Connexion
Pokemon Community :: Archives :: Les Archives :: Année 7

Pokemon adala community

Tu abandonnerais ce pauvre locataire démuni à son déménagement, en « empruntant » sa camionnette en plus… ? Je ne te pensais pas voleur, Josh.
en savoir plus ?
Cha-charmant… normalement c’est en mission avec Josh que je frôle la mort, pas en rentrant chez les Phyllalis.
en savoir plus ?
Je vais chuter, encore, et ça sera long, et ça sera douloureux, et t'auras pas envie d'être là. Parce que toi, tu as Aoi mais moi j'ai quoi maintenant que Maya est partie, dis-moi ?
en savoir plus ?
Ce n'est pas le parc que je souhaite anéantir...
en savoir plus ?
Mademoiselle Alézar, Pecheresse Caroline ! Où êtes-vous ?
en savoir plus ?
La triche sera permise évidemment.
en savoir plus ?
Q…. Quéééééééééééééé ?!
en savoir plus ?

Ginji Labelvi
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t780-c-est-par-la-la-sortie-oups-je-suis-alle-trop-vite
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t799-ginji-labelvi-voltali
Icon : Pikachu Explorateur, à votre service !
Taille de l'équipe : 25 / 31
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 20 ans
Niveau : 100
Jetons : 1587
Points d'Expériences : 4235
Pikachu Explorateur, à votre service !
25 / 31
Sinnoh
20 ans
100
1587
4235
pokemon
Pikachu Explorateur, à votre service !
25 / 31
Sinnoh
20 ans
100
1587
4235
Ginji Labelvi
est un Topdresseur Spé. Type


Blabla d'intro :
Pouet ! Quelques petites choses :
-Ce rp se passe dans la continuité de Cœur mécanique. Donc vous allez suivre les aventures de Ginjikachu.
-Pour des raisons évidentes de longueur, je n'ai pas pu tout rentrer en un seul post. Néanmoins, sachez que je me retire manuellement l'excédent d'xp.
-Des petits résumés des protas seront là pour réguler la lecture, en espérant que ça plaira aux trois courageux qui iront jusqu'au bout !


GINJI LABELVI

rp solo
« Farce & Capriccio »

XXX JJ MM AAAA
???

Je me sens si… Vide…

Pourquoi suis-je encore là ? Je ne devrai plus être ici…

Il y a quelque chose… Qui me retient…

Est-ce… Le regret ?

J’ai besoin de savoir…

Savoir… Si elle va bien…

Et tant que je serai dans l’ignorance…

Je continuerai d’errer…

Telle est ma punition.

Sois patiente, mon amour…

Peut-être qu’un jour…  

Nous serons tous réunis.





Narrateur omniscient

Cette histoire n’a aucun sens.

Elle est le fruit d’un hasard miraculeux et d’une malchance malvenue.

Absolument rien ne prédestinait son déroulement. Jamais les engrenages n’auraient dû s’agencer et permettre sa mise en marche. La probabilité était tout bonnement absurde.

Absurde, oui. Cette histoire est d’une absurdité folle.

Seul un être fou peut prendre autant de plaisir à la faire converger, inexorablement, vers ce destin aberrant. Dont sans doute personne ne veut réellement, d’ailleurs.

Et pourtant, lui la désire. Alors, les pièces se déplacent sur le plateau…

Et inévitablement, elles finissent par rentrer en collision.





***
Peu de temps après l’incident Magearna, Dortoir Voltali
Ginji

Je souffle bruyamment. Tout en avisant la fenêtre entrouverte, je me prépare à bondir. Harissa m’observe, narquoise.

« -Tu es sûr que ça va le faire ? »

La Emolga prend un malin plaisir à me voir galérer. Si la plupart de mes réflexes commencent à revenir, je dois avouer ne pas être encore totalement habitué au corps d’Euphie.

« -Ouais… Easy. »

… A commencer par cette voix.

Je saute, et m’agrippe tant bien que mal au rebord. Mes pattes pataugent un peu dans le vide, mais je parviens à me hisser dessus, non sans froisser ma robe Lady. Peu importe, j’en ai presque fini avec elle, de toute façon... Avec une bien meilleure agilité, Harissa me rejoint, et tous deux pénétrons à l’intérieur de ma chambre.

A peine ai-je posé mes pattes à terre que je retire ce foutu couvre-chef. Franchement, comment Euphie peut trouver ce genre de tenue agréable ? Pendant que j’entreprends de retirer le reste, Harissa balaie la pièce du regard.

« -Et tu comptes mettre quoi, à la place ? Tu veux que je t’aide à trouver les habits qui mettront en valeur ton joli minois ?…  »

Je m’acharne un peu sur mes chaussons, qui heureusement, finissent par sauter. J’ignore la dimension sarcastique de sa question, et y réponds de façon plus sérieuse.

« -Je pense que la combinaison Catcheur sera la plus supportable. Elle doit être dans mon sac…  »

Celui-ci est posé sur mon bureau, bien plus haut par rapport à moi. Mais maintenant que je n’ai plus cette insupportable robe pour entraver mes mouvements, mes gestes se font plus fluides et assurés… Ainsi, je réussis beaucoup mieux ce second saut, et me réceptionne sur la table sans trop de problèmes. Je glisse un peu à l’atterrissage, mais ça va.

« -Franchement, tu ne la trouves pas pénible à toujours vouloir que les choses aillent dans son sens ?… J’aurai été à ta place, je l’aurai tellement envoyée bouler...  »

Je comprends sans grandes difficultés que Harissa parle de Euphie, après qu’elle m’ait forcé à venir ici changer de vêtements. Je hausse les épaules, et ouvre la fermeture éclaire de la poche principale. Je suis obligé de l’écarter avec suffisamment d’amplitude pour faufiler ma tête dedans, et sentir mes longues oreilles toucher les rebords.

« -Quelque part, je la comprends. Je n’aimerai pas que Oz s’amuse à faire n’importe quoi avec mon propre… »

J’ai un léger vertige, et manque de m’effondrer à l’intérieur du sac. Je tente de me redresser, mais mes paupières pèsent anormalement sur mes yeux, et je ressens le cruel besoin de les clore… Tout se brouille autour de moi, et je sens ma conscience s’évaporer.

« -… ? »

Je souhaite demander à haute voix ce qui m’arrive, mais aucun son ne sort de ma bouche. Pourquoi est-ce que je me sens si…  Lourd….  Tout d’un coup ? Ne me dîtes pas que je suis en train de… De m’endormir… ?

Dans un ultime réflexe, je ne peux que tendre la patte. Je n’entends ni ne perçois plus rien, et c’est à peine si je sens mes doigts se poser sur…





Narrateur omniscient

En contre-bas, Harissa se retourne. La phrase inachevée du Pikachu la laisse perplexe, et elle cherche à voir ce qu’il fait depuis sa position… En vain.

« -Hum… Tout va bien ? »

Aucune réponse. Déployant ses deux membranes, elle se prépare à bondir pour le rejoindre…

Mais s’interrompt à la matérialisation d’une masse violacée devant elle.

Elle a même le réflexe de reculer. Avec de grands yeux, elle observe la silhouette d’une Magirêve se préciser au centre de la pièce, et s’interposer entre elle et Ginji. C’est déconcerté qu’elle regarde la créature prendre forme, et flotter tranquillement, le regard rivé sur elle.

« -Salutations… Harissa.  »

La concernée se tend, et retient son souffle, déconcertée. D’où sort ce Pokémon ? Elle ne lui dit absolument rien… Que lui veut-elle, et surtout, comment connaît-elle son surnom ? Beaucoup de questions qui submergent d’un seul coup son esprit, sans pour autant la paralyser. Loin de se laisser impressionner, elle tente une bravade.

« -Si tu viens au nom du Couafarel dont j’ai arraché la tignasse… Premièrement, il n’y a absolument aucun preuve que c’est moi, et deuxièmement, il l’avait bien cherché ! »

La Magirêve esquisse un fin sourire amusé.

« -Non… N’aie crainte. Je suis ici en qualité d’émissaire. »

Prenant ses aises, la Magirêve commence à doucement lui tourner autour. Si elle ne bouge pas, Harissa ne la lâche pas non plus une seule seconde du regard.

« -Je souhaite simplement discuter en tête à tête… C’est pour cela que je me suis permis d’endormir ton amie Euphie. »

Dans sa tête, l’Emolga analyse précautionneusement ses paroles. Elle semble connaître son entourage et leurs patronymes, mais ne sait pas que c’est Ginji qui se trouve actuellement dans le corps de la Pikachu.

« -Drôle de façon d’aborder quelqu’un. Comment sais-tu nos noms, et surtout… Qu’est-ce que tu nous veux ? »

La Magirêve s’immobilise, de retour à sa position initiale. D’un calme olympien, elle ne se laisse en rien impressionner par le ton hargneux de la ptéromys.

« -Cela va faire plusieurs jours que je surveille étroitement cette pièce… Je guettais simplement l’occasion de te parler, seule à seule.  »

Harissa plisse les yeux. Une stalkeuse ? Cela n’explique en rien les raisons de sa présence, hélas.

« -Quoi ?… Viens-en aux faits. Pourquoi moi ? Qu’est-ce que tu me veux ? »

Son interlocutrice tente bien de se montrer des plus apaisés, comme pour calmer ses ardeurs. Son voile flotte tranquillement et lui confère une allure de légèreté presque onirique, qui contraste avec la pression qui s’exerce actuellement sur les épaules de l’Emolga.  

« -On m’a envoyée te chercher… Pour être franche, j’ignore ce que tu as réellement de spéciale, mais… Tu es, semble-t-il, la candidate idéale. »

Ces paroles très vagues ne font cependant que l’agacer.

« -Aux faits,  j’ai dit ! Qui t’envoie ? Et candidate à quoi ? »

La Magirêve se rapproche tout doucement. Harissa sent qu’elle prend désormais un malin plaisir à faire augmenter la tension, mais ne bronche pas pour autant. Si elle cède à la colère, elle pourrait se faire avoir. Le visage du Pokémon arrive bientôt à hauteur du sien, et ses lèvres se portent au niveau de ses oreilles. Alors qu’elle se sent bouillir, Magirêve met fin à l’attente, et lâche un unique mot.

Un seul.

« -Duchesse. »

Le sang de Harissa ne fait qu’un tour.

Une traînée d’étincelles apparaît derrière elle après qu’elle ait foncé sur le Pokémon. Mais son corps ne rencontre que du vide, et elle atterrit rapidement sur le lit de son dresseur. Après avoir fait volte-face, elle observe le corps de la Magirêve se rematérialiser à l’endroit où il a disparu. Les joues de l’Emolga crépitent, mais elle s’abstient de retourner d’ors et déjà à l’assaut, préférant d’abord l’interroger.

« -Comment connais-tu ce nom ?! Et qu’est-ce que tu me veux ?! »

La Magirêve ricane, toujours aussi détachée.

« -Si tu veux en savoir plus… Tu vas devoir me suivre. »

Harissa lâche alors un râle exaspéré.

« -T’en as pas assez, de me faire poser des questions ?!… Où ?! Pourquoi ?! »

Elle sourit tendrement.

« -Je ne peux pas te le dire… Si tu veux des réponses, il va te falloir m’accompagner.
-Parce que tu penses vraiment que je vais te suivre bien gentiment ?! »

L’Emolga sert les dents pour réprimer sa rage. En face, l’inconnue acquiesce.

« -Oui. »

Harissa entrouvre donc la bouche pour répliquer, mais aucun son n’en sort. Elle a envie de lui hurler quelque chose du style « Va te faire voir ! », mais un obscur réflexe l’en dissuade. Cette Magirêve…

Elle prétend l’observer depuis des jours, et a endormi Ginji avec une facilité déconcertante. Si elle désirait l’emmener par la force, elle l’aurait déjà fait depuis longtemps… En plus de cela, elle n’a pas riposté à son attaque. Elle ne montre aucune volonté de se battre, et le fait qu’elle soit parvenue à l’identifier par son premier surnom implique qu’elle en sait beaucoup à son sujet…

Et probablement… Qu’elle en sait également beaucoup sur…

« -... »

En un regard noir, Harissa suspend sa production d’électricité. Elle dévisage ensuite cette mystérieuse créature, et reprend son interrogatoire, sans pour autant décolérer.

« -Pourquoi vouloir absolument me demander ça en privée ? »

Magirêve acquiesce tout doucement, approuvant sa décision d’annuler son attaque.

« -Tu dois venir seule. Et ni tes compagnons, ni ton dresseur ne doivent être tenus au courant de ton départ… Ou de ses raisons.  »

Harissa plisse les yeux.

« -Pourquoi ? »

Son interlocutrice sourit. L’Emolga n’a pas besoin de plus pour comprendre qu’elle n’aura aucune réponse. Elle soupire longuement, exaspérée, et l’interroge une dernière fois.

« -Et pour quand serai-je de retour ? »

Son rictus s’agrandit.

« -Dans le pire des cas… Demain, avant le coucher du soleil.
-… »

Le regard de Harissa s’assombrit, et sa mine se fait pensive. Tout ceci… N’a aucun sens. Qui est cette Magirêve ? Comment connaît-elle son tout premier surnom, et pourquoi ressurgit-il maintenant ? Est-ce que tout ceci a un rapport avec Catharina, sa première dresseuse ?… Et surtout : que peut-elle apprendre à son sujet ? Va-t-elle enfin avoir une réponse concernant sa brusque disparition ?… Une réponse qu’elle a depuis bien longtemps cessé de chercher ?

Elle ne peut s’empêcher de diriger son attention vers le bureau, où se trouve toujours Ginji, affalé dans son sac. Est-ce qu’elle va vraiment planter son dresseur là, et juste s’en aller ? Suivre l’inconnue qui vient de l’endormir ? Partir, en sachant que potentiellement…. ?

Ses pattes se resserrent. C’est très frustrant, comme situation… Et la seule réponse à laquelle son esprit vif aboutit la contrarie fortement.

Elle est heureuse d’être avec Ginji. Elle n’a pas envie de retrouver sa vie d’avant.

Mais peut-être que Catharina a besoin d’aide. Et ça…

Elle ne peut pas l’ignorer.

C’est pourquoi elle finit par prendre une grande inspiration, et se tourner vers Magirêve.

« -… C’est d’accord. Je te suis. »

Cette réponse paraît la satisfaire.

« -… Bien. »

Et sans plus de cérémonie, elle se dirige vers la fenêtre, entrouverte. Harissa se tourne vers elle, prête à la suivre…

Mais le son d’un mouvement derrière elle l’en empêche.

« -Je viens aussi. »



Ginji

Harissa et la Magirêve s’immobilisent, et se retournent. Avec de grands yeux, elles me dévisagent. Je me tiens debout, pleinement éveillé après m’être redressé et sorti du sac.

Je fixe intensément la créature ayant fait irruption dans ma chambre. Si elle semble réellement surprise, son ton reste relativement calme.

« -… Comment as-tu pu… ? »

De ma patte, je soulève une fiole vidée. Un Réveil.

« -Quand je me suis senti partir, j’ai attrapé ça. J’ai ensuite mimé le sommeil. »

L’Emolga entrouvre la bouche pour réagir, mais je la coupe avant.

« -J’ai tout entendu. Tout. Le départ de Harissa ne doit pas se faire savoir ?… Alors emmenez-moi avec vous. C’est votre seule garantie. »

Si l’expression de ma compagnonne trahit un mélange d’inconfort et d’insécurité, elle ne réagit pas outre mesure. Harissa plisse les yeux, et toise à son tour la Magirêve, dans l’attente d’une réponse.

Étrangement, elle ne se fait pas tarder. La créature rigole même doucement, et sourit.

« -Hihi, voila qui est inattendu… Très bien. Je pense que tu feras l’affaire, toi aussi... »

Harissa et moi nous échangeons une courte œillade surprise. Pour… Pourquoi a-t-elle accepté si vite ? Et… Qu’est-ce qu’elle entend par là, au juste ? Je me serai attendu à d’abord devoir débattre, en vue des précautions prises pour que seule Harissa parte...

Et pourtant… Elle a accepté ma venue avec une facilité si… Déconcertante.

Mais je chasse rapidement toutes ces questions de mon esprit, et me contente de cette réponse positive. Heureusement qu’elle a accepté, d’ailleurs, car j’aurai tout aussi bien pu faire capoter ses projets et la faire fuir, sans que Harissa n’obtienne la moindre réponse… C’était un pari risqué, mais je me devais de le prendre.

Bon… Ok. Très bien. Faisons le point sur ce qu’il se passe. Alors que je suis coincé dans le corps de ma Pikachu, une Magirêve vient de rentrer en contact avec ma Emolga, et l’enjoint de la suivre pour des motivations inconnues. Elle ne souhaite pas que cela se sache, et si Harissa était d’abord réticente, elle a radicalement changé d’avis à la mention du mot « Duchesse ». Maintenant, nous devons tous les deux suivre le type Spectre… Et j’ai bien trop de questions à poser. Mais avant… Prenons quelques précautions.

Ma patte tire rapidement sur une cordelette qui dépasse de mon sac. Je récupère ainsi le sifflet de Sharon, que j’entreprends de nouer autour de mon cou. Ainsi… Ma Ptéra pourra venir nous récupérer en cas de besoin. C’est là le seul indice que je peux laisser à Oz et aux autres quant à notre situation… Convaincu par cette idée, je me hâte de rejoindre Harissa et Magirêve, déjà à l’extérieur de ma chambre. Mais « l’émissaire » remarque l’objet autour de mon cou, et m’interrompt net.

« -Une minute. Où souhaites-tu aller, avec ça ?… »

Elle m’indique l’instrument d’un mouvement de la tête. Un peu anxieux, je l’attrape d’une patte, et la lui mets en évidence.

« -Ça ?… C’est juste un accessoire. Il ne marche même pas. Vous… Vous voulez siffler dedans, pour voir ?… »

Normalement, seuls Sharon et Terry sont supposés entendre le son qu’il produit. J’espère que c’est vrai et que cette Magirêve ne le perçoit pas aussi…

« -… Tu te moques de moi ? »

Je me tends, et Harissa me fusille du regard. Est-ce que je viens de ruiner en un instant le semblant de confiance que cette Magirêve a placé en moi ?…

« -Je suis un fantôme. Je ne produis pas de souffle, et donc, je ne peux pas l’utiliser. »

J’écarquille légèrement les yeux. Oh. Je souris, gêné, et me détends légèrement.

« -Ah… Euh… D-désolé…  »

Elle s’en accommode.

« -Pas de soucis. Suivez-moi, notre embarcation nous attend. »

Harissa et moi nous échangeons une nouvelle œillade criconspecte. Notre… Embarcation ? Où… Où va-t-on, au juste ?…

Une fois encore, pas le temps pour les questions. Magirêve fonce tout droit, passant derrière le bâtiment Voltali pour s’immiscer derrière ceux des infrastructures. Harissa et moi la suivons au pas de course, et je peux enfin renouer avec le déplacement à quatre pattes… Sans la robe, c’est tout de suite bien plus facile.

Nous finissons par atteindre la sortie nord de l’académie. Nous ne risquons donc pas de croiser le reste de l’équipe, qui se situe au niveau de la plage.

Magirêve nous guide un certain temps à travers les bois, et malgré l’ambiguïté de ma situation, je ne peux pas m’empêcher d’observer avec une certaine fascination la végétation alentours. Tout est si grand, du point de vue d’un Pikachu… Cela me donne toujours un peu le vertige, mais comme la dernière fois, je finirai certainement par m’y faire.

Finalement, notre guide bifurque. Nous finissons ainsi par silencieusement nous rapprocher de la plage, où… Un Pokémon nous attend.

Un Lokhlass.

Sans lui adresser la moindre parole, Magirêve vient se placer au dessus de lui, puis se tourne vers nous.

« -Montez. »

Si j’avoue avoir une certaine réticence, Harissa elle, grimpe sans se faire prier. Je l’imite donc, et me rapproche de l’eau pour me hisser sur l’énorme créature…

« -Bon… Bonjour ? »

Elle se contente d’acquiescer en guise de salutations. Dès que Magirêve s’est assurée de nos positions, elle lui fait signe…

Signe de partir. Lokhlass se retourne alors, et, comme escompté… Entreprend de s’éloigner de la plage.

Perplexe, j’observe la côte de laquelle nous nous écartons. Harissa et moi prenons machinalement place sur cette immense carapace tandis qu’un lourd silence plane, et que nous mettons les voiles. Lokhlass semble désormais en route vers une destination bien précise, et ne se fait guère plus loquace… Je crois qu’on vient de se faire embarquer pour un endroit quelque peu éloigné, là.

En tout cas… On ne reste pas sur Adala.

Tiraillé par de trop nombreuses questions – et inquiétudes – je finis par briser le calme ambiant et questionner le spectre.

« -Et… Maintenant, on peut savoir où on va ? »

Elle prend un instant pour réfléchir à sa réponse.

« -Pas encore. Je vous en dirai plus une fois arrivés. »

Grmbl. J’aurai préféré savoir tout de suite… Au moins, elle nous a assuré pouvoir enfin donner des détails plus tard… ? Je présume que c’est une forme de progression. Je m’en désintéresse donc, et me tourne vers ma deuxième source d’interrogations.

« -Harissa… Tu peux m’expliquer ce qu’il se passe ? »

La mine de l’Emolga se fait plus sombre. Étonnement, c’est Magirêve qui réagit la première.

« -Tu nous as suivi sans même savoir de quoi il était question ?… »

J’acquiesce avec ferveur.

« -Bien sur. Si Harissa a accepté de vous suivre, alors elle doit avoir ses raisons… Pas besoin de les connaître pour vouloir l’aider. »

A son tour d’opiner du chef.

« -Je vois. » elle se tourne, et fixe l’horizon « Sache d’ailleurs que je te suis reconnaissante de t’être montrée à moi. Je préfère que tu sois à nos côtés, plutôt qu’auprès de ton dresseur. Tu aurais pu lui expliquer la situation, ce qui aurait été très contrariant. »

Je plisse les yeux. Visiblement, j’ai misé sur le bon argument, tout à l’heure…. Elle croit que je suis Euphie, et ne se doute aucunement de ma véritable identité. Reste désormais à savoir si tout ceci va me mener à la bonne fin…

A nouveau, je fixe Harissa.

« -Maintenant… Si tu pouvais m’en dire un peu plus, cela pourrait toujours m’être utile. »

De dépit, elle soupire. Elle n’a pas spécialement envie d’en parler, mais… Après un instant à poser mentalement le pour et le contre, elle finit par s’expliquer.

« -Tu te souviens, quand Oz t’a parlé de Catharina ?…  »

Catharina ?… Ma mine étonnée trahit une certaine surprise. Pourquoi est-ce que Harissa me fait-elle mention de… ?

« -…. Ta première dresseuse ? »

Elle hoche la tête.

« -Avant que t… » elle bute un instant sur ses paroles, mais se rectifie très vite « Avant que Ginji me capture, je vivais avec elle. Mais… Certaines circonstances, dont j’ignore l’origine exacte… Nous ont poussé à nous séparer. Depuis, je n’ai plus de nouvelle d’elle…  »

L’expression lugubre de l’Emolga me peine profondément. Pourtant… Je me dois de creuser encore un instant. J’en sais encore trop peu pour pouvoir pleinement l’aider… Hors, c’est bien pour ça que je suis ici, avec elle. C’est mon devoir… Je me dois d’être là pour elle… Et ce, même au risque… De raviver d’obscurs souvenir.

Alors, hésitant, j’insiste.

« -Que… Que s’est-il passé, précisément ? »

Son visage s’assombrit plus encore. Harissa baisse la tête, et murmure presque sa réponse.

« -Un... Un événement terrible. Une tragédie innommable, qui me hante encore… »

Soudainement, elle se redresse, puis sourit à pleines dents.

« -Nan, je plaisante. Elle est juste partie du jour au lendemain. »

Mon cœur rate un battement.

« -Tu… Tu te moques de moi ?! »

Elle rit. Je sens la pression redescendre d’un coup, sans pour autant totalement disparaître. Après avoir doucement respiré, je reprends mon sérieux.

« -Elle est partie… Pouf ? Comme ça, disparu ?
-Yep. » elle lève ses yeux en direction du ciel « Un jour, j’ai trouvé notre demeure totalement vide. Je l’ai bien attendue, mais… Elle n’est jamais revenue. »

Même si ça sonne moins dramatique qu’annoncé, je ne peux pas m’empêcher de me sentir peiné pour elle. Pour autant, je ne dois pas me laisser distraire.

« -Et donc… Qu’est-ce qui nous emmène là ? »

Harissa hausse les épaules.

« -’Sais pas. » elle m’indique Magirêve du menton « Madame s’est ramenée, et m’a demandé de la suivre en m’appelant par mon surnom de l’époque. Je me suis dit que Catharina avait peut-être besoin de moi... »

Magirêve n’émet pas la moindre réaction devant cette hypothèse. Pour ma part, j’acquiesce tout doucement au fur et à mesure que je reconstitue notre rencontre dans ma chambre… Jusqu’à ce que quelque chose m’interpelle.

« -Attends… Ton surnom de l’époque… »

J’écarquille les yeux, et dévisage Harissa.

« -Tu… Tu t’appelais… ? »

L’Emolga semble savoir où je veux en venir, et tend brusquement ses pattes vers moi pour m’en empêcher.

« -N-non ! Ne le dis pas !
-… Duchesse ? »

Son visage se décompose, et ses épaules s’affaissent. Pour ma part, je suis contraint de gonfler les joues pour étouffer le rire qui m’étreint, sans grand succès.

« -… T-toi ? Du… "Duchesse" ? Ahaha… Ahaha ! C’est la meilleure ! »

Blasée, elle soupire.

« -Que veux-tu ? Duchesse, Harissa… J’ai toujours attiré les blazes de merde. »

Je dois plaquer mes pattes sur mon ventre pour apaiser ce fou rire. Vexée, Harissa me sermonne.

« -E-eh ! Tu crois vraiment que c’est le moment ?! »

J’inspire et expire alternativement pour reprendre mes esprits. Je crains qu’elle ait raison… Ce très court instant de décontraction doit hélas se terminer en vue de l’énorme doute qui subsiste quant à notre avenir immédiat.

Lorsque le silence retombe,  je me retrouve à contempler l’immensité de l’océan. Nous ignorons tout de notre destination, même le temps de trajet… Mais si ma mémoire est bonne, Magirêve a mentionné à Harissa le fait qu’elle pouvait être de retour d’ici demain. Si nous nous déplaçons à dos de Lokhlass, j’en déduis donc que nous ne quitterons pas l’archipel de Mythis… Ou alors, nous aurions eu le droit à un moyen de déplacement plus rapide.

Avec appréhension, je jette un œil derrière nous. Adala n’est déjà plus qu’un point à l’horizon…  J’espère VRAIMENT que je n’ai pas commis une immense erreur en suivant Harissa.

Je me perds bien vite dans mes pensées, et mon regard dévie jusqu’à s’arrêter sur la Magirêve. Elle se contente de regarder droit devant nous, figée, à l’exception seule de sa robe qui flotte au gré des vents. Qui est-elle exactement ? Pourquoi avoir été envoyée récupérer Harissa ? Et surtout, pour quelles raisons je suis supposé être tenu ignorant ?… Étrangement, et en dépit du fait qu’elle m’ait attaqué en traître, elle ne m’a pas l’air bien méchante. Je me demande même si… Il n’y aurait pas moyen d’ouvrir le dialogue…

« -Magirêve… ? Hum, on doit vous appeler par un surnom ? »

Elle coule vers moi un regard surpris, ne s’attendant visiblement pas à être interpellée. Mais elle s’en défait rapidement, et me répond tout simplement.

« -Certains confrères me surnomment Sorcière du Temps, ou Spectre. »

N’étant pas non plus préparé à ce genre de réponse, j’affiche un air étonné.

« -Oh. »

De bien étranges informations livrées d’un seul coup, et que je décide de simplement ranger dans un coin de ma mémoire. Elle semble bavarde, et c’est ce que je recherche…. Essayons de grappiller quelques données, mais sans pour autant me montrer trop insistant.

« -Hum… Je me demandais… »

Je l’avise un instant, cherchant une quelconque piste de réflexion. Il y a bien un détail qui me turlupine, mais… N’est-ce pas un peu trop… Direct ? Hmm… Je n’ai qu’un seul moyen de le savoir, je présume.

Du menton, je lui indique le bas de son corps

« -Tu… Tu lévites, mais… Mais pourtant…  Ce n’est actuellement pas toi qui te déplaces, pas vrai ?… Je veux dire… Comment tu fais pour te laisser… "Transporter" par Lokhlass… Alors que tu ne le touches pas ? »

Harissa me lance de grands yeux déconfits. « C’est vraiment CA, ta question ?! », hurle-t-elle silencieusement. Mais heureusement, la prénommée Spectre n’est pas autant déconcertée, et esquisse même un fin sourire.

« -Hmm. Tu es une souris bien curieuse…  »

Le ton de sa voix n’a rien de péjoratif. Pour autant, je ne peux pas m’empêcher de me tendre. Elle suit mon regard, et m’indique sa propre enveloppe corporelle d’un mouvement similaire au mien.

« -Certes, je vole, mais il s’agit d’un mécanisme purement psychokinétique. Mon esprit établi un point sur lequel il exerce une répulsion, que je peux modeler à ma guise… »

Après avoir recouvré son calme, Harissa se permet alors un commentaire.

« -C’est comme si t’avais des membres intangibles dont tu peux faire varier la hauteur, en gros…
-Hmm. » je détourne les yeux, et mime la réflexion « Donc il y a quand même une force cinétique à l’œuvre ?… »

Le sourire de la Magirêve se fait en conséquence plus appuyé.

« -Oui. Vous êtes plutôt perspicaces. » elle se retourne, et se concentre à nouveau sur notre trajectoire « J’étais sceptique au début, mais comme toujours, la Directrice a vu juste. Vous verrez, une fois là-bas… Nous sommes tous un peu comme ça. »

La Emolga et moi-même la toisons en silence, dans l’attente d’un développement. « Directrice » ? « Nous » ? C’est finalement une toute autre question que je décide de poser à haute voix.  

« -… Un peu comme ça ?… Quoi donc ? Perspicaces ? »

Magirêve acquiesce distraitement.

« -Hmm. Mais pas seulement… »

Elle marque une courte pause, pour finalement conclure.

« -Disons plutôt… Intelligents. »

***

Nul ne siège à la défense ♪

Euphie | Pikachu ♀

Du genre enthousiaste, Euphie a toujours fait preuve d'un dynamisme admirable. Mais actuellement, et suite à l'intervention d'un Magearna, c'est Ginji, son dresseur, qui se trouve dans son corps. Le garçon ignore dans quoi il s'est embarqué, mais va certainement devoir jouer la Pikachu enjouée un bon moment.
Harissa | Duchesse - Emolga ♀

Rusée, et arrogante, Harissa est capable de vous en faire voir de toutes les couleurs si elle juge cela amusant. Sa première dresseuse, Catharina, a disparu dans d'étranges circonstances, et la Magirêve venue à sa rencontre connaît son surnom de l'époque : Duchesse. Harissa la suit dans l'espoir d'aider son ancienne maîtresse.
Spectre | Sorcière du Temps - Magirêve ♀

Elle est vraisemblablement chargée d'établir le contact entre Harissa, et le groupe auquel elle appartient. D'une nature calme et conciliante, ses réelles motivations sont imbibées de mystère. Difficile d'estimer si elles sont bonnes ou mauvaises.




Dernière édition par Ginji Labelvi le Dim 19 Jan 2020 - 23:45, édité 3 fois



« Adieu. Et sache désormais... Que tu m’es insignifiant. »
Ginji Labelvi
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t780-c-est-par-la-la-sortie-oups-je-suis-alle-trop-vite
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t799-ginji-labelvi-voltali
Icon : Pikachu Explorateur, à votre service !
Taille de l'équipe : 25 / 31
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 20 ans
Niveau : 100
Jetons : 1587
Points d'Expériences : 4235
Pikachu Explorateur, à votre service !
25 / 31
Sinnoh
20 ans
100
1587
4235
pokemon
Pikachu Explorateur, à votre service !
25 / 31
Sinnoh
20 ans
100
1587
4235
Ginji Labelvi
est un Topdresseur Spé. Type
GINJI LABELVI

rp solo
« Farce & Capriccio »


Je ne saurai estimer le temps exact. Une heure, une heure et demi ?… Peut-être deux. Oz doit certainement déjà se poser des questions quant à notre absence.

Ma patte se resserre sur le sifflet autour de mon cou. Faîtes qu’il comprenne mon message…

« -Nous arrivons. »

J’avise l’île dont nous nous rapprochons. Je n’ai jamais mis les pieds dessus, et pour l’instant, ses multiples reliefs ne m’avancent pas beaucoup. Elle paraît plutôt vaste, et… Lambda. Une plage, une forêt abondante, et beaucoup de récifs. Difficile de l’évaluer dans son intégralité, mais du peu que je vois, nous débarquons dans une zone inhabitée.

Par l’Homme, du moins.

« -Les humains appellent cet endroit Skaai. »

Skaai… Ce nom ne m’inspire rien. Il ne doit pas s’agir d’une île beaucoup fréquentée au sein de l’archipel. Et pourtant, si nous n’avons pas mis plus de deux heures à la rejoindre, à dos de Lokhlass… Elle ne doit pas être bien excentrée non plus.

Après que notre transporteur ait accosté, nous rejoignons simplement la terre ferme. Sans perdre de temps, Magirêve nous enjoint une fois encore de la suivre, ce que nous faisons. Cette fois-ci, le milieu où nous évoluons m’est parfaitement inconnu… La dimension obscure de notre situation et ma taille réduite contribuent donc à un certain sentiment d’inconfort.

Mais je ne dis rien. Je reste silencieux, et détaille plutôt avec attention notre environnement… Et notre trajectoire, surtout. Sait-on jamais, qu’il soit nécessaire de faire demi-tour…

Même si elle ne veut pas le montrer, je sens que Harissa est elle aussi, plutôt tendue. Forcément, en plus de tout ce mystère, elle s’inquiète pour Catharina… Je me dois donc d’être présent et de l’accompagner dans ce passage… Étrange, de notre vie.

Une fois encore, le trajet prend un certain temps. Pour moi, les proportions sont faussées, et j’ignore si je trouve le chemin long à cause de mes nouvelles dimensions ou s’il l’est réellement. Je fais pourtant de mon mieux pour naviguer entre les arbres et ne pas paraitre trop à la traîne, histoire de garder ma couverture de simple Pikachu auprès de notre guide. Au moins, je ne suis pas encombré par la robe d’Euphie, et mon passif avec les changements de corps me donne une certaine crédibilité.

Je crois.

J’ai beau tendre l’oreille, et écouter le moindre frémissement des arbres, je n’entends rien qui puisse m’aiguiller sur la présence de locaux. Les Pokémon sauvages semblent se faire rares ici, et… Les humains encore plus. Pas la moindre trace de civilisation non plus…

Je ne sais pas quel est cet endroit, je ne sais pas où on va, mais une chose est sûre, on y sera bien planqués.

Pour l’heure, je doute que ce soit une bonne chose.

Dans un élan de clarté, j’ai pris le sifflet de Sharon en pensant naïvement qu’elle pourrait venir nous chercher en cas de besoin. Mais… Non seulement nous ne sommes plus sur Adala, mais en plus, la forêt est dense, et les points d’atterrissage rares. L’idéal serait de dégoter un promontoire à proximité de notre lieu d’amarrage…. Cela pourrait assurer nos arrières en cas de fuite.

Ah… Faîtes que cela ne soit pas nécessaire. La situation semble déjà assez tendue comme ça…

Pourvu qu’Oz sache gérer notre absence. Il va certainement s’inquiéter. J’ignore comment il va réagir en réalisant notre disparition… Nous devons régler cette affaire au plus vite. Rentrer demain soir, c’est déjà trop tardif… Même, si ça pourrait être encore pire, je suppose.

Un ralentissement me tire de mes pensées. Enfin, nous arrivons.

Sur notre chemin, les buissons s’écartent et les arbres se raréfient. Il semble que nous quittions la forêt, pour arriver au cœur d’une plus vaste plaine…

Et en son centre…

… Une église ? Ou plutôt… Un temple ?

Il s’agit d’une gigantesque bâtisse, en bois et en pierre. Assurément construite par l’Homme, sa structure peut faire penser à une abbaye. Elle est en très mauvais état et la végétation a commencé à envahir les lieux… Elle n’a pas été entretenue depuis longtemps, et est, de prime abord, inhabitée.

« -C’est quoi, ça ? »

Harissa ne tient plus et tente une énième fois de questionner notre guide. Celle-ci se contente de lui glisser un regard en coin, et l’ignore, pour plutôt se tourner vers moi.

« -Je me dois de te prévenir. Seule ton amie était attendue. Je ne sais pas comment ta présence sera accueillie par les autres… Il se pourrait que, dans un premier temps, tu sois placée sous surveillance étroite. »

Sous la pression, j’acquiesce docilement. Je ne suis pas là pour faire d’histoires. En tout cas, pas tant que je n’aurai pas le fin mot de cette affaire. En attendant… Je ferai mieux de faire profil bas.

Nous suivons donc Magirêve jusqu’à l’entrée du bâtiment. S’il paraît normal de loin, une fois à son pied, je prends pleinement conscience que ma taille à moi est bien insignifiante en comparaison de la sienne.

Le Pokémon Spectre pousse les portes via une force obscure, et les ouvre en un grincement bien audible. Nous avons alors le droit à un premier aperçu des lieux : l’entrée consiste en un premier couloir, qui débouche rapidement sur d’autres. Je fronce le museau lorsque certains volutes de poussières parviennent jusqu’à moi, pendant que mes yeux cherchent à s’habituer à l’obscurité ambiante. L’unique éclairage provient de la faible lumière des fenêtres, et de quelques trous dans le toit.

Et, dernier constat… Nous sommes attendus.

« -Sorcière du Temps ! Je vois que tu nous reviens en un seul morceau… »

Une Shaofouine s’avance vers nous en même temps que nous entrons. Son expression paraît satisfaite, et son ton assuré. Elle est suivie de près par un Noadkoko aux sourires idiots et une Floette à l’allure tout aussi enjouée.

Le regard du Pokémon Combat se pose sur Harissa, puis vers moi, pour finalement se tourner vers Magirêve avec scepticisme.  

« -…. Ne devais-tu pas en ramener qu’une seule ? »

La concernée acquiesce simplement.

« -J’ai eu un contre-temps. Le Conseil peut-il se réunir ? »

Pensive, la Shaofouine lève les yeux au ciel et plaque une manche contre sa bouche.

« -Nous ne sommes pas nombreux à être revenus. Mais Poupée Directrice est présente, ainsi que d’autres, donc…  » elle se tourne vers le Noadkoko « Va auprès d’elle et demande à convoquer une assemblée. Tout de suite ! »

Ses nombreuses têtes acquiescent bêtement, et il part au quart de tour dans l’un des nombreux couloirs du bâtiment. Il n’a même pas totalement disparu que "Sorcière du Temps" enchaîne.

« -Ta servante peut-elle emmener la Pikachu en lieu sûr ? J’aimerai faire un compte-rendu complet avant de soumettre sa candidature. »

A ma mention, la Shaofouine plisse les yeux, et sourit doucement.

« -Intéressant… » puis elle fait un signe de la patte à la Floette « Tu as entendu ?
-Hihi, tout de suite. ♪ »

Flottant joyeusement, elle se rapproche de moi. Mais Harissa réagit avant, et s’interpose même.

« -A-attendez, où est-ce que vous voulez l’emmener ?! »

J’avoue être moi-même surpris par ce brusque élan de panique. C’est Magirêve qui lui répond, d’une voix qui se veut apaisante.

« -N’aie crainte, ton amie reste avec nous. Elle va simplement patienter dans une autre pièce. »

Incertains, Harissa et moi nous regardons un instant. Je souhaite réagir à mon tour pour demander à suivre mon amie, mais la type Spectre nous devance.

« -Pendant ce temps, nous irons toutes les deux voir Directrice. C’est elle qui sait tout ce qu’il y a à savoir à propos de ton passé, Duchesse. »

A nouveau, L’Emolga souhaite protester. Pourtant, lorsqu’elle ouvre la bouche, aucun son n’en sort. Elle n’a jamais été aussi proche d’avoir des réponses, et je comprends tout à fait qu’elle ne souhaite pas s’opposer davantage. Dans l’optique de la rassurer, je m’approche d’elle, et pose une patte sur son épaule.

« -Ça va aller. On se retrouve après. »

J’ignore si c’est vrai, mais les Pokémon autour ont l’air d’aller en ce sens. Harissa baisse les yeux un instant, et le regard perdu, semble s’en convaincre.

« -O… Ok. »

Ce à quoi je ne m’attends pas, c’est qu’elle rapproche son visage du mien pour mettre en contact nos joues. Une étincelle part des siennes et réagit en cohésion avec l’électricité dans mon corps, me procurant ainsi un certain sentiment de chaleur et de réconfort. Un peu surpris, je ne réagis pas tout de suite, et ne le fais que lorsque la Floette se place à mon niveau.

« -Allez ! On y va, on y va ! ~ »

Hébété, j’opine, et finis par retirer ma patte de l’épaule de Harissa. Je ne m’attendais pas à un tel signe d’affection de sa part, mais peut-être a-t-elle fait ça car mon comportement transparaissait plus humain que Pokémon. Ou bien, elle a agi consciencieusement…

Dans tous les cas, je finis par suivre la Floette, et salue l’Emolga d’un geste. J’espère vraiment que tout va bien se passer… Je ne suis pas très à l’aise avec l’idée qu’elle parte seule rencontrer des inconnus, mais… En fin de compte, les Pokémon ici n’ont pas l’air bien méchant. Mis à part que Magirêve m’ait endormi par surprise, et qu’on refuse de répondre à beaucoup de nos questions… Il n’y a pas trop de quoi s’inquiéter… Si ?

La créature qui me guide désormais paraît en tout cas plutôt joviale. Sous cette forme, rares sont les Pokémon plus petits que moi, et j’avoue trouver réconfortant de voir cette Floette léviter joyeusement devant. C’est peut-être un sentiment primaire et purement instinctif, mais je me sens plus en sécurité lorsque ceux qui m’entourent ne font pas trois fois ma taille…

Aussi, j’ose espérer qu’elle soit plus bavarde, en vue de sa légèreté apparente.

« -Est-ce que… Tu saurais m’expliquer ce qu’il se passe, exactement ? »

Sa réponse ne tarde pas.

« -Nop ! ♫ »

Je tire instantanément une moue dépitée. Pourquoi est-il si difficile d’avoir des informations sur ce qui nous arrive ? Heureusement, elle ne tarde pas à préciser son propos.

« -Même si je savais, je ne pourrai rien te dire ! Il ne faut pas, il ne faut pas ! ♪ »

Je fronce le museau, contrarié.

« -Et pourquoi cela ?
-Car la Maîtresse du Cimetière nous l’interdit ! Majordome Stupide et moi, on n’a pas le droit ! Nous sommes au service de la Maîtresse du Cimetière, nous devons juste satisfaire ses ordres !
-Maîtresse… Du Cimetière ? »

C’est… C’est quoi ce nom lugubre ? Je l’aurai bien associé à Magirêve, mais… Elle dit déjà s’appeler « Sorcière du Temps », ou « Spectre ». Un troisième surnom, cela commencerait à faire beaucoup, non ?… Une fois encore, la Floette vient répondre à ma réflexion mentale.

« -C’est Combat ! Elle souhaite qu’on l’appelle comme ça ! »

… Combat ?… Serait-ce en référence au type Combat de la Shaofouine ? Je crois décerner un pattern, et ne vois dès lors qu’un seul moyen de m’en assurer…

« -Et donc toi, tu t’appelles… Fée ? C’est ça ? »

Elle s’immobilise brusquement. Effarée, elle fait volte-face, et c’est avec une certaine pression qu’elle rapproche son regard du mien.

« -Comment tu le sais ?!
-… »

La surprise me fige, et j’ai besoin d’un instant pour réagir. Finalement, je murmure ma réponse presque à demi-mot.

« -Je… L’ai… Entendu tout à l’heure ? »

Elle se détend alors d’un seul coup, et hoche la tête d’un air convaincu.

« -Oh, je vois ! »

Puis elle se retourne et reprend son guidage.

« -Maîtresse du Cimetière m’appelle aussi Méchante Servante ! Je me demande bien pourquoi, hihihi… ♪ »

… Ok, ça par contre, je m’en serai passé. Pourquoi a-t-elle l’air aussi creepy, d’un seul coup ? Décidément, ce lieu et ses habitants sont très étranges. Une île abandonnée, une bâtisse squattée par une horde de Pokémon aux surnoms improbables, et l’impossibilité totale d’obtenir la moindre information sur ce qu’il se passe… D’autant que « Combat » a mentionné la présence d’autres membres, et également d’une assemblé. Serai-je tombé sur une sorte de… Guilde de Pokémon ? C’est… C’est possible, ça ? Si c’est vrai, ils doivent vouloir se tenir hors de portée des humains, je suppose… Cela expliquerait cette volonté de garder tout ça secret vis-à-vis de moi, le dresseur. Mais du coup, qu’est-ce que Harissa vient faire là-dedans ? Elle n’a pas l’air de les connaître, ni d’être familière avec tout ça, donc… Quel rapport avec Catharina, sa première maîtresse ?

Toutes ces réponses, je ne les aurai que plus tard. Fée me conduit jusqu’à une aile du bâtiment qui s’apparente à un dortoir. Évidemment, il est à proportion humaine, et elle a besoin d’utiliser ses pouvoirs pour ouvrir la porte d’une des chambres, dans laquelle elle me fait signe de rentrer. Je m’exécute sans un mot, et observe la pièce très… Rustique. Une couchette, une chaise, une armoire et un bureau, le tout en bois, sont les seuls éléments qui la composent. Si la quasi-totalité de la zone est poussiéreuse, ce n’est pas le cas de certains recoins, signe tout de même de passages réguliers. Le sol est recouvert de dalles en pierres, tout comme le mur qui doit déboucher sur l’extérieur. Tout le reste consiste en des palissades boisées. Une seule fenêtre figure dans le mur de pierre, mais la saleté qui recouvre le verre filtre la lumière qui s’y faufile.

En observant le tout, je fais quelques pas hasardeux à l’intérieur, jusqu’à arriver au centre de la pièce. Après quoi, je me tourne vers la Floette.

« -Et… Je fais quoi maintenant ? »

Celle-ci est restée au niveau de la porte, et sourit simplement.

« -Hihihi… Tu attends ! ~
-Vlam. »

Et sous son impulsion, la chambre se referme.

« -… »

Je reste là, un instant, prostré dans un silence glacial. Mon regard ne quitte pas des yeux la porte, tandis que je tente de faire le point sur la situation.

… Donc si je récapitule : je suis sorti à la plage avec mes Pokémon pour une partie de beach-volley, et… Actuellement, je suis dans le corps de ma Pikachu, enfermé dans la pièce d’un abbaye désert mais habité par des Pokémon sur une île qui n’est pas Adala, et où Harissa et moi avons été emmenés après qu’une Magirêve soit venue la chercher. Et tout ce que je dois faire, c’est… Attendre qu’on vienne me chercher, et… Et….

…. Et quoi, au juste ?!

De frustration, je lâche un profond soupir, et mes épaules s’affaissent. Mes yeux s’arrêtent sur ses pattes qui ne sont pas les miennes, puis viennent saisir le sifflet autour de mon cou.

Je…

… Je présume que je commence à avoir l’habitude de ce genre de journée ?

Aaaah, si seulement j’étais avec Cael. Je me demande ce qu’il se passe de son côté, tiens. Il m’aurait été bien utile pour mettre de l’ordre dans tout ça…

C’est dépité que j’effectue quelques pas de plus, totalement hasardeux, et finis par bondir sur la couchette. La Floette m’a dit que tout ce qu’il me reste à faire, c’est attendre, et… Je vais devoir la croire sur parole.

Tranquillement, je me roule en boule, et donc…

Attends.

***


Mon oreille se redresse.

Elle le fait instinctivement lorsque le son de la poignée s’enclenche. Je n’ai pourtant pas entendu le moindre bruit de pas… J’en déduis donc que puisque la porte s’ouvre, il doit s’agir soit de Fée, soit de…

« -Cela va être à toi. »

A peine est-elle apparue dans l’encadrure que Magirêve s’adresse à moi, avec un ton toujours aussi calme. Je me relève aussitôt, et m’étire un instant. Cela doit faire… Vingt ? Trente minutes ? Que j’attends là, seul. Je ne suis donc pas spécialement mécontent de la voir arriver, même si…

Sincèrement, je m’étais préparé à attendre plus longtemps encore.

« -On va voir… La Directrice, c’est ça ? »

Elle acquiesce tout doucement.

« -Pas seulement. D’autres membres du Conseil sont également présents. »

Je saute à terre, et marche tranquillement jusqu’à la rejoindre. Elle me laisse passer en dessous d’elle, et le temps de refermer la porte, je l’attends dans le couloir.

« -Vous êtes… Quoi, au juste ? Une sorte de… D’organisation de… Pokémon ? Ou… Il y a également des humains, par ici ? »

Clac. Une fois la porte close, elle se tourne lentement vers moi.

« -Aucun humain n’est admis entre ces murs.  »

Je maintiens son regard le court instant où je le croise. Mais elle ne s’attarde pas plus longtemps sur la question, et s’avance, certainement pour me guider. J’avoue avoir eu une petite montée de stress, là… Que va-t-il m’advenir s’ils apprennent pour ma véritable identité ? Ce… Cela ne risque pas d’arriver, pas vrai ?… On est d’accord ? Comment pourraient-ils savoir… ?

Je la suis malgré tout, sur mes gardes. Nous empruntons cette fois-ci un couloir différent du précédent, ce qui aurait pu s’avérer intéressant si j’avais pu voir autre chose qu’encore plus de couloirs et portes closes. Tout ici semble ou très vieux, ou dépassé, et j’en viens à théoriser qu’ils se sont installés ici sans pour autant avoir usage de toutes les pièces. En même temps, ce sont des Pokémon, donc ils doivent avoir l’habitude de faire sans.

A mesure que nous marchons, des bribes de voix parviennent jusqu’à moi. Il y a… Des gens, rassemblés plus loin. Des Pokémon. Ils ont l’air d’avoir une discussion plutôt animée… Magirêve et moi-même arrivons devant une grande porte, et elle s’immobilise pour me donner une rapide consigne.

« -Ne te manifeste que lorsqu’on te le demande. »

J’acquiesce docilement. Puis elle pousse les battants, et pénètre à l’intérieur. Je la suis, et les voix, qui se sont faites plus audibles, se taisent aussitôt. Inquiet, mon regard détaille rapidement les lieux tandis que plusieurs paires d’yeux se posent sur les arrivants que nous sommes.

C’est… C’est quoi, cet endroit ?

A priori, j’aurai pensé à la salle de commémoration d’une église. Il y a des bancs disposés de part et d’autre de l’allée principale, et un pupitre tout au bout. Néanmoins, la présence d’une grande estrade derrière et d’épais rideaux de chaque côté me laisse penser à un théâtre. Mais surtout, la façon dont les Pokémon présents ont agencé les tables, et s’y sont positionnés, ressemble à s’y méprendre à la configuration de…

… D’un tribunal ?

Au bout de la rangée de banc, à gauche, une table surélevée accueille la Shaofouine, la Floette et le Noadkoko rencontrés tout à l’heure. En face d’eux, à la table opposée, ce sont deux autres Pokémon qui sont attablés : une Roussil et…

… Un Tylton. Et… Au milieu de tout ceci…. Une silhouette grande et autoritaire se tient parfaitement droite. Son regard balaie lentement l’assemblée, jusqu’à se poser sur la Magirêve. Cette dernière a continué d’avancer jusqu’à dépasser les bancs, et peut ainsi se présenter au reste de l’audience…

Moi, je me suis totalement immobilisé, et ce depuis l’ouverture des portes. Non pas par obéissance aux consignes données par celle surnommée Sorcière du Temps, mais…

Parce que je reconnais deux silhouettes ici.

Celle du Tylton. Et…

Celle d’une Sidérella.

Je veux dire, celle de MA Sidérella.

… Enfin, non, elle n’a jamais été la mienne ! Et il n’a d’ailleurs jamais été question d’une quelconque possession de l’un envers l’autre, mais… RAH, là où je veux en venir, c’est que CETTE Sidérella, c’est LA Sidérella que j’ai toujours connu. La même qui nous accompagné, Ruby et moi, lors de cette fouille absurde ; c’est aussi elle qui m’a aidé, avec Cael, pendant la Colloque de Lansat ; et surtout, c’est elle qui nous a sauvé, Oz et moi, lors de notre chute supposée mortelle d’il y a deux ans.

… Arceus, mais pourquoi ?

Ma surprise est telle que je n’ai aucune idée de quoi faire, ni de comment réagir. Que fait Sidérella dans cet endroit ? Et… Titi, le Tylton de Krystal… Il n’a rien à faire là ! D’autant qu’il… Il semble bien plus lugubre que le jour de notre rencontre… C’est quoi cet air désabusé et ce regard noir ? Oh la la… Bon sang de… C’est quoi ce bordel ?!…

« -Bien. Nous allons pouvoir commencer. »

La voix de Sidérella s’élève et réquisitionne l’attention de tout le monde. Et je dois dire que c’est… Surprenant, de comprendre les véritables sons qui sortent de sa bouche. Jusqu’alors, je l’ai toujours entendue communiquer par télépathie…

« -Spectre, je t’en prie. Je t’avais envoyée en quête de deux informations distinctes, peux-tu s’il te plaît faire ton rapport à l’assistance ? A commencer par… La dernière pierre manquante. »

Je cligne un instant des yeux, et secoue la tête de gauche à droite pour me ressaisir. C’est peut-être l’occasion d’en apprendre plus sur ce qu’il se trame ici, donc je dois me concentrer ! Après avoir hoché la tête, Magirêve prend docilement la parole.

« -Évidemment… » puis elle regarde tour à tour les Pokémon réunis pour requérir leur attention « Comme je l’ai déjà explicité auprès de notre dirigeante, il semblerait que le Sol soit toujours hors de notre portée. De tous les réceptacles, il est celui qui a le plus souvent changé de possesseurs… Difficile donc de remonter à sa trace exacte. » elle sourit lentement « Néanmoins… »

Son regard sonde avec attention celui de Sidérella.

« -Je pense que sa gardienne en sait bien plus que ce qu’elle cherche à nous faire croire… A vrai dire, je crains même qu’elle l’ait déjà en sa possession. »

Étrangement enthousiaste, c’est Fée, la Floette, qui réagit la première.

« -On doit la trouver ! Trouvons la ! Trouvons la et ramenons la ! Elle est là, quelque part…. Il nous suffit juste de la trouver ! ~ »

A ses côtés, le Noadkoko, que je soupçonne être le "Majordome Stupide" mentionné un peu plus tôt, enchaîne.

« -Elle a ce qu’il nous manque ! Trouvons la ! Trouvons la, et ramenons la ! La Maîtresse des Enfers, ramenons-la ici ! Avec nous ! »

Ces saugrenues paroles me laissent perplexes, plus par leur contenu que par l’étrange manière dont elles sont exprimées. Quelle est cette histoire de pierre, de gardien et de… Maîtresse des Enfers ? Est-ce qu’il s’agit encore d’un des membres de leur bande ?… Le nom s’y accommode, en tout cas.

« -Hmpf ! Et je peux savoir pourquoi est-ce qu’on s’évertue à lui courir après ?… »

Je pivote complètement lorsque quelqu’un prend la parole de l’autre côté. Titi ! Je… Je ne comprends pas… Lors de ma mission avec Haru, c’était un Tylton joyeux et drôlement motivé. Ici, sa voix nasillarde contraste avec un ton terriblement sec…. Pourquoi parle-t-il si amèrement, d’un seul coup ? Et… Où peut bien être Krystal, sa dresseuse ?  

Tout en précisant son propos, il continue d’expliciter son mécontentement apparent.

« -Nous en avons déjà récolté seize, non ? C’est amplement suffisant. Je ne comprends pas pourquoi nous perdons encore notre temps, que ce soit avec ça ou la recherche d’un dernier membre. » il souffle de mépris « Nous gaspillons notre temps et notre énergie. »

Mon regard se dirige vers Sidérella. C’est elle qui semble diriger l’audience, compte-t-elle réagir à ses propos ? Mais au final, la réponse vient d’ailleurs, et plus précisément de la Shaofouine. Sa voix est surprenamment plus sournoise et provocatrice que tout à l’heure.

« -Allons, Pignon… Pourquoi devrions-nous prêter attention à tes piaillements ? Ce n’est pas parce que tu nous es désormais inutile que tu dois faire preuve d’autant d’impatience… »

Une réponse qui ne lui plaît guère. Les yeux du Tylton se plissent et son bec claque avec agacement. Il cherche à répliquer, mais Sidérella le prend de court.

« -Combat a raison. Pour ce qui est de l’impatience, du moins… Nous devons agir précautionneusement. Nos chances de réussite ne seront assurées qu’avec les dix-sept en notre possession. »

"Pignon" détourne le regard et lâche un inaudible grommellement, sous le rire amusé de la Roussil à ses côtés. Sidérella ne s’en accommode guère plus, et se tourne de nouveau vers la Magirêve.

« -Il y a une seconde chose dont tu dois nous faire part, n’est-ce pas ? »

Elle réagit en une courte révérence.

« -Bien sûr… » puis elle se redresse, et balaie l’assistance « Conformément aux consignes de la Directrice, j’ai pu établir un contact avec la candidate prénommée Duchesse. Celles-ci si se sont déjà entretenues, et nous ignorons pour l’heure sa décision. Néanmoins… »

Duchesse… C’est Harissa, n’est-ce pas ? A quelle candidature fait-elle référence ? Magirêve a déjà mentionné quelque chose comme ça, un peu plus tôt… Et quelle décision la Emolga doit-elle prendre ? Il s’agirait…  d’accepter ou non un rôle ? Un poste ? Ces questions resteront une fois de plus en suspens, puisque la créature fantomatique s’écarte, et se tourne vers moi, qui suis resté en retrait.

« -Nous ne sommes pas revenues seules. Son amie nous a accompagné, et… » elle sourit à ses camarades « Eh bien, elle n’est pas dénuée d’intérêt. »

Puisqu’elle m’y invite, j’effectue quelques pas sur le côté, et me révèle à l’entièreté des Pokémon présents, non sans une certaine réticence. Leurs regards se posent attentivement sur moi, et semblent tous me scruter. Je les détaille un à un avec une certaine appréhension, et notamment, guette la réaction de Titi, qui n’a pas l’air ravi de ma présence, et de Sidérella, qui elle reste impassible.

« -Merci bien, Spectre. Tu peux reprendre ta place. »

Elle s’exécute après une nouvelle courbette, et va se positionner aux côtés du Tylton et de la Roussil. Je suis désormais le seul attablé nul part, et au cœur de toute l’attention.  

« -Explique-nous donc… Comment en es-tu venue à t’aventurer jusqu’ici ? »

Mes oreilles s’abaissent sans vraiment que je le veuille. Je suis clairement intimidé par tous ces Pokémon qui me surplombent et m’analysent profondément. J’ai l’impression qu’ils attendent quelque chose de moi, qu’ils cherchent à m’évaluer, à me comprendre… Ce qui n’est pas super top puisque je leur mens sur ma véritable identité. Mais bon… Ils ne m’ont pas vraiment laissé le choix…

« -Eh bien, je… Hum… »

Je me racle la gorge, et relève bien haut la tête pour me redonner de l’aplomb. Mes oreilles et ma queue suivent naturellement le mouvement.

« -Celle que vous appelez… Spectre… Est rentrée en contact avec Harissa… Euh, je veux dire… "Duchesse" … Alors que j’étais à ses côtés. Elle a tenté de m’endormir, mais… J’ai eu le réflexe d’attraper de quoi me maintenir éveillé. Donc, j’ai entendu toute leur discussion, et… Quand j’ai compris que mon amie devait la suivre… J’ai demandé à l’accompagner. Et, hum…  » mes pattes désignent les alentours, incertaines « … Me voila ? »

Je ne sais pas vraiment ce qu’ils attendaient comme réponse, mais c’est le mieux que je puisse leur donner. Et au moins, c’est la stricte vérité. Je souhaite enchaîner pour les questionner sur ce qu’il se passe ici, et notamment, savoir en quoi Harissa les intéresse, mais je n’en ai pas le loisir.

En un rire anormalement enthousiaste, la Floette tape dans ses deux pattes.

« -Jugeons-le ! Punissons-le ! Condamnons-le ! Il n’a pas droit d’être là, l’Homme est interdit ici ! »

J’écarquille les yeux et la dévisage, déconcerté. Est-ce que… Elle vient de prétendre que je suis un humain ?! Un… Un garçon, qui plus est ?! Elle est très vite accompagnée par son acolyte Noadkoko, qui continue sur la même lignée.

« -Jugeons-le ! Punissons-le ! Statuez, réprimez ! On peut l’emprisonner, le tuer ou le manger ! Peu importe, mais condamnons-le ! L’Homme est interdit ici ! »

Par réflexe, je recule d’un pas. Qu… Qu’est-ce que ça veut dire ? Comment est-ce que… Comment peuvent-ils savoir ?! Est-ce que… Ils auraient lu dans mes pensées ? … Oh Arceus. Je n’ai pas du tout réfléchi à ça… Elle est de type Fée et lui de type Psy, ils sont tout à fait capables de capter ma vraie nature ! Oh, bordel… Qu’est-ce que je vais bien pouvoir faire ou dire pour me défendre ?! Ils… Ils ont parlé de me buter là, on est d’accord ?! Alors certes, ces deux là ont l’air un peu timbrés, mais… S’ils sont écoutés, ça pourrait mal finir ! Pour moi, et… Pour Harissa !

Fort heureusement, ils ne sont pas tout de suite pris au mot. Shaofouine glisse vers eux un regard incrédule.

« -Quoi ?… Mais qu’est-ce que vous racontez, stupides serviteurs ?! Il n’y a aucun être humain ici. Vous savez quand même faire la distinction entre un Homme et un Pokémon… ? »

Je souhaite bien lâcher un soupir de soulagement intérieur, mais une nouvelle voix m’en empêche.

« -Et… S’il s’agit d’un piège ? »

Je me tourne rapidement vers le Tylton, définitivement très méfiant.

« -Peut-être est-elle toujours en communication avec son dresseur. Peut-être même… Est-il tout proche.»

Puisque Titi se tourne vers elle pour guetter sa réaction, mon attention se redirige vers Sidérella. Je me sens de plus en plus acculé, mais ils n’ont toujours pas de réelles preuves, en dehors de ce qu’avancent les deux autres serviteurs.... J’entrouvre donc la bouche pour répliquer, et…

« -Je… ! »

… Me fais interrompre.

« -On n’a qu’à vérifier. ♪ »

Guillerette, la Roussil bondit au sol, et saisit son bâton. C’est le pas léger qu’elle s’avance jusqu’à moi, et se place tout juste devant, m’obstruant ainsi la vue de Sidérella. Je ne peux rien faire d’autre que la dévisager, et tenter de comprendre ce qu’elle veut dire par là…. Ah ! Elle a des pouvoirs psychiques, elle aussi… C’est mal ! C’est très mal ! Si elle sonde mon esprit, et qu’elle confirme les dires des deux autres… !

« -… »

Je n’ai même pas le temps de penser à obstruer ma conscience, que je la sens pénétrée. Roussil a déjà fermé les yeux, et ceux-ci se sont illuminés d’une légère lueur violette. Son bâton, placé juste au dessus de ma tête, paraît réagir en conséquence, et je reste là, figé. Peut-être puis-je encore prendre la fuite ? Ou peut-être que si je me convaincs suffisamment tôt que je suis bien un Pokémon, elle y croira ?.. J’ai bien peur qu’il soit trop tard pour toutes ces options, et ne peux donc rien faire d’autre à part attendre. La type Feu finit par rapidement rouvrir les yeux, et tapote son bâton contre son autre patte, pensive.

« -Hmm... »

Puis elle se retourne avec une résolution certaine.

« -Je veux la garder ! »



Quoi ?

C’est certainement ce que pense toute l’assistance ici présente, moi le premier. Intriguée, Magirêve est celle qui réagit le plus vite.

« -Tu souhaites lui faire intégrer le Conseil ? »

Joviale, la Roussil lui sourit.

« -Combat a bien le droit à deux servants ! Et Lokhlass est à nos ordres sans faire officiellement partie du groupe. » elle pivote sur elle-même, et pointe son bâton dans ma direction « Je souhaite simplement qu’elle rentre à mon service ! Peu importe qu’elle nous aide ou pas. »

Incrédule, je la dévisage avec de grands yeux. Quand je croise son regard, son rictus s’étire un peu plus, et gagne en malice… Je crains alors comprendre où elle veut en venir.

Si je refuse, elle me dénonce.

C’est… Une issue inattendue. Mais sincèrement, je préfère ça plutôt que de me faire dilapider par une horde de Pokémon en colère. Puisque je vois là une parfaite porte de sortie, je suis prêt à me plier à son jeu, mais Sidérella, elle, ne compte pas laisser passer ça si facilement.

« -Tu ne nous as rien révélé quant à son état, Feu. Est-elle oui ou non toujours affiliée à un humain ? »

En vue de son souhait, je m’attends à ce que la Roussil prenne ma défense. Mais…

D’un élégant pas de côté, elle s’écarte, et me désigne à la Pokémon Psy via un mouvement de pattes maniéré.

« -Je te laisse en attester par toi-même… »

Je lui glisse un court regard perplexe. A… A quoi joue-t-elle ?! Comment espère-t-elle me garder auprès d’elle si elle la laisse découvrir la vérité ?… Peut-être a-t-elle jugé le risque de se faire prendre trop élevé, et s’est soudainement ravisée ? Je ne peux en tout cas que regarder avec appréhension Sidérella quitter sa tribune, et lentement s’approcher de moi. Elle n’a aucunement besoin de faire ça pour établir une liaison télépathique, tout ce qu’elle veut, c’est renforcer mon anxiété et m’empêcher de lutter contre ses pouvoirs… Mais ce n’est pas grave. Je n’ai de toute façon plus d’autres choix. Sidérella est la seule sur qui je puisse réellement compter ici…

Enfin… J’espère.

Elle se poste devant moi, et tend sa main au dessus de ma tête. Je ferme simplement les yeux, et m’abaisse pour me focaliser sur mes pensées…

Lorsque je sens sa présence mentale se connecter à la mienne, elles se déroulent d’elles-même.

Sidérella. C’est moi.

Je la sens tressaillir. Son expression se couvre d’une légère surprise, alors que je redresse le menton, et la toise, presque suppliant.

J’ai besoin d’aide. Je ne comprends rien à ce qu’il se passe… S’il te plaît.

Si elle ne s’attendait vraisemblablement pas à une telle révélation, elle reprend cependant vite son calme. Elle passe quelques secondes de plus à maintenir notre liaison psychique, puis la suspend lentement, sans émettre le moindre mot ou pensée. Elle me jauge de toute sa hauteur, et finalement, rompt le silence.

« -Combat. »

La Shaofouine se redresse lorsque appelée par Sidérella. Celle-ci se tourne vers elle.

« -Inclure tes sous-fifres dans notre organisation ne me dérange pas tant qu’ils restent à leur place et font ce qu’on leur demande. Je te saurai gré de ne plus les laisser nous importuner pendant nos réunions, surtout pour de telles fabulations. »

Je lutte de toutes mes forces pour ne pas soupirer soulagement. La Shaofouine, elle, fusille ses deux acolytes du regard.

« -Vous voyez ?! » de sa manche, elle tape Noadkoko, le plus proche « Maintenant taisez-vous et ne nous embêtez plus !
-Maiiiis !
-D… D’accord Maîtresse ! »

Hmm. Ces deux là me font presque de la peine… Si on oublie le fait qu’ils ont failli me vendre. Ils n’ont pas l’air aussi calmes et réfléchis que les autres, d’ailleurs. Comme sous-entendu par Sidérella, ils doivent être là par simple égard envers la Shaofouine. Je me demande bien comment ils se sont retrouvés à ses ordres…

Mais peu importe. Je suis, pour l’instant, tiré d’affaire, et c’est là tout ce qui compte. Ça… Ne répond pas à la multitude de questions que je me pose depuis un moment maintenant, ni ne signifie que je suis en sécurité, mais… Pour l’heure, ça va.

Toujours aussi solennelle, Sidérella contemple le reste de l’assemblée.

« -Bien. J’autorise Feu à prendre cette Pikachu sous son aile. De plus, et jusqu’à ce qu’un véritable remplaçant soit trouvé…  » elle me toise « … Celle-ci se verra confiée la responsabilité de l’Electrik et portera son nom en conséquence. »

Une décision qui semble en surprendre plus d’un, et… Dont j’ignore totalement les tenants et aboutissants. Je ne peux, qu’ignorant, observer le débat prendre soudainement en ampleur.

Titi est le premier à s’insurger.

« -Quoi ?! Elle vient à peine d’arriver, et elle se voit déjà confier l’Electrik ?! »

Rapidement rejoint par Magirêve, bien plus calme.

« -Personne à part moi n’a pourtant pu attester de ses compétences. Et elle ignore tout de notre groupe et de nos objectifs… »

Alors oui, à ce propos…

« -Et quid de l’Emolga ? N’était-ce pas elle, la candidate initiale ? »

Ah, oui, il y a ça aussi. J’aimerai bien savoir ce que Harissa-

« -Héhé, je n’en demandais pas autant, Psy, tu sais. ~ »

Moi non plus, à vrai dire, mais euh dans l’immédiat, j’aimerai surtout pouvoir dire quelque ch...

« -Silence. »

… Ok, j’ai compris, je me tais.

Son ton a beau être strict et impératif, Sidérella ne semble pas particulièrement énervée. Elle prend le temps d’observer un à un les Pokémon présents, et acquiesce lentement.

« -Je comprends votre scepticisme. Mais Spectre l’a ramenée en pensant qu’elle ferait l’affaire, et je me fie à son jugement. De plus, je compte encore m’entretenir avec elle… Sa place dans l’organisation dépendra au final de notre discussion, et de la décision de Duchesse. »

Cela semble convaincre tout le monde d’accepter cette décision pour le moins… Euh… Non décisive. Devant le silence résolu et résigné qui s’installe, Sidérella tape dans ses deux mains.

« -Je me permets donc de suspendre notre réunion. Merci à tous pour votre présence… Et prenez congé. » son regard s’arrête cependant sur Roussil et moi-même « Je ne désire que Feu et Electrik à mes côtés. »

… Donc je m’appelle Electrik, maintenant ? Dîtes, ça fait combien de temps au juste que je n’ai pas pu placer un mot ni exprimer mon avis ?! En parfaite obéissance, les Pokémon alentours quittent leur place et se dirigent vers la sortie. Sidérella, Roussil et moi-même, sommes donc les seuls à rester au fond de la salle.

La porte se referme sur le dernier sorti, et un nouveau silence s’installe. Mais maintenant que j’ai ENFIN l’occasion de parler, je ne manque pas de me gêner.

« -Sidérella, est-ce que je peux savoir ce qu’il se passe ici ?! »

Roussil lève vers elle un regard mi-surpris, mi-amusé.

« -… Dis-moi, elle a l’air drôlement familière avec toi… »

Sidérella se contente d’un long et puissant soupir. Elle me fixe une seconde, puis se met en marche.

« -… Nous avons quelques détails à mettre au clair. »

Et elle s’avance en direction de la sortie. J’échange une courte œillade avec la Roussil, puis la suis sans discuter.

Ouaip… Il est grand temps d’avoir enfin des explications.

***

Le jury n'est composé que de vermines ♫

Combat | Maîtresse du Cimetière - Shaofouine ♀

Elle ne se montre amicale qu'envers ceux qu'elle estime. Aussi arrogante qu'excentrique, elle prend un malin plaisir à diriger ses subordonnés. C'est elle qui est à l'origine des surnoms alambiqués au sein de leur groupe, mais cette idée ne fait pas l'unanimité.
Plante | Majordome Stupide - Noadkoko ♂

Il ne semble pas très malin. Il est incapable de prendre des décisions de lui-même et se contente généralement d'obéir à Combat, ou de simplement imiter Fée. Il est extrêmement dévoué à la Shaofouine.
Fée | Méchante Servante - Floette ♀

Sous ses airs adorables se cache une petite garce. Elle aime bien malmener les gens, mais n'est cependant pas très fute-fute, et facilement manipulable. On ignore pourquoi elle est autant dévouée à Combat.




Dernière édition par Ginji Labelvi le Lun 20 Jan 2020 - 12:50, édité 4 fois



« Adieu. Et sache désormais... Que tu m’es insignifiant. »
Ginji Labelvi
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t780-c-est-par-la-la-sortie-oups-je-suis-alle-trop-vite
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t799-ginji-labelvi-voltali
Icon : Pikachu Explorateur, à votre service !
Taille de l'équipe : 25 / 31
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 20 ans
Niveau : 100
Jetons : 1587
Points d'Expériences : 4235
Pikachu Explorateur, à votre service !
25 / 31
Sinnoh
20 ans
100
1587
4235
pokemon
Pikachu Explorateur, à votre service !
25 / 31
Sinnoh
20 ans
100
1587
4235
Ginji Labelvi
est un Topdresseur Spé. Type
GINJI LABELVI

rp solo
« Farce & Capriccio »


J’ignore concrètement pourquoi, mais Sidérella décide de retourner dans la pièce où j’ai précédemment attendu. Le déplacement s’est effectué dans le plus total des silences, et je la suis tout du long en parfaite docilité. Lorsque je pénètre à l’intérieur, je n’attends aucune consigne ou autorisation pour bondir sur la couchette, et ainsi me tenir au plus haut de mes interlocutrices. Mais même comme ça, elles restent plus grandes que moi.

Rentrée la dernière, Roussil referme négligemment la porte. Celle-ci claque à peine que Sidérella se tourne vers moi, et m’interroge.

« -Qu’est-ce qu’il se passe ? Comment es-tu devenu une Pikachu ? » elle plisse les yeux, pensive « C’est un coup du scientifique et de son Evoli ? »

Je sens une légère irritation dans sa voix, chose peu commune. Déjà parce que de base, elle me parle très peu – jusqu’à présent, ça a toujours été par télépathie – mais ensuite et surtout car j’ai toujours connu Sidérella pour son calme olympien.

« -Non. Enfin... » je lève les yeux au ciel « Si, la première fois, c’était bien la faute de Léo, mais là, non. Un Magearna s’est pointé sur Adala et a interverti les âmes des membres de mon équipe. Je me suis retrouvé dans le corps de Euphie, que… Tu ne connais pas, maintenant que j’y pense. »

Elle accepte l’information sans broncher, et enchaîne.

« -Et donc, que fais-tu ici ? »

N’en étant pas sûr moi-même, je soupire.

« -J’aimerai bien savoir, figure-toi… » je relève doucement la tête « La Magirêve est venue chercher ma Emolga, je sais pas pourquoi, elle m’a endormi, je sais pas pourquoi, je me suis réveillée, les ai suivies et j’ai été amené ici, je sais pas pourquoi, et je me retrouve dans cet endroit bizarre entouré de Pokémon connus et inconnus, toujours sans savoir pourquoi ! »

Vers la fin, j’ai levé mes pattes en signe d’agacement. Parmi ce bref résumé, un détail en particulier surprend Sidérella.

« -Ta Emolga… Tu veux dire que Duchesse, que nous avons ammené, appartient à ton équipe ? »
-Euh… Pour môa elle s’appelle Harissa, mais… Yep. Elle non plus, tu ne l’as jamais vue ?… »

Apparemment non. Au tour de Sidérella de soupirer, et même, de désarroi, plaquer une main sur son visage. Cela semble beaucoup amuser la Roussil qui jusqu’alors nous écoute silencieusement.

« -Tu connais beaucoup d’humains qui se changent en Pokémon, Psy ? »

La concernée lui lance un regard noir. Mais elle s’en défait rapidement, et lui explicite notre relation.

« -Ginji est un humain que j’ai rencontré sur l’île de Lansat. Il était souvent amené à collaborer avec le studio pour lequel je travaillais. »

J’approuve vivement.

« -Ouaip ! Et même qu’elle passe son temps à me sauver la vie. » une de mes oreilles s’abaisse en même temps que s’affiche sur mon visage une mine sceptique « … Genre, littéralement. »

Sidérella glisse vers moi une œillade laconique, et j’enchaîne.

« -Donc… Psy ? C’est ça, ton surnom ?… J’avais pourtant cru comprendre que c’était... Directrice ? Ou… En fait, c’est encore autre chose ? »

Cette interrogation la blase très clairement.

« -… Est-ce vraiment la première question qui te traverse l’esprit ? »

Je hausse les épaules. Elle s’en contente.

« -Dans un soucis de confort, j’ai demandé à ce que chaque Pokémon ici soit désigné par le type qu’il représente. Combat s’est amusée à trouver des surnoms plus élaborés, mais leur présence m’importe peu.  »

Feu ricane.

« -A l’heure qu’il est, elle doit déjà être en train de t’en chercher un, d’ailleurs. ~  »

Je tire une moue peu convaincue. Finalement, je ne m’y intéresse pas plus que ça, et à la place, me tourne de nouveau vers Sidérella. Je dois en apprendre plus sur cet endroit.

« -Et donc… C’est quoi, cette organisation, au juste ?… Vous l’appelez… Le Conseil, c’est ça ? C’est… Si grave que ça, que je sois humain ? »

Le sourire de la Roussil s’élargit un peu plus. Psy, elle, se fait contrariée. Après une une courte expiration, elle me répond droit dans les yeux. Son ton ne permet pas l’once d’une protestation.

« -Personne ici ne doit savoir qui tu es, d’accord ? »

Je ne peux donc rien faire d’autre que acquiescer, et elle enchaîne.

« -J’ai fondé ce groupe il y a quelques temps. Des Pokémon sauvages incapables de se fier à l’humanité le rejoignent pour s’y entraider. »

Hmm. Cela explique pourquoi Magirêve a tenu à ce que je ne sois pas mis au courant de l’existence de cet endroit, lorsqu’elle est rentrée en contact avec Harissa. Mais à ce propos…

« -D’accord, mais… Que vient faire Harissa dans tout ça ? Enfin, je veux dire… Duchesse. »

Plus songeuse, Sidérella ne répond pas immédiaement. Elle passe un moment à mettre de l’ordre de ses idées, pour finalement se décider sur quoi dire.

« -Tu te rappelles des raisons qui ont poussé Spectre à accepter ta venue ? »

J’y réfléchis un court instant.

« -Bah, elle voulait pas que "Ginji" soit au courant, et… » mes oreilles se redressent quand je me rappelle d’un détail plus précis « Oh ! Elle disait que je ferai un bon candidat, môa aussi. Ça a un rapport avec cette histoire… D’Electrik ? »

Elle me le confirme d’un hochement de tête.

« -Disons que… Pour assurer notre pérennité, nous avons besoin de partenaires particulièrement intelligents, capables de retracer et traquer certaines choses d’intérêt. Quelques circonstances m’ont permis d’apprendre l’existence de Duchesse, une Emolga vivant à Méanville et aux capacités cérébrales particulièrement intéressantes. » elle plisse les yeux et marque une courte pause, comme pour prendre conscience de l’ironie de la situation « … Il semblerait que cette Emolga soit la tienne, Ginji. »

J’entrouvre la bouche pour réagir, mais ne sais pas trop quoi répondre. Cela tombe bien, puisque Sidérella n’a pas tout à fait terminé.

« -J’ai donc envoyé Spectre à sa recherche, ce afin de l’enrôler dans notre groupe. Elle a fini par la trouver, mais dans son rapport, m’a expliqué avoir ensuite déniché une autre candidate. » son regard se fait plus sévère lorsqu’elle me dévisage « Quand tu as utilisé ce Réveil, elle a mis ça sur le dos d’une grande intelligence. Normalement, seuls les humains savent se servir de ce genre d’objets artificiels.
-… » j’abaisse la tête en prenant conscience de ma gaffe « … Oh. »

Visiblement, j’ai encore besoin de quelques leçons pour réussir à me faire passer pour un véritable Pokémon.

… Ok, ça commence à faire beaucoup à encaisser, tout ça. Si j’ai bien tout suivi… Sidérella est en fait à la tête d’une sorte d’organisation de Pokémon…  Qui a besoin de nouveaux membres. Et qui ne soient pas affiliés aux humains, mais néanmoins très capables. Et Harissa remplit au moins ce dernier critère… Sérieusement, Harissa est supposée être une sorte de prodige ? Mais depuis quand ?! Ce questionnement m’amène à réaliser une toute autre chose.

« -Mais du coup… Vous n’avez rien à voir avec Catharina, sa première dresseuse ? Co… Comment avez-vous entendu parler de Duchesse, au juste ? »

Elle laisse planer un court silence méditatif, puis se tourne vers la porte.

« -Nous allons te mener à ta Emolga. Elle t’expliquera. »

Feu s’écarte, et laisse Sidérella ouvrir la porte, avant de s’engouffrer à sa suite. Je ne la suis pas spontanément, et hésite même à l’interrompre : il y a encore de nombreuses questions que je me pose, et dont j’aimerai obtenir la réponse. Que fait Titi ici ? Sait-elle au moins qu’il est rattaché à une humaine ? Et que cherchent-ils à accomplir, au juste ? Il y aurait-il moyen que je leur vienne en aide ?…

Mais finalement, la perspective de retrouver Harissa m’incite à la suivre. J’ai besoin de savoir comment elle va. J’ignore complètement ce qu’elle est devenue depuis que nous nous sommes séparés… J’ose espérer qu’elle a pu obtenir les réponses qu’elle cherchait.

Je bondis donc à terre, et suis les deux Pokémon. Si notre route reprend la direction de l’espèce de tribunal où nous nous sommes réunis, elle s’en écarte rapidement pour s’enfoncer plus loin encore dans la bâtisse. Les lieux ne changent pas de ma première observation : déserts, poussiéreux, et une certaine froideur ambiante qui se dégage de l’absence d’éclairage, et de la basse température. Heureusement que j’ai un pelage pour me tenir au chaud…

Mais alors que nous marchons silencieusement, quelque chose… M’interpelle. Inconsciemment, mes oreilles se redressent et pivotent en direction de… Je ne sais pas. Je m’immobilise, et me tourne, pour réaliser la présence de sombres escaliers, non loin,  qui descendent dans une profonde obscurité. Impossible de voir au-delà des premières marches, ni de savoir où ça mène. Je reste ainsi béat quelques secondes, ce qui interpelle la Sidérella et la Roussil, qui s’arrêtent.

« -… Il y a un problème ? »

Je les regarde un instant, ne sachant trop que dire. Bêtement, je finis par pointer les escaliers de la patte.

« -… Il y a… Euh… Un truc. » je me retourne, et scrute attentivement la noirceur qui s’y étend « Je… Je ne sais pas comment expliquer ça. Mais… Il y a quelque chose, dans cette direction… Qui m’appelle. Je… Je sens sa présence, et… » hésitant, je pose une patte contre mon buste « L’énergie dans mon corps… Elle… Elle veut la rejoindre. Je... »

Incité à le faire par une obscure force, je fais un pas en direction des escaliers. Mais aussitôt, Sidérella me rejoint, et pose une patte sur mon épaule pour m’en empêcher. C’est donc brusquement bloqué dans mon élan que je me retourne, et la dévisage, pantois.

« -Tu ferais mieux d’apprendre à te contrôler. »

Il y a un léger instant de flottement pendant lequel je la toise sans trop comprendre. Elle finit par me lâcher, et se retourne.

« -Peut-être qu’en tant que Pokémon, ton instinct te dicte des choses que tu n’as pas l’habitude de ressentir. Mais cela ne doit pas t’empêcher de rester concentré sur ce que tu dois faire. » elle se remet alors à avancer « Dépêchons-nous. Ta Emolga attend. »

Feu ricane, amusée. Elle attend que je me décide à me remettre en marche pour faire de-même, et me suivre d’un peu plus près.

« -Ça va ? Tu arrives à tenir le rythme ? »

Je tire une moue peu convaincue.

« -Euh. Ouais. » sans cesser d’avancer, je me retourne pour observer ces escaliers « Mais… Il y a quoi là-bas, au juste ? » puis je lève le museau pour regarder la Roussil « … Tu l’as ressenti, toi aussi ? Cette… Force ? »

Elle sourit.

« -Non. ~ » après quoi elle hausse les épaules « Tu sais, tous les Pokémon ne sont pas les mêmes. Et ne sont pas non plus réceptifs aux mêmes choses… »

Je veux les examiner une dernière fois, mais les escaliers ont déjà disparu de notre champ de vision. Je soupire donc, résigné à ne pas comprendre ce dont il s’agit exactement, et suis docilement Sidérella. Dans le fond, elle a raison : revoir Harissa est tout ce qui doit m’importer dans l’immédiat…  

Je me reconcentre donc sur notre marche, qui nous mène toujours plus loin dans le bâtiment. Et c’est lorsque je commence à me questionner sur sa longueur, que nous en voyons le bout... Le couloir finit par aboutir à une grande arche, qui donne sur l’extérieur. Je la franchis en plissant les yeux, plus vraiment habitué à la lumière du soleil, et observe les alentours.

Vraisemblablement, nous sommes sortis par l’autre côté du bâtiment. Nous nous trouvons toujours dans cette immense plaine verdoyante où nous avons débarqué un peu plus tôt, mais être arrivé ici me permet de constater qu’elle s’étend plus loin encore. Cette espèce d’abbaye abandonnée est placée en amont d’une petite colline, où en contre-bas, je peux observer le reste de cette immense clairière. Une dense forêt l’encercle, et à son orée… Je discerne une bâtisse en bois, plus modeste, et s’apparentant à une maisonnette humaine. A ma taille normale, il me faudrait bien cinq minutes à pieds pour la rejoindre, en partant d’ici.

Feu s’avance, et je la suis. Mais en réalisant que Sidérella, elle, ne quitte pas le bâtiment, je m’immobilise, et l’interroge.

« -Tu… Ne viens pas ? »

Elle contemple un instant la maison au loin, puis me fixe. De la tête, elle me fait ensuite signe que non.

« -J’ai à faire. » elle plisse les yeux « De toute façon, nos routes se séparent ici. »

J’écarquille les miens.

« -… Hein ? »

Elle ignore totalement ma surprise, et s’adresse à Feu, la Roussil.

« -Je te laisse voir avec Lokhlass s’il peut leur faire faire le trajet retour dans la journée. Si ce n’est pas possible, qu’ils passent la nuit ici. Ils rentreront demain à l’aube. »

Elle acquiesce.

« -A tes ordres. ♪ Mais… » elle coule une œillade vers moi « Que va-t-on dire aux autres ? Pour eux, il… Enfin, "elle" fait partie du Conseil. »

Hmm… C’est vrai que dans la précipitation de ma découverte, Sidérella a annoncé à ses alliés que je rejoignais leurs rangs. Elle-même en prend conscience, et hoche lentement la tête.

« -Nous leur dirons la stricte vérité. Qu’après discussion, les deux candidates n’étaient finalement pas les plus concernées par ce rôle, et que nous avons préféré les congédier. »

Je réagis aussitôt à sa remarque.

« -Tu… Tu sais, si tu as besoin d’aide, tu peux compter sur moi ! Que ce soit maintenant, ou… En tant qu’humain. » je regarde ailleurs, gêné « J’ai bien compris que je n’étais pas forcément le bienvenue en tant que tel, mais… Si je peux aider à améliorer les choses… »

Si elle l’étonne d’abord, ma remarque l’amuse. Elle ferme les yeux, et sourit au moment de répondre. Une expression plutôt rare sur son visage.

« -C’est bien aimable à toi. » elle les rouvre ensuite « Mais ce ne sera pas nécessaire. »

Son refus m’attriste quelque peu.

« -Donc… On se sépare à nouveau ? »

Elle acquiesce tout doucement. Une toute autre pensée vient alors me remonter le moral, et m’arrache un sourire.

« -Au moins maintenant, tu me tutoies ! »

Elle écarquille légèrement les yeux en le réalisant. Puis elle les fait rouler, et se détourne.

« -Soit. » elle s’avance à l’intérieur, et sa silhouette se fait absorber par l’obscurité « Adieu, Labelvi. J’espère ne plus te croiser ici. »

Et elle disparaît. Cette remarque froide et sèche ne fait que renforcer mon rictus : même si son ton est devenu plus familier, cela reste du Sidérella tout craché. Un court laps de temps s’écoule avant que je me décide à bouger, et que Roussil et moi-même entreprenons de descendre la pente.

« -C’est quoi, la vraie raison de son départ ? »

Au tour de Feu de se montrer étonnée par ma remarque. Mais elle s’y accommode bien vite, et répond avec une nonchalance qui semble la caractériser.

« -Cela fait un moment qu’elle ne veut plus mettre les pattes là-bas. »

Je suis son regard, qui fixe la maisonnette vers laquelle nous nous dirigeons. Est-ce là-bas que se trouvent les réponses cherchées par Harissa, et cette dernière ?

Je présume que… Je ne vais pas tarder à le découvrir….  

***


Elle possède un charme bien particulier.

Des planchettes de bois en guise de murs, un toit d’ardoises et des allures d’anciennes maisons de campagne. Étrangement, elle semble en moins mauvais état que l’immense bâtiment d’où nous venons. Les pots de fleurs accrochés à ses fenêtres ont certes fané et les gonds semblent lentement se disloquer, mais la barrière qui délimite le jardin, elle, tient sans problème.

La maison en elle-même n’est pas bien grande. Le rez-de-chaussé doit être composé d’une cuisine et un salon, tandis que l’unique étage abrite certainement chambre et salle d’eau.

Et il n’y a aucun signe de vie à l’intérieur.

C’est en tout cas ce que je suppose lorsque nous arrivons devant. Mes oreilles levées, je n’entends que le vent et le bruissement de l’herbe. La forêt qui s’étale au-delà est résolument silencieuse, et il ne semble y avoir aucun mouvement dans la maisonnette en elle-même.

Cette conviction se renforce, puisque nous ne rentrons pas à l’intérieur. Lorsque nous franchissons le portail, Feu se pose tranquillement près de l’entrée. Après s’être retournée, elle me désigne l’arrière de la maison de la patte.

« -Elle doit être de ce côté… Pendant ce temps, je me charge de vous réserver Loklhass. ~ »

Je tente un instant d’observer la façade désignée, et m’y dirige faute d’y arriver. Au fur et à mesure que j’avance, une partie du verger délaissé se révèle à moi, jusqu’à pleinement m’offrir ce qu’elle cache.

Sur le flan gauche de la maison, la zone délimitée par la barrière est plus large et permet d’agrandir le jardin en conséquence. A son centre, des graviers ont été rassemblés puis étalés afin de former un court chemin, encadré de part et d’autres par des plans abandonnés. Mais ces derniers n’ont pas simplement péri : les plantes et fleurs ont continué de pousser sans restriction, et forment une épaisse végétation qui déborde sur les côtés. Si le vert des tiges et feuilles domine, des éclats de rouge, bleu, jaune et rose parsèment le tableau. Une douce senteur florale titille mon odorat, et se fait plus saisissante lorsque, intuitivement, je l’inspire. En dépit du fin vent qui souffle et de la teinture orangée des arbres dans le fond, je me croirai transporté au printemps.

Et au bout du chemin tracé par les cailloux… Deux bouts de bois. L’un planté dans un léger amoncellement de terre, l’autre rattaché perpendiculairement au premier. Des fleurs plus garnies, et disposées là manuellement, forment un ornement coloré tout autour.

Devant, le regard levé, une silhouette reste parfaitement immobile. Elle me tourne le dos, mais pivote légèrement en m’entendant arriver.

Ses yeux semblent humides. Malgré tout, Harissa sourit en me reconnaissant.

« -… T’es là. »

J’entrouvre la bouche pour lui répondre, mais aucun son ne sort. La Emolga prend alors une profonde inspiration, et expire tout aussi lentement. Elle se détourne ensuite complètement de ce qui semble être une tombe improvisée, et se rapproche de moi.

Je l’observe arriver dans une expectative totale. Mon cerveau est uniquement concentré sur l’expression éteinte de son visage, et cherche à capter son regard. Mais il se fait fuyant, jusqu’à ce qu’elle se poste enfin devant moi, et s’arrête. Alors seulement, elle relève la tête, et…

« -Ginji… »

Je la dévisage sans un mot, dans l’attente de la suite.

Qui consiste en une baffe qu’elle m’assène.

Sbaf.

« -OZ A TOTALEMENT RAISON ! T’ES QU’UN CRÉTIN ! »

Ma tête subit simplement le mouvement, et mon expression reste figée en une profonde surprise. Toute marque de tristesse a radicalement disparu de la voix de Harissa, et laisse place à une virulente série de reproches.  

« -Je peux savoir ce qui t’est passé par la tête ?! T’imagines si la Magirêve avait fui ? Ou si ses intentions étaient mauvaises ? Et t’as pensé au fait que t’étais dans le corps de Euphie ?! Que tu aurais pu le lui abîmer ?! Et à ce sujet ! Il se serait passé quoi, si vous aviez retrouvé votre corps pendant tout ce bordel ?! Elle aurait été complètement larguée ! Et les choses auraient tourné au vinaigre ! T’y as réfléchi à ça, ou pas du tout ?! Non parce que moi, il y avait déjà bien assez de choses bizarres pour me miner le crâne ! Et toi…  Il a fallu que tu viennes en rajouter une couche ! Est-ce que tu le réalises ?! »

Je n’ose pas émettre le moindre geste de peur de me faire gifler à nouveau. Mais la Emolga soupire un grand coup, et semble recouvrer dans le même temps son calme.

« -Enfin… Je présume que maintenant qu’on est là, on n’a qu’à attendre que tu réintègres ton corps. Comme ça, tu pourras venir nous chercher avec le reste de l’équipe, puisqu’on sait désormais où ils voulaient m’emmener… »

Lentement, je me redresse. Les crocs serrés, je suis complètement crispé dans la crainte de sa réaction…

« -Hum… A ce sujet… »

Harissa se fait brusquement suspicieuse devant mon hésitation. Ce qui ne m’aide pas à me détendre.

« -Il… Il se pourrait que… L’une des conditions pour retrouver mon corps, soit de… D’y rester à proximité. »

Elle écarquille grandement les yeux, et son sang ne fait qu’un tour.

« -CRÉTIN ! Mais à quoi tu pensais ?! »

Dans la crainte d’une nouvelle gifle, je protège ma tête de mes pattes.

« -M-mais ! Je ne m’attendais pas à ce qu’on change complètement d’île ! Je pensais que Magirêve allait te mener quelque part sur Adala, môa… »

Elle me tape à nouveau, mais sur le sommet du crâne, cette fois-ci.

« -ET MAINTENANT ?! Ça veut dire que tu vas rester coincé comme ça pour toujours ?!… »

Je me redresse que timidement, totalement soumis.

« -N-non… Je ne crois pas… » finalement, je me défais totalement de ma posture de défense, inefficace « Au pire des cas, il nous suffira d’aller voir Léo… »

A nouveau, Harissa expire longuement. Elle pose ses pattes sur ses hanches, et me regarde du coin de l’œil.

« -… Donc ? On fait quoi ? »

Puisqu’elle a cessé de s’énerver contre moi, je me décontracte, non sans crainte.

« -L’une des membres de leur groupe est partie voir avec le Lokhlass s’il peut nous ramener. Et si vraiment il y a besoin.. »

De ma patte, je saisis le sifflet autour de mon cou. Harissa sourit en comprenant où je veux en venir. Mais mon expression à moi se fait plus lugubre lorsque j’observe la croix en bois plantée derrière elle, et que je lui pose la question fatidique.

« -Est-ce que c’est… ? »

L’Emolga se tourne, et la toise à son tour.

« -Ouais. C’est elle. »

Peinée, elle baisse la tête.

« -… C’est Catharina. »

Ma posture s’affaisse lentement. Les yeux plissés, je secoue la tête de gauche à droite.  

« -Je suis désolé, Harissa… »

Elle dirige de nouveau son regard vers la tombe, et inspire lentement.

« -Ne t’en fais pas. Je m’y étais préparée. »

Un court silence s’ensuit. Elle fixe la croix, moi Harissa. Je ne sais pas vraiment ce que je suis supposé dire ou faire…. A vrai dire, je n’ai pas la moindre idée de la façon dont un Pokémon gère le deuil. Cette tombe… Elle fait résolument humaine. Je me demande qui a bien pu la creuser…

« -Tu… Tu sais ce qu’il s’est passé ? »

Finalement, la question m’échappe. Elle acquiesce tout doucement, sans détourner son regard.

« -La Sidérella n’a pas pu me donner tous les détails. Mais j’ai le plus gros. A cause de problèmes dans lesquels baignait son compagnon, Catharina et lui ont dû quitter Méanville en trombe. Ils n’ont pas eu la possibilité de m’attendre. Ils ont fui loin, très loin, et ont fini par poser bagage sur cette île. Cette maison… Ils l’auraient construite d’eux-même. »

J’observe un instant la paroi de la bâtisse. Cela explique pourquoi elle me semble en meilleur état que l’autre bâtiment.

« -Apparemment, la Sidérella… Celle qui a demandé à la Magirêve de me ramener… A eu le temps de les connaître, ici. Catharina… Ne cessait de m’évoquer. Elle… N’a jamais vraiment voulu m’abandonner. Mais… »

Sa tête bascule en arrière, et observe le ciel.

« -Elle se rassurait en disant que c’était peut-être mieux pour moi. Que je n’étais pas faite pour vivre dans le même monde qu’elle… Et que jusqu’à présent, elle n’avait fait que m’étouffer dans son carcan. Égoïstement. Elle avait fini par se convaincre que… Notre séparation me donnerait la chance de devenir ce que je voulais être. »

Sa voix se fait plus fébrile. Je ne les vois pas, mais je devine parfaitement que ses yeux s’humidifient.

C’est alors qu’elle rabaisse la tête, et se tourne vers moi.

Tremblante.

« -Je… Je suis tellement désolée, Ginji, je… »

Au bord des larmes, elle ferme les yeux. Ses pattes se serrent dans le même temps.

« -Lorsque cette Magirêve a déclaré que… Dans le pire des cas, je serai revenue demain… Je n’ai certainement pas interprété ça de la même manière que toi. Pour moi… Cela ne voulait pas dire que… Au plus tard, il me faudrait deux jours pour venir… Mais plutôt que… Au mieux… J’accepterai de rester auprès de Catharina. Et donc… De ne jamais retourner auprès de toi, et l’équipe… »

Un aveu qui me laisse pantois. Harissa… Était prête à m’abandonner ? Elle se fait plus tremblotante encore, plus crispée, et des larmes coulent finalement le long de ses joues.

« -Je m’en veux tellement. Je le sais, pourtant… Que je suis mieux avec vous. Que Catharina… Ne peut pas m’apporter tout ce que vous m’avez donné. M-mais… Je me devais d’être avec elle. Je me devais… De rester à ses côtés, pour l’accompagner jusque la toute fin. Elle qui m’a tant chéri. Elle qui appréciait tant ma présence… C’était la moindre des choses. » elle renifle « Alors… J’ai accepté de partir. De suivre cette Magirêve, en sachant pertinemment que potentiellement, je ne te reverrai plus jamais… Je… Je l’ai fait, Ginji. J’ai voulu tous vous quitter, sans même vous prévenir.» elle serre crocs et poings, alors que sa rage envers elle-même monte en flèche « Je l’ai fait, tandis que toi, tu t’es lancé tête la première à ma suite ! Je vous ai trahi ! Alors que… ! »

En deux pas, je me suis rapproché d’elle. Bras tendus, mes pattes viennent se placer dans son dos et la pousser contre moi. J’enlace Harissa comme je ne l’ai jamais fait, et savoure la chance que j’ai d’être à la bonne taille pour le faire. Car dans l’immédiat, c’est la seule chose qui m’importe. Pouvoir la câliner fort, fort, fort. Très fort.

Interrompue, l’Emolga ne réagit pas tout de suite. J’en profite donc pour lui répondre.

« -Pourquoi t’excuses-tu ?… Tu n’as aucune raison de le faire. Être capable de délaisser tout ce que tu aimes… Afin d’apporter le soutien et l’affection dont a besoin un de tes proches… C’est la plus belle preuve d’amour qu’un Pokémon puisse faire à son dresseur, Harissa. »

Elle se tend. Mes paroles finissent par la faire définitivement craquer, et ses larmes coulent plus fort encore.

« -Ça me rend fier, tu sais ?…  Je suis heureux de compter un Pokémon aussi dévoué dans mon équipe. Tu as été abandonnée, et livrée à toi-même, et pourtant… Tu étais prête à te tenir là, pour elle. »

Mon étreinte se resserre encore plus.

« -Tu es capable de tant d’amour, Harissa. »

Elle ouvre la bouche pour dire quelque chose, mais n’y arrive pas. Sa voix s’étouffe dans ses pleurs, et à la place, elle s’effondre complètement, s’abandonnant à notre embrassade.

« -Snif…. Toi… Tu… T-tu…»

Il lui faut un nouveau reniflement, et un ultime effort, pour réussir à formuler sa phrase.

« -… Je t’interdis de… M’abandonner… Snif…  »

Cette remarque m’arrache un tendre sourire. Ses pattes viennent m’agripper, et elle pose sa tête contre mon épaule, sanglotante. Nous nous enlaçons un peu plus fort encore, et je tapote doucement son dos.

« -… C’est promis, Harissa. »

Elle enfouit ses larmes dans mon pelage, la respiration saccadée. Cela a dû faire beaucoup de pression pour elle… Elle a été abandonnée, s’est résignée à ne plus revoir sa maîtresse, puis s’est reconstruite, et voila qu’on lui a vendu un potentiel retour, qui l’a obligée à envisager de tout perdre à nouveau. Avec la peur de l’inconnu et le stress des retrouvailles, elle a dû se sentir particulièrement tendue… Sans parler du moment où elle a appris la fatidique nouvelle. Tout ceci… Cela fait beaucoup d’émotions négatives pour un seul être. Alors… Qu’elle les évacue. Qu’elle laisse se déverser les larmes et qu’elle se déleste de leur poids. Je suis là pour la soutenir.

Et tandis que l’Emolga continue de pleurer, une scène se rejoue dans mon esprit.

Tout à l’heure… Lorsqu’elle a accolé nos joues. J’ai trouvé ce geste étrange de sa part, mais… Harissa a sûrement pensé que, peut-être… Nous ne nous reverrions pas, une fois séparés. D’où…  Ce soudain geste d’affection…

C’était une façon pour elle… De témoigner de notre amitié…

Une façon pour elle… De me dire adieu.



Hmm…

Ça me donne envie de…

Précautionneusement, je me redresse, mais de peu. Lorsque je m’assure que ma joue droite et sa joue gauche sont au même niveau, je les presse entre elles. Puis je libère une légère décharge électrique, dans laquelle je lui transmets toute ma sympathie.

Ne me demandez pas comment ça marche. Je le sens, c’est tout.

Nos joues grésillent en réaction. Cela a pour effet de faire rire Harissa. Jusqu’alors toujours accolée à mon épaule, elle se redresse, et me regarde. Ses yeux et son pelage sont imbibés de larme, mais elle me lance son sourire narquois habituel.

« -Tu fais ça super mal, héhé… »

Je laisse s’échapper un souffle amusé. Elle s’écarte définitivement, et de sa patte, s’essuie les yeux.

« -Merci, Ginji. Je ne sais pas vraiment si je te mérite.
-Si tu me promets d’arrêter tes fourberies, ça peut se faire.
-Pff. C’est mort, alors. »

Je ris à mon tour. Harissa prend une profonde inspiration, et récupère peu à peu son calme, mais surtout, cette désinvolture qui lui est propre. Naturellement, nos regards viennent se poser sur la tombe au bout du jardin, et j’en profite pour combler le silence qui s’installe.

« -On a un peu de temps avant d’être amenés au Lokhlass. Tu veux attendre ici ? »

Elle acquiesce.

« -Ouais. Je veux bien. »

Je lui désigne l’autre bout du jardin de la patte.

« -Bon bah. Je t’attends devant. »

Tranquillement, je me retourne et me mets en marche, alors qu’elle se rapproche de la croix en bois. Mais avant de bifurquer à l’angle de la maison, je fais volte-face, et interroge la ptéromys.

« -Au fait… C’est vrai cette histoire… ?» hésitant, je cherche mes mots « Comme quoi tu serais une sorte de… Emolga prodige ? »

Elle se tourne vers moi, surprise. Puis répond à ma question par une autre.

« -Tu sais jouer aux échecs ? »

A mon tour de me montrer étonné par ses propos. Ne comprenant pas où elle veut en venir, j’opine maladroitement.

« -Euh… Ouais ? »

Elle sourit. Puis elle se tourne, et fixe la croix.

« -’Faudra qu’on se fasse une partie un de ces quatre, alors. »

Je… Ne suis pas sûr de comprendre. Je présume que si elle dit ça, c’est parce qu’elle est particulièrement douée à ce jeu ?…. Est-ce que ça peut au moins jouer aux échecs, un Pokémon ? Arf… Je crois que j’ai posé mon quota de questions pour la journée, là. Je commence à avoir mal à la tête…

Je laisse donc simplement tomber, et par l’occasion, Harissa se recueillir seule. Me dirigeant tranquillement vers le pas de la porte, je m’y assois, et appose ma tête sur mes pattes. Je ne devrai peut-être pas penser ça alors qu’elle a appris la nouvelle de son décès, mais… Je suis content qu’elle ait enfin des réponses, au sujet de sa première dresseuse.

Il reste toujours quelques interrogations en suspens, mais… Cela devrait l’aider à définitivement tourner la page.

Et ainsi lui permettre d’avancer….

Je présume.

A nouveau, me voila donc en train de patienter, plusieurs minutes durant.

Heureusement que cette après-midi mouvementée possède autant de temps morts, sinon, je serai éreinté… Quel dommage cela dit que je ne puisse pas profiter d’être sous cette forme pour m’amuser un peu, au lieu de courir à droite à gauche. Ce n’est pas tous les jours que je peux renouer avec la sensation d’être un Pikachu… J’aurai aimé pouvoir longuement discuter avec mes compagnons, comme j’ai pu le faire autrefois. Bon, au moins, j’ai pu être là pour soutenir Harissa….

Ah… Tout de même, quelle drôle de créature, ce Magearna. J’espère que, quoi qu’il cherche à faire, cela se finisse bien pour tout le monde. Parce que s’il continue de se balader sur Adala et échanger des corps à tout va, cela peut vite dégénérer… Hmm, j’espère que Lissa et Caroline ne vont pas croiser sa route. J’aurai peut-être dû les prévenir par texto… Le temps que je revienne à l’académie, ça sera sans doute trop tard. Tss, je manque cruellement de réactivité…

‘Faut croire que ce type d’événement est devenu banal. Enfin, banal… Peut-être pas, mais en tout cas, je commence réellement à m’y faire. Voyons voir, avec ce Magearna, cela va faire… Trois Pokémon fabuleux que j’ai pu apercevoir, non ? Et c’est la troisième fois également que je me retrouve dans un corps différent du mien. La première fois, il s’est lui-même changé en Pikachu, la seconde, je me suis retrouvé dans celui de Stella, et cette fois-ci, j’ai récupéré l’enveloppe d’Euphie… J’aurai fait toutes les formes, tous les genres.

Est-ce qu’à force, je vais créer une faille dans la matrice qui me permettra de changer d’apparence à volonté ?! Ça serait trop chouette ! Et tellement pratique. Je pourrai combattre aux côtés de mes compagnons et mieux les comprendre, tout en assurant mes responsabilités d’étudiant et de futur champion… ! Hmm… C’est étonnant qu’avec tous les mystères de notre monde, on n’ait jamais entendu parler d’un humain capable de se métamorphoser à volonté… On en a bien qui font de la télékinésie, alors pourquoi pas un qui peut utiliser la capacité Morphing ?

Quel dommage que les Pokémon et les humains soient si différents dans leur fonctionnement. Si nous étions plus proches, autant dans la compréhension de l’autre que dans nos capacités, bon nombre de problèmes pourraient être évités… Ne serait-ce que, par exemple, cette volonté que le groupe de Sidérella a de se tenir éloigné de mon espèce. Sans ce rejet des humains, je pourrai certainement les aider ! J’ignore à quoi, mais… Sidérella m’a tant rendu service par le passé, et je l’ai si peu remerciée. En plus, elle a l’air rigolote, son espèce de guilde… Je suis sûr que ça aurait été fun de la rejoindre, ne serait-ce que pour quelques jours…

« -… ? »

Mes oreilles se redressent lorsqu’elles captent le son d’un grincement de porte derrière moi. Tiré de me pensées, je me retourne, et observe avec scepticisme la maisonnette. La porte qui me fait directement face est bien fermée, mais… Ce bruit vient de l’intérieur. S’il y a une porte entrebâillée dedans, c’est normal d’entendre des grincements quand elle bouge, mais… Les fenêtres sont censées être fermées et je ne vois absolument aucune ouverture, donc… Puis-je vraiment mettre ça sur le dos du vent ?… Elle n’a quand même pas pu bouger toute seule… Si ?

Je me lève, et m’approche lentement. Une fois au pied de la porte, j’y accole une de mes oreilles, et tente d’entendre ce qu’il se passe à l’intérieur. Mais rien. Aucun son. Comme à mon arrivée… S’il y a quelqu’un, cette personne est soit totalement immobile, soit extrêmement discrète.

Avec prudence, je pose mes pattes contre la paroi en bois, et… Presse. En dépit de sa taille bien supérieure à la mienne, forcer un peu me permet de la pousser, et de l’entrouvrir en un grincement similaire au précédent. Il y a tout juste assez d’espace pour me permettre de passer la moitié de mon corps, et jeter un œil à l’intérieur…

Il est comme j’ai pu me l’imaginer. Très ancien, une ambiance très contemporaine émane des nombreuses pièces en tissu et une vieille odeur de poussière titille mon museau. Les minces rideaux laissent transparaître suffisamment peu de lumière pour totalement éclairer les lieux, mais évitent qu’ils soient simplement plongés dans le noir. L’entrée donne sur un vaste salon, modestement composé d’une table, de chaises, un canapé et une étagère. De larges escaliers en bois permettent de monter à l’étage, et la seule autre pièce visible consiste en une cuisine… Si la porte de cette dernière est grande ouverte, une autre est, comme escomptée, entrebâillée. Mais impossible de voir sur quoi elle donne, car son contenu est plongé dans le noir…

A…. A-attendez…

C’est m-moi, où… ?

Je crois discerner u-un…

… Un visage ?

« -Bouh.
-AH ! »

Je fais volte-face lorsque Roussil réapparaît dans mon dos, et me prend par surprise. Une patte sur mon cœur, je dois reprendre ma respiration après cette brusque frayeur, qui l’amuse beaucoup.

« -Qu’est-ce que tu fais ? Tu hésites à rentrer ? ~ »

Fébrile, je me retourne, et désigne vaguement l’intérieur.

« -J-je… J’ai cru voir quelqu’un, dedans… »

Feu sourit, toujours aussi amusée, et pousse négligemment la porte pour l’ouvrir définitivement. Puis elle s’avance et passe rapidement les alentours en revue, avant de secouer la tête de gauche à droite.

« -Il n’y a personne. »

Je m’avance à mon tour, moins assuré, et regarde en direction de la porte entrebâillée... Qui maintenant, est parfaitement close. Encore un peu tremblant, j’insiste en la pointant de la patte.  

« -M-mais si, là… Il y avait quelqu’un ! »

Cette fois-ci, Feu se montre beaucoup plus perplexe, notamment en voyant la porte dont il est question.

« -… Vraiment ? Cette pièce a toujours été fermée. Je veux dire… On ne peut pas l’ouvrir, l’entrée est condamnée.
-… Hein ? »

Pour en attester, elle s’avance et appose sa patte sur la poignée. Et comme prédit, la porte ne s’ouvre pas une fois cette dernière enclenchée. Déconcerté, j’observe la paroi en bois sans savoir que dire, et Roussil en profite pour me détailler ce qu’elle sait sur cet endroit.

« -Absolument personne ne met les pattes dans ce nid humain. Sidérella est formelle là-dessus. Donc, je doute qu’il y ait qui que ce soit ici à par nous… D’ailleurs, on devrait rapidement sortir. » joignant le geste à la parole, elle retourne vers l’entrée « On ne doit pas risquer grand-chose puisqu’elle aussi ne vient plus, mais… Je me méfie quand même un peu d’elle, hihi… ♪ »

Malgré sa mise en garde, je continue de fixer la porte verrouillée un instant. Je suis pourtant convaincu d’y avoir vu quelque chose… Déjà passée à autre chose, Feu enchaîne, et me tire ainsi de mes pensées.

« -Lokhlass est paré à partir. Par contre, si vous voulez arriver avant la tombée de la nuit, vous feriez mieux de le rejoindre maintenant. »

Je me ressaisis d’un seul coup. C’est vrai, il faut qu’on aille ! Oz et les autres doivent être véritablement inquiets…. Cela va faire combien de temps, que nous avons disparu ? Sans compter le temps du trajet retour… Aaaah, j’espère qu’ils n’ont pas fait trop de bêtises, en mon absence ! Sinon, je vais vraiment être mal… Surtout si je vais devoir tout assumer avec mon véritable corps…

Je fais donc demi-tour, et rejoints la sortie en quelques pas.

« -O-oui ! Tu as raison. Je vais chercher Harissa. »

Je sors sur le palier, et me dirige vers le jardin. Roussil me suit mais s’arrête au niveau de l’entrée, contre laquelle elle se colle, bras croisés.

« -Je viens déjà de me taper le trajet, ça vous dérange si je vous laisse y retourner seuls ?… »

Tout en continuant d’avancer, je lève les yeux au ciel en signe de réflexion. Puisque j’ai fait attention au chemin, je devrai pouvoir l’effectuer en sens inverse… D’autant que Harissa doit facilement pouvoir repérer la plage depuis les airs.

« -Ouais, ça le fera, t’en fais pas ! »

Elle acquiesce, rassurée. Hâtivement, je vais donc chercher l’Emolga, et lui signaler notre départ imminent. Il est grand temps pour nous que toute cette galère se termine !

***

« -… Lorsque Magirêve nous a séparé, tout à l’heure, j’ai directement été amenée à la Sidérella. Elle m’a expliqué avoir passé un certain temps aux côtés de Catharina et son compagnon, sur cette île… Personnellement, je ne l’avais jamais croisée avant, donc je présume qu’ils l’ont rencontré quand ils se sont installés ici. »

Nous marchons tranquillement au cœur de la forêt nous ramenant à la plage. Pendant le trajet, nous jugeons bon de faire un point plus détaillé sur la situation, et Harissa m’explique donc ce qu’il s’est passé avant nos retrouvailles.

« -Harry… Le compagnon de Catharina… S’est mis en tête de restaurer l’énorme structure devant laquelle ils ont installé leur maison. Il voulait en faire une sorte de refuge, ou je ne sais quoi… Mais hélas, le temps a commencé à faire son œuvre, et Catharina, déjà très âgée, a fini par le quitter.
-… »

Mon visage s’assombrit à ses propos, desquels la Emolga tente de rester insensible. Elle enchaîne donc rapidement, sans broncher.

« -Cela a fortement impacté Harry. Il lui a creusé une tombe, et… Tant bien que mal, a continué son œuvre. Mais… Le chagrin a fini par être trop grand, et il l’a rejoint, à son tour. Même si elle n’en voyait pas vraiment l’intérêt, Sidérella dit l’avoir enterré aux côtés de sa compagne. »

Hmm… Serait-ce pour ça que Sidérella ne veut plus retourner auprès de la maisonnette ? Peut-être pense-t-elle que la demeure doit rester à ses anciens occupants… Et c’est pour ça, qu’elle interdit aux Pokémon d’y entrer ? Elle n’aurait tout simplement pas fait son deuil ? Mais à entendre les propos de Harissa, elle n’était pas non plus particulièrement attachée à eux… D’autant que c’est une Sidérella. Son espèce peut voir l’espérance de vie des humains, elle devait savoir quand est-ce que Catharina et Harry allaient périr. Donc je doute qu’elle se soit encombrée de bons sentiments… Sûrement n’y va-t-elle plus par simple principe, alors.

« -Seule, elle a décidé de poursuivre le travail entamé par Harry. Elle a donc commencé à rassembler des Pokémon qu’elle jugeait aptes, pour l’aider à faire de cet endroit un lieu prospère… Comme elle était au courant de mon existence par Catharina, elle a envoyé Magirêve à ma recherche, en pensant que je serai tentée de la rejoindre. Le spectre a ensuite retrouvé ma trace grâce à mon ami Insolourdo resté à Méanville, d’où elle savait que je venais. »

Sa dernière remarque m’étonne.

« -Je croyais que tu n’avais pas d’ami à Méanville ? »

Elle me rend alors un sourire moqueur.

« -Ça c’est que je te fais croire à chaque fois qu’on y va. Mais t’as vraiment cru que je passais mes nuits enfermée à l’hôtel… ? »

Je gonfle les joues, vexé. Loin de s’en soucier, elle continue.

« -En tout cas, savoir qu’un adolescent de Lansat m’a capturé a suffi pour qu’elle remonte jusqu’à nous. Elle a probablement deviné que tu étais un étudiant de l’académie, et s’est contentée de scruter la nouvelle école jusqu’à apercevoir cette fameuse "Harissa". Puis elle a attendu le moment propice pour aller à ma rencontre et… Vala. » elle se fait plus pensive « Je présume qu’en te voyant utiliser un Réveil, elle a pensé que tu étais aussi légitime pour les rejoindre, et que c’est pour ça qu’elle t’a accepté à nos côtés. »

J’ai un rictus crispé. C’était si cramé que ça ?... Je suis sûr que si elle prenait le temps de s’y intéresser dix minutes, Harissa aussi serait parfaitement capable de s’en servir…

« -Par contre, il y a deux choses que je ne comprends pas. Premièrement, pourquoi être aussi secret quant aux humains ? Et deuxièmement, comment se fait-il qu’ils nous laissent repartir si facilement après s’être donnés autant de mal pour me ramener ? »

J’opine du chef.

« -Tout ce que j’ai réussi à comprendre, c’est que certains membres de leur groupe ne font pas confiance aux humains. Je présume que la majorité d’entre eux sont des Pokémon sauvages et préfèrent ne pas se fier à nous… Si l’on apprend que des Pokémon ont commencé à se rassembler ici, il pourrait y avoir des captures organisées, ce genre de choses… » je hausse les épaules « Et pour répondre à ta deuxième question… Cette Sidérella, elle ne te dit vraiment rien ? »

Elle lève le museau vers le ciel au moment d’y réfléchir, mais se fait toujours aussi sceptique.

« -Absolument rien… De toute façon, je ne vois pas comment j’aurai pu la rencontrer à l’époque où je vivais avec Catharina…
-Hum… Justement. Pas forcément quand tu vivais avec Catharina, mais… Avec moi, tu ne l’as jamais croisée ? »

Elle me lance un regard perplexe.

« -… Attends, tu la connais ?
-… Ouais. » je soupire « Je l’ai croisée deux, trois fois sur Lansat. Elle m’est souvent venue en aide. Et à vrai dire… C’est même elle qui nous a sauvé la vie, à Oz et moi. »

Harissa écarquille en grand les yeux.

« -… Quoi, c’était elle ?! Genre… Celle qui vous a récupéré tout endormis, là ? »

Je le lui confirme d’un hochement de tête.

« -Lorsqu’elle a compris qui j’étais, et que tu faisais partie de mon équipe, elle a dû comprendre que cela n’avancerait à rien de nous séparer. Elle a mis Feu, la Roussil, dans la confidence, d’ailleurs… »

L’Emolga croise ses pattes derrière la tête.

« -Eh beh… Quelle histoire. Celle qui t’a sauvé la vie est également la Sidérella qui a accompagné mes anciens maîtres jusqu’à la toute fin… Tu parles d’une coïncidence. »

Je soupire.

« -Si ce n’était que ça. Il y a aussi ce Tylton que je…  »

Je m’immobilise, et relève brusquement la tête en me rappelant de ce détail.

« -Oh merde ! C’est vrai qu’il y a lui, également… Je n’ai pas eu le temps d’aller voir Titi pour comprendre ce qu’il faisait là…  »

Harissa plisse les yeux, perplexe.

« -… Attends, t’en connais encore beaucoup du monde, comme ça… ? »

En un sourire amusé, je secoue la tête de gauche à droite.

« -Non. Ce sont les deux seuls. Et au pire... » je me détends, et me remets à avancer « J’irai directement questionner Krystal, sa dresseuse. Peut-être qu’elle est au courant de quelque chose…  »

Ma partenaire approuve vivement.

« -Ouais. Si on peut rentrer rapidement, je t’avoue que je préférerai…
-Ahaha. On y est presque, t’en fais pas... »

Effectivement, la plage n’est plus très loin. Il nous faut encore dépasser quelques arbres et marcher plusieurs minutes pour pleinement l’apercevoir, mais… Lokhlass devrait être à proximité.

Sûrement.

A vrai dire, nous ne le saurons jamais.

Sans aucun signe annonciateur, un énième de nos pas s’avère plus fatal que les autres. Soudainement, je sens qu’une de mes pattes passe à travers le sol, et commence à m’emporter avec moi dans sa chute… Alors que je tombe en arrière, je tente de me retourner pour m’agripper à quelque chose, mais c’est trop tard. Je sens déjà le vide en dessous de moi, et la terre se dérober sous nos pieds. Un énorme trou vient de se former suite à un brusque effondrement du sol, et je tombe en plein dedans.

« -Attenti… ! »

A peine je lance un regard paniqué à Harissa que je me fais emporter. Impossible pour moi de me rattraper à quoi que ce soit… Je glisse purement et simplement en avant, et me fais avaler par le néant.

SBAM.

Je crois que quelque chose m’a réceptionné. Mais je n’en sais pas plus. Puisque aussitôt après, une vive douleur vient me vriller le crâne…

Et m’emporte dans l’inconscience.

Dans l’obscurité la plus totale, des ténèbres plus sombres encore emplissent mon champ de vision, et me font définitivement perdre tout repère…

***

Tous sont prêts à débuter ♪

Psy | Poupée Directrice - Sidérella ♀

A l'époque où elle travaillait pour une chaîne de télévision de Lansat, elle a sauvé la vie de Ginji à plusieurs reprises. Aujourd'hui, elle consacre son temps à la gestion du groupe dont elle est à la tête. Elle a toujours conservé de nombreux secrets, mais cela n'empêche pas Ginji de lui faire profondément confiance.
Vol | Pignon - Tylton ♂

Ginji l'a rencontré en tant que Titi, joyeux oiseau et compagnon de Krystal. En l'absence de cette dernière, il révèle sa véritable nature acariâtre et désagréable. La venue de Harissa et « Euphie » ne lui a pas vraiment fait plaisir.
Feu | Guet qui Attend - Roussil ♀

Joueuse et taquine, elle voue un certain intérêt à Ginji. Sa personnalité contraste totalement avec celle de Sidérella, mais pourtant, toutes deux semblent assez complices. Concrètement, elle fait un peu ce qu'il lui plaît.




Dernière édition par Ginji Labelvi le Dim 19 Jan 2020 - 23:42, édité 2 fois



« Adieu. Et sache désormais... Que tu m’es insignifiant. »
Ginji Labelvi
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t780-c-est-par-la-la-sortie-oups-je-suis-alle-trop-vite
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t799-ginji-labelvi-voltali
Icon : Pikachu Explorateur, à votre service !
Taille de l'équipe : 25 / 31
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 20 ans
Niveau : 100
Jetons : 1587
Points d'Expériences : 4235
Pikachu Explorateur, à votre service !
25 / 31
Sinnoh
20 ans
100
1587
4235
pokemon
Pikachu Explorateur, à votre service !
25 / 31
Sinnoh
20 ans
100
1587
4235
Ginji Labelvi
est un Topdresseur Spé. Type
GINJI LABELVI

rp solo
« Farce & Capriccio »




« -… »

Ma…

« -… »

Ma tête…

« -… »

Argh…

Ce mal de crâne semble incessant. Je me sens tiraillé de toute part, et lorsque je tente d’ouvrir un œil… Le noir ambiant m’est étrangement douloureux. En temps normal, il ne me faudrait pas longtemps pour m’y habituer, mais… Avec cette douleur qui me crispe au moindre mouvement de tête…

Je veux bouger un bras, mais n’y arrive pas. Je comprends alors mieux d’où vient cette sensation de tiraillement… Tous mes membres sont anormalement engourdis, et en plus de ça, je suis attaché par les mains. A-attendez… Pourquoi mon corps est tout jaune ?…

Ah, oui… Je suis toujours dans celui d’Euphie…

Arf….

Je tente de tirer un peu, mais sans grand succès. Mes pattes ont été entremêlées dans d’épaisses racines qui sortent de terre… Et quand je parle de terre, je ne mentionne pas le sol sous mes pieds : les parois, et même le plafond de cette espèce de caverne dans laquelle je me réveille sont en fait constitués de terre. L’endroit est étrangement large, et semble avoir été creusé manuellement…

Absolument aucune idée de la manière dont nous avons atterri ici, par contre.

Et pourquoi nous sommes attachés, surtout…

Oui, « nous ». Car Harissa est juste à côté de moi, et dans un état similaire au mien. Si ce n’est que son pelage est imbibé de plus de terre que le mien, et qu’elle n’a pas encore repris conscience…

Ce que je comprends là, c’est que nous sommes tombés dans une sorte de piège. Probablement tendu par des Pokémon capables de creuser ce genre de galerie, et ayant eu besoin de la capacité Anti-Air pour neutraliser la Emolga.

Ce que je ne comprends pas, c’est le sens de cette mise en scène. Depuis quand les Pokémon sauvages attachent leur proie ?… Et pourquoi suis-je autant engourdi ? Je suis du type Electrik, dans l’immédiat, je ne suis pas supposé pouvoir être paralysé… A moins que cela soit lié à du… A du poison ?

… Des Pokémon qui creusent des terriers, et qui sont en plus susceptibles d’utiliser des attaques Poison et Sol… Il n’y en a pas vingt-cinq mille…

« -Ha… Harissa ?… Eh ! Harissa ! »

Je hèle ma partenaire dans l’espoir de la réveiller. Celle-ci frémit à peine, encore dans les vapes.

« -Hmm… Non… Je vous jure que… Je n’ai pas touché à ce… Spoink… »

… Il faudrait vraiment qu’un jour, je prenne le temps d’interroger l’Emolga sur ses journées.

« -Harissa ! Réveille-toi ! »

Elle laisse s’échapper un grommellement plaintif, et ouvre péniblement les yeux.

« -… Ourgh… Ma… Ma tête… »

Je m’apprête à surenchérir, mais un mouvement plus loin attire brusquement mon attention. Malgré l’obscurité ambiante, je parviens à discerner la silhouette d’une créature venant de pointer le bout de son museau à l’entrée de la tanière.

« -… Eh ! Toi ! Tu peux m’expliquer pourquoi on… ? »

A peine l’ai-je interpellé que le Nidoran♂ fait volte-face, et s’enfuit au quart de tour. Le temps qu’il m’a été donné de l’apercevoir, son regard m’a semblé particulièrement… Méfiant. A côté de moi, la voix mal éveillée de la ptéromys s’élève à nouveau.

« -… Cherche pas… Il n’est pas… Comme ceux que tu as… Rencontré... »

Alerte, Je le lui lance une œillade inquiète.

« -Ha… Harissa ! Ça va ?… »

Elle semble reprendre rapidement ses esprits. Vainement, elle donne quelques coups secs pour tenter de se libérer des lianes qui la retiennent.

« -Ça irait mieux… Si je pouvais bouger… Et tarter ceux qui nous ont fait ça. »

Prêtant alors plus ample attention à ses précédentes paroles, mes oreilles s’abaissent en un air sceptique.

« -Qu’est-ce que tu veux dire… Par le fait qu’il n’est pas pareil ? »

Elle abandonne toute tentative de lutte, et regarde en direction du seul passage de la galerie, et par lequel le Pokémon a disparu.

« -La Magirêve, la Sidérella, la Roussil… Elles sont toutes très intelligentes, et ont l’habitude de côtoyer d’autres espèces. Pokémon comme humains. Lui, là… C’est un Pokémon sauvage pur souche. Il ne se laissera pas approcher, et tentera encore moins de discuter… »

Je tente de regarder mes pattes, contrarié.

« -Et… C’est habituel, chez les Pokémon sauvages, d’attacher leurs proies ? »

Harissa fait de même, mais plus agacée.

« -Non… Si nous étions des proies, comme tu dis, on serait déjà dans leur estomac. »

Je déglutis. Moi qui ai toujours pensé qu’être un Pikachu me rendait moins vulnérable… J’ai quelque peu omis la présence de la chaîne alimentaire. Est-ce que j’aurai pu finir dans le ventre d’un Pokémon sauvage si j’avais eu moins de chance encore ? Une telle fin… Cela serait quelque peu… Contrariant…

Brr. J’en ai des frissons.

« -Navrée pour cette manière de faire… Peu orthodoxe. Elle est entièrement de mon fait. »

Harissa et moi relevons la tête. Une masse bien plus imposante que le Nidoran♂ de toute à l’heure s’avance dans le tunnel… Et finit par arriver jusqu’à nous.

« -Mais vous ne m’avez guère laissé le choix, rats du Conseil. »

La Nidoqueen qui vient d’apparaître nous toise avec sévérité. Je m’offusque aussitôt.

« -Eh ! » j’enchaîne timidement, plus vexé qu’autre chose « … Je suis une souris… »

Harissa, elle, préfère se focaliser sur un tout autre détail.

« -Le Conseil… C’est bien le nom du groupe de Sidérella ? »

J’acquiesce difficilement. L’Emolga fusille alors notre bourreau du regard.

« -Tu crois qu’on fait partie de sa bande ?… »

Elle émet un reniflement de mépris.

« -Ne faîtes pas comme si de rien n’était. Nous avons entendu la Roussil demander à votre transporteur de vous emmener loin d’ici… Et puisqu’elle ne lui a pas demandé de vous ramener, j’en déduis que votre mission était partie pour durer. » son ton se durcit un peu plus « Et donc… Que personne ne notifiera votre disparition avant un moment. »

Je grimace. Qu’est-ce que tout ça veut dire ? Je tente de me redresser, mais je sens à peine mes pattes remuer, et de toute façon, suis vite restreint par les racines nouées autour de nos pattes. Cette situation loin d’être agréable ne fait que renforcer mon mal être.

« -Je… Je crois qu’il y a méprise. Nous n’allons nul part en mission… Nous rentrions simplement chez nous.
-Je ne sais pas ce que ta séance d’espionnage t’a fait imaginer, mais on n’a rien à voir avec eux ! On est venus parce qu’ils voulaient nous enrôler, mais on a refusé. »

Si elle affiche un air impassible, je sens dans son regard que la Nidoqueen se fait songeuse. En quête de plus amples éléments, je la questionne.

« -Tu… Tu nous as tendu un piège exprès ? Tu voulais enlever des membres du Conseil… Pour en faire des sortes d’otages ? » je me tourne vers Harissa « … Ça fait des prises d’otage, les Pokémon ? »

L’Emolga lève les yeux au ciel, exaspérée. C’est finalement l’imposante type Sol et Poison qui me rectifie.

« -Je vous ai enlevé pour obtenir des réponses. Où est-ce qu’en est Sidérella dans ses plans ? Qu’a-t-elle prévu pour menacer ma horde ? A-t-elle la moindre idée de l’endroit où nous nous cachons ? Je compte bien vous arracher toutes ces informations, et n’hésiterai pas à faire usage de la force si c’est nécessaire. » elle nous toise de haut « De toute façon, vous n’êtes pas en position de négocier. Non seulement vous êtes à ma merci, dans un terrain qui m’est favorable, mais en plus, nos types respectifs me confèrent un large avantage. Alors… Finissons-en en douceur, voulez-vous ? »

Si les menaces n’effraient pas vraiment Harissa, elles ne font au contraire que l’énerver encore plus.

« -Mais puisqu’on te dit qu’on n’a rien à voir avec eux ! On n’a pas rejoint leur organisation, comment veux-tu qu’on soit au courant de quoi que ce soit ?…
-A… Attends une minute ! C’est quoi cette histoire ? A quel plan tu fais référence ? Et pourquoi est-ce que Sidérella voudrait faire du mal aux tiens ?… »

Les poings de la Nidoqueen se resserrent.

« -Vous voulez me faire croire que vous ignorez pourquoi elle voulait vous recruter ?!
-Elle avait juste besoin d‘aide pour perpétrer la volonté de Harry ! Je ne vois pas ce que ta horde à la noix vient foutre là-dedans ! »

Du coin de l’œil, je scrute le visage de ma partenaire. Même si elle n’a vu aucun intérêt à rejoindre Sidérella dans son groupe, elle doit espérer que le projet de son ancien maître aboutisse. Des bons sentiments qui sont loin d’atteindre notre geôlière.

« -Tss. Je ne sais pas ce qu’elle vous a fait miroiter, mais ce n’est certainement qu’un tissu de mensonge. »

J’ai alors une réminiscence. La discussion que les membres du Conseil ont eu durant la réunion à laquelle j’ai assisté se rejoue dans ma tête… Ils n’ont pas parlé que de moi, pendant celle-ci, mais aussi d’un autre truc qu’ils recherchaient. Ce qu’ils mentionnaient doit sûrement avoir un lien avec notre situation actuelle. Plus pensif, j’abaisse la voix et les yeux.

« -Elle disait vouloir mettre la main sur certaines choses… Et à un moment, ils ont mentionné des réceptacles… » un cheminement se fait dans mon esprit, et j’interroge la Nidoqueen du regard « … Tu es la Maîtresse des Enfers ? »

Elle m’en rend un bien plus noir.

« -Je n’ai jamais voulu de ce surnom stupide. Ni même avoir quoi que ce soit à faire avec eux ! »

Harissa me fixe, perplexe. Mais j’enchaîne sans m’en soucier.

« -Ils pensent que tu as en ta possession… Le "Sol". Ils sont à sa recherche. Ils aimeraient le récupérer, mais n’ont aucune idée de son emplacement exact… » voyant là une potentielle piste de résolution, ma voix se fait plus convaincue « Si tu le leur indiques, je suis certain que vos divergences se régleront d’elles-même !
-Tu me demandes de condamner toute ma horde ?!
-… Hein ? »

Mes paroles semblent bien plus la déplaire qu’escompté. Elle se rapproche de moi, et me toise sévèrement.

« -Sans sa puissance, je ne serai plus en mesure de protéger les miens. Il est hors de question qu’elle s’en serve pour ses desseins... »

Mon expression s’assombrit. Je crois que nous avons mis les pieds dans une histoire bien plus complexe que prévue… Et sans plus de détails, nous allons difficilement la solutionner. D’un ton qui se veut plus apaisant, je cherche à raisonner la Nidoqueen.

« -Écoute… Je ne comprends pas tout ce qu’il se passe. Mais… Harissa et moi ne sommes pas vos ennemis ! Je… Au contraire, nous serions même ravis de vous aider. »

La Emolga manque de s’étouffer.

« -Que… ?! Mais tu plaisantes ?! Ils nous ont piégé et nous emprisonnent, là ! D’où on va leur venir en aide ? »

Je lui précise donc ma pensée.

« -Tout ceci n’est qu’un malentendu ! Et je suis certain que l’on peut trouver un terrain d’entente. » je me tourne vers la Nidoqueen « Je… J’ignore ce qu’il se passe entre Sidérella, toi, et… Vos alliés respectifs, mais… Je la connais personnellement. Si tu m’expliques calmement tout ce qu’il y a à savoir, alors je pourrai le lui transmettre, et tenter de trouver une solution…  »

Étrangement, elle ne se calme pas du tout.

« -Vous prétendez n’avoir rien à faire avec eux, mais toi, tu la connais personnellement ?... Allez-vous oui ou non cesser votre double-jeu stupide ? »

Harissa claque de la langue, exaspérée. Je sens dans son regard qu’elle m’aurait bien envoyé des félicitations sarcastiques, si seulement la situation s’y prêtait. Toujours dans l’optique d’arrondir les angles, je me permets pourtant d’’insister.

« -Mais c’est la vérité ! » je m’affaisse « Est-ce… Est-ce qu’au moins, tu pourrais nous libérer ?… Ce n’est vraiment pas confortable, comme situation, et ce n’est pas pour faciliter la discussion…
-Pour quoi faire ? Utiliser cela ? »

Elle nous révèle une cordelette, au bout de laquelle un petit instrument métallique est attaché. J’écarquille les yeux en réalisant qu’elle me l’a confisqué.

« -Le sifflet de Sharon !… » je commence doucement à désespérer de lui faire entendre raison, mais malgré tout, m’acharne « Garde-le en ta possession si tu veux. Tu pourras toujours nous le rendre plus tard, cela n’a pas d’importance. Ce que je veux dans l’immédiat, c’est seulement que tu nous libères, et que nous puissions discuter d’égal à égal… Tu l’as dit toi-même, nous sommes dans votre tanière et nous avons le désavantage du type. Nous n’allons pas tenter l’impossible. D’autant que je ne sens même plus mes pattes… »

Elle me répond sur le ton de l’indifférence.

« -Le poison vous engourdira au moins jusqu’au lever du soleil. Vous libérer ne vous avancerait à rien, puisque vous ne pourrez même pas bouger. »

La nouvelle ne plaît pas à Harissa, qui s’insurge.

« -Jusqu’au lever du soleil ?… Comment ça ?! Parce qu’il fait nuit, là ? Depuis combien de temps sommes-nous ici, au juste ?! »

Je comprends parfaitement l’origine de sa colère. Outre le fait qu’empoisonner les gens, ce n’est pas vraiment sympa… En fonction de l’heure qu’il est, Oz et les autres ont probablement dû passer une journée entière sans véritable dresseur pour les guider. Et… Certainement qu’ils doivent être inquiets quant à notre situation…

La question maintenant est : à quel point auraient-ils raison de l’être ?

« -Détache-nous, et nous échangerons sur tout ce que nous savons, d’accord ? »

Elle plisse les yeux, et me sonde longuement. Je crois que je cerne un peu mieux ce que Harissa a voulu dire quand elle qualifiait les membres du Conseil de créatures « intelligentes »… Au delà des capacités cérébrales, il y a une forte émotivité et réflexion qui se dégagent de chacune de leurs paroles. Cette Nidoqueen… Je pense qu’elle a fait partie de leur groupe, même si cela a été seulement pour un temps. Et comme la majorité d’entre eux, elle a développé une façon de faire et de penser presque… Humaine.

C’est très perturbant.

En tout cas, je n’imagine pas beaucoup de Pokémon passer ce genre d’interrogatoire.

Elle finit par s’approcher, et diriger ses imposantes pattes près de moi. Je fais tout pour ne pas me focaliser dessus, et plutôt la regarder droit dans les yeux. Puis elle fait un mouvement sec du bras, et ses griffes viennent sectionner les branches qui me retiennent. En un slack bien audible, je suis libéré, et…

M’effondre au sol.

Le choc est rude, et loin d’être agréable. Allongé sur le côté, je tente de bouger un peu pour trouver une meilleure position… Mais tout ce que je parviens à faire, c’est basculer sur le ventre. Au moins, je ne me sens plus autant tiraillé…. Harissa est également libérée à son tour, et se retrouve bien vite dans une posture similaire à la mienne.

« -… Donc ça y est, tu t’es décidée à nous faire confiance ? »

Elle revient tranquillement se placer à l’autre bout de l’antre, et s’assoit.

« -Si ce que vous prétendez est vrai, alors j’ai tout intérêt à vous écouter. De toute façon, rien ne m’empêchera de vous régler votre compte s’il s’avère que vous vous jouez de moi…. »

Je présume que c’est un progrès dans la discussion ? Dans une énième tentative de me relever, j’essaye de faire bouger l’extrémité de mes pattes. Elles sont encore très engourdies, mais…. Je crois que j’arrive à légèrement les faire mouvoir. Par contres, les bras…

« -Donc, dîtes-moi. Qu’est-ce que Sidérella sait à notre sujet ? »

En une grimace, j’essaye de me redresser, mais sans grand succès.

« -Pas grand-chose. C’est la Magirêve qui devait enquêter à votre sujet… Mais elle a été occupée par une autre… Affaire, récemment. »

Harissa me regarde du coin de l’œil, mais ne dit rien. Parfaitement immobile, elle comprend qu’expliquer les circonstances de notre rencontre avec elle serait trop chronophage.

« -Comme je te l’ai dit, elle soupçonne seulement que tu as ce "Sol" en ta possession, et que tu le leur caches… Mais elle n’a absolument aucune idée de son emplacement. Apparemment, il en a beaucoup changé… »

L’expression de la Nidoqueen s’assombrit.

« -Spectre… Elle est la plus à même de nous trouver. » mais elle se ressaisit « Et ils n’ont rien mentionné par rapport à l’emplacement de notre terrier ? »

Je secoue la tête de gauche à droite.

« -Rien. »

Elle reste silencieuse. Puis elle se lève, et se tourne, prête à partir.

« -Je dois prévenir ma horde. Et m’assurer qu’ils restent en alerte.
-A-attends ! »

Les crocs serrés, je tente de me relever pour l’interrompre. Mon buste se redresse, mais tout le reste de mon corps tremble fébrilement à cause du poison.

« -Il faut que tu m’en dises plus. Ce Sol… C’est quoi, au juste ? Et tous ces réceptacles… A quoi ils servent ? »

Le regard de la Nidoqueen se durcit.

« -Si tu penses que je te révélerai sa position…
-Je m’en moque, de ça. Ce que je veux savoir, c’est pourquoi Sidérella et toi vous vous le disputez. »

Elle s’arrête, et ses poings se serrent. A nouveau, elle prend un instant pour réfléchir, et finit par se tourner vers moi.

« -Je serai bien incapable de t’expliquer ce que c’est. Tout ce que je peux te dire… C’est qu’il y en a un pour chaque type. Et que seul un Pokémon possédant le type correspondant peut le localiser, et s’en servir. »

Je plisse les yeux.

« -… C’est-à-dire ?
-Tous les membres de ma horde sont incapables de le sentir, mais moi si. Je suis la seule à avoir atteint le dernier stade d’évolution, et à posséder le type Sol. Et lorsque je me tiens dans les environs du réceptacle… Je le ressens. Je suis attirée par lui… » elle lève une patte, et la regarde « Avoir le Sol en ma possession accroît ma puissance. C’est grâce à lui que j’ai pu protéger les miens des prédateurs de l’île. Sans… Nous serions trop faibles pour nous défendre. » elle la rabaisse, et me fixe à nouveau « Sidérella cherche à tous les réunir. C’est pour cela qu’elle s’entoure de Pokémon de différents types… Des "gardiens", comme elle les désigne. Ils sont chargés de récupérer les réceptacles pour elle, et de les conserver à l’abri des regards. »

Puisque je cerne un peu mieux la situation, je complète la suite de moi-même.

« -Tu es la gardienne du Sol. Mais tu as dissimulé son existence pour l’utiliser au profit de ta horde ? »

Même si elle met un instant à le faire, elle acquiesce lentement, presque honteusement.

« -Ce que souhaite accomplir Sidérella avec ces réceptacles est bien trop obscur. Je ne peux risquer de mettre en péril la pérennité de mes compagnons pour la satisfaire… »

Harissa se permet alors d’intervenir.

« -A quoi bon tous les réunir ? Elle ne peut utiliser qu’un seul d’entre eux… N’est-ce pas ? » une certaine méfiance se lit sur son visage « … Que se passe-t-il si on les rassemble ?
-… »

L’air de la Nidoqueen s’aggrave plus encore. Ses yeux scrutent quelques instants le vide, jusqu’à ce qu’elle soupire de résignation.

« -On obtient le pouvoir d’exaucer n’importe quel vœu. » j’affiche une mine perplexe « C’est purement théorique. Ils disent se baser sur des écrits humains, mais il y a bien trop d’inconnus… Que ce soit leur honnêteté, la fiabilité de leur analyse ou la véracité des textes. »

L’Emolga cherche à tourner la tête pour s’enquérir de mon avis. Mais le poison la restreint énormément et la fait grimacer.

« -Ça te dit quelque chose, toi ? »

Plus aisément, je lui signe que non.

« -Absolument pas. Je n’ai pas souvenir de la moindre histoire à propos d’un vœu ou de réceptacles à réunir… C’est même la première fois que j’entends parler de telles… Choses… »

… Enfin, je crois. Un détail m’interpelle au moment de prononcer cette dernière phrase. Un objet spécifique à chaque type, augmentant sa puissance et les attirant ?… Et la présence de Titi… Attendez… Est-ce que… ?

« -Ni… Nidoqueen ! Ces réceptacles… S’agirait-il de sortes de… Cristaux ? »

Bien que légèrement étonnée, elle me le confirme.

« -Oui. Tu… Penses en avoir déjà aperçu un ? »

Je lance un regard alerté à Harissa.

« -Le Tylton ! Il… Je l’ai rencontré le jour où nous avons découvert cet étrange cristal électrique ! »

Les deux Pokémon écarquillent les yeux.

« -Tu parles de Vol ?
-Il… Il aurait localisé le réceptacle Electrik ? »

Mon cerveau rembobine toutes les informations à sa disposition. En prenant conscience des derniers éléments, une conséquence claire se dessine.

« -Je dois à tout prix m’assurer de quelque chose. »

Je bascule sur mon bras, et appuie dessus pour me redresser. Même si je suis encore un peu ankylosé, je sens mieux mes membres et parviens tant bien que mal à me redresser.

« -Où est-ce que tu comptes aller, comme ça ?
-E-eh ! Pourquoi tu arrives déjà à te relever, toi ?... »

En effet, il semblerait que Harissa soit encore bien en peine de m’imiter. J’ai beau ne pas me sentir en pleine position de mes moyens, j’ai au moins pu me mettre debout : ce n’est pas le cas de ma partenaire qui reste résolument allongée sur le dos. Agacée, elle fusille Nidoqueen du regard.

« -Vous m’avez mis une plus grande dose de poison ?! »

Sa réponse est ferme.

« -Non. » puis elle me regarde « Comme je l’ai déjà dit, vous ne devriez pas pouvoir bouger avant le lever soleil. Toutefois… Si son corps a déjà été plusieurs fois exposé au poison, sa résistance y est certainement accrue. »

Harissa et moi nous échangeons une œillade interloquée. Actuellement… Mon enveloppe corporelle est celle d’Euphie. En quoi la Pikachu est supposée être plus résistante au poison que la Emolga ?… De tout le temps que nous avons passé ensemble, je n’ai pas souvenir qu’elle ait été particulièrement affectée par l’un d’entre eux…

… Et c’est certainement le cas. Par contre, avant même notre rencontre…

Lorsque j’ai capturé Euphie, elle n’était qu’une Pichu. Mais déjà… Son état était déplorable. Recouverte de coups et blessures, il lui aura fallu un certain moment avant de recouvrir la santé… Heureusement qu’elle était encore jeune et que son corps a pu rapidement s’en remettre.

Mais se remettre de quoi… C’est là tout le mystère. Après cet événement, elle n’a tout simplement jamais lâché Oz. Et personne n’a osé remettre cet épisode en question. Je me suis rapidement fait à l’idée qu’elle n’a tout simplement pas eu sa chance dans la ville de Lansat, et qu’elle a naturellement préféré refaire sa vie à nos côtés. Et depuis… Tout va bien.

J’ignore de quoi était fait le quotidien d’Euphie avant notre rencontre. La seule chose dont je suis sûr, c’est qu’il était loin d’être réjouissant.

Et c’est certainement ce qui me sauve dans l’immédiat.

« -En tout cas, je peux bouger. Laisse-nous sortir de ta tanière, s’il te plaît. Tu peux même nous dissimuler les yeux et nous conduire ailleurs sur l’île si tu ne souhaites pas qu’on connaisse son emplacement. En fait, c’est même plus prudent, au cas où quelqu’un fouillerait dans notre mémoire...
-Eh ! » je me tourne vers Harissa, qui s’insurge « T’oublies rien ? Et je fais comment, moi ? »

Il est vrai que dans son état, la Emolga n’est absolument pas en mesure de m’accompagner. Je grimace en conséquence, et réfléchis brièvement au problème. Puis je me tourne vers Nidoqueen.

« -Je peux la laisser sous ta surveillance ? Je vais avoir quelques difficultés à… »

Mais Harissa m’interrompt avant que je puisse enchaîner.

« -Ginji ! Tu ne vas nulle part. Pas sans moi. »

Je me tourne vers elle, et proteste.

« -Je dois à tout prix retourner dans leur base d’opération, et l’infiltrer. Je souhaite y vérifier quelque chose. Toi, dès que tu seras rétablie, je te laisserai récupérer le sifflet de Sharon, et trouver un endroit d’où tu peux l’utiliser.
-Non ! Nous allons rester là, et retourner ensemble à l’académie dès que je suis rétablie. »

Je me doute bien que devoir rester en retrait lui déplaise, mais malheureusement, on n’a pas trop le choix. Si je veux pouvoir faire quelque chose, c’est maintenant… Nous n’avons pas le loisir de perdre plus de temps.

« -Il faut que j’agisse tant que j’en ai l’occasion. Ne t’en fais pas pour moi, je serai prud...
-J’en ai rien à foutre, Ginji ! »

Je me fige. D’où vient ce brusque élan de colère ? Harissa semble réellement remontée, et refuse d’en démordre.

« -Nous sommes absents depuis trop longtemps déjà. Tout le monde doit être mort d’inquiétude, et avec vos histoires d’échange de corps, rester séparés relève de l’imprudence ! »

Sauf que moi aussi, je m’obstine, et insiste sur l’importance du contexte actuel.

« -J’entends bien… Mais lorsque j’aurai regagné mon corps, il sera impossible pour moi de retourner là-bas. Tant que les lieux sont encore frais dans ma mémoire, je dois…
-MAIS MERDE ! Tu crois vraiment que je vais t’autoriser à y aller ? L’île pourrait menacer d’exploser que je t’empêcherai d’aller la sauver ! Tu crois que je vais faire comment, s’il t’arrivait quelque chose une fois là-bas ? Et pense un peu au corps d’Euphie, bordel ! T’as oublié tes propres conseils ? »

Elle fait référence aux propos que j’ai tenu à Yuna un peu plus tôt. Je l’ai mise en garde quant à l’attention qu’elle doit porter au soin du corps qu’elle possède… Et il est vrai que celui de ma Pikachu a déjà pas mal douillé, aujourd’hui. Pourtant, je me sens encore apte de bouger, et agir. Surtout maintenant que ce foutu poison a commencé à se dissiper…

« -Bien sûr que non, je n’ai pas oublié ! Mais je te l’ai dit, je serai prudent. Il n’y a aucune raison que cela se passe mal, Sidérella est mon amie après tout. Je serai vite de retour…
-La dernière fois que tu es parti seul, Ginji, tu n’es pas revenu. »

Toute colère a subitement disparu de la voix de Harissa. Ce n’est hélas pas parce qu’elle a retrouvé un semblant de calme, mais au contraire car elle commence petit à petit à faillir. La tête rabaissée, elle tente de dissimuler ses émotions.

« -En fait, c’est même pire que ça, puisque tu n’étais pas seul. Tu étais avec Oz. Tout le monde a toujours fait confiance à Oz. Et pourtant… Cela ne vous a pas empêché de disparaître. Les lunes… Elles ont défilé, une à une, dans le ciel, et ce sans que vous montriez le moindre signe de vie. » elle lève ses yeux vers moi, et je réalise qu’une fois encore, ils sont embués par les larmes « Aujourd’hui, j’ai perdu ma première dresseuse, Ginji. Alors, par pitié… Je ne veux pas te perdre toi aussi. Pas encore. »

Si l’évocation de mon coma et ce qu’il a entraîné a déjà voilé mon visage, ces dernières paroles me font tout simplement éprouver une grande culpabilité. Lugubre, je suis bien incapable de trouver les mots, ou tout simplement savoir comment réagir. Harissa fait tout son possible pour éviter de nouvelles pleurs, et cela se ressent à sa mâchoire serrée.

« -Donc, attends. Nidoqueen a dit que je serai rétablie au lever du soleil… Ce ne sera pas si long, pas vrai ? »

La dominante ne réagit pas. En moi se mêle deux sentiments opposés : l’envie de me retrouver à nouveau entouré de mon équipe, et celle de faire la lumière sur toute cette affaire…

Outre son inquiétude apparente, Harissa a raison sur de nombreux points. Il serait imprudent de retourner là-bas, seul de surcroît… Mais je ne peux pas non plus simplement rentrer à l’académie et passer à autre chose. Pas si mes craintes sont fondées… Et si je veux m’en assurer, la seule option à ma disposition, cela reste de retourner dans leur base…

Aaaah, Arceus, bon sang… Pourquoi faut-il toujours m’imposer ce genre de choix cornélien ?




« Adieu. Et sache désormais... Que tu m’es insignifiant. »
Ginji Labelvi
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t780-c-est-par-la-la-sortie-oups-je-suis-alle-trop-vite
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t799-ginji-labelvi-voltali
Icon : Pikachu Explorateur, à votre service !
Taille de l'équipe : 25 / 31
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 20 ans
Niveau : 100
Jetons : 1587
Points d'Expériences : 4235
Pikachu Explorateur, à votre service !
25 / 31
Sinnoh
20 ans
100
1587
4235
pokemon
Pikachu Explorateur, à votre service !
25 / 31
Sinnoh
20 ans
100
1587
4235
Ginji Labelvi
est un Topdresseur Spé. Type
GINJI LABELVI

rp solo
« Farce & Capriccio »


***

La lune est haute dans le ciel.

Mais elle décroît. A en juger sa position, il doit être quelque chose comme… Deux heures ? Trois heures du matin ?… Pouah… Ça fera donc une nouvelle journée passée en tant que Pikachu à ajouter à mon compteur…

Le soleil ne se lève pas avant au moins six heures. Juste patienter les bras croisés aurait été bien trop long. Donc…

Me voila. Il fait frais, mais mon pelage me tient à peu près au chaud. Tant qu’il n’y a pas de bourrasque de vent, sincèrement, ça passe… Et dans cette forêt, les abris sont nombreux.

Même si j’arrive à son orée. Bien qu’il fasse noir, je parviens à discerner l’immense structure qui s’élève au centre de la clairière que nous avons quitté quelques heures plus tôt. Je n’aurai pas pensé y retourner si vite après notre départ… Ma vie est pleine de surprise, n’est-ce pas ?

Pouah. Celle-ci est bien moindre comparé à tout le reste…

J’en viens même à demander si depuis le début, je ne suis pas en plein trip hallucinogène. Est-ce la fatigue qui me pèse, ou le poison qui fait encore un peu effet… ? Je décide de m’arrêter un moment, et secoue vivement la tête de gauche à droite pour me remettre les idées en place. L’instant est crucial, donc je dois rester lucide ! Même s’il est tout bonnement insensé, le contexte n’est pas le même que celui de ma mission avec Hope. Donc aucune raison que je sois en train de rêver…

Je prends une profonde inspiration, et m’élance. A quatre pattes, je parcours rapidement la distance qui me sépare du monastère délaissé par l’Homme. Sauf qu’au lieu de passer par la porte principale, cette fois-ci, je le contourne pour atteindre l’autre côté. C’est en rasant de près les murs que je le rallie, et rejoints l’arche qui me permet d’entrer à l’intérieur.

Le reste du trajet… Ne devrait pas être très long. Tout ce que j’espère, c’est qu’ils ne fassent pas de patrouilles ou de surveillance dans le genre. J’ignore où dorment concrètement les membres du Conseil, mais j’ose espérer qu’ils sont chacun dans leur coin… Avec un peu de chance, il y en a même qui ont regagné leur propre zone au sein de l’île, comme le fait Nidoqueen.

Cette dernière m’a assuré que je ne devrai croiser personne à une heure pareille, mais cela fait un moment qu’elle se tient à l’écart du groupe. Si leur organisation a changé depuis, elle n’en sera pas au courant…

« -... »

Mais il n’y a rien. Aucun autre son à part celui discret de mes pattes qui effleurent le sol. J’avance à pas de Lougaroc depuis quelques temps maintenant, et me rapproche sans encombre du lieu visé…

Et très vite, je la ressens à nouveau. Cette sensation que j’ai éprouvé plus tôt dans la journée… Et qui m’a inexorablement attiré vers ces escaliers… Maintenant que j’ai plus d’informations en tête, elle doit facilement s’expliquer.

Je pense que c’est là-bas qu’est stocké l’Electrik, le réceptacle du type homonyme… Et puisque actuellement, je suis un Pikachu, je ressens sa présence. Cela correspond exactement à ce que m’avait décrit Oz lors de ma mission avec Haru et Krystal…

Là-bas, dans la Forêt Jaune, des Pikachu s’étaient réunis autour d’une pierre précieuse, au beau milieu d’un marécage. L’endroit n’était absolument pas adapté à leur épanouissement, mais l’attraction du joyau était si forte qu’ils se sont résignés à vivre là-bas, faute de mieux… Finalement, ils ont pu regagner leur habitat après qu’on ait chassé les Axoloto qui s’y étaient installés, mais aux dernières nouvelles, la pierre devrait toujours se trouver au sein du marais.

Je crois bien que la-dite pierre est l’un des réceptacles décrit par Nidoqueen, et que désormais, elle se trouve ici.

Cela expliquerait certaines choses. Beaucoup de choses.

Si je me fie aux témoignages de Sidérella, elle ne dirige ce groupe que depuis un an tout au plus, date à laquelle elle a quitté la chaîne de télévision qui l’avait capturée. Pourtant, mon excursion à la Forêt Jaune s’est déroulée il y a deux ans…

Dans l’optique où elle chercherait à réunir tous ces réceptacles depuis un moment déjà, et que ceux-ci sont dispersés à travers le monde, il serait logique de penser qu’elle s’est servie de son ancienne position pour rassembler un maximum d’informations à leur sujet. Lorsqu’elle parvenait à en localiser un, il lui suffisait alors de demander à un de ses alliés de se rendre sur place pour le lui ramener… Et l’allié dont il est question dans le cas de la Forêt Jaune, c’est Titi.

Ou Vol. J’ignore dans quelle mesure Krystal est impliquée, mais son Tylton est clairement celui qui a dérobé, pour Sidérella, l’Electrik. Et c’est pour ça que cette dernière m’a dissuadé de descendre ces escaliers, tout à l’heure… Car elle savait que ce qui m’attirait là-bas était ce fameux cristal, et que le découvrir aurait entraîné tout un tas de questions dont elle souhaitait se passer.

Si je lui avais dit que je connaissais Vol justement parce que nous nous sommes retrouvés au même endroit que le réceptacle, elle l’aurait certainement déplacé, ou se serait arrangée pour qu’on passe par un autre endroit. Mais puisque je n’ai pas eu le temps de lui poser la question, elle n’est pas au courant que Titi et moi-même nous connaissons… Et comme elle me croit parti, il n’y a aucune raison qu’elle ait modifié son emplacement.

Mais je dois tout de même m’en assurer. Il faut que je confirme mes soupçons avant d’aller en parler à Sidérella… Secrète comme elle est, elle refuserait de me répondre si je lui demandais de m’en dire plus, que ce soit sur ces pierres ou le prétendu vœu que l’on peut exaucer avec. J’ai besoin d’éléments tangibles pour avoir une vraie discussion avec elle…

Si… Si mes craintes sont fondées, et qu’elle a effectivement dérobé l’Electrik… C’est très grave.

Je suis bien incapable de déterminer la nature de ces pierres, leurs origines et autres, mais ce dont je suis sûr, c’est qu’il faut à tout prix remettre celle-là en place. Lorsque nous l’avions emmené avec nous la première fois, le cristal a fini par se décharger et ne plus fonctionner. De plus, il revêt une importance capitale auprès des Pikachu de la Forêt Jaune… Maintenant que j’en suis un, je comprends pourquoi. Cette énergie qui en émane… Je n’ai même plus besoin de réfléchir pour avancer vers elle ; je le fais machinalement, dans l’optique de la rejoindre, et la ressentir pleinement. La force qu’elle dégage serait bénéfique pour mon corps… Enfin, celui d’Euphie. Son électricité revigorante constitue un atout majeur, et je cerne bien mieux pourquoi Nidoqueen tient à conserver son propre réceptacle, le Sol. La puissance qu’il procure est réel, et nécessaire pour se défendre de ses adversaires.

Voilà pourquoi je tiens à le restituer à la Forêt Jaune. Elle n’est pas à l’abri d’une nouvelle invasion,  et sans leur ultime point de repère, les Pikachu là-bas seront désorientés en cas d’attaque. La retirer de son socle… Est une grave erreur, que je dois à tout prix réparer.

Malgré mon instinct qui me hurle de m’en rapprocher rapidement, je commence à descendre prudemment les escaliers qui mènent à la source de cette énergie. S’il fait déjà sombre à l’extérieur, l’absence de la lumière lunaire rend les lieux plus obscurs encore. En dépit de ma vision accrue, je ne vois rapidement plus rien… Je suis alors obligé d’avancer à tâtons : une patte le long du mur, et mes membres inférieurs qui avancent doucement, jusqu’à déterminer l’emplacement de la prochaine marche. Je suis plus petit, donc ces dernières sont bien plus hautes… Je dois éviter de me précipiter, au risque de me gameler. L’irrésistible besoin de rallier le cristal suffit quant à lui pour me guider.

Mais alors que je cherche à atteindre une prochaine marche, je réalise que ma patte est incapable de la toucher. Déjà parti pour la rejoindre, je ne parviens pas à me raviser à temps, et tombe purement et promptement en avant. Alors que la sensation de chute me procure un haut-le-cœur, je comprends ce que ça implique : les escaliers se sont effondrés il y a longtemps déjà, et…

Sbam.

Pour la seconde fois en quelques heures à peine, je me ramasse plusieurs mètres plus bas. Bon, d’accord, il est peut-être plus question de dizaines de centimètres, mais.. Avec mon changement de taille, c’est tout comme…

La roche sur laquelle j’ai atterri est tout sauf confortable. Elle est ce qu’il reste des escaliers après effondrement, sans doute. Et quant à l’endroit où je me trouve désormais…  

Une lumière capte rapidement mon attention. Si elle est faible, et ternie, elle est suffisante pour brièvement éclairer les alentours.

Je suis dans une petite cave circulaire par laquelle on accède via les escaliers que je viens d’emprunter. Comme escompté, les dernières marches se sont complètement écroulées, et ce depuis un moment sans doute. Mon estimation précédente n’est d’ailleurs peut-être pas si loin de la réalité… Il y a bien trois mètres entre ce sous-sol et les premières marches encore en état.

Seul, je suis bien incapable de les atteindre.

Le sol est recouvert d’une fine couche de terre volatile, à laquelle doit se mêler une tonne de poussière. Par réflexe, j’évite de respirer trop profondément, par peur d’en aspirer. En tout cas, les environs sentent l’humidité et le refermé… Cet endroit n’a pas vu le jour depuis des lustres. Il y a quelques caisses en bois complètement délaissées, mais c’est tout. Du moins, si j’omets…

Le cristal. Il est… Comme dans mon souvenir. Posé en plein centre de la pièce, sur une autre de ces caisses, il est la source du peu de luminosité environnant. Et pourtant… Son éclat est bien moindre comparé à la dernière fois où je l’ai vue. Il s’agit du même phénomène, celui qui se produit quand on le retire de son socle… Il perd son énergie, et l’électricité qu’il offre s’amenuise. Les étincelles qui le parcourent sont peu nombreuses, mais bien là : il n’a pas encore atteint le stade où il est complètement éteint.

Je me relève lentement, et m’en rapproche. Il me faut effectuer un petit bond pour arriver à sa hauteur, et pouvoir pleinement l’observer. Cette sensation… Une attraction certaine pour ce simple cristal bouillonne en moi. Me tenir ainsi à ses côtés me comble d’une satisfaction aberrante. Ce n’est qu’une pierre chargée en électricité, pourtant, je le sais… Mais quelque chose d’obscur me convainc que son pouvoir est bien plus grand, et que… Pour peu que je le garde à mes côtés… Je pourrai…

… N-non ! Qu’est-ce que je raconte ? Je secoue la tête de gauche à droite pour me remettre les idées en place. Premièrement, je ne suis PAS un Pikachu ! Ce corps est celui d’Euphie, donc lorsque j’aurai regagné le mien, je n’aurai aucunement besoin de ce truc… Et deuxièmement, « ce truc » doit retourner au sein de la Forêt Jaune ! C’est là-bas qu’est sa place !

Hmm… D’ailleurs, comment avions-nous fait, pour lui faire regagner son éclat, déjà ? Il ne suffit pas de le reposer sur son socle, non… Je dois…

Je ferme les yeux, et me concentre. Mes pattes viennent naturellement s’accoler à la pierre, et je sens nos énergies respectives se connecter. Puis, simplement, je laisse l’électricité dans mes joues circuler, et se décharger dessus. La foudre qui parcourt mon corps glisse tout naturellement jusqu’au cœur du cristal, dans lequel elle s’accumule et croit.

Je finis par rouvrir les yeux, et interrompre la transmission. Une vive lumière émane désormais du réceptacle, et des étincelles crépitantes la parsèment. Une joie incommensurable m’envahit alors.

« -J’ai réussi ! L’Electrik… »

Je n’ai pas le temps de finir ma phrase.

Quelque chose passe à vive allure au dessus de moi, et me percute à la volée. Le mouvement me fait instantanément basculer en arrière, et chuter de la caisse.

Encore une fois, j’atterris au sol, mais moins lourdement que lors des précédentes itérations. Pourtant, lorsque j’essaye de me relever… Mon agresseur vient tout simplement atterrir sur mon ventre, et m’immobiliser.

« -Sale vermine. Je savais que tu viendrais… »

Retenu à terre par son poids, je dévisage avec de grands yeux Titi, qui lui me fusille du regard. J’entrouvre tout juste la bouche que le Tylton utilise ses pattes pour soulever la terre qui m’entoure, et en imprégner mon pelage. Inévitablement, j’en respire une grande quantité, et tousse, pendant que lui me maintient au sol.

« -Tu crois que je ne t’avais pas reconnue ? Tu étais avec ces imbéciles d’humains lorsque je suis venu dérober le cristal… Et il est hors de question que je te laisse remettre la patte dessus. »

La terre dans ma gorge provoque une véritable quinte de toux, que je parviens difficilement à calmer. De toute façon, quand bien même j’y arriverai, je serai incapable de me libérer : il a fait tout ça pour que je ne puisse pas utiliser mon électricité contre lui, et en profite pour rapprocher son visage du mien.

« -Vois le bon côté des choses : Sidérella ne saura rien de ta traîtrise. Je me débarrasserai de toi en silence…
-La ferme ! »

Au tour du Tylton de se faire brusquement percuter. Surgissant des escaliers, Harissa vole littéralement à ma rescousse et me libère du poids de l’agresseur. Son pelage est parcouru de petits éclairs, qu’elle ne tarde pas à décharger sur la créature pour la paralyser.

« -.. Qu’est-ce que… ?!
-Ginji, ça va ?! »

Toujours en toussotant, je me redresse. Mais je parviens à lentement reprendre le contrôle de ma respiration, et acquiesce en me tenant la gorge.

« -O-ouais… Ça va le faire… Kof… »

De son côté, Vol s’insurge.

« -Vous… Vous êtes deux ?! C’est injuste !
-Hmpf. Tu n’es pas le seul à savoir te cacher dans l’ombre. »

Lorsque j’ai enfin la pleine possession de mes moyens, j’interroge Harissa du regard.

« -Et toi… Ça va mieux, tes membres ? »

Elle me rend un sourire pétillant.

« -Ouaip ! Je ne me suis jamais sentie autant en forme ! »

***
Un peu plus tôt, dans la tanière de Nidoqueen.

« -Nidoqueen doit bien avoir des Baies Pêcha, non ? »

Alors que Harissa est toujours immobilisée, je cherche un moyen de la soigner avant le lever soleil. La type Sol se tourne vers moi, laissée perplexe par ma question.

« -Pourquoi donc ? Notre espèce est immunisée aux poisons, nous n’en avons aucunement besoin… »

Je lui détaille donc mon raisonnement.

« -Avoir un antipoison peut toujours servir de monnaie d’échange. Si vous en récupérez, vous pourriez l’utiliser pour convaincre plus rapidement les gens que vous empoisonnez de parler, en échange de soins… »

Cette remarque lui arrache une mimique étonnée. La Nidoqueen plisse ensuite les yeux, et prend le temps d’y réfléchir.

« -… Je n’y avais jamais pensé…  » mais elle se fait plus sceptique « Sauf que nous ignorons comment se soignent nos propres infections... »

Je me désigne de la patte, souriant.

« -Moi je sais. J’ai l’habitude de guérir les Pokémon.  » elle n’a pas l’air plus convaincue, alors je continue « Des Baies Pêcha sont nécessaires, mais si on peut également avoir des Baies Prine, cela serait parfait. Si jamais les membres de ta horde ont l’habitude de ramasser les objets laissés par des humains, j’aimerai également pouvoir y jeter un œil. »

Elle se questionne clairement quant à l’origine de mes prétendues connaissances, mais n’émet pourtant aucune objection. Elle nous tourne ensuite le dos, et s’avance dans le tunnel.

« -Très bien. Je vais demander à mes alliés de rassembler ça. »

Je hoche la tête, reconnaissant. Derrière moi, Harissa est toujours avachie à terre.

« -Ils ne sont déjà pas assez dangereux comme ça, tu veux les armer encore plus ?... »

Je hausse les épaules.

« -Je vais juste préparer un médicament. Il n’y a rien de nocif ou nuisible là-dedans. »

Je me rapproche tranquillement d’elle, tandis que l’Emolga soupire.

« -Ça ne change rien au fait que ton plan m’inquiète. Si on s’infiltre chez eux et qu’ils nous crament, le semblant de cordialité qu’on aura instauré volera en éclat… On ne fera pas long feu.
-C’est pour ça que je compte sur toi. Pendant que j’approcherai de leur base, je te laisserai surveiller les environs depuis les airs. Si tu vois un quelconque signe suspect, tu viens me voir et on annule tout. Sinon, tu me suivras de loin une fois à l’intérieur : je compte alors sur toi pour intervenir au moindre problème. »

Elle roule des yeux.

« -Il faut toujours que t’aies réponse à tout... »

Son air blasé m’arrache un sourire.

***

J’expire longuement au moment de pousser le cristal. Dehors, l’air est toujours aussi frais.

« -On fait quoi ? On retourne à la plage d’où on est arrivés ? »

Harissa m’aide à transporter l’Electrik à l’extérieur de l’abbaye abandonnée. Mais nous avons tout juste franchi l’arche pour sortir que je m’immobilise, et observe les environs.

« -Non. C’est le premier endroit où ils iraient nous chercher. En plus, c’est beaucoup trop loin, on n’arrivera jamais à le porter jusque là-bas. »

Le réceptacle fait au moins ma taille, et mon poids actuel. Si à deux, on arrive certes à le soulever facilement, je doute qu’on parvienne à traverser l’entièreté de la forêt avec.

« -… Et on fait comment, du coup ? »

Je lui indique le sifflet qu’elle porte autour du cou. Je le lui ai confié après que Nidoqueen ait bien voulu nous le rendre, dans l’optique où je me ferai attraper et qu’elle ait besoin d’appeler de l’aide.

« -Tu trouves un endroit d’où tu peux utiliser ça. Moi, pendant ce temps, je me planque là-bas avec le réceptacle. »

Je lui désigne ensuite la maisonnette en contre-bas de la colline. L’Emolga se montre sceptique, et me le fait bien savoir.

« -L’idée, c’est qu’ils n’aient pas à faire beaucoup de marche pour pouvoir te chopper, c’est ça ? »

Je roule des yeux, et lui explique ce choix.

« -Ils n’ont pas vraiment le droit de se rendre à l’intérieur. En plus, ils auraient aucune raison de la fouiller. De toute façon, c’est juste le temps que tu fasses venir Sharon. »

Son regard descend jusqu’au sifflet, qu’elle attrape de la patte. Elle le détaille un instant, peu convaincue.

« -Et tu es sûr que ça va marcher, ce truc ? »

Pendant qu’elle dit ça, je replace le cristal de sorte à ce qu’il soit bien parallèle au versant.

« -J’espère. »

Puis je donne un coup de patte dedans. La pierre bascule ainsi, et entreprend de débouler le long de la colline.

« -… Eh, c’pas censé être un objet giga précieux, ça ? »

D’un geste nonchalant, je lui fais signe de ne pas s’en soucier.

« -T’occupes. Dépêche-toi d’alerter Sharon, j’ignore combien de temps on a devant nous. »

Harissa coule alors un regard en direction de l’immense bâtisse que nous venons de quitter.

« -T’es sûr de vouloir laisser le Tylton à l’intérieur ? Même après le coup qu’il a reçu, cela ne l’empêchera pas de parler quand il se réveillera…
-Et on l’aurait emmené avec nous comment ? Même si j’avais eu une Pokéball sur moi, pas dit qu’il se serait fait capturer. Il a une dresseuse. »

Elle hausse les épaules.

« -Si tu le dis. » puis elle tend ses bras, et déploie ses membranes « J’y vais du coup. Fais gaffe à toi. »

Lorsque je lui réponds, l’Emolga a déjà bondi pour prendre son envol.

« -Comme d’hab. ~ »

Par prudence, je ne peux pas m’empêcher de jeter un coup d’œil derrière moi. Il semble que seul Tylton nous ait repéré à l’intérieur… C’est bon signe, les indications de Nidoqueen étaient correctes. Je n’ai plus qu’à me planquer et attendre qu’on vienne nous secourir.

Je m’exécute donc. Si la pente m’a évité d’avoir à trimballer l’Electrik sur quelques mètres, il va bien falloir que je fasse le morceau de trajet restant. Et malgré l’étrange fascination que j’ai pour cet objet, ma petite taille ne rend pas aisée le transport… Je suis parfois obligé de m’arrêter un instant pour le saisir autrement, et repartir aussi sec.

L’emmener jusqu’à l’ancienne demeure des maîtres de Harissa ne sera cependant pas bien long. Avec un peu de patience, je franchis la barrière délabrée qui la clôturais jadis, et il ne me reste alors plus qu’à m’engouffrer à l’intérieur…

Clac.

La porte d’entrée se referme de façon bien audible une fois poussée. La lumière qui émane du cristal permet d’éclairer la pièce, mais je réalise très vite que c’est un coup à me faire repérer depuis l’extérieur. Je ne peux donc hélas pas prendre le temps de respirer un coup, et me hâte de tirer un vieux tapis poussiéreux pour le glisser par dessus. En terme de cachette, on repassera sur l’énorme bosse luminescente en plein cœur de l’entrée, mais au moins de dehors, on ne devrait rien voir. Cela suffit pour me soulager un peu.

J’inspire un bon coup, et expire tout aussi longuement. Et ce n’est qu’après coup que je réalise quelque chose qui aurait dû m’interpeller plus tôt : la porte de tout à l’heure est grande ouverte.

Je m’immobilise en le remarquant, et mes oreilles et ma queue se redressent d’elles-même. Il n’y a… Aucun bruit dans les alentours. De jour comme de nuit, cette île paraît si… Silencieuse.

Pourtant, quelqu’un a bien dû ouvrir cette porte. Lorsque Feu a voulu le faire plus tôt, la pièce semblait bel et bien verrouillée. Elle aurait simulé sa fermeture ?… Hmm non, je l’ai bien vue exercer une force dessus avec sa patte. Je suis certain que l’endroit était clos, en dépit de ce que j’ai cru apercevoir…

Et cette fois-ci, hors de question de me laisser surprendre. J’ai beau tendre l’oreille, aucun son ne parvient jusqu’à moi… Donc la maison serait résolument vide, conformément à ce qu’elle m’a affirmé ? Aurait-elle déverrouillé la porte après que je sois parti, dans ce cas ?

Il n’y a qu’une seule manière de m’en assurer. Je récupère la même démarche prudente que lors de mon exploration nocturne de l’abbaye, et m’avance tout doucement. A la différence de l’immense bâtiment, il ne faut que peu de temps pour arriver à destination… Il n’y a qu’un angle de porte à passer, et je pourrai découvrir ce que cette salle si mystérieuse recèle. Je m’accole au mur adjacent, et lentement, me penche pour observer l’intérieur…

« -... »

… Mais rien. On dirait une pièce… Lambda. Tout à fait lambda. En fait, malgré l’obscurité environnante, je peux même déterminer son utilité à son agencement : c’est un bureau. Il y a une grande table, une chaise, et des étagères… De la paperasse est éparpillée un peu partout, et prend la poussière depuis la disparition de ses propriétaires.

Puis le son d’un froissement se fait, et mon regard se dirige vers la table. Posé dessus… Il y a un carnet, grand ouvert, et dont une page vient de se tourner.

Probablement à cause de la fenêtre grande ouverte, juste derrière.

Je ne peux pas m’empêcher de pester. Tout ce bazar simplement parce que la maison n’est en fin de compte pas fermée partout ? C’est sans doute pour ça que j’ai cru voir tantôt la porte ouverte, tantôt close. Le vent a dû la bouger, tout comme il agite actuellement les pages de ce carnet.

Et Roussil s’est simplement jouée de moi.

Bien qu’un poil déçu, je me permets une brève exploration des lieux. Il y a peut-être là les dernières traces écrites des premiers dresseurs de Harissa… Voire même, ont-ils laissé quelque chose pour elle. C’est peu probable, mais je peux toujours fouiller.

Évidemment, mon attention se dirige tout d’abord sur ce carnet. Heureusement qu’il ne s’agit pas d’un épais bouquin, je suis tout à fait capable de le tenir, celui-là… Il est ouvert en plein milieu, et… Arf, lire du noir en pleine nuit, ce n’est pas vraiment facile...

« -…. »

Je fais brusquement volte-face.

Pourquoi ?… Je ne sais pas. Un frisson m’a parcouru l’échine, et m’a incité à vivement me retourner. Ce n’est pas le froid ni le vent, juste… L’espace d’un instant, j’ai réellement eu l’impression que quelqu’un se tenait derrière moi. Mais…

Non. Il n’y a rien. Résolument rien. Pas de son, pas de présence… Juste cette… Désagréable sensation.

Comme lorsque j’ai aperçu ce visage dans l’obscurité…

… A-attendez, si la pièce était plongée dans le noir tout à l’heure, c’est que la fenêtre et les volets devaient être clos, non ?… Pourquoi sont-ils ouverts, maintenant ?… Bon sang… Je ne sais pas si c’est le fait qu’il ait appartenu aux dresseurs décédés de ma Emolga, mais cet endroit dégage quelque chose de résolument flippant. Voire…. Morbide.

Hors de question de m’y attarder plus que ça. Peut-être que me planquer ici n’est pas une si bonne idée que ça, en fin de compte…

Par contre…

J’emmène ce carnet avec moi. S’il est posé en plein centre du bureau, c’est qu’il contient les derniers écrits de son propriétaire.

En espérant que cela ne va pas attirer sur moi le mauvais œil, ou… Quelque chose comme ça…



Narrateur omniscient

C’est tout en haut d’une falaise que Harissa se pose.

L’Emolga a beau posséder un comportement de sauvageonne, on ne peut pas dire qu’elle soit particulièrement familière avec la vie au grand air. Elle est née dans un élevage, a grandi chez des humains aisés, et a pour seules excursions quelques tours dans le centre-ville de Méanville. Dès qu’elle a voulu prendre son envol pour le monde sauvage, elle s’est instantanément faite capturer par Ginji. En somme, et en dépit de ce que son sale caractère laisse transparaître, Harissa est un Pokémon domestique pur souche.

Mais pourtant… Pas besoin d’avoir beaucoup connu l’extérieur pour se douter que quelque chose cloche avec cette île.

Elle est… Délaissée. Autant par les humains que par les Pokémon… C’est simple, en dehors des membres du Conseil, et de la horde de Nidoqueen, planquée sous terre, elle n’a croisé personne. Absolument personne.

… Il y a-t-il une raison à cela ? Est-ce que… Comme Nidoqueen et sa horde… Les autres Pokémon de l’île se cachent… Dans la crainte de quelque chose ?

Ou n’y a-t-il tout simplement plus d’habitant ?

Elle n’aime pas beaucoup cet endroit. Et c’est pour ça qu’une fois postée en marge de cette île, sur un haut pic, elle prie de tout son cœur pour que son appel à l’aide soit entendu.

De ses pattes, elle saisit le sifflet rattaché à son cou. Elle n’en s’en ait jamais servi, mais… Sa forme est assez intuitive.

Elle porte l’instrument à sa bouche, et souffle de toutes ses forces.

Aucun son n’en sort.
























***

« -T’es vraiment qu’un crétin, tu sais ? »

« -Hmpf. Bien sûr que tu le sais. Mais j’ai beau te le répéter encore et encore, je n’ai pourtant pas l’impression que ça rentre. »

« -Je peux savoir ce qui t’a pris ? A quoi tu pensais ? Que c’était une bonne idée, de disparaître comme ça, sans laisser de trace ? T’y as réfléchi, à nous ?… A Euphie ? »

« -… Oui. Évidemment. Je te connais, crétin. T’y as forcément réfléchi. Et si c’est arrivé, c’est qu’il y avait une raison. Ou tu n’avais pas le choix… Ou c’est ce qui te semblait le plus juste. »

« -Mais quand même ! C’était si compliqué que ça, de laisser… Un message, quelque chose ?… Bon, ça ne nous aurait pas avancé à grand-chose, personne ici ne sait lire à part toi… Et j’imagine que si t’en avais eu la possibilité, évidemment que tu l’aurais fait, mais… »

« -Rah ! Tu m’énerves, crétin. T’es qu’un crétin. Un foutu crétin. Qui fonce tête baissée dans l’inconnu. »

« -J’espère au moins que ça en a valu le coup. Parce qu’à cause de ta petite mésaventure, j’ai toujours cette stupide apparence. Et elle commence vraiment à me taper sur les nerfs. Sérieusement, c’pas la chose la plus pénible du monde, d’être humain ? Comment tu peux supporter ça ? »

« -Ah, et au fait, tu peux remercier le reste de l’équipe. Quand Webble a remarqué la disparition du sifflet, les Magnéti se sont aussitôt concertés avec Sharon et les Motisma. J’ai pas trop compris comment, mais ils ont cherché à reproduire son signal via ton Ipok. Je crois. Puis Spark s’est chargée de le capter à longue distance. »

« -Déjà, juste pour le comprendre, ça m’a pris une plombe. Mais alors, l’attente derrière… Insupportable. Vraiment. »

« -Tu ne me refais plus jamais ce coup, ok ? »

« -... »

« -Pas la peine d’acquiescer bêtement. Je sais que ça se reproduira. Enfin, non pas que je le souhaite… Mais tu as un véritable don pour t’attirer les ennuis. Et avec ce que tu nous as ramené, quelque chose me dit que les embrouilles ne font que commencer. »

« -J’ai hâte que nous retournions dans nos corps, tiens. Je veux dire… Encore plus qu’avant. Comme ça, tu pourras tenter de m’expliquer tout ce bordel, hein ? »

« -Crétin. »


***

« -Je suis désolé, Oz. »

« -’Fin… Tu le sais déjà, ça, pas vrai ? »

« -Je ne compte plus les fois où je me suis excusé de la sorte… »

« -Et malheureusement… Je suis au regret de t’annoncer que tu as raison. Les problèmes débutent à peine. »

« -C’est une très longue histoire. Quelque peu aberrante, aussi. Tu risques de croire à une gigantesque farce, mais… Il n’en est rien. »

« -Mais avant toute chose, je tiens à dire que… Tu te rappelles, de notre promesse ? Celle que nous nous sommes faîtes, il y a un an ? »

« -Je pense qu’on peut voir tout ça comme une sorte de… Mise à l’épreuve. »

« -J’ai placé toute ma confiance en toi, Oz. Je savais que, dans la configuration où nous nous trouvions, tu serais le plus apte à t’occuper des autres en mon absence. »

« -Et tu as réussi, Oz ! Quel formidable dresseur tu as fait… Ce n’est pas forcément facile, pas vrai ? Pourtant, tu l’as fait. Parce que c’était nécessaire. Tu as même pris la peine d’apprendre à comprendre les autres malgré la barrière linguistique qui vous séparez. Personnellement, je trouve ça merveilleux, Oz. »

« -Je sais maintenant que, même si je disparaissais, tu serais là pour prendre la relève. »

« -Oh, ne t’en fais pas. Je n’ai pas prévu de m’en aller de si tôt. »

« -En plus, on a encore tant de choses à faire… Toi, moi, et tout le reste de l’équipe. »

« -Aujourd’hui plus que jamais… Je veux être avec vous. J’ai pris conscience d’à quel point le lien qui unit un dresseur à ses Pokémon est… Immuable. Au temps, à l’espace. Ce lien, je veux l’entretenir, de tout mon cœur. En parcourant le monde à vos côtés, en découvrant de nouvelles contrées, de nouvelles personnes, de nouveaux horizons. »

« -Ça t’intéresserait, toi, Oz ?…  »

« -... »

« -Tss. Évidemment que tu t’en fous. Toi, tout ce qui t’intéresse, c’est dormir… »

***

Ce procès digne d’une farce ♫

Lokhlass ♂

Un Pokémon sauvage qui rend service au Conseil, en échange de baies. Discret et taciturne, il a parcouru de nombreux océans et peut se rendre à peu près n’importe où. Comme il ne fait pas partie à proprement parler du Conseil, il n’a aucun compte à leur rendre.
Sol | Maîtresse des Enfers - Nidoqueen ♀

Gardienne du réceptacle du type Sol. Sa grande prudence et son devoir de protection envers sa horde l’ont poussée à se dissocier du Conseil. Elle n’a aucune confiance en Sidérella et ses objectifs.  
 ???

Quelle est cette présence qui habite l’ancienne demeure des maîtres de Harissa ? Pour l’heure, impossible de le savoir...




Dernière édition par Ginji Labelvi le Sam 25 Jan 2020 - 15:25, édité 3 fois



« Adieu. Et sache désormais... Que tu m’es insignifiant. »
Ginji Labelvi
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t780-c-est-par-la-la-sortie-oups-je-suis-alle-trop-vite
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t799-ginji-labelvi-voltali
Icon : Pikachu Explorateur, à votre service !
Taille de l'équipe : 25 / 31
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 20 ans
Niveau : 100
Jetons : 1587
Points d'Expériences : 4235
Pikachu Explorateur, à votre service !
25 / 31
Sinnoh
20 ans
100
1587
4235
pokemon
Pikachu Explorateur, à votre service !
25 / 31
Sinnoh
20 ans
100
1587
4235
Ginji Labelvi
est un Topdresseur Spé. Type
GINJI LABELVI

rp solo
« Épilogue »


***
Plusieurs jours plus tard, Azuria
Ginji

Je toise intensément Léo, comme avec l’espoir de lire dans son esprit, pendant que son regard parcourt les notes que j’ai emmenées. Posé sur la table juste devant le Pokémaniac, l’Electrik grésille au son des ordinateurs qu’abrite son laboratoire.

Ce n’est qu’après un long silence qu’il reprend la parole.

« -Et donc, ce truc était le joyau que Krystal et toi aviez trouvé près de la Forêt Jaune, c’est ça ? »

J’acquiesce. Il referme alors le carnet, et se tourne vers moi en un soupir.

« -Je veux bien t’aider à faire des recherches là-dessus, mais je suis avant tout mécanicien, moi, pas historien ou archéologue. J’avoue ne pas être certain de fournir des résultats. »

Je ne réagis pas tout de suite. Je prends d’abord une courte inspiration, puis fixe le plafond, incertain quant à la nécessité de mes propos.

« -En fait, pour être franc, ce n’est pas de toi que j’espérais des réponses. »

Puis mon regard redescend, et coule jusqu’à l’Evoli de Léo. Si ce dernier s’est pour l’instant contenté d’écouter en silence, ses oreilles se relèvent et son expression se fronce en une mimique contrariée, lorsqu’il réalise que mon attention est désormais focalisée sur lui.

« -Tu es particulièrement intelligent, tu as à maintes reprises démontré d’une vive hostilité envers ton dresseur, et tu as déjà rencontré Sidérella par le passé. Elle a dû forcément tenter de te recruter… Pas vrai ?
-... »

Au tour de l’Evoli de soupirer. Lentement, il se redresse, et avance nonchalamment jusqu’à Léo. Puis il bondit sur le bureau en face de lui, et va jusqu’au clavier d’un des nombreux ordinateurs. En quelques coups de pattes, il ouvre ensuite un dossier. S’affiche alors tout un tas d’informations brouillonnes : ce qui ressemble à des annotations d’articles, des photos, et au centre, affiché en grand… Une sorte de carte schématisée, et sur laquelle des ondes s’agitent doucement.

« -… Qu’est-ce que c’est ? »

Perplexe, son dresseur se penche en avant, et lit avec attention ce qu’il y a marqué.

« -On dirait… L’empreinte sismique d’une île en temps réelle… Ce ne serait pas celle dont tu m’as parlé ?… Skaai, c’est ça ? »

A mon tour, j’essaye de cerner ce dont il est question sur l’écran, mais sans grand succès.

« -Euh… Possible…. »

Puis Léo se tourne vers Evoli, déconcerté.

« -C’est toi qui as rassemblé toutes ces informations ? Tu surveilles constamment qu’il ne se passe rien d’anormal là-bas ? »

Il détourne le regard sans un mot. Je sens à sa grimace qu’il est quelque peu mal à l’aise d’ainsi dévoiler toutes ses recherches.

« -Evo. »

Léo ne tient guère plus longtemps, et le prend subitement dans son bras.

« -Aaaaah, Evoli ! Tu es à la fois si mignon et si précautionneux ! Tu es le meilleur !
-EVOLI ! »

J’ai un sourire amusé devant cette scène quelque peu familière. Mais je m’en désintéresse rapidement, et me permets d’attraper la souris de l’ordinateur pour parcourir tous ces documents.

« -Il y aurait moyen de me les envoyer ? Ou du moins, de me tenir au courant.
-Hmm ?… Oh, oui, bien sûr ! Si Evoli n’y voit aucun inconvénient… »

Il n’émet pas d’opposition, ce qui est plutôt bon signe.

« -Cool. » je me redresse, et fourre mes mains dans mes poches « Et est-ce que tu saurais comment contacter Krystal ? Impossible de la joindre. »

Alors que son Evoli se débat pour se libérer de son étreinte affectueuse, Léo secoue la tête de gauche à droite.

« -Normal, elle a complètement disparu de la circulation. Même moi, j’ignore où elle est. Mais si c’est pour la sécurité du joyau que tu t’inquiètes, ne t’en fais pas. Je préviendrai Ébènelle de son importance, et de la nécessité de le surveiller. »

J’acquiesce distraitement. J’aurai aimé en savoir plus à propos de Titi… Ou Vol… Mais je vais devoir faire sans, semble-t-il. J’espère tout de même que sa dresseuse va bien…

En l’absence d’occupation immédiate, mes yeux continuent de parcourir les textes rassemblés par l’Evoli de Léo. Cela parle de… Vestiges, de religion et de colonisation… Tout un bordel bien trop fourni pour le cerner dans l’instant.

Tss... Dans quoi est-ce que Sidérella s’est embarquée ? Et ai-je bien fait de lui dérober le cristal ? La connaissant, tenter d’ouvrir le dialogue avec elle se serait soldé par un refus net de coopérer. J’ai donc préféré sécuriser l’Electrik avant de parlementer… Était-ce la bonne solution ?

Je me demande, Arceus, à quel point des choses m’échappent.




***
Bien avant
Narrateur omniscient

Un silence consterné règne au sein de l’assemblée. Au cœur de toute l’attention, un Tylton cherche à se justifier.

« -J’ai été attaqué par surprise ! J’ai fait tout ce que j’ai pu pour protéger le réceptacle, mais… Je vous l’avais dit ! On ne peut pas se fier à ces Pokémon Electrik ! »

Un sourire au coin des lèvres, Roussil guette la réaction de Sidérella. Cette dernière n’affiche aucune émotion, si ce n’est son air pensif habituel.

« -Tu es certain qu’il s’agissait de nos derniers visiteurs ? »

Vol acquiesce. Sidérella ferme alors les yeux de contrariété. Si elle ne peste pas, Feu capte parfaitement sa colère. Bien plus calme, mais pas moins troublée, la Magirêve cherche à s’enquérir de la suite des événements.

« -Que fait-on ? Dois-je les pourchasser ? »

La dirigeante lui fait lentement signe que non.

« -C’est inutile. On ne pourra pas dérober le réceptacle deux fois de la même manière. »

Le Tylton s’insurge.

« -Q-quoi ?! Alors on va les laisser filer ?!
-Si tu ne voulais pas perdre l’Electrik, tu n’avais qu’à te montrer digne de sa protection… »

Fusillé du regard, la Shaofouine rend un rictus provocateur à l’oiseau. Juste à côté, ses servants réagissent.

« -On doit les trouver ! Trouvons les ! Trouvons les et ramenons les  ~ »
-Ils ont ce qu’il nous manque ! Trouvons les ! Trouvons les, et ramenons les !
-Vous deux, je vous ai déjà dit de vous taire pendant les réunions !»

La Floette et le Noadkoko se ratatinent sur eux-même, intimidés. Ensuite, Combat récupère subitement tout son calme, et expire doucement.

« -Quel dommage. Dire que j’avais fini par leur trouver un surnom… »

Mais sa remarque se perd dans le vide. Résolu à agir, Vol se permet d’insister auprès de Psy.

« -On ne va quand même pas leur permettre de s’en tirer comme ça ! Nous devons les rattraper, ne serait-ce que pour leur faire payer...
-Non. »

Le refus de Sidérella est ferme et net. Cela suffit à récupérer l’attention de l’assemblée, et donc de développer.

« -Nous avons lancé le rassemblement il y a peu, et n’avons même pas encore réuni la moitié de nos membres. Nous sommes bien trop éparpillés, ce qui impacte en mal la surveillance des réceptacles… »

Solennelle, le ton de sa voix s’élève, signe que ses prochaines paroles consistent en un ordre irréfutable.

« -Lorsque les seize membres du Conseil seront enfin présents, nous passerons à l’action sans tarder. Nous sommes restés dans l’ombre pendant des années, mais aujourd’hui, notre discrétion est compromise… Nous n’agirons que lorsque nous serons certains de ne plus faire aucun faux pas. »

Un court silence s’ensuit, dont elle profite pour conclure.

« -Me suis-je bien fait comprendre ? »

Les autres Pokémon répondent alors à l’unanimité.

« -Oui ! »




« Adieu. Et sache désormais... Que tu m’es insignifiant. »
pokemon
Contenu sponsorisé
est un
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum