Connexion
Pokemon Community :: Archives :: Les Archives :: Année 4
 :: RP

Pokemon adala community

« J’ai juste envie de profiter de cette soirée, et de ce nouveau début de vie… Même si je sais que je ne suis pas encore au bout de mes surprises. »
en savoir plus ?
« Cette mission est déjà un calvaire, alors stp essaie de pas la rendre encore pire, ça m’arrangerait. »
en savoir plus ?
« Je ne suis pas sûr qu’il soit l’heure de distribuer de l’eau bénite, nous savons déjà tous que vous êtes un ange Ranya, mais je suis touché de votre bénédiction. »
en savoir plus ?
« Je me déteste. Je me déteste de toutes mes forces. »
en savoir plus ?
« C'est un fantôme que tu enlaces, Faulkner. »
en savoir plus ?
Le soleil tape. Les gens hurlent. Il en a marre. Ce n’est pas un tournoi. C’est un poisson d’avril.
en savoir plus ?
« Il est beau... Tu en as de la chance... »
en savoir plus ?
-43%
Le deal à ne pas rater :
Couette anti-Acariens – 220 x 240 cm – Blanc
19.99 € 34.99 €
Voir le deal

Alexandre Z. Lestrange
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t5430-cgm-100
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t5488-ciel-mancini-noctali
Taille de l'équipe : 02.
Région d'origine : Unys
Âge : 12 ans
Niveau : 16
Jetons : 0
Points d'Expériences : 0
02.
Unys
12 ans
16
0
0
pokemon
02.
Unys
12 ans
16
0
0
Alexandre Z. Lestrange
est un Nouveau Membre
CIEL ET LEONIDAS

Δ CHANGEMENT DE PROGRAMME.
25 OCTOBRE 2016.

Tes affaires bouclées, tu jettes un dernier regard au bâtiment qui t'a accueilli dans ses entrailles pendant presque deux mois et tu tournes les talons pour éviter de culpabiliser. T'es un mec. T'aurais pu… Te défendre, te battre pour rester ici. Mais t'es plutôt faiblard, le genre à manquer de muscles autant que de courage et c'est la raison pour laquelle tu quittes le dortoir. Tu n'aurais pas vraiment supporter d'y rester à vrai dire, entre les humiliations et les coups. Ton regard se casse de douleur et pour la première fois depuis longtemps, tu marches la tête baissée sur le sol pour éviter de regarder les autres étudiants ou pokémons que tu croises pendant le trajet vers le dortoir Phyllali. Et plus tu marches, plus les battements de ton cœur se ralentissent. Ta poitrine cesse progressivement de se soulever de douleur. Serais-tu le pire des lâches dans ce nouveau dortoir, tu y serais tout de même en paix. Tu supposes que puisque la direction t'y a redirigé, il n'y a là bas aucune discrimination envers les Coordinateurs et, si ta timidité t'empêchera de les approcher de trop près, tu n'auras au moins pas à fuir tes camarades de dortoir.

Tu es gêné malgré tout, de ta faiblesse, de tes angoisses.

Tu n'as pas pris le temps de te renseigner sur le devenir de tes agresseurs – tu es bien assez soulagé d'avoir pu échapper aux hématomes quotidiens et à la souffrance que tu craignais qu'ils infligent à tes pokémons, même si une partie de toi te disaient qu'ils n'étaient pas assez lâches pour s'en prendre à des bébés. Tu joues des dents avec tes lèvres, les pinçant assez fort pour ressentir autre chose qu'un profond malaise sans pour autant aller jusqu'à les faire saigner.

Tu es arrivé.

Tu dois te présenter directement à Roseverte pour qu'il t'attribue le chalet – ici, il ne s'agit pas de chambres dans un bâtiment unique – dans lequel tu effectueras définitivement la fin de ta scolarité. Tu commence lentement à décompresser et tu te retiens de ne pas jeter un coup d'yeux à tes ecchymoses que tu auras largement le temps de voir en te regardant dans un miroir ou sous la douche. Tu connais presque chaque plaie par cœur, tant ils ont eu le loisir de t'en infliger de nouvelles sans que les anciennes aient le temps de cicatriser. Tu as trois hématomes sur la jambe droite, deux sur la cuisse gauche. Deux si proches qu'on les croirait facilement un seul au niveau des côtes gauches et un entre le bassin et les côtes du côté droit. Cinq qui remontent du bas de la colonne vertébrale au niveau des épaules sur le dos et quatre sur chaque bras, pour égaliser. Tes lèvres éclatées, enflées et reliées par une croûte noircie, un hématome au niveau de la tempe droite heureusement camouflé par tes cheveux et un œil – le droit encore – au beurre noir complètent le tableau de ta faiblesse. Tu redresses à ce sujet l'écharpe qui couvre le bas de ton visage pour éviter qu'on ne voit trop les marques et qui as piteusement glissé sur ton cou. Entre elle, ton pull, ton jean et ta cape, on ne voit guère que ton coquard pour témoin de ta maltraitance passé. Tant mieux.

Tu n'as pas vraiment envie qu'on le remarque.

Tu n'as pas vraiment envie d'attirer l'attention.

« ( ≧◠‿◠≦  ) ! »
« Les chalets vous plaisent, c'est déjà ça. Je me demande dans lequel on sera placés. »

Tout en songeant, tu es arrivé aux abords de la zone commune et tu as répondu aux cris de joie de tes deux pokémons par une phrase lancée au travers de l'écharpe. Tu ne sais même pas s'ils t'ont entendus et tu te contente de les poser sur le sol pour leur permettre d'aller à la découverte de leur nouvel environnement. Tu fermes les yeux quelques instants avant de te diriger vers le bâtiment commun aux blasons verts, seul.

« Attendez moi là, je ne vais pas tarder à revenir. »
« ♬ !! »

Ils s'amusent déjà ensembles au milieu de l'herbe, se courant après, se sautant dessus et se mordillant avant de recommencer à gambader. Tu souris brièvement puis les avoir observés quelques secondes, tu te décides à les laisser jouer tranquillement et aller trouver Roseverte, auprès duquel, tu le sais déjà, tu auras un entretien bref et concis. Tu n'aimes pas parler, il n'aime pas parler, autant dire que l'échange sera forcément direct. Tu pénètres dans le bâtiment à la recherche d'une salle ou d'un bureau ou tu pourrais le trouver mais c'est finalement au détour d'un corridor que tu repères sa présence.

« Hm … Bonjour Professeur. Ciel Mancini. On m'a changé de dortoir récemment et… »
« Oui je sais. Allez voir le préfet Blackhart et donnez lui ça. » Tranche l'homme mature en te tendant une lettre que tu prends délicatement entre les mains.
« Oh. Merci. » Lances-tu après avoir eu le temps de capter son geste et la rapidité de la discussion, mais il s'est déjà suffisamment éloigner pour ne pas avoir à entendre tes remerciements.

Bon. Le préfet. Tu n'as pas vraiment une idée de la personne dont il s'agit, si ce n'est que tu dois évidemment chercher un garçon… dans un dortoir de garçon. Bravo pour cette déduction, Ciel ; tu gagnes un porte-clé d'un Pikachu grimaçant pour faire honneur à ta stupidité. Tu cherches du regard une personne en errant dans les corridors mais il semble que peu de gens traînent dans la zone commune à cette heure. Tu finis pourtant par croiser un garçon au bout de quelques minutes et tu tentes ta chance, ton envie de trouver Blackhart surpassant pour une fois ta gêne et tes angoisses à l'idée de déranger quelqu'un.

« Bonjour ! Euh … Je cherche le préfet ! J'ai une lettre pour lui de part du référent Roseverte. Vous ne sauriez pas par hasard dans quel endroit je pourrais le trouver ? »


> MODERATION : Changement de dortoir, Ciel passant de Noctali à Phyllali.

© GASMASK
Leonidas Blackhart
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t787-leo-this-is-not-sparta-phyllali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t795-leonidas-blackhart-phyllali
Icon : Changement de programme. || LEONIDAS. 4fju
Taille de l'équipe : 12
Région d'origine : Hoenn
Âge : 21 ans
Niveau : 45
Jetons : 2756
Points d'Expériences : 1115
Changement de programme. || LEONIDAS. 4fju
12
Hoenn
21 ans
45
2756
1115
pokemon
Changement de programme. || LEONIDAS. 4fju
12
Hoenn
21 ans
45
2756
1115
Leonidas Blackhart
est un Scientifique Archéologue

LEO & CIEL
Dis moi en quoi tu évolue


Tu bailles à t’en décrocher la mâchoire. Un bâillement si large et si roque que si tu avais été un Nemelios tu aurais sans aucun doute fait trembler les lieux. D’ailleurs, voilà que Neméan ton Helionceau pointe le bout de sa queue tordue. Il te lorgne avec méfiance, laisse passer entre ses petits crocs aiguilles un miaulement de défis, avant de repartir mâchouiller le poil dru de son poto Evoli.  Et toi, installais plus ou moins confortablement sur ta chaise de bureau, nez dans tes thèses, tu sens une petite larme se glisser au coin de tes yeux. Une larme salée, comme les autres, mais différente à sa manière. Une larme de fatigue, une goutte d’épuisement.

Tu dors, là n’est pas la question. Ça va faire un moment d’ailleurs que tu roupilles comme un véritablement bébé. C’est plutôt ton travail, tes recherches, mais aussi tes hypothèses qui s’entassent chaque jour un peu plus sur ton bureau qui te font réalisé qu’une ou deux heures de sommeille en plus ne serait pas un mal. Ah. Voilà que tu re-bailles. Un nouveau rugissement, cette fois ci un peu plus délicat, vient mettre fin aux réflexions sans queue ni tête de ton esprit torturé de mythes et de légendes.

Tu abandonnes nonchalamment ton crayon sur un carnet où gribouillis s’entassent les uns sur les autres et te lèves de ton siège. Tu t’étires, de long en large et en travers, de façon méthodique, de façon instinctive. A la manière d'un animal. Bras tendus, dos qui craque, tu peux sentir un frisson de bien être de mordiller allégrement l’échine.

Ah.
Que ça fait du bien.

Tu en avais assez fait pour sentir tes muscles se détendre en un instant. Rouler des mécaniques, c’est bien, mais savoir arrêter la machine, c’est mieux. Ordonnant a Luné de surveiller les deux zigotos poilus dans la chambre – à savoir Nemean et Scyllias – tu décides d’aller prendre un peu l’air en compagnie de Raksha, ta Malosse. Malgré le fait qu’elle semble effacée, son petit air de force de l’ordre lui confère un certain charisme. Sérieuse et calme, véritable modèle de tranquillité, elle se lève sans un bruit pour te rejoindre à la porte du chalet.

Chez les Phyllali, comme d’habitude, l’endroit respire la sérénité. Les couloirs y sont relativement silencieux, ses habitants y sont souvent discret et studieux, tant bien même tu peux entendre au loin une petite dispute résonner. Rare sont les élèves installés sur les terrasses en ce temps morne, alors en recherche d’un peu d’animation, tu décides de te rapprocher de la grande salle commune.

Là, au détour d’un couloir, mettant main mise sur la barrière de sécurité d’un escalier, tu repères un « étranger ». Tu n’es pas copain copain avec tout le monde ici, mais tu es sûr et certain que cette petite personne n’est pas un Phyllali. Intrigué, curieux et un peu méfiant, tu observes la scène de rencontre entre le jeune garçon et Achille. Normalement accompagné de Rodrigue ou/et de Nils, tu es surpris de le voir seul.

▬ T-tu cherches Leonidas... Hmm... Achille, gentil et serviable, le rouge lui grignotant les joues, se retourne en trafiquant ses doigts nerveusement. Bouche entre ouverte, fouinant le hall du regard, il finit par te remarquer près de l’escalier. Il laisse échapper un « AH » bruyant – vu que tu arrives à l’entendre de là où tu es – et lève doucement sa main pour t’offrir un signe. Là, tout de suite… ça ressemble à un appel à l’aide. Instinctivement, tu lâches la barrière et te dirige vers le duo, suivit au pas par ta Malosse.

▬ Un problème Achille ? Tu te permets de jeter un rapide regard à l’inconnu et par chance, derrière tes lunettes opaque, il ne peut pas voir ton regard se déplacer sur sa silhouette.

▬ Non.. Dit-il simplement, hésitant à forcer son regard sur le noir de tes verres. Sans y parvenir, il t’explique que le garçon ici présent te cherche et que de son côté il a tout intérêt à aller arroser ses plantes ! C’est donc d’un petit pas pressé qu’il vous laisse tous les deux ensembles. Tu retournes donc ton attention sur le nouveau venu et le détail sans réel gène, à l’abri derrière tes lunettes. Tu remarques la marque de son œil. Anormalement coloré de bleu et de violet tu hausses un sourcil et esquisse un sourire plutôt blagueur.

▬ Casse coup à ce que je vois. Que puis-je faire pour toi ?





Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum