Connexion
Pokemon Community :: Archives :: Les Archives :: Année 2
 :: L'île Cobaba 2.0 :: Les terres

Pokemon adala community

« J’ai juste envie de profiter de cette soirée, et de ce nouveau début de vie… Même si je sais que je ne suis pas encore au bout de mes surprises. »
en savoir plus ?
« Cette mission est déjà un calvaire, alors stp essaie de pas la rendre encore pire, ça m’arrangerait. »
en savoir plus ?
« Je ne suis pas sûr qu’il soit l’heure de distribuer de l’eau bénite, nous savons déjà tous que vous êtes un ange Ranya, mais je suis touché de votre bénédiction. »
en savoir plus ?
« Je me déteste. Je me déteste de toutes mes forces. »
en savoir plus ?
« C'est un fantôme que tu enlaces, Faulkner. »
en savoir plus ?
Le soleil tape. Les gens hurlent. Il en a marre. Ce n’est pas un tournoi. C’est un poisson d’avril.
en savoir plus ?
« Il est beau... Tu en as de la chance... »
en savoir plus ?
-43%
Le deal à ne pas rater :
PHILIPS – Machine à café dosette SENSEO Original HD6554/53 + 64 ...
39.99 € 69.99 €
Voir le deal

Aileen Sôma
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t1326-aileen-soma-des-voeux-de-lumiere-dans-l-ombre-de-la-nuit
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t1328-aileen-soma-pyroli
Icon : Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues ! - Page 5 Gdy0
Taille de l'équipe : 23/30 + 2.
Région d'origine : Illumis, Kalos.
Âge : 20.
Niveau : 80
Jetons : 16666
Points d'Expériences : 3148
Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues ! - Page 5 Gdy0
23/30 + 2.
Illumis, Kalos.
20.
80
16666
3148
pokemon
Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues ! - Page 5 Gdy0
23/30 + 2.
Illumis, Kalos.
20.
80
16666
3148
Aileen Sôma
est un Pokeathlète Agent
Certains étaient d’accord. D’autres pas. Mais la décision ayant été prise par le groupe, les gens devaient s’y plier. L’île Cobaba serait fouillée de fond en comble, et si rien n’était trouvé, ils passeraient à l’île suivante. Ca semblait déplaire à beaucoup de gens, à commencer par cette Marie machin-chose qui, étrangement, ne lui inspirait que du déplaisir. Ca sentait tellement la gosse de bourges à plein nez qu’Aileen avait presque envie de la jeter dans l’océan pour changer un peu cette odeur détestable. Elle n’eut cependant pas trop le temps de lui répondre, interrompue par une nouvelle personne, puis une autre, puis - wait, celle-là, elle est Pyroli. Et waaaw, était-elle réellement en train de la vouvoyer comme ça ? Elle a grandi où elle aussi, dans un château ou quoi ? Entre l’autre Mentali qui semblait prendre tout le monde de haut et la Pyroli qui la vouvoyait d’un ton extrêmement joyeux alors que des élèves avaient été enlevés… Bon, au moins, elle avait fait un salut militaire. Chose extrêmement commune chez les Pyroli, qui en faisaient un à chaque fois que Jackie passait à proximité (Aileen n’arrivait d’ailleurs toujours pas à croire qu’elle avait hurlé sur sa référente et qu’elle était toujours en vie) mais qui n’avaient pas pour habitude de s’en faire entre elles. Alors qu’une nouvelle se mette au garde à vous devant elle, c’était… Ma foi, extrêmement flatteur. Opale lui plaisait bien, d’un coup. Peut-être qu’elle aurait la gentillesse de la mettre au courant pour le bizutage de début d’année. Ou pas. Faudrait pas s’enlever tout le plaisir non plus, hein !

« Ouais, bien sûr que je me rappelle de toi, je t’ai vue hier, tu te rappelles ? » Petit sourire. « Et le vouvoiement, tu peux laisser tomber, aussi, on ne va pas te manger. »

Ca, c’est fait. Il fallait donc créer des groupes pour savoir qui allait partir où. Doucement, les gens commencèrent à se rassembler selon leurs amitiés et affinités. Aileen, elle, savait parfaitement où elle voulait aller. Tendant la main, elle se saisit du poignet de Dahlia et la tira vers elle avec un regard pétillant. Reste-là, furie rose, tu vas adorer la suite du programme ! Pas besoin de tendre la main vers Loan pour qu’il comprenne qu’elle avait besoin de lui. Et Opale… Ca l’ennuyait un peu de tirer une nouvelle dans une aventure pareille, mais elle était une Pyroli, autant l’habituer de suite à ce genre de choses. Ce ne serait rien du tout à côté des entraînements matinaux de Jackie, après tout. Attirant son petit quatuor à l’écart, elle se tourna avec un grand sourire qui n’augurait que de mauvaises choses mais qui, ironiquement, fit sourire la Mentali de la même manière.

« Bon, bon, bon. Il faut donc que l’on aille fouiller partout. Ce qui inclut la base militaire de l’île Cobaba. Ca vous dit, une petite virée complètement illégale, incroyablement dangereuse, et donc monstrueusement fun ? »

____________________________________________

Sphax grogna. Il détestait VRAIMENT ça. Un bateau, ce n’était déjà pas folichon, mais à dos de Lokhlass ! Soledad chantonnait doucement, traçant son chemin sur l’immensité bleue, vers l’île Frista où leurs professeurs avaient disparu. La fouille de la veille n’avait rien donné. Le quatuor avait passé l’après-midi entière à fouiller la base, se séparant, se retrouvant, avant de s’enfuir lâchement après qu’un Pokémon ait déclenché un signal d’alerte. Aileen penchait pour celui d’Opale. Elle l’avait depuis moins de vingt-quatre heures, alors qu’eux… Disons qu’ils étaient espions. Et que Dahlia n’était pas coach du tout, accessoirement. Enfin bref, avant que le Pokémon d’un espion déclenche un piège… Cela dit, ils n’avaient rien trouvé dans la base militaire, qu’ils avaient pourtant explorée de fond en comble. Il avait fallu se rendre à l’évidence. Il n’y avait rien sur l’île Cobaba. Du coup, il avait été convenu qu’ils partiraient tous sur l’île Frista le lendemain matin. Et Sphax, qui avait refusé de rester dans sa Poké Ball (à chaque fois qu’il s’éloignait d’elle, elle risquait de mourir d’une électrocution, hors de question qu’il la laisse !) supportait le trajet en grognant. Beuuuh, ça tangue… Il fut presque soulagé de mettre pied à terre. Presque. Qui sait quels dangers les attendaient sur cette île bizarre, hein ? Faisant rentrer Soledad dans sa Poké Ball après lui avait fait un bisou sur la tête, Aileen posa brièvement les doigts sur la tête de Sphax avant de se diriger vers son frère.

« Hmm ? Euh, ouais ok. Dis-donc, t’es préfet en chef depuis deux jours et tu te prends déjà pour le chef de l’académie ? Arriviste. » Court silence, avant qu’elle ne lui envoie un coup de poing amical dans l’épaule. « C’est de famille hein ! Bon, prends ton groupe, sexy préfet, je m’occupe des restants. »

Avec un petit ricanement, elle s’éloigna, cherchant son groupe d’hier dans la foule. Loan était là, Opale avait disparu mais finirait sans nul doute par revenir, et Dahlia… Oh, bah la voilà. Finalement, un groupe se rassembla autour de la Pyroli, qui n’eut même pas besoin de se mettre en hauteur pour se faire voir. Alors voyons. Son frère se retrouvait avec Calliope et Heath. Hmm. Trois préfets d’un côté, un de l’autre, deux disparus. Bof égal. Elle allait donc lui chiper un préfet, genre… Calliope. Parce qu’elle ne pouvait pas voir le Noctali en peinture et que son frère avait l’air d’avoir commencé un jeu de chat et souris avec lui. Plantant là son groupe, elle se dirigea vers son frère, son fidèle Absol chromatique la suivant de son pas silencieux. Alors qu’elle s’approchait du groupe, elle entendit un garçon qui parlait. Wow. Est-ce qu’il était en train de… Faire son rapport ? Non, il crânait. Violemment. Oh, alors comme ça, monsieur est un excellent acrobate, assez léger, silencieux et habitué au trekking ? La brune retint un éclat de rire. L’Absol, lui, ne retint pas le grondement de mépris que lui inspirait ce discours. Allons. Ce morveux pensait-il vraiment être meilleur que lui ? Aileen ne chercha même pas à stopper son starter. Pourquoi faire ? Ils étaient sur la même longueur d’onde, tous les deux, et effectivement, le Noctali qui venait de prendre la parole ne lui inspirait qu’un mépris amusé.

« Tellement loin d’être idiot qu’il a passé la journée d’hier à nous espionner au lieu de se rendre utile… Très intelligent, vraiment. Si t’avais été motivé, tu aurais rejoint un groupe de recherches au lieu de fouiner inutilement. Quoi, tu pensais que je ne t’avais pas vu, à tourner autour des gens en les espionnant comme ça ? Grands dieux. Et ça se croit discret en plus. »

Sphax ne broncha pas, mais tout, dans sa posture, indiquait qu’il était d’accord avec ce qui venait d’être dit. Et après un bref coup d’œil au nouveau Noctali, il décida qu’il ne valait même pas la peine qu’il s’intéresse à lui. Ca, un espion ? Bonne blague. Qu’il s’oppose à sa dresseuse pour voir, qu’on rigole un coup. Se désintéressant du Noctali (pourquoi s’intéresserait-elle à un Noctali, de toute manière ?) elle leva la tête vers son frère avant de reprendre la parole d’une voix plus calme.

« Sinon, je suis venue te piquer un préfet, vu que tu as Heath et Calliope dans ton groupe. Comme ça, ça fera deux préfets par groupes, ce sera mieux. Étant donné que tu as l’air d’être en pleine parade amoureuse avec monsieur Jones, je vais te piquer Calliope, il ne faudrait surtout pas qu’on interfère dans vos plans yaoi. Si je croise Celest, je peux aussi la récupérer, si tu veux. »

Sourire taquin. Eh, elle a le droit de charrier son frère, d’abord. Se tournant vers Calliope, à qui elle n’avait pas vraiment laissé le choix, elle lui sourit, avant de s’intéresser au garçon qui semblait lui coller aux basques. Ah, ouais, le nouveau Voltali, Alban quelque chose, qui semblait boitiller un peu mais qui avait tout de même eu le courage de les rejoindre pour se rendre utile. Un garçon bien, qu’elle venait tout juste de prendre en amitié, même sans le connaître.

« Ca t’embête pas de venir avec moi Calliope, hein ? » Sourire. Et elle se tourna vers Alban. « Tu peux venir avec nous si tu veux. Ou rester avec Orren, au choix. »

Spoiler :
- Aileen embarque Loan, Dahlia et Opale pour aller fouiller la base militaire de l'île Cobaba. Ils s'enfuient après qu'un Pokémon ait déclenché une alarme.
- Le lendemain, elle suit l'expédition vers l'île Frista en grimpant sur le dos de Soledad, son Lockhlass.
- Arrivée sur l'île, elle laisse son frère séparer la foule en deux groupes et prend la tête d'un des deux groupes (parce que préfète en chef OP /OUT/)
- Avisant Callie et Heath avec Orren, elle s'avance pour en piquer un et avoir deux préfets dans chaque groupe.
- Elle entend Benjamin se vanter et décide de lui rabattre le caquet en lui signalant qu'il n'est pas discret et pas si motivé que ça vu qu'il n'a rien foutu la veille.
- Puis elle chipe Calliope à Orren en proposant à Alban de venir, vu qu'il semble être familier avec Calliope.



Sing me to sleep ★ Remember me now, time cannot erase, I can hear your whispers in my mind, I've become what you cannot embrace, our memory will be my lullaby.
Anonymous
pokemon
Invité
est un Invité
Quand le jeune Benjamin comprit la situation il ne réussit pas à ne dire ne serait-ce qu'un mot. Est-ce que ça c'était vraiment passé ? Est-ce que le Noctali venait de se faire démasquer et humilier par un préfet devant trois autres dont un qui était apparemment le préfet en chef ? Tout cela était t'il réel ?

Son monde s'écroula. Benjamin ne pouvait plus parler et il sentit une colère immense l’assaillir. Cette fille... Elle avait tout gâché. Tous ses plans, ses prévisions, tout ça partait en fumée !

Le dernier des Ramére retient une petite larme, non il ne fallait pas pleurer ! Rick son Emolga était posé sur le sol et regardait son dresseur avec de grand yeux tristes, le pauvre il avait tout préparé avec minutie, il pensait avoir prévu tout ce qu'il pouvait se passer et cette fille avait tout gâché ! Quelle méchante, méchante fille. Plus personne ne faisait attention à son dresseur et le petit groupe parlait d'autre chose, l'Emolga sentit une immense colère l'envahir et sans réfléchir il sauta au visage de la préfète. De ses joues commençait à se dégager de petits éclairs et Emolga plissa les yeux pour attaquer, ce qu'il aurait fait si Benjamin ne l'avait pas plaqué au sol en se jetant à corps perdu sur son pokémon. Rick dans les bras, face contre terre Benjamin murmura :

"Calme toi Rick, ça n'en vaut pas la peine..."

Le Noctali en profita pour verser quelques larmes qu'il essuya aussitôt, il ne fallait pas qu'ils le voient pleurer. Puis il dit de nouveau mais en murmurant et en serrant les dents :

"Il y avait une liste.."

Benjamin se leva, serrant fort son Emolga dans ses bras puis répéta sa phrase que personne n'avait entendu mais cette fois-ci il criait de colère et de détermination :

"Il y avait une liste ! C'est certain, une liste des gens à kidnapper ! Tu en déduis quoi, hein ?! Laisse moi te faire part de mes déductions : Il y a parmi vous, anciens élèves, ou peut-être même parmi les professeurs quelqu'un qui connaissait les victimes et qui les a sélectionnait une par une. A partir de là je me suis dit qu'il y avait deux solutions : soit le ou les coupables étaient partis avec les kidnappés soit il était toujours parmi nous. Donc oui j'ai essayé de mener une enquête pour essayer de trouver au moins un coupable, il se trouve que je n'ai pas réussi mais ne dit pas que je n'ai pas essayé ! Parce-que c'est faux et en plus de cela c'était quasi évident que rien ne serait trouvé sur la première île ! J'ai essayé de trouver un potentiel membre infiltré de la team Rouage car je suis sur qu'il y en a un, peut-être même parmi nous en ce moment même !"

Benjamin respirait maintenant violemment, était-ce lui qui avait osé faire une longue tirade comme celle-ci sans réellement choisir ses mots ? Remarque perdu pour perdu autant essayer de se rattraper avec un énième mensonge. Le prétexte était pas trop mal trouvé, en plus cela allait peut-être créer une certaine zizanie, diviser pour mieux régner, c'était bien ça le dicton hein ?Rick s'était extirpé des bras de son dresseur et était monté sur son crane pour fixer l’audience, il jetait des regards noirs à la dresseuse et à son absol, le pokémon avait beau être beaucoup plus puissant il ne lui faisait pas peur..  Le Noctali quand à lui fixait maintenant le groupe, attendant les réactions d' Aileen, d'Oreen, d'Heath, d'Alban et de Calliope.

Spoiler :

-Benjamin est déstabilisé.
-Il empêche son pokémon d’attaquer Aileen
-Il crie à l'agent infiltré !


Dernière édition par Benjamin Ramére le Jeu 16 Juil - 19:48, édité 1 fois
Nemo Kendhall
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t8470-574-nemo-kendhall-tu-seras-lecrou-de-mon-fabuleux-rouage-noctali#85815
Icon : Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues ! - Page 5 K8dc
Région d'origine : Kalos
Âge : 15 ans
Niveau : 37
Jetons : 6707
Points d'Expériences : 849
Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues ! - Page 5 K8dc
Kalos
15 ans
37
6707
849
pokemon
Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues ! - Page 5 K8dc
Kalos
15 ans
37
6707
849
Nemo Kendhall
est un Pokeathlète Novice
Je soulève une nouvelle fougère. Là non plus. Je soupire. Voilà plusieurs heures que nous ratissons au peigne fin les environs de l’Île Cobaba sous la houlette impitoyable des deux préfets en chef. Non, je dis ça sous le coup de la colère parce que le soleil tape sur ma nuque et que je commence à transpirer de partout. Nos intentions sont louables, celles de vouloir secourir nos collègues mais je persiste à penser que nos méthodes ne sont pas les bonnes. Nous sommes tous partis à droite et à gauche, plus ou moins sur ordre des plus âgés, sans vraiment savoir à qui se référer, nous les p’tits nouveaux. Mais bon, ils ont probablement raison, c’est ainsi que nous avons le plus de chance de trouver des indices. Et pourtant me voilà suant et à quatre pattes en train de chercher la moindre trace de pas, le moindre indice. Nous avons commencé à l’aube et nos recherches continues alors que l’après-midi touche bientôt à sa fin. Tout le monde est tendu, l’ambiance est presque électrique. Des notes de désespoir transparaissent, quelques larmes par-ci, par-là. Aucune nouvelle des professeurs partis à leur recherche. Cet enlèvement a gravement miné le moral des troupes, personne n’ose penser à ce qu’endure les élèves enlevés. Des rumeurs circulent, je ne préfère pas les écouter, cela me ferait paniquer. J’essaie de rester rationnel, un mot que je ne connaissais pas il y a à peine six mois, tenter de rester logique et de ne pas céder à la panique. Je crois que les Phyllalis m’ont aidé à comprendre et appliquer cette démarche, cette bande d’intelos ! Mais je leur suis redevable, je me dis que si la Team Rouage les a kidnappés, c’est forcément dans un but … et …
Une idée me traverse soudainement l’esprit. Et si c’était un piège ? Si leur but était seulement de nous appâter dans leur repère, pour nos voler tout nos pokémons ou pire, nous tuer. J’en suis maintenant persuadé, c’est un piège. Il faut qu’on arrête les recherches, tout de suite. Nous avons été trop aveuglés par la disparition de nos amis, emportés par notre fougue à tous nous allons nous jeter dans la gueule du loup.

Je suis debout, les bras ballants, je dois faire quelque chose. Mais qui m’écoutera ? Je ne connais aucun des personnes qui “dirigent” les opérations. Je m’assois sur le sol meuble. J’essaie de réfléchir. La plus sage des solutions est de tenter de trouver Orren ou Aileen. Je passe donc l'entièreté de cette fin d’après-midi a la recherche de l’un ou l’autre. Aucune trace, personne ne semble les avoir vu. Je m’enfonce petit à petit dans l’île. Me voilà bientôt perdu, alors que la nuit tombe à grands pas. Le froid me rattrape. Je fini par m’effondrer de fatigue sur les racines d’un arbre.

La nuit est courte, l’aurore me réveil. Je me rappel alors pourquoi je suis ici. Je tente de garder espoir, mais je suis en pleine forêt, sans connaître ma position exacte … et aujourd’hui les élèves risquent de quitter Cobaba pour l’une des îles alentour ! Je dois me dépêcher ! Je me fraie un chemin à travers les lianes, je patauge dans des marécages et, finalement, je retombe sur notre point de départ. Il doit être aux alentours de dix heures du matin.

Je cours à droite et à gauche, à la recherche d’informations. Oui, ils sont tous partis pour l’île de Frista. Je commence à sentir la panique me gagner, je cours au port, trouve tant bien que mal un pokémon pour me transporter. Si seulement je savais utiliser correctement les pouvoirs d’Invy pour traverser cet océan … Et me voilà dos d’une grosse baleine, profitant du soleil alors qu’il faut absolument que je fasse pars de mon hypothèse aux autres … Je commence à me ronger les ongles, quelque chose qui ne m’arrive jamais. Je fini même par manger un bout même si l’envie n’y est pas du tout. Mon ventre est serré, les quelques morceaux de pain et de jambon ont du mal à se faire une place. J’attends, j’attends, le Wailmer a l’air de connaître la route, c’est une chose en moins à penser.

Beaucoup trop longtemps après je fini par voir l’île de Frista. Le pokémon me dépose sur la plage. Ils sont encore tous là ! Je bondis de joie. Je saute vers la seule personne dont je retenu le nom et qui pourrait peut-être m’accorder son écoute. Aileen.

“ _ Aileen !” Je fais une pause, essoufflé. “ Aileen, et … et si c’était un piège ? Et si nous foncions droit dans la gueule du loup ? Je ne serais pas là si je ne voulais pas sauver nos camarades mais … nous sommes trop précipités, il faut un plan. Je suis persuadé que la Team Rouage nous observe et qu’ils attendent le bon moment pour frapper. Il faut que nous trouvions une solution sûre pour ne mettre personne d’autre en danger !”

Je mélange mes idées, je débite toutes mes phrases d’un seul coup, sans ordre précis. Rien n’est finalement claire, même dans ma tête. Mon idée qui me paraissait si brillante me semble soudainement très puérile. J’essaie de me raisonner mais je ne vois même pas quel plan mettre en place pour que ce soit moins dangereux pour nous. Je ne risque qu’une chose avec mes conneries … l’avoir mise en colère … Je fais un pas en arrière, tout à coup plus du tout sûr de moi.


Spoiler :

• Aaron se joint aux recherches sur l'île Cobaba, il se perd.
• Il se rend compte que la Team Rouage tente peut-être de les attirer dans un piège, il se met à paniquer.
• Il rejoint les autres sur l'Île Frista en retard, heureusement, les autres ne sont pas parti et il fait part de sa peur à Aileen en ayant soudainement honte.



HAIL NOCTA
Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues ! - Page 5 Turtwig

Spoiler :
Le couple le plus improbable avec... une fille
Aileen Sôma
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t1326-aileen-soma-des-voeux-de-lumiere-dans-l-ombre-de-la-nuit
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t1328-aileen-soma-pyroli
Icon : Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues ! - Page 5 Gdy0
Taille de l'équipe : 23/30 + 2.
Région d'origine : Illumis, Kalos.
Âge : 20.
Niveau : 80
Jetons : 16666
Points d'Expériences : 3148
Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues ! - Page 5 Gdy0
23/30 + 2.
Illumis, Kalos.
20.
80
16666
3148
pokemon
Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues ! - Page 5 Gdy0
23/30 + 2.
Illumis, Kalos.
20.
80
16666
3148
Aileen Sôma
est un Pokeathlète Agent
Ni Heath, ni Orren, ni Calliope n’eurent le temps de lui répondre. Le jeune Noctali venait limite de lui bondir dessus pour l’agresser verbalement. Déjà, quelques minutes plus tôt, Sphax avait à peine tourné la tête en voyant l’Emolga du blondinet prêt à lui sauter dessus, mais être retenu in extremis par son dresseur. Bon réflexe. Après que sa dresseuse ait failli mourir électrocutée deux fois, l’Absol réagissait très mal aux provocations, surtout celles émanant de Pokémon Électriques, quelque soient leurs tailles. Ce petit Emolga était passé très près de finir sa courte vie coupé en deux par un Tranche-Nuit trop vif pour qu’il ne le voie arriver. Par contre, là… Il allait calmer sa joie, le morveux. Parler à sa dresseuse, comme ça ? Et le respect pour la préfète en chef, hein ? Aileen, elle, lâcha un bref soupir et échangea un regard blasé avec son demi-frère. Elle aurait bien aimé l’ignorer, mais… Le gamin était en train de lui courir sur les nerfs. Elle allait éviter de le pourrir sur place, parce qu’elle avait des trucs plus importants à faire, mais tout de même. Puisqu’il voulait jouer, eh bien soit, jouons. Elle se tourna vers lui, fichant son regard améthyste et métallique dans celui du Noctali.

« J’en déduis surtout que, toi qui tentes désespérément de faire ton lèche-bottes à ton préfet et au préfet en chef, tu viens de manquer de respect à la préfète en chef devant… Eh bien, tous les préfets. »

Dans les dents. S’asseyant près de sa dresseuse, Sphax leva les yeux vers l’Emolga pour le considérer un instant. Posé sur la tête du Noctali, il fixait sa dresseuse avec animosité, lui lançant de temps en temps des regards de défi. Genre. Ce rat volant pensait-il vraiment être un adversaire à sa taille ? Oh, par pitié, un peu de challenge, quoi. N’appréciant pas que l’on parle ainsi à son dresseur, le petit Emolga fit crépiter ses joues d’électricité en fixant la préfète. Bien mal lui en prit. Un grondement menaçant échappa à l’Absol, et la seconde suivante, un même crépitement d’électricité, sur la tête d’Aileen cette fois. Comme s’il avait ressenti le début de danger, Joyce, le Dedenne de la Pyroli, avait quitté de lui-même sa Poké Ball pour escalader discrètement Aileen et se percher sur sa tête, son emplacement favori. Maintenant, le petit paratonnerre portatif fixait l’Emolga avec une pointe de défi. Ose, semblait-il dire. Je suis plus rapide et plus puissant que toi.

« Maintenant, si ça ne te dérange pas, j’ai des choses à faire, comme parler avec les préfets pour essayer de former deux groupes, et ratisser cette île pour retrouver les profs et les élèves sans mettre la vie de qui que ce soit en danger. On n’est pas dans un jeu vidéo, et si tu es incapable de comprendre ça, je demande à ma Tarsal de te ramener sur Cobaba pour que tu ne nous mettes pas tous en danger avec ton besoin constant de te faire bien voir de tes supérieurs hiérarchiques. »

Le plantant là, elle tourna à nouveau la tête vers les préfets, envoyant un regard de soutien à Heath. Elle ne l’aimait peut-être pas parce que son Absol avait décidé qu’il n’était pas une bonne personne, mais elle le plaignait tout de même d’avoir un cas social pareil dans son dortoir. Elle allait reprendre la parole, pour redemander à Calliope si ça l’ennuyait de venir avec elle, quand une nouvelle personne apparut auprès d’elle en l’appelant. Mais… Allait-on la laisser parler avec les préfets, oui ou non ? Imperturbable, elle se tourna vers le garçon, qui connaissait son prénom, mais qu’elle ne connaissait pas. Sans doute un nouveau. Elle n’avait donc ni son nom, ni son dortoir, c’est d’un pratique ! N’empêche que le nouveau inconnu avait raison, ils fonçaient droit dans un piège. Ce qu’elle savait déjà, accessoirement. Mais entre nous, elle préférait de loin avoir affaire à un petit nouveau inquiet qu’à un petit nouveau arrogant, comme le Noctali de tout à l’heure, dont Joyce fixait toujours l’Emolga avec animosité vu que ce dernier semblait ne pas vouloir se calmer.

« C’est vrai, il y a possibilité pour qu’on fonce tous dans un piège, mais on n’a pas vraiment le choix. Des élèves ont disparu, et on n’a aucune nouvelle de nos profs. Bien sûr qu’il nous faut un plan, et on essaie justement d’en faire un, si tu as des idées, on t’écoute. En attendant, l’essentiel, c’est qu’on soit tous sur l’île, qu’on fasse deux groupes et qu’on sache combien on est pour ne pas perdre des gens en route. En attendant… »

Aileen porta la main à son sac et en sortit une Poké Ball pour appuyer sur le bouton. Aurum en sortit aussitôt, faisant battre ses ailes de Ninjask pour rester en l’air, en vol stationnaire devant sa dresseuse. Oui, quels sont les ordres ?

« Élève-toi dans les airs jusqu’à ce que tu puisses voir l’île en globalité. Essaie de voir s’il n’y a pas une construction bizarre, comme un monument, ou un truc qui pourrait contenir des gens. Ne te fais pas repérer, prends tout le temps qu’il te faudra, et viens me faire ton rapport quand tu auras fini. »

Le Ninjask vrombit son accord. Et disparut. Bien, elle avait au moins un espion aérien. Ca prendrait le temps que ça prendrait, mais Aurum finirait bien par redescendre pour lui dire ce qu’il avait vu. Elle n’était pas pressée. La patience est la vertu des espions, après tout. Après s’être fendue d’un sourire rassurant envers le nouveau qui venait de l’aborder timidement, elle se tourna vers son frère, invitant de manière implicite le jeune rouquin à prendre part à leur conversation, s’il le désirait.

« Qu’est-ce que je disais, moi… Ah, ouais. Quitte à former deux groupes, il vaudrait mieux avoir deux préfets dans chaque groupe. Callie, tu veux venir avec moi ? Ou Heath ? Comme ça, ça fera au moins un médecin dans chaque groupe, pour si jamais on a des ennuis. Calliope dans l’un, et moi dans l’autre. »

Spoiler :
- Aileen va reparler à Orren quand Benjamin l'interrompt à nouveau.
- Après un soupir de circonstance, elle se tourne vers lui et entreprend de le calmer de manière radicale.
- L'Emolga commençant à s'énerver, Sphax gronde, et Joyce sort de sa Poké Ball pour grimper sur la tête d'Aileen, faisant comprendre à l'Emolga qu'il n'est pas le seul à savoir faire mumuse avec l'électricité.
- Aileen termine de calmer sa joie au Noctali.
- De nouveau interrompue par Aaron, elle essaie de le rassurer un peu.
- Puis elle sort son Ninjask de sa Poké Ball pour lui demander de faire un tour d'horizon de l'île.
- Se tournant à nouveau vers les préfets, elle repropose de mettre deux préfets dans chaque groupe, puis propose à Calliope de venir avec elle.
- Finalement, elle change d'avis et demande à Heath, pour s'assurer qu'il y ait au moins un médecin dans chaque groupe.



Sing me to sleep ★ Remember me now, time cannot erase, I can hear your whispers in my mind, I've become what you cannot embrace, our memory will be my lullaby.
Heath S. Jones
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t3513-0255-heath-s-jones-noctali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t3550-heath-s-jones-noctali
Taille de l'équipe : 6
Région d'origine : Unys
Âge : 15
Niveau : 28
Jetons : 332
Points d'Expériences : 598
6
Unys
15
28
332
598
pokemon
6
Unys
15
28
332
598
Heath S. Jones
est un Topdresseur Spé. Type
Passer toute une journée à fouiller l'île Cobaba au lieu de se rendre directement sur l'île où, oh comme par hasard, nos enseignants avaient disparus. Mais oui, c'était une très mauvaise piste. Après tout, pourquoi tenter d'aller sauver nos enseignants, dresseurs de classe mondiale, lorsque nous avions l'occasion de brasser de l'air vainement sur Cobaba en croyant bêtement que ces mêmes professeurs ne l'avaient pas déjà fait de fond en comble pour essayer de peut-être trouver une base secrète où nos camarades auraient pu être retenus. Enfin, comme la démocratie existe toujours à ce qu'il parait -je dois vraiment faire quelque chose à ce sujet- il fut décidé que la voix de la prefete en chef serait celle à suivre. Je m'incline, j'ai mieux à faire de toute façon. Ce qui ne m'empêcha pas, le lendemain, d'être forcé à participer malgré moi. Un peu sarcastique et ennuyé, c'est en la présence d'Orren que j'avais prononcé ma réplique.

- Si ça se trouve il n'est pas trop tard pour l'organisation de ton tea party, je suis certain qu'ils seront ravis. Enfin, s'ils n'ont pas déjà commencé sans nous avec les autres élèves. Ces Rouagiens sont de la pire espèce après tout.

Ce à quoi le Voltali m'avait dit de m'activer un peu au lieu de continuer à parler et, malgré son ton amical, je savais bien que ses propres pensées ne devaient pas être si lointaines des miennes, mais qu'il allait, lui aussi et comme un bon chien chien, respecter la démocratie. Je m'étais donc éloigné, les mains dans les poches, vers la plage où un groupe de jeunes femmes, probablement des insulaires de Cobaba vu leur tenue et le peu de soucis qu'elles semblaient avoir, saluant vaguement Orren de la main.

- Entendu, préfet en chef. Je prends sur moi d'étudier la faune locale. Quelle tâche ingrate.

Et, soit dit en passant, il ne m'avait pas fallu longtemps pour me faire apprécier des demoiselles en question. Elles acceptèrent même de me faire un petit relooking à la mode de l'île, partageant probablement le jugement d'Abel selon lequel j'étais un mannequin d'exception. Puis, seul avec ces quatres demoiselles, nous étions partis faire le tour de l'île, encore une fois sans grands résultats, si ce n'est que je pu mémoriser approximativement l'état des lieux, ce qui pourrait être très pratique. Je m'entraînai même, avec elles, à apprendre quelques mots spécifiques à cette île de rêve. Encore un peu d'efforts et je pourrais presque passer pour l'un d'eux, si ce n'était de ma prestance exorbitante et de ma noblesse évidente. Ce soir là, j'allai même jusqu'à me joindre à une petite fête discrète, bien qu'annuelle, célébrant le début de la saison du tourisme. Après il était assez évident de savoir pourquoi elle était discrète cette année. Ce n'est que très tard que je regagnai ma maisonnette, fin prêt pour notre expédition du lendemain. Je dormi tel un Snorlax, sans le moindre remords ou la moindre inquiétude. Même, j'étais plutôt heureux de ma journée.

***

Le jour suivant, je me levai tôt et complètement énergique. La journée de la veille m'avait permis de me poser un peu et de guérir de ces coupures désagréables. Certes, on en voyait toujours l'ombre, mais la situation s'était nettement améliorée. Vêtu tel un véritable habitant de Cobaba, j'avais rejoins les autres sur la plage, libérant ma douce Harley, complètement charmée et enjouée à l'idée de pouvoir porter son bien aimé dresseur sur son dos. La traversée se passa sans trop d'encombres alors que je regardai les nuages, réfléchissant à mon angle d'approche une fois sur l'île. J'avais déjà prévu de me faire passer pour un pauvre adolescent de Cobaba qu'on avait embarqué de force dans cette aventure, pour jouer les guides, même si je n'étais jamais venu sur l'île voisine. À partir de là je n'aurais qu'à me plaindre des élèves, dire ici ou là qu'ils avaient eu ce qu'ils méritaient, puisqu'ils venaient s'imposer à toute notre culture chaque été et qu'ils causaient de véritables hécatombes partout où ils allaient. Une petite réplique pour marquer que j'approuvais la Team Rouage et le tour serait joué, il y aurait bien quelqu'un pour me donner une petite tape sur l'épaule et m'indiquer la direction à suivre, si je voulais vraiment m'impliquer à donner aux élèves ce qu'ils méritaient. Le plan n'avait qu'une faille qui devint assez évidente lorsque le préfet Voltali vint me happer par le bras, sur la plage.

- Tant d'empressement! Il ne manque plus que les pétales et c'est une interprétation parfaite de ce cher Heartnett. Tout de même, je ne pensais pas t'avoir manqué autant!

Et comme si ce ne suffisait pas, nous venions de rejoindre la prefete givrali et ce qui devait lui servir de chien de poche ou un truc comme ça, vu que je les voyais toujours ensembles. C'était d'une tristesse, se lier à un seul être et s'enfermer à ses côtés. Je n'ai jamais cru à la majesté des animaux en cage. Alors rester groupés? Groupés?! Cauchemar, surtout lorsqu'arriva un petit Noctali blond aux grands yeux bleus et survoltés. Enfin, ça c'était jusqu'à ce qu'il commence son rapport sous mon regard de plus en plus amusé et mon sourire acéré. Il s'offrait à moi sur un plateau d'argent, me faisant le mérite de ses prouesses et me suppliant presque d'en faire l'une de mes proies. Terriblement ennuyeux en tant qu'individu, jouet facile et dépourvu de saveur, mais outil en devenir, facilement malléable et dont je pourrais facilement me débarrasser au besoin, si la nécessité d'une diversion suicide montrait le bout de son nez. Et en plus il était sous ma bannière, parfait. Malgré tout, la prefete en chef, supérieure à tous, vint ajouter son grain de sel pour enfoncer le Noctali aussi profondément que possible, toujours aussi centrée sur l'incapacité de tous ceux qui n'étaient pas de son dortoir ou qui ne faisaient pas partie de son cercle d'amis fermé. Je ne savais pas encore si je la trouvais amusante ou pas celle-là. Certes, j'aimais les femmes de caractère, mais celles qui semblaient aussi égocentriques que moi m'intéressaient bizarrement beaucoup moins. Dans tous les cas, c'est d'un air qui se voulait nonchalant que je répondis d'abord.

- Il vient d'arriver et il tente déjà de se montrer utile, c'est déjà mieux que beaucoup d'autres élèves, bien que la façon de s'y prendre soit...

Flatteuse? Alléchante? Annonciatrice de toute la naïveté dont je pourrais profiter? Sauf s'il était moins bête qu'il en avait l'air et qu'il tenterait de jouer avec moi, tel un gamin qui joue avec un ballon au milieu de la rue, sans jamais remarquer qu'en fait il y a une voiture qui fait route pour l'écraser. Décidément, il piquait ma curiosité! Mais bon, la rouge avait reprit la parole, venue récupérer la bleue, étant donné que le jaune était en pleine parade amoureuse avec moi. Magnifique! Me dis-je en riant, tournant mon regard clair aux reflets de cristal vers le concerné, un sourire moqueur bien affiché sur mes traits.

- Voilà qui m'est inédit, j'ignorais que tu avais le béguin pour moi, très cher collègue. Ceci expliquant d'ailleurs cela. Mais quel vil personnage suis-je pour ainsi ne pas remarquer tes avances?

Nouveau rire amusé de ma part. Finalement la Pyroli avait un bon sens de la réplique, mais ça ne me suffirait pour l'instant pas à revoir sa position dans mon classement. Mais, bien sûr, le petit blond revint à l'attaque, lâchant un gros monologue, tentant de prouver une fois de plus que la prefete avait tort de le sous-estimer. S'il était quelque chose, ce petit avait du cran et de la motivation pour revenir ainsi à la charge et se tenir droit devant elle. D'accord, il avait l'air désespéré et peut-être un peu pathétique, mais pour moi être capable de répondre en face à n'importe quelle Pyroli était une qualité non négligeable chez un Noctali. Il avait du potentiel, il devait simplement apprendre à le développer. Et puis oh la la, cette réponse de l'intéressée. Il avait réussi à bien l'énerver, un spectacle des plus plaisants en somme, surtout lorsqu'elle tourna vers moi un regard compatissant, comme si j'avais été obligatoirement du même avis qu'elle. Sauf qu'il n'y eut rien d'autre pour lui répondre que l'un de mes éternels sourires.

- Va rejoindre le reste de notre groupe, petit blond, ton Emolga pourrait effectivement servir, tout comme ta motivation. Apprends simplement à garder ta place. Le spectacle est-il terminé, madame la grande prefete en chef? Remarque, ce n'est probablement qu'un autre de vos points communs avec votre puissante et solide référente, il serait malhonnête de vous en tenir rigueur, bien qu'il serait tout de même préférable de garder la tête froide devant les troupes, je suis certaine que vous serez d'accord avec moi sur ce point, n'est-ce pas?

Et la situation s'enchaina rapidement alors qu'un roux vint interrompre la conversation, lançant la prefete dans une direction plus constructive qui me plaisait d'avantage. Envoyer l'un de ses Pokemon en reconnaissance était un bon mouvement, bien que je n'aimais pas devoir dépendre de la Pyroli, mes propres moyens actuels ne m'auraient pas permis d'en faire de même. Au final, elle revint à la charge niveau équipe, encore, comme si elles n'eut pas déjà été décidées deux minutes plus tôt par l'adolescente en personne. J'y ajoutai mon grain de sel, plus sérieux qu'un peu plus tôt et me séparant finalement de mon sourire amusé, prenant plutôt une expression, et un ton, plus naturels et donc un peu plus graves dans mon cas.

- J'irai avec Orren, je crois que notre travail d'équipe sera plus efficace, sans offense prefete. De plus, je pense qu'une équipe devrait chercher nos enseignants pendant que l'autre cherche le repaire de la team rouage et tente de secourir les élèves, ils ne les regrouperont pas, c'est presque certain. Enfin, je sais que je les aurais séparés, personnellement. Nous allons avoir besoin de toute l'aide que l'on peut avoir besoin et si un groupe échoue d'un côté, l'autre pourra toujours lui venir en aide. Sans oublier que la seule idée d'imaginer l'air de ce Creed s'il se voit secouru par ses propres élèves suffit à me combler entièrement.

Avais-je conclu d'un véritable sourire carnassier et sadique, mais je n'étais sans doute pas le seul ici à penser de la sorte.


Spoiler :
-Heath prends sa journée sur Cobaba pour "rencontrer la faune locale" et se fait relooker pour se faire passer pour un habitant de Cobaba et ainsi faciliter sa recherche d'informations le lendemain.
-Malheureusement son plan tombe à l'eau comme les préfets en chef ont décidé de les forcer à rester en groupe, mais bon, personne n'est parfait et il ne pouvait pas prévoir.
-Au final il défend partiellement Benjamin et lui dit de reprendre sa place tout en lachant une petite pique à Aileen au sujet de l'importance de garder la tête froide et sur Jackie.
-L'arrivée d'Aaron les interrompts toutefois et le sujet redevient plus sérieux. Au final, Heath affirme préférer travailler avec Orren et suggère qu'un groupe cherche les profs et l'autre les élèves, surtout qu'il a envie de voir la tête d'Ace s'il doit se faire sauver par ses propres élèves.


Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues ! - Page 5 2XQIIntrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues ! - Page 5 Miniat_6_x_087Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues ! - Page 5 2XQKIntrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues ! - Page 5 2XQL Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues ! - Page 5 2XQMIntrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues ! - Page 5 Miniat_6_x_044
Let's face it, this is not the worst thing you've caught me doing.
Calliope Pryde
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t1231-0116-calliope-callie-pryde-givrali#13904
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t1233-calliope-callie-pryde-givrali#13937
Région d'origine : Unys.
Âge : 18 ans
Niveau : 51
Jetons : 2109
Points d'Expériences : 1579
Unys.
18 ans
51
2109
1579
pokemon
Unys.
18 ans
51
2109
1579
Calliope Pryde
est un Adulte Médecin Débutante
Il n’avait pas voulu lui dire… Alban n’avait pas voulu expliquer à Calliope pourquoi il boitait. La demoiselle avait compris et n’avait pas insisté davantage, d’autant plus qu’il y avait des élèves à proximité. Et puis, elle s’était bien rendue compte dans l’embarras qu’elle l’avait mis. A présent, elle se blâmait elle-même, repensant alors à la situation inverse. Aurait-elle réagit de la même façon ? Probablement. C’est lors de cette journée, quand elle le lui avait posé la question, qu’elle avait gâché le peu de relation qu’ils entretenaient. Néanmoins, elle avait retenu une chose : « pas maintenant ». Cela voulait-il dire qu’un jour, il lui raconterait tout ? C’est en se posant ces questions que la demoiselle effectuait la traversée sur le dos d’un Wailord, gracieusement prêté par un élève de l’établissement. Alban était tout de même présent et il n’avait pas bronché lorsqu’elle s’était assise près de lui et quand elle lui avait tendu de quoi manger. S’il était à ses côtés, c’est qu’il ne lui en voulait pas… Pas vraiment.  Ou alors, pas totalement. En tout cas, le voyage jusqu’à l’île Frista se déroulait dans le plus grand des silences entre les deux adolescents. Par un moyen ou un autre, Calliope arrivait bien à briser ce nouveau mal-être entre eux.  

Sur l’île, Calliope avait réussi à entrainer avec elle le Voltali. D’une part, elle désirait faire avancer les choses en partant de son côté. D’autre part… Elle espérait qu’Alban se dévoile un peu plus s’ils se retrouvaient seuls. Par contre, hors de question de remettre ceci sur le tapis, c’était à lui de faire le premier pas. Callie ne voulait pas du tout le forcer, cela devait absolument venir de lui. Eprise d’une énergie soudaine, la demoiselle se mettait à fouiller n’importe où, sans réellement de logique. En réalité, elle était perdue et elle ne savait même pas quoi faire pour mettre la main sur un fichu indice. Elle restait alors près de ce buisson, silencieuse et la tête légèrement baissée. Elle pensait encore aux kidnappés. A Leo. Mais avant même de se morfondre, elle ressentait une présence proche d’elle : Alban venait de s’accroupir à ses côtés. Des excuses… ?  Elle aussi en devait. Cependant, la rouquine demeurait muette, attendant la suite. Il avait du mal. Les mots sortaient de sa bouche avec difficulté, semblant encore hésitant pour tout lui dévoiler.  Callie le fixait droit dans les yeux, son regard scrutant ses pupilles. Il allait lui dire, lui avouer…  La bouche entre ouverte, la demoiselle allait le couper dans son élan mais c’est lui qui se stoppait, se redressant par la suite. Ouf… Un soulagement. Elle ne voulait pas savoir, finalement. Car elle avait simplement l’impression de le forcer. Callie se redressait donc à son tour, alerte.

_ Hiii ! s’écriait-elle, de peur, en voyant ce chien ténébreux se dresser devant eux. Mais… Mais c’est un Démolosse !

Très vite, le propriétaire venait à leur rencontre, accompagné d’un autre garçon. Calliope le reconnaissait immédiatement : il s’agissait d’Orren, le préfet des Voltali, à présent préfet en chef. Il ne lui semblait pas si amical que lors de leur dernière rencontre, ce qui lui faisait froid dans le dos. Alors, Calliope se contentait de baisser les yeux et d’acquiescer ses propos. Rester ensemble… Bien entendu. Un élève faisait alors son apparition soudaine, se présentant au groupe tout en vantant ses qualités. Callie le regardait simplement, sans dire un mot. Ce n’est pas elle qui allait le juger… Bien qu’il lui semblait prétentieux. C’est Aileen qui se chargeait de lui rabaisser le caquet, apparaissant de nulle part. On sentait tout le mépris qu’elle avait pour ce garçon et Calliope se demandait si c’était à cause de la rivalité qu’il y avait entre leur dortoir. Heath confirmait ses idées. Décidément, ces deux dortoirs… Elle ne préférait pas intervenir. Aileen enchainait rapidement, faisant part d’une partie de leur plan. Apparemment, les élèves seraient divisés en deux groupes et la préfète en chef désirait qu’un autre préfet l’accompagne. Judicieux de sa part, bien que la demoiselle aux cheveux roux n’avait pas tellement le choix. De toute façon, cela ne la dérangeait pas vraiment : la « Pyrolienne » lui insufflait de l’espoir mais aussi un certain courage. Elle se sentait en sécurité avec elle mais aussi toute son équipe de puissants Pokemon, bien qu’une partie de son caractère ne lui plaisait pas.

_ Euh… Non, pas du tout.

Que pouvait-elle répondre d’autre ? La seule chose qui lui posait problème à présent, c’était le cas d’Alban. Heureusement, Aileen l’avait invité à rejoindre leur groupe. Mais allait-il accepter ? C’était son choix. Malgré tout, le regard de Callie faisait bien comprendre qu’elle désirait qu’il vienne. Seulement, il n’avait pas le temps d’accorder sa réponse car le Pokemon du dit Benjamin se révoltait contre la préfète en chef. Heureusement, son dresseur l’avait rattrapé de justesse. La suite se passait d’une telle façon que Calliope aurait aimé disparaître. Le blond faisait tout pour rattraper son erreur en faisant part de ses théories. Sauf qu’Aileen ne se gênait pas pour faire, à sa manière, le point de la situation. Excès de colère mélangé à l’inquiétude pour leurs camarades mais aussi parce qu’ils se mettaient en danger ? Peu importe… La jeune médecin ne supportait pas ce genre de réflexions gratuites. Elle aurait pu prendre la défense de ce Noctali mais ça lui était impossible, bien trop inquiète des répercutions. Et puis, son préfet s’en chargeait bien. La rouquine restait donc silencieuse en espérant que ce mauvais moment se passe le plus rapidement possible.

C’est en voyant ce nouvel élève débarquer, cherchant la préfète en chef, que la panique de Calliope revenait. Un piège… ? Mais pourquoi … ? Alors qu’ils avaient tous les élèves à portée de main dans le bus ?! C’était illogique, totalement. Et pourtant, Callie ne cessait de s’imaginer le pire, comme si ce garçon avait raison. D’autant plus qu’Aileen confirmait ses propos en disant que cela était une éventualité, enchainant tout de même sur la suite logique de son plan : la formation de deux groupe. A présent, la jeune préfète du dortoir des Givrali ne savait plus quoi faire –ou plutôt, qui suivre. Aileen avait de la prestance, une assurance certaine mais ce que Calliope venait de découvrir lui plaisait moins. A côté de ça, le préfet des Voltali, Orren, semblait bien plus calme. Malgré tout, son regard était dur à soutenir car il lui glaçait le dos.

_ J-je ne sais plus… murmurait-elle entre ses lèvres, comme pour elle-même.

Au même moment, le préfet des Noctali rétorquait préférer suivre l’autre garçon bien qu’avoir un médecin dans chaque groupe était une idée judicieuse. Les yeux de la rouquine se posaient finalement sur Aileen. Maintenant, Calliope n’avait plus tellement le choix : elle n’avait pas le cran comme Benjamin pour tenir tête à la Pyrolienne et refuser de la suivre. Elle s’avançait donc dans sa direction, se plaçant à ses côtés.

_ J’ai un Passerouge… Peut-être qu’il pourrait aussi partir en reconnaissance.

La rouquine fouillait dans la poche de son sac et en sortait une Pokeball. Appuyant en son centre, elle laissait le petit volatile s’envoler dans les airs en sifflotant joyeusement. Cependant, l’air sérieux de sa dresseuse le stoppait dans sa mélodie et il écoutait les directives avec attention. Filant entre les branches d’arbres, Callie espérait qu’il revienne sain et sauf. Petit, il devrait passer inaperçu, surtout qu’il y avait pas mal de Passerouge sur cette île. S’apprêtant à partir avec Aileen, Calliope se retournait.

_ Alban … ?


Spoiler :
- Callie regrette d'avoir poser cette question à Alban, au point de lui dire d'oublier. Sauf qu'ils sont interompus par un Démolosse sortant de nulle part.
- Son dresseur, Orren, arrive accompagné du préfet des Noctali. Il leur demande de rester avec eux.
- C'est au tour de la préfète en chef de faire son apparition, quémandant à Callie de former un groupe avec elle.
- Calliope accepte la proposition au début, mais les circonstances qui vont suivre vont la faire hésiter, au point de finalement partir avec Orren.
- Elle n'intervient pas au "conflit" Benjamin/Aileen.
- Hésitante, elle s'apprête à dire qu'elle désire suivre Orren car l'idée d'avoir un médecin dans chaque équipe est bonne.
- Heath réponds avant. Callie est "contrainte" de suivre Aileen.
- Calliope propose de diviser la tâche de reconnaissance aérienne en envoyant son propre Pokemon vol.
- Elle se tourne ensuite vers Alban pour connaitre sa décision.


Dernière édition par Calliope Pryde le Ven 17 Juil - 17:11, édité 1 fois
Alban Abernaty
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t3557-alban-abernaty-le-ciel-se-nourrit-d-ailes
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t3559-alban-abernaty-voltali
Région d'origine : Hoenn
Âge : 17 ans
Niveau : 70
Jetons : 20638
Points d'Expériences : 2487
Hoenn
17 ans
70
20638
2487
pokemon
Hoenn
17 ans
70
20638
2487
Alban Abernaty
est un Pokeathlète Coach
Le corps entier d’Alban se tendit sous le joug de la pression. Le bruissement était feutré, presque imperceptible, mais les oreilles bien entraînées du garçon captaient le moindre changement du sens du vent. Ses réflexes de cavalier aérien piqués à vif, il sentit la menace avant de la voir apparaître. Instinctivement, ses muscles se raidirent et une main protectrice fusa en direction de Calliope, de façon à faire un barrage de fortune entre la jeune fille et l’inconnu. Alban s’en voulu de se la jouer autant chevalier servant, mais il n’y pouvait rien. Il savait qu’elle était forte, mais sa fragile délicatesse forçait ses sens à la protéger. Retenant son souffle, il fixa de ses yeux bleus pailletés d’or le bosquet qui venait de s’agiter. Avec souplesse, un Démolosse en sortit et leur bloqua le chemin, sa queue fourchue et ses puissantes pattes avant se mouvant avec dextérité. Alban retira sa main de la Pokéball de Zéphyr. Devant une pointure pareille, il irait au casse-pipe. Il ne voulait pas risquer de blesser son compagnon dans un combat qui n’en valait pas la peine. Que pourrait faire son minuscule Goélise contre ce molosse qui avait l’air si puissant ? Il y aurait certes un léger avantage du type, mais Zéph’ ne pouvait pas voler. Il suffisait au chien des enfers de cueillir la pauvre mouette entre ses crocs, et c’en serait fini de l’oiseau chromatique. Alerte, se préparant à parer une attaque pour permettre à Calliope de se mettre à l’abri, Alban fut surpris de voir le Démolosse s’assoir sur ses pattes arrière, l’air plus ennuyé qu’agressif. Presqu’aussitôt, le préfet des Voltalis, Orren, fit irruption en entraînant dans son sillage le garçon aux cheveux bleus du bus. Alban sentit sa panique le quitter.

Le Démolosse n’avait été envoyé que pour leur bloquer le chemin, le temps qu’on les rattrape. Effectivement, avec Calliope, ils s’étaient petit à petit éloigné du groupe, et l’attitude impulsive de sa camarade les avaient fait aller au-devant d’un éventuel risque. Alban ne lui en voulait pas, cependant. Il comprenait qu’on puisse perdre son sang-froid dans pareilles situations. N’aurait-il pas également pété un plomb si on lui avait enlevé quelqu’un de cher, comme sa sœur Arya ? Cette pensée s’abattit sur lui comme une lame de fond. Calliope avait-elle, justement, quelqu’un de cher dans ce groupe de kidnappés ? Une très légère pointe de jalousie et de possessivité amicale gonfla comme le plumage d’un oiseau courroucé dans sa poitrine. Il la chassa bien rapidement. Il n’allait pas commencer à souhaiter que ses potentiels amis lui soient exclusifs. C’était stupide. Sans se laisser envahir par ces sentiments parasites gênants - c'était ça l’adolescence ? Des sentiments bizarres ? -, Alban concentra son attention sur son préfet. Il était loin d’être contre le fait de rester tous ensemble, même s’il était légèrement irrité d’avoir été interrompu dans sa tirade. Quoique. Cela lui donnait un peu de sursis. Etait-il réellement prêt à passer le pas si vite ? La réponse était sûrement non. Remerciant donc silencieusement Orren pour sa distraction, il hocha lentement la tête pour acquiescer. Il aurait bien le temps de parler à Calliope en seul à seul.

Aussitôt, le préfet enchaîna et se présenta plus personnellement que la veille. Cette personne lui sembla tout de suite digne de confiance. Un dresseur puissant, sympathique malgré l’inquiétude qui le rongeait visiblement, et qui avait l’air d’encourager ses troupes, tout en ayant un sens du leadership assez marqué. Il l’admirait déjà.

- C’est bien cela, lui répondit-il en confirmant son prénom. Heureux également de faire partie de ton dortoir.

Il acquiesça de nouveau lorsque le brun lui proposa de rester groupé. D’après ses dires, Aileen - qu’Alban avait retenue car c’était elle qui avait lancé les hostilités la veille -, se chargerait de l’autre division. Deux groupes, ça paraissait peu. Vu le nombre d’élèves lors du débarquement, ils seraient beaucoup trop nombreux pour investiguer de façon discrète. Pour autant, il était plus prudent de se déplacer en grand effectif. Les attaques seraient moins fréquentes, et, plus sur le qui-vive que lors du trajet en bus, ils ne se laisseraient plus prendre de revers. Sans partager son ressenti, Alban tourna la tête vers un jeune garçon blond lorsque celui-ci surgit de nulle part, s’adressant uniquement à Orren et au garçon aux cheveux bleus. Sans prendre le temps de se présenter dans les règles de l’art, il commença à débiter un flot de paroles avec des stratégies alambiquées. Alban s’apprêta à répondre qu’utiliser un Emolga pour faire de la reconnaissance n’était pas la meilleure idée du monde - pelage jaune trop voyant, faune non locale - lorsqu'Aileen déboula et coupa le discours du premier garçon.

Vive comme la veille, elle prit la parole et la température tropicale chuta de quelques degrés. Ouah. C’était qu’elle ne mâchait pas ses mots, la demoiselle. Alban hésita entre la trouver prétentieuse et dure ou la trouver impressionnante. Il opta pour la seconde option. Ses sens lui criaient de ne surtout pas s’en faire une ennemie, car elle avait sûrement la capacité de vous mettre à terre en moins de deux. Préfète des Pyrolis, sous les ordres de la terrible Générale Jackie, hein ? Alban comprenait bien pourquoi. Cependant, il se sentit un peu gêné pour Benjamin, qui était un nouveau, tout comme lui. Se faire humilier devant tout le monde comme ça ? Très peu pour lui. Il était en train de compatir lorsqu’Aileen s’adressa à Calliope et lui, ce qui l’aurait fait sursauter s’il n’avait pas eu un panel si limité d’expressions. Visiblement, la brune cherchait d’autres camarades pour son équipe, et des préfets en particulier. Alban ne savait pas que Calliope en était une, ce qui l’étonna car même si elle lui avait dit être une Givrali dans le bus, elle n’avait jamais mentionné ce fait-là. Aileen leur proposa de se joindre à elle ou de rester avec Orren. L’instinct d’Alban ne lui dicta aucune voie en particulier, mais il savait qu’il resterait avec Calliope.

Enfin, la rousse accepta de venir avec Aileen et Alban s’apprêta à faire de même, lorsqu’il se passa plusieurs choses : en un éclair, l’Emolga de Benjamin se rua vers Aileen - sans doute pour laver l’affront fait à son dresseur -. Tout aussi vif, le Noctali le plaqua au sol pour éviter le pire. Il se mit ensuite à beugler qu’il y avait une liste de kidnappés et qu’il y avait sans doute des taupes à l’intérieur de leurs rangs. L’affirmation sonna un peu fausse aux oreilles d’Alban, mais pourquoi pas après tout ? Même si des gosses de 13 à 16 ans à la basque d’un groupe de criminels, c’était un peu tiré par les cheveux. L’ambiance était cependant chauffée à blanc. Les gens étaient tendus, les disputes commençaient à éclater. Comme pris dans une rafale, les gens distribuaient et recevaient des coups. Il était important de recentrer les choses.

Aileen ne voyait pas tout cela du même œil qu’Alban. Elle poursuivit sa querelle avec le jeune Noctali, puis coupa court à une quelconque réplique, se reconcentrant sur la composition des groupes. Affaire classée. Un Phyllali vint ensuite s’ajouter à la bande, et il émit la supposition qu’il s’agissait d’un piège. Le Ninjask de la préfète en chef parti en éclaireur, les groupes et les plans pouvaient se monter. Le dénommé Heath, qui était visiblement préfet des Noctalis, ponctua les conversations de petites piques assassines, et proposa un groupe pour la recherche des élèves, et l’autre pour celle des professeurs. Alban, qui n’avait de toute façon aucun poids pour décider des équipes, se pencha plutôt sur la partie stratégique. Visiblement, les gens étaient trop tendus, et manquaient trop de sang-froid pour échafauder un plan viable. Lui, qui gardait son calme en toute circonstance, se devait de venir en aide au groupuscule. Se raclant la gorge, il attendit de capter l’attention de ses pairs avant d’exposer ses idées :

- Présence d’espion ou non, je pense qu’il est important de tous rester souder et de ne pas commencer à être méfiants les uns envers les autres. Cela ne ferait que nous diviser, et avec tout ce qui nous tourne autour, je ne pense pas que nous avons besoin en plus d’une destruction en interne. Certes, il faut rester méfiant toutefois, mais qui ne l’est pas ? Nous sommes sur une île inconnue, des enseignants qui sont bien plus expérimentés que nous ont disparu, et un groupe criminel rôde. Stupide serait celui qui aurait fait le déplacement en croyant profiter d’une joyeuse excursion.

Il marqua une courte pause en attardant son regard inexpressif sur Benjamin, avant de poursuivre.

- Également, il y a beaucoup d'élèves parmi nous qui sont arrivés avant-hier. Je pense donc qu’il est important de partager les informations maintenant afin que chacun parte avec le même bagage de base. Nous avons fait de nombreux briefings entre hier et aujourd’hui, mais il y a encore beaucoup de points d’ombre pour certains. Je fais moi-même partie de ceux qui n’ont pas toutes les clés en main pour pousser la réflexion aussi loin que les anciens élèves.

Il avait entendu plusieurs échos lorsqu'il voyageait sur le dos du Wailord : visiblement, les anciens avaient des informations sur la Team Rouage et leurs agissements qu'Alban n'aurait pas soupçonné. Il avait l'impression qu'on ne lui disait pas tout, et autant dire que c'était frustrant. Partir dans une sorte de mission suicide avec des chances quasi nulles de l’emporter ? Ça ne le dérangeait pas. Ne pas avoir toutes les informations alors que d’autres les avaient ? Bien peu pour lui. S’ils devaient fonctionner en équipe, cela devait passer par le partage et la confiance mutuelle. Sans ça, eh bien… Mieux valait agir en solo. Sentant une sorte de vent d’acquisition flotter autour de lui, Alban pris son courage à deux mains et exposa son plan. Il avait l’impression de capter son audience et de se mettre en avant, ce qui n’était pas son objectif premier. Il souhaitait simplement faire avancer les choses. Et il avait un avantage par rapport aux autres, car, contrairement à beaucoup, lui n’avait perdu personne de précieux. Certes, la disparition de ses futurs camarades qu’il ne connaissait pas encore l’attristait ; cependant, il se sentait plus éloigné de la chose, ce qui lui permettait de ne pas être troublé par des pensées parasites.

- Je pense avoir quelques pistes pour mener les recherches efficacement. Team Rouage. A Hoenn, quand j’étais plus jeune, il y avait deux teams qui sévissaient dans la région et semaient la panique : Team Aqua et Magma. L’une était spécialisée dans les Pokémon de type Eau, tandis que l’autre était spécialisée dans les types Feu. Le nom évoquait la spécialité. Je ne connais pas la Team Rouage, mais si c’est le même système qui s’applique, il est probable que cela évoque des Pokémon de type Électriques ou Acier. A moins que les « rouages » fassent référence à quelque chose de plus profond, comme les rouages du cerveau, la réflexion… Auquel cas, ce serait plus une thématique de Pokémon Psy.

Il marqua une pause pour laisser le temps aux autres de le contredire, mais comme tous semblaient en connaître aussi peu que lui sur la fameuse team, il ne rencontra qu’un silence tendu.

- Ma théorie est la suivante : si ces malfrats usent de ces types de Pokémon, d’autres Pokémon du même type pourraient repérer facilement une forte concentration de leurs pairs. Par exemple, l’Emolga de Benjamin ou le Dedenne d’Aileen pourraient capter l’électricité statique émise par des Pokémon de la team Rouage, et les localiser. S’il s’agit de types Psy, je sais qu’il y a au moins deux Tarsal : celui d’Aileen, et celui de Calliope. Ces Pokémon sont réputés dans tout Hoenn pour leur sens extra pointu. Je pense qu’ils seraient aptes à savoir s’il y a d’autres types Psy dans le coin. Quant à l’acier…

Il ferma les yeux en pensant à l’Airmure qui l’avait attaqué en pleine course et précipité son fidèle Cirrus dans la mer. Ce n’était pas le moment d’avoir de la rancœur.

- Il y a le maître de notre région, Pierre, qui a un Métalosse tellement puissant qu’on dit qu’il peut aimanter n’importe quel métal contre son corps. Sur le même principe, ce serait possible que les Pokémon Acier en notre possession se retrouvent attirés par d’autres. Bien sûr, cela se base sur la théorie selon laquelle la team Rouage use d’une thématique de Pokémon particuliers, ce qui n’est peut-être pas une réalité, je ne sais pas. Mais plutôt que de ratisser aléatoirement toute l’île en espérant tomber sur nos proies au détour d’un arbre, on peut toujours tenter et voir si on obtient des résultats…

Après tout, cela ne prendrait pas énormément de temps. Et puis, entourés d’autant de dresseurs talentueux, Alban était certain que leurs Pokémon seraient de la même trempe. Si jamais sa théorie s’avérait exacte, il y avait des chances pour que le plan marche… Et si ça ne marchait pas… Il eut un temps d’hésitation. Il n’aimait pas user du pouvoir de sa famille, et surtout, il n’avait pas envie de s’afficher dès les premiers jours devant ses camarades. Pourtant, il devait tirer sur toutes les cordes et mettre toutes ses cartes en main pour permettre la réussite de leur quête. Ce n’était pas le moment de faire la chochotte.

- Ou sinon, un second plan possible, poursuivit-il. J’ai étudié les guides touristiques de cette île, que j’ai pu trouver dans une boutique à Cobaba.

Il se retint de préciser qu’il adorait les guides touristiques. Il n’avait pas envie de passer pour le petit scout du dimanche.

- La faune locale est très particulière, ici. Les Emolga ou les Pijako ne sont pas monnaie courante. On se ferait griller aussitôt si on essayait de s’en servir pour des missions de repérage, ce qui nous entrave assez largement. Cependant, il existe une poste Pokémon, à quelques kilomètres d’ici. Plus exactement, une poste Amargein, qui, hm… appartient à mes parents. Ces postes sont basées partout dans le monde, et il y a au moins une vingtaine de Pokémon Vol dans chacune d’elle. Au moins une dizaine sont toujours basés sur l’île pour la livraison de courrier locale. Ils parcourent donc l’île tous les jours, et, s’il y a quelque chose à voir, ils l’auront sans doute vu. Nous pouvons nous servir de ça et aller les interroger, pour ne pas éveiller les soupçons en effectuant nous-même une reconnaissance. On en apprendrait probablement plus en allant simplement leur demander, plutôt qu’en retournant l’île nous-même. Seul hic… La poste est plutôt loin, donc à vous de voir si vous pensez que cela vaut le coup.

Il s’arrêta et regarda ses collègues. Il avait donné son avis, et proposé des plans d’actions qui ne lui semblaient pas entièrement aberrant. Mais le dialogue était aussi fait pour avancer, et il n’était pas fermé à des avis ou des critiques. Ensuite, le choix serait à la totale initiative des préfets en chef qui semblaient avoir pris le leadership des évènements. Lui, n’avait pas l’étoffe d’un dirigeant, c’était clair. Mais ce n’était pas pour autant qu’il n’allait pas se vouer corps et âme à cette mission. Si ses capacités intellectuelles pouvaient être utiles, ce serait tant mieux. Sinon, eh bien il suivrait le reste de la bande en se pliant à leurs décisions. Et quant au choix de son équipe…

- Et sinon, j’aimerais bien venir avec ton groupe, si tu es toujours d’accord, annonça Alban en se tourna vers Aileen, non sans avoir au préalable décoché un sourire discret à Calliope.

HRP :

- Alban est interrompu dans son aveu à Calliope par le Démolosse d'Orren
- Rejoint par Orren et Heath, il décide de rester avec le groupe et de ne plus tenter d'expéditions isolées
- Benjamin arrive et fait ses présentations, rapidement coupé par Aileen qui l'humilie devant tous
- Alban tempère les ardeurs des uns et des autres en demandant à ce que chacun se fasse confiance malgré la présence supposée d'espions
- Il demande également à ce que les personnes qui sont en possession d'informations les partagent aux autres pour faire avancer l'enquête
- Il expose deux plans pour retrouver la Team Rouage : l'un se basant sur la présence éventuelle de Pokémon Electriques, Psy ou Acier dans la team des malfrats, l'autre sur l'aide que pourraient lui apporter les Pokémon Vol de la poste Pokémon
- Il demande à venir avec Calliope dans l'équipe d'Aileen
Opale Valery
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t3601-0261-opale-valery-j-ai-parcouru-la-distance-pyroli
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t3610-opale-valery-pyroli#39099
Taille de l'équipe : 2
Région d'origine : Archipel Orange
Âge : 14 ans
Niveau : 12
Jetons : 373
Points d'Expériences : 170
2
Archipel Orange
14 ans
12
373
170
pokemon
2
Archipel Orange
14 ans
12
373
170
Opale Valery
est un Coordinateur Mode
Quelques élèves eurent la gentillesse de me transmettre leurs numéros, la préfète me reprit sur mon vouvoiement mais se montra très cordiale sinon et très accueillante. C'était un bon départ, interaction : réussie ! Je n'ose pas trop entamer d'autres discussions et puis de toute manière, l'urgence était autre part. Je me contente alors de me faire toute discrète et d'écouter les différentes propositions. Cette parenthèse d'inaction ne fut pas longue... du tout. Rapidement, Madoiselle Soma décida de constituer un groupe de quatre pour aller fouiller la base militaire – attends... quoi?! - et obtenir des informations. Le groupe est composé d'Aileen donc, d'une certaine Dahlia aux cheveux roses et d'un jeune homme roux et séduisant nommé Loan qui semble être en couple avec la préfète. Je ne me sens pas DU TOUT à ma place avec ma récente venue et toutes les maladresses pouvant être associées aux débutants. Je les regarde timidement alors et leur annonce que je suis très heureuse de les accompagner et je remercie d'ailleurs Aileen de m'avoir incluse mais que j'ai peur de me montrer inutile voire carrément handicapante. Ce qui ne les empêcha en rien d'amener, je suppose que la brunette avait déjà pris en compte ces possibles soucis en me proposant de venir.

Nous nous dirigeons tous gaiement vers l'Île animés par l'irrépressible envie de nous montrer courageux et de découvrir ce qui arriva à nos camarades, enfin les leurs plutôt. Ils avaient l'air tous affectés à leur manière ce qui déjà me démarquait, moi je ne fais ça au final que pour m'intégrer et, qui sait, passer pour une héroïne ? Ne serait-ce pas splendide de revenir victorieuse armée d'informations capitales nous permettant de trouver les élèves ? D'être vue par les gens comme « The Girl Who Found », enfin la classe quoi ! Tu ne crois pas ? J'en fais trop c'est ça ? Mais tu ne m'empêcheras pas de rêver... et au fur et à mesure que nous pénétrons dans la forêt, mon cœur s'emballe et me laisse espérer une belle réussite. En un jour, le décor n'a pas perdu de sa superbe et je ne peux dissimuler mon sourire en voyant toutes les belles choses que la végétation a à nous offrir.


Ils me reprochent souvent ma démarche un peu lourde et pourtant, frêle comme je suis, j'ai l'impression de me laisser porter par le vent comme une feuille. Mais c'est déjà trop bruyant pour eux qui avancent de manière féline vers notre destination. Si c'est ça qu'on apprend à la Pokémon Community, ça devient quand même intéressant là... D'après mes déductions sur les différentes offres proposées à l'académie, je pense qu'ils ont suivi des cours avancés de pokéathlétisme. Il faudra naturellement que je pense à m'y inscrire. Mais toutes ces compétences me ramènent à mon incapacité complète, mes pas deviennent rapidement tremblant et donc plus bruyants encore, j'aimerai faire demi-tour mais de quoi j'aurai l'air ? Ce n'est pas l'image que je veux donner, certainement pas devant des dresseurs expérimentés qui m'offrent la chance de les accompagner. Je me dis que de toute manière, je suis là pour apprendre, même si les circonstances tendent à bien différer aujourd'hui.

Nous arrivons devant la base militaire, la hauteur de ces murs et grillages et je me demande comment allons-nous bien pouvoir pénétrer cette forteresse ? Je t'assure que si tu te retrouvais dans cette situation, tu ne te poserais même pas la question et tu partirais en courant ! Mais pas eux ! Agissants comme des sortes de shinobis dopés, ils prennent appui sur les branches et sautent agilement de l'autre côté du mur. Pour moi, l'aventure ne fait que commencer. Une branche trop fragile, celle-ci ne m'inspire pas confiance, l'autre a un peu de mousse je risque de glisser, et pourtant d'ordinaire je suis casse-cou... Mais j'ai vraiment peur de passer pour une débile. Pépite, lui, n'a pas autant de compassion pour moi, rampe le long de l'arbre et une fois à une hauteur suffisante effectue un saut, pas des plus gracieux mais efficace, et atterrit de l'autre côté. Bon et bien voilà, je suis seule du mauvais côté du mur.

Finalement, sûrement ayant un peu pitié, l'un des élèves décide de m'envoyer un de ses Pokémons pour m'aider. Pour la discrétion et la rapidité on repassera mais j'étais enfin du bon côté. Tu sais toi que je n'ai pas ma place ici ? Pas déjà ! Alors que je n'ai eu aucun cours ! Mon expérience de la rue m'a certes offerte de grandes qualités pour me faufiler ou vagabonder, mais rien de comparable avec le spectacle de ces trois étudiants ! Je n'aurai jamais dû me proposer en fin de compte, plus nous avançons et plus je réalise que leur gentillesse a sûrement été plus animée par de la pitié qu'autre chose...

Tant pis ! Remets-t'en ma vieille sinon tu ne feras jamais rien de ta vie ! Je suis prête là ! Là je suis requinquée à bloc, en mode dynamite quoi ! Et je... Non...  « Pépite... ne fais pas ça... » Il me regarde d'un air complètement crédule... je ne sais pas pourquoi je m'obstine à prononcer des mots quand ils lui font comprendre tout et son contraire... Et là, bah justement... Le lézard, agile mais stupide, venait de tenter d'entrouvrir une porte qui semblait mener à la cuisine des militaires... Le petit grincement suffit à alarmer un commis et il déclencha l'alarme. Je jette un regard complètement innocent aux trois dresseurs qui avaient pris de l'avance et leur réaction fut instantané. En moins de deux minutes nous nous retrouvions à nouveau à l'extérieur dans la forêt, retour à la case départ, sans rien. Mais visiblement, ils avaient eu le temps de récolter suffisamment d'informations pour savoir que les recherches auraient été de toute manière infructueuse.  Sur le chemin du retour... je ferme bien ma bouche et je rentre dans ma petite cabane dans les bois complètement épuisée. Décidément, entre hier et aujourd'hui, les journées sont chargées à la Pokémon Community.

J'arrive le plus tôt possible au point de rendez-vous donné la veille et rapidement on sent la guerre se préparer. Toujours pas de nouvelles des professeurs, ni des élèves. Ça murmure, ça discute, ça crie, ça crie beaucoup même, parfois ça pleure... Mais dans tous les cas, les étudiants sont prêts à se serrer les coudes et c'est, pris d'un élan d’héroïsme, que tous se décident, ou la plupart, à partir vers l'Île Frista pour régler le problème par leurs propre moyens. Je me suis fait discrète au cœur des diverses discussions et je ne préfère plus proposer quoique ce soit ou m'impliquer de peur d'être un poids similaire à l'infiltration de la veille. Lorsqu'un Wailord est mis à disposition par un étudiant sympathique, je m'empresse d'y monter pour une trouver une place confortable vers la tête. Vous n'avez pas oublié ma peur sur l'eau ? Je ne veux pas trop me mouiller mais je pense que bateau ou Pokémon excessivement gros, ce sera un peu le même tableau. En étant tout à l'avant, je me dis que je serai la première à pouvoir apercevoir la terre et j'en serai bien heureuse.


La peau lisse du Pokémon ne me permet pas vraiment de m'accrocher, heureusement qu'il est bien plat, mais je n'avais pas prévu qu'il y ait autant d'élèves sur le monstre marin... à tel point que, légèrement bousculée, je manque à plusieurs reprises de me retrouver dans l'eau. Ça ressemble plus à une embarcation clandestine qu'à une expédition d'étudiants héroïques. Assez rapidement je ne me sens pas très bien et j'essaye de m'allonger du mieux que je peux pour faire passer la petite crise d'angoisse qui fait son apparition. Je sens ma gorge se serrer, j'expire le plus fort que je peux, ma tête gonfle, la sueur s'en mêle, j'ai le sentiment d'étouffer. De son côté, Pépite n'avait pas du tout été partant pour l'aventure à dos de Wailord à la base, mais il y avait rapidement pris goût et il s'était lancé dans un trappe-trappe endiablé avec d'autres jeunes Pokémons présents. Mais son petit flair le ramène rapidement vers moi lorsqu'il sent mon malaise. La trajet s'avère bien plus long que je ne l'avais pensé. Le lézard tente du mieux qu'il peut de me remonter le moral, il doit avoir l'impression que je lui fais la tête. Je n'arrive pas vraiment à parler, mes yeux se ferment, la panique est en ascension permanente. Je sens alors une main se poser sur mon dos. Je n'entends pas bien ce que la personne essaye de me dire mais je pense qu'elle veut savoir si je vais bien. Je garde les paupières crispés et tourne la tête de droite à gauche. Je vais tomber et je vais mourir. Je vais finir dans l'eau obscure, mon corps ne sera jamais retrouvé, je n'atteindrai plus jamais le sol.

Soudainement je distingue quelques note basses, une mélodie très agréable, une voix masculine suave, j'ouvre les yeux, j'ai de moins en moins le sentiment d'être sur l'eau. Lorsque le jeune homme s'arrête une première fois je lui demande de continuer, profitant de sa gentillesse plus que je ne le devrai, mais cela me fait tellement de bien. Mon teint reprend de ses couleurs, ma respiration ralentit, je m'apaise. Je balbutie quelques mots indistincts pour le remercier et j'entends alors les autres élèves sauter à l'eau. Le Wailord ne peut plus avancer, nous sommes près des côtes. Je jette un regard gêné et timide à mon sauveur avant de me laisser glisser le long de la peau flasque et bleue du Pokémon. Pendant la glissade j'avertis Pépite de ne pas faire d'étincelle une fois dans l'eau, ce à quoi il acquiesce mais j'ai vraiment le sentiment qu'il ne comprend de toute manière rien de ce que je lui dis. Je sens le sable sous mes pieds, alors que mon corps est à moitié dans l'eau, et mon apaisement atteint son paroxysme ! Je m'empresse de rejoindre la plage comme les autres élèves en prenant tout de même le temps de m'amuser un peu avec Pépite. Mais pas trop non plus, j'ai peur que mon iPok soit arrosé. Pour la ballade en mer je l'avais glissé dans mon turban.

J'arrive comme Vénus sortie des eaux sur la plage et voit un gros groupement de personnes comprenant quelques unes de mes rencontres précédentes. Ah non, toutes en fait. Ne voulant pas passer pour une imbécile devant eux je préfère ne pas les accompagner. Je me glisse tout de même pas très loin pour écouter quelques bribes de leurs conversations en essayant de me faire discrète. Je sais évidemment que les trois-quarts m'ont découvert, mais avec un peu de chance, ils respecteront ma volonté de solitude après avoir essuyé un tel échec hier. Je sais maintenant qu'ils se répartissent les tâches et évoquent quelques théories que je ne comprends pas pour la plupart. Je vais donc faire ma petite enquête seule.

Première destination qui me semble absolument évidente : l'Office du Tourisme ! J'y apprendrai sûrement tout ce que je veux y savoir sur l'Île. Pépite me suit avec entrain et après quelques recherches, puis l'utilisation du gps de mon iPok, je réussis à parvenir dans cette petite office très coquette où les murs sont recouverts de photos prises ici. Je prends mon temps et longe les murs pour regarder chacune des photos. La végétation et le mode de vie semblent très semblables à celui de Cobaba, à la différence que cela ne grouille pas de prépubères. Les yeux complètement concentrés sur les images qui défilent, je suis tellement à l'ouest que je rentre dans quelqu'un. Évidemment, c'est moi qui suis propulsée mais je m'excuse platement auprès de la dame qui avait... une corpulence supérieure à la moyenne. Elle portait aussi beaucoup trop de maquillage et son tailleur haut en couleur piquait les yeux. Ses deux petits yeux marrons perçants étaient agrandis par des toutes petites lunettes rondes mais dont la correction devait être très importante. Si j'avais du décrire une sorcière insulaire, je me serai très certainement approchée de l'allure de la bonne femme. Mais une sorcière sympathique bien sûr !  « Oh mademoiselle ne vous excusez pas ! Je voulais simplement vous proposer mon aide, je ne pensais pas vous faire glisser trois mètres sur les fesses ! Oh oh oh hi hi hi! »  « Je m'excuse, j'étais absorbée par toutes ces images ! » Elle m'aide à me relever en m'adressant un sourire tellement large qu'il rejoignait ses deux oreilles. Tu t'es déjà retrouvé devant ce genre de personnage toi ? Ça fait un peu peur tout de même.  « Oh c'est beau hein ?! C'est l'Île Frista et je suis fière d'être née ici ! Une Fristaise pure souche ! Hihihi ! J'ai vu que tu n'es pas arrivée seule sur l'Île ? Qu'est-ce qui vous amène toi et tes petits camarades ? Hem ? »

Que faire ? Si je lui dis la vérité elle sera plus en mesure de m'aider mais imaginons qu'elle ait un lien avec les criminels qui ont enlevé les élèves ? J'hésite, je me sens un peu oppressée, Pépite qui n'avait pas dit grand chose se mit à répéter son nom comme s'il lui répondait à la question. Par chance, elle le comprenait aussi bien que moi. « En fait nous étions... enfin... parce que.... Oh tiens, vous auriez une carte par hasard? » Ses yeux énormes à travers le verre des lunettes clignèrent à plusieurs reprises d'incompréhension et elle m'apporta ce que je lui demandais. Je scrute le grand papier et distingue une grande zone au centre, il y a une légende comme quoi cela appartiendrait à une entreprise. Je fais le lien avec la photo d'un grand bâtiment que j'ai vu accroché sur le mur. « Excusez-moi, je m'interroge sur cette entreprise ? Finalement, c'est une des seules choses qui diffère beaucoup de Cobaba, cela doit avoir une importance? »  « Oh oui ! Je ne me rappelle plus quand ils se sont installés... c'est étrange leur nom ne me revient pas... Dans tous les cas, je sais qu'ils travaillent dans le domaine des sciences... Le progrès tout ça ! Moi je vous dis, le far niente c'est la vie ! Ici c'est les vacances toute l'année, quelle idée de s'enfermer devant des ordinateurs ! »  « Oh oui... c'est … c'est horrible ! En parlant d'ordinateur, puis-je vous emprunter le vôtre ? » Son incompréhension mais elle m'amena vers l'espèce de fossile qu'elle osait appeler ordinateur. Je la remercie et m'y installe. Oh arceus, quel doux sentiment de pouvoir de nouveau frôler les touches d'un clavier, poser mes yeux sur un écran plus grand que ma main ! Je suis aux anges ! Mais je ne dois pas perdre de temps, par je ne sais quel miracle, j'arrive à me connecter sur le serveur de discussion de mes amis.


Electr@ [04/07] Hello !
Tanuki [04/07] C'est pas vrai, ils ont la technologie dans ton école ?
Cherrish [04/07] ELLE !!
Electr@ [04/07] Je ne peux pas trop rester, les autres ne sont pas là ?
Tanuki [04/07] Non, ils prennent l'air
Cherrish [04/07] Comment ça se passe là-bas ? Tu vas pouvoir te connecter plus souvent ?
Electr@ [04/07] Bah là c'est assez bizarre, des élèves ont été enlevés et tout... C'est tellement gros que je me demande si c'est pas une sorte de week-end d'intégration bizarre... M'enfin. Pas d'ordinateur dans mon dortoir mais j'ai un iPok, je vous envoie ses adresses et ses fréquences. Il faut absolument que vous trouviez un moyen de craquer le truc pour faire en sorte qu'on communique dessus.
Tanuki [04/07] Pas de soucis !
Electr@ [04/07] Je vous envoie ça et je me déconnecte, je suis sur l'Île Frista, le plus vite possible il me faudrait toutes les informations concernant l'Île et une entreprise scientifique qui s'y est installée. Je compte sur vous !
Cherrish [04/07] A très vite !


J'envoie tout ça et j'éteins rapidement l'ordinateur. Je ne m'inquiète pas trop de leurs compétences mais je n'ai pas idée du niveau de sécurité de l'iPok et du temps que ça peut leur prendre. Je remercie la dame, assez heureuse d'enfin pouvoir lui dire au revoir et après lui avoir demandé l'itinéraire pour rendre vers le gros bâtiment, je m'éclipse. Les scientifiques sont de toutes manières toujours des gens biens et je ne doute qu'ils m'aideront. Sans pour autant suivre la piste des autres étudiants, j'espère à ma manière, réussir à rassembler quelques indices, peut-être croiserai-je d'autres élèves en chemin ? J'enfile mes écouteurs, lance une musique entraînant et c'est parti pour l'aventure !

:: petit condensé de mes péripéties : :
Opale part donc à la base militaire avec Dahlia, Loan et Aileen. Elle rentre chez elle pour embarquer le lendemain matin sur le Wailord. Elle va tout au bout et elle fait une crise d'angoisse. Un jeune homme lui chante une jolie mélodie qui va la faire sortir de sa torpeur. (toi peut-être coquinou ?) Elle arrive sur l'Île, écoute un peu ce qui se dit et va à l'Office du Tourisme. Par curiosité, elle cherche à en apprendre plus sur l'entreprise scientifique et décide de s'y rendre... Voilà (:


Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues ! - Page 5 No-694
Eryn McNellis
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t2418-eryn-un-simple-regard-pose-sur-une-fleur-et-voila-une-journee-remplie-de-bonheur-mentali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t2470-eryn-mcnellis-mentali
Icon : Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues ! - Page 5 Original
Taille de l'équipe : 17/30.
Région d'origine : Sinnoh - Floraville.
Âge : 19 ans.
Niveau : 30
Jetons : 3745
Points d'Expériences : 1334
Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues ! - Page 5 Original
17/30.
Sinnoh - Floraville.
19 ans.
30
3745
1334
pokemon
Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues ! - Page 5 Original
17/30.
Sinnoh - Floraville.
19 ans.
30
3745
1334
Eryn McNellis
est un Coordinateur Éleveur
Cael s’était tendu quand elle avait décidé de s’inviter courageusement dans le groupe pour participer. Avec sa cousine qui faisait parti des élèves enlevés, il était absolument hors de question qu’elle reste sur l’île à se tourner les pouces. Que cela plaise ou non à son petit copain, elle participerait à cette opération suicide ! Cael dut s’incliner quand elle lui sortit un raisonnement logique, retournant celui du Phyllali contre lui (Tu veux aller libérer Leo ? Est-ce que je t’en empêche, moi ? Non ? Alors pourquoi tu m’empêches d’aller chercher ma cousine ? De quel droit penses-tu être en mesure de me dire quoi faire alors que tu n’accepterais pas que j’en fasse de même pour toi ? Tu es inquiet pour moi ? Et moi, je ne suis pas inquiète pour toi peut-être ?) et ce fut de mauvaise grâce qu’il dut accepter qu’elle participe. Comme si elle lui laissait le choix, après tout. Il n’allait pas décider pour elle non plus, hein ? Ils avaient ensuite réintégré le groupe, et le préfet en chef lui avait lancé un regard étrange, qu’elle n’avait pas relevé. Pas trop le temps pour ça, voyez-vous. Finalement, il avait été décidé que les élèves fouilleraient l’île en se séparant en plusieurs groupes. La Mentali, brusquement timide, tendit discrètement la main pour attraper celle de Cael et la serrer entre ses doigts. Fouiller l’île. C’était la première fois qu’elle venait ici.

« Euh… Ca te dit, si on fouille la forêt ? »

Cael lui fit un grand sourire. Si ça lui disait ? Carrément ! En binôme avec son petit copain, elle partit vers la forêt pour la fouiller. Dieux que cet endroit était grand ! Et qu’est-ce qu’il y avait comme végétation ! Cette fleur, là, était particulièrement… Non. Elle était ici pour chercher sa cousine, pas pour s’émerveiller au sujet d’une fleur, aussi belle soit-elle. Rattrapant Cael qui avait bien progressé, elle le suivit sur le sentier, très à son aise dans cet environnement boisé, ce qui semblait surprendre le jeune Ranger qui veillait à ce qu’elle ne tombe pas. Certes, elle avait grandi dans les plaines fleuries de Floraville, mais la nature reste la nature, après tout ! Elle se sentait bien ici, au milieu des arbres. Ils ne trouveraient pas grand-chose, certes, mais ça leur permettait au moins de passer un peu de temps ensemble pour se réconcilier après ce coup de gueule qu’ils venaient d’avoir, et où, pour la première fois, Eryn s’était affirmée pour faire entendre sa volonté sans laisser les autres lui dicter des ordres. Parce que pour aussi gentil, prévenant et attentionné qu’il soit, Cael avait tout de même essayé de l’empêcher de porter secours à sa cousine, quand il aurait refusé qu’elle l’empêche de porter secours à Leonidas. Toute guillerette, elle leva la main pour caresser Achille, son Chenipotte, posé sur sa tête. Ses doigts frôlèrent ses cheveux. La Mentali s’arrêta, faisant stopper Cael.

« Achille ? Où tu es ? »

Panique. Son Chenipotte avait disparu ! Avec la Team Rouage dans les parages, ça ne pouvait signifier qu’une seule chose. Doucement, la patte de Lucki se posa sur son bras, et son autre patte se tendit en hauteur. Suivant le mouvement, elle leva les yeux, pour voir sa petite chenille rose ramper en vitesse sur une branche d’arbre. Lâchant la main de Cael, elle le suivit en courant, surprise par la vélocité toute nouvelle de son Pokémon et inquiète de le voir partir comme ça. Plutôt agile, ce qu’elle n’aurait pas soupçonné, elle ne tomba pas une seule fois, et pila en voyant que sa petite chenille s’était arrêtée pour profiter d’un rayon de soleil. Les yeux fermés, le Chenipotte levait la tête vers le ciel pour profiter de la chaleur, et tout doucement, la lumière du soleil sembla se poser sur son petit corps. La chenille s’illumina, faiblement d’abord, puis avec plus de forces. Attendez… Elle avait déjà vu ça quelque part. Le jour de la compétition. L’évolution de Bleuenn. Achille… Évoluait ? Silencieuse, la bouche entrouverte par la surprise, la jeune styliste regarda sa petite chenille adorée briller comme un petit soleil pendant quelques secondes. Quand la lumière s’éteignit, Achille avait disparu. A la place, il y avait… Rien du tout.

« … Achille ? »

Un cocon blanc dégringola de la branche d’arbre, et par réflexe, la Mentali tendit les bras pour le récupérer. Il était collant de soie, pas très agréable au toucher, mais… Il avait des yeux. Le même regard que son petit Achille, mais plus doux, et plus fatigué, surtout. Celui de la Mentali s’alluma d’un coup. C’était son Chenipotte ! Il avait évolué en… Armulys, ou Blindalys ? Hm, il faudrait qu’elle fasse des recherches, qu’elle regarde dans le Pokédex fourni sur l’iPok, qu’elle… Non, elle n’a pas le temps, elle a sa cousine à retrouver ! Pour fêter dignement l’évolution de sa chenille, elle posa un petit bisou sur le cocon, ce qui sembla beaucoup lui plaire. Avec lenteur, les yeux se refermèrent, et Eryn, ne sachant que trop faire de son nouvel Achille, qu’elle ne pouvait plus trop poser sur sa tête désormais, le fit rentrer dans sa Poké Ball.

____________________________________________

Achille avait évolué en Armulys. Elle aurait dû s’en douter. Le rêve de sa petite chenille était de devenir un Chamillon, ce qu’il lui avait dit une fois, quand elle lui avait montré ses évolutions possibles et qu’il avait de suite bondi sur le papillon de jour. Est-ce que ça signifiait que les Chenipotte se transformaient en Armulys ou Blindalys selon leurs préférences finales ? Ou Achille avait-il juste eu de la chance ? Perchée sur le dos d’Aladar, son Tropius, la jeune Mentali réfléchissait intensément à l’évolution de son Chenipotte. C’était vraiment étrange, tout de même. Non loin d’elle, Cael volait également, accroché au dos d’un Noarfang à l’air placide. En-dessous d’eux, les élèves qui avaient choisi d’y aller par la mer se tenaient presque tous sur le Wailord d’un élève, certains ayant cependant préféré leur Lokhlass. Alors qu’ils accostaient tous sur l’île Frista, Eryn tapota doucement le flanc de son Tropius, pour lui demander de s’élever un peu. Pas contrariant, ce dernier obéit, lui permettant d’avoir une vision d’ensemble de l’île. Il faisait beau, le temps était clair, et, oh, il y avait un village. Les élèves allaient donc s’y ruer pour savoir si la Team Rouage était là.

« Aladar ! Fais un petit tour de l’île, s’il te plaît ! »

Le Tropius hocha sa grosse tête, et vira précautionneusement de bord pour faire un tour d’horizon sans faire tomber sa précieuse cavalière, qu’il avait compris sensible aux hauteurs, même si elle n’avait rien dit pour ne pas inquiéter Cael. Mais quand ils avaient décollé, les mains d’Eryn s’étaient brutalement agrippées au corps du grand Pokémon, qui n’avait pas été long à comprendre le problème. Vertige. Maintenant, ça allait mieux. Le Pokémon était allé à un rythme calme, la Mentali s’était détendue, en comprenant qu’elle ne pourrait pas tomber. Comme s’il allait la laisser tomber, tiens ! Se redressant bravement, Eryn se pencha en s’accrochant à son Pokémon volant pour regarder en bas. Comprenant l’ordre implicite, Aladar descendit un peu pour lui permettre de mieux voir, et fit un deuxième tour de l’île, assez lentement pour qu’elle puisse voir le tout. Est-ce que… Aladar s’arrêta, faisant du surplace dans les airs. C’était quoi, ce gros bâtiment bizarre ? Le Tropius ne descendit pas plus pour ne pas être trop visible, et sur un signe de sa dresseuse, il repartit pour aller se poser non loin du groupe d’élèves. Descendant de son Tropius, Eryn s’appuya sur lui pour retrouver son équilibre, et fila courageusement vers le groupe. Qui contenait tous les préfets. Glps. Alors qu’elle cherchait un moyen de reculer, le préfet des Voltali posa sur elle son regard de glace. Et lui sourit. Avant de l’inviter d’un mouvement de tête à les rejoindre. Immédiatement, sa sœur, la préfète des Pyroli, tourna un regard vers elle, et son Tropius la poussa du bout de la patte pour la faire avancer vers les préfets. Bon, alors, euh… Okay.

« Euuh, hrm, comme je suis venue par la voie des airs avec mon Tropius, j’en ai profité pour faire un tour d’horizon de l’île. Il y a une très grosse forêt, et dans la forêt, il y a un bâtiment avec un logo bizarre, qui ressemble un peu aux bâtiments de la Sylphe Sarl, cette entreprise de Safrania qui travaille sur le progrès technologique… »

Voilà, rapport fait. Arrêtez de la fixer comme ça, elle va finir par mourir de gêne…

Spoiler :
>>>
Evolution d'Achille (Chenipotte >> Armulys)


- Eryn part fouiller la forêt avec Cael. En chemin, elle perd son Chenipotte, qui s'éloigne en vitesse pour une raison inexpliquée.
- Chenipotte évolue en Armulys. Tout en se posant plein de questions, Eryn le fait rentrer dans sa Poké Ball et repart avec Cael.
- Elle passe la nuit à se demander pourquoi Armulys et pas Blyndalis.
- Le lendemain, elle part avec les autres sur le dos de son Tropius.
- Alors que tout le monde débarque, elle profite de sa position pour faire le tour de l'île, et aperçoit un bâtiment étrange. N'osant pas s'en approcher, elle retourne vers les élèves.
- S'approchant des préfets pour leur en faire part, elle se dégonfle, mais est motivée par Orren qui l'invite d'un sourire à les rejoindre.
- Elle raconte ce qu'elle a vu aux préfets.



We got this together Δ Sometimes the pressure gets you down, and the clouds are dark and grey, just kick them off and let the sun shine through, and scary as it seems, more help is on the way,'cause friends have friends that want to help out too.
Cael Joy
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t2479-cael-joy-un-sourire-peut-tout-changer-phyllali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t2486-cael-joy-phyllali#28810
Icon : Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues ! - Page 5 AgDyajQ
Taille de l'équipe : 13
Région d'origine : Hoenn
Âge : 21
Niveau : 73
Jetons : 797
Points d'Expériences : 2582
Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues ! - Page 5 AgDyajQ
13
Hoenn
21
73
797
2582
pokemon
Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues ! - Page 5 AgDyajQ
13
Hoenn
21
73
797
2582
Cael Joy
est un Topdresseur Ranger
Respire...Détends-toi...Tu n'as pas à rouvrir le débat...Parce qu'elle a eu raison. Ma colère et mon inquiétude ont laissé place à un intense sentiment de culpabilité et lorsque nous réintégrons le cercle des élèves avec Eryn, je ne prête qu'une attention distraite aux différentes. Comment j'ai pu seulement envisager de la laisser en arrière...J'ai beau m’inquiéter pour elle et préférer mille fois qu'elle reste sur Cobaba, qu'est-ce qui me permet de lui imposer ma volonté? Après tout, sa propre cousine fait partie des kidnappés...C'est comme moi avec Léo, elle est prête à soulever le Mont Mémoria s'il le faut pour retrouver ceux qu'elle aime. Et moi, égoïstement, j'ai voulu l'empêcher de le faire pour garder ma petite tranquillité d'esprit personnelle...
Alors que je me morigène en espérant qu'elle ne m'en veuille pas trop, un bref soupir derrière moi me fait me retourner: adossé à un arbre proche, les pattes croisées, Lucki se contente de me fixer, un léger sourire sur son museau. J'avais perdu d'avance, c'est ça amigo? T'as bien fait de ne pas intervenir pour me soutenir...Mais tu le savais déjà, hein?
Bref hochement de tête de sa part...*Inspiration* Bon...inutile de revenir mille ans sur ce qu'il vient de se passer, si la discussion est close, autant essayer d'être le plus efficace possible...Mais je continue à garder un oeil sur toi, petite fleur, ça tu n'y couperas pas !
Heureusement pour moi, on dirait que la Mentali ne m'en veut pas le moins du monde, et sa petite voix timide achève d'enterrer la hache de guerre de la plus belle manière qui soit.

''Euh… Ça te dit, si on fouille la forêt ?''

''OUI ! Je veux dire...Oui, c'est plutôt une bonne idée...''

Inutile de lu idire qu'après plusieurs jours, les indices qu'auraient pu laisser la team Rouage ont tous du finir dans l'estomac des Pokémons du coin...Tout ce qui compte, c'est qu'elle se sente en confiance et prenne les choses en main. Et puis je ne vais pas refuser une balade en forêt avec elle, nanméoh !
Le rideau d'arbres nous engloutit rapidement, et nous masque aux yeux des autres élèves tout en étouffant le bruit des conversations qui se poursuit après notre départ. La morsure brulante du soleil estivale est atténuée par l'ombre des branches et tandis que nous avancons en faisant craquer le tapis de feuilles, de petits mouvements discrets attirent mon attention...J'aurais dû m'en douter. En moins de deux minutes, j'ai déjà repéré un couple de Mucioles, des Rattatas, un Balignon et des Larveyettes...Les Pokémons apeurés par l'effervescence humaine de ces derniers jours ont finis par reprendre position des lieux, à ce qu'il semble. Tout en suivant Eryn, je laisse vagabonder mes pensées...notre petite conversation a au moins eu un effet bénéfique : ma colère a laissé place à un calme incroyable, un calme que je compte bien mettre à profit pour retrouver Léo et les autres le plus vite possible. Quand à la rage...Elle reviendra bien au bon moment, lorsque je me retrouverai face à leurs kidnappeurs, j'imagine...Au moment où ils ressentiront chaque seconde d'angoisse qu'ils ont fait vivre aux élèves de l'académie.
La main de la Mentali qui me lâche brusquement, me ramène à la réalité...Elle a vu quelque chose ! Sauf qu'avant que je ne puisse la rejoindre, une patte puissante se pose sur mon épaule pour me stopper dans mon élan. Avec des gestes lents, Lucki me montre ce qui a attiré l'attention d'Eryn: Son Chenipotte qui trottine de branche en branche, jusqu'à finalement se positionner face au soleil. Une minute...Lorsqu'un Pokémon de cete espèce agit ainsi, ça ne peut vouloir dire qu'une chose, il va...En silence, je regarde l'évolution d'Achille se produire avec les mêmes yeux émerveillés qu'Eryn. Hors de question de briser la magie du moment.
Un bref frôlement me fait baisser la tête pour découvrir Keru, la langue pendante d'avoir couru  qui se frotte contre ma jambe. Distraitement, ma main vole jusqu'à son échine pour la caresser, et je me mords la lèvre pour ne pas laisser échapper un petit cri de douleur lorsque sa fourrure électrocute brièvement le bout de mes doigts. Ne crie pas...ne crie pas...Depusi quand ma Dynavolt est-elle surchargée comme ça? Pourtant, ça n'a pas l'air de la perturber, puisqu'elle entreprend de se lécher la fourrure sans aucune gêne. C'est ça de se balader avec une centrale sur pattes, j'imagine...
Cette dernière n'est pas seule, puisqu'une seconde silhouette d'un orangé doux se faufile jusqu'à moi, avide de caresses. Oui Arkhan, on va bientôt partir, et je te jure que tu va le retrouver ton Léo...et moi avec.

********************

Y'a pas à dire, ça c'était une pure idée de génie. Cramponné au plumes de la collerette de Noarfang, je regarde les flots qui défilent juste en dessous de nous. Plus bas, une petite troupe d'élèves se dirigent droit vers Frista à dos de Wailord et d'une troupe de Pokémon Eau. Par réflexe, mais doigts volent jusqu'à mon Capstick, toujours fixé à mon avant-bras....Si j'avais su que lié ce Noarfang à mon équipe Ranger me serait aussi utile, durant notre mission avec Estelle...Les côtes de Frista se font rapidement jour, et tandis qu'Eryn entame sa descente sur son Tropius (Courageuse petite fleur...J'ai bien vu que tu te crispait quand il s'est élevé dans les airs), je presse doucement les plumes du coté droit de mon Pokémon pour le faire tourner. Allez, on se concentre...J'ai déjà vu Raphaëlle le faire plein de fois que ce soit de visu ou à la télé, ça ne doit pas être si difficile de contrôler un Pokémon Vol dans les airs. Une légère pression à gauche ou à droite pour virer, on redresse et ensuite on se laisse descendre en spirale.
Sous nos ailes, une immense forêt recouvre la majeure partie de l'île, à l'exception du débarcadère où bon nombre d'élèves commencent à se masser, avant de partir explorer les alentours. Personnellement, je pense que s'intéresser aux bois en priorité sera une bonne idée. Descendant en piqué juste aux cotés d'Eryn, je vois le Tropius de la Mentali tourner en cercles concentriques au-dessus d'une zone bien spécifique...Eh mais...C'ets vrai que y'a un truc bizarre en bas: on dirait une espèce de gros bâtiment à plusieurs étages, et si j'en juge par les reflets qui percent au travers des arbres, il s'étend sur une surface bien plus vaste. On dirait même qu'il dispose de plusieurs ailes, un peu comme les branches du étoiles...Et puis il y a ce logo bizarre sur le sommet de la tour...
Eryn a déjà entamé sa descente vers le sol, mais je resserre ma prise sur les plumes du Noarfang et ce dernier reprend de l'altitude. Maladroitement, je parviens à extraire mon carnet d'une poche de ceinture et tout en agrippant soigneusement d'une main, entreprend de retranscrire la forme du batîment et celle du logo sur une page vierge. Bon et maintenant la deuxième étape...

''On descend...Reste en l'air, et en vol stationnaire à la lisière des arbres, s'il te plait.''

Un léger hululement me répond et le gigantesque hibou commence à planer doucement jusqu'à arriver à la hauteur voulue. D'un geste, je détache l'une de mes Pokéballs de ma ceinture et laisse sortir un Lucario légèrement désorienté.

''...''

''Je sais que tu n'as pas l'habitude de rester là-dedans, mais c'était un cas de force majeure, Lucki (Non, pas la Forte-Paume !)''

''...rio.''

''Tu sais ce que tu as à faire. Pour le reste, si les choses deviennent trop dangereuses, interdiction d'engager le combat, c'est compris? On est là pour repérer tout ce qui peut servir, rien d'autre.''

''...''

Il n'a pas l'air convaincu, mais je vais devoir me contenter de ça. Tandis que le Pokéon Combat disparait en quelques bonds puissant au milieu des arbres, je presse ma monture pour qu'elle reprenne un peu de hauteur et sent un fourmillement familier m'envahir. C'est bon, je suis là Lucki...
Cette fois, le lien d'aura est rendu légèrement instable par la distance qui nous sépare, mais en fermant les yeux (Ne pas lâcher les plumes...Pense au vide juste en-dessous et à la crêpe de Ranger que ça ferait), je parviens à récupérer une bonne partie des sensations du Lucario. Et il y a plusieurs choses qui ne collent pas...
Pendant que Lucki se déplace à grande vitesse en direction du bâtiment, je capte différentes présences tout autour de lui, et au prix d'une concentration un peu plus poussée (qui manque de me faire lâcher prise...ne pas regarde en bas, ne pas regarder en baaaaaaas), parviens à confirmer ma supposition : il y a des Pokémons qui n'ont rien à faire dans cette forêt en bas. Que Lucki dépasse des Vivaldaims, des Pokémons Insectes en grand nombre et même un Torterra, ok, je veux bien...Mais qu'est-ce qu'un Chamallot ou un Polarhume viendrait faire sur une île tropicale et forestière...
Pourtant, je doute m'être trompé, les auras ont au moins l'avantage d'être suffisament caractéristiques pour que je ne puisse PAS me tromper. Au fur et à mesure de sa progression, le Lucario commence même à capter de manière plus précises les ondes émanant des Pokémons qui l'entourent et là, une vague d'hostilité me submerge, prêt à me couper le souffle. Ok, deuxième mystère, c'est quoi cette faune ultra-aggressive? Si mon Lucario est entré sur leur territoire, ils sont en droit de le regarder avec méfiance, mais là, on dirait qu'ils sont prêt à le déchiqueter vivant. Pour ne rien arranger, la distance entre nous s'élargit et je peine à garder une vision claire de ce qu'il me relaie.

''Noarfang...devant...plus proche''

J'espère que le Pokémon Vol m'a compris, et ne va pas s'envoler droit vers Unys, sinon je suis mal parti. Se remettant en branle, le hibou stoppe son vol stationnaire pour partir en avant, et ce n'est qu'après plusieurs secondes de vol que je parviens à rétablir le contact avec mon starter...Juste à temps pour ressentir une impression de danger extrême !

''Lucki ?! Qu'est-ce qui se passe?''

Aucune chance qu'il m'entende, je sais mais là...Ok, calme-toi et ferme les yeux. Au travers du brouillard de l'aura, je discerne trois silhouettes...aussi grandes que le Lucario et qui irradient d'hostilité. Oh oh...Je ne sais pas de quels Pokémons il s'agit mais à trois contre un, les choses risquent d'être vite réglé. Lucki, tu dégages et vite !
Pourtant, mon starter semble bien peu enclin à fuir devant le danger et esquive même les premières attaques, me relayant des sentiments de plus en plus confus...Bougre de tête de mule, mais tu vas te sauver, oui !
Il me faut toute ma concentration et une petite pointe d'exaspération pour inonder suffisament le Lucario, jusqu'à ce qu'il accepte finalement de remettre son combat à trois contre un à plus tard...C'est ça court et retourne auprès d'Orren et des autres...Pendant ce temps , moi j'ai encore une chose à régler.

''Remonte le plus haut possible et vise les nuages...Avec un peu de chance, on devrait en trouver un rapidement''

Plus haut, toujours plus haut jusqu'à finalement atteindre une hauteur suffisante. En bas, les élèves ne sont plus que des Statitiks, à cause de l'altitude...C'est beaucoup plus exaltant et paisible que ce que j'aurais cru comme atmosphère. Avec précaution, je détache mon Capstick de ses attaches (Pas le moment de le faire tomber...) avant de chercher...Ah, en voila un ! À quelques mètres de notre position, un unique nuage avance paresseusement...Sauf que je suis loin d'être assez haut pour que les nuages se forment.

''Parfait...et maintenant, bouge le moins possible, s'il te plait''

Malhabilement (Faites donc ça sur un Noarfang à plusieurs dizaines de mètres du sol), j'enclenche le Disque de Capture dans le lanceur, avant de projeter l'appareil droit vers le nuage;..qui s'égaille brusquement en une volée de petits Pokémons bleus et blancs !
Et maintenant...Haut, droite, bas, gauche et on recommence ! Pris entre les anneaux de lumière, le Tylton (Car oui vous vous attendiez à quoi? Un Rayquaza?) cesse rapidement de piailler pour adopter une attitude beaucoup plus calme...Pas de panique, je veux juste un coup de main de ta part, mon petit ami à plumes... Une fois calmé, la boule d'ouate miniature vient se poser sur mon bras, et attend placidement tandis que je termine de remplir la feuille avec mes dernières observations (Wow, ça tangue...).

-Bâtiment étrange repéré au nord de l'île, au coeur de la forêt. La route à l'air difficile d'accéder. Un logo bizarre au sommet.
-Les Pokémons locaux agissent bizarrement et semblent agressifs. Présence d'espèces impossible à trouver dans ce genre de milieu
-Lucki a été attaqué à vue par certains d'entre eux, et ils semblent se déplacer en groupe prudence.

-Si demande ou nouvelles instructions, renvoyez ce Tylton en lui demandant de ''retourner voir Cael''.


Puis, après être descendu en direction de l'île, je lui désigne le petit groupe d'élèves qu'Eryn a rejoint il y a un moment. Dans le même temps, je fixe tant bien que mal la fiche de note à sa patte droite (La vache, les Tyltons ont de toute petites pattes, ou c'est moi?)

''Poses-toi en bas, et livre-leur le message...Tu peux faire ça pour moi? Et tu ne reviens que si il te dise de ''retourner voir Cael'', compris? ''


Le Pokémon ailé me répond d'un claquement de bec suivi d'un pépiement (Je vais prendre ça pour un Oui. Et non, je ne parle pas le Tylton !) avant d'entamer sa propre descente en planant. Plus qu'à espérer qu'il ne repère pas un Chenipan ou un Aspicot pour son diner, sinon le message risque de mettre quelque temps à arriver. Le temps qu'il accomplisse sa mission, je pense que je peux survoler le bâtiment une fois de plus, j'apprendrai peut-être quelque chose de nouveau...
Seth Evans
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t1798-seth-la-folie-est-une-vertu-il-ne-faut-pas-la-fuir-phyllali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t1802-seth-evans-phyllali
Taille de l'équipe : 17
Région d'origine : Unys
Âge : 18 ans
Niveau : 44
Jetons : 872
Points d'Expériences : 1205
17
Unys
18 ans
44
872
1205
pokemon
17
Unys
18 ans
44
872
1205
Seth Evans
est un Topdresseur Stratège
Le groupe s'agrandissait jusqu'à ce que tout devienne totalement incompréhensible. Des nouveaux, des inconnus, des vétérans, des Pokémon venant d'eux-mêmes... il y avait de tout, mais surtout de n'importe quoi, si bien que Seth préféra au final s'éclipser en poussant un énième soupir. Il est positif de voir que tant de gens ont envie de défoncer du rouage, mais un groupe trop allait mener à la confusion. Tout le monde n'allait pas forcément être d'accord sur la manœuvre à suivre, chacun aura toujours quelque chose à dire sur le plan proposé par Jean-Gilbert, par exemple. L'évidence même. Comme prévu, cela devînt rapidement bien trop confus pour le stratège qui préféra ainsi débuter les recherches de son côté, bien qu'accompagné de Karnak. Il se rendit sur les lieux de l'accident dans l'espoir de tomber sur quelques indices. Il n'y avait plus rien, si ce ne sont que les débris de verre et les traces de pneus laissés par les bus brusquement arrêtés. Le néant. Espérer la présence d'un moindre morceau de tissu d'un uniforme Rouage était trop. L'organisation avait méticuleusement préparé son plan et ça se voyait. Aucune bavure. Ils avaient eu ce qu'ils obtenaient.

– Fais chier.

Partageant le désespoir du stratège, le Tutafeh de la préfète disparue ne put qu'appuyer les propos du vert de quelques larmes désespérées. Si aucune trace n'avait été laissée ici, ce n'est certainement pas ailleurs sur l'île qu'il y en aurait. De ce fait, Seth abandonna toutes recherches et s'isola au cœur de la verdure de Cobaba, méditant sur la situation actuelle. Elisabeth Snow avait parlé d'une île Frista débusquée par Ace. Le Phyllali connaissait le trajet marin à emprunter pour s'y rendre, mais il n'avait qu'Himiko pour l'aider à traverser la mer. Conscient de la fatigue que cela procurerait à la Mastouffe, l'humain se mit en quête d'un autre plan. Il ne pouvait pas de permettre de perdre bêtement un de ses trois Pokémon les plus puissants à cause d'un simple voyage éreintant. Non. Les alternatives s'en voyaient fortement réduites. Il n'en restait même qu'une : attendre qu'un moyen de transport soit mis à disposition pour les élèves. C'était con, mais extrêmement restrictif. Bien heureusement, ce gentil hasard accepta de faire en sorte que cela arrive au petit matin du lendemain. Un Wailord ? Pratique. L'immense baleine pouvait transporter plusieurs dizaines d'élèves à la fois, dont Seth qui n'avait presque pas dormi de la nuit.

Durant toute la traversée, il contempla le ciel avec un regard vite, s'étant au préalable isolé dans l'espoir que personne ne vienne perturber ses réflexions. Quelle chance ! Personne ne fit obstacle à sa création de plan, bien qu'il avait en réalité passé son temps à penser à sa chère Kaeko disparue. Oh que non, ce n'était pas qu'une simple petite amourette et cet événement le lui avait fait comprendre. Raison de plus pour casser du Rouage. Bien heureusement, le débarquement sur l'île Frista se déroula sans encombre. Encore une île touristique et plutôt développée, si on se fiait aux quelques infrastructures littorales présentes. Seth ne perdit néanmoins pas plus de temps en contemplations inutiles et quitta la foule d'élèves, les mains dans les poches. Alors qu'il n'avait téléchargé ni regardé aucun plan de l'île au préalable, il s'aventura dans la petite ville de bord de mer, accostant les habitants un à un. Cependant conscient de l'état d'alerte que cela pourrait causer, jamais il ne mentionna le nom de Team Rouage, préférant évoquer des débarquements étranges, un changement anormal dans les agissements de quelques personnes sur l'île, et j'en passe. Chaque résident lui répondit que tout était normal ici, que ce soient les femmes, les hommes ou même les enfants. Pourtant, il en avait interrogé un bon paquet. Aucun indice, rien du tout. Ace se serait-il trompé en évoquant l'île Frista ? Non, pas moyen. Il n'y avait plus aucune nouvelle des professeurs depuis, cela ne pouvait signifier qu'une seule et unique chose, soit leur disparition. C'était forcément lié à cette île, quoiqu'on en dise. Après tout, la cafardeuse Team Rocket avait bien bâti sa planque sous le casino de Celadopole, alors pourquoi pas dans un endroit improbable de cette île pour la Team Rouage ? Peut-être, mais où ? Le stratège leva les yeux et ne vit rien de bien particulier, si ce n'est ce bâtiment au coeur de la forêt. Une entreprise basée sur les recherches technologiques diverses et variées, selon les habitants de l'île. Peut-être serait-il temps d'y jeter un petit coup d'oeil. Par chance, un poste de surveillance aurait pu déceler quelque chose d'anormal. Enfin, tout ça, c'est dans l'optique où l'entreprise accepte de mettre sa technologie à contribution. La marche allait néanmoins être longue. Pas moyen, il fallait raccourcir ça. Seth appela donc Himiko, sa Mastouffe et la chevaucha.

– On y va. Il n'y a plus de temps à perdre. Karnak, si tu le veux bien, on coopère. Pas de coups bas. On veut tous les deux retrouver Kaeko, ce serait con de se battre. Trêve ?

Le Tutafeh l'observa, d'abord sceptique. Le pacte de coopération fut néanmoins adopté après mûre réflexion. Le groupe put donc se mettre en route. Himiko démarra au pas de course sans pousser le moindre grognement. Elle s'engouffra rapidement dans la forêt de Frista, apportant un soin tout particulier à l'esquive des groupes d'élèves trop nombreux, jusqu'à ce qu'elle flaire une odeur particulière. Selon ses aboiements, on pouvait comprendre qu'elle parlait d'une personne qu'elle connaissait vaguement. Peut-être quelqu'un du dortoir ? Probablement. Seth lui indiqua donc qu'elle pouvait se rendre dans cette direction. C'est ainsi que le stratège déboula au milieu d'un petit groupe composé d'Eryn, d'Orren et d'un gars à la tignasse bleue. C'est étrange puisque Himiko ne connaissait pas vraiment ces personnes. Dans ce cas, à qui appartenait l'odeur ? On ne tarda pas à lui indiquer que Cael faisait des repérages dans les airs. Et bien le voilà, ledit camarade de dortoir dont l'odeur avait été reconnue par la Mastouffe.

– Salut. Je comptais vous demander si vous aviez trouvé quelque chose. J'ai interrogé beaucoup de personnes, mais ils savent que dalle. Là, je comptais aller voir si on ne pouvait pas se servir de la technologie de l'entreprise présente ici pour débusquer la Team Rouage. Et puis au pire, j'ai le Karnak de Kaeko avec moi. Le Tutafeh signala alors sa présence, encore en train de pleurer. Il pourra trouver plus de choses que nous en passant à travers la matière.

HRP :
• La veille, Seth fait quelques recherches sur Cobaba mais ne trouve rien. Il décide alors d'attendre qu'un mouvement vers Frista s'organise. Il le rejoint donc une fois que celui-ci est créé, soit le lendemain. Il reste seul dans son coin à rêvasser durant tout le voyage. Une fois le débarquement fait, il va interroger un maximum de passants sans dénicher aucune information suspecte. Il finit par trouver la Team Orren dans la forêt et s'incruste comme ça yolo, bieeeen plus calme que d'habitude.


Sir Trouille
Icon : Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues ! - Page 5 CeOUB4f
Région d'origine : -
Âge : -
Niveau : 0
Jetons : 0
Points d'Expériences : 13090
Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues ! - Page 5 CeOUB4f
-
-
0
0
13090
pokemon
Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues ! - Page 5 CeOUB4f
-
-
0
0
13090
Sir Trouille
est un PNJs
Intrigue


Sus à l'ennemi !


Point de vue d'un élève PNJ


Mes camarades approfondissaient leurs recherches pendant que moi, j'avais trouvé l'évidence même ! Dans la forêt se trouvait un énorme sillon creusé dans la terre. Mon Kadabra m'affirma à 100% qu'il y avait quelques particules de métal parsemées dessus, et qu'elles appartenaient toutes au Steelix de Monsieur Yade. Dire que personne n'a vu ça depuis le début... Je me décide donc à suivre le fameux sillon et arrive face à un grand bâtiment arborant le logo d'une entreprise basée sur la recherche technologique. Le sillon s'arrêtait à quelques mètres de la bâtisse. Nos professeurs étaient sans doute passés par ici. Sans perdre de temps, je m'infiltre donc à l'intérieur et me retrouve dans ce qui semble être un sous-sol. Une pancarte indiquant le niveau -1 vient de confirmer mes soupçons.

N'apercevant personne à l'horizon, je décide de poursuivre mon périple à travers ses longs et larges couloirs blancs aussi alambiqués que les galeries d'un labyrinthe. Quelques caméras semblent me fixer de temps à autre, mais je ne prends pas peur malgré l'alarme qui se met à retentir. Je dois faire honneur à mon dortoir ! Hail Nocta ! J'ordonne donc à mon Kadabra de me téléporter malgré qu'il ne connaisse pas les lieux, mais celui-ci semble perturbé et ne lance pas l'attaque... Je continue donc à pied, dans l'espoir de peut-être dénicher quelque chose avant que les autres n'arrivent. À ma grande surprise, je tombe nez à nez avec un sbire de la Team Rouage. Prenant une nouvelle fois mon courage à deux mains, je réussis à le vaincre mais mon Kadabra semble être en mauvais état. Peut-être que je n'aurais pas dû m'aventurer ici seul. Oui, c'est ça. Je devais trouver de l'aide, vite...

_____


Informations hrp : - Les entrées sont au nombre de 7 (quatre portes à l'extérieur dont une marquée par une tête écrasée de Bounty) et 3 en intérieur (une trappe, des escaliers et une grille d'aération recouverte par la bave visqueuse de Princesse).

- La possibilité d'infiltrer la base vous est offerte. Une seule interrogation subsiste : comment est-ce que vous allez vous y repérer ? Ce QG est un véritable labyrinthe blanc. La seule indication à votre disposition est une pancarte murale à l'entrée indiquant "Étage -1". Il vous faudra investir totalement les lieux dans l'espoir de dresser un plan des plus brouillons, ou même pour croiser quelques sbires et vous défouler un petit coup. Sachez néanmoins qu'aucun d'entre eux ne répondra à vos questions, peu importe à quel point vous serez persuasifs.

- L'alarme venant d'être déclenchée (rassurez-vous, elle ne sonnera pas éternellement, seulement quelques minutes), il sera très commun de voir des sbires ralentir votre progression. N'hésitez pas à en faire intervenir !

- À chaque nouveau post (à l'intérieur de la base), vous aurez 50% de chance d'obtenir un document par MP. Votre personnage tombera alors dessus d'une façon ou d'une autre. Ces documents contiennent des bribes d'information en rapport avec l'intrigue actuelle. Leur contenu peut évidemment être révélé aux personnages en votre compagnie. Veillez cependant à ne pas prendre en compte un document découvert par un élève n'appartenant pas à votre groupe, par souci de cohérence.

- Une fois que vous serez dans la base, vous remarquerez que vos Pokémons Psy se comportent bizarrement et que vos Ipoks grésillent : un brouilleur d'onde empêche un quelconque usage de vos appareils ainsi que des pouvoirs psychiques de vos Pokémons. Ne comptez pas sur ces derniers pour localiser puis atteindre les prisonniers!


Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues ! - Page 5 7z5c
Calliope Pryde
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t1231-0116-calliope-callie-pryde-givrali#13904
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t1233-calliope-callie-pryde-givrali#13937
Région d'origine : Unys.
Âge : 18 ans
Niveau : 51
Jetons : 2109
Points d'Expériences : 1579
Unys.
18 ans
51
2109
1579
pokemon
Unys.
18 ans
51
2109
1579
Calliope Pryde
est un Adulte Médecin Débutante
L'analyse d'Alban était tout simplement stupéfiante. Callie n'en revenait pas, restant bouche bée face à de telles remarques. Comment avait-il pu faire autant de rapprochement et en si peu de temps ? Tout ce qu'il disait tenait la route pour la jeune fille, surtout quant on l'exposait de cette façon. Mais cette Team Rouage pouvait aussi contredire le stéréotype que tout le monde se faisait, cela à cause d'autres bandes criminelles quelque peu similaires. Et si, justement, ces derniers voulaient que nous pensions à cette éventualité, juste pour nous mener sur une fausse piste... ? Décidément, tout était possible. Chassant ces idées de son esprit, Calliope préférait croire en les paroles de son ami Voltali, hochant la tête de façon positive afin de montrer son accord face à ce qu'il disait. Son regard se posait ensuite sur Aileen afin d'observer son comportement et sa réaction. Le silence comblait à présent l'atmosphère.

Le garçon reprenait, ayant visiblement pensé à tout car il expliquait une alternative. C'est alors que la rouquine en apprenait plus sur lui... Savoir que ses parents possédaient des postes l'intriguait énormément, d'autant plus que cela lui éveillait des soupçons : pourquoi s'était-il inscrit à l'académie ? N'allait-il pas reprendre l'affaire familiale ? Décidément, Calliope se posait les mauvaises questions... Elle n'avait pas à le savoir, il s'agissait de son choix, de son histoire et de son destin. Fermant les yeux, elle se sentait rassurée de voir que le jeune homme avait décidé de les accompagner. Juste avant, elle avait bien entendu remarqué ce sourire qui lui avait adressé. Perturbant... Car venant d'Alban, il était rare de voir ce genre de chose sur son faciès. Elle riait intérieurement, joyeuse de voir qu'elle arrivait à lui tirer quelque chose de ce visage.

Le petit groupe, formé pour l'instant d'Aileen, d'Alban et de Calliope, s'éloignait du second pour entreprendre des recherches.. La jeune fille avait au préalable envoyé son Passerouge en reconnaissance. Combien de temps allaient-ils mettre pour enfin tomber sur le premier indice. Silencieuse, la rouquine avançait doucement, constant que le trio était rejoint par d'autres élèves. Callie réfléchissait aux derniers propos de son ami Alban. Elle possédait deux types de Pokemon des trois cités, devait-elle le faire savoir ? Oui, bien qu'Alban connaissait déjà sa Tarsal. Et puis, son Voltali pouvait se montrer tout aussi utile dans les fouilles.

_ Tarsal est trop jeune encore... Elle vient d'éclore et... Enfin, je ne sais pas. Par contre, j'ai un Voltali !

Ni une ni deux, la rouquine l'appelait. Le quadrupède électrique sortait de sa Pokeball, chargeant tous ses poils en électricité pour ensuite en libérer une partie quand il s'étirait, faisant alors reculer sa dresseuse d'un bon afin que cette dernière ne se prenne pas de décharge. Oui, cela arrivait souvent, ce qui étonnait les élèves autour d'eux, m'étant une fois de plus la demoiselle dans l'embarras.. Vilaine chose ! Les minutes passaient sans qu'aucune nouvelles ne leur parviennent. Tout cela semblait peu fructueux, ce qui en désespérait plus d'un. Callie tachait de ne pas perdre à son tour sa motivation. Leonidas était toujours prisonnier, ainsi que les autres élèves mais aussi les professeurs. Y repenser ne faisait que de l'encourager. Et pourtant, elle était faiblarde, la petite. Il faillait dire que le soleil tapait rudement et la chaleur ne faisait pas bon ménage avec le corps de la rouquine qui était quand même vêtus d'un petit gilet léger à manche longue. Cette dernière faisait tout pour éviter les rayons du soleil, préférant effectuer ses recherches à l'ombre. Mais elle était bien vite stoppée dans sa progression car la petite alarme de son iPok se déclenchait. Se redressant rapidement, la demoiselle fouillait dans son sac pour l'arrêter le plus vite possible, regardant tout autour d'elle pour voir si personne n'avait remarqué. Il était l'heure... La discrétion n'était pas son fort, c'était certain. Pourtant, quand elle s'éloignait du groupe, elle était persuadée que personne ne l'avait remarquée. Ce coin bien au frais et à l'ombre était parfait. Tout devait se faire rapidement. Elle s'était mise à genou et avait posé sa crème spéciale sur ses cuisses. Retirant son gilet, elle se badigeonnait de sa solution sur tout ses bras, sa nuque, son visage et un peu sur son petit décolleté. A vrai dire, sur chaque parcelle de peau que son T-shirt dévoilait. Sauf qu'elle n'était pas seule et elle le remarquait immédiatement : Alban.

_ Qu'est-ce que... ?! Gênée, elle remettait son gilet. Rouge, elle fuyait le regard. de la personne l'ayant découverte. Ce n'était que de la crème solaire ! s'écriait-elle d'un coup, pour se justifier.

C'est alors que le Passerouge de la demoiselle apparaissait de nulle part, fonçant droit dans sa dresseuse qui le réceptionnait tant bien que de mal. Le regard interrogateur, Calliope s'apprêtait à lui demander ce qu'il avait. Sauf qu'elle n'en avait pas eu le temps car c'est une silhouette qui se dressait devant eux. C'était un élève, très essoufflé et un peu amoché : le visage était sale et son pantalon troué. Calliope arquait un sourcil, surprise. Puis, elle venait à son encontre pour lui porter les premiers soins, le soutenant comme elle pouvait. Il n'avait pas grand chose mais il détenait des informations capitales ! Callie appelait ensuite le reste du groupe et ces derniers ne tardaient pas à arriver autour d'elle.

_ A-attendez... Laissez le respirer... !
_ Il y a un bâtiment...  Je suis entré et là... Je suis tombé sur un sbire ! J'ai réussi à le combattre mais vu l'état de mon Kadabra, j'ai préféré rebrousser chemin pour vous trouver. J'ai peur d'avoir été repéré.

La visage de Calliope trahissait sa stupeur... avait-il réellement trouvé la base de ces malfrats ?! En avait-il vraiment combattu un dans un match Pokemon ? Vu son état, la demoiselle avait tendance à vouloir le croire. Pourquoi mentir ? Elle ne trouvait pas de réponse à cette dernière question. Elle comprenait alors que son Passerouge avait raccompagné cet élève jusqu'à eux. La volonté de Callie pour retrouver les autres augmentait. Pour elle, les bavardages étaient inutiles.

_ On y va. lançait-elle, sans retenue, sans même une once d'hésitation dans son regard. C'était une toute autre Calliope, bien plus courageuse et déterminée. Elle se surprenait elle-même, dans le fond. Il n'y a pas une seconde de plus à perdre... Nos camarades sont prisonniers et ils attendent notre aide, là, maintenant ! Donc on y va. Il faut prévenir l'autre groupe.

Peu importe ce qu'on lui dirait, peu importe qui la retiendrait. Elle n'écouterait pas. Elle s'approchait simplement de l'élève qui avait combattu un sbire de la team Rouage. Le regard dur, elle lui ordonnait de se lever (What ? Callie qui donne des ordres ?!) pour qu'il puisse les conduire jusqu'au fameux bâtiment. Mais que faisait-elle de l'éventuelle repérage ? Autant y aller directement, avant qu'ils ne leur échappent. Et puis, l'élève lui même n'était pas sûr de s'être fait vu. La rouquine emboitait le pas à l'élève, suivit de près par les autres mais aussi par son Voltali. En peu de temps -du moins, c'est ce que Callie croyait- ils arrivaient à ce qui se révélait être un sillon. L'élève indiquait avec rapidité qu'il s'était engouffré dedans avant de se retrouver en face du bâtiment.  Lançant un regard aux autres, Callie partait la première dedans. Finalement, l'espoir de retrouver les siens se faisait de plus en plus violent car devant eux, il y avait bien un bâtiment avec une porte. En y regardant de plus près, on pouvait même remarquer qu'elle était défoncée. Et la forme du marquage rappelait étrangement celle de Bounty, le Pokemon du professeur Melty Potts.

_ Les professeurs sont passés par là ! s'exclamait-elle, pointant du doigt ce qu'elle avait constaté.

Elle courait alors jusqu'à l'entrée, pénétrant dans ce bâtiment étrange. Étrange car elle ne s'était pas attendue à voir autant de blanc. Il y avait une pancarte murale, juste sur sa droite et elle se plaçait devant pour constater qu'il se trouvait au -1. Malheureusement, elle n'avait pas le temps d'en faire part car une alarme se mettait en route subitement, raisonnant de toute part. Étaient-ils repérés... Apparemment oui. Callie grimaçait et la panique commençait à la gagner de nouveau.

Spoiler :
- L'analyse et les propositions d'Alban ont surpris Calliope. Ce dernier monte dans l'estime de la demoiselle.
- Calliope informe au groupe qu'elle possède à Voltali, et fait appel à celui-ci.
- Le groupe d'Aileen effectue des recherches mais Callie commence à se sentir mal à cause de la chaleur. Elle reste prêt des zones d'ombre.
- Elle s'éloigne ensuite discrètement car son iPok l'averti qu'elle doit appliquer sa crème médicamenteuse. Sauf qu'elle est surprit par un élève (Alban). Callie se justifie mais les deux adolescents sont coupés dans leur échange car un Passerouge surgit de nulle part et fonce sur sa dresseuse.
- Rencontre de l'élève PNJ qui s'est enfuit. Callie l'aide et lui pose des questions.
- Les élèves ont enfin des indices importants. Calliope rassemble son courage et prends elle-même des initiatives. On ne reconnait plus la petite Callie tout timide et se faisant marcher sur les pieds. Elle n'écoute que son instinct, personne ne l'empêche ra de faire ce qu'elle veut.
- Elle laisse le soin à quelqu'un de prévenir le groupe d'Orren et Heath.
- L'élève PNJ guide les autres jusqu'au bâtiment et Callie fait remarquer la grosse marque laissé sur la porte (forme de Bounty)
- Elle rentre et remarque la pancarte murale qui dit qu'elle se trouve au -1.
- L'alarme se déclenche, les élèves sont repérés et la panique gagne la demoiselle aux cheveux roux.
Aileen Sôma
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t1326-aileen-soma-des-voeux-de-lumiere-dans-l-ombre-de-la-nuit
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t1328-aileen-soma-pyroli
Icon : Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues ! - Page 5 Gdy0
Taille de l'équipe : 23/30 + 2.
Région d'origine : Illumis, Kalos.
Âge : 20.
Niveau : 80
Jetons : 16666
Points d'Expériences : 3148
Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues ! - Page 5 Gdy0
23/30 + 2.
Illumis, Kalos.
20.
80
16666
3148
pokemon
Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues ! - Page 5 Gdy0
23/30 + 2.
Illumis, Kalos.
20.
80
16666
3148
Aileen Sôma
est un Pokeathlète Agent
Le Voltali parlait… Vraiment beaucoup. Mais bon, elle préférait l’écouter lui plutôt que l’autre Noctabruti qui ne se prenait pas pour de la merde. A l’image de son débile de préfet, cela dit. Au moins il parlait intelligemment, ce qui n’était pas le cas de tout le monde ici. Alléluia. Ca change, un garçon qui dit des choses intelligentes. Il y avait beaucoup de points d’ombre. Effectivement, les nouveaux ne savaient pas trop ce qu’il en était. Néanmoins, par fierté personnelle, Aileen n’avait pas la moindre envie de divulguer le peu qu’elle avait devant… Eux. Les deux rebuts de l’académie, qui ne se prenaient pas pour de la merde sous prétexte que Creed était leur référent. Un bien beau référent, qui s’est fait immobiliser par la Team Rouage ! La suite était intelligente cependant. Team Magma, du Feu, Team Aqua, de l’Eau, Team Rouage… Acier ? Elle n’avait que deux Pokémon Acier, et ne comptait pas les sortir. Elle avait une Pyroli par contre, et un Riolu, qui seraient très bon pour descendre les saloperies de la Team Rouage. Elle allait prendre la parole, quand il la reprit pour continuer. Eh bah, bavard le petit. Aller à la Poste Pokémon ? Pourquoi pas… Auraient-ils le temps, cependant ? Quand il cessa enfin de parler, la brune ne put s’empêcher de sourire en lâchant une petite pique taquine à son demi-frère.

« Bavard, ton nouveau venu, Orren. Au moins dit-il des choses intelligentes, lui. » Petit sourire. Bon, puisqu’elle avait (presque) tout le monde autour d’elle, autant en profiter. « Commençons par le début. Du peu que je sais, tous les élèves kidnappés ont participé à la première du Cirque des Boulons, l’an dernier. Hope, une de mes amies, qui a été kidnappée, y était, et elle m’a dit avoir eu l’impression que des gens la prenaient en photo. Leur fameuse liste, ils ont dû la faire ainsi, à mon avis. Par contre, je peux vous assurer que c’était la Team Rouage. J’ai reconnu leur logo. »

Voilà, c’était le peu qu’elle savait par rapport au kidnapping. Ce n’était pas grand-chose, mais c’était déjà ça. Et leur logo… Comment aurait-elle pu l’oublier ? L’homme qui avait kidnappé sa Ponyta avait le même dans le dos. Elle allait reprendre la parole, pour répondre à la suite du Voltali, quand un petit pépiement lui fit lever la tête. C’est quoi… Ce nuage blanc et bleu qui s’approche ? Grands dieux, c’est un Tylton, c’est une blague ? Quelque chose semblait accroché à sa patte. Aileen leva le poing, et l’oiseau s’y posa, léger comme une plume. Adroitement, elle retira le message et le déroula pour que les intéressés puissent le lire. L’écriture était hasardeuse, mais c’était signé Cael. Hmm. Des Pokémon agressifs ? C’était mauvais ça. Le bâtiment, ils avaient compris, vu ce qu’avait dit Eryn quand Orren l’avait invitée à parler, mais là, ça devenait ennuyeux. Quelque chose se cachait donc bien sur cette île Frista. Elle tendit le bout de papier à son frère, avant d’en sortir un de son sac pour rédiger une réponse rapide, un truc du genre « bien reçu » ou une connerie de ce style. Alors qu’elle allait écrire, un vrombissement leur parvint du haut, et Aurum apparut, vrombissant avec force devant elle, tellement vite qu’elle ne comprenait rien. Il avait l’air agité. Très agité. Aileen concentra son esprit sur sa Tarsal, lui demandant de partager avec tout le monde.

« Sookie ? »
« Il dit qu’il y a un bâtiment bizarre et qu’il a vu quelqu’un y entrer. »
« Quelqu’un ? Qui, la Team Rouage ? »
« Non, c’était un élève, alors il est de suite revenu pour nous prévenir. »

Grand silence. Il ne suffit que d’un regard pour que les groupes se séparent, pour attaquer ce bâtiment de deux côtés différents. Prenant la tête après avoir salué son frère, Aileen se positionna près de Calliope et Alban, qui semblaient avoir du mal à avancer. Alors qu’ils faisaient une pause, le Passerouge de Calliope revint en zigzaguant, suivi de près par un garçon, qui manqua de s’effondrer sur eux. Calliope le prit en charge, et Aileen s’approcha pour l’écouter parler. Puis se figea. Il était entré dans le bâtiment, et avait combattu un sbire de la Team Rouage… Donc, ils étaient vraiment dedans ? Sa volonté se raffermit. Oh oui, elle irait là-dedans. Sookie, qui venait de sortir de sa Poké Ball, hocha la tête à l’ordre informulé et se téléporta devant Orren pour le prévenir qu’un élève était entré et sorti du bâtiment et avait combattu la Team Rouage.

« Il faut prévenir l’autre groupe. »
« J’ai envoyé ma Tarsal. Orren est au courant. »

Se tournant, elle motiva les autres à avancer, tendant la main à Alban pour qu’il l’attrape et grimpe le chemin rocheux. Il boitait vraiment beaucoup… Mais il n’aurait pas pu choisir meilleur groupe. Certes, elle mentait ouvertement en disant être médecin, mais avait quand même quelques connaissances en la matière. Guidés par l’élève Noctali, ils finirent par atteindre le bâtiment, et Calliope s’y engagea presque en courant, faisant gronder la préfète en chef. Et la prudence la plus élémentaire, hein ? Appuyant sur une Poké Ball, elle en fit sortir Asami, sa Mangriff, qui se plaça à côté d’Alban pour l’aider à finir de grimper les derniers mètres.

« Calliope ! Reviens, j'ai un bon plan qui... Bon saaaang elle me souuuule... »

Les profs sont passés par là, la belle affaire ! Ils ont été capturés, les profs, ma belle ! Coup d’œil à sa Mangriff, qui hocha la tête. Elle prenait le groupe en charge. Avec ceux qui étaient déjà en haut, elle courut à la suite de Calliope, qui venait de s’immobiliser, avant de…

« CALLIOPE, STOP ! » … Déclencher une alarme. « Eh putaiiiiiiin… Tu pouvais pas nous attendre, au lieu de foncer tête baissée ?! »

Franchement, elle n’était même pas bien cachée, cette vieille plaque de pression moisie avec système d’alarme dessous ! En quelques pas, Aileen fut presque sur Calliope… Au moment où un sbire arrivait en courant, Poké Ball à la main. Lancée. Un Arbok d’une belle taille en sortit, se jetant sur la Givrali. Sans hésiter, Aileen bondit sur sa camarade et la plaqua au sol avec violence pour lui éviter la mort. La seconde suivante, Sphax jaillissait au-dessus d’elle, sa corne rouge luisant d’un éclat sombre. La Coupe Psycho de l’Absol renvoya le serpent droit vers son dresseur, et dans un même temps, ce fut Nagini, l’Arbok d’Aileen, qui sortit de sa Poké Ball pour entourer les deux préfètes en lâchant un long sifflement de menace. Tâtonnant, Aileen attrapa la Poké Ball de sa Persian et la jeta vers la porte. En sortant, Hilda feula de ne pas être au combat, mais fit tout de même demi-tour pour aller chercher les retardataires. Ils avaient été repérés, il fallait se battre pour survivre !

Spoiler :
- Aileen taquine un peu Alban avant de livrer le peu d'informations qu'elle possède.
- Elle reçoit le message de Cael, le lit, et le donne à Orren.
- Aurum (Ninjask) descend du ciel pour prévenir qu'il a vu un élève entrer dans un bâtiment bizarre au milieu de la forêt. Tout le monde profite de la conversation grâce à Sookie (Tarsal).
- Le groupe d'Aileen part. Pendant une courte pause parce que Calliope s'est éloignée, le PNJ Noctali tombe sur eux et leur raconte qu'il s'est battu contre la Team Rouage. Calliope le presse de les ramener là-bas.
- Aileen envoie sa Tarsal prévenir Orren de ce qu'il vient de se passer, les deux groupes sont donc au courant pour le Noctali et la Team Rouage. Ceux qui ont décidé de se la jouer solo, c'est pas mon problème ! /out/
- Aileen a du mal à calmer Calliope, qui rentre seule dans le bâtiment. Elle essaie de la stopper pour qu'elle ne déclenche pas l'alarme au sol, mais Calliope marche dessus e l'alarme se déclenche dans tout le bâtiment.
- Aileen plaque Calliope au sol pour la protéger d'un Arbok. Sphax (Absol) calme l'Arbok d'une Coupe Psycho bien placée. Nagini (Arbok) sort de sa Poké Ball pour protéger Calliope et Aileen.
- Aileen envoie Hilda (Persian) dehors pour prévenir Asami (Mangriff) que ça se bat à l'intérieur et que les retardataires doivent se presser.


GROUPE D'AILEEN :
J'ai conscience que ça commence à être un peu le bordel avec tous ces messages, du coup Orren et moi allons lister les gens qui sont dans nos groupes, pour savoir avec qui vous pouvez interagir ou pas. Ceux qui n'ont pas de groupe, choisissez-en un assez vite svp, ce sera plus pratique pour le partage d'information.

- Aileen Sôma
- Calliope Pryde
- Alban Abernaty
- Dahlia Black
- Loan McNellis [PNJ]
- Aaron S. Mightley


Dernière édition par Aileen Sôma le Jeu 23 Juil - 11:10, édité 2 fois



Sing me to sleep ★ Remember me now, time cannot erase, I can hear your whispers in my mind, I've become what you cannot embrace, our memory will be my lullaby.
Orren Losvrôk
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t1323-losvrok-orren-voltali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t1335-t-card-orren-lovsbrok
Taille de l'équipe : 8
Région d'origine : Kalos
Âge : 17
Niveau : 58
Jetons : 2911
Points d'Expériences : 1843
8
Kalos
17
58
2911
1843
pokemon
8
Kalos
17
58
2911
1843
Orren Losvrôk
est un Topdresseur Spé. Type
Alors qu'Orren s'éloignait avec Heath et venait de rejoindre Calliope et Alban, il vit un jeune blond venir et commencer à débiter à toute vitesse. Il ne savait pas qui était ce gars là , mais une chose était sûr, il ne manquait pas de fierté. Il pouvait presque avoir un plus gros ego que Skoll, c'est dire. Cependant, son dialogue ne semblait que du vent. Il s'apprêta à dire quelque chose quand Aileen déboula, faisant immédiatement taire le garçon et l'affichant aux yeux de quatre des préfets dont les deux en chef. Voilà qui était intéressant, une petit taupe... Son regard bleu océan se durcit quand il le reposa, mais la pique lancée par sa soeur le fit sourire. Alors comme ça Heath était sa nouvelle conquête dans un genre yaoi ? Orren sourit à sa soeur, levant un doigt magnifiquement impoli devant son visage avec un sourire qui indiquait bien que le geste était sa réponse à cette raillerie. Bien sûr ce cher préfet Noctali rebondit immédiatement dessus pour surenchérir, faisant se tourner vers lui le préfet jaune.

-T'emballes pas trop Jones, pour le moment je veux surtout voir de quoi t'es capable. Et pour les pétales, si tu préfères je peux te les faire manger aussi !

Un grand sourire railleur étira les lèvres du dracologue. La manière qu'avait Heath de lui envoyer des piques lui donnait juste envie de répondre, comme dans un bête concours de répartie. Il avait envie de lui montrer de quoi il était capable, une étrange sensation qu'il n'avait encore jamais ressenti envers quelqu'un. De la rivalité peut être ?
Quoi qu'il en soit, le jeune l’ouvrit à nouveau pour dire des choses que tout le monde savait. Certes lui ne pouvait le savoir, donc c'était pas trop mal pensé. C'était pus les raisons qui déplaisaient à Orren, comme si ce petit gars cherchait absolument à s'attirer des faveurs et grimper une échelle sociale qui n'existait pas. A Lansat si on veut se faire reconnaître, on doit prouver sa valeur, pas juste parler. Mais pas besoin de répondre, il y avait plus utile pour le moment. Et Alban qui prit la parole apporta de très bonnes idées.

-Hmm pour leur Pokémons, une bonne partie de nous avons déjà affronté à un moment des sbires de cette Team. Le soucis c'est que de ce que j'ai entendu ils ont des équipes assez diverses et variées, pas d'utilisation d'un type en préférence. Par contre, les Postes c'est pas bête, certains pourront toujours aller y faire un tour !

Orren retourna un sourire au jeune Voltali, le remerciant silencieusement d'enfin faire avancer les choses. Orren avait commencé à s'impatienter de l'inactivité momentanée des événements. Il lui démangeais plus que tout d'aller sauver ses amis et ses profs en cassant le plus grand nombre de rouages possible. Il failli dire qu'ils allaient se séparer pour différentes destinations quand Eryn arriva à dos de Tropius. Orren la vit se poser au sol et descendre de son grand Pokémon avant de tourner vers elle son regard d'océan. La jeune fille parut hésiter et commencer à se tasser sur elle-même, alors le préfet en chef lui sourit, tentant de la rassurer.
C'est alors qu'elle prit une inspiration avant de prendre la parole. Alors en plein milieu de la jungle il y avait un bâtiment dans le genre des entreprises technologiques. Voilà qui devenait brusquement intéressant. Il s'apprêtait à parler quand il fut à nouveau interrompu par un garçon aux cheveux verts qui chevauchait un Mastouffe. Seth Evans, le fameux stratège. C'était cet élève loufoque qui avait offert un Mucuscule au dracologue. Orren l'aimait bien, il était certes fou à lier, mais pas méchant et il avait lut ses articles qui étaient plutôt intéressants. Le préfet Voltali prêta une oreille particulièrement attentive à ce que disait le Phyllali. Il avait donc aussi entendu parler de cette fameuse usine et s'y rendre semblait une bonne idée pour peut être obtenir de l'aide.
Voulant répondre Orren dut néanmoins s'arrêter à nouveau. Aileen vint lui apporter un papier avant de se retourner et de rejoindre son groupe alors qu'Aurum semblait revenir vers elle. Orren prit en main le petit bout de papier tandis que le Tylton vont se poser sur son épaule, s'attirant un regard méfiant du Démolosse.

"-Bâtiment étrange repéré au nord de l'île, au coeur de la forêt. La route à l'air difficile d'accéder. Un logo bizarre au sommet.
-Les Pokémons locaux agissent bizarrement et semblent agressifs. Présence d'espèces impossible à trouver dans ce genre de milieu
-Lucki a été attaqué à vue par certains d'entre eux, et ils semblent se déplacer en groupe prudence.

-Si demande ou nouvelles instructions, renvoyez ce Tylton en lui demandant de ''retourner voir Cael''.


Voilà des information plus qu'intéressantes, il en fit alors part à Heath, Benjamin, Seth et Eryn qui étaient à coté. Il griffonna rapidement à son tour sur le papier, disant à Cael de rester au-dessus d'eux pour les prévenir si des ennemis s'approchaient. Voilà donc une bonne chose de faite et en plus ils avaient deux personnes qui savaient où se trouvait la fameuse usine.

-Bon eh bien Seth, si tu veux bien nous guider. Il est temps d'aller bouffer du rouage !

Orren se mit alors en route aux cotés du garçon monté sur son Mastouffe. Il en profita pour faire sortir la quasi intégralité de son équipe. Il libéra son Diamat, sa Drakkarmin et son Ptyranidur, leur demandant de cheminer avec eux et de rester vigilants. Loki avança à coté de son dresseur avec Skoll, Mjölnir se mit devant juste à coté du Mastouffe tandis que Ragnarok semblait curieux des nouvelles personnes et s'approcha doucement d'Eryn, la reniflant d'un air idiot. Toutes les pensées du dracologue étaient tournées vers cette fameuse usine... se demandant si il ne s'agissait pas de la planque de la Team Rouage. Parfois quelque chose de très visible permettait d'enlever tout soupçon. Pourquoi avoir des doutes sur un immense bâtiment pas du tout caché des autres ? Il ne parlait pas, bien trop concentré, il tentait d'être à l’affût du moindre bruit, s'attendant à être attaqué à tout moment. D'un seul coup, Sookie se téléporta devant Mjölnir, manquant d'effrayer celle-ci qui aurait put l'attaquer de surprise. Orren reconnut rapidement la Tarsal de sa soeur et s'avança vers elle.

*Un élève est sorti du bâtiment, il a combattu la Team Rouage. Aileen y va.*

-Ok, on arrive. La Tarsal disparut alors pour retourner vers sa dresseuse. Aileen et son groupe ont trouvé un élève qui a combattu la Team dans ce fameux bâtiment. On y va, il est temps de régler quelques comptes et de retrouver les autres qui ont été kidnappés.

Orren alla alors presser le Phyllali, qu'il se dépêche de les guider et se mit à courir aux cotés du Mastouffe avec son équipe. Il faisait attention à ne laisser personne derrière et connaissant les soucis d'asthmes d'Eryn. Il ralenti alors pour se mettre à sa hauteur en sifflant à Mjöl de venir et attrapa la Mentali sans grande cérémonie pour l'aider à grimper sur le dos de la Drakkarmin.

-Mjöl te protégera et puis je sais que la course c'est pas ton fort. Petit sourire rassurant. Allez cramponne toi bien, on va aller trouver les autres !

Il se remit alors à courir en se laissant guider par Seth et son Pokémon. Orren sentait un véritable noeud se former dans son ventre. De la peur ? Non. Plutôt une excitation grandissante au combat qui approchait. Il avait hâte de faire payer à la Team tout ce qu'il avait subit par leur faute. Et puis il y avait tout ces élèves kidnappés. Des membres de son dortoir, certains de ses amis, des gens dont il était proche. Hors de question de rester les bras ballants. Un grand sourire sadique étira ses lèvres faisant pousser un hurlement sinistre à son Démolosse et Orren en sourit encore plus. Que la chasse commence !
Au bouts de plusieurs minutes de courses qui laissèrent quand même Orren à bout de souffle, ils commencèrent à entendre une sirène d'alarme qui ne présageait rien de bon. En effet un grand bâtiment se profilait devant eux et la puissante alarme retentissait dans la jungle. Orren tendit un poing fermé au dessus de sa tête signalant qu'il devait s'arrêter. Il reprit doucement sa respiration en observant le QG de la Team. Il y avait une grande porte devant eux, mais nulle trace de l'autre groupes. Sûrement étaient-ils arrivé à un autre endroit. ou peut être étaient-ils déjà tous dans le bâtiment. Du moins Orren pointa du doigt la porte du doigt et rassembla son équipe de Pokémons, laissant Eryn descendre de Mjöl.

-Bon moi je compte attaquer de front, faire le plus de boucan possible. J'ai une équipe de Dragons donc je devrais tenir le choc si jamais y en a qui se ramènent, mais si quelqu'un veut m'accompagner je suis pas contre. Heath, tu viens avec ou t'as une autre idée ?


HRP :
-Orren réponds aux railleries d'Aileen et Heath
-Il n'interviens pas quand Benjamin s'en prends dans les dents, le jugeant un peu trop prétentieux même
-Il répond à Alban, approuvant l'idée de la poste
-Seth arrive et Orren l'écoute
-Aileen apporte le mot de Cael, Orren y réponds après en avoir informé les autres en demandant à Cael de les survoler pour surveiller
-Il demande à Seth de les guider vers l'usine
-Sookie arrive et préviens Orren que les autres vont à la base après avoir trouvé l'élève. Orren y court en pressant Seth
-Il fait monter Eryn sur Mjölnir (Drakkarmin) et va vers le bâtiment en courant avec tout le monde
-Ils arrivent devant le bâtiment, une alarme retentit et une grande porte se trouve sur l'enceinte, mais pas de groupe d'Aileen, soit ils sont dans le bâtiment, soit ils sont de l'autre coté mais pas le temps de vérifier
-Orren prévoit d'aller attaquer de front avec ses Dragons, il demande qui veut l'accompagner
-Il demande à Heath si il a une autre idée


GROUPE ORREN :
Orren / Heath / Eryn / Seth / Benjamin / (Cael au dessus dans les airs ?)

Si d'autres gens veulent suivre Orren ou son groupe du moins qu'ils ne se gênent pas ! Ça va taper sévère !



Orren Losvrôk
If you resist, You'll feel the darkness penetrate on you. Don't resist. To the appeal of twilight...Let the darkness absorb your light...
Heath S. Jones
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t3513-0255-heath-s-jones-noctali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t3550-heath-s-jones-noctali
Taille de l'équipe : 6
Région d'origine : Unys
Âge : 15
Niveau : 28
Jetons : 332
Points d'Expériences : 598
6
Unys
15
28
332
598
pokemon
6
Unys
15
28
332
598
Heath S. Jones
est un Topdresseur Spé. Type
Une petite blague par ci par là, le préfet Voltali qui, bien qu'amusé, s'empressa de manifester son désaccord. Bien sûr, j'avais ajouté mon grain de sel et la répartie de mon collègue n'avait pas tardé à se faire entendre, mentionnant encore et toujours qu'il avait hâte de me voir à l'oeuvre et, bien sûr, en réponse directe à mes mots, il m'avait gentiment offert de me faire avaler ces mêmes pétales. Voilà de quoi me faire ricaner malicieusement, telle la fourbe créature que j'étais véritablement. Allais-je lui laisser le dernier mot? Certainement pas, quitte à avoir l'air d'un bouffon, je préférais encore voir sa tête ou, mieux encore, entendre la prochaine réplique qu'il pourrait bien me retourner.

- Me les faire manger? Tu serais prêt à cuisiner pour moi?! C'est trop, voyons, je ne le mérite pas. Tu es trop bon! Mais me voir en action... Je te pensais plus réservé, parler de cela en public, très cher! Un peu de pudeur, le moment viendra.

Tout le reste s'était enchaîné très vite, au point de ne plus savoir où donner de la tête. L'adolescent que j'avais réveillé dans le bus ne manquait pas d'idées et il ne se pria pas pour toutes les exposer de manière courageuse, sans détour et de manière claire. Tous eurent l'air satisfait et, dans la foulée, un message nous parvint de la part d'un ranger que j'avais rencontré la veille par d'hasardeux événements. Après avoir pris conscience des informations que contenait ledit message, je laissai le préfet Voltali renvoyer le colis et commençai dès l'or à me faire pensif, non sans suivre mon dit collègue. Les événements se succédaient à un rythme ahurissant, mais nous devions garder la tête froide et formuler un raisonnement pratique. Je devais faire mes preuves, ce point avait été souligné à de nombreuses reprises et, vu mon poste nouvellement acquis, c'était l'occasion parfaite pour me bâtir réputation et crédibilité. Maintenant, je devais simplement m'assurer de le faire de façon intelligente.

Imitant les autres, je laissai sortir Harley, la Lapras étant plus sérieuse et concentrée qu'à ses habitudes, comprenant par l'absence de sourire sur mon visage que nous allions bientôt passer aux choses sérieuses. M'installant sur la carapace de ma compagne, je laissai celle-ci s'occuper du déplacement, s'aidant de plaques de givres sur lesquelles elle pouvait glisser, lui permettant aisément de suivre le rythme des autres Pokémon plus taillés pour ce genre de course. C'est d'ailleurs durant ce déplacement que nous arrivâmes de nouvelles informations sous la forme d'un Tarsal, s'adressant vraisemblablement à Orren. L'équipe de la Pyroli avait croisé un élève qui avait réussi à entrer et même à combattre des membres de la Team. Les esprits n'en avaient pas fini de s'échauffer et le dracologue l'illustrait trop bien. Courant de manière stupide au lieu de conserver ses forces pour le combat à venir. Certes, il avait l'air de posséder une bonne forme physique, mais ce n'en était pas moins idiot. Nous n'avions aucune idée de ce qui nous attendait là-bas, mais personne ici ne semblait le voir de cet oeil. Pire, ils en étaient carrément à sonner la charge, comme si cela allait nous laisser le moindre jeu. Je serrai les dents, tendu et nerveux, conscient d'être le seul ici en position d'empêcher le tout de déraper. Voilà qui était grisant.

Le groupe s'immobilisa au signal de notre chef de guerre, que je m'empressai d'ailleurs de rejoindre en rangeant Harley. Côte à côte, nous étions aussi différents que toujours. Lui, massif et solide, bestial et puissant tel ses dragons, prêt à enfoncer la porte du devant et à broyer les os de ses ennemis. Moi, rusé, ricanant et vif, malin, prêt à me faufiler sournoisement dans le noir pour prendre mes ennemis à revers et leur déchiqueter la gorge, tel ou loup sauvage dans la nuit. En fond, une sirène retentissait du haut du bâtiment à abattre, le fort à conquérir. Orren allait-il enfin être obligé de réfléchir? Quel espoir vain, su-je lorsqu'il m'exposa son plan. Entrer et faire autant de boucan que possible, croyant ses dragons capables de mener l'assaut et de résister. Au final, cela m'arrangeait presque, d'autant plus qu'il avait du sentir mes intentions dans mon attitude, comme le prouva sa question. Un rictus diabolique au coin des lèvres, mon perçant regard de cristal toujours braqué sur la base des Rouage, je lui répondis d'une voix plus grave et plus profonde qu'à l'habitude. Ma véritable voix, pas celle que j'utilisais pour fanfaronner, loin de là.

- Ton plan est complètement idiot, mais il m'arrange bien. À force de se concentrer sur les gens là dedans, tout le monde a oublié le plus important. Il nous faut quelqu'un pour infiltrer la base et profiter de votre diversion pour tenter d'atteindre un centre de commandement, quelque chose comme ça. C'est l'occasion pour ramasser des informations, ou même trouver le plan et les caméras de cette base ou lever ce je ne sais quoi qui brouille les communications, qu'est-ce que j'en sais. Il faut que quelqu'un aille couper la tête du serpent. Mais nous sommes aveugles alors... Oh?

Je m'interrompis lorsque fit irruption, dans mon champ de vision, un Lucario qui ne m'était pas inconnu. Exactement ce qu'il me fallait pour nous guider et nous permettre d'éviter les sbires rouages dans ces dédales de couloir. Si son propriétaire acceptait de m'accompagner, la moitié des soucis techniques, facilement, seraient alors poussés hors de notre chemin.

- Je vais avoir besoin d'un guide, est-ce que ton dresseur et toi êtes disposés à m'aider? Ce sera une aventure inoubliable, promis. Par contre, je ne sais pas dans quel état on en reviendra, si retour il y a. Partant?

Mais il y avait autre chose. Aussi débrouillard et malin que je l'étais, j'allais finir par rencontrer un os à un moment ou à un autre. Qui dit base secrète et organisée dit technologie de pointe la plupart du temps, comme celle qui était sans doute responsable du brouillage des ondes par exemple. Enfin, ça ou c'était du à des Pokemon, comme l'avait suggéré plus tôt un voltali, mais nous ne le saurions qu'au moment venu. Dans tous les cas, j'aurais besoin d'un tout petit peu plus de support et je connaissais très exactement l'homme qu'il me fallait. Me tournant vers la petite foule, je fis signe à l'un de mes noctali, l'un de mes colocataires sur Cobaba, de nous rejoindre.

- J'ai besoin d'un mécanicien. Qui sait comment est organisée leur base là dedans et puis si on trouve un panneau de contrôle, il nous faudra un magicien pour faire sortir le lapin du chapeau. Tu en es?

Voilà qui s'annonçait de mieux en mieux. L'organisation froide, des plans machiavéliques en tête, la chance de se démarquer et de se faire quelques ennemis notoires. C'est la plus belle journée  de ma vie, assurément! Ayant recouvré mon enthousiasme, sans pour autant me départir de ce sérieux inhabituel, mon regard vint se planter dans celui du préfet Voltali. Et puis, aucune de mes répliques ne serait complète sans ce petit rire purement moqueur, que dis-je "trollesque".

- Il ne nous manquera plus qu'une sanglante et magnifique diversion. T'es à la hauteur, mon coeur?



Spoiler :
-Heath répond à Orren, toujours au sujet de la blague yaoi d'Aileen.
- Il suit le groupe Orren dans la forêt à dos de Lapras, elle se fait des plaques de glace pour se faire glisser et avancer plus vite, attention derrière!
- Il va rejoindre Orren et lui expose son plan d'infiltrer de son côté pour chercher des informations/une salle de contrôle.
-Il apostrophe Lucki pour lui demander si lui et son dresseur peuvent l'accompagner.
-Il apostrophe Abel pour lui demander s'il peut aussi venir, il va avoir besoin d'un mécano dans la base.
-Il se retourne finalement vers Orren et lui demande, en le narguant au passage, s'il se sens capable de leur faire une diversion.


Dernière édition par Heath S. Jones le Lun 20 Juil - 4:00, édité 1 fois


Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues ! - Page 5 2XQIIntrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues ! - Page 5 Miniat_6_x_087Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues ! - Page 5 2XQKIntrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues ! - Page 5 2XQL Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues ! - Page 5 2XQMIntrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues ! - Page 5 Miniat_6_x_044
Let's face it, this is not the worst thing you've caught me doing.
Kasai Hajime
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t8971-606-kasai-hajime-il-n-y-a-pas-que-les-anges-qui-sont-blonds-aux-yeux-bleus-noctali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t8976-kasai-hajime-noctali#90830
Icon : bim
Taille de l'équipe : 2
Région d'origine : Johto
Âge : 16
Niveau : 16
Jetons : 4441
Points d'Expériences : 486
bim
2
Johto
16
16
4441
486
pokemon
bim
2
Johto
16
16
4441
486
Kasai Hajime
est un Pokeathlète Coach

Partis, ils étaient tous partis. Et mince, pourquoi Nox l'avait pris pour l'emmener vois Jackie hein ? Abel aurait du au moins se débattre mais non, il était curieux. Un peu trop c'est qu'il le mena à sa perte. Ou pas, en fait, une fois que le type bizarre l'ayant lourdement dragué par Ipok auparavant  lui avait expliqué sa manœuvre. Le vert avait haussé les épaules et était parti. Aucun intérêt. Dans les faits c'était amusant mais à faire en vrai, ça l'était beaucoup moins. C'est cocasse de parler de réalité dans un rp vous ne trouvez pas ? On s'en fiche je dois me dépêcher ? Peuh vous n'êtes décidément pas drôles. Bref, puisque le vert avait raté tout le brainstorming sur ce qu'il fallait faire en cette journée et le lendemain, il dut rentrer dans sa maisonnette accompagné de son fidèle starter (et non pas de l'autre débile d'Eustass). Comme la plupart des élèves étaient en vadrouille à Cobaba en train de faire Abel ne sait quoi, ce dernier lunettes sur les yeux et fer à souder dans les mains s'amusait à essayer de fabriquer une sorte de mini drone. Il en avait esquissé les plans sur Lansat et c'était parfaitement le bon jour pour construire et finaliser son prototype vous ne trouvez pas ? Ça pouvait toujours servir pour filmer en hauteur et débusquer ce qui fallait. En plus de cette construction qui lui prit un minimum de 6heures non stop, le Noctali répara une caméra cassé qu'il avait récupéré dans un atelier vide, il ajouta une fonction pour le moins importante, le fait qu'elle pouvait se mouvoir via une télécommande à ultrason tiré d'une voiture téléguidée pour enfant. Ce qu'on peut faire comme prodige avec la technologie. Il passa une nuit blanche à travailler ses engins technologiques dans le plus grand des calmes et du silence. Son starter dormant tranquillement sur son bureau improvisé, à savoir la table de la maisonnette. Aucun de ses compagnons de maisonnette n'avaient râlé, il était parfaitement discret et ne provoquait aucun bruit dérangeant (oui oui le fer à souder n'a pas été utilisé dans la nuit ne vous inquiétez pas).

Le lendemain, malgré la nuit passée à travailler, le jeune homme était frais comme un Magicarpe et prenait un café en regardant ses camarades se réveiller l'un après l'autre :
« Vous avez passé une bonne nuit mes chers camarades ? » Demanda-t'il en un sourire charmeur ? Peut-être qu'Alban stressait ou bien non, en tout cas Heath semblait au mieux de sa forme. Tant mieux pour lui alors. Le scientifique partit ensuite prendre sa douche, puis enfila une tenue noire assez sobre comparé à son style habituel plutôt voyant. Il réveilla ensuite Emerald qui l'aida à ranger correctement dans son sac toutes les inventions qu'il avait faite pendant ce semestre à Lansat et qu'il avait fabriqué dans la courte nuit qu'il avait passé. Une fois prêt, direction le lieu de rendez-vous qu'avait indiqué le préfet Noctali à son camarade de dortoir ayant malheureusement raté la réunion top secrète regroupant tous quelques élèves de l'académie (tu parles d'un secret, tous étaient au courant, ce serait un miracle que la directrice n'en ait pas non plus entendu parler). Bref, un type les attendait avec un Wailord qui les conduirait à l'île Frista, pas mal. Tu parles d'une chance qu'un élève possède un tel Pokémon, ce n'était pas donné à tous le monde. Face à cela, le mécanicien faisait pâle figure avec son starter encore dans sa première évolution et un Terhal ne servant qu'à le troller. Une fine équipe en soit.

Sur la plage, le jeune homme put croiser la préfète en chef s'apprêtant à monter sur son Lapras (désolée je ne me souviens jamais de l'orthographe exacte de ce Pokémon, donc merci Estelle pour m'avoir fait connaître le nom en anglais), il l'appela avec toute la politesse qu'il possédait avant d'aller à son encontre.
« Miss préfète en chef, je suis terriblement désolé de ne pas avoir pu participer à votre réunion d'hier et aux fouilles dans Cobaba mais j'ai fabriqué des objets qui pourront nous être utiles en cas d'intrusion de base si la team rouage est bien sur cette île. Voilà, pardon de vous avoir dérangé. » Il s'inclina ensuite respectueusement avant de monter sur l'immense Pokémon eau. Alors si vous vous posez la question, non il n'allait pas lui faire un compliment de peur de s'en manger une et encore moins lui faire des avances, si elle était la préfète Pyroli ce n'était guère pour rien. Il y avait foule qui s'empressait sur l'énorme créature, tant de personne voulait se la jouer héros du jour ? Comme c'est pathétique de rechercher une gloire éphémère comme celle-ci. Les participants ne voulaient pas se donner mauvaise conscience et encore moins rester sur le banc de touche. Pour le vert c'était différent, il avait une amie à aller chercher et la gloire disons,.. Qu'il n'aime pas la partager et dans un tel contexte, c'est en groupe qu'ils devront briller. Très peu pour le Noctali qui n'était pas des personnes mangeant de ce pain là. Il aiderait les personnes, mais rien de plus. Le jeune homme s'évanouirait dans la nature une fois la besogne accomplie. Aucun sentiment de satisfaction le parcourant. Tout ce qu'il voulait c'était libérer les pauvres gens n'ayant rien demander et surtout sa première véritable amie avec qui il avait fait des bêtises plutôt sympathiques : la petite blonde qualifié espoir. Mais aussi Ruby, une rouquine assez maladroite mais dont les réactions étaient on ne peut plus amusantes. Il ne fallait pas l'oublier non plus !

Bref, une fois monté à bord (peut-on dire ça si on monte sur un Wailord?), il ne se mit pas très loin d'une jeune femme aux cheveux blancs qu'il n'avait encore jamais vu au sein de la Pokémon Community. Sûrement une nouvelle datant du  juillet. Il n'y avait pas qu'elle d'ailleurs (c'est juste que le vert avait fait une fixette sur la couleur de ses cheveux), beaucoup de nouveaux arrivants étaient présents, pourquoi faire puisqu'ils ne connaissaient les enlevés ni d'Eve ni d'Adam. Une bande d'ados téméraires qui se pensent meilleurs que les autres, une bande d'imbéciles (attention, Abel aime les personnes présentes pour sauver leur amis, mais ceux qui y participent pour en tirer une quelconque gloire, il ne peut pas les blairer, c'était la parenthèse bonsoir). Soupirant, il se mit en tailleur, son sac empli de matériels sur les jambes et son starter sur la tête qui contemplait l'horizon avec ses lunettes de Soleil triangulaire. Quelle croisière de fortune. Ça n'avait d'ailleurs pas l'air de grandement plaire à la voisine du scientifique qui ne semblait pas au meilleur de sa forme, malade en mer hein ? Trouvant là un moyen de tuer le temps oui le jeune homme n'était pas très patient, il laissa son Pokémon garder ses affaires et s'avança vers la demoiselle au Galvaran. Il posa délicatement sa main dans son dos et lui demanda doucement comment elle se sentait. Aucune réponse. Bien quoi ? Il n'avait pourtant pas l'air d'un stalker, si ? Urff pas de chance. En tout as la demoiselle semblait totalement hermétique aux paroles du vert. C'est alors qu'Emerald débarqua tendant l'Ipok du vert sur une fonctionnalité qu'avait crée le jeune homme, juste pour voir s'il était capable de crée des applications. Il avait réussi, à partir d'un logiciel existant à créer une mélodieux faite à partir de sa propre voix et s'était éclaté à faire une petite berceuse. Oui, quand le mécanicien s'ennuie, il n'y va pas à moitié.

Pour tenter de calmer la jeunette, il mit en route la douce mélodie qui sembla peu à peu l'apaiser. Gg n'est-ce pas ? Content que le truc random qu'il a confectionné marche, il fit un highfive à son starter qui eut une splendide idée pour le coup. La jeune femme demanda même un second tour. Les deux vert se regardèrent alors, ils 'avaient rien d'autre en stock. Damn, ça vous tenterait de faire une impro là, en mode freestyle même si le dresseur ne savait pas s'il était doué en chant ou non. Il fit alors une note avant que pile au bon moment, le Wailord débarqua sur la plage. Hallellujah ! Il laissa alors la demoiselle tranquille, la laissant ainsi se reposer. La damoiseau prit son sac et son Arcko sur l'épaule avant de glisser sur le tête du monstre marin et d'attérir en freestyle sur la plage. On a la classe où on ne l'a pas !  Il vit alors le groupe que constituait la majorité des préfets à savoir Orren, Calliope, Aileen et Heath (les absents étant un peu hors-service). Il les salua tout en écoutant leur plan. Il fallait donc se séparer en deux groupes pour arpenter les environs. En effet c'était bien plus sûr.  Orren fut le premier à séparer les élèves, et ben dit donc, l'arriviste en chef ne faisait pas dans la dentelle (humour humour). Il rejoint alors le groupe du ténébreux et du bleu ne voulant pas stalker encore plus Aileen (qui va finir par croire qu'il la suivait). Il vit alors une certaine rivalité émaner d'Heath et d'Orren ce qui fit pouffer intérieurement le jeune homme et son Arcko qui le remarqua aussi. Il y avait aussi de l'orage dans l'air entre un petit blondinet et la brunette Pokéathlète des Pyrolis. C'était une situation assez amusante à voir il fallait dire.

« Bon ce n'est pas que je m'incruste.. Si en fait, je dois venir avec vous, un mécanicien peut toujours être utile n'est-ce pas ? » Fit le vert à Orren et Heath qui commençaient à pénétrer dans la forêt les recherches pouvaient alors débuter (elles avaient déjà débuter ? Je suis pauméeee). Le vert sortit alors son drône miniature de son sac et le mit en place avec l'aide d'Emerald. Il put alors le faire un peut s'envoler via l'application qu'il avait installé sur son Ipok, ce portable était un véritable bijou en terme de technologie il n'y avait pas à dire. Ainsi, grâce à sa machine, il put surveiller les hauteurs dans un rayon de 50 mètres (fallait pas trop en demander non plus). Rien de vraiment intéressant à l'horizon mis à part un signal bizarre venant de la forêt au nord mais rien de dramatique en soit. Juste une mauvaise image comme si les appareils étaient brouillés. Septique, Abel voulut le dire à ses camarades seulement ils semblaient avoir tous disparu. Et merde, quelle idée de les perdre de vu maintenant ! Il se retourna alors vers son starter.

« Tu n'aurais pas pu me prévenir par hasard ? » Le petit Arcko le regarda alors avec de grands yeux du style : tu ne me l'avais pas demandé.
« Mais enfin c'est logique non ? Franchement tu es presque aussi utile qu'Eustass là ! Merci d m'aider vraiment ! » s'écria-t'il. En parlant du Terhal, ce dernier sorti comme une fleur de sa Pokéball afin d'examiner la dispute entre les deux partenaires pourtant si complices, il fit même la traduction de ce que disait l'Arcko en langage Pokémon.
« Mais t'arrêtes de dire des bêtises ! J'étais aussi concentré sur toi sur l'Ipok au cas où je verrais quelque chose ! Et qui t'aide à construire tes machines bidons ? Qui te conseille en matière de flirt ? Qui t'a toujours épaulé ? » Fit Eustass à son dresseur qui commençait à devenir rouge de colère.
« Mes machines bidons ? Je te demande pardon ? On a fait des talkie-walkie des mini-caméras avec presque rien tu ne vas pas dire que c'est bidon ça hein ? » S'exprima avec rage envers son Arcko qui lui aussi commençait à sérieusement bouillonner intérieurement.
« Ah ! Tu vois toi aussi tu dis on comme quoi je t'ai aidé ! »
« Wow c'est super qu'une créature de ta taille pouvait m'aider ! Tu ne peux rien faire à part grimper aux arbres et encore ! En plus ce n'est pas avec une telle allure que tu brilleras, si tu attires l'oeil c'est grâce aux accessoires que je t'ai créé ! » Fit avec mauvaise fois le vert ce qui fit trembler dans tous les sens son starter commençant bizarrement à briller de toutes parts. Trop, c'en était décidément trop pour le compagnon Pokémon, il  n'allait pas laisser son ami parler de la sorte.
« Que ? »
« Je ne suis qu'une petite créature peu puissante c'est ça que tu oses me dire ? » traduit Eustass de plus en plus amusé par la situation. Le starter d'Abel commençait à émettre un rayonnement de plus en plus fort. Au bout de quelques secondes la lumière qu'il émettait était si vive que le scientifique dut fermer les yeux pour ne pas finir aveugle.
« Qu'est-ce que tu en dis le gringalet ! Je suis faible ? » Traduisit lentement le Terhal qui n'en revenait pas de son œil. C'était bien Emerald devant lui ?

Abel ouvrit son regard émeraude qu'il posa sur son ami de toujours et planta. Non. Vraiment ? Était-ce bien Emerald qu'il avait devant ses yeux ébahis ? Impossible, il avait..
« évolué.. » Fit le Noctali en un murmure. Il n'en revenait pas, la dispute et sa raison s'envola alors, il était heureux, si heureux qu'il se jeta au coup de son ami complètement changé.
« Je suis désolé Emerald, vraiment désolé c'est ma faute... Je suis heureux, heureux de te voir comme ça, c'est... C'est magnifique. » Des larmes de joie perlèrent de ses orbites vertes. Bye bye virilité (comme si la virilité empêchait de montrer ses sentiments, c'est idiot). Acceptant les excuses de son ami, le Massko fit une étreinte à son tour, c'est ça les bases d'une amitié comme on les aime !
Le scientifique se releva alors, contemplant son coéquipier, il était d'une classe sans pareil.
« Wow, juste wow ! Mais je me demande comment tu vas faire pour monter sur mes épaules ! Haha, tu vas devoir marcher maintenant mon grand ! » Plaisanta alors le jeune homme alors que son starter lui répondit en souriant semblant dire : t'es neuneu !
« M'enfin, on est quand même en marge de la mondialisation là... Eustass pour une fois tu vas pouvoir réellement nous aider, tu arriverais à les localiser? » Demanda Abel sachant qu'il n'avait de toute façon pas d'autre choix que de demander à son double-type.
« Tu payes combien ? » Rétorqua le Terhal.
« Comme si tu pouvais en faire quelque chose ! » répondit l'étudiant en un sourire.
« J'avoue.. » fit la créature trollesque. Il se concentra ensuite afin de localiser les camarades du scientifique. Il réussit à les trouver au bout de quelques minutes. Apparement, ils étaient dans l'endroit bizarre qu'avait détecte auparavant le mécanicien. Pratiquement tous y étaient sauf qu'il y avait un problème, les ondes semblaient se comporter bizarrement la bas, comme constamment en interférences. Ça promettait. Rangeant précipitamment son drone et son Ipok, Abel et Emerald hochèrent la tête de concert avant de courir pour se précipiter dans le coin nord de la forêt. Ils pouvaient alors y voir Orren, Heath, Seth avec un spectre.. What un spectre ? C'est rare m'enfin, le stratège s'était peut-être attrapé un nouveau camarade entre temps.

« Pardon, je vous avais perdu de vue, qu'est-ce qu'on fait maintenant ? » Questionna-t'il au groupe d'étudiants prêts à entrer dans le bâtiment dont une alarme tonitruante retentissait. Sympa l'accueil. Il regarda ensuite Heath qui semblait avoir besoin d'un Mécanicien, parfait timing vous ne trouvez pas ? « Un mécanicien n'arrive jamais en retard, ni en avance d'ailleurs. Il est toujours pile à l'heure. Je suis votre homme, j'ai tout ce qu'il faut, Talkie-walkie, mini-caméra, drone et quelques autres petits bijoux mais je préfère vous en laissez la surprise ! » fit le scientifique en un clin d'oeil. C'est ce qu'on appelle communément de la chance d'être si vite demandé n'est-ce pas ?


HRP :
JE L'AI FAIT OD BIJONL
-Abel construit une bonne partie de la nuit son mini drone n'ayant pas retrouvé le groupe d'Aileen
-Il s'excuse auprès de cette dernière avant l'embarquement
-Sur le Wailord il essaye de rassurer Opale du mieux qu'il pouvait
-Une fois sur la plage il rejoint le groupe des préfets dont il perdra vite la trace dans les bois puisqu'il était en train d'observer le nord de la forêt avec son drone miniature
-Il se dispute avec son starter ce qui provoque son évolution en Massko
-Il rejoint ensuite le groupe d'Orren Heath et Seth grâce à son Terhal Eustass.

Evolution Arcko>Massko pour la modération
Opale Valery
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t3601-0261-opale-valery-j-ai-parcouru-la-distance-pyroli
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t3610-opale-valery-pyroli#39099
Taille de l'équipe : 2
Région d'origine : Archipel Orange
Âge : 14 ans
Niveau : 12
Jetons : 373
Points d'Expériences : 170
2
Archipel Orange
14 ans
12
373
170
pokemon
2
Archipel Orange
14 ans
12
373
170
Opale Valery
est un Coordinateur Mode
Morning has broooken... Mmm... tu aimes cette musique ? Elle est jolie n'est-ce pas ? Bon je ne la chante pas bien, même dans ma tête, mais je l'aime beaucoup. Elle a cet effet bizarre qui pousse à regarder le monde de manière différente, comme si j'enfilais des lunettes avec des verres arc-en-ciels. Et vu que je me promène seule dans une forêt inconnue, sans vraiment d'idées sur le lieu où je vais, avec pour seul défense un lézard qui court après sa queue depuis vingt minutes... un peu de couleurs ne fait pas de mal. Sans surprise, ce dont je témoigne ressemble aux photos déjà aperçues à l'Office du Tourisme. Les arbres sont très grands et bien que nous soyons en plein jour, sont tellement feuillus que je ne vois pas le soleil. Le sol est assez humide, les pokémons ont l'air particulièrement nombreux... et bruyants. C'est étrange, ils ont l'air assez agités. Jusqu'à présent la progression est plutôt calme et en parlant de pokémon, Pépite a arrêté de chercher sa queue... D'ailleurs, je ne le vois plus, où est-il passé ?

De ce que j'ai appris, la Team Rouage enlève les pokémons pour je ne sais quel usage et il se pourrait bien que je n'ai pas été assez vigilante. Je commence à paniquer un peu, bien sûr je ne connais pas Peps très bien mais je souffrirai beaucoup de ne plus l'avoir à mes côtés. Mine de rien, il aura été une présence rassurante à plusieurs reprises et son option luminaire est un atout non négligeable pour les sorties nocturnes. À l'origine je n'avais pas réalisé, mais ses marques de naissance en font un pokémon rare, aussi ses couleurs sont altérés et même sans changement drastique de teinte cela en fait un chromatique. Ce ne serait pas surprenant alors qu'il l'ait pris pour cible. Je reviens sur mes pas mais ne vois rien, je commence à l'appeler pas de réponse. Mon iPok vibre mais ce n'est pas le moment. Mon rythme s'accélère, je cours, je me fraie un chemin entre les branches, je crie, je m'affole, mes vêtements sont déchirés par les arbres, mes cheveux accueillent toutes sortes de brindilles et feuilles mais ça ne m'importe pas. Et s'il avait mal ?

Et si j'étais regardée en ce moment ? Et s'ils avaient les pokémons de la forêt sous leur tutelle ? S'ils ne logeaient pas dans un bâtiment mais possédaient l'île entière ? Tu comprends ma peur ? Mon angoisse ? Je ne peux m'empêcher de penser que s'ils ont pris Pépite, ils vont m'attraper moi ensuite ! Cela fait-il de moi une égoïste ? Peut-être que je devrai rentrer, peut-être n'aurai-je du jamais mettre le pied sur cette Île ! Les professeurs sont sûrement en train de régler le problème ? Ils vont retrouver Pépite, je n'ai pas besoin d'être là ? Si ? Tu ferais quoi à ma place ? Pour une fois réponds-moi, j'ai besoin d'une réponse !

J'aperçois au sol une trace laissée par un pokémon souterrains, vous savez quand la terre est retournée, et autour des empreintes qui semblent appartenir à une créature de la taille de mon lézard.  Je remonte à la source et vois enfin mon compagnon sautiller dans tous les sens pour essayer d'attraper un taupiqueur s'amusant de son énergie. Tu n'imagines pas comme je suis rassurée. Je m'agenouille à côté de lui et le calme en le prenant dans mes bras ce qui provoque le départ du pokémon sol. Un peu déçu, Pépite pose enfin ses gros yeux bleus sur mon visage et semble comprendre mon inquiétude. Ses longues oreilles tombent sur le sol et il a l'air désolé. Je lui caresse le ventre pour le rassurer et regarde autour de nous, je pense m'être perdue.

Je sors enfin mon iPok et m'aperçois de nouveaux messages reçus par mes amis d'internet. Ils ont été très efficaces, je compte vraiment sur eux pour m'apporter les informations qui me manquent et sûrement retrouver mon chemin. Je sens aussi un soulagement immense de savoir que nous pourrons dorénavant communiquer, même lorsque je serai seule, et ce qui risque d'arriver souvent, ils seront là.

Hello ! On trouve pas mal de choses sur internet sur l'entreprise, notamment des articles qui les accuseraient d'être de mèche avec la Team Rouage. Fais attention !
Tanuki

Merci ! Je mène l'enquête !
Electr@


Bon ! Voilà qui n'augure rien de bon... Moi qui avais pourtant l'intime d'espoir de rencontrer des gens amicaux qui pourraient m'enseigner plein de trucs sur la mécanique et tout, rien de tout cela. Chou blanc. Dois-je vraiment m'y rendre et prendre ce risque ? Après tout, rien ne m'y oblige... Je suis seule, personne ne me verra faire demi-tour maintenant, ou simplement m'arrêter ici... Pourquoi j'ai ce sentiment bizarre de vouloir faire la « bonne » chose ? Pourquoi transformer ce questionnement en dilemme moral ? Arrrrgh ! Et puis si je n'y vais pas, c'est aussi pour protéger Pépite ! Il va se faire zigouiller là-bas ou bien enlevé ! Non ? Pourquoi je me pose toutes ces questions ?

Le pokémon électrique avait déroulé la carte et montrait de sa petite patte le gros bâtiment dessus... Il a l'air motivé... Cependant je ne suis pas vraiment sûr qu'il soit de bon conseil pour ce genre de chose... De bon conseil tout court d'ailleurs. Je caresse sa peau reptilienne sur le front, je m'amuse toujours des réactions très physiques de certains pokémons. Peu importe s'ils vont bien ou pas, ils sourient quand on leur caresse la tête, ils accourent quand ils sentent la nourriture... C'est marrant... Oh et puis zut ! J'en ai marre de me poser toutes ces questions et puis si je ne fais rien, premièrement je vais m'emmerder sévère et deuxièmement j'aurai forcément des regrets. Aller ! En route la troupe !... Ah oui, c'est vers où déjà ?

Pépite a flairé quelque chose... Il colle son pif au sol et se met à courir en hurlant. Je lui fais confiance et après avoir seulement quelques mètres et deux trois buissons, nous découvrons encore des traces qui sont d'une tout autre proportion que celles d'un taupiqueur. Le sillon se dirigeait sûrement dans notre direction. Je me souviens avoir discuté avec une élève qui me parlait des professeurs. Elle avait évoqué Monsieur Yade et m'avait expliqué qu'elle s'était faite bousculer par son Steelix à plusieurs reprises. Vu la largeur du truc et les particules métalliques parsemant le sol... j'en déduis qu'il est passé par là. C'est plutôt bon signe de savoir que les professeurs sont là-bas, c'est moins bon signe de se dire qu'ils n'en sont jamais revenus. Je ravale la boule qui me monte à la gorge et décide vaillamment de prendre la direction du bâtiment des rouages.

Nous arrivons rapidement autour du bâtiment. Je vois au loin des élèves rassemblés, je préfère faire mon petit tour toute seule. Je contourne donc la grosse bâtisse tranquillement et j'entends résonner une alarme. Il s'agit sûrement des élèves... Si je n'avais pas été seule avec un crapaud jaune j'aurai applaudi. J'imagine que maintenant qu'ils ont sonné, inutile de tergiverser, il va falloir entrer. En longeant les murs j'ai découvert plusieurs portes assez espacées, mais celle qui se trouve sous mon nez semble avoir déjà été ouverte... En effet, écrasée dessus -mais quelle horreur- une sorte de fruit avec un visage avait complètement explosé et du lait de coco traînait partout autour. Toujours en quête de nouvelles saveurs, Pépite n'hésita pas à aller goûter le fameux met avant d'en recracher la moitié. C'est bon signe, il n'a pas l'air cannibale.

Je m'approche craintivement de la porte en bois qui n'est pas entrouverte mais déjà bien amochée. L'alarme étant déjà déclenchée, je n'ai pas trop à m'inquiéter. J'essaye d'abord d'y donner un grand coup d'épaule. Porte : 1, épaule : 0. J'ai mal. Pépite, inspiré par mon geste héroïque, s'élance et s'acharne. Après plusieurs gros coups de cul bien placés – communément appelés Ecras'Face – la porte commence à céder. J'accompagne le tout de quelques coups de pieds et le bois s'arrache, je manque de peu de faire une grosse écharde qui m'aurait rendu inapte pour le reste de l'aventure mais la chance me sourit. Encore quelques efforts, surtout de la part d'un Pépite acharné, et la porte s'entrouvre. Après quelques hésitations j'y entre, rapidement suivie de mon lézard qui ne cache pas sa déception en découvrant qu'il ne s'agit pas d'une cuisine, malgré le coco écrasé à l'entrée. Je me demandais aussi d'où lui venait toute cette ferveur.

Nous arrivons donc dans des escaliers sans vraiment trop savoir où ces derniers atterrissent. J'entends la porte se fermer derrière nous, elle a claqué, je ne sais pas si je peux l'ouvrir d'ici, je préfère penser que non, sinon je vais faire demi-tour. Craintive, je soulève Pépite et tend les bras bien devant moi comme s'il me protégeait ou quoi. En se chargeant, il émettait une lumière qui nous permit de ne pas descendre l'escalier sur les fesses et de découvrir un long couloir blanc. Je jette un œil à mon iPok... Rio ne répond plus : merde, il est complètement brouillé. Je décide de l'éteindre complètement pour éviter qu'il ne soit endommagé sur le long terme. Pauvre bébé.

Tu penses que le brouilleur a un effet sur Pépite ? Je me demande si son double-type ne le rend pas moins vulnérable aux entités anti-électrique... De toute manière je n'y connais rien et tant que je le tiens comme ça devant moi, il n'a rien à dire.  « Je vais voir s'ils ont besoin de renforts à l'accueil. »  « Je continue d'attendre ici. » Premier réflexe : courir dans la direction opposée du bruit. J'essaye de me faire discrète mais je crains que ça ne suffise pas et ces grands couloirs blancs n'offrent aucune possibilité de cachette. Je devrai peut-être rejoindre les groupes tout de même... J'y réfléchirai une fois sortie d'affaire.

:: petit condensé de mes péripéties : :
Opale perd d'abord Pépite dans la forêt. Elle le retrouve et ils découvrent les traces laissés par Maximus. Ils décident de rejoindre le bâtiment et en voyant les groupes d'élèves s'éloignent pour tenter de trouver une autre ouverture. Ils découvrent la fameuse porte avec la tête de Bounty et finissent par réussir à s'y engouffrer. Là ils entendent deux sbires discuter et courent sûrement dans la direction de l'accueil.


Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues ! - Page 5 No-694
Anonymous
pokemon
Invité
est un Invité
Jamais de sa vie Benjamin ne s'était senti si passif et inutile. Le noctali avait toujours mené son existence en solo et de ce fait personne n'avait jamais était aussi important que lui même. Seulement voilà, quand on veut faire partir d'un groupe tout est différent : Il faut composer avec les autres et ça Benjamin en était incapable.

Il écouta d'une oreille peu attentive tout ce qu'il se disait. Le jeune Noctali retenait ses larmes du mieux qu'il pouvait. Et quand le groupe se sépara il suivit sa partie. Orren ne tarda pas à sortir de multiples pokémons qui semblait plus puissants les uns que les autres tandis que heath appela en renfort un pokémon que Benjamin ne connaissait pas, il se déplaça glace à ses capacités glace. Benjamin suivait le groupe en courant, il portait Rick qui se collait contre le torse de son mini-dresseur pour le rassurer. L'Emolga savait que son dresseur était au plus mal. Comme pour répondre à son désordre intérieur une alarme sonna.

Benjamin regarde son groupe se scindait encore une fois en deux : D'un coté il y aura la diversion, enfin le carnage qui avait pour but d'aider Heath et un mécanicien à infiltrer la base le plus discrètement possible. Benjamin trembla dans quel groupe allait t'il aller ? Son Emolga était bien trop jeune pour affronter une armée de sbires et lui-même n'avait aucune capacité qui pouvait être utile. Benjamin serra les poings, il n'avait pas sa place ici. Tout cela était stupide ! Une bande de gamins allait affronter une organisations criminelle toute seule ? Il n'y avait aucune chance d'en revenir vivant. Benjamin était vraiment stupide ! Se jeter ainsi dans une mission suicide juste pour s'intégrer ? Il y en était hors de question. Il n'avait aucun proche parmi les prisonniers et ce n'était pas un héros, Benjamin n'avait aucune raison d’être ici.

Le jeune Noctali s'éloigna du groupe, personne ne fit attention à son départ. Après tout qui se souciait d'un gamin inutile, hein ? Il s'aventura dans la foret et une fois à l'abri des regards, il courut vers la plage. Rick plana à ses cotés regardant son dresseur avec peine, le blond pleurait toutes les larmes de son corps.

"-Ils vont me traiter de lache, ils vont m'exclure et me regarder de haut !"

Benjamin s’écroula au sol, il n'avait plus la force d'avancer. Il savait qu'a présent sa scolarité était vouée à l'échec, il sera à jamais seul...

"-J'ai pas besoin d'eux de toutes façons, je m'en sortirai mieux tout seul ! Je suis plus fort seul, ils ont peut-être l'expérience mais moi je suis réellement talentueux !"

Benjamin retient un sanglot. Paroles de fierté, personne ne pouvait vivre seul, personne. Rick vient se poser dans les mains de son dresseur et y frotta sa petite tête. Benjamin se releva et essuya ses larmes. Il marcha un peu dans la foret sans se soucier d'ou il allait, plus rien n'avait de l'importance à présent. Tandis qu'il avançait il aperçut une fille qui lui disait vaguement quelque chose.. Opale, non ? C'était bien cette fille du mausolée Scorvol. Mais que faisait-elle ? Ne me dit pas que.. Si, c'était ça ! Elle s'infiltrait bien seule dans la base de la team rouage. C'était du suicide ! Une débutante comme elle ! Benjamin sentit une émotion le submergeait.. Était-ce de l'inquiétude ?  Est-ce que le jeune Noctali s'inquiétait vraiment du sort de la pyroli ? Opale rentra par une porte et s'engouffra dans le bâtiment. Il fallait lui venir en aide !

"Attend !"

Evidemment la pyroli ne l'entendit pas.. Benjamin regarda son Emolga, ce dernier mima un boxeur faisant comprendre à son dresseur qu'il était prêt à le protéger. Benjamin se mit violemment la main sur le visage. Il s'agrippa les cheveux et prit une grande inspiration.

"Pourquoi je fait ça ? Pourquoi je fait ça ?"

Le Noctali marcha sur les pas de la dresseuse. Il arriva à la porte et évita de marcher sur une sorte de noix de coco visqueuse. Puis il s'engouffra dans la pièce, claquant la porte derrière lui. Le Noctali apercevait une lumière il chuchota :

"Opaaalee ! C'est toi ?"

Il n'eut pas de réponse. Benjamin avait bien trop peur pour crier, il suivit donc la lumière à pas de loups. Benjamin avançait avec précaution et prenait son temps pour ne pas trébucher dans les escaliers. Une fois arrivé à la fin des escaliers, Benjamin découvre un grand couloir blanc. A sa gauche les bruits d'un personne qui court, Benjamin hésite est-ce Opale qui court ainsi sans se préoccuper du bruit qu'elle fait ? Il n'eut pas trop le temps de réfléchir qu'un homme arrive à sa gauche en courant lui aussi.

"C'est toi qui fait tout ce boucan ?"

Benjamin est tétanisé, il n'ose plus bouger. Que dois t'il faire ? Ce type fait au moins deux fois sa taille, il n'aura pas le temps de fuir.. Le Noctali arrive à bégayer.

"-Bon..Bonjour.. Je.. Je suis.. euh.. Le neveu du che..Et.."

Non sérieusement ? Autant signer son arrêt de mort, jamais on n'a vu excuse plus pourrie dans ce genre de situation. Le sbire ricane et sort une pokéball.

"AHAHAHA ! Pas besoin d'avertir les autres, je vais t'éclater."

Benjamin se fige et ferme les yeux. Faites que ça passe vite, faites que la douleur ne soit pas trop forte. Que faire quand on sait son heure venue ? Prier ? Pleurer ? Ou juste subir et attendre ? Mais Benjamin ne se sent pas mourir, l’obscurité totale que ses yeux fermés apportaient est gâché par des jets de lumière. Le noctali ouvre ses yeux et aperçoit Rick son Emolga sur le dos de l'homme qui tombe au sol, son corps est fumant et ses habits brûlés. La pokéball qui s’apprêtait à lancer glisse doucement sur le sol.

"Est-ce que.."

Benjamin s'approche de l'homme électrocuté. Il s’assoit à ses cotés et prend son pouls. Très faible. Le Noctali se laisse tomber au sol et pleure. Cet homme est évanoui et ne se réveillera que bien plus tard et gardera sans doute des séquelles et Benjamin est à peine triste. Rick a rendu K.O cet homme et Benjamin veut juste serrer dans ses bras son pokémon. Est-ce être sans cœur que d’être heureux que son assassin soit tombé avant soi ?

Personne ne peut aider le Noctali. Opale est sans doute déjà loin et à quoi bon vivre quand on est seul. Benjamin prend Rick dans ses bras et s’allonge à coté de l'évanoui. Le pauvre pokémon est exténué. Il ne veut plus bouger, plus rien faire. Juste attendre. Attendre que quelqu’un lui vienne en aide ou vienne le tuer peu importe ! Il pourrait meme attednre que l'homme se réveille et se venge. Il est condamné à rester seul, sa vie est déjà foutue.. Qu'est-ce qui lui a pris de monter sur ce wailord ? Quelle mauvaise journée !

Spoiler :

-Benjamin fuit car se sentant inutile et rejeté. Et ne veut pas mourir pour ça.
-Il voit Opale s’infiltrer dans la base et veut la dissuader de le faire.
-Il pénètre dans la base mais n'arrive pas à la rattraper. Il tombe sur un sbire.
-Rick (Emolga) électrocute le sbire. Le sbire s'évanouit.
-Benjamin ne comprend pas pourquoi il n'a pas de peine pour le sbire. Et pleure car il se croit seul pour toujours, il ne veut plus agir et tombe au sol et attend que quelque-chose se passe.  


Dernière édition par Benjamin Ramére le Lun 20 Juil - 20:22, édité 2 fois
Alban Abernaty
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t3557-alban-abernaty-le-ciel-se-nourrit-d-ailes
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t3559-alban-abernaty-voltali
Région d'origine : Hoenn
Âge : 17 ans
Niveau : 70
Jetons : 20638
Points d'Expériences : 2487
Hoenn
17 ans
70
20638
2487
pokemon
Hoenn
17 ans
70
20638
2487
Alban Abernaty
est un Pokeathlète Coach
Alban avait fini d’exposer ses théories et ses plans alambiqués. Dans son cerveau, les connexions se tissaient comme une toile, emprisonnant les idées, prédatrices des stratégies. Il avait été un grand sportif, certes. Mais ce n’était pas pour autant qu’il n’en était pas rusé et réfléchi pour autant. Pour voler, il fallait être attentif au flux du vent, aux obstacles, et se laisser porter comme un nuage ; flexible et malléable. S’adapter à son environnement pour en tirer le meilleur. Entrevoir les possibilités, et calculer avec une vitesse effrayante toutes les voies envisageables. Les courses aériennes, c’était un entraînement du corps et de l’esprit. Sous le silence de ses camarades, Alban eut l’impression qu’on approuvait ses dires. Il y avait certes des choses à revoir, car il n’avait pas eu toutes les clés en main pour en tirer les conclusions ; mais certains le regardaient, impressionnés. Bizarrement, cette attention toute nouvelle qu’on lui portait ne le gênait pas. Il n’avait jamais été très à l’aise pour parler devant les gens, mais il ressentait actuellement leurs émotions. De la frustration, de la rage, de l’empressement. De la panique aussi, peut-être. Leurs sentiments se mêlaient au vent, et Alban flairait une tempête. Il fallait qu’il temporise les ardeurs des uns et les tensions des autres. Il ne pouvait se contenter d’être un nuage passif, alors qu’ils avaient besoin qu’une personne les apaise. Il se devait d’être le vent qui souffle et entraîne les autres dans sa direction. Un simple outil usé par les dieux des vents des quatre directions. Et il fallait que les quatre dieux soient les quatre préfets qui l’entouraient.

Ce fut la préfète Pyroli qui brisa de nouveau le silence, en commentant la tirade d’Alban. Bavard, hm ? Ce n’était pas ce qui le caractérisait habituellement, mais il comprit rapidement que la brune n’avait pas dit ça pour le critiquer. Les mots qu’il avait prononcés semblèrent cependant faire réagir Aileen, car elle partagea quelques informations supplémentaires avec le groupe. Bien. Ça ne l’avançait pas beaucoup plus, car il n’avait aucune idée de ce que pouvait être le Cirque des Boulons. Il y avait sûrement quelque chose de plus profond caché sous cette fameuse liste, mais il n’entrevoyait pas encore de solution. Croisant les bras, Alban repéra un nuage cotonneux qui descendait vers eux, et une sensation d’apaisement s’empara de son corps. Un Tylton. Le garçon adorait ce Pokémon, et il dévora de ses yeux scintillant comme le cristal, la descente du Pokémon Vol. Aileen, qui avait déjà levé le bras pour le réceptionner, décrocha un minuscule bout de papier. Une missive d’un allié ?

Dans le même moment, le Pokémon de la jeune fille revint. Alban calcula qu’il n’était pas parti bien longtemps ; était-il revenu bredouille ou leur cible était-elle vraiment proche ? Son cœur tambourina dans sa poitrine et il écouta attentivement le dialogue d’Aileen et de son Tarsal. La voix qui se répercuta dans sa tête le rendit étrange ; il n’avait jamais entendu un Pokémon psychique lui parler, et autant dire qu’il n’appréciait pas vraiment d’avoir l’impression qu’un lutin jouait avec ses synapses. La collecte d’informations avait cependant été fructueuse car ils en ressortirent plusieurs choses. Les événements se précipitaient et s’enchaînaient, et bientôt, les deux équipes se séparèrent pour prendre d’assaut le mystérieux bâtiment. Alban, qui avait eu du mal à suivre les échanges et décisions des préfets, interrogea Calliope du regard. Heath n’avait-il pas émis le désir de lancer une équipe de recherche pour les enseignants, et une autre pour les élèves ? Ils n’avaient toujours pas la confirmation que les deux étaient au même endroit, et ils fonçaient tous tête baissée là-dedans. Trop tard pour calmer les ardeurs. Pourtant, Alban était soucieux : ce n’était pas conforme au plan de base, et il avait l’impression que tout était allé trop vite. Sentant son regard perçant, la rousse cru certainement qu’il voulait remettre son plan sur la table, car elle sortit son Voltali pour essayer de sonder les environs. La bête aux poils de foudre rayonna un moment, et des étincelles jaillirent de son corps avec un crépitement dangereux. Alban, tout comme les autres, s’éloigna de quelques pas pour laisser le Pokémon Electrique faire son office. Il en résulta qu’il n’y avait pas grand-chose du même type dans le coin. Tant pis pour la première hypothèse.

Dans un tintement joyeux, l’iPok de Calliope la fit sursauter. S’empressant d’aller le récupérer dans son sac, la jeune fille semblait dans le plus grand embarras. Alban décida de la lâcher un peu des yeux, et se tourna vers Aileen.

- Pas fructueux pour le Voltali. Pourrais-tu avec ton Tarsal ess…

Il s’arrêta net et se retourna en sentant un bruissement anormal autour de lui. Son cœur rata un battement lorsqu’il se rendit compte de la disparition de Calliope.

Sans réfléchir, il laissa le reste du groupe et se faufila parmi les branchages. Sa démarche était plus rapide que d’ordinaire, et il ne sentait même plus la douleur dans son genou. Se sentant comme voler à travers la forêt, il surprit la demoiselle en train de… se tartiner de crème ? Il détourna les yeux prestement en remarquant qu’elle avait relevé son gilet, un peu gêné. Elle lui cria alors qu’il ne s’agissait que de crème solaire, et son sang ne fit qu’un tour. Il s’approcha à grand pas, rapidement suivi d’Aileen, et se retint de la secouer sans ménagement. Bon sang ! Ils étaient en plein milieu hostile avec des Pokémon dangereux et des dresseurs qui l’étaient tout autant, et elle elle s’éloignait comme une fleur pour se mettre de la crème ? Il était tellement furieux qu’il en aurait presque froncé les sourcils - dommage garçon, tu n’es pas bien impressionnant comme ça -. Il s’apprêta à ouvrir la bouche pour dire quelque chose lorsqu’une petite boule de plume rouge et grise fila vers eux comme une flèche.

Tout s’enchaîna alors très rapidement : Calliope récupéra son Passerouge, un jeune garçon déboula vers eux et Alban arma son poing pour le mettre hors d’état de nuire lorsqu’il se rendit compte du fait qu’il s’agissait d’un élève blessé. Aussitôt, la petite médecin vint lui porter les soins de premiers secours, tandis que les autres élèves les rejoignaient en assommant le nouveau venu de questions. Ce dernier, à bout de souffle, leur fit des révélations capitales, et Alban se tourna d’instinct vers Aileen pour savoir ce qu’il convenait de faire. A la trappe les plans alambiqués : c’était visiblement le moment d’agir. Après avoir envoyé sa Tarsal prévenir le groupe d’Orren, Aileen suivit Calliope et le garçon. Avec une grimace, Alban essaya de suivre le rythme tant bien que mal, et il fut reconnaissant à la Pyroli de lui tendre une main secourable. Il se sentait encore plus vulnérable, certes, mais le fait qu’on ne le laisse pas derrière lui réchauffa le cœur. Il avait l’impression de réellement faire partie de l’équipe. Lui, le nouveau, le canard boiteux.

- Merci… souffla-t-il à la préfète-en-chef, tandis qu’ils gravissaient les derniers mètres.

Arrivés devant l’étrange sillon indiqué par l’élève blessé, ils firent une pause pour tenter d’établir un plan. En tout cas, ce fut ce qu’Alban croyait qu’ils feraient sous les ordres d’Aileen, lorsque Calliope se leva d’un coup pour emprunter la porte qu’elle venait de voir. Mais ?!! La voix d’Aileen ne parvint pas à retenir la Givrali, et Alban se releva d’un coup en glissant à moitié dans l’herbe sèche. Un Mangriff l’attrapa alors par la taille pour le soulever à moitié et l’aider à rejoindre le groupe qui venait d’entrer dans le bâtiment au pas de course. D’un coup, le sens du vent changea et la Pyroli hurla sur Calliope. Presqu’aussitôt, une alarme se déclencha et Alban plaqua d’instinct ses mains sur ses oreilles. Il fut reconnaissant envers Aileen de dire à Calliope les mots qui lui brûlaient les lèvres - bon, pas exactement les mêmes, mais le contenu en était très proche -. Bon sang, qu’est-ce qu’elle pouvait être impulsive, parfois ! N'allait-elle pas se rentrer dans le crâne que c'était stupide de foncer tête baissée ? ! Rongé par l’inquiétude, il sentit son cœur s’arrêter lorsqu’un Arbok se jeta sur Calliope.

- CALLIOPE ! hurla-t-il en se dégageant de l’emprise du Mangriff et en courant vers elle du plus vite qu’il pouvait.

Tout se passa très vite. Aileen plaqua violemment la rouquine au sol, et les crocs du serpent violet se refermèrent sur du vide. Une Pokéball s’éleva dans les airs, et l’Arbok de la préfète sortit dans un halo de lumière rouge, tandis que l’Absol chromatique envoyait valdinguer le Pokémon adversaire. Le sbire de la Team Rouage s’approchait d’eux avec d’autres Pokéball en main. Sans réfléchir, Alban appuya sur celle de Zéphyr, et le petit Goélise aux ailes dorées se matérialisa aussitôt sur sa tête avec une mine interrogative. Tant pis pour les actions héroïques et les combats endiablés. Il fallait effectuer une retraite stratégique avant que toute la bande ne déboule !

- Zéph’ ! ordonna Alban d’une voix sûre et autoritaire. Crée une diversion. Utilise Brume !

La mouette piailla de contentement puis sortit de sa gueule un nuage de fumée blanche et opaque. Sans perdre de temps, Alban alla rejoindre Aileen et Calliope, tandis que la Persian rameutait les derniers membres de leur groupe. Un souffle d’air léger alerta le jeune homme, et il tourna la tête dans la direction d’un couloir envahi par un écran de Brume. Sans plus attendre, il souleva Calliope sous les bras, sans se préoccuper de sa douleur ou pas - pas le temps, merde ! - et glissa à ses camarades.

- Bouchez-vous tous les oreilles, maintenant !

Camouflé par la Brume épaisse de son Goélise, il ordonna à ce dernier de lancer une attaque Ultrason. Le cri du Pokémon se répercuta en écho dans le couloir, décuplé par les murs, pétant momentanément les tympans de ceux qui n’avaient pas pu prévoir l’attaque. Profitant de cette diversion pour fuir, Alban épaula Calliope, attrapa Aileen par l’autre main, et les entraîna dans la direction qu’il souhaitait. Il se sentait complètement survolté, comme s'il venait de s'injecter une dose de théine. Ses pas martelaient le couloir, et ils sortirent bientôt de la zone d’impact de la Brume. Derrière eux, Alban entendait le sbire pester et commencer à les poursuivre. Devant lui, un couloir bordé de portes, et une bouche d’aération ; celle-là même qu’il avait détectée en sentant le souffle d’air. Il ouvrit la seconde porte, qui, par chance, était complètement vide. Il pressa ses camarades pour qu’ils rentrent tous dedans, sans leur laisser d’autre choix, et demanda à Zéphyr de lancer une Vibraqua sur la grille d’aération du couloir.

L’impact parvint à faire tomber la grille dans un fracas, et une flaque d’eau se matérialisa juste en dessous. Bien. Silencieusement, Alban entra à la suite de ses camarades et ferma la porte, gardant la main sous la poignée pour la fixer fermée, et faisant signe aux autres de ne faire aucun bruit.

- Saletés de mioche ! pesta le Rouage, suivi par le sifflement et l’approche sinueuse de son Arbok.

Visiblement, il avait largement été retardé par les Pokémon d’Aileen, et on l’entendait à travers la porte métallique. Le choc de son Arbok contre un mur du couloir indiqua à Alban que son Ultrason avait fonctionné.

- Ces cons ont emprunté les bouches d’aération ! Putain, ils se croient dans James Bond ou quoi ?!

La flaque, la grille défoncée. S’il avait pu, Alban aurait esquissé un sourire malicieux. Il entendit le sbire rappeler son Pokémon, et en sortir un autre - un Chacripan, apparemment -, pour ensuite s’engouffrer avec lui dans le passage leurre que leur avait servi Alban. Puis le silence. Il n’y avait plus personne dans le couloir.

Se retournant vers ses camarades, Alban observa leurs visages. Calliope ne semblait pas dans son meilleur état. Inquiet, il se pencha vers elle et Aileen.

- Vous allez bien ? leur demanda-t-il, avant de se tendre d’un coup.

Un courant d’air, encore… et même plusieurs. Alban regarda autour de lui et remarqua qu’il s’agissait d’une pièce où quatre grilles trouaient les murs. Des armoires métalliques et des tables couvertes de papiers faisaient office de mobilier. Où étaient-ils ?

HRP :
- Alban continue à parlementer avec son groupe, lorsque les nouvelles affluent
- Le groupe Orren et le groupe Aileen se séparent, et Alban est inquiet. Il se demande ce qu'il en est du plan proposé par Heath de créer deux groupes pour chercher les professeurs et les élèves séparément. Il essaye de tempérer les ardeurs de ses camarades mais ne sait pas comment s'y prendre
- Il adresse un regard interrogateur à Calliope pour savoir si elle est sur la même longueur d'onde mais cette dernière ne le comprend pas
- Il demande à Aileen d'utiliser son Tarsal pour tenter de repérer des Pokémon Psy lorsqu'il se rend compte de la disparition de Calliope
- Il la suit et la surprend en train de se mettre de la crème
- Ils se dirigent tous vers le bâtiment indiqué par l'élève PNJ et il se retient de crier sur Calliope et sa fichue impulsivité
- Il crée une diversion lorsqu'ils se font attaquer, en utilisant la Brume puis l'Ultrason de Zéphyr, son Goélise chromatique
- Il entraîne ses camarades avec lui et les fait entrer dans une pièce
- Il défonce la grille d'aération avec le Vibraqua de Zéphyr pour faire croire au sbire qu'ils se sont enfuis par-là (le sbire n'ayant vu que deux ou trois élèves avant de se retrouver sous la Brume)
- Il entend le sbire entrer dans les grilles, puis une fois le danger écarté, il s'inquiète de l'état de Calliope et Aileen
- Il observe finalement la pièce étrange, composée de 4 bouches d'aérations, de tables couvertes de papiers et d'armoires
Nemo Kendhall
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t8470-574-nemo-kendhall-tu-seras-lecrou-de-mon-fabuleux-rouage-noctali#85815
Icon : Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues ! - Page 5 K8dc
Région d'origine : Kalos
Âge : 15 ans
Niveau : 37
Jetons : 6707
Points d'Expériences : 849
Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues ! - Page 5 K8dc
Kalos
15 ans
37
6707
849
pokemon
Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues ! - Page 5 K8dc
Kalos
15 ans
37
6707
849
Nemo Kendhall
est un Pokeathlète Novice
Aileen m’a écouté, elle a écouté sagement ce que j’avais à dire, alors qu’elle venait d’être importunée par un petit morveux. Elle le sait, dire que j’ai mis plus de vingt heures à arriver à cette conclusion alors que finalement tout les élèves savaient que nous foncions droit dans un piège. Elle annonce alors à voix haute que ceux qui ont des idées en fassent part. Je n’en ai pas plus, je me fais plus discret. D’autres élèves prennent tour à tour la parole. Un certain Alban que tout le monde  écoute avec attention, il faut dire que ses idées se tiennent. Venant du même coin je connais bien évidemment la Team Magma et la Team Aqua. Cela me rappelle ma fois où la Team Aqua avait élue domicile à Nénucrique. Ca avait foutu un de ces bordels.

Mais tiens d’ailleurs, Alban … Alban. J’ai soudainement un flash de mémoire. Mais oui, c’est bien lui ! La fameuse course de Pokémons volants dans ma ville natale ! Oui ça ne peut qu’être lui … Le champion invétéré de toutes ces courses. Je ne peux m’empêcher d’être impressionné par ce jeune homme. Et me rappeler la fin tragique de la course. Nous étions restés sans nouvelle, je ne savais même pas qu’il était encore en vie. Cela me réconforte de voir qu’il a réussi à s’en remettre. Il a choisi d’aller de l’avant en venant dans cette école, c’est touchant.

Plongé dans mes pensées je ne vois pas que le groupe se met soudain en branle. Je les suis alors. Nous marchons vers l’interieur de l’île. Des tentatives ont été effectuées sur les idées d’Alban, un Voltali et un Tarsal ont participé. Je n’ai pas osé dire que je possède un Abra. Nous marchons toute la matiné, une fille dont je ne parviens pas à me rappeler du prénom s’éloigne un moment, Alban part la rejoindre. Alors que nous reprenons la route nous tombons sur un autre élève le l’école, qui parait paniqué. Je n’arrive pas à entendre ce qu’il dit, c’est Aileen qui s’en occupe. Mais je sent que ce sont de bonnes nouvelles car juste après nous nous dirigeons vers un immense silo que je n’avais pas pris la peine de remarquer auparavent.

L’ambiance devient de plus en plus palpable à mesure que nous approchons de notre but. Devant l’entrée, la jeune fille dont le prénom m’échappe encore se jette dans le gueule du loup, activant au passage l’arlarme. Aileen plonge à sa rescousse, lui évitant un piège mortel. Les élèves autour de moi se préparent à combattre. Je déglutis, que dois-je faire ? Finalement c’est Invy, mon Abara qui décide à ma place, il parvient à forcer l’entrée de la pokéball et à se téléporter devant moi. Mon coeur bondit. Il va se téléporter et je ne le reverrai plus jamais. Il parait étrange. Il me regarde, devient soudainement affolé, ses grands yeux me fixent. J’essaie de lui adresser le regard le plus confiant possible, mais c’est peine perdue. Il va utiliser téléport. Je le vois se concentrer.

Après quelques secondes d’attente interminable, il se rend compte que son pouvoir est inefficace. Il semble perturbé. Il n’a aucun moyen de fuir et il est face à moi, tout tremblant. Il semble s’être beaucoup fatigué à vouloir se s’échapper alors qu’apparemment le lieu l’en empêche. Il tombe dans mes bras, arassé par la fatigue. Je suis surpris et par reflexe je m’écarte de lui, le récupérant que par chance, à bout de bras.

Son contact ma fait tout drôle, c’est la première fois que j’arrive à le toucher. Cela m’émeut alors que la situation ne s’y prête pas du tout. Les pouvoirs psychiques des Pokémons n’ont pas l’air de fonctionner ici. Je lance alors à la cantonade.

“ _ Les pouvoirs de types Psy ne fonctionnent pas ici ! Mon Abra vient d’en subir les conséquences en essayant de se téléporter !”

Entendra qui le voudra. En attendant, je pénètre dans un immense couloir blanc. L’alarme est assourdissante. Nous avançons en groupe dans le couloir. J’essaie de me faire discret, beaucoup de pokémons m’entourent, je n’ai pas envie de les faire fuir. Je porte toujours Invy, inconscient, impossible de le faire rentrer dans sa pokéball. Dire qu’il a réussit à en forcer la sortie … Nous tombons nez à nez avec plusieurs membres de la Team Rouage. Ils sont impressionants. Ils me font peur, surtout que je suis sans défense, je reste alors vers l’arrière pour que les autres puissent protéger mon petit corps frêle. Ne devrai-je pas plutôt faire demi-tour pour les laisser gérer cette histoire ? Non, nous sommes maintenant bien trop enfoncés dans ce labyrinthe pour que je puisse faire demi-tour sans risquer de me perdre …

Je laisse le devant de la troupe me guider, espérant simplement tomber sur un quelconque indice ...


Spoiler :
• Aaron suit le groupe de Aileen
• Il reconnait Alban car il vient de Nénucrique.
• Arrivé au silo, Abra sort de sa pokéball, il tente de fuir Aaron mais quelque chose l'en empêche et il s'évanouit.
• Aaron prévient les autres que les pouvoirs psy n'ont pas l'air de fonctionner.
• Il suit docilement les autres, restant à l'arrière pour ne pas mettre en danger sa personne (il n'a pas de pokémon pour le proteger)



HAIL NOCTA
Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues ! - Page 5 Turtwig

Spoiler :
Le couple le plus improbable avec... une fille
Alban Abernaty
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t3557-alban-abernaty-le-ciel-se-nourrit-d-ailes
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t3559-alban-abernaty-voltali
Région d'origine : Hoenn
Âge : 17 ans
Niveau : 70
Jetons : 20638
Points d'Expériences : 2487
Hoenn
17 ans
70
20638
2487
pokemon
Hoenn
17 ans
70
20638
2487
Alban Abernaty
est un Pokeathlète Coach
Son regard froid se fixa sur chacun de ses camarades. Il n’aurait su dire combien ils étaient, mais à son goût, bien trop nombreux pour passer inaperçus dans les labyrinthes de cet étrange bâtiment. Pourtant, sans Aileen, ils auraient essuyé beaucoup plus de dégâts. Le Pokémon du sbire adverse les aurait taillés en pièce, et sans l’altercation entre les deux reptiles jumeaux, la diversion de Zéphyr n’aurait pas aussi bien fonctionné. Une bouffée d’agacement se diffusa dans sa poitrine comme un poison. Il regarda Calliope qu’il tenait encore sous le bras. La rousse était désemparée, presque tremblante. Lui qui était d’ordinaire si calme avait complètement paniqué lorsqu’il avait cru que les crocs venimeux du serpent s’étaient… allaient se… Rah, il n’arrivait même plus à s’écouter penser. Ne comprenait-elle pas qu’en agissant de façon si impétueuse, elle allait au-delà de grands dangers ? Ce n’était pas un jeu, ils n’étaient plus en classe de mer. Au final, ils n’étaient qu’une bande d’adolescents qui se prenaient un peu trop pour les héros qu’ils n’étaient pas. Ses yeux bleus virèrent au gris tempête, comme faisant écho à son état intérieur. Il devait reprendre son calme, et se détendre. Mais il s’était fait beaucoup trop de sang d’encre pour son amie. Un instant, il avait cru qu’elle serait perdue. Sans Aileen…

Sa main droite verrouillée autour du poignet de la préfète Pyroli trembla un instant, avant que ses doigts ne glissent comme l’onde sur la peau de la brune. Il ne savait pas comment la remercier. D’un côté, elle aurait sûrement trouvé étrange qu’il le fasse ; après tout, il ne connaissait Calliope que depuis deux jours. Techniquement, ils n’étaient rien l’un pour l’autre. Et pourtant, dans l’adversité, ils semblaient s’être trouvés comme deux âmes complices, presque fraternelles. Quand bien même la rouquine ne ressemblait en rien à Arya, sa petite sœur, il ne pouvait s’empêcher d’avoir ce même instinct protecteur. Entre toutes les personnes présentes ici, il ne voulait pas qu’il lui arrive du mal. Zéphyr, caressant ses douces plumes sur son visage, le tira de sa rêverie. C’est vrai. Ce n’était pas le moment de faire un black-out et de se couper de ses camarades. L’agitation, autour de lui, acheva de lui remettre les pieds sur terre. Quelques élèves apeurés s’étaient réunis et tremblaient dans un coin, encore sonnés par l’attaque du sbire. Alban ne pouvait leur en vouloir. Ils étaient tous plus ou moins conscients de ce qui les attendait, ici ; mais la réalité était toujours plus difficile à admettre et à supporter. D’autres, en revanche, regardaient avec curiosité les lieux. Enfin, certains, Pokémon sur l’épaule ou aux pieds, toisaient Alban comme s’il venait de faire une bourde. L’un d’eux se dirigea rapidement vers lui et lui percuta l’épaule.

- Eh l’nouveau, tu devrais apprendre à rester à ta place.

Les autres s’arrêtèrent aussitôt pour fixer leurs regards sur cette nouvelle scène. Alban, qui ne comprenait pas d’où cette brusque animosité pouvait venir, se risqua à hausser un léger sourcil interrogateur. Zéph’, à côté de lui piétinait maladroitement sur son épaule, comme si tant d’attention le rendait toute chose. Ce n’était pas vraiment le moment de se chamailler entre anciens membres et nouveaux élèves, mais Alban retint toute remarque.

- Comparé à vous, qui êtes tous là pour vous faire mousser, nous on est là pour sauver nos amis, lui cracha-t-il, en faisant référence aux quelques nouveaux qui avaient décidé de participer à l’expédition sans pour autant connaître les kidnappés. Alors les beaux plans, les beaux discours, on s’en contre balance. Pourquoi tu nous as fait fuir face à ce mec ? On aurait dû le casser en deux, pour se venger de ces salopards qui nous font toutes ces crasses depuis un an !

Deux filles derrière-lui se regardèrent, mal à l’aise. Alban, lui, resta impassible. Il comprenait un peu cette tension qui éclatait sporadiquement dans leur équipe. La dispute entre Benjamin, un nouveau, et la préfète en chef n’avait pas non plus calmé les foules. Elle lui avait reproché de vouloir se faire bien voir de la part des préfets. Normal que tous les nouveaux soient mis approximativement dans le même panier, après ça. Certains jetèrent un coup d’œil compatissant à Alban. La majorité étaient reconnaissants envers Aileen et lui de les avoir sortis de ce bourbier. D’un pas calme, le Voltali s’éloigna des deux jeunes filles et s’approcha de la porte. Posant sa main sur la poignée, il regarda le garçon qui l’avait agressé verbalement dans les yeux, toujours aussi stoïque.

- Si tu en as tant envie que ça, vas-y, personne ne te retient, lui dit-il dans un geste qui n’avait aucune ambiguïté.

Eh bien oui, il ne fallait pas non plus exagérer. S’il souhaitait tant que ça aller casser de la Team Rouage, grand bien lui fasse. Cependant ils avaient tous vu l’état dans lequel était revenu l’élève qui avait fait une mission solo. Alban n’était pas assez stupide pour courir droit devant en défoulant sa rage sur tout ce qui lui tomberait dessus. Et visiblement, l’autre élève non plus. Brusquement mal à l’aise, il évita le regard d’Alban, en marmonnant deux trois paroles inaudibles. Quelque chose comme quoi il fallait trouver un plan, et que ce n’était pas la peine de se précipiter. Le châtain haussa les épaules. Bon, maintenant que la tension était retombée, ils pouvaient faire quelque chose d’intelligent ?

Une fille aux cheveux blonds s’approcha d’Aileen et de Calliope, les deux seules préfètes du groupe, désignées donc d’office pour piloter l’opération. Elle jeta un coup d’œil à Aaron, et répéta ce qu’il avait dit en entrant dans le bâtiment, et que les gens n’avaient pas tous entendus, trop occupés à… éviter un Arbok, par exemple ?

- Aaron a dit que les pouvoirs psychiques ne fonctionnaient pas, ici. Et effectivement, ma Natu a essayé de les utiliser pour localiser les autres, sans succès. Il doit y avoir… un brouilleur, je ne sais pas trop. Quoiqu’il en soit, comment va-t-on faire pour se repérer ? Ça m’a l’air tellement grand !

Un murmure agacé parcouru les foules. Ceux qui possédaient un Pokémon Psy tentèrent une attaque, sans succès. Ils étaient comme enfermé dans une cage, prisonniers. Etait-ce le fameux piège qu’ils avaient flairé ? Alban, parfaitement calme à présent, observa de nouveau la pièce. Des armoires, des tables, des bouches d’aérations, et des papiers… S’il pouvait dégoter un plan là-dedans, ça les aiderait grandement à exécuter la requête de la jeune fille. S’approchant des tables, comme ses autres camarades, ils commencèrent à fouiller. Méthodique, Alban regroupa les papiers qui lui semblaient inutiles sur une même pile, tandis que d’autres vidaient les armoires, le tout sans faire trop de bruit pour ne pas attirer les sbires. Il ne fallut pas beaucoup de temps à Alban pour dénicher quelque chose d’intéressant. Faisant signe à Calliope et Aileen de venir voir, il lut à haute voix pour le reste du groupe :

Planification de l'opération 54
Matricule : 066
Identifiant : Maillechort
Mission : Kidnapping des élèves de Pokemon Community
Rang : Sbire

Notre mission est claire. Nous irons kidnapper les élèves clés de la Pokemon Community sous les directives de Kobalt. Le déroulement de l'opération étant déjà établi, il y sera décrit ici comme le veut le protocole. Les motivations de notre supérieur nous sont totalement inconnues mais il prétexte d'agir pour le bien de la Team Rouage. Je ne douterai jamais de lui et le suivrai jusqu'à la mort s'il le faut !

Lorsque les élèves seront à bord du bus les conduisant à leur village du vacances, nous bloquerons la route à l'aide de quelques Gravalanch dans le but de stopper le transport. Une fois celui-ci arrêté, nos Pokémon lanceront l'attaque Écho afin de briser les vitres du bus sans trop blesser les élèves clés. Pour terminer, nos Pokémon insectes se chargeront de remplir rapidement le bus de Poudre Dodo. C'est à ce moment que nous agirons directement, équipés de masques à gaz. Nous emporterons tous les élèves que nous aurons reconnu grâce aux photos de Tumbaga et nous enfuirons immédiatement par Téléportation. Le succès de la mission ne sera déclaré qu'une fois la fuite réussie.

Rapport rédigé le 6 juin 2015


Il fixa ses pensées sur plusieurs détails. Tout d’abord, le matricule et l’identifiant. On voyait bien que c’était une sorte d’organisation mafieuse, avec les pseudonymes qu’ils utilisaient - ou en tout cas, il doutait qu’une personne se nomme réellement Maillechort -. Quant au matricule ? S’il y avait une logique numérique, il y avait donc au moins 66 personnes dans l’organisation. Ce qui n’était pas pour le rassurer, mais passons. Le contenu était déjà un peu plus intéressant. Le kidnapping avait été planifié de longue date, mais ça, il s’en doutait ; on ne pouvait pas avoir une stratégie aussi efficace et l’avoir décidée dans la minute.
C’étaient donc des Gravalanch qui avaient bloqué la route ? Il l’ignorait, mais ils auraient certainement pu l’apprendre en demandant aux chauffeurs ou aux professeurs… s’ils avaient pu leur parler avant qu’ils ne s’en aillent pour l’île. La Poudre Dodo, il l’avait reconnue. Quant aux photos de Tumbaga… Qu’est-ce que c’était ? Un lieu, une personne ? Il n’en avait aucune idée, tout ça semblait un peu flou pour lui. Malgré tout, il sentit une petite bouffée de soulagement.

- « Une fois celui-ci arrêté, nos Pokémon lanceront l'attaque Écho afin de briser les vitres du bus sans trop blesser les élèves clés ». La volonté de ne pas blesser les élèves. Je pense que nous pouvons souffler un peu, nos camarades ne sont pas en danger de mort immédiat, déduisit-il.

Pour le moment, ceci-dit. Les motivations des Rouages semblaient encore brumeuses pour Alban. Il ne comprenait pas tout, mais peut-être les anciens parviendraient-ils à l’éclairer là-dessus ? C’était quoi, ces fameuses photos ? Si c’étaient les mêmes que celles mentionnées par Aileen, les informations se recoupaient. La liste… Hm. Mais pourquoi ces élèves en particulier ? Pourquoi étaient-ils clé ? Il décida de garder la feuille avec lui. Pour les preuves. C’était tout de même un aveu de kidnapping. Enfin… Et maintenant, qu’allaient-ils faire ?

- Quelque chose d’intéressant de ton côté ? demanda-t-il au roux, qui était en face de lui à chercher dans les papiers.

HRP :
- Après s’être enfuis, ils se retrouvent tous dans une pièce étrange
- Alban s’inquiète pour Calliope et ne lui adresse pas la parole, encore trop occupé à faire le tri dans ses sentiments
- Il se fait percuter par un ancien élève, mécontent qu’il les ait forcé à prendre la fuite
- Il est considéré comme Benjamin mais s’en moque. Il invite l’élève à aller « casser du Rouage » si le cœur lui en dit. Ce dernier ravale cependant son enthousiasme
-  Une jeune fille répète les paroles d’Aaron, non entendues par la majorité des élèves
- Ils se rendent donc tous compte du fait que les Pokémon Psy sont ici inefficaces
- Ils se mettent à fouiller dans les documents pour trouver un plan
- Alban trouve une procédure de kidnapping, et la partage aux autres, en tirant quelques déductions
- Il demande à Aaron, en face de lui, s’il a trouvé quelque chose
Marie R. Uana
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t1654-non-je-ne-suis-pas-shootee#19642
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t2179-marie-rosalina-uana-mentali
Icon : Pikachu Explorateur, à votre service !
Taille de l'équipe : 11 / 21
Région d'origine : Almia (?)
Âge : 20 ans
Niveau : 41
Jetons : 2635
Points d'Expériences : 1093
Pikachu Explorateur, à votre service !
11 / 21
Almia (?)
20 ans
41
2635
1093
pokemon
Pikachu Explorateur, à votre service !
11 / 21
Almia (?)
20 ans
41
2635
1093
Marie R. Uana
est un Topdresseur Ranger
Des vacances qui démarrent sur des chapeaux de roues
rp commun


Personne ne l'avait écouté. Qui l'aurait fait ? Sans être étonnée par cette conclusion, Marie fut malgré tout navrée. Autant pour les autres que pour elle-même...

Lorsque les élèves décidèrent, et ce sans relever ne serait-ce qu'une seule phrase de la Mentali, de fouiller Cobaba avant de partir sur Frista, la jeune fille avait froncé les sourcils. Elle aurait espéré un peu d'attention de la part des préfets. N'étaient-ils pas censés être à l'écoute des élèves, au lieu de les ignorer royalement ? Visiblement, il fallait leur apprendre leur travail... Le peu d'estime qu'elle avait pour eux baissa radicalement. Vexée, Marie tourna les talons, accompagnée par la Séviper qui ne savait trop que faire. Suivre celle qui l'avait recueillie ou aller vers ceux qui semblaient tout faire pour retrouver sa dresseuse ?

Pourtant, Marie ne resta pas cloîtrée dans sa chambre pour autant. Elle tenait malgré tout à prouver sa bonne valeur, elle commença donc à fouiller l'île de Cobaba, accompagnée par la Séviper inconnue ainsi que Sully. Bien évidemment, elle était seule de son côté. Autant aller jusqu'au bout, non ?...

Mais rien. Absolument rien ne fut trouvé sur l'île. Marie fulmina. Si quelqu'un avait prit la peine ne serait-ce que de l'écouter, ils n'auraient pas perdu une journée pour rien ! Le pire étant qu'ils comptaient tous remettre le couvert le lendemain. Et si, une fois de plus, il n'y avait rien sur Frista ? Ils auraient perdu une nouvelle journée. S'ils s'étaient séparés, il aurait suffit d'envoyer plusieurs petits groupes explorer tous les lieux suspects, et dès que l'un d'eux tombait sur quelque chose, il aurait suffit d'envoyer un message aux autres groupes pour que ceci rappliquent. Mais soit !

Le lendemain, lorsqu'elle était montée sur le Wailord mis à la disposition des élèves souhaitant partit là-bas, elle avait lancé un regard désolé à la Séviper d'appartenance inconnue. Celle-ci, plein d'espoir de retrouver son dresseur, avait pris avec elle son sac qu'elle tenait fermement dans sa mâchoire.

« -Je te présente mes plus plates excuses. Si un autre dresseur que moi même t'avait pris sous son aile, celui-ci aurait probablement cherché à réfléchir plus sérieusement en voyant ta peine, et aurait été écouté avec tout autant de sérieux. Mais celle qui t'a recueillie se prénomme Marie R. Uana, et personne ne souhaite écouter l'Absol annonciateur de catastrophe. Il est préférable de se fier à la réputation de celui-ci, avant de chercher à comprendre le fond de ses paroles...  »

Le reste de la traversée se fit sans un mot. Arrivée à destination, Marie prit soin de s'écarter du reste des élèves, souhaitant pouvoir évoluer en toute liberté, sans avoir à obéir à des préfets incapables de faire preuve d'un minimum de discernement. Elle fit sortir Sully, étant donc désormais accompagnée de deux Séviper et partit, sans attendre de consigne quelconque, tout droit en direction du bâtiment. Oui, rien que ça. Marie en avait assez de tourner autour du pot, elle jugeait que les kidnappés devaient avoir suffisamment attendu comme ça. Tiens, ferait-elle preuve de compassion ? Absolument pas. Marie faisait uniquement son devoir de Pokémon Ranger. Après
tout, n'était-ce pas son rôle ? Aider les personnes dans le besoin ? Un concept qu'elle avait beaucoup de mal à cerner, cela dit. Pourquoi venir en aide à des gens si l'on ne souhaite rien d'eux en retour ?... Tout travail mérite salaire, non ?... Pour Marie, son salaire avait été distribué à l'avance : elle considérait que sa vie valait tout l'or du monde, et que par conséquent, elle devrait aider les Rangers de Véterville, qui l'avaient sauvé des flammes d'un incendie étant gamine, jusqu'à son dernier souffle pour éponger sa dette.

Mais le bâtiment au centre de l'île était bien gardé. Impossible de s'approcher sans tomber sur des individus louches que Marie préférait éviter. Il fallait rentrer en toute discrétion !

« -Sor. »

Cachée derrière un arbre d'où elle observait certains de ces fameux individus louches, Marie se retourna pour constater la présence d'un Lewsor. Mais lorsque son regard croisa celui de la jeune fille, le Pokémon Psy disparut aussitôt ! La Mentali fit un pas en arrière, surprise. Lewsor connaissait l'attaque Téléport ?... Marie avait un doute. Elle sortit son Ipok, et maladroitement, consultant la page relatif à ce Pokémon. Et en effet, il pouvait la connaître, mais seulement par reproduction... Il pourrait lui être utile.

Marie s'éloigna des hommes, à la recherche du Pokémon sauvage. Bien vite, elle le retrouvait près d'un buisson à baie. Elle s'empara du Capstick se trouvant dans son sac, mais attendit avant de lancer la toupie. En voyant l'objet, la créature pourrait s'enfuir sans aucune difficulté grâce à l'attaque Téléport...

« -Sully, Ligotage.  »

La Séviper s’exécuta aussitôt, et fonça droit sur le Lewsor avant de s'enrouler autour. Cette attaque, en plus d'infliger régulièrement des dégâts à son adversaire, empêcherait l'ennemi de pouvoir prendre la fuite ! Marie lança alors immédiatement son Capstick, et commença à faire de grands cercles avec ses bras. Depuis la capture d'un Cornèbre sur Lansat, Marie s'était grandement entraînée pour pouvoir capturer un Pokémon sauvage à l'aide de son Capstick. Et grâce au soutien de Sully, celle-ci ne tardait pas être effectué ! Le rayon lumineux qui entourait le Lewsor se referma sur ce dernier après plusieurs tours. Une étrange sphère entoure le Pokémon, avant de se dissiper. Doucement, Sully relâcha son emprise sur lui, avant de s'écarter vivement : le Lewsor se contentait de fixer Marie. Cela avait fonctionné !

« -Parfait. Lewsor, es-tu au courant de la présence d'un bâtiment non loin ?... J'aurai besoin d'y pénétrer... Discrètement.  »

Le Pokémon Pys hocha lentement la tête, avant qu'une lueur violette se mette à émaner de ses yeux... Avant que le paysage ne se mit à trembler pour changer du tout au tout.

Dès que Marie comprit qu'elle se trouvait dans le bâtiment, elle se plaqua contre un mur pour éviter de se faire repérer dès son entrée. Les trois Pokémons qui l'accompagnaient firent de même, mais au final cela n'était que peu nécessaire, puisqu'ils se trouvaient dans ce qui semble être un vulgaire débarras.

Le Lewsor les avait bien sagement téléporté. En reconnaissant le logo de la Team Rouage sur certains des affaires du débarras, le sang de Marie ne fit qu'un tour. Ses camarades étaient bien enfermés à l'intérieur de ce bâtiment ! Et ils avaient perdu un jour à fouiller Cobaba, pour rien !

Mais la miss Uana reprit rapidement son calme. Elle ne devait pas commencer à faire n'importe quoi maintenant qu'elle était dans le bâtiment. A la moindre gaffe, elle risquait de déclencher une alarme et d'attirer tous les sbi...

TULULULULULULULULULULULU

Marie sursauta. L'alarme ?! Elle était déjà repérée ?! Elle se tourna vers le Lewsor aussitôt, prise d'un élan de panique.

« -Ramène-nous en dehors !  »

Mais le Pokémon ne semblait pas disposer à répondre. Se tenant la tête, le Lewsor avait visiblement un fichu mal de crâne... Marie sortit alors son Ipok, et remarqua que celui-ci était tout à fait hors d'usage...

Marie inspira profondément pour reprendre son calme. Bien. Visiblement, ce n'était pas elle qui avait déclenché l'alarme, auquel cas on l'aurait déjà arrêté. Ce qui voulait dire que quelqu'un d'autre est rentré à l'intérieur, et de manière bien moins discrète... Les autres élèves auraient-ils donné l'assaut ? Non seulement, ils ont tardé à le faire, mais en plus, ils s'y prenaient mal ! Marie était décidément bien mal tombée .

Doucement, elle ouvrit la porte du débarras, pour déboucher dans un couloir. Elle entendait des bruits de course un peu partout dans le bâtiment. Aucun doute possible, ils étaient tous rentrés à l'intérieur... Elle fit un pas en dehors, avant de se faire arrêter par un sbire.

« -Eh toi ! »

Marie se retourna. Le sbire n'était pas bien grand, il devait probablement avoir son âge, et n'était accompagné que d'un Saquedeneu. La Mentlai se décala légèrement sur le côté, pour laisser sortir les trois Pokémons qui l'accompagnaient du débarras, soit les deux Sévipers et un Lewsor. Le sbire se crispa soudainement, pensant probablement ne s'attaquer qu'à une bête élève égarée et sans défense. Il est assez ironique de se dire que deux des trois Pokémons qui se trouvaient avec Marie ne lui appartenaient pas, et que si elle n'était accompagnée que de Sully, elle aurait probablement fait moins bonne figure. Mais ce n'était pas le cas...

« -Recule.... Va-t-en ! Tu es dans un bâtiment privé !
-Voila une bien piètre façon de traiter ses convives. J'ose espérer que vous avez été un peu plus délicats avec mes camarades disparus. Le cas échéant... Je serai contrainte de vous enseigner les bonnes manières, de A, à Z. Et sachez que ma méthode de travail est plutôt.... Radicale. »

***

« -A... Arrête ! Tu n'as pas le droit de t'en prendre à trois Pokémons contre un seul ! »

Marie fit abstraction des paroles du sbire. Son Saquedeneu avait bien vite succombé aux attaques Poisons des deux Sévipers, et la Mentali n'avait pas tardé à attraper le sbire par les poignets pour ensuite l'entraîner avec elle dans le débarras. A l'intérieur, elle s'était emparée d'une corde avec laquelle elle avait attaché le sbire à une étagère qui était fixée au sol grâce à des tournevis. Il ne risquait pas de s'échapper de la sorte !

« -Bien. Commencez par m'expliquer ceci : comment se fait-il que mon Ipok ainsi que mon Lewsor soient tout à fait hors d'usage ? Je n'apprécie guère les contrariétés.  
-Va crever pour que je te dise quoi que ce soit !
-Sully... »

La Séviper fit briller l'extrémité de sa queue d'une lueur violette, avant de l'approcher de la jambe du sbire. Celui-ci gigotait dans tous les sens, tentant de se libérer.

« -Un brouilleur ! Dès que l'alarme se déclenche, un brouilleur s'active automatiquement pour empêcher l'utilisation des pouvoirs psychiques et des appareils électroniques !
-Comment m'est-il possible d'y accéder ?
-Je n'en ai aucune idée ! Je suis rentré dans l'organisation il y a peine une semaine, je ne sais pas comment tout fonctionne ici !
-Me mentirez-vous ?  
-N-non ! Je vous le jure !
-... Admettons. Et pourquoi l'alarme a-t-elle été déclenchée ?...  
-Que ?... T'es pas au courant ?
-Répondez. Je n'ai pas la patience de vous entendre tourner autour du pot.
-Des élèves sont rentrés brusquement dans le bâtiment ! L'alarme a été aussitôt déclenchée ! »

Marie s'enorgueillit à l'entente de la nouvelle : elle n'était pas responsable du déclenchement de l'alarme, et n'aurait donc pas à subir les reproches d'un quelconque élève.

« -Où se trouvent les élèves enlevés ?  
-Ca je... Je ne peux pas te le dire !
-En êtes-vous certain ?...
-Si je balance, je me ferai incendier par mes supérieurs !
-Sully... Queue-Poison. »

HRP :
-Marie, mécontente que personne ne l'écoute, détourne les talons et s'en va, suivie par la Séviper de Hope.
-Le lendemain, elle monte sur le Wailord, où elle s'excuse auprès de la Séviper de ne pas pouvoir faire part de ses impressions à ses camarades.
-Arrivée sur Frista, elle s'éloigne aussitôt du groupe, ne voulant pas avoir à obéir aux préfets.
-Elle tourne autour du bâtiment en cherchant à y rentrer en toute discrétion, mais n'ose pas se lancer à cause des gardes qui patrouillent autour.
-Elle voit un Lewsor connaissant l'attaque Téléport. Elle utilise son Capstick pour en faire son allié, et lui demande de la téléporter à l'intérieur du bâtiment.
-Elle atterrit, avec le Lewsor, la Séviper de Hope ainsi que sa propre Séviper, dans un débarras. Elle reconnaît le logo de la Team Rouage sur certains objets.
-L'alarme se déclenche soudainement. Marie demande alors au Lewsor de la fait sortir d'ici, mais à cause du brouilleur activé par la même occasion, il n'y arrive pas.
-Elle sort du débarras, et se fait surprendre par un jeune sbire.
-Elle met K.O. le Saquedeneu de ce dernier à l'aide des deux Sévipers, et emmène le sbire dans le débarras où elle l'attache à une étagère. Elle essaye de lui soutirer des informations, mais apprend juste la présence du brouilleur ainsi que l'assaut donné par les autres élèves.
-Elle demande à sa Séviper de lancer une attaque Queue-Poison sur le sbire pour le forcer à dire où sont cachés les élèves. Si quelqu'un veut l'arrêter avant qu'elle ne le tue, qu'il se fasse plaisir ! <3 /PAN



© Mzlle Alice.



« Si vous aussi, vous le désirez... Alors ce soir, l'académie nous appartiendra. »
Dahlia C Black
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t1982-dahlia-c-black-l-eclair-rose
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t1995-t-card-dahlia-c-black#22546
Taille de l'équipe : 6
Région d'origine : Kanto - Jadielle
Âge : 16 ans
Niveau : 34
Jetons : 1084
Points d'Expériences : 779
6
Kanto - Jadielle
16 ans
34
1084
779
pokemon
6
Kanto - Jadielle
16 ans
34
1084
779
Dahlia C Black
est un Topdresseur Novice
Dahlia continua d'écouter d'une oreille assez distraite les conversations. Elle cherchait avant tout à se calmer, à arrêter ces petites larmes de couler. Elle haïssait la Team Rouage. Ils ne lui avaient rien fait à elle directement, aucun de ses Pokémons n'avaient été pris de force ce maudit jour. Mais sa préfette avait été enlevée comme d'autres filles de son dortoir. Elle ne pouvait rester les bras croisés. Et puis la Pokéathlète avait tout de même un compte à régler avec la Team Rouage. Ils avaient pris tout les Pokémons d'une personne lui étant très chère, de son premier véritable ami dans cette école. Elle vengerait Issun, elle ferait tout pour le venger en sauvant les autres élèves.
Perdue dans ses pensées, elle ne remarqua pas qu'une décision avait été prise et que des groupes de recherches d'indices se formaient déjà. Soudain elle sentit une main attraper son poignet et la tirer. Le petit ami d'Aileen les rejoignis de même qu'une fille qui s'était présenté comme Opale, sûrement une nouvelle. Dahlia tourna son regard vers la préfette en chef, et en voyant le sourire qu'elle avait ses lèvres s’étiraient aussi. L'optique de cette petite visite improvisée d'une base militaire plut énormément à Dahlia, qui sait ce qu'ils pourraient y trouver. Et puis l'adrénaline d'aller dans une base militaire lui plaisait bien. C'est ainsi qu'elle rendit un sourire encore plus grand à la Pyroli, bien prête à la suivre coûte que coûte.

_______________________________

Malheureusement rien ne fut trouvé dans la base. Dahlia avait bien aimé y pénétrer discrètement et sans réel soucis. Les militaires de cette base semblaient vraiment bien trop sûrs d'eux et avaient négligés bien des aspects d'une sécurité qui semblait plus qu'élémentaire à Dahlia. Elle se dit que les pauvres bidasses auraient été dans de sales draps avec le Major Bob qui les aurait pendu par les pieds pour avoir ainsi fait preuve d'une sécurité des plus déplorables. Mais il n'y avait rien là bas. C'est ainsi que la jeune fille rentra le soir pour dormir profondément. Elle était absolument épuisée mentalement. Même les inquiétudes qui la rongeaient ne purent la maintenir éveillé.
C'est ainsi qu'elle se leva le lendemain avant de partir sur le dos de Fangorn pour se diriger vers l'île Friska. Elle suivait de très prêt la préfette des Pyrolis, observant tout de même du coin de l'oeil le préfet Voltali. Les deux semblaient très bien travailler ensemble et puis il était impressionnant de voir un dragon nager. Là où les Lokhlass étaient discrets et flottaient sans créer de grands remouds, les mouvements de la créature du Voltali soulevaient de grandes gerbes d'eau. Le trajet fut long, mais ils arrivèrent tous sur l'île. Dahlia était stressée à l'idée de ce qui pouvait les attendre là où tout les profs avaient disparus. Heureusement Fangorn était là pour l'aider à se calmer en chantonnant doucement à sa dresseuse.

Arrivés sur l'île Dahlia resta en retrait laissant les préfets discuter et convenir d'un plan. Un soldat ne se mêle pas des discussions des généraux, il attends simplement les ordres. Elle se posta donc un peu à coté, écoutant d'une oreille distraite les discussions. Ce fameux Heath était bien sûr de lui, mais Dahlia n'en pensé rien, se fiant seulement aux actes. Mais la tension était palpable et la jeune fille commençait à sentir ses jambes la démanger, elle voulait bouger, de l'action. Il y avait vraiment trop de pression pour une jeune fille comme elle. Il fallait qu'elle trouve quelque chose à faire pour rester calme pendant que les préfets définissaient d'une stratégie. Et bien sûr ce petit gars là, le bond qui était venu se la raconter inutilement devant les préfets. Certes il avait selon lui des capacités, mais pas la peine de se mettre ainsi en avant. Il était pas vraiment conçus pour suivre une hiérarchie celui-là. Voulant s'occuper l'esprit et le corps avant d'aller chercher ce gars pour le faire taire et l'empêcher de déranger les chefs pendant leurs discussions (Aileen s'en chargeait très bien cela dit) Dahlia se tourna pour aller vers le petit village. Mais plusieurs élèves la prévinrent qu'il n'y avait pas besoin d'y aller, les gens ne savaient rien ou niaient tout implication. QU'allait-elle faire maintenant ? Elle n'en pouvait plus de cette discussion qui semblait s'éterniser et pourtant elle ne voulait pas aller leur dire de se dépêcher. Donc elle fit ce qu'elle aimait le plus faire pour s'occuper, du sport. Dahlia se mit alors en position et commença à enchaîner des séries de pompes, vite imitée par Isis qui était entre temps sortie de sa Pokéball.

_____________________________________

Finalement les deux groupes sse séparèrent et Dahlia se mit à suivre Aileen et la fille rousse. Avec eux un garçon semblait avoir du mal à marcher. Elle se sentit navrée pour lui et voulut l'aider mais Aileen était déjà à ses cotés. La Pokéathlète resta alors à l'arrière du groupe, surveillant qu'aucun élève ne se perdait dans la forêt tout en surveillant les alentours avec Isis. Elle avait aussi sorti Dinah et Krok' qu'elle prit dans ses bras. La Fouinar se déplaçait avec aisance au dessus de leur têtes sur les branches des arbres. Soudain le groupe s'arrêta en entendant des bruits dans les buissons qui suivirent l'apparition d'un petit oiseau qui appartenait à la rousse. Un élève sorti des fourrés, tout simplement paniqué et qui se mit à débiter rapidement auprès de la fille au petit oiseau. Donc il venait de ce fameux bâtiment qui était la base de la Team Rouage, Dahlia fit craquer ses phalanges en attendant que la Tarsal d'Aileen revienne après avoir prévenu l'autre groupe. Bien vite ils se retrouvèrent dans un véritable sillon qui semblait avoir été creusé par un Pokémon massif. Et devant eux la fameuse base.
Avant même que qui que ce soit réagisse la rousse se rua dans la base avec Aileen sur les talons. Mauvaise idée... Il ne fallait jamais courir sans avant tout observer. Et bien sûr l'alarme se déclencha. Immédiatement Dahlia se mit à courir avec ses Pokémons vers la base, redoublant de vitesse en voyant la Persian de la Pyroli sortir pour les prévenir. Que s'était-il donc passé ? En arrivant elle vit un Arbok aux prises avec Sphax qui l'envoya voler avant que le jeune homme boiteux les rejoigne et demande à sa mouette de lancer une brume opaque. Puis il leur ordonna de se boucher les oreilles. Dahlia le fit et soudain un bruit assourdissant se répercuta dans le couloir avant qu'Alban ne prenne les deux préfettes pour s'échapper vivement. Ne se laissant pas distancer Dahlia courut à la suite du garçon et le suivit tout comme quelques autres élèves quand il pénétra dans une pièce emplie de documents. Ils écoutèrent brièvement les bruits du Sbire avant qu'il ne passe son chemin.

Alors que tous reprenaient leurs esprits, un garçon vint agresser le jeune homme qui les avait conduit jusqu'ici et sûrement sauvés. Non mais il était débile ou quoi ? Dans une mission, même les néophytes pouvaient dirigés les opérations si ils avaient une bonne idée. Dahlia leva ses yeux au ciel et fit rentrer Dinah dans sa ball, ne laissant que Krok' dans ses bras et Isis à ses côtés. Ne se laissant pas distraire par les bribes de discussions Dahlia fit le tour de la pièce, regardant avec attention les grilles d'aérations. Voilà quelque chose de parfait pour s'y glisser. Alors qu'elle voulait en faire part à Aileen, la voix d'Alban retenti. Et ce qu'il dit la troubla. C'était quoi cette histoire d'élèves clés ? S'approchant du garçon elle dit.

- Je sais vraiment pas ce que ça veut dire tout ça, je suis pas ici depuis assez longtemps, mais... D'après les matricules et tout ça ils ont vraiment le m^me fonctionnement qu'une milice. Si ils sont pas en danger de mort c'est déjà ça, mais va falloir trouver une salle de contrôle ou quelque chose du genre. Je penses qu'utiliser ces conduits pourrait être bien. Elle se tourna vers Aileen, dans une position très proche d'un militaire et avec le regard déterminé. Suite des opérations ? Je pourrai facilement aller dans les conduits avec Isis et Krok' si jamais !

Elle avait envie de passer à l'action, mais respect des supérieurs. Elle voulait d'abord avoir l'avis de la préfette en chef et de l'autre fille qu était aussi préfette si elle avait bien entendu. En attendant Dahlia accorda un léger regard au garçon de tout à l'heure qui semblait enrager seul dans son coin.

HRP :
-Après les recherches dans la base Dahlia suit Aileen avec son Lokhlass
-Elle s'occupe en faisant du sport pendant que les préfets discutent, désapprouvant l'intervention de Benjamin
-Elle suit le groupe en fermant la marche avant de se ruer dans la base à la suite d'Alban
-Elle rentre avec eux dans la pièce et observe les bouches d'aération
-Elle relève le caractère militaire de la découverte d'Alban avant de se proposer pour aller dans les conduits, attendant les ordres

Désolé si j'ai sauté certains posts ou parties de posts, mais sinon ça fait trop long xD



DAHLIA C. BLACK ≈Parfois, tu as des rêves, mais ils sont trop éloignés pour toi. Tenter de les atteindre, de les réaliser ne fera que te blesser. Et une bête blessée est instable et dangereuse, alors laisse moi panser mes plaies en paix !
Nemo Kendhall
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t8470-574-nemo-kendhall-tu-seras-lecrou-de-mon-fabuleux-rouage-noctali#85815
Icon : Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues ! - Page 5 K8dc
Région d'origine : Kalos
Âge : 15 ans
Niveau : 37
Jetons : 6707
Points d'Expériences : 849
Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues ! - Page 5 K8dc
Kalos
15 ans
37
6707
849
pokemon
Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues ! - Page 5 K8dc
Kalos
15 ans
37
6707
849
Nemo Kendhall
est un Pokeathlète Novice
Une altercation éclate entre un ancien élève et Alban. Celui-ci ne se laisse pas démonter et répond toujours avec un calme impressionnant. Il dégage quelque chose de presque mystique. A le voir comme ça, je comprends mieux pourquoi il était considéré comme le petit génie du vol. Il est d’une sérénité imperturbable. Il met presque mal à l’aise.

Abra commence à peser sur mes bras. Quelques élèves me regardent de façon curieuse, je suis bien le seul débile à devoir porter un Abra dans mes bras parce qu’il a pas l’air décidé à rentrer dans sa pokéball. Je change de position, je le place dans mon dos. Mes bras en souffrent. J’ai l’impression qu’il pèse de plus en plus lourd. Je le pose un moment le temps que tout notre groupe se rassemble. C’est un peu la panique, personne ne sait réellement ce qu’il doit faire. Des chuchotements se diffusent un peu de partout.

Finalement c’est à nouveau Alban qui fait bouger les choses en entrant dans une pièce que je n’avais pas remarqué. Pensant y trouver une chaise pour m’asseoir quelques minutes je le suis à l'intérieur, comme de nombreux curieux. La pièce est dans un bordel pas possible. Les chaises sont sans dessus dessous. J’en ramasse une et pose doucement Invy dessus. Je le regarde en face, il a l’air d’avoir plongé dans un sommeil profond. Je pousse un soupire de soulagement, rien de bien grave. Je sors à nouveau ma pokéball pour tenter de l’y faire rentrer, toujours aucune réaction … Je la range alors.

Des centaines de papiers recouvrent le sol. le brun s’est déjà mis à fouiller et ranger, quelle efficacité. Il ne tarde d’ailleurs pas à nous faire part de l’indice qu’il découvre. Ce qu’il révèle me glace littéralement le sang. Tout avait été orchestré à la seconde prêt. Ils ont vraiment du sang froid pour s’attaquer à des gens comme nous, ils se sont apparemment déjà fait ramasser une fois et voilà qu’ils continuent. Alban a totalement raison sur le fait que pour le moment les personnes que nous devons sauver ne courent pas de risque. J’ai déjà oublié la moitié de leurs noms. Peu importe, il est juste important de le retrouver, pour éviter que l’école ne ferme ! En tout cas cette Team Rouage est flippante. Ca me fait un peu peur de rester ici sans la moindre défense. Mais non, je ne suis pas seul, je suis entouré de gens sur lesquels je peux compter, enfin, je l’espère …

Je me mets à mon tour à fouiller. Le sol est recouvert de tout et n’importe quoi. Quelqu’un est parti précipitamment d’ici, probablement au moment où l’alarme a retenti. Il cherchait a cacher quelque chose avant de partir. Il n’a probablement pas réussi à tout cacher avant de prendre la fuite. il doit forcément rester des indices. Je soulève des paquets de feuilles entiers. Ma recherche est bien moins ordonnée que celle d’Alban, mais ce mec a l’air de tout bien savoir faire sous son petit air hautain. J’en serais presque jaloux. Il aide les filles, a toujours de bonnes idées, garde son sang froid et trouve des indices plus vite que la musique ! Il m'impressionne. Je crois que je l’admire. C’est un bon modèle.

Je me déconcentre sur mes mains et sur les papiers que je jette a chaque fois que je me rends compte qu’une nouvelle fois ils sont inintéressants. Je commence a désespérer. Peut-être n’y a-t-il plus rien par ici. Pourtant, nous sommes encore quelques uns à fouiller les lieux. il faut y croire. Allez, pour les élèves enlevés. Subitement de nouveau revigoré je me jette au milieu des papiers. Je trouve de tout, même des lettres intimes, mais ce n’est pas ce que je cherche. Je cherche des indices sur mes compagnons enlevés ! Ce cagibi n’a pas l’air décidé à vouloir me révéler ses secrets. C’est avec rage que je déverse le contenu de la corbeille par terre. Je prends le soin de déplier chaque petit morceau de papier puis de les déchirer en milliers de petits morceaux s’ils ne m'intéressent pas. Ca commence à m’énerve mais genre beaucoup là.

Et tout à coup, le Graal inattendu. Un minuscule morceau de papier. Ridicule. Il n’en reste que la fin. Le premier mot est même coupé. Il est signé par un certain Matricule 001 et un autre Marticule 013. Je le lis avec avidité.

“ ... ...nant ce document, vous vous engagez à assurer la pérennité de la Team Rouage, et à emmener vos sbires et vos lieutenants vers notre objectif commun.

Moi, matricule 013, jure sur l'honneur et sur ma vie, de guider l'organisation d'une main de fer. Je serai un chef dévoué à notre cause, et promets de poursuivre sur la voie tracée par mon prédécesseur, matricule 001. Que ce document soit témoin de mon engagement.

Signatures apposées le 10 août 2014”

Je le relis une seconde fois, mais cette fois-ci je suis interrompu par Alban qui me regarde en d’air interrogateur, me demandant si j’ai trouvé quelque chose. Je dois le regarder de façon bizarre, c’est assez étrange de se retrouver aux côtés d’une vedette avec laquelle vous n’auriez jamais imaginé échanger un seul mot. Je crois que je me mets à rougir et aussi à bafouiller en essayant de répondre …

“ Je … euh …”

Voilà que je n’arrive plus à aligner deux mots. Je me re-concentre alors sur les lignes que j’ai entre les mains. Allez, juste une petite phrase. Je relève le visage et tente de soutenir son regard. C’est pas facile mais je crois que j’y parviens à peu près.

“ _ Je crois que c’est la fin d’un message, je viens de le trouver dans la corbeille, quelqu’un a dû le déchirer mais impossible de mettre la main sur la partie du haut. Apparemment c’est la déclaration d’appartenance à la Team Rouage d’un certain Matricule 013. Elle date du 10 août dernier. S'ils sont au moins 66 à ce jour c’est qu’ils ont fortement recruté ces derniers temps … ça fait peur.”

Je relis un énième fois le message que j’ai entre les doigts. Mes mains tremblent, je ne sais pas si c’est de la peur ou au contraire une certaine fierté de pouvoir aider mes camarades.

“ _ En tout cas, s’ils prêtent tous serment de cette façon, le Matricule 001 doit être intouchable … Ils sont tous prêt à sacrifier leur vie pour lui. Ca devient presque glauque.”

Je me rends soudainement compte de quelque chose. Cela fait tilt dans ma tête … et si … je m’exclame alors tout haut.

“ _ Pourquoi ce document est-il déchiré ? C’est la preuve d’engagement du Marticule 013. Si elle est déchirée cela ne peut signifier que deux choses. Soit il est parti d’ici précipitamment et a voulu effacer toutes preuves de sa présence … soit il souhaite quitter la Team Rouage et a déchirer ce papier qui l’asservissait à son maître. Et dans ce cas … la Team Rouage a au moins un traite dans ses rangs ...”

Cela illumine mon visage. Tout n’est pas perdu ! Il reste un certain espoir ! Il faut s’y accrocher.

Spoiler :

• Aaron est en admiration devant Alban, il l'intrigue et il ne peut s'empêcher de l'admirer.
• Il entre dans le cagibi et se rend compte que son pokémon Psy est endormi, rien de grave donc.
• Il cherche des indices et finit par en trouver un, répondant alors à la question d'Alban.




HAIL NOCTA
Intrigue #7 - Des vacances qui démarrent sur les chapeaux de roues ! - Page 5 Turtwig

Spoiler :
Le couple le plus improbable avec... une fille
pokemon
Contenu sponsorisé
est un
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum