Connexion
Pokemon Community :: Archives :: Les Archives :: Année 2

Pokemon adala community

Tu abandonnerais ce pauvre locataire démuni à son déménagement, en « empruntant » sa camionnette en plus… ? Je ne te pensais pas voleur, Josh.
en savoir plus ?
Cha-charmant… normalement c’est en mission avec Josh que je frôle la mort, pas en rentrant chez les Phyllalis.
en savoir plus ?
Je vais chuter, encore, et ça sera long, et ça sera douloureux, et t'auras pas envie d'être là. Parce que toi, tu as Aoi mais moi j'ai quoi maintenant que Maya est partie, dis-moi ?
en savoir plus ?
Ce n'est pas le parc que je souhaite anéantir...
en savoir plus ?
Mademoiselle Alézar, Pecheresse Caroline ! Où êtes-vous ?
en savoir plus ?
La triche sera permise évidemment.
en savoir plus ?
Q…. Quéééééééééééééé ?!
en savoir plus ?
Le Deal du moment : -20%
Bon plan rentrée : PC portable Asus à ...
Voir le deal
319 €

Adèle Faust
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t422-adele-faust-givrali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t425-adele-faust-g-i-v-r-a-l-i#2940
Région d'origine : Hoenn
Âge : 13 ans.
Niveau : 20
Jetons : 949
Points d'Expériences : 391
Hoenn
13 ans.
20
949
391
pokemon
Hoenn
13 ans.
20
949
391
Adèle Faust
est un Coordinateur Mode

21h.
Il était tard. Dehors tout était silencieux, le ciel était une étoffe sombre qui s’étendait à l’infini perlé de minuscules diamants scintillants, l’herbe frémissait sous la brise nocturne et parfois Gaston passait d’un pas traînant sur le petit sentier qui bordait le dortoir Givrali. Il n’était passé que deux fois depuis huit heure avec sa lampe torche orientée sur ses pieds, même que la seconde fois il avait baillé en grognant ce qui ressemblait fort à une plainte contre l’académie et sa propension à s’inquiéter pour pas grand-chose. Adèle le savait. Elle le savait parce que sa bouille était plaquée contre la vitre froide de la lucarne des toilettes depuis une heure. Ses yeux vifs suivaient chaque mouvement avec une attention qui ne lui ressemblait guère pendant que son souffle formait un petit écran de buée opaque sur le carreau. La fillette était en équilibre sur la lunette des toilettes, ses mollets endurcis par la course encaissaient plutôt biens la contrainte auxquels ils étaient soumis. Si une partie importante de son cerveau analysait « le dehors ». Une autre part diffusée en boucle les bavardages matinaux, les bavardages du déjeuner, les bavardages du goûter, les bavardages en cours, les bavardages en pyjama, les bavardages nocturnes. Les Givralis n’étaient pas de simples bavardes oisives, les Givralis étaient de véritables commères qui défendaient fièrement leur goût du scandale. Autant dire que si le quotidien banal était fait de petits potins croustillants qu’il fallait raconter en pouffant ou avec une moue choquée, le quotidien troublé par un événement marquant changeait radicalement. La cadette Faust l’avait rapidement compris, inutile de lire l’actualité, elle bourdonnait constamment autour de ses oreilles et plus l’actualité était grave, dérangeante ou tout simplement, figurait dans la gazette d’Ezra, plus le bourdonnement enflait devenait intempestif et absolument impossible à ignorer. C’était comme une vilaine pustule qui les auraient vivement démanger, le seul moyen de se soulager c’était de gratter. Gratter jusqu’à ce que ça saigne et que ça devienne absolument n’importe quoi.

Voilà comment l’hospitalisation du maire était devenu l’Unique sujet de conversation et surtout comment l’histoire avait totalement dégénérait. A l’aube de la nouvelle, le discours était encore sage « La Team Rouage ! C’est sûr ce sont eux ! J’espère que le directeur à l’intention de les attaquer en justice, nos parents payent une fortune ce n’est pas pour que nous soyons perpétuellement sous la menace de ces voleurs ! », il n’avait pas fallu 24h pour que le soir même, une nouvelle voix retentisse porteuse de quelques détails qu’elle tenait d’un proche du maire qui avait assisté à la scène dans son intégralité : « Le maire s’est fait attaquer par trois sbires à la fois pendant qu’il se promenait dans son jardin, il y avait deux Dracaufeu et un Grotichon qui ont combinés leur attaque Lance-Flamme pour le tuer. Il s’est enfuit grâce à la fumée produite par les attaques en empruntant un passage caché sous la fontaine.. ». Les dernières rumeurs qui circulaient au sein du dortoir affirmaient que le professeur Roseverte était un Rouage et qu’il se servait du titre de professeur comme couverture pour semer le chaos sur l’île.

Adèle, dont le cerveau, était encore à un stade de maturation assez bas, avait été très sensible à ce flot d’informations horribles que sa tendance paranoïaque avaient trouvé parfaitement censées et – très – certainement : véridiques. Rongée, par la peur d’être assassinée dans son sommeil par le Sulfura que la Team Rouage avait en sa possession d’après une rumeur assez récente et – étrangement – pas vraiment prise au sérieux. La Coordinatrice avait décidé qu’il valait mieux prévenir que mourir. La demoiselle s’était constituée un programme d’entraînement, du « self-défense », Jackie aurait adoré c’était sûr. L’idée c’était d’inventer des situations d’agressions et de les mettre en scène avec la parade adaptée. Afin que les conditions soient les plus proches de la réalité, cet entraînement devait être nocturne, c’est là que le couvre-feu avait fait obstacle. Dégourdie et expérimentée en matière de détournement de l’autorité – saintes femmes les domestiques qui avaient dû veiller à son éducation -, Adèle n’avait pas tardé à cerner les failles de la surveillance. Le tapotement d’une pierre sur la vitre fit sursauter la fillette. Un sourire triomphal engloutit son minois en voyant que l’Emolga se trouvait bien de l’autre côté du verre. Le rongeur volant fit pression sur la poignée extérieure des toilettes et la lucarne s’ouvrit dans un gémissement.

La dresseuse s’écorcha les coudes sur les rebords en crépis de la façade mais parvint maladroitement à extirper sa minuscule silhouette du cabinet. L’héritière transportait avec elle, un sac de toile remplit des accessoires jugés nécessaires pour son entraînement. Zola lâcha un rire moqueur pendant qu’elle grimaçait en contemplant ses avant-bras qui seraient bientôt bleuis. Elle n’en était pas à sa première infiltration mais depuis le règlement s’était durci et la difficulté était allée croissante. La bourgeoise avait choisi de s’évader par les chiottes car c’était la sortie que soupçonnerait le moins ses camarades. Au pire, une rumeur circulerait sur ses problèmes intestinaux, au pire. Le sol avait l’air loin vu d’ici, un sentiment de vertige manqua de la faire basculer et la petite dû s’y reprendre à deux fois pour sauter les trois mètres qui la séparaient de la terre ferme. Je ne veux pas que le Sulfura de Roseverte me carbonise pendant mon sommeil, je ne veux pas que le Sulfura de Roseverte me carbonise pendant mon sommeil, je ne… . Le craquement que firent ses genoux quand ses pieds touchèrent le sol lui donna une nausée violente qu’elle peina à réprimer. Zola lui invectiva de se magner en mimant la mine lourde et ronchonne de Gaston. L’effet fut immédiat, la Faust se dépêcha de s’enfoncer dans l’obscurité pour la deuxième partie de son plan : Trouver Nemo. Elaborer un entraînement avait fait rejaillir des souvenirs en pagaille de cette tignasse rousse et de cette énergie intense au fond des iris azurs du garçon. Le souvenir dessinait un rictus d’impatience sur son minois. La brune n’imaginait pas commencer un autre entraînement sans lui, surtout qu’elle l’avait aperçu entrant dans le dortoir des Phyllali, précieuse information pour faciliter leur retrouvaille.

La demoiselle alla se poster contre la façade du dortoir des verts et confia à Zola un petit papier en mimant des cornes de diables avec les mains pour qu’il sache à qui remettre le message. La curiosité du rongeur était piquée par les simagrées de sa maîtresse aussi il obéit docilement, se posant d’une fenêtre à une autre pour identifier les occupants. Enfin, il trouva le fameux « démon ». La couleur de ses cheveux brûlé la rétine de l’écureuil mais il frappa néanmoins avec fermeté sur le carreau qui le séparait du garçon. L’attention de ce dernier capté, il tira la langue tout en projetant d’importantes quantités de bave contre la fenêtre. Il attendit que la fenêtre s’ouvre et remis le papier à son destinataire avec un regard provocateur. Roux peut-être, mais guère impressionnant à son goût.

« Nemo !
C’est très grave ! Le maire a été attaqué par le professeur Roseverte (qui est en fait un agent infiltré de la Team Rouage) et Sulfura (un Pokémon Feu qui tue tout-tout-tout), il y avait aussi des Dracaufeu et des Gronichons et un passage secret ! Enfin c’est très compliqué ! Mais nous en sommes en danger ! Il faut que tu viennes t’entraîner au self-defense tout de suite avec moi au stade ! Il en va de notre survie puisque nous ne sommes plus en sécurité dans l’académie !
Signé,
Ton Coach.
PS : Je suis en bas.
»

La demoiselle fit de grands signes vers la fenêtre où était perché son starter, l'expression de la joie comme un étendard sur son visage.

Mia Clarke
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t6955-477-mia-clarke-alors-on-danse-mentali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t6959-mia-clarke-mentali
Taille de l'équipe : 1
Région d'origine : Kalos
Âge : 13 ans
Niveau : 15
Jetons : 1496
Points d'Expériences : 279
1
Kalos
13 ans
15
1496
279
pokemon
1
Kalos
13 ans
15
1496
279
Mia Clarke
est un Pokeathlète Novice
Assis en tailleur sur son lit, Nathaniel était entouré de ses deux comparses, tous les regards étaient tournés vers une chose étrange situé à l'extrémité du matelas, posé comme une relique précieuse, mais qui inspirait plus l'incompréhension chez la petite équipe. Ils étaient déjà comme ça depuis plusieurs minutes, de temps en temps le jeune homme prenait une inspiration soudaine comme s'il avait eu une idée avant de la laisser s'évanouir. Rien n'y faisait, il ne comprenait pas pourquoi il venait de dépenser ses jetons durement accumulés pour un œuf. Acheté un peu plus tôt dans la matinée au collectionneur, il s'agissait d'un œuf dont il ne connaissait pas la nature et avec le recul il n'y trouvait aucun intérêt. Il aurait au moins pu attendre les fameuses sorties captures avant de claquer son argent. Mouche et Odette qui l'avaient encouragé le matin semblait avoir suivi le même cheminement de pensée. En fait, ils n'en voulaient pas.

« Mais qu'est-ce qui nous a pris ? » lâcha-t-il en quête de réponses. Ce à quoi Mouche répondit évidemment « J'sais pas » et qui laissa comme à son habitude Odette dans le silence. « Et bien mon chou, je vais te le dire ! T'avais besoin d'excitation ! Mais c'est pas ça l'excitation mon p'tit loupio, c'est pas claquer tous ses jetons c'est vivre ! Une semaine que tu m'as pas sorti, t'as découvert les cours ? Génial, mais en attendant comparé à Cobaba, ton stage estival et ta pré-rentrée mouvementée bah là on s'fait chier ! » La traditionnelle voix du Capstick finit par s'arrêter, celle d'une vieille femme éreintée comme si elle avait trop fumé, et le groupe retourna dans le silence. Elle n'avait pas tort la voix, cette semaine de cours n'avait pas été à la hauteur de ses espérances et il n'avait presque pas revu d'élèves qu'il connaissait.

En quête d'excitation, il sortit son second outil technologique, l'iPok, qui lui lut les actualités de sa voix robotique et monotone tout en s'allongeant lourdement sur le lit, les bras derrière la tête. « Aujourd'hui Dimanche, il a fait 18°C sur l'Île Lansat. L'agence touristique lance une nouvelle campagne publicitaire. Colère chez les pécheurs : les élèves et leurs fouilles font fuir toute la poiscaille. 'Maman, je t'aimais et je ne t'aime plus ' le nouveau film du réalisateur prodige Kiki la Branette fait un flop.  Kiki la Branette retrouvée ivre morte à la sortie d'un cimetière : chez les spectres on sait encore s'amuser ! Agression du Maire : le pronostic vital n'est pas engagé mais la po... » Curiosité piquée, dos relevé et iPok en main il cliqua sur le lien pour se lancer dans la longue lecture d'un article sur le sujet. Bien qu'il avait rapidement entendu parler de quelques soucis sur l'Île, il n'avait pas réalisé leur importance, à croire que les nouveaux élèves en auraient été éloignés pour ne pas les faire fuir. L'auteur n'était nulle autre qu'Ezra Plume, une commère robotique de première catégorie en qui Nathaniel n'avait absolument pas confiance. Mais certaines informations étaient documentées, il y avait donc forcément du vrai. Posés sur ses épaule, les deux Pokémon lisaient aussi avec attention le texte défilant sur le petit écran du dresseur.

Il se redressa bruyamment avec enthousiasme, il devait absolument se renseigner sur ces agissements ! Mais la réception d'un oreiller en pleine tronche lui fit comprendre que ses camarades Phyllali n'étaient pas d'humeur à partir enquêter. Réalisant une nouvelle fois sa solitude, il se rassit sur le lit et contempla l’œuf. Déçus, Odette et Mouche finirent par l'imiter. Ce qui était sûr c'est qu'ils n'avaient pas envie de dormir. Mouche murmura « Team Rouage » à l'oreille de son dresseur, un des termes lus dans l'article et Nathaniel reprit son iPok. « Qui est la Team Rouage ? » Ayant mis l'objet sous silencieux, celui-ci afficha un long article précisant dès le départ que les informations étaient susceptibles d'être fausses et dépendaient de beaucoup de rumeur colportées sur Lansat. Ils étaient visiblement à l'origine d'une vague d'attaques sur des dresseurs au semestre dernier et aussi d'un incendie provoqué lors de la première d'un cirque. Ce qui fit penser au jeune homme qu'il aimait bien les cirques et qu'il regrettait de l'avoir raté. Les tentatives de renseignements du Phyllali furent interrompues par des coups portés à sa fenêtre. Un Pokémon qu'il ne connaissait pas du tout. Mouche ne perdit pas une seconde et alla voir ce qu'il en retournait. Voyant l'espèce de mammifère électrique volant s'exciter tout seule, Nathaniel resta sceptique mais finit par s'avancer lorsque Mouche lui fit signe avec beaucoup d'ardeur de se rapprocher.

Au fur et à mesure qu'il lisait la note écrite à son intention, les yeux de l'étudiant se mettaient à briller pour finalement devenir deux énormes boules azures prêtes à affronter le monde. Il s'agissait de sa coach qu'il n'avait pas revu depuis qu'il avait quitté Cobaba, elle était venue le chercher ! Déjà en soi, cela suffisait à son bonheur mais ce qu'elle lui apprenait dépassait toutes ses espérances. Professeur Roseverte un agent-double ? Cela expliquerait son comportement exécrable à l'adresse vis-à-vis du garçon, il l'appelait sûrement le bouseux pour lui faire perdre confiance en lui soupçonneux de l'intelligence de Nathaniel et de sa capacité à le démasquer. Fini la tyrannie ! La mention de Sulfura accéléra son pouls, les légendes Pokémon il les connaissait sur les bouts des doigts et il élaborait déjà dans sa petite tête les diverses méthodes que Roseverte aurait pu utiliser pour mettre la main sur l'oiseau de feu. Vinrent ensuite les noms de Dracaufeu et de... Gronichon ? … Il ne connaissait pas ce Pokémon et resta perplexe devant son appellation avant de réaliser sa signification, charmant programme s'il s'avérait qu'il en rencontre une !

« PS : Je suis en bas ! » Il entrouvrit la fenêtre et fit de grands signes de bras à son amie. Mouche n'avait pas perdu de temps et s'était déjà évadé, Odette accrochée à son dos. Le rouquin jeta un regard aux élèves du dortoir, si ces derniers étaient bien réputés pour certaines choses c'était leur paresse et leur indifférence face à tout ce qui ne les concernait pas. Il pouvait partir tranquille. Il enfila son Capstick au cas-où et jeta un dernier regard à l’œuf avant le grand départ. Il sauta gauchement par la fenêtre et sa mauvaise évaluation des hauteurs lui valu de s'écraser sur le sol dans un grand bruit manquant de peu de se fracturer tout le corps. Il se redressa boitant à peine, l'engouement surpassant la douleur et alla rejoindre la brunette.

Odette d'une jolie révérence se présenta à Adèle et Mouche la salua d'un mouvement d'aile, lui tournant autour dans l'espoir que Gollum apparaisse. Si elle ne l'avait pas avec elle, tant pis il ferait sans et puis visiblement elle avait un sacré stock de bestioles volantes. Nathaniel aurait voulu la prendre dans ses bras mais se contenta d'un salut officiel, comme à l'armée, sans pour autant perdre le grand sourire qui traversait ses lèvres.


« Roseverte est un imposteur ! J'en étais sûr ! Il me traite comme un esclave pour m'éloigner de la découverte de son secret !! Il faut qu'on s'entraîne, Mouche se ferait cramer les plumes et Odette n'aurait pas le temps de sortir une bulle si on se faisait attaquer ! OH ! Peut-être qu'on nous écoute là... maintenant... » Les éclats de voix du jeune homme incontrôlés diminuaient et il finit par comprendre de lui-même qu'il ne devrait pas parler si fort la nuit après le couvre-feu. Il se rapprocha de sa coach pour lui murmurer quelque chose, surveillant d'un œil Mouche qui évidemment entendait tout. « Faites attention Coach, il me semble que Mouche est aussi un agent double, mais je ne sais pas encore pour quelle organisation... » Il adressa un grand sourire au volatile qui était bien au courant des suspicions de son dresseur depuis le début.

« Bon les jeunes, va peut-être falloir se magner parce que vous êtes à découvert... » La voix du Capstick de Nate s'était déclenchée sans prévenir mais elle n'avait pas tort. « J'ai vachement grandis depuis la dernière fois, j'suis un RANGER, je te raconterai après mais pour le moment, je te suis coach ! Je te suis ! Je te suis ! » Cette dernière phrase fut ponctuée par un « J'sais pas ! » plein de bonne volonté de la part de Mouche et d'une petite pirouette d'Odette toute heureuse.




.MIA  CLARKE
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum