Connexion
Pokemon Community :: Archives :: Les Archives :: Année 1
 :: Cours, Event...

Pokemon adala community

« J’ai juste envie de profiter de cette soirée, et de ce nouveau début de vie… Même si je sais que je ne suis pas encore au bout de mes surprises. »
en savoir plus ?
« Cette mission est déjà un calvaire, alors stp essaie de pas la rendre encore pire, ça m’arrangerait. »
en savoir plus ?
« Je ne suis pas sûr qu’il soit l’heure de distribuer de l’eau bénite, nous savons déjà tous que vous êtes un ange Ranya, mais je suis touché de votre bénédiction. »
en savoir plus ?
« Je me déteste. Je me déteste de toutes mes forces. »
en savoir plus ?
« C'est un fantôme que tu enlaces, Faulkner. »
en savoir plus ?
Le soleil tape. Les gens hurlent. Il en a marre. Ce n’est pas un tournoi. C’est un poisson d’avril.
en savoir plus ?
« Il est beau... Tu en as de la chance... »
en savoir plus ?

Sir Trouille
Icon : Biologie 01. Initiation & Découverte des Pokémon : Types, Forces & Faiblesses - Page 2 CeOUB4f
Région d'origine : -
Âge : -
Niveau : 0
Jetons : 0
Points d'Expériences : 13090
Biologie 01. Initiation & Découverte des Pokémon : Types, Forces & Faiblesses - Page 2 CeOUB4f
-
-
0
0
13090
pokemon
Biologie 01. Initiation & Découverte des Pokémon : Types, Forces & Faiblesses - Page 2 CeOUB4f
-
-
0
0
13090
Sir Trouille
est un PNJs
La deuxième série de questions tomba rapidement, immédiatement suivie par un nombre incalculable de petites mains qui se levèrent pour avoir l’opportunité de répondre. Janice était plutôt satisfaite de la participation de ses élèves, chose plutôt rare dans les cours, de nos jours. Elle interrogea donc un à un les apprentis dresseurs, en tentant de désigner ceux qui avaient levé la main en premier, ou ceux de qui Princesse était les plus proches –les malheureux, le Grotadmorv ne les lâcheraient probablement pas avant qu’ils aient donné leur réponse !-. L’enseignante écouta donc attentivement son audience, et marqua sur le tableau les types et les exemples de Pokémon notés. Globalement, les réponses étaient plutôt correctes, même si des types avaient encore été oubliés, comme la dernière fois. Princesse sembla s’offusquer que personne n’ait encore parlé du type Poison, et lâcha un gaz malodorant au fond de la classe, en grognant d’un air malheureux.

Une jeune fille entra dans la classe pile à ce moment-là, et s’excusa pour son retard. Avec un sourire indulgent, Janice l’autorisa à prendre place, et ne lui fit aucune remarque, même si Princesse remonta rapidement l’allée pour poser sa tête infecte sur les genoux de Yuna. Le message était plutôt clair pour tous les autres élèves : n’arrivez pas en retard sous peine de subir les pires représailles.

« Il n’y a pas de soucis, Mademoiselle Utako. » répondit l’enseignante de sa voix douce et calme. « Revêtez juste la blouse qui se trouve sous votre casier, ou sinon Princesse va finir par vraiment ruiner vos vêtements. »

Elle claqua ensuite une nouvelle fois dans ses mains pour capter l’attention de ses élèves.

« Pour faire un petit rappel à notre retardataire, nous étions en train de parler des types, dont la définition figure encore au tableau. Au nombre de 17 -18, si on compte le récent type Fée découvert à Kalos et dont nous ne savons encore que très peu de choses-, ces types sont classés selon l’ancienne classification en types normaux et types spéciaux. Nous avons donc comme types Physiques : Vol, Normal, Sol, Combat, Acier, Spectre et Roche, ainsi que les oubliés, Insecte et Poison. Comme types Sol, nous pouvons citer, en plus de Camerupt qui est un double type Feu/Sol, Taupiqueur ou Kraknoix. En type Insecte, tous les Pokémons que vous pouvez trouver très facilement dans les hautes herbes ou les forêts, comme Chenipan ou Aspicot. Et en type Poison, Grotadmorv ou Gloupti. Le type Ténèbres n’est malheureusement pas classé en type Physique, mais en type Spécial, tout comme les types Dragon, Feu, Eau, Electrik, Glace, Psy, Spectres et Plante. Malgré quelques oublis ou erreurs, vous vous êtes très bien débrouillés, surtout sachant que cette classification n’existe plus aujourd’hui. »

Janice laissa quelques minutes supplémentaires pour que les élèves puissent prendre des notes, répéta certaines de ses informations plus lentement, puis poursuivit : « A présent, nous allons aborder les Forces et Faiblesses des Pokémon. Comme dit précédemment, il existe des types qui peuvent avoir un avantage sur d’autres Pokémon, mais être faibles face à d’autres. Par exemple, je peux citer le type Combat, qui est efficace contre le type Normal, mais peu efficace contre le type Poison, et totalement faible face au type Psy. Enfin, cela marche surtout au cas par cas en fonction des attaques lancées. Ce sera surtout le type de l’attaque qui aura un impact sur les dégâts finaux, plus que le type du Pokémon en lui-même, même si un Pokémon de type eau aura tendance à avoir plus d’attaques de type eau. Je sais que vous connaissez certaines de ces forces et faiblesses, comme certains d’entre vous l’ont démontré, mais pour la plupart, ces notions peuvent demeurer floues. Au lieu de vous donner une table des types à apprendre par cœur, je vais donc vous laisser faire une petite expérience qui vous permettra d’en apprendre un petit peu plus sur les forces et faiblesses. »

Cela faisait déjà une bonne heure et demie que le cours avait débuté, et il était temps de passer à la pratique. Avec un geste, Janice invita enfin les élèves à admirer les bocaux de verre disposés sur leurs paillasses. Elle attrapa l’un des pots qui était sur le bureau d’un élève du premier rang, et le montra devant toute la classe.

« J’ai déposé sur vos tables des petits bocaux comme ceci. Si vous êtes plutôt du genre observateurs, vous aurez sans doute remarqué que les contenus de chaque sont différents. Il s’agit là de morceaux d’épidermes de Pokémon. Couleurs, formes, texture… aucun n’est semblable, mais il a été prouvé que l’épiderme des Pokémon avait une certaine influence sur leur faiblesse et leur résistance. Aussi, un morceau de Gravalanch, qui est de type roche, sera insensible aux chocs électriques, puisque celle-ci ne circulera pas à travers. » expliqua-t-elle en montrant le morceau de roche marron au fond du bocal.

Elle retourna ensuite à son bureau, et brancha sa loupe binoculaire sur l’écran, afin que tous les élèves puissent avoir sur le tableau, une vue de ce qu’elle était en train de regarder à travers l’appareil. Elle déposa ensuite le morceau de Gravalanch en dessous des lunettes, et attrapa un petit stylet parcouru d’un courant électrique, semblable à un fer à souder branché sur une batterie. Elle alluma le stylet, et en déposa l’extrémité sur le morceau de roche, qui absorba l’électricité sans se dénaturer.

« Comme vous pouvez le voir sur l’écran, il n’y a aucune trace d’usure sur ce morceau. Pas une égratignure. Par contre, si je mets un petit peu d’eau… » reprit-elle, en déversant avec une pipette, trois minuscules goutte d’eau.

Le résultat fut immédiat, et la roche se craquela légèrement, sous les exclamations des élèves.

« Voilà donc ce qui se passe quand un Pokémon de type Roche subit une attaque de type Eau. A l’œil nu, il serait bien malaisé de voir réellement les effets d’une telle attaque, à part si celle-ci est vraiment puissante, comme une attaque Lance-Flamme qui peut faire roussir un Pokémon Plante. A la loupe binoculaire, vous pouvez cependant avoir un changement assez visible pour déterminer quel type est faible ou résistant face à quel autre type. Pour aujourd’hui, vous disposez donc chacun de deux bocaux devant vous. En fonction des réactions que vous observerez grâce aux différents outils, et grâce à la table des forces/faiblesses que je vous distribuerai, vous devrez déterminer de quel type est le morceau d’épiderme dans vos deux bocaux. Il vous reste deux heures et demie, donc je vais vous laisser une heure et demie pour observer vos deux bocaux. Il restera ensuite une heure durant laquelle vous pourrez voir ce que vos voisins ont trouvé, et regarder dans leurs loupes binoculaires pour pouvoir observer tous les échantillons. S’il n’y a aucune question, je vous laisse commencer. N’hésitez pas à m’appeler si vous avez le moindre souci. A la fin de l’heure, je veux que chacun d’entre vous me note sur un morceau de papier ses observations, ainsi que la déduction du type pour les deux bocaux. Vous pouvez également essayer de deviner de quels Pokémon ces morceaux de peau ont été prélevés, même si cela ne vous fera gagner que des points bonus. »

Elle expliqua ensuite rapidement comment chaque outil fonctionnait, et laissa ses élèves faire le reste.
Sir Trouille
Icon : Biologie 01. Initiation & Découverte des Pokémon : Types, Forces & Faiblesses - Page 2 CeOUB4f
Région d'origine : -
Âge : -
Niveau : 0
Jetons : 0
Points d'Expériences : 13090
Biologie 01. Initiation & Découverte des Pokémon : Types, Forces & Faiblesses - Page 2 CeOUB4f
-
-
0
0
13090
pokemon
Biologie 01. Initiation & Découverte des Pokémon : Types, Forces & Faiblesses - Page 2 CeOUB4f
-
-
0
0
13090
Sir Trouille
est un PNJs
HRP :
Tâche 1 (1h et demie) : vous possédez chacun deux bocaux avec des épidermes de type inconnu. Vous allez donc tester tous les outils, et déterminer à quels types vos morceaux d’épidermes sont faibles et/ou résistants. A partir des résultats obtenus, et de la table des types distribuée par Janice, vous pourrez remonter au bon type et trouver la solution.
Tâche 2 (1h) : vous pouvez vous balader dans la salle de classe et regarder ce que font les autres, et/ou discuter (c’est plus une heure libre qu’autre chose, donc faites ce que vous voulez !)

Les outils dont vous disposez sont les suivants :

- Une pipette avec de l’eau (Type Eau)
- Une boîte d’allumette (Type Feu)
- Un stylet branché à une batterie (Type Electrik)
- Une fiole contenant des gouttes des sécrétions de Princesse (Type Poison)
- Un bac à glaçons (Type Glace)
- Un morceau de roche (Type Roche)
- Une feuille (Type Plante)
- La table des types (www )

Les bocaux et leurs contenus sont les suivants. Ils sont numérotés de 0 à 9. Pour savoir quels bocaux votre élève a, basez-vous sur votre numéro étudiant :
n° 0001 / 0021 / 0031 : 1 et 2
n° 0002 / 0012 / 0022 : 2 et 3
n° 0003 / 0013 / 0023 : 3 et 4
n° 0004 / 0014 / 0024 : 4 et 5
n° 0005 / 0015 / 0025 : 5 et 6
n° 0006 / 0016 / 0026 : 6 et 7
n° 0007 / 0017 / 0027 : 7 et 8
n° 0008 / 0018 / 0028 : 8 et 9
n° 0009 / 0019 / 0029 : 9 et 0
n° 0010 / 0020 / 0030 : 0 et 1

Évidemment, je suis obligée de vous mettre des indications, mais notez bien que votre élève n’en a pas connaissance, et devra donc décrire ce qu’il obtient avec plus ou moins de réussite (si vous décidez de mal le faire manipuler, il peut très bien se tromper). Quand il n'y aucun détail sur les autres types, cela signifie que les dégâts sont normaux (ni faiblesses ni résistance)

Contenu des bocaux :
Bocal 0 : un morceau d’épiderme rouge/orangé. Il réagit fortement (= beaucoup de dégâts) quand on met quelques gouttes d’eau dessus, ou qu’on y frotte le morceau de roche, tandis qu’il n’en subit que très peu lorsqu’on le brûle, lui frotte la feuille dessus, ou lui dépose un morceau de glaçon dessus. Les réactions aux autres outils sont normales (quelques dégâts normaux)
Bocal 1 : un morceau d’écaille rose. Il réagit fortement au stylet électrique, à la feuille, mais réagit très peu à l’allumette, aux gouttes d’eau et au glaçon.
Bocal 2 : un morceau d’épiderme bleu. Il réagit fortement à l’allumette et au morceau de roche, mais réagit très peu au glaçon.
Bocal 3 : un morceau d’épiderme beige. Il réagit fortement à la goutte d’eau, à la feuille, au glaçon, mais très peu au poison, à la roche, et pas du tout au stylet.
Bocal 4 : un morceau d’épiderme bleu. Il réagit fortement au glaçon, mais très peu à l’allumette, à la goutte d’eau, à la feuille et au stylet.
Bocal 5 : un morceau d’épiderme rouge/orangé. Il réagit fortement (= beaucoup de dégâts) quand on met quelques gouttes d’eau dessus, ou qu’on y frotte le morceau de roche, tandis qu’il n’en subit que très peu lorsqu’on le brûle, lui frotte la feuille dessus, ou lui dépose un morceau de glaçon dessus. Les réactions aux autres outils sont normales (quelques dégâts normaux)
Bocal 6 : un morceau d’écaille rose. Il réagit fortement au stylet électrique, à la feuille, mais réagit très peu à l’allumette, aux gouttes d’eau et au glaçon.
Bocal 7 : un morceau d’épiderme bleu. Il réagit fortement au glaçon, mais très peu à l’allumette, à la goutte d’eau, à la feuille et au stylet.
Bocal 8 : un morceau d’épiderme bleu. Il réagit fortement à l’allumette et au morceau de roche, mais réagit très peu au glaçon.
Bocal 9 : un morceau d’épiderme beige. Il réagit fortement à la goutte d’eau, à la feuille, au glaçon, mais très peu au poison, à la roche, et pas du tout au stylet.


Consignes : Dans votre RP, faites seulement des suppositions sur le type, mais ne dites pas clairement de quel type il pourrait s’agir. Idem pour le Pokémon.
Précision : ajoutez à la fin de votre post entre crochets, le n° des bocaux pris !
Vous enverrez vos réponses au Compte PNJ avec comme titre : [Biologie#1] PRENOM NOM, et vos réponses sous ce format :

Code:

[b]Bocal n :[/b] [type du bocal n supposé]
[b]Pokémon n :[/b] [Pokémon n supposé]
[b]Bocal m :[/b] [type du bocal m supposé]
[b]Pokémon m :[/b] [Pokémon m supposé]

(n et m sont à remplacer par les deux numéros de bocaux que vous aurez. Ex : l'étudiant 0012 a les bocaux 2 et 3. n=2 et m=3)

Votre note finale sera déterminée par les RPs que vous ferez à la suite, ainsi que par les résultats envoyés par MP, donc ne négligez aucun des deux. Vous pouvez faire autant de RP que vous le souhaitez à la suite, mais vous devez finir toutes vos observations et avoir rendu votre devoir avant le 13/10/2013 (donc dans trois semaines). Des points d’expériences seront alors distribués à chacun.

Les retardataires peuvent bien évidemment participer (en faisant comme si vous étiez dans la salle depuis le départ). Bon courage !
Chypre Hamilton
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t193-chypre-hamilton-mentali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t195-chypre-hamilton-mentali
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 13 ans
Niveau : 24
Jetons : 669
Points d'Expériences : 475
Sinnoh
13 ans
24
669
475
pokemon
Sinnoh
13 ans
24
669
475
Chypre Hamilton
est un Scientifique Chercheur Pokemon
Ils furent nombreux à faire pleuvoir les remarques. Souvent il me semblait que leur connaissance était le parfait reflet de leur inconscience. A l’évidence, ils étaient tous focalisé sur l’instant. Sur le papier, les crayons, les débordements de couleurs insupportables, la satisfaction de voir miss Jauplin esquissait un sourire. Qu’elle piètre jeunesse ils formaient. J’aurais souhaité être loin d’eux au moins aussi ardemment que l’écorce brune et sage était indispensable à ma vie. Que la nature dans toute sa splendeur me manquait, coincée entre quatre murs froids et sans âmes. La vision des microscopes et des fioles me fascinaient de façon indéniable, souvent mon regard acier tombait sur leur fine composition. J’en déchiffrais avidement le mécanisme, comme si une voix susurrait à mes oreilles la logique de l’objet. Mais au-delà, étais-je seulement captivé par les propos tous plus ronflant de la cohorte autour de moi ? Bien sûr, l’intelligence devait sied à ces esprits mieux qu’aux demeurés dont j’avais fait la connaissance sur les quais de Joliberges. Mais quelle fade arrogance que la leur, quelle odieuse réserve dans la justice de leurs propos. Autant de précisions humaines et néfastes qui me poussaient à ne leur vouer qu’un mépris frais et net. J’aurais voulu que l’un s’exclame, qu’il se rebute contre le système, me donne l’occasion d’être distraite, moi dont les notes prenaient une tournure lasse. Sauf qu’à l’évidence, il n’était en rien question de rébellion dans cette salle de cours animée par une insignifiante demoiselle aux charmantes paroles. Je me savais aborder le même masque insipide qu’eux, les mêmes paroles rêches et sans âme que d’autres avant moi et pourtant, rien n’aurait pu me persuader d’être plus indulgente à l’égard des adolescents autour de moi.

Je prenais un plaisir malin à les voir se décomposer quand la créature putride de miss Jauplin relâchait ses gaz. Il y avait chez ce pokémon empoisonné une telle assurance, une telle conscience du dégoût qu’elle inspirait que s’en était admirable. Je frémissais quand les relents me parvenaient. Une infection qui mêlait sans scrupules les effluves nauséabonds d’un corps en décomposition et celle de la fiente des goelises de Joliberges. Horreur qui me secouait violement, imprégnant la moindre parcelle de mon corps, la sensation d’être en proie au danger de la maladie. Tant d’instincts primaires et humains qui ressurgissaient et que je prenais un malin plaisir à disséquer. Une malheureuse gamine aux cheveux plus verts que l’herbe des jardins passa la porte, confuse et mal à l’aise. Encore une à qui on avait oublié d’offrir la vertu d’un peu de courage et de ponctualité. « Princesse », comme l’appelait l’institutrice devait partager mon avis puisqu’elle alla s’étaler sur les genoux de la retardataire. Un sourire sournois étira mes lèvres. L’adolescente vivait probablement une expérience inoubliable. Comme si cette entrée avait l’élément déclencheur attendue par la maîtresse du puant pokémon, Jauplin se lança dans un discours qui n’en finissait plus. Je notais, parfois au mot près ses élucubrations, d’autres fois je transformais au goût de ma propre vision son flot de parole. La brune faisait preuve d’une volubilité, insoupçonné de la part d’un petit bout femme aussi posée. J’étais accoudée près de la fenêtre, inspirant et expirant l’air désinfecté de la salle. J’espérais si fermement voir autre chose que le minois trop souriant de la professeure. Je ne fus pas déçue, derrière les vitres du laboratoire, un parc. Immense et sans frontières bien définies. Une utopie rangeait au placard depuis trop longtemps. Je laissais ma vision fine et vive s’arrêter sur les nombreux détails qui rendaient le lieu différent des parcs de la grande ville. Les arbres d’abord, gigantesques comme autant de titans désireux de se parer des plus beaux feuillages avant que le vent du Nord ne les dépouille. L’or se mêlait doucement au vert étincelant de l’été, l’automne serait grandiose. Cette saison m’avait toujours rendue fébrile et je me sentais remplie d’une joie presque enfantine à l’idée de bientôt retrouvée mes habitudes de fille sauvage. J’irai roulais dans les feuilles mortes et grognerais si d’impertinents pokémons avaient l’audace de s’approcher. J’effraierais tous les imbéciles qui viendraient à ma rencontre, me croyant folle ou marginale.

Le mot « expérience » me tira de ma rêverie. Ses syllabes restèrent suspendues dans l’air comme autant de sous-entendu. J’en faisais un drame intérieur, en quelques secondes, mille hypothèses défilèrent dans mes yeux. Et si… si nous nous risquions à l’extérieur ? Si nous disséquions l’infernale énigme du microscope ? Si des choses nouvelles, des choses inconnues s’offraient à nous ? Je pétillais d’un feu nouveau. A moitié debout, buvant avec excitation les propos de miss Jauplin. J’avais les pupilles dilatées par un enthousiasme trop frais, qui me faisait probablement paraître ridicule. C’était la Faim. La Faim de savoir, celle d’utiliser des choses tangibles, de briser et de reconstruire pour mieux comprendre « comment ». Je scrutais avec attention les multiples fioles, ignorées jusque alors, leur disposition prenait un sens nouveau. Du haut de son estrade, elle expliquait avec ce petit sourire paisible qui jouait tant en sa faveur en quoi consisterait cette apprentissage pratique. Minutieuse, je recopiais avec un souci du détail qui n’appartenait qu’aux esprits passionnés la roche avant sa mise en contact avec l’eau, puis après que l’élément aqueux l’eut fragmentée. Cette science dégageait une logique impartiale qui me plaisait. Comprendre me plaisait, démontrer des certitudes, mettre l’hypothèse à un pied d’égalité avec la réalité donnait au cours une tournure nouvelle. Plus je tachais mes copies d’ancre marine, plus il me paraissait invraisemblable d’imaginer ma vie sans cette proximité avec la science.

Mes deux bocaux. Charmants contenants de verre qui renfermaient tout deux mes sujets d’étude. A côté, la pipette d’eau, la fiole mauve, le stylet électrique, les allumettes de bois et d’autres éléments qui attisaient ma curiosité et mon intérêt. C’était la première fois que j’avais à ma disposition un tel matériel pour mes recherches. La biologiste expliqua l’utilité de chacun des outils, car il fallait déterminer non seulement le type de l’épiderme des bocaux, mais aussi son appartenance à telle ou telle espèce. La plaquette sur laquelle tous les rapports de faiblesses et de résistances étaient inscrits devait nous permettre grâce aux résultats des tests de trouver à quel type correspondait les échantillons de peau prélevés. Comme l’étincelle qui allume le brasier, mon esprit tournait à cent à l’heure. Je le sentais bondir avec agilité d’hypothèses en convictions. Mes yeux s’agitaient, détaillant toujours plus attentivement le bocal de peau rosâtre avant de revenir sur le second azuré. En quelques gestes précis, j’organisais ma paillasse. Microscope à gauche avec à côte les morceaux d’épidermes, à droite les multiples testeurs qui devaient me permettre de répondre aux questions. Je positionnais la table des types bien en face de moi, incliné de façon à pouvoir l’observer sans être gêné. Sur une feuille propre, je traçais rapidement un tableau pour noter mes résultats et recopiais fidèlement la table des types.

A mon tour, enfin, tout était prêt. J’avais le sentiment de frôler la perfection, je me sentais soudain beaucoup plus proche de cette salle chimique, de ces produits rassemblés comme autant de mystères qui attendaient d’être découvert. Je décidais de commencer par identifier l’échantillon couleur bouton de rose. Ses nuances si printanières, m’évoquaient printemps et fleurs, j’étais curieuse de voir  sa réaction face à l’allumette. Dans un chuintement, une première flamme naquit, fragile et dansante. Elle s’éternisa un instant avant que je ne la fasse passer près de mon sujet d’étude. Manque de réaction, au bout d’une trentaine de secondes un léger roussissement, mais c’était bien insuffisant. Je notais rapidement mon résultat sur ma feuille et passais au stylet électrique. Cette fois, l’épiderme réagit violement, parcourut d’éclairs qui le laissèrent dans un état déplorable. Je grimaçais, et si la peau trop endommagée ne réagissait plus correctement ? Je continuais ma batterie de tests, prudente et attentionnée. Le manque de réaction face à certains outils me rendait dingue. J’avais peur d’avoir détruit l’échantillon et cette angoisse ne me quitta que lorsque je comparais mes résultats au tableau. La réponse, si limpide que je m’en voulais de ne pas l’avoir vu plus tôt, apparaissait désormais. Second contenant. Je délivrais l’échantillon de sa prison de verre. Et le manège recommença. Nouveau chuintement, deuxième flammèche et cette fois une réaction violente. Le stylet, la fiole, la feuille, la pipette, rien ne sembla particulièrement toucher la membrane. Perplexe, je déposais un glaçon et constatais qu’il semblait encore plus inefficace que le reste. Je fronçais les sourcils en voyant la roche craqueler la peau en dizaines de petits morceaux. Mon esprit valsait d’une idée à l’autre, tandis que je reliais les effets obtenus au tableau des types. Il y avait bien un schéma qui s’en dégageait, mais le doute mortifiant et empoisonné s’insinuait doucement en moi. Et si…. ? Non. Je balayais mes doutes d’un geste de main, hors de question de tomber dans les mêmes pièges que les autres imbéciles qui galéraient tout autour de moi.

Une perle de sueur sur ma tempe gauche, me ramena à la réalité. Cela devait faire plus d’une heure que je m’acharnais à vérifier mes conclusions et l’inutilité du geste ne me frappait que maintenant. Les résultats ne changeraient pas, au pire mes échantillons seraient définitivement endommagés. Me maudissant pour cet excès de prudence, je cherchais à comprendre à qui pouvait bien appartenir mes morceaux d’épidermes. J’étais loin d’être un atlas vivant comme certains élèves et j’étais limitée à mes connaissances. Encore une fois, trouver une idée pour le premier bocal fut un jeu d’enfant, certaines créatures qui foisonnaient à Sinnoh correspondaient parfaitement à ce qui ressortait de l’expérience. Ce fut encore le deuxième qui forma des nœuds dans mon esprit. Une panoplie de noms remontait de ma mémoire, sans que je sache vraiment auxquels je pouvais me fier. Cela faisait trop longtemps que je n’avais pas étudié l’épiderme de la plupart et j’avais peur de confondre peau et fourrure dans une précipitation incompétente. Je finis tout même par me résoudre et noter mes suppositions en bas de page.

Je regardais la salle de classe, la plupart des élèves avaient terminé le cours comme moi. Ils se croisaient désormais cherchant probablement à échanger leurs résultats, leurs avis, comme autant d’insectes avides de communication. Sans me mêler à eux, je rangeais ma paillasse et m’accoudais à nouveau sur ma table. J’observais délibérément le chassé-croisé de leurs rencontres, tentant en vain de saisir la logique primaire qui devait animer tous ces esprits ignares.

[J'ai pris le bocal n°1 et le Bocal n°8 parce que j'ai pas les yeux en face des trous]





perso' le plus studieux

Ikiala Rosenbach
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t157-ikiala-rosenbach
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t159-ikiala-rosenbach-givrali
Taille de l'équipe : 15/20
Région d'origine : Kanto
Âge : 17
Niveau : 33
Jetons : 4944
Points d'Expériences : 716
15/20
Kanto
17
33
4944
716
pokemon
15/20
Kanto
17
33
4944
716
Ikiala Rosenbach
est un Topdresseur Spé. Type
Les réponses se succédaient, avec plus ou moins de réussite, une fois que tout fut terminé Madame Janice corrigea les quelques erreurs et compléta son tableau pendant que Princesse continuait ses allez et retour dans la salle en gratifiant les perturbateurs ou les retardataires d'un peu de sa personne, littéralement.
Ikiala écoutait attentivement et faisait attention à prendre le maximum d'information en note, concentrée uniquement sur sa feuille sans trop se préoccuper de ce qui se passait autour. Draki lui était toujours dans sa pokeball, sa dresseuse avait jugé qu'il était un peu trop grand pour cette salle, néanmoins elle avait posé la pokeball sur son bureau pour que le minidraco puisse voir tout ce qu'elle faisait et ce qui pouvait arriver dans la salle.
Le professeur Janice continua pendant un moment ses explications sur les types puis annonça que les élèves allaient devoir utiliser le temps restant dans le cours afin de mettre en pratique tout ce que le professeur leur avait dit. La référente du dortoir Givrali expliqua rapidement en quoi consistait l'expérience et ce fut au tour des élèves de jouer.

Ikiala avait sur son bureau deux bocaux, l'un contenait un morceau d'épiderme bleu, et l'autre un morceau orangé. La jeune fille décida de commencer par le bleu, qui portait le numéro 4. Elle jeta d'abord un œil à la table des types, elle mit bien cinq minutes à comprendre comment tout cela fonctionnait puis elle se mit au travail, utilisant en premier lieu l'eau sur son échantillon, celui-ci n'eut quasiment pas de réaction, Ikiala nota sur une feuille à part que le numéro 4 était résistant à l'eau et continua ses expérimentations. Il se produisit le même phénomène qu'avec l'eau pour la flamme, le stylet et la feuille, au fur et à mesure Ikiala notait tout cela sur sa feuille. Toutes les autres réactions furent normales, à l'exception du glaçon, qui provoqua une très forte réaction de la part de l'épiderme. Le bocal 4 était donc sensible à l'élément glace, Ikiala regarda ses notes puis remarqua Draki qui semblait s'agiter dans sa pokeball, la jeune fille lui sourit, elle avait bien comprit ce que voulait lui signifier son pokemon et nota sa réponse définitive pour le bocal 4.
Il était maintenant temps de passer au bocal 5, celui avec l'épiderme orangée. Ikiala procéda dans le même ordre que pour le bocal 4, dés la goutte d'eau la réaction fut violente, l'épiderme orange était sensible à l'eau, mais également à la roche qui le fit réagir tout aussi violemment que l'eau. Mais contrairement à celle du bocal 4, celle du bocal 5 ne réagit quasiment pas au glaçon, ainsi qu'au feu et à la feuille. Pour tout le reste les réactions furent normales. Après avoir tout revérifiée Ikiala observa ses notes puis son pokemon, qui semblait cette fois ne pas avoir de réponse pour le pokémon à qui pouvait appartenir cette épiderme. La jeune dresseuse avait déjà une idée du type du pokemon, et elle fit alors un bref récapitulatif des pokemons de ce type qu'elle connaissait. Finalement elle arriva à devoir départager deux pokemons, qui étaient en réalité le même. Ikiala hésita un moment et finit par se décider à noter une réponse sur sa feuille.

Voila, la jeune fille avait terminé, elle s'attarda un instant à regarder ce qui se passait dans la salle, la plupart des élèves avaient terminé eux aussi et certains étaient déjà en train de se balader à travers les rangées pour observer les différents résultats. D'autres restaient à leur place, visiblement pas très enclin à communiquer avec les autres élèves, et Ikiala comptait bien faire partie de ceux-là. Aussi la jeune fille ne bougea pas de sa place, se contentant de regarder son minidraco, les bras croisé sur la table et le menton plongé dedans, lui adressant des petits sourires de temps à autres, le temps allait être long, mais Ikiala s'en fichait, Draki était près d'elle.
Allen Wills
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t215-allen-wills-noctali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t220-allen-wills-noctali
Taille de l'équipe : 18
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 17 ans
Niveau : 38
Jetons : 565
Points d'Expériences : 1186
18
Sinnoh
17 ans
38
565
1186
pokemon
18
Sinnoh
17 ans
38
565
1186
Allen Wills
est un Topdresseur Spé. Type


Jusque là, je m'étais contenté de rester dans mon coin, silencieusement. Ce cours de Biologie était très intéressant, mais cela ne signifiait pas que j'allais participer pour autant. Les sujets abordés restaient bons pour la culture générale, mais concernant l'ancienne classification des types d'attaques, j'aurai pu m'en passer. Pourquoi ne pas directement nous apprendre la manière actuelle de classer les types ? Ca nous servirait un peu plus dans notre progression, surtout pour les futurs Topdresseurs de la salle. Quoi qu'il en soit, je ne pouvais qu'attendre que quelque chose d'intéressant se produise. Mis à part le Grotadmorv' femelle de la prof' qui toisait les élèves et qui fonçait vers eux au moindre bavardage, il y avait pas mal de cas particulier dans la classe. Celle qui me marqua le plus cette fois-ci était la jeune fille aux cheveux verts. Elle était arrivée en retard, et avait du subir l'accueil très chaleureux et à la fois punitif de la gardienne Pokémon de la salle. Ses vêtements risquaient fortement de ne plus lui servir, à moins de les laver quatre fois au minimum. Hmpf, c'en était presque risible. Les autres stars de la classe se trouvaient plus à l'avant, comme ce très cher Rick Larson, qui était apparu dans la Gazette du Dresseur, acteur principal du très célèbre "Vomissement de la Pré-Rentrée", non loin se trouvait l'élève le plus timide de l'histoire de l'académie - ce n'est qu'une supposition - à tel point que son Pokémon a plongé la salle dans le noir. Que de monde connu dans l'académie, j'en serais presque fier.

Cependant, tout ceci allait devenir intéressant.

Mademoiselle - ou Madame - Jauplain nous fit remarquer qu'il y avait des bocaux sur nos plans de travail. En effet, j'en avais deux devant moi, un numéro "0" et un numéro "1". Dans le bocal 0, il y avait un morceau d'épiderme de couleur rouge, voire orangé, et dans le bocal 1, une petite écaille rose. Je lâchais un soupir, car quelque chose me disait qu'il fallait que l'on retrouve le Pokémon à qui appartenaient ces morceaux. Un peu surpris d'apprendre qu'en premier lieu on devait chercher le type du Pokémon en question, j'observais un peu plus attentivement le reste des outils proposés. Un stylet branché à une batterie, fin, pratique, peut-être dangereux qui sait, une pipette remplie d'eau, un cube fermé contenant des glaçons, quelques feuilles d'arbres, des petits cailloux, une fiole de couleur noire avec comme étiquette scotchée dessus écrite "Princesse" dessus - on devine parfaitement de quoi il s'agit - et une boite d'allumettes. Je comprenais désormais comment on allait s'y prendre pour découvrir ces informations, même si cela risquait de prendre une heure voire un peu plus. A la fin des explications, il était temps de se mettre au boulot.

Bien. Je me trouvais tout au fond de la classe, une seule personne à ma droite, parfait, je pouvais commencer. Avant de toucher aux différents outils, je sortis un crayon et une feuille de mon sac à bandoulière, histoire de noter mes observations, comme l'avait quémandé le professeur. Délicatement posés sur le côté, j'entamais mes recherches en prenant tout d'abord le bocal numéro 1. Pourquoi le 1 et pas le 0 ? Pourquoi pas l'inverse tiens. Bref, le bocal était désormais en place, je pris avec une longue pince l'éclat d'écaille rose pour le poser sur la plaque de verre placée sous le microscope. Bien. Avec une autre pince, je pris une feuille et commençai à la frotter contre l'écaille qui se mit à fissurer. Ohoh, bingo dès le premier test. Content de ma trouvaille, je la notais sur la feuille vierge. Je réitérai cette expérience avec les différents outils, jusqu'à obtenir un tableau plus ou moins potable. Je replaçai le morceau dans son bocal et sortit la feuille des types pour le comparer à mes résultats. Oui, pas de doutes, j'avais trouvé la réponse.

Pour le deuxième bocal, j'effectuai la même démarche, un peu plus difficilement cela dit. J'avais trouvé le type, mais pas le Pokémon à qui il pouvait être associé. Il y en avait tellement, c'en était affolant. Complètement plongé dans mes pensées, je revins sur Terre que lorsque le bruit de mon crayon tombé au sol résonna à mes oreilles. Pour ajouter du sel sur mes précédentes mésaventures, cette simple action vira au vinaigre. Je me penchai pour récupérer mon bien, mais Princesse s'était approchée et avait englouti mon ustensile d'écriture. Sans plus attendre, je plaçais ma main dans la bouche du Pokémon pour attraper le crayon, avec succès, mais celle-ci ne voulait pas s'en défaire. Une lutte sans merci de force s'engagea alors entre nous deux, jusqu'à ma victoire assez fulgurante et brutale. En effet, on ne faisait pas que tirer chacun de notre côté, on tournait aussi sur nous-mêmes, tentait de faire l'aure lâcher prise, et tout se termina avec le crayon dans ma main mais mon corps balancé assez loin en arrière. Ma chute se termina - comme par hasard, bien entendu - sur une jeune fille de la classe. Tout était flou, je ne pouvais pas dire sur quelle fille j'étais tombée, mais une chose était sûre, ça allait être ma fête.

Et merde !

    ➖"Je...Je suis désolé..."

Tant bien que mal, je me relevais et tendit ma main à la personne que j'avais renversé, sans regarder son visage. L'embarras parcourait déjà assez mon visage pour le montrer aux autres.
Ambre Lawford
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t103-ambre-lawford-givrali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t121-ambre-lawford-givrali
Taille de l'équipe : 19
Région d'origine : Hoenn
Âge : 20 ans
Niveau : 54
Jetons : 1312
Points d'Expériences : 1697
19
Hoenn
20 ans
54
1312
1697
pokemon
19
Hoenn
20 ans
54
1312
1697
Ambre Lawford
est un Nouveau Membre
Comme d’habitude, les élèves répondaient à tour de rôle, assurant grondement la participation au cours. Madame Jauplin devait être ravie d’une telle concentration autour de son domaine de prédilection. Quoi de mieux pour un professeur ? Heureusement, la plupart des élèves étaient relativement bien éduqués. D’autres moins, comme cette demoiselle qui osait pointer le bout de son nez alors que le cours était déjà bien entamé. Etrangement, le professeur l’acceptait, bien trop gentille. Je regardais donc la nouvelle arrivante du coin de l’œil et remarquais que Princesse se précipitait sur elle, comme pour la punir à sa manière. Me voilà donc satisfaite. Selon moi, même si elle avait une excuse valable, elle aurait dû s’abstenir de venir en classe.  Par simple respect –bien qu’elle ait failli à cette tâche une première fois – pour le professeur et les autres. Elle n’avait été qu’un élément perturbateur en plus. Je me demandais alors si, parfois, il arrivait aux autres de réfléchir comme je le faisais. Car oui : je ne serai jamais arrivée en retard, par principe. Et si jamais cela adviendrait, je ne viendrais pas en plein cours mais après, pour venir présenter mes excuses. Mais bon, madame Jauplin l’avait laissée entrer. Tant mieux pour elle devrais-je dire.

Le cours reprenait donc, comme si rien ne s’était passé. Le professeur faisait tout de même un rappel. J’en profitais pour reprendre des notes là où il me manquait des informations. La suite de la leçon se passait assez prestement que j’en avais du mal pour tous inscrire sur mes feuilles déjà bien remplies. Je sentais que la douleur parcourait le nerf entre mon avant-bras et mon poignet droit. Ayant le droit à un petit moment de pause, je détenais ces derniers afin de faire disparaître vivement sensation. J’apprenais ainsi que mes données étaient faussées. Ebranlée, je restais de marbre, mon stylo tombant lourdement sur la table. Le type Ténèbres n’était donc pas un type physique ? Pourtant, la plupart des attaques l’étaient. Le professeur se trompait-elle ? Beaucoup de questions traversaient mon esprit. Finalement, je décidais de passer par-dessus et d’effectuer moi-même mes recherches. Après tous, la science Pokemon révélait beaucoup de surprise. Quand le monologue de madame Jauplin se terminait enfin, je fixais ma feuille pour voir si tout était correct et propre. J’aimais énormément l’organisation, il en était de même pour mon écriture et le fait de structurer mes cours. Sur la feuille, chaque couleur et chaque trait avait son importance. Je rangeais par la suite tout mon matériel dans ma grande trousse et écoutais la suite.

Apparemment, nous allions passer à la pratique. En définitive, ces fioles n’étaient pas là pour rien. N’ayant plus vraiment d’intérêt pour chacun d’entre nous, s’en était tout autre que le professeur donnait ses explications. Nous allions don faire des expériences. Beaucoup ne tenaient plus en place mais Princesse se faisait un plaisir de foncer vers eux pour les rappeler à l’ordre. Je tentais don de garder mes émotions pour moi, comme j’avais l’art et la manière de le faire. Je ne voulais pas que cette chose visqueuse me touche. Je me contentais donc de sourire. Un fois les indications données, je me lançais dans mes recherches pour ne pas perdre de temps. J’attrapais ainsi les deux bocaux devant moi, en sélectionnais un premier et commençais, après avoir organisé scrupuleusement ma paillasse. Je déposais délicatement ce morceau d’épiderme rouge-orangé juste devant moi et le lorgnais avec intérêt. Par quoi commencer ?

J’attrapais donc, du bout de mes doigts en forme de pince, la pipette d’eau. Je déversais alors quelques gouttes sur mon échantillon. De par sa couleur, je me disais déjà une chose. Il évoquait de la chaleur. Plus de doute maintenant, la partie que les gouttes touchaient se liquéfiait. Je m’arrêtais donc aussitôt et rangeais la pipette pour ensuite contempler la table des types que le professeur nous avait fournis. Plusieurs possibilités s’offraient à moi. Selon la table, trois. Par déduction, j’éliminais la boite d’allumette. Bon, au tour de l’électricité. J’avançais lentement le stylet vers mon échantillon, la main quelque peu tremblante. J’avais peur de mon prendre un coup de jus. Lorsque j’étais sûre que le contact allait s’établir, je sursautais et fermais les yeux. Au bout de plusieurs secondes, je les rouvrais : rien ne s’était produit d’intéressant. Cette deuxième tentative n’était pas vraiment concluante : je n’avançais pas. Enfin de compte, prise d’un doute, je m’emparais de la boite d’allumette et plaçais la mèche sur  l’épiderme. Bingo. Ce ne faisait strictement rien. Bien, très bien même. Je pouvais éliminer l’un de mes trois choix. Plus que deux donc. Je me forçais sans difficulté à pousser la fiole qui contenait le liquide de Princesse vers moi. Respirant par la bouche, je constatais que le résultat n’était que peu concluant. Au suivant, la glace. Je pensais deviner ce qu’il allait se produire : rien du tout. Et j’avais raison, aucune réaction. Bien… Et avec la roche ? Oulah ! Voilà que mon morceau d’épiderme se fendait alors que j’avais à peine effleuré. J’attrapais rapidement la feuille de type. J’étais certaine de mon résultat maintenant. Je le notais donc sur ma feuille et réfléchissais avant d’y inscrire le nom d’un Pokemon que je supposais être le propriétaire de cet échantillon, un de Hoenn.

Enfin terminé. Du moins, presque. J’opérais exactement de la même façon pour le second bocal. Cette fois ci, ce dernier réagissait au stylet électrique si violement que cela m’en faisait sursauter. OK…  C’était la même chose pour la feuille. Le reste ? Je n’avais rien. Plus de doute possible donc. Je notais encore sur ma feuille et trouvais une créature sans trop de difficulté cette fois ci. Je relevais la tête et à ma grande surprise, beaucoup de personnes avaient déjà terminé. On était vraiment rapide. Je regardais ma montre. Pas tant que cela…  J’avais fini cinq minutes avant. Personne n’était venu me voir ; enfin, je crois. Il me semble en avoir envoyé boulé un, car je voulais y arriver seule. Peut-être que les autres se sont dit de ne pas m’approcher. Ils n’avaient pas tort : je n’avais pas besoin de leur aide, je pouvais y arriver, peu importe le temps mis. Je rangeais donc ma paillasse tranquillement ainsi que me sac. Une fois que la sonnerie retentira, je sortirai. J’étais prête.
Anonymous
pokemon
Invité
est un Invité
Clic! Clic! Quelques secondes. Clic! Je mitraillai mon minois à l'aide de mon Ipok flambant neuf. J'enchainais les pauses avec humour et narcissisme, au rythme des pressions exercées par mon index, tantôt en me caressant le menton, tantôt en passant la main dans mes cheveux. Euphorique, j'empruntai même les lunettes d'un camarade de classe et accrochai un stylo sur le poche extérieure de ma blouse, prenant le cliché avec un sourire goguenard pour le poster dans la foulée sur le site de l'école accompagnée d'une annotation qui indiquait : « Professeur Ga'ga ». L'insistance dont fit preuve mon voisin pour récupérer ses affaires m'obligea à cesser mes prises avec amertume...

Perché sur mon tabouret qui vacillait dangereusement, je m'évertuai à tenir le plus longtemps possible en équilibre avant de me rattraper in extremis au bord de ma paillasse; mes efforts se conjuguaient tout entier pour concrétiser mon unique objectif à savoir prolonger au maximum la précarité de ma situation; gesticulant à la manière d'un funambule. « Quinze secondes ! C'est qui le patron ici ?! » m'enquerrai-je auprès auprès de mon voisin, lui reprochant au passage son manque d'enthousiasme pour mes prestations acrobatiques. Réajustant le col de ma blouse immaculée, je balayai les parages d'un regard circulaire dont l'épicentre se trouvait aussi loin qu'on pouvait le déplorer de l'immense tableau blanc. Le professeur m'apparaissait comme un mirage lointain au milieu du désert, ses lèvres s'animaient et remuaient mais rien ne me parvenait. Quant à l'énorme immondice qu'elle se trainait, il offensait mes pupilles presque autant que mon odorat; je détournai promptement le regard vers des élèves pour l'ensemble sérieux, studieux et extrêmement avisés; rêveurs et assoupis pour le reste. Un bâillement spontané élargit ma mâchoire, je me dispensai de mettre poliment ma main devant la bouche, jetant un œil sur les notes de mon voisin afin d'évaluer le retard que j'avais pris depuis le début du cours. Les grandes lignes se résumaient à la définition d'un type pokémon que je parcourais en diagonale avant de prendre acte des dix-sept types qui existaient manifestement, de la distinction entre les types physiques et spéciales des attaques pour finir avec la prépondérance de certains types sur d'autres. J'eus juste le temps qu'il fallait pour recopier les titres des principaux axes du cours avant que le professeur nous proposât d'enchaîner avec des travaux pratiques. Enfin une approche qui me correspondait, je nourrissais ce besoin pour assimiler des choses nouvelles d'en faire l'expérience concrète, et surtout d'y trouver un intérêt. On nommait cette forme de compréhension des choses l'intelligence kinesthésique. Retroussant mes manches, j'évacuai avec application ma paillasse afin d'obtenir un plan de travail praticable. A ce moment précis, le phyllali qui sommeillait si souvent en moi refaisait surface.

Deux bocaux jouxtaient mon microscope. Étiquetés 04 et 05, je m'intéressai au premier d'entre les deux en le soulevant à hauteur de mes yeux scrutateurs. Un morceau d'épiderme, de couleur turquoise, reposait au fond du bocal. Je le disposai entre les deux lamelles de mon microscope afin de pouvoir identifier au mieux les réactions physiques et chimiques auxquelles je m'apprêtais à le soumettre, laissant mon regard divagué discrètement vers les autres paillasses afin de m'assurer de la bonne marche de mon expérience. Un peu superstitieux, j'approchai en premier les sécrétions empoisonnées qui réagiraient de la même manière qu'avec le venin de Cyanure, mon Rapion. Peut-être allait-il me porter chance qui sait? Les yeux fourrés dans le dispositif prévu à cet effet, je déversais la fiole en contrebas au même moment; observant un effet plutôt mitigé que je m'empressai de consigner sur une feuille vierge en éliminant de la liste les possibilités de toutes les cases colorées vertes, rouges ou noirs sur la ligne poison. Le choix ne se portait plus qu'entre onze types. Là intérieurement, je commençai à fulminer parce que je n'étais pas sûre de disposer du temps nécessaire pour finir mon travail si je n'avais pas plus de chance quant aux choix des tests effectués. « C'est une loterie ou un test scientifique ? » grommelai-je à l'adresse de mes voisins qui galéraient au moins autant que moi. Les allumettes m'inspiraient tout à coup, mes doigts s'emparèrent d'une d'entre elles avec fébrilité et je m'y pris à plusieurs fois pour enflammer son extrémité avant de soumettre une nouvelle fois l'épiderme bleutée. Les conséquences différèrent du premier test et une sourire carnassier ourla mes lèvres à la vue d'un résultat avec des conséquences mineures pour l'objet d'étude. D'un doigt, je parcourais la table des types en sélectionnant toutes les types correspondant aux cases rouges. En recoupant avec les premiers résultats, j'en concluais qu'il s'agissait soit d'un type feu, eau ou dragon. J'eus alors l'idée en étudiant de près la table des matières de soumettre pour finir l'épiderme au stylet branché à une batterie que j'actionnai d'ailleurs au passage. Même effet que la précédente expérience, il ne pouvait donc pas s'agir d'un type eau sinon l'effet aurait été beaucoup plus important ni d'un type feu sinon l'effet aurait été mitigé comme pour mon premier test. Par élimination, je notai en écrivant consciencieusement ma démonstration qu'il s'agissait d'un type dragon. Et le fait que les conséquences du stylet sur l'épiderme soient mineures confirmaient mes résultats. Poussant un soupir, j'épongeai mon front avec lassitude en jetant un œil à mon Ipok qui m'indiquait quarante minutes avant le fin de l'épreuve.

Second bocaux, étiqueté numéro 05, que j'examinai comme son prédécesseur après avoir de nouveau fait le ménage sur ma paillasse; mettant de côté l'épiderme bleutée pour laisser mon microscope prêt à l'emploi. Une épiderme rouge, la première idée qu'il me venait à l'esprit c'était qu'il s'agissait d'un type feu. Mais je ne devais pas m'emballer et prouver scientifiquement ce résultat intuitif. Saisissant précipitamment ma table des types, j'examina la colonne feu: C'était le seul type qui réagissait violemment au contact de l'eau et de la roche cumulativement comparé aux autres types. Et c'était la manière la plus rapide de boucler l'affaire en deux expériences car si l'on souhaitait procéder par ses résistances, cela nécessitait trois expériences. Je disposai tranquillement l'épiderme entre les lamelles, approchant la pipette d'eau. Observant les résultats dans la loupe binoculaire qui me permis de conforter mes hypothèses. C'est seulement suite aux deuxième test avec la roche dont le résultat fut identique que j'eus la certitude de mon intuition de départ. L'important étant de ne pas se reposer sur mes intuitions, mais de prouver mes hypothèses sur papier. Il ne me restait plus qu'à essayer de deviner les pokémons à qui appartenaient ces épidermes. Partant du principe que nous étions débutants, je fis l'hypothèse que les types des pokémon choisis n'étaient pas double. Je sortais mon ipok entre mes cuisses -sans savoir s'il était permis de l'utiliser- pour avoir une liste de pokémon purement dragon et une liste de pokémon purement feu. Le choix fut fait, inscrit puis rendu au professeur dans les temps ce qui me laissa le temps de charrier les derniers retardataires avant la sonnerie qui interrompit le cours.

[Bocaux 04 et 05]
Anonymous
pokemon
Invité
est un Invité
Biologie 01. Initiation & Découverte des Pokémon : Types, Forces & Faiblesses - Page 2 JnLRKF5Zky

Le cours se poursuivait naturellement, l’enseignante abordant le sujet des Doubles Types évoqués plus tôt par notre personnage favorite. Son regard voguait dans les espaces vides de la classe, las déjà de ce premier cours de biologie. Quelques fois, une oreille distraite l’incitait à suivre un quart de seconde le flux de la discussion, avant de se rabattre dans le monde de la rêverie. Que dis-je, plutôt le néant. Aux yeux saphir d’Ellie, la tournure de tout ce bordel en devenait macabre à un tel point que rien ne pouvait émouvoir son esprit soumis par l’ennui. Les renseignements sont banaux, rien ne pouvait se consacrer l’honneur d’être retranscrit sur sa feuille de note blanche et vierge. Et pourtant, face à quelques trucs aussi simples que cela, certains trouvaient le loisir de répondre avec fierté aux dernières questions de la professeure. Étais-ce elle qui a reçu une éducation d’un niveau plus élevé que ces gens de la classe socio-économique moyenne ou bien l’esprit de ces adolescents est tous au stade d’ignare ? La possibilité que les élève veuillent faire plaisir la « charmante » Jauplin est existante, spécula la Drystan. Nous mettons l’accent sur ce mot car sa gentillesse et sa naïveté atteigne un point proche de l’écœurement.

Alors que le répugnant tas de morve – comme le nom donné à son espèce l’indique si bien – passa une nouvelle fois dans le corridor principal de la classe avant de se placer de nouveau dans le fond de la classe, l’air malheureux que son type ait été oublié une nouvelle fois, une odeur nauséabonde de gaz se propagea dans le laboratoire. Comme s’il n’y avait pas assez des produits chimiques pour donner la nausée des élèves. Entre l’état de fatigue et les bras de Morphée, quelques mots de la part de l’institutrice parvinrent à repousser un minimum le sommeil de la Drystan, ce qui lui permit de lever la tête et d’ouvrir un œil pour être attentive aux consignes et bien les assimiler. Les faiblesses et les forces de chaque type, voilà où en était la biologiste. D’un geste amical, la professeure invita ses élèves à regarder ces bocaux de verres disposer sur chaque table ainsi que les instruments à la disposition de tous. Lorsque la parano des plantes expliqua qu’il s’agissait à l’intérieur des récipients translucide des morceaux d’épiderme de différents Pokémons. Charmant, pensa illico la TopDresseuse avant de s’accouder de nouveau sur son pupitre, cachant de sa senestre un bâillement.

La démonstration réussi à tirer Ellie hors de son ennui sans précédent : Janice démontra qu’en appliquant de l’eau sur un morceau de peau appartenant autrefois à une créature de type roche, celle-ci se craquela dès au contact du liquide. Le résultat restait plus ou moins fascinant pour notre protagoniste alors que la plupart des autres élèves venaient de découvrir l’expérience du siècle. La conclusion à ceci : de l’eau fait très mal à un Pokémon de type roche. Mais une question commençait à trotter dans l’esprit fin de la Pyroli : une surdose de l’élément de faiblesse d’un Pokémon peut-il tuer ce dernier ? Au vu du résultat d’un simple échantillon, elle spécula amèrement que cela pouvait effectivement être possible, malgré que ce soit un cas dont elle n’a jamais entendu parler.

C’est le moment de débuter l’expérience, et l’opulente jouvencelle s’attarda immédiatement à la tâche. Deux bocaux : un contenant un morceau bleu et un autre contenant un morceau beige. Les instruments : un stylet électrique, des allumettes, une pipette, un bac à glaçons, un morceau de roche, une feuille et… des sécrétions. Dans l’ordre, ces derniers représentaient les types suivant : Électrik, Feu, Eau, Glace, Roche, Plante et Poison. Du moins, c’est ce qu’en déduisait Ellie. Sans attendre, elle prit le premier échantillon et testa tous les instruments dessus. Ce dernier réagissait fortement au feu et à la roche, mais très peu au glaçon. Rongeant l’extrémité de son crayon, la Drystan prit quelques secondes avant de deviner le type associé à cet épiderme : Insecte. D’ailleurs, elle devina même à quelle espèce appartenait ce morceau de peau; la dresseuse avait oublié le nom, mais il s’agissait d’une bestiole bleue avec une corne sur la tête. Le second fut plus facile à trouver : il s’agissait du type Sol. À partir du moment que l’échantillon ne réagit pas au stylet électrique et souffre énormément après avoir apposé dessus de l’eau, il ne reste plus que les types Roche et Sol dans le lot à choisir. Enfin, tout ceci n’était que des suppositions, quoiqu’elle fût plutôt certaine de son coup là-dessus.

S’étirant dans tous les sens possibles, elle jeta un œil dans la classe pour apercevoir les élèves s’échanger leurs réponses une fois l’expérience finie. Et pour fêter, le pervers de la pré rentrée qui s’est fait remettre à sa place par un coup de pied magistral de la part de notre héroïne. Ce blond avait fait tomber une fille. Toujours dans la même faute, ce type. Tapant sur l’épaule à Lynn pour lui dire salut, Ellie se faufilai en douceur parmi la foule et sortit de la classe avant la fin du cours, marre de rester dans ce taudis.

[Bocaux #2 et #3]
Sir Trouille
Icon : Biologie 01. Initiation & Découverte des Pokémon : Types, Forces & Faiblesses - Page 2 CeOUB4f
Région d'origine : -
Âge : -
Niveau : 0
Jetons : 0
Points d'Expériences : 13090
Biologie 01. Initiation & Découverte des Pokémon : Types, Forces & Faiblesses - Page 2 CeOUB4f
-
-
0
0
13090
pokemon
Biologie 01. Initiation & Découverte des Pokémon : Types, Forces & Faiblesses - Page 2 CeOUB4f
-
-
0
0
13090
Sir Trouille
est un PNJs
EDIT : POINTS DISTRIBUES

Nombre de Participants : 12

Point donnés :

Ambre Lawford : (3 posts / 2 réponses)
Résultat évaluation : 2/2 + 0 bonus
Exp : 7/7 + 2/3 = 9

Ikiala Rosenbach : (3 posts / 2 réponses)
Résultat évaluation : 2/2 + 2 bonus
Exp : 5/7 + 3/3 = 8

Rick Larson : (1 post / 1 réponse)
Exp : 3/7 = 3

Lynn E. Smith : (2 posts / 1 réponse)
Exp : 4/7 = 4

Shitei Hataku : (1 post / 0 réponse)
Exp : 2/7 = 2

Ellie Drystan : (2 posts / 1 réponse)
Résultat évaluation : 1/2 + 0 bonus
Exp : 4/7 + 1/3 = 5

Chypre Hamilton : (2 posts / 1 réponse)
Résultat évaluation : 2/2 + 0 bonus
Exp : 4/7 + 2/3 = 6

Lucas Emerillon : (1 post / 1 réponse)
Exp : 2/7 = 2

Kaiser Shô : (1 post / 0 réponse)
Exp : 2/7 = 2

Yuna Utako : (1 post / 0 réponse)
Exp : 2/7 = 2

Allen Wills : (1 post / 0 réponse)
Résultat évaluation : 2/2 + 0 bonus
Exp : 3/7 + 2/3 = 5

Ali'Gaga : (1 post / 0 réponse)
Résultat évaluation : 2/2 + 0 bonus
Exp : 2/7 + 2/3 = 4

Les résultats de l'évaluation étaient les suivants :
0 et 5 : feu (salamèche)
1 et 6 : eau (lovdisc)
2 et 8 : glace (obalie)
3 et 9 : sol (spinda)
4 et 7 : dragon (draco)

Votre exp vous sera remise prochainement, et sera annoncée par un edit dans ce topic.
Si vous avez la moindre interrogation sur la notation, envoyez un MP à Riven.

Merci pour votre participation !
pokemon
Contenu sponsorisé
est un
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum