Connexion
Pokemon Community :: Archives :: Les Archives :: Année 1

Pokemon adala community

« J’ai juste envie de profiter de cette soirée, et de ce nouveau début de vie… Même si je sais que je ne suis pas encore au bout de mes surprises. »
en savoir plus ?
« Cette mission est déjà un calvaire, alors stp essaie de pas la rendre encore pire, ça m’arrangerait. »
en savoir plus ?
« Je ne suis pas sûr qu’il soit l’heure de distribuer de l’eau bénite, nous savons déjà tous que vous êtes un ange Ranya, mais je suis touché de votre bénédiction. »
en savoir plus ?
« Je me déteste. Je me déteste de toutes mes forces. »
en savoir plus ?
« C'est un fantôme que tu enlaces, Faulkner. »
en savoir plus ?
Le soleil tape. Les gens hurlent. Il en a marre. Ce n’est pas un tournoi. C’est un poisson d’avril.
en savoir plus ?
« Il est beau... Tu en as de la chance... »
en savoir plus ?
Le Deal du moment : -40%
Grosse promo sur les Baskets Nike Air Max 2090
Voir le deal
89.98 €

Deaglán Cadigan
Région d'origine : Johto
Âge : 33 ans
Niveau : 50
Jetons : 0
Points d'Expériences : 1007
Johto
33 ans
50
0
1007
pokemon
Johto
33 ans
50
0
1007
Deaglán Cadigan
est un Nouveau Membre
La matinée était belle, le ciel jaune et le soleil bleu, ou bien était-ce l’inverse ? Le zéphyr se glissait délicatement dans les champs de fleurs qui bordaient l’académie, entretenus avec passion par Bonzai encore à l’ouvrage. Cependant, malgré ce tableau idéal, Deaglán restait séquestré dans son bureau. Belle avait décidé qu’il était l’heure de trier les dossiers des futurs étudiants de l’établissement qui ne tarderaient pas, en cette veille de pré-rentrée, à envahir les dortoirs comme de vulgaires troupeaux de bétail. Sous l’œil sévère de la belle plante, le directeur s’affairait à cette organisation qui était plus longue et ennuyeuse en soi que difficile, un œil rivé sur son bureau et l’autre rêveur regardant par la fenêtre les pétales de fleurs voler au gré du vent… bon le tableau n’était peut-être pas si idyllique, mais dans son enfermement c’est le sentiment qu’il en avait.

Belle ne le lâchait pas des yeux, une liane dressée prête à le fouetter au premier signe de relâchement. Malgré tout, Deaglán ne pouvait se résigner à passer cette magnifique matinée cloitré dans son bureau. Craintif, il jeta un regard suppliant à sa Pokémon et finit par se lever de sa chaise, déterminé à ne plus s’y rasseoir.

    Il faut que je prenne une pause Belle ! Je me surprends à faire des erreurs que les élèves me pardonneraient difficilement à leur arrivée. Il y a quelques minutes encore, j’ai réparti un élève prénommé Alex dans un dortoir féminin et si je ne m’en étais pas rendu compte en relisant le dossier, je doute fortement qu’il aurait apprécié mon erreur… Laisse-moi aller me détendre un petit peu ! Il fait si beau dehors, si tu le souhaites, nous irons à la fontaine pour que tu puisses te rafraichir.


Les bras devant son visage, tel un boxeur placerait sa garde, pour parer à quelques éventuels coups de fouets, Deaglán attendait une réponse. Lorsqu’il vit la bête ranger sa liane on ne sait pas vraiment où d’ailleurs, il laissa tomber sa protection et tout sourire s’élança en courant vers l’extérieur tel un môme qui aurait entendu sonner la cloche de l’école. A toute allure, il franchit la porte du bâtiment victorieux comme lorsqu’il gagnait des courses autrefois. Il regarda à droite, puis à gauche voir si des personnes pouvaient l’apercevoir puis, lorsqu’il réalisa que la voie était libre, il se jeta dans l’herbe encore un peu humide de ce matin.

    C’est quand même mieux que de rester dans le bureau tu ne trouves pas ? lâcha-t-il en s’adressant à Belle qui le suivait lentement derrière.


Avec une nonchalance incroyable, elle se déplaçait en s’appuyant sur deux lianes, son corps se balançant entre chacune d’elles comme les cloches que l’on sonne dans les églises.  Elle finit par le rejoindre sur l’herbe avec beaucoup plus de retenu et se laissa à son tour, caresser par le vent.  Le directeur aurait bien profité de ce doux moment pour sniffer un petit peu de Poudre Dodo mais il ne pouvait pas prendre le risque de se faire surprendre. Après quelques minutes allongés sur l’herbe, les deux compagnons finirent par se lever pour entamer une petite promenade matinale.

    Et dire que d’ici quelques jours, ce lieu magnifique sera rempli de plein de petits bleu-bites proches de leur crise d’ado ! Ça criera, ça se poussera, ça crachera, ça chialera… Rien que d’y penser, ça me mettrait presque la larme à l’œil et pas comme j’aimerai. AÏE !


Face à ce manque d’enthousiasme de la part de son maître, Belle ne put retenir un coup de liane sur les fesses pour le réprimander. Se sentant brimé, Deaglán ne lâcha plus un mot du reste de la ballade. Enfin, si seulement… En voyant à quelques mètres de lui le vice-directeur passer comme si de rien n'était, sans le saluer. Sa moue boudeuse vira au féroce et il alla se placer à quelques mètres de lui sur son chemin, le toisant d’un regard autant vexé que coléreux.

    Tu t’es pris pour un cul-blanc ou quoi ? C’est pas parce que t’es le sous-amiral du navire que t’es dispensé de me saluer ! Tu vaux pas mieux que les trouffions qui vont débarquer demain et je suis ton supérieur ! Mais… MAIS ! ECOUTE-MOI BORDEL !!


Voyant son dresseur blessé au plus profond de son égo, Belle ne perdit pas de temps pour réagir. Faisant jaillir des lianes de son corps, elle alla choper le petit Togepi de Rivardi, ce qui annonçait forcément le début d’un affrontement entre les deux dresseurs.

    AHAHA Je vais t’écraser ! Sentant un regard lourd peser sur lui, il rectifia. BELLE VA T’ECRASER ! On s’en va te découper la gras-du-cul ma mignonne ! Ça t’fera ça de moins à trimbaler !


BELLE the Victreebel
Tendre et affectueuse, elle traite les élèves comme ses propres enfants, comprenant caresse, léchage et autres douceurs matinales. Elle n'en est pas moins autoritaire et ayant la main-mise sur son dresseur, elle l'a aussi sur le reste de l'école.

Si jamais vous souhaitez vous accorder ses faveurs, elle adore les poffins et autres offrandes !


perso' le plus badass
Riven Rivardi
Région d'origine : Johto
Âge : 29 ans
Niveau : 100
Jetons : 0
Points d'Expériences : 1513
Johto
29 ans
100
0
1513
pokemon
Johto
29 ans
100
0
1513
Riven Rivardi
est un Adulte Mécano
Remuant négligemment son café avec une touillette en plastique, Riven consultait à travers les verres de ses lunettes, une pile de documents qu’il venait de recevoir concernant les lieux dans lesquels il pourrait se rendre impunément avec ses futurs élèves, sans craindre de les perdre dans d’atroces circonstances. Ce n’était pas comme s’il s’inquiétait du sort de ses protégés c’était d’ailleurs même tout le contraire, mais le jeune vice-directeur savait qu’il se ferait sévèrement enquiquiner s’il dépassait les 15% de pertes lors de la première sortie capture de l’académie c’était pas bon pour la publicité, paraîtrait-il. Et s’il détestait quelque chose encore plus que la paperasse, c’était bien de devoir patienter des heures dans une salle, en faisant semblant d’écouter un membre haut placé de la société le réprimander sur son inadmissible comportement. Ecartant une pile de papier, Riven griffonna quelque chose dans son agenda, et, sans lever les yeux, s’adressa à son Pokémon. « Eh l’débile. Consigne dans le dossier que le Parc Safari n’est pas autorisé pour le moment. Apparemment, ces vieux croûtons auraient peur qu’un de ces gosses se fasse embrocher par un Tauros. »

Le Togepi qui était installé sur une pile de livre de l’autre côté du bureau, tapa fébrilement « Parc Safari : non autorisé jusqu’à nouvel ordre » sur le clavier de l’ordinateur, et enregistra le fichier dans la partie adéquate. Avec un air de secrétaire professionnel, il attrapa les deux feuilles que Riven lui remettait, et les attacha avec un trombone, avant de mettre un coup de tampon dessus. Toujours sans lever les yeux de son document, comme si le spectacle d’un Togepi effectuant des tâches de bureau lui était totalement habituel, le blond récupéra les papiers et les fourra dans un dossier d’archive de sa bibliothèque murale. Il avisa ensuite le paquet de cigarette qui était posé au pied de son écran d’ordinateur, et se leva. « Pause clope. » lâcha-t-il à l’adresse de son Pokémon, en réajustant le nœud papillon qui ornait son col de chemise. « N’oublie pas de prendre le briquet. »

Il sortit ensuite de la pièce, Togepi sur les talons, et longea le grand parc pour respirer un peu d’air frais. Laissant son compagnon grimper maladroitement sur son épaule, et allumer sa cigarette d’un geste expert, Riven aperçu Deaglàn en train de se rouler dans l’herbe comme le gros gosse qu’il était. Il leva les yeux en l’air, en hochant la tête d’un air las. Il avait beau être plus jeune de 6 années que son supérieur hiérarchique, il n’en restait pas moins beaucoup plus sérieux, fiable et mature que son collègue. Belle, l’Empiflor de Cadigan, sembla également désapprouver le comportement de son dresseur, puisqu’elle lui donna un coup de fouet liane sur la fesse gauche. Exaspéré, Riven lâcha quelques mots comme « Complètement taré. », « Gamin. » et « Sadomasochisme. », avant de reprendre sa route comme si de rien n’était, ignorant complètement la tête de turc qui se trouvait à quelques mètres à peine de lui. Comme si cette journée ne pouvait pas être encore plus pourrie, le blond entendit qu’on l’interpellait, mais fit la sourde oreille et continua de tracer sa route en fumant tranquillement.

Il avait l’habitude des provocations de Deaglàn, qu’il connaissait depuis un bon bout de temps déjà. Bizarrement, alors que Riven était loin d’être un Topdresseur, le névrosé qui se tenait derrière lui avait la fâcheuse tendance de toujours le défier. Pour autant, il n’avait jamais réussi à le battre, surtout parce qu’un évènement finissait toujours par perturber leurs affrontements. Et également parce que Riven n’en avait fichtrement rien à faire que de gagner ou de perdre contre celui qui le considérait peut-être comme un rival. L’ignorant superbement chose difficile puisqu’il beuglait comme un chameau atrophié, le jeune homme enfonça les mains dans ses poches, mais sentit qu’une liane se glissait sournoisement sur son épaule.

D’un geste vif, Belle saisit son Togepi-secrétaire, et le maintint en l’air tandis que Deaglàn semblait jubiler d’être parvenu à porter le premier coup. Riven se retourna lentement vers lui, en lui décochant son habituel regard qu’il ne parvenait pas à ne pas rendre effrayant, et qui faisait inévitablement courir le Directeur se cacher derrière les jupons de son Empiflor. « Oh tiens, tu as fini de faire mu-muse dans l’herbe ? Pas que j’essaye de me défiler, mais tu voudrais bien me rendre ma secrétaire ? Ce n’est pas comme si j’avais une tonne de paperasse à traiter, et que je devais en plus passer derrière toi pour corriger toutes tes bêtises. » lui dit-il tranquillement, en faisant un signe discret à son Togepi pour qu’il le rejoigne.

Avec un geste vif, Togepi sortit de sa coquille une agrafeuse normal, et asséna un coup à la liane de l’Empiflor pour se dégager, et sauter sur le pavé. « EH ! Je cherchais cette agrafeuse depuis une semaine, et toi tu la gardais là ?! » s’exclama Riven, outré. Il saisit son Pokémon par les extrémités de sa coquille, et le retourna pour essayer d’en faire tomber tous les larcins qu’il y dissimulait. Pendant ce temps, Togepi agitait joyeusement les bras pour ce qui s’annonçait être une attaque métronome, mais son dresseur, trop occupé à consulter son butin, ne remarqua rien. « Mon paquet de cigarette… ma touillette à café. Où diable as-tu trouvé cette culotte féminine ??! Tiens, pourquoi tu brilles ? »
Deaglán Cadigan
Région d'origine : Johto
Âge : 33 ans
Niveau : 50
Jetons : 0
Points d'Expériences : 1007
Johto
33 ans
50
0
1007
pokemon
Johto
33 ans
50
0
1007
Deaglán Cadigan
est un Nouveau Membre
S’il y avait bien une chose que Deaglán exécrait, c’était l’indifférence, et ce bougre de Riven en était un concentré ! Il ignorait les mots et les gestes de Deaglán en fumant nonchalamment sa clope, les mains dans les poches, il était tout ce que le directeur ne pouvait pas supporter. Il avait fallu que Belle aille glisser sa liane autour de son Pokémon pour qu’il réagisse un tant soit peu. Et encore, il avait le sentiment que son attention serait de courte durée, avec ou sans sa secrétaire, alors ils allaient mettre le paquet !

    Mu-muse dans l’herbe mais qu’est-ce que tu … oh.. Ses joues devinrent écarlates, d’abord d’embarras puis de colère, il fronça les sourcils et répondit violemment aux propos blessants du vice-directeur. Tu passes ta vie à te défiler espèce d’incapable ! Je ne te rendrai pas ton petit esclave ! Parce que … Parce que… PARCE QUE ! Je le vois il n’est pas heureux avec toi ! Deaglán d’abord fier de son argument, jeta un regard désespéré au Togepi qui réussit à se libérer de l’étreinte de Belle d’un coup d’agrafeuse avant de retourner vers son dresseur tyrannique.  Et mes bêtises ?! Qu’est-ce que tu dis ! C’est toi tes bêtises d’abord ! HAHAHAH ! Mais que … ?


Voyant Riven secouait son Togepi comme un sac bon marché pour en faire sortir le contenu, l’athlète ne put s’empêcher de soupirer. De la petite coquille du Pokémon tomba alors toute sorte de matériel : un paquet de clopes, une touillette à café… une petite culotte… Le plus rassurant était que malgré tout, Riven avait tout de même l’air surpris par cette trouvaille. Il était beaucoup de choses mais, à priori, pas pervers. Ceci-dit, son Pokémon avait l’air légèrement plus concerné par le combat que lui, il se mit à briller comme une petite boule lumineuse sur un sapin de Noël. Étant maître d’un Pokémon plante, Deaglán n’eut aucun mal à reconnaître cette attaque, d’ailleurs en parlant de Pokémon plante, où en est Belle ?

A son tour blessée dans son amour propre que son étreinte fut rompue par un vulgaire petit coup, le regard de l’Empiflor avait viré rouge. Son ventre, enfin sa cloche, enfin son corps… bref, ce truc se mit à gonfler et dégonfler un peu comme les narines d’un taureau avant d’aller dégommer l’arrière-train d’un toréro, ou de foncer bêtement dans un drapeau rouge. Ceci-dit, Belle avait une cible précise, ce petit Togepi, visiblement vicelard, qu’elle appréciait autant que Deaglán appréciait Riven. Son dresseur regarda la scène légèrement effrayé et fit un pas en arrière pour regarder le spectacle de plus loin. Autant il se savait fort en athlétisme, autant la stratégie Pokémon ne lui inspirait rien de bien concret et Belle se débrouillait bien mieux que lui dans le domaine.

Sachant qu’elle devinait facilement l’attaque ennemie qui prenait un peu de temps à se charger, elle allait sûrement riposter avec une attaque de même puissance pour ensuite enchainer. A moins qu’elle ne décide de l’imiter et à son tour d’illuminer le terrain d’un beau rayon de soleil.  Dans tous les cas Riven aurait peut-être dû s’éloigner, si proche de deux Pokémon en combat – et encore, proche c’est un euphémisme il en porte un à bout de bras – il risquait d’être blessé. Voyant l’incompétence du Vice-Directeur, ou bien était-ce qu’il n’avait même pas réalisé la présence d’un combat ?, Deaglán se mit à hurler une nouvelle fois à son encontre.

    MAIS OU VONT-ILS CHERCHER LEUR PERSONNEL ! DANS LE CUL DES POULES ? Entre votre incompétence et l’ignorance de certains enseignants, ils sont pas sortis du sable les élèves ! Ça va donner la « Pokémon Community » ! Et je n’serai pas assez con pour couler avec le navire !


Il fut interrompu par le Lance-Soleil qui finit enfin par sortir, les quelques mètres qui séparaient les deux Pokémon furent illuminés avec une telle puissance que toute personne à proximité en était ébloui, en l’occurrence, ils n’étaient que deux. Mais si ‘y avait du peuple… bah ça aurait eu de la gueule.  Les bras recouvrant ses yeux pour éviter d’être aveuglé, il ne put voir la riposte de Belle. Elle fut en fait assez simple, une liane de trois fois la largeur des précédentes surgit de son corps pour aller frapper le rayon et l’arrêter dans sa course, il s’agissait de l’attaque Mégafouet, tout aussi puissante qu’un Lance-Soleil. Mais Belle ne s’arrêta pas là, prenant appui sur deux lianes, elle bondit le plus haut possible et vomit –oui oui ça y ressemblait – une énorme boule violette, couleur prouvant à l’évidence qu’elle était empoisonnée, qui alla s’écraser sur le Togepi en espérant que même si il réussissait à l’éviter, les projections faisant suite à l’impact réussiraient tout de même à l’atteindre.

Deaglán découvrit ses yeux une fois la lumière disparue pour suivre le combat. Voyant que Belle n’était pas blessée, un sourire victorieux se dessina sur son visage, il s’effaça rapidement lorsqu’elle utilisa Bomb-beurk, il n’aimait pas vraiment quand elle vomissait ses techniques, ce n’était pas très classe et puis en plus c’était empoisonné donc ça lui donnait une mauvaise haleine ensuite… Tant pis ! L’important était que l’issue du combat soit victorieuse pour la petite équipe. Et si Riven pouvait recevoir quelques attaques lui-aussi, ce ne serait pas plus mal.


BELLE the Victreebel
Tendre et affectueuse, elle traite les élèves comme ses propres enfants, comprenant caresse, léchage et autres douceurs matinales. Elle n'en est pas moins autoritaire et ayant la main-mise sur son dresseur, elle l'a aussi sur le reste de l'école.

Si jamais vous souhaitez vous accorder ses faveurs, elle adore les poffins et autres offrandes !


perso' le plus badass
Riven Rivardi
Région d'origine : Johto
Âge : 29 ans
Niveau : 100
Jetons : 0
Points d'Expériences : 1513
Johto
29 ans
100
0
1513
pokemon
Johto
29 ans
100
0
1513
Riven Rivardi
est un Adulte Mécano
Riven avait parfaitement conscience du fait qu’il agaçait son supérieur hiérarchique au plus haut point, mais s’en contre-fichait complètement. Deaglàn était d’ailleurs loin d’être un cas isolé ; avec ses traits fermés, sa nonchalance, et ses remarques sarcastiques, le blond ne faisait pas vraiment l’unanimité. Bizarrement, il était plutôt populaire auprès de la gente féminine. Probablement parce que son côté mystérieux, sérieux et désintéressé avait de quoi faire tourner quelques têtes. Le syndrome du mauvais garçon, à priori ; chose qu’il ne comprenait pas mais qui ne le dérangeait pas plus que de nécessité. Malheureusement, même si le directeur avait des airs de jouvencelle en pleine crise d’adolescence, il n’était –aux dernières nouvelles-, pas une fille. Ce qui signifiait que Riven ne pourrait pas se débarrasser de lui de la même façon qu’il le faisait avec ses quelques admiratrices. Il soupira un instant, se demandant bien ce qu’il avait pu faire de mal pour mériter un pareil châtiment. Tentant d’ignorer son collègue le plus longtemps possible, le blond ne put s’empêcher de lâcher une de ses habituelles remarques sarcastiques, qui eut pour effet immédiat de faire rougir Deaglàn. Ce dernier venait visiblement de se rendre compte de deux choses ; d’une part, il s’était fait surprendre en train de se rouler dans l’herbe comme un gamin –ce qui prouvait que sa virilité et sa maturité avaient de quoi être remises en question-, et d’autre part, cela signifiait que Riven l’avait vu mais n’était pas venu le saluer. Comme s’il allait s’embêter à déplacer sa carcasse pour ça. Franchement.

Alors que Riven demandait à ce qu’on lui rende sa secrétaire, Deaglàn chercha une raison pour ne pas s’exécuter. Visiblement, son cerveau aussi creux qu’une jarre n’était pas parvenu à trouver justification valable ; aussi sorti-t-il une réplique venue de nulle part, dans une exclamation presque théâtrale. Devant l’absence totale de réaction de Riven –hormis l’exaspération la plus sincère-, le directeur sembla se rendre compte que son argument dont il était si fier, ne tenait pas la route. Pour couronner le tout, Togepi trouva ce moment propice pour se libérer de l’étreinte de l’Empiflor, et revenir vers Riven dans un petit bond espiègle. « Ouais, ouais, c’est ça, tu as raison. » railla le blond en levant les yeux au ciel, sans ajouter de commentaire supplémentaire. Il espérait que le ton sarcastique qu’il avait employé ne serait pas interprété comme tel par Deaglàn, et que ce dernier lui ficherait la paix. En général, cette petite méthode fonctionnait plutôt bien ; le directeur étant parfois trop crétin pour percevoir qu’on se fichait ouvertement de lui. Malgré tout, ce jour-ci, Riven aurait bien aimé qu’il tourne les talons et regagne son bureau en se vantant devant tous leurs autres collègues qu’il était parvenu à avoir le dernier mot face au vice-directeur.  Il lui restait bien trop de paperasse à traiter, et de coups de fil à passer avant la pré-rentrée, pour qu’il ne s’encombre de ce compagnon un peu trop bruyant.

Deaglàn fut cependant tout aussi étonné que lui de trouver une montagne de trésors dans les fins fonds de la coquille de Togepi. Comment diantre avait-il réussi à caser toutes ces choses ? Une touillette à café passait encore. Mais l’agrafeuse ? Elle devait faire plus de la moitié de la taille du Pokémon œuf. A la rigueur, la culotte pouvait encore s’expliquer ; c’était du tissu : malléable, pliable, transportable. Encore que, Riven se demandait d’où pouvait provenir ce truc. De mémoire d’homme, il n’avait pas accueilli de femme chez lui depuis un bon bout de temps ou alors, sa dernière soirée beuverie s’était passée de façon plus dramatique que prévue. Et puis, ce n’était clairement pas la sienne. Merci pour lui.

Tandis qu’il essayait de se creuser la tête pour déterminer la provenance de cette culotte dans la coquille de son Togepi, Belle avait repris ses esprits, et s’apprêtait à lancer une nouvelle attaque. De son côté, son Pokémon avait déclenché son attaque métronome sans qu’il ne le lui demande. Ce n’était pas vraiment un fait rare, dans les duels Riven-Deaglàn. Après tout, le second était trop soumis à son Empiflor pour lui donner des ordres, tandis que le premier se fichait royalement des combats, et laissait donc son Togepi s’amuser comme il le voulait. Ce ne fut que lorsque le petit Pokémon se mis à briller que Riven compris qu’il s’était engagé dans un combat au pire moment de la journée. Eh ! Il lui restait de la paperasse à faire, nom d’un lama asthmatique !
Voyant que l’attaque de son compagnon n’allait pas tarder à se lancer, tandis que Belle préparait déjà la riposte en sortant ses lianes des tréfonds de son gosier yeurk, Riven fut frappé par un éclair de génie. Il n’était, certes, pas un topdresseur ; les combats et les trucs du genre l’ennuyaient comme pas permis. Cependant, il avait un cerveau. Et un cerveau brillant, qu’il utilisait à outrance ; et en particulier dans ce genre de situations grotesques.

D’un œil vif, il étudia rapidement le terrain. Ils étaient dans le parc, mais pas très loin des abris qui parsemaient la cour extérieure. En connaissant la puissance du Lance-Soleil –attaque que son Togepi allait probablement lancer dans moins de cinq secondes-, et compte tenu de son poids et de celui de son Pokémon, il estima que s’il ne le lâchait pas immédiatement, il se retrouverait propulsé plusieurs mètres vers l’arrière. Par chance, le rayon sortirait de la bouche minuscule du Togepi, ce qui signifiait qu’il ne se brûlerait pas les mains, et qu’il ne subirait pas de gros dégâts, à condition qu’il exécute un petit mouvement parfaitement pensé. Profitant du moment d’inattention de Deaglàn, trop occupé à critiquer le personnel de son académie –le bougre d’idiot, c’était lui qui avait sélectionné les trois quarts de ses professeurs !-, Riven se pencha vers son Togepi. « Lance un clonage, on se carapate. » chuchota-t-il de façon à ce que son supérieur hiérarchique ne puisse l’entendre –de toute façon, il était en plein dans son monologue, il n’y avait pas de risque pour ça-.

Dès qu’il eut fini sa phrase, Togepi déclencha le Lance-Soleil. Le rayon parti droit vers l’Empliflor, qui le dévia d’un coup de Méga-fouet bien placé ; cependant, ce n’était pas un problème pour Riven. Profitant de l’effet de surprise, et surtout, du brusque éclat de lumière qui venait d’illuminer le terrain, éblouissant Deaglàn et le forçant à fermer les yeux, Riven décida qu’il était temps de disparaître. Il fut violemment propulsé vers l’arrière tandis qu’il tenait toujours Togepi à bout de bras, mais ses jambes tinrent le coup. Il sentit grâce à une légère perturbation de la température de la coquille de son compagnon, que l’attaque Clonage s’était déclenchée, et que la réplique s’était immiscée dans l’affrontement improvisé. Il compta deux secondes supplémentaires, et relâcha doucement le corps du Togepi, pour cesser de profiter de l’effet de propulsion. Sa vitesse décrue progressivement, et ses jambes qui n’avaient pas décollé du sol, mais avaient rasé le gazon verdoyant du parc, s’arrêtèrent avec un contrecoup. Il se trouvait à plusieurs mètres de là, sous un abri en pierre qui abritait quelques casiers, et des tables pour permettre aux élèves de s’y réfugier les jours de pluie. Au loin, il voyait que Belle avait envoyé une Bomb-beurk sur le clone, qui se réduisait maintenant à une forme grotesque de Togepi, baignant dans une hideuse substance violette. Cependant, le clone conservait toujours une apparence qui permettait de faire illusion ; au moins assez longtemps pour que Riven puisse se faire la malle en toute discrétion.

Esquissant un léger sourire en voyant Deaglàn, Riven se demanda si son collègue penserait qu’il avait voltigé vers l’infini et au-delà. En tout cas, il serait certainement loin de se douter qu’il s’était discrètement caché ici, et qu’il s’engouffrait à présent par la porte de secours qui permettait de retourner dans les bâtiments administratifs. Togepi, exténué d’avoir lancé un Lance-Soleil, se laissa volontiers porter sous le bras de Riven. Le blond lui donna un chocolat qui trainait dans sa poche comme récompense, et gravit les escaliers qui menaient à son bureau. « Heureusement qu’on ne s’est pas attardé là-bas. Tu as déjà posé tes RTT y’a deux semaines. Pas de congé jusqu’aux prochaines vacances, mon vieux. » lui dit-il en poussant la porte de la pièce qu’on lui avait assigné, et qui portait une plaquette à son nom. Il s’installa ensuite sur sa chaise, ramena une pile de dossiers vers lui, et reprit son travail, comme si de rien n’était. Un léger contretemps avait perturbé ses plans, mais il ne s’en faisait pas ; il bouclerait ce qu’il avait à faire, avant même que le directeur en personne ne se rende compte qu’il s’était fait rouler dans la farine, et que son adversaire de toujours s’était une fois de plus carapaté en plein combat.

[ Terminé pour Riven ]
pokemon
Contenu sponsorisé
est un
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum