Connexion
Pokemon Community :: Archives :: Les Archives :: Année 1
 :: Cours, Event...

Pokemon adala community

« J’ai juste envie de profiter de cette soirée, et de ce nouveau début de vie… Même si je sais que je ne suis pas encore au bout de mes surprises. »
en savoir plus ?
« Cette mission est déjà un calvaire, alors stp essaie de pas la rendre encore pire, ça m’arrangerait. »
en savoir plus ?
« Je ne suis pas sûr qu’il soit l’heure de distribuer de l’eau bénite, nous savons déjà tous que vous êtes un ange Ranya, mais je suis touché de votre bénédiction. »
en savoir plus ?
« Je me déteste. Je me déteste de toutes mes forces. »
en savoir plus ?
« C'est un fantôme que tu enlaces, Faulkner. »
en savoir plus ?
Le soleil tape. Les gens hurlent. Il en a marre. Ce n’est pas un tournoi. C’est un poisson d’avril.
en savoir plus ?
« Il est beau... Tu en as de la chance... »
en savoir plus ?
-25%
Le deal à ne pas rater :
Nike Waffle Trainer 2
74.97 € 99.99 €
Voir le deal

Riven Rivardi
Région d'origine : Johto
Âge : 29 ans
Niveau : 100
Jetons : 0
Points d'Expériences : 1513
Johto
29 ans
100
0
1513
pokemon
Johto
29 ans
100
0
1513
Riven Rivardi
est un Adulte Mécano
CONCOURS MISS/MISTER #1 [15/09/2013]

Rappel des règles
Le but du Concours Miss/Mister sera d’élire les personnages féminins et masculins les plus beaux/populaires/autre de l’académie, en ne se basant que sur le ressenti de la première semaine de rentrée. Afin de valider votre participation, il n’y a qu’une seule condition à remplir :
- Poster un unique RP de 700 mots minimum, décrivant votre personnage défilant sur l’estrade avec son Pokémon, et adressant un bref discours à l’assemblée pour les convaincre de voter pour vous. Vous avez totale carte blanche sur le style vestimentaire, le costume, le maquillage, et l’attitude de votre personnage et de votre Pokémon. Vous pouvez également faire un étalage d’un de vos talents, comme lors des concours de Miss aux États-Unis (démontrez par exemple votre habileté au chant d’opéra, ou à la danse hip hop), tout en restant cohérent pour un enfant de 12-15 ans.

Nous déciderons par la suite du Miss et de la Mister de la rentrée. Ne prenez pas cet évènement trop au sérieux, si vous n’êtes pas choisi : les résultats peuvent parfois être surprenant, mais comme toujours, la qualité du RP primera sur la performance de votre personnage en elle-même. Un danseur cracheur de feu pourrait bien perdre face à un simple ventriloque, parce que le second a eu un écrit plus accrocheur.

Vous avez 3 semaines (soit, jusqu’au 06/10/2013) pour poster votre RP. Des délais pourront être accordés si les participations ne sont pas assez nombreuses, et seront annoncés dans le TOPIC D’INSCRIPTION.


Description du lieu
Vous vous trouvez dans la grande salle de spectacle. Une immense estrade en hauteur a été installée, afin que vous puissiez défiler le long d'un tapis rouge. Un micro se trouve aux devants de la scène, et de nombreuses places occupées par des élèves s'étalent devant vous. Au premier rang, une table en longueur vous fait face, accueillant Deaglàn Cadigan et Riven Rivardi (les Directeurs et Vice-Directeurs de l'académie), Andreas Heartnett (le professeur de communication) et Ace S. Creed (le professeur de stratégie). Ils sont bien évidemment accompagnés de leurs Pokémon respectifs. La salle est brillamment éclairée, et retombe dans le noir complet entre chaque prestation. Un spot vous illumine cependant dès que vous arrivez au niveau du micro.

Météo du jour : Aucune importance, puisque vous êtes à l'intérieur

Description des vestiaires : vaste salle séparée filles/garçons, avec des cabines pour se changer, des bancs, et de grands miroirs un peu partout.

Précisions supplémentaires
- Évitez de faire agir le jury, concentrez vous uniquement sur votre prestation. Vous pouvez cependant décrire les réactions du public (en restant cohérent)
- Vous et votre Pokémon devez être maquillés et/ou déguisés. Ne lésinez donc pas sur la description de votre personnage
- Les objets achetés en boutique ou trouvés en recherche fossiles apportent du bonus à votre performance. Mais les autres déguisements n'en font gagner aucun
- Vous pouvez écrire votre RP depuis la préparation dans les vestiaires, jusqu'à la fin de votre prestation et votre retour dans les vestiaires
- Pas d'interactions entre les joueurs, vous n'avez le droit qu'à un seul RP
- Inscrivez-vous dans le topic adéquat avant de poster
- Vous pouvez dès à présent écrire votre RP et le poster à la suite ! Bon jeu !
Lucas Emerillon
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t167-lucas-emerillon-noctali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t168-lucas-emerillon-noctali
Taille de l'équipe : 28/30 + 2
Région d'origine : Johto
Âge : 20 ans
Niveau : 60
Jetons : 1627
Points d'Expériences : 1849
28/30 + 2
Johto
20 ans
60
1627
1849
pokemon
28/30 + 2
Johto
20 ans
60
1627
1849
Lucas Emerillon
est un Adulte Etudiant Spé Type
Concours Miss/Mister #1 [15/09/2013] Signa_10

 L'endroit avait tout l'air d'être vide. Un atmosphère de calme régnait. Dans les vestiaires hommes, le silence était maître. Lucas, qui était arrivé en avance pour l'occasion, avait eu le temps de faire les repérages. Derrière la grande salle où tous les participants étaient censés se présenter pour le concours, il y avait trois vestiaires. Enfin, plus précisément, un local technique, qui servait à accueillir tout le matériel pour les lumières, les sons, les effets spéciaux, et deux vestiaires réservés aux artistes. L'un était équipé pour les hommes, et l'autre, par élimination, celui des femmes. Ce dernier donnait sur la scène par la gauche, inversement à son homologue, qui se situait sur la droite. Quand à la salle principale, prévu pour accueillir la totalité des spectateurs, n'était pas très surprenante. Elle devait mesurer la taille du gymnase, et comportait des dizaine de rangées de chaises au dossier moelleux. Au tout premier rang, une table et quatre autres chaises, probablement attribués au jury. Après une rapide revue du lieu où se déroulerait le concours pour se rendre compte que l'estrade était surélevée et qu'un micro y était installé, le blondinet retourna dans les vestiaires.

 Quelques personnes venaient de faire leur apparition et s'attelait à se préparer. Du côté féminin, il y avait presque autant d'activité. Le dresseur pénétra dans la pièce à mi-éclairée, bien que la lumière offerte soit de très grande qualité, et fit une rapide observation. Quelques bancs étaient posés de-ci, de-là, et la plupart séparés par des miroirs ou des cabines pour pouvoir se changer. Un blanc presque anormal complétait la décoration du lieu. D'un air calme, cachant du mieux qu'il pu son excitation, Lucas fit un demi-tour et se rendit rapidement à son dortoir pour récupérer la tenue qu'il avait tout spécialement fait amené depuis chez lui. Un déguisement était aussi prévu pour Embrylex, qui comme son maître semblait bien excité par l'événement. Le tout était rangé dans un sac de sport en forme de colonne équipé de plusieurs poches, et ne possédait qu'une lanière. Le blondinet fouilla sous son lit pour le trouver et s'empressa de revenir aux vestiaires, qui accueillait maintenant plus d'une dizaine de participants. La compétition serait rude, mais le garçon avait foi en lui. Il avait tout calculé : chaque mouvement, chaque geste, chaque mot. Il était presque sûr d'y arriver. Maintenant, il fallait voir ce que pourrait accomplir les autres.

 Lucas se dirigea dans une des cabines et se changea. Il retira son manteau rouge étincelant et son T-shirt noirâtre pour se retrouver torse nu. Il ouvrit le sac et en sortit une chemise blanche et immaculée à manche courte, qu'il enfila tranquillement, prenant soin d'éviter au maximum les plis. Il ramena les cols au niveau du cou et replongea la main dans le sac, cette fois pour sortir un T-shirt. Sa blancheur cachait une bonne partie de la chemise, mais cela n'avait pas d'importance. Il l'enfila donc et replia les manches vers l'intérieur avant de fermer les boutons un à un. Il fouilla de nouveau dans sa boîte à vêtement et sortit un costume bleu marin. Les bords étaient blancs comme le reste de la tenue, et l'on voyait qu'il venait d'être nettoyé peu de temps auparavant. Il le mit lentement, faisant cette fois attention à ne pas toucher au T-shirt. Ceci fait, il chopa une cravate noir à rayures noirs, et l'enroula autour du cou avant de la faire passer sous le vêtement supérieur. Pour accessoiriser un peu, il s'autorisa un petit collier avec au bout un petit flocon pour décorer. Il s'attaqua ensuite au bas. Il retira son bas et l'échangea par un autre pantalon, plus classe, qui s'accouplait parfaitement avec le haut. Aucun défaut, aucune éraflure n'apparaissait dessus. Pour finir, il retira ses chaussures de sports et mit des babouches noirs qui s'alliait plutôt bien au reste du costume. Le blondinet lâcha un sourire satisfait avant de se couvrir d'un chapeau en tissu couleur marin et qui lui allait parfaitement. Pour compléter à tout ça, il fit une natte au niveau des cheveux et se coiffa rapidement pour enlever les épis.

 Vint maintenant le tour d'Embrylex. Celui-ci avait observé son dresseur durant tout le temps où il s'était habillé, et attendait tranquillement que vienne le moment où lui-même serait préparé. Du coup, lorsque Lucas sortit un costard de petite taille, le type roche comprit immédiatement que cela lui était adressé. Il s'approcha joyeusement du blondinet et enfila sa tenue. Tout d'abord un mini T-shirt à manches longues, qui lui allait parfaitement. Puis ensuite, une chemise blanche à bouton, que le garçon ferma complètement, sauf sur le haut où il mit une cravate entièrement noir pour rajouter un peu de style. Avec ça, un costard couleur obscur aussi fermé que la chemise précédente. Pour le bas, un simple pantalon qui fusionnait normalement avec le reste de la tenue. Pour ajouter de la classe au pokémon, Lucas lui fit enfiler des belles babouches comme lui, ce qui rendait super bien.

«  – Qu'en penses-tu, mon cher ? Cela te convient ? , demanda le dresseur.
  – Embry !  », répondit jovialement son compagnon avec un sourire large.

 Bon, maintenant que les préparatifs étaient terminés, il était temps pour les deux compères de s'occuper du principale : la présentation. Une bonne répétition vocale, et voilà qu'il était prêt à aller sur scène. Mais avant, une dernière chose. Le blondinet sortit en vitesse des vestiaires et se rendit dans le local technique, où il tomba comme il le pensait sur l'équipe lumière et sons. Il chercha le leader et alla lui remettre une feuille où des instructions étaient marquées. Avec ça, son passage serait assuré, ou presque. Ensuite, sans se dire que l'homme pourrait très bien refuser, le dresseur s'en retourna vers ses camarades compétiteurs. Il alla s'installer près d'un écran permettant aux participants de voir les performances de leurs adversaires et attendit tranquillement que le temps passe. Une bonne demi-heure sépara la première entrée des spectateurs et le début des prestations. Aussitôt que tous furent installés, la salle fut plongé dans le noir complet, et laissa place rapidement au concours. Le blondinet, qui attendait son tour tranquillement en observant les autres depuis la télé des vestiaires. Bientôt, on l'appela. Aussitôt, il réagit et attrapa Embrylex, qui s'était assoupi quelques instants, et se dirigea vers la scène. Plus il approchait de la salle, plus son stress montait. Arriverait-il à faire tout ce qu'il avait prévu. En tout cas, il y croyait. Il s'encouragea rapidement avant de s'avancer et de faire ainsi débuter sa prestation.

 Comme il l'avait demandé, lorsqu'il marcha sur l'espèce de plate-forme qui servait d'estrade, les hauts-parleurs amplifièrent le son des pas et donnait l'impression d'être tout proche, presque à côté de soi. Dans le noir, on ne pouvait distinguer que les traits de son corps et de celle de son compagnon, qui s'était installé sur la tête de son maître. Lorsqu'il atteignit le micro  situé juste devant, il fut soudain éclairé par le seul projecteur allumé pour le moment. Le bruit s'arrêta net dès que Lucas fut stoppé. Il souffla un coup dans le vide avant de se préparer à la suite. Dans le public, il lui semblait qu'on clamait son nom. La musique débuta. Au début, il n'avait rien à dire, rien à faire, à part attendre. Il avait baissé un petit son chapeau afin de faire en sorte que son visage disparaisse à la vue du spectateur. Embrylex, qui s'était posé au sol, imitait magnifiquement son dresseur. Tout deux tenait leur chapeau en avant avec la main gauche, et mirent leur main droite à distance comme s'il la préparait à former un soleil. Mais il ne fut rien de tel. Au commencement des paroles, il souleva son lourd crâne pour le faire paraître à tous pour la seconde fois, et amena ses deux bras à la même distance du corps.

« Know I’ve done wrong, left your heart torn
Is that what devils do?
Took you so long, where only fools gone
I shook the angel in you!
Now I’m rising from the crowd
Rising up to you!
Feel with all the strength I found
There's nothing I can’t do!
 »

 Les mots venaient les uns après les autres, sans accorder un seul instant à une possible faute de transparaître. Chaque fausse note serait impardonnable, selon Lucas, et le moindre faux pas non plus d'ailleurs. C'est pourquoi il avait demandé à Embrylex de mener la danse. En se plaçant devant lui, le petit pokémon permettait à son dresseur de le voir et d'ainsi pouvoir bien coordonner chaque geste. Au début, le blondinet ne bougeait qu'à peine, n'en voyant pas l'utilité. Dès qu'il entama la deuxième partie du couplet, lui et son compère se mirent à exécuter de petits mouvements au niveau du pied, tapant sur le sol pour faire monter l'ambiance. La tête était également en mouvement, se mouvant de quelques centimètres comme pour mettre le chanteur dans le rythme. Dans la foule, des bruits montaient, mais ils étaient faibles, car tous semblaient captivés par la musique. Et en particulier par la voix qu'arrivait à produire le garçon. Une voix à la fois douce et forte, qui ne laissait aucune note s'échapper, et qui donnait un ton très appréciable.

« I need to know now, know now
Can you love me again?
I need to know now, know now
Can you love me again?
I need to know now, know now
Can you love me again?
I need to know now, know now
Can you love me again?
I need to know now, know now
Can you love me again?
 »

 Le refrain sonnait comme le véritable début de la chanson. Aussitôt qu'il démarra la première syllabe, Lucas retira à toute vitesse son chapeau et le lança sur le côté pour faire paraître ses cheveux blonds qui brillaient presque dans la lumière. Les deux participants effectuèrent de petits mouvements de côtés en claquant des pieds, ce qui ne fit qu'augmenter l'ambiance dans la salle.

« It’s unforgivable,
I stole and burnt your soul
Is that what demons do, hey?
They rule the worst in me
Destroy everything,
They blame on angels like you, hey!
Now I’m rising from the crowd
Rising up to you!
Filled with all the strength I found
There's nothing I can’t do!  
 »

 Dès que le blondinet débuta la première note, le public leva les bras pour créer une sorte de vague de bras, et les paroles du second couplet s'accomplirent magnifiquement, ce qui ne manqua pas de faire plaisir au chanteur en son for intérieur. Les mouvements que lui et Embrylex firent alors devinrent plus précis, plus joyeux. L'assistance avait donné le courage aux deux participants pour enchaîner la musique et sa danse. Ils firent quelques pas d'avant en arrière, et exécutèrent également une rotation à quatre-vingt dix degrés avant de tourner la tête vers le public et de lui faire un clin d’œil affectif. Seul, Lucas aurait eu du mal à obtenir l'attention des spectateurs, mais avec son compère, c'était tout autre chose. Son mignon petit regard de nounours faisait des ravages.

« I need to know now, know now
Can you love me again?
I need to know now, know now
Can you love me again?
I need to know now, know now
Can you love me again?
I need to know now, know now
Can you love me again?
I need to know now, know now
Can you love me again?
Uh, uh, uh, uh!
Oh, oh!
 »

 Le refrain fut l'occasion de faire apparaître quelques danseurs improvisés dans le public. Beaucoup s'était levés pour continuer la vague, mais certains s'étaient écartés pour danser avec Lucas. Dans la fausse pénombre de la salle, le blondinet n'arrivait pas à tout voir, mais il était sûr que quelques personnes l'imitaient comme ils pouvaient. C'en était presque formidable. C'est ce que finit le garçon à pousser ses limites de danses et de chants au maximum, ce qu'Embrylex ne manqua pas d'imiter. Lucas retira le micro de son socle et effectua soudain des mouvements plus rapides et qui obligent à énormément bouger, se coordonnant parfaitement avec son pokémon, qui sautait, qui glissait presque sur le sol, qui tapait énergiquement sur l'estrade en bois. La danse était de plus en plus endiablé, ce qui avait eu pour résultat de faire transpirer les deux compères.

« Told you once again,
Do this again, do this again, oh!
I told you once again,
Do this again, do this again, oh, oh!
 »

 Ce dernier couplet, qui ne dura quelques secondes, fut une sorte de frein à toute cette excitation. Les spectateurs s'étaient rassis, mais continuait à faire la vague. Sur la scène, la danse était de moins en moins forte, mais resté bien rapide. Lucas et son compagnon affichaient un sourire jovial tout en enchaînant une chorégraphie plutôt normale. Deux pas sur la droite, cinq sur la gauche. Ils exécutaient aisément des petits mouvements du buste lorsqu'ils s’arrêtaient de bouger, comme pour montrer qu'il le faisait toujours.

« I need to know now, know now
Can you love me again?
I need to know now, know now
Can you love me again?
I need to know now, know now
Can you love me again?
I need to know now, know now
Can you love me again?
I need to know now, know now
Can you love me again?
 »

 La dernière note sonna la fin de la chanson. Le public lâchèrent des cris à l'attention de Lucaset de son Embrylex, manifestant clairement leur joie. Les deux danseurs firent une rotation sur eux-mêmes et récupérèrent leur chapeau respectif durant le mouvement. Ils le replacèrent sur leur crâne et baissèrent la tête pour cacher leur visage. Ils firent chacun une courbette au public lorsque la lumière qui se projetait sur le micro s'éteignit. Le blondinet souffla un bon coup dans la vide, comme au début, et fit demi-tour pour se diriger vers les vestiaires. Il avait réussi sa performance et ce, en partie grâce à son petit pokémon roche. Il lui devait bien cela. Enfin, dès qu'il fut derrière les rideaux, la lumière revint sur la salle de spectacle. Mais le garçon s'en fichait pas mal : il venait de passer, c'est ce qui comptait
Anonymous
pokemon
Invité
est un Invité
Comment était-il arrivé là déjà ? Même Rick ne le savait pas. Lui qui ne s’intéressait pas un tant soit peu à ce genre de compétition, il se retrouvait ici à devoir participer à un stupide concours de talents pour savoir qui serait élu Miss et Mister Pokémon. Quel intérêt franchement ? C’était d’une parfaite inutilité. Et l’ennui profond qu’évoquait ce genre de concours n’apportait pas plus de motivation au garçon. Même Arcko qui le suivait dans les vestiaires ne semblait pas ravi. En plus de son manque de motivation, Rick savait que devoir se représenter devant un public n’était pas une bonne chose. Il avait beaucoup de mal à s’exprimer face à un petit groupe alors qu’est-ce que ce serait devant une salle de spectacle pleine à ras-bord dont les échos provenaient jusque dans les coulisses et témoignaient de la foule qui s’y agglutinait ? Le massacre était couru d’avance. Un soupir s’échappa de ses lèvres alors qu’il prit place sur un banc vide.

Tous autour de lui s’affairaient à leur préparation. Lui pour sa part n’attendait qu’une chose : que ça se termine. Qu’il puisse retourner à ses livres ou d’autres occupations plus saines et plus intelligentes. Les plus impatients l’étaient pour pouvoir briller sur scène. Pour Rick, c’était histoire d’en terminer. Déjà avait-il décidé de ne pas prononcer un mot sur scène. C’était une mauvaise idée étant donné certains incidents d’un passé encore proche. Une autre histoire tristement connue de tous maintenant. Il secoua la tête pour chasser le souvenir de la pré-rentrée. Il se concentra plutôt sur sa propre préparation pour l’évènement. Il ne l’avait pas réellement préparé. Un simple petit tour histoire de faire preuve de sa participation. Il se saisit donc de ses affaires et tandis son costume à Arcko. Là-dessus au moins, ils étaient choisis avec soin. Chacun s’accordait à celui qui le portait. Rick et son compagnon s’éclipsèrent donc à l’écart pour pouvoir se changer respectivement.

En ressortant de la cabine, Rick était vêtu d’un bel habit à queue de pie et Arcko portait une combinaison noire qui laissait seulement transparaître ses yeux. Une tenue de ninja. Elle lui allait à ravir. Rick était satisfait de son choix. Il émit un petit rire en voyant son Pokémon accoutré de la sorte et ce dernier lui rendit la réaction en donnant un coup dans la pièce de tissu qui frottait le sol. La queue de pie se balança de droite à gauche alors que le gecko émit à son tour une sorte de ricanement ponctué par une syllabe de son prénom. Le sourire de Rick resta un instant puis revint à un simple trait fin lorsqu’il regarda les autres participants commençant déjà à se produire sur scène.

Celui qui passa avant Rick entama un chant et une danse en compagnie de son Embrylex. Rick et Arcko se contentèrent de se regarder et d’étouffer un éclat de rire. La scène était d’un ridicule. Le type s’enflammait comme s’il était un roi de la scène ou qu’il avait un véritable talent. Les paroles en elle-même faisaient déjà rire. Et la prestation du duo l’était encore plus. Mais en même temps, le scientifique novice n’attendait qu’une chose : qu’il termine. Car ce serait enfin à son tour et il pourrait s’en aller d’ici. Le numéro prit fin et ce fut à Rick de se mettre en place. Il y eut un petit laps de temps où la scène fut préparée pour son passage. Le micro placé au milieu fut ramené vers le fond de la scène où un piano attendait. Le dispositif était placé de manière à bien percevoir les notes qui s’en échapperaient.

Rick était en effet un musicien. Il ne possédait pas de compétences hors pair dans le domaine mais il avait certaines notions qui lui permettaient de jouer convenablement sans être ridicule. Et à côté de l’instrument imposant, un simple panneau. Lorsque la régie appela Rick, le garçon déglutit avec difficulté et Arcko le poussa délicatement de la patte. Ils traversèrent en harmonie la scène et le Pokémon se plaça derrière le panneau alors que Rick continua vers le piano. Assis à sa place, Rick ramena la queue de pie derrière lui pour tomber en cascade derrière son siège. Il régla l’instrument et avant d’entamer son numéro, un dernier regard avec son compagnon histoire de se souhaiter mutuellement bonne chance.

La scène fut alors plongée dans le noir le plus total. Avec l’obscurité régnant dans la salle, Rick était à l’abri des regards et le piano lui permettait de ne regarder que les touches noires et blanches. Un bon moyen de ne pas paniquer et de ne pas perdre ses moyens. Puis un unique spot derrière le panneau vint éclairer et refléter la silhouette d’Arcko sur le panneau. Pour le public, il ne devait voir qu’un écran avec un Arcko totalement noir. Et Rick entama la mélodie au piano. Les notes fusèrent et instaurèrent une ambiance très mélodieuse. La musique se fit calme et apaisante au départ. puis de temps à autre, une touche plus forte, plus aiguë qui correspondait avec un mouvement vif de Arcko derrière son écran. Entamant ainsi un enchaînement de mouvement de combat, le Pokémon Plante entama un spectacle d’ombres où la musique apportait un petit plus particulier. En coulisses, les régisseurs se mirent à faire passer des panneaux en formes de personnes et de Pokémons. Ce qui permit à Arcko de faire intervenir dans ce récit silencieux d’autres personnages qu’il devait battre au fil de l’histoire. La musique s’alliait à merveille avec les mouvements et les évènements. Une histoire simple racontée simplement mais qui avait son petit charme pour qui savait l’apprécier.

Puis la musique se fit plus rapide. Les doigts pianotaient à toute vitesse sur le clavier bichromatique et Rick se prêtait au jeu. Il était emporté par sa musique et ne faisait plus attention à rien. Arcko accélérait ses mouvements sans difficulté. Il enchaîna les gestes et brisaient les figurines de bois plates qui permettaient au spectateur d’assister à un combat en ombre chinoise d’une pure violence et qui dégageait une tension que la musique inquiétante appuyait. Et alors que les ombres semblaient se refermer sur un Arcko complètement dépassé par les évènements, le Pokémon se figea et fut avalé par l’ombre. Puis le Pokémon usa de son Vive-Attaque en ligne droite. Le panneau fut déchiré et Arcko se retrouva sur le devant de la scène. Entouré d’un halo vert provoqué par l’attaque Vol-Vie, il avait une posture fixe d’un véritable ninja ayant terminé sa course. Le projecteur s’éteignit alors. Noir total encore une fois puis de nouveau la lumière qi dévoila un devant de la scène vide. Jusqu’à ce que le projecteur ne se dirige vers le rideau en hauteur où Arcko se mouvait avec grâce. Il fit ainsi un tour de la salle en ponctuant ses sauts et acrobaties par des petits cris pour au final atterrir de nouveau sur le devant de la scène et effectuer un dernier salut. Puis noir final.

Rick venait d’achever sa symphonie et il profita de l’obscurité pour s’éclipser avec Arcko. Mais la lumière revint pour obliger le jeune dresseur à se présenter également et à saluer. Son compagnon ne manqua pas de le tirer par la manche pour qu’il s’avance un peu et salue à son tour. Encore heureux qu’on ne lui avait pas demandé de prononcer un petit discours parce qu’il en aurait été incapable. Il salua donc malgré sa raideur qui le bloquait un peu. Puis il quitta finalement la scène. A peine arrivé en coulisses qu’il se changea en compagnie de son acolyte. Lorsqu’ils récupérèrent tous deux leur tenue habituelle, le duo disparut de l’endroit. Rick ne tenait pas à rester plus longtemps. Il s’était retrouvé là par il ne sait quel coup du sort et il ne comptait pas rester. Il ne gagnerait pas de toute façon alors il ne servait à rien de pourrir ici. Il partit donc, laissant derrière lui le simple résultat de sa prestation qui n’avait pas dû marquer les esprits à ce point. Peu lui importait de toute façon tant qu’il pouvait retourner à ses lectures et son travail plus… « scientifique ».
Anonymous
pokemon
Invité
est un Invité


➖"Voilà, c'est bientôt terminé !"

Cela faisait depuis ce matin que la fine équipe des Mentali me tournait autour.

De là où j'étais, mes oreilles récoltaient les applaudissements, les rires, les acclamations, de même que les chansons, les bruits de pas, les crépitements des prestations de ceux et celles qui passaient avant moi. Oui, je me trouvais de ce côté de la scène, je me trouvais dans les coulisses derrière ce tremplin vers la gloire ou l'humiliation. La petite pièce commune des vestiaires des filles regorgeait de soupirs et de murmures, qu'ils soient amusés ou inquiets, je ne savais pas du coup comment je devais me sentir. Mon regard plongé dans le bleu de mes pupilles, la seule chose que je pouvais faire c'était...

➖"... Ne bouge pas !!"

...Enfin voila. Mine de rien, au fur et à mesure que je contemplais mon reflet dans ce grand miroir, un sourire quelque peu gêné s'esquissait sur mon visage. Je me trouvais jolie, beaucoup plus que d'habitude. En même temps, les filles n'y étaient pas allées de main morte. Avec tous les soins que j'avais subis avant ça, je ne pouvais que m'apprécier. Heureusement d'ailleurs. Ma coiffure terminée, mes vêtements ajustés, il fallait désormais terminer la préparation de Riolu. Il arborait son petit foulard aux couleurs d'argent si durement acquis - ce traumatisme dans la boutique me suivra toute ma vie - autour du cou, ce qui lui donnait un air de chevalier au cœur pur. Ça tombait parfaitement bien, étant donné la prestation que l'on comptait réaliser.

Bien ! Tout était prêt, le moment fatidique approchait de plus en plus également. D'un geste lent et souple, je me levais de mon siège pour bouger dans ma nouvelle tenue. Une robe blanche aux coutures et bas bleus, accompagnée de bottes et de longs gants de la même couleur. La forme de la robe me rappelait celle d'une étoile, avec ses pointes qui partaient de tous les côtés, même si un détail me chiffonnait particulièrement. Il y avait un espace ouvert sur mon ventre, pile au niveau du nombril. A l'accoutumée je n'aurais pas fait attention à ce genre de broutilles, mais sur une robe comme celle-ci, la sensation me paraissait bizarre. Pourtant, ce n'était pas la première fois que je la portais, il avait fallu que je présente une fois la chorégraphie en entier dans cette tenue devant la majorité des filles du dortoir. C'était déjà assez embarrassant à ce moment-là, mais grâce à ça, j'avais découvert que je pouvais complètement me lâcher et m'amuser sur scène ! En plus, je n'étais pas seule, il y avait mon fidèle compagnon qui me servait de partenaire de danse. Cette soirée-là, elle était pour nous !

Ceci étant dit, le peu d'anxiété qu'il y avait en moi disparut, mon coeur et mon esprit en étaient ressortis plus légers. Avant de me diriger vers la sortie de la salle, je m'inclinai devant les quatre filles qui s'étaient occupées de moi tout le long de ces deux semaines, afin de me préparer pour aujourd'hui.

➖ "Merci les filles... Merci de m'avoir aidé jusqu'ici. Je sais que je ne suis pas la plus gracieuse, la plus jolie et la plus douée du dortoir pour ce genre d'évènement, mais... je donnerai le meilleur de moi-même !"

Quelques petits rires furent lâchés par mes camarades, avant que l'une d'entre elles ne pose une main sur mon épaule. "Vas-y, lâche-toi, sois toi-même, c'pour ça qu'on t'a choisi !", ces petits mots suffirent pour me rosir les joues et monter ma barre d'excitation à son maximum. Je pouvais le faire. Allez, il ne restait plus qu'à sortir des vestiaires et attendre mon tour !

Sur le palier des marches qui menaient à la scène, on pouvait voir, à travers les rideaux, les passages des autres élèves. Les garçons, puis les filles, c'était ainsi que l'ordre se déroulait. Je ne pus voir que deux garçons passer avant moi, les deux derniers sans doute. Le premier d'entre eux était Lucas, un élève qui avait choisi l'option Topdresseur, accompagné de son Embrylex. Ils portaient tous les deux des costumes cravates noirs, ce qui me fit légèrement sourire. Le noir était sans doute la couleur qui représentait le mieux le blondinet. A la fin de sa prestation, je me mis à applaudir avec le public, son chant et sa danse étaient bien, j'avais apprécié le spectacle. Le suivant n'était autre que le très célèbre Rick Larson, célèbre malgré lui à cause de sa mythique interprétation du "Vomi de la Pré-Rentrée". Il jouait du piano, c'était magnifique, il y avait également un Arcko déguisé en ninja qui exécutait une chorégraphie intéressante. Ca me remplissait de joie ! Ah la la, je n'avais envie d'une chose, passer sur scène !

Une fois que l'artiste sortit de la scène, je pris une grande inspiration et j'attendis que l'on cite mon nom. "Lyyyyynn Smiiiith !" C'était à moi ! C'était à moi ! D'un pas encore un peu hésitant, je commençais à monter les marches, je ne voyais plus rien devant moi. Hu ? Pourquoi ? J'allais bien pourtant, je n'étais pas nerveuse pourtant, pourquoi mon esprit me laissait tomber ? Non, je ne voulais pas tomber, je ne voulais m'effondrer avant même de monter devant toutes ces personnes qui n'attendaient que moi ! Mon esprit sombrait dans le chaos total, mais vint me rattraper, ce qui me remit sur pieds. Une de mes amies m'avait retenu, histoire de me rajouter une couronne aux bijoux aussi verts que des émeraudes, un oubli de circonstance qui me fit rire un bon coup. J'étais prête, je pouvais le faire !

Pleine de confiance, je sautais les marches et avançais jusqu'au bout de l'estrade, sous la bienveillance de la lumière fixée sur Riolu et moi. Ce tapis rouge me rassurait quelque part, le rouge représentait le courage et la détermination ! Arrivée devant le micro, j'arborai un grand sourire, des étoiles plein les yeux. Devant moi se tenaient les quatre membres du jury, ainsi qu'un public bien garni. Cette fois, c'était la bonne ! Je levais les bras et avec tous mes poumons, je balançais mon discours.



➖ "Bonjour à tous ! Je m'appelle Lynn Emerald Smith, 14 ans, blonde aux yeux bleus, 1.48 mètres ! Je suis membre du Dortoir Mentali sous la tutelle de Miss Melty que j'aime beaucoup beaucoup ! Je vous présente aussi mon Riolu, mon meilleur ami ! Et à nous deux, on va vous faire une petite prestation qui j'espère vous plaira !"

Sur ces mots, la lumière s'éteignit. Je me retournais pour faire dos au public, les jambes légèrement écartées, une main sur ma hanche, l'autre devant mon visage, le coude levé. Riolu était parti sur le côté de l'estrade. Entre temps, j'avais pu mettre une petite oreillette qui faisait office de micro. Tout était prêt. Une musique brisa le silence, une petite introduction avant que je ne commence à chanter.

Death Should Not Have Taken Thee! (しんでしまうとはなさけない) by Jesus-P on Grooveshark


Paroles traduites (afin de comprendre la prestation)
(Voix féminine : Lynn / Voix masculine : Garçon random pré-enregistré)
Spoiler :
Aaah... Mourir est pitoyable !

Majesté !
Quoi ?
HELP !
Quoi donc ?
La- la princesse a été enlevée !
Et le héros ?
Il n'y en a pas.
Hmm, bon !
Dans ce cas, tu seras le héros !

Voilà le cadre !

A présent prends le contenu de ces coffres et cette petite bourse, lance-toi dans ta quête,
Trouve une équipe, abats les monstres...
... Vous n'prenez pas ça au sérieux.
Oh, et si tu as du mal, parle aux villageois, ok ?
Bats tous les boss ! Ecrase-les !
Sérieusement !?

Sois fier, Sois fier, Sois fier
Evidemment !
Parce que tu es vraiment le meilleur !
Je vais agir pour le peuple !
Mais, bon sang, vous êtes vraiment haut perché !
De l'expérience, De l'expérience, De l'expérience
Accumules-en !
Et trouve des membres plus forts !
C'est ce que vous dites, mais je suis seulement un soldat
Congé payé ?
Delete ! Delete !

J'attends sincèrement avec impatience le jour où tu battras le boss de fin !

REFRAIN
Pour restaurer la paix dans le monde
Pour protéger la paix de ce pays
Je dirige depuis la dernière ligne
Je vais te dire tes points d'expérience !
Nous nous battons pour vous, pour le monde
Reconnaissez notre patriotisme !
Nous sommes au bord de la destruction, l'équipe est en miettes
Je savais que je n'avais pas un niveau assez élevé... orz

Votre équipe a été annihilée.
Oh, Dieu ! Amen !

Aaah... Cette mort était pitoyable !
Je vais te donner une seconde chance !
Majesté !
Qu'y a-t-il ?
Ceci... C'est impossible.
Haaah !? Se plaindre est encore plus pitoyable que mouriiiIIIIR !

Avec le pouvoir économique et militaire de notre magnifique pays,
Bien sûr que nous avons aussi des gens talentueux !
Quelle popularité !
Mais le seul problème chronique est notre souverain désinhibé
« Pur » pour le dire gentiment, mais plus franchement...
Un abruti.

C'est vrai que
L'humanité entière
Est faite pour se battre
Même si je ne le dirai pas...
Ok ?
Tu es entrain de dire que je devrais
Coopérer
Et m'adapter ?
Ce monde serait un jeu de merde ?!

Pour atteindre le prochain niveau
Ton expérience doit encore monter de 1000 points
Tu dois aussi être plus confiant
N'abandonne pas, ok ?

Telissa, Boroso, Zanshi, Palante
Les mages sont traités comme des objets
Avec une attitude calme et un sourire mi-figue, mi-raisin
Parlant de manière impertinente, je brandis mon sceptre...
Holit, Holit, Holit,
Encore et toujours
Les moines n'utilisent qu'Holit, sont-ils idiots ?
Cela me fait dormir, moi, le souverain
Pour qui te prends-tu ? Est-ce une rébellion ?

Je ne suis pas un héros. En fait, je pense que c'est vous, majesté, qui devriez en être un !

REFRAIN
Pour restaurer la paix dans le monde
Pour protéger la paix de ce pays
Je me mets en première ligne
Je peux voir ma popularité monter en flèche ! (H-hey !)
Notre souverain se bat pour ses intérêts, pour l'argent
Que voit-il donc ?
Au bord de la destruction, les gardes meurent
Mourir est pitoyaaaaAAAAABLE !!!

Pour restaurer la paix dans le monde
Pour protéger ton sourire
Nous réussissons à peine à rassembler
Assez d'informations sur les forces du seigneur maléfique
Alors aujourd'hui je reste en sécurité
En attendant le vrai héros
Ce n'est pas échapper à son travail
C'est juste que je n'arrive pas à la cheville de ces types


➖ "Ooh... Shinde shimau to wa... nasakenai... 3, 2, 1, OUH !" (Ooh... Mourir est... pitoyable... 3, 2, 1, OUH !)


Aussitôt, je me retournais et commençais à danser comme une idole le ferait, avec des mouvements amples et dynamiques, jusqu'au moment où je devais me remettre à chanter. D'ailleurs, pour cette chanson, on avait fait des auditions auprès des garçons pour faire la deuxième voix, histoire de pimenter un peu la performance. On s'était bien amusées. L'introduction se terminant, mon partenaire Pokémon s'élança vers moi, un air inquiet sur le visage, ça faisait parti de la chorégraphie.

Durant le premier dialogue, je prenais des postures assez comiques, pour montrer véritablement le ridicule de la situation. Mon Riolu quant à lui feintait de chanter la partie du garçon, et il jouait très bien le sens du danger, ainsi que la surprise face à mes propos dérisoires. Cette chanson me donnait la pêche, les filles l'avaient choisi par rapport à ma personnalité. Je me sentais vraiment moi-même ! Pour la suite, je m'avançais un peu plus vers l'estrade pour continuer ma chorégraphie, un grand sourire sur mes lèvres, mon Riolu mimant comme il pouvait les mêmes mouvements que moi.

Et là, le refrain ! Entre quelques mouvements de danse, Riolu, pour illustrer les propos qui faisaient référence au combat, effectuait des attaques Forte-Paume et Vive-Attaque, avec un controle et un timing respectant le rythme de la musique. Moi pour ma part, je me tenais derrière, dansant sur place, afin de faire comprendre au public que je dirigeais bien de derrière, comme le ferait un Dresseur et son Pokémon. C'était pour cela que cette musique passait particulièrement bien, car l'histoire pouvait être assimilée par une relation Dresseur/Pokémon. Une bonne musique en somme, haha !

Au break, Riolu s'effondrait au sol, et me penchait vers lui, en le prenant dans mes bras, un air triste sur mon visage, levant ensuite ma tête vers le ciel pour m'adresser aux cieux. Je le reposais lentement au sol avant de me relever et de remettre à danser. Au moment du chant, je me plaçai juste derrière mon Pokémon, les mains sur les hanches, le visage de nouveau rayonnant. Juste après ça, Riolu se releva, comme ressuscité par mes paroles. La chorégraphie reprenait de plus belle, variant les pirouettes, poses et pas de danse. Faire tout ça en chantant était une bonne épreuve pour moi, car je devais du coup gérer mon souffle afin de tenir jusqu'au bon, et ce, sans me tromper dans les paroles qui défilaient déjà très rapidement. J'aimais être ici, j'avais même pratiquement oublié la présence du public et du jury.

Et ensuite vint le final. Deuxième refrain. Cette fois-ci, je me trouvais devant la scène tandis que mon partenaire se tenait derrière, inversant ainsi les rôles du premier refrain. J'effectuais des Forte-Paume et des "Vive-Attaque" - si on peut considérer que ma vitesse de Carapagos correspond à celle d'un Pokémon rapide, alors oui, c'était une Vive-Attaque - de quoi faire rire le public en tout cas. Nos derniers pas se finirent par Riolu et moi qui croisions les bras, dos à dos, de profil par rapport au public. Pas d'erreurs, pas d'hésitations, tout c'était très bien déroulé ! OUI !

Les acclamations furent nombreuses dans le public, on voyait qu'ils avaient apprécié le spectacle. Ce n'était pas vraiment touchant, ni poussé, mais je pensais avoir réussi à montrer ma passion et mon engouement pour cette prestation qui était la mienne. Alors que les applaudissements résonnaient toujours dans mes oreilles, je faisais en sorte de ne pas jeter de regard vers le jury, de peur de voir comment ils m'avaient trouvé. Je m'inclinais humblement devant toutes ces personnes ici présentes, pour les remercier de leur soutien. Je leur avais montré l'essence même de ma personne, mes tripes ! Je ne regrettais rien. Ce furent sur ces sentiments que je quittais la scène, des petites larmes aux yeux, j'étais vraiment heureuse. Néanmoins, en descendant les marches, je pus apercevoir une silhouette très familière, tenant un grand bouquet de fleurs. C'était la silhouette d'une fille, c'était sûr et certain. Mais cette fille, c'était... Oui, c'était bien elle. Elle devait sans doute passer après moi. La voir renforçait mon sourire, j'allais lui adresser mes vœux de courage !
Anonymous
pokemon
Invité
est un Invité
Concours Miss/Mister #1 [15/09/2013] Hq9Xsmy1aB

Si vous l’interrogez sur les raisons qui la bousculent à s’inscrire à ce piètre concours, elle vous répondra tout simplement qu’elle n’en sait rien. Peut-être est-ce seulement pour assister aux nombreuses prestations qui y auront lieu ou bien est-ce pour mettre en valeur son talent inné dans un certain domaine en particulier et montrer au monde qu’elle est d’un tout autre niveau, pour son propre amusement personnel donc. Oui, il s’agit d’une soirée de prestations. Un peu dans le même style de ceux que nous contemplons à la télévision. Les participants de cet événement doivent démontrer une aptitude au grand public et ce dernier doit ensuite voter pour élire le meilleur de chaque sexe qui a offert la plus fabuleuse des performances. Le garçon et la fille désignés seront nommés réciproquement Miss et Mister du campus. Pour rajouter un brin d’originalité, les organisateurs de cette cérémonie ont décidé d’ajouter une condition plutôt cocasse à la participation : le compagnon des élèves doit également contribuer à la réussite du numéro. Ce qui résultera dans certains cas à de drôle de scénario, la coordination entre un Pokémon et son dresseur variant de duo en duo. Cela ne manquera certainement pas à faire rire les spectateurs lors de cette soirée, c’est bien quelque chose auquel on peut bien tarder d’observer.

Dans le vestiaire féminin, les jeunes filles couvertes de maquillage se ruèrent tous tels des fauves dans les cabines ou bien face aux miroirs, voulant inspecter une dernière fois le reflet de leur beauté – évidemment, avec les tronches qu’elles affichent, la définition de beauté prend bel et bien une toute nouvelle tournure. Ces énergumènes arboraient un surplus évident de barbouillage inutile sur leurs visages, leur donnait des airs de monstre. Encore heureux que la glace ne s’est pas craquée d’elle-même à la vue de ces bêtes sauvages, comme le veut la croyance populaire.

Adossée sur un mur peint d’un blanc cassé au fond de la salle, le dos légèrement courbé vers l’avant et les bras croisés sous sa poitrine en phase de développement, Ellie observait en retrait celles qui seront ces futurs opposantes pour l’aventure de ce soir – encore faut-il qu’il soit possible qu’elle leur fasse l’honneur de les qualifier d’adversaire. Malgré qu’elle affichait une mine concrètement absente de ressentis, ce masque cachait une énorme répugnance à la vue de ces sottes jouvencelles. Même Pikachu, qui connaissait l’utilité du maquillage, ne dissimulait point son faciès exprimant son écœurement en épiant chacune de ces filles de son point d’observation, c’est-à-dire de l’épaule de sa maîtresse.

Vint finalement le début du concours, le vestiaire se vida à un rythme particulièrement lent. La pièce à présent quasi désertique devint le foyer précieux d’un silence de cathédrale que l’opulente dresseuse brisa d’un soupir après avoir sombrée quelques moments dans cet océan de mutisme. Elle passa sa main droite dans sa longue et épaisse crinière céleste tout en se relevant et empoignant de sa senestre la housse de vêtement à ses côtés avant de déposer l’enveloppe protecteur avec une délicatesse infinie sur l’un des nombreux bancs peuplant la salle. Perplexe, le rongeur bipède descendit de son nid et prit l’amabilité d’ouvrir la fermeture éclair qui scellait le vêtement qui y reposait à l’intérieur en toute sécurité.

L’énorme entrebâillement entre les pans de l’emballage dévoilait une magnifique et luxueuse robe fourreau. Le vêtement est un peu spécial niveau esthétique : d’un noir des abysses au niveau du décolleté, la couleur dégradait peu à peu en descendant vers le bas, rejoignant son extrême opposé. Un contraste commun mais fort intéressant lorsqu’il est affiché sur une unique pièce, surtout de la manière qu’il l’est sur cet accoutrement. Sur la partie des abdominaux, plus précisément sur les obliques gauche, un large ruban en forme de papillon ornait le vêtement. Aux côtés de la robe moulante reposaient deux longs gants de mariée en soi, teint d’un blanc nacre qui reflétait la lumière. Pour achever ce délicieux cocktail de fortune, les chaussures utilisées par notre héroïne en cette fabuleuse soirée sont des pieds à petit talons argenté. Effectivement, pour la prestation qu’elle envisageait depuis un certain moment déjà – soit depuis ce matin plus spécifiquement – elle ne pouvait se permettre perdre l’équilibre et flancher face à un tel rassemblement. Ses lèvres s’étirèrent pour former un petit rictus alors que la partisane du dortoir des flammes se déshabilla pour enfiler ses habits. Pour finir, elle rattacha ses cheveux de la même manière qu’elle le fait quotidiennement, c’est-à-dire en deux couettes sur chaque côté de sa boîte crânienne. Néanmoins, Ellie les ligota cette fois-ci avec deux longs rubans d’ébène. Regardant le résultat via son reflet sur l’une des nombreuses grandes glaces, elle était plutôt satisfaite du résultat, sa fine silhouette n’ayant point changé. Elle ajusta quelques franges au passage. Peut-être que ses épaules dénudées, dévoilant sa peau claire et vierge, allait lui attirer quelques regards, mais qu’importe.

  • Tu en penses quoi, Pika ? C’est le même accoutrement que j’ai utilisé pour un mariage l’an passé, sur une croisière en mer.


  • Pikachu !


Le rongeur jaune-orange muni d’un poil lumineux complimenta sa dresseuse – c’est un bien grand mot pour un animal qui ne peut dire que son nom, j’en suis parfaitement conscient – en applaudissant des pattes. Ellie poussa un gloussement en voyant la réaction de son compagnon avant de se diriger de nouveau vers la housse avant d’en extraire un habit. Pika cessa immédiatement tout geste, inclinant sa petite caboche sur le côté tant qu’à l’utilité de ce déguisement ridiculement minuscule pour son amie. L’incompréhension de son comparse provoqua un fou rire chez la jouvencelle aux prunelles célestes.

  • Petit sot, c’est pour toi !


Il s’agissait d’un ensemble assorti, composé d’un veston de couleur ténèbres ainsi qu’une chemise de soie opaline et d’une cravate de la même nature que le veston, plus communément connu sous le nom de « Tuxedo » dans le domaine de la mode. En apprenant que cet accoutrement lui était destiné, ses petites perles de charbon s’illuminèrent de mille étoiles. Levant ses bras dans les airs tout en progressant vers Ellie, le Pikachu sautilla presque sur place pour inciter à sa maîtresse de se dépêcher pour le lui enfiler. Ce qu’elle fit sans attendre. Une fois habillé, Ellie ajouta le dernier élément du costume : des lunettes de soleil standard. La souris de type foudre avait tout simplement la classe d’un gentleman. Désormais, le duo était prêt à accomplir une véritable prestation d’enfer. Avant de sortir du vestiaire, la Drystan empoigna un bouquet de roses noires, un parapluie céruléen et un foulard d’argent et quitta les lieux.

****

Déambulant dans les corridors de l’arrière-salle, fixant son bouquet, Ellie se demanda si c’était un élément de trop dans son déguisement. Effectivement, elle s’attirait des regards de jalousie et de haine de la part des femmes partout où elle pointait le bout de son nez. En fait, la véritable raison de cette bataille interne était due à l’encombrement de porter à elle-même trois objets. Et puis, ce bosquet n’était que pur esthétisme à sa tenue. Son tour étant proche de débuter, elle se dirigea vers l’arrière-scène alors que des acclamations retentirent dans la salle de spectacle. Moins d’une minute plus tard, la dresseuse perçut la partisane du dortoir Psy : Lynn Smith. Une bonne amie. Cette dernière se dirigeait vers notre protagoniste avec un sourire radieux, suivit de près par son Riolu. Avant même qu’elle puisse lui adresser la parole, Ellie lui offrit les roses obscurs avec délicatesse.

  • Pour te féliciter de ta performance, accepte ce bouquet de fleurs. Sa senestre vint voler néanmoins une seule et unique rose, déposant la tige derrière le pavillon de son oreille gauche sous ses cheveux sarcelle. Approchant sa tête de la sienne, elle susurra quelques mots l’intention de la Pokéathlète. Un conseil, ma chère : si tu ne veux pas ruiner ta belle robe – et Dieu sait que tu es magnifique ce soir – tu ferais mieux vite de déguerpir à l’extérieur avant de te retrouver prisonnière entre les griffes d’une pluie torrentielle et ceux d’un violent tonnerre.


Une expression teint par le malice décorant le visage aux fins traits de la native du Kanto devait bien engendrer un sentiment d’inquiétude chez la Mentali. Toutefois, elle n’eut guère le temps de poursuivre sa métaphore alors que son nom tonna dans les haut-parleurs de la scène. Effectuant un clin d’œil à la blondinette aux iris safre, la Drystan passa à ses côtés et escalada les escaliers, toujours sur cette même démarche assurée et la tête bien élevée, illustrant clairement son sentiment de supériorité envers tous les miséreux qui croisent son chemin.

****

Enfin, elle est sur scène.

Sur le tapis rouge, face au micro au-devant de la scène, les rais de lumière aveuglant étaient concentrés uniquement sur elle. La Pyroli prit un instant pour regarder les estrades en hauteur bondées par les élèves ainsi que quelques personnages importants au premier rang : le directeur ainsi que le vice-directeur de l’académie respectivement, ainsi que deux autres membres du personnel qu’elle connaissait peu. Foulard reposant sur son bras et parapluie sous sa dextre, tout était prêt. La prestation pouvait dorénavant débutée en faisant tout d’abord entendre la voix enchanteresse de notre idole à la foule.

  • Bonsoir à vous, mesdemoiselles et messieurs. Je me nomme Ellie Drystan, du dortoir Pyroli et à mes côtés, mon coéquipier Pika. Je suis ravie de surprendre les estrades comblées par les élèves, cela me fait vraiment plaisir car, pour ma prestation de ce soir, vous serez les participants.


Quelques murmures parcoururent la scène de spectacle à l’entente de ce petit monologue, qui furent tut par un bref mouvement de la main de la part de la TopDresseuse avant de reprendre son discours d’introduction.

  • Ce soir, je vais vous divertir dans l’originalité : nous allons tous jouer à un jeu ! Les règles sont affreusement simples : je pose une question, vous devez y répliquer en me déclinant la bonne réponse. Or, si l’un de vous dans l’assemblée offre une mauvaise réponse, il y aura une punition qui touchera tout le monde ici. Ceci peut être donc vu comme étant un travail d’équipe à grande échelle. Gare à vous si vous échouez, vous ne voulez certainement pas attirer les foudres de vos camarades, je me trompe ? Et les châtiments ne sont pas divertissantes pour vous non plus – d’ailleurs, il y aura un maximum de deux conséquences. Vous n’avez donc pas le droit à l’erreur. Relevez-vous le défi, mes braves ?


Étonnamment, le discours de la Drystan se fit incitant et motivant. Le peuple répondit à ses attentes par un applaudissement et quelques cris d’approbation. Un rictus narquois en coin apparu sur les lippes gracieuses de notre héroïne. Enjouée par la motivation de son public, elle échangea un regard complice avec la souris électrique au niveau de ses chevilles. Ce dernier fit un mouvement vertical de la tête pour lui signaler qu’il était prêt. Ellie savait le Pikachu non favorable à cette histoire, mais fidèles comme il est, il ne refuserait rien à sa dresseuse. Non, ce n’est aucunement de l’abus voyons !

  • Bien, alors débutons !


Et c’est ainsi qu’elle lança plusieurs questions à la foule, portant tous sur des sujets vue en classe : Géographie, Botanique, Histoire, Biologie etcetera. Cependant, toute bonne chose connait une fin. Et comme le dit si bien le proverbe : tout est bien qui finit mal. Non, ce n’est pas comme ça ? Dans le monde qu’entoure Ellie pourtant, les règles changent pourtant comme elle le souhaite. À la septième interrogation exactement, une question qui portait sur les origines du monde selon le mythe le plus populaire – remercions l’enseignant Percy Yade – un misérable eut le loisir d’offrir une mauvaise réponse. Un brouhaha parcourut le théâtre, la majorité lança un regard noir sur le malheureux, le public ne sachant pas trop à quoi devait-il s’attendre également. Les lèvres de la native de la région du Kanto s’étirèrent, un sourire bridé par l’espièglerie décorait son majestueux visage.

  • Comme c’est dommage. Et dire que nous étions proches de la fin ! Bien, laissez-moi vous expliquez la première punition. Présentant le foulard qu’elle tenait depuis le début de sa performance à la foule, elle reprit son explication sans tarder. Ceci est une écharpe comme les autres – à l’exception qu’elle a certainement plus de valeur que vous l’imaginiez. Avant mon arrivée à la cérémonie, je l’ai légèrement imbibée d’un produit extrêmement inflammable. Rajoutons à cela que le matériel utilisé pour confectionner ce foulard produit une énorme quantité de gaz à la combustion. Où veux-je en venir, questionnez-vous… ?


D’un geste brusque, la partisane du dortoir arborant la bannière du feu lança l’écharpe dans les airs. Le vêtement lévita un instant au-dessus du public alors qu’Ellie déploya son parapluie au-dessus de sa tête. Puis entre en scène l’utilité de son Pokémon : ce dernier libéra de ses joues rouge une décharge électrique qui toucha de plein fouet le foulard argenté, un crépitement tonnant dans les tympans de tous. Ce dernier prit feu illico tout en libérant un gigantesque nuage de fumé. Il ne fallut que très peu de temps pour que le système de détection d’incendie agisse, la stridente alarme retentissant dans la totalité de l’infrastructure. La suite logique et naturelle, si l’on suit les plans d’un système à détecteurs à multi-capteurs, est celui de la tombée d’une quantité d’eau froide à partir de divers dispositifs fixés au plafond de la salle. Une multitude de cris retentirent sous la pluie glaciale. Il ne fallut que très peu de temps pour que le système cesse de fonctionner, plus aucun danger en vue. Du côté de la foule, ils étaient tous trempée jusqu’aux os. Prit d’un fou rire, la jeune femme aux iris aqua plia son abri tout en le secouant pour faire évacuer le liquide – car il est impoli de se promener à l’intérieur d’un bâtiment avec un parapluie ouvert, si l’on suit les normes de la société moderne de ce jour.

  • Ceci était la première punition. J’espère que vous avez adoré la douche ! La majorité du public avait la gueule décrochée qui touchait le sol. Je vous prie de me laisser expliquer la seconde punition. Enfin, pour celle-ci, je crois que les paroles sont plutôt inutiles. Pika ?


Après son invitation, le rongeur chromatique avança d’un pas. Des décharges électriques s’extirpèrent de ses joues. La foule devint blême et ne dit point mot face à une telle preuve de sadisme de la part d’une jouvencelle possédant l’aspect d’une déesse. Parlant de sadisme, l’énorme sourire d’Ellie affirmait les inquiétudes.

  • L’eau étant un excellent conducteur d’électricité, j’espère que vous comprenez dans quel genre de pétrin vous êtes tous actuellement. Ceci est votre dernière chance –et nous en sommes à la dernière question, mes amis ! Courage, vous pouvez y arriver ! Alors, voici l’ultime et huitième question : En cette soirée, qui a offert la meilleure prestation pour ce concours Miss/Mister ?


Un blanc s’installa, un silence religieux prit place dans la salle de spectacle. Personne n’osait s’interroger du regard. L’atmosphère devint lourde en plus d’être humide suite à la précédente précipitation. Un jeune homme osa lever la main. Il hésita un instant avant de répondre, son timbre dégringolant se faisait entendre tel un écho dans les estrades.

  • … Vous, mademoiselle ?


Toujours cette même quiétude ébranlée par la frayeur de ce rassemblement de mortels, tous réunis en un seul point, qui planait dans la pièce. L’animatrice du concours inclina la tête vers le bas, ses franges turquoise cachant ses yeux. Peu à peu, ses lèvres s’étirèrent pour former un sourire vicieux. Elle leva sa dextre vers les airs et claqua des doigts. Dès lors, des éclairs s’échappèrent des joues de Pika pour s’abattre un peu partout dans le public. Nul n’échappa au châtiment foudroyant d’Ellie, tous lâchèrent des cris de martyr. Certains se jetèrent même dans tous les sens, ne sachant que faire pour échapper à la souffrance. Une odeur de roussi parcourait désormais la salle. Relevant la tête, la Drystan affichait une mine qui incarnait l'innocence même et réjouie avant corriger celui qui a commis l’erreur d’un ton narquois.

  • Non, la bonne réponse est en fait VOUS, cher public ! C’est vous qui avez offert la meilleure performance en participant, vous m’avez très bien amusée. Sur ce, mon numéro touche à sa fin malheureusement. J’espère que vous l’aviez apprécié autant que pour ma part ! Je vous souhaite une excellente fin de soirée. Oh, et pensez à reprendre une douche pour faire évacuer l’odeur de flambé sur votre épiderme, simple conseil !


Et c’est sur ces mots qu’Ellie Drystan quitta la scène, fière de sa connerie, suivit par une centaine de regards meurtriers. Moral de cette histoire : tout est bien qui finit bien – du moins, seulement pour notre héroïne à la longue chevelure bleu-vert. Mais on s’en moque des autres, non ?

Dernière édition par Ellie Drystan le Mar 1 Oct - 17:34, édité 1 fois
Anonymous
pokemon
Invité
est un Invité
Tout est une histoire d'ombre


Ainsi donc, c'était le grand moment. Le concours de Mister de l'école. Pourquoi j'y participais ? Parce que j'aimais être le centre d'attention. Parce que j'aimais que les gens me regardent, m'admirent. J'avais longtemps été détesté, mis à l'écart à cause de mes yeux vairons. Alors l'idée de plaire, qu'y avait-il de meilleur ? Sentir les observateurs fascinés par une prestation quelconque, mais qui était la mienne ! Ma prestation ! J'inspirais un grand coup, et mon regard se posa sur le miroir. J'étais dans les vestiaires ; autour de moi,  des autres garçons qui se changeaient, qui riaient, qui préparaient leurs objets. Les miens tenaient dans une grosse mallette, mais je ne tenais pas à répéter une dernière fois. J'avais toujours aimer faire ... Ce que j'allais faire. Alors, sans stresser aucunement, je mis de l'ordre dans mes cheveux. Pailletés d'or pour faire ressortir mon regard hétérochrome, on m'avait obligé à me maquiller - tous les garçons étaient logés à la même enseigne. Alors, un peu de fard, un peu de crème, des trucs par-ci par-là. Du khôl ornait mes grands yeux aux couleurs différentes, et celui de droite semblait scintiller d'un or métallique tandis que le gauche flamboyait d'un feu intérieur.


    « Jormungand, tu es prêt ? Je t'ai déjà expliqué ce qu'il faudrait faire. Tu réussiras. »


Et j'attendis donc mon tour. Je me sentais à l'aise, dans mon simple costume noir. Ma chemise blanche bouffante à jabot aurait pu paraître ringarde si elle n'avait pas été portée par moi : loin de sembler du siècle dernier, elle me donnait des airs fastes, princiers, avec mon port de tête presque royal. Oui, je risquait de faire fureur ; hélas, les gens ne profiteraient pas bien longtemps de ma beauté exotique. Je me levais, approchais des rideaux. Mon tour. C'était mon tour. Hypotrempe sur l'épaule, vêtu d'un bolero noir et d'un noeud papillon de la même couleur, nous étions sur notre 31. Je n'avais pas suivi les prestations avant moi, mais je fus certain d'une chose : la dernière personne avait fait fureur, dans tous les sens du terme. Les gens avaient l'air plutôt de mauvais poil ; superbe, me laisser un public morose, merci à toi, inconnu ! D'un pas léger et gracieux, j'allais vers le micro au milieu de la scène. Etait-ce des traces de brûlé, ici et là ? Diantre. Ca avait chauffé, par ici, littéralement. Mais là n'était pas la question. Me plantant devant le micro, j'offris un de mes sourires un brin mystérieux, avec ce regard félin, presque hypnotique au vu de leur spécificité. Je savais que les yeux vairons étaient appelés les yeux de démon, autrefois, car les fixer, c'était comme y fixer son âme. Il y avait dans ces yeux là quelque chose de beau, de sombre, quelque chose qui voulait vous avaler tout rond. Comment résister à ça ? Je savais, et je jouais de mon beau visage, mais je devais bien parler, me présenter.


    « Je me nomme Amaoka Masamune. J'ai 14 ans, et suis doué en arts martiaux, en géographie et en combat pokémon. Mon dortoir est celui des Voltali. Ce soir, je suis accompagné de Jormungand, mon hypotrempe. Mais ce n'est pas pour vous montrer cela que je suis ici ce soir. C'est pour vous montrer l'un de mes petits talents. Pour partager avec vous quelque chose. Vous ne le regrettez pas, croyez-moi.»


Ma voix était presque caressante, et je m'inclinais. Mon hypotrempe sauta pour éviter de tomber, ce qui fit sourire quelques personnes dans les rangs. Bien, mon petit jeu marchait. Hypotrempe s'inclina à son tour, puis nous nous redressâmes et j'ouvris la mallette que j'avais déposé près des rideaux. Doucement, alors qu'une petite musique douce à la flûte de pan débutait, j'installais sur des crochets une toile beige, qui m'arrivait au niveau du ventre. Oui, ce soir, j'allais faire un spectacle d'ombres chinoises. Mais pas que. J'allais offrir un conte, un voyage au public, quelque chose dont ils se souviendraient. Une fois mise en place la toile, je hochais la tête, et les lumières se baissèrent doucement. Je sortis alors les éléments du décor qu'Hypotrempe pourrait abaisser ou redresser d'un jet d'encre bien placé. Alors, débuta le récit. Sur une musique lente, gracieuse, presque triste, ma voix s'y installa comme si elle avait toujours été là, rauque, basse, comme si je soufflais dans les oreilles des gens, leur racontant des secrets :


    « Ecoutez-moi tous, public exquis
    A moins bien sur, d’avoir perdu l’ouïe
    Ecoutez l’histoire à faire pleurer un squelette
    Dont une regrettée défunte mariée est la vedette.
    »


Il y avait quelque chose de chantant dans ma voix, alors que de mes mains, je faisais apparaître une ombre ressemblant à une mariée grâce à des personnages fait de métal. J'avais créé des personnages, au bout de longues tiges, qui me permettais de les mouvoir. Je continuais l'histoire, toujours sur le même ton doux, bas, alors que le public ne voyait que cela : la toile, et les ombres projetées dessus. La musique changeait, devenait plus triste, plus symphonique, la flûte de pan se mêlait à un ocarina.


    « C’était la plus belle, à des kilomètres a la ronde
    Quand un mystérieux inconnu entra dans son monde
    C’était un vrai Roméo, mais fauché comme les blés
    Et cette malheureuse poupée tomba vite à ses pieds
    Mais quand papa dit «non» ça fait pas plaisir
    Alors nos tourtereaux décidèrent de s’enfuir !
    »


Ma voix continuait d'accompagner les ombres. A la mariée en robe s'accompagna une silhouette sombre, celle d'un homme aux longs cheveux. Puis la silhouette du père, secouant la tête devant sa fille, qui, levant les mains aux yeux en signes de pleurs, rejoignit son amant et ils se mirent à courir sur la toile.


    « Alors ils se donnèrent rendez-vous en pleine nuit
    Sans le dire à quiconque sinon c’était cuit
    La robe de mariée de sa mère, lui aller comme un gant
    Un rien vous habille quand l’amour mène la danse
    A part un ou deux trucs, à ce que l’on raconte
    Comme les bijoux de famille et les lingots des comptes
    Et à côté du cimetière, près du vieux chêne gris
    A trois heures moins le quart, dans les brumes de la nuit
    Elle était fin prête, mais où était-il ?  
    »


La pleine lune sombre, Hypotrempe releva d'un jet d'encre arbres de métal, buissons, herbes folles de fer, et d'un léger crachotis, donna une ambiance d'ombres et de brume grâce à un jet d'encre infime. La demoiselle de métal portait cette fois une gigantesque robe ornée de rubans, que le public pouvait apercevoir, ils dépassaient de sa silhouette. La jeune fille s'approcha d'un énorme chêne, et elle se mit à chercher son amoureux. Alors, une voix se fit entendre, une voix off, répondant à ma chanson, basse, rauque, comme si le public avait été doté d'une voix lui aussi, pouvant poser ses questions.


    « - Et ?
    - Elle l’attendit ...
    - Et ensuite ?
    - Elle vit une ombre, est-ce que c’était lui ?
    - Et ensuite ?
    - Son cœur battait la chamade
    - Et ensuite ?
    - Ensuite mon pote, tout est devenu noir…
    »


Ma voix se baissa quand je prononçais le dernier mot, continuant la dernière syllabe alors qu'un jet d'encre d'hypotrempe formait le noir en question. Brouillard sombre leur cachant la vue de la mariée et de son amant qui, arrivé derrière elle, venait de la frapper. Brouhaha de gens, clameurs étouffées. La musique changeait selon le registre, elle était devenu angoissante pour se finir sur le mot " noir " et de redescendre comme dans un film d'horreur.



    « Quand elle ouvrit les yeux, elle était clamsée
    Les bijoux envolés, et le cœur brisé
    Alors elle se jura, étendue sous ce chêne
    Qu’un jour, un grand amour, viendrait briser ses chaînes
    Elle attendait que quelqu’un lui demande sa main
    Mais ça n'viendra pas, attendons donc demain
    Sous les terres d'enfer, au cœur des ténèbres
    C’est la petite histoire de ses noces funèbres…
    »


Et encore ce ton chantant, presque joyeux, d'une joie triste, comme un coeur en peine essayant de se convaincre de son bonheur. Toujours cette voix un peu chantante, alors que le décor changeait, devenait squelettes souriants, diables en tout genres, et que, cachée sous la terre avec les morts, l'amant au dessus lançait les bijoux en l'air d'un air ravi et horriblement avare. Et la mariée pleurait, dans les sous-sols glacés, alors que finissait mon conte chanté, et que la toile disparaissait doucement dans un effet rayon, alors que la lumière qui l'éclairait se rétrécissait pour finalement envahir la salle de ténèbres quelques secondes durant.

Enfin, les lumières se rallumèrent. J'avais fini, j'avais la gorge sèche, un air triste et doux sur le visage. Bien entendu, c'était surjoué ; je connaissais ce conte, il ne me faisait pas plus d'effet que cela. Mais le public aimait les choses tristes, les êtres un peu sombres, non ? Je souris, vaillamment, m'inclinais une nouvelle fois, remerciais le public, et repartis dans les loges après avoir récupéré mes objets et ma toile. Au moins, je m'étais bien amusé ! J'avais envie de gagner, bien entendu, car j'étais le meilleur, non ? Mais si ce n'était pas le cas, hé bien tant pis.

Ha flûte, à présent, j'avais cette chanson dans la tête, ce conte à demi-chanté, à demi-conté, cette histoire dans la tête. C'est la triste histoire de ces noces ... Funèèèbres.

Spoiler :
HRP. Ce n'est pas de moi bien entendu ; cela vient des Noces Funèbres de Tim Burton ; j'ai changé ici et là quelques mots :3

Et le spectacle me fait penser un peu à ça : ici ; une espèce de conte, avec de la musique derrière. Ici Ama joue avec la toile et des figurines de métal pour ombrer la toile, mais j'ai joué sur ce principe o/  




Dernière édition par Amaoka Masamune le Sam 5 Oct - 17:39, édité 1 fois
Cleve Carter
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t253-cleve-carter-givrali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t278-cleve-carter-givrali
Région d'origine : Johto
Âge : 15 ans
Niveau : 24
Jetons : 13113
Points d'Expériences : 770
Johto
15 ans
24
13113
770
pokemon
Johto
15 ans
24
13113
770
Cleve Carter
est un Scientifique Mécano
Concours Miss/Mister #1 [15/09/2013] 5RVGL

Les jeunes filles aux coiffures sophistiquées et aux maquillages impeccables défilaient unes à une devant le miroir afin de contempler une dernière fois la superbe de leur plastique. Des rubans bordés de dentelle dans les cheveux, des robes bouffantes en soie enfilées sur leurs corps sveltes et des chaussures à talons étaient les accoutrements les plus fréquents. Certaines portaient même des bijoux et accessoires, tels que des couronnes ornées de pierreries brillantes, ou des colliers qui semblaient valoir une fortune. Elles étaient toutes magnifiques. Comme si la nature les avait dotées d’un visage de poupées de porcelaines qu’elles parvenaient à sculpter de milles poudres afin de briller encore plus. Cleve, recroquevillée dans son coin, les regardait toutes passer et ne pouvait qu’admirer leur assurance. Bien peu semblaient avoir le trac, et elles pénétraient toutes dans la salle de spectacle avec des visages confiants, fières de représenter leurs dortoirs au cours de la toute première compétition de miss de l’académie.

Des centaines de questions se bousculaient dans la tête de la rouquine. Que faisait-elle là ? Pourquoi ne s’était-elle pas déjà enfuie ? Pourquoi laissait-elle Peppéroni mâchonner le haut de son crâne et ruiner sa queue de cheval, seule coquetterie qu’elle s’était permise ? Avec un soupir, la Givrali reposa son dos contre le mur, et observa d’un regard vide les autres participantes.
Quelques jours plus tôt, Cleve avait découvert au détour d’un couloir qu’elle était inscrite à ce concours de miss/mister, et qu’elle devrait représenter son dortoir tout comme la dizaine d’autres filles qui s’étaient empressées d’apposer leurs noms sur le papier *insérer ici des gloussements de pintades, merci*. Le problème ? De mémoire d’homme, elle ne s’était jamais inscrite à cet évènement. Après tout, ce n’était pas son genre ; moins on la remarquait, et mieux elle se portait ! Elle se faisait d’ailleurs souvent la réflexion que dans une prochaine vie, elle aimerait se réincarner en  puceron ou en tique. Discrète, minuscule, et pouvant disparaître derrière une mauvaise herbe à la moindre difficulté. Malheureusement, pour le moment elle était plutôt une jeune marginale aux cheveux d’un roux flashy, affublée d’un Lokhlass qui n’aurait pu passer inaperçu, quand bien même on lui aurait amputé la tête et ce n’était pas faute d’y avoir pensé #PAF#

Qui donc avait bien pu écrire son nom ? Cleve n’en savait rien, mais quand elle était partie lire les règles de la compétition, elle avait appris qu’il était impératif de se présenter le jour du concours. Lui avait-on fait une blague ? A elle, Cleve, la fille bizarre qui donnait des coups de tournevis dans une Pokéball et passait la moitié de son temps la tête dans la bouche de Peppéroni ? Vu de l’extérieur, elle devait certainement ressembler à une psychopathe méritant avec brio sa place dans un asile de fou. C’était d’ailleurs peut-être pour ça que des gens mal intentionnés l’avaient forcée à participer à la compétition. Dans le genre « Va y, ridiculise toi devant toute l’école et fait tes valises. A la revoyure ! ». Ou alors « Tu souffres d’hyper anxiété et tu fais des crises de panique devant la foule Carter ? Tiens, et si on t’inscrivait à un concours ? Tu vas voir, ça va être mor-tel. ». Les adolescents pouvaient être horribles les uns avec les autres, de nos jours. Encore heureux qu’aucun n’ait eu vent de son allergie plus que mortelle aux arachides ! Ils auraient alors probablement tenté l’attentat à la cacahuète. Entre nous, Cleve espérait avoir fait assez de bonnes actions dans sa vie pour mériter une mort un tout petit peu glorieuse. Bouffée par Peppéroni, ça avait légèrement plus de style, déjà #PAF# La rousse frissonna un instant à la pensée des stratégies fourbes qu’avaient pu employer ses camarades pour la faire dégager de l’école, et repoussa machinalement Peppéroni qui commençait à grignoter l’élastique qui maintenait ses longs cheveux raides.

Peut-être au final aurait-il mieux valu qu’elle gobe une cacahuète sur le champ pour ne pas avoir à mourir de honte par la suite ? A la pensée de son futur passage, son cœur tambourinait dans sa poitrine et la petite voix dans sa tête lui susurrait qu’elle n’allait pas tarder à se dégobiller dessus. Dans un flash, elle revit le jeune garçon qui avait vomi le jour de la pré-rentrée, et dont la photo s’était ensuite étalée sur tous les numéros de La Gazette du Dresseur d’Ezra Plume. Peut-être que si elle mettait un pied sur scène et vomissait sur le public, on aurait une image d’elle aussi mémorable ? Pas forcément dans le bon sens du terme, mais au moins, le nom de Cleve Carter resterait gravé dans les annales. histoire de rester dans le registre du dégueu Plus elle y pensait, et plus la Givrali se demandait pourquoi elle ne s’était pas faite porter pâle. Cela aurait été tellement simple d’entrer dans l’infirmerie et de s’arranger pour ne pas en ressortir avant la fin de la compétition !
Jetant un coup d’œil sa montre afin de voir si elle avait encore assez de temps pour courir jusqu’au quartier général de l’infirmière Needle, Cleve pesta en remarquant qu’elle n’allait pas tarder à passer. Levant ses yeux mordorés vers le petit couloir qui menait à la salle de spectacle, la rouquine aperçu dans un éclat bleuté, Ellie Drystan des Pyroli se diriger vers l’estrade dans une magnifique robe fourreau. Si on se fiait à l’ordre de passage, un garçon des Voltalis devait encore passer avant le tour de Cleve. Ohfuck Doux Jésus.

Comme la larve pitoyable qu’elle était, Cleve s’allongea sur le sol en essayant de se faire passer pour morte. Peut-être qu’une camarade Givrali, dans son immense bonté, allait lui marcher dessus et lui casser un os –rien que ça-. Au moins, elle aurait eu une excuse pour ne pas se présenter, autre que « Au secours Infirmièreeee Needleeee, je me suis entaillé le doigt avec un tournevis j’ai maaaaaal ! Quoi ? Si je veux une piqûre de Mine ? Heu non en fait je vais bien. Si, si, je vous assure, j’ai miraculeusement guéris. Non, ne m’approchez pas. Noooooonnnnnnfsdiofnzedzekldnze *cris censurés pour ne pas choquer la sensibilité des plus jeunes* ! »

La tête de Peppéroni apparu dans son champ de vision, et la bestiole esquissa un de ses grands sourires édentés en lançant son petit cri de phoque asthmatique. Affichant une expression crispée la constipation c’est tabou, on en viendra tous à bout, la rouquine se releva et se dirigea d’un pas timide vers le couloir. Ellie Drystan avait commencé son numéro depuis quelques minutes déjà, et le public semblait apprécier, répondant à ses questions. Même si de là où elle était Cleve n’entendait pratiquement rien –essentiellement parce que son cerveau n’analysait rien d’autre que le message FUITE. FUITE. FUITE. FUITE. en lettres capitales et rouges clignotantes-, la jeune fille remarqua bientôt que quelque chose n’allait pas. Que ce soit dans les murmures anxieux des gens du public, ou dans le ton narquois que prenait la Pyroli, l’ambiance générale était inhabituelle pour un concours de ce genre. Cleve ne tarda pas à comprendre lorsque les douches incendies se déclenchèrent, et que la scène fut inondée par un crachin artificiel.

Comme elle ne se trouvait pas très loin de la scène, juste derrière le grand rideau, Cleve fut aspergée généreusement. Ses cheveux détrempés tombèrent sur ses yeux mordorés, et elle remarqua avec un semi soulagement que seul le haut de son habit était humide. Cependant, son visage ruisselait  et elle avait la dégaine d’une personne à qui on venait de plonger la tête dans la cuvette des toilettes les plus proches. Sur sa gauche, Peppéroni s’ébroua comme un Ponyta et moucheta la tenue de sa dresseuse de petites gouttelettes aqueuses. Par-fait. Non seulement elle allait faire une crise de panique devant le public, mais en plus elle allait se présenter sur scène comme si elle sortait d’une douche toute habillée. Les sous-vêtements en transparence ça fait gagner des points ? #PAF# Reculant de quelques pas, Cleve retourna contempler rapidement son visage devant le miroir et remarqua qu’au final, rien n’avait vraiment changé. Elle ne s’était pas maquillée, et aucun cosmétique ne dégoulinait pitoyablement sur ses joues. Ses cheveux étaient mouillés, mais elle détacha sa queue de cheval d’un geste fluide et ils retombèrent en cascade sur ses épaules frêles. Au final, cette apparence était peut-être plus adéquate au numéro qu’elle allait faire. Elle ferma les yeux un instant pour faire le point et se concentrer. A présent qu’elle s’était littéralement pris une douche froide, son esprit était un brin plus clair. Alors, une fois que le Voltali eut terminé sa démonstration et fut retourné dans ses vestiaires, Cleve gravit les marches jusqu’à l’estrade, les poings serrés.

Lorsqu’elle fit son premier pas sur la scène, la Givrali remarqua avec soulagement que la pièce était baignée dans le noir. Dans le clair-obscur, elle pouvait distinguer comme une image floue, les visages du jury et ceux des gens venus assister à la compétition. La performance précédente semblait les avoir mis dans de meilleures dispositions, et Cleve s’avança courageusement sur le tapis rouge jusqu’au micro, poussée gentiment dans le dos par Peppéroni. Un spot de lumière crue vint alors l’éclairer, et le public pu alors avoir une meilleure vision d’elle.

Elle était vêtue d’un kimono traditionnel, blanc au-dessus de la taille, et noir en dessous. Ses cheveux roux détachés coulaient sur ses épaules et sa poitrine menue comme des fils de cuivre brillants. Elle ne portait aucun maquillage, mais sa peau d’un blanc nacré faisait ressortir la couleur si particulière de ses yeux. Un gant noir parait sa main droite, mais ce dernier était plus là parce qu’il avait une réelle utilité que par soucis de coquetterie. Peppéroni se tenait quant à lui aux côtés de Cleve, un ruban noir ornant son cou gracile. On pouvait clairement voir sur son visage qu’elle n’était pas à son aise. Et pourtant, les petits coups de Peppéroni sur un coin de son dos, et les visages encourageants de certains spectateurs lui donnèrent une dose de courage supplémentaire. Empoignant le micro sur pied, elle déclara d’une voix plus forte qu’à l’accoutumée.

« B-b-bonsoir. Je suis Cleve Carter du dortoir des Givralis, et je suis accompagnée par P-p-peppéroni, mon Lokhlass. »

Cette déclaration déclencha quelques rires dans la salle de spectacle, et Cleve sentit ses joues s’empourprer. A force de le côtoyer, elle s’était habituée au surnom ridicule de son Pokémon ; ce qui n’était évidemment pas le cas des gens qui le croisaient pour la première fois. Elle décida cependant de faire abstraction de ce petit moment d’embarras, et repris son discours.

« Je vais ce soir vous présenter un de mes talents. Je vous conseille donc de vous vêtir de vos manteaux, car cette prestation sera à l’image de mon dortoir : réfléchie et froide. »

Sur ces mots, elle se recula jusqu’au centre de la scène et ferma les yeux. Cleve n'avait qu'un seul talent. Un seul talent qu'elle pouvait utiliser lors de cette performance. Et malgré toute la peur qu'elle ressentait à l'idée de se donner en spectacle devant toute une salle blindée d'élèves, elle voulait leur montrer. Montrer à ceux qui l'avaient inscrite qu'elle n'était pas "juste" Cleve-la-fille-bizzaroïde. La musique qu’elle avait spécialement sélectionnée pour son passage se déclencha ; douce mélopée de carillons, caressante telle une berceuse. Il n’y avait nul besoin de paroles pour ce qu’elle comptait faire. Rouvrant à demi ses yeux orangés, Cleve eut l’impression que le public disparaissait. Elle n’entendait ni les murmures impatients des curieux qui attendaient que la démonstration commence, ni la respiration régulière des autres. Son champ de vision s’était réduit à la scène, Peppéroni, et elle-même. Dans un geste fluide et gracieux, la rousse détacha l’arc qu’elle avait fixé dans son dos, et sélectionna une première flèche ornée de plumes de Roucarnage. La fine pellicule d’eau qui maculait le sol de la scène lui donnait l’impression d’avoir les pieds dans une rivière, et le tintement régulier des gouttes qui tombaient de ses cheveux affutait ses sens. Alors, tandis que la musique marquait une brusque intonation par un son plus prononcé, Cleve encocha et décocha sa première flèche à toute vitesse vers Peppéroni. Dans un Vibraqua magnifiquement bien exécuté, le Lokhlass atteignit la flèche qui se désintégra dans un nuage de poussières de bois. Maîtresse et Pokémon se contemplèrent alors une fraction de seconde en silence, et la véritable performance commença.

Tandis que d’un côté, Peppéroni lançait des attaques Eclats Glace afin de former des sphères parfaites suspendues dans les airs, Cleve sélectionnait ses flèches et les expédiait sans fautes en plein centre des boules qui explosaient dans un tourbillon multicolore. Les éclats ainsi générés reflétaient la lumière des spots, et scintillaient comme de fines particules couleurs arc-en-ciel. Une demi-douzaine de sphères furent ainsi créées, et la Givrali les réduisit toutes en poussières, en gardant un mouvement toujours aussi élégant. Ses tirs n’étaient pas dans la puissance ; ils ne cherchaient pas non plus à tout prix à toucher le centre de la cible, même si la précision de Cleve était plutôt impressionnante. Au lieu de ça, la jeune fille favorisait un tir fluide et une stature délicate. Les doigts de sa main droite lâchaient avec douceur la flèche bordée de plume, et le mouvement qu’elle effectuait lorsqu’elle armait de nouveau son arc avait quelque chose de presque surnaturel. Peppéroni, de son côté, avait déclenché une brume trouble et mystérieuse autour de sa maîtresse, et son corps s’était mis à luire d’un léger éclat bleuté grâce à sa capacité Absorb Eau qui s’était déclenchée lorsqu’il avait été en contact avec l’eau de la scène.

Une fois que les six sphères furent détruites, la musique changea de rythme. Les baffles diffusaient à présent une bande son d’un des jeux vidéo que Cleve affectionnait tant, et qui était beaucoup plus cadencée et électro. Tapant deux fois du bout de ses pieds, la rousse croisa de nouveau le regard de Pep’, qui poursuivit le numéro. Les éclats glaces furent cette fois-ci lancés afin de tracer un grand chemin de glace traversant toute la scène en longueur, et qui remontait en hauteur en effectuant une sorte de looping. Grâce à son attaque Plaquage, le Lokhlass sauta sur la piste de glace, détruisant les morceaux pointus qui auraient pu le blesser, et se propulsa avec ses nageoires pour prendre de la vitesse et se laisser glisser. Cleve, suivant le rythme effréné de la musique, courut le long de la scène et décocha une volée de flèches du côté de Peppéroni. Elle exécutait un parcours qui ressemblait à celui d’un ninja, sautillant d’un bout à l’autre de la scène avec une agilité qui lui était rare.Tantôt grâce à une attaque Eclat Glace, tantôt grâce à une attaque Pistolet à O, Pep’ détruisait chaque flèche dont les vestiges tombaient en poussière cristalline comme une fine neige. Une fois qu’il fut arrivé à la fin de la piste, le Lokhlass fut projeté dans les airs et effectua une vrille. Dans sa chute, il lança une puissante attaque Eclat Glace qui forma une sorte d’énorme fleur de cristal entre Cleve et le jury. Encochant sa dernière flèche, la jeune fille visa la fleur qui se pulvérisa en de milliers de fragments arc-en-ciel, se répandant partout dans la salle comme de minuscules paillettes.

Sous les applaudissements de la foule, Cleve et Peppéroni s’inclinèrent longuement, puis purent enfin regagner les vestiaires après avoir livré une spectaculaire performance. Le cœur battant la chamade, la rousse reprit progressivement son caractère très Clevien, et s’effondra le long du mur, un sourire aux lèvres. Avant d’entrer sur scène, elle n’était pas sûre de pouvoir tirer aussi bien que lors de ses nombreuses séances d’entraînement. Pourtant, ses sens lorsqu’elle avait un arc en main avaient repris le dessus, et elle était parvenue à garder son calme. Haussant les épaules lorsque ses camarades Givralis vinrent lui demander comment son passage s’était déroulé, Cleve quitta les vestiaires avec son kimono trempé, soulagée que l’épreuve soit enfin terminée.
Deaglán Cadigan
Région d'origine : Johto
Âge : 33 ans
Niveau : 50
Jetons : 0
Points d'Expériences : 1007
Johto
33 ans
50
0
1007
pokemon
Johto
33 ans
50
0
1007
Deaglán Cadigan
est un Nouveau Membre
*tapote le micro* Test test test... Ah c'est bon, il fonctionne ! Moi qui le croyais décédé après tous les braillements qu'il a subi pendant cette soirée ! Merci, grâce à vous le budget culturel de l'école va passer dans les cours de chant... Bref ! Malgré quelques fausses notes, le rendu n'a rien perdu de sa superbe et nous sommes très heureux que le premier concours de Miss Mister ait été une telle réussite avec des participations dynamiques et envoûtantes, poétiques même ! Bref, un vrai travail d'artiste !

Il est l'heure maintenant d'annoncer les gagnants *sort des dés* Non j'déconne, on est pas à la sortie capture là. LE Premier Mister Pokémon Community est Amaoka Masamune ! Quel grand artiste ! Parfois la force des poètes n'est pas dans l'écriture mais bien dans l'interprétation ! Merci pour ce grand moment ! Et sa compagne n'est autre que Cleve Carter ! Félicitations à toi, nous avons eu affaire à une performance digne d'un vrai concours de coordination ! Ton appréhension a fait ta force et il nous tarde de te revoir accompagnée de Peppéroni bien sûr !

Vous repartez avec la panoplie de votre choix et assortie pour vous et votre pokémon (6 objets max pour vous, 6 objets max pour votre pokémon, à spécifier en privé au staff (Riven ou Deaglan), exemple panoplie infirmière ou autre...) et le choix du thème du prochain concours de coordination !

Vous remportez aussi 100 jetons et 20 points d'expérience ! Chaque participation est récompensée de 10 points d'expérience et de 50 jetons, merci à vous pour ce moment haut en couleurs et en chocs électriques (comment ne pas faire un clin d’œil à l'incroyable performance d'Ellie) !

MERCI !


BELLE the Victreebel
Tendre et affectueuse, elle traite les élèves comme ses propres enfants, comprenant caresse, léchage et autres douceurs matinales. Elle n'en est pas moins autoritaire et ayant la main-mise sur son dresseur, elle l'a aussi sur le reste de l'école.

Si jamais vous souhaitez vous accorder ses faveurs, elle adore les poffins et autres offrandes !


perso' le plus badass
Riven Rivardi
Région d'origine : Johto
Âge : 29 ans
Niveau : 100
Jetons : 0
Points d'Expériences : 1513
Johto
29 ans
100
0
1513
pokemon
Johto
29 ans
100
0
1513
Riven Rivardi
est un Adulte Mécano
Les jetons ont été ajoutés Smile ! (également sur excel)
Deaglán Cadigan
Région d'origine : Johto
Âge : 33 ans
Niveau : 50
Jetons : 0
Points d'Expériences : 1007
Johto
33 ans
50
0
1007
pokemon
Johto
33 ans
50
0
1007
Deaglán Cadigan
est un Nouveau Membre
Points d'exp donnés !


BELLE the Victreebel
Tendre et affectueuse, elle traite les élèves comme ses propres enfants, comprenant caresse, léchage et autres douceurs matinales. Elle n'en est pas moins autoritaire et ayant la main-mise sur son dresseur, elle l'a aussi sur le reste de l'école.

Si jamais vous souhaitez vous accorder ses faveurs, elle adore les poffins et autres offrandes !


perso' le plus badass
pokemon
Contenu sponsorisé
est un
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum