Connexion
Pokemon Community :: Archives :: Les Archives :: Année 2

Pokemon adala community

Tu abandonnerais ce pauvre locataire démuni à son déménagement, en « empruntant » sa camionnette en plus… ? Je ne te pensais pas voleur, Josh.
en savoir plus ?
Cha-charmant… normalement c’est en mission avec Josh que je frôle la mort, pas en rentrant chez les Phyllalis.
en savoir plus ?
Je vais chuter, encore, et ça sera long, et ça sera douloureux, et t'auras pas envie d'être là. Parce que toi, tu as Aoi mais moi j'ai quoi maintenant que Maya est partie, dis-moi ?
en savoir plus ?
Ce n'est pas le parc que je souhaite anéantir...
en savoir plus ?
Mademoiselle Alézar, Pecheresse Caroline ! Où êtes-vous ?
en savoir plus ?
La triche sera permise évidemment.
en savoir plus ?
Q…. Quéééééééééééééé ?!
en savoir plus ?

Orren Losvrôk
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t1323-losvrok-orren-voltali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t1335-t-card-orren-lovsbrok
Taille de l'équipe : 8
Région d'origine : Kalos
Âge : 17
Niveau : 58
Jetons : 2911
Points d'Expériences : 1843
8
Kalos
17
58
2911
1843
pokemon
8
Kalos
17
58
2911
1843
Orren Losvrôk
est un Topdresseur Spé. Type
Loki courait à son habitude dans le centre commercial, bousculant les passants. La plupart ne remarquaient pas et les autres faisaient un simple geste d'agacement avant de reprendre leur route. C'était souvent le même spectacle quand il venait vers 17H au centre. Les gens sortaient du travail et voulaient rapidement faire leur course, se disant qu'il n'y aurait pas trop de monde après le travail et comme à chaque fois, les allées spacieuses devenaient de vrais galeries de Fermites, tous à se marcher dessus. Il n'aimait pas cette agitation, enfin ne l'aimait plus. Il y avait peu de choses qu'il aimait ces derniers temps. Il faut dire avec tout ce qui lui était tombé dessus récemment.
Déjà cet été avec la découverte des aventures extra conjugales de son père. Quelle baffe ! Et, le voilà aujourd'hui dans la plus totale incertitude quand à ce qu'il adviendra de sa famille. Certes ils n'étaient pas les plus unis du monde, mais les fois où ils avaient pris de véritables vacances tous ensembles, c'était génial ! Dire que tout cela ne serait plus que tel : des souvenirs. Son cœur se serrait à la simple pensée de ce que devait éprouver sa mère. Et dire qu'elle tentait de le rassurer "T'en fais pas mon Riri, on va tout arranger avec ton père. On va discuter entre grandes personnes, ne t'occupes surtout pas de ça et penses à ton école ! Je t'aime !". C'est vrai que sa mère était une habituée des signes d'affection, mais ce "Je t'aime !" sentait comme une excuse. Il ne savait pas trop comment se l'expliquer, mais ces deux simples mots lui disaient qu'il fallait s'inquiéter.

Mais si seulement il n'y avait que ça qui l'inquiétait ce serait bien ! Voilà depuis leur vacances à Illumis qu'il n'avait plus vu Ruby... Pourtant quand on sort ensembles, on se voit régulièrement non ? Il ne savait pas, il n'avait jamais connu ça auparavant et ce n'était pas le genre de questions qu'il allait poser si facilement. Et puis à qui les poser ? Orren ne connaissait personne avec une expérience de ces choses. Il ne savait pas quoi faireµ. Devait-il aller lui parler ? Il avait essayer plus d'une fois à chaque fois elle semblait trop occupé pour lui. Et dire qu'il avait défié quelqu'un en combat pour elle... voilà comment elle se comportait en retour ?! Non... non calme, du calme. Ce n'était pas une raison de s'énerver contre elle.
Il se sentait à fleur de peau. Le rôle de préfet lui pesait aussi beaucoup, lui qui était si timide et sur la réserve habituellement, le voilà centre d'une certaine attention. Toute décision sur la vie du dortoir passait par lui. Lui qui voyait le bon droit de chaque partie et qui voulait contenter tout le monde. Il détestait avoir à faire un choix, voilà pourquoi il était tant en arrière habituellement. Mais ce n'était plus possible. Et en plus avec ce rouquin qui se mettait chaque fois dans son chemin pour l'agacer. Ah ce sale petit prétentieux ! Il en avait vraiment plus qu'assez de lui et de ses remarques désagréables. Si seulement il pouvait attraper sa sale petite tête de chouineur et lui faire avaler ses dents !

Orren eut envie de hurler et jeta son regard de droite à gauche à la recherche de Loki qui venait de disparaître à nouveau dans la foule. Jusque là rien d'anormal, mais il ne pouvait voir le sillon des gens bousculés comme des épis de blés dans un chat, sous le passage rapide du dragon. Et pour cause une personne avait arrêté le Solochi et était en train de le réprimander. Euhhh deux secondes là... Quelqu'un réprimandait Loki ?
Orren avança d'un pas assuré vers la personne, son regard lançant des éclairs de colère. Il bouscula l'homme de l'épaule, profitant de sa carrure qui devenait plus imposante depuis qu'ils s'entraînaient tout les matins. Il fit alors à Loki de le suivre et laissa l'homme pester seul dans son coin. La seule réaction du préfet, fut de faire un geste qu'il n'aurait habituellement pas fait. Mais là il avait envie de chopper cet homme et de, lui en mettre une en plein dans son...
Arrivé dans une petite zone de calme, il s'adossa à un mur et se prit la tête entre les mains. Que lui arrivait-il ? Il n'était jamais violent comme ça habituellement. Il était plus du genre à récupérer Loki discrètement et à s'en aller tête basse en s'excusant. Il releva la tête et regarda ce que présentait son reflet dans une vitrine. Un visage hagard, des cernes creusées et un teint pâle. Il sortait et mangeait correctement, mais depuis ces histoires de vol de Pokémon, il avait parfois du mal à s'endormir ou alors se réveillait d'un cauchemar où des hommes en noir lui subtilisaient ses Pokémons. Et c'est alors qu'il tentait vainement de s'endormir que toutes ces préoccupations venaient le hanter, devenant ses seuls compagnons dans l'attente de l'aube. Au début ça n'affectait pas vraiment son humeur. Mais petit à petit cette situation commençait à le peser et à transformer le gentil petit timide en une garçon sombre et renfermé, dont le regard pouvait s'allumer d'une rage inattendue chez lui. Et toutes ces préoccupations qu'il ruminait pendant ses insomnies devenaient pour lui de plus en plus intolérables et intérieurement commençait à en vouloir à tous. La seule personne en qui il faisait une confiance sans nom était sa demi-sœur. Il savait qu'elle serait toujours là pour lui et ne ferait jamais rien à son encontre. Loan aussi semblait plutôt digne de confiance, mais il était surement trop tôt pour dire une telle chose.

Orren regarda à nouveau son reflet et grimaça. Ses cheveux ne ressemblaient plus à rien. Une masse désordonnée et anarchique de mèches brunes tantôt plus grande que la plupart, tantôt plus courtes. Il fallait dire depuis le temps qu'il n'était plus allé chez le coiffeur. Et puis ça lui ferait du bien, il avait besoin de changement. Il se rendit donc dans un salon dont les Mentalis semblaient faire les louanges et alla voir si il y avait de la place. L'élève et la coiffeuse discutèrent quelques instants de la futur coupe de cheveux avant qu'Orren ne s'installe et que la femme ne commence son travail.
Une bonne heure plus tard le jeune homme en ressortit. Ses cheveux toujours aussi indisciplinés avaient cependant une forme et tombait sur son cou pour encadrer son visage de leur sombre éclat. Ils étaient tels le pelage de Skoll : noir. Cette subite obscurité qui entourait son visage faisait ressortir l'éclat bleu/gris de ses yeux. Lui donnant un air bien plus sur de lui. On voyait même ses mèches dessiner de très légères ondulations. Il se rendit alors dans une boutique de vêtements pour y acheter trois jeans sombres eux aussi, quelques t-shirts et débardeurs noirs et une autre veste de couleur sombre, mais au style bien plus élaboré que sa précédente veste brune simple et sans prétention. Il se changea rapidement dans une cabine pour voir le résultat. La chemise blanche laissée ouverte, tranchée par le t-shirt noir en dessous, le pantalon faisant écho à la couleur sombre , tout comme la veste qui tombait un peu au dessus des genoux d'Orren. Elle possédait des boutons argentés, légèrement décalés par rapport au milieu, et un col rond et droit, comme celui d'un officier. C'était un bon manteau d'hiver, qui révélait plutôt bien le changement du jeune aux cheveux Corboss : une attitude bien plus sombre, plus réservée, mais en même temps plus agressive.

Il se sentait légèrement renaître. Mais alors qu'une renaissance est habituellement tel l'envol du phénix dans flamboiement majestueux ; il se sentait renaître comme l'ombre qui nait partout où existe la lumière, en arrière mais présente.



Orren Losvrôk
If you resist, You'll feel the darkness penetrate on you. Don't resist. To the appeal of twilight...Let the darkness absorb your light...
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum