Au milieu de l'enfer, une étincelle d'humanité. [with Janet]
Yuki Yutaka
Yuki Yutaka
Région d'origine : Kalos
Âge : 16
Niveau : 39
Jetons : 1400
Points d'Expériences : 925
Todresseur Spé. Type
Sujet: Au milieu de l'enfer, une étincelle d'humanité. [with Janet]   Lun 7 Avr - 23:52
Au milieu de l'enfer, une étincelle d'humanité.



« Une pincée d'humanité peut parfois être le meilleur des remontants... »


"HIKARI ! ASOBU !"

Me redressant promptement, je m'étais retrouvé assis sur ce lit aux draps à la blancheur immaculée. Un violente douleur venait de s'emparer de mon crâne, me contraignant à venir placer ma paume droite contre l’œil du même côté et une partie de mon front. J'eus la terrible impression qu'il allait sortir de son orbite, explosant suite à une pression trop importante de je ne savais trop quoi.  Il me fallut faire preuve de patience pour que la douleur ne s'estompe, me laissant par la suite, quelques instants pour rassembler mes esprits. Tournant la tête sur la gauche et laissant ma main vagabonder, je finis par les toucher, les voir et les saisir. Elles étaient là, les deux précieuses sphères contenant mes deux précieux amis. Je les sentais à la chaleur des pokéballs. Un soupir, un sourire, je me rallongeais, les posant sur l'oreiller juste à côté de moi.

Fixant le plafond, je me remémorais les événements. A en juger par la luminosité provenant de la fenêtre, nous n'étions à peine qu'au petit matin.  Les cours n'avaient pas encore commencés et ne commenceraient pas avant quelques heures. J'avais fait un cauchemar, d'où le fait que je sois réveillé en sursaut. J'avais ensuite, avec joie, constaté la présence de mes deux amis. Dans mon mauvais rêve, après m'être sauvagement fait agressé par un groupe de jeunes, je n'avais que pu, avec impuissance, assister à l'enlèvement de mes deux seuls amis en ce lieu : Hikari et Asobu.
Je serrais les points, pliant par la même, les draps, les froissant. Les dents serrées, je fulminais, me maudissais. Si seulement j'avais pris plus de temps de réflexion... J'avais accordé trop de crédit à ce poissonnier, me montrant trop confiant. J'avais été naïf et avais agi en solitaire sans appeler le groupe. Les choses auraient pu tourner bien plus mal que cela. J'aurais pu perdre mes précieux Pokémon ou mourir. Je ne voulais pas, je ne voulais plus, perdre qui que ce soit. J'avais déjà perdu suffisamment d'êtres chers ces derniers temps. J'en perdrai tôt ou tard, j'en avais conscience, mais je venais de me faire une promesse intérieure. Je ne perdrai plus personne sans me battre de toute mes forces. Je m'estimais assez chanceux d'avoir pu finir la mission sans trop de casse et de ne finir qu'à l'infirme...

" Shimatta ! "

J'avais une nouvelle fois parlé fort en me redressant. Examinant les lieux à vive allure. Je ne reconnaissais pas le décor habituel de la fenêtre de ma chambre, que je pouvais voir au travers de celle-ci. Ces draps n'étaient pas miens, le lit non plus, ni tout ce qui se trouvait partout alentours. Un rideau blanc faisait séparation et derrière moi, ainsi que sur le plafond, nulles photos ou posters d'Adriane. Il n'y avait pas non plus de trace de mon bureau sur lequel trônaient les photos de ma famille, encadrées précieusement. Regardant un point entre mes jambes, le temps semblait se figer, tandis que mon cœur battait de plus en plus vite, de plus en plus fort, pour que bientôt, je n'entende plus que lui. Prenant mon courage à deux mains, ainsi que les draps, soit dit au passage, je soulevais brusquement ce long morceau de tissu.
Quel soulagement ! Ce fou de Pokémon n'était pas là. Me recouvrant nerveusement, je me rallongeais, saisi de sueurs froides. Le film des événements que j'avais passés depuis mon réveil à l'infirmerie se jouait en moi. Mine, ce Noacier plus que flippant et Needle, cette chose qui au premier abord, ressemblait à une belle et douce jeune femme, mais qui n'en était définitivement pas une et qu'on avait eu le sacrilège d'appeler infirmière, m'avaient soigné, peut être, mais m'avaient surtout fait vivre un véritable enfer, ça c'était plus que sûr. C'était de la torture. Piqûres, chaines et ceintures, ce n'était pas humain ! Je m'étais fait piquer pour la vie là. Je constatais alors et avec horreur qu'une de mes jambes était toujours attachée aux barreaux du lit.

" Vieille sorcière, tu ne me laisseras donc pas partir de si tôt hein ? "

J'avais alors libéré mes deux amis, les laissant prendre place sur mon cœur, tandis que je m'étais rallongé sur le dos, les bras croisés sous ma tête. Ils étaient anxieux pour moi et Hikari en avait même perdu le goût de me punir pour l'avoir enfermée dans sa ball. De toute manière, ce n'était pas moi et je me demandais qui avait bien pu faire ça. Toutefois, je les rassurais, leur signifiant que ce n'était pas de leur faute s'ils n'avaient pu me protéger, mais de la mienne pour avoir été trop négligeant, lorsque j'entendis des bruits de pas qui s'approchaient inexorablement de nous.

*La psychopathe et son tout aussi fol acolyte ?* m'étais-je alors intérieurement demandé alors que les yeux rivés sur le rideau, le cœur battant sur un rythme de guerre, j'attendais la mort. Avait-elle entendu mes paroles ?

_________________
Au milieu de l'enfer, une étincelle d'humanité. [with Janet] Sans_t17
Janet L. Collins
Janet L. Collins
Région d'origine : Hoenn
Âge : 18
Niveau : 33
Jetons : 1997
Points d'Expériences : 794
Scientifique Archéologue
Sujet: Re: Au milieu de l'enfer, une étincelle d'humanité. [with Janet]   Sam 12 Avr - 7:16




Hello there !


Janet marchait le long des couloirs qui menaient à l'infirmerie. En raison des différentes sorties relatives aux spécialités et aux missions lancées ce mois-ci, la matinée avait été banalisée. Elle en avait profité pour décider de rendre visite à Yuki, à l'infirmerie depuis leur retour de mission. Comment allait-il ? Pas trop mal elle l'espérait... Surtout après être passé entre les mains de cette folle d'infirmière !
Ginger était tout autant de bonne humeur qu'elle et s'était mise à caracoler dans les couloirs pour arriver le plus vite possible.

Personne ne se trouvait dans la salle lorsqu'elle entra et les quelques étudiants qui étaient ici dormaient encore. Aucun des crétins qu'ils avaient croisés en mission ne se trouvait là... Ils ne devaient sans doute pas appartenir à l'établissement. Ou alors ils étaient enfermés dans une salle sombre des sous sols... Qui sait ? Heureusement pour elle, tous les rideaux étaient ouverts, elle n'aurait pas besoin de trop chercher pour trouver son camarade de classe. Aucun bruit, mis à part les gémissements de quelqu'un, étouffés par la porte des toilettes qui camouflait le spectacle. Le pauvre devait souffrir de constipation... quelle horreur !
Un peu plus loin, elle trouva un box fermé. Il devait être là dedans... Timidement, elle ouvrit les rideaux.

- Bonjour ?

Oui, c'était bien Yuki qui était allongé là. Il semblait encore un peu hébété mais plutôt bien portant pour le coup qu'il avait reçu. Ses pokémons aussi avaient l'air d'être en forme, c'était une bonne nouvelle ! Ginger sauta sur le lit pour aller les saluer en prenant garde de ne pas écraser le corps du convalescent. Janet, quant à elle, s'avança vers la chaise la plus proche.

- Je me demandais comment tu allais alors je me suis permise de te rendre visite... Je peux m'asseoir là ? Tu es sûr que je ne te dérange pas ?

Hésitante, attendant sa réponse, elle se souvint qu'elle avait amené quelque chose. Elle se mit alors à fouiller dans son sac pour en sortir un petit balottin de sucreries décoré d'un emballage discret et brillant qui rappelait l'éclat du quartz, acheté au centre commercial.

- Tiens, j'espère que tu aimes les chocolats aux quetsches ? La nourriture qu'on a ici n'est vraiment pas top alors je pensant que ça te ferais plaisir d'avoir des trucs à grignoter entre deux piqûres.

Elle grimaça rien qu'en y pensant et finit par s'asseoir en adressant un lumineux sourire au jeune garçon. Les professeurs étaient arrivés en catastrophe avec l'infirmière pour les récupérer et elle avait depuis perdu le jeune homme de vue, prise à part par Mme Jauplin pour lui rendre compte de tout ce qu'ils avaient appris pendant la mission.

- Tu nous as vraiment fait peur sur ce coup là ! Je pensais que tu ne te réveillerais plus avant une bonne semaine.

Machinalement, elle caressa la fourrure de son Evoli avant de tenter de regarder à nouveau le jeune homme sans bafouiller. Il fallait dire qu'il l'impressionnait avec son visage, ses cheveux, sa prestance et puis son intelligence. Sans lui ils n'auraient jamais pu terminer la mission à temps !

- Je voulais te remercier encore. Tu nous as vraiment tous tirés d'un mauvais pas en faisant fuir ces imbéciles. C'était vraiment bien vu en tout cas !


_________________

FORCE BLEUE

dusty scarecrow.


Moodboard (signé Maxou <3):
 
Yuki Yutaka
Yuki Yutaka
Région d'origine : Kalos
Âge : 16
Niveau : 39
Jetons : 1400
Points d'Expériences : 925
Todresseur Spé. Type
Sujet: Re: Au milieu de l'enfer, une étincelle d'humanité. [with Janet]   Lun 14 Avr - 16:00
Doucement, tout doucement, timidement, un peu trop timidement même, le rideau s'ouvrait. Le suspens était tellement insoutenable que ça en devenait plus qu'irritable. Mon cœur battait plus que raison et menaçait de s'arrêter à tout moment. Tout mon monde était limité à ce fichu rideau qui se jouait de moi, prenant tout son temps afin de ne me dévoiler qu'au dernier instant la personne derrière lui. Needle ? C'était bien son genre. Une nouvelle expérience basée sur la torture psychologique ? Plausible, trop même, c'était là le problème.

Fin du suspens, soupir de soulagement, le démon s'était transformé en ange, entouré d'un halo lumineux éclatant de bienfaisance et de douceur, main salvatrice m'extirpant de ce purgatoire sur Terre. Posant un regard sur elle qui se voulait neutre, je ne pouvais pas contenir mon soulagement.  Un sourire indescriptible s'était ancré à ma bouche, tenant bon contre vents et marrées. Incapable de dire mot sur le moment, je n'avais eu d'autre choix que de lui répondre d'un simple signe de tête alors que Ginger avait grimpé sur le lit et se faisait saluer comme il se devait par mes deux petits compagnons. A mon tour, je lui souhaitais la bienvenue la caressant allègrement, la prenant dans mes bras pour la frotter contre ma joue.

" Bonjour jolie petite Ginger. Aussi belle que courageuse, tu as été formidable hier. "

Je la relâchais alors me tournant vers ma visiteuse inopinée, sa maîtresse. J'étais plus serein, le stress et la peur passés.

"Me déranger ? Ai-je l'air de quelqu'un d'occupé au point de ne pas pouvoir prendre la peine de te recevoir petite femme aux cheveux marins ? Prend place, je t'en prie et je vais très bien, je te remercie de t'en soucier. "

Souriant légèrement, je l'observais, comme à mon habitude. Elle sortit alors une boite de chocolats, les présentant comme étant aux...  quetsches ? Qu'était-ce donc ? Voilà un mot que je ne connaissais pas. Asobu, fidèle à lui même, avait déjà des poches d'estomac en lieu et place de ses globes oculaires. Ne voyant plus que le paquet, il paraissait hypnotisé. J'éclatais alors de rire.

" Je ne connais pas du tout, mais comme tu me les offres et que ce ventre sur pattes semble déjà avoir tranché, je les mangerai avec le plaisir qui leur est dû.  Je suis vraiment désolé de vous avoir fait peur, j'ai été quelque peu imprudent..."

Je baissais les yeux, tournant de ce fait, ma tête. Je me maudissais d'avoir été si crédule. Caressant machinalement mes Pokémon, je me repassais la scène qui s'était jouée la veille. De notre rencontre tous les trois, au grand final dans la ruelle, tout se rejouait devant mes yeux. Ses propos m’interpellèrent, m'interloquèrent.

" Me remercier ? Je n'ai rien fait qui ne mérite remerciement, je n'ai fait que ce que j'ai pensé être le plus judicieux... Mais arrêtons ça là. C'est plutôt à moi de vous remercier pour tout. Merci d'avoir pris soin de moi, merci à toi d'être venue me voir, merci de t'inquiéter pour moi et merci pour tes chocolats. C'est la première fois que ça m'arrive alors je ne sais pas trop comment agir convenablement. Une dernière fois, Merci ! "

J'inclinais la tête avec déférence avant de plonger mon regard dans le sien.

" Mais Samaël et toi, vous n'avez rien ? Et le petit Ephram ? Que s'est-il passé ensuite ? "

J'avais tant de questions qui me brûlaient les lèvres et me taraudaient.

_________________
Au milieu de l'enfer, une étincelle d'humanité. [with Janet] Sans_t17
Janet L. Collins
Janet L. Collins
Région d'origine : Hoenn
Âge : 18
Niveau : 33
Jetons : 1997
Points d'Expériences : 794
Scientifique Archéologue
Sujet: Re: Au milieu de l'enfer, une étincelle d'humanité. [with Janet]   Jeu 17 Avr - 17:09



Hello there !


Janet sourit, attendrie, devant l'accueil que fit Yuki à son pokémon. Il était tellement affectueux ! C'était la première fois qu'elle voyait un autre qu'elle-même câjoler Ginger de cette façon. Le surnom dont il l'affubla la fit sourire. Il avait vraiment beaucoup d'imagination ! Et c'était plutôt poétique pour elle, surtout qu'elle n'avait jamais apprécié la couleur de ses cheveux...

Il ne semblait pas connaître les chocolats aux quetsches. Elle espérait qu'il apprécierait... C'était assez particulier comme parfum à vrai dire ! Elle fut rassurée devant l'enthousiasme du héricendre. Si jamais Yuki ne les mangeait pas, ils ne finiraient sans doute pas à la poubelle...
Elle se redressa quand il s'excusa. Mais il n'y avait aucune raison pour lui de le faire ! Il s'était comporté comme un vrai héros, comment pouvait-il s'imaginer ne serait-ce qu'une seconde qu'elle allait lui faire le moindre reproche ?

- Yuki, tu n'as rien à te reprocher... Tu as vraiment agi avec courage !

Elle rougit devant tant de remerciements. Janet aimait faire plaisir aux gens sans réellement attendre de reconnaissance en retour mais c'était toujours un plaisir pour elle de voir que ses petites attentions étaient appréciées. Elle avait ainsi l'impression de ne pas faire des efforts inutilement pour distribuer le bonheur autour d'elle.
Rougissante, elle fut un instant destabilisée lorsqu'elle rencontra son regard mais elle se repris très vite.

- Oh mais... Vraiment, il n'y a pas de quoi ! C'est un plaisir.

Les questions fusèrent alors. Elle allait devoir lui faire un compte rendu de ce qui s'était passé après son inconscience... Avec un sourire rassurant, elle prit la parole.

- Non, ne t'en fait pas nous allons bien tous les deux... Quand tu es tombé dans les pommes nous avons tout de suite appelé l'académie pour qu'ils dépêchent une ambulance sur place et viennent te récupérer. Ils sont arrivés assez vite et t'ont chargés dans l'ambulance avec Ephram, Samaël et moi. On est revenus ici et pendant que le médecin te prenait en charge, l'infirmière nous as examinés tous les trois. Ça a été vite fait pour Sam et moi et elle a mis un peu plus de temps pour le petit à cause de ses écorchures mais il a eu plus de peur que de mal finalement. Ses parents sont venus le chercher ici, je ne te raconte même pas à quel point ils étaient inquiets. Mais il leur a soutenu mordicus qu'il se portait comme un charme. Tu aurais dû le voir, il souriait de toutes ses dents et mimait son aventure avec plein de gestes et de cris... En tout cas, je crois que l'académie a gagné un dresseur potentiel !

Elle lâcha un petit rire et caressa à nouveau la tête de sa compagne de route.

- Et l'infirmière, elle ne t'a pas trop usé ? Moi elle me fait vraiment peur, à chaque fois que je viens ici je redoute ce qu'elle va me faire... En plus elle est abonnée aux piqures, le traitement le moins agréable sur terre je pense !

Nerveuse, elle jeta un regard en dehors pour vérifier qu'on ne l'avait pas entendue. Elle ne tenait pas à subir des représailles lors de sa prochaine visite ici !

- J'espère que tu ne resteras pas très longtemps ici, c'est tellement usant comme endroit ! Bref, du coup je me rend compte qu'hier on a pas eu réellement le temps de faire connaissance. Parle moi un peu de toi, qu'est-ce que tu aimes faire dans la vie ?


_________________

FORCE BLEUE

dusty scarecrow.


Moodboard (signé Maxou <3):
 
Yuki Yutaka
Yuki Yutaka
Région d'origine : Kalos
Âge : 16
Niveau : 39
Jetons : 1400
Points d'Expériences : 925
Todresseur Spé. Type
Sujet: Re: Au milieu de l'enfer, une étincelle d'humanité. [with Janet]   Ven 18 Avr - 15:25
J'écoutais la douce voix de Janet, transformer les sons en mots et les mots en phrases pour finalement créer une histoire à laquelle j'adhérais pleinement. C'était là la réponse à mes questionnements et une occasion idéale d'en apprendre plus. J'étais donc complètement attentif à chacun des mots qu'elle prononçait.
Samaël et elle allaient bien, je poussais un soupir de soulagement. Ce geste souleva des questions en moi. Depuis quand m'inquiétais-je réellement pour des humains autres que ceux que j'appréciais vraiment ? En fait, ça avait toujours été le cas, mais je ne le montrais jamais, laissant les gens se heurter à ma carapace plus solide que l'armure d'un Galeking. Je ne dévoilai que ma nature docile et attentionnée envers les Pokémon. Pourquoi avais-je donc ce sentiment de soulagement si profondément ancré en moi ? Étais-je en train de changer ? Cette mission en était-elle la cause ? Était-ce lié à la récente arrivée d'Asobu dans mon équipe avec sa gaieté et son sociabilisme si communicatifs ? Une multitudes de questionnements auxquels je ne pensais pas être en mesure de répondre sur le coup et de toute manière, je n'avais pas ce loisir. L'adolescente prenait la peine de me répondre, je me devais d'être poli et de lui réserver toute mon attention. Ce que je fis.
J'avais alors écouté son monologue, ne le la lâchant pas un seul instant du regard, la sondant infatigablement. C'était bien là une de mes habitudes, elle ne me quitterait jamais, soyez-en sûrs. La petite demoiselle à la chevelure lavande, avait ri en caressant la tête de Ginger. Un joli petit rire franc et innocent. Plaisant. Je notais tous les détails qui se rapportaient à son attitude envers sa petite Evoli, ainsi que toutes les réactions de cette dernière. Si les êtres humains pouvaient mentir,  ces choses là parlaient d'elles-même. Par ce fait, je pouvais amplement me faire une idée précise du genre de personne à qui j'avais à faire et Janet semblait avoir un très bon fond. En tout cas, Ginger le criait bien fort, aussi silencieuse qu'elle était, hurlant son amour à sa maîtresse. Les voir ainsi me fit alors sourire.


- Et l'infirmière, elle ne t'a pas trop usé ? Moi elle me fait vraiment peur, à chaque fois que je viens ici je redoute ce qu'elle va me faire... En plus elle est abonnée aux piqures, le traitement le moins agréable sur terre je pense !

Janet avait alors vérifié que la mégère ne l'avait pas entendue et j'en faisait de même en tirant le rideau pour m'assurer qu'elle n'était toujours pas dans les parages. Les paroles de Janet m'avaient rappelé de mauvais et douloureux souvenirs que je souhaitais oublier à défaut n'avoir jamais vécu aucun d'entre eux. La Givrali avait reprit la parole et il me fallut un petit moment pour retrouver mes esprits alors que je caressais machinalement mes deux pokémon.

" C'est un enfer ! Elle me fait plus que peur, je me suis découvert une phobie ! Je hais cet endroit et crois moi, si je le pouvais, je serai déjà parti depuis longtemps ! " Appuyant mes propos par le geste, je soulevais le drap pour lui montrer ma jambe enchaînée aux barreaux du lit, comme certains attachaient leur caninos à leur niche. Le peu de drap qu'il restait sur mon autre jambe et une partie de moi, laissait entrevoir que je n'avais sur moi qu'un simple boxer. Sans même prêter attention à cela, j'avais poursuivi mon discours. " Mais bon... Au point où j'en suis, j'ai d'autre alternative que celle d'attendre. " Je poussais un profond soupir en me grattant la tête avant d'adresser un sourire accompagné d'un clin d’œil complice à ma visiteuse. " Je suis tout à fait d'accord avec toi, il est vrai que nous n'avaons pas eu le temps de faire plus ample connaissance et pour être franc, depuis mon arrivée ici, je n'ai pas fait beaucoup d'efforts pour m'intégrer aux autres. J'ai passé le plus clair de mon temps seul en compagnie d'Hikari et récemment, Asobu nous a rejoint. Cette mission, c'était ma première réelle contrainte sociale à P.C. et Samaël et toi avez dont été mes vraies premières interactions sociales en dehors de celles dictées par les cours. En fait... En y regardant mieux, je pourrais même dire que tu ES la première. " Mon regard se perdit un instant dans le vide. " Pardon, je parle, je parle... Dis moi plutôt ce dont tu aimerais qu'on parle et je serai ton hôte. Savoir ce que j'aime, c'est trop vaste, pose-moi plutôt des questions franches comme le feraient des amis et pas des gens qui apprennent à se découvrir. "

Je repliais alors ma jambe opposée à elle, y posant le coude du bras du même côté, pour venir poser ma tête contre le poing fermé. Ainsi posté, je plongeais mon regard pénétrant droit dans ses yeux, épiant impunément son âme dans sa plus stricte intimité, un léger petit sourire en coin aux lèvres.

_________________
Au milieu de l'enfer, une étincelle d'humanité. [with Janet] Sans_t17
Janet L. Collins
Janet L. Collins
Région d'origine : Hoenn
Âge : 18
Niveau : 33
Jetons : 1997
Points d'Expériences : 794
Scientifique Archéologue
Sujet: Re: Au milieu de l'enfer, une étincelle d'humanité. [with Janet]   Mar 22 Avr - 21:40



Hello there !


Visiblement, Yuki était tout sauf enchanté de son séjour à l'infirmerie. Janet ne put qu'aller dans son sens, l'infirmière était tout sauf accueillante avec les élèves, ce qui les décourageait grandement de se faire porter pâles en vue de sécher les cours. Elle laissa néanmoins échapper une exclamation de surprise quand il lui montra sa jambe enchainée. C'était bien la première fois qu'elle avait affaire à une chose pareille ! Cette femme n'avait donc aucune limite ?

- J'en reviens pas, elle a tout de même pas osé te faire ça ? Mais c'est pas possible...

Elle n'avait pas relevé la tenue légère de son camarade, après tout il était hospitalisé, on allait pas le laisser en pantalon, Tshirt et veste dans un lit d'hôpital.
Elle sourit et l'écouta attentivement. Ainsi donc elle était un peu comme.... sa première amie dans l'école ? C'était décidément bien flatteur !
Son regard était d'une intensité perturbante et elle avait de la peine à le soutenir sans tiquer ou dévier le sien. Elle se sentait scannée, étudiée dans les plus profonds recoins de son être. Ce n'était pas une sensation gênante mais elle avait peur que le jeune homme découvre par elle ne savait quelle clairvoyance, les profonds secrets qui la hantaient.
Mais il voulait aborder un sujet plus précis que le simple fait de parler de ses goûts, comme on le faisait habituellement. Janet réfléchit un instant. De quoi pouvait-elle bien parler sans risquer de le froisser alors qu'elle ne savait rien de lui ? Finalement, le seul sujet qui lui vint à l'esprit fut justement l'objet de la mission de la veille.

- Dis, à ton avis, qu'est-ce qui pourrait bien pousser des gens à utiliser leurs pokémons pour attaquer un être humain ? Enfin... C'est évident que c'est un acte qui n'a pas lieu d'être. Je ne comprends pas comment on peut tirer le moindre plaisir à faire du mal à quelqu'un d'autre sans avoir été agressé ou quelque chose du genre.

Elle marqua une pose. Apprendre qu'il existait de tels combats l'avait toute retournée au moment où on lui avait donné l'ordre de mission. Elle, si douce et si philanthrope, elle n'aurait jamais pu imaginer que des pratiques aussi basses puissent exister.

- Tu te rends compte, si les attaques qu'avait subi le petit Ephram avaiten été d'un autre type ou bien, d'une autre intensité, qui sait comment il aurait pu finir ?

L'adolescente caressa la tête de Ginger qui sembla approuver en jappant fièrement. Il fallait se battre contre un tel fléau et l'éradiquer jusqu'au bout. Mais pouvait-on effacer complètement le mal qui sommeillait en chaque individu ? Pouvait-on être sûr que personne ne serait tenté de recommencer à nouveau une folie comme celle qui se déroulait sur l'île Lansat en ce moment ?

- D'aucun disent qu'il y a un rapport avec le cirque des Boulons mais ce ne sont que des rumeurs... Je n'ai jamais eu en ma possession des preuves qui pourraient attester d'un quelconque lien. J'espère que les idiots qui se lancent dans de telles pratiques finiront par se faire attraper par le directeur et renvoyer chez eux. Que penseraient leurs parents en apprenant ce qu'ils font ici alors qu'ils sont sensés étudier ici ? Non, vraiment ça me dépasse...

Janet soupira et regarda le plafond, dont la blanche intensité lui fit plisser les yeux.


_________________

FORCE BLEUE

dusty scarecrow.


Moodboard (signé Maxou <3):
 
Yuki Yutaka
Yuki Yutaka
Région d'origine : Kalos
Âge : 16
Niveau : 39
Jetons : 1400
Points d'Expériences : 925
Todresseur Spé. Type
Sujet: Re: Au milieu de l'enfer, une étincelle d'humanité. [with Janet]   Jeu 24 Avr - 14:08
J'étais attentif, très concentré sur ce qu'elle disait. Mon regard sondeur accomplissant toujours sa tâche et ne la lâchant que le temps d'un battement de cils, je continuais ma moisson d'informations à son sujet. Un sujet de choix. La récolte semblait prometteuse, mais il se pouvait toujours aussi bien que je me trompe. J'en doutais. Les premières impressions étaient certes souvent les bonnes, d'après l'adage, mais mon intuition était elle aussi très souvent juste.

Petit sourire. Je lui avais laissé le choix de la conversation, elle l'avait orientée sur les récents événements. Dans un premier temps, Janet m'avait poser une question légère, qui appelait à une réponse bien plus lourde. Je n'en savais rien, ou du moins, j'en avais ma petite idée, mais était-ce une vérité générale ? Même si tous les êtres humains pouvaient être casés dans des cases selon des critères spécifiques, chacun avait son individualité, sa particularité, ce petit quelque chose qui en en faisait la personne qu'il était, une unité. Ce qu'elle avait ajouté ensuite était sensé, j'approuvais, mais peut être un peu simpliste voir naïf. N'y voyez rien de péjoratif, bien au contraire. Je la trouvais attachante. Rien que par ses propos, j'établissais son profil, lui collant des étiquettes que j'additionnerais pour la caser au mieux, dans la case finale qui lui correspondrait le plus. Pour le moment, elle partait bien. Comme je le disais, sa vision me paraissait simpliste, mais non risible. Venant de sa part, c'était tout à fait normal. C'était une réaction candide, celle d'un être qui n'a pas encore affronté la vie en duel singulier, la vision d'une adolescente en quête de réponses mais qui n'a pas encore pu se forger une ses propres armes et défenses. Je ne prétendais pas qu'elle n'avait pas de vécu, non loin de là, je ne la connaissais pas du tout. J'avais juste le sentiment que l'heure pour elle de trouver sa réponse n'était pas encore venue. La vie, elle nous était propre et nous ne vivions pas tous les mêmes choses, en même temps et dans le même ordre, avec la même approche qui plus est. Elle n'était encore qu'une adolescente, elle était encore en devenir, tout comme moi.

La petite demoiselle, après un temps de pause plutôt bref, avait montré son inquiétude pour le petit Ephram, s'imaginant le pire. Cela me fit sourire. Elle était une bonne personne, il n'y avait aucun doute possible, cela allait dans le sens de ce que je me faisais comme image Elle était douce, tout comme Ginger, un être d'apparence gentillette, mignonne et chétive qui n'impressionnait pas spécialement, mais qu'on avait plutôt envie de bichonner et de cajoler. Cela me fit sourire de plus belle. Pourtant, il était indéniable que lorsque les griffes et les crocs et les griffes étaient sorties, on avait de grandes chances de le sentir passer, mais ce n'était vraiment pas une source de crainte primaire auprès d'elles. Gentillesse et altruisme, accueil timide et réconfort, voilà ce qu'on pouvait penser trouver en allant vers elle. La fibre maternelle peut être. En tout cas, elle serait une bonne mère, quoique, cette vérité n'en étais pas vraiment une. A 98%, les femmes étaient programmées pour être de bonnes mères, mais chacune à leur manière. Ce n'était là que mon humble avis personnel, n'y voyez pas non plus une sorte de guide touristique de mes contemporains ou de l'humain. Je n'ai et n'avais pas la prétention de me verser dans ces choses là comme un maître du genre. Après tout, je n'étais qu'un simple adolescent parmi tant d'autres, tentant simplement de tracer sa route comme il le pouvait, se divertissant de qui pouvait l'être...

Ce qu'elle dit ensuite me fit grandement réfléchir. Le Cirque des Boulons, rumeurs, cela collait avec les papiers trouvés dans la ruelle. Après tout, c'était bien le genre de choses qui ne s'était pas vu depuis mon arrivée au début du semestre et qui était apparu en même temps que ce mystérieux cirque. Un autre fragment de mémoire me parvint, celui d'un symbole que je connaissais bien. Pour une raison mystérieuse, j'étais convaincu que c'était eux, qu'ils derrière tout ça. La manière de procéder, c'était comme cette fois là, sur le bateau. Mes poings se crispèrent, serrant nerveusement, avec poigne et hargne, les draps de mon lit du moment. La plaie béante dans mon cœur laissée par le vide du départ forcé de mon ami, mon cher Simiabraz, Kong, mon premier Pokémon, kidnappé quelques temps auparavant, était toujours ouverte et saignait abondamment. Je me mordis la lèvre et je sentis la chaleurs d'un corps se blottir contre mon torse, suivie par une deuxième plus timide. Hikari avait une fois de plus lu dans mon cœur et Asobu, nouveau membre de la famille, l'avait timidement suivie. Elle semblait être son guide. Cela me fit sourire, d'un de ses sourire bienveillant et protecteur, dit paternel. Janet avait soupiré, le regard collé au plafond. Elle n'avait pas vu mon trouble, je soupirais à mon tour.

" Pour te répondre, honnêtement, je ne sais pas ce qui peut pousser les gens à agir ainsi. En fait, il y a tellement de raisons propres à chacun que ça en devient difficile de mettre le doigt sur le bon bouton. Haine de son prochain, vengeance, quête de reconnaissance, de gloire et bien d'autres encore. Tout ceci dépend de tout un chacun. Je peux plus ou moins comprendre les sentiments de certains, pas pour d'autres, mais je ne les cautionnent pas, c'est sûr. On a toujours le choix de blesser ou non autrui et une fois qu'on franchi la barrière, non, la muraille, c'est qu'on l'a voulu car il faut l'escalader pour passer de l'autre côté. Tu ne crois pas ? " Question plus rhétorique qu'autre choses, appuyée d'un sourire songeur. " Rien ne sert de te tracasser sur ce qui aurait pu se passer ou non. Ephram est en un seul morceau, des projets plein la tête, il avancera et deviendra quelqu'un, c'est sûr. Tout ce que tu as à faire, c'est de croire en lui et de tirer, tout comme lui, des leçons de cette mésaventure. C'est ainsi qu'on se construit, crois moi Janet. " Ma main gauche s'était levée vers le plafond, tous doigts ouverts, avant de se refermer sur elle même comme si elle avait attrapé quelque chose qu'elle ne lâcherait plus, à moins que ce n'eut été un signe de défi quelconque. " Cette affaire va vraiment top loin. Même si on ne peut pas éradiquer ce fléau, on peut au moins tenter de l'endiguer de cet établissement et de l'île entière. Une fois sur pied et rétabli, je pense que j'irai mener ma petite enquête, mais avant ça... J'y pense maintenant. Avant de perdre pathétiquement connaissance, j'avais pris des photos. Mon appareil était dans ma sacoche. Il y avait des élèves de l'académie, si tu veux, vu que je ne pense pas pouvoir aller bien loin avec une jambe prisonnière, tu peux le prendre pour montrer les photos au directeur ou au vice-directeur. " Je lui avais alors désigné d'un signe de tête le casier contenant mes affaires. " Ne te gêne pas pour fouiller dedans, je ne pense pas avoir quoi que ce soit à cacher alors vas-y, ça me fera plaisir et si ça peut t'aider à te soulager un peu, ce n'en sera que plus appréciable. N'est-ce pas comme ceci que s'entraident des amis ? "

Un petit clin d'oeil amical et espiègle. Ce n'était pas de la moquerie. Nous n'étions pas amis, mais je ne mentais pas non plus. Par ces mots, j'exprimais juste un désir plus que criant de nouer une amitié avec elle ou non, mais avec elle quand même.

" Tu es une bonne personne Janet, si j'avais eu une amie comme toi dans le passé, les choses auraient peut être été différentes, mais je ne regrette rien, tout est parfait. Les "si" ne sont là que pour torturer les esprits inutilement. Le choix du cœur. C'est ça, le cœur est le guide que nous devrions écouter, c'est ce que je crois... En tout cas, je te remercie car par tes propos et tes actions, tu m'as laissé entrevoir une belle partie de ton âme. Mais dis moi... Un truc me taraude... Qu'est ce qui t'amène à l'infirmerie ? Je doute que tu ne sois venue que pour me voir, je me trompe ? " J'éclatais alors de rire en me grattant nerveusement la tête. " Pardon, les vieilles habitudes ont la dent dure. tu n'es pas obligée de répondre si tu ne le veux pas. Désolé, ma curiosité et tout le reste... "

J’étais gêné.

_________________
Au milieu de l'enfer, une étincelle d'humanité. [with Janet] Sans_t17
Janet L. Collins
Janet L. Collins
Région d'origine : Hoenn
Âge : 18
Niveau : 33
Jetons : 1997
Points d'Expériences : 794
Scientifique Archéologue
Sujet: Re: Au milieu de l'enfer, une étincelle d'humanité. [with Janet]   Lun 28 Avr - 8:14



Hello there !


Yuki avait raison. Il y avait tellement de raisons qui pouvaient pousser quelqu'un à agir ainsi... Elle ne pouvait pas les juger si durement, peut-être que certains avaient des motifs justifiant qu'ils tombent dans ces excès compréhensibles mais en rien excusables. Après tout, si elle avait été à la place de l'un d'entre eux, peut-être aurait-elle réagi de la même manière ? Elle n'en savait strictement rien.
Affaire d'emphatie mais aussi de confiance. Elle devait aussi croire en Ephram. Il ne lui était rien arivé, par conséquent, tracer des plans sur la comète en se demandant ce qui aurait bien pu advenir s'ils n'avaient pas été là était absurde. Croire en ce petit bout de dresseur, croire en ses alliés, croire en elle-même. Là étaient les clés pour progresser et devenir meilleure.

Janet sourit quand il lui annonça qu'il avait des photos de certains élèves de l'académie pris en flagrant délit, peu avant sa perte de connaissance. Voilà la preuve qu'il leur manquait pour les dénoncer ! Si tout le monde agissait comme eux, au moins pourraient-ils envisager de réduire voire même de supprimer ces groupuscules au sein de l'établissement, avant de s'attaquer à l'extérieur. Ils avaient de la chance d'être sur une île. C'était une petite société à part, plutôt fermée, ou presque rien n'entrait ou ne sortait sans un contrôle plus ou moins poussé.

- Oh c'est une excellente idée ! Je l'amènerait chez le directeur tout à l'heure.

Elle hocha la tête quand il lui annonça qu'elle ne devait pas se gêner et se dépécha d'aller récupérer l'iPok du jeune dresseur, qu'elle fourra dans son sac par la suite. Le mot ami la fit agréablement sourire. Ils se connaissaient encore peu mais peut-être y avait-il là l'expression d'un désir de la considérer comme telle ?

Ses compliments la firent rougir. Elle n'avait jamais imaginé pouvoir être une bonne personne, juste... Une humaine parmi tant d'autres. Rien ne la démarquait, si ce n'était ses cheveux bleus et encore. C'était très appréciable de pouvoir bénéficier de tels compliments, d'autant plus qu'elle ne s'y attendait pas du tout. C'était surtout dans ses paroles et ses gestes qu'elle avait pu l'amener à cette conclusion...

- Oh vraiment, c'est si gentil... Tu sais, j'ai toujours pensé que peu importe ce que l'on pourra dire, les mots et les idées peuvent changer le monde, plus que les actes de choc ou les coups d'éclat.

Sa question sur l'infirmerie la fit tiquer. Etait-elle venue uniquement pour le voir ? En vérité, oui mais elle restait néanmoins une habituée des lieux. Elle ne se sentait pas encore prête à parler des restes de sa maladie avec lui, c'était trop tôt et bien trop douloureux pour elle d'en parler à Yuki, néanmoins, elle se devait de lui fournir un erzatz d'explication !

- En fait, je ne suis venue que pour toi aujourd'hui. Mais tu as raison,je suis une habituée des lieux... Disons que j'ai quelques petits soucis mineurs qui nécessitent une visite de temps à autre pour contrôler... Ce n'est rien de très grave, je te rassure, mais si on ne fait rien ça peut s'avérer handicapant au quotidien... C'est un genre d'asthme.

Vite, vite, il fallait dévier le sujet sur autre chose avant qu'il ne pose encore plus de questions là dessus !

- Bref, dis moi, tu es originaire de quelle région ? Moi je viens de Hoenn, je suis née à Rosyères puis mes parents ont déménagé à Lavandia. Mon papa tenait un élevage de pokémons, j'y passais des heures tous les jours ! On avait pas beaucoup d'argent mais on arrivait très bien à vivre avec le minimum, contrairement à certaines des personnes que je connaissait là bas. A les voir, on avait vraiment l'impression que les choses que l'on possède finissent par nous posséder.


_________________

FORCE BLEUE

dusty scarecrow.


Moodboard (signé Maxou <3):
 
Yuki Yutaka
Yuki Yutaka
Région d'origine : Kalos
Âge : 16
Niveau : 39
Jetons : 1400
Points d'Expériences : 925
Todresseur Spé. Type
Sujet: Re: Au milieu de l'enfer, une étincelle d'humanité. [with Janet]   Lun 28 Avr - 19:22
Me rallongeant sur mon lit, les bras croisés derrière la nuque, je fixais un point sur le plafond, en écoutant les paroles de Janet. Lorsqu'elle évoqua sa maladie, je ne réagis pas de suite, mais quelques instants après en me contentant de laisser tomber mes prunelles latéralement, afin de l'observer du coin des yeux. Une sorte d'asthme hein ? Je me demandais quel mal pouvait bien la ronger. A la regarder ainsi, il était vrai qu'elle me paraissait frêle. Une fois de plus, je me plongeais dans son regard. Elle me semblait avoir du vécu, un vécu lourd, un vécu douloureux. Je ne savais pas à quel point, mais cela ne me regardait pas. Ma curiosité, je la laisserais de côté pour le moment. Si jamais elle voulait m'en parler, elle le ferait d'elle-même, en temps voulu. Je savais bien ce que cela faisait d'avoir une zone d'ombre en soi, j'en avais même plusieurs moi-même et je savais ce qu'on pouvait ressentir lorsque quelqu'un la taquinait. Non, je n'irais vraiment pas plus loin sur ce chemin là, c'était décidé. Mes yeux ambrés la quittèrent pour se replonger dans l'infini monochromatique du ciel plafonné.

Elle avait changé de sujet avec empressement, cela me fit fermer les yeux. J'avais vu plutôt juste. Je ne jubilais pas non, je m'en fichais en fait. Cette fois, elle voulait savoir d'où je venais, mais à sa réponse, je sentais que je devrais en répondre autant et cela me fit tiquer, ouvrant grand les yeux. Je n'avais pas spécialement envie qu'elle en apprenne d'avantage sur mes origines. Je ne voulais plus être cet enfant de riche que l'on rejetait tant. Non, en fait, je m'en fichais, mais je n'avais vraiment plus envie qu'on me prenne pour un riche excentrique. J'étais ce que j'étais oui, mais l'argent n'avait rien à voir là dedans. Me redressant sur mon séant, j'appuyais de nouveau ma joue contre mon poing.

" Les Pokémon sont une véritable source de bonheur. Mieux on les traite, meilleurs sont les retours. Mes grands-parents maternels ont une pension à Parmanie et j'y ai beaucoup passé de temps. Pour dire vrai, presque la moitié de ma vie. Ils travaillaient au parc Safari avant. Pour ma part, je suis né à Illumis, la capitale de la Région de Kalos et c'est là que nous vivions avec mes parents, mais entre temps, j'ai vécu à Safrania, Céladopole et Parmanie avant d'y retourner. Mes parents voyageaient beaucoup pour leur travail donc j'étais souvent chez mes grand-parents, ou en voyage avec eux. Mon père... "

Asobu sauta sur les genous de Janet pour aller titiller Ginger. Depuis le début, je sentais qu'il se retenait et là, il avait craqué. C'était miraculeux qu'il ne l'ait pas fait plus tôt. Ginger avait presque sa taille, il était joueur, elle était donc potentiellement une partenaire de jeu idéale pour lui. Son action était salvatrice. Il me sauvait la mise.

" Asobu voyons... Ce n'est pas une façon d'aborder les gens. Heureusement que tu n'es pas lourd, mais quand même. Si tu veux jouer avec Ginger, il y a d'autres manières de l'inviter à le faire. Désolé Janet. Je l'ai depuis peu dans mon équipe, il faut encore que je lui apprenne quelques trucs. Son nom signifie "Jouer", c'est assez criant de vérité je crois... "

Je lui souriais, regardant mon hérisson de feu d'un air amusé et bienveillant.

_________________
Au milieu de l'enfer, une étincelle d'humanité. [with Janet] Sans_t17
Janet L. Collins
Janet L. Collins
Région d'origine : Hoenn
Âge : 18
Niveau : 33
Jetons : 1997
Points d'Expériences : 794
Scientifique Archéologue
Sujet: Re: Au milieu de l'enfer, une étincelle d'humanité. [with Janet]   Lun 5 Mai - 19:37



Hello there !


Ainsi donc Yuki venait de Kalos... Janet n'était jamais allée là bas et n'en avait entendu parler que pendant les cours de géographie qu'elle avait pu suivre pendant sa convalescence. Néanmoins, Illumis était une ville qu'elle brûlait de visiter, sans en avoir vu aucune photo. Rien que le nom la faisait rêver, lui évoquant des centaines de lumières sur un fleuve, un soir d'été... ça ne pouvait qu'être magnifique elle en était certaine.
Ainsi donc, Yuki n'avait pas beaucoup vu ses parents par le passé... C'était bien dommage. Peut-être travaillaient-ils trop ? Cela arrivait, souvent dans les grandes familles. Comme quoi, les enfants riches n'étaient pas forcément les plus heureux...

Elle allait ajouter quelque chose quand le héricendre sauta sur Ginger en réclamant un moment de jeu. L'Evoli l'accueillit dans un jappement de contentement et commença à le mordiller gentiment avant de sauter à terre pour l'entraîner dans une course poursuite endiablée.

- Effectivement ce petit lascar porte bien son nom ! Mais ne t'en fais pas, Ginger est toujours ravie d'avoir des amis pour jouer, peu importe leur entrée en la matière.

La jeune fille les couva d'un regard bienveillant puis reporta à nouveau son attention sur l'iPok de son camarade qui portait les précieuses photos des coupables. Doucement, elle serra le poing et mordilla sa lèvre.

- La conscience... Tout ceci n'est qu'une histoire de conscience. Tu sais, cette tranquille petite voix que personne ne veut entendre... C'est à cause de ça que les choses vont mal de nos jours ! Même si je reconnais qu'il est parfois dur d'écouter cette fameuse petite voix. Mais que veux tu...

La jeune fille se leva pour aller regarder par la fenêtre, un peu pensive.

- Je fais partie de ces gens qui ont la chance d'avoir la conscience tranquille mais je vis toujours dans la peur de faire du mal aux gens ou de découvrir que ce que je pensais bien ne l'est pas en réalité. C'est tellement personnel le concept du bien et du mal... Plus ça va et plus je me rend compte que les gens autour de moi ont un jugement tout en noir et blanc, il n'y a jamais de gris.

Elle rit un peu, souriant au convalescent.

- Moi aussi sans doute, c'est tellement plus facile de ne pas nuancer son jugement... Enfin, ce sont sûrement des choses qui s'apprennent avec l'expérience, non ?

L'expérience... C'était une chose qui lui manquait cruellement. Elle qui avait passé son enfance dans un hôpital, qui avait été constamment choyée et protégée, elle ne savait rien de la vie.

- Quelle superbe floraison nous avons cette année... Mais regarde, celle-ci est en retard... Pourtant, lorsqu'elle s'épanouira, elle sera sûrement la plus magnifique de toutes ! Si seulement c'était aussi vrai pour nous...

Elle avait peur, peur de ne jamais progresser, de rester en retard par rapport aux autres. Elle craignait de ne jamais décoller et de ne jamais faire une brillante carrière. Elle n'avait même pas pu trouver de Pierre Eau pour Ginger...


_________________

FORCE BLEUE

dusty scarecrow.


Moodboard (signé Maxou <3):
 
Yuki Yutaka
Yuki Yutaka
Région d'origine : Kalos
Âge : 16
Niveau : 39
Jetons : 1400
Points d'Expériences : 925
Todresseur Spé. Type
Sujet: Re: Au milieu de l'enfer, une étincelle d'humanité. [with Janet]   Ven 9 Mai - 22:31
J'écoutais sans mot dire le discours de la petite Janet. Il était profond et empli de son âme. Il y avait des fragments de son cœur, tout partout. Ses sentiments, ses craintes, ses doutes, je pouvais tous et toutes les voir. Je les ressentais, je les vivais. Pourquoi donc ? D'habitude, cela ne m'arrivais qu'avec les pokémon. Mon empathie... Pourquoi s'activait-elle maintenant, ici, avec elle ? Mes yeux se posèrent alors sur elle.

Petite, mignonne, une magnifique chevelure bleutée, elle avait un petit air angélique, les yeux perdus je ne savais trop où dans le lointain, quelque part derrière les vitres. Alors qu'elle parlait, je fermais les yeux, me laissant bercer par le flot de ses sentiments, comme je le ferai en écoutant une bonne musique. Hikari s'était rapprochée de moi, se blottissant contre mon torse. Les yeux toujours clos, je la serrais moi aussi dans mes bras. J'étais mélancolique et heureux à la fois, nerveux et soulagé.

Les dires de la petite demoiselles collaient avec mon vécu. A chacun de ses sentiments en correspondait un des miens. C'était des plus déroutants. Plus elle parlait, plus je revivais des moments de mon passé que je n'évoquerais pas ici, pas pour le moment en tout cas. Et plus je les revivais, plus j'en revivais, plus j'avais la sensation de me rapprocher d'elle, l'étrange impression que je la comprenais. Mes yeux se rouvrirent tous seuls pour se scotcher à elle. Elle ne parlait plus. Hikari me serrait bien plus fort. Je lui fis desserrer son étreinte qui commençait à me faire mal. Elle était minuscule ma ouisticram adorée, mais elle avait une sacrée force. Je la soulevais, la portant en l'air comme on porte un enfant, plongeant mes yeux dans les siens. Après un petit instant, je me retournais vers Janet en laissant mon starter libre de ses mouvements, heureuse d'avoir eu un petit moment privilégié avec moi.

" Tu sais Janet... Se poser trop de questions ne mène à rien. Je ne dis pas qu'il ne faut pas s'en poser, mais simplement un minimum. Savoir se poser les bonnes questions, trouver les réponses et comment avoir la force d'aller de l'avant c'est là tout l'art. Tu ne dois te concentrer que sur ça. Le reste n'est que futilité. "

Je marquais un temps d'arrêt, faisant la rétrospective de ma vie. Un petit sourire s'afficha sur mes lèvres semi-closes.

" Prendre le temps de vivre sa vie tout en se battant pour réaliser ses rêves... Si je peux me permettre un conseil basé sur ma propre expérience, mon propre vécu, si je peux parler en tant qu'ami ou frère, alors laisse moi tu dire ceci petite chose mignonne apeurée que tu es. "

Je la regardais avec une lueur étrange dans le regard, celle de la détermination.

" Jamais, oh jamais, ne te laisse piétiner. Si tu as un rêve en tête, peu importe la difficulté, peu importe à quel point il peut paraître futile, dérisoire, pathétique ou quoi que ce soit aux yeux des autres, ne te laisse jamais décourager. Avance !  C'est ton rêve, le tien. Ne prend que ce qui t'est utile, dans les encouragements comme dans les critiques. Tu auras des amis, des ennemis, ces deux là te feront progresser, les autres, ils ne seront que des figurants. A toi de trouver ta voie et de construire ta route. Si tu ne le fais pas, personne ne le fera pour toi et même si tel était le cas, arriverait un moment où tu devras avancer par toi-même, mais ton rêve n'aura pas la même savoir que si tu te bats pour l'atteindre. "

Je lui avais parlé comme un grand-frère, comme le faisait mon grand-père avec moi. Cela me fit sourire. Ironie. J'étais fils unique et j'avais un instinct fraternel avec elle que je connaissais à peine, moi, Yuki, le solitaire que personne n'osait approcher jusqu'à lors, excepté pour des duels contre Hikari et, ou pour se moquer de moi et de ma chevelure, mais moins fréquemment que le premier cas.

" Pardon, désolé si j'ai été un peu trop sérieux et habité par mes mots sur ce coup là. La passion m'habite, je n'y peux rien. C'est un peu trop le cas depuis tout à l'heure que je suis avec toi. Je ne m'ouvre pas si facilement aux humains normalement, mais tu es totalement différente de ces autres élèves que j'ai croisé jusqu'à maintenant. Peut être que je devrais faire un peu plus d'efforts et m'ouvrir aux autres, c'est ce qu'il voulait, c'est ce que je lui ai promis."

Mon regard se perdit dans le vide alors que mes poings se crispèrent, empoignant avec force les draps.

" Oui... Un jour, j'aurai de vrais amis, des amis qui me tireront vers le haut, des amis qui desserviront mon rêve, mais dont l'inverse sera tout aussi vrai. Moi aussi... "

Je rendis alors compte que je parlais à voix haute.

" Dé... Désolé que tu aies entendu ça. "

_________________
Au milieu de l'enfer, une étincelle d'humanité. [with Janet] Sans_t17
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Au milieu de l'enfer, une étincelle d'humanité. [with Janet]   
Au milieu de l'enfer, une étincelle d'humanité. [with Janet]
Page 1 sur 1
Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers:  
Outils de modération :