Connexion
Pokemon Community :: Archives :: Les Archives :: Année 7

Pokemon adala community

Tu abandonnerais ce pauvre locataire démuni à son déménagement, en « empruntant » sa camionnette en plus… ? Je ne te pensais pas voleur, Josh.
en savoir plus ?
Cha-charmant… normalement c’est en mission avec Josh que je frôle la mort, pas en rentrant chez les Phyllalis.
en savoir plus ?
Je vais chuter, encore, et ça sera long, et ça sera douloureux, et t'auras pas envie d'être là. Parce que toi, tu as Aoi mais moi j'ai quoi maintenant que Maya est partie, dis-moi ?
en savoir plus ?
Ce n'est pas le parc que je souhaite anéantir...
en savoir plus ?
Mademoiselle Alézar, Pecheresse Caroline ! Où êtes-vous ?
en savoir plus ?
La triche sera permise évidemment.
en savoir plus ?
Q…. Quéééééééééééééé ?!
en savoir plus ?
Le Deal du moment : -12%
Carte cadeau Cdiscount : payez 220€ et recevez ...
Voir le deal
220 €

Salomé Cobal
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t6439-449-salome-cobal-givrali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t6472-salome-cobal-givrali
Icon : [Mission] Yog'art Z411
Taille de l'équipe : 8
Région d'origine : Johto
Âge : 17 ans
Niveau : 61
Jetons : 27268
Points d'Expériences : 2058
[Mission] Yog'art Z411
8
Johto
17 ans
61
27268
2058
pokemon
[Mission] Yog'art Z411
8
Johto
17 ans
61
27268
2058
Salomé Cobal
est un Pokeathlète Médecin
Le musée l'intriguait.
Et plus encore, cette mission proposée alors que la rentrée s'était à peine levée, emportant avec elle les derniers souvenirs de l'été.
La rousse baissa les yeux en direction du nouveau compagnon, cadeau de passage de Grade de la part du Collectionneur, il paraissait dormir avec ses yeux clos et sa position assise au sol, patientant à sa manière, méditant dans son monde.
À ses côtés, Algernon voletait, se perchant par moment sur son épaule avant de repartir en quête de Karma et de ses fantaisies, Karma et ses envies de yogi, Karma et son drôle de nom comme un pied de nez choisi par Salomé elle-même.
Alors ils sont là, tous les trois, à attendre que le directeur veuille bien les recevoir, ou à défaut, n'importe qui disposant de l'autorité suffisante pour les encadrer et les aiguiller à travers ce dédale que saurait être ce lieu culturel inconnu de Salomé.

– Désolée pour l'attente ! Salomé, c'est ça ? demanda une voix douce et fine dont les lunettes glissaient par moment en travers d'une feuille de notes, viens avec moi, je vais te montrer les différentes salles pour que tu puisses t'imprégner et t'inspirer pour l'atelier du jour !

C'était un brin de fille d'une vingtaine d'années à peine qui se présentait à la Médecin. Des cheveux blonds coupés au carré, un nez en trompette et des yeux d'un gris immense semblant se confondre avec les lumières artificielles renvoyant tantôt des reflets océan, tantôt d'émeraude au fond de ses iris.
La gitane lui emboîta le pas, non sans une pression soudaine sur l'épaule du Kungfouine pour le forcer à s'éveiller ou quitter sa transe, la pauvre ne savait quel terme convenait ; elle espérait juste que le type Combat était plus qualifié qu'elle ne l'était en matière de yoga.

– N'aie pas peur pour la médiation, je m'en chargerai. Toi, ton rôle, ce sera surtout de guider et accompagner les visiteurs grâce aux postures de yoga de ton choix, reprit l'inconnue tout en jetant un bref coup d’œil à la feuille toujours à sa portée, on essaye de tenter des choses mais seulement cinq personnes se sont inscrites aujourd'hui... Au moins tu pourras offrir des conseils personnalisés à chacun, c'est peut-être pas plus mal ?

Sauf pour le musée.
Le pauvre étouffait de cette absence de visiteurs.
Le lieu était vide, seulement traversé par les pas des deux demoiselles qui résonnaient à travers l'immensité des couloirs.
Toiles de maître cohabitaient en compagnie de sculpture étonnantes.
Le regard de la Givrali se perdait sur l'une ou l'autre de ces œuvres tandis que des cartels les encadraient non loin pour permettre aux visiteurs curieux d'assouvir leur soif de savoir.
Et le duo n'en finissait pas d'avancer avant de finalement s'arrêter dans une salle dépourvue de tableaux mais présentant différentes maquettes. Des ponts miniatures étaient reproduits ici en compagnie de bâtiments iconiques des différentes villes traversées par Salomé par le passé. Ici, une reproduction en miniature de la Centrale de Kalos tandis que la Tour Dragospire d'Unys s'annonçait sur sa droite. Et d'autres lieux tout aussi significatifs, monuments d'architecture, fleurons de création, ornaient cette salle atypique.

– Je te présente l'exposition temporaire d'architecture du musée ! On trouvait pas mal d'associer cette idée de mouvement et de construction à un sport aussi noble et accessible que le yoga ! Ça rendra le tout un peu plus dynamique, aussi !
– De... l'architecture ? Rien d'étonnant à ce que seules cinq personnes se soient inscrites pour l'atelier...

Oups.
L'autre croisa les bras, dévisageant Salomé qui fuyait déjà son jugement pour parcourir la salle qui serait son antre du jour. Au moins l'architecture pouvait-elle se marier à merveille avec différentes positions de yoga, ce serait toujours plus simple à mettre en corrélation qu'avec une collection portant sur les Pokemon légendaires.

– Tu trouveras des tapis dans le placard, à l'entrée de la salle. Pour le rythme à suivre, il nous faudrait au moins une figure par œuvre architecturale. Si y en a plus, pas de souci mais rappelle-toi que l'atelier ne dure qu'une heure donc à toi de gérer ton temps, moi je m'adapterai en fonction.

Une heure de yoga mêlé à de la culture, c'était moins long encore qu'un cours à l'académie.
La demoiselle s'arrêtait par moment devant l'un ou l'autre de ces monuments du monde avant de reporter son regard sur son Kungfouine qui s'était emparé des tapis pour les disposer tout le long de l'espace, les plaçant convenablement pour éviter que les visiteurs ne se heurtent malencontreusement. Au moins était-il attentif et serviable lorsque cela concernait un domaine qui lui tenait à cœur, c'était toujours bon à retenir.

– Ah et je suis Eléa, l'atelier commencera pour onze heures. Si tu as besoin de renseignements supplémentaires, je ne bouge pas d'ici.

Et elle rebaissa les yeux en direction de sa feuille de notes, laissant une Salomé livrée à elle-même, ou presque. La pauvre ne connaissait pas par cœur toutes les postures de yoga existantes et ignorait celles qui étaient destinées ou non à de parfaits néophytes ; voilà déjà deux ans qu'elle suivait avec ardeur et entrain les cours de Mademoiselle Hortense et repoussait peu à peu les limites de son propre corps d'adolescente.
Et quel serait le public face à elle ? Ils seraient cinq mais c'était là peu d'informations.
Karma, lui, ne se préoccupait guère de ces questions puériles ; le voilà qui avait déjà pris place sur un des tapis pour passer le temps ou juste pour méditer. Yeux clos, le voilà enfermé dans un monde intérieur qui n'appartenait qu'à lui. La rousse vint s'asseoir à ses côtés, sur un tapis sur sa gauche, en tailleur, tout en continuant de découvrir du regard les différentes pièces peuplant la salle pour cette collection éphémère. Elle avait presque le sentiment de côtoyer le monde Scientifique face à tous les cartels historiques qui ornaient chacune des œuvres ou à défaut, d'un cours de Géographie à domicile au vu de toutes les régions illustrées dans une pièce d'à peine cinquante mètres carrées.
Et elle, elle allait devoir accompagner le tout, avec son cours de yoga.
Comme si elle était qualifiée pour.
Heureusement, elle avait quelques idées de postures ; elle verrait bien face aux visiteurs si eux étaient capable de suivre son rythme et s'adapterait en conséquence, c'était là le meilleur compromis qu'elle avait su trouver.
Nul besoin de prendre des notes, le chemin à suivre le long de la salle était relativement simple et intuitif, les idées se contentaient de germer dans son esprit, qu'elle soupesait avant de se décider enfin. L'horloge murale avançait doucement, rappelant à la rousse que le temps tournait mais loin de la stresser, mettant toujours plus d'ordre dans ses pensées tandis qu'Eléa s'était redressée, sûrement pour accueillir les quelques curieux du jour, non sans faire signe à Salomé de l'imiter.
La demoiselle s'exécuta, attendant que la médiatrice culturelle revienne avec les quelques visiteurs développant un camaïeu de profils intéressants.
Entre le couple qui avait eu la bonne idée d'opter pour l'atelier, l'adolescent au visage renfrogné, un jeune adulte visiblement familier du yoga au vu de sa tenue adoptée et une femme d'un certain âge tenant à peine debout, c'était là un panel intéressant.

– Bonjour à tous et bienvenue au Musée d'Adala ! Je suis Eléa, votre guide pendant votre visite, et serai épaulée par Salomé, une étudiante de la Pokemon Community qui se chargera de vous accompagner pour le yoga, qui va de pair avec l'exposition pour cet atelier ! Je vous laisse prendre place sur un tapis, n'hésitez pas à en changer en fonction des œuvres que nous parcourrons de manière à bien voir, surtout que le manque de place ne sera pas un problème aujourd'hui !

La blonde laissa tout ce beau monde prendre place avant de reprendre la parole :

– Notre voyage intramuros va débuter à Johto, avec cette splendide représentation en bois de la Tour Carillon, lieu mythique dévoré de légendes. Cette tour illustre de Rosalia est avant tout connu pour avoir abrité Ho-Oh, Pokemon Arc-en-ciel qui posséderait le pouvoir de résurrection. En effet, toujours d'après les légendes, ce Pokemon aurait ressuscité les fameux chiens légendaires, Entei, Raikou et Suicune mais nous ne sommes pas là pour un cours de mythologie mais pour voir plus en détails l'architecture de notre monde... reprit Eléa avant de s'avancer vers la reproduction de la tour pour y présenter différents détails, n'ayez pas peur de vous approcher, ainsi vous pourrez voir que les toits ont été construits en écorce de cyprès, c'est là un mode de construction typique de Rosalia que vous pouvez aussi retrouver sur la Tour Cendrée, les planchers sont en bois et tout l'intérieur de la tour est parsemé de reliefs en bois à l'effigie de Ho-Oh, on en a dénombré 108 exactement.

La blonde s'éloigna quelque peu de la reproduction, faisant un geste vers Salomé pour lui indiquer que c'était désormais son tour d'entrer en scène :

– Bonjour à tous, vous savez déjà qui je suis mais permettez-moi de vous présenter Algernon et Karma, qui m'assisteront pour cet atelier, notamment Karma, qui pourra vous remontrer les différentes postures si je suis occupée à corriger les erreurs de l'un d'entre vous... Le yoga est accessible à tous et ce peu importe sa souplesse, sa force ou son agilité, ça, ce sont juste des idées reçues.

Elle prit place sur un tapis, debout, faisant face aux quelques personnes présentes tout en tournant le dos à la reproduction architecturale présentée par Eléa :

– Et quoi de mieux que de débuter cet atelier avec un salut au soleil pour rendre hommage à Ho-Oh ? Ce n'est pas une seule posture mais un enchaînement de plusieurs postures. Je vais d'abord vous montrer une salutation au soleil complète, puis je recommencerai, en décomposant les postures pour que vous puissiez m'imiter.

Un regard vers Karma lui fit comprendre que le Kungfouine était prêt à son tour.
La rousse plaça son souffle, joignant ses mains, tout son corps droit pour cette première posture qui n'était autre que celle de la salutation. Pas de difficulté particulière, tous pourraient l'exécuter sans sourciller, y compris cette grand-mère davantage intéressée par le pan culturel que sportif de l'atelier.
Elle expira bruyamment volontairement, pour donner une idée du travail attendu sur le souffle et pour que tous y prêtent attention pendant que le Kungfouine, lui, était silencieux et calme, le regard fixé sur l'horizon.
Inspiration ensuite pour se grandir davantage encore, les bras cherchant à toucher le plafond, bras et jambes tendus, s'étirant totalement. Cela allait en réveiller plus d'un, sûr.
Expiration à nouveau, Salomé se pencha en avant, jambes toujours droites, bras dirigés vers le sol pour finalement être à proximité de ses pieds, totalement penchée, tête touchant les genoux.
Inspiration.
Jambe droite étirée vers l'arrière, genou au sol, menton levé en direction des plafonniers.
Rétention.
Tout son corps entier tendu en une simple ligne droite pendant que ses hanches restaient parallèles au sol.
Expiration.
Genoux, poitrine et front contre le sol mais sans s'avachir, avec ses mains comme appui pour pouvoir se redresser ensuite.
Inspiration.
Tête redressée avec son bassin rivé au sol, pieds éternellement joints et bras légèrement fléchis.
Expiration.
Elle souleva son bassin, et tête poussée en direction des genoux.
Inspiration.
Au tour désormais de la jambe droite de s'avancer pendant que le genou gauche restait au sol, menton à nouveau redressé encore vers les lumières.
Expiration.
Le pied gauche retrouve la jambe droite, mains autour des pieds et tête contre les genoux, la voilà sur la fin et à nouveau en terrain connu pour les spectateurs.
Inspiration.
S'étirer à nouveau, avant-dernière posture avant de clore le salut, bras et jambes tendus.
Expiration.
Le corps droit, tout l'air bloqué dans ses poumons étaient recrachés, mains jointes pour retrouver cette posture de salutation qui avait commencé puis clôturé le salut au soleil.
Cela n'avait pas même duré une minute complète.

– Voilà, ça va être à vous maintenant. Et déchaussez-vous avant de commencer, ce sera plus confortable.

Ne dit-on pas que moins l'on porte de textile pour faire du yoga, moins c'est douloureux ?
Elle aurait du proposer un cours de yoga à Ranya.
Idiote.
Elle aurait du choisir Ranya pour l'accompagner dans cette mission.
Idiote.
Elle se mordit la lèvre inférieure, comprenant que ce n'était ni le lieu, ni le moment de penser à la jolie blonde dont le souvenir de leur prestation scénique sur le Prince des Mers était encore gravé en elle.

La rousse recommença les mouvements, plus lentement, s'accordant au rythme de ses élèves du jour, joignant ses mains à nouveau pour retrouver la posture initiale.

– Vous avez dû entendre ma respiration au fil des différentes postures, c'est normal, le salut au soleil est aussi un moyen d'améliorer sa capacité respiratoire.

Elle décomposa les postures, une à une, tout en donnant conseils et encouragements avant de passer auprès des différents élèves pour les aider. Karma, lui, restait figé dans la posture étudiée, avant de passer à la suivante dès que Salomé en donnait l'ordre.
Toutefois, il lui fallait garder en tête que l'atelier n'était pas centré uniquement sur le salut au soleil et qu'avancer serait tout autant bénéfique pour Eléa qui observait de manière avide l'horloge qui trottait inexorablement.

– Ultime salut, puis on passera à la suite. C'est que vous n'allez pas visiter toutes les architectures du monde en restant uniquement sur celles de Rosalia !


Aussitôt dit, aussitôt fait.
Même si cela démangeait le type Combat de reprendre tous ces élèves qui ne soufflaient pas correctement, qui ne plaçaient pas parfaitement mains ou pieds, qui confondaient droite et gauche, qui rigolaient par moments entre eux, un regard de la rousse l'en dissuada.
Mais on ne plaisante pas avec le yoga.
Jamais.

La visite continuait, emportant avec elle une Eléa et le reste du groupe pour les orienter désormais vers une représentation d'un temple familier à la demoiselle, en bois à nouveau.

– Au revoir Rosalia et bonjour Mauville ! Toujours dans la région de Johto, voici une reproduction miniature de la Tour Chétiflor, principalement habitée par des Chétiflor justement, ainsi que des Hoothoot. Ce lieu est avant tout celui de la méditation et du repos où nombre de sages ont élu domicile pour se couper du monde.

Eléa marqua une pause, montrant du bout du doigt les différents aspects architecturaux significatifs de cette construction pour attirer l'attention des visiteurs dessus :

– Comme pour la Tour Cendrée, le matériau principal reste le bois et la pierre est évitée. Tous les temples de Johto possèdent une structure identique : colonnes et linteaux supportant un toit courbé tandis que les murs sont aussi minces que du papier, souvent mobiles mais jamais porteurs ! Visuellement, c'est surtout le toit qui marque les esprits, les débords sont légèrement incurvés et s'étendent au-delà des murs, et si vous avez déjà mis les pieds dans un temple de Johto, vous avez sûrement déjà remarqué la pénombre qui y règne à l'intérieur... la faute à ce fameux toit surdimensionné !

Quelques murmures parcoururent les visiteurs pendant que certains gardaient un silence de marbre, attendant la suite des explications d'Eléa.

– L'intérieur, lui, a d'atypique de pouvoir être modifié grâce à des paravents ou des murs de papier mobiles, n'hésitez pas à ouvrir l’œil la prochaine fois que vous mettrez les pieds à la Tour Chétiflor !
– La Tour Chétiflor étant un lieu de méditation, j'ai l'intention de vous enseigner la posture du demi-lotus. Et si vous n'y arrivez pas, pas la peine de forcer, vous n'aurez qu'à vous asseoir en tailleur et juste fermer les yeux pour vous laisser aller à un exercice de respiration, ce serait dommage que vous vous bloquiez le dos...

Difficile de ne pas vriller le regard ailleurs que sur la vieille femme qui n'avait pas perdu de temps pour s'asseoir, jambes croisées tout en closant ses paupières. Plus que quatre prétendants au demi-lotus tandis que Karma, lui, s'était installé en Lotus tout court. La demoiselle eut un soupir mais n'avait pas le cœur à reprendre le Kungfouine étreint par la passion du yoga et du dépassement de soi.

– Et ne tentez pas d'imiter Karma non plus, lui a opté pour la position du Lotus, qui est encore plus compliquée que celle du demi-lotus, vous vous en doutez... C'est d'ailleurs cette position qui est adoptée par les moines de la Tour Chétiflor !

Voilà qu'elle se retrouvait à déborder sur le terrain culturel d'Eléa, sans savoir même si ce qu'elle racontait était juste ou non. Mais au vu de ses connaissances en yoga, si les sages pratiquaient cette discipline là-bas, nul doute qu'effectuer la position du Lotus devait être aussi habituel qu'un salut au soleil au lever du lit.

La rousse s'assit sur son tapis, jambes devant elle avant de replier sa jambe gauche et de la ramener contre son périnée et de faire de même avec sa jambe droite pour finalement placer son talon au-dessus de son bas-ventre avec ses mains posées à plat sur ses genoux, observant la salle. Son dos droit, ses genoux touchant le sol, elle sentait son corps entier la tirer et comprit que cet exercice était tout sauf adapté à de parfaits débutants.

– Vous pouvez essayer mais n'insistez pas si vous n'y arrivez pas, surtout.

Le visiteur en jogging et t-shirt s'exécuta, n'hésitant qu'à peine, imitant Salomé, confirmant ses soupçons quant à sa pratique habituelle du yoga. La demoiselle observa les trois derniers qui s'essayaient à l'exercice, faisant davantage mal que bien mais la demoiselle n'était pas là pour faire d'eux de parfaits yogis, c'était là une mission impossible.

– Maintenant, fermez les yeux et essayez de faire le vide dans votre tête. Une fois que c'est fait, concentrez-vous seulement sur le rythme de votre respiration et rien d'autre. Sentez l'air s'engouffrer dans vos poumons puis être relâché.

Yeux ouverts, la rousse constata que même Eléa s'essayait à l'exercice, elle qui avait rechigné face au salut au soleil, elle se laissait emporter par la méditation.
Mais difficile de se laisser pleinement aller au calme et au zen tandis que l'aiguille tournait encore au mur. Une heure, c'était trop peu pour un atelier de ce type, Salomé espérait que le musée s'en rendrait compte et reviendrait sur ce format chaotique et invraisemblable.
Elle se redressa alors, annonçant la fin de cette méditation pour laisser Eléa présenter un nouveau bâtiment, les emportant à nouveau dans ce voyage des âges de l'architecture du monde.

– Nous restons à Johto pour une dernière structure, le Dôme Pokéathlon ! Car l'architecture et son art ne se limitent pas seulement à des bâtiments d'un autre temps, le contemporain y a tout à fait sa place ! D'ailleurs, sachez qu'un musée est présent à l'intérieur même du Dôme mais pour y accéder il faut justement participer et remporter des compétitions !

Tiens, un sujet qui était familier à Salomé, elle la Pokéathlète qui avait justement lu un exposé de l'ex-comateux à propos du Dôme Pokéathlon. Elle oubliait parfois que le Spé Elektrik était Coach à ses heures perdues.

Cette fois-ci, la reconstruction était en acier et en verre qui tranchaient avec les précédents bâtiments, montrant bien que des siècles séparaient ce Dôme des Tours précédemment exposées.

– Vous n'êtes pas sans savoir que le Dôme Pokéathlon est le lieu par défaut pour la célébration du sport, aussi je vais vous montrer comment réaliser la posture du Guerrier, la première, car il en existe deux.

Aussitôt dit, aussitôt exécuté par Karma.
La rousse l'imita à son tour, avançant son pied droit tout en reculant la jambe gauche dont le talon était tourné vers l'intérieur. Elle souleva son torse et ses bras en une seule respiration, tandis que le talon de son pied avancé formait une ligne droite avec sa plante des pieds positionné à l'arrière, l'avant du genou au-dessus de la cheville sans oublier ses hanches placées vers l'avant.

– On compare souvent les hanches à des phares pour cette posture, et ces deux mêmes phares doivent être tournés vers l'avant pour que le tout soit parfait !


Les autres s'essayaient à l'exercice pendant que d'autres se contentaient de rester assis en tailleur sur le tapis. La rousse les laissa, observant leurs postures à chacun en les reprenant si nécessaire. Certains avaient des difficultés nettes aussi faisait-elle son possible pour les aider et les corriger.

– Nous allons maintenant quitter définitivement Johto pour découvrir les merveilles qui nous attendent à Hoenn, que cela soit en terme d'architecture ou d'exercices de yoga.

Face à une miniature en acier, Eléa s'agitait et expliquait :

– Un autre Dôme mais de Combat cette fois-ci. Différent du Pokéathlon à la fois par son usage purement réservé à des affrontements et aux matériaux utilisés. Forgé dans l'acier le plus noble pour résister aux assauts des Pokemon, le toit dont la forme a donné une partie du nom de ce bâtiment, lui, est en tôle et ressemble à s'y méprendre à une arène des plus communes pour ce qui est de l'intérieur à la différence que nombre de gradins ont été aménagés pour permettre aux curieux de se divertir !

Autant Salomé s'intéressait-elle un minimum pour les bâtiments différents mais dès que cela concernait les affrontements et autres arènes, non merci. Malheureusement, difficile d'y couper à travers une exposition sur l'architecture, aussi garda-t-elle le silence, laissant Eléa se concentrait sur son discours ponctué des piaillements d'Algernon qui ne cessait de rappeler sa présence, à défaut de pouvoir pleinement participer au cours de yoga.

– On va maintenant pouvoir enchaîner sur la seconde posture du Guerrier. Le placement des jambes est identique, seuls celui du haut du corps va changer.

Une démonstration de la part de Salomé précédée par Karma, et le tour était joué.
Pieds toujours enfoncés dans le sol ou du moins contre le tapis, ses bras, eux, étaient étirés dans des directions opposés ; là où la première posture tentait de toucher le ciel, la seconde, elle, permettait aux bras de s'aligner face à l’horizon.

Le Kungfouine cessa de maintenir sa position, s'approchant de Salomé pour rectifier son pied gauche qui n'était pas parfaitement aligné avec le droit. Super, voilà qu'elle se faisait reprendre par le type Combat sous le regard de ses élèves du jour.

– Même moi, je suis pas foutue de l'exécuter correctement du premier coup après des années de pratique alors ne vous inquiétez pas pour la rigueur de votre côté. Amusez-vous, c'est tout ce qui compte.

N'était-ce pas là le principe même du yoga ?
Entre autres.

La rousse passait entre les tapis, se contentant de pointer du doigt des erreurs courantes pour ceux qui tentaient de s'appliquer ; dos trop voûtés pour certains contre ventre qui ressortaient plus que nécessaire pour d'autres.
La demoiselle jeta un bref coup d’œil à la feuille de notes d'Eléa pour se remémorer la suite du parcours et de la visite pour mieux lui permettre de gérer son temps.
Elle frappa des mains pour lever la fin de la pratique de la posture, sitôt imitée par Algernon frappant ses petites ailes l'une contre l'autre, geste durement appris suite à son implication à Clap Clap Clap. Le pauvre ne faisait pas même de bruit avec le simple frottement de ses plumes.

– Bien, continuons notre périple dans Hoenn, toujours à la découverte de nouveaux lieux d'affrontements avec le Mont Dresseurs cette fois-ci ! Bien que taillé à même la roche, c'est une tour de quatre étages qui s'en élève et qui est destinée, comme vous vous en doutez, à des combats Pokemon.

Comme attendu, c'était un Mont Dresseur miniature de roche qui servait de reconstitution. La gitane étouffa un bâillement, le sport n'arrivait pas même à la sortir de sa léthargie qui surgissait depuis peu. Même si la jeune blonde était une bonne oratrice, les sujets abordés la lassaient depuis la précédente œuvre. Vivement la fin.

– Cette prouesse architecturale permet à la roche de côtoyer une tour de béton. L'entrée a été creusée à même la pierre, laissant entrapercevoir un aspect guttural pour les visiteurs qui vaut le détour ! Le tout a été aménagé de manière moderne pour permettre aux dresseurs de livrer leurs combats, d'étage en étage. Pour ce qui est de l'intérieur, toutes les salles ont été pensées différemment, chacune dans un style unique pour permettre un dépaysement total. Des couleurs aux motifs, difficile de rester indifférent face à cet aménagement intérieur !

Salomé y jeta un coup d’œil, guère plus fascinée.
C'était quoi déjà la prochaine posture qu'elle était censée leur montrer ?
Ah oui, c'était tellement évident que son esprit lui faisait faux bond.

– Quoi de plus logique que la posture de la Montagne pour illustrer le Mont Dresseurs ? Même si elle ressemble beaucoup à la posture initiale du salut au soleil, cette figure n'est pas si évidente que ça !

Mais une démonstration valait mieux qu'un long discours alors la rousse se mit en position, droite comme un arbre, ou plutôt comme un mont, ses pieds parallèles et joints tout en contemplant l'horizon pour se rendre compte qu'il n'y avait rien d'intéressant à contempler.
Niveau panorama, le musée aurait pu faire un effort.

– Je vous laisse m'imiter, pensez aussi à reculer les épaules et à abaisser votre coccyx tout en élevant votre nombril, c'est ce qui vous permettra de réussir votre figure.

La demoiselle arrêta de tenir la pose, passant auprès des visiteurs assidus pour rectifier les quelques faux-pas et erreurs de mouvements.
Au fond, elle n'était pas si mauvaise que ça pour enseigner.
Aujourd'hui le yoga et demain, qui sait, la médecine?
(Ptdr non surtout pas.)

– Pénultième bâtiment de notre voyage et visite, la Pyramide de Combat située à Hoenn encore ! Comme pour les deux précédents monuments, sa fonction est, comme son nom l'indique, d'accueillir affrontements et combats entre dresseurs accompagnés de leurs Pokemon.

C'était une maquette dont le matériau était inconnu à Salomé. De la roche, peut-être ? Il n'en fallut pas plus pour qu'Algernon l'encercle et s'y pose à proximité, le bec tel un poignard prêt à s'abattre sur la maquette et ce malgré l’œil noir d'Eléa posé dessus.
La rousse aurait pu dire tout et n'importe quoi, elle savait que son starter ne se détacherait pas de cette vision avant d'avoir tenté une percée. Pour l'heure, il se contentait de tourner autour, les sens en alerte, à croire qu'il cherchait la meilleure méthode pour vérifier ses hypothèses.

– Construite en calcaire, c'est ce minéral qui donne cette fameuse couleur ocre à la Pyramide de Combat. Aussi, quelques rangées du bas sont composées de blocs en granit tandis que quelques traces de grès surplombent l'intérieur du bâtiment.

Granit ?
Il n'en fallut pas plus à Algernon pour se décider, faisant exploser une partie de la reproduction à l'aide de cette fameuse attaque Eclate-Roc qui était la sienne.
Des débris roulèrent au sol, se perdant contre les tapis avant de s'interrompre face aux pieds de Salomé qui se serait sûrement décomposée si elle n'était pas habituée aux facéties d'Algernon.
Eléa l'était certainement moins, d'habituée.

– La miniature ! Qu'est-ce que ton Pokemon lui a fait ?
– Eclate-Roc. Il a une passion pour les cailloux alors il a pas pu résister...
– C'est une pièce unique du musée qu'il vient de détruire !

Quelques murmures parcouraient les visiteurs, visiblement surpris et décontenancés. Karma avait déjà enchaîné sur la suite des postures ; il était le seul à réaliser celle du Triangle, sans se soucier des cris d'Eléa qui n'intimidaient certainement pas Salomé.
Cette dernière se contenta de hausser les épaules, attrapant un des fragments de grès qu'elle tendit à Algernon, visiblement plus qu'heureux de pouvoir enfin éclater quelque chose avec son bec. Le pauvre s'ennuyait depuis presque une heure enfermé dans cette pièce.

– Messieurs-dames, je suis désolée mais nous allons devoir écourter la visite. Si cela peut vous rassurer, il ne nous restait qu'un bâtiment à aborder et celui-ci est visible sur Adala même ; il s'agit bien entendu de l'Adala Elite School. Libre à vous de vous y rendre pour voir de vous-même la prouesse architecturale qu'est cette école.

Franchement, quitte à choisir une école, le musée aurait au moins pu avoir la décence d'opter pour la Pokemon Community.
La blonde se contenta d'accompagner les visiteurs en dehors de la salle, les laissant livrés à eux-même pour retrouver leur brin de vie, loin de l'architecture et surtout loin du yoga.
Karma ne quittait toujours pas la posture du Triangle ; ce Kungfouine était réellement étonnant en matière de force et de souplesse.
Et, comme si cela ne suffisait pas, il enchaîna avec la posture de l'Enfant, dernier exercice au programme pour illustrer l'AES. Grand classique du yoga et qui invitait à la détente et à la méditation, parfaite pour clôturer un cours.
Dommage que les visiteurs n'aient pas pu la pratiquer.
Eléa revint, le rouge aux joues, bras croisés, toisant du regard Salomé qui se contentait simplement de rouler et ranger les tapis pour débarrasser la salle de toute présence du yoga.

– Ça ne serait sûrement pas arrivé avec un élève de l'AES, persifla la blonde, je leur avais dit en plus... Ça nous apprendra, à faire à nouveau confiance à la Pokemon Community !

Haussement d'épaules de la part de la rousse.
Elle, elle avait accepté seulement pour combler les trous administratifs pour son passage de Grade.
Si sa présence au musée signifiait l'arrêt d'un partenariat avec le Musée de Nuevo, tant pis.
Au moins, elle aurait son Grade 4.
Et ça, ce serait plutôt pas mal.

Face contre sol, seules les oreilles du Kungfouine bougeaient encore, captant les mots qui fusaient. Une dernière expiration et enfin il se redressa, se positionnant auprès de sa dresseuse, les muscles de son corps entièrement relâchés.

– Je ne te retiens pas. Et compte sur moi pour en informer la directrice de ton école !

La rousse ne se le fit pas dire deux fois, quittant ces salles austères et ces dédales qui l'avaient intriguée avant d'y mettre les pieds mais qui l'agaçaient désormais.
Elle n'en voulait pas à Algernon, bien évidemment.
Qui aurait pu en vouloir à cet être de plumes et de gentillesse ?
Elle se contenta d'avancer d'un pas pressant alors qu'elle faisait face à l'accueil.
Puis quelque chose attira son attention.
Ou plutôt quelqu'un.
Ces boucles rousses.
Ces maudites boucles rousses.
Même de dos, il lui semblait les reconnaître.
Et ce seul mot qu'elle avait entendu de sa bouche paraissait collé contre l'arrière de son crâne ; les lettres semblaient danser contre chacune de ses mèches de la même couleur que les siennes.
Elle l'entendait encore lors de ces nuits sans lune, lors de ces insomnies guettées par Chayana, lors des débris de pierre qui s'écroulaient, lors de tout ce qui la tenait éveillée et l'empêchait d'avancer.
Le mot toujours coincé contre son palais et qui refusait de s'évader, de prendre vie, tandis que ses yeux ne quittaient pas la chevelure dissimulant un enfant de douze ans à peine.
Bien sûr qu'elle n'avait pas oublié son visage.
Bien sûr qu'elle ne souhaitait pas qu'il se retourne.
Et pour quoi ? Pour l'entendre à nouveau comme lors de cette nuit de février lâcher son maudit mot, ces quelques syllabes qui auraient pu la détruire, elle ?
Il y avait de la candeur et de l'innocence dans son regard, c'était certain.
Elle n'eut pas le temps d'empêcher Algernon de s'approcher tandis que la main du garçon s'agitait en direction du Picassaut, cette main gantée alors que l'été était encore aux portes d'Adala.
Alors elle avait l'impression d'entendre à nouveau ce fils de Mélie parler et répéter.
« Maman ! »
Et elle, en écho.
« Ma... man ? »
Mais nul écho aujourd'hui, juste le silence de ce moment qui passait tandis qu'elle le troublait par un simple sifflement, se détournant de son demi-frère pour rejoindre la sortie.

– Trop tard pour l'atelier Yog'art... On reviendra une prochaine fois, Solen.

HRP :
Utilisation d'Eclate-Roc par Algernon.


[Mission] Yog'art Miniature_731_SL[Mission] Yog'art 9300065cql[Mission] Yog'art Rm8b[Mission] Yog'art Miniature_461_XY[Mission] Yog'art U96v[Mission] Yog'art 1560881474-miniature-leviator-2-0[Mission] Yog'art 1564356350-farfuret[Mission] Yog'art Miniature_619_XY
Merci Ida, Max & Mika pour les Moodboards ! :
[Mission] Yog'art 670694A41EB578ED25EEFEFD7DEEFCC2B455DB3045425734926CF80Dpimgpshfullsizedistr[Mission] Yog'art Cwao[Mission] Yog'art Salome
Sir Trouille
Icon : [Mission] Yog'art CeOUB4f
Région d'origine : -
Âge : -
Niveau : 0
Jetons : 0
Points d'Expériences : 13080
[Mission] Yog'art CeOUB4f
-
-
0
0
13080
pokemon
[Mission] Yog'art CeOUB4f
-
-
0
0
13080
Sir Trouille
est un PNJs
Modération Eclate-Roc Salomé

Réussi !
Tu gagnes une EcailleCoeur dorée !



[Mission] Yog'art 7z5c
Sir Trouille
Icon : [Mission] Yog'art CeOUB4f
Région d'origine : -
Âge : -
Niveau : 0
Jetons : 0
Points d'Expériences : 13080
[Mission] Yog'art CeOUB4f
-
-
0
0
13080
pokemon
[Mission] Yog'art CeOUB4f
-
-
0
0
13080
Sir Trouille
est un PNJs
Modération Mission Salomé (Solo)

Appréciation
Pour un peu , j’aurais vraiment envie de tester l'enchaînement proposé tout au long du RP. le mix entre les informations architecturales et historiques, puis le côté très doux des exercices, crée une ambiance que je n’aurais pas cru retrouver dans un RP.
La petite rupture de cette douceur a la fin n’en est que plus brutale et on finit avec un petit cliffhanger et pas mal de questions...Et une réputation de la PC, une fois de plus bien ébranlée.

■■■■□ - Quatre étoiles, c'est génial ! Vous vous êtes vraiment appliqués et montrés originaux dans l'écriture et dans le déroulement !
Mission finie hors-délai, pas de récompenses !




[Mission] Yog'art 7z5c
pokemon
Contenu sponsorisé
est un
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum