Connexion
Pokemon Community :: Archives :: Les Archives :: Année 1
 :: L'Île Cobaba :: Les Côtes

Pokemon adala community

Tu abandonnerais ce pauvre locataire démuni à son déménagement, en « empruntant » sa camionnette en plus… ? Je ne te pensais pas voleur, Josh.
en savoir plus ?
Cha-charmant… normalement c’est en mission avec Josh que je frôle la mort, pas en rentrant chez les Phyllalis.
en savoir plus ?
Je vais chuter, encore, et ça sera long, et ça sera douloureux, et t'auras pas envie d'être là. Parce que toi, tu as Aoi mais moi j'ai quoi maintenant que Maya est partie, dis-moi ?
en savoir plus ?
Ce n'est pas le parc que je souhaite anéantir...
en savoir plus ?
Mademoiselle Alézar, Pecheresse Caroline ! Où êtes-vous ?
en savoir plus ?
La triche sera permise évidemment.
en savoir plus ?
Q…. Quéééééééééééééé ?!
en savoir plus ?
-21%
Le deal à ne pas rater :
Calendrier de l’Avent 2021 FUNKO Harry Potter en promo
49.99 € 62.99 €
Voir le deal

Anonymous
pokemon
Invité
est un Invité
Je revenais d'une journée assez longue. La nuit était tombée sur Cobaba, livrant un nouvel aspect de l'île. Si auparavant la chaleur et le soleil la rendaient resplendissante, laissant les quelques Pokémon de type Vol chanter, tandis que grandissent et s'épanouissent des insectes jusqu'à devenir de somptueux papillons, que les poissons nagent joyeusement sous une eau d'un bleu azur superbe, alors que nagent à la surface quelques petites tortues de mer au-dessus desquelles des Goélises planent en cercle; la nuit tombée, tout s'assombrit. Les rayons clairs du soleil laissent place à des nuées lunaires, et dansent les Papinox. Les Pokémon marins se cachent au plus profond des mers, laissant les Carvanha et Sharpedo interdire l'accès aux mers de la façon la plus violente possible : Les crocs en avant.

Je m'avérais être dans mon dortoir, préférant la lumière artificielle de ma lampe de chevet à celle de la lune. Me sentant plus lié au jour qu'à la nuit, je ne souhaitais pas sortir. Je ne souhaitais pas non plus rejoindre les autres élèves qui, au vu des bruits sourds du plancher se fissurant à chaque pas, se chamaillaient gaiement comme de joyeux enfants qu'ils étaient. Mon détachement avec ma famille m'avait fait mûrir plus vite, et plus le temps passait, plus j'avais l'impression d'être devenu un adulte à l'instar de mes partenaires. Vivement que je trouve un partenaire ayant la même mentalité que moi, même si j'avais pu faire la connaissance d'un certain Al Dinok qui était très posé dans ses réflexions, et d'une certaine Kaeko qui, malgré sa candeur et sa naïveté, avait tout d'une grande.

La main postée contre ma Pokéball, dans laquelle se renfermait Lokhlass, j'avais pris l'habitude de la faire tournoyer dans ma main pour lui faire comprendre lorsque je pensais à elle. Ainsi, elle pouvait sentir les vibrations de la balle et, je l'espérais, comprendre que j'étais avec elle mentalement si ce n'est physiquement. J'attendais patiemment que le jour se lève à nouveau, effectuant une malheureuse nuit blanche, motivé par cet ennui et cette solitude si caractéristique des enfants trop vite matures; et si mes camarades de dortoir ne passaient pas leur temps avec moi, ce n'était pas plus mal. J'appréciais cette promiscuité avec le vide, le fait de pouvoir me parler à moi-même si je le souhaitais sans prendre le risque d'être considéré comme un schizophrène. Toutefois, dans l'optique d'une bonne rencontre, la porte de mon dortoir était grande ouverte, et j'étais dans l'axe de vue de l'extérieur.
Anonymous
pokemon
Invité
est un Invité
La nuit est tombée depuis longtemps. Le cerveau tourné vers des pensées sombres et sanglantes, je regarde le plafond de la chambre de ma cabane avec nervosité. Ne pas s'endormir. Ne jamais faiblir. Les heures tournent, trop lentement à mon goût, et je me résigne au manque de sommeil. Des cernes bordent mes yeux, des gémissement épuisés s'échappent d'entre mes lèvres. Je veux dormir sans dormir, me reposer sans fermer les yeux. Ne pas faiblir. Je vais aller prendre l'air, ce sera sans doute plus utile que de rester la. Et puis l'air frais, la proximité avec la nature, le fait de marcher, et tout le reste me permettra de résister plus longtemps à l'envie de dormir.

Je suis revenu de ma sortie capture, mais je n'ai pas encore utilisé mon nouveau compagnon. Je le laisse la plupart du temps dans sa sphère de capture, ne m'en servant pas pour combattre puisque je ne tiens pas à faire perdre un bras ou une jambe à un éventuel rival. Je me contente de mes anciens compagnons, ceux avec lesquels j'ai l'habitude de voyager et de combattre. C'est sans doute la raison pour laquelle, lorsque je me relève lentement de mon lit, je prends toutes mes pokéballs sauf une. Le dernier arrivé dans mon équipe reste seul, enfermé dans une boule teintée de rouge et de blanc, sur ma table de chevet. Je gémis nerveusement, m'étirant de fatigue avant de gagner les extérieurs avec précipitation. Je descends sur le sol rapidement, m'éloigne le plus possible des cabanes tandis que des hauts le cœur me saisissent et s'accentuent au fur et à mesure que je cours. Je finis par trébucher et rends mes repas de la journée vers une série de fourrés, à genoux sur le sol, m'appuyant sur les mains pour ne pas chuter. La douleur qui me saisit dans la gorge suite aux vomissement me coupe la respiration durant un moment, et je suffoque sur place pendant plusieurs secondes. J'essuie mon front pourtant vide de sueur, et me relève avec lenteur en titubant.

Je marche pour essayer de penser à autre chose qu'a mon cher frère, à ces putains de cabanes totalement copiées sur le modèle de Cimetronelle, et mes pas me mènent du côté de la falaise, la ou les Sharpedos dissuadent à la nuit tombée chaque personne de prendre un bain de minuit. J'avance lentement dans les alentours, observant les horizons et finissant par y trouver une autre personne. Un éventuel insomniaque, un autre adolescent incapable de trouver le repos à travers nos locations de l'île ? Je souffle doucement entre mes doigts, attrapant un paquet de cigarettes dans ma poche droite, en séparant une de ses sœurs et la calant entre mes lèvres. Je replace les autres à leur place, avant de saisir un briquet et d'allumer la victime du moment, qui va se consumer dans mes poumons et mon corps.

Je reste à distance de l'autre pour le moment, pas pour lui éviter d'être importuné par ma fumée ou par le tabagisme passif, mais parce que je n'ai pas envie d'engager le dialogue actuellement.
Anonymous
pokemon
Invité
est un Invité
Une bonne capacité olfactive, c'est ce qu'on dit de moi. Un certain talent concernant l'odorat ─ peut-être donné par l'habitude de foutre mon nez dans toutes les fleurs qui passent, afin d'en imaginer des accords culinaires ─ qui pour le coup me dérangeait plus qu'autre chose. Carbone, pétrole et tabac. Je tournais le regard, observant une silhouette sombre verticalement coupée par un haut vert, terminé par une longue chevelure claire. Un type était là, la clope au bec, et même s'il s'était éloigné pour peut-être m'épargner l'odeur de sa cigarette, c'est ce qui m'avait fait tourner la tête pour le distinguer.

"Toi aussi t'arrives pas à dormir, hein ?"

Si usuellement j'étais d'une bonne humeur naturelle, il est vrai que cette nuit blanche qui s'annonçait et ce début d'insomnie me rendaient morose, à tel point que ma voix était presque sombre. Une nouvelle personnalité peut-être ? Sûrement pas.

J'ai pris l'habitude de faire des nuits blanches depuis ma plus tendre enfance, lorsque j'étais effrayé par les crises de folie alcoolisées de mon père, je m'allongeais et me contentait de simuler le sommeil. Beaucoup de fois, mes nuits étaient de moins d'une heure, et beaucoup de fois, le réveil était extrêmement difficile.

"Si tu le souhaites, tu peux entrer."

Je tenais dans mes mains les deux Pokéballs qui contenaient désormais mes alliés. Lockey, un superbe Lokhlass de couleur violette, et celle d'Astérie, un Stari que j'avais encore trop peu découvert, capturé au cours d'un trajet me menant à mes parents. Tout ce que je savais de lui, c'est qu'il adorait tournoyer en répétant frénétiquement son nom. Évidemment, il n'était pas l'heure pour un duel, mais le temps n'est qu'une notion abstraite.

"Ton prénom, gars ?"

Gars ? Qu'est-ce que c'est que ce surnom débile ? La fatigue, sûrement. Je me contentais de rester là, fixe, les jambes se balançant alternativement de gauche à droite comme pourrait le faire un enfant puni mais trop excité pour rester calme. Il est vrai qu'en y repensant, je n'avais jamais fait de duel en pleine nuit, et l'idée de confier un combat à des Pokémon en leur imposant un handicap pouvant mettre plus de piment m'intriguait et m'intéressait grandement. Je le proposerais sûrement au "gars", sauf si ce dernier en prend l'initiative.
pokemon
Contenu sponsorisé
est un
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum