Connexion
Pokemon Community :: Archives :: Les Archives :: Année 3

Pokemon adala community

Tu abandonnerais ce pauvre locataire démuni à son déménagement, en « empruntant » sa camionnette en plus… ? Je ne te pensais pas voleur, Josh.
en savoir plus ?
Cha-charmant… normalement c’est en mission avec Josh que je frôle la mort, pas en rentrant chez les Phyllalis.
en savoir plus ?
Je vais chuter, encore, et ça sera long, et ça sera douloureux, et t'auras pas envie d'être là. Parce que toi, tu as Aoi mais moi j'ai quoi maintenant que Maya est partie, dis-moi ?
en savoir plus ?
Ce n'est pas le parc que je souhaite anéantir...
en savoir plus ?
Mademoiselle Alézar, Pecheresse Caroline ! Où êtes-vous ?
en savoir plus ?
La triche sera permise évidemment.
en savoir plus ?
Q…. Quéééééééééééééé ?!
en savoir plus ?
Le deal à ne pas rater :
Forfait Sosh Série limitée : 40 Go pour 9,99€
9.99 €
Voir le deal

Hazel Haymitch
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t4155-294-hazel-haymitch-givrali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t4179-hazel-haymitch-givrali
Région d'origine : Archipel Orange
Âge : 14 ans
Niveau : 10
Jetons : 1372
Points d'Expériences : 259
Archipel Orange
14 ans
10
1372
259
pokemon
Archipel Orange
14 ans
10
1372
259
Hazel Haymitch
est un Pokeathlète Médecin

Quand les masques tombent
PV Sirius B. Powell
12
sept.
La journée avait pourtant commencé comme toutes les autres. Son réveil réglé sur une sonnerie de chant d’oiseau l'avait tirée en douceur de son sommeil. Délicatement, Hazel s’était étirée puis était passée par la case indispensable de la salle de bain afin de se pomponner. Impensable de sortir de sa chambre sans être à croquer ! Elle avait donc appliqué diverses crèmes sur son visage - toutes conseillées dans ses magazines de mode. Après tout, Hazel n’achetait pas n’importe quoi ! -, s’était maquillée de façon discrète, puis avait enfilé des vêtements choisis avec un soin tout particulier. Après avoir pris une trentaine de poses différentes devant le miroir pour s’admirer sous toutes ses coutures et s’assurer qu’il n’y avait aucun problème avec sa tenue et son visage, Hazel était sortie prendre un bain de soleil avant de grignoter un petit-déjeuner parfaitement équilibré. Elle s’était assise à sa place habituelle au centre du Réfectoire pour être certaine que tout le monde la verrait puis, avec un sourire, elle avait salué les quelques camarades qui étaient venus discuter avec elle. Elle n’avait pas vraiment de mal pour se sociabiliser, et les gens venaient naturellement vers elle pour lui poser des questions sur ses beaux habits, sur son vernis impeccable, ou sur le contenu intéressant de son plateau de petit déjeuner. Elle était entourée et attirait l’attention, il n’y avait pas de problème à ça. Cependant, elle avait l’impression qu’il lui manquait quelque chose. Elle avait encore un peu de mal avec la signification du mot « ami », mais elle était à peu près sûre que ce n’était pas vraiment ça. Un brin mal à l’aise, elle garda donc son sourire factice figé sur son visage et continua de touiller son smoothie hyper vitaminé d’un air absent. Lupin, son Eoko chromatique, était par chance occupé à grignoter un morceau de pain perdu. Aussi ne profita-t-il pas du manque de vigilance de sa dresseuse pour s’enfuir et aller voler d’autres sous-vêtements. Pas sûr que la Givrali aurait pu supporter une autre de ses farces dans l’état de déprime dans lequel elle était. Hazel soupira intérieurement et avala d’une traite le reste de son verre. La main posée sur son iPok, la jeune fille fit défiler machinalement ses prescriptions du jour. « Votre couleur fétiche du jour est le Pêche. Votre Lucky item est une cravate. Votre chiffre fétiche est le 2. Votre journée ne sera ni mauvaise ni exceptionnelle, donc profitez du temps que vous avez pour vous ressourcer et penser à la semaine suivante ! »

Elle regarda son vernis impeccable d’une jolie couleur pêche. Ses doigts tripotèrent machinalement la cravate qu’elle avait nouée autour de son cou et qui venait remplacer son habituel ruban. Qu’est-ce que ça voulait dire, une journée ni mauvaise ni exceptionnelle ? Soupirant, Hazel releva doucement la tête lorsqu’elle entendit de l’agitation. Les filles assises à quelques places d’elle se donnèrent des coups de coudes et commencèrent à glousser sans retenue quand il entra dans la pièce. Hazel leva ses yeux amarante puis croisa brièvement le regard du Noctali avant de soupirer d'exaspération, agacée. Sirius. Evidemment. Ses doigts se crispèrent sur sa serviette et elle baissa la tête, le temps que l’apollon-coqueluche-de-toutes-ces-dames daigne s’assoir. Par chance, il resta loin d’elle, ce qui la rassura intérieurement. Elle ne savait pas pourquoi, mais elle n’appréciait pas vraiment Sirius. Il était trop beau. Trop parfait. Trop apprécié. Il brillait plus qu’elle, c’était sûr et certain. Elle ne lui avait jamais parlé mais elle l’avait déjà cerné rien qu’en l’observant au détour d’un cours. Ils étaient dans la même classe, ce qui faisait qu’elle partageait une bonne partie de ses enseignements avec lui. Il représentait un peu tout ce que Hazel voulait être. Il était apprécié de tous, il était canon naturellement, et dès qu’il ouvrait la bouche pour un oui ou pour un non, les filles tombaient en pamoison. Certains garçons aussi, d’ailleurs, ce qui frustrait encore plus Hazel. On ne chassait pas sur le même terrain qu’Hazel Haymitch, ah ça non. Quoi qu’il en soit, Sirius devait certainement avoir plein d’amis, lui. Il n’était sûrement pas aussi bizarre qu’Hazel, ni aussi maladroit dans les relations sociales. Il ne fallait pas le regarder longtemps pour s’en rendre compte ; il respirait l’assurance. Pas comme Hazel, qui ne faisait que semblant. Et quoi qu’il dise, les gens semblaient s’en foutre du moment qu’il parlait. Elle était persuadée qu’il n’était même pas bien intelligent ! Un brin jalouse, elle ? Carrément oui.

Rangeant donc ses affaires précipitamment, Hazel quitta le Réfectoire. Ce n’était pas la peine de rester plus longtemps dans la même pièce que ce bellâtre. Sans un coup d’œil supplémentaire vers le Noctali, la jeune fille alla s’engouffrer dans la salle de classe la plus proche, le souffle court. Il était incroyablement beau, Sirius. Ce serait mentir de dire qu’il ne lui faisait pas un minimum d’effet. Mais c’était plus fort qu’elle. Elle l’enviait. Terriblement. Et de ce fait, elle ne pouvait pas l’apprécier. Fermant les yeux pour tenter de se parer d’un masque jovial, Hazel esquissa un sourire. Elle sortit son miroir de poche pour s’admirer dedans. Bien. Elle avait enfin l’expression qu’elle désirait. Sortant donc de la salle vide, elle alla se balader près du Parc où elle était sûre que Sirius ne viendrait pas. Il devait certainement être coincé dans le Réfectoire, avec des dizaines de fans qui voulaient rire à toutes ses blagues désopilantes. Et elle dans tout ça ? Elle était coincée en extérieur, au milieu d’un gazon vert éclatant, avec pour seule compagnie un Eoko pervers… Eoko qui venait d’ailleurs de sortir des tréfonds de nulle part - sûrement une capacité bien à lui -, une nouvelle culotte en dentelle qui n’appartenait pas à Hazel. Paniquée, la jeune fille récupéra précipitamment l’objet du délit pour le cacher dans son sac à dos - en priant au passage pour qu’il s’agisse de lingerie propre -, avant de houspiller copieusement ce crétin qui lui servait de Pokémon.

« Lupin ! Je te promets que si tu recommences, je te colle une balle entre les deux yeux, OK ?! » lui dit-elle avec un air menaçant.

Mais rien à y faire. Le petit Eoko la regarda avec un air stupide, puis vint virevolter autour d’elle pour tenter de récupérer sa culotte. Lâchant un soupir d’exaspération, Hazel ouvrit son sac pour mieux ranger la culotte et se figea. Mince. N’avait-elle pas oublié son iPok dans le réfectoire ? Légèrement paniquée, elle se braqua quand Lupin se dirigea vers elle pour une ultime tentative de récupération de bien. Bien qu’il parvint à attraper de ses petites pattes perverties. La culotte s’envola du sac d’Hazel et cette dernière courut derrière son Pokémon.

« REND-MOI CA ESPECE DE DEMI PORTION OU JE T’ECRABOUILLE JUSQU’A CE QUE TES GRELOTS TE SORTENT PAR LES YEUX ! » hurla-t-elle, par chance dans un Parc complètement vide.

Elle attrapa enfin la culotte au prix d’un ultime effort puis, déséquilibrée, effectua une pirouette maladroite pour se réceptionner. Son visage se tourna alors et elle s’aperçu que, finalement, le Parc n’était pas si vide que ça. Ses joues s’empourprèrent aussitôt quand elle reconnut le visage de Sirius. De toutes les personnes, c’était sur lui qu’elle tombait ?! Avait-elle été frappée par l’astéroïde de la malchance ?! Ne sachant que dire, elle fourra la culotte dans son sac à dos, évitant soigneusement le regard certainement surpris du Noctali. Puis, espérant qu’au fond, il n’avait peut-être pas vu toute la scène, elle fit une tentative pour camoufler la vérité. Un sourire candide s’afficha sur ses lippes parfaitement hydratées, et elle lança un regard craquant à son camarade.

« Oh hihi bonjour Powell, comment vas-tu ? Il fait chaud aujourd’hui, non ? Un temps parfait pour les hallucinations, ahaha. » - elle se ventila pour allier geste à la parole – « Je me disais que peut-être tu aurais entendu des cris étranges ? Moi aussi, je ne sais pas trop d'où ça venait par contre. Peut-être plus loin ? »

Elle s’approcha de quelques pas vers lui, un sourire faux toujours sur le visage. Puis, remarquant le regard que lui jetait Sirius, elle comprit aussitôt. Il l’avait vue. Il savait qu’elle mentait. Et, pire que tout, il avait à présent un moyen de pression sur elle. Son sourire était figé. A dire vrai, elle ne savait même pas quoi dire ou faire. Sa couverture de fille parfaite grillée deux semaines à peine après son arrivée ? Impossible. Il fallait qu’elle le fasse taire. Par n’importe quel moyen…

« Tu m’as… vue ? » lui demanda-t-elle.

A présent, elle ne souriait plus du tout.

Sirius B. Powell
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t4167-sirius-b-powell-sending-your-selfies-to-nasa-because-you-re-a-star
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t4169-sirius-b-powell-noctali
Icon : Quand les masques tombent [PV Sirius] [Terminé] BHJ22Y
Taille de l'équipe : 12
Région d'origine : Algatia - Hoenn
Âge : 19 yo
Niveau : 51
Jetons : 7892
Points d'Expériences : 1589
Quand les masques tombent [PV Sirius] [Terminé] BHJ22Y
12
Algatia - Hoenn
19 yo
51
7892
1589
pokemon
Quand les masques tombent [PV Sirius] [Terminé] BHJ22Y
12
Algatia - Hoenn
19 yo
51
7892
1589
Sirius B. Powell
est un Coordinateur Mode

Quand les masques tombent ...


☆ Vous qui entrez au bal de la vie, choisissez bien votre masque ☆

Je soupire. Vous savez que je suis un adepte des grasses matinées moi ? Et voilà 12 longues journées que je n'ai pas pu dormir après 5 heures 30 du matin. Et je vous assure que c'est absolument terrible. Et ça l'est encore plus quand on sait que c'est pour aller combattre un Cizayox tout bonnement invincible à l'aide d'une pauvre petite Flabébé. Car évidement, vous le savez déjà tous car, comme moi, vous êtes très attentif aux cours de ce cher Ace S. Creed, le type fée de ma petite Adara est tout bonnement inefficace face à l'Acier de ce foutu pokemon. En fait mon dortoir me demande gentiment d'envoyer ma starter à l’abattoir tous les matins … Je soupire. J'ai ces entraînements en horreur et je prie chaque matin que pour une raison une autre, ils soient annulés. Et comme chaque matin depuis le début de l'année, j’amène Adara à Miss Needle, j'évite ses aiguilles et je repars au dortoir pour me préparer avant d'aller prendre un petit déjeuner bien mérité.

Il faut croire que le ciel n'est pas avec moi aujourd'hui. Quand j'arrive dans ma chambre, que mes colocataires ont désertés, va-t-on réussir à se voir un jour ?, je vois une Branette absolument effrayante qui porte mon absolument sublime costume d'Halloween. Oui mon costume d'Halloween. Je sais je mis prend tôt mais j'ai une quantité impressionnante de travail à faire pour qu'il soit parfait. Et j'ai bien l'impression que je vais devoir tout recommencer de zéro. Malgré toutes mes tentatives pour récupérer mon sublime costume, le pokemon se moque allégrement de moi. Je laisse un juron sortir de ma bouche alors que la Branette s'enfuit en ricanant. Saloperie.

Je soupire. La journée commence merveilleusement bien. Je file sous la douche, j'en ai bien besoin. Je saute ensuite dans mon uniforme. Je l'aime étonnamment bien. Il est élégant tout en restant pratique. Je passe une derniere fois ma main dans ma tignasse. Je la trouve vraiment beaucoup mieux au naturel. Je m'adresse un petit sourire. Courage Sirius. Tu as encore tous tes patrons.

☆☆☆☆☆☆☆☆☆☆

J'ai faim. Faut pas croire. Les entraînements matinaux d'Heath me laisse toujours affamé. Je vous jure, se faire rétamé donne faim. Mon ego en prend un sacré coup et je me dois de me consoler avec les merveilles de Mama Odie. J'en salive d'avance. Je rentre dans le réfectoire. Immédiatement j'entends les soupirs de ces dames. J'en ai maintenant l'habitude mais je suis la toute nouvelle coqueluche de celle-ci. Je n'arrive pas vraiment à savoir si j'en suis satisfait ou si au contraire ça m'agace. Sûrement un mélange des deux. J'ai l'impression qu'on me porte sur un piédestal que je n'ai pas demandé. Et puis cette constante attention m'oblige à garder cette image de parfait jeune homme. Je suis peut-être trop gentil en fin de compte. Je les laisse me modeler comme elles veulent. Je souris à la jeune fille qui s'est pendue à mon bras. Je suis vraiment mal à l'aise mais je n'ai aucune idée de comment la congédier sans la blesser. Je pousse un léger soupir. Immédiatement on me pose milles questions, tu vas bien ? Ton repas n'est pas bon ? Tu adresses un plus grand sourire aux jeunes femmes autour de toi en déniant. Il ne serait pas de bon ton de leur dire que c'est justement elles qui l'agace. Je me fais rêveur et laisse mon regard chocolaté vagabonder sur la salle.

Tiens, Hazel Haymitch me fixe. Du moins, elle m'a fixé. J'ai fais quelque chose ? Elle me lance assez souvent ce genre de regard. J'ai pourtant pas souvenir de lui avoir fait quelque chose … Je ne comprends vraiment pas cette fille. Hazel me paraît assez huuum ? Superficielle ? Je sais pas trop. C'est peu être juste une image qu'elle veut se donner mais je ne compte plus les fois où j'ai vu la rouquine se remaquiller en classe ou feuilleter l'un de ces torchons pour filles. Je crois que je ne comprendrais jamais comment on peut s'intéresser à un magasine pareil. Elle part précipitamment. Elle a pas l'air en grande forme. Je remarque l'appareil bleuté. Elle a oublié son iPok. Je me lève précipitamment, marmonnant une excuse bidon au groupe qui m'entourait. Enfin, je vois bien qu'elles sont déçues. Je fais peut-être le mauvais choix en récupérant l'iPok de la Givrali. Je vais peut-être lui apporter des problèmes. Je sais comment peuvent être les filles entre elles. Mais ma curiosité à gagné le combat, j'ai bien trop envie de partir à la recherche d'Hazel.

Je siffle Adara qui s'amusait jusqu'alors à tirer les cheveux d'une pauvre de mes, Groudon que j'ai l'air arrogant en disant ça, admiratrices. Ma princesse est adorablement taquine. Enfin, ça c'est mon point de vue. Pas sur que la jeune fille a qui elle a détruit la coupe pense comme moi. Enfin bon, Adara est mille fois plus importante que toutes ses filles et il est impensable que je gronde mon étoile. Elle est bien trop précieuse, et vicieuse, pour que je me la mette à dos. Un dernier, faux, sourire pour les filles et je me met à la recherche de Hazel. Si j'étais Hazel, où serais-je allé ? Hum, mauvaise piste, je comprends pas cette fille. Il serait bizarre que je pense comme elle. Il est encore trop tôt pour qu'elle soit dans les bâtiments scolaires. Je laisse donc Adara me guider. C'est une fille, ma princesse, elle saura mieux que moi où aller. Je crois ?

☆☆☆☆☆☆☆☆☆☆

J'aurais dû m'en douter. Tu es stupide Sirius. Pourquoi persistes-tu a croire que Adara va t’amener autre part que le parc et ses fleurs ? Je me faceplamerai bien mais je m'y attendais … J'ai donc pu me préparer psychologiquement. En quelque sorte. Je soupire. Il n'y a plus qu'à espérer que la demoiselle que je recherche est une âme de Flabébé. Je sursaute. C'est quoi cette menace terrible ? Je cherche du regard la source de ce cri. Ma haute taille me permet de remarquer la chevelure rouge après laquelle je suis, face à un Eoko d'une couleur étrange avec une culotte sur la tête ? Quoi ? J'avoue avoir eu un moment de bug cérébral. Au niveau de la couleur je peux difficilement juger avec ma Dark Adara mais la culotte me perturbe immensément. Le temps que je parvienne en face de la jeune fille et que celle ci me remarque, elle a eu le temps de me faire découvrir un pan totalement inattendue de sa personnalité.

Qui aurait cru que la si charmante Hazel soit finalement si violente ? Elle qui semble toujours si maîtrisée et agréable … Je la vois se façonner ce sourire de convenance. Elle me sort une phrase bateau. Il est clair qu'elle me ment et qu'elle veux recoller les morceaux. Comment réagir ? A tous les coups, elle voudrait garder tout ça secret. En soit ce n'était pas mon genre de l’embêter éternellement à ce propos. Mais j'étais quelqu'un de curieux. Et cette fille m'intriguait. J'avais l'impression qu'on se ressemblait. On se cachait tous les deux derrière une façade parfaite. Nous n'avions peut-être pas les mêmes raisons mais nous avions la même couverture. Mais il n'y avait que moi qui savait ça.

Après de longues minutes de silence, durant lesquelles je me demandais comment réagir, je finis par tendre son iPok à la demoiselle et par enfin ouvrir la bouche. Adara s'était entre temps poser dans mes cheveux, les ornant ainsi d'une sublime fleur. Ça me faisait toujours sourire quand elle se glissait là haut. Enfin, c'était surtout les regards qu'on me lançait. Il fallait dire que j'avais un air particulier avec ma fleur dans les cheveux …

- Haymitch … Hum, je peux t’appeler Hazel ? Déjà tiens, tu l'as oublié au réfectoire. Et quand à … ça ? Je suppose que tu as tes raisons mais je suis au regret de t'informer que je devrais en informer la direction si tu comptes mettre tes menaces à exécution !


Ma tentative d'humour tombe profondément à l'eau.


- Je peux te promettre de ne rien dire si tu m'expliques pourquoi de telles menaces envers ton pokemon. Deal ?


Je n'aime pas profiter ainsi des gens mais j'ai bien l'impression que c'est la seule façon d'avoir des informations avec elle. J'ai la désagréable impression qu'elle me déteste et j'adorerai lui demander pourquoi mais ce n'est pas vraiment quelque chose qu'on dit à quelqu'un lors d'une première discution … Peut-être qu'en l'amadouant je réussirai à en savoir plus ? Elle m'intrigue cette fille. Je veux comprendre pourquoi elle a l'air de tant m'en vouloir et pourquoi elle semble jouer sur deux tableaux. Après je me fais peut-être des idées mais je pense que j'ai visé juste. Je lui lance un sourire amical, il est sincère. Je n'ai pas envie de me faire des ennemis quelques jours à peine après la rentrée … Je passe une main dans ma nuque, la frottant légèrement. J'attends avec appréhension sa réponse. J'ai peut-être abusé en l'appelant par son prénom. J'en sais rien. Je ne sais plus vraiment comment réagir en société. C'est absolument ridicule.

crédit (c) Chaussette


sirius
liens
atelier
Hazel Haymitch
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t4155-294-hazel-haymitch-givrali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t4179-hazel-haymitch-givrali
Région d'origine : Archipel Orange
Âge : 14 ans
Niveau : 10
Jetons : 1372
Points d'Expériences : 259
Archipel Orange
14 ans
10
1372
259
pokemon
Archipel Orange
14 ans
10
1372
259
Hazel Haymitch
est un Pokeathlète Médecin

Quand les masques tombent
PV Sirius B. Powell
Eh Hazel, aurais-tu pu passer pire journée que celle-ci ? Tu ne t’étais sans doute pas attendue à tout cela lorsque tu t’étais levée ce matin et que tu avais appliqué soigneusement ton joli vernis Pêche, n’est-ce pas ? Pauvre petit insecte insignifiant tombé dans la toile du félin prédateur de ces dames. Ce n’était pourtant pas faute de t’être débattue, non ? Mais eh, petite Hazel. Que croyais-tu que tu pourrais faire face au délicieusement dangereux Sirius B. Powell ? Hein, Hazel ? Dis ?

La jeune fille resta comme pétrifiée sur place lorsque ses yeux amarante se posèrent sur la silhouette gracile du Noctali. Elle avait l’impression que le regard noisette du garçon l’analysait et la jugeait. Qu’avait-il bien pu voir ou entendre ? Depuis quand s’était-il coulé si discrètement jusqu’à elle ? Occupée à houspiller Lupin, elle n’avait même pas senti sa présence lorsqu’il était entré dans le Parc. Grossière erreur, quand on s’appelait Hazel Haymitch et que tout dans son attitude était soigneusement étudié pour rendre une image agréable de soi-même. Comment avait-elle pu être aussi idiote après tout ? Et de toutes les personnes qui auraient pu la surprendre, il fallait évidemment que ce soit Sirius B. Powell, le type qu’elle exécrait probablement le plus dans sa classe - et celui qui, paradoxalement, l’attirait physiquement le plus - ? Elle jouait vraiment de malchance, et ça, son précieux Horoscope ne lui avait malheureusement pas prédit. Un sourcil soucieux froncé, Hazel attendit une quelconque réponse de son camarade. Elle avait tenté de brouiller les pistes, d’essayer de faire comme si de rien n’était. Toujours simuler le déni.

Mais non, cela n’avait suffi. Elle voyait clairement dans le regard perçant du Noctali qu’il n’était pas dupe. N’importe qui d’autre se serait laissé entraîner dans les manigances d’Hazel ; un coup de minauderie, un joli sourire fixé sur ses lèvres délicatement colorées, et le tour aurait été joué. Les gens voulaient naturellement croire ce qu’ils voulaient voir. Et voir une Hazel complètement hystérique n’était pas dans leur top 5 des meilleurs événements de la journée. Mais Sirius ? Il était sûrement bien trop content de l’avoir surprise dans pareille situation. Il respirait le mauvais caractère et l’ego surdimensionné, celui-là ! La Givrali était persuadée que s’il pouvait écraser quiconque essayait de briller autant que lui, il le ferait sans sourciller et se départir de son sourire Colgate. Diantre qu’il l’agaçait !

Alors elle avait perdu son sourire, Hazel. Elle faisait tomber le masque, parce que faire illusion avec lui était impossible. Parce qu’elle en avait marre de se forcer. Parce qu’elle ne voulait pas lui donner autre chose qu’une moue contrariée. A présent qu’ils se toisaient silencieusement, elle sentait son cœur cogner dans sa cage thoracique. Elle était gentille, Hazel. Candide, adorable, enthousiaste de découvrir le monde et ses multiples facettes ; les gens et leurs multiples visages. Mais pour Sirius, elle ne voulait pas être cette Hazel là. Elle n’aurait su l’expliquer si on le lui avait demandé, mais elle restait juste butée. Comme lorsque Tante Jen lui avait demandé d’être Espionne. Comme lorsque ses parents avaient essayé de la dissuader de venir sur l’île de Lansat. Machinalement, ses bras se croisèrent en une pose légèrement vexée. Elle n’avait pas besoin de se forcer pour renvoyer ce visage-là à Sirius. Et elle espérait qu’il comprendrait rien qu’en regardant son regard qu’elle n’était pas d’humeur à jouer. Que fichait-il là d’ailleurs, lui ? Pourquoi l’avait-il suivie alors qu’il était confortablement en train de prendre son petit déjeuner entouré de ses nombreuses pintades ? Avait-il simplement voulu faire une balade digestive pour se donner un air champêtre ? Et c’était quoi cette stupide fleur qu’il avait glissée dans ses cheveux ?

Avec une expression surprise, Hazel vit son iPok qu’elle avait oublié sur sa table entre les doigts de Sirius. Et ce dernier venait d’ailleurs de le lui rendre. Venait-il réellement de faire ce à quoi elle pensait ? De lui courir après juste pour lui rendre son iPok alors qu’elle était certaine qu’il ne l’avait jamais remarquée ? Ne l’avait probablement jamais regardée, d’ailleurs. Car si Sirius l’agaçait, c’était aussi parce qu’il était complètement indifférent à sa personne. Oh, elle ne l’appréciait pas pour tout ce qu’il représentait, évidemment. Mais il ne lui avait jamais adressé la parole ; ne s’était jamais assis près d’elle en cours. Ne l’avait même jamais admirée. Et toutes ces tares mises bout à bout faisaient qu’il l’insupportait. Désolée Sirius, mais c’était comme ça ! Choquée donc que son meilleur ennemi ait remarqué qu’elle avait perdu son iPok et soit venu jusqu’à le lui rendre en personne, elle attrapa doucement l’appareil pour le fourrer dans son sac. Le contact avec les doigts du Noctali fit remonter une décharge électrique le long de son bras, allant jusqu’à lui ficher la chair de poule. Non sérieusement ? C’était quoi cette réaction de jeune péronnelle ? Gênée, Hazel baissa la tête brièvement, la relevant uniquement lorsque son camarade lui parla.

Et là, ce fut la catastrophe. Comment pouvait-il se montrer aussi familier avec elle ? Elle n’eut cependant que le choix d’acquiescer docilement. Il détenait des informations sur elle ; s’en faire un ennemi maintenant n’était probablement pas une bonne idée. Quant à la suite de ses paroles… Hazel se crispa. En informer la direction ? Carrément ?! Elle leva brusquement la tête vers lui, ses yeux violets brillant d’un éclat apeuré. Cependant, Sirius lui proposa un compromis qui la fit grimacer. Lui dire pourquoi elle menaçait son Pokémon, en échange de son silence ? Hazel ne comprenait pas. Pourquoi s’intéressait-il à un truc comme ça ? S’il ne comptait pas étaler son secret partout, il aurait pu simplement tourner les talons et aller fourrer son sale nez ailleurs, non ? Démunie, elle gigota maladroitement sur place. Lupin vint d’ailleurs tournoyer gaiment autour d’elle, son sourire stupide toujours fixé sur son visage.

Que devait-elle faire alors, maintenant ? Lui dire la vérité ? Lui dire qu’elle s’entraînait pour sa prochaine pièce de théâtre ? Pas une mauvaise idée, sachant qu’une fille aussi à la pointe de la mode qu’elle devait forcément se diriger vers la spécialité Coordination. C’était sûrement ce que les gens pensaient d’elle. Pourtant, elle eut l’intuition qu’il ne fallait surtout pas mentir à Sirius. Il s’en rendrait compte, c’était sûr et certain. Mal à l’aise, elle mit donc les mains derrière son dos, brusquement intimidée. C’était la première fois qu’elle parlait à Sirius, en fait. Il l’écrasait par sa supériorité. Sans se démonter cependant, Hazel leva les yeux vers son interlocuteur.

« Ok, faisons comme ça alors. Tout d’abord merci pour l’iPok, ça m’enlève une sacré épine du pied. » dit-elle avec confiance. Lui passer la pommade et le flatter dans son ego. Le remercier. Ce n’était pas la mer à boire pour elle, et ça mettrait Sirius dans une bonne condition. Un bon début de conversation, donc. « Quant à mon Pokémon eh bien… » Elle sortit la culotte de son sac à dos pour la montrer au Noctali, au cas où il ne l’aurait pas vue. Etrangement, elle espérait le gêner un peu avec ce geste, histoire de ne pas être la seule à se sentir mal. « Il a la fâcheuse tendance de voler des objets aux autres, et vient de me rapporter ça. Autant te dire que ça fait deux semaines que je subis ses larcins tous les jours et que je n’ai pas envie qu’on m’accuse d’être un nouveau genre de pervers ou quoi que ce soit. »

Elle s’arrêta de parler. En fait, ce n’était pas si compliqué que cela.

« A moi de te poser une question si tu le permets », ajouta-elle, brusquement curieuse vis-à-vis du châtain également. Elle avait l’impression d’entreposer un orteil sur une limite invisible, mais qu’importe. Foutu pour foutu, autant dialoguer le plus longtemps possible. Lui aussi avait peut-être des faiblesses, des secrets. Des choses qu’elle pourrait gratter sous son vernis impeccable. Car après tout, elle n’avait pas envie d’être la seule à se faire manipuler parce que son véritable visage avait été découvert. Candide, elle s’approcha donc légèrement de lui et lui demanda : « Pourquoi es-tu venu jusqu’à ici pour me rendre mon iPok alors que tu aurais pu très bien le confier à un Professeur, à Gaston Fooly ou à n’importe quelle Givrali dans le Réfectoire ? »

Mutine, elle esquissa un léger sourire. Eh bien oui, pourquoi tous ces efforts juste pour une histoire d’iPok qu’elle aurait pu récupérer au plus tard deux jours après ? Il n’y avait pas vraiment de voleur à l’académie ; Sirius aurait très bien pu laisser faire quelqu’un d’autre au lieu de lui courir après. C’était fichtrement étrange comme comportement, n’est-ce pas ? A nouveau maîtresse de ses propres émotions, Hazel espérait découvrir quelque chose de croustillant au sujet du Noctali ou, à défaut, l’embarrasser un peu ou le mettre dans une situation difficile. Il n’y avait pas de raison à ce qu’elle soit la seule à être en mauvaise posture.

Sirius B. Powell
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t4167-sirius-b-powell-sending-your-selfies-to-nasa-because-you-re-a-star
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t4169-sirius-b-powell-noctali
Icon : Quand les masques tombent [PV Sirius] [Terminé] BHJ22Y
Taille de l'équipe : 12
Région d'origine : Algatia - Hoenn
Âge : 19 yo
Niveau : 51
Jetons : 7892
Points d'Expériences : 1589
Quand les masques tombent [PV Sirius] [Terminé] BHJ22Y
12
Algatia - Hoenn
19 yo
51
7892
1589
pokemon
Quand les masques tombent [PV Sirius] [Terminé] BHJ22Y
12
Algatia - Hoenn
19 yo
51
7892
1589
Sirius B. Powell
est un Coordinateur Mode

Quand les masques tombent ...


☆ Vous qui entrez au bal de la vie, choisissez bien votre masque ☆

Elle était mignonne cette Hazel. Je laisse mon regard se promenait lentement sur son corps. Ses meilleurs atouts sont de toute évidence ses longues et fines jambes et elle le sait. En temps normal, je ne me serais jamais permis de la dévisager ainsi mais je ne la vois pas vraiment comme une autre de ses greluches qui me suivent toute la journée. Elle est juste différente. Elle a un truc et elle m'intimide en quelque sorte. Je ressens une sorte de puissance chez elle. Je ne sais pas d'où me vient cette impression mais il est clair qu'elle savait de quoi elle parlait tout à l'heure. Je suis persuadé qu'elle n'a pas laissé ces mots s'échapper sans savoir ce qu'il cela signifiait. Son regard brille d'intelligence et sur mon visage se dessine un rictus moqueur. Je suis d'humeur taquine et je crois bien qu'Hazel ne l'est absolument pas, ce qui est encore plus amusant.

Sa moue boudeuse agrandit mon sourire. Elle est mal à l'aise et elle est énervée. Le parfait combo. Je passe une main dans ma tignasse brune, récupérant au passage mon Adara chérie. La petite Flabébé se pose sur mon épaule et elle toise la Givrali. La connaissant, elle va sûrement ajouter sa touche à la tenue d'Hazel. Je retiens le rire qui me menace. Tout en moi sens l'arrogance. Il faut croire que j'ai choisis. Le vieux Sirius si arrogant a décidé de passer dire bonjour. Pourquoi pas après tout. Je suis terriblement frustré de ce début à PC. J'aurais aimé passer un peu plus inaperçu mais il faut croire que c'est impossible. Alors peut-être bien qu'Hazel n'a rien fait en soit mais j'ai besoin d'un défouloir et c'est la seule personne du coin.

Je fais tourner son iPok entre mes doigts entendant sa réponse avec je dois le dire pas mal de curiosité. Tout repose sur elle. Je ne m'amuserai réellement que si elle se prends au jeu. Une petite séance de répartie avec une fille dont j'ignore tout n'est peut-être pas le moyen le plus sain de faire partir cette foutue frustration mais c'est le seul qui m'est accessible. Et je sais qu'elle ne me dorlotera pas. Je finis par lui tendre son appareil bleuté. Elle aura la délicieuse surprise de constater que j'ai enregistré mon numéro dans son répertoire. Je sais. Je fais d'excellents cadeaux.

C'est peut-être une bonne chose que le destin ait décidé de nous faire rencontrer. Cette fille ne prendra pas de pincette avec moi. Elle ne veut pas rentrer dans mes bonnes grâces. J'ai bien l'impression que c'est même tout le contraire. C'est peut-être pour ça que cette fille me plaît autant. Je ne parle avec elle que depuis cinq minutes et déjà je me sens mieux qu'au milieu du réfectoire. Mon sourire se fait plus doux, bien que toujours moqueur. J'hoche légèrement la tête pour lui indiquer que j'accepte ses remerciements, elle est marrante à en rajouter des couches et des couches.

Elle sort de son sac la culotte en dentelle que son starter s’empresse de récupérer. Mes joues se colorent à mon grand désarroi. Pourquoi Reg n'est-il pas une fille pour me préparer à ce genre de truc … Sers à rien ce con. Ahum. C'est pas le moment de penser à ce type. Je pense pouvoir comprendre la colère d'Hazel. Je suppose que je serai épuisé si Adara me faisait ça. Ma petite fée s'envole de mon épaule pour venir se poser sur la tête d'Hazel. Tiens. C'est bien la première fois qu'elle ne tente rien avec une fille qui me parle. Appréciait-elle Hazel ? Hum. Non. Trop beau pour être vrai. Ma petite fée commence à ajouter mille paillettes et autres fleurs dans les cheveux de la Givrali. C'est … Original. Mon Adara a du style. Je retiens un éclat de rire en voyant la Flabébé faire des aller-retour entre les buissons fleuris et les cheveux d'Hazel.

Je plonge mes yeux chocolat dans ceux de la jeune fille. Pourquoi me suis-je déplacé pour lui remettre son iPok par moi-même ? Je ne peux décemment pas lui dire que c'est parce que toutes ces filles m'agacent et que le parc est peu à peu devenu un de mes endroits préférés à PC. Je sais qu'elle a été franche avec moi et le jeu n'en sera que plus drôle si il est réel. Je me fais malicieux. Elle veux me gêner comme je la gêne. Qui gagnera la partie ?


- Pourquoi ? C'est tout simple Hazel. Tu m'intrigues. Tu es différente. Je ne sais pas en quoi, je ne sais pas pourquoi mais tu l'es. Et je suis curieux. J'aime tout savoir. J'ai simplement saisit l’occasion de te parler en tête à tête. Et je sais pas, j'ai l'impression que tu ne m'aimes pas. Sans vouloir être vantard les gens m'apprécient en général et je voulais savoir pourquoi. Que dis tu d'un petit jeu. Pour chaque question que je te pose, tu as le droit à une question également. Et vice versa évidement. Si tu permets, je commence. Pourquoi ne m'aime tu pas ?


En réalité ça m'intriguait réellement. Aucune idée de pourquoi ses regard joyeux et lumineux se glaçaient comme ceux de l'évolition qui représentait son dortoir quand ils se posaient sur moi. Cette fille m'intriguait énormément. Je veux apprendre à la connaître et réussir à gratter la couche de peinture sous laquelle Hazel se cache. Peut-être que c'est nos similitudes qui me plaisent, que cela me plaît de voir que je ne suis pas le seul à me camoufler. Je suis peut-être stupide et enfantin mais je veux absolument savoir. Et tout savoir. La liste de mes questions est longue et je n'en vois pas le bout.

Et même si j'essaie de ne pas y penser, je dois bien reconnaître qu'elle me plaît. Beaucoup. Je dois avoir un truc pour ces teintes chaudes, violet, rouge, roux. J'aime la chaleur que ça apporte et je dois bien reconnaître que quand je la vois je chauffe aussi. Je reste stupidement superficiel quand  on en vient à ses histoires de filles. Sûrement parce que je ne sais pas comment faire autrement. Je n'ai jamais eu que le couple parfait de mes parents comme exemple et mes multiples petites-amies n'ont jamais été là que pour asseoir mon statut. Je secoue la tête. Je me suis juré que ma prochaine petite amie serait une fille dont je suis tombé amoureux. C'est mon objectif relationnel !

Je glisse un regard sur mon iPok en attendant. L'heure tourne et le début des cours se rapproche. Mais je ne dis rien. Cette conversation devient bien trop intéressante pour que je la laisse se terminer pour un cours de Ace. Certes c'est mon référent et j'aurais des problèmes si j'esquive son cours mais je ne peux pas le supporter alors un retard ne me fera pas de mal.

Je crois.

crédit (c) Chaussette


sirius
liens
atelier
Hazel Haymitch
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t4155-294-hazel-haymitch-givrali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t4179-hazel-haymitch-givrali
Région d'origine : Archipel Orange
Âge : 14 ans
Niveau : 10
Jetons : 1372
Points d'Expériences : 259
Archipel Orange
14 ans
10
1372
259
pokemon
Archipel Orange
14 ans
10
1372
259
Hazel Haymitch
est un Pokeathlète Médecin

Quand les masques tombent
PV Sirius B. Powell
Il y avait comme une certaine tension dans l’air. Un malaise. Hazel se tenait fièrement face au regard scrutateur de Sirius, mais elle se sentait fondre comme neige au soleil. Pourquoi était-il si beau, bordel ? Il avait de magnifiques cheveux, un visage aux traits fins, des yeux d’un noisette profond… Il était craquant, toutes les filles de sa promotion s’accordaient à le dire. Mais Hazel, elle, elle ne prenait pas. Il y avait anguille sous roche, elle le sentait. Sans qu’elle ne puisse l’expliquer, elle se méfiait de lui. Il était trop parfait. Trop gentil avec tout le monde. Trop beau. Ce n’était pas possible, tout comme elle. Car Hazel ne concevait pas qu’il puisse exister pareille personne. Quelqu’un qui brille plus qu’elle. Quelqu’un, même, qui brille naturellement plus qu’elle. Car derrière son vernis impeccable, la Givrali était tout sauf belle. Elle était d’un naturel timide. Elle n’avait que très peu d’expérience dans les relations sociales. Elle n’avait pas la meilleure des origines, ni même le caractère le plus enviable. Mais elle faisait des efforts, Hazel. Et penser qu’un type puisse être meilleur qu’elle sans même avoir fourni tout le travail qu’il y avait derrière, ça la mettait hors d’elle.

Les yeux froids, elle observait donc Sirius à son tour. Il faisait tourner son iPok habilement entre ses doigts. Il avait l’air de s’amuser énormément de la situation, les premiers instants de gêne passés. Pourquoi fallait-il qu’il la remarque pile à ce moment-là ? Secrètement, elle avait toujours espéré qu’il la regarde, ne serai-ce qu’un petit peu, lorsqu’ils partageaient des cours. Pourtant, il ne lui avait jamais accordé ce privilège. Et alors qu’elle faisait tomber le masque un instant avec Lupin, voilà qu’il surgissait miraculeusement pour lui rendre son iPok ? C’était une situation grotesque. Muette, elle attendait, le souffle court, la suite des événements. Elle ne savait pas vraiment ce qui allait lui arriver. Il y avait tellement de routes possibles qui se matérialisaient devant ses yeux. Beaucoup de chemins pas forcément très enviables, d’ailleurs. Et si Sirius répétait tout à toute l’école ? Sa réputation serait ruinée. Ce serait le drame d’une vie ; elle n’aurait qu’à faire ses valises et à quitter Lansat, si c’était ça.

Mais il ne le ferait pas. Elle l’en empêcherait par tous les moyens, même si pour cela elle devait aller à l’encontre de ses valeurs. Même si pour cela elle devait jouer la petite esclave modèle. Il fallait qu’elle se rende indispensable. Qu’elle le charme. Qu’elle lui donne envie d’être le seul à tout savoir sur elle. Qu’elle le mette en confiance et qu’elle le mène par le bout du nez. Sans ça, elle perdrait la bataille face à Sirius. Et Hazel Haymitch n’était pas du genre à abandonner une guerre. Soupirant donc, elle se décida à tout lui révéler. Elle lui parla de Lupin, des lubies inavouables de ce dernier, et même de la fameuse culotte volée. Et voilà Sirius B. Powell. Hazel s’était confiée à toi. Comment allais-tu réagir ? Quoi qu’il en soit, la jeune fille esquissa un sourire, à présent plus sereine. Elle sentait qu’elle entrait progressivement dans la danse ; qu’elle ne perdait pas forcément la partie, et qu’il y avait encore des choses à sauver dans le jeu.

Pour autant, elle prit une mine surprise lorsque le Pokémon Fleur de Sirius vint se poser dans ses cheveux. Elle leva les yeux, intriguée. Qu’est-ce que c’était que ce Pokémon minuscule ? Elle l’avait souvent vu avec Sirius en cours, effectivement, mais elle ne connaissait pas cette espèce. Maintenant qu’elle pouvait l’observer de plus près, elle voyait bien qu’il y avait quelque chose qui clochait avec ce truc. Truc qui semblait d’ailleurs avoir pris sa tête pour une toile, puisqu’il vint y déposer de nombreuses fleurs et autres machins brillants.

Se retenant pour ne pas chasser l’impétueuse comme un vulgaire moustique - on ne ruinait pas la coiffure d’Hazel Haymitch. Sous aucun prétexte. JAMAIS -, elle revêtit un nouveau sourire de circonstance, la mine légèrement interrogative. Voyant que le Pokémon était parti chercher une autre poignée de fleurs dans les buissons, Hazel en profita pour poser LES questions qui faisaient mal. Reprenant brusquement le contrôle du jeu, elle esquissa un sourire mutin, les mains innocemment nouées entre elles, la mine candide à souhait. La réponse que lui servi Sirius la désarçonna cependant. Elle ? Elle l’intriguait ? Elle était différente ? Allons bon, qu’est-ce qu’il lui racontait comme âneries, celui-là ? Son regard se fit plus dur. Elle continuait de sourire, mais ce n’était plus comme avant. Il se moquait clairement d’elle là, n’est-ce pas ? Il était allé beaucoup trop loin dans le jeu. Voilà qu’il essayait de l’embobiner, de s’attirer ses bonnes grâces. Pourquoi au juste ? Ce type était tellement difficile à comprendre. Et en même temps, il parvenait à paraître aussi honnête en lui servant des mensonges plus gros que lui. Il était doué. Beaucoup trop doué…

Il ne s’arrêta d’ailleurs pas là car il lui proposa un jeu. Visiblement, il avait bien cerné Hazel, bien qu’elle ne sache pas trop comment il avait pu faire. La mettre au défi, c’était un peu piquer son égo. Elle ne pouvait pas refuser, après tout… Mais elle n’allait pas perdre pour autant. Bien. S’il voulait jouer à cela…

« Le jeu me convient, même s’il aurait été plus gentleman de laisser les demoiselles commencer. Cependant soit, jouons si tu le veux. Alors, première question… Pourquoi je ne t’aime pas ? Hmmm, bonne question. Plus que le fait de ne pas t’aimer, je te dirai plutôt que je ne te fais pas confiance. », lui dit-elle. Observant ensuite un court silence, elle s’approcha très légèrement de lui, plongeant ses yeux amarante dans les siens. Un nouveau sourire décorait à présent ses lèvres. « Tu as l’air de cacher des choses, de faire semblant. Je n’arrive pas à te trouver sincère, derrière ton joli masque de garçon parfait. Voilà donc ma question, puisque c’est à mon tour : que caches-tu, Sirius B. Powell ? Derrière ta gueule d’ange, ta gentillesse et ta sympathie de gars parfait, qu’essayes-tu de dissimuler ? »

Son sourire s’élargit. Elle commençait à apprécier ce petit jeu dangereux. Elle avait l’impression qu’à trop s’y frotter, elle finirait par se brûler les ailes. Mais impossible de s’arrêter en si bon chemin. Il l’avait lancée là-dessus ? Elle allait y répondre. Ils verraient bien lequel des deux finirait par craquer en premier, de toute façon. Et foi d’Hazel Haymitch, la jeune Givrali allait tout faire pour être la dernière encore debout sur le ring…  

Sirius B. Powell
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t4167-sirius-b-powell-sending-your-selfies-to-nasa-because-you-re-a-star
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t4169-sirius-b-powell-noctali
Icon : Quand les masques tombent [PV Sirius] [Terminé] BHJ22Y
Taille de l'équipe : 12
Région d'origine : Algatia - Hoenn
Âge : 19 yo
Niveau : 51
Jetons : 7892
Points d'Expériences : 1589
Quand les masques tombent [PV Sirius] [Terminé] BHJ22Y
12
Algatia - Hoenn
19 yo
51
7892
1589
pokemon
Quand les masques tombent [PV Sirius] [Terminé] BHJ22Y
12
Algatia - Hoenn
19 yo
51
7892
1589
Sirius B. Powell
est un Coordinateur Mode

Quand les masques tombent ...
Hazel & Sirius
Avec un sourire mutin, je regarde Hazel passer d'une émotion à l'autre. Si son visage n'exprime rien, ses yeux grenats, eux sont le miroir de son âme. Je trouve ce dicton particulièrement vrai dans son cas. Toutes les émotions qu'elle contrôle brille avec fureur dans ses prunelles. C'est un spectacle superbe. Elle possède une myriade d'émotion. Et je dois bien admettre que je la jalouse un peu sur ce point. Elle sait ce qui lui arrive, elle sait les apprivoiser, les accepter et s'en servir pour être plus forte. Et moi, moi je bloque. Si j'ai peur je bloque tout. Je crois que j'ai trop peur de souffrir d'une relation. C'est peut-être ça mon problème. C'est peut-être pour ça que je n'arrive pas à me lier suffisamment profondément avec quelqu'un, suffisamment pour que je puisse l’appeler mon ami.  

Mais je ne comprend pas les autres. Je ne sais pas si l'image que je leur envoie, celle que je pense être celle qu'ils recherchent, je ne sais pas si elle leur plaît. Je ne sais pas grand chose sur les vrais relations. Je ne connais rien de l'amitié, je ne connais rien de l'amour. Je crois que la seule vrai relation que j'ai jamais eu est celle que j'entretenais avec mon grand frère. Mais Reg est parti. Je suis tellement nul avec les gens que je n'ai même pas réussi à retenir mon frère, à le rendre assez heureux pour qu'il reste avec moi, qu'il garde contact avec moi. Je pousse un petit soupir. Non vraiment, tout ce qui n'est pas moi est incompréhensible. Et encore. Je ne suis plus sur de celui que je suis, de celui que je veux être. Tout est flou et je peine à trouver ma voie, à trouver mon chemin.

Je reporte mon attention sur Hazel, camouflant un petit rire quand elle me qualifie de non-gentleman. Je n'ai jamais su faire. Et puis, ces demoiselles souhaitent l'égalité, alors pourquoi n'aurai-je pas le droit de commencer si j'en ai l'envie. Le concept même de galanterie m'est lointain. Je ne comprend pas vraiment à quoi cela peut bien servir. Il y a une seule occasion où j'use de galanterie et je suis pratiquement sûr que je vais me prendre un genou là où ça fait mal si je commence à parler ainsi à la Givrali. Et j'y tiens.

Ce jeu me plaît énormément. Et Hazel suit. Nous avons tout les deux à y perdre mais pourtant cet appel est trop fort. Ça serai mentir que de dire que je n'ai pas peur mais ce frisson est si agréable. Cette petite montée d'adrénaline est juste ce qu'il me manquait ici. L'adrénaline est une drogue et même si ce que je ressens actuellement rien à voir avec la compétition c'est déjà un plaisir. Car en quelque sorte c'est une compétition.

J'écoute avec attention la réponse de la Givrali. Elle ne me fait pas confiance. Mes yeux s’écarquillent sous ses mots. Elle est douée. Très douée. C'est peut-être pour ça que je suis aussi intéressé par elle. Elle est dangereuse. Elle ne se laisse pas prendre par les mensonges. Ce qui normalement fait le plaisir de ses demoiselles, elle le voit comme ce que c'est. Une immense blague. Il faut croire que mon jeu n'ai pas si bon. Ou c'est elle qui est très forte. J'aurais tendance à opter pour la deuxième option. Sans vouloir paraître trop orgueilleux, c'est la seule personne de mon age qui ne me connaît pas bien qui remarque.

Je soupire, passant une main dans mes cheveux. Le vif du sujet immédiatement, hein ? Cette fille est … Je n'ai pas les mots pour la décrire mais j'aime me sentir aussi incertain, aussi vulnérable. Je me sens vivre. Et c'est génial. Je reste quelques minutes sans réponse. Ma réponse doit être à la hauteur.

- En matière de cachotterie je pense très honnêtement que tu es bien meilleure que moi … Néanmoins, il est vrai que ce que les gens ne voient qu'un masque bien travaillé. Il le peut, après tout, ça fait des années que je le porte. C'est tellement plus simple de se dissimuler derrière un masque. Mais des fois, le masque gagne. A cause des gens autour de toi parce qu'ils ne veulent plus que ça. Et tu te perds. Et sans vouloir jouer le donneur de leçons Hazel, fais attention à ce que ton masque ne gagne pas la partie. Ton caractère naturel est si … Enfin, ça serai dommage de te perdre.

Mon regard s'est fait plus doux. J'ai parlé plus que je ne le voulais. J'ai évoqué des choses que je voulais laisser derrière moi. Je secoue la tête. Cette fille mérite bien un petit coup de blues, si ça peut l’empêcher de vivre dans le mensonge qui a été ma vie pendant trois ans. J'ai pas envie de la voir se perdre pour les autres. Personne ne vaut le coup. C'est si dur de se retrouver. C'est si dur de quitter ce rôle. J'en suis l'exemple vivant. Je m'étais promis d'être vrai à PC et regardez moi. Je reste ce Sirius trop populaire. Je voudrais réussir à me libérer de tout cela. Mais que suis-je sans ce Sirius ? Est-ce qu'il existe un vrai Sirius ? Je n'en suis même pas sûr. On ne fait pas attention à ce qui a été fait : on ne voit que ce qui reste à faire. C'est bien trop vrai. Je ne vois même plus les progrès que j'ai fait. Je suis conscient de mon problème et on dit que c'est le premier pas. Reste à voir quand j'aurais le courage de franchir le deuxième.

Néanmoins, je ne veux pas perdre. Hazel, tu m'as touché mais pas coulé. Je recompose mon sourire de circonstance. Je n'ai aucun doute sur le fait que ça va l'agacer. Et je dois bien reconnaître que j'apprécie beaucoup sa mine boudeuse. C'est adorable.

- Et toi Hazel, il y a bien une raison au pourquoi tu caches ce coté si énergétique de ta personnalité. C'est pas comme si avec tous les cas qu'il y a dans cette académie, tu détonnerais pas vraiment …  



Dernière édition par Sirius B. Powell le Lun 7 Déc - 22:49, édité 1 fois


sirius
liens
atelier
Hazel Haymitch
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t4155-294-hazel-haymitch-givrali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t4179-hazel-haymitch-givrali
Région d'origine : Archipel Orange
Âge : 14 ans
Niveau : 10
Jetons : 1372
Points d'Expériences : 259
Archipel Orange
14 ans
10
1372
259
pokemon
Archipel Orange
14 ans
10
1372
259
Hazel Haymitch
est un Pokeathlète Médecin

Quand les masques tombent
PV Sirius B. Powell
Ils se toisaient en silence, analysant l’un et l’autre les attitudes de l’adversaire. Hazel était mauvaise pour cacher ses émotions ; on pouvait lire à travers son regard comme dans un livre ouvert. En tout cas, c’était ce que Tante Jenny lui avait toujours dit. Pour autant, elle se faisait l’impression d’être plutôt douée dans le domaine de la tromperie. Elle croyait tellement en ce qu’elle voulait être qu’elle finissait elle-même par s’en persuader. Sirius également n’aurait pas pu se rendre compte de sa véritable nature s’il ne l’avait pas surprise au mauvais moment. C’était bien sa veine ; pourquoi la personne qu’elle appréciait le moins dans l’académie ? Encore que… Elle ne voulait pas lui plaire, à lui. C’était peut-être mieux que ce soit lui plutôt que ses très chers Noctis Flavelle ou encore Orren Losvrôk. Elle secoua la tête. Non… Ce serait vraiment mentir que de dire qu’elle ne voulait pas lui plaire. Intérieurement, elle le souhaitait ardemment. Parce qu’il ne lui accordait aucune attention. Parce qu’il n’était pas sensible à ses charmes et à ses efforts pour plaire aux autres. Parce qu’il lui était bien supérieur. Ce n’était pas une amourette romantique, idyllique et surtout imaginaire comme elle le vivait avec ses aînés. C’était une sorte d’étrange rivalité, parsemée d’éléments complexes qu’elle ne parvenait même pas à s’expliquer. Il l’intriguait. Il l’insupportait. Il l’attirait. Il l’obsédait.

Sans se départir de son expression neutre, Hazel nota le soupir de son meilleur ennemi. Qu’est-ce que tout cela signifiait ? Elle ne le savait pas elle-même, mais à présent, elle avait l’impression d’être dans une véritable bulle en compagnie du Noctali. Il n’y avait plus qu’eux deux. Le Parc avait disparu. Lupin avait disparu. La minus avec une fleur qui se trimbalait toujours avec l’héritier Powell avait disparu. Incontrôlable, son cœur se mettait à tambouriner avec force dans sa poitrine. Elle sentait ses joues chauffer désagréablement, comme s’il lui appliquait son empreinte ; comme s’il la marquait au fer blanc. C’est sûr, Sirius B. Powell. Tu restes dans l’esprit des gens, n’est-ce pas ? Tu t’imposes à eux. Tu t’infiltres dans leur vie pour ne plus jamais en ressortir. Espèce de gamin grotesque et détestable…

Elle eut un sourire malgré elle. C’était sûrement étrange de dire ça, mais la situation lui plaisait autant qu’elle la débectait. Avec Sirius, elle ne savait même plus où elle en était. Elle avait l’impression de se retrouver au milieu de deux vents contraires ; d’une tempête, si elle osait le dire. Mais elle appréciait ce qu’elle voyait. Elle appréciait ce qu’elle vivait. Ce petit jeu entre eux avait quelque chose d’excitant ; elle sentait des petits chocs électriques lui traverser les bras pour aller jusqu’à chatouiller ses doigts. Il arrivait vraiment à la mettre dans des états impossibles. Avec lui, elle passait par un panel d’émotions et de sentiments aussi vaste que la palette d’un artiste. Verte de jalousie. Bleue de terreur. Rose de gêne. Rouge de passion. Son regard amarante se fit plus dur tandis qu’elle sondait les pupilles noisette du garçon. Allons, pourquoi n’arrivait-elle qu’à y lire si peu de choses ? Elle avait envie qu’il se dévoile à elle ; qu’il se mette à nu. Pour autant, Sirius restait lointain, caché derrière son masque de convenance. Elle avait envie qu’il enlève ce masque ; autant qu’elle avait envie qu’il le garde. Il la rendait clairement dingue. Elle n’arrivait même plus à penser de façon mesurée et cohérente.

Ravalant sa salive, elle attendit sans un souffle la réponse de Sirius. Qu’allait-il lui servir ? Remarquerait-il qu’elle n’avait pas forcément dit toute la vérité lorsqu’elle avait eu elle-même à répondre ? Elle eut un léger sourire quand il passa une main dans ses cheveux. Il était si… sexy. Craquant. Enervant. Elle ne savait même plus quel adjectif user pour le décrire. Néanmoins, il ouvrit bien rapidement la bouche pour lui livrer la réponse tant attendue. Un masque bien travaillé. Elle avait donc vu juste, finalement. Il lui expliqua que c’était plus simple de se cacher derrière, et que parfois, le masque reprenait clairement l’aval. Elle l’écouta silencieusement. Elle avait l’impression qu’il parlait autant d’elle que de lui, pour le coup. Et, comme Sirius B. Powell ne pouvait pas être Sirius B. Powell sans dire un truc énervant, il se la joua moralisateur du Dimanche. Ben voyons, elle s’y était attendue, à celle-là.

Esquissant un sourire candide, elle constata que tout comme elle, il n’avait pas vraiment répondu à la question. On voulait jouer, mais pas trop non plus, n’est-ce pas ? Soit. Le plus intéressant dans ce petit jeu n’était pas vraiment la vérité en elle-même, mais plutôt les mots qu’ils allaient se servir l’un à l’autre. C’était plus une bataille d’orateurs qu’un véritable étalage de vies privées. Ce qu’elle lut cependant dans son regard était étrange. L’espace d’un instant, il s’était fait plus doux ; presque paternel. Avant que son habituel sourire ne revienne gommer ses expressions naturelles. Toujours ce masque, n’est-ce pas ?

Il lui renvoya cependant rapidement la balle avec une nouvelle question. Pourquoi elle-même se cachait derrière un masque ? Elle prit quelques secondes pour réfléchir à cela, avant d’opter pour ce qui lui paraissait le plus logique. Inutile de parler de son désir d’être acceptée. De l’île des Guimauvriers. Ou même de tout le reste. Elle ne voulait pas se dévoiler devant lui. A la rigueur, uniquement un bout d’épaule sensuelle, parce qu’elle en avait envie. Mais ce jeu était autre que celui des vérités. Prenant donc une expression mesurée, elle lui répondit :

« Parce que comme toi, c’est plus simple de se cacher derrière un masque, Powell. Tu as trouvé la réponse tout seul ; les gens aiment ce masque, ils ne veulent plus que ça. Alors pourquoi changer ? Toi comme moi savons très bien qu’une vie simple de mensonges est plus facile qu’une vie de vérités. Alors on se persuade comme on peut. On se modèle afin de plaire aux autres, et aussi afin de nous plaire. Avoir l’impression de contrôler totalement sa vie, c’est aussi ça qui est intéressant. Néanmoins, tu n’es pas allé au bout de ta pensée tout à l’heure. Quand tu disais que mon caractère naturel était si… Si quoi ? Alors voilà ma prochaine question, Powell : qu’est-ce que tu penses de la véritable Hazel ? »

Un sourire espiègle se glissa sur ses lèvres. En même temps qu’elle parlait, elle s’approcha de quelques pas de Sirius, plongeant ses yeux dans les siens. Un frisson parcourut ses épaules, mais elle n’y fit pas attention. Alors, très cher Noctali, quel serait ton prochain mouvement ?

Sirius B. Powell
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t4167-sirius-b-powell-sending-your-selfies-to-nasa-because-you-re-a-star
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t4169-sirius-b-powell-noctali
Icon : Quand les masques tombent [PV Sirius] [Terminé] BHJ22Y
Taille de l'équipe : 12
Région d'origine : Algatia - Hoenn
Âge : 19 yo
Niveau : 51
Jetons : 7892
Points d'Expériences : 1589
Quand les masques tombent [PV Sirius] [Terminé] BHJ22Y
12
Algatia - Hoenn
19 yo
51
7892
1589
pokemon
Quand les masques tombent [PV Sirius] [Terminé] BHJ22Y
12
Algatia - Hoenn
19 yo
51
7892
1589
Sirius B. Powell
est un Coordinateur Mode

Quand les masques tombent ...
Hazel & Sirius
Étrange départ que celui que nous avons pris avec la Givrali. Chaque mot est judicieusement pensé et chaque réaction l'est tout autant. C'est dans un jeu d'équilibriste que nous nous sommes embarqués. un savant mélange entre doux et amer. Un jeu du chat et la souris sans que les rôles soient définis. Tour à tour chasseur et chassé. C'est excitant et terrifiant. C'est prenant et je m'enlise avec bonheur dans ce sentiment de contrôle et d'imprévisible. Je m'étonne d'apprécier autant cette crainte que me fait ressentir cette fille un peu à part. Moi qui habituellement si maniaque du contrôle. Moi qui déteste laisser les autres faire pour moi, me voilà prompt à m’enrôler dans un jeu bien dangereux où je me perds avec allégresse.

Cette fille me fait tourner la tête, ses yeux amarantes si brillants de milles émotions que je veux décortiquer, que je veux connaître, que je veux appréhender. Comme j'aimerai pouvoir comprendre et posséder chacune d'entre elles. J'aimerai me libérer suffisamment pour me laisser envahir par toutes ses émotions que je ne ressens qu'en si légère quantité. Me laisser surprendre par un océan d'émotion serait si nouveau, si grisant. J'en frissonne. Au fur et à mesure de notre discussion nous sommes rapprochés. Il y a pas cinq minutes nous nous jugions depuis nos cotés respectifs mais au fil du jeu, tel deux aimants, nous nous attirons. Elle n'est plus qu'à quelques dizaines de centimètres de moi. Son parfum arrive à mes narines et c'est un nouveau danseur qui s'ajoute dans la danse, je ferme les yeux quelques secondes pour mieux profiter de l’arôme chevrefeuille de la jeune fille. Groudon que  j'aime cette odeur. Et Kyogre qu'elle va bien à la Givrali. Savait-elle que ses doigts qui enroulait ainsi une mèche de cheveux rendaient les miens fous de jalousie ? Savait-elle l'effet que sa moue tantôt boudeuse tantôt malicieuse avait sur moi ?  Évidement qu'elle savait. Tout en elle était joué pour plaire et je n'étais qu'un autre des types qui ne pouvait s’empêcher de suivre du regard la longue queue de cheval  qui swingue délicatement sur les hanches fines de la demoiselle.

AHUM. Je recentre mon regard sur les prunelles joueuses de la jeune fille écoutant sa réponse avec attention. Vilaine fille. Tu ne fais que reformuler mes mots. Je suis sur qu'il y a bien plus que ça mais comme moi tu ne veux rien dévoiler de trop dérangeant. Après tout, on ne se connaît pas vraiment et vu comme c'est partit même dans cent ans on ne se révélera rien de trop dérangeant, rien de trop secret … Enfin, des secrets je suis pas vraiment sur que ma vie en regorge. Par contre, celle de la demoiselle en face de moi m'intrigue mais c'est impensable que je me laisse à poser cette question. C'est hors des règles du jeu et je pouvais l'affirmer même si elles n'étaient pas claires et définies, les dites règles.

Sa réponse me fait légèrement froncer les sourcils. C'est étonnant comme cette fille m'intrigue. Dès que je pense la comprendre, elle réagir contrairement à ce que j'aurais cru. Il est évident à mes yeux que son masque est nouveau. Pour un œil inexpérimenté, tout est parfait mais je connais son univers et je peux voir les failles de son si joli masque. Il est encore tout jeune, si jeune qu'elle peut encore faire la différence entre le masque et ce qu'il y a derrière. Elle veut prendre le risque ? Qu'elle tente ! Mais je trouve ça dommage. J'ai compris que se cacher derrière les apparences permet certes d'être entouré et bien vu, mais on est terriblement seul. Aucune personne sur qui se reposer, sur qui se relâcher, sur qui compter. Et j'espère sincèrement qu'elle réussira à trouver quelqu'un qui lui permettra de se libérer un peu du poids qu'est parfois le masque.

Sa question glisse un sourire sur mes lèvres. Malgré tout tu y restes attaché à cette Hazel pétillante et endiablée et tu veux savoir ce qu'on en pense. Du peu que j'en ai vu, enfin, entendu, elle est drôle et énergique. Elle est diable et ange. Elle vit fort, passionnément. Elle se laisse attraper par les émotions et elle les vit pleinement, entièrement. Oui, voilà ! Elle est entière ! Je pourrais le lui dire ainsi mais ça serait trop facile. Alors je me redresse, je me grandis et je pose un regard hautain et légèrement moqueur sur elle. Je m'incline vers elle, allant replacer cette mèche qui attire mon attention depuis toute à l'heure, derrière son oreille.

- Elle est vivante et colorée. Elle est comme une toile, se colorant au grès de ses émotions. Je n'ai vu que du rouge colère mais je suis persuadé qu'il y a une belle palette de sublimes couleurs qui se camoufle derrière ce masque insipide, si semblable aux autres. Je crois bien qu'elle brille cette Hazel que j'ai aperçue. Mais après tout, peut-être que je me trompe, je n'ai fait que l'interrompre. Je n'ai fais qu’apercevoir une facette, et pas la plus avantageuse, nous sommes d'accord, de cette jeune fille qui tente de devenir une autre. Mais qui suis-je pour juger alors que je n'ai moi même pas le courage de faire tomber ce masque.

Je m'arrête, surpris par les mots qui ont coulés de ma bouche sans filtre. Je me suis laissé emporter, encore une fois, par le regard si vivant et prenant de la jeune fille. Une légère rougeur incontrôlée prend place sur mes joues. Comment par Rayquaza arrive-t-elle à me faire perdre le contrôle de mes paroles et de mes mots ? Je détourne le regard. Je me perds que trop facilement dans ce jeu. Plus qu'en équilibre je tends à sombrer. Mes failles se font plus apparentes pendant ces quelques instants où je perds pieds. Puis, comme un chat retombe toujours sur ses pattes, je me relève et, indifférent des rougeurs qui subsistent peut-être, je plante mes yeux dans les siens, la défiant ainsi de trouver quelque chose à dire. J'ai été terriblement honnête sur ce coup, un peu trop peut-être mais tel et le jeu. Je me reprends. Il faut que je rebondisse.

- Satisfaite ? C'est donc mon tour, j'avoue que je suis quelqu'un de très très curieux et tu l’attises. Alors dis moi Hazel, pourquoi est-tu venue à la Pokemon Community ?

Je m'embarque sur un terrain glissant. Très glissant, car si elle me retourne la question je vais être obligé de parler de ma famille. De cette pression dont je suis libéré depuis si peu de temps. C'était pas vraiment la meilleure des idées que j'avais eu à l'instant mais malheureusement il n'existe pas de bouton retour en arrière. Je verrais bien. Une esquive est toujours réalisable …  



sirius
liens
atelier
Hazel Haymitch
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t4155-294-hazel-haymitch-givrali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t4179-hazel-haymitch-givrali
Région d'origine : Archipel Orange
Âge : 14 ans
Niveau : 10
Jetons : 1372
Points d'Expériences : 259
Archipel Orange
14 ans
10
1372
259
pokemon
Archipel Orange
14 ans
10
1372
259
Hazel Haymitch
est un Pokeathlète Médecin

Quand les masques tombent
PV Sirius B. Powell
Le jeu avait pris des tournures de théâtre d’improvisation. Chacun révélant ses cartes au fur et à mesure. Chacun d’un bout à l’autre de la scène, tentant de faire tomber l’autre tout en se tendant la main pour faire durer le plus possible ce moment. Hazel en esquissa presque un sourire. Elle aimait cela presque autant qu’elle le détestait. Pour autant, elle était attirée par cette valse qu’elle dansait avec Sirius. C’était presque magnétique. Alors, son esprit tendit ses doigts fins devant elle pour que le Noctali s’en saisisse. Proches et à la fois si loin. Complices et à la fois si différents. Une moue s’inscrivit sur ses fines lippes. Si elle s’était attendue à ce que cette journée vire ainsi… Féline et prédatrice, Hazel écouta attentivement les réponses de son opposant. Alors comme ça, il trouvait la véritable Hazel vivante et colorée ? Elle était une toile ? Allons Sirius, tu pouvais faire mieux que ça, n’est-ce pas ? Il n’avait vu qu’une infime partie de sa véritable nature. Comment pouvait-il en déduire qu’elle était si vivante et colorée que cela ? La Givrali en fut amusée ; elle avait la certitude que Sirius se méprenait complètement sur son sujet et que, à contrario, c’était probablement lui qui l’avait la mieux cernée entre toutes les personnes rencontrées depuis ses débuts à l’académie.

Rouge colère ? Oui, probablement. Mais la palette de belles couleurs n’était probablement qu’une palette aussi insipide que le masque. De la poudre aux yeux. Elle-même ne savait pas comment se caractériser et pourtant, les mots du Noctali sonnaient faux à ses oreilles. La véritable Hazel, n’est-ce pas ? Quelle bêtise. Le masque faisait désormais partie de sa vie. C’était la direction qu’elle voulait prendre, et celle qu’elle prendrait. Ce n’était pas juste ‘un masque’. C’était clairement la voie qu’elle voulait emprunter. Son idéal. Ce qu’elle deviendrait, si elle parvenait à rejeter toutes les traces de ce que Sirius appelait la ‘véritable Hazel’. Et pourtant, l’intérêt que portait le châtain pour cette Hazel là l’intriguait. L’empêchait de se jeter si simplement aux ordures. Pourquoi ? Etait-ce à cause de ce sourire ravageur ? De ces courbes de visage parfaites ? De ces yeux d’un noisette profond ? Hazel se mordit doucement la lèvre. Elle se serait plongée volontiers dans ce regard si envoûtant, si sa fierté ne l’en empêchait pas.

Elle se permit cependant un petit rire discret quand Sirius parla de son manque de courage pour faire tomber le masque. Eh oui Sirius, pourquoi donner des leçons que tu ne peux toi-même pas appliquer ? Hazel se recula d’un pas, recréant le fossé qui les séparait. Fichue attraction électrique. Il ne fallait pas qu’elle soit happée par ce tourbillon de désir ; ou alors, elle risquait de s’y perdre. « Hmmmm, peut-être bien que oui » susurra-t-elle avec une expression mutine. « Pour autant je ne vois pas de mal à vouloir devenir une autre. Peut-être celui de tromper et d’avoir l’impression de mentir aux autres, éventuellement, mais… je pense que toi comme moi sommes persuadés que ces autres sont trop corrompus pour désirer le vrai plutôt que ce qu’ils aimeraient avoir. Nous sentons-nous si supérieurs pour avoir cette image aussi peu reluisante de l’espèce humaine ? »

Elle se rapprocha une nouvelle fois de lui, puis passa doucement un doigt sur l’épaule du jeune homme. Elle donna une légère impulsion pour le repousser très légèrement en arrière, et sentit une décharge électrique remonter jusque dans sa propre épaule. Hm… C’était donc ça la sensation qu’elle avait lorsqu’elle avait un contact avec Sirius ? Etrange… « Je me demande ce que Sir Powell a vécu dans son enfance pour avoir le même genre de pensées que moi… » ajouta-t-elle avec un sourire craquant. De son côté, les braconniers. Du sien ? Aucune idée, mais il ne semblait pas faire confiance aux autres. Et elle non plus, ne leur faisait pas confiance…

Ne considérant cependant pas sa dernière phrase comme une question puisqu’elle ne l’avait pas posée dans cette optique, Hazel passa ses bras derrière son dos. Un sourire s’étala sur son ‘masque’ lorsque Sirius lui demanda si elle était satisfaite de sa réponse. Hm… Probablement que oui ? « Qui sait… » répondit-elle, avant de s’incliner légèrement pour lui laisser prendre son tour.

La question suivante la pris cependant par surprise. Pourquoi était-elle venue ici ? Une foule de réponses défila dans sa tête, mais aucune n’était une réponse ‘pour Sirius’. Que devait-elle lui dire ? Elle ne se départit cependant pas de son sourire espiègle. Allons bon… La curiosité était un vilain défaut, n’est-ce pas Monsieur B. Powell ? Sans montrer qu’elle était perturbée par ces quelques mots, elle fit mine de réfléchir. Le souhait de Tante Jenny ? Non, ça reviendrait à devoir expliquer bien plus qu’elle ne le devait, et elle n’avait pas envie de se perdre dans des détails, ni même de livrer CES détails à Sirius. Rencontrer enfin des gens de son âge alors ? Non, ce ne serait pas logique avec ce qu’elle avait dit plus tôt sur les humains corrompus, même si elle faisait plus allusion aux adultes qu’aux adolescents. Alors les Pokémon malades ? Non… Aucune mention de son île. Jamais. Et surtout pas devant Sirius… Elle préféra donc opter pour quelque chose de plus vague, sans pour autant s’éloigner de la réalité. Un petit éclair de malice brilla dans son regard et elle fixa longuement Sirius, avant de répondre doucement.

« Hmmm… Comme toi, je suppose… » dit-elle en marquant volontairement un temps d’arrêt afin d’attiser la curiosité. « Les cursus sont intéressants, le cadre n’est pas trop mal et puis… cette école me permettra de devenir Médecin, ce que je souhaite. En outre, se voir remettre un Pokémon taillé pour aller avec son caractère ou ses envies grâce à un questionnaire de pointe, j’avoue que cela m’intriguait. » Elle fit une nouvelle pause et pris un air encore plus malicieux. « Rien de très intéressant, en somme, même si je vais prendre la Spécialité Pokéathlète alors que les gens m’imagineraient sûrement mieux en Coordination… »

Elle ramena une mèche de ses cheveux derrière son oreille, puis se recula. Quelle question devait-elle lui poser, à présent ? Lui renvoyer la sienne ? Non… Il y avait trop de façon de rester vague et d’induire en erreur, comme elle venait de le faire. Il fallait qu’elle trouve quelque chose… Une petite ampoule s’alluma dans son esprit et elle redressa la tête. Ouvrant alors la bouche, elle fut interrompue par la sonnerie de son iPok. « Désolée. » s’excusa-t-elle rapidement pour sortir l’appareil de sa poche et constater que c’était Tante Jenny. Vu les difficultés qu’elles avaient à se capter, si elle loupait l’appel, ce ne serait pas bien joyeux. Soupirant donc, un peu déçue, Hazel s’approcha une dernière fois de Sirius et revêtit son sourire. « Je dois absolument prendre cet appel donc… on remettra ce jeu à plus tard, si tu le veux bien. En attendant, prends soin de toi Powell et essaye de ne pas trop gratter sous le vernis, tu pourrais être plus déçu que tu ne le penses. »

Elle lui fit ensuite un clin d’œil puis se détourna. C’était dommage que leur courte entrevue se termine ainsi, mais elle avait confiance en Sirius ; il reviendrait probablement à la charge un jour ou l’autre. Décrochant donc son iPok une fois qu’elle fut assez loin du Noctali, elle effaça d’un revers de main son masque pour être naturelle avec sa Tante. La ‘véritable’ Hazel…

« Salut Tante Jen. Quoi de neuf ? »

HRP : Fin du RP pour Hazel



Quand les masques tombent [PV Sirius] [Terminé] 470031jvoulaitets

pokemon
Contenu sponsorisé
est un
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum