Event #1 - Cœur mécanique
Aller à la page : Précédent  1, 2
Dakoy Ra
Dakoy Ra
Région d'origine : Sinnoh - Joliberges
Âge : 15
Niveau : 11
Jetons : 474
Points d'Expériences : 159
Pokeathlète Médecin
Sujet: Re: Event #1 - Cœur mécanique   Ven 8 Nov - 14:22
Le soleil était déjà en train de se coucher. Dakoy se releva du coin de pelouse sur lequel il s'était allongé. Il avait passé l'après-midi au parc avec Maut et Yuddh, histoire de s'amuser un peu. L'Absol se sentait encore mou puisqu'il avait dormi sur son dresseur qui venait de le réveiller. Yuddh était à quelques mètres, entraînant son petit corps à bouger avec souplesse au travers de quelques pas de danse.

"Il va falloir y aller, la nuit risque de vite tomber."

Le tarsal finit son mouvement et reposa son pied par terre. Son dresseur lui sourit.

"T'inquiète, on reviendra un autre jour, promis !"

Ils rejoignirent les grands sentiers desquels ils s'étaient éloignés pour être tranquilles, et se rapprochèrent de la sortie. En passant le portail, Maut remarqua une minuscule silhouette longer le mur et s'arrêta alors brusquement, fixant la pénombre au pied du pilier sur lequel étaient fixés les gonds d'un des deux battants du portail. Dakoy remarqua cette curieuse réaction après quelques pas. Le Pokémon Désastre avait à présent la tête au ras du sol, entre ses pattes avant. Il était prêt à bondir.
Dakoy s'empressa de sortir son Ipok dont il se servit comme lampe-torche et le brandit vers l'ombre. Une simple queue ondulait du minuscule recoin derrière le pilier de pierre. Le garçon prit le risque de se rapprocher. A l'instant où la lumière allait le révéler, le traqué bondit sur la main du dresseur pour la mordre. Dakoy échappa un cri de douleur ainsi que son Ipok avant d'agiter son bras. Mais le Chacripan qui y était accroché avait déjà lâché prise, aussi saisit-il l'appareil tombé par terre dans sa gueule avant de partir sans demander son reste, laissant Maut refermer sa gueule dans le vide juste derrière lui.

"On le suit !" ordonna Dakoy entre deux jurons, ne sachant pas ce qui était le plus blessant entre la morsure ou la honte de s'être fait avoir aussi bêtement. Le trio s'élança à la poursuite du pokémon Scélérat, sous le regard de quelques spectateurs aux yeux écarquillés.



Bon sang, qu'il allait vite ce Chacripan ! Il se faufilait partout, n'hésitant pas à traverser la route malgré la forte circulation de fin de journée. Ses poursuivants avait un peu plus de mal, mais n'abandonnaient pas pour autant. La course-poursuite continua à travers plusieurs avenues du centre-ville avant que le voleur ne tourne dans une ruelle. Dakoy s'arrêta juste avant de tourner. Il n'avait pas remarqué plus tôt que le temps de cette course, le soleil avait disparu et seul l'éclairage de la ville les guidait. Mais cette ruelle n'était pas éclairée, et ils venaient de perdre leur cible de vue. C'était vachement cliché, en y repensant...

Le blond avança prudemment, Maut sur sa droite, Yuddh sur sa gauche. Ils balayaient tous l'obscurité du regard, préparés à l'éventualité d'une embuscade. Leurs efforts furent cependant inutiles.

Surgi de nulle-part, le Chacripan réapparut dans leur dos et se jeta sur Yuddh en lui assénant un combo-griffe. Dakoy eut droit au même traitement à sa propre échelle puisque leur adversaire les avait mené à un camarade de toute autre envergure. Eh oui, ce qui avait plongé sur le dresseur était un Léopardus. Les coups s'enchaînaient sur le garçon qui se protégeait le visage avec les bras. Son héroîne fut Maut, qui asséna une puissante Morsure au Pokémon Implacable pour le dégager avant d'appuyer violemment son crâne sur celui du Leopardus, le fusillant de son regard ambre en grognant. Provoc, mêlé au talent Pression. C'est pas rassurant. Yuddh, de son côté, ne s'est pas laissé faire. Un Téleport pour repasser au-dessus de son adversaire suivi d'un Feuille-Magik mirent à mal le Chacripan qui décampa pour rejoindre la grande avenue. Il s'écrasa cependant contre un passant qui avait observé la scène en se tenant à la limite de la ruelle. Le bruit résonnant du choc attire l'attention de tous les challengers (ouais à cette échelle c'est un peu un smash bros en équipe). Le passant en question est pour le moins singulier, puisqu'il s'agit en fait d'un Magearna, bien qu'aucuns ne connaissent son nom. Il a d'ailleurs l'air assez énervé de constater un tel chahut. Bougon, il lève ses bras dans la direction des cinq individus et les agitent dans tous les sens, avant de repartir.

Chacun se réveille alors avec une impression de difformité.

Dakoy ouvrit les yeux et reconnut la jonction entre la rue et l'avenue de laquelle ils venaient. Le Magaerna repartait déjà. Il n'avait visiblement pas de temps à perdre avec des imbéciles incapables de s'entendre. Le cerveau du garçon dut redémarrer lorsqu'il tenta de se relever et qu'il réalisa qu'il se sentait en parfait équilibre à quatre pattes plutôt que debout. Il sentait également moins l'air frais du début de soirée que quelques instants plus tôt. Par contre il y voyait beaucoup plus clair. Autant en profiter pour observer les alentours. Chacun se relevait, aussi groggy que lui visiblement : Yuddh, Maut, le Leopardus et lui-même. Attendez... Lui-même ? Il tourna la tête vers une plaque de métal appuyée contre un mur. Sa surface était loin d'être polie, mais la silhouette qu'elle reflétait à la place de Dakoy ne pouvait correspondre qu'à l'être manquant lorsqu'il avait balayé la ruelle du regard : le Chacripan. Comment ? Il n'en savait rien. Pourquoi ? Pas la moindre idée non plus. Mais les faits étaient là. Son âme avait été échangée. Et il était prêt à parier que tous avaient subis le même sort. Il pesta.

Les quatre autres semblaient tout aussi surpris de la situation.

"Cha ! Chacri ?" (Maut ! Yuddh ! Où êtes-vous ?)

A ces mots, le corps d'Absol s'approcha de Dakoy. Ce dernier se figea. Comment savoir s'il s'agissait d'un des membres de son équipe ? Avait-il au moins compris qui était dans le corps du Chacripan ? Dans sa réflexion, il resta immobile jusqu'à ce que le Pokémon désastre fonde sur lui... Pour lui lécher la face.

"Chacri, Chacripan !" (Haha, ok Maut j'ai compris, c'est bien toi, tu peux t'arrêter maintenant !)

L'Absol continuait de le lécher, plaquant le petit Pokémon au sol. Dakoy réalisa trop tard qu'il était immobilisé. Le corps sombre le surplombant releva alors la tête, l'éclat de sa lame aisément visible pour un être nyctalope révélant le sourire mauvais qui couvrait son visage. Le Pokémon Désastre tourna le cou.

"TARSAL !" (DEGAGE DE LA !)

L'attaque voix enjôleuse n'avait probablement jamais été aussi agressive, mais visiblement cela semblait fonctionner aussi. Le corps de Maut s'écroula, et Dakoy se réfugia instantanément auprès du Tarsal.

"Chacripan ? (J'imagine que t'es la vraie Maut ?)

-Sal' ! Tar, Tarsal. (Yup ! Cet enfoiré a été bien malin de se faire passer pour moi.)

-Cha, Chacripan, Chacri..." (Reste plus qu'à savoir dans quel corps est Yuddh. Le mien, ou bien celui du Leopardus...)

En observant les corps des deux principaux intéressés, Dakoy remarqua que l'hôte de son corps avait pris en main les deux pokéballs à sa ceinture. Il en activa une première et le Absol fut rappelé. L'humain tiqua. Il la réactiva à ses pieds avant d'activer l'autre. Le tarsal derrière lequel Dakoy s'était réfugié disparut, le laissant sans défense. Le visage du garçon afficha un rictus qu'il n'avait jamais arboré auparavant. Dakoy fêla sans s'en rendre compte. Son corps abritait l'âme d'un de leurs adversaires, et celui-ci venait d'être très malin.
Au moins, l'esprit du garçon avait toutes les clés en main pour comprendre la situation. Il s'installa aux côtés du corps du Leopardus, puisqu'il s'agissait de Yuddh qui avait lentement compris la situation. Même s'il venaient de "perdre" Maut, ils restaient deux Pokémons, contre seulement un Pokémon et un humain. A condition de bien jouer leurs cartes, ils avaient toujours l'avantage.

"Chacripan. Cha, Chacri. (Je te laisse te battre contre l'hôte de Maut. Je m'occupe de mon propre corps."

-Pardus, parrrr ? (T'es sûr de toi ?)

-Chacripan." (T'inquiète, j'apprends vite)

Tous deux s'élancèrent sur leur cible comme un seul pokémon.


Yuddh exploitait l'incroyable souplesse du Leopardus pour éviter aisément les coups de lame et de griffe que lui assénait l'Absol. L'entraînement à la danse que le Tarsal avait suivi ne le rendait que plus redoutable, contorsionnant son nouveau corps pour frapper dans des angles inattendus. Il était probablement plus dangereux qu'un Leopardus classique, même si le corps était surmené pour réaliser une telle prouesse. Mais peu importe, il comptait bien retrouver sa propre enveloppe charnelle. S'enroulant presque autour de son adversaire, Yuddh déséquilibra le Pokémon désastre pour le plaquer au sol, bloquant chacun de ses membres. Il préférait ne pas avoir à blesser plus que nécessaire le corps d'une amie.
Pendant ce temps, le dresseur avait engagé le combat contre son propre corps. Il avait commencé par foncer droit dessus, jusqu'à portée d'un bras humain. Là, un bon sur la gauche lui fit esquiver la main qui allait l'attraper. L'âme de Dakoy sourit. La morsure qu'il avait subi à la main droite par le Chacripan à la sortie du parc faisait mal, il était bien placé pour le savoir. Aussi avait-il deviné que son adversaire se rabattrait instinctivement sur l'utilisation de sa main gauche. Et il avait remarqué que ses réflexes humains étaient insuffisants pour suivre efficacement les mouvement d'un Chacripan. Il profita de l'instant où son adversaire à la carrure de titan était baissé, paume toujours au sol, pour envoyer un jet de sable avec la poussière du sol terreux dans les yeux de son corps. Le combat était quasiment fini. Il faisait face à un être aveuglé et plus lent que lui. Il allait envoyer des coups au hasard. Tout ce que Dakoy avait à faire était de prêter attention à n'en prendre aucun malencontreusement. A part ça, il avait toutes les fenêtres d'attaque dont il pouvait rêver.

Mais il préféra profiter du répit qu'il venait de gagner pour tenter de régler le vrai problème auquel ils étaient confrontés.

"Cha, Chacripan !" (Yuddh, assomme Maut, enfin son hôte !)

Son ami répondit sans quitter du regard celui qu'il surplombait.

"Leo ? Opard... (Vraiment ? J'ai pas envie de lui faire de mal...)

-Cha, Chacripan !" (Fais-le, je pense que ça peut annuler le sortilège)

Yuddh s'exécuta à contre cœur en assénant un coup de boule au Absol qui s'arrêta enfin de se plaindre et de proférer des insultes.

"Chacri." (Maintenant, tu fais la même avec mon corps.)

Le Léopardus regarda le corps humain qui se frottait les yeux en jurant entre deux coups hasardeux. Si on avait dit un jour à Yuddh qu'il devrait assomer son dresseur, il n'y aurait jamais cru. Il prit son courage à deux pattes et bondit sur le corps de son dresseur. Celui-ci tomba assis par terre, tandis que sa tête tapait le mur en partant en arrière. Dakoy serra les dents. Si jamais ça marchait, il allait se réveiller avec un de ces maux de tête... Il s'approcha de son propre corps en s'adressant à Yuddh.

"Chacri Chacripan." (Tu peux voir si tu trouve mon Ipok pas très loin s'il te plaît ?)

Pendant que celui-ci entreprenait de fouiller les environs, Dakoy dégagea avec ses petites pattes la pokéball du Tarsal. Il fit revenir Maut qui fut soulagé de voir que les âmes de ses amis allaient bien, à défaut de leur corps.

"Cha Chacripan, Chacripan ? (Tu penses que tu pourrais utiliser les pouvoirs psychiques de ce corps pour nous faire perdre connaissance à Yuddh et moi, puis à toi-même ?)

- Hmm... Tarsaaal..." (Hmm... Je garantis rien, mais je vais essayer...)

Elle ferma les yeux pour se concentrer. Le Léopardus revint à ce moment-là, tenant l'Ipok dans sa gueule. Il déposa l'appareil aux pieds du Chacripan.

"Leo. Leopardus. (Je l'ai. Par contre il est cassé, désolé.)

- Nyaa. Chacripan.
(Merde, tant pis. Merci de l'avoir retrouvé.) Cripan ? (Maut, tu en es où ?)

- Tarsal. (Je pense que je suis prête.)

Le Léopardus et le Chacripan se positionnèrent côte à côte, face au Tarsal. Maut vient poser ses mains sur chacun de leur front avant de fermer les yeux à nouveau. Elle sentait ce flux qui parcourait son esprit, mais elle avait du mal à le saisir. Son type Ténèbres l'empêchait habituellement de ressentir ce type d'ondes. Ses efforts finirent par payer puisqu'elle parvint à endormir ses deux amis. Heureusement qu'ils étaient volontaires, sinon elle en aurait été incapable. Elle s'installa ensuite en tailleur pour endormir son propre être. Son esprit s'assombrit.

Résumé HRP:
 
Cael Joy
Cael Joy
Région d'origine : Hoenn
Âge : 17
Niveau : 64
Jetons : 1091
Points d'Expériences : 2387
Todresseur Ranger
Sujet: Re: Event #1 - Cœur mécanique   Dim 10 Nov - 12:59
‘’Vingt-cinq...Vingt-six...Vingt-sept...Tu peux m’expliquer...ce que j’ai fais pour mériter...ça ?’’

Ça tiiiiiire. Si Lucki ne finit pas par faire preuve de pitié, je ferais tout aussi bien de lâcher prise, au moins, le tapis de mousse qui s’étale sous cet arbre a l’air vachement moelleux. La prochaine fois qu’il me vient à l’esprit de me réveiller en avance pour bloquer sa Forte-paume matinale, rappelez-moi de me casser le bras à la place : levé plus tôt veut dire plus de temps d'entraînement disponible pour ce tyran de Lucario !
Et le fait que Mithos et Link m’accompagnent (Bon et Flonne en temps normal, même si j’ai du mal à voir comment un oeuf peut faire des abdos) ne compense que très peu le fait que je me retrouve après déjà deux bonnes heures, à enchaîner les montées-descentes d’abdos, suspendu par les jambe à une branche.
Mais il y a pire...

‘’Chomp chomp chomp♪’

POURQUOI EST-CE QUE CHAQUE FOIS QUE JE BAISSE LA TÊTE, J’DOIS ME TAPER NEAKI EN TRAIN DE GRIGNOTER DU CELERI ?! C’est pire que de la torture à ce niveau-là ! Y’a toute la petite troupe avec elle : Liu, Martel et...Sol. Au moins, y’a quelqu’un ici qui apprécie particulièrement le spectacle !

‘’Et...CENT ! ‘’

Libération ! Même pas sûr que la dernière comptait vraiment, vu que je lâche tout à peine la dernière remontée entamée, pour agripper la branche qui me soutient. Une petite rotation et on se laisse tomber deux mètres plus bas, juste avant que Link et Mithos ne fassent de même.
Inutile d’envisager ça, Lucki, j’la sens ton aura: non, cent et mille, c’est pas le même chiffre, t’arriveras pas à nous imposer ça ! Maintenant, tout ce que je demande, c’est un douche et surtout un truc à bouffer...Ce qui tombe pas trop mal, y’a tout un stock de barres énergétiques dans mon sac.

‘’...NEAKI !’’

Sac qui devrait se trouver à moins d’un mètre du tronc, si une certaine Sabelette ne l’avait pas boulotté ! Enfin, ça, c’est l’hypothèse la plus probable, mais il s’avère qu’il y a un petit problème : à moins qu’elle ai bouffé le sac avec les barres, je vois mal où elle pourrait l’avoir caché.
Le temps de contourner le tronc pour m’assurer que je n’ai pas rêvé, les choses prennent une tournure encore plus inattendue.  On va dire que j’ai retrouvé mon sac...et que quelqu’un l’a fait avant moi. À moitié enfoncée à l’intérieur, une sorte de sphère métallique semble particulièrement intrigué par son contenu et laisse échapper de légers cliquetis au fur et à mesure de son inspection. Finalement, le responsable s’extirpe du tissu, en tenant entre ses deux pattes l’une des barres céréales-chocolat-curry (Fabrication personnelle).
...Ok, soit le sang m’est monté (fin descendu, on se comprend) à la tête pendant l’exercice, soit c’est une Magearna !  Déjà que de base, il doit bien y avoir cinq numéros de la gazette des Rangers qui lui sont consacrés, mais après quelques cours Archéo, ce serait franchement la honte de pas reconnaitre un pokémon pareil ! Pour le moment, elle a l’air vachement intéressé par ce qu’elle a trouvé (Ça mange, un robot ?), mais on va éviter les gestes brusques...De mémoire, Percy avait parlé d’un espèce de canon intégré, capable de vaporiser la roche !
À pas lents, je comble la distance qui nous sépare avant de m’agenouiller. J’ai même pas encore commencé à tendre la main, que l’espèce de lapin robotique pivote brusquement, pour me dévisager de haut en bas.

‘’Hey. J’peux savoir d’où tu débarques, amiga ?’’

Des cliquetis et sa tête qui se penche vers la gauche. Pas de canon en vue, on va dire que comme premier contact, c’est validé. J’vais pas m’aventurer à la toucher tout de suite mais elle n’a pas l’air aggressive non plus. Ni trop paniquée, juste...curieuse. J’peux laisser le Capstick au vestiaire, j’imagine.

‘’Lucki, viens par là. Et essaye de pas avoir l’air trop menaçant, si tu peux.’’

Un frémissement agacé me parcourut de la tête aux pieds, juste avant que le Lucario ne s’exécute. Mon starter ne tarde pas à se figer également, lorsque le Magearna pivote dans sa direction : même au travers d’un lien minime, on sent quelque chose, comme si ce petit robot débordait d’énergie. Le type Combat secoue légèrement la tête, avant de m’envoyer une nouvelle impulsion que l’on pourrait aisément traduire par ‘’...Et alors ?’’

‘’C’est quand même un Magearna. Je sais pas pour toi mais j’en ai pas croisé des masses récemment. Alors, ce serait peut-être l’occasion de...AH !’’

Avant que nous ne puissions réagir, Sol s’est tranquillement  rapproché du Magearna...s’ébroue brièvement...avant de libérer une attaque Grimace particulièrement jubilatoire, en direction de la petite créature métallique !
Avec un petit cri cliquetant, le Fabuleux recule d’un pas et lève subitement les deux  pattes. Deux petites lumières rosées commencent à poindre au bout de ces dernières et j’ai à peine le temps de kicker Sol façon ballon de foot, qu’une multitude de vagues multicolores viennent nous percuter de plein fouet ! J’ignore ce qui est arrivé à Lucki et aux autres mais pour ma part, c’est un aller-simple pour les ténèbres.

...C’est quand même bizarre, je pensais que se faire vaporiser, ça ferait vachement plus mal. Alors que là, non, c’est même le contraire, j’ai l’impression de flotter dans de la barbe-à-papa. Bon, j’me sens un peu ankylosé quand même, mais c’est pas exactement ce à quoi je m’attendais. J’ai encore du mal à ouvrir les yeux, mais au moins, je peux parler.

‘’Ourgh...Tout le monde va bien ?’’

‘’Ouiiiiiiiiiii♥’’
‘’Je...je…’’
‘’Aaaaah, pourquoi vous êtes tous devenus aussi petits ? Cael-Ami, t’es où ?’’
‘’*Chomp**Chomp**Chomp*’’
‘’Rah, mec, c’pas cool ! Sol, t’es vraiment con !’’
‘’Je te le fais pas dire, Mithos…’’

...Je viens de répondre à Mithos. Après avoir compris ce qu’il a dit, mot pour mot. Au prix d’un nouvel effort, je parviens à ouvrir les yeux pour découvrir ce qui doit probablement être la première étape de mon purgatoire : le chaos à l’état brut.
Face à face, Martel et Mithos semblent sur le point d’en venir aux mains, tandis que Lucki s’est littéralement réfugié dans l’arbre, en tailleur sur une branche. Quand à Neaki, elle fixe ses propres pattes d’un air totalement incrédule, en luttant pour ne pas s’affaler en arrière du fait de sa rondeur. C’est presque comique, on dirait qu’elle glisse à cause de sa propre carapace verglacée. Pour Link...C’est heureusement diffus, mais le Riolu paraît au comble du bonheur et rien que de me tenir à ses côtés, j’ai déjà l’esprit qui s’embrume façon guimauve.
Que quelqu’un me mette une baffe pour me réveiller, s’il vous plait.

‘’Tu es sûr que ça va ?’’

‘’...Martel ?’’

Alors, je sais que ça m’arrive d’être distrait, mais aux dernières nouvelles, Martel était une Posipi et son frère un Negapi, pas l’inverse. Du coup quelqu’un peut m’expliquer pourquoi elle a des marques noires en forme de traits sur les joues, au lieu de ses croix blanches habituelles ?!

‘’Coucou, Papa.’’
‘’...C’est tout ce que tu trouves à dire ?! Et comment ça, ‘’Papa’’ ?! ’’
‘’Et bien, on s’en sert pas si mal avec Mithos, j’ai envie de dire. Et je vois pas pourquoi ça te choque, c’est pas comme ça que je dois t’appeler ?’’
‘’Non...Fin, si, tu peux, mais...Rah, laisse tomber.’’

Ok, on rassemble les informations dont je dispose, on se calme et on essaye de rendre tout ça cohérent…J’ai le droit d’espérer que ça reste incohérent, parce que mon hypothèse, là, elle me plait pas du tout ! Parce que si je me rappelle des cours de Percy, Magearna possède l’attaque…

‘’Permucoeur. Pitié, dites-moi que ça n’est pas permanent.’’
‘’Euh, je penses qu’il y a autre chose qui devrait vraiment t’inquièter, en fait.’’
‘’Juste une ? Je sais pas si t’as remarqué, mais tout le monde a UN PEU pété les plombs.’’
‘’Non, je veux dire...Plus que le reste.’’
‘’....Où est Sol ?!’

La désormais-Négapi se contente de pointer la patte par-dessus mon épaule. Le temps de me retourner, je souhaite presque immédiatement ne jamais l’avoir fait : mon corps me fixe, un air à la fois très satisfait et particulièrement calculateur sur le visage...Puis tourne les talons et commence à s’enfuir en courant, droit vers le coeur de l’académie !

‘’AH NON, N’Y PENSES MÊME PAS !’’

Si j’ai bien suivi, ce gros bordel de mixage de corps aura au moins eu un effet positif : Sol étant dans mon corps, ça veut dire que je suis dans le sien DONC que j’ai accès à ses capacités d’Illusion ! J’vais le fumer façon Brasegali-mégazord, lui va rien comprendre !

*Sbunk*

...Alors, j’ai demandé une illusion de Megazord, pas de deux rubans blanc et roses, qui s’étendent droit vers mon corps en fuite, pour venir s’entortiller autour de mes jambes, avant de me forcer à me viander. Ça a l’air pourtant vachement simple quand ce maudit Zorua s’en sert, pourquoi moi j’arrive à rien !

‘’...Ça ne pourrait pas être pire.’’
‘’Euh, Pa...Cael?’’
‘’Quoi, ENCORE ?’’
‘’Quand je disais que tu devrais t'inquiéter, je ne parlais pas de Sol, en fait. On va dire que pour lui, c’est normal.’’
‘’Martel…’’
‘’Ben euh...Tu devrais peut-être voir ça.’’

Quelques mètres dans la direction indiqué par la Negapi, la silhouette d’un Zorua vient littéralement me percuter en pleine face. Roulé en boule au sol suite à mon shoot, le type Ténèbres semble particulièrement occupé à...dévorer tranquillement une nouvelle pousse de céleri, qu’il a récupéré dans mon sac, abandonné par Magearna avant sa fuite.
...Une minute.
Comment est-ce que le corps de Sol...Fin’, du coup, le mien maintenant, vu qu’on a échangé, peut-être en train de boulotter du céleri ? Ce serait plus le genre de Neaki...Attendez, si je me base sur ce que je vois : Martel et Mithos ont échangés tous les deux, ça, ok, je visualise. Le Riolu qui est en train de petit à petit nous faire exploser la tête à grand coup d’aura irradiante de bonheur, j’imagine que c’est Liu….Ce qui pose déjà un problème, parce que vu la panique qui irradie du seul Lucario présent, j’la reconnaîtrais entre mille et elle ne peut correspondre qu’à Link.
Donc, si je récapitule : Martel, Mithos, Neaki, Link, Liu, Lucki et Sol. J’ai oublié personne, mais du coup, il manque un corps dans les transferts. Et c’est celui de…

‘’AH NON ! ‘’

*************************

‘’GINJI LABELVI ! SORS DE TA CACHETTE, FAUT QU’ON CAUSE !’’

C’est forcément connecté. Ça ne peut être que lui. Enfin, non, pas lui, mais le facteur coPAIN : soit l’univers a décidé de nous faire retraverser cette épreuve, soit Maléfluff est de retour malgré toutes ses belles promesses. Dans un cas comme dans l’autre, Ginji doit y être lié….Et si c’est pas le cas, ça me permettra de passer mes nerfs sur quelqu’un.
Parce que là, si je parviens à m’empêcher de hurler, c’est uniquement parce que je dois me concentrer à chaque pas pour que ces foutus rubans ne viennent pas me faire trébucher ! Après, il y a au moins ‘’un’’ truc positif…

‘’Arrête de faire la tête, Nea...Lucki. Tu t’en sors bien, toi.’’
‘’Silence.’’
‘’Je te signale que je suis dans le même bateau...et que le mien, il coule en plus.’’
‘’C’est tellement...indigne.’’
‘’Tu ne veux pas voir ça comme une opportunité ? Je sais pas, un truc du genre ‘’Nouveau défi à relevé avec un handicap’’ ?’’
‘’Si je t’en colles une, tu penses que ça comptera comme un défi, aussi ?’’
‘’Stooop ! ‘’

À peine l’un de mes rubans a-t-il touché le front de la Sabelette d’Alola que Lucki s’immobilise complètement, un air de béatitude sur le visage. Complètement immobilisé, ce dernier irradie presque de frustration...enfin, j’imagine, puisqu’il n’a plus d’aura à disposition.
L'entrée du dortoir Voltali se dessine enfin à quelques mètres, maintenant, on ne rigole plus !

HRP:
 


Event #1 - Cœur mécanique - Page 2 1529618029-cael
Event #1 - Cœur mécanique - Page 2 Nrlv1q6

"You don't need a reason to help people...right ?''
Lissa Labelvi
Lissa Labelvi
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 14
Niveau : 0
Jetons : 3788
Points d'Expériences : 117
Coordinateur Novice
Sujet: Re: Event #1 - Cœur mécanique   Mer 13 Nov - 22:09
LISSA LABELVI

rp solo
« Cœur mécanique »


Un long silence suit la prise de parole de Majesté.

Inquiète, j’observe tour à tour mon propre corps et la demoiselle en face. Que Majesté nous attire des ennuis est bien la dernière chose que je désire… Pourtant, la femme ne réagit pas tout de suite. Cela me laisse le temps de couler un regard hésitant à sa Majaspic, qui discute avec moi… Et dont l’interrogation me redonne espoir.

« -V-vi ! Pélierre ! O-oui ! C’est tout à fait ça ! » ce n’est qu’après quelques secondes que je prends pleinement conscience de la situation, et que je tourne de grands yeux vers l’humaine à ses côtés « V-vipé…. Vipélierre ? Lierre… Vipé ? M-mais alors… Elle, c’est ton Pokémon ? Et tu es... La dresseuse ? »

Cela veut dire que Majesté et moi ne sommes pas les seuls concernés ? Hmm… Quelque part, c’est une bonne nouvelle, mon histoire paraîtra ainsi moins insensée. Pour autant, j’espère que ce Pokémon mystérieux ne sème pas le chaos sur tout Adala… Échanger de corps avec son Pokémon, cela semble rigolo sur le papier, mais ce n’est pas vraiment pratique ! Encore un peu sous le choc, j’interroge avec curiosité la fausse Majaspic.

« -Lierre ! Vipé ! Vipé… Vipélierre ? Pé… Pélierre ? Vip ? Vipé…. ? Je n’aurai pas cru ! Tu sembles si à l’aise ! Est-ce que, par hasard… Tu aurais des détails à me donner à propos de tout ceci ? Est-ce que tu sais si… C’est temporaire ? Ou est-ce que…. ? » j’avise mes pattes, incertaine « … Lierre ? … Je vais rester ainsi ? »

Je ne sais toujours pas quoi penser de la situation. Pourrai-je me plaire en tant que Vipélierre ? Qu’est-ce que Majesté et moi allons-nous devenir, au juste ? Va-t-il continuer mes études à ma place ? Ou est-ce que je devrai les assumer malgré tout ?… Hmm, un Vipélierre qui va en cours tous les matins, cela paraît plutôt drôle. Plus j’y réfléchis… Et plus l’envie d’en découvrir davantage sur ce que je suis devenue m’envahit…

Hélas, je n’ai pas le temps pour ce genre de considération. Contrairement à ce que j’ai espéré, les paroles lancées par Majesté ne sont pas tombées dans les oreilles d’une sourde : après l’avoir longuement toisé, la supposée Majaspic de Marie prend la parole. Et ce qu’elle dit… Ce n’est pas ce que j’ai entendu de plus sympathique, pour être franche…

Alarmée, je guette la réaction de Majesté, qui pour l’instant se contente de froncer les sourcils. Marie interpelle bien son Pokémon, mais celui-ci ne doit pas comprendre ce qu’elle rac… U-une minute, elle a compris ? Et… Comment est-ce que sa dresseuse l’a appelée, au juste ?

Marie s’excuse, et tente de m’expliquer la situation. Un peu à la hâte, je secoue la tête de gauche à droite, et agite mes petites pattes.

« -L-lierre ! Vi… Vipélierre ! Vipélierre ! Pélierre… N-non ! Ne t’exc… Ne vous excusez pas ! Ce n’est pas de votre faute ! J’espère juste que… »

Je coule un regard inquiet à Majesté, juste avant que celui-ci ne décide de répliquer. L’expression toujours aussi renfrognée, il fusille Majesty du regard.

« -Hmpf. » s’il se contente d’abord d’un souffle de mépris, il finit néanmoins par développer sa pensée « Je trouve ces propos bien ironiques de la part d’une créature supposée mature. Provoquer plus petit que soi, voila donc tout ce dont tu es capable ? » puis, pas plus intéressé que ça par la discussion, il détourne les yeux et observe le paysage « Je n’ai que faire de l’avis d’une personne insignifiante. »

J’avoue rester figée par l’incompréhension. Est-ce qu’il vient purement et promptement de la rembarrer ? A-t-il au moins compris qui elle était ? C’est moi ou… Il est étrangement calme ?! Dans l’espoir d’éviter à la situation de s’envenimer, j’interpelle mon starter, presque suppliante.

« -Vipélierre ! Vi… Vipé pélierre, vipélierre ! Majesté ! Je… Je sais que ce qu’elle a dit n’était pas vraiment sympathique, mais tu ne dois pas mal lui répondre pour autant ! »

Il détache son regard de la vitre pour me dévisager du coin de l’œil. Et… Son agacement apparent ne fait que se renforcer !

« -… Encore cette expression… »

J’entrouvre la bouche sans trop savoir que dire. Pou… Pourquoi il paraît brusquement énervé contre… Contre moi ?! Je… Je n’ai rien fait ! Et, surtout… Qu’est-ce qu’il entend, par là ?

« -Vassale, je t’interdis de faire ton air abattu habituel. Pas avec mon propre corps ! Je ne suis pas comme toi, figure-toi. Je ne me laisse pas marcher sur les pieds, et encore moins affecter par ce que les autres peuvent penser ou vouloir. »

Pour… Pourquoi suis-je en train de me faire réprimander ? Et… Que veut-il dire, par « mon air abattu habituel » ? Je… Je ne parais pas si malheureuse au regard des autres, quand même !… Si ?… Ou alors… Est-ce juste avec Majesté ? Est-ce ma mine inquiète qui le dérange ?… Je… Je ne voudrai pas lui donner une image de lui-même aussi négative, c’est sûr, mais… Cela serait plus facile pour moi s’il faisait de même avec mon propre corps…

Intimidée, j’effectue de rapides courbettes.

« -Pé… Pélierre ! Vipé… Dé… Désolée ! C’est juste que… »

Ce qui l’agace encore plus.

« -… Tu recommences. Je ne te permets pas d’avoir l’air aussi pitoyable ! »

Je m’immobilise, et le dévisage avec crainte. Je voulais essayer de le calmer… Mais voila que je me fais totalement disputer !

« -Tu es ma vassale ! Et en tant que telle, tu te dois d’afficher une assurance à mon image. C’est pourtant clair, non ?… Ne me dis pas qu’il va me falloir t’apprendre comment faire… ? »

Toujours à la hâte, je fais non de la tête. Puis, dans l’optique d’obéir à ses consignes, je me redresse, et bombe un tout petit peu le torse… Et, euh, je fais quoi maintenant, pour avoir l’air pleine d’assurance ?! Il voit parfaitement que je suis en galère, et prend donc les devants.

« -Non, tu n’y es pas du tout. D’abord, arrête de chercher l’approbation des autres dans leur regard ! Ce que tu fais est la bonne façon de faire, point. Leur avis ne doit pas t’intéresser. Et cesse donc de vouloir te faire plus grande, c’est ridicule ! Ta grandeur doit venir de l’intérieur…  »

Totalement soumise, je tente d’obéir aux directives de mon starter. Dans le même temps, je coule à Marie un regard désespéré…

Oh la la... Est-ce que Majesté est vraiment en train de me dresser ?

HRP:
 




« Si tu me dis quoi faire, je t’aiderai. »
Lou Berry
Lou Berry
Région d'origine : Kalos - Proche d'Illumis
Âge : 22
Niveau : 15
Jetons : 966
Points d'Expériences : 236
Adulte Vendeuse en Parfumerie
Sujet: Re: Event #1 - Cœur mécanique   Dim 17 Nov - 10:22

Cœur Mécanique
avec moi-même

Novembre. Mon très cher soleil d’Adala se fait de plus en plus timide. Le retour des pieds gelés et des pulls pour s’emmitoufler s’annoncent. Le nez qui coule, le peignoir de grand-mère, mes superbes chaussons Nounourson aux pieds, ma sexytude me manque.

La caresse chaude d’Edward sur ma joue me fait ouvrir un œil. Le réveil affiche 9h, Edward m’aurait laissé dormir ? Une tasse de café à la main, il pose ensuite un baiser sur mon front avant de quitter la pièce. Dans mon grand lit froid, toute seule, je m’étire en imitant une petite Strasi. Par la fenêtre, j’observe une lueur étrange. Ce pourrais-ce qu’il y ait du soleil dehors ? Pour une fois qu’il ne pleut pas. Au niveau inférieur, Edward râle sur ses dossiers. Notre journée en amoureux risque de tomber à l’eau. Ses pommettes ne seront pas rosies par le froid extérieur aujourd’hui. Une toilette en troisième vitesse et une bonne tenue chaude sur le dos plus tard, je descends prête pour une ballade forestière. Le regard désolé d’Edward me fait rire, je sais qu’il ne le fait pas exprès.

« Désolé mais j’ai… Tu sais… »

Son pauvre bureau ne tient à rien sous le poids des piles de dossiers.

« Ne t’inquiète pas, je serais rentrée pour le déjeuner. »

-

Le camaïeu des couleurs automnales est magnifique. Les feuilles tombent en donnant leur dernier ballet en duo avec le vent glacial du matin, avant qu’elles ne disparaissent jusqu’aux prochains beaux jours. Il n’y a pas un Ratata, j’ai l’impression d’avoir les lieux pour moi. Si Edward était avec moi, je lui aurais attrapé la main pour refaire notre danse d’ouverture au milieu de ces grands chênes. Ça aurait été tellement romantique. Peut-être en a-t-il marre de tous mes tralalas de princesse ? Il faut dire qu’il n’a jamais fait dans la dentelle avant moi. C’est à travers les arbres et le sifflement de la forêt que je m’enfonce dans ces lieux mystérieux. Et mes questions aussi.

Cela dot faire au moins une bonne heure que je marche, esquivant, enjambant chaque tronc qui n’a pas résister à cette fin d’année. Il est fort probablement que je sois perdue, mais ce n’est pas ma préoccupation première. Cette promenade me fait le plus grand bien. Un retour aux sources pour recharger les batteries et les idées, un nouveau départ pour affronter la vie. Ma solitude me revient par moment, elle est dans ma nature, elle fait parti de moi. En y repensant, je n’avais pas été dans un tel état depuis Kalos. Aucune vraie raison apparente, juste être face à moi-même. Un craquement brisa la bulle qui me protéger de tout. Je stoppai net le pas. Aucune ombre ni forme à l’horizon, peut-être est-ce seulement moi qui ne regarde pas où je marche. Je pris à gauche derrière le cèdre vers le panneau indiquant Adala.
Un autre craquement. Et aucune brindille sous mes pieds. La pokéball de Mimi dans la main, je serais plus sereine accompagnée. Nous continuons ainsi notre retour à la maison, ma belle Moufflair courant comme une folle devant. C’est une bien différente boule de poil que je côtoie maintenant. Si petite et maladroite, elle m’a montré tellement d’elle désormais. Elle s’arrêta au milieu de l’allée, elle fait face. Je presse le pas pour la retrouver. Ma main vint se poser sur la fourrure de Mimi pour la rassurer avant que je ne lève les yeux. Un Magearna. C’est impossible.

« Mais… Que fais-tu l… »

-

J’ai mal à tête. Le choc avec le sol a été assez violent. J’ouvre les yeux mais la luminosité du jour m’aveugle. Je me retourne, cherchant Mimi, mais je ne trouve qu’une jeune femme à mes côtés. Je n’ai pourtant aucun souvenir d’elle, nous étions seules. Et où peut bien être Mimi ? Lui a-t-on fait du mal ? J’essaie de l’appeler mais le son qui sort de ma bouche me fait sursauter de peur. Ma voix n’a rien de ce qu’elle était, elle ne semble même pas m’appartenir. Même les plus grosses angines ne me rendaient pas la vie aussi dure. La jeune femme peine elle aussi à se relever. Une longue chevelure blonde sort de son bonnet crème, et son manteau est dans un assez mauvais état. Elle pousse un long soupir avant de se retourner vers moi.
Le choc. Mais comment ? Me voilà face à moi. Je rêve c’est certain. La gifle que je me donne est plus douloureuse que je pense, les griffes n’étaient pas prévues. Attends ? Quoi !? Des griffes ? Je regarde mes mains, ou ce qui devraient en être. Une épaisse fourrure violette et jaune me recouvre, et des griffes immenses qui ne font que de se rétracter et de sortir sans que je puisse les contrôler. Tout est brouillon dans ma tête. Je ne comprends pas, que ce passe-t-il ? J’essaie à nouveau d’appeler Mimi mais le cri strident glaça la végétation.

« Toi être moi, toi être moi ! »

Mon propre corps commença à parler. Mais version 2 ans et demi. C’est impossible. Serait-ce toi Mimi ? Dans mon corps ?

« Mimi si c’est toi, explique-moi pourquoi nous sommes dans le corps l’un de l’autre, qu’est-ce qui se passe ?? »

« Comprends pas ce que tu dis maîtresse, si tu es ma maîtresse. Tu es ma maîtresse ? »

C’est du délire. Il faut vite trouver une solution. Il faut qu’on retrouve Edward, il sera peut-être quoi faire. Je me redressai sur mes jambes, ou plutôt mes quatre petites pattes, il ne faut pas tarder. Mimi essaya tant bien que mal de se mettre debout ; il est hors de question que mon corps perde toute dignité aujourd’hui, il n’y a pas loin jusqu’ à la maison.

« ça fait peur la hauteur maîtresse. »

C’est une Moufflair qui se dandine dans tous les sens et une humaine désarticulée qui quittèrent la forêt.

-

La maison m’a paru être à des années lumières du sentier battu. Mimi, et mon corps, sont tombés une dizaine de fois, et le peut de personnes que nous avons croisé ont préféré changer de trottoirs. Je fis un signe de la tête à Mimi pour appuyer sur la sonnette, l’utilisation des mains reste approximative. Edward ouvrit, me prenant dans ses bras, ou devrais-je dire Mimi.

« Je me suis beaucoup inquiété, il est presque 14h, que faisais-tu ? Il est arrivé quelque chose ? »

Avant que je n’aie le temps d’intervenir, je n’avais pas prévu ça. Edward m’embrassa. Mimi embrasse mon mari. Mais quand est-ce que je vais me réveiller ? C’est dans un échange assez « baveux » que j’assiste à un moment intime entre lui et moi sans y participer. Je marche sur la tête. Mimi répondit par un coup de langue sur la joue, qui surprit un peu Edward mais qui value tout de même un petit sourire.

« Par contre, ma maîtresse est dans mon corps. »

« Euh… Pardon ? Je ne comprends pas… »

« Je suis Mimi, et Lou est dans mon corps. Il y a eu un petit problème. »

Le visage en décomposition d’Ed aurait mérité un oscar.

Assis dans le salon, le dialogue était compliqué. Seul le « oui » ou le « non » nous permettaient de communiquer. Chaque fois que j’ouvrais la bouche, les cris stridents faisaient trembler la maison. Cet enfer n’allait donc pas se terminer aussi facilement. Il devait bien y avoir une solution de retour. L’après midi passa ainsi dans un brouhaha interminable.
18h sonna au clocher et aucune modification n’avait montré le bout de son nez. Je resterais donc prisonnière du corps de mon Pokémon tandis qu’elle vivrait ma propre vie aux côtés de mon homme. Peut-être suis-je morte ? Et les enfers m’auraient puni de cette façon. La chose semble irrévocable. Allongée sur le canapé, nous ne savons plus quoi faire. Mimi a dû explorer mon corps une dizaine de fois, je ne sais même pas comment je vais le retrouver. Et d’un coup d’un seul, elle se leva :

« JE SAIS !!! »

Je n’ai même pas pu réaliser. Le gaz violet de Mimi plongea la maison dans le chaos.

-

Ma tête a atterri sur le cousin du fauteuil, la chute était moins douloureuse. Sur le canapé, Mimi semblait dormir à points fermés. Edward quant à lui, essaya de faire le plus de courants d’air possible pour que l’atroce gaz de Mimi disparaisse à jamais. Mais si Mimi dort sur le canapé, suis-je redevenue… moi ?

Résumé:
 

©BBDragon
Compte PNJ
Compte PNJ
Région d'origine : -
Âge : -
Niveau : 0
Jetons : 0
Points d'Expériences : 12040
PNJs
Sujet: Re: Event #1 - Cœur mécanique   Dim 17 Nov - 16:09
Modération CS Plongée Miriam

Réussi !
Gain Tu gagnes une Pierre Lune !


Modération CS Eclate-Roc Yuna

Réussi !
Gain Tu gagnes une Écaille Cœur Dorée !


Modération CS Eclate-Roc Camille

Raté !
Gain Tu ne gagnes rien du tout !



Event #1 - Cœur mécanique - Page 2 7z5c
Yuna Frostheart
Yuna Frostheart
Région d'origine : Hoenn
Âge : 16 ans
Niveau : 63
Jetons : 1218
Points d'Expériences : 1962
Todresseur Spé. Type
Sujet: Re: Event #1 - Cœur mécanique   Jeu 5 Déc - 11:46

Coeur Mécanique

Event 1
♫ ♫
Je fixe le Pikachu juste en face de moi, les yeux plein d’espoir. Ginji est actuellement le seul à pouvoir m’aider, il a vécu tellement de chose dans cette académie, qu’il doit bien savoir ce qui se passe. La Pikachu passe de la surprise à une expression bien plus…blasé ? Je ne savais pas qu’Euphie était ainsi, je la pensais plus joyeuse que ça. La Emolga de Ginji arrive et propose d’utiliser quelque chose sur moi…enfin plutôt sur Lucifer, car je doute sincèrement qu’elles aient compris que c’est de moi qu’il est question.

Malheureusement pour moi, Euphie n’est pas vraiment Euphie…La pikachu lève la patte pour m’avouer qu’en réalité, il s’agit de Ginji lui-même. Mais si c’est Ginji alors…Lui aussi est victime de ce mystérieux pokémon ? J’espère que toute l’académie ne va pas être touchée, sinon on va avoir de sérieux problème. Une minute, Alone et Marie ? Est-ce qu’eux aussi ont été victimes de ce pokémon ? Il faut que je les aide si c’est le cas, on doit à tout prix remettre la main sur ce pokémon et…

Etrangement Ginji ne semble pas plus paniqué que ça, il me sourit, parlant comme si de rien n’était.  Il me demande le plus naturellement du monde, si ça me plait d’être un pokémon, mais il m’avoue dans la foulée que c’est un évènement temporaire, et que dans quelques heures on devrait retrouver nos vrai corps. Je ne sais pas comment il en sait autant, mais le fait de voir mon rival aussi serein, alors qu’il est dans le corps de sa Pikachu me rassure. Il me conseil même d’en profiter, car c’est vrai que ce n’est pas une chose qui se produit tous les jours.

-Dra…dracaufeu ? Dracau caufeu. Draaaacaufeu. (Tu…tu es sûr ? Lucifer ne restera pas dans mon corps ? Ouf je suis soulagée)

J’écoute attentivement les conseils du Pikachu-sensei, car ils sont précieux aujourd’hui. J’avais raison, Ginji était la bonne personne à voir, et d’un sens je suis contente qu’il ait permuté avec sa Pikachu, comme ça on peut se comprendre. Il me donne plein de conseil pratique, notamment sur l’utilisation des attaques, et comment apprendre à contrôler le corps de Lucifer…et je dois avouer que j’en ai bien besoin, quand je vois ce que ma première tentative de vol a donné.

-Dracau, dra feu dracaufeu dra. (Ne t’inquiètes pas, je ne vais pas laisser Lucifer se balader seul dans l’académie avec mon corps)

Le spécialiste du type Electrik me suggère d’apprendre à gérer ce nouveau corps au repos, et c’est vrai que c’est ce que j’aurai du essayé de faire dès le départ. Si j’avais pris le temps d’essayer de contrôler les ailes et la queue avant de faire mon premier vol, on ne se serait pas cracher de cette façon.

-Dra, caufeu feu, dracaufeu, feu dracau. (Oui, je pense qu’on va aller sur les collines, c’est un endroit assez dégagé, et je ne risque pas de cramer quelqu’un…)

Mais cette conversation est en train d’en énervé un, ce quelqu’un c’est Lucifer dans mon corps, car il ne comprend rien à ce qu’on raconte. Je le vois à sa tête…c’est vraiment à ça que je ressemble quand je suis en colère ? ça n’aide pas vraiment.

-Mais qu’est-ce que vous racontez à la fin ? Il est où le bouffeur de cookie ?
-Draaaa, caufeu (Ici, et il s’appelle Ginji !)

Je pointe la Pikachu du doigt, alors que Lucifer alterne entre moi et Ginji, avant de prendre un air blasé.

-Quoi il est dans le corps de sa Pikachu ? Vous ne savez pas rester en place vous les humains.

Je soupire, avant de reporter mon attention sur Ginji.

-Dra, dracau caufeu dracaufeu. Dra dracau, Cau dracaufeu, feu caufeu.(Désolé, il ne supporte pas de ne plus avoir ses ailes. Je ne vais pas te retenir plus longtemps, puisqu’il n’y a rien d’autre à faire, on va attendre que les effets s’estompent)

J’attrape Lucifer par le bras, adressant un sourire à mon rival de toujours.

-Dracau, feu(Encore merci Ginji, à la prochaine)
-Hey, mais qu’est-ce que tu fais là ? Où on va ?

Je n’écoute pas mon Dracaufeu dans mon corps, et je le traine vers la sortie du campus, direction les collines à l’extérieur de la ville…Et c’est là que je me rends compte qu’à pied, c’est vachement plus long…


Hrp:
 


 
You can never
turn back


Event #1 - Cœur mécanique - Page 2 P8X21eb
I'm coming like a Firebaaall ♪
Marie Frostheart
Marie Frostheart
Région d'origine : Hoenn
Âge : 22 ans
Niveau : 14
Jetons : 324
Points d'Expériences : 277
Adulte Petite Main
Sujet: Re: Event #1 - Cœur mécanique   Mar 17 Déc - 15:15
D’un sens Marie est plutôt contente que ce soit Majesty dans son corps, c’est peut-être un peu plus facile à gérer de si ça avait été Astra. L’ex-coordinatrice ne peut empêcher un sourire d’apparaitre sur ses lèvres en pensant à une situation des plus cocasses : si elle était toujours dans le corps de sa Majaspic, mais qu’Astra ait pris son corps à elle, et que Majesty se retrouvait dans le corps de la Togepi…ça aurait été intolérable pour la starter de la rose, et elles auraient littéralement dû gérer une nouvelle née dans le corps d’une adulte, ce qui n’est guère rassurant.

Mais bon revenons à la situation actuelle, Lissa comprend que Majesty et Marie avons subi la même chose qu’elle et son Vipélierre, ce qui fait transparaitre un éclair d’espoir dans ses grands yeux de pokémon. La fausse Vipélierre interroge donc la fausse Majaspic pour en savoir plus sur la situation, une fois la surprise passé. Il faut dire que l’ex-coordinatrice est très à l’aise dans le corps de sa pokémon, même si c’est la première fois qu’elle se retrouve dedans. La vérité c’est que Marie et sa starter se connaisse depuis tellement longtemps, qu’elles sont toujours sur la même longueur d’onde, n’ayant pas besoin de parler pour se comprendre quelque fois, l’échange de corps était la seule chose qu’elles n’avaient pas partagés….enfin jusqu’à maintenant.

-Majaspic, maja ja jaspic. Ma maspic jas. (Malheureusement non, je ne sais rien sur ce phénomène. Si je suis si à l’aise dans ce corps, c’est que je connais bien les mimique de ma starter, ça fait seize ans que nous partageons la vie l’une de l’autre.)

La rose aurait aimé rassurer la jeune dresseuse, car il est évident que c’est ce dont elle a besoin actuellement, mais la rose ne peut pas faire grand-chose. Ce qui inquiète un peu plus Marie, c’est le comportement de sa Majaspic. Elle la trouve un brin trop provocatrice envers le pokémon de Lissa, en temps normal Majesty est plutôt distante et froide avec les autres. Alors pourquoi a-t-elle décidé de s’amuser à provoquer son semblable ?
Ce dernier ne tarde pas à répondre, même s’il garde un air assez hautain, remabarant la Majaspic en ironisant la situation. Marie craint que sa starter n’empire la situation, en le prenant mal, mais il n’en est rien, au contraire, elle rigole légèrement, adossant son bras à la fenêtre. La rose vient à se demander si c’est bien son amie qui se trouve assise à côté d’elle.

Avant même que la réplique puisse partir, le Vipélierre se retourne vers sa dresseuse…et il lui fait des remontrances ? Marie est assez surprise de la situation, le pokémon est réellement en train de dresser sa dresseuse…enfin sa vassale si on reprend ses propres termes. Si Majesty semble amusée de la situation, ce n’est pas le cas de Marie qui n’aime pas du tout voir un pokémon traiter ainsi son dresseur. Comment Lissa peut se laisser faire ainsi ? Car oui elle se laisse faire, et essaye de suivre les ordres de son pokémon.

Maintenant qu’elle y pense, l’ex-coordinatrice aurait bien pu se retrouver dans la même situation, il faut dire qu’à leur rencontre, Majesty était assez semblable à Majesté. D’une nature hautaine et dirigeante, tout lui était dû et elle devait être traitée comme une reine. Au début Maire se laissait un peu marcher sur les pieds, mais elle a rapidement remis sa Vipélierre à sa place : en tant que son égal.
La jeune dresseuse dans le corps de son pokémon plante coule un regard désespéré à la rose…c’en est trop, Marie ne peut pas rester là sans rien faire. Elle adresse un sourire compatissant à la jeune fille, lui parlant d’une voix douce.

-Majaspic…ma majas, aspic, majaspic. (Lissa…tu ne dois pas te laisser faire comme ça, Majesté ne t’es pas supérieur, il fait l’enfant gâté. Si tu ne fais rien, il te bouffera)
-ça me rappelle quelques choses….

Le regard de la rose se pose sur sa starter qui la regarde avec un sourire en coin, elle aussi repense au début de leur relation. Mais la Majaspic dans le corps de sa dresseuse reporte son attention sur Majesté, bien décidé à ne pas s’arrêter en si bon chemin.

-Tu essayes de dresser ta dresseuse ? Pauvre petit…je dois avouer que j’ai vraiment l’impression de me voir quand je te regarde. Mais laisse-moi te dire une chose gamin, si tu trouves mes provocations ironiques, ton comportement est complètement puéril, digne d’un enfant gâté.

-Majaspic…(Majesty…)

Marie ne peut que soupirer, avant de devoir bercer un peu plus Astra pour qu’elle finisse par s’endormir. Ce qui est bien avec les bébés pokémons, c’est qu’ils s’endorment assez vite. Maintenant l’ex-coordinatrice peut essayé de détourner la conversation, essayant d’en apprendre plus sur Lissa, le seul moyen pour elle d’essayer de trouver une façon de l’aider…

-Majaspic ? Ma maja, aspic ? Maja, spic….ma. Spic ? maja, aspic. (ça fait longtemps que tu es à l’académie ? ça m’ennuie de te demander ça, mais est-ce que tu pourrais me guider dans l’académie ? Il faut que je rejoigne ma sœur, elle saura surement nous aider avec notre…problème. Peut-être que tu la connais ? elle s’appelle Yuna, c’est une spécialiste du type Feu.)

Car oui, Marie sait que l’académie est grande, et elle ne sait pas du tout où se trouve sa petite sœur…et il est hors de question de demander à Majesty de lui envoyer un message, vu sa réaction pour l’autographe. La rose doutait que Lissa soit dans la classe de sa sœur, mais la bleue a une sacré réputation à l’académie, alors avec un peu de chance…
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Event #1 - Cœur mécanique   
Event #1 - Cœur mécanique
Page 2 sur 2
Aller à la page : Précédent  1, 2
Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers:  
Outils de modération :