Connexion
Pokemon Community :: Archives :: Les Archives :: Année 1
 :: L'Île Cobaba :: Les Côtes

Pokemon adala community

Tu abandonnerais ce pauvre locataire démuni à son déménagement, en « empruntant » sa camionnette en plus… ? Je ne te pensais pas voleur, Josh.
en savoir plus ?
Cha-charmant… normalement c’est en mission avec Josh que je frôle la mort, pas en rentrant chez les Phyllalis.
en savoir plus ?
Je vais chuter, encore, et ça sera long, et ça sera douloureux, et t'auras pas envie d'être là. Parce que toi, tu as Aoi mais moi j'ai quoi maintenant que Maya est partie, dis-moi ?
en savoir plus ?
Ce n'est pas le parc que je souhaite anéantir...
en savoir plus ?
Mademoiselle Alézar, Pecheresse Caroline ! Où êtes-vous ?
en savoir plus ?
La triche sera permise évidemment.
en savoir plus ?
Q…. Quéééééééééééééé ?!
en savoir plus ?
-12%
Le deal à ne pas rater :
Nintendo Manette Switch Pro
52.99 € 59.95 €
Voir le deal

Calliope Pryde
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t1231-0116-calliope-callie-pryde-givrali#13904
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t1233-calliope-callie-pryde-givrali#13937
Région d'origine : Unys.
Âge : 18 ans
Niveau : 51
Jetons : 2109
Points d'Expériences : 1579
Unys.
18 ans
51
2109
1579
pokemon
Unys.
18 ans
51
2109
1579
Calliope Pryde
est un Adulte Médecin Débutante
Les vacances étaient annoncées depuis quelques jours sur le panneau à l’école et Callie ne savait pas encore si oui ou non elle rejoindrait l’île Cobaba. Depuis son entrée à l’académie, elle ne s’était pas vraiment fait d’amis et ne voyait donc pas l’intérêt de profiter de ce que l’école leur offrait. Ainsi, elle comptait tout bonnement se rendre chez ses parents pour les aider dans la pension, comme avant. Elle serait bien entendue contente de les retrouver, puisqu’elle allait leur montrer ses nouveaux compagnons. Chacun d’entre eux l’aidait comme ils le pouvaient, même l’effrayante Seviper récemment acquise. Au fond d’elle, Calliope savait que le poison dans ses crocs lui serait utile, tout comme les feuilles de Hana. Mais elle n’en était pas encore là, elle avait beaucoup à apprendre !

Finalement, un imprévu total la forçait à participer aux sorties de l’école sur cette fameuse île dont tout le monde n’arrêtait pas de parler. Ses parents la conviaient même à partager des moments riches avec ses compagnons mais qu’elle pourrait revenir plus tard, au mois d’Août. Contrainte d’accepter, la demoiselle n’avait pas le choix et avait signé pour ce voyage. Elle embarquait donc sur le bateau, Hana dans ses bras. Le trajet n’était pas si désagréable et l’envie de découvrir de nouveaux lieux l’intriguait vraiment. Ce n’était pas plus mal après tout, surtout qu’énormément d’activités étaient prévus. Il y aurait de quoi s’amuser mais aussi de quoi rencontrer de nouvelles têtes. En effet, il paraissait que l’école accueillait même les nouveaux élèves pour la rentrée prochaine de septembre. Tant mieux ! Mais Callie devrait se faire discrète sur sa maladie pour éveiller le peu de soupçon.

Ainsi, dès qu’elle posait pied à terre sur l’île Cobaba, elle filait directement dans les cabanes. La jeune fille ne voulait pas trop s’attarder au soleil et préférait découvrir les lieux tranquillement en début de soirée. Elle patientait donc dans sa petite maisonnette, ne sachant même pas avec qui elle les partageait. En effet, ses colocataires devaient déjà profiter de la plage ! Encore quelques heures, et ce serait aussi son tour. Pourvu qu’elle ne paraisse pas trop étrange… Elle serait alors Hana dans ses bras et finissait par s’endormir paisiblement. Heureusement qu’elle avait branché son iPok pour que ce dernier sonne. Personne n’était encore rentrer et elle pouvait filer sans crainte de croiser quelqu’un. Pourtant, c’était une fille sociable. Seulement, elle avait besoin d’être un peu seule. Elle rappelait donc son amie dans sa Pokeball.

Sur le trajet pour aller à la plage, Callie pensait à ses parents. Il la tardait de les retrouver. Elle s’ennuyait un peu d’eux malgré le fait qu’elle essayait de se faire une petite place au sein d’une communauté. Secouant sa tête, elle tentait de penser à autre chose. Elle devait profiter et s’ouvrir aux autres, comme elle avait l’habitude de le faire. La plage était déserte à son arrivé. L’air marin se remplissait dans ses poumons et elle fermait les yeux pour expirer cet air. C’était une odeur particulière qu’elle appréciait assez. Le soleil au loin commençait sa descente progressive. Les yeux rivés sur ce dernier, Callie pensait qu’il était dommage qu’ils soient ennemis et qu’elle ne puisse pas profiter entièrement de sa chaleur. Mais elle n’y pouvait rien… Elle s’avançait alors encore et encore jusqu’à ce qu’elle arrive au bord de l’eau. Lentement, elle retirait ses chaussures et laissait ses pieds baigner dans cette eau particulièrement chaude. Elle se sentait vraiment bien malgré la solitude qui la submergeait.

Le vent soufflait légèrement, caressant faiblement sa peau. A présent immobile, elle attendait, écoutait… Ses sens s’éveillaient. Et elle entendait des bruits de pas dans le sable qui la contraignait à se retourner. Là, au loin, une silhouette qui s’approchait d’elle. Callie ne bougeait pas et revenait dans sa position initiale. Ses yeux étaient rivés sur le large, comme si elle fixait le vide. Et quand la personne inconnue se plaçait à côté d’elle, elle ne se retournait pas de suite pour être à sa hauteur.

_ S-Salut, peinait-elle à dire.

A vrai dire, elle était terriblement gênée car elle était dans l’imprévue et ne savait jamais quoi dire dans ce genre de circonstance. Au final, elle osait un regard en coin. Furtif mais assez pour découvrir qu’il s’agissait d’un garçon – ce qui la mettait davantage dans l’embarras. De plus, elle notait que ses cheveux étaient d’une couleur inhabituelle. C’est ce qui la forçait à tourner légèrement la tête pour le regarder une seconde fois. Sauf que cette fois-ci, elle le fixait droit dans les yeux, un sourire au coin des lèvres assez discret.
Anonymous
pokemon
Invité
est un Invité

« Un jour, tu rencontreras une personne pour qui tu compteras plus qu'elle ne pourra te l'avouer... » , une phrase qui t'était tellement originale et pourtant si incompréhensible. Comment pouvait-on apprécier quelqu'un au point de ne pas pouvoir le dire avec autant de mots et/ou de gestes à sa disposition ? Si l'on appréciait une personne, ne devrait-on pas juste le lui dire, le lui faire savoir physiquement que l'on serait toujours là pour elle, peu importe les obstacles et les moments douloureux d'une vie ? Dans ta tête, cette phrase que ta mère t'avait un jour énoncé, résonnait comme quelque chose d'absurde, d'inimaginable, car pour toi, il t'était difficile de te livrer à une personne autre qu'un membre de ta famille, et encore, mais t'accrocher à quelqu'un aussi fort ... ? Cela ne t'avait jamais effleuré l'esprit tant tes relations avec tes "amis" les plus proches étaient quand même assez distantes, comme si tu cherchais à tout prix à te protéger de toi-même et de tes propres sentiments.

Et pourquoi tu réfléchissais soudainement à ce genre de concepts à ce moment précis de la journée ? Tout simplement car tu venais de passer une journée incroyable en la compagnie d'Ikiala, une jeune fille à la chevelure flamboyante, originaire elle aussi de ta sublimissime région de Kantô. Qu'avait-elle donc bien fait pour que tu eus l'envie de commencer à réfléchir au vrai sens du mot "amitié" ? T'avait-elle fait passer une aussi excellente journée à te parler, à se promener avec toi dans des lieux inédits tel que le Mausolée Scorvol ? Son caractère t'avait-il inconsciemment touché dans ton for intérieur pour que tu eus pu commencer à te soucier de l'importance d'autrui sur ton propre bien-être ? Ou alors, cette fille t'avait-elle rappeler tout ce qu'il t'avait manqué à Carmin-sur-mer pour faire la différence auprès de tes compagnons d'études, eux qui avaient choisi de ne pas te suivre dans ton rêve d'intégré le monde des Pokémons, par pur égoïsme et parce qu'ils se considéraient bien plus proches entre eux que tu n'aurais pu l'être en temps normal ? Probablement. Éventuellement. Hypothétiquement. Quoi que maintenant que tu y repensais, le seul mot qui te venais convenablement à l'esprit était le suivant : définitivement.

Mais l'heure n'était pas aux remords, ni aux regrets du temps passé et qui n'était plus à prendre ni même à essayer de rattraper. Désormais, tu te retrouvais de nouveau seul, accompagné de ton Moustillon, revenant de la luxuriante et très humide jungle qui t'avait permis de découvrir cet endroit sacré pour des dresseurs pokémons comme Ikiala : le Mausolée Scorvol. Tu te retrouvas alors de nouveau sur la plage, et là, le décor qui s'y était planté pendant ton absence était tout simplement magnifique et personne sur la plage pour gâcher ce moment de félicité. Tes oreilles voguaient au rythme des clapotis des vagues qui s'échouaient sur le banc de sable fin, chaud et ocre voire légèrement marronné lorsque certaines zones se retrouvaient submergées par l'eau iodée du coin ; ton nez se débouchait de seconde en seconde de par l'air marin qui stagnait à même la plage, une sensation de renaissance, comme si ton esprit usait de ton sens de l'odorat pour se délecter d'une seconde vie spirituelle ; tu t'arrêtais parfois pour frôler les grains de sable avec tes mains, laissant s'échapper les grains à intervalle régulier comme si tu réapprenais à lâcher du leste, à lâcher prise, et à laisser le temps s'écouler sans que tu ne cherches à en avoir une quelconque emprise ; et ton regard se perdait vers l'horizon, admirant alors l'astre solaire qui tentait d'imposer son rayonnement au bleu de l'océan, provoquant même un embrasement divin à même la ligne d'horizon. Un tableau unique, que tu savourais au maximum. Si tu avais été peintre, ou du moins doué en dessin ou en création graphique, tu aurais certainement voulu immortaliser ce moment de plénitude psychique et physique, et te rappeler à jamais de ce moment où ta vie prenait un tout autre sens, une définition nouvelle qui te plaisait de plus en plus.

« Mouss-ti ... mouss-ti ... moustiii ? Mousti ! Mousss ! Moustiiiii-illon ! »

Et alors que tu déambulais nonchalamment sur la côte, ton Moustillon commença à attirer ton attention, et semblait te faire signe de t'arrêter. Sur le coup, tu ne compris pas trop le pourquoi du comment, mais tu savais une chose, c'est que Mouss tentait de communiquer pour la première fois avec toi sans intervention d'une tierce personne. Et ce moment-là, tu ferais en sorte de l'exploiter à son plein potentiel. Tu essayas alors de décoder la gestuelle de ton petit pokémon de type eau, qui semblait indiquer avec ses petites mimines une direction à suivre du regard. Apparemment, tu devais regarder en direction de l'étendue immensément vaste d'eau qui se filait vers le Sud, où tu jetas un bref coup d’œil sans rien remarquer de prime abord. Tu dévoilas ton plus beau sourire à ton compagnon pour lui faire signe que tu avais réussi à la comprendre et à accéder à sa demande. Mais cela ne sembla pas suffire, car ton petit protégé te redemandais de diriger ton regard vers l'endroit qu'il t'annonçait quelques minutes plus tôt. Et là, surprise ! Une personne ... se dirigeant dans l'eau ... alors que le ciel commençait à prendre des tons légèrement pourprés, violacés, pour annoncer que l'embrasement de l'horizon commençait à laisser place au royaume de la nuit.

Tu ne savais pas trop quoi faire. Mouss semblait tout excité, assez pour se mettre derrière toi sans que tu ne pus le remarquer, à pousser tes jambes en direction de cette mystérieuse jeune fille à la silhouette plutôt frêle mais gracile. Il poussait de toutes ses forces en plus le petit chenapan ! Que pouvais-tu faire de plus pour lui faire plaisir si ce n'est accéder une nouvelle fois à sa requête ? Après tout, tu voulais faire en sorte de créer un lien unique avec ton premier pokémon, et tu l'intimas que tu avais compris et que tu allais le faire : aller voir la fille. Sans attendre, ton Moustillon te sauta dessus pour atteindre la pokéball accrochée à ton ceinturon que tu avais réussi à reprendre en passant par les baraquements avant de t'aventure au mausolée, appuya sur le bouton d'ouverture, et s’immisça de lui-même dans la ball. Il devait certainement avoir une idée derrière la tête, et pour en avoir le cœur net, tu allais tenir ton engagement inattendu, et te diriger vers cette nouvelle individu.

Alors tu t'approchas lentement, mais surement. Tu marchais avec délicatesse et rythme, pour ne pas brusquer ton arrivée, ni pour surprendre de trop avec une démarche trop silencieuse, trop sournoise. Tu manquais certes de présence aux yeux des autres, mais tu n'étais pas dépourvu d'un certain sens de la retenue lorsqu'il s'agissait d'aborder une personne seule, sans qu'il n'y ait aucune foule dans les alentours, comme un brigand le ferait dans une ruelle sombre. Petit à petit, le sol sablonneux et granuleux laissait place à une surface lisse et poreuse, s'enfonçant au contact de tes pieds qui laissaient alors leur trace derrière ton passage. Tu ne le remarquas pas tout de suite, mais tu aurais pu jurer que la fille s'était tournée en direction du rivage où tu trouvais, avait fixé un moment dans ta direction, puis s'était retournée face à l'horizon déclinant. Et quelques secondes plus tard, voire une ou deux minutes grand maximum, tu parvins à gagner la partie aqueuse qui annonçait ton arrivée avec succès dans l'eau où se trouvait ton énigmatique invitée nocturne. Et là, tu pouvais préciser les détails la concernant : elle était tout juste aussi grande que toi, soit avoisinant le mètre soixante-dix si tu ne faisais pas d'erreur, une taille qui paraissait normale en soi, mais qui était déjà handicapante pour toi lorsqu'il s'agissait du basketball, où tout le monde mesurait largement dix à vingt centimètres de plus que toi ; une corpulence somme toute légère sans pour autant donner une impression de maigreur ; un gable naissant de jeune femme qui n'augurait que splendeur et charme potentiel pour l'avenir ; une chevelure longue, lisse, légèrement graphique de part une sorte de tressage, et d'une couleur presque rousse, une teinte pêchée te dirais-tu. Tu la trouvais belle, sans pour autant t'abandonner dans des pensées odieuses ou blasphématrices de la condition féminine ... non, tu la trouvais juste belle, agréable à regarder. Même la blancheur de sa peau ne te semblait pas anormal, toi qui avait l'habitude de fréquenter des personnes adeptes des nouvelles technologies, et qui ne vivaient que la nuit. Peut-être que cette fille possédait un hobby semblable, d'où le teint de peau très clair qui signifiait qu'elle n'était pas intéressée par les excursions diurnes.

Une fois l'observation première terminée, tu t'approchas assez discrètement d'elle, jusqu'à venir à sa hauteur. Elle ne te regardas pas, mais te saluas dans un filet de voix plutôt mince, comme si elle venait tout juste d'utiliser assez d'air pour prononcer le mot "salut". Puis elle posa ses yeux sur toi, deux billes couleur amande, animés d'une lueur surprenante, comme si tout son être s'enflammait d'une telle situation exceptionnelle entre deux individus qui n'étaient pas destinés à se rencontrer. Mais ce petit regard ne dura que quelques petites secondes, avant qu'elle ne l'eut re-dissimulé en direction de l'horizon. Puis elle te fit de nouveau l'honneur de rejeter un coup d’œil dans ta direction, et tu les vis : ses pupilles se dilatèrent et prirent un angle qui te faisait dire qu'elle commençait elle aussi à te jauger physiquement, en commençant par ta chevelure si particulière, avec son teint bleu ciel. Une spécificité qui devait l'avoir piquée au vif, car celle-ci prit le temps de se retourner pour te faire face, les yeux dans les yeux, comme si rien ni personne ne pouvait l'accaparer plus dans son attention que toi. Puis elle arbora un mignon petit sourire du coin de ses lèvres, juste assez pour donner une autre dimension à son regard perçant, une dimension plus douce et plus avenante. Alors tu pris la peine de la remercier de son salut en faisant de même.

« Bonsoir ! *petit sourire et regard de sympathie* Je suis désolé de te déranger aussi tardivement dans la journée, au milieu de cet océan, et devant ce sublime coucher de soleil qui, je dois bien l'avouer, me laisse sans voix et m'attire comme un papillon le serait devant une source de lumière jaillissante. *écarquille ses yeux à la vue de l'horizon encore légèrement embrasé par les rayons du soleil* J'espère que je ne t'ai pas effrayée ... ce n'est pas tout le monde qui arrive à garder son calme dans une telle situation. Si jamais je t'indispose, dis-le moi, et je m'éloignerais un peu plus vers le camp de base pour te laisser de quoi apprécier en paix ce paysage ! *petite moue de gêne, sourire crispé, regard timide. Puis poursuit* Histoire de te mettre en confiance, je me présente ... je m'appelle Aaron Lancaster, et je suis arrivé sur cette île ce matin. Ravi de te rencontrer ... euh ... *s'interrompt car se rend compte qu'il n'a pas de prénom en retour pour finir la petite commodité de politesse* »

Tu aurais tant voulu connaitre son prénom pour lui dire à quel point tu étais ravi de la rencontrer. Mais tu en avais déjà peut-être trop dit, et tu l'avais peut-être de nouveau plongé dans le stress de l'inconnu. Tu t'en voulais légèrement de l'avoir accosté aussi naïvement et aussi simplement que tu venais de le faire ... mais ce n'était pas ton style de faire autrement, ou alors, de jouer la carte de l'apparition furtive et fantôme. Non, pas en ces circonstances-là, pas en ce temps-ci. Tu allais devoir compter sur ta chance, et ta chance seule pour que l'adolescente à la chevelure de feu ne daigne te répondre aussi simplement et amicalement que tu ne l'espérais.
Calliope Pryde
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t1231-0116-calliope-callie-pryde-givrali#13904
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t1233-calliope-callie-pryde-givrali#13937
Région d'origine : Unys.
Âge : 18 ans
Niveau : 51
Jetons : 2109
Points d'Expériences : 1579
Unys.
18 ans
51
2109
1579
pokemon
Unys.
18 ans
51
2109
1579
Calliope Pryde
est un Adulte Médecin Débutante
Fixer une personne de cette façon pouvait paraitre mal poli et dérangeant. Sauf que Calliope ne s’en rendait pas compte, trop intriguée par la chevelure de l’inconnu. Elle était d’une couleur incroyable qui émerveillait la demoiselle, prenant plaisir à la contempler. Ce bleu azur lui rappelait le ciel, étendue magnifique qui se dressait chaque jour au-dessus de nos têtes. Le ciel représentait énormément de chose à ses yeux, notamment la liberté mais aussi l’habitat de son ennemi. Son sourire restait en place, comme si elle avait été un ordinateur et qu’elle avait planté. Le visage du garçon avait autre chose de saisissant : son regard ! Le bleu dominait aussi cette partie-là. Callie respirait lentement, laissant le silence régnait en maître. Puis, elle laissait divaguer son regard sur le reste du corps de l’inconnu : svelte, légèrement musclé. Son regard descendait progressivement, toujours silencieuse. Mais, lorsque le jeune prenait enfin  la parole, elle se redressait d’un coup pour capter de nouveau ses pupilles. A son tour, il souriait, il la saluait et s’excusait. La demoiselle le laissait parler, analysant chaque ton de sa voix. Il en disait beaucoup… Beaucoup trop même. Il devait lui aussi être gêné. A la fin, elle rebondissait directement, tendant sa main dans sa direction.

_ Calliope. Répondait-elle tout simplement, comme si elle savait déjà qu’il faillait terminer sa phrase. Enchantée Aaron. Ne t’excuse surtout pas.

Et voilà, elle se taisait encore. Contrairement à lui, elle avait peur d’en dire trop. Il avait parlé du coucher de soleil mais ne elle l’avait pas relevé : heureusement qu’il se cachait celui-là. D’ailleurs, elle lançait un regard mauvais à cette étoile qu’elle portait pourtant dans son cœur. Ennemi naturel, elle n’y pouvait malheureusement rien. Callie savait déjà que les vacances sur cette île seraient rudes. Mais elle allait faire très attention, comme elle l’avait toujours fait. Voilà que le silence revenait et cette fois ci, ça l’énervait. Peu à l’aise quand ce vide n’était pas comblé, elle décidait de faire plus ample connaissance avec ce garçon. Qu’avait-elle à perdre ?

_ J’aime bien observer ce genre de spectacle. Mais accompagnée d’une personne inconnue, c’est une sensation étrange. Je ne t’ai jamais vu à l’école. Tu viens faire ta pré-rentrée sur l’île ?

Forcément. Calliope l’aurait déjà remarqué sinon, avec une couleur pareille ! En reprenant la parole, elle se sentait un peu mieux. Et l’envie d’en apprendre plus lui faisait submerger de nombreuses questions dans son esprit. Elle fermait les yeux et se concentrait afin de ne pas trop s’éparpiller. Ils en avaient beaucoup, même des loufoques : elle devait les trier. Peut-être étaient-ils voisin, qui sait ? Après tout, elle ne savait même pas avec qui elle logeait dans sa cabane.
Anonymous
pokemon
Invité
est un Invité
Et comble de l’incongruité, elle te révéla son prénom. Calliope. Un nom si estival, si original, et si peu conventionnel concernant la mode des prénoms féminins se terminant par un « A » ou bien par « IE ». Puis elle continua sur sa petite lancée pour te dire que tu n’avais pas besoin de t’excuser auprès d’elle, comme si elle avait perçu ton malaise lors de ton introduction, et surtout, comme si elle voulait t’enlever un poids de sur tes épaules concernant cette rencontre inopinée. Puis elle se tut, te laissant une nouvelle fois à la merci du bruit des vagues qui déferlaient sur vos deux corps de jeunes recrues du monde pokémon. Cependant, un léger regard vers l’horizon de la part de la rousse t’inquiéta légèrement : pourquoi regardait-elle le soleil couchant de cette façon ? D’une expression aussi hostile que celle-là ? Etait-elle en quelque sorte fâchée contre l’astre solaire tout puissant ? Si oui, de quoi ? De son potentiel calorique trop poussé pendant la journée ? De son rayonnement assassin les jours de faible brise ? De sa couleur éclatante et trop dangereuse pour l’œil humain, se gardant bien de se dérober à l’inconnu ? Tu ne le savais pas, et tu ne pouvais pas le deviner, alors tu la fixas, et tu attendis qu’une nouvelle action se fasse.

Celle qui te faisait face, du nom de Calliope, se retourna alors dans ta direction, te toisa un poil plus du regard, pour s’imprégner de ton être visiblement. Puis elle t’intima le fait qu’elle était friande de ce genre de paysage, déclinant, presque rendu. En revanche, le fait d’être en la présence d’un inconnu la rendait quelque peu chose, lui donnant à ressentir une sensation d’étrangeté dans l’action, comme une sorte d’anomalie qui se serait glissée dans son quotidien mi-diurne mi-nocturne. D’ailleurs, elle se rendit compte qu’elle ne t’avait jamais vu auparavant, que ce à la Pokémon Community, ou aux alentours de l’île Lansat … alors elle te demanda tout naturellement si tu avais fait ta prérentrée ici même, sur l’île Cobaba. Puis la charmante fille à la chevelure flamboyante dans l’ultime lueur du soleil se remise dans une position plus naturelle, plus confortable, et se re-tut en attendant ta réponse.

« Je suis impressionné de par ta perspicacité Calliope ! Je viens de faire ma rentrée ce matin, et je serais des vôtres dès lors que les vacances seront terminées. J’ai hâte de pouvoir mettre à profit mon excitation et ma curiosité pour arpenter le plus d’endroits sur cette île, afin de mieux connaitre les étudiants. Ah mais au fait … tu dois être une étudiante honoraire du complexe de base … dis-moi, tu connais une certaine Ikiala Rosenbach ? Elle aussi est déjà une élève standard de la Pokémon Community, et fait partie du dortoir des Givrali … des fois que ça te dise quelque chose ? »

Tu lui lanças un sourire franc et radieux, comme si le fait d’enfin pouvoir lui parler normalement comme tu venais de le faire, avait eu pour effet de te libérer d’une contrainte corporelle et verbale des plus oppressantes qui eurent été. Toi aussi alors, tu repris une posture plus droite, plus confortable, et tu attendis la réponse de ta consœur, dont tu en ignorais encore la teneur.
Calliope Pryde
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t1231-0116-calliope-callie-pryde-givrali#13904
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t1233-calliope-callie-pryde-givrali#13937
Région d'origine : Unys.
Âge : 18 ans
Niveau : 51
Jetons : 2109
Points d'Expériences : 1579
Unys.
18 ans
51
2109
1579
pokemon
Unys.
18 ans
51
2109
1579
Calliope Pryde
est un Adulte Médecin Débutante
Calliope avait vu dans le mille, Aaron était bien l’un de ces nouveaux élèves faisant leur pré-rentrée lors de la classe d’été. Il avouait même parcourir cette île pour rencontrer des étudiants afin de faire connaissance, évoquant par la même occasion un nom : Ikiala Rosenbach… Callie avait beau chercher dans ses souvenirs, cela ne lui disait absolument rien ! Et pourtant, d’après le jeune homme, cette personne faisait partie du même dortoir que la rousse. Mordillant sa lèvre inférieure, elle se sentait désolée de ne pas affirmer ses propos.

_ Elle doit être le genre d’élève très discrète, comme moi. Je ne la connais pas, désolée…

Peut-être voulait-il en apprendre plus sur cette fille par son intermédiaire. En tout cas, c’est ce que pensait Calliope et elle était désolée de ne pas pouvoir l’aider. Néanmoins, quand il parlait du dortoir, elle se doutait qu’il était perdu sur cette notion et qu’il ne savait pas vraiment ce que cela voulait dire. Ainsi, la demoiselle en profitait pour reprendre la parole et lui expliquer un peu tout en lui posant encore une question.

_ Oui, Givrali… C’est aussi mon dortoir d’ailleurs. Mais au fait, tu as déjà été réparti où ils font ça en septembre ?

C’était probable que ce soit déjà le cas : l’administration de l’école se montrait toujours prévoyante. A moins qu’ils préfèrent se la couler douce pendant les vacances et ne reprendre qu’une activité dans deux mois. De toute façon, peu importe. Si Aaron s’était inscrit à l’académie, c’était bien pour une raison, et Callie voulait vraiment savoir ce qui l’intéressait. Après tout, on avait tous des rêves et des ambitions différents. Et elle aimait connaître ceux des autres. Et chose surprenante, des fois, ça ne correspond pas du tout à leur physique ou même comportement : comme quoi, les apparences peuvent être trompeuses.

_ Dis-moi, tu te diriges vers quelle branche ?

C’était plutôt direct mais Calliope ne désirait pas tourner autour du pot. Elle considérait cela comme une perte de temps, donc autant aller droit au but. Aaron lui paraissait sympathique. D’abord parce qu’il était venu à sa rencontre –pour une bonne raison encore inconnue- mais aussi parce qu’il était gentil en venant discuter avec elle. Rien ne le poussait à le faire. Généralement, les garçons détestaient entendre les filles parler. Alors, Callie se disait peut-être qu’elle en faisait de trop. Elle plaçait sa main devant sa bouche pour se taire et regardais le jeune homme.

_ Si j'en dis trop, fais le moi savoir. Je ne veux pas t’ennuyer. Déclarait-elle d’une petite voix.
Anonymous
pokemon
Invité
est un Invité
Manque de bol, elle ne connaissait pas Ikiala, ou ne semblait l’avoir jamais vue. Étonnant, pour deux étudiantes de la même promotion, du même dortoir … m’enfin, tu n’allais pas chercher des raisons farfelues à cela, car peut-être, comme Calliope le disait, si elle était aussi discrète et peu encline à se montrer comme Ikiala, alors il y avait de grandes probabilités pour qu’elles ne se soient jamais côtoyées ni même illustrées l’une face à l’autre. Pour un peu, tu te sentis désolé d’avoir fait dire à la rousse qu’elle ne se remémorait pas une telle fille, une information qui l’avait forcée à se mordiller la lèvre, signe qu’elle avait quand même essayé de plus fort de sa mémoire de retrouver l’identité physiologique de la rouge. Pas grave, tu plissas tes yeux de façon à ce que ton regard devienne avenant, preuve que tu n’étais pas là pour la tester sur ses capacités à se lier socialement à d’autres, mais simplement dans le but de la connaitre mieux. A la place, Calliope rebondit sur le fait que tu aies mentionné le mot « dortoir », et en profita pour te demander si tu avais déjà été répartie pour la rentrée prochaine, ou si cela se ferait en Septembre. Alors, tu pris la peine de répondre.

« Oui, lors de mon inscription ce matin, après avoir reçu mon pokémon auprès du Collectionneur, j’ai passé un test psychologique, et aussi, une sorte de test d’affinité sociale qui a permis aux examinateurs et au personnel enseignant de m’attribuer mon futur dortoir à la Pokémon Community. Si tout va bien, et que rien ne change, je ferai parti des Noctali à la rentrée. J’espère qu’il y aura des gens aussi sympathiques que toi là-bas ! »

Tu lui décrochas ton plus beau sourire, pour la mettre en confiance sur tes intentions, mais aussi, quelque part, pour attirer sa propre sympathie à elle aussi. Quelque part, tu sentais que cette fille pouvait devenir quelqu’un d’intéressant à découvrir, et surtout, à côtoyer sur le long terme. Et en plus, comme tu n’avais pas encore vraiment d’amis, elle pourrait même figurer dans la liste des toutes premières personnes de confiance à n’avoir jamais été intéressée amicalement par ta personne. Un exploit en soi. Mais alors que tu te perdais dans tes pensées, la fille à la chevelure de feu enchaîna avec une autre question, cette fois-ci, concernant le parcours d’études que tu visais. Là aussi, tu avais de vagues souvenirs de ton entretien, que tu t’empressas de lui confier.

« Si mes souvenirs sont bons, j’ai demandé à poursuivre le cursus du Pokéathlète, avec comme projet d’avenir, une place au sien de l’organisme des Espions Pokémon. Et … »

La rousse te coupa le temps de quelques petites secondes, et te fis savoir que si elle en disait trop, il fallait que tu le lui fasses savoir, car elle ne voulait en aucun cas t’ennuyer avec autant de questions. Ce qui était mignon dans sa façon de le dire, c’était la petite intonation de voix qu’elle utilisa à ton intention, comme si elle s’excusait déjà de trop parler, et ce, trop naturellement. Tu la comprenais plus que très bien, car toi-même t’illustrait dans ce genre d’embarras émotionnel, handicapant dans certaines situations, attendrissant dans d’autres. Et ici, c’était attendrissant. Alors tu poursuivis.

« … Ne t’inquiètes pas, tu ne me déranges pas. Au contraire, je trouve ça normal que tu veuilles en savoir plus de la part de l’inconnu qui t’a abordé sans crier gare. Pour tout te dire, si j’ai choisi la voie du Pokéathlète, c’est avant tout car j’adore le sport … on ne dirait pas comme ça, mais je suis doué dans le domaine, mais je fais attention à ne pas trop le montrer, ou du moins, à ne pas m’en vanter. Je suis du genre à passer inaperçu … un peu comme mon compagnon ici présent. »

Calliope ne l’avait peut-être pas remarqué, car tout comme toi, ton Moustillon manquait de présence, et pouvait surprendre n’importe qui dans n’importe quelle situation. Mais toi, tu l’avais senti sortir discrètement de sa balle, pour venir se poster sous l’eau, au niveau de tes jambes immergées, attendant le bon moment pour se manifester. Tu avais saisi cette opportunité pour effectuer ton running gag préféré, histoire de surprendre la rousse, lui arracher un petit air de stupéfaction mignon tout plein, et pourquoi pas, attiser sa curiosité.
Calliope Pryde
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t1231-0116-calliope-callie-pryde-givrali#13904
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t1233-calliope-callie-pryde-givrali#13937
Région d'origine : Unys.
Âge : 18 ans
Niveau : 51
Jetons : 2109
Points d'Expériences : 1579
Unys.
18 ans
51
2109
1579
pokemon
Unys.
18 ans
51
2109
1579
Calliope Pryde
est un Adulte Médecin Débutante
Alors, il avait déjà son dortoir mais aussi son tout premier Pokemon. Calliope était assez stupéfaite de réaliser que l’école prenait toujours les devant. Au final, c’était certainement la meilleure solution et cela permettait à l’école de mieux s’organiser pour la rentrée de septembre. Aaron déclarait faire partie du dortoir des Noctali. Fouillant dans sa mémoire, la demoiselle n’en connaissait que peu. Elle avait que très rarement l’occasion de discuter avec les autres élèves de toute manière, d’où le fait qu’elle avait très peu d’ami. Elle pouvait néanmoins nommer Al et Eric, c’était déjà ça. De ce qu’elle savait, par le biais des autres ainsi que la célèbre Erza Plume, les élèves étant dans le dortoir Noctali était des personnes très compétitives. C’est là aussi qu’il y avait beaucoup de dragueur. Sur le coup, la rouquine paniquait… Sauf qu’il n’y avait pas de raison : elle ne connaissait pas vraiment le jeune homme. Et cette histoire qu’elle avait lue dans la gazette ne concernait que deux protagonistes : Lucas et Allen. Il ne fallait pas mettre tout le monde dans le même sac, surtout que ce n’était pas son genre de juger de cette façon. Non, Callie préférait se fier à son instinct. Et pour le moment, Aaron lui paraissait fort sympathique bien qu’elle était encore réticente dans l’idée de s’en faire un ami. En effet, elle ne connaissait pas vraiment… Et c’est pour cela qu’elle se permettait de lui poser ces questions indiscrètes. Elle apprenait ainsi qu’il se dirigeait dans la branche Pokeathlète, tout comme elle. Sauf qu’elle lui avait coupé la parole à cet instant alors que ce n’était pas du tout son intention : ils avaient juste parlé en même temps.

_ Heu… D’accord.

Il poursuivait donc son explication ce qui faisait décrocher un sourire à la demoiselle. Il avait vraiment l’air intéressé par cette orientation. Elle apprenait aussi qu’il était un sportif et elle se demandait dans quels sports il excellait. Il vantait par la même occasion ses talents de discrétion. Ce qui pourrait sûrement se montrer utile dans sa future voie. Les yeux de Callie se posaient alors sur la petite créature qui s’était caché dans les jambes de son dresseur. Elle le connaissait puisqu’il faisait partie des starters proposés à la région d’Unys, sa région d’origine. Il était vraiment adorable mais Callie n’osait pas le prendre dans ses bras. Elle avait déjà eu l’occasion de s’occuper de ce type de Pokemon, notamment de son œuf à la pension et elle connaissait cette espèce assez bien.

_ Il est mignon. C’est donc lui, ton premier Pokemon ?

De la perspicacité, elle en avait. Quoi de plus logique quand la personne vous dit qu’elle est arrivée le jour même. Elle se frappait donc le front magistralement avec la paume de sa main et reprenais en levant les yeux au ciel.

_ Bien sûr que c’est ton starter, je suis vraiment une idiote. Il a un petit nom ?

Ceci dit, elle s’agenouillait et tenait les bras vers la créature aquatique qui semblait dans un premier temps assez timide. Calliope le comprenait bien assez puisque c’était aussi son cas lorsqu’elle rencontrait des inconnus. Heureusement, Aaron avait su la mettre assez à l’aise bien qu’elle paniquait à chaque fois que son regard croisait le sien, prétextant n’importe quoi pour l’esquiver.

_ Du collectionneur, j’ai reçu Hana, une Chlorobule. Mais je possède aussi une Seviper qui répond au nom de Nagini.

A l’entente de son nom, la concernée ne se gênait pas pour sortir de plein gré de sa Pokeball alors qu’elle n’y avait même pas été conviée. Le serpent se dressait de tout son long au côté de sa dresseuse. Fière et majestueuse, la dite Nagini toisait du regard le jeune dresseur en face d’elle. Sa langue sifflait et passait entre ses gros, tel le serpent venimeux et dangereux. Depuis que Calliope l’avait attrapée, cette dernière faisait attention à la rouquine et avait beaucoup plus de mal qu’elle pour donner sa confiance. Elle était trop sur ses gardes ce qui parfois, compromettait une relation. Le serpent fiait finalement la petite chose au sol, se disant alors qu’elle pourrait en faire qu’un bouchée.

_ Hem… Nagi’, je ne t’ai pas appelé, rentre vite ! Aussitôt dit, aussitôt fait. Callie attrapait sa Pokeball et rappelait son amie qui ne bronchait pas. Désolée. Elle fait toujours ça… Et c’est comme si elle voulait me protéger de quelque chose alors qu’il n’y a jamais aucun danger. Je crois qu’elle ne fait confiance à personne.


pokemon
Contenu sponsorisé
est un
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum