Connexion
Pokemon Community :: Archives :: Les Archives :: Année 4
 :: RP

Pokemon adala community

« J’ai juste envie de profiter de cette soirée, et de ce nouveau début de vie… Même si je sais que je ne suis pas encore au bout de mes surprises. »
en savoir plus ?
« Cette mission est déjà un calvaire, alors stp essaie de pas la rendre encore pire, ça m’arrangerait. »
en savoir plus ?
« Je ne suis pas sûr qu’il soit l’heure de distribuer de l’eau bénite, nous savons déjà tous que vous êtes un ange Ranya, mais je suis touché de votre bénédiction. »
en savoir plus ?
« Je me déteste. Je me déteste de toutes mes forces. »
en savoir plus ?
« C'est un fantôme que tu enlaces, Faulkner. »
en savoir plus ?
Le soleil tape. Les gens hurlent. Il en a marre. Ce n’est pas un tournoi. C’est un poisson d’avril.
en savoir plus ?
« Il est beau... Tu en as de la chance... »
en savoir plus ?
Le Deal du moment : -44%
Ecran PC Gamer Incurvé – ACER – ...
Voir le deal
159.99 €

Luna Wainwright
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t5416-luna-wainwright-mentali
Taille de l'équipe : 4/6
Région d'origine : Unys
Âge : 14 ans
Niveau : 14
Jetons : 127
Points d'Expériences : 260
4/6
Unys
14 ans
14
127
260
pokemon
4/6
Unys
14 ans
14
127
260
Luna Wainwright
est un Coordinateur Mode
Aah, l'air frai. Enfin, je quittais le dortoir Mentali avec hâte, et une bouffée de fraicheur me submergea soudain. J'avais eu l'impression d'étouffer tout le temps que j'étais restée à l'intérieur du bâtiment, que je m'étais fais une joiiiie d'explorer. Enfin, il faut dire qu'avec toute l'agitation qui y traîne, ce n'est pas spécialement simple de se repérer. J'avais embarqué mon œuf avec moi, dans un gros sac, œuf que j'avais reçu d'un dénommé Paul rencontré dans la pyramide, à Touga. D'ailleurs, je ne l'ai plus revu depuis... M'enfin, je suppose qu'il doit être toujours en vie. Je plaisante, bien sûr qu'il est toujours en vie haha. Ce dont je me souviens parfaitement, c'est que cet œuf qu'il m'avait remis sentait le poisson pourri. Au début, du moins. Parce que je suppose que la baignade totalement imprévue de la suite l'avait lavé de son odeur...  Enfin. J'avais embarqué mon œuf avec moi, satisfaite du fait que son odeur ne me dérangeait plus le moins du monde -sûrement parce qu'il ne sentait rien-. Et voilà que je me retrouvais à l'extérieur, vêtue de ma tenue habituelle, une simple veste par dessus. Un grand sourire vint teindre mon visage, précédant une mine boudeuse. C'est vraii que j'aurais aimé pouvoir voir la couleur du ciel... Et pas une espèce d'étendue grise couverte de trace blanche avec des formes étranges un peu partout! Enfin, c'est à ça que ça ressemblait, de mon côté. Si ceux qui voyaient correctement le trouvaient beau, c'est ce que j'entendais souvent dire, moi, derrière ma vision, je le trouvais... Fade. Oui, fade, vous avez bien entendu. Non mais, sérieusement, comment on peut trouver du gris beau? Certes, c'est possible, mais moi à force d'en voir tous les jours depuis trois ans, comprenez que je me lasse, un peu... Je vois de moins en moins la beauté, la majesté dans les choses qui devraient l'être. Sauf les vêtements et les bijoux, bien entendu. Enfin, il est vrai que je préfère toujours la forme des objets, bijoux et vêtements, mais pour certaines choses comme le ciel, comprenez que je n'ai que la couleur pour me permettre de dire si il est beau, ou au contraire si il ne l'est pas...
         Oeuf dans les bras, j'étais presque entrain de faire du sur-place devant le dortoir. Oui, du sur place. Disons que j'avançais, puis me reculai aussitôt. Probablement parce que je ne savais pas où aller, ou que je ne savais tout simplement pas quoi faire. Je poussai alors un soupir, ma mine boudeuse revenant sur mon visage. Fermant les yeux un instant, je laissais l'obscurité envahir ma vision. Je me privais totalement de ma vue, pour laisser mes sens se libérer, de temps à autre. Il arrivait parfois que je fasse ça, juste pour me convaincre que je n'avais pas perdu les sens que j'avais développés en étant aveugle. Au fond de moi, j'avais terriblement peur de le devenir de nouveau. Et si par malheur cela arrivait, je devais être prête à affronter tout cela. Parfois même j'étais tentée de bander mes yeux et de marcher quelques mètres, afin de tester ma sensibilité. Je ne l'avais pas encore fais, pour le moment. Probablement parce que je n'en avais pas l'envie. Je m'imposais des choses que je ne faisais pas, au final. En ce moment je m'amusais surtout à concevoir des idées de déguisements, vêtements... Pour le jour où je serais enfin une coordinatrice mode. Ah, ça par contre, concernant la couture je me débrouillais toujours aussi bien! C'est un peu comme une passion, et je dois dire que je m'en sors vraiment pas mal.  

    Les yeux toujours fermés, je m'efforçais de faire au moins un pas en avant. Un seul et unique, pour confirmer si oui ou non, j'arriverais à tenir le coup. A avancer un peu plus loin les paupières closes. A vrai dire, je n'avais qu'à écouter les bruits tout autour de moi. Je n'avais qu'à identifier leur nature, et à essayer de deviner si ils étaient loin, ou si au contraire ils étaient tout proches. Quand à mes pas, et là où je mettais les pieds, c'était toujours plus compliqué. Enfin, identifier tout ce qu'il y avait autour de moi par la simple aide de mon ouïe était déjà très efficace. Mais après, je m'aidais aussi beaucoup du toucher pour savoir réellement ce que je faisais. Je cherchais des surfaces, où poser mes mains. Je ne voulais pas qu'elles me conduisent n'importe où. Je crois même que le plus terrible serait de me retrouver dans l'eau alors que je marchais tranquillement. De toute manière, mes mains étaient actuellement hors service, puisque dans mes bras je gardais mon œuf. J'humais doucement l'air autour de moi, et mon grand sourire habituel remplaça la mine neutre et concentrée que j'avais arborée l'espace d'un instant. L'air de la journée était si frai. C'était tellement agréable. Cela changeait tellement de Touga, où humer l'air pouvais vous valoir d'avoir un picotement dans les narines désagréable à cause de la chaleur. Mais cet air là, j'arrivais à le respirer sans grogner. J'arrivais à le respirer en souriant. Souriant comme j'avais l'habitude de le faire. Quand je vivais à Volucité, j'avais toujours eu l'habitude de respirer un air pollué par les voitures, une odeur d'ordures qui envahissaient les poubelles des ruelles. J'avais toujours senti cela, dans l'air. Et lorsque j'étais chez moi, c'était la douce odeur de la maison parfaitement rangée de ma tutrice. Mais un air comme celui-ci... J'étais agréablement surprise de le respirer.
     Des bruits de voix gagnaient mes oreilles, alors que je restais les yeux fermés, plongée dans l'obscurité. Une voix proche, non loin de moi. Non. Plusieurs voix. Et elles se faisaient bien plus proche à mesure que le temps s'écoulait. Un pas sur le côté me suffit à esquiver un groupe de Mentali qui regagnaient le dortoir en piaillant, et finalement, je me décidai à rouvrir les yeux. Je soufflais longuement, et mon sourire ne put que s'élargir. C'était la première fois que je prenais quelques secondes de mon temps pour écouter ce qu'il y avait autour de moi. Et jusqu'aux voix de ces filles, je n'avais rien entendu d'autre que le doux bruit du vent qui soufflait. Il balayait mes cheveux, mes longs cheveux dont on m'avait toujours dit qu'ils étaient blonds. Je les sentais qui me caressaient la nuque lorsque je bondissais presque pour effectuer un pas.

    C'était un peu par hasard que j'avais finis par arriver au lac. Le lac corail, que je n'avais encore jamais eu l'occasion de visiter. Je le sentais plus paisible que les lacs et cascades que l'on pouvait trouver à Touga. Et étrangement, je m'y sentais bien mieux. Ma vision nuancée de gris s'y promenait, détaillant les yeux à la recherche d'une seule chose qui pourrait suffire à me faire croire que cet endroit était vraiment superbe. Mais au final, je n'avais fais qu'aller m'asseoir juste au bord. Ôtant mes chaussures, je plongeais mes pieds dans l'eau et un sourire de satisfaction peignit mon visage. Un frisson me parcourut, et alors que j'agitais doucement mes pieds, mon regard croisa encore une fois le ciel. Mais cette fois-ci, il avait beau être gris il semblait bien plus lumineux. Quelques silhouettes noires le traversaient, voletant entre ces tâches blanches aux formes bizarres que l'on nommait « nuages ». J'avais l'impression de voir comme sur un dessin d'enfant. Un enfant qui représentait les oiseaux par de gros V, qui représentait les nuages avec toutes formes possibles.

-Ah, lala... Un jouuuuuuuuuuur peut-être j'arriverais à voir ce foutu ciel, EN COULEUR! Je lâchais d'une voix très forte, basculant la tête en arrière en même temps que mes yeux se refermaient.

    Au final, je laissai mon corps choir en arrière, et attendit que mon dos vienne complètement heurter l'herbe pour me mettre à siffloter. Mais c'est vrai, même si je savais que cela était impossible, j'avais quand même l'espoir que je reverrais les couleurs, un jour ou l'autre...
         Soudain, j'entendis un « sploch » juste à côté de moi. Je me redressais rapidement, avant de regarder autour de moi pour constater non sans stupeur que l'oeuf que j’avais posé au sol avait disparu! Cependant, juste en face de l'ancien emplacement de l'oeuf, dans l'eau plus précisément, était entrain de s'agiter un étrange poisson. … C'est donc pour ça que l'oeuf avait senti le poisson pourri? Oui parce, visiblement cet espèce de poisson, qui était donc un Pokémon, était sorti de mon œuf! Qu'est-ce qu'il était... Étrange. Je soupirai. Un... Barloche, je crois.

-Bon bah, au moins ça fera un Pokémon pour me guider quand je nagerais! Ironisais-je.

     Puis, je me laissais retomber en arrière, dans l'herbe.

-Bordeeeeeeeel, qu'est-ce que j'en ai marre de voir tout en gris!  

Eclosion de l'oeuf de Barloche ! o/ :
Lucas Emerillon
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t167-lucas-emerillon-noctali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t168-lucas-emerillon-noctali
Taille de l'équipe : 28/30 + 2
Région d'origine : Johto
Âge : 20 ans
Niveau : 60
Jetons : 1627
Points d'Expériences : 1849
28/30 + 2
Johto
20 ans
60
1627
1849
pokemon
28/30 + 2
Johto
20 ans
60
1627
1849
Lucas Emerillon
est un Adulte Etudiant Spé Type


The colorful dream

LUCAS
EMERILLON
LUNA
WAINWRIGHT
Lieu : Lac Corail
Date : 26/10/16
Pokémon utilisés :
Ne va pas trop vi-

Néga !

Trop tard. Sans prévenir, Queen a détalé du parc pour aller courir tu ne sais où en se prenant pour une super-héroïne. Il faut dire que la journée est assez calme et propice à jouer dehors, et que tu as eu l'envie subite de lui laisser le plaisir de s'éclater dans le parc. Elle a beau avoir presque deux ans, elle reste une véritable pile sur pattes. Incapable de rester en place. Et il avait fallu que tu aies reçu la veille la petite surprise que tu lui avais concocté depuis la rentrée. Une tenue de super-héros. Elle en était littéralement gaga, dormant avec, faisant sa toilette avec, vivant comme si elle n'était né que pour cela. Ce costume avait d'ailleurs été la première véritable confrontation avec elle, afin de lui enlever la cape et le masque. Impossible. On aurait dit qu'elle l'avait collé à sa peau tellement elle s'y accrochait. Tu avais fini par te résoudre à lui laisser aussi longtemps qu'elle le souhaitait pour peu qu'elle l'enlève de temps en temps pour que tu puisses la laver. Au moins était-elle assez mature pour accepter cette condition. Cela ne l'avait aucunement retenu de continuer à courir dans tous les sens avec comme si elle était devenu Superman. Et voilà. L'excitation étant loin d'être achevé, elle avait décidé spontanément d'aller se promener dans l'académie pour jouer les super-héroïnes. Du moins, c'était la conclusion la plus logique et réfléchi qui te venait en tête tandis que tu t'étais lancé à sa poursuite, Piou et Kaïn sur tes talons.

Négapi !

Le cri semblait étrangement lointain. Pour dire vrai, tu l'avais légèrement perdu de vue. Il fallait dire qu'elle était suffisamment furtive pour te fausser compagnie sans problème, et tu n'aimais pas vraiment envoyer ton Braségali la chercher. Après tout, si la miss était d'une nature incontrôlable, elle n'en restait pas moins inoffensive et jovial. Tu n'avais pas vraiment envie de la contraindre à rester sur la surveillance forcé du type combat qui lui, ne lui laisserait pas vraiment le plaisir de gambader dans le parc. En vérité, la seule raison qui te poussait à suivre la trace de la petite, c'était cette peur grandissante de la trouver blessé ; quand bien même vous étiez dans un lieu plutôt bien sécurisé ; et d'être obligé de lui enlever sa liberté jusqu'à être en mesure de s'en sortir par elle-même. En dehors, tu n'étais pas vraiment inquiet à son sujet. Elle n'était clairement plus l'enfant qu'elle fut autrefois, et tu avais suffisamment confiance en elle pour la laisser bouger. Tu courais donc sans discontinu à un rythme régulier et pas trop difficile pour ne pas être trop essoufflé quand tu la retrouverais. Heureusement que Kaïn était là pour suivre sa trace avec son odeur sinon tu ne l'aurais pas revu avant le dîner ; heure à laquelle elle serait forcément revenu, trop affamé pour esquiver un repas comme la goinfre qu'elle était.

Caninos !

Le type feu attira ton regard et changea de direction, quittant le bord des bâtiments de l'école pour s'engager dans une partie légèrement boisé que tu connaissais assez bien. Vous vous dirigiez vers le lac corail. Une interrogation commença à se poser : que comptait-elle faire là-bas ? C'était bien étrange. Tu ne perdis pas plus de temps, poussé par une étrange curiosité, et accéléra un peu le pas pour arriver plus vite au lac. Une fois sur place, tu pus admirer l'immensité du lac qui te faisait face. Il n'y avait pas à dire, s'il y avait bien un avantage à accorder à la Pokemon Community ; et Arceus sait combien il y en a ; c'était bien ses décors et ses paysages magnifiques qu'il offrait à la vue de ses pensionnaires. Et le lac corail n'échappait pas à la règle. Outre le lac en lui-même, teinté d'un bleu marin plutôt clair et reflétant par moments des teintes rosâtres ; dû à la présence assez surprenante de coraux en son sein, d'où son nom ; l'arrière-plan laissait se dessiner une gigantesque jungle bordé par une petite chaîne de montagnes ; certes minuscule mais parfaitement visible dans le décor ; qui se détachait dans le ciel bleu pâle coloré de nuages blanchâtres et qui reliait à ce plafond céleste un mélange de jaune, de marron et d'orange majestueux, rappelant à tous que l'automne avait pris son aise en ce mois d'Octobre. Le sol, pour le reste, était décoré de ces feuilles mortes qui ne cessaient de fuir leurs arbres sous les rafales de vents qui ne pouvaient s'empêcher de venir rafraîchir l'atmosphère à leur passage. Et puis cet ambiance. Posé. Silencieuse. Reposante. Le vent qui berce tes oreilles à chacun de tes pas, ces feuilles qui flottent calmement et lentement en essayant de stopper le temps. Tu n'avais pas pu t'empêcher de fermer les yeux en arrivant sur place, soufflant un coup pour te détendre un instant, laissant le monde te bercer comme un enfant en bas âge, laissant ton corps trembler de plaisir sous les coups de fouet de l'air qui passait.

Négapi !

Le petit cri singulier de ta petite souris électrique avait cependant fini par te sortir de cet instant de bonheur, et sans attendre, tu repris ta marche, avançant cette fois en marchant, un peu plus posé qu'avant, moins inquiet. Déjà, tu voyais Queen paraître devant toi, armé de sa petite tenue qui lui allait si bien, et agitant sa patte comme si elle saluait un vieil ami d'enfance qu'elle venait de retrouver. Elle était toute heureuse, et en la voyant ainsi, un petit sourire comblé ne put s'empêcher de déformer ton visage pour le mieux. Mais tu n'eus pas le temps de la rejoindre. Sans prévenir, alors qu'il ne devait pas rester plus d'une vingtaine de pas avec elle, la petite retira son costume en un instant et s'élança dans le lac à toute vitesse, toute enjoué, plongeant sans réfléchir dans l'eau fraîche.

Néga-Néga-Néga ...

Elle ressortit la seconde suivante, frigorifié. Quelle idée aussi de vouloir plonger sans sécurité dans l'eau froide. C'était à croire que la miss avait pensé plongé dans une source thermale. La voyant ainsi, tu n'avais pas pu retenir un rire amusé, lui faisant tirer une moue fâchée. Soupirant alors par principe, tu vins calmement près d'elle, alors même qu'elle te tournait le dos, et lui infligea la terrible punition du guilliator. Les réactions ne tardèrent pas, et malgré une tentative désespérée pour résister, la petite souris se mis à se tordre de rire dans tous les sens, tentant de fuir comme elle pouvait l'attaque qu'elle subissait. Tu t'arrêtas finalement avant qu'elle ne commence à lâcher ses éclairs et lui frotta joyeusement le haut du crâne pour lui arracher une mine joyeuse. Opération réussie.

Brasé.

Le cri calme et sérieux de Piou t'interpella et tu te tournas immédiatement vers lui tout en rendant son costume à Queen, voyant qu'il t'indiquait quelque chose. Il ne fallut pas longtemps pour voir un peu plus loin, niché au bord de l'eau, dans l'herbe mouillée par la rosée du matin et à moitié décorée par les divers feuilles colorés. Elle semblait seule. Mais qu'est-ce que cela importait pour Piou ? Elle pouvait bien se trouver là à réfléchir. Qu'est-ce qui pouvait donc bien attirer le regard de ton camarade ? Il ne fallut pas longtemps pour en comprendre plus ou moins la raison car un « Bordeeeeeeeel, qu'est-ce que j'en ai marre de tout voir en gris ! ». Piou est un Pokémon extrêmement sensibles au comportement des autres et à leurs problèmes. Sous sa carapace de muscles, il possède un vrai cœur. La demoiselle devait sûrement avoir crié sa couleur au monde sur sa condition sans que tu ne l'aies entendu ou bien autre chose … En tout cas, ton Braségali, fin observateur, n'avait pas manqué de le remarquer et de t'en faire part. D'une certaine façon, il était plutôt curieux de la chose, mais il souhaitait aussi venir en aide à cette fille. Bon. Vous êtes un peu pareil lui et toi. Vous n'aimez pas les gens malheureux. C'est donc avec un certain plaisir que tu hochas la tête dans sa direction et fit monter Queen sur ton épaule le temps qu'elle se remette de ses émotions avant de te diriger vers la jeune fille avec tes deux types feu à tes côtés. Il ne fallut pas longtemps pour parvenir jusqu'à elle, et pouvoir observer ses quelques traits. Tu n'étais peut-être pas le meilleur pour juger de cela, mais cette fille était vachement mignonne. Elle avait ce corps plutôt bien taillé et parfaitement conservé, bien lisse et bien entretenu comme on aimerait tous l'être. Et puis cette chevelure couleur des blés. Magnifique. Il fallait se rendre à l'évidence : certaines personnes naissaient avec cette chance d'être attirants. M'enfin, il fallait faire avec, et ce n'était en tout cas pas le sujet, car tu étais là pour discuter avec elle et en apprendre un peu plus sur son problème. Encore fallait-il lui parler, ce que tu ne tardas pas faire.

Pardonnez mon impolitesse, mais je souhaiterai vous dire que cette herbe est encore bien mouillée à cause de la rosée. dis-tu avec un certain sourire.

Observant la réaction de l'intéressée, tu tournas le regard vers Kaïn qui s'avança tout joyeux, prêt à sécher le dos de la demoiselle si elle le souhaitait, puis revint sur la blondinette.

Désolé d'être intervenu aussi abruptement. tu soupiras un instant puis reprit. Je me présente, Lucas Emerillon, du dortoir des Noctali. J'aimerai beaucoup connaître votre petit prénom, mademoiselle je-vois-la-vie-en-gris. dis-tu avec un sourire.

Et puis tu souris amicalement. La première personne qui vous aurait croisé à cet instant t'aurait alors pris pour un pervers ...
(c) Alban



The colorful dream [Luna / Lucas] 1466193127-s1

                         
Luna Wainwright
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t5416-luna-wainwright-mentali
Taille de l'équipe : 4/6
Région d'origine : Unys
Âge : 14 ans
Niveau : 14
Jetons : 127
Points d'Expériences : 260
4/6
Unys
14 ans
14
127
260
pokemon
4/6
Unys
14 ans
14
127
260
Luna Wainwright
est un Coordinateur Mode
C'est bon, je sais que l'herbe est mouillée à cause de la rosée, pas besoin de me le dire, je suis pas débile à ce point. Simplement, j'aime bien l'herbe mouillée! Ca change du sable chaud de Touga... Ah, attendez. Je récapitule. Et bien, alors que j'étais entrain de « rêvasser » au bord de l'eau, et peut-être un peu me plaindre, un curieux jeune homme était venu m'aborder, en souriant. Bon, si c'était juste pour me dire que l'herbe était mouillée, ce n'était pas la peine, je le savais, merci. Je me redressai prestement en m'appuyant sur mes coudes, et mes joues se gonflèrent, mon visage se déforma pour laisser apparaître la mine boudeuse témoignant de mon mécontentement. Il avait un Braségali à ses côtés, et un Caninos, lui aussi. Mais... Franchement, pourquoi était-il venu me parler juste pour me signaler que l'herbe était trempée à cause de la rosée du matin? Et puis, ce n'est vraiment pas de ma faute si je n'arrive pas à distinguer l'eau avec cette vue pathétique.

-C'est bon, je sais que l'herbe est mouillée merci... Grognai-je à voix basse, en détournant le regard.

    Lorsque je fis changer de direction à mon visage, mes yeux brouillés se posèrent sur le Caninos qui s'avançait, tout joyeux. C'est trop mignon, un Caninos. Moi j'avais... Un poisson et un rocher. Chouette. Quelle magnifique équipe... Ah, attendez, il continue de me parler. Je veux bien l'écouter, tant qu'il ne me ressort pas une phrase dans le style de la précédente!

-Désolé d'être intervenu aussi abruptement. Je me présente, Lucas Emerillon, du dortoir des Noctali. J'aimerai beaucoup connaître votre petit prénom, mademoiselle je-vois-la-vie-en-gris.

    Bon, ça va alors. … Je crois? Mademoiselle je-vois-la-vie-en-gris. Mademoiselle je-vois-la-vie-en-gris... Non mais, est-ce qu'il se fichait de moi? Ou pas, je n'en sais rien, après tout il ne peut pas confirmer avec certitude le fait que je ne voie pas comme tout le monde... Mais il n'a pas non plus l'air de spécialement me croire. C'est ce que je ressens à travers ses propos. Et puis, qu'est-ce que ça lui apporte de connaître mon prénom? C'est vrai, moi généralement je ne demande pas le prénom des autres tant que je ne suis pas sûre de revoir la personne plus tard, ou que je viens de la rencontrer... m'enfin c'est différent chez certaines personnes, je présume! Il n'empêche qu'il avait de la chance qu'aujourd'hui, je ne sois pas survoltée, contrairement à tous les jours. Sinon, je l'aurais soit frappé, soit envoyé dans l'eau, soit... Ne me jugez-pas, c'est dans ma nature, vous dis-je, ma na-ture!
         Je me redressais un peu plus, toujours appuyée sur mes coudes et je lâchai un soupir. Passant une main dans mes cheveux, je me redressais de sorte à être à sa hauteur, puis je clignais des yeux. Une fois. Deux fois. Trois fois. Rien. C'était moi où je voyais de nouveau flou? J'avais du mal à distinguer son visage... C'était sans aucun doutes l'effet de la rosée, aha. C'était ça, qui me dérangeait. J'étais persuadée que leur appareil n'était pas au point et qu'un jour je recommencerais à voir flou, mais pas aussi tôt... Toujours convaincue -ou presque- que c'était l'effet de la rosée, je me redressais donc à la hauteur du jeune homme en face de moi. J'allais attendre un peu, histoire de voir si ça passait. J'essayais de lui sourire, mais là, c'est naturellement mon grand sourire de chaque jour qui vint remplacer la mine boudeuse qui jusqu'à présent, avait couvert mon visage.

-Je m'appelle Luna Wainwright, 14 ans, fière fille du dortoir Mentali! Fis-je.

    Je ne pouvais jamais m'empêcher d'en faire trop. Mais c'est dans ma nature, que voulez-vous! Enfin. Même si, actuellement, je ne voyais pas très bien, cela ne m'empêchait pas de deviner combien mesurait à peut près Lucas. Enfin, je n'étais pas si petite par rapport à lui. On m'avait toujours dit qu'un mètre-soixante-dix-huit, c'était grand pour une fille. Lui il mesurait peut-être... Je ne sais pas, un mètre quatre-vingt... cinq? Ou peut-être un peu plus, je ne savais pas avec exactitude.
         M'approchant un peu plus de lui, je me mettais à le fixer. J'avais dû me mettre un sale coup à la tête pour que ma vue se brouille d'une telle manière. Et bien... Il allait falloir faire avec. Mais de toute manière, cela finirait bien par se rétablir, ce n'était qu'une question de temps. Puis, je me hissais sur la pointe des pieds, et... je posai ma main contre sa joue. Pas pour le gifler, non. Mon geste avait été bien plus doux que si l'intention qui s'y cachait derrière était de le gifler. Je me souviens, ce que j'avais fais pour deviner le visage de Leype quand je l'ai rencontré. J'avais parcourut son visage du bout des doigts pour essayer de me faire une idée de ce à quoi il ressemblait.

-Tu sais, je ne plaisante pas quand je te dis que je vois en gris. Ouais, je vois pas comme les autres. Oh, je vois pas les couleurs! Tu savais, ça? Je sais, je sais, peut-être que tu ne vas pas me croire mais je ne t'en voudrais pas si tu me prends pour une idiote. Actuellement je ne vois pas bien ton visage. Je ne sais pas si tu es brun, blond, roux, si tes yeux sont bleus, si ils sont verts, noirs... Et même moi je ne sais pas à quoi je ressemble! On me dit que je suis blonde, que j'ai les yeux verts mais si ça se trouve je suis brune avec les yeux noirs! Bon, je te cache pas tout ce que je vois c'est du blanc, du noir et différentes nuances de gris mais ça fait tellement longtemps que je n'ai pas vu les couleurs que je ne sais même pas à quoi elles ressemblent!

    En soupirant, je vins appuyer ma main contre mon front. Un sourire étira mes lèvres, mais on l'aurait dit qu'il était... triste... Finalement, j'ôtais ma main de sa joue, en sursautant.

-OH, excuse-moi Lucas, je ne t'ai pas demandé la permission de toucher ton visage. Mais, ça m'aide vraiment à visualiser à quoi ressemble la personne que j'ai en face de moi.


The colorful dream [Luna / Lucas] Miniat_6_x_622 The colorful dream [Luna / Lucas] Miniat_6_x_339 The colorful dream [Luna / Lucas] Miniat_6_x_058 The colorful dream [Luna / Lucas] Miniat_7_s_728
pokemon
Contenu sponsorisé
est un
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum