Connexion
Pokemon Community :: Nuevo :: La Résidence Aquali :: Appartements

Pokemon Community

T’façon tu m’aimes trop pour me tuer là. Et on est sur un forum tout public tu n’as pas le droit..
en savoir plus ?
Marcher puis dormir sous la lune.
Marcher puis s'enlacer jusqu'à l'aurore.
Marcher puis s'aimer pour l'éternité.
Marchaimer.
en savoir plus ?
Contrairement à ce que tu penses, les gens ne sont pas prisonniers de leurs idéaux. Et tu devrais toi-même en prendre conscience ...
en savoir plus ?
Les gosses dans ton genre n'ont aucune expérience de vie. Et certainement pas leur mot à dire pour juger les autres.
en savoir plus ?
T’es là depuis une seconde à peine et tu me casses déjà les couilles. C’est parfait.
en savoir plus ?
Je ferai tout pour que ce soit notre flamme qui reste allumée à la fin de ce combat.
en savoir plus ?
Je te l'ai dis Alex, à demi mot, que je t'aime. C'est vrai, pourtant je t'aime… Est-ce là? La fin de notre relation? Un message perdu que j'essaie de sauver au bord d'une plage alors que tu te noies dans tes sanglots? Je ne me savais pas condamné aux sables
en savoir plus ?
Tu es prêt Germain ? Reste sage et admire le spectacle, surtout n'interviens pas et sois gentil, trouve moi une cigarette.
en savoir plus ?
Je ne peux pas te contredire, tu as merdé en beauté.
en savoir plus ?
Je continuerai de t’aider, de t’assister, ou te servir, pour atteindre ton rêve. Même en sachant tout ça. Même si, pour se faire, je dois abandonner mes propres rêves.
en savoir plus ?
Son paquet d'Eucalyptus avait provoqué le chaos.
en savoir plus ?
Mademoiselle Potts ? Je suis désolée mais … est-ce que vous pourriez m’aider à trouver un partenaire, je ne connais personne et je …
en savoir plus ?

Rosalina Uana
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t8622-586-rosalina-l-immortelle-pyroli?highlight=rosalina
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t8925-rosalina-hera-uana-pyroli#90468
Icon : TEA TIME - Côtoyer les  mortelles 85cee95d1ef36727301f0f723a874ea3
Taille de l'équipe : 1
Région d'origine : Kanto / Kalos
Âge : 13 ans
Niveau : 0
Jetons : 270
Points d'Expériences : 61
TEA TIME - Côtoyer les  mortelles 85cee95d1ef36727301f0f723a874ea3
1
Kanto / Kalos
13 ans
0
270
61
pokemon
TEA TIME - Côtoyer les  mortelles 85cee95d1ef36727301f0f723a874ea3
1
Kanto / Kalos
13 ans
0
270
61
Rosalina Uana
est un Nouveau Membre


Tu étais immortelle.  

Personne ne semblait le comprendre, c'était pourtant un fait. Paradoxe évident de l'instant : cela ne durerait pas. À ton grand dam personnel, l'immortalité résidait dans le creux d'infimes secondes. Le temps d'une caresse, d'un regard, d'un éclat de rire. Il suffisait que ta silhouette se reflète dans la pupille de ta mère adoptive pour que tu esquives la fatalité de tout être vivant. Pas tout à fait mortelle donc.

Était-cela... L'amour ? Celui que semblait tant rechercher les personnages de tes livres ? Celui qui faisait naître des guerres et éteignaient des coeurs ? Ou était-ce juste de la grandeur ? Comme une lumière émanant d'une grande dame et soulignant ta peau pâle.

Ton regard bleu ciel jeta justement un coup d'oeil discret à ta dame. Et voilà ton corps qui prenait exemple : maintien, pas léger, cheveux aux vents. Marcher était un exercice tout à fait particulier et malgré les années, tu n'étais toujours pas assez douée. Pas assez parfaite. Pas assez comme elle.

Elle, d'ailleurs, qui toussa.

Et tes deux pupilles s'empressèrent de reprendre une constance : regarder l'horizon. Gratifier les passants de regards amicaux. Ne jamais dévier, ne jamais loucher, ne jamais dévisager, ne jamais laisser paraître.

Tu cessas alors de la regarder et te concentra sur ton port de menton. Il n'y avait pas de place pour se laisser aller aux rêveries - pourtant, et malgré tous tes efforts, ton esprit se mit bientôt à vagabonder. Tu pensas au voyage depuis Kalos, au débarquement sur ce cosmopolite archipel, et au choix que devez faire maman. Deux écoles d'excellence aux méthodes drastiquement opposées - pour une raison qui ne semblait appartenir qu'à elle, ta mère n'avait voulu t'abandonner à ton sort comme il semblait être coutume pour les autres enfants, et ces écoles elle les visiterait avec toi.

Vous voilà déjà arrivé au pied d'une gigantesque tour d'ivoire un gentleman vous ouvre la porte, vous permettant de vous y engouffrer sans trop d'hésitations.

L'ascenseur hurle, sonne, s'ouvre. Vous voilà seules, à l'abri des regards. Et vos regards, à vous, ils se croisent enfin - douce immortalité. Maman rit.

-N'est-ce pas là follement existant ? Quitter le manoir et vivre un mois entier sans serviteurs aucun ?          

Tu acquiesces silencieusement. C'était encore là, un autre choix surprenant de ta mère. Elle avait choisi de vivre ce mois complet sans serviteurs, sans gouvernantes. "À la rude" donc - vous deux contre le monde. De pokémon, maman n'avait pris qu'Amarallys, sa persian et tu avais pris ton fidèle Ulysse, petit snubbul joueur offert par tes parents lors de ton adoption.

Rapidement et profitant d'être seule dans cette cage d'ascenseur, tu lui jettes un regard admiratif t'imprégnant de sa beauté, de sa prestance - c'est impressionnant. Et tu la sais née simple roturière, d'une famille qui retouchait les vêtements de la famille Uana. Amour interdit mais passionnel, tes deux parents avaient pliés le monde de par leur union. Bravant les interdits, redéfinissant les règles. Tu les admirais pour ça. Tu l'admirais elle pour avoir saisi toutes les subtilités d'un monde complètement étranger... Arrivera-tu seulement à l'égaler un jour ?

La cage d'ascenseur s'ouvre te libérant de ta prison mentale. Il ne reste qu'un couloir à parcourir pour atteindre votre appartement, petit nid provisoire. C'est bien loin du manoir Uana. Seulement cinq pièces en comptant les salles d'eaux, point de lustre, point de haras. Ta mère argue que c'est "cosy" et "confort" mais tu la sens bien loucher sur cette machine de l'enfer sensée laver les couverts - sait t'elle seulement la faire fonctionner ?

-On pourrait sans doute faire venir une gouvernante, il n'est pas trop tard... se mumure t'elle en découvrant le balcon minuscule.

Tu continues de parcourir les pièces, tombant sur les deux chambres déjà aménagés avec vos effets personnels. Ton lit à baldaquin et tes nombreux ouvrages suffisent à dévorer l'entièreté de l'espace, et il te faut zizaguer entre les piles de romans pour accéder à ta garde robe semblaient vomir tes vêtements. Te retournant vers ta mère qui affiche un air horrifié, tu tentes alors de la rassurer un sourire bienveillant t'illuminant le visage.

-Il semblerait que les déménageurs n'ait pas fait grand zèle. Mère, pourquoi n'allez-vous pas faire un tour en ville ? Je m'occupes de l'appartement.

Elle acquiesça silencieusement, te dotant d'un instant d'immortalité.
Puis elle sortit.

C'était ta mission donc : égayer ce triste endroit. De l'aménager à votre guise, fort heureusement si Rosalina se trouvait fort dépourvue face au bazar ambiant. Hera elle, savait y faire. Des petits espaces pour trop de possessions, c'était l'essence même des orphelinats. Alors doucement, sans te presser : tu ranges, tries, plies, catalogues. Et bientôt, au bout d'une heure plus rien ne sort des placards, tout est aligné, parfaitement. Et propre.    

Tu profites encore de l'absence de ton précieux astre lunaire pour te changer, enfilant un polo blanc et un pantalon d'intérieur, rajoutant au tout une broche milobellus doré.

Bientôt, l'heure du thé et tu sais que ta mère ne tardera pas, ne manquant cette occasion de papoter pour rien au monde - et ça serait si inconvenant. Tu laisses donc infuser du thé importe d'Hoenn, et prend le temps de préparer des cheescakes citronnés - recette officielle d'une servante issue d'une région lointaine et dont la gastronomie semble se composer en majorité de currys. Leurs desserts ont la particularité néanmoins d'être délicieux.    

Là voilà qui pousse la porte de l'appartement, parfaitement ponctuelle, elle hume l'air avant de s'exclamer :

-Oh Rosalina ! Quelle adorable attention !

Tu te précipites vers elle et l'aide à se débarrasser de son coupe vent.

-Il faudrait, sans doute, préparer plus de thé. J'ai pris la liberté d'inviter nos voisines. Elles semblent un peu rustres au premier abord et... Elle s'approche doucement de ton oreille Et je pense qu'elles ont une relation fort inconvenante pour de si jeunes filles. Mais qui serions-nous de refuser un peu de compagnie à l'heure du thé ?  

Tu l'interroges du regard tandis qu'elle t'informe du premier potin sur lequel elle scie ses dents. Deux jeunes filles ne partageant aucun lien de sang mais un seul et même appartement - est-ce là des manières ? N'avises t'elle pas de ce que pourrait penser les gens ? Vous papotez encore un instant avec ta mère, riant de bon coeur lorsque la sonnette de l'appartement hurle brisant votre moment. Tu te lèves et ouvre la porte, tombant sur deux jeunes adultes et pas trop moches, tu les salues :      

-Je me nommes Rosalina Uana et c'est un plaisir de vous rencontrer. Mais entrez donc.

Tea time - Côtoyer les  mortelles

©BBDragon
Caroline Labelvi
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t7344-499-des-carottes-non-merci-je-ne-voudrais-surtout-pas-devenir-trop-aimable
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t7359-caroline-labelvi-adulte
Icon : Pikachu Explorateur, à votre service !
Taille de l'équipe : 5 / 9
Région d'origine : Sinnoh, Rivamar
Âge : 27 ans
Niveau : 16
Jetons : 3122
Points d'Expériences : 335
Pikachu Explorateur, à votre service !
5 / 9
Sinnoh, Rivamar
27 ans
16
3122
335
pokemon
Pikachu Explorateur, à votre service !
5 / 9
Sinnoh, Rivamar
27 ans
16
3122
335
Caroline Labelvi
est un Adulte Contre-Espionnage
CAROLINE LABELVI

feat Ilea Alezar & Rosalina Uana
« Tea time »


Caroline lâche un court râle sous le poids du labeur. Elle laisse s’échapper une complainte, tandis que son dos se arque en un ultime effort. Une goutte de sueur perle sur son front, et à bout de souffle, elle cherche des yeux ceux de sa colocataire.

« -Hh… Tu vois… Hh… Princesse ?… Je… Hh… T’avais dit… Qu’on… Hh… »

Son corps entier se relâche. Dans une longue expiration, la blonde s’affale contre un mur. Sa poitrine se lève et s’abaisse au rythme de son souffle rauque. Ses cheveux sont en bataille et ses vêtements en vrac. Lorsqu’elle lève ses mains à hauteur de son visage, c’est pour remarquer que de petites griffures et éraflures y figurent désormais.

« -… N’avait pas besoin… D’une remorque… Hh… »

Le sapin qu’elles transportent tombe alors dans un coin de l’ascenseur en un SBUNK retentissant. Un certain silence s’installe dans le hall de leur immeuble, où les deux comparses se toisent, haletantes.

Le temps pour elles de reprendre leur souffle, Caroline tente de relativiser cette galère innommable qu’a été le rapatriement de cet arbre de noël.

« -D’façon, on n’avait pas la thune pour en louer une. Ou alors, il aurait fallu prendre un sapin plus petit, mais… Hh… Eh, après avoir fait l’impasse l’an dernier, on peut bien se permettre de faire les choses en grand cette fois-ci… Non ?  »

Incertaine, elle guette la réaction d’Ilea. Sur le papier, le projet d’installer un sapin dans leur appartement pour les fêtes de fin d’année avait l’air fun. Là dans l’immédiat, Caroline n’a qu’une envie : foutre ce truc dans un coin, aller s’écraser contre son matelas, et ne plus bouger. Le pire étant que…

Les deux jeunes femmes ne sont pas au bout de leur peine. Elles doivent encore monter à leur étage, transporter ce truc jusqu’à leur porte, réussir par une prouesse obscure à le faire passer dans le fin couloir qui leur sert d’entrée, et enfin, le poser dans le salon. Et seulement après, elles pourront le décorer… Ou le brûler pour se venger. Au choix.

Caroline se redresse donc, et se tourne vers les boutons de l’ascenseur pour actionner le leur. Mais au moment où elle s’apprête à le faire, elle remarque l’arrivée d’une femme dans le hall, qui va vraisemblablement elle aussi vouloir emprunter la cage métallique. Heureusement que ces trucs ont été faits pour pouvoir accueillir de grands Pokémon… Elle ignore comment elles pourraient toutes rentrer, sinon.

Attendant donc qu’elle grimpe, la blonde avise l’inconnue s’avancer. Pourtant, cette dernière finit par s’arrêter juste devant les portes, et évalue plutôt le contenu de cet ascenseur. Face à son absence de réaction, Caro décide de l’interpeller.

« -Hey !… Vous voulez pas monter ? »

Cette question semble la surprendre. Mais poliment, elle secoue la tête de gauche à droite.

« -Non merci, cela ira… J’attendrai le prochain. »

Les deux colocataires s’échangent un regard perplexe, après quoi l’aînée Labelvi se permet d’insister.

« -Le temps qu’on sorte ce truc à notre étage, l’ascenseur ne pourra pas redescendre. Vous risquez de poireauter ici un moment. » elle se recule un peu pour signifier tout l’espace dont elle dispose « Allez-y, venez ! On vous laissera sortir la première. »

Bien qu’elle semble toujours réticente, la femme finit par se laisser convaincre et s’avance.

« -Quel étage ?
-Le second.
-Oh, comme nous ! ♪ »

Caroline presse le bouton, et les portes se referment enfin. L’ascenseur s’ébroue, et entame son ascension. L’inconnue, bien que s’efforçant de rester droite, ne peut s’empêcher de jeter de petits regards en coin aux jeunes femmes et à leur étrange charge. Finalement, elle les questionne.

« -Seriez-vous des sortes de… Bûcheronnes ? »

La blonde hausse les sourcils, et adresse un vif regard à Ilea. On sent à son sourire en coin qu’elle retient un rire, qui résonne néanmoins dans sa réponse amusée.

« -Pas… Pas vraiment, non. On prépare nos décorations de Noël !
-Je vois. Mais... » elle se fait plus perplexe « En l’absence de servants, ne devriez-vous pas laisser vos maris s’occuper d’un tel fardeau ? »

Cette fois-ci, Caroline ne peut s’empêcher de souffler du nez.

« -Ahaha. Qui vous dit qu’on a des maris ? Et puis… Vous ne nous trouvez pas un peu trop jeunes, pour ça ? »

Si elle semble pensive, l’inconnue ne renchérit pas, d’autant que l’ascenseur s’immobilise et que les portes s’ouvrent. Elle franchit d’un pas volontaire le seuil, et se retrouve dans le couloir de l’immeuble. Caroline s’attend alors à de simples salutations de sa part, mais étonnement, elle ne s’en va pas de suite.

« -Ma fille et moi honorons l’île de notre présence depuis peu. Nous serions ravies de faire connaissance avec les locaux… Accepteriez-vous une invitation à prendre le thé ? »

… Comment ? Voilà qui est bien aimable de sa part. Pour être franche, l’espionne ne sait pas si elle a vraiment envie de rester enfermée dans une pièce avec cette femme, mais… Pour l’instant, leur seul échange s’est avéré plutôt drôle, et elle ne peut que penser à l’aspect comique d’une discussion ultérieure. Pour autant, elle laisse Ilea répondre à sa place : la pauvre vient d’essuyer un éreintant trajet avec un sapin (trajet qui n’est d’ailleurs pas fini), elle ne tient donc pas à lui imposer son choix. Peut-être préfère-t-elle se reposer…

Mais que ça soit par politesse ou réelle volonté de faire connaissance, Ilea accepte. Au moment de s’assurer que cela convient aussi à Caro, elle hausse les épaules.

« -Moi ça me va. Vous nous laissez le temps de poser ça, et… Let’s go. ~ »

C’est donc acté. L’inconnue leur précise le numéro de leur porte, et s’en va sans plus de cérémonie. Les regards de Caroline et Ilea s’abaissent ensuite sur la masse entre elles deux, et…

« -… Bon. On y retourne ? »

***

Il faudra seulement vingt minutes, quatre chutes d’objets et deux jurons pour finir le rapatriement. Après quoi, la blonde lâche un retentissant :

« -PFIOUH. Bordel. »

Nonchalante, elle se détourne d’Ilea, et se dirige vers sa chambre.

« -On décorera ce truc plus tard, hein ? Moi, je vais me changer. »

Aussitôt dit, aussitôt fait. Caroline aura tout de même besoin d’un rapide passage sous la douche pour se sentir au propre, et revêtir une tenue décontractée tout ce qu’il y a de plus ordinaire. Un épais pull bleu aboutissant à un col roulé, en dessous duquel un simple haut rattaché à son cou laisserait entrevoir ses épaules. Après quelques hésitations, elle opte également pour un jean, et rajoute une écharpe noire juste pour le style.

En intérieur, elle n’en aura pas vraiment besoin.

Une fois prêtes, les deux comparses se rendent à l’adresse indiquée. Un coup de sonnette suffit pour que la porte s’ouvre, et laisse place à une adolescente toute sage. Rosalina Uana ? Quel drôle de patronyme ! En retour de son adorable minois, Caroline lui offre son plus rayonnant sourire.

« -L’as de trèfle qui pique ton cœur, poupée. ♦ » mais son rictus se décompose rapidement « … Mais tu dois être trop jeune pour avoir la ref. Appelle-moi simplement Caroline ! »




Lexicaro :
♥️ : Aguicheuse, moqueuse.
★ : Brillante, fière.
~ : Nonchalante, imprévisible.
♪ : Enjouée, enthousiaste.
♫ : Comme ♪, sert juste à varier.
♦️ : Réfère à Caroline elle-même.
Ilea Alezar
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5719-401-ilea-alezar-adulte
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5751-ilea-alezar-adulte
Icon : TEA TIME - Côtoyer les  mortelles G5wu
Taille de l'équipe : 10
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 25 ans
Niveau : 40
Jetons : 3365
Points d'Expériences : 1020
TEA TIME - Côtoyer les  mortelles G5wu
10
Sinnoh
25 ans
40
3365
1020
pokemon
TEA TIME - Côtoyer les  mortelles G5wu
10
Sinnoh
25 ans
40
3365
1020
Ilea Alezar
est un Adulte Éducatrice Expérimentée



Tea Time
- Et moi je te dis que…on aurait pu au moins demander de l’aide…au type du…magasin…tu as vu comment il nous regardait…on aurait pu lui demander…. n’importe quoi…qu’il aurait dit oui

Complètement à bout de souffle, la rousse s’affale contre la porte de la résidence tandis que la blonde finit de placer à l’intérieur de l’ascenseur le sapin que les deux colocataires viennent tout juste d’acheter. Encore quelques mètres et elles pourraient enfin le déposer dans leur appartement, mettant fin à un long calvaire pour le transporter jusqu’ici sans aucune aide extérieure. Caroline n’a pas tout à fait tort. Louer une remorque leur aurait couté un peu d’argent supplémentaire qu’elles ne peuvent pas se permettre véritablement de jeter par la fenêtre. Ilea doit maintenant en plus de ses frais quotidiens payer par le biais de sa fiche de paie la scolarité de Thésée, ce qui ne laisse que peu de place à des extra, particulièrement en ces périodes de fête. Même si avec un peu de repos les deux jeunes femmes se remettront de cette épreuve physique, le jean abimé de l’éducatrice et toutes les échardes plantées dans sa main n’auront pas la même chance. La jeune femme soupire puis s’introduit dans l’ascenseur au côté de la blonde pour regagner leur appartement.

- Mais tu as raison, on n’avait pas l’argent et pas question que notre appartement n’ait pas de sapin deux ans de suite. Il faudra qu’on le décore rapidement, ça mettra une bonne ambiance dans la maison. J’y pense, on pourrait organiser un diner avec toute la famille ! Enfin je veux dire Ginji, Lissa et Thésée, ça pourrait être sympa. Quoi que je ne sais pas si Thésée acceptera, vu que pour lui je ne suis pas sa famille. Mais je pourrais toujours proposer à Sirius qu’est-ce que tu en dis ?

La blonde actionne le bouton de l’ascenseur pour qu’elles puissent regagner leur chez elle mais Caroline s’arrête dans son geste pour maintenant les portes ouvertes. La rousse n’avait pas fait attention mais une femme qu’elle ne connait cherche elle aussi à regagner les étages. Après une proposition cordiale de la part de sa colocataire, un premier refus puis une nouvelle proposition, l’inconnue finie par monter, non sans montrer une certaine gêne face aux deux femmes. Tout dans son attitude pique Ilea au fond d’elle-même sans trop parvenir à identifier le pourquoi du comment.

La première question de l’étrangère provoqua un relèvement de sourcil chez l’éducatrice. Des bucheronnes ? A part un sapin à côté d’elle, ont-elles réellement l’allure de bucheronne ? Heureusement, Caroline ne se démonte pas et répond, laissant place à une autre question. Immédiatement, Ilea comprit ce qui la dérangeait. Cette femme, dans ses propos, ressemble à sa propre mère. Ou plutôt à une personne de la haute société. Tout ce qu’elle déteste. La jeune femme n’a pas le cœur à répondre que non elle n’a pas de mari ni servant, sous peine de cracher des mots qu’elle pourrait regretter. Alors elle laisse sa meilleure amie prendre la relève, répondant juste comme il le faut face à quelqu’un qui n’a visiblement jamais quitté sa tour d’ivoire.

Contre toute attente, l’inconnue les invite à prendre le thé avec sa fille qui vient juste d’arriver. Cela doit surement lui demander un grand effort compte tenu de la différence de monde entre les deux jeunes femmes et leur potentielle hôte. Et dire qu’il n’y a pas si longtemps, Ilea portait les étiquettes de ce monde qui aujourd’hui la dégoute tant. Les deux amies se regardent mutuellement pour prendre une décision commune. La blonde laisse l’éducatrice répondre.

- Cela sera avec plaisir, merci de votre invitation.


En vérité la jeune femme aurait bien aimé répondre non. Mais cela serait très clairement malvenue vu la situation. Et puis après tout ce n’est qu’un thé, il ne devrait rien se passer de terrible. Juste un drôle de décalage entre deux réalités. Ilea et Caroline regagnent leur appartement, réalisant un dernier effort pour rentrer le sapin dans le grand salon qu’elles partagent. Une fois décorée il sera certainement magnifique. De quoi passer de très belles fêtes de Noel.

- Oui oui vas y j’irais prendre aussi une douche juste après, on fera la déco après notre réunion avec la nouvelle voisine. Je te préviens elle fait surement partie de je ne sais quelle haute société. En tout cas elle en a tous les codes que je connais de Sinnoh. Elle va nous prendre de haut pendant tout le thé. Profite de la douche pour préparer tes meilleures répliques, moi j’ai peur d’être trop méchante.

La blonde disparait sous la douche pendant que la rousse peine à enlever quelques échardes de la paume de sa main. A chaque nouvelle épine, Ilea laisse transparaitre un rictus. Cela fait bien longtemps qu’elle n’a plus côtoyé personne de la haute société. Même si elle en connait encore tous les codes et rituels, elle n’a pas réellement envie de les utiliser. Ces espèces d’invitation avaient toujours été un calvaire pour l’enfant puis adolescente qu’elle était. Décidée, elle ne fera plus jamais de courbette à personne.

***

Voilà maintenant les deux amies fassent à la porte de leur voisine. Après sa douche, la jeune femme avait simplement attaché ses très longs cheveux en une queue de cheval haute. Quelques bijoux du quotidien, un autre jean et un pull élégant mais pas trop, et l’éducatrice était prête à prendre le thé. Pas question non plus de ne pas être naturelle. Elle serait simplement Ilea. Pas Ilea Alezar, héritière de la fortune des Alezar et du plus gros hôpital de Sinnoh. Enfin ex-héritère. C’est fou comme la seule présence de cette femme a suffi à la faire replonger dans ses vieux travers.

La porte finit par s’ouvrir, dévoilant une jeune fille, probablement étudiante. Rosalina Uana. Ilea est sûre d’avoir déjà entendu ce nom quelque part, surement à l’académie. Mais au vu des circonstances, l’éducatrice préfère taire cette information. Par expérience personnelle probablement.

- C'est sur qu'elle est probablement un peu jeune pour cette chanson. Et moi c'est Ilea enchantée.


Elles sont invitées à entrer, dévoilant un appartement similaire aux leurs. Naturellement, la jeune femme sonde la pièce avant de proposer son aide.

- Est-ce que Caroline et moi pouvons vous aide à faire quelque chose ? Après tout vous nous invitez ici cela serait bien normal.


La rousse se mordit la langue. Elle n’a pas pu s’en empêcher, cette petite phrase trop bien tournée pour être naturelle. L’après-midi allait décidément être longue.


©️BBDragon



Alezar Ilea
L'échec n'est qu'une opportunité de recommencer plus intelligemment ~
Rosalina Uana
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t8622-586-rosalina-l-immortelle-pyroli?highlight=rosalina
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t8925-rosalina-hera-uana-pyroli#90468
Icon : TEA TIME - Côtoyer les  mortelles 85cee95d1ef36727301f0f723a874ea3
Taille de l'équipe : 1
Région d'origine : Kanto / Kalos
Âge : 13 ans
Niveau : 0
Jetons : 270
Points d'Expériences : 61
TEA TIME - Côtoyer les  mortelles 85cee95d1ef36727301f0f723a874ea3
1
Kanto / Kalos
13 ans
0
270
61
pokemon
TEA TIME - Côtoyer les  mortelles 85cee95d1ef36727301f0f723a874ea3
1
Kanto / Kalos
13 ans
0
270
61
Rosalina Uana
est un Nouveau Membre


Voilà qui était... Surprenant.

Et tu ne put retenir un éclat de surprise qui obstrua tes yeux atmosphères. La première des invitées était donc cette jeune femme blonde aux allures solaires et aux manières cavalières. Elle semblait chevaucher d'ailleurs, à milles haras de celui où tu avais toi même appris à cavalcader. Mystérieuse et énergique, aux paroles mystiques mais civiles... De sa tenue s'offrait la même image. Et malgré une réticence certaine à la faire pénétrer le monde de ton immortalité, tu t'avouas en tant qu'Hera, que tu appréciais cette rustre demoiselle.

L'autre chassa immédiatement une part du mystère et évoqua une chanson qui ne résonnait pas en tes oreilles. Sa mélodie d'ailleurs, dissona d'emblée avec ton classicisme. Il y avait pourtant quelque-chose chez elle de familier, de confortable, une posture, une retenue... Mais la défiance du ton de sa voix, te dressa tout poil dehors. Comme hérissé par son mystère.

-Enchanté Miss Caroline, Miss Ilea. lâcha tu en réitérant ton invitation à entrer d'un mouvement de bassin maitrisé.

Ton regard s'atarda sur la rousse dissonante qui elle, balayait la pièce du regard. Et proposa rapidement son aide. Quel manque de savoir vivre. Tu lui intima alors de se retenir -et si possible de se taire- d'un sourire mielleux et de quelques paroles :

-Votre proposition est bienvenue, mais nulle nécessaire. Merci bien.

Et de ta langue venimeuse à tes pieds, il n'y avait que quelques pas, suffisant pour vous mener au salon. Là bas, t'attendais déjà ton astre, elle se leva précipitamment et accueillit vos invitées à son tour, te laissant le soin de faire un aller retour à la cuisine. Te voilà donc revenue, les bras chargées d'un plateau où des tasses fumantes et des cheescakes fruités attendaient vos papilles. Tu l'installa, puis t'installas laissant ton astre mener la conversation comme une barque.

-Oh quel étrange plaisir de rencontrer des jeunes filles aux moeurs si modernes. Croyez moi bien que je n'ai rien contre votre mode de vie... Tant que ma Rosalina ne le choisit pas hohoho. s'esclaffa t'elle.

Uh regard insistant te dota d'une immortalité d'un instant, et tu approuva silencieusement, en offrant tes lèvres en pâture au thé. De ton bras léger, tu attrapas un sachet de biscuit sablé et en proposa aux invités.

-Peu de parents accordent autant d'importance au plaisir et à l'avenir de leurs enfants, rendez vous compte que toute cette installation n'a pour objectif que de choisir la meilleure éducation possible pour le prodige qu'est Rosalina. continua t'elle sans laisser le temps aux deux femmes de répondre. N'est-ce pas, trésor ?

Un sourire traversa alors ton visage, alors que ta tasse frappait son assiette.

-Assurément, mère.

Un autre rictus satisfait traversa alors le visage de ton astre, et elle se retourna prestement vers vos invitées. Tandis qu'Amaryllis, la persian de ta mère vint se frotter à tes jambes, réclamant caresses.

-Oh mais je parles, je parles et j'en oublies toute bonne manière. Quelles sont donc vos... Hmm, comment dirais ? Activités mondaines ?

Tea time - Côtoyer les  mortelles

©BBDragon
pokemon
Contenu sponsorisé
est un
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum