Connexion
Pokemon Community :: Archives :: Les Archives :: Année 7

Pokemon Community

Tu abandonnerais ce pauvre locataire démuni à son déménagement, en « empruntant » sa camionnette en plus… ? Je ne te pensais pas voleur, Josh.
en savoir plus ?
Cha-charmant… normalement c’est en mission avec Josh que je frôle la mort, pas en rentrant chez les Phyllalis.
en savoir plus ?
Je vais chuter, encore, et ça sera long, et ça sera douloureux, et t'auras pas envie d'être là. Parce que toi, tu as Aoi mais moi j'ai quoi maintenant que Maya est partie, dis-moi ?
en savoir plus ?
Ce n'est pas le parc que je souhaite anéantir...
en savoir plus ?
Mademoiselle Alézar, Pecheresse Caroline ! Où êtes-vous ?
en savoir plus ?
La triche sera permise évidemment.
en savoir plus ?
Q…. Quéééééééééééééé ?!
en savoir plus ?

Josh Aéris
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t3650-0266-josh-aeris-un-revenant-affecte-phyllali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t3736-josh-aeris-adulte
Icon : These skies never seemed so grey [Josh / Alex / Bellamy] S-l300
Taille de l'équipe : 8
Région d'origine : Kanto
Âge : 21
Niveau : 40
Jetons : 1333
Points d'Expériences : 1196
These skies never seemed so grey [Josh / Alex / Bellamy] S-l300
8
Kanto
21
40
1333
1196
pokemon
These skies never seemed so grey [Josh / Alex / Bellamy] S-l300
8
Kanto
21
40
1333
1196
Josh Aéris
est un Adulte Colonel de la 24ème


These skies never seemed so grey  

Alex J. Lovell & Bellamy Wallace

Le moins, qu’on puisse dire, c’est que t’as passé un week-end de merde Josh. T’es parti en service à seize heures, réveillé à temps par Delta qui t’as un peu secoué alors que tu avais le visage pâle, creusé de cernes et les yeux termes. Elle t’a pas fait du bien cette soirée de St-Valentin. T’as traîné du pieds, dans les derniers aux entraînements, loin de tes performances habituelles, alors tes instructeurs t’ont fait courir un peu plus, pour la forme et t’as accepté sans broncher. T’as mangé, un peu, manqué de faire un malaise après chaque série de traction et t’es parti dormir… Essayer. Mais l’oeil ne s’est pas fermé sur les rêves, seulement sur les lumières criardes de tes souvenirs au bord de la plage. Le dimanche, même chose… Ringabel t’a confisqué ton téléphone, persuadé que tu ferais une connerie, une énième. Mais l’idée persiste. Tu ne peux pas rester sur ça, tu ne peux accepter que ta relation avec Alex s’arrête de la sorte. Qu’elle te le dise en face, au lieu de se cloîtrer dans sa chambre derrière les sanglots d’une conversation téléphonique. Dimanche soir, alors que tu sors de ta garde de vingt-quatre heures, tu avises Ringabel d’un regard déterminé.

-C’est non !

-Mais je t’ai même pas encore dit ce que j’allais faire !

-Je le sais déjà Josh ! Je n’aime pas ce regard ! Je déteste ce regard ! C’est mort ! Tu n’iras pas ! Tu n’iras pas voir Alex ! Tu n’iras pas voir Alex pour qu’elle assume ses paroles.

-Je n’ai rien à perdre, ta voix s’est effacée. Il n’y a plus rien à perdre. Comment cela pourrait-il être pire ?

Un silence pèse entre vous, Curare et Aconitine observent, sans réellement comprendre pourquoi leur dresseur monte dans les tons avec Ringabel. Avoir la moitié de la conversation donne une idée du sujet, mais en aucun cas du réel sujet. Ton pokémon lève les bras au ciel, d’un air de prier Arceus et qu’il te rende la raison. Mais il sait parfaitement que ça n’arrangera rien. Bien au contraire. Il va se retrouver obligé de t’accompagner tout droit à la morgue.

Vous vous ignorez, la soirée restante, ton pokémon psy s’en va entraîner les petits militaires alors que tu restes à vérifier le poison de tes pokémons, qu’il est stable et bien le même, preuve de leur bonne santé. Quelques câlins de la part d’Aconitine sont les bienvenues. Bob à ce regard qui te juge, forcément, il fallait que Delta lui en parle, le Brutapode n’approuve pas ton comportement, peut-être moins que celui d’Alex. Cette tendance à l’auto-destruction devient compliquée à gérer, surtout qu’aujourd’hui, tu aspires à faire carrière. Le nouvel-an est déjà le parfait exemple de ta bêtise, de ta naïveté, de ta peine. Tu soupires, tu hausses les épaules et finis par dire que tout ira bien… Tout finit par aller mieux.

Le lendemain, tu te lèves assez tôt, tu déjeunes, enfin correctement, ta mine retrouve ces teintes plus chaleureuses, tu es toujours accablé de cette soirée, mais tu as trouvé le moyen de te persuader que tu allais mieux, que tu irais mieux, oui, ça ira mieux. Rasé de près, dents bien blanches, une crème pour te donner meilleur mine et cacher ces cernes d’insomnie en celle du rythme militaire. Tu passes longuement tes mains dans tes cheveux pour te coiffer, te faire aussi beau que le jour du bal. Tu appliques un peu de parfum sur le col de ton polo, grimaçant, car une partie du spray glisse sur ta peau fraîchement rasée et que ça pique quand même.

Tu t’observes dans la glace et penche pour un ensemble, d’une marque Kalosienne spécialisé dans les vêtements de tennis et de golf ayant pour symbole un Mascaïman vert et blanc. Le duo avec son marron clair, des matières soyeuses, douce et lisses, tu ne sais pas pourquoi tu as écouté Ringabel quand il t’a forcé à faire les soldes y a un an, tu l’as mise quatre ou cinq fois, pour te balader, tu te dis que c’est heure de gloire. Ton corps fin, mais musclé rempli la tenue que tu agrémentes aussi d’une paire de chaussures conseillée par Ringabel. La marque Rike au Swoosh Ramoloss, de la célèbre marque de chaussures et vêtements de sport, un coloris noir, blanc et gris agrémenté de teinte turquoise pastel comme ton ensemble. Des couleurs douces, lumineuses mises en valeur par un long caban noir en tenue de cirés, ceux qui imperméabilise aux larmes du temps. Tu es prêt. Tu observes Ringabel, son regard se plante déjà sur chaque détail et il vient vers toi.

-Non t’es beau, mais le troisième ourlet c’est pas possible, ça se porte sans ourlets Josh ! Je vais pas me répéter. T’es frais comme un gardon. Les cheveux bien blancs, rappel aux chaussures, le noir des air max, avec celui du caban, parfait et enfin, le gris avec ton bracelet au poignet. Une belle masse marron clair pour harmoniser le tout. Impeccable, je t’ai rarement vu aussi motivé à être coquet.

-Peut-être est-il temps ?

Ces paroles semblent émouvoir Ringabel qui a lutté durant des années pour que tu abandonnes tes fringues d’adolescent pour enfin être : un homme. Dommage que ça vienne d’une peine de coeur.

-Allé, on y va. Le regard que tu lances au Gallame est lourd. Ouais, promis, je l’insulte pas, bon, ptèt un peu, silencieusement dans mon esprit seul.

Tu grognes un coup avant de prendre ton nécessaire et partir, Delta suit également. Difficile de te séparer de ce duo et cette fois le Coatox compte bien ne pas être mis à l’écart, surtout si ça dérive. Le trajet se fait à dos de Brutapode, ouais Bob est réquisitionner et l’avantage avec son talent turbo, c’est qu’il cavale quand même très vite. Lentement, la boule te prend au ventre, tu stresses, c’est normal. Qui ne serait pas stressé d’aller voir la nana qui t’as kick de ta sa vie tel M.Tayson qui vient soulever la coupe de champion du monde de box catégorie poids lourd. Ou après que ton ego se soit fait soulever par Teddy Riner, l’un dans l’autre, t’as pas envie d’être en face. L’enceinte de l’académie a bien changée, mais le fait est que sa structure n’a pas changé. Wolfgang est toujours à l’entrée dans son rôle de gardien. Il ne te reconnaît pas, forcément, après tout ce temps, tu écopes d’un regard mauvais.

-Josh Aéris, ID76 Semestre 2. Parti fin du semestre 8. Engagé dans l’armée.

-Oh, Josh ? Oui, je me souviens. Motif de visite ?

-Je dois voir une élève, Alex Lovell, vu qu’elle dispose de nombreux types poisons, je viens lui porter conseil et quelques notes sur certains poisons. Puis j’en profiterai peut-être pour voir Jackie, puisque j’ai quelques élèves de l’académie en stage, c’est moi qui les accueille les volontaires.

-En effet, ça me parle, Spettell est passée me le signaler une fois. Tu peux passer.

-Bien, merci Wolfgang, au plaisir de pouvoir discuter dans de meilleures conditions !

Tu passes la grille, suivis par tes deux pokémons, Bob regagne sa pokéball alors que vois tant de petites têtes s’affoler dans le campus, tu aimerais voir tous les enseignants et les anciens, mais bon, tu n’es là que pour une chose : Alex. Tu marches rapidement jusqu’à l’accueil et demande où elle se trouve, il est quasiment midi, bientôt l’heure de la sonnerie, même si tu es heureux de revoir le doux visage d’Alex, te dois prendre une mine grave, rien qui ne trahisse ton espoir. Tu marches entre les couloirs, certaines voix sont clairement reconnaissables, comme celle de Yade, tu aurais presque envie de faire de l’histoire. Le coeur nostalgique, bien des souvenirs se bousculent ici. Toutefois, ton regard flanche. Si tu croises Idalienor ? Max ? Que dire ? Que justifier à ces deux petites têtes que tu aimes comme si elles étaient tes sœurs de sang. Tu cracheras une difficile vérité ? À voir si tu parviens à ouvrir la carapace.

La salle tant convoitée en vue, tu t’adosses, un peu excentré, dans la direction opposée à celle qui mène au self. À midi dans tes souvenirs, c’était toujours un peu la cohue. À ta montre, il est cinquante-cinq. Bientôt midi. La tension monte, Ringabel et Delta t’entourent, ton Gallame au plus prêt de la porte. Histoire de contrôler les pulsions de tous ces animaux, même si tu te doutes que ça risque de déraper. Tu passes une main sur ton cache-oeil noir, au moins pourras-tu cacher la moitié de tes émotions.

-Respire, on dirait que tu vas te changer en Grodrive, plaisante ton caporal pokémon en arrachant un gloussement à ton Coatox.

-Attention au Boom final, ça pourrait te causer bien des dégâts.

À la réponse, Ringabel juge que tu as un semblant de répondant et au pire des cas, il s’épuisera avec Vibra-soin, comme vendredi soir.

La sonnerie retentit.

Une ou deux minutes passent.

Puis elle t’apparaît. Belle, rayonnante, peut-être fatiguée, ses cheveux n’ont rien perdu de leur éclat. Ça te fait bizarre, après une grosse dizaine de mois au total… le son de sa voix, vif, sans détour téléphone. Tu saisis cette sphère de stress pour la plonger au plus profond de toi et tu oses, au moment où commence à te tourner le dos, elle n’a pas dû faire attention, c’est si peu probable, mais c’est tellement toi. Vous courir après. Sauf que contrairement à vendredi, tu sais où elle est : devant toi.

-Mademoiselle Lovell !? Cette voix, cette intonation, comme lorsque tu interpelles la personne que tu récupères à la gare sans savoir si c’est elle. Vous auriez quelques minutes ? Tu marques une courte pause, Ringabel a déjà envie de s’en mêler à la simple vue de cette tignasse enflaméme. J’aimerai te parler.

Le passage du vouvoiement au tutoiement est volontaire, casser la distance, tant physique, que symbolique. Tu es là. Tu l’as rejoint, tu n’as pas menti, tu as seulement pris un peu plus de temps que prévu.



© BBDragon


Le militaire s'exprime en D46100


These skies never seemed so grey [Josh / Alex / Bellamy] Miniature_454_EBThese skies never seemed so grey [Josh / Alex / Bellamy] Miniature_545_EB These skies never seemed so grey [Josh / Alex / Bellamy] Miniature_042_LGPE These skies never seemed so grey [Josh / Alex / Bellamy] Miniature_406_EBThese skies never seemed so grey [Josh / Alex / Bellamy] Miniature_848_EB
These skies never seemed so grey [Josh / Alex / Bellamy] Gallade_sprite_2 These skies never seemed so grey [Josh / Alex / Bellamy] Miniature_768_EB These skies never seemed so grey [Josh / Alex / Bellamy] Miniature_074_Alola_LGPE These skies never seemed so grey [Josh / Alex / Bellamy] Hel
These skies never seemed so grey [Josh / Alex / Bellamy] Miniature_302_EB
Bellamy Wallace
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t5660-395-tu-connais-bellamy-wallace-mentali#59974
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t5666-bellamy-darwin-wallace-mentali#60016
Icon : These skies never seemed so grey [Josh / Alex / Bellamy] Cf18c511
Taille de l'équipe : 8
Région d'origine : Kalos.
Âge : 18 ans
Niveau : 41
Jetons : 324
Points d'Expériences : 1084
These skies never seemed so grey [Josh / Alex / Bellamy] Cf18c511
8
Kalos.
18 ans
41
324
1084
pokemon
These skies never seemed so grey [Josh / Alex / Bellamy] Cf18c511
8
Kalos.
18 ans
41
324
1084
Bellamy Wallace
est un Scientifique Archéologue


Parfois la rose se sentait écureuil.

Des réserves de nourriture diverses et bariolées glissaient avidement de ses doigts à son sac ; sous l'observation précautionneuse de deux grands yeux bleus qui débordaient de gourmandise.

L'hiver prenait pourtant bientôt fin, mais zéphyr avait décidé de continuer son embrassade. Un baiser glacial qui avait eu raison d'elle. Hypothermie émotionnelle. Hibernation des sentiments. Décembre avait était terrible. Aussi froid que la mort elle-même - et elle s'était senti disparaître dans une fuite sempiternelle, comme condamné aux enfers. Pour ne pas finir glace, elle s'était alors jetée dans les flammes, enlaçant Hades. Brûlure miraculeuse des corps. C'était une erreur, mais de celles qui sont salvatrice - au début.

Personne ne lui avait donc déjà parlé d'Icare ? A force de courir après Hélios ce dernier avait fini par la plaquer au sol, face contre terre. Les cheveux tirés en arrière. Et ses yeux obliques se sont finalement ouverts sur ses passions secrètes. La nouvelle année en point culminant. C'est dans les hauteurs que le froid nous assassine après tout. Manque d'oxygène affreux qui conduit aux erreurs.... et encore aujourd'hui alors que le tout le monde pensait à Éros, il y a quelques jours :  Bellamy reniait à Tendir. La flamme. Le nouvel espoir. Et l'étoile de la mort. Tout à la fois.

Comme pour ne pas s'y perdre, les mains moites essayèrent de se concentrer sur les réserves de nourriture. Provisions volées, coup de foudre sucrées. Il lui faudrait bien ça pour survivre aux mois qu'il s'annonçait. Car de ce terrible hiver, il y avait bien eu quelques bonnes graines à récolter. Le corps pour les corps la dégoûtait à présent. Trop risqué. Perdre son âme au profil de quelques gémissements. Très peu pour elle. La passion resterait fantasmée dans les mois à venir. De cette rouquine qui agissait comme un spectre de couleur sur ses émotions -présente lors des jours mélancoliques de pluie- aux gens de passage comme ce militaire, énième fiasco dans des toilettes. Tendir n'était maintenant qu'ombre dans son Ipok, juste une pierre tombale comme une autre perdue au tréfonds des icônes d'app.

Ces tréfonds n'était pas ceux prioritaires dans l'esprit de la rose, toujours ceux de l'océan primerait... D'autant plus aujourd'hui alors qu'elle préparait son sac pour son expédition. Elle avait invité à passer plusieurs mois dans un sous marin de recherche archéologique et aucun militaire, ni aucune rousse n'avait le pouvoir de lui faire penser à autre chose. Voilà donc la bonne graine récoltée cette hiver : celle qui lui permettrait de sauter le printemps et de ne sortir la tête de l'eau qu'en automne. Celle qui l'obligeait à piller des informations dans ses bouquins et des sucreries dans les distributeurs automatique - on a l'alimentation qu'on mérite.

Son paquetage terminé, Bellamy, pas peu fière d'elle attrapa l'autorisation écrite qu'elle devait faire signer à l'administration et sortit de son dortoir en sifflant gaiement sous le regard blasé de Lolita - à qui l'idée de s'enfermer des mois dans un sous marin ne plaisait guère. Qu'importe l'air Rochon qu'affichait son starter, il n'y avait vraiment rien au monde qui aurait pu gâcher sa joie de vi...

Oh purée, sa mère.

Une bourrasque en pleine gueule.
Une plongée dans du magma.
Le chaud.
Le froid.
La panique dans tous les cas.

Et la rose crut bon de cligner des yeux à multiples reprises, comme pour vérifier que ce qui se tramait face à elle n'était pas un piège vicieux de son esprit malade qui la trouverait bien trop heureuse ces derniers temps. Mais non assurément c'était bien là la rencontre entre la glace et la flamme. Entre ses sentiments gelés et ses passions cramées. Entre son fantasme et son erreur.

Entre Josh et Alex.

Comment ? Quoi ? Qui ? Était-ce un coup du militaire ? N'ayant pas eu ce qu'il voulait il avait retrouvé la trace de son murmure et s'apprêtait à tout lui déballait ? Assurément c'était débile... Mais aussi la seule explication plausible pour que ces deux là se parlent.

Alors que faire... ? Réfléchir aurait sans doute était une bonne alternative, mais trop risquée : qui sait à quelle vitesse la langue de Josh se déballait ? (Pas elle en tout cas ptdr) Alors mieux vallait la jouer à la bolt, et avaler les quelques-mètres qui la séparait de ce cauchemar : pour arriver en trombe entre les deux quasi-inconnus. Leur taper brusquement l'épaule comme si c'était des potes d'enfance et balancer un pas du tout inconfortable ou gênants :

-Heeeeeeeeyyy Josh ! Qu'est-ce que tu fais là ? Avec... elle. Tu veux finir ce qu'on avait commencé la derniére fois, hein ? Yes ? Bah vas-y go je suis ultra opé. Pas d'attente, la salle d'études est pas loin. Go. Go. Go.

Toute cette tirade avait était accopagné de mouvements maladroits, danse de la gêne et de la honte à la fois : grandes lancées de bras qui atterrissait sur des genoux fléchies, le tout parfaitement rhytmé par le claquement lointain d'une paume volontairement frappé contre la face bovine d'un soporifik.

 
These skies never seemed so grey 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum