Blanc antarctique et bleu azur. Oui, des lavabos.
Hope Spettell
Hope Spettell
Région d'origine : Unys
Âge : 18 ans
Niveau : 74
Jetons : 11719
Points d'Expériences : 2567
Todresseur Ranger
Sujet: Blanc antarctique et bleu azur. Oui, des lavabos.   Ven 11 Avr - 23:15

Zzzzzz, zzz, zzz...
Bip, bip, bip. Bip, bip, bip. Biip, biip, biip.
BIIIIP, BIIIIIP, BIIIIIIIIIIII... SBAAAAM. Clic.


Un bruit fracassant interrompit le pauvre réveil qui ne faisait que son travail habituel. Pauvre machine, personne ne l'aimera jamais.
Ce fut la main menaçante d'une jeune fille qui l'avait saisit et balancé à travers toute la pièce. Heureusement pour lui, il retomba sur le bouton qui stoppa ses cris. Néanmoins, il restera sûrement dans son coin, sur le plancher, durant au moins tout le reste de la journée, voir plusieurs jours. Au moins, il aura la compagnie d'une veste grise à zip.
Pleurer ? Non, il ne peut pas. Il n'est qu'une création de l'humain. Que c'est cruel, créé pour être détesté. Ne sous-estimez pas la tristesse des réveils. Elle est terriblement intense. Il souffre tout les jours. Ses blessures psychologiques sont vives. Et nul ne peut rivaliser avec les siennes.

Après quelques minutes, la jeune fille se leva, nullement dérangé par son crime commis précédemment. Elle resta assise sur son lit, ses cheveux blonds en bataille. Elle avait les yeux à moitié ouverts. Finalement, elle leva ses bras pour s'étirer.

Encore plus tard, des bruits de pas se firent entendre. Les pieds nus de la blonde se déplaçaient sur le plancher. Elle portait un bas de training ample, gris, qui un peu plus tôt, traînait par terre. En remontant le corps plutôt petit et plat, on pouvait apercevoir un large t-shirt passablement long. Noir avec des inscriptions blanches recouvrant toute la partie avant du vêtement. Ses manches était courtes.

Une brosse à dent dont les motifs font penser à un zèbre se fit secouer dans un verre en plastique rose. Le récipient se retrouve brusquement entre des doigts aux ongles soignés. Un petit tube de dentifrice, caché entre par la paroi en plastique, subit le même sort que son compatriote. Ils s'entrechoquent. Puis se retrouvent séparés du verre pour rejoindre une autre main. La main criminelle.
Effrayés, ils virent ensemble une porte s'ouvrir pour les laisser passer, avant de claquer sinistrement derrière eux, tel qu'un Rapion le ferait avec sa pince avant de se ruer sur sa proie.

Une chevelure blonde, souple, nullement rêche, flotte dans le couloir où s'alignent des portes de chaque côté. Les grosses planches de bois peintes défilent. Finalement, une exception apparut.
Une porte. Encore. Mais elle, était en acier et en verre doté d'une certaine opacité. On pouvait distinguer à travers à peine quelques taches de couleurs claires.
Sous une pression, elle s'ouvrit. Les lavabos et des cabines de douches se firent apercevoir.

________________________

Maudit réveil. Pourquoi ne peut-il pas produire un son plus doux ? J'étais de mauvais humeur. Le réveil ne fut pas doux. De loin pas. Le biiiip horriblement sonore fut un supplice pour mes délicates oreilles. Comme chaque matin, quoi. Il fallait vraiment que j'aille en acheter un autre.
En même temps, quoi d'autre pourrait me réveiller à quatre heure du matin ? Aah, Générale Jackie est vraiment horrible, de nous faire subir cet entraînement matinal tous les jours. Je devais bien être une des seules à me réveiller aussi tôt, enfin, surtout réussir à me réveiller, pour avoir le temps de me préparer.

Ne pouvant pas me balader en petite culotte malgré le désert qu'était les corridors à cette heure-ci. Étant donné qu'on m'en avait déjà fait la remarque, j'enfilai alors rapidement mon bas de training gris. Je me dirigeai ensuite d'un pas somnolant vers la salle de bain commune. Oui, parce que les architectes n'ont pas eu l'intelligence d'en prévoir une pour chaque chambre. Ça a dû être « Ah tiens, on a oublier les toilettes ! Et les douches aussi ! Bah, on en fourre plusieurs dans ce coin-là, et c'est réglé ! ».

Une rousse s'y trouvait déjà. Je me plaçai devant le lavabo à côté du sien et m’inspectai dans le miroir au-dessus. Mes cheveux étaient en pagaille. Comble du malheur, je n'avais pas pris ma brosse. Alors je m'adressai à ma voisine, tout en me frottant un œil de la main :

« 'Jour, t'aurais pas une brosse? »



_________________



Ruby L. Jones
Ruby L. Jones
Région d'origine : Unys
Âge : 18 ans
Niveau : 60
Jetons : 821
Points d'Expériences : 1862
Todresseur Spé. Type
Sujet: Re: Blanc antarctique et bleu azur. Oui, des lavabos.   Sam 12 Avr - 0:28
Une sonnerie, des râles, des bâillements, des étirements de dix minutes et un premier contact désagréable avec le parterre froid en symbiose avec la fraîcheur matinale. En gros, la routine des jeunes Pyrolis, ou du moins la routine de celles qui restaient dans le droit chemin et respectaient l'autorité de Jackie. Des exercices à cinq heures du matin ? On était bien loin de la vie de luxe et de la limousine qui venait chercher son propriétaire chaque matin. Ce confort s'était déjà envolé depuis bien longtemps. Ce n'est pas Jackie qu'on allait voir en train de conduire une voiture de luxe. À vrai dire, Ruby la voyait plutôt en train de manier une immense pelleteuse creusant les tombes de ces pauvres Pyrolis.

Dans son simple pyjama à l'image de divers Pokémons spectres – merci papa pour ce cadeau – la rousse rentra ses petits pieds dans ses petites pantoufles mauves et se leva de son lit en ronchonnant. Si l'entraînement n'était pas obligatoire, la demoiselle serait l'une des premières à ne jamais y aller, se lèverait donc plus tard, et serait de meilleure humeur. Cependant, ceci n'était qu'une malheureuse utopie. Pour rien au monde Jackie n'allait arrêter ses persécutions. Enfin, c'est ce qu'elle laissait transparaître.

Une fois ses pieds bien au chaud, Ruby s'étira une énième fois et se dirigea vers la porte en laissant traîner ses pieds sur le plancher. C'est d'un geste peu gracieux qu'elle ouvrit la porte. Et bien évidemment, cette dernière se sentit obligée d'émettre un horrible grincement qui fit grimacer la pauvre zombie encore endormie aux trois quarts. De plus mauvaise humeur qu'avant, elle referma la porte en la claquant sans même penser aux personnes qui dormaient encore. Il faut dire que l'étudiante se réveillait assez tôt histoire de se préparer, surtout lorsque l'on voit à la vitesse où elle vit pendant l'heure suivant son réveil.

Après avoir traversé nonchalamment les couloirs, elle arriva dans la salle de bain. Encore une fois, la porta grinça. Mais qu'avaient-elles toutes ? L'agent de surface ne pouvait-il pas huiler ces portes une bonne fois pour toute ? Elles en avaient réellement besoin. Pourtant, Ruby ne claqua pas la porte cette fois-ci, parce qu'elle était en partie composée de verre. Qui sait ce que Jackie pouvait lui faire subir si elle ne faisait ne serait-ce qu'une fissure à la vitre ? La Générale allait très certainement commencer par hurler sur la dissidente telle une lionne. L'adolescente ne préférait pas l'imaginer.

Elle referma donc la porte de façon raisonnable, mais ne se priva pas de montrer sa frustration par un petit "pff" qui s'échappa de ses lèvres. C'est alors qu'elle remarqua le pire. Comme un bon nombre de fois déjà, Ruby avait oublié ses affaires dans sa chambre. Résultat, c'est parti pour un demi-tour !

– Holy mother of Arceus ... Je hais la vie.

Bien entendu, elle venait d'exagérer. Cela ne l'empêcha pourtant pas de revenir rapidement dans sa chambre pour récupérer les affaires nécessaires à sa toilette. Elle en profita également pour se cogner un bon coup le front contre le mur, non seulement pour se réveiller mais aussi pour se punir de sa propre bêtise. Une fois repentie, elle retourna dans la salle de bain un peu plus rapidement qu'avant. Elle s'installa devant un lavabo accompagné d'un miroir et se prépara le plus rapidement possible, histoire de pouvoir prendre son temps au déjeuner. Pourtant, tout le monde sait bien que se préparer rapidement, pour une fille, c'est passer vingt minutes à se coiffer au lieu de vingt cinq. Autant dire que cela ne changeait pas énormément la donne.

Histoire de se réveiller, la belle voulut s'asperger le visage d'une volée d'eau froide. Elle tourna donc le robinet et – surprise ! – de l'eau chaude sortit en premier lieu. Elle était juste à la bonne température, c'était agréable. Plus précisément, cela rappela à Ruby la température qu'il faisait sous sa couette. Il est donc inutile de préciser que le contact avec cette douce eau fut aussi léthargique qu'une hibernation forcée. La tête de la rousse avait failli en tomber dans le lavabo. Heureusement que l'eau s'était refroidie au bon moment, ce qui la secoua donc un bon coup.

Finalement, elle put se préparer de façon à priori convenable. Coiffée un minimum bien, les dents brossées et un parfum utilisé, aussi simple que ça. Il ne restait plus qu'à attendre que les cernes se dissipent. Et ça, ce n'était pas encore gagné. Lorsqu'elle se regardait dans la glace, l'étudiante avait presque l'impression d'avoir fait baver son khôl sur un bon centimètre. Voilà quelque chose qui ne la ravissait pas vraiment.

C'est alors que, pendant son attente, quelqu'un venait d'arriver dans la salle de bain. Une lève-tôt ? Elle semblait aussi dans les vapes. Il n'y avait qu'à regarder sa tignasse blonde et ébouriffée pour laquelle elle ne semblait pas s'inquiéter. Quoiqu'au final, elle demanda tout de même une brosse à la rousse. D'un geste princier accompagné d'un sourire faisant légèrement stupide à cause des cernes, Ruby sortit sa brosse à l'effigie d'un Héricendre et la tendit à la demandeuse. Cette brosse était vraiment fantaisiste. La jeune l'avait eût comme cadeau de son père, qu'il avait ramené de Johto. Le manche en bois était peint aux couleurs du Pokémon. Les branches plastifiées de la brosse étaient quant à elles aux couleurs des flammes dorsales du petit hérisson. L'objet avait de quoi en amuser certain.

– C'est fou comme t'as l'air d'être du matin, toi aussi. Si tu veux des vitamines, j'en ai aussi. C'est vraiment dur de maintenir la cadence avec Jackie.

Oui, elle semblait s'être un peu plus réveillée qu'avant. Elle avait réussi à parler sur plusieurs secondes sans avoir envie de bâiller. Le signe de fatigue ne survint que plusieurs secondes après. Cela ne l'empêcha pourtant pas de se mouvoir une nouvelle fois. Sans la moindre gêne, elle fit volte-face au miroir, s'appuya à l'aide de ses mains sur le rebord du lavabo et bondit de plusieurs centimètres pour poser son derrière sur l'extrémité de l'utilitaire en céramique. Elle croisa ensuite ses jambes, posa son coude sur le haut de son genoux droit et porta sa lourde tête avec sa main, laissant par la suite son regard se promener dans le vague.

– Si seulement j'avais une excuse pour sécher l'entraînement d'aujourd'hui ... Y'a pas à dire. Avec Jackie, c'est pas la même chose qu'avec n'importe qui d'autre.
Hope Spettell
Hope Spettell
Région d'origine : Unys
Âge : 18 ans
Niveau : 74
Jetons : 11719
Points d'Expériences : 2567
Todresseur Ranger
Sujet: Re: Blanc antarctique et bleu azur. Oui, des lavabos.   Sam 12 Avr - 1:01

Quand le rousse se retourna, je pus voir son khôl qui avait débordé. Donc elle n'était pas une extraterrestre pleine de forme dès le lever du soleil. Ça me rassura.
Elle me tendis une brosse à l'effigie d'héricendre, je fus cependant trop dans les vapes pour pouvoir y prêter attention et m'extasier dessus. Je la saisis tout en la remerciant brièvement. Ma vois devait paraître endormie. Rien d'étonnant.

Ma tignasse arrangée, je rendis l'outil à sa propriétaire. Puis j'empoignai le zèbre... Ah non, ma brosse à dents. Dentifrice. Check.
Je fis couler l'eau. Mon verre s'en remplit.

Alors que je me brossai les dents, la bouche pleine de mousse, ma voisine prit la parole :

« C'est fou comme t'as l'air d'être du matin, toi aussi. Si tu veux des vitamines, j'en ai aussi. C'est vraiment dur de maintenir la cadence avec Jackie. »
Sans blague. J'aquiesai légèrement d'un mouvement de tête pour ne pas faire couler mon dentifrice. Qui refuserait des vitamines quand il est à moitié endormi ?
Un parfum de menthe régnait dans la pièce. Il était accompagné d'une odeur de rose. Sûrement le parfum de la fille, car je doute qu'ils aient pensé à mettre des senteurs dans cette pièce.

Elle s'était assise sur le rebord du lavabo. Je me demandai pourquoi elle ne partait pas. Finalement, alors que je me rinçai la bouche, elle posa sa tête sur son genou, et prit un air pensif. Je crachai l'eau. Elle reprit la parole, d'une voix rêveuse :

« Si seulement j'avais une excuse pour sécher l'entraînement d'aujourd'hui ... Y'a pas à dire. Avec Jackie, c'est pas la même chose qu'avec n'importe qui d'autre. »
Je me passai de l'eau froide sur les paupières. Mes pensées commençaient à se remettre en place. Je lui répondit alors, d'une vois monotone :

« T'auras beau dire que ton Pokémon était en danger de mort et que tu devais aller la chercher, elle n'aura même pas une once de compassion dans son regard. Et encore moins dans ses paroles.
Je me demande pourquoi ils nous ont placées dans ce dortoirs. Ils auraient pas pu sélectionner les masochistes ? »
Je soupirai. Cet entraînement ne me plaisait guère. Comme presque toutes les Pyrolis au faite. Trop tôt, trop fatiguant, trop long. Disons que ça nous gardait en forme, au moins. Le seul argument que je puisse trouver à cette torture. Je m'inspectai dans la glace.

« Au faite, j'accepte volontiers ta proposition pour les vitamines. C'est pas bête, 'faudra que je pense à en acheter lors de ma prochaine sortie.
Tu t'appelles comment ? Moi c'est Hope.
Je pris une petite pause. Tu t'es levée tôt, remarque. Je crois qu'on aurait carrément encore le temps de prendre le p'tit déj. Mais bon, il y a rien à bouffer dans ma chambre. 'Faut que j'fasse le restock. Je crois que je vais passer mon temps à glander. »
Je remarquai qu'à cet instant que la brosse n'était pas la seule chose que j'avais oublié de prendre. Mes crèmes, aussi. Tant pis alors, je le ferai dans ma chambre. Je regardai la fille, un faible sourire aux lèvre, attendant sa réponse.


_________________



Ruby L. Jones
Ruby L. Jones
Région d'origine : Unys
Âge : 18 ans
Niveau : 60
Jetons : 821
Points d'Expériences : 1862
Todresseur Spé. Type
Sujet: Re: Blanc antarctique et bleu azur. Oui, des lavabos.   Sam 12 Avr - 3:13
La rousse tourna le regard vers son interlocutrice. Petite. C'était un mot qui suffisait pour la décrire. Certes, la moyenne de taille chez les adolescentes n'est pas énorme, mais la blonde était ce que l'on appelle une naine. Ruby pensa sur le coup qu'elle devra faire attention à la dose qu'elle prescrira à la petite. Plus un corps est léger et minuscule, plus il faut faire attention sur la dose avec ces machins là. Ça pourrait devenir dangereux si jamais elle en prenait trop. Pourtant, cette idée ne lui parvint pas directement au cerveau. Il faut dire qu'elle avait encore les idées un peu embrumées.

Lorsque Ruby l'entendit répondre, elle ouvrit grand un œil, intéressée. Il est vrai qu'avec Jackie, on pouvait prétendre à tout et n'importe quoi, elle ne laissera jamais une de ses élèves quitter l'entraînement pour ça. À la guerre comme à la guerre, sûrement l'une des expressions qu'elle devait utiliser au quotidien. Et de toute façon, même si l'on arrivai à l'amadouer, ce n'est pas sûr que la même excuse marche avec son Godzilla. Oui, parce qu'il y avait toujours cet autre obstacle. Et n'espérons même pas qu'elle soit absente pour maladie. Non. Jackie aurait beau avoir le cancer du poumon, une diarrhée explosive et le tétanos, elle serait toujours debout à brailler sur les pauvres Pyrolis n'ayant rien demandé.

– Ou à la limite, caser les détraquées ici serait bien, histoire qu'elles prennent cher et oublient leurs idées bizarre, tu vois ?

Puis elle soupira, elle-même un peu dérangée par les inepties qu'elle pouvait en état de fatigue. Il n'y a pas à dire, même si on se couche tôt, il était toujours dur de se lever à cette heure-ci le matin. Les pauvres insomniaques doivent avoir des envies de suicide, dans ce dortoir. Enfin ... Même certaines élèves normales pouvaient très bien en avoir. C'était compréhensible, avec la pression que le référent imposait.

Ruby jeta son regard sur sa petite trousse transportant ses affaires. Dedans, il y avait un peu de tout : du maquillage jusqu'au dentifrice. Et bien sûr, il y avait les petits comprimés ronds et blancs, les fameuses vitamines. Sur le coup, on pouvait les confondre avec des pilule lorsqu'on les regardait. Pour quelqu'un ne s'y connaissant pas, ça pouvait réellement prêter à confusion. Espérons que la blondinette sache faire la différence. M'enfin. Cela ne gênait pas plus que ça la dresseuse. Quand elle était aussi fatiguée, elle en oubliait même sa pudeur habituelle qui faisait barrière avec les autres. Un délire ? Peut-être. Même elle ne le sait pas. Comme quoi, au final, il n'y a pas que l'alcool qui provoque de tels effets.

– Ces trucs là, faut pas en abuser. Après tu vas être fonssdée sinon ! s'exclama la première à enfreindre cette règle. Et si on te voit comme ça, tu te feras encore plus fonsdée !

Oui, elle l'était encore un peu. Elle abusait des vitamines, en effet. Mais en ce moment, la forme n'était pas au rendez-vous. Pourtant, Ruby continuait à en abuser. D'ailleurs, elle en reprit une autre à l'instant et l'avala comme si de rien était. Elle descendit ensuite du lavabo, recueillit de l'eau avec ses mains et but dedans afin de faire passer le comprimé plus facilement. Avait-elle l'air d'une droguée ? Qui sait ? Les vitamines sont plus redoutables qu'il n'y paraît. Mais en réalité, il s'agissait juste là d'une bonne grosse fatigue qui ne voulait pas partir. Résultat, Ruby n'était plus totalement là intellectuellement. Elle était ailleurs, en gros.

– Moi c'est Ruby ! Et à côté de moi c'est- ... Ah en fait non. Il n'est pas là ! Elle s'arrêta ensuite net, le temps de bailler, et reprit. Sinon j'ai ... Du pain je crois. Et une pomme ! C'est bon les pommes, c'est sucré.
Hope Spettell
Hope Spettell
Région d'origine : Unys
Âge : 18 ans
Niveau : 74
Jetons : 11719
Points d'Expériences : 2567
Todresseur Ranger
Sujet: Re: Blanc antarctique et bleu azur. Oui, des lavabos.   Sam 12 Avr - 11:52

La rousse se retourna vers moi. Elle me détailla brièvement et semblait penser à quelque chose. Lorsqu'elle proposa l'idée de placer les détraqués dans notre dortoirs, je pouffai légèrement et acquiesçai.

« Ces trucs là, faut pas en abuser. Après tu vas être fonsdée sinon ! Finit-elle par sortir. Et si on te voit comme ça, tu te feras encore plus fonsdée ! »
Elle avait une voix embrumée. Je devinai que c'était l'effet de ses vitamines. Alors qu'elle finissait sa phrase, elle en ravala une puis descendit de son perchoir pour boire un peu. Je l'observai avec un mélange d'incompréhension et de moquerie. Finalement, un sourire qui voulait neutre apparut sur mes lèvres. Je me jetai un dernier coup d’œil dans le miroir.

« T'inquiètes, c'est pas moi qui vais en abuser. J'en ai pas vraiment l'habitude.Deux, ou à limite trois, ça me suffit largement. »
Elle se redressa. Elle semblait chercher ses mots. À croire que ses vitamines ont un effet inverse sur elle. Puis elle dit :

« Moi c'est Ruby ! Et à côté de moi c'est- ... Ah en fait non. Il n'est pas là ! Elle s'arrêta, le temps de bailler. Sinon j'ai ... Du pain je crois. Et une pomme ! C'est bon les pommes, c'est sucré. »

Bon, il y a deux possibilités. Un, ses vitamines sont en réalité de la drogue. Deux, elle a fait un passage chez l'infirmière qui lui a injecté des substances. Non, mais son état est sérieux, là. Quoique c'est plutôt marrant à l'observer. Puis tant qu'elle soit encore en état de courir, tout vas bien ! Enfin... De mon point de vu. Je me demandai comment elle se sentira lors de l'entraînement. Sois dit, en passant, je jetai un coup d’œil à l'horloge accroché sur le mur de la salle des bains. Il nous restait encore une bonne demi-heure.
Je lui tendis une main pour recevoir quelques comprimés. Puis lui répondis :

« Mouais, va pour le pain, pourquoi pas. Enfin, si t'en as assez. Quant à la pomme, garde-la pour toi. T'auras besoin des vitamines naturels qui s'y trouve. Je m’abstins de rajouter cette phrase, bien que je l'ais pensée très fort, et pouffai à la place. Puis je continu, tu parlais de qui, tout à l'heure, au juste ? Un de tes Pokémon ? »
En y pensant, Gummy aussi était resté dans sa chambre. Bah, il dormira pendant l'entraînement, ça ne fera aucun doute. Parfois, je l'enviais. Et sûrement, sortira-t-il tout seul de sa Pokéball pour venir me narguer en plein milieu du jogging.

En sortant ma tirade, je m'étais dirigée vers la porte et l'avais ouverte d'une main. Je fermai les yeux en entendant le grincement de cette dernière. Puis je tournai ma tête vers Ruby et lui posai une dernière question avant de lui laisser répondre :

« Bon, tu viens ? J'imagine que t'as finis, non ? »



_________________



Ruby L. Jones
Ruby L. Jones
Région d'origine : Unys
Âge : 18 ans
Niveau : 60
Jetons : 821
Points d'Expériences : 1862
Todresseur Spé. Type
Sujet: Re: Blanc antarctique et bleu azur. Oui, des lavabos.   Sam 12 Avr - 17:18
La petite n'avait jamais pris de ces trucs là malgré la pression de Jackie ? Mais comment avait-elle fait pour tenir jusque là ? Ruby pensait que la petite blonde devait très certainement avoir un mental d'acier, ou encore une détermination à toute épreuve. Pourtant, elle en réclama cette fois-ci d'un signe de la main. La fatiguée lui en donna donc trois. Libre à la receveuse de pouvoir les utiliser quand elle le voulait.

Va pour le pain, alors. Il ne lui restait que ça d'hier soir, mais c'était déjà bien pour un petit déjeuner. Après tout, Jackie n'était pas aussi sadique pour faire travailler les Pyrolis jusqu'au repas du midi voire même plus, si ..? Mieux vaut ne pas y penser. C'est en pensant au pire que le meilleur s'absente. Oui, ce proverbe n'existait pas vraiment. Mais cela n'empêchait pas Ruby  d'y croire dur comme fer. En fait, c'était l'une de ses rares attaches qui lui permettaient de suivre un minimum le rythme de la générale. Mais en attendant, ce qu'il fallait suivre, c'était la conversation. La rousse se trouvait déjà bien assez à l'ouest comme ça.

– Ah ! Oui. Je croyais qu'il m'avait suivi mais non. Il doit encore dormir cet opportuniste ... Ce que je l'enviiiiie !

Elle s'étira à nouveau en baillant, tourna les yeux sur son interlocutrice pour voir qu'elle commençait à partir de la salle de bain. C'est au ralenti que Ruby se prépara à faire de même. Elle avait même été si lente que l'autre avait pu lui faire une remarque. L'étudiante haussa les épaules et avança pas à pas, presque toujours aussi lente qu'auparavant. Elle avait eût des heures de sommeils raisonnables, mais elle était pourtant fatiguée. Comme d'habitude, ces signes de fatigue extrême disparaîtront avec le temps. Une heure plus précisément. Voilà son estimation.

– Oui oui j'arrive. Enfin j'essaye en tous cas. On va me voir ramper bientôt ... exagéra-t-elle.

Finalement, elle passa la porte après quelques longues secondes. Elle traînait encore des pieds malgré tout. La petite Hope ne devrait pas avoir du mal à la suivre. C'est pour cela que Ruby partit devant sans inquiétude. À la pauvre vitesse où elle avançait, un Ronflex amputé de ses deux jambes pourrait très bien la suivre, voire même la dépasser. Il fut donc évident que la marche prit un certain temps jusqu'à la chambre de la jeune. Une fois devant la porte, elle l'ouvrit. Trop de grincements. Quitte à en entendre sans arrêts, autant que ce soit fait par un Pokémon. Et si cette porte était un Pokémon, justement ? Elle venait tout juste d'y penser. Ce serait un peu choquant. Porte utilise Grincement ! Dis comme ça, c'est légèrement stupide. Encore heureux que la rousse a gardé cette pensée pour elle et ne l'a pas partagé avec la blonde.

Elle s'écarta ensuite de la porte afin de la laisser rentrer puis s’engouffra dans sa chambre à son tour. C'est là qu'elle remarqua que son lit était toujours en bordel. Bien ! Très bien ! C'est le luxe pour accueillir quelqu'un, ça. Ruby bailla à nouveau et s'avança rapidement afin d'arranger son lit au minimum. Elle attrapa simplement la couette, la secoua une fois dans les airs et l'étala tout bêtement sur le matelas. Elle s'assit ensuite devant son coussin et ouvrit un tiroir de sa table de chevet située à droite du lit. Là, il y avait le morceau du pain ainsi que la pomme. Elle tendit le premier à la fille et croqua dans sa pomme qui était encore assez juteuse depuis hier, étonnant.

– Voilà. J'espère que ça suffira, je n'ai plus que ça. M'enfin, on a encore le temps de passer au réfectoire non ..? Quoique ... Avec mon état actuel, on sera à mi-chemin quand l'entraînement commencera !
Hope Spettell
Hope Spettell
Région d'origine : Unys
Âge : 18 ans
Niveau : 74
Jetons : 11719
Points d'Expériences : 2567
Todresseur Ranger
Sujet: Re: Blanc antarctique et bleu azur. Oui, des lavabos.   Sam 12 Avr - 18:03

« Ah ! Oui. Je croyais qu'il m'avait suivi mais non. Il doit encore dormir cet opportuniste ... Ce que je l'enviiiiie ! Elle s'interrompit, le temps de se diriger dans ma direction, puis reprit, oui oui j'arrive. Enfin j'essaye en tous cas. On va me voir ramper bientôt ... »
J'eus un soupire compatissant à cette remarque. Dans son état, même si je lui balance un sceau d'eau sur la tête, je ne suis pas sûre qu'elle réagira. Parce que oui, je m'étais réveillée entre-temps, ses vitamines sont vraiment efficaces. Je les ai avalés sans trop réfléchir.
Tout de même, il ne faudra pas que j'en abuse, si je ne veux pas finir comme un mollusque en phase terminale. Mais bon, aujourd'hui fut une exception.

Le temps qu'elle traverse la porte, je m'étais appuyée contre. Elle traînait des pieds. Quelle motivation débordante... M'enfin, j'étais mal placée pour faire la remarque, car je n'en n'avais pas bien plus qu'elle. Le voyage jusqu'à la chambre de la rouquine se passa dans la même dynamité. Nulle, donc.
Elle se déplaçait autant rapidement qu'un Ronflex K.O. Je la suivais derrière, adaptant mon rythme au sien.

Si un jour, j'ai l'idée de lui faire quelque chose, il faudra qu'elle ait plus de réactivité, sinon ça sera vraiment ennuyeux. Aucunement intéressant. Je soupirai.

J'observai plutôt les numéros de porte qui défilaient. Une fenêtre apparut, le soleil commençait doucement à pointer le bout de son nez. Je m'arrêtai pour l'ouvrir, un peu d'air frais le matin, qui serait contre ? Bon, les voisines vont se plaindre qu'il fera trop froid, mais j'en ai absolument rien à faire, elles ont qu'à s'habiller plus chaudement.
Je m'accoudai sur le bord et respirai un bon coup. Puis j'observai un Roucool qui passait par là.

Un grincement me sortit de mes pensées. Je regardai en direction de la provenance du bruit. C'était Ruby qui avait finalement avancé d'une bonne dizaine de mètre et qui était en train d'ouvrir une porte. Je me dépêchai de la rejoindre et m'engouffrai dans le passage.

Lorsqu'elle me rejoignit dans la pièce, elle s'empressa d'aller arranger son lit. Enfin, « s'empresser » est un grand mot.

« Tu sais, ça me dérange pas, hein ? Ma chambre est encore plus en désordre et puis à cette heure-là un lit qui est défait n'a rien d'étonnant. »
D'après moi, en tout cas. Elle ne m'entendit pas mais je lui pardonnai. En même temps, vu son état...
Elle ouvrit un tiroir de sa table de nuit et en ressortit la nourriture qu'elle avait précédemment évoquée. Elle me tendit un morceau de pain et se contenta de la pomme. Bon, comme elle voudra. Je déchirai un bout de mie que je fourrai dans ma bouche.

« Voilà. J'espère que ça suffira, je n'ai plus que ça. M'enfin, on a encore le temps de passer au réfectoire non ..? Quoique ... Avec mon état actuel, on sera à mi-chemin quand l'entraînement commencera ! »
Mmm, non je crois pas. On, enfin, elle, avait pris dix minutes pour parcourir la vingtaine de mètres qui séparaient sa chambre de la salle de bain de l'étage. Il nous restait environ vingts minutes avant d'entendre la douce voix de la capitaine gueuler de nous dépêcher.

« Merci ! Le réfectoire est trop loin, il nous reste vingts minutes. Même à une vitesse normale, on aura même pas le temps de manger qu'il faudrait revenir. Je soupirai. En plus 'faut encore compter le temps pour se changer. »
Je jetai un regard à mes vêtement. Pas forcément le plus adapté pour ce qui nous attends. Et je n'ai pas encore étaler ma crème hydratante.

Je m'assis sur le sol, m'appuyant contre le rebord de son lit, et m'attaquai au reste du pain. J'avais surtout envie de remplir mon estomac, je lui laissai donc le libre choix d'engager une conversation ou non.


_________________



Ruby L. Jones
Ruby L. Jones
Région d'origine : Unys
Âge : 18 ans
Niveau : 60
Jetons : 821
Points d'Expériences : 1862
Todresseur Spé. Type
Sujet: Re: Blanc antarctique et bleu azur. Oui, des lavabos.   Sam 12 Avr - 19:41
Remarque claire, précise, et intelligente. Même à un rythme normal, il serait compliqué d'atteindre le réfectoire, d'y manger et finalement de revenir à temps. Comme quoi, même en se levant alors qu'il faisait encore un peu nuit, ce n'était pas suffisant pour être à 100% prête pour l'entraînement de Jackie. Si la période de l'armée lui manque tant, elle n'a qu'à y retourner. Tant d'élèves devaient penser comme ça, et Ruby n'échappait pas à cette règle. Même sans prendre en compte les courbatures, la Générale allait plutôt transformer ses élèves en Insolourdo plutôt qu'en filles fortes.

Elle croqua une nouvelle fois dans sa pomme. Le goût légèrement acidulé du fruit lui avait déjà fait ouvrir les yeux un peu plus qu'auparavant. On peut dire qu'elle quittait le stade de Pierre pour se rapprocher un peu plus de celui de Sacha. Mais bon. Ses yeux étaient toujours un peu fermés, et ses cernes étaient encore apparentes. En bref, c'était encore bien trop visible pour que Jackie ne le remarque pas. Espérons que les vitamines du fruit fassent effet au plus vit, car les petits comprimés chimiques ne suffisaient plus à la belle.

– Que vingt minutes t'as dit ..? Le temps passe trop vite ... Sauf pendant l'entraînement. Dialga est contre nous ...

Elle leva en l'air sa main portant la pomme et inclina cette dernière face au soleil qui se levait. Vue comme ça, la pomme avait l'air d'un astre un peu bizarre. C'était un beau visuel. Une pomme avec une partie dévorée ... Même dans ce monde, ça pourrait très bien faire un bon logo pour une certaine marque. Peut-être pour le prochain modèle d'iPok, qui sait ? Mais bon, au lieu de penser à l'avenir, il était mieux pour Ruby de se concentrer sur l'instant présent. Après tout, elle n'avait plus que quelques minutes pour avoir la forme. Si jamais elle faillit à la tâche, elle aura très certainement l'occasion de tâter des nageoires de Godzilla, chose qui ne l'enchantait pas trop à première vue. Elle préférait de loin se prendre un bon coup de raquette en pleine figure, clairement. Quoiqu'au final, mieux vaut ne rien se manger en pleine poire.

Elle finit sa pomme en quelques bouchées. À présent, elle se sentait déjà en meilleure forme qu'avant. Certes, elle n'était pas à son top-niveau mais c'était déjà suffisant pour qu'elle puisse marcher et rester attentive. D'ailleurs, la rousse remarqua que la petite ne parlait plus trop. Elle était apparemment concentrée sur son "repas". Elle avait raison. Le temps leur était compté. Être Pyroli n'est pas facile, c'était un fait. Elle soupira donc, tentant d'oublier tout ce "malheur". Pourquoi tant de cruauté ? Pourquoi il n'y a que les Pyroli qui ont droit à ce "traitement de faveur" ? Ruby trouvait cela assez injuste, si bien qu'elle en était presque prête à pleurer à chaudes larmes. Mais bon, ce n'était plus de son âge, pensait-elle.

Elle ouvrit la fenêtre en grand et sortit sa tête de la chambre pour profiter un peu de l'air extérieur. La température était raisonnable. Aucun signe de nuages gris à l'horizon, il n'allait sûrement pas pleuvoir. En bref, une belle journée s'annonçait. Dommage qu'il fallait passer la matinée à courir, escalader, nager et bien d'autres. D'ailleurs, une question narguait actuellement l'étudiante. Elle se demandait comme une si petite fille arrivait à suivre. Est-ce qu'elle était sportive ? Qui sait ? Remarque, la taille ne faisait pas tout. Un Machoc pouvait bien vaincre un Léviator, dans ce monde. Quoique ... Ce n'était pas aisé, tout de même.

Ruby aspira une grande bouffée d'air qui envahit rapidement ses poumons. Rien de tel pour se rafraîchir.

– Bon ! Au moins ... On ne courra pas sous la pluie, c'est déjà ça. Je ne suis pas une Magicarpe moi. Je peux pas glisser sur la boue ...
Hope Spettell
Hope Spettell
Région d'origine : Unys
Âge : 18 ans
Niveau : 74
Jetons : 11719
Points d'Expériences : 2567
Todresseur Ranger
Sujet: Re: Blanc antarctique et bleu azur. Oui, des lavabos.   Sam 12 Avr - 21:07

La propriétaire des lieux semble avoir terminé son fruit en peu de temps. Hope vit ses jambes se diriger vers la fenêtre, peu de temps après qu'elle ait entamé son morceau de pain.
Elle avait commencé à engloutir sa nourriture par la miche. De ses doigts, elle formait des boulettes rondes comme la Terre. Puis une dizaine de petites boulettes plus tard, elle en eut marre, et les aplatissait plutôt. Fines comme une feuille. Mais ça n'avait pas le goût d'une feuille. Logique, diriez-vous. Effectivement.

Le pain se vidait peu à peu de sa chair. Il ne restait plus que sa carapace. Un dilemme se posa à la jeune fille. Comment le manger sans que les miettes s'éparpillent sur le sol ? Finalement, après avoir essayé d'y réfléchir, elle ne s'en préoccupa pas plus et mordit à pleines dents dedans. Ce qu'elle tenta d'empêcher d'arriver se produisit. Mais sur son t-shirt. Ça limita les dégâts.

Le dernier morceau de pain disparut finalement dans l'estomac de la petite blonde. Elle se leva pour faire tomber les miettes dans la poubelles. Évidemment, quelques rebelles atterrirent à côté, mais trop peu pour qu'elle s'en aperçoive.
À cet instant, elle remarqua que la rouquine qui s'était appuyée contre la fenêtre n'avait toujours pas bougé. Elle l'observa prendre une grande bouffée d'air frais avant qu'elle ne s'adresse à elle.

« Bon ! Au moins ... On ne courra pas sous la pluie, c'est déjà ça. Je ne suis pas une Magicarpe moi. Je peux pas glisser sur la boue ...  »
Heureusement. Hope sourit en observant le ciel. Du beau temps. Cela apaisait déjà la torture qu'était l'entraînement de Générale Jackie. La comparaison à un Magicarpe y était aussi pour quelque chose. D'ailleurs, en parlant de ça... La jeune fille chercha des yeux un objet qui pourrait lui indiquer l'heure. Elle finit par apercevoir un réveil. Pour une fois que cette machine lui sert à quelque chose. Enfin, elle lui servait tous les jours, mais disons que c'est une des seules fois où elle pouvait vraiment le remercier d'être là.

Dix minutes. Une insulte sortit de la bouche de la fillette. Il lui fallait encore prendre soin de sa peau et s'habiller. Le court moment de surprise passée, elle finit par déclarer :

« Déjà que l'entraînement en lui même n'est pas des plus douces, alors avec la pluie, ça devient juste l'enfer sur terre. Elle soupira en pensant aux fois où ça s'était déroulé ainsi. Bon, c'est pas tout cas, mais je dois encore allez m'habiller. Je file ! Merci pour le pain et à tout de suite, on se retrouve dans les couloirs ! »
Sur ce, elle courra à vive allure à travers les couloirs pour rejoindre sa chambre. Elle saisit un des petits tubes colorés se trouvant sur sa commode et étala la crème sur son visage. Après une petite réflexion, elle trouva ses vêtements de sport dont elle s'habilla en moins de deux. Elle put apercevoir son spectre sortir de sa Pokéball en baillant, cependant, elle n'eut pas le temps d'y prêter plus attention. La voix sans pitié de Jackie résonnait déjà dans les couloirs. Le son d'un décibel impressionnant rebondissait sur les murs afin d'atteindre chaque millimètre carré du dortoir.
Sans plus attendre, Hope se précipita hors de la pièce, claquant la porte derrière elle.

C'était l'heure de suer.


_________________



Ruby L. Jones
Ruby L. Jones
Région d'origine : Unys
Âge : 18 ans
Niveau : 60
Jetons : 821
Points d'Expériences : 1862
Todresseur Spé. Type
Sujet: Re: Blanc antarctique et bleu azur. Oui, des lavabos.   Sam 12 Avr - 23:11
Une fois qu'elle avait aspirer une quantité d'air assez conséquente, elle redescendit sur terre. La minute M approchait à grands pas. D'un instant à l'autre, la voix sauvage et puissance de Jackie allait résonner à travers tous les couloirs. Etant donné qu'elle était prête légèrement avant l'appel, Ruby s'assit sur son lit, comme à son habitude, et attendit patiemment. Lorsqu'elle était nouvelle, les cris du référent la surprenait à chaque fois. Mais désormais, elle savait quoi faire dans ces cas-là. Depuis un bon moment déjà, Ruby utilisait à stratagème tout bête afin de contrecarrer la surpuissance de la voix de Jackie.

Elle tourna la tête vers Hope. La petite jouait avec le pain, comme tout le monde quoi. Qui n s'est jamais amusé avec la mie de ce pain succulent ? Personne aux dernières nouvelles. Que ce soit en étant petit ou grand, on l'a tous fait au moins une fois. Bref. C'est comme si que la blondinette essayait de faire le plus de boules possibles. Voulait-elle faire une reproduction de célèbres bombardements ou autre ? Il faut croire que non. Elle avait écrasé toutes ses créations comme ça. Elle en eût visiblement marre. Elle se lasse vite, dis donc. Puis elle se leva une fois qu'elle eût fini et se débarrassa des miettes. Au moins, elle était soignée. Ça fera du ménage en moins à faire, donc des efforts en moins et du bonheur en plus pour Ruby.

– Et oui ... La boue, les chutes, la visibilité réduite ... C'est gavant. Elle s'étira encore une fois et regarda l'heure lorsque son interlocutrice annonça son départ et reprit ensuite. Ah, déjà ..? Hmm ... Pas de quoi. 'Toute !

Oui. Elle était encore un peu paumée. Ça passait lentement, mais ce n'était pas encore ça. Afin de ne pas s'enfoncer encore plus qu'elle ne l'est déjà, elle la regarda filer sans rien dire de plus. Elle ne lâcha qu'un bâillement avant de remarquer qu'elle aussi ne portait pas encore une tenue adéquate pour l'entraînement. Ruby partit donc fouiller dans ses affaires et en sortit un ensemble de sport. Cette fois, elle n'eût pas à se préoccuper de la porte. La blonde l'avait claquée si vite qu'elle n'eût pas le temps de grincer. Seul le claquement résonna à travers la petite pièce.

L'étudiante se changea doucement, sans trop se précipiter. Et cela lui valut une mauvaise surprise. Elle s'était habillée si lentement qu'il était temps pour Jackie d'hurler. Comme d'habitude, sa voix résonnait à travers tout le dortoir Pyroli. Pire qu'un réveil branché sur tous les hauts-parleurs. Cette fois-ci, elle n'eût donc pas le temps de mettre sa tête sous son oreiller telle une autruche. Et oui. C'est comme ça qu'elle agissait habituellement pour résister à cette agression sonore. Mais cette fois-ci, ce fut un échec total. Ses cheveux auraient presque pu se redresser, comme les défenses naturelles d'un porc-épic. Maintenant, il fallait s'activer pour ne pas être en retard à l'entraînement. Ruby n'avait plus que quelques minutes pour être au garde à vous ...
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Blanc antarctique et bleu azur. Oui, des lavabos.   
Blanc antarctique et bleu azur. Oui, des lavabos.
Page 1 sur 1
Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers:  
Outils de modération :