu'il pouvait avoir, mais je me doutais aussi qu'elle était bien trop singulière pour qu'elle m'échappe. J'ouvris donc l’œil, demandant à Hortensia qui me servait toujours de guide d'en faire de même. J'aurais bien voulu que Vanitas soit avec moi pour cette recherche, mais le Nostenfer avait préféré resté dans ma chambre pour pioncer comme à son habitude. J'allais devoir faire sans lui – enfin, de toute façon, ce n'était pas comme si c'était la première fois. Pas grave, Hortensia me suffisait pour cette fois. C'est donc sereine que je débutai cette recherche, suivant l'Arcko pour ne pas me perdre dans la ville.

Tu vois quelque chose, Hortensia ?
Arc' !

Apparemment non. Le type plante n'en démordit cependant pas et redoubla d'efforts, tournant son regard partout où elle le pouvait en espérant repérer une forme singulière. Par moments, elle crut percevoir quelque chose, mais au final, cela ne s'avéra être qu'un Pokémon qu'elle ne connaissait pas. Malheureusement, par plusieurs j'en fis de même, triste de constater que c'était finalement pas Magearna. Je gardai toutefois ma positivité, me disant que cette recherche me permettait au moins de découvrir de nouveaux Pokémon et des endroits de la ville dont je ne soupçonnais même pas l'existence. Grâce à ça, Hortensia allait pouvoir devenir une vraie guide !

Arcko !

Après une bonne heure à me promener dans les rues, à esquiver des Pokémon complètement affolé ou des humains semblant redécouvrir leur corps, ma starter finit par repérer le coupable de ce bien étrange bordel. Une machine. Vivante. Se promenant comme si elle gambadait. C'était surréaliste. Je ne m'attendais absolument pas à ce qu'il ressemble à cela ! J'en restai bouche bée, ne sachant que faire face à lui. Au bout de quelques secondes cependant, j'eus l'envie d'aller à sa rencontre, histoire d'en découvrir un peu plus sur ce Pokémon. Mais au moment de bouger, les paroles de la fille à l'académie me revinrent en mémoire. Et d'un seul coup, je m'imaginai devenir Hortensia tandis que cette dernière prendrait ma place. Si je m'approchai, il y avait peu de chances que je m'en échappe. Réfléchissant un court instant, je tournai mon regard vers Hortensia, qui me le rendit, peu rassurée. Elle ne savait pas ce qui l'attendait.

Non, je ne veux pas t'infliger cela. On se connaît tout juste.

Hortensia afficha un visage perplexe dans ma direction. Elle ne comprenait pas ce que je voulais dire. Évidemment. Mais moi je savais très bien. Elle et moi n'étions ensemble que depuis quatre mois. C'était bien trop peu pour nous faire confiance et nous prêter nos corps toutes les deux, d'autant que l'Arcko était probablement encore assez jeune. Saurait-elle faire face à un tel changement, même temporaire ? Je ne tenais pas à prendre le risque de le découvrir.

Ce n'est rien, Hortensia. Viens, suivons-le de loin. On en apprendra déjà bien assez ainsi.

Et c'est sur ces mots que je passai le reste de la journée à suivre Magearna à bonne distance, l'observant comme je pouvais afin de comprendre ce qu'était et ce que voulait ce Pokémon. Est-ce que j'en ressortirai avec le cerveau rempli de connaissances. Pas nécessairement, mais j'en retins une chose.

Les Pokémon fabuleux ne sont pas à prendre à la légère …




Modération : Utilisation de la CT Eclate-Roc d'Arcko, merci Very Happy

HRP:
 
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Event #1 - Cœur mécanique   
Event #1 - Cœur mécanique
Page 1 sur 2
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers:  
Outils de modération :