Connexion
Pokemon Community :: Archives :: Les Archives :: Année 2

Pokemon adala community

Tu abandonnerais ce pauvre locataire démuni à son déménagement, en « empruntant » sa camionnette en plus… ? Je ne te pensais pas voleur, Josh.
en savoir plus ?
Cha-charmant… normalement c’est en mission avec Josh que je frôle la mort, pas en rentrant chez les Phyllalis.
en savoir plus ?
Je vais chuter, encore, et ça sera long, et ça sera douloureux, et t'auras pas envie d'être là. Parce que toi, tu as Aoi mais moi j'ai quoi maintenant que Maya est partie, dis-moi ?
en savoir plus ?
Ce n'est pas le parc que je souhaite anéantir...
en savoir plus ?
Mademoiselle Alézar, Pecheresse Caroline ! Où êtes-vous ?
en savoir plus ?
La triche sera permise évidemment.
en savoir plus ?
Q…. Quéééééééééééééé ?!
en savoir plus ?
Le Deal du moment : -42%
NVIDIA Passerelle multimédia SHIELD TV 2019
Voir le deal
124.99 €

Anonymous
pokemon
Invité
est un Invité
Agnès pleure en silence, pour ne pas changer. Ses lèvres, étirées alors en coin, tremblent pour n'être plus qu'un rictus. Agnès ne veut pas cela pour sa famille, Agnès n'aime pas ces tensions inutiles. Elle connaît bien Victoria :  son enfant est déçue, déçue par l'entêtement de son père, déçue par l'absence de réaction de sa mère. C'est souvent comme cela, de toute manière ; l'un réagit trop tandis que l'autre s'écrase. Cette fois-ci, peut-être, elle aurait du faire entendre sa voix. Cette fois-ci, peut-être, elle aurait du s'imposer à Filipe. Car oui, Agnès n'y croyait pas une seconde à cette académie pokémon. Elle avait déjà pu constater les effets néfastes que cela avait eu sur Dorian : une confiance aveugle en ces créatures, une irresponsabilité à toute épreuve. «  Pourquoi se méfier, mam, les notes démontrent le contraire. Je suis major, cela devrait te suffire ». L'évaluation théorique, toujours, tout le temps. Et après ? Agnès n'avait pas fait d'études et sa seule école fut celle de la vie. Est-elle idiote pour autant ? Non. Elle avait appris de ses erreurs, avait appris à se connaître et à faire confiance à ses pokémons. Comment de simples copies peuvent-elles apporter toute cette maîtrise de soi?
Le monde est aveugle. Filipe est aveugle et à oublier l'essentiel.
Devant cet homme entêté, Agnès laisse couleur ses larmes. De la tristesse, certainement, mais essentiellement de la colère.

Filipe sourit à l'arrivée du bateau. Un nouveau monde s'offre à sa fille, un monde censé enfin ! Les pokémons sont l'avenir, Filipe en est certain. Depuis plusieurs années, les relations avec les pokémons ont évolué : davantage de collaboration, davantage de possibilité et d'offre sur le marché. L'homme, seul, n'a plus aucune valeur. Triste constat mais criant de vérité. Filipe en a la certitude. Cette académie va remettre Victoria dans le droit chemin. Plus tard, elle le remerciera. Il passe la main autour des épaules de sa femme, y exerce une légère une pression. Filipe est fier, fier de voir l'avenir de sa fille prendre forme. Dommage qu'Agnès ne saisisse pas cela, bon sang.
Elle a toujours été ainsi, toujours à avoir peur, à se méfier du monde de demain. Toujours dans le passé, toujours dans sa « grotte familiale », là où aucun danger ne rôde. Aucun boulot, aussi.

Les yeux dans le vague, Victoria se fiche éperdument des états d'âme de ses parents. Elle est juste éteinte. Sans vie. Elliot ne sera pas venu. Elliot la laissera partir comme cela, sans un au revoir, sans une bise voire un baiser. Elle espérait tellement. Tellement plus de magie, tellement plus de sentiment. Que dalle, crève Victoria, la bouche ouverte de préférence. Crève et arrête de faire chier ton monde. Ton monde n'est plus de toute manière. Tu n'es que poussière. Est-ce vrai ? N''es-tu rien pour Elliot, finalement ? Toi qui crois tellement maintenir les gens, les avoir à la botte. Celui qui compte le plus pour toi t'échappe pourtant. Si Dorian te voyait, il rigolerait à s'en étouffer. Rien de plus jouissif que de te voir perdre pied. Bien sûr, personne ne saura réellement la raison de tes larmes. Aussi discrètes soient-elles, ces dernières roulent sur tes joues et viennent mourir à la commissure de tes lèvres. Triste baiser, triste adieu.

C'est avec le cœur lourd que l'adolescente prend place sur le bateau. Tout en adressant un sourire triste à ses parents, Victoria porte un dernier regard à Poivressel. Ses hauts grattes-ciels, son agitation, sa pollution, son énergie. A très vite, douce ville.


Le bateau, la répartition des dortoirs et …
«  Les souterrains ». Cela fait dix bonnes minutes que tu t'y enfonces et rien. Peut-être, le soit-disant collectionneur a fermé boutique. Cela t'arrangerait, tiens. Pas de collectionneur, pas de pokémon dans les pattes, amen.
Peut-être que tu tournes en rond aussi. Cela ne serait guère étonnant, tu regardes à peine où tu mets les pieds. Tout te fait chier aujourd'hui, tout et notamment la pilule Elliot. Elle ne veut pas passer celle-la. Cela t'agace d'autant plus que tu réagis telles ces stupides d'adolescentes peuplant ton ancien bahut. Tu les revois geindre en regardant leur téléphone, pleurer leur mère en attendant la moindre nouvelle de leur pseudo-Jules ou couiner aux toilettes car le dit Jules est parti avec une autre. Oh oui, tu te moquais tellement d'elles à ce moment-la. Tu prenais tellement plaisir à semer la zizanie dans leur couple, à endosser le rôle de la « nouvelle fille » dans le cœur du mec. C'était bon, jusqu'à ce jour. Tu te poses des questions à ton tour : a-t-il juste oublié ? Impossible. Est-il avec une autre fille expliquant ainsi l'oubli ? Pincement au cœur.
Qu'il est moche de se savoir humaine, de se savoir comme toutes les autres. Tu en aurais presque la nausée.

Perdue dans tes pensées, tu arriverais presque à louper la taverne du collectionneur. Faiblement éclairé, le couloir ne donne aucune envie de s'y engager. La pancarte ne laisse toutefois aucune place au moindre doute. Soit. Va te perdre un peu, cela te changera les idées. Et n'oublies pas de récupérer ton pokémon.

Tu as hésité.
Posée sur la table, tu fixes cette ball si familière et pourtant, étrangère. Tu n'en as jamais eu de pokéball à toi. Tu passais toujours devant celle de Feunard à la maison mais jamais – ô jamais – tu n'as ressenti le besoin de la prendre dans tes mains. Là, à part la faire glisser jusqu'à ta poche de blouson, tu n'as pas trop le choix. Et pourtant, tu repousses ce contact, le premier contact. Une fois la ball saisie, tu ne pourras plus revenir en arrière. Tu auras accepté le choix du collectionneur, tu auras accepté cette nouvelle vie. Tu pourrais refuser après tout. Envoyer valser ce vieux niais aux cheveux gras qui, parce qu'il a une armée de pokémons, se croit totalement invincible. Il t'a mitraillé de questions, a été pris de court quand tu lui as rétorqué ne pas aimer et ne pas vouloir de pokémon mais, malgré tout, il avait trouvé. Cette chose-la qui selon lui, serait un « excellent compagnon ». Soit, le vieux n'a rien écouté à tes réponses. Soit, il est sénile. Quoiqu'il en soit, elle est là, à te fixer également.

Tu as le choix, Victoria.
Refuser cette pokéball, cette nouvelle vie et revenir près des parents, telle une pauvre adolescente en pleurant toutes les larmes de ton corps.
Prendre cette pokéball, faire taire cette voix dans ta tête et arrêter de saouler ton monde.

Tu as hésité, quelques instants seulement.
Si Elliot peut t'oublier, dis toi que tu en es tout aussi capable.

( récupération de Eustache ! )
( fin du topic ).
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum