Connexion
Pokemon Community :: Archives :: Les Archives :: Année 7

Pokemon adala community

Tu abandonnerais ce pauvre locataire démuni à son déménagement, en « empruntant » sa camionnette en plus… ? Je ne te pensais pas voleur, Josh.
en savoir plus ?
Cha-charmant… normalement c’est en mission avec Josh que je frôle la mort, pas en rentrant chez les Phyllalis.
en savoir plus ?
Je vais chuter, encore, et ça sera long, et ça sera douloureux, et t'auras pas envie d'être là. Parce que toi, tu as Aoi mais moi j'ai quoi maintenant que Maya est partie, dis-moi ?
en savoir plus ?
Ce n'est pas le parc que je souhaite anéantir...
en savoir plus ?
Mademoiselle Alézar, Pecheresse Caroline ! Où êtes-vous ?
en savoir plus ?
La triche sera permise évidemment.
en savoir plus ?
Q…. Quéééééééééééééé ?!
en savoir plus ?
-15%
Le deal à ne pas rater :
Roborock S7 Aspirateur Robot en promo chez Cdiscount
509 € 599 €
Voir le deal

Salomé Cobal
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t6439-449-salome-cobal-givrali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t6472-salome-cobal-givrali
Icon : Bouteilles à la mère Z411
Taille de l'équipe : 8
Région d'origine : Johto
Âge : 17 ans
Niveau : 61
Jetons : 27268
Points d'Expériences : 2058
Bouteilles à la mère Z411
8
Johto
17 ans
61
27268
2058
pokemon
Bouteilles à la mère Z411
8
Johto
17 ans
61
27268
2058
Salomé Cobal
est un Pokeathlète Médecin
Impossible.
Après plusieurs heures, elle n'y croyait toujours pas.
C'était une farce, mauvaise de surcroît, que Needle lui jouait, un poisson d'avril en avance, un drôle de cadeau d'anniversaire, un odieux mensonge qu'elle aurait pu inventer, tout sauf la vérité.
Pourtant, plus elle y songeait, plus elle trouvait cette abomination crédible.
Elle était enceinte.
Ne l'était plus.
Retour à la case départ.
Juste les maux de ventre en souvenirs de ces mois passés dans l'ignorance, juste sa taille de guêpe pour lui rappeler le déni dans lequel elle s'était enfermée, et peut-être ses pensées broyées par le poids du temps, estompées par l'alcool et diluées dans des mojito fraise.
Elle ne peut imaginer l'inimaginable.
Et pourtant, cela fait son bout de chemin à travers sa caboche qui la lance suite à son atterrissage raté, le plâtre de son poignet l'empêchant de se mouvoir pleinement. Elle se saisit de son iPok malgré tout, avec difficultés certes, plus encore pour écrire, mais il va lui falloir prendre le coup de main car c'est parti pour plusieurs semaines avec un poignet inutile et un corset pour réparer ses conneries.

Elle commence à écrire, tapant au ralenti un premier message empreint de mensonges tout en allant à l'essentiel :

« Coucou Erika, je suis bloquée à l'infirmerie pour quelques temps, rien de grave hein, juste une histoire de poignet cassé et de repos histoire que je me remette d'une chute stupide. La vie de Pokéathlète quoi... Prends bien soin d'Algernon pendant mon absence, d'accord ? Tu trouveras une réserve de cailloux dans ma table de chevet, hésite pas à lui en donner, ça lui fait toujours plaisir. Garde un œil sur Chayana aussi, mais lui dis pas où je suis, elle serait capable de débarquer comme une furie et de paniquer encore plus... Les autres ne devraient pas t'embêter et ne t'inquiète pas pour Faulkner, il est en pension chez Yuna.
À très vite ! o/ »


Au moins ses Pokemon seraient-ils en sécurité avec la Spé Fée.
Du moins l'espérait-elle. Après tout, elle n'avait pas le choix.
Salomé se laissa retomber contre l'oreiller, l'iPok toujours en main.
Elle guettait à travers la fenêtre, toujours en quête d'étoiles invisibles, et plus que tout, de celle qu'elle avait perdue cette nuit.
Tour à tour Céleste, Maya, Astrée ou Stella.
Car elle aurait donné naissance à une fille, c'était l'évidence même, il lui suffisait de se rappeler sa généalogie pour le constater. Il y avait bien ce demi-frère que Mélie avait cru bon avoir après elle, mais lui ne comptait pas, et lui n'était pas un premier enfant, lui n'avait même pas de nom à ses yeux, juste des prunelles grandes comme le néant et des bouclettes rousses pour les dissimuler.
Mélie aussi avait donné la vie à seize ans. Etait-ce une tradition de sa famille, un rite de passage auquel se pliaient les femmes malheureusement porteuses du nom des Cobal ? Avait-elle raté sa chance, laissé filer l'espoir d'enfin pouvoir rencontrer celle qui aurait pu tout changer, à commencer par elle-même ? Il aurait fallu arrêter d'y songer mais c'était un océan de questions qui déferlait en elle et l'étouffait de tout son poids.
Le vide la traversait à son tour, le vide et l'absence créés par cette perte saisissante. Elle porta sa main plâtrée à son ventre, pur réflexe désormais inutile, elle avait eu de longues semaines pour s'en rendre compte mais elle avait continué de faire profil bas, des œillères en travers du visage et une pluie de rasoirs désormais figée dans sa gorge.
Déglutir est compliqué car il lui semble qu'enfin elle arrive à comprendre, à mettre un nom sur le petit être assassiné à coup de chute par-delà le ciel.

Elle espère secrètement la venue de Cobal.
Elle espère pouvoir lui parler de toutes ces questions qui s'agitent sous sa langue et qu'elle n'arrive pas à prononcer pour elle-même.
Elle espère des réponses, tout plutôt que ce cruel silence qui l'environne ; l'infirmerie a des airs de morgue.
Elle espère revoir le type à la charrette, là, tout de suite, mais elle le sait mieux que quiconque ; le rêve est terminé, ne reste plus que cette triste réalité qui la secoue brutalement et l'empêche de réfléchir pleinement.
Elle espère.
Et c'est déjà beaucoup.
Et c'est déjà de trop.

Elle pianote à nouveau, un ton différent pour un destinataire différent. Elle ne sait pas si elle fait bien mais crainte et peur créent un cocktail étrange en elle.

« Tu avais raison quand tu parlais d'ouragan.
Et je ne sais pas qui de l'ouragan ou de moi a eu seize ans aujourd'hui. »


Presque un an avant d'envoyer un simple message à Ranya. Et pour lui dire quoi ? Pas grand chose qu'elle puisse comprendre.

« Je ne sais pas qui de l'ouragan ou de moi a survécu à cette nuit. »

Main toujours posée sur son ventre, elle savait qui n'y avait pas survécu.
Et cela la tuait de reconnaître que tout était de sa faute.

Elle a envie de bondir et de plaquer là plâtre et corset, sans savoir si son manque de volonté est dû au Noacier près de l'unique sortie ou de sa raison qui se rappelle à elle.
Elle se contente de regarder son iPok, avec un air de défi, elle porteuse d'une joute invisible dont elle est seule à avoir conscience. Elle n'y coupera pas, elle le sait, inutile d'emporter avec elle ce secret.
Elle soupire et erre parmi les discussions passées à défaut de son répertoire, avant d'enfin pouvoir mettre la main sur le numéro tant convoité.
Elle va sûrement le regretter.
Elle le regrette déjà.
Sûrement le plus lent de tous les messages écrits en ce début de matinée, et le plus court aussi.

« Tu aurais pu être père, Logan. »


Bouteilles à la mère Miniature_731_SLBouteilles à la mère 9300065cqlBouteilles à la mère Rm8bBouteilles à la mère Miniature_461_XYBouteilles à la mère U96vBouteilles à la mère 1560881474-miniature-leviator-2-0Bouteilles à la mère 1564356350-farfuretBouteilles à la mère Miniature_619_XY
Merci Ida, Max & Mika pour les Moodboards ! :
Bouteilles à la mère 670694A41EB578ED25EEFEFD7DEEFCC2B455DB3045425734926CF80DpimgpshfullsizedistrBouteilles à la mère CwaoBouteilles à la mère Salome
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum