Connexion
Pokemon Community :: Archives :: Les Archives :: Année 2

Pokemon adala community

« J’ai juste envie de profiter de cette soirée, et de ce nouveau début de vie… Même si je sais que je ne suis pas encore au bout de mes surprises. »
en savoir plus ?
« Cette mission est déjà un calvaire, alors stp essaie de pas la rendre encore pire, ça m’arrangerait. »
en savoir plus ?
« Je ne suis pas sûr qu’il soit l’heure de distribuer de l’eau bénite, nous savons déjà tous que vous êtes un ange Ranya, mais je suis touché de votre bénédiction. »
en savoir plus ?
« Je me déteste. Je me déteste de toutes mes forces. »
en savoir plus ?
« C'est un fantôme que tu enlaces, Faulkner. »
en savoir plus ?
Le soleil tape. Les gens hurlent. Il en a marre. Ce n’est pas un tournoi. C’est un poisson d’avril.
en savoir plus ?
« Il est beau... Tu en as de la chance... »
en savoir plus ?
Le Deal du moment : -60%
Bracelet connecté et étance Xiaomi Mi ...
Voir le deal
19.99 €

Eryn McNellis
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t2418-eryn-un-simple-regard-pose-sur-une-fleur-et-voila-une-journee-remplie-de-bonheur-mentali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t2470-eryn-mcnellis-mentali
Icon : On peut pardonner un meurtre. Une incorrection pendant le thé, jamais. Original
Taille de l'équipe : 17/30.
Région d'origine : Sinnoh - Floraville.
Âge : 19 ans.
Niveau : 30
Jetons : 3745
Points d'Expériences : 1334
On peut pardonner un meurtre. Une incorrection pendant le thé, jamais. Original
17/30.
Sinnoh - Floraville.
19 ans.
30
3745
1334
pokemon
On peut pardonner un meurtre. Une incorrection pendant le thé, jamais. Original
17/30.
Sinnoh - Floraville.
19 ans.
30
3745
1334
Eryn McNellis
est un Coordinateur Éleveur

En chantonnant doucement, Eryn se tourna vers sa bouilloire remplie d’eau, levant le capuchon pour voir où ça en était. Encore un petit peu et ce serait bon. Bleuenn, assise aux pieds du lit, la regardait faire avec une certaine impatience. Elle savait que quand la Mentali faisait du thé, elle avait droit à une tasse. Les autres aussi. Enfin, ceux qui aimaient le thé, bien entendu. Tout en préparant son thé, la Mentali rangeait sa chambre, accrochant ses habits à des cintres qu’elle rangeait dans son placard, tassant ses feuilles pour les poser en ordre sur son bureau, remettant droit son pot à crayons, remettant dedans stylos et babioles qui auraient pu s’en échapper. L’odeur du thé qu’elle préparait embaumait délicatement la chambre, et même sa très précieuse fleur de Gracidée semblait en apprécier l’odeur. S’appuyant sur son lit, Eryn tapota la terre pour s’assurer que sa fleur allait bien, et se retourna pour caresser la tête de son Cabriolaine, toujours en quête de câlins. Elle l’aimait, son Cabriolaine, comme elle aimait tous les Pokémon de sa petite équipe. Retournant vers sa bouilloire, elle jugea que l’eau était suffisamment chaude. Alors, elle la versa délicatement dans sa théière en porcelaine blanche, dans laquelle elle avait posé ses feuilles de thé. L’odeur, jusque-là légère, devint enjôleuse, et Bleuenn se redressa en comprenant ce que cela voulait dire.

« C’est prêt ! ♪ »

Enfin, presque. Une minute, très précisément, qu’elle utilisa à bon escient, sortant des tasses en porcelaine de son placard pour les poser près de sa théière. Une fois la minute passée, elle servit une première tasse, la posant doucement devant Bleuenn, sa critique gastronomique. Couinement de satisfaction. Ca lui plaisait. Pouffant de rire en voyant le Cabriolaine tendre la tête pour y tremper délicatement la langue, elle se servit sa propre tasse, et s’assit confortablement sur sa chaise. Immédiatement, le Posipi arrêta ce qu’il faisait pour s’approcher du dé à coudre rempli de thé qu’Eryn avait versé pour lui. Chaque Pokémon avait sa tasse, et appréciait le breuvage à sa juste valeur. Enfin, presque.

« Non non non, Amaryllis. On ne trempe pas de biscuit dans un thé Oolong, voyons. »

Prise en faute, la Chlorobule arrêta son geste, et croqua dans le petit biscuit que sa dresseuse avait posé dans sa coupelle. Avec un sourire, Eryn but une nouvelle gorgée, fermant les yeux pour apprécier son thé blanc. La saveur des fleurs de cerisier se sentait à peine sur le palais, juste ce qu’il fallait pour la Mentali. Sa mère aurait été très fière de son thé. Après tout, c’était la femme d’affaires qui lui avait appris à le faire, pour l’occuper d’abord, puis en voyant son intérêt par la suite. Toute à sa dégustation, Eryn ne vit pas que la porte de sa chambre, qui n’était pas fermée à clé vu qu’elle était à l’intérieur, s’ouvrait en silence, et qu’un petit chaton, sans doute attiré par la délicieuse odeur du thé blanc, y pénétrait pour trottiner sans complexe vers elle. Ce fut le Posipi qui la prévint, en tapotant son cou pour qu’elle rouvre les yeux. Ce qu’elle fit, pour voir sa team regarder le nouveau venu avec curiosité. Qui était-il, et que faisait-il ici ?

« Ooooh, regardez-moi cet adorable petit chaton ♥ C’est l’odeur qui t’a attiré ici ? Tu en veux ? »

Le chaton ne fit pas le moindre mouvement, mais il lui sembla lire une réponse positive dans son attitude. Reposant sa tasse, elle en sortit une autre et la remplit de thé, la posant sur une petite coupelle avec un gâteau avec. Puis elle tendit le tout au chaton, qui, après une petite seconde d’immobilisme, attrapa la coupelle avec ce qui semblait être de la précaution, comme s’il savait que c’était extrêmement fragile. La tasse se souleva alors toute seule jusqu’à la truffe du chaton, et se pencha avec délicatesse. Le Psystigri, fermant les yeux, but alors une gorgée, et son expression se modifia, passant de l’inexpressivité pure à une sorte de ravissement béat. Il aimait le thé ! Brave chaton.

« Tu aimes ? C’est du thé Oolong aux fleurs de cerisier. Je fais souvent du thé, tu pourras revenir, si tu veux. »

La tasse se reposa avec douceur dans la coupelle, et ce fut au tour du petit gâteau de léviter jusqu’à la truffe du Psystigri. Semblant accepter le chaton dans le tea time, Bleuenn pencha la tête pour retourner à sa tasse, vite imitée par les autres. Qui levèrent à nouveau la tête quand la porte se rouvrit, pour laisser place à une jeune blonde du dortoir Mentali. Comment ça se voit ? Oh, voyons. Le maquillage, et les vêtements. Vous avez déjà vu une Pyroli avec une robe blanche décolletée qui s’arrête aux genoux, vous ? La robe, d’ailleurs, était très jolie. Tout comme la demoiselle qui venait d’entrer dans une chambre ne lui appartenant pas. Ne se posant pas de questions, Eryn esquissa un sourire chaleureux à la Mentali qui venait d’entrer. Tea time. Elle partageait avec quiconque voulait boire un peu de thé, et était suffisamment raffiné pour en comprendre la science. Sinon, c’est dehors. Alors qu’une Mentali s’invite, ça ne lui posait pas de problèmes.

« Bonjour ! Toi aussi, tu veux du thé ? »

Considérant par avance que la réponse était positive – comment pouvait-on très sérieusement envisager de répondre non quand un McNellis vous propose du thé ? – Eryn sortit une nouvelle tasse, une nouvelle coupelle, un nouveau gâteau, préparant le tout avant de le tendre avec un sourire chaleureux à la jeune blonde au nom inconnu.



We got this together Δ Sometimes the pressure gets you down, and the clouds are dark and grey, just kick them off and let the sun shine through, and scary as it seems, more help is on the way,'cause friends have friends that want to help out too.
Anonymous
pokemon
Invité
est un Invité
On peut pardonner un meurtre. Une incorrection pendant le thé, jamais. Tumblr_mz1wc0pQqo1tp9ck7o1_500
Ce fut avec le visage blême que Freyja se dirigea vers le dortoir Mentali. L'échange avec Nox ne s'était pas conclu, et la petite vipère trépignait de frustration. La blonde aimait énormément le reptile, et la voir si dépitée la démoralisait. Pour une fois, elle se montrait silencieuse, balançant sa queue anisée de gauche à droite, brassant le vent frisquet. La cohabitation n'était pas possible entre les deux amies, ce qui n'empêchait pas un profond sentiment de compassion. Les long doigts laiteux de la coordinatrice se recroquevillaient avec colère, et elle n'hésita pas à mettre un coup de pied sec sur un pauvre platane. Les feuilles vibrèrent, et la contemplation des gros lambeaux de chair verte qui tombaient dura bien une flopée de seconde. Elle cherchait ses mots pour consoler Khensit, qui observait vaguement son exemple du traité de Descartes, sorti de son petit sac. Rien ne venait, ses lèvres balançaient dans le vide. Freyja se contenta d’attraper la petite patte du monstre de poche, qui la retira un instant, avec de se laisser étreindre.
Tu sais, tu es un superbe pokémon et une merveilleuse amie. Tu seras toujours chez toi dans mon équipe, quoi qu'il arrive. J'espère vraiment que tu trouvera ce que tu veux, même si cela prend du temps. Ce soir, on va se faire une soirée entre fille, on commentera les dires de Descartes, si tu veux, ou même de Spinoza, de Kant, de Schopenhauer... ah non lui quand même ! On va s'amuser comme tu aimes le faire. Je coucherai Léon tôt, on sera tranquilles. Promis, pas de bêtises, pas de stress pour une fois. J'ai des revues de mode pokémon également, on verra si on trouve des choses drôles...
Elle continuait à se dicter des phrases dans son esprit, se laissant du temps. Sans doute un peu trop, car la température baissait, et il fut bientôt l'heure de rentrer. Les mots consolateurs s'envolèrent, restant dans l'abstrait de son esprit. Le pas lourd, la mine grave, les demoiselles se traînèrent jusqu'à la petite chambre. Freyja observa longuement la décoration vintage de sa petite pièce, qui à son arrivée, était minutieusement calculée. Avec les temps, les livres avaient commencé à traîner, ses effectifs personnels se multipliaient, avec des dizaines d'esquisses, de pages déchirés, et de polaroïds expérimentaux. Peu de photos d'amis, à cause de nombreuses circonstances atténuantes, et des émeutes de ménagères. Elle préférait la superficialité des Mentali, qui était pourtant fortement mal perçue, aux personnalités rustres du dortoir Pyroli. Nombreuses avaient été les oppositions, sa sensibilité la rendant de plus en plus dure face aux affronts. Cette idée la fit grimacer, il était vrai que d'un point de vue extérieur, on pouvait la prendre pour une garce. Soupir. La blonde commença à écouter un vinyle de Ray Charles, tandis que la Vipelierre, s'adaptant à la situation, se dandinait avec grâce sur Hit the road Jack. Après quelques musiques soigneusement sélectionnées, le reptile retrouva sa joie de vivre, se décidant enfin à enlever la patine pour sermonner sa dresseuse sur le son trop fort et l'état pitoyable de sa chambre.

« - Ah, ma Khensit, tu es géniale. Une dame comme toi ne peut pas être contrariée longtemps ! Par contre Léon est un vrai goujat. Léon... Léon... Oh non. »

Avec la frustration de son pokémon à échanger, Freyja en avait oublié son chaton chromatique. Un coup de pression arriva, et elle déboula en dehors de la chambre à vive allure, sans le moindre plan pour le retrouver. Après de multiples allers-retours dans le couloir en psalmodiant, elle vit la vipère s'approcher, avec un dessin maladroit de fleurs, ainsi qu'à droite un nez crochu.

« - Le printemps ? Je ne comprends pas vraiment là ! Odeur ? En voyant l’acquiescement du monstre de poche, la blonde se mit à renifler. Ca sent le thé ! Quelqu'un se sert de sa gourmandise pour le prendre en otage ! Elle respira lentement pour se calmer. Khensit, passe par dehors, et avec tes lianes, monte par la fenêtre de la voleuse. Je vais la distraire. »

Après de multiples râles de la part du serpent bipède à cause des plans toujours plus rocambolesques de sa dresseuse, celle-ci accepta sa mission et déboula vers la sortie. Après quelques secondes pour se calmer, la blonde essaya de se concentrer pour localiser l'odeur, en vain. Une solution à la fois bourrine et distinguée était de vigueur. Elle frappa à chacune des portes et rentrait avec un sourire maladroit. Après de multiples accueils catastrophiques, ce fut la bonne : une jeune fille l'accueillit avec légèreté, lui proposant un thé soigneusement préparé. Léon, paisible, partageait ce moment avec des pokémons adorables, montrant pour la première fois de sa vie une acquisition des normes sociales. Pas de faux pas, pas d'étrangetés. Si le petit animal n'était pas d'une couleur unique, elle aurait eu du mal à l'identifier. Celui-ci la salua en pivotant la main comme les membres des familles royales, ce qui rendit notre coordinatrice plus blême que jamais.

« - Bonjour, je m'appelle Freyja, lança t-elle d'une voix presque timide. Merci pour le thé, c'est très gentil de ta part, c'est rare de voir des gens éduqués comme toi ici. J'espère que Léon ne t'a pas trop dérangé...»

La Mentali fit un grand sourire à la jeune fille, attrapant son chaton qui tenait avec précaution son breuvage, pour lui embrasser chaleureusement le front. Celui-ci, répondit par un message télépathique, que l'anonyme entendrait peut-être. Il était flouté, ses talents en tant que bébé pokémon étant plutôt perfectibles. Khensit pour Eryn [...] parfum. Bien que la phrase n'avait aucun sens, elle était facilement déchiffrable, Eryn devant être la fameuse jeunette en face d'elle. Freyja ne pensait pas Léon arrangeant au point de se montrer docile pour le bien de la vipère. Elle sourit paisiblement, lançant un regard à la demoiselle qui lui faisait face. En arrière plan, une liane gigotait, passant discrètement par la fenêtre. Et mince ! La Vipelierre risquait de rentrer de force pour récupérer Léon, n'étant pas au courant de l'actualisation de la situation. En voyant le reptile monter sur la devanture, Freyja lui fit mima maladroitement un signe de paix, se ridiculisant, tandis que Khensit, l'ignorant de plus belle, rentrait clandestinement dans la chambre. La situation aurait pu être cocasse : la coordinatrice imaginait déjà le service à thé brisé dans la précipitation, la récupération de Léon en catastrophe, et la fuite. Mais non. Le but de Khensit n'était pas d'aider sa dresseuse dans ses plans totalement tordus, mais s'amadouer cette miss élégante pour se faire adopter. Celle-ci lui tendit des feuilles de tilleul en guise de présent, s'inclinant avant de faire un clin d'oeil à Freyja. Il était vrai que le serpent serait particulièrement heureux avec cette jeune fille, qui n'inspirait que du bon à la jeunette. Candide, douce, et sociable, avec des pokémons principalement de type plante... La demoiselle ne put s'empêcher de sourire, soupirant de soulagement. Sur ce coup, ses pokémons s'étaient montrés plus fins et plus diplomates qu'elles.  

« - Khensit serait heureuse de vivre avec une fille comme toi. Tu as d'excellents goûts, l'arôme de ton thé frôle la perfection, et ton équipe semble en parfaite harmonie. Cela peut paraître brut comme proposition, mais elle ne se plait pas avec moi. »

Il était rare que la future performer fasse un pareil étalage de sincérité. Cette jeune fille semblait vivre dans un petit monde paisible, totalement différent de la cacophonie dans l'équipe de Freyja, ainsi que de son éventail de situations cocasses. D'une certaine manière, elle envia cette fameuse Eryn, si douce, si peu aigrie, sans pour autant éprouver une jalousie amère.
Eryn McNellis
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t2418-eryn-un-simple-regard-pose-sur-une-fleur-et-voila-une-journee-remplie-de-bonheur-mentali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t2470-eryn-mcnellis-mentali
Icon : On peut pardonner un meurtre. Une incorrection pendant le thé, jamais. Original
Taille de l'équipe : 17/30.
Région d'origine : Sinnoh - Floraville.
Âge : 19 ans.
Niveau : 30
Jetons : 3745
Points d'Expériences : 1334
On peut pardonner un meurtre. Une incorrection pendant le thé, jamais. Original
17/30.
Sinnoh - Floraville.
19 ans.
30
3745
1334
pokemon
On peut pardonner un meurtre. Une incorrection pendant le thé, jamais. Original
17/30.
Sinnoh - Floraville.
19 ans.
30
3745
1334
Eryn McNellis
est un Coordinateur Éleveur
Tout sourire, Eryn tendit sa tasse de thé à la Mentali inconnue, qui l’accepta gauchement, ne sachant plus trop où se mettre. Elle était entrée d’une manière un peu bourrine dans la chambre, sans doute inquiète pour le petit chaton chromatique qui buvait gentiment son thé, et se retrouvait maintenant bien bête de voir qu’il n’était pas du tout en danger, comme elle avait pu le penser. Posant sa tasse, la Mentali inconnue se saisit de son chaton, lui embrassant le front avant de se présenter. Eh, c’était en effet à elle de se présenter la première, après tout, c’était elle qui avait débarqué comme une furie dans sa chambre, non ? Donc, la demoiselle s’appelait Freyja. Elle était plutôt bien faite de sa personne, cette Freyja. Et visiblement, son Psystigri si poli s’appelait Léon. Quand elle s’inquiéta de savoir si Léon l’avait dérangée, Eryn la rassura d’un sourire. Un Pokémon qui sait apprécier son thé n’est jamais un dérangement, voyons. Il était même plutôt le bienvenu s’il voulait boire à nouveau du thé avec elle.

« Oh, non. Il est tout simplement adorable. Et vraiment très mignon ! »

Le chaton adorable et mignon, qui venait de terminer son thé, levait sa petite tête vers sa dresseuse pour lui parler télépathiquement, et Eryn fut surprise, puis gênée, d’avoir accès aux paroles brouillonnes du Psystigri. Mince. Ses pouvoirs psys s’étendaient-ils jusque-là ? Ou Léon était-il incapable de maîtriser les siens ? « Khensit pour Eryn. » Qui était Khensit ? A voir la tête de sa camarade, elle aurait très vite la réponse. En effet, Freyja venait juste de littéralement se décomposer en regardant par la fenêtre. Méfiante, Bleuenn tourna la tête, juste à temps pour voir une Vipélierre y entrer. Couinement d’alarme. Surprise, et un peu effrayée par cette intrusion, Eryn tourna la tête vers la fenêtre, observant la petite Vipélierre qui entrait d’une démarche quelque peu royale. Les doigts de la Mentali se serrèrent autour de sa tasse. Qui était ce Pokémon ? Etait-ce la fameuse Khensit dont Léon parlait ? En signe de paix, la Vipélierre s’inclina devant elle, lui tirant un sourire – elle faisait ça tellement bien qu’Eryn avait l’impression d’avoir un courtisan en face d’elle – et tendit vers elle une liane serrée autour de quelques feuilles de tilleul. La surprise passée, Eryn esquissa un sourire, et posa sa tasse sur son bureau pour réceptionner le présent.

« Merci beaucoup, Khensit. Si cela t’agréée, je les préparerai pour le thé de demain. »

Cela semblait agréer à la prénommée Khensit, qui hocha la tête d’une manière très noble, faisant à nouveau sourire la Mentali. Quel petit Pokémon des plus amusants, une vraie princesse ! Quand Freyja reprit la parole, Eryn tiqua un peu, surprise. Khensit ne se plaisait pas avec sa dresseuse, et cette dernière pensait que la Vipélierre serait plus heureuse avec quelqu’un d’autre. Du genre, elle, avec sa bonne éducation, son raffinement et son goût pour le thé. C’était un peu gênant… Eryn n’avait rien à lui offrir, après tout. Des jetons ? Acheter un Pokémon était tellement peu glorieux ! Certes, elle avait acheté son Cabriolaine, mais seulement parce qu’il y avait quelqu’un d’autre sur l’affaire, qui avait commencé à parler gros sous. Or, parler gros sous avec une noble multimilliardaire, en règle générale, c’est une très mauvaise idée. Elle avait acheté le Posipi aussi, parce qu’elle se sentait mal de partir avec sans le moindre dédommagement. Mais elle ne pouvait pas vraiment refuser, non ? Surtout que la Khensit en question semblait attendre sa réponse avec espoir.

« Ecoute, c’est très flatteur de ta part, mais je – NON ! »

La Poké Ball posée sur le bureau venait de s’ouvrir, toute seule, et un Pokémon en émergeait pour bondir au sol. Rapidement, Eryn se saisit de la balle de capture pour empêcher la Miaouss de faire une crasse à son invitée. Cette Miaouss, capturée à la dernière sortie capture, était invivable. Elle avait un très mauvais caractère, était exigeante, prétentieuse, voire même parfois méprisante. Eryn aurait bien dit qu’elle lui rappelait sa grand-mère, dame Evene, mais ça n’aurait pas été des plus flatteurs pour sa redoutable aïeule. Son bras, tendu vers le Pokémon Chat, s’immobilisa en pleine course. La Miaouss… Ronronnait. Par Shaymin. Alors elle savait faire autre chose que souffler, feuler et lui tourner le dos en crachant ? Epatant. Assise, bien droite, elle avait levé la tête vers Freyja, et les yeux fermés, elle ronronnait vers elle. Quelques secondes avant, elle s’était frottée à ses jambes, enroulant sa queue autour de sa jambe droite pour marquer son affection.

« C’est… Ma foi, c’est assez inattendu. Je ne la pensais pas capable d’avoir un geste d’affection envers qui que ce soit. »

Idée. Khensit n’aimait pas Freyja, mais elle aimait Eryn. La Miaouss n’aimait pas Eryn, mais elle aimait Freyja. Pourquoi ne pas proposer un échange à sa sympathique camarade ? Avec un sourire, Eryn tendit à nouveau la Poké Ball devant elle, mais vers la Mentali cette fois-ci. Paume ouverte, balle de capture posée dessus. Le message était clair. Si tu la veux, elle est à toi.

« Tiens. Khensit me veut, et Miaouss te veut. Depuis que je l’ai capturée, elle n’a jamais agi de cette manière avec moi, et elle semble apprécier ta compagnie plus que la mienne. Du coup… Ca t’irait, un échange ? Vipélierre contre Miaouss ? »

Khensit ne semblait pas voir cette transaction d’un bon œil. Avec une certaine vivacité, une liane entoura la Poké Ball de la Miaouss, tandis qu’une autre attrapait celle de la Vipélierre. Et tout aussi rapidement, l’échange se fit sous l’exigence du petit serpent végétal, qui posa sa Poké Ball sur le bureau de la Mentali et qui raccrocha la Poké Ball de la Miaouss à la ceinture de Freyja. Après un temps de surprise, Eryn pouffa de rire. Cette Khensit avait l’air d’avoir un sacré caractère, en tout cas !



We got this together Δ Sometimes the pressure gets you down, and the clouds are dark and grey, just kick them off and let the sun shine through, and scary as it seems, more help is on the way,'cause friends have friends that want to help out too.
Anonymous
pokemon
Invité
est un Invité
Ce fut lorsque la demoiselle s’apprêtait à refuser sa proposition qu'une pokéball s'ouvrit toute seule, laissant apparaître, après léger voile lumineux, une bestiole de type félin. Eryn s'était empressée d’attraper la sphère bicolore, tandis que la blonde offrait à la nouvelle protagoniste des yeux curieux. Une jeune Miaouss vint se lover contre elle, toute ronronnante, avant d'enrober sa jambe avec sa queue chocolatée. Freyja ne peut s'empêcher de sourire, s'agenouillant pour caresser le monstre de poche. Sa camarade de dortoir s'empressa de marquer sa surprise... Apparemment, ce petit être se montrait extrêmement hostile et méprisant au quotidien. Évidemment, la coordinatrice avait du mal à y croire tant celle-ci se montrait docile.
Lorsque la jeunette lui proposa un échange, les yeux de la future performer pétillèrent, s’attardant sur Khensit qui fit procéda d'elle même. Après un regard plein d'assurance sur sa nouvelle pokéball, Freyja attrapa sa nouvelle camarade tout en jetant un regard tendre sur la Vipelierre, qui allait enfin être heureuse avec une personne qui lui correspondait.

« - Eh bien, on dirait que les choses se font naturellement... C'est super ! Ah, attends, je reviens ! »

La demoiselle abandonna tout le monde pour rejoindre sa chambre. Léon avait laissé son breuvage pour la suivre en effectuant des pas chassés de grand sportif. Elle lui lança un sourire amusé, son bébé ne pouvait pas rester dans la norme très longtemps. Dès qu'il appréciait bien une personne, il effectuait des mouvements étranges pour montrer sa joie. Faith, une de ses amies, s'était habituée à le voir tourner en rond avec un air ahuri dès qu'il la croisait. La pauvre Eryn aurait donc droit à des échauffements bizarres. Merveilleux.
Une fois dans sa chambre, elle attrapa le sac que la Vipelierre avait spécialement préparé, y rajoutant quelques revues, et vérifiant la présence du traité de Descartes, et de quelques accessoires de son choix. Une fois le tout fait, elle se précipita dans le couloir, toujours pétillante et suivi de son chaton tenisman. Il fallut se ressaisir avant de signaler sa présence, tapant sur la porte en gardant son poignet souple avant d'entrer.

« - Tiens Eryn, ce sont les affaires de Khensit. Le nécessaire d'une vraie princesse ! Dit-elle en riant. »


La blonde lança un regard doux en passant le petit sac, comprenant qu'Eryn n'avait rien pour la Miaouss, ce qui n'était en aucun cas dérangeant. En effet, il existait des séparations à l'amiable, mais la demoiselle à la chevelure rosée n'avait guère pu créer des liens avec la féline. Elle but une gorgée de son breuvage lentement, plongeant ses yeux dans ceux de la nouvelle membre de son équipe, qui en guise de réponse, se roula en boule sur ses genoux. Léon ne manqua pas à l'appel, remettant son nœud papillon en place. Épuisé par ses pas chassés, il se lova sur le peu d'espace qui restait sur ses cuisses. Freyja eut un petit rire gêné, terminant sa tasse de thé lentement, avant d’attraper ses pokémons, faisant rentrer la féline dans sa pokéball, et plaçant Léon dans la capuche de sa veste.

« - Eh bien, je te remercie pour ton accueil, et pour l'échange. De plus... Freyja devint pivoine. Je suis certaine que l'on pourrait bien s'entendre ! Si un jour tu veux sortir pour aller faire une cueillette, ou même pour une quelconque raison... Tu peux venir, je suis dans la chambre d'à coté ! »

Elle balançait ses jambes, pleine de gène. Son relationnel avec les filles demeurait extrêmement compliqué. La coordinatrice avait du mal à ne pas se montrer cynique, étant fort embarrassée par tant de gentillesse. Elle n'arrivait pas à se montrer naturelle en présence de la gente féminine. Soit elle se montrait agacée par leur tempérament, soit elle était affecté par leur candeur. Cela ne se voyait guère, Freyja simulant une aisance parfaite, caressait même de la tête Khensit pour lui dire au revoir. Elle sortit de sa pochette une petit papier et y nota son numéro, avant de se rappeler :

« - Aaaaah ! Je donne des cours de philosophie bénévolement, pour les personnes qui peuvent partager leur savoir ! Si tout le monde mettait ses passions au service des autres, nous aurions un apprentissage beaucoup plus complet. Si tu veux passer un jour, n'hésite pas ! »
pokemon
Contenu sponsorisé
est un
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum