Connexion
Pokemon Community :: Académie :: Les infrastructures :: Gymnase

Pokemon Community

T’façon tu m’aimes trop pour me tuer là. Et on est sur un forum tout public tu n’as pas le droit..
en savoir plus ?
Marcher puis dormir sous la lune.
Marcher puis s'enlacer jusqu'à l'aurore.
Marcher puis s'aimer pour l'éternité.
Marchaimer.
en savoir plus ?
Contrairement à ce que tu penses, les gens ne sont pas prisonniers de leurs idéaux. Et tu devrais toi-même en prendre conscience ...
en savoir plus ?
Les gosses dans ton genre n'ont aucune expérience de vie. Et certainement pas leur mot à dire pour juger les autres.
en savoir plus ?
T’es là depuis une seconde à peine et tu me casses déjà les couilles. C’est parfait.
en savoir plus ?
Je ferai tout pour que ce soit notre flamme qui reste allumée à la fin de ce combat.
en savoir plus ?
Je te l'ai dis Alex, à demi mot, que je t'aime. C'est vrai, pourtant je t'aime… Est-ce là? La fin de notre relation? Un message perdu que j'essaie de sauver au bord d'une plage alors que tu te noies dans tes sanglots? Je ne me savais pas condamné aux sables
en savoir plus ?
Tu es prêt Germain ? Reste sage et admire le spectacle, surtout n'interviens pas et sois gentil, trouve moi une cigarette.
en savoir plus ?
Je ne peux pas te contredire, tu as merdé en beauté.
en savoir plus ?
Je continuerai de t’aider, de t’assister, ou te servir, pour atteindre ton rêve. Même en sachant tout ça. Même si, pour se faire, je dois abandonner mes propres rêves.
en savoir plus ?
Son paquet d'Eucalyptus avait provoqué le chaos.
en savoir plus ?
Mademoiselle Potts ? Je suis désolée mais … est-ce que vous pourriez m’aider à trouver un partenaire, je ne connais personne et je …
en savoir plus ?

Ruth Stonen
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t9064-612-ruth-stonen-givrali
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t9149-ruth-stonen-givrali
Icon : « Know the rules well, so you can break them effectively » - Dalai Lama
Taille de l'équipe : 3
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 16 ans
Niveau : 16
Jetons : 2705
Points d'Expériences : 250
« Know the rules well, so you can break them effectively » - Dalai Lama
3
Sinnoh
16 ans
16
2705
250
pokemon
« Know the rules well, so you can break them effectively » - Dalai Lama
3
Sinnoh
16 ans
16
2705
250
Ruth Stonen
est un Coordinateur Performer
Ruth

Mauvais matin pour arriver en retard. Ruth n’est pourtant pas du genre à arriver à l’heure, encore moins pour des cours mais… Ce n’est pas un cours comme les autres, qui l’attend. Ce serait celui qui pourrait lui servir de tremplin pour sa carrière, elle en est convaincue. Devenir Performer, depuis son affrontement à la fontaine, elle le veut plus que tout. Mais d’un autre côté… Le détour qui venait de la mettre en retard était plus que nécessaire. Dès que la boutique avait ouvert, Ruth avait foncé dedans. Ses économies de jetons avaient été gaspillées. Mais pour la bonne cause. Son œuf de Morpeko était son meilleur achat du mois. Et le détour dans sa chambre, pour l’y déposer, en attendant qu’il éclose, avait été inévitable.

« Et tu restes sagement ici, hein. »

Débile de lancer ça à un œuf. Surtout posé sur le lit. Qu’est-ce qui pouvait lui arriver d’horrible, à part éclore et découvrir le monde pourri dans lequel Ruth pense grandir ? Mais pas le temps de traîner, elle avait dû foncer à ce maudit cours spécial, sans réellement savoir ce qui pouvait l’attendre. Elle ralentit le pas quelques mètres avant d’arriver devant les portes. Il ne manquerait plus que l’on la repère en train de se rendre à un cours, avec limite envie. Elle arrive tout juste à temps, traînant des pieds dans le gymnase. Et dire que la dernière fois qu’elle est venue ici, c’était pour se faire tabasser. Un petit sourire se dessine sur ses lèvres. La prochaine fois, c’est elle qui démontera cette blondasse. Elle arrive juste à temps pour se glisser parmi ses autres petits camarades et écouter les consignes de ce cours. Allons… Du travail de groupe, en plus de ça. Avec quel péquenaud va-t-elle se retrouver, encore ? Elle a le chic pour tomber sur le pire des partenaires, à chaque fois.

Aussitôt que le professeur termine son petit speech, Ruth part à la recherche du studio qui lui a été assigné. Le numéro 13. Elle ricane devant la liste, se disant que ça démarre déjà fort. Remettant son sac Pikachu sur son épaule, les deux Pokéballs de son sac s’entrechoquant entre elles, elle erre dans le couloir, avant de tomber sur la porte qui affiche le bon numéro.

« Bingo ! », que s’écrie Ruth.

Inutile de toquer à la porte, s’il y a quelqu’un à l’intérieur, il doit bien s’attendre à voir son binôme débarquer. Elle ouvre brutalement la porte, sèchement, restant dans l’encadrement. Elle ne rentre pas de suite, analysant l’intérieur de la pièce avant tout. Il y a un jeune garçon, à l’intérieur. Ruth le fixe. De haut en bas, puis de bas en haut, en fronçant les sourcils. Elle passe sa langue sur ses lèvres, avant de prendre la parole, dubitative. Ce mec, il lui dit un truc. Mais elle ne saurait plus dire où. Il fallait qu’elle retrouve ou cela risquerait de lui taper sur les nerfs.

« Eh, le marmot, retourne chez les morveux. C’est pour les grands, ici. »

Elle soupire, sans se cacher, toujours aussi bruyamment, et fait quelques pas en avant, le temps d’arriver à hauteur du plus jeune. Elle secoue la tête, venant tapoter le haut du crâne de son interlocuteur.

« Je te comprends, si j’étais toi, moi aussi j’aimerais fréquenter une fille aussi canon que moi. Mais t’en fais pas, ton heure viendra. Quand la puberté se sera occupée de ton cas. »

Elle ricane alors, se moquant ouvertement du petit. Il ne doit pas comprendre ce qui lui arrive, le pauvre. Et on lui aurait souhaité de ne pas tomber sur cette rose noire. Comme les autres plantes de son espèce, Ruth pique. Et elle sait où atteindre. Elle se retourne alors, de quelques centimètres, pointant la porte du doigt, toujours ouverte.

« Allez, file de là. On va pas jouer aux Playmobils, on est là pour de la compétition ; de la vraie. »

Mais il ne semble pas déterminé à partir. Ruth le fixe de nouveau, détaillant plus longuement son visage – il a de jolis yeux, plutôt d’une couleur atypique – mais ce qui interpelle réellement Ruth, c’est sa tenue. Est-ce qu’il se prend pour un chaman ? Ou un maître vaudou ? C’est l’idée de la secte, qui fait relever un sourcil à Ruth. Ça y est. Elle a eu l’illumination tant attendue : elle sait de qui il s’agit. Ou, du moins, elle se souvient où elle l’a croisé.

« Attends, c’est pas toi le fanatique d’Arceus qui a une dent contre Giratina ? Ah les gosses, vraiment, vous pensez tout savoir PTDR. Allez, ouste. Pschchchchch ! » , qu’elle tente de le chasser, à la manière d’un chat. « Retourne dans ton bac à sable, au moins tu apprendras à prendre des râteaux, là-bas. »

Elle va ensuite dans un coin de la pièce et y dépose son sac, lisant pour de bon la feuille qu’elle a récupérée, où se trouve le thème de la musique imposée. De la country… Elle roule des yeux, se retenant de jurer. Cela ne lui ressemblerait pas, cela la rendrait d’autant plus vulgaire.

« Il est sérieux, ce prof ? », qu’elle peste entre ses dents, froissant la feuille.

H-RP :
Ruth a acheté un oeuf de Morpeko.
Georges A. Nevinost
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t8955-605-georges-a-nevinost-deus-vult-termine-noctali
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t8967-georges-a-nevinost-noctali
Icon : Et on change de partenaire... - Feat Georges A. Nevinost [Cours 14 – Coordinateur] Dd13250f048faad37a680b4c3cf47325
Taille de l'équipe : 2
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 14 ans
Niveau : 14
Jetons : 372
Points d'Expériences : 225
Et on change de partenaire... - Feat Georges A. Nevinost [Cours 14 – Coordinateur] Dd13250f048faad37a680b4c3cf47325
2
Sinnoh
14 ans
14
372
225
pokemon
Et on change de partenaire... - Feat Georges A. Nevinost [Cours 14 – Coordinateur] Dd13250f048faad37a680b4c3cf47325
2
Sinnoh
14 ans
14
372
225
Georges A. Nevinost
est un Pokeathlète Médecin


Cours spé Coordinateur
Et on change de partenaire

Ruth Stonen



Ce matin avait une saveur intrigante, ce n’est pas exactement l’hiver, pourtant il y a cet air froid qui porte toujours les saveurs chaudes des petits déjeuner gourmands de la fin de l’automne. Alors que tu débarbouilles le visage avant de faire ta prière matinale, tu réalises qu’il y a un cours très spécial ce matin que tu avais noté dans ton agenda. Tu ne sais pas si tu vas devenir coordinateur par la suite ou performer, mais l’intitulé te motiver et puisque vous êtes autorisés à suivre spontanément quelques cours qui ne sont pas de votre spécialité, tu t’es dit qu’il fallait bien. Après tout, pourquoi se priver de bons moments ?

Pravda et Hrabrost sont en train de déjeuner alors que tu pars te laver après la prière, il faut le visage et les mains pures pour honorer le grand créateur, puis il faut se purifier le corps avec sa bénédiction. Quelques minutes plus tard et une longue tunique blanche, tu te coiffes méticuleusement. Tu enfiles ensuite le chasuble de l’Église, le tabar et la grande cape hivernale, tu es fin prêt et tu laisses tes pokémons te suivre. Dans le cas où le cours dépasserai le zénith, tu as également une lunch box pour toi, mais également quelques parts de gâteau au yaourt et un petit pot de crème de chocolat en brique avec les assiettes et les couverts, deux grandes bouteilles d’eau, pour ton ou ta partenaire en cas d’oublie.

L’air est frais, mais tout devrait bien se passer, le grand rendez-vous est dans le gymnase, mais tu reconnais peu de Noctalis, il faut dire que ce dortoir ne comporte pas beaucoup de coordinateurs malgré le nombre affligeant de drama queen et divas. C’est d’une ironie exceptionnelle que tu es pourtant incapable de comprendre. L’enseignant, très excubérant se décide à donner les consignes dans une attitude très drama queen, tien, certains Noctalis devraient en prendre de la graine, car ils ne gèrent pas aussi bien le dramatique et l’enthousiasme théâtral aussi bien que lui. La présence de studios individuels est important pour l’intimité et le secret des chorégraphies de chacun, c’est bien pensé. Dès que l’on t’attribue un studio, tu t’y diriges avec tes deux pokémons. Il est quasiment plongé dans le noir et tes yeux apprécient cette petite attention, des lampes basse consommation tamisent l’ambiance et éclairent parfaitement à la foi, tu ne souffriras pas de grosses migraines à la suite de ce cours. C’est peut-être mademoiselle Alézar qui a recommandé cet agencement ? Tu commences à déposer ton sac sur la zone « hors scène » de la pièce en rangeant également ce que tu as amené pour ton binôme, gâteaux, crème, gourde en verre. Puisque tu vas être amené à collaborer avec quelqu’un, il apparaît tout de même nécessaire pour toi de mettre ton partenaire dans de bonnes conditions.

Finalement, la porte s’ouvre sur un cadeau empoisonné, sauf que tu ne sais pas différencier le poison des aliments sains. Cette compagnie toxique et désagréable du nom de Ruth ne devrait pas t’être trop étranger, il se murmure qu’elle est particulièrement violente et désagréable avec beaucoup de personnes. Tu n’as pas eu l’occasion de vérifier cette théorie, mais visiblement la scène commence par un quiproquo.

-Je suis navré, je ne suis pas un « marmot »

Mais elle te coupe, plusieurs fois, chaque fois que tu essaies dans les minutes qui suivent d’en caser une, impossible, elle te coupe sans cesse. La logorrhée de cette demoiselle est douloureuse. Tu aurais préféré croiser Gwen ou même quelqu’un de bienveillant comme Octavia, qui ne soit pas impoli. Tu souffles un bon coup, c’est rien, Georges, les gens difficiles sont parfois ceux qui ont le plus besoin d’aide. Tu feras de ton mieux pour que… Ruth ? Tu n’es pas certain, mais c’est écrit sur le papier d’instruction, soit au mieux avec toi pour ces deux heures et parvienne à un résultat qui lui plaît.

Il y a une désinvolture absolument néfaste dans son comportement que tu ignores en réaction. Tu ne préfères pas attiser le démon qui sommeille en cette demoiselle et tu penses qu’il est plus judicieux de la laisser s’ouvrir à toi. Les gens subissant le mal-être d’une existence misérable le font souvent, c’est ce que le Père Jean t’a souvent répété. Il était cru dans ses propos, mais toujours dans le vrai, un véritable homme de sagesse. Tu encaisses donc sans trop broncher ces répliques avec un petit sourire bienveillant aux lèvres. Toutefois, tu le perds un bref instant lorsqu’elle crache sur tes croyances et mentionne le nom du banni. Hrabrost qui s’était allongé pour se reposer, relève la tête immédiatement l’air mauvais. Nul n’est autorisé à prononcer le nom maudit.

-Je suis au regret de vous annoncer Ruth, que je vais devoir m’imposer quelques heures dans votre vie afin de parvenir à l’objectif de ce cours. Si la musique qui nous est imposée est la country, sachez que j’ai quelques notions de gospel et de musique traditionnelle sinnohites qui peuvent nous aider.

Tu marques une pause en tendant le bras vers la table qui sert à entreposer tes affaires. Tu désignes alors tout ce qui est présent.

-Conscient que vous auriez peut-être faim, j’ai prévu du gâteau au yaourt, un peu de chocolat fonde, les assiettes et couverts sont entreposés juste à côté. Vous avec également de l’eau si jamais, je n’étais pas certain que vous ayez votre gourde. Tu fais une pause avant de rétorquer. Je vous saurais grès, Ruth de ne pas médire sur le Grand Créateur et de ne pas mentionner le nom du banni. Je suis conscient de la détresse qui vous habite, votre haine et colère sont tout à fait légitime et sachez que vous avez trouvé une oreille attentive et un corps robuste pour encaisser les déviances de votre âme corrompue par le Banni. Il ne s’agit pas là d’un reproche, l’erreur est humaine et les dieux en jouent. Sachez que vous pouvez revenir dans le droit chemin.

Tu t’avances vers les baffles sonores et tu observes le choix de musiques country à ta disposition. Tu ne veux pas trop offenser la créature devant toi, peut-être que dans la musique elle trouvera le calme salvateur ? Toutefois, tu n’es pas certain qu’elle écoute régulièrement de la country.

-Je vous propose que nous écoutions les morceaux à notre disposition, je présume que le corps professoral à prévu plusieurs morceaux par genre afin de nous laisser exprimer toute notre créativité. Qu’écoutez-vous usuellement ? Je peux vous laisser choisir la musique sur laquelle nous travaillerons. Après ça, nous commencerons le story-board de la chorégraphie afin de nous mettre d’accord sur les mouvements. J’ai une résolution acceptable sur la caméra de mon iPok, nous pourrons ainsi travailler par séquences ? Qu’en pensez-vous ?

Tu poses sur la table de grandes feuilles à papier d’un blanc immaculé ainsi qu’un critérium et une gomme. En esquivant le crayon à papier, tu éviteras le taille-crayon capable de s’ouvrir et tâcher votre travail.

-C’est ma Laporeille qui dansera avec nous, elle dispose d’un handicap, elle dispose d’une prothèse, il lui manque une jambe. Me concernant, évitez de parler de couleurs, ma maladie m’empêche de les différencier et la forte lumière me provoque de vives migraines. Il y a des choses que je dois savoir à votre propos ?

Pravda s’avance alors pour témoigner de sa présence, la petite Laporeille a hâte de se mettre au travail pour honorer vos efforts des siens et de participer à votre quête d’un travail bien fait.


© BBDragon
Ruth Stonen
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t9064-612-ruth-stonen-givrali
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t9149-ruth-stonen-givrali
Icon : « Know the rules well, so you can break them effectively » - Dalai Lama
Taille de l'équipe : 3
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 16 ans
Niveau : 16
Jetons : 2705
Points d'Expériences : 250
« Know the rules well, so you can break them effectively » - Dalai Lama
3
Sinnoh
16 ans
16
2705
250
pokemon
« Know the rules well, so you can break them effectively » - Dalai Lama
3
Sinnoh
16 ans
16
2705
250
Ruth Stonen
est un Coordinateur Performer
Ruth

Force est de constater que ce bout d’chou ne souhaite guère décamper. Ce qui commence à contrarier fort Ruth. Pourquoi est-ce que les enfants n’obéissent jamais ? Les parents ne sont vraiment plus ce qu’ils étaient – oui, c’est bien Ruth qui tient ce genre de propos. Elle fait alors claquer sa langue contre son palais, exaspérée. Elle n’insisterait pas, si jamais il persiste. Non, elle passerait à l’étape supérieure, qui consiste à le choper par le col et le virer comme un malpropre de la pièce. Mais c’est alors qu’il ouvre la bouche et c’est l’étonnement qui déforme le visage de Ruth. Mais d’où il sort, lui, pour parler comme ça ?

« T’es resté bloqué dans le monastère du XIIème siècle ou quoi ? Et puis ne me vouv-… Si, si, vouvoie-moi. »

Il y a quelque chose de satisfaisant, dans le fait d’être vouvoyée par un gamin. Le sourire que Ruth arbore désormais en témoigne. Elle a beau le malmener depuis leur rencontre, voilà qu’il fait preuve d’un respect inébranlable. Elle soupire, claquant finalement la porte derrière elle, sans une once de considération pour les gens autour ou le dérangement que cela provoquerait. Bien. Quitte à être dans ce cours… Autant faire semblant de participer. Ruth continue de l’écouter. Décidément, il a l’air de tout bien faire, ce gosse. Bon… Elle a donc trouvé un bon sous-fifre. Même si, une part d’elle-même se dit que c’est vraiment abusé, que de profiter de ce gosse. Il est si poli et gentil, que c’en est suspect. Ou irréel.

« Nan ça ira, j’ai pas faim. »

Entendant la suite, c’est un fou rire qui la gagne. Sûrement plus nerveusement qu’autre chose. La honte, percée à jour par un gamin de même pas quinze piges. Elle s’approche alors de lui et vient, sans vergogne, ébouriffer ses cheveux. Elle feint l’ignorance mais il a piqué là où c’est vif.

« Y a pas plus sereine que moi, mon chou. », qu’elle s’écarte finalement de lui. « Et si tu continues de manquer de respect à Giratina, moi je vais te montrer le droit chemin, et crois-moi, il est profond et humide. »

Au fond d’une des cuvettes des toilettes. Ruth se dit alors que le cours risque d’être long. Parce qu’elle ne comprend pas la moitié de son discours – ironique, quand on sait que c’est généralement l’effet qu’elle fait aux autres – mais également parce qu’il a l’air de lui manquer plusieurs cases. Au pire, on peut toujours mettre cela sur le dos de l’adolescence. Il se cherche encore… Et parti comme c’est, le chemin pour se trouver risque d’être sinueux.

« Moi j’écoute du metal, du rock… Rien à voir avec tes chants d’enfant de chœur ni ce truc de country. On n’est pas au Texas pourtant. », qu’elle râle avant de balayer l’air de la main et hausser les épaules. « Ouais, s’tu veux on fait ça. »

En réalité, elle s’en fiche un peu. Maintenant qu’elle a découvert le thème, elle a encore moins envie de mettre la main à la pâte. Alors soit, elle accepte la présence de ce gosse, qui tient à faire plus ample connaissance. Pourquoi est-ce que tout le monde ici s’évertue à vouloir faire ami-ami avec les autres ? Ruth a des capacités sociales limitées, c’est trop lui en demander.

« On peut dire que ça nous fait une belle jambe PTDR. »

A cause de leurs handicaps respectifs. Ruth fixe un instant la petite Laporeille. Pendant quelques secondes, l’envie de demander ce qui lui est arrivé la démange. Une autre question la turlupine – moins pertinente. Est-ce que la patte va repousser en évoluant ? Ou est-ce qu’il faudra changer la prothèse ? A moins qu’elle ne fusionne avec… Ruth reporte ensuite son regard sur le petit présent dans la salle et réfléchit. Qu’est-ce qu’il y a à savoir sur elle ? Hm… Il fallait trouver de quoi impressionner ce nain. Comme ça, il oserait encore moins faire le malin.

« Je sais où et comment frapper, si jamais tu me tapes sur les nerfs. Et s’il faut, j’ai pas peur de m’en prendre à ton p’tit Croque-Carottes. J’me suis battue avec une horde de Akwakwak, plus rien ne m’arrête. »

Elle déforme légèrement la vérité – notamment en occultant le fait qu’elle n’était pas seule – mais il n’est pas obligé de le savoir. Comprenant qu’elle a alors affaire à un individu du type intello assidu, Ruth a une nouvelle idée. Cela a beau être un travail de groupe, il y en a toujours un qui n’en branle pas une. Et Ruth a décidé d’être cette personne. Après des années – plus jeune, bien évidemment – à être à la place de Georges, elle revendique désormais cette place du parasite du groupe. Elle tire alors une des chaises près de la table, non loin de la feuille, et se laisse tomber dessus, à la manière d’un cachalot épuisé.

« Bon, l’albinos, écoute les musiques et réfléchis à une danse, okay ? Moi, pendant ce temps… »

Elle regarde les environs. Il fallait qu’elle trouve quoi avoir l’air de faire pendant qu’il se creuserait les méninges. Elle attrape alors la feuille et le crayon, clique frénétiquement sur le dessus du critérium, cassant une première mine, gardant la deuxième et commence à le mâchouiller. Elle croise alors ses jambes, et balance celle en l’air, son genou cognant parfois contre la table. Insupportable.

« Moi, pendant ce temps, je note les remarques et ce qu’il faudrait retoucher ou apporter à ta chorégraphie. Allez, hop, hop, hop, on s’y met, tu nous fais perdre du temps à raconter ta petite vie de prépubère. En piste, Maestro. », qu’elle lui fait alors signe.
Georges A. Nevinost
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t8955-605-georges-a-nevinost-deus-vult-termine-noctali
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t8967-georges-a-nevinost-noctali
Icon : Et on change de partenaire... - Feat Georges A. Nevinost [Cours 14 – Coordinateur] Dd13250f048faad37a680b4c3cf47325
Taille de l'équipe : 2
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 14 ans
Niveau : 14
Jetons : 372
Points d'Expériences : 225
Et on change de partenaire... - Feat Georges A. Nevinost [Cours 14 – Coordinateur] Dd13250f048faad37a680b4c3cf47325
2
Sinnoh
14 ans
14
372
225
pokemon
Et on change de partenaire... - Feat Georges A. Nevinost [Cours 14 – Coordinateur] Dd13250f048faad37a680b4c3cf47325
2
Sinnoh
14 ans
14
372
225
Georges A. Nevinost
est un Pokeathlète Médecin


Cours spé Coordinateur
Et on change de partenaire

Ruth Stonen



Quel bien étrange personnage. Tout vous sépare, la couleur des cheveux, les artifices sur son visage face à ta simplicité, ses vêtements punk grunge face à la pureté de ta dévotion, son regard mauvais et ses paroles perfides face à ta douceur et candeur. Tu as du mal à concevoir que des personnes à peine plus âgées que toi soient tombées dans une vie débauchée. Leur avenir, n’a-t-il aucun sens pour eux ? La sagesse et la réussite se trouvent dans une vie simple et pieuse. Le rapport de force instauré entre le vouvoiement et le tutoiement ne te dérange pas, car tu connais toutes les subtilités de ton avec cette marque du pluriel. Tes parents t’ont démontré qu’il pouvait aussi bien rassurer qu’intimider

Puisque l’élève s’entête à parler du divin, tu t’autorises, un soupire, il n’est pas méprisant, il est désolé, c’est bien cocasse pour toi de te retrouver avec une personne aussi vicieuse que Ruth Stonen. Les élèves du dortoir Givrali qui fréquentent la spécialité Médecin rapportent souvent ses coups d’éclats, il se murmure qu’elle se bat régulièrement avec une autre élève. Qu’à cela ne tienne, si elle trouve du réconfort dans la médiocrité de son âme pervertie dans la violence, c’est une question de temps avant qu’elle ne s’autodétruise et comprenne qu’elle doit se purifier, cela viendra avec la naissance d’un sentiment plus noble, pur, sincère : l’amour.

-Ne parlez pas tant de cette créature, erreur vicelarde qui s’amuse de vos tourments. Luttez au lieu de vous y enfoncer.

Peu après vous constatez l’impasse de vos goûts musicaux face au thème imposer, en effet cela ne pourra pas trop être compatible. Peut-être que les morceaux à votre disposition sauront vous aiguiller vers une œuvre originale. À n’en nul point douter, vous ne trouverez rien qui concerne rock et country. À propos de tes handicapes et celui de ton pokémon, la réplique ne fait pas effet.

-Si cela vous chante.

Lorsque tu entends ses petites anecdotes, à propos de son combat contre les Akwakwak, tu es surpris de l’imaginer fournir un effort dans l’un des enseignements dispensés, tu en déduit qu’elle a dû tirer un bloc de terre visiblement. Décidément, elle semble capable de se battre, mais Pravda n’apprécie guère la réplique et Hrabrost encore moins, l’imposant Roucoups, faisant la taille et le poids d’un Roucarnage s’élève dans les airs pour venir dominer par sa stature l’élève féminin avant de lui souffler un air qui l’ébouriffera.

-Je vous encourage plutôt à vous disputer avec mon Roucoups si vous n’avez peur de rien. Je serai assez surpris de voir comment vous réagiriez face à la pureté de l’emblème du courage. Peut-être y trouveriez-vous un adversaire à votre convenance.

Le grand volatile se pose un peu en hauteur, au niveau d’une barre quelconque et piaille en direction de Ruth. Il monte très facilement au credo lorsqu’on insulte la jeune Laporeille qui est, rappelons le, son seul partenaire dans l’équipe. Il est temps pour vous de commencer à travailler sur le sujet et à nouveau l’élève se permet des remarques déplacées sur ton intégrité physique.

-Loin d’être albinos, je suis achromate. Le « A » désignant sémantiquement l’absence, et donc l’absence de couleur. Je vous sais perdu dans une détresse psychologique effarante, mais Ruth vous devez prendre conscience que dévaloriser les autres pour gonfler votre confiance personnelle inexistante n’est pas une solution. Vous devez tendre la main vers autrui plutôt que de vous efforcer à être vilaine.

La répartition des tâches semble enfin se faire, son initiative rattrape un peu son comportement déplacé, preuve de sa bonne volonté pour travailler. Cette salle ressemble à une partie d’among us. « Il y a un imposteur parmi vous ». Georges définitivement Crewmate est condamné au PVE des tâches et des balades dans les couloirs. Tu lances donc le premier morceau de country en même temps que tu cherches sur ton iPok les caractéristiques de la danse country. Visiblement, il s’agit de rythmes binaire, une danse de groupe sans partenaires réels qui favorise donc la travail de groupe et de masse. D’où le fait de favoriser le binaire, car il est plus simple de s’y repérer en se basant sur l’écoulement réelle du temps. Hum… C’est un mouvement qui utilise peu les bras, concentrés sur des longues traverses et de jeux de jambes. C’est pas non plus un classico Barca-Madrid, mais bon, ils savent se débrouiller. Les morceaux sont assez courts, deux minutes, mais pas fracassants, tu ne t’y retrouves pas.

-J’admets témoigner peu de passion à ces musiques, l’histoire que j’y découvre est intéressante, mais elle ne me motive pas plus.

Puis vient ce morceau, étrange, tu ne vois pas sur la liste, est-ce une erreur, tu lèves le CD pour le montrer à Ruth.

-Ce CD n’est point indiqué peut-être faudrait-il le rendre ?

Visiblement, ta collègue intriguée aspire à l’écouter, tu le passes donc dans la chaîne hi-fi. Il y a une étrange guitare et des interpellations, mais cela cache quelque chose. Toute explose lorsque les basses viennent frapper au refrain avec un les voix gospels, pour toi, c’est une étrange révélation, ce morceau te parle, il te touche, il a un rythme binaire avec du contre-temps, parfait pour accompagner les gestes rapides de jambes country sur les basculements supposés de poids. Le pont plus calme offre une période parfaite pour les longues traverses du genre et peut-être que les grosses basses peuvent permettre de fixer la danse ? Il n’y a rien à dire, ce morceau te convient parfaitement.

-Ce sera celui-ci !

Ces basses que tu connais peu ne sont pas liées à la country, mais autre chose. Tu sais que la musique électronique l’emploi, mais ici cela se rapproche des musiques que les garçons écoutent dans ton dortoir, du rap, de la drill, du hip-hop.

-Connaissez-vous du rap, ou de la drill ? Quoi qu’il en soit, il règle le problème des morceaux trop doux et sans panache, une femme comme vous Ruth semble avoir besoin d’un certain mouvement général dans sa musique et la douceur de la country ne peut vous convenir. Je suis sensible à ces vocalises et j’apprécierai que nous puissions travailler dessus. Sachez que la coutry se caractérise par un fort emploi des jambes, des mouvements et de la bascule des poids. Au contraire, si j’en crois les danses exotiques de mes camarades de dortoir à propos de cette musique, la drill repose sur des mouvements statiques où l’on joue beaucoup avec les bras des petits mouvements répétitifs. Point commun à la country puisqu’il y a peu de mouvements différents. En unissant les deux avec les périodes tranquilles et explosives du morceau, nous pourrions convenir à quelque chose de judicieux pour notre note. Vous avez inscrit synthétiquement ce que j’évoque ?

Morceau de country choisi :



© BBDragon
Ruth Stonen
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t9064-612-ruth-stonen-givrali
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t9149-ruth-stonen-givrali
Icon : « Know the rules well, so you can break them effectively » - Dalai Lama
Taille de l'équipe : 3
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 16 ans
Niveau : 16
Jetons : 2705
Points d'Expériences : 250
« Know the rules well, so you can break them effectively » - Dalai Lama
3
Sinnoh
16 ans
16
2705
250
pokemon
« Know the rules well, so you can break them effectively » - Dalai Lama
3
Sinnoh
16 ans
16
2705
250
Ruth Stonen
est un Coordinateur Performer
Ruth

« Roucoups ? Pur ? Je savais que les religieux aimaient la vie simple mais Roucoups, s-t-p quoi. Il me fait pas peur, ton piaf, et ça fait un bail que j’ai pas mangé de poulet. »

Il est difficile d’impressionner, voire d’intimider Ruth. Ce n’est pas en la menaçant à l’aide d’un volatile qu’elle se fera plus obéissante. Surtout qu’elle n’est pas convaincue par les qualités qu’il attribue à un tel Pokémon. Pourquoi pas un Poichigeon ou un Etourmi, ils lui correspondraient tout aussi bien. C’est donc d’une manière royale, princière, que Ruth ignore ce Roucoups, qui tente de la narguer. Non, elle ne rentrera pas dans son jeu, elle vaut mieux que ça.

« Et le « A » de « Abruti », il désigne sémantiquement l’absence de ton intelligence ? Continue de me parler comme si j’étais une demeurée ou la pire des personnes que cette terre puisse porter et je vais t’apprendre le sens du mot « brute ». Le vrai vilain, c’est toi, à me faire des leçons de morale. »

On ne la connaissait pourtant pas susceptible. En réalité, elle se moque éperdument de la manière dont ce bonhomme la perçoit. Son avis ne compte pas plus que les autres mais s’il continue avec ses remarques désobligeantes, cela risque de taper sur les nerfs de Ruth. Surtout qu’elle va devoir passer un certain nombre d’heures en sa compagnie, dans une pièce close. Tout peut arriver. Et il serait son seul défouloir. Pour quelqu’un qui ne cherche pas à réveiller le démon qui peut habiter en elle, il est sur une pente glissante. Ruth préfère pourtant changer de sujet, et revenir sur l’objectif principal : la chorégraphie et le choix de musique. Loin d’elle l’idée de travailler avec engouement. Son but est désormais de sortir au plus vite de ce guet-apens. Alors qu’il lance la musique, Ruth se contente de dessiner des petites fleurs sur sa feuille. Mais au fur et à mesure des mélodies qui passent, son âme de musicienne reprend le dessus, et la voilà qui balance la tête, la jambe et cogne ses ongles contre la table, au rythme des différentes pistes proposées.

« C’est douloureux à admettre, mais je suis pas motivée non plus. »

Difficile pour Ruth d’avouer qu’elle puisse avoir le même avis sur une chose que quelqu’un d’autre. Pourquoi avait-il fallu qu’ils tombent sur un thème aussi pourrave ? Alors qu’il lui parle du nouveau CD, l’intrus, Ruth hausse un sourcil. Pourquoi essaye-t-il de capter autant son attention ? A-t-il besoin de la reconnaissance de quelqu’un de plus âgé que lui ? Si oui, qu’est-ce que ça peut être blasant.

« Hm… Non. S’ils l’ont mis, et qu’il est hors-sujet, alors ça sera de leur faute. Fais écouter, d’abord. Parfois, les genres se cachent là où on ne pense pas les trouver. »

Elle lui fait alors signe, avec son critérium, de s’activer et de lancer la musique. Se prêtant finalement au jeu, et bercée par les différentes mélodies, Ruth ferme les yeux et apprécie ce dernier morceau, se retrouvant même à en fredonner l’air. Clairement, il n’a rien à voir avec les autres. Franchement, si on lui avait dit que la country pouvait ressembler à ça, elle n’y aurait sûrement pas cru. C’était différent de ce à quoi elle pensait. Cela ne respirait pas le Texas et c’était moderne à la fois. Alors que la musique s’arrête et que son partenaire s’exclame, Ruth rouvre les yeux, calant son menton dans sa paume de main.

« Ouais, va pour celui-là. Au fond, j’m’en fous. »

Faux, mais ce serait trop lui demander que d’accepter clairement qu’elle puisse avoir un goût en commun avec cet énergumène. Un avis, c’était déjà relativement suffisant – qu’il s’en contente donc. Ruth est surprise alors qu’il se met à parler de rap. Elle doit bien l’admettre, ce n’est pas lui qu’elle s’attendait à voir développer une analyse d’un tel style. Est-ce que ça veut dire que le Pape écoute du JUL ? Ruth se pose la question, écoutant d’une oreille distraite le nouveau monologue de son jeune chorégraphe. A moins qu’il ne préfère Lorenzo ? Elle ne saurait dire, elle aurait pensé que les religieux seraient offusqués par ce style de musique.

« J’ai pas écouté. », qu’elle lâche platement. « Tu parles trop, c’est épuisant. », qu’elle bâille, sans mettre la main devant la bouche.

Elle n’a donc rien noté non plus, par extension. La feuille est remplie de petites fleurs, de grossières marguerites qui semblent être le fruit de ce qui pousse dans l’esprit de Ruth.

« Mais ça avait l’air de t’intéresser, en tout cas. »

Elle se relève alors et s’étire longuement, tel un chat. Enfin, elle compte bien donner de sa personne. Elle reste là quelques secondes, les bras ballants, au milieu de la pièce. Elle semble réfléchir. Quelques mots de l’analyse précédente ont tout de même été attrapés au vol.

« Donc, en gros, faut qu’on fasse jouer nos bras et nos jambes ? Tu comptes nous faire faire la Rasputin ou quoi ? Je sais pas ce que les profs attendent de nous, avec un morceau aussi court. Bon, je vais faire un effort, mais c’est vraaaaaaaaiment parce que tu sais pas t’y prendre. Vas-y, remets-le. Et observe la pro du Just Dance. »

Elle lui fait alors signe de relancer la musique, et attend qu’elle soit lancée pour commencer quelques mouvements. Des jeux de jambes doux, lents – qui font penser à une démarche d’homme du far-west, ou de danseuse de french cancan de ces vieux cabarets, la tête en rythme, alternant avec des mouvements de bras, comme un lasso qu’on cherche à lancer – petit clin d’œil au Texas et ses célèbres cow-boys. Ruth cliquette pendant tout le long de sa prestation, à cause de ses nombreux bijoux.

« T’en penses quoi, pour un début ?  Faudrait rajouter des mouvements plus actuels. »
pokemon
Contenu sponsorisé
est un
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum