Connexion
Pokemon Community :: Archives :: Les Archives :: Année 7

Pokemon adala community

Tu abandonnerais ce pauvre locataire démuni à son déménagement, en « empruntant » sa camionnette en plus… ? Je ne te pensais pas voleur, Josh.
en savoir plus ?
Cha-charmant… normalement c’est en mission avec Josh que je frôle la mort, pas en rentrant chez les Phyllalis.
en savoir plus ?
Je vais chuter, encore, et ça sera long, et ça sera douloureux, et t'auras pas envie d'être là. Parce que toi, tu as Aoi mais moi j'ai quoi maintenant que Maya est partie, dis-moi ?
en savoir plus ?
Ce n'est pas le parc que je souhaite anéantir...
en savoir plus ?
Mademoiselle Alézar, Pecheresse Caroline ! Où êtes-vous ?
en savoir plus ?
La triche sera permise évidemment.
en savoir plus ?
Q…. Quéééééééééééééé ?!
en savoir plus ?
Le deal à ne pas rater :
iPhone 13 Pro : où précommander le nouvel iPhone 13 d’Apple ?
Voir le deal

Caroline Labelvi
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t7344-499-des-carottes-non-merci-je-ne-voudrais-surtout-pas-devenir-trop-aimable
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t7359-caroline-labelvi-adulte
Icon : Pikachu Explorateur, à votre service !
Taille de l'équipe : 5 / 9
Région d'origine : Sinnoh, Rivamar
Âge : 27 ans
Niveau : 16
Jetons : 3122
Points d'Expériences : 338
Pikachu Explorateur, à votre service !
5 / 9
Sinnoh, Rivamar
27 ans
16
3122
338
pokemon
Pikachu Explorateur, à votre service !
5 / 9
Sinnoh, Rivamar
27 ans
16
3122
338
Caroline Labelvi
est un Adulte Contre-Espionnage
CAROLINE LABELVI

feat Enzo White
« Garde (dé)partagée »


Clac.

Après qu’ait retenti le son d’une porte qui se ferme, celui d’une clé la verrouillant résonne dans le couloir désert. Tout en fermant son appartement, Caroline jubile.

« -Aaaah, cela va être si bien ! Tu as déjà des idées de boutiques à faire ?…  »

Coko suit le regard de sa dresseuse, qui se pose alors sur la jeune Lissa. Majesté dans les bras, elle attend sagement que sa grande sœur termine.

« -Je n’ai pas d’envie particulière, mais… J’en connais déjà quelques unes. Je pourrai te les montrer, si tu veux. »

Si la Pyroli affiche une mine des plus réjouies, ce n’est pas le cas du Vipélierre. Là où l’adolescente révèle un sourire enjoué à l’idée de faire les magasins, en compagnie de son aînée, c’est bien la présence de cette dernière qui semble à l’origine de l’expression ennuyée de son starter.

Cette humaine… Caroline. Elle est… Trop bruyante. Trop tactile. Trop instable. Et trop bruyante.

Vraiment trop bruyante.

Décidément, de toute la fratrie Labelvi, il n’y a bien que Lissa que Majesté puisse tolérer. Que ce soit chez le grand frère ou la grande sœur, il n’y a rien à garder… Enfin. Pas non plus comme s’il devait les supporter tous les jours…

Et c’est sûrement à cause de ça que Lissa se montre aussi ravie. Depuis qu’ils vivent à proximité sur la même île, leurs interactions n’ont jamais été aussi nombreuses. Alors certes, il y a les études et l’emploi du temps instable de Caroline, mais… Ils parviennent à se réunir tous les trois au moins un week-end sur deux, et ça, c’est un pas en avant dantesque. Elle ne s’est jamais sentie aussi proche de sa grande sœur qu’à l’heure actuelle.

D’autant qu’aujourd’hui est un grand jour ! Journée shopping ! Bien le genre d’activité auquel il est impossible de convier Ginji. Lissa aurait bien aimé, pourtant, mais… Elle ne veut pas non plus le forcer. Et puis, il doit certainement avoir d’autres choses à faire…

Cela ne semble ni surprendre, ni déranger Caroline. De toute façon, la blonde est juste contente de pouvoir passer une journée avec sa frangine. Si elle ne l’a jamais dit, elle s’est toujours reprochée son manque de présence auprès de ses cadets… Et elle s’en veut encore plus quand elle réalise à quel point Lissa a besoin de ses aînés. Même si la benjamine de la famille fait tout pour gagner en individualité, elle reste très dépendante d’eux…

Caroline a déjà été absente durant toute son enfance, alors elle ne manquera pas de l’aider durant cet important tournant de son existence.

Surtout si cette aide consiste à aller faire les boutiques.  Keur  

Et elles vont enfin pouvoir se mettre en route !… Ou presque. Alors qu’elles se dirigent tranquillement vers l’ascenseur, Caroline détaille leur itinéraire.

« -Je dois récupérer un truc chez Enzo, puis on ira récupérer la voiture que j’ai louée pour aujourd’hui. Cela sera plus simple pour transporter nos achats ! »

Si Lissa acquiesce docilement, elle ne peut pas s’empêcher d’émettre une interrogation.

« -Tu… Tu sais s’il sera là ? »

Sa grande sœur lui sourit.

« -… Qui ça, Zozo ? Tu as envie de le voir ? »

L’étudiante détourne le regard, gênée.

« -Pas… Pas spécialement, c’est juste que… Nous nous sommes à peine vus, sur le Prince des Mers… C’est dommage, nous devons nous croiser souvent, pourtant. »

Le rictus de Caroline s’élargit un peu plus.

« -Oh, il n’est pas très intéressant comme garçon, tu sais. »

Cette réponse surprend sa cadette, qui lui lance de grands yeux ronds.

« -M-mais !… Il ne faut pas dire une chose pareille… »

La blonde lâche un rire bien audible en réaction, visiblement très amusée. Rayonnante, elle appose une main sur la tête de Lissa.

« -Il a déjà dû entendre bien pire, crois-moi. D’ailleurs, si un jour tu dois te trouver un copain, SURTOUT, n’en prends pas un comme lui. »

Elle rougit à ses paroles. Mais la gêne évoquée par la mention d’un potentiel petit ami s’éclipse bien vite, remplacée par une soudaine inquiétude.

« -Ça… Ça ne se passe pas très bien, entre vous ? »

Caroline hausse les sourcils, surprise, et croise les bras derrière la tête.

« -Hmm… Non, ça va. » puis elle sourit « Et justement. C’est bien parce que lui et moi on est pareils que je te dis de faire gaffe… »

Lissa ne comprend absolument pas où sa grande sœur veut en venir. Mais elle n’a pas le temps de l’interroger plus longtemps puisqu’ils arrivent devant l’appartement du fameux Enzo, dit « le Zozo ». Caroline ne prend même pas la peine de frapper puisqu’elle sort une obscure clé de sa poche pour ouvrir la porte, et rentrer tranquillement à l’intérieur.

« -Hello. ♪ Il y a quelqu’un ? J’ai laissé mon écharpe hier soir, je viens la prendre avant que tu t’en serves de chiffon. »

Prétendre qu’Enzo puisse faire usage d’un chiffon est certainement la chose la plus drôle que Caroline déclarera cette journée. Alors qu’elle pénètre sans ménagement au cœur de l’appartement, la voix de son petit copain, absolument pas préparé à une visite, parvient jusqu’aux oreilles de Lissa. Celle-ci est restée dans le couloir, et interroge du regard Coko, qui semble résolu à ne PAS vouloir rentrer. Pourquoi donc ?, se demande alors la fillette.

La réponse vient d’elle-même. Après avoir timidement passé le pas de la porte, c’est un désordre sans nom qui vient s’imposer aux regards de Lissa et Majesté. Des vêtements éparpillés partout, des boîtes de nourriture vides, des étagères qui dégueulent et une indéniable accumulation de poussière sur le sol sont là pour les accueillir…

Il n’en faut pas plus pour que le corps entier du Vipélierre se crispe. Émettant une formelle opposition à avancer le moindre centimètre de plus, il vient complètement se plaquer contre la poitrine de Lissa, et agite la tête de gauche à droite en signe de refus. Mais sa dresseuse n’est pas aussi réactive…

« -Allons… Il faut au moins que nous allions le saluer. »

Majesté lui lance un regard abasourdi. Recule, pauvre folle ! Dans l’immédiat, son starter est absolument certain que rester dix minutes dans cette pièce suffira à faire faner son corps et son âme. Mais l’esprit de sa vassale doit être trop atteint par l’odeur nauséabonde qui émane de cet énorme sac poubelle, posé négligemment près de l’entrée… Il ne peut déjà plus rien faire pour elle.

Adieu. Telle sera sa dernière pensée au moment de se libérer de son emprise, pour ensuite bondir au sol et rejoindre le Mélokrik à l’extérieur. Lorsque ses pattes éraflent le carrelage de l’appartement, Majesté se sent souillé au plus profond de son être : il prendra le temps de se les faire laver cinq fois en rentrant. Ou six.

… Allez, va pour sept.

Lissa le regarde s’en aller, mais ne dit rien. Heureusement, Caroline est là pour la faire réagir, et l’inciter à avancer plus encore.

« -Ouaiiiis, j’suis avec ma frangine. On va aller faire quelques boutiques en ville. Lissa, tu viens ? ‘Fais pas gaffe au bordel, tout un écosystème s’y est développé. »

Jetant quelques coups d’œil furtifs au dit « écosystème » (façon originale de désigner ce bazar), elle rejoint sa grande sœur aux côtés du bonhomme bleuté qu’elle a déjà entraperçu. Les mains jointes devant elles, elle s’incline en une courte révérence, et le salue timidement.

« -Bon… Bonjour ! »

Fière, Caroline sourit à Enzo.

« -Elle est chou, hein ? » son écharpe dans une main, l’autre vient donner une tape dans l’épaule de son copain « Allez, on ne te dérange pas plus longtemps. Tu dois certainement avoir des taaaaaas de choses à faire. »

A peine s’est-elle rapprochée que Caroline dépasse Lissa. Mais elle s’immobilise lorsqu’une vibration émane de sa poche, et que la blonde dégaine son portable. Qui donc lui envoie un message ? La réponse ne tarde pas, et est loin de lui plaire.

Moëra - 14/12/19 ; 11:34
Hey ! On a un soucis pour une répèt’, tu serais dispo pour dépanner ? C’est plutôt urgent. On aurait besoin que tu ramènes ta Korillon. Ça serait pour une scène du Lakmécygne, il nous manque un idiophone. On est au 17 Impasse du Canarticho, tu penses pouvoir venir ? Tiens moi au jus. ~

La blonde grimace. Pour que son patron passe par ce profil stupide, il doit être particulièrement pressé. En général, même masquée, il évite de délivrer une mission d’urgence par texto….

Caroline ferme les yeux, et soupire lentement. Elle ne va pas avoir la possibilité de se dédouaner, là… En une expression dépitée, elle dévisage Lissa.

« -Arf… Je suis terriblement désolée, frangine. C’est le boulot… »

Elle, se fait plus inquiète.

« -Il… Il y a un problème ? »

Un problème ? Lorsqu’il est mention de Lysian et d’un idiophone dans un même message, cela signifie que quelqu’un qu’on ne peut pas emmener à l’hôpital a besoin de soins en urgence. Lakmécygne, c’est pour faire allusion à une mission de récupération. Rien de bien réjouissant, mais… Rien d’ingérable non plus.

Caroline agite une main nonchalante, et se rapproche de la sortie.

« -Rien de grave, mais on a besoin de moi vite ! Je risque d’en avoir pour une, deux heures… Je suis désolée ! Ça te dérange de patienter un peu avec Enzo ? »

Et si ça dérange Enzo de patienter avec Lissa ? Mais on s’en fout, enfin ! Compréhensive, la jeune fille acquiesce.

« -N-non, ne t’en fais pas pour moi ! Va vite les aider… »

La blonde acquiesce, et passe le seuil de la porte. Mais avant de totalement disparaître, elle ressurgit une dernière fois pour adresser un signe de la main à son copain.

« -Je te la confie ! Je fais vite, t’en fais pas. Et prends bien soin d’elle ! »

Ça aussi, c’est du langage codé. Ça veut dire : s’il y a le moindre problème, t’es mort.

Les pas de Caroline, suivis par Coko, résonnent un instant dans le couloir, pour finalement totalement s’éteindre. Ne reste que Enzo et Lissa dans l’appartement, Majesté toujours devant le seuil, et un long silence gênant qui s’installe doucement à l’intérieur…

Après être restée un instant immobile, Lissa se tourne vers Enzo, incertaine. Ses bras repliés contre elle-même démontre sa gêne.

« -Pa… Pardon de… De déranger… Je… Je peux attendre dehors, si vous… Euh ! Si tu… Hum…. Si c’est préférable ?… »

... Ok.

Ça va être compliqué.




Lexicaro :
♥️ : Aguicheuse, moqueuse.
★ : Brillante, fière.
~ : Nonchalante, imprévisible.
♪ : Enjouée, enthousiaste.
♫ : Comme ♪, sert juste à varier.
♦️ : Réfère à Caroline elle-même.
Enzo White
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t7536-514-enzo-white-la-panique-mecanique-adulte#76980
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t7548-enzo-white-adulte#77041
Icon : Garde (dé)partagée. BHJNPf
Taille de l'équipe : 5/7
Région d'origine : Hoenn - Pacifiville
Âge : 25 ans
Niveau : 10
Jetons : 1320
Points d'Expériences : 190
Garde (dé)partagée. BHJNPf
5/7
Hoenn - Pacifiville
25 ans
10
1320
190
pokemon
Garde (dé)partagée. BHJNPf
5/7
Hoenn - Pacifiville
25 ans
10
1320
190
Enzo White
est un Adulte Blogueur

lissa
garde départagée
Affalé dans son lit, bien tranquille le temps d’une après-midi, Enzo correspond à tous les clichés de mec minable. Le même caleçon que la veille comme seul vêtement, un vieux plaid pour le couvrir et une émission minable à la télé, Enzo est en train de vivre sa meilleure vie. Il manque qu’une bouteille de blanc et des chips pour atteindre le paradis.

Il entend vaguement la porte s’ouvrir. Tiens, Raphaël arrive plus tôt que prévu. Quel enfer, adieu liberté et flemmardise, bonjour travail militaire. Faut dire que le vieil homme est partit quelques jours et qu’Enzo s’est peut-être un peu laissé aller.

L’appart’ est dans un état minable. Ça change pas de d’habitude vous me direz mais disons que depuis que Raphaël est là … on voit le sol du salon. C’est un progrès.

Quand la voix de sa copine résonne, Enzo se redresse. Surprenant ça aussi mais carrément plus plaisant que son colocataire. Enfilant à la vite un t-shirt et un jogging qui traînent dans le coin, Enzo quitte son antre pour retrouver la civilisation. Si on peut considérer Caroline de civilisée …

- Caro ? Ouais, elle doit être quelque part.

La jolie blonde est bien là, dans son salon, accompagnée d’une adorable petite chose brune qui tient dans ses bras un truc vert. Sa petite sœur ? Ah bah. Enchanté hein. Pas spécialement impressionné, inquiet ou toutes ces choses qu’on est sensé ressentir quand on rencontre la famille de sa moitié, Enzo fait un léger signe de la main en direction de la gamine. Qui s’incline. Ok ? Heureusement qu’il est relax le zozo, la petite semble nerveuse pour deux.

- Adorable ! Ça doit être de famille.

Propre ça zozo. On complimente la gamine sans oublier de marquer des points avec sa copine. Quel génie. Quel charmeur. Alors qu’il s’apprête à raccompagner les deux jeunes femmes jusqu’à la porte d’entrer, Caro’ s’arrête net, le nez dans son téléphone.

Et Enzo se retrouve avec la garde de la petite.

Enzo hoche la tête et lève un pouce en l’air en direction de sa copine. Il peut garder un œil sur elle. Enfin, elle est peut-être petite mais quand même, ça doit savoir se garder tout seul un enfant ? Il a pas de jouets à lui donner donc bon … Quoiqu’elle est peut-être déjà trop vieille pour ça. Oh bon sang, qu’est-ce qu’il va bien pouvoir lui faire faire !

Complètement paniqué à l’intérieur à l’idée de foirer la gosse, Enzo laisse un long et gênant silence s’installer dans l’appartement. Si il foire, il peut dire adieu à Caro’ et tous les avantages que procure leur relation. Et puis elle est chou la gosse, il voudrait pas trop foirer … Quelle idée de confier une gosse (ou n’importe qui en général) à Enzo, parce que c’est véritablement une catastrophe ambulante pas capable de s’occuper de lui même. Alors une autre personne ? Quelle blague.

La voix de la gosse finit par couper le silence.

- Non non non ! Pardon ! Tu gènes pas du tout et par pitié me vouvoies pas.

Il regarde autour de lui un peu paniqué, attrape un tas de fringue qui traîne sur le canapé, le jette sans préavis dans sa chambre, sur Nérée, et pointe finalement le canapé désencombré de la main.

- Installe toi, tu veux boire quelque chose ? J’ai de l’eau ou de … hm. De l’eau ça te va ?

Ne pas proposer de l’alcool à la gosse semble être une bonne idée. Un peu gêné, il traverse les deux mètres qui séparent le canapé de la cuisinette et attrape les derniers verres propres avant de les remplir d’eau du robinet.

C’est absolument ridicule.

Il a pas spécialement honte d’être un désastre en tant normal mais là … bah pour la première fois, il se sent carrément mal.




traveller
Lissa Labelvi
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t8372-lumiere-et-ombre-lissa-labelvi#84921
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t8381-lissa-labelvi-pyroli#84980
Icon : Pikachu Explorateur, à votre service !
Taille de l'équipe : 1 / 3
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 16
Niveau : 0
Jetons : 14048
Points d'Expériences : 400
Pikachu Explorateur, à votre service !
1 / 3
Sinnoh
16
0
14048
400
pokemon
Pikachu Explorateur, à votre service !
1 / 3
Sinnoh
16
0
14048
400
Lissa Labelvi
est un Coordinateur Éleveur
LISSA LABELVI

feat Enzo White
« Garde (dé)partagée »


Je me tends, quelque peu... Gênée.

Oui, je crois que c’est le mot. Je n’ai rien à faire là, et l’idée d’importuner le copain de Caroline… Cela me gêne beaucoup ! Surtout qu’il me supplie presque de ne pas le vouvoyer… Je multiplie les acquiescements, les bras repliés contre moi-même, et définitivement mal à l’aise.

« -D… D’accord ! Désolée ! »

Négligemment, il récupère du linge sur son canapé, et libère ainsi un peu de place dessus. Puis il m’invite à m’installer, et me propose même un verre d’eau… Comme il est déjà lancé pour me servir, j’opine du chef à nouveau.

« -O-oui… S’il te plaît. »

Puis je m’avance, enjambant tant bien que mal ce qui jonche le sol. J’avise un instant le canapé, avant de m’asseoir près du seul rebord disponible, et en profite pour passer l’appartement en revu. Il est un peu plus petit que celui de Caroline, et… En bien plus grand désordre. Que ça soit le canapé, la table ou les étagères, tout déborde d’objets posés là nonchalamment, et sans aucune forme de cohérence. L’évier aussi possède son lot de vaisselle sale, alors même que je remarque la présence d’assiettes en carton dans la poubelle. Des petits nuages de poussière s’accumulent ci et là, et il y a de plus une étrange tâche bleue juste au pied de l’évier… Certainement une fuite d’eau qui a mis un peu de temps à être réparée. Le tout est englobé par une certaine odeur de renfermé, que les fenêtres et volets clos ne vont pas arranger.  

Un regard en direction de la porte, et je remarque la silhouette à moitié dissimulée derrière l’encadrure de Majesté. Le Vipélierre, des plus incertains, semble partagé entre son dégoût à l’idée de rentrer, et son refus de rester seul dans le couloir. En le voyant, je ne peux pas moi-même m’empêcher de grimacer : son espèce est particulièrement portée sur la propreté, et en sachant que Majesté est déjà plutôt exigeant… Je peux difficilement lui en vouloir d’être aussi hésitant.

Histoire de ne pas trop lui forcer la patte, je finis par me lever, et me poste devant ce qu’il reste de vêtements sur le canapé. Je rassemble tout sur un côté pour dégager un maximum d’espace, puis vais jusqu’à l’entrée pour récupérer mon compagnon. Je le pose ensuite sur mon ancienne place, et pour pouvoir permettre à tout le monde de s’asseoir, entreprends de plier le linge restant. D’abord un t-shirt, puis un jean, ensuite un sweatshirt… Alors que je m’apprête à faire de même avec un short, Enzo vient m’amener le verre d’eau qu’il m’a promis. Je ne lui adresse qu’un regard distrait, pleinement appliquée dans ma tâche.

« -Ah ! Merci… Je ne vais pas le boire tout de suite, tu peux le poser non loin, s’il te plaît… ? » tout en enchaînant avec une veste, je me tourne vers lui « Ton linge propre, tu le ranges où… ? »

Visiblement perturbé par mon entreprise, il ne répond pas tout de suite. Cette absence de réponse immédiate me fait alors réaliser quelque chose d’autre, que je me hâte de vérifier.

« -… Les vêtements sont sales ? » pour m’en attester, je renifle sans ménagement la veste que je tiens, puis fronce le nez « … Hmm… »

… Point de doute, ils sont sales.

J’avise le tas que j’ai commencé à plier, celui qu’il reste, puis d’un geste, rassemble les deux.

« -Bon, dans ce cas, on va commencer par trier les couleurs…. Ah ! Si, d’abord... »

Je fais volte-face, rejoints l’évier de la cuisine en dix pas, et saisis un chiffon que j’essore un instant. Puis j’attrape une chaise, l’écarte de la table, et la nettoie brièvement. Majesté comprend aussitôt où je veux en venir et saute dessus dès que j’ai terminé : maintenant qu’il a cette zone un minimum propre sur laquelle il peut se tenir, je peux pleinement réquisitionner le canapé pour la suite.

« -On va faire trois piles distinctes : les vêtements sombres, les colorés et les blancs. Quelle est la contenance de ton lave-linge… ?  » je ne lui laisse même pas le temps de répondre que je remarque son étendage, renversé dans un coin « Oh ! Il va falloir le remettre droit pour tout sécher… »

Je me tourne vers Enzo, et lui indique la pile de vêtements.

« -Tu t’en occupes ? Je vais redresser ça et nettoyer autour. » je tape ensuite dans mes deux mains, enthousiaste « Ah ! Et tu m’autorises à aérer ? C’est bien plus agréable de faire le ménage avec le soleil… »

Je m’apprête donc à joindre le geste à la parole, mais réalise brusquement ce qui est en train de se produire. Faire.. Le ménage ? Mais il n’a jamais été question de ça, lorsque j’ai débarqué ici ! Je me braque, et fais volte-face, complètement paniquée.

« -Oh non ! Je suis désolée ! Je me suis emportée, je ne voulais pas… ! Ne vas surtout pas croire que je te considère comme un malpropre, hein ! C’est juste que… ! Je n’ai pas pu m’empêcher de… ! P-pardon ! C’est plus fort que moi, j’ai une certaine manie du rangement, d’autant que mon Vipélierre… »

Je ne parviens pas à formuler la fin de ma phrase, mais le regard impérieux de Majesté envers Enzo en dit long. Il faut bien reconnaître que cet appartement est plutôt… Désordonné, et que… Un petit ménage ne serait pas de refus.




« Je suis bien trop paniquée pour pouvoir utiliser des mots normaux, d’accord ?! »
pokemon
Contenu sponsorisé
est un
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum