Connexion
Pokemon Community :: Archives :: Les Archives :: Année 4
 :: Vacances d'été 2017 - Alola :: Autres îles d'Alola :: Ula-Ula

Pokemon adala community

Tu abandonnerais ce pauvre locataire démuni à son déménagement, en « empruntant » sa camionnette en plus… ? Je ne te pensais pas voleur, Josh.
en savoir plus ?
Cha-charmant… normalement c’est en mission avec Josh que je frôle la mort, pas en rentrant chez les Phyllalis.
en savoir plus ?
Je vais chuter, encore, et ça sera long, et ça sera douloureux, et t'auras pas envie d'être là. Parce que toi, tu as Aoi mais moi j'ai quoi maintenant que Maya est partie, dis-moi ?
en savoir plus ?
Ce n'est pas le parc que je souhaite anéantir...
en savoir plus ?
Mademoiselle Alézar, Pecheresse Caroline ! Où êtes-vous ?
en savoir plus ?
La triche sera permise évidemment.
en savoir plus ?
Q…. Quéééééééééééééé ?!
en savoir plus ?
Le deal à ne pas rater :
Forfait Sosh Série limitée : 40 Go pour 9,99€
9.99 €
Voir le deal

Ginji Labelvi
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t780-c-est-par-la-la-sortie-oups-je-suis-alle-trop-vite
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t799-ginji-labelvi-voltali
Icon : Pikachu Explorateur, à votre service !
Taille de l'équipe : 25 / 31
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 20 ans
Niveau : 100
Jetons : 1587
Points d'Expériences : 4235
Pikachu Explorateur, à votre service !
25 / 31
Sinnoh
20 ans
100
1587
4235
pokemon
Pikachu Explorateur, à votre service !
25 / 31
Sinnoh
20 ans
100
1587
4235
Ginji Labelvi
est un Topdresseur Spé. Type
Ginji Labelvi
      rp solo



« Aveuglance »


29 Août 2017, Alola

« -... Wow. Alors c'est à ça qu'il ressemble, leur... "Village" ? »

C'est à mi-chemin entre la perplexité et la curiosité que je pose un pied dans le Village Toko. La ville dont le nom laisse espérer tout un hameau érigé en l'honneur des gardiens d'Alola n'est rien d'autre qu'un tas de ruine perdu au milieu des routes d'Ula-Ula. Très charmant cela dit hein, j'dis pas, mais le rassemblement de caravane situé quelques mètres plus tôt est déjà un peu plus accueillant... Au moins ici, il y a un Centre Pokémon ! Aaaah, enfin une région qui a compris que mettre des centres soins ailleurs que dans les grandes villes, ça pouvait POTENTIELLEMENT s'avérer utile, notamment dans des coins où, PAR HASARD, on risque de se faire agresser par des Pokémon sauvages un peu vénères. Fini les allers-retours incessant, l'argent qui part dans toutes les Super Potions de la droguerie du coin, et bienvenue à Alola !

« -Ka chuuu... »

La voix aigrie d'Oz m'arrache un petit sourire amusé, tandis que le Pikachu traîne des pattes pour franchir les quelques centimètres qui nous séparent. Je croise les bras, et lance un regard moqueur à mon starter, visiblement agacé par toute cette trotte. Ce n'est non pas de la fatigue qu'il éprouve, mais simplement un profond désintérêt pour cette activité longue et sans intérêt que représente la marche à pieds. Ou à pattes, dans son cas.

« -T'sais, si tu veux rentrer dans ta Pokéball, rien ne t'en empêche, hein... »

Sans même réfléchir à la question, Oz secoue la tête de droite à gauche, résolument décidé à ne pas me laisser sans surveillance. Alors que je lève les yeux au ciel, Euphie vient bondir aux côtés du Pikachu pour coller ses joues aux siennes, et ainsi lui donner un petit remontant électrique. Elle profite surtout de l'occasion pour se frotter à Oz, et s'assurer ainsi que Cutie Cute, postée un peu plus loin, ne s'approche pas de son tendre et cher.

Mais la Mimiqui, qui nous a légèrement distancé, n'y prête pas vraiment attention. Après s'être planquée à l'ombre d'un tas de gravats, la créature prend quelques secondes pour se reposer et souffler, enfin à l'abri du soleil qu'elle exècre tant. Je la remarque, et rejoints la timide Pokémon, avant de m'agenouiller auprès d'elle avec un sourire.

« -Toi aussi, rien ne t'oblige à endurer ce calvaire. »

A la même manière que Oz, Cutie Cute réfute toute tentative de refuge, déterminée à aller au bout des choses. Ce voyage est le sien, après tout ! Elle prend alors le temps de réarranger son collier de fleur d'Alola, et la tête de son costume, avant de reprendre la marche sous mon regard attendri. Je me relève au moment où mon starter, suivi de près par Euphie, arrive à ma hauteur, et me lance un petit cri interrogateur.

« -Chu ka pi ? »

Je hausse les épaules.

« -Oui, ça devrait aller. Elle n'a pas l'air très anxieuse, en tout cas. » je soupire « J'espère qu'on n'aura pas fait tout ça pour rien. Elle risque d'être sacrément déçue, sinon... »

Oz acquiesce. Euphie, souhaitant attirer vers elle l'attention du Pikachu, lui lance quelques piaillements enthousiastes à la signification totalement obscure, dont il se désintéresse totalement pour se remettre en route. La Pichu lui lance alors un regard dépité, avant de se lancer à sa poursuite, bientôt talonnée de près par moi-même. Franchement, je ne comprends pas pourquoi ils se donnent la peine de m'accompagner...

Le plan du jour est on-ne-peut-plus simple, pourtant : je me rends sur Ula-Ula, je vais jusqu'à l'Ancien Site Bradley Prix où je suis supposé trouver des Mimiqui sauvages, et je sors Cutie Cute de sa Pokéball pour qu'elle puisse faire connaissance avec de nouveaux copains !... J'aurai bien voulu faire tout ceci plus tôt, mais je n'ai appris que très récemment l'existence de ce magasin abandonné où nombreux Pokémon Spectres avaient élu domicile. Et encore, au début j'ai mal interprété, et je me suis rendu au véritable magasin Bardley Prix, celui d'Akala... Mais attendez, pas pour rien ! Ils avaient une promo de OUF ! Leur boîte de cookies à 3,50 Pokédollars l'unité était vendue par pack de 10 à, accrochez-vous bien, 34,99 POKEDOLLARS ! C'est moins cher que si on les prend séparément, et c'est plus pratique à transporter ! Surtout quand on a vidé la boîte avant !

*tousse* Mais je m'égare. Comme nous sommes à deux jours du départ d'Alola, et que je voulais encore profiter de cette magnifique région, j'ai préféré faire le trajet à pieds plutôt qu'à dos de Pokémon. Je pensais ainsi le faire seul pour ne pas faire endurer une journée entière de randonnée à mes compagnons, mais voilà que Cutie Cute a tenu à également faire le trajet, soit par désir d'arpenter la région, soit par culpabilité de ne rien apporter aux recherches. Oz, qui semble avoir une garde alternée de ma propre personne avec Lucina, m'a pour ainsi dire imposé sa présence, ce qui a irrémédiablement amené Euphie à nous suivre. Cette Pichu est à mon starter ce que Rémoraid est à Démanta... Sauf qu'à l'inverse de cette dernière espèce qui, je cite, « ignore royalement les Rémoraid qui s'accrochent à ses nageoires pour manger les restes qu'il sème », Oz, lui, paraît un poil oppressé par l'affection débordante que lui porte Euphie. Je ne sais pas pourquoi la Pichu s'entête autant à coller mon starter et personne d'autre, mais je ne sais pas s'il va tolérer encore longtemps cette possessivité...

Surtout qu'elle n'est pas seule. Cutie Cute aussi, affectionne énormément Oz. Sauf que la méthode d'approche de la Mimiqui est radicalement opposée : là où Euphie fait preuve d'une présence quasi-permanente, Cutie Cute ne vient voir Oz que lorsqu'elle est certaine de ne pas le déranger, bien trop timide pour pouvoir s'imposer à lui. Elle vient souvent chercher du réconfort auprès de lui lorsqu'elle est intimidée ou apeurée, et le Pikachu se retrouve alors à devoir lui remonter le moral, un peu malgré lui.  

Mais tout ceci ne serait pas aussi problématique si Euphie ne jalousait pas tant les interventions de Cutie Cute ! Semblant croire que Oz n'appartient qu'à elle, la Pichu s'immisce dans chacune des interactions se déroulant entre lui et la Mimiqui. Au final, la timidité maladive de cette dernière reprend rapidement le dessus, et Cutie Cute préfère s'isoler dans un coin pour laisser les deux souris électriques en paix. Après quoi Oz reproche à Euphie son attitude... Bref, vous voyez le scénario.

C'est pourquoi j'ai été plutôt inquiet en voyant quels étaient les volontaires de cette expédition. Mais  pour l'instant, mes craintes se sont avérées infondées : Cutie Cute, extrêmement concentrée sur sa quête, ne semble intéressée par rien d'autre que le chemin à suivre, et Oz est beaucoup trop ennuyé par la marche pour tenter de repousser Euphie. Donc pour le moment, tout va bien.

Ainsi, après plusieurs minutes d'une marche tout à fait tranquille au milieu des vestiges de l'ancien village, nous finissons par arriver devant le seul Centre Pokémon du coin. Je propose à mes compagnons d'y faire escale, ce qu'ils acceptent volontiers, et nous rentrons rapidement à l'intérieur du bâtiment multi-service.

Et BORDEL, QU'EST-CE QUE J'AIME LES CENTRES POKEMON DE CETTE REGION ! Ils ont la FOUTUE BONNE IDEE de mettre des CAFES servant des SPECIALITES LOCALES dans CHACUN DE LEUR CENTRE. Raaaaaah, pourquoi il n'y a pas d'arène à Alola, que je puisse devenir champion dans le coin ?...

J'installe mes trois Pokémon à une table, et après avoir pris des boissons pour chacun d'entre eux (et un Chocolat Skitty pour moi <3), consulte sur mon Ipok la trajectoire à suivre. Apparemment, si nous avions continué notre route après le Centre Pokémon, nous nous serions éloignés de notre destination... Il faut quitter le Village Toko par le sud, puis longer la Route 14 jusqu'à arriver à l'Ancien Site Bradley Prix. J'ai bien fait de vérifier, tiens...

Je pose mon Ipok sur la table, et attrape ma tasse de chocolat chaud pour en boire une gorgée. Cutie Cute, assise sur un énorme rehausseur comme ses compagnons, laisse passer sous son déguisement une paille pour siroter un jus de baie qu'elle semble particulièrement affectionner. Oz a à peine entamé le sien qu'il s'est roulé en boule sur sa chaise pour piquer un rapide petit somme (comment il fait pour s'endormir si vite ? Et en plein jour alors que personne n'essaye d'être discret?!), tandis que Euphie s'amuse avec le mini-parasol disposé en guise de décoration sur son verre. Elle s'amuse à le porter comme une ombrelle... Un sourire amusé aux lèvres, je me lève juste le temps de piquer la boisson de mon starter et la finir à sa place, sachant pertinemment qu'il ne le fera pas, puis me rassois en observant la vie dans le Centre Pokémon. Il y a l'homme qui nous a servi les boissons, occupés à nettoyer les verres aux côtés d'un Pokémon que j'ai appris à identifier comme étant un Mimantis (peut-être un Pokémon qui s'y connaît en boissons faites à base de fruits?), et une dresseuse assise sur un canapé un peu plus loin, câlinant son Passerouge. D'ailleurs, que fait Potiron, pendant les vacances ? Cette question qui ne m'a pas traversé l'esprit une seule fois depuis quatre ans disparaît aussitôt que je reporte mon attention sur l'infirmière, qui profite d'un moment de tranquillité pour réorganiser des boîtes, avant que je ne dévie une fois encore pour désormais observer la boutique, fermée. Heureusement, l'ordinateur en libre accès est lui, bien ouvert, et m'offre la possibilité de récupérer le moindre de mes Pokémon après un coup de fil chez Madame Étoile. Même si cela implique que je dois me séparer de mes compagnons (règle des six partenaires maximum oblige), je trouve ce fonctionnement très amusant ! Cela donne un certain devoir d'organisation que je n'avais jusqu'à présent que peu géré... Sinon, à part une plante posée en guise de décoration, et un petit boîtier électrique entrouvert (ils devraient penser à le fermer, d'ailleurs), il n'y a pas grand chose de plus dans ce Centre Pokémon. Je me demande si c'est parce que je suis simplement arrivé en dehors des heures de pointe, ou que l'endroit n'est simplement pas beaucoup fréquenté... Remarquez, c'est vrai qu'en gardant tous ses volets fermés, ce Centre ne donne pas l'impression d'être ouvert, de l'extérieur. Les gens n'en ayant pas l'utilité immédiate doivent continuer leur route sans se poser de question, en passant devant...

« -Chu ! »

Le cri aigu d'Euphie me tire subitement de ma contemplation, sans pour autant réveiller Oz, qui dort toujours. Après avoir rapidement reposé ma coupelle sur la table, je remarque que la Pichu a justement bondi dessus pour se retrouver aux prises avec Cutie Cute vis-à-vis du parasol de cette dernière, que Euphie souhaite vraisemblablement emprunter. Mais la Mimiqui, craignant sans doute pour sa boisson, a ramené vers elle le bolet et l'a planqué sous son costume, afin que la Pichu ne puisse pas y toucher. Je me lève subitement alors que les deux Pokémon se chamaillent, et leur demande de se calmer.

« -Eh ! Euphie, rassis-toi et laisse Cutie Cute tranquille. »

La Pichu se tourne vers moi, et pointe Cutie Cute de la patte avec un air indigné.

 « -Pi chuuuu ! »

Cette réplique ne semble pas plaire à la Mimiqui. Ne souhaitant pas se laisser faire, Cutie Cute tente une réponse, et même si elle n'a pas l'air bien assurée, paraît viser suffisamment juste pour attirer à elle le regard noir d'Euphie.

« -Quiiiiiiii....
-Cutie Cute, pas la peine d'être autant sur la défensive ! Peut-être que Euphie voulait juste t’emprunter...  »

La Pokémon tourne vers moi de grands yeux surpris, ne s'attendant visiblement pas à se faire elle aussi réprimander. Je suis alors interrompu par le pouffement fier de la Pichu, à laquelle je jette un regard se voulant sévère.

« -Tu n'as pas de quoi te vanter. Si tu te montrais un peu plus gentille et ava... Ave... Avenante, envers Cutie Cute, peut-être qu'elle aussi serait plus aimable avec toi. »

Cette fois-ci, c'est moi qui ai le droit au regard noir d'Euphie. Je le soutiens, et croise les bras pour faire preuve de plus d'autorité, après quoi la Pichu finit par lâcher un râle exaspéré. En quête d'un peu de soutien, elle lance un cri de détresse envers Oz, qui... Euh bah dort toujours. Face à l'absence totale de réaction de la part du Pikachu, elle pivote sur elle-même pour à nouveau se tourner vers Cutie Cute, et l'air renfrogné, lui tend une patte insistante. (A noter qu'elle préfère persévérer auprès de Cutie Cute plutôt que de tenter de réveiller Oz)

Mais la Mimiqui ne compte toujours pas céder son bien, et en signe de protestation, bondit hors de sa chaise pour s'éloigner. Euphie conteste immédiatement cette décision, et saute de la table pour partir à sa poursuite, bientôt suivie par un Ginji incapable de se faire obéir.

« -Mais... ! Arrêtez-vous ! »

Et pendant que je me lance à leur poursuite, Oz... Dort toujours.

Après avoir traversé tout le centre Pokémon, Cutie Cute se retrouve bloquée face au comptoir de la boutique. Euphie vient la prendre en tenaille, et tente de la menacer d'un grognement, mais Mimiqui tient bon et réplique par un cri mécontent. J'arrive juste derrière le bébé Pokémon -dont le terme bébé s'accorde surtout avec l'espèce et le comportement, pas vraiment l'âge-, et inquiet, porte ma main à mon sac. Bon sang, si elles décident de se lancer des attaques... J'attrape la Pokéball d'Euphie lorsque l'infirmière, alertée par l'agitation, quitte soudainement son poste pour se précipiter vers nous.

« -Il y a un problème avec vos Pokémon ? »

Bien que l'attention soit louable, elle s'avère finalement plus problématique qu'autre chose. En effet, après avoir capté l'attention d'Euphie, cette dernière remarque la Pokéball que j'ai en main et l'identifie aussitôt comme la sienne, ce qu'elle ne semble guère apprécier. Elle me foudroie du regard, et m'invective de divers propos obscurs, tandis que Cutie Cute profite de la diversion pour se faufiler derrière le comptoir de la boutique. En suivant mon regard, Euphie le remarque bien vite, et part immédiatement à sa poursuite. Je me tourne vers l'infirmière, paniqué.

« -D-Désolé ! Elles font pas ça, d'habitude ! »

Dans la zone réservée aux vendeurs, qui se résume en un espace fermé d'à peine trois ou quatre mètres carrés, Cutie Cute est prise aux pièges : la Mimiqui est acculée entre l'extrémité du comptoir et une partie du mur, contre lequel il est accolé. Euphie se tient devant elle, et fait grésiller ses joues, prête à en découdre. Je me crispe, et tends un bras en direction de la Pichu.

« -Euphie ! Ne fais pas ça ! Ce n'est pas la peine d'arriver à de telles extrémités ! »

La concernée se retourne, et me dévisage. Son expression énervée et sa mâchoire serrée me font d'abord comprendre qu'elle n'est pas prête de décolérer, mais pourtant, Euphie semble se détendre après avoir baissé les yeux au sol. Je ne sais pas si c'est mon expression paniquée ou un éclair de lucidité, mais la Pichu arrête le grésillement de ses joues, et lâche une profonde expiration résignée. Toute la tension retombe alors soudainement, et je lâche un profond soupir, rassuré.

« -Oh, Arceus. Vous savez, c'pas la peine de piquer des colères comme ça... » je range la Pokéball d'Euphie, et me tourne vers l'infirmière  « C'est bon, j'ai la situation en m-
-QUI! »

C'est un grand cri de colère que lance Cutie Cute... Au moment de frapper Euphie avec une Griffe Ombre. Je me retourne avec un air effaré en entendant la Pichu se prendre un coup, et dévisage l'auteur de celui-ci avec incompréhension.

« -Cutie ! Mais qu'est-ce que... ?! »

La Mimiqui lève vers moi un regard désolé, mais dans lequel je discerne une pointe d'assurance. Elle est à mi-chemin entre la culpabilité d'avoir attaqué, et la satisfaction de l'avoir fait.... Comme si Cutie Cute regrette plus le fait de me décevoir plutôt que d'avoir blessé sa camarade.

La-dite camarade, d'ailleurs, se relève en grognant. Folle de rage, elle lance à Cutie Cute un regard meurtrier... Et se jette dessus en poussant un cri furieux. Euphie percute la Mimiqui, et la pousse contre le mur derrière elle, avant de chercher à lacérer son costume. Cutie Cute se débat, et sort ses deux pattes ombragées pour tenter de riposter, mais les étincelles qu'envoient la Pichu la perturbe et l'empêche de bien regarder son opposante. Je me précipite vers l'avant pour attraper Euphie, mais à peine ai-je touché ses côtes que je sens une vive douleur à la main. Je la retire précipitamment et remarque une éraflure causée par l'une des deux furies, bien décidées à se faire la guerre.

« -Mais qu'est-ce que vous attendez ?! Rappelez-les dans leurs balls !
-Eu-euh oui ! »


C'est dans la plus grande des maladresses que je tente de récupérer la Pokéball d'Euphie, que j'ai remis dans mon sac il y a un instant. Mais un puissant bruit de déchirure résonne dans tout le centre Pokémon, et je lève les yeux de mon sac pour voir que la Pichu vient de donner un coup sec et puissant à Cutie Cute.

La Mimiqui cesse aussitôt tout mouvement, tandis que Euphie recule avec un sourire provocateur. Après avoir fait à peine deux pas en arrière, elle s'arrête, et lève à hauteur des yeux de Cutie Cute l'objet qu'elle vient d'arracher.

Le collier.

A ce moment là, peut-être aurai-je dû prêter attention au sourire sadique qu'arbore Euphie, fière comme elle ne l'a jamais été d'avoir ainsi arraché à la Mimiqui ce pendentif qui lui est pourtant si cher.

Peut-être aurai-je dû voir à quel point Cutie Cute se retrouve abasourdie en remarquant le collier dans les pattes de la Pichu ; collier qui symbolise notre lien, et qu'elle a cependant était incapable de conserver .

Peut-être aurai-je dû comprendre que ma passivité face à la relation conflictuelle qui unit ces deux Pokémon va être la cause d'actions qui seront, par la suite, amèrement regrettées.

Peut-être aurai-je dû faire toutes ces choses à la fois.

Mais au lieu de cela, mon attention s'est focalisée sur tout autre chose. Un détail, qui paraît anodin, sans importance, détaché du reste du récit. Un élément que n'importe qui d'autre aurait ignoré, pour plutôt se focaliser sur ce qu'il y a d'essentiel au cours de la scène. Quelque chose... Qui en moi, provoque une énorme panique, là où tout le monde se concentre sur la querelle qui oppose mes deux compagnons.




La déchirure que nous avons entendu.




Elle ne provient pas du collier.

« -FERMEZ LES YEUX ! »

Je me retourne, et pousse brusquement l'infirmière pour me jeter sur le boîtier électrique, installé juste à côté. Ma main se referme sur la poignée du petit levier servant à activer ou non le courant, et vient, naturellement, abaisser celle-ci.

Et alors que le haut du costume de Cutie Cute se détache, le Centre Pokémon du Village Toko sombre dans la plus grande des obscurités.

Je tombe au sol, déséquilibré par ma course précipitée vers le boîtier. A cause des volets fermés et de l'absence totale de lumière, on ne voit que quelques fins stries lumineux émanant des bords des fenêtres. Alors que quelques cris indignés, humains comme Pokémon, s'élèvent dans la salle, je hausse la voix pour me faire entendre d'une personne en particulier.

« -Cutie Cute ! Trouve quelque chose pour remplacer ton costume, vite ! »

Un son de farfouillement intensif, suivi de quelques piaillements paniqués de la part de la Mimiqui, se fait alors entendre dans un coin de la pièce. L'infirmière, cherchant à comprendre le sens de tout ce bordel, prend aussitôt la parole.

« -Mais enfin ! Qu'est-ce qui vous prend ?!
-Ma Mimiqui a perdu son costume ! Sa... Sa simple vision pourrait provoquer des dégâts irrémédiables !
-Comment ?! Mais... Le réacteur d'urgence va se mettre en marche d'ici... Une quarantaine de seconde, tout au plus ! Il faut vite qu'elle se dissimule quelque part, sinon....
-Quoi ?! Cutie Cute ! T'as trouvé quelque chose pour te planquer ?!
-Mimi ! Mimiqui, mi qui mimiqui, qui mi mi ?! Qui mi ! Mimiqui ! »

A l'entente des cris épouvantés de mon Pokémon, je comprends sans mal que celle-ci peine à trouver ce qu'il lui faut. Les battements de mon cœur s’accélèrent lorsque quelque chose de... Non identifiable, passe à côté d'une de mes jambes, et que les piaillements affolés de Cutie Cute résonnent à travers tout le Centre Pokémon. Plusieurs secondes s'écoulent, et la recherche affolée de la Mimiqui continue toujours.

« -Il faut qu'elle parte ailleurs avant que la lumière ne se rétablisse!
-Hein ?... Cutie Cute ! File ! Vite !
-Mimi?!
-Va-t-en ! Quitte le Centre Pokémon au plus vite ! Il ne faut surtout pas qu'on voit ta véritable... ! »

Je m'arrête avant de prononcer la fin de ma phrase, réalisant le sens que peut donner une mauvaise interprétation de celle-ci. Peut-être trop tard, puisque je n'entends alors plus aucun bruit en provenance de Cutie Cute, qui a vraisemblablement complètement cessé ses recherches... Jusqu'à ce qu'un énorme son de fracas se fasse entendre, et que les rayons du soleil en provenance de l'extérieur viennent éclairer l'entrée du Centre Pokémon.

A peine quelques secondes plus tard, une lumière vient éblouir toutes les personnes encore présentes dans le Centre Pokémon. Je me relève tout en me cachant les yeux à l'aide d'un bras, et lorsque que j'ose le retirer, constate rapidement l'étendu des dégâts : la fouille intensive de Cutie Cute a provoqué une pagaille monstre parmi les objets de la Boutique, tous éparpillés par terre, et a même renversé le pot de fleur, ainsi... Qu'une table ? La dresseuse qui était assise à proximité de mon ancienne place est recroquevillée sur elle-même, afin de protéger son Passerouge d'une quelconque vision de ma Mimiqui, et se redresse pour observer avec totale incompréhension le bazar apparu partout autour. Le barman et son Mimantis ressortent tous deux de l'arrière de leur comptoir, s'étant sans doute cachés en entendant ma discussion avec l'infirmière, qui justement, se tient juste à côté de moi : elle se relève à son tour, et observe avec effarement l'étendu des dégâts... Ainsi que la porte du Centre Pokémon, que Cutie Cute a complètement défoncé afin de sortir d'ici.

Mon regard se dirige alors vers Euphie, assise par terre, et qui se relève en se maintenant la tête avec douleur. Toujours dans l'une de ses pattes, le collier de Cutie Cute, en piteux état, et derrière elle... Son costume en lambeaux.

Je me rapproche de ce dernier, passe devant ma Pichu, et le saisit. Je l'observe quelques instants à peine, et après avoir serré les dents pour retenir un juron, me précipite de l'autre côté du comptoir pour rejoindre la porte d'entrée du Centre Pokémon, les restes du costume bien en main. Oz, qui ne dort plus vraiment, surgit alors d'un des sièges du café pour me rejoindre, et vient se placer à côté de moi avec une mine incertaine. J'observe brièvement les environs autour du bâtiment, et ne vois qu'une traînée étrange en guise d'empreinte sur le sol, partanr tout droit. Mon starter me lance un cri interrogateur.

« -Ka pi?
-Reste ici, ne lâche pas Euphie d'une semelle, et aide à réparer les dégâts. »

Je n'attends pas la moindre confirmation ou refus, et me précipite à l'extérieur du centre Pokémon.

« -Cutie Cute ! »

***

Alors que je cours le long de la Route 14, je comprends petit à petit la grossière erreur que j'ai faite.

Vous aurez beau construire l'édifice le plus solide au monde, vous n'êtes jamais à l'abri d'une fuite dans votre isolation. A la moindre pluie ou au moindre orage, des gouttes s'immiscent dans cette brèche, et viennent progressivement faire moisir ce pourquoi vous avez tant travaillé.

Je l'ai remarquée, cette brèche. Mais elle ne m'a pas alerté plus que cela. Alors j'ai simplement placé un vase sous celle-ci, en pensant trouver comment la comater en temps voulu. Puisque ce n'était qu'une petite brèche, elle pouvait bien attendre quelques jours.

Alors l'eau a continué de s'immiscer dans ma maison. Heures après heures, gouttes après gouttes, elle est progressivement montée dans mon vase, jusqu'à l'avoir complètement rempli.

Et tandis que j'ignorais toujours cette brèche, elle est tombée.

La goutte d'eau qui a tout fait déborder.

Par mon aveuglance, je ne l'ai remarqué que trop tard.

Euphie jalouse l'attention que s'octroie Cutie Cute. Sans pour autant excuser son comportement, je comprends la source de celui-ci. La Pichu, autant que Cutie Cute, a longtemps été seule ; mais elle a eu besoin de beaucoup moins d'adaptation que la timide Mimiqui. Elle ne doit alors pas comprendre pourquoi Cutie Cute nécessite d'être autant entourée, et voit sans doute là une forme de favoritisme plus que de soutien. Comme elle le peut, Euphie a alors cherché à redevenir le centre de l'attention, n'hésitant pas, pour cela, à faire battre en retraite sa rivale

Et elle a craqué. Le comportement d'Euphie à son égard, guère radical, mais pas moins invivable, a rongé Cutie Cute petit à petit. Il n'y a toujours eu que des petites remarques, des petites incivilités, visiblement sans répercussion, qui s'oublient alors très vite, mais qui pourtant, sont lentement venus à bout de la patience de la Mimiqui. Elle a donc contre-attaqué, et la lutte a dégénéré.

Et voilà.

Le son mat de mes pieds sur le sable noir est dissimulé par le faible clapotis de l'eau. D'épais nuages noirs cachent le soleil radieux qui resplendissait il y a quelques minutes plus tôt, et quelque part en moi, il y a comme un certain soulagement en réalisant l'absence d'être vivant sur la plage. Il ne faudrait surtout pas qu'il y ait des dommages collatéraux suite à la fuite d'une Mimiqui sans déguisement.

Les yeux rivés sur le sol, je suis les empreintes laissées par Cutie Cute sur son passage. Je ne suis pas certain qu'elle soit parvenue à trouver de quoi se couvrir même après être partie, donc je préfère éviter tout risque en gardant la tête baissée.

Mais rapidement, je n'ai d'autres choix que de la relever lorsque la trace de sa fuite sur le sable s'estompe. Des escaliers ? Sur ce bout perdu de littoral ? Je lève lentement les yeux, et réalise que je suis arrivé devant un bâtiment délabré, dont la grille a été enfoncée. Il y a deux petits totems à l'entrée, symbole du Tour des Îles, ainsi qu'une vieille enseigne à peine lisible.

L'Ancien Site Bradley Prix.

« -Cutie Cute ! »

Après avoir scandé son nom une nouvelle fois, je monte les marches en vitesse, me faufiler au travers de la grille, et pousse les portes du magasin délaissé. Toujours en gardant son costume en main, je pénètre à l'intérieur, et me retrouve dans une salle plongée en grande partie dans l'obscurité. Il y a de nombreuses caisses enregistreuses, des cadis renversés, des étagères vidées et des produits éparpillés, des éclats de verre, et des lampes qui parfois, grésillent par intervalle irrégulier, et parfois, restent totalement éteintes. Certaines dalles sur le sol sont complètement éclatées et brisées, et il en va de même pour le plafond qui a commencé à se détériorer.

Un bruit de grincement me fait d'ailleurs relever la tête.

Et j'ai tout juste le temps de voir la structure au dessus de moi s'effondrer.




Puis, plus rien.

***



Il fait complètement noir.

A peine j'entame le début d'un mouvement qu'une vive migraine m'en dissuade. Je porte mes mains à mon front, et grimace, puis tente péniblement de me relever. Je retombe cependant immédiatement en position allongée, et lâche un petit gémissement douloureux. Je tente alors d'ouvrir les yeux.

Il fait toujours aussi noir.

Je sens quelque chose autour de ma tête. A la hâte, je m'assois, et passe mes mains autour de mon visage. J'ai les yeux bandés. Par un tissu étrangement familier.

Le costume de Cutie Cute.

« -... Cutie ? T'es là ? »

A tâtons, je sonde les alentours. Mes mains ne rencontrent que le carrelage froid et poisseux du magasin, et je tente finalement de me relever, mais l'absence d'appui stable et de repère me déséquilibre quelque peu. Je mets donc un peu de temps pour y arriver, mais finis par enfin me redresser, cherchant toujours des mains quelque chose sur lequel m'appuyer. Ma migraine m'élance à nouveau, et lorsque je repasse ma main dans mes cheveux, je sens cette fois-ci une bosse dissimulé à l'arrière du crâne. La vision de l'infrastructure s'écroulant sur moi à l'entrée du magasin me revient alors en tête.

« -... Aoutch... Eh oh ? Il y a quelqu'un ?... Cutie Cute, c'est toi qui m'as sauvé ?  »

Aucune réponse. Il n'y a pas le moindre son dans le magasin... Je baisse alors légèrement la tête, et porte mes mains à hauteur de mon bandage.

« -... J'enlève le bandeau, d'accord ?
-Qui ! »

Un cri de contestation, et voilà que quelque chose me frappe rapidement la main droite pour me dissuader de continuer. Je serre les dents pour retenir une petite complainte provoquée par le coup, et viens plutôt me tenir la main touchée à l'aide de l'autre, tandis que mes yeux scrutent, en vain, les alentours.

« -Cutie Cute ! Tu... Tu n'as toujours pas trouvé de quoi refaire un costume ? »

Aucune réponse. J'attends plusieurs longues secondes que celle-ci vienne, mais rien.

« -... C'est pas grave, d'accord ? On trouvera sans doute de quoi en refaire un au Centre Pokémon, si on fouille bien-ou même ici, en fait. E-Et pareil pour ton collier, d'ailleurs, je t'en referai un autre... »

Toujours pas de réponse. L'absence de visibilité me perturbe énormément, et je continue de balayer inutilement la zone du regard. Je tourne frénétiquement la tête avec une certaine anxiété, comme si cela pouvait m'aider à mieux cerner mon environnement.

« -... Cutie Cute ? Je... Je suis désolé pour ce qu'il s'est passé avec Euphie, je... J'ai  bien compris que ça n'allait clairement pas entre vous. Il faut rapidement retourner la voir pour mettre les choses au point et...
-Qui. »

Son ton est sec, presque autoritaire. Je n'arrive pas à visualiser d'où il provient exactement, d'ailleurs, ce qui ne fait qu'accroître progressivement mon malaise.

« -Je comprends tu sois en colère, tu sais. N'importe qui le serait à ta place, mais... Même si ce n'est pas facile, il faut être capable de mettre sa rancœur de côté, et communiquer pour tenter de remettre les choses en ordre. Tu crois pas ? Ca serait pas cool, que vous arriviez à faire la paix ? Vous pourriez même devenir amies, qui sait...  »

Aucune réponse.

« -... Tu ne veux pas ?... »

Silence.

Je baisse la tête, pensif. Face à l'absence totale de réaction de la part Cutie Cute, je décide de m’asseoir en tailleurs, cherchant ainsi à lui faire comprendre que je resterai autant de temps qu'il le faudra pour venir à bout de la discussion. Une fois par terre, je croise les bras, et garde la tête baissée, avant de reprendre.

« -Tu sais, Euphie n'a pas mauvais fond. Évidemment, que la façon dont elle te traite est condamnable, mais avec le recul... Je me dis simplement qu'elle t'envie. » je redresse la tête, et regarde droit devant moi, sans même savoir si c'est là que se trouve réellement ma Mimiqui « Elle est jalouse de toi, Cutie Cute. Avant que tu ne rejoignes l'équipe, elle était la petite dernière, celle qui avait le droit à l'attention des autres Pokémon de l'équipe et qui s'épanouissait pleinement parmi elle. Et puis, elle avait Oz pour elle seule, et était simplement heureuse de pouvoir rester tranquillement avec lui. » je marque une courte pause « Et tu es arrivée dans notre vie. Ta grande timidité et ton mal-être m'ont poussé à particulièrement te couver, afin de t'inciter à aller de l'avant et donner le meilleur de toi-même. Alors que jusqu'à présent, je n'achetais des tenues qu'à Euphie et White Lady, je me suis mis à dépenser mes jetons dans le seul but de te faire des déguisements sur-mesures, desquels tu pourrais être fière. J'ai même fait exporter des plantes d'un pays lointain pour que l'on te fabrique un collier en provenance de ta région natale... Je n'ai jamais eu recours à de tels moyens, avant toi. »

Cutie Cute ne réagit toujours pas. Ne sachant pas vraiment si je parviens à la toucher ou non, je continue mon monologue, dans l'espoir de lui faire comprendre certaines choses.

« -Lorsque je t'ai rencontré, tu pensais n'avoir rien pour toi. Tu n'arrivais pas à t'assumer, que ce soit toi ou ton costume, et je me suis efforcé de te montrer le contraire. Je t'ai expliqué que l'apparence ne faisait pas tout, que seules tes actions ou ton comportement pouvaient déterminer si tu étais une bonne ou une mauvaise personne, et que tu pouvais te faire de vrais amis qui t'apprécieraient pour ce que tu es réellement. Alors même que personne ne connaît ta véritable forme !... Est-ce que tu réalises, Cutie Cute ? Certains n'ont pas la chance de pouvoir se dissimuler derrière un masque tout en recevant la confiance ses pairs...   »

Aucune réponse. Je pousse un profond soupir.

« -Tu n'as pas rien, Cutie Cute. Tu n'es pas rien. Tu es une jeune Pokémon pleine de vie qui possède maintenant de nombreux amis, et même toute l'attention de son dresseur. Nous ferions tous tout pour toi. » je serre les dents « Euphie, elle, n'a pas ce sentiment. Elle pense valoir moins que toi, à mes yeux, aux ceux d'autres de nos compagnons. C'est pour ça qu'elle s'est toujours comportée de la sorte. Elle... Elle voulait simplement récupérer un peu d'attention, s'assurer que, elle aussi, elle comptait à nos yeux. Le seul problème, c'est qu'elle ne s'y est pas prise de la bonne façon, et que... » je me mords la lèvre inférieure avant de continuer « … Je n'ai absolument rien fait. Que ce soit pour elle, ou pour toi...  »

Je m'arrête, le cœur lourd. Sachant toutefois mon discours non achevé, je finis par lâcher un dernier mot.

« -Désolé. »

Le silence retombe dans le magasin délabré. Je ne fais plus le moindre mouvement après avoir baissé la tête, et attend, simplement. Je ne vois sincèrement pas que ajouter de plus. Je me dis que la Mimiqui a maintenant juste besoin d'un peu de temps pour réfléchir à tout ça... Alors j'attends. Je patienterai le temps qu'il faudra, assis, plongé dans la plus profonde des obscurités. Il n'y a rien d'autre à faire, de toute façon. Me lever ne ferait que m'épuiser, et hors de question d'avancer à l'aveuglette dans ce magasin, ni de retirer mon bandeau.

Quand j'y repense, la situation est quand même sacrément ironique. Mes yeux se retrouvent bandés par un costume qui a toujours dissimulé l'expression affligée de Cutie Cute face aux agissements d'Euphie. Et l'aveuglance n'en est même pas plus forte.

Après tout, si vous avez déjà les yeux fermés, rajouter un bandeau par dessus ne changera rien.

Plusieurs minutes s'écoulent, et seul mon souffle régulier est audible dans la pièce. Et je commence à avoir quelques fourmis dans les jambes... Forcément, à force de rester dans cette position. Pendant un instant, j'en viens à me demander si Cutie Cute est toujours là ; mais puisque je n'ai entendu aucun déplacement depuis la fin de mon monologue, j'en déduis qu'elle est toujours présente. Sauf si par un obscur maléfice, la véritable forme de la Mimiqui lui permet de se déplacer sans faire de bruit... Je suis presque tenté de l’appeler pour m'assurer qu'elle est bien là, mais je crains de trop brusquer Cutie Cute. Je ne dois surtout pas interrompre sa réflexion...

Et puis soudain, un son. Un son qui me fait relever la tête, en direction de ce que je suppose être sa source. Cutie Cute se déplace. Elle semble retourner quelques objets, farfouiller dans les invendus de la boutique, et ce sans prononcer le moindre mot. Et bien que mon regard se tourne vers elle, moi-même je reste silencieux. Je ne sais pas ce qu'elle fabrique, mais je suppose que je ne vais pas tarder à le savoir.

Et justement, voilà que j'entends un bruit sec. Cutie Cute vient de jeter quelque chose, juste devant moi. Je fronce les sourcils, et attends la suite, mais plus rien ne vient. Je me risque à prendre la parole.

« -... C'est pour moi ?
-Mi. »

A tâtons, je me baisse, et cherche ce qu'elle a jeté. Ma main finit rapidement pas rentrer en contact avec ce que j'identifie être un bout de papier rectangulaire, vraiment petit, que j'attrape en me redressant. J'ai beau le toucher, je ne vois pas ce que je suis censé en tirer.

« -Il faut que j'enlève mon bandeau ? »

Pas de réponse.

« -... Bon... » je pose ma main de libre sur le costume « Je l'enlève, hein. »

D'un mouvement souple, je retire le tissu noué autour de mon visage. Le brusque retour de ma vue se fait sans difficulté, puisque les alentours ne sont pas énormément éclairés : il n'y a qu'une seule ampoule suspendue autour de ma tête, qui créée un petit cercle lumineux au centre duquel je suis assis. Autour de celui-ci, je vois vaguement quelques étagères et autres objets éparpillés, mais la plupart sont plongés dans l'ombre et non clairement discernables. Je suppose d'ailleurs que Cutie Cute est justement tapie dans cette dernière, puisqu'elle est toujours en dehors de mon champ de vision.

Mes yeux s'abaissent sur les deux objets que je tiens. D'abord, le costume de Cutie Cute, qui après avoir été déchiqueté une première fois par Euphie, l'a visiblement été une deuxième fois par sa propriétaire. Elle l'a ensuite roulé sur lui-même pour en faire un long tissu, qu'elle a ensuite noué autour de ma tête...

Le deuxième objet, celui que Cutie Cute vient de me jeter, est une carte. Elle a l'air tirée d'un livret de jeu pour jeune enfant, ou d'une quelconque autre activité d'éveil, du moins à en juger la simplicité du dessin.

C'est une carte qui représente une petite fille avec des tresses, les yeux baissées, et les mains derrière le dos, sur un fond violet. Juste en dessous, un mot est écrit. « Regret ». Désolée. Je l'observe quelques secondes, et relève la tête pour scruter l'obscurité.

« -... Tu es désolée, c'est ça ?
-Mi. »

Surgissant de l'obscurité, une autre carte atterrit juste devant moi. Je pose la première et ramasse celle venant d'arriver, pour ensuite l'observer. Cette fois-ci, elle représente un garçon, entouré de bleu, les cheveux courts, et qui se frotte un œil rougie par les larmes. Le mot en bas indique « Tristesse ».

Je relève la tête, et tente un sourire réconfortant.

« -C'pas bien grave, tu sais. T'as pas à être peinée... Si tu acceptes de retourner voir Euphie et que vous voulez bien discuter ensemble, il n'y aura plus de quoi être triste. »

Une nouvelle carte arrive. Je dépose la seconde, et attrape la suivante, avant de froncer les sourcils. Le fond est maintenant rouge, et représente un autre garçon, ayant cette fois-ci une expression énervée et des petits gribouillis au dessus des cheveux. « Colère ».

« -... Tu es encore énervée après elle ? »

Contrairement ce à quoi je m'attendais, sa réponse est négative.

« -Qui. »

Perplexe, je penche la tête sur le côté.

« -Envers moi ?
-Qui.
-... Envers toi ?
-... Mi. »

J'écarquille légèrement les yeux, surpris.

« -Quoi ? Mais il faut pas, enfin...  » je souris à nouveau « Ça arrive à tout le monde de faire des erreurs, tu sais... Tu n'as pas à t'en vouloir pour celle-là. Et puis, t'étais pas vraiment en tort... » je hoche la tête, assuré « L'essentiel, c'est que nous pardonnons tous les fautes des autres, d'accord ? »

Aucune réponse. Cutie Cute ne réagit plus pendant plusieurs secondes, avant de finalement me renvoyer une carte. Je la ramasse, et l'identifie aussitôt comme un deuxième exemplaire de la carte « Regret ». Désolée.

« -Que... ? Mais enfin, je t'ai déjà dit que c'était pas la peine de... »

Elle m'interrompt en envoyant un autre carte. Je la récupère. C'est toujours la même. Désolée.

« -Cutie Cute, puisque je te dis... »

Elle en envoie encore une autre. Je la ramasse. Désolée.

« -Mais pourquoi est-ce que tu... ? »

Nouvelle carte. Désolée.

« -Cutie Cute, arrête, ça ne sert à rien de t'apitoy- »

Elle jette subitement tout un paquet de carte à mes pieds. Toutes violettes. Désolée.  Désolée. Désolée.

Je me lève, soudainement paniqué.

« -Cutie Cute ! Ce n'est pas drôle, je t'en prie, arrête ! »

J'entends un mouvement autour de moi. Je me retourne, cherchant à apercevoir la silhouette du Pokémon dans l'ombre, mais ne parviens pas à voir au delà de l'espace éclairé par l'ampoule.

Désolée.

« -Mais qu'est-ce qui ne va pas, enfin ?! »

Soudainement, je sens quelque chose m'attraper la cheville. J'ai tout juste le temps de le réaliser qu'elle me tire en arrière, et me fais tomber au sol. J'ai un hoquet étouffé, et cherche par réflexe à m'aggriper aux objets autour.

« -AÏE !... Cutie Cute ?! Qu'est-ce que tu fais ?! »

Elle commence à me tirer en arrière, et aussitôt, je cherche une prise quelconque sur les cartes violettes éparpillées devant moi. Je ne parviens qu'à en faire glisser quelques unes, de la même façon que la Mimiqui me fait glisser vers elle. Désolée.  Désolée. Désolée. Désolée.  Désolée. Désolée.

« -Non ! Arrête ça ! A-arrête ! Cutie Cute ! »

Je ne parviens pas à me retenir. Tout mon corps est tirée vers l'arrière, entraîné par mes pieds, et disparaît petit à petit dans la pénombre.

Désolée.  Désolée. Désolée. Désolée.  Désolée. Désolée. Désolée.
Désolée.  Désolée. Désolée. Désolée.  Désolée. Désolée. Désolée.

« -N-Non ! Lâche-moi ! Arrête !.. N-Non ! »

Mes cris semblent désespérés. Une puissante peur m'envahit alors que je vois mes bras quitter à leur tour le halo de lumière, sans que je ne puisse rien faire d'autre que me laisser emporter.

« -CUTIE CUTE, JE T'EN SUPPLIE ! »

Mes doigts, derniers de mes membres encore éclairés par l'ampoule, tentent misérablement d'aggriper le recoin d'une dalle de carrelage. Mais à peine est-ce que j'émets une seconde de résistance qu'ils lâchent... Et que je suis définitivement entraîné dans l'obscurité.

« -CUTIE CUUUUUUUUUUTE ! »

***

Sous moi, du sable.

Non loin, l'écho des vagues.

Autour de ma tête, un bandeau.

J'écarquille brusquement les yeux. Je me redresse, en panique, et arrache le tissu noué autour de mon crâne. Le souffle haletant à cause de la panique, je lâche une complainte douloureuse lorsque revient la lumière du jour une fois le bandeau retiré. J'ai ensuite besoin de quelques secondes d'adaptation à la luminosité, avant d'enfin pouvoir observer les environs.

Je me relève, mais avec maladresse, et manque de chuter par déséquilibre. Une fois stable, je balaye la plage du regard. Je suis de retour sur la Route 14. Et dans ma main se trouve le costume déchiqueté de Cutie Cute.

Mes yeux cherchent alors frénétiquement l'Ancien Site Bradley Prix. Il est juste derrière moi. Sans réfléchir plus que ça, je me précipite vers l'entrée, franchissant les marches d'escaliers en quelques secondes et m'écorchant légèrement le bras au passage du grillage. Arrivé devant, j'attrape la poignée et tente de l'ouvrir, mais ne fais que vainement agiter les bras. Je plaque alors mon épaule contre la porte, et tente de la pousser, pour ensuite donner des coups de pieds dedans dans l'espoir de l'ouvrir.

« -CUTIE CUTE ! LAISSE MOI ENTRER ! »

Je continue de forcer l'ouverture de la porte, mais en vain. Finissant par la lâcher, j'observe brièvement les alentours du magasin délabré, et fais quelques pas le long de celui-ci. Toutes les fenêtres sont fermées et barricadées... Je tente, l'espace d'un instant, de retirer la planche qui entrave l'une d'entre elles, mais en vain. Je regarde alors, en avisant l'angle du mur, s'il n'y a pas moyen d'entrer par derrière, mais constate qu'il est impossible de contourner le bâtiment sans passer par d'énormes buissons épineux. Même en le voulant, je n'arriverai pas à passer. Désespéré, je me retrouve à tourner en rond devant l'entrée, tout en me saisissant les cheveux des deux mains.

« -Merde merde merde merde, qu'est-ce que je fais ?!
-Ch'kaaaaa! »

L'appel d'Oz m'incite à me retourner, et me permets ainsi de voir le Pikachu arriver au pas de course. Franchissant en quelques secondes la distance qui nous sépare, ainsi que les marches d'escaliers, le starter, visiblement parti à notre recherche, vient se poster devant moi pour me lancer un cri anxieux.

« -Chu ka pi ?
-Non, ça va pas du tout ! Cutie Cute est enfermée à l'intérieur de ce magasin, et impossible d'y accéder !... Attends, qu'est-ce que t'as, autour du... ? »

Oz baisse les yeux sur le collier en fleur d'Alola de la Mimiqui, renoué à la va-vite, et qu'il a supposé plus judicieux d'emmener avec lui. La présence de cet objet m’amène alors immédiatement une autre question à l'esprit, que j'adresse aussitôt au Pokémon.

« -Et où est Euphie ? »

Le Pikachu me pointe du doigt la direction du Centre Pokémon. Je fixe quelques secondes la-dite direction, avant de pivoter sur moi-même pour à nouveau faire face à la devanture du magasin.

« -Bon, j'espère qu'elle va pas faire de bêtise là-bas. Faut qu'on trouve un moyen d'entrer !
-Pi ! »

Après avoir hoché la tête, Oz vient se positionner devant l'entrée, et faisant illuminer sa queue, prépare une attaque Souplesse. Il bondit, et vient percuter la porte, mais celle-ci remue à peine, tandis que le Pikachu retombe à quatre pattes avec une expression perplexe. Il recommence la capacité, mais arrive au même résultat. Lui comme moi nous demandons alors pourquoi elle reste ainsi figée, mais la réponse me vient soudainement à l'esprit.

« -Merde ! Les poutres ! » Oz tourne vers moi un regard interrogateur « Tout à l'heure, quand je la cherchais, je suis renté à l'intérieur, et l'infrastructure qu'il y avait au plafond s'est effondrée. Cutie Cute m'a tiré de là, mais... Elle a fini par me jeter dehors. Et je ne sais pas comment elle s'y est prise, car les poutres bloquent la porte d'entrée.  » je me gratte le front et plisse les yeux « Elle les a peut-être simplement dégagées pour ensuite les remettre.  » je me retourne, et donne un coup de pied dans un gravats, frustré « Raaah ! Ça m'énerve ! »

Alors que je me remets à faire les cents pas, Oz baisse les yeux en une mine piteuse. Après deux-trois allers-retours, je finis par m'asseoir sur une pierre, et me frotte les yeux avec un air fatigué, quelque peu dépassé par l'événement. Mon starter tente cette fois-ci de passer au travers des vitres condamnées, mais le résultat est le même.

Perdu dans mes pensées, je fixe la porte d'entrée de l'Ancien Site Bradley Prix. Je me lève alors d'un seul coup, et me dirige droit vers celle-ci, pour frapper dessus avec trois coups secs. Puis j'élève la voix.

« -Cutie Cute ! Je sais que tu m'entends ! Je... Je t'en prie, tu peux pas nous laisser comme ça. Tout ce qu'on a accompli depuis ces derniers mois, ça n'a plus d'importance, à tes yeux ? Tu... Tu serais prête à tout abandonner pour si peu ?... Réellement ?... » mon regard se fait suppliant « Je t'en prie, montre au moins que tu t'intéresses un minimum à nous...»

Silence. J'attends, une seconde, deux secondes, trois secondes, dans l'espoir d'un quelconque mouvement en provenance de l'intérieur du magasin. Mais rien. Mes paroles sont accueillies par le plus grand des vides. Plus par frustration qu'autre chose, je plaque une dernière fois ma main contre la porte avec un son mât, puis me tourne vers mon starter.

« -... Oz ? Je peux avoir le collier, s'il te plaît ? »

Le Pikachu lève la tête vers moi, puis acquiesce, avant de s'approcher pour que je puisse le saisir. Je l'attrape tout en remerciant mon starter, puis passe le collier de fleur d'Alola sur la poignée de la porte d'entrée du magasin. Je regarde ensuite le costume de Cutie Cute en lambeaux, toujours dans ma main, et pousse un profond soupir, pour finalement fixer l'avant du bâtiment.

J'ouvre alors la bouche pour lâcher un dernier mot.

« -... »

… Mais aucun son ne sort.

Les yeux humides, je me détourne du collier, et m'éloigne du magasin au pas de course. Oz me suit du regard avec un air légèrement paniqué, observe la porte, m'observe moi, et se lance à ma poursuite avec hâte.

« -Ka pi ?! »

Résigné, je dévale les marches d'escaliers tout en regardant droit devant moi.

« -On s'en va.
-Ka ch-
-On s'en va, Oz. »

Je m'arrête, et me retourne pour dévisager mon starter, tout en lui désignant l'ancien site Bradley Prix du doigt.

« -Cutie Cute m'a jeté dehors. J'ai discuté avec elle pendant tout le temps que j'ai passé à l'intérieur de ce fichu bâtiment et elle m'a foutu dehors avant de bloquer la porte ! Ce n'est pas la peine d'insister, je...  » je me retourne, et reprends ma marche   « Je repasserai ici demain. Et si elle n'a pas changé d'avis d'ici là... »

Je prends une profonde inspiration.

Mais ne parviens pas à prononcer la suite.

***

« -EUPHIE ! »

C'est presque les yeux en larme que je déboule dans l'arrière salle du Centre Pokémon, où patiente la Pichu. Celle-ci est assise sur un canapé, et se lève d'un bond en me voyant arriver. Oz rentre à ma suite dans la pièce, mais se contente de s'asseoir près de la porte, en pur observateur. Quant à moi, je me rapproche d'Euphie et, encore chamboulé par la fuite de Cutie Cute, la fusille du regard.

« -J'espère que t'es fière de toi. »

Elle veut aussitôt protester, mais je la prends de vitesse.

« -ELLE EST PARTIE POUR TE LAISSER EN PAIX. Elle s'est mise en tête que sa présence dans l'équipe était nuisible à ton bonheur et ELLE EST PARTIE. Tout ça parce que tu as été incapable de venir me parler quand ça n'allait pas et que tu as préféré lui pourrir la vie !   »

Euphie affiche une expression surprise en apprenant le départ de Cutie Cute, mais se braque malgré tout. En guise de réponse, elle me sort toutes sortes de piaillement indignés donc je ne comprends rien, à part qu'ils n'ont absolument rien d'amical.

« -Pi pi pichu ! Chu pi pichu, pi ! Pi chu chu ! Pi !
-Tu peux protester autant que tu veux, CA CHANGERA RIEN ! Tu as TOUT foutu en l'air ! Tu... Tu... Aaaaargh ! » mon regard se fait un peu plus insistant tandis que je pointe le sol du doigt « Demain, je reviendrai ici, SEUL, et si jamais Cutie Cute souhaite nous abandonner pour de bon... » je serre les poings, et me détourne d'Euphie, les yeux rouges « Bordel, t'as plus intérêt à te plaindre de quoi que ce soit, ma vieille. »

Sans attendre de réponse quelconque, je m'en vais, le pas lourd, et passe devant Oz pour sortir. Je referme la porte de la pièce sans la moindre délicatesse, et viens me coller contre le mur à l'extérieur, complètement à vif. Mon cœur bat la chamade, entraîné par la colère, et je tente vainement de reprendre mon calme avec de longues expirations. Mais plus l'adrénaline de l'énervement diminue, et plus je sens monter en moi les larmes provoquées par la dispute, et ce qui l'a induite. Je déglutis, me prends le visage dans les mains, et respire bruyamment, en attendant que ça passe.

Il n'y a plus rien d'autre à faire que d'attendre, désormais.

@Eques sur Never-utopia.



« Adieu. Et sache désormais... Que tu m’es insignifiant. »
Ginji Labelvi
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t780-c-est-par-la-la-sortie-oups-je-suis-alle-trop-vite
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t799-ginji-labelvi-voltali
Icon : Pikachu Explorateur, à votre service !
Taille de l'équipe : 25 / 31
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 20 ans
Niveau : 100
Jetons : 1587
Points d'Expériences : 4235
Pikachu Explorateur, à votre service !
25 / 31
Sinnoh
20 ans
100
1587
4235
pokemon
Pikachu Explorateur, à votre service !
25 / 31
Sinnoh
20 ans
100
1587
4235
Ginji Labelvi
est un Topdresseur Spé. Type
Ginji Labelvi
      rp solo



« Aveuglance »



***
31 Août 2017, Alola



Elle est partie.

Cutie Cute est partie.

Après ma dispute avec Euphie, il m'aura fallu m'expliquer et m'excuser auprès de l'infirmière du Centre Pokémon, pour ensuite l'aider à réparer les dégâts du mieux que je pouvais. Mais puisque j'étais encore sous le coup de l'émotion, celle-ci m'a envoyé me reposer, ce que j'ai fait sans rechigner.

Puis nous avons quitté le Centre Pokémon, et sommes repartis en direction de Ohana. Le trajet s'est fait dans le plus grand des silences, et sous la plus grande des tensions. Euphie et moi ne nous sommes pas adressés un seul mot, ni même un regard, tandis que Oz s'est renfermé dans sa consternation.

Et cela ne s'est guère amélioré à notre retour chez Madame Étoile. A peine ai-je annoncé l'absence de Cutie Cute à mes coéquipiers, et présenté son costume déchiqueté, que je suis parti, préférant aller marcher seul dans le village plutôt que de narrer cette fichue histoire. J'ai préféré laisser à Oz le soin de s'en charger.

Le lendemain, après une nuit de sommeil inexistante, je suis allé à Ho'Ohale, avec pour seule compagnie un sac, des Pokédollars, et la Pokéball vide de Cutie Cute. J'ai traversé la Route 4, pris un bateau, traversé Malié, les Routes 11, 12, et 13, le Village Toko, puis la Route 14.

Arrivé devant l'Ancien Site Bradley Prix, j'ai remarqué l'absence du collier. Ce que j'ai pris pour une lueur d'espoir s'est avéré être rien d'autre qu'une profonde déception, puisque passée une journée entière assis devant l'entrée du magasin, je n'ai pas eu le droit à un seul signe de vie.

Pas un seul.

A la nuit tombée, un promeneur m'a poussé à rentrer au Centre Pokémon. La mort dans l'âme, et dans un profond mutisme, j'ai effectué tout le trajet de l'aller en sens inverse, et suis retourné au domicile de Madame Etoile boucler mes dernières affaires avant mon départ d'Alola.

Et me voilà.

Le visage ravagé par l'absence de sommeil, je me tiens sur le ponton du ferry nous ramenant à Lansat. Pour la je-ne-sais combientième fois, j'ai préféré m'isoler de mes autres Pokémon, restés en cabine, et m'enfermer seul dans mon chagrin.

Les yeux perdus dans le vide, dirigés vers les vagues, je ne pense plus à rien. Je n'ai plus la force de réfléchir à quoi que ce soit, en fait. Ce que j'aurai pu faire pour ramener Cutie Cute, empêcher son départ... Quedale. Je n'ai même pas l'énergie de me reprocher mon incapacité à m'occuper de mes Pokémon... Je suis plus qu'une sorte de coquille vide, et ça, je l'ai bien compris.

Je n'ai jamais perdu de Pokémon. Les deux seuls dont je me suis séparé ont été offerts à la naissance à Djelly, qui était bien plus apte à s'en occuper. A chaque fois que l'un des miens s'est enfui, perdu, fait kidnapper, manipuler, ou que même moi j'ai été enlevé à eux, nous avons finis par nous retrouver. Les liens qui nous unissaient n'ont alors été que plus forts, et notre famille pouvait reprendre sa vie heureuse.

Mais cette fois-ci... Impossible de faire demi-tour. Le ferry est parti, et déjà, je peux voir s'éloigner l'île d'Ula-Ula, sur laquelle est restée Cutie Cute. Sans même un aurevoir. Sans même un adieu. Sans même...

Je me mords la lèvre inférieur, et ferme les yeux en sentant l'humidité revenir. Bordel. C'est vraiment pas évident...

De faibles bruits de pas attirent alors mon attention. Mollement, je me retourne, et vois arriver vers moi... Euphie, la mine piteuse.

Bien que surpris par sa venue et son air désolé, je me détourne d'elle pour à nouveau regarder le vide, et l'ignore. J'entends bien que la Pichu a une seconde d'hésitation, puisqu'elle a arrêté de marcher dans ma direction, mais reprend toutefois sa marche pour arriver à ma hauteur. Puis, de quelques bonds, elle grimpe sur le rambarde du navire, et s’assoie à côté de moi, en fixant elle aussi l'horizon.

Elle ne prononce pas un son, et moi non plus. Nous restons tous deux là, à observer le ferry s'éloigner lentement de l'archipel d'Alola, et n'échangeons pas un seul regard.

La scène aurait pu durer longtemps si Euphie n'avait pas fini par baisser la tête en lâchant un son peiné.

« -Pi. »

Je ne réagis pas. Les yeux toujours fixés sur l'océan, j'attends quelques secondes avant d'enfin prendre une profonde inspiration, pour ensuite lâcher une phrase amère.

« -C'est des excuses ?
-... »

Euphie ne répond pas, mais hoche lentement la tête, le regard rivé sur ses pattes antérieures. Je soupire, mi-fatigué, mi-agacé, et me retourne, pour m'appuyer dos à la rambarde.

« -... Tu sais ce qui m'énerve le plus ? »

La Pichu tourne vers moi un regard interrogateur, et je baisse les yeux.

« -Cutie Cute s'en est allée parce qu'elle pensait qu'elle était une gêne à notre relation. Comme elle accaparait toute mon attention, et que tu en pâtissais... »

Je plisse les yeux.

« -... Elle s'est dit que la solution la plus simple était de partir. »

Je tourne la tête, toujours dos à la mer, et observe vaguement l'océan.

« -Mais je pense pas arriver à être réellement heureux, après ça. »

Euphie baisse la tête, peinée. Elle n'ose plus prononcer le moindre son, rongée par la culpabilité, alors que le silence revient s'installer parmi nous. Seuls le souffle du vent s'engouffrant dans les infrastructures du ferry et le bruissement des vagues sont audibles, pendant que, dans une ambiance morose, la Pichu et moi-même regardons la mer.

Le cœur serré, j'avise les côtes de l'île d'Ula-Ula. Ce ferry est bien long à avancer... On voit sans aucune difficulté la plage sur laquelle m'a abandonnée Cutie Cute, recouverte d'un sable noir bien particulier. Cette pensée m’amène aussitôt à visualiser les retrouvailles avec mon Pikachu devant la boutique, et je ne peux m'empêcher de lâcher une remarque cynique.

« -Dire que ça aura même obligé Oz à traverser toute une plage. Alors qu'il déteste le sable... Tss. Quelle idée de faire construire un magasin là, aussi. » je plisse les yeux, et serre les dents en repensant au nouvel habitat de la Mimiqui « Foutue boutique. »

Bon, elle n'y est certes pas pour grand chose, mais tout de même... Ce lieu lugubre et obscur restera à jamais gravé dans ma mémoire, pour sûr. Plus jamais je ne verrai un magasin comme avant, dorénavant...

Au moment de me retourner, je remarque que Euphie me dévisage avec une expression bien pensive. Je fronce les sourcils, et penche la tête sur le côté, alors que la Pichu m'indique de la patte l'île d'Ula-Ula.

« -Chu pi ? »

Je fixe l'île. Qu'est-ce qu'elle veut savoir ? Je la dévisage avec un air perdu, tandis que je tente une réponse hasardeuse.

« -Hmm ? Ouais, c'est là-bas qu'on était hier, si c'est ça ta question. » je fais un petit mouvement du menton pour désigner l'endroit « Cutie Cute s'est enfermée dans un bâtiment abandonné, sur la plage d'en face. »

Elle baisse les yeux, piteuse. Je l'observe, mais ne dis rien, pas vraiment certain de pouvoir la réconforter. En toute franchise, j'ai encore une certaine amertume envers ma partenaire pour y arriver... Et je mens trop mal pour tenter l'hypocrisie. Cutie Cute est partie à cause des agissements d'Euphie et de ma passivité, c'est un fait. Nous sommes entièrement responsables de son départ, et ça, on ne peut rien faire d'autre que l'assumer.

N'ayant visiblement plus rien d'autre à faire ou à dire, Euphie se retourne, et saute de la rambarde pour atterrir sur le ponton du ferry. Je ne lui jette pas un seul coup d’œil tandis qu'elle repart lentement vers notre cabine, et qu'elle me laisse à nouveau seul à contempler le rivage. Le petit son produit par ses pas s'estompe rapidement lorsqu'elle s'engouffre à l'intérieur du navire, et je ne peux plus que patienter sagement en attendant que nous quittions l'archipel d'Alola. Sans Cutie Cute...

Je pensais être enfin tranquille pour le reste du trajet, mais à peine quelques minutes après le départ d'Euphie, de nouveaux bruits de pas approchant de ma direction se font entendre. Sauf qu'en plus d'être visiblement plus nombreux... Ils semblent aussi un peu plus précipités.

J'ai tout juste le temps de me retourner, et je vois Meg bondir sur la barrière du ferry. Euphie, juste derrière elle, saute à son tour, mais sur le dos de la Loupio.

Et mon regard croise à peine celui déterminé de ma Pichu qu'elles sautent tous deux à l'eau.

Mon sang ne fait qu'un tour alors que je me penche au dessus du vide. Les yeux écarquillés, je vois Meg atterrir dans l'eau, et commencer à nager en direction... D'Ula-Ula ?!

« -Mais... QU'EST-CE QUE VOUS FAITES ?! »

Euphie, perchée sur son dos, se contente de se retourner et de lever une patte à mon attention avec assurance. Complètement dépassé par l'événement, je me retrouve à bêtement observer mes deux Pokémon quitter le navire, avant de finalement me décider à bouger. Je me retourne, et pars en courant en direction de ma cabine, lâchant sur ma route quelques injures.

« -Bordel, ça n'en fini pas les conneries ?! »

Arrivé devant ma porte, pas complètement fermée, je l'ouvre d'un seul coup et fais ainsi sursauter la plupart de mes Pokémon présents. Tous sont plus ou moins installés confortablement dans la pièce et tentaient de trouver le sommeil, mais tournent maintenant vers moi des regards interloqués.

« -EUPHIE ET MEG SE SONT BARREES ! SOUL, PAR ICI ! »

Le Limonde ouvre mollement un œil, d'abord désintéressé, mais se montre toutefois plus réactif à l'entente de mes paroles. Se précipitant à mes pieds, je n'attends pas une seconde de plus pour repartir à l'extérieur du ferry, tandis que j'entends quelques uns de mes autres Pokémon cavaler à notre poursuite.

Déboulant dehors, Soul vient se placer devant moi, et je grimpe dessus sans attendre. Il se concentre alors pour ensuite légèrement s'élever grâce à l’électricité statique, tandis que Oz, Lucina, Spark et Aegta nous rejoignent en trombe. Je me contente de quelques paroles à leur attention, avant que le Limonde ne nous fasse passer par dessus la rambarde.

« -Enfermez-vous dans la cabine, et que personne ne sorte avant notre retour ! »

Je n'ai pas le temps de recevoir une quelconque confirmation, que déjà Soul se retrouve dans l'eau et moi les pieds humides. J'ai besoin d'une petite seconde pour retrouver mon équilibre sur le Limonde, qui n'attend pas plus pour partir en direction de la destination indiquée.

Complètement déstabilisé par cette brusque fuite, je jette un regard en arrière pour voir le ferry partir à vive allure. Est-ce qu'on aura le temps de le rattraper ? Aucune idée, mais déjà, récupérer Meg et Euphie, et ensuite... On avisera, je suppose.

Pendant que quelques gouttelettes viennent me frapper le visage, je serre les poings en avisant l'île qui se rapproche. Comme si pousser ma Mimiqui à quitter l'équipe ne lui a pas suffi, il faut en plus que Euphie implique d'autres compagnons dans ce bordel !

***

« -Ici, Soul ! »

Obéissant, le Limonde vient s'échouer sur le sable noir de la Route 14, juste devant les escaliers menant à l'Ancien Site Bradley Prix. Après avoir posé un pied par terre, je me retourne, et observe le ferry ne devenir qu'un point dans l'horizon. Je vais être bien, tiens, pour expliquer tout ce bordel à l'académie...

Soul lance un petit cri pour capter mon attention, et me désigne du bout de la nageoire des petites empreintes dans le sol. Euphie et Meg. Elles sont montées dans le magasin ?... Attendez, ne me dîtes pas qu'elles tentent de récupérer Cutie Cute ?!

Je fais signe à mon Pokémon de me suivre, et m'élance vers les escaliers. Puisque l'accès à l'Ancien Site Bradley Prix est totalement bloqué, on ne devrait pas tarder à les retrou-



Pourquoi la porte du magasin est grande ouverte ?!

Je m'arrête juste devant l'entrée béante du bâtiment. Où sont passés tous les encombrements ?!

« -Vous êtes le dresseur des deux Pokémon qui viennent de passer ? »

Je me retourne brusquement, pour me rendre compte qu'une jeune fille, d'approximativement mon âge, s'est glissée dans mon dos. Elle n'est pas bien grande et possède de courts cheveux violets rattachés par une broche étrange, ainsi qu'une tenue raccommodée avec toutes sortes de tissus. Son sourire se veut amical, mais me paraît quand même un peu... Bizarre.

« -Euh o-oui ! » je me retourne pour observer l'entrée « Mais je pensais les récupérer ici, cette porte était bloquée jusqu'à hier.
-C'est parce que je viens de déblayer l'entrée avec mes Pokémon ! ♪ Comme le lieu est utilisé pour les Épreuves du Tout des Îles, je ne pouvais pas le laisser comme ça...
-Ok, c'pas grave. Désolé, mais je dois les rattraper ! Soul, par ici ! »

Sans même prendre la peine de saluer la demoiselle, je rentre dans le magasin à toute vitesse, suivi de mon Limonde. Mais ce n'est pas parce que la porte est grande ouverte que la luminosité est meilleure à l'intérieur : les volets sont toujours hermétiquement clos, et les lieux restent dans un état lamentable. On ne peut d'ailleurs pas directement traverser le magasin, puisque tout un tas d'encombrement oblige à faire tout un détour par les caisses enregistreuses. Pendant notre course, je crois bien apercevoir quelques objets en mouvement et pense alors retrouver mes Pokémon, mais ce n'est à chaque fois que des fausses alertes. Mon Limonde et moi-même passons ainsi d'étagères en étagères, tandis que nous nous enfonçons de plus en plus dans le magasin.

« -Meg! »

Je remarque justement la Loupio postée sur l'une d'entre elles. En entendant son nom, elle se retourne, et lance un petit piaillement enjoué en me voyant. Je me précipite vers elle, et la noie sous les questions.

« -Meg! Tu vas bien ? Qu'est-ce qui t'as pris de faire ça ? Où est Euphie ? »

Le Pokémon se contente de répondre à ma dernière question en m'indiquant de la patte un espace juste derrière elle. Je regarde la zone indiquée... Et reconnais immédiatement l'ampoule sous laquelle Cutie Cute m'avait déposé après m'avoir secouru. Postée juste devant le halo de lumière dessiné par la lampe, une Pichu, immobile, et qui fixe droit devant elle...

… Une Mimiqui arborant un magnifique collier de fleur.

« -Euphie, Cutie ! »

Je délaisse complètement Soul et Meg, et rejoints les deux Pokémon postées un peu plus loin. Elles se tournent d'ailleurs vers moi en me voyant arriver, mais Euphie m'interrompt aussitôt.

« -Pichu ! »

Me pointant de la patte, la Pichu m'ordonne de ne pas faire un pas de plus. Je m'arrête et la dévisage, interloqué.

« -Quoi ? Est-ce que au moins tu vas me dire à quoi rime tout ce bordel ?! » je ne lui laisse pas vraiment le temps de répondre et me tourne plutôt vers Cutie Cute « Et toi ! Pourquoi... Pourquoi ce silence ? Je croyais que nous étions amis, bon sang... C'était vraiment nécessaire de disparaître sans plus laisser de trace ? »

En croisant mon regard désespéré, la Mimiqui affiche une expression peinée, mais quelques paroles d'Euphie à son attention récupèrent bien vite tout son intérêt. S'élançant dans une série de piaillements divers et variés, la Pichu semble en effet lancée dans un long monologue, duquel... Je ne comprends absolument rien, on ne va pas se mentir. Les deux Pokémon sont calmement postées l'une en face de l'autre (ça change de la scène du Centre Pokémon, déjà), et Euphie veut vraisemblablement mettre les choses au point avec Cutie Cute.

En comprenant cela, je juge bon de faire quelques pas en arrière.Tant qu'elles n'en viennent pas aux poings... Je me dis que cette discussion peut sans doute avoir du bon. C'est dans ces moments là que je regrette de n'avoir aucun moyen de communication avec mes Pokémon... Si j'avais eu un compagnon Psy capable de télépathie, j'aurai sans doute pu prendre part à la discussion, mais dans l'état actuel des choses, je ne peux rien faire d'autre que d'écouter. Écouter, et tenter tant bien que mal de comprendre...

Souvent, je me fais la remarque que s'ils pouvaient clairement me dire ce qu'ils ont à dire, la vie avec mes Pokémon serait beaucoup plus simple. Peut-être même que cela m'aurait épargné bien des soucis, vis-à-vis de cette histoire... Ce besoin de compréhension se fait d'autant plus grand qu'il y a deux ans, j'ai eu la possibilité de parler en illimité avec mes partenaires sur une durée de trois jours. Je sais ce que ça fait, et c'est loin d'être désagréable... Cela me manque presque, en fait. J'envie souvent Loan, qui peut sans aucun mal dialoguer avec ses Pokémon grâce à ses nombreux partenaires Psy. Les problèmes doivent se régler plus facilement au sein d'une équipe capable de communiquer, non ?

J'avoue ne pas trop savoir. Sur le papier, ça paraît en effet logique, mais... J'ai un peu l'impression de me chercher des excuses. Comme si je rejetais mon incapacité à gérer les soucis de mes Pokémon sur un problème de langage. Alors que pourtant... Juste en tendant un peu l'oreille... En prêtant attention à leurs faits et gestes... Après tout, j'étais conscient qu'il y avait quelques tensions entre Euphie et Cutie Cute, non ? Je n'ai simplement pas réalisé l'ampleur de celle-ci... Et est-ce que pouvoir entendre leurs voix m'y aurait aidé ?... Arf. Je n'en ai aucune foutue idée.

Je soupire, alors que les deux Pokémon continuent leur face à face. Euphie semble monopoliser la plupart du temps la parole. Elle lance toutes sortes de piaillements en jetant quelques fois des regards aux alentours, ayant visiblement un peu de mal à fixer Cutie Cute droit dans les yeux, comme si elle n'assumait pas tout ce qu'elle disant. La Mimiqui, elle, reste totalement immobile et écoute Euphie, l'interrompant de temps à autres pour répliquer une remarque sanglante. J'ai l'impression que la Pichu tente de se justifier auprès d'elle, mais que Cutie Cute reste vexée par ce qu'elle a fait, et n'hésite pas à lui reprocher ses méfaits.

Et puis, Euphie semble s'enflammer. Ses cris se font un peu plus aigus, un peu plus forts. Elle jette maintenant à Cutie Cute un regard presque désespéré. Cette dernière détourne légèrement les yeux, et cherche visiblement à se désintéresser de son discours.

La Pichu fait alors un pas en direction de son interlocutrice. Celle-ci est surprise, mais s'abstient de reculer en voyant qu'Euphie... Se jette simplement à terre. La tête collée contre le sol, elle se répand en excuse. Du moins, je suppose, à sa voix implorante et ses yeux au bord des larmes. Je hausse les sourcils, surpris de voir la créature culpabiliser au point de se mettre à genoux face à Cutie Cute, puis observe avec inquiétude la réaction de cette dernière.

Elle dévisage avec un air surpris la Pichu. Complètement immobile, elle ne sait trop comment réagir face à l'expression sincèrement désolée de celle qui l'a poussée à quitter l'équipe. Cutie Cute baisse légèrement les yeux, et ne bouge pas d'un pouce, pensive.

Et enfin, elle s'avance. D'un pas timide, elle se rapproche d'Euphie, qui garde toujours les yeux rivés au sol.

Je retiens mon souffle. Cutie Cute est maintenant postée juste devant elle, et Euphie n'ose pas faire le moindre mouvement.

Elle fait un pas de plus, et vient se coller contre la Pichu.

Puis fond en larme.

« -... Quiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii.... »

La partie de son costume se trouvant à hauteur de ses fentes se retrouve rapidement imbibé d'eau, tandis qu'elle vient câliner Euphie avec une expression tout aussi désolée que cette dernière. La Pichu se relève, et tente d’enlacer de ses petites pattes Cutie Cute, avant d'à son tour se laisser aller aux larmes. Les deux pleurent, et laissent s'échapper autant de lamentation que de reniflement ému.

En voyant la scène, je sens comme un poids s'envoler de mon cœur, réconforté par la vue des deux Pokémon acceptant enfin de se rapprocher l'une de l'autre. Derrière moi, j'entends un petit piaillement enthousiaste, venant de la part d'une Meg bien contente d'assister à de telles réconciliations. Je lance un regard apaisé à cette dernière, alors qu'une vive lumière vient soudainement illuminer le magasin.

Alerté, je me retourne pour voir le corps d'Euphie teinté de blanc. Sans lâcher la Mimiqui, sa silhouette se déforme légèrement pour ensuite prendre un peu d'ampleur, jusqu'à arriver à hauteur du costume de Cutie Cute. J'ouvre la bouche, béat, alors que la lumière émanant du corps de la Pichu s'estompe brusquement.

Cutie Cute ne réagit d'abord pas, ne comprenant pas trop ce qu'il se passe. Puis, sentant un soudain changement chez sa camarade, elle recule d'un pas, et dévisage avec des yeux rougies la Pich-... La Pikachu qui lui fait face.

Euphie, visiblement autant interloquée que nous, baisse la tête pour observer son corps, soudain étranger. Elle se retourne alors vers moi pour me lancer un regard presque paniqué, n'étant pas tout à fait sûre de comprendre ce qu'il se passe, tandis que je lui rends un sourire presque paternel. Elle a évolué. Ma petite Pichu a évolué. Recevoir le pardon de Cutie Cute l'a soulagé au point de provoquer son évolution... Elle a mis son ego et sa jalousie de côté, et a littéralement bravé l'océan pour tenter de remettre les choses en ordre avec la Mimiqui, et ainsi rétablir la joie dans notre équipe. Elle ne l'a pas fait que pour elle. Elle l'a fait pour nous. Pour nous tous.

Un petit cri de la part de Cutie Cute l'incite alors à se tourner vers elle. S'étant légèrement reculée, la Mimiqui a retiré le collier de fleur d'Alola qu'elle avait autour du cou... Pour le passer ensuite autour de celui d'Euphie. La concernée l'observe avec un air un peu perdu, avant de se jeter sur Cutie Cute avec un cri euphorique. Le cadeau semble énormément lui plaire...

J'ose enfin m'approcher. Rejoignant les deux Pokémon, je m'agenouille auprès d'elles, et les couve d'un regard soulagé.

« -... Vous êtes magnifiques, toutes les deux. »

Les deux me fixent, avec un sourire sincère chez l'une. Je ne vois pas la bouche de Cutie Cute, mais nul doute qu'elle aussi est heureuse de l'événement. Je baisse la tête, et détourne légèrement le regard, honteux.

« -Je... Je n'ai absolument rien fait pour vous aider. Alors que j'étais conscient de votre problème, je n'ai pas agi, et j'ai même aggravé les choses. En plus de ça, j'ai rejeté toute la faute sur Euphie, alors que je savais pertinemment que-
-Pi ! »

La Pikachu a bondi sur mes genoux, puis mis une petite pichenette sur le nez pour m'interrompre. Je relève la tête, et croise son regard malicieux. Je souris.

« -... Je suis tellement désolé. »

Puis je fonds à mon tour en larme, et attrape Cutie Cute et Euphie d'un seul mouvement pour les serrer contre moi. Toute la fatigue accumulée pendant ces deux derniers jours paraît enfin s'estomper alors que je câline les deux Pokémon avec soulagement. J'ai eu tellement peur que cela ne soit plus jamais possible. J'ai sincèrement cru que c'en était fini. Que plus jamais je ne pourrai voir Cutie Cute, ni la serrer contre moi de la sorte... Et encore moins avec Euphie à ses côtés. Bordel. Sur ce coup là, j'ai une chance totalement inouïe... Tout semble rentrer dans l'ordre.

On va pouvoir rentrer à la maison. Tous ensemble.

Je lâche les deux Pokémon, et après m'avoir brièvement essuyé les yeux à l'aide de mes bras, me relève. Puis j'avise la présence de Soul et Meg un peu plus loin, éclairés par les seules loupiotes de cette dernière, et sourit.

« -Bon. C'est fini. On va... On va retourner sur Lansat, d'accord ? Je... snif... Je sais pas encore comment on va faire, mais on rentre tous, ok ?  »

La Loupio sautille, enthousiaste. Soul se contente d'un vague hochement de tête, et Euphie laisse s'échapper un piaillement joyeux.

Cutie Cute reste parfaitement immobile.

Son regard perdu dans le vide ne m'échappe pas. Perdue dans ses pensées, la Mimiqui semble revenir à elle lorsque ses yeux croisent les miens, et qu'un brusque air apeuré s'affiche sur son visage, comme prise sur le fait. Je fronce les sourcils.

Cutie Cute recule.

… Quoi ?

« -... Cutie Cute ?  »

Elle recule encore. Elle s'arrête alors à l'extrémité du halo de lumière crée par l'ampoule... Puis secoue la tête de droite à gauche avec une expression peinée.

Je la dévisage, stupéfait.

« -... Tu ne veux toujours pas revenir ?  »

Elle baisse les yeux, désolée. J'échange avec Euphie un regard totalement interloqué, tandis que Meg se hâte de nous rejoindre pour elle aussi dévisager la Mimiqui. Inquiète, la Loupio lui lance quelques paroles interrogatrices, mais Cutie Cute ne répond pas. Elle garde les yeux rivés sur le sol, et paraît parfaitement décidée à rester en place.

Je sens la panique me reprendre.

« -Mais... Mais pourquoi ? Je... Je croyais que tu avais pardonné Euphie, et que... Tu es consciente qu'on a besoin de toi, non ? P... Pourquoi tu ne veux toujours pas revenir ?! Qu... Qu'est-ce qui ne va pas, Cutie Cute ? »

Elle lève lentement la tête. Elle nous observe un à un, puis après un bref instant d'hésitation, pivote un tout petit peu sur elle-même, se tournant vers l'obscurité de la boutique.

« -... Mimi. »

Complètement perdu, je tente de suivre son regard pour comprendre à qui elle s'adresse. Et la réponse ne tarde justement pas à apparaître sous nos yeux...

Puisqu'un second Mimiqui sort de la pénombre.

Complètement apeuré par notre présence, il lance à Cutie Cute un regard peu assuré. Celle-ci, d'un nouveau piaillement, l'encourage à avancer, et lentement, il ose enfin venir se placer à côté d'elle pour nous faire face. Surpris par l'apparition de ce nouveau Pokémon, je le détaille pendant un moment, et comprends sans mal à sa gêne apparente qu'il s'agit là d'un Mimiqui sauvage. Je me tourne alors vers Cutie Cute, et cherche à comprendre où elle veut en venir.

« -Tu t'es fait un nouvel ami ?... Tu ne veux pas t'en séparer ? »

Elle ne réagit pas. C'est alors qu'un nouveau mouvement se fait à côté d'elle, à l'opposé du nouvel arrivant... Et qu'un troisième Mimiqui surgit de la pénombre, pour venir se placer à son tour près de Cutie Cute. Il semble tout autant apeuré que son comparse, et ne vient que par la seule recommandation de ma Mimiqui.

J'ouvre la bouche pour surenchérir, mais voilà que toute la boutique autour de nous semble s'agiter. Soul vient précipitamment nous rejoindre, visiblement dérangé par une présence mystérieuse, alors que, lentement, les ténèbres qui nous entourent prennent vie. Quelque chose se meut autour de nous, et ne tarde d'ailleurs pas à prendre la forme... D'un quatrième Mimiqui, qui vient s'approcher du halo de lumière. Suivi d'un cinquième. Et d'un sixième. Et d'un septième. Et d'un huitième qui, à son tour, ose apparaître à notre portée, inspiré par ses partenaires.

Et c'est ainsi que, sous nos regards déstabilisés, toute une horde de Mimiqui sauvage fait son apparition, et nous encercle avec la plus grande des prudences. Ils portent tous le même type de costume, mais de différentes tailles, avec des motifs à chaque fois légèrement différents, et des tissus qui ne sont pas tout à fait le même... Bien rapidement, c'est plus d'une vingtaine de Mimiqui qui nous entourent, et nous dévisagent dans un mélange de crainte et de curiosité.

Je me tourne alors vers Cutie Cute. Elle n'a pas bougé, et est toujours postée devant nous. Elle a beau se trouver parmi d'autres Mimiqui, je peux la reconnaître sans mal. Elle est légèrement plus grande que les autres. Du moins, son costume, l'est. Et puis... C'est Cutie Cute. Ce n'est pas n'importe quel autre Mimiqui.

Les yeux écarquillés, je tente de bégayer quelque chose.

« -Je...  »

Je sens mes yeux redevenir humides.

« -... J'avais oublié pourquoi on était venus, à la base. »

Je dévisage tous les Mimiqui qui nous entourent. Ils me rappellent quelqu'un. Leur vision me remémore une scène, sur une île perdue au milieu de l'océan... La scène d'une Mimiqui apeurée, qui observe avec égarement les inconnus qui lui font face, sans savoir si elle peut leur faire confiance ou non.

Et qui semble désireuse de faire des nouvelles rencontres.

« -Tu... Tu veux les aider, c'est ça ?... Eux aussi... Eux aussi, ils ont peur de nous ? Des autres Pokémon ? Des humains ?... » je me tourne vers Cutie Cute, et ma voix faiblit « Tu veux les aider à se faire des amis ? »

Cutie Cute hoche la tête.

Je porte mes mains à ma bouche, ému.

« -Cutie Cute... »

Une larme coule sur ma joue.

« -Je suis tellement fier de toi. »

Elle aussi veut de nouveau pleurer.

Quittant brusquement ses compagnons, elle se précipite vers nous. Je m'abaisse, et tends les bras pour attraper la Mimiqui, et la serrer contre moi.

« -Je suis tellement heureux. Tellement content. Tu vas pouvoir... Tu vas pouvoir les aider. Tu sauras faire... Tu sauras faire ce qu'il faut. Pour eux tous. »

Euphie et Meg se jettent à leur tour contre nous, souhaitant elles aussi câliner Cutie Cute. Je sens les larmes couler en abondance sur mon visage, alors que je sers, pour ce qui est sans doute la dernière fois, cette adorable Mimiqui contre moi.

« -Tu vas me manquer. Tellement me manquer. A moi, à... A nous tous. Je... Je suis tellement fier de t'avoir eu parmi de nous. De voir comment tu as grandi, comment tu... Comment tu as évolué. Tu es grande maintenant. Tellement grande. Je... »

Ma voix se brise.

« -JE T'AIME, CUTIE CUTE !
-MIMIIIIQUIIIIIIIIII ! »

***
3 Septembre 2017, Lansat

Coucou Powall !

Désolé pour ce moyen de communication un peu arquaï arka arca vieillot, mais c'est le seul moyen que j'avais pour rapidement te transmettre quelque chose. J'ai eu quelques "soucis" avec mon retour sur l'île de Lansat, et avec les préparations de la rentrée et tout, j'ai pas vraiment le temps de te le remettre en mains propres.

Enfin bref.

Si je t'écris cette lettre, c'est pour t'annoncer quelque chose.

Elle est partie. Cutie Cute est partie.

Ce qui peut s'apparenter comme une mauvaise nouvelle s'avère en vérité en être une excellente. Sur Alola, elle a fait la rencontre de toute une horde de Mimiqui, qui était comme elle au moment de sa capture. Seuls, et apeurés, mais désireux de se faire de nouveaux amis, humains comme Pokémon. Elle a donc décidé de rester avec eux pour les aider, de la même manière que je l'ai aidée moi.

Forcément, cela me rend très triste, de ne plus l'avoir avec moi. Surtout que c'est la première fois que je me sépare d'un de mes Pokémon, et... Ce n'est pas vraiment évident, je te l'avoue. Il y a comme un vide qui se fait ressentir après, c'est vraiment étrange. Quand je me lève le matin, que je regarde l'intégralité de mon équipe, puis que je me demande où est passée ma Mimiqui...  Cela me fait toujours un espèce de choc quand je me rappelle qu'elle n'est plus là. Pareil à chaque fois que je vois sa Pokéball... Vide...

Je suppose que cela passe avec le temps. Mais j'ai pourtant l'impression que la douleur de son absence ne s'en ira jamais. Et d'un côté... C'est presque ce que je souhaite. Je ne veux pas l'oublier. Je ne veux pas m’habituer à son absence. Je veux la considérer comme étant toujours là, auprès de nous.

Et puis, je relativise. Elle est heureuse, là où elle est. Ce n'est pas comme si je l'avais perdue dans des circonstances tragiques. Bien que je t'avouerai que j'ai eu très peur, à un moment ! Mais je sais qu'elle est bien dans sa nouvelle famille, et c'est tout ce qui compte pour moi. Tant qu'elle sera heureuse, je serai heureux.

Désolé, j'écris beaucoup, mais ça me semblait important de te dire tout ça. Après tout, tu es son ami, non ?

Et justement, avant qu'on se sépare, elle a tenu à te transmettre quelque chose. Elle tient beaucoup à toi, tu sais ? Tout ce que tu as fait pour elle au cours de l'année précédente, ça compte énormément pour elle. C'est en partie grâce à toi qu'elle a pris confiance en elle. Tu as été comme une sorte de tremplin.

Du coup, elle a voulu te remercier comme il se doit. C'est fait main, donc c'est peut-être pas de la plus grande des qualités, mais... C'est l'intention qui compte, pas vrai ?

J'espère que ce collier de fleur te plaira.

A bientôt, Powall !

Ginji Labelvi ~


HRP :
OK, J'AI CHIALE PUTAIN

Evolution d'Euphie, de Pichu à Pikachu
Je relâche ma Mimiqui!


@Eques sur Never-utopia.



« Adieu. Et sache désormais... Que tu m’es insignifiant. »
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum