Sweet Little Doll [ Solo ]
Rosalina Uana
Rosalina Uana
Région d'origine : Kanto / Kalos
Âge : 13 ans
Niveau : 0
Jetons : 118
Points d'Expériences : 17
Nouveau Membre
Sujet: Sweet Little Doll [ Solo ]   Dim 12 Jan - 14:26


-Poupée ! Yo poupée ! Poupée ! Et zyva regardes nous, wesh.

Rien  ne pourrait plus traduire le dédain que ta marche fière et ton refus de céder. Tu aurais pu tourner le regard, leur donner ce plaisir. Mais pas question. C'était de la fierté, pas de la peur... Car il ne faisait aucun doute, que leurs arcades sourcilières n'auraient pas résisté à tes coups et à ta rage - qu'importe leur nombre. Q'importe leurs tailles. Tu étais David qui aurait pu terrasser milles Goliath. Mais tu n'eut pas le besoin de les détruire, un à un. Des bruits de luttes, des ordres aboyés, une course au pas délicate et voilà déjà, un jeune garçon te barrait et s'inclinait face à toi - te présentant milles excuses pour le comportement rustre de ces camarades.    

N'est pas pour te plaire n'importe qui, mais il se dégageait de ce garçon une sensation familière. De la grandeur, du paraître, presque une pointe d'immortalité. Aussi tu décidas d'écouter son discours remplis de rimes et de mots fleuris. Quelques-déclarations romantiques sur ta silhouette dansante et pure et une proposition : t'aider à porter ton cabas de course jusqu'à chez toi. En chemin les langues ne tardent pas à se délier et les noms à resplendir. Tu es une Uana, il est un Silver. Evidemment que vos parents se connaissent. Le monde est petit... Et de plus en plus, cette rencontre ne te parait que peu fortuite. L'âme romantique qui aiment tant les romans te projettent quelques-années en avant. Lorsque que tes parents te parlent d'union. Lorsque tu deviens mère. Lorsqu'il devient père, et que votre enfant, Hercule, devient immortel.     

Pire pensées, ils ne pourraient naître dans ton esprit. Alors tu chasses les histoires et te concentrent sur l'essentiel. Le présent. L'empirique. Un instant tu te questionnes - te manipules t'il ? Se jouent t'il de toi ? Toi qui d'ordinaire se lit les autres avec aisance et se jouent d'eux. Toi qui te plaît à te penser forte, invincible même. Toi qui n'accepte pas les faits, et préfère les récits : tu n'es qu'humaine, tu le sais ? Aussi peu fiable que tous les autres. Pas plus belle. Pas plus intelligente. Pourquoi donc aurait du donc tellement besoin de l'affection de deux astres si ce n'était pas le cas ?  

Que de questions qui ne trouveront point réponse dans les bras de l'inconnu, alors qu'il t'enlacent. Te promets de t'écrire. De t'inviter un soir. De convaincre ta mère. Et des monts et des merveilles. En bon joueur de flute, il dépose un baiser sur ta joue autrefois vierge et disparait sur le dos d'un roi de la forêt. Tu soupires, ramasses le cabas tombé au sol et rentre dans l'immeuble qui ne sied toujours pas à ton rang.  

Le bruit assourdissant de l'ascenseur te dépose à ton étage et tu avances nonchalamment. Un instant tu te figes. Volte face. Amaryllis est là. La persian de ta mère te regarde de ses yeux perçants, et t'analysent. Elle grogne, puis soupire, te devance. Tu sais bien que ça ne lui fait pas plaisir. Tu sais bien qu'elle joue contre son gré, et tu la comprends. Toi même tu te serais trahie si tu avais assisté à une erreur aussi monumentale.

Silence. C'est d'abord le silence d'un appartement plongé dans le pénombre qui t'accueilles. Puis une voix s'élève sans que tu ne parviennes à la localiser. Une berceuse que tu connais bien. Un frisson parcourt ton corps mais résignée, tu fais ce que tu as a faire. Déposes les courses au sol et ôte tes vêtements. Les laissant tomber lourdement au sol. Tandis que les baragouinements de la berceuse deviennent plus clairs, tu t'avances dans la pénombre.

Douce petite poupée...
Ma douce petite poupée
Tu ne saurais me tromper.
Comme l'a autrefois fait
d'autres poupées...


Le noir est bien trop présent pour que tu ne distingues rien à plus de quelques-centimétres, face à toi. Mais la voilà déjà dans toute sa cruauté : Anémone. La nymphali de ta mére. Sotte que tu as était de penser qu'elle n'était pas venue avec vous sur Adala. Sotte que tu as aidé de t'autoriser à tomber dans les bras d'un inconnu. Avec une douceur incroyable les rubans du type fée s'enroulent autour de tes jambes, puis de de tes bras, bientôt c'est tout ton corps qui est emprisonné par ses terribles rubans. Tu es empaquetée, Rosalina.

Douce petite poupée,
n'essaie pas de me duper
car je saurais la vérité...
Ma douce petite poupée...


Que pourrais tu faire ?  Te débattre ? Tu y a renoncé, il y a bien longtemps. Et ton corps s'écroulent alors que les rubans ouvrent ton coeur et dévoilent tes sentiments. Rosalina. Héra. La gamine de Salville. Tout le monde y passe et doucement... Ton histoire s'écrit à travers tes émotions. Ta souffrance. Ta différence. Le trou béant de ton âme. Ton besoin de reconnaissance, de gloire et d'amour. Tes ombres aussi... Et tous ses secrets, ses méfaits que tu tentes de cacher avec désespoir.  

Douce petite poupée,
Si je t'ai ramassée...
Je pourrais bien te jeter,
Comme l'autre poupée.


Pire destin que celui de cette autre Rosalina dont tu ignores tout sauf son échec. Pire destin qui pourrait te coller à la peau et brûler tes sentiments comme ces rubans brulent ta chair.  Ta destinée revée n'est pas celle de l'Autre et tu sais au fond de toi que tu peux te construire en opposition avec elle. Le sais tu vraiment ? Alors pourquoi avoir fait ça, hein ? T'es tu avancé ? Quelle pensée t'a traversé la tête ? Quels sentiments, le coeur ?   

Alors : Douce petite poupée..
Qu'importe tes pensées,
arriérres ou avancées,
je les devinerais...


N'est t'il qu'un beau garçon ? Non, assurément non. Un bon parti. Un nom. Voilà tes pensées. Tu ne l'a fait pour toi... Mais pour eux. Tu ne saurais faire pour toi, n'est-ce pas ? Car c'est eux. Tu n'es que toi... Pas tout à fait Héra, presque Rosalina et moins que cette fille sans nom qui courait dans les égouts. Moins que rien, comme c'est risible. Ce que tu es ? Tu veux le savoir ? Tu veux le resentir ? Alors laisses les rubans, t'enserrer la poitrine. Laisse les lire en toi. Ouvres toi à eux et agrippes toi. Jamais tu ne lâcheras, comme seule guide de ton existence. Car après tout tu n'es qu'une...

Douce petite poupée..
Personne n'en voulait
Et tous elle refusaient
Ma douce petite poupée...


Rien. C'est ce que tu ressens actuellement. Alors que les rubans laissent partir ton corps prostré et qu'Anémone reculent dans le noir, disparait dans un son de pokéball. Rien. C'ets tout ec qu'il te reste, toi qui a tout donné. Vidée, comme arrachée à ta vie. Rien. C'est ce qu'il se passe pendant un moment. Quelques larmes, quelques tremblements mais l'appartement reste désespérément vide et sombre. Puis des pas. Elle s'éloigne. Une seule phrase balancée, et qui résonne malgré l'obscurité. Une seule avant le silence.

-Tu as bien fait, tu pourras le revoir.    

Puis le silence.
Rien n'est pire que le silence.
Sweet Little Doll

©BBDragon
Sweet Little Doll [ Solo ]
Page 1 sur 1
Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers:  
Outils de modération :