Connexion
Pokemon Community :: Archives :: Les Archives :: Année 7 :: Le village de montagne :: Rue commerçante

Pokemon adala community

Tu abandonnerais ce pauvre locataire démuni à son déménagement, en « empruntant » sa camionnette en plus… ? Je ne te pensais pas voleur, Josh.
en savoir plus ?
Cha-charmant… normalement c’est en mission avec Josh que je frôle la mort, pas en rentrant chez les Phyllalis.
en savoir plus ?
Je vais chuter, encore, et ça sera long, et ça sera douloureux, et t'auras pas envie d'être là. Parce que toi, tu as Aoi mais moi j'ai quoi maintenant que Maya est partie, dis-moi ?
en savoir plus ?
Ce n'est pas le parc que je souhaite anéantir...
en savoir plus ?
Mademoiselle Alézar, Pecheresse Caroline ! Où êtes-vous ?
en savoir plus ?
La triche sera permise évidemment.
en savoir plus ?
Q…. Quéééééééééééééé ?!
en savoir plus ?
Le Deal du moment : -30%
Nike Air Max Command
Voir le deal
90.97 €

Ilea Alezar
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t5719-401-ilea-alezar-adulte
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t5751-ilea-alezar-adulte
Icon : Distillation des vacances G5wu
Taille de l'équipe : 10
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 25 ans
Niveau : 40
Jetons : 3565
Points d'Expériences : 1056
Distillation des vacances G5wu
10
Sinnoh
25 ans
40
3565
1056
pokemon
Distillation des vacances G5wu
10
Sinnoh
25 ans
40
3565
1056
Ilea Alezar
est un Adulte Éducatrice Expérimentée



Distillation des vacances
La jeune femme s’écroule dos contre son lit, soupirant de tout son être. Voilà finalement à quoi allait ressembler ses vacances finalement. En même temps cela paraissait presque trop beau. Archibald lui avait offert quelques semaines de congé. Après y avoir bien réfléchi, le directeur de l’académie a réalisé qu’Ilea n’avait pas eu de vacances depuis qu’elle avait officiellement intégré l’académie. Même pendant l’été, la rousse s’était retrouvée tellement impliquée dans la gestion des élèves que Monsieur Snow avait dû se rendre à l’évidence, l’éducatrice n’a pas été en vacances une seule seconde. Avec le corps professoral, ils se sont donc mis d’accord pour accorder à Ilea ces vacances bien méritées, loin des élèves et de son tracas quotidien.

D’abord surprise par cette annonce, la jeune femme y a finalement trouvé beaucoup davantage. Particulièrement celui d’organiser des vacances en duo avec sa colocataire et meilleure amie. Par un tour de passe-passe dont Ilea n’a pas le secret, la blonde a réussi à se dégager elle-aussi du temps de congé, de quoi leur permettre de mettre les voiles et de quitter Adala quelques temps. La promotion mise en avant par l’agence de tourisme de Nuevo a été le dernier élément pour permettre aux deux jeunes femmes de décoller de leur appartement vers de nouveaux horizons. Une vallée du nom de Gratia, un peu touristique mais suffisamment isolée pour leur permettre de se reposer et de profiter d’un hôtel tout confort à moindre coût.

Enfin ça c’était sur le papier. Parce que seulement trois jours après l’installation des deux colocataires, l’hôtel a été complètement mis sans dessus dessous. En effet, la Pokemon Community et l’AES avaient décidé au même moment, sur les mêmes dates et dans les mêmes chambres de faire venir ses élèves pour une classe verte. Ilea avait conscience de ce projet du directeur mais au moment du début de ses congés le lieu n’était pas encore fixé. Maintenant il l’est. Exactement au même endroit où elle avait décidé de prendre ses vacances.

Encore un soupir. Les élèves avaient passé l’après-midi à remuer toute l’aile leur étant réservé pour s’installer dans les chambres. Des dires de Sirius avec qui elle a pu échanger quelques sms, les élèves de la Pokemon Community et de l’AES sont forcés de cohabiter dans toutes les chambres à raison de deux par chambre de chaque école. Et en plus les chambres ne sont pas genrés. Un sacré bazar qui aura mis pas mal d’animation. Même si l’aile réservée aux vacanciers est située de l’autre côté du bâtiment, l’agitation dans l’air se faisait ressentir jusque ici. Caroline avait pesté elle-aussi, persuadée qu’Ilea serait incapable de ne pas intervenir dans cette histoire. Et bien que la jeune femme lui ait juré le contraire, elle-même n’est en vérité pas capable de le savoir avec certitude.

La soirée commence à arrivée et bien décidée à ne pas se laisser abattre, l’éducatrice se relève de son lit et sort de sa valise quelques vêtements de soirée. Des collants opaques, une jupe bordeaux droite suédine arrivant un peu au-dessus des genoux, un body noir avec les manches en dentelle et un perfecto de la même couleur que sa jupe. Pour ses cheveux, elle se les attache simplement en n’oubliant quelques bijoux pour tenir l’ensemble. Une paire de boucle d’oreille, un peu de maquillage, une paire de talons pas trop haut et le tour est jouée. Ilea s’empare ensuite de son sac à main et avant de quitter la chambre non sans adresser un texto à sa meilleure amie. Là ce soir, elle a juste besoin de prendre un verre pour se changer les idées. Et puis Enzo a débarqué lui aussi elle ne sera pas seule pour la soirée. Encore lui. La cerise sur le gâteau.

Après avoir pris la navette pour regagner le petit hameau situé en contrebas de l’hotel, l’éducatrice se dirige vers la petite rue commercante, la seule du village pour regagner le bar du coin. Un petit établissement sans prétention mais qui devrait parfaitement faire l’affaire pour ce soir. De toute façon la jeune femme n’a pas l’intention de rester longtemps. Seulement une heure, histoire de s’éloigner des élèves et de ne pas oublier qu’elle est en vacances après tout elle aussi, contrairement à eux qui ont encore des cours pendant la durée du voyage. Mais pour l’instant la rousse a du mal à imaginer qu’elle pourra réellement en profiter.

Ilea s’installe au bar dans un coin de la salle, à l’extrémité du comptoir. Sans trop hésiter, la jeune femme commande un fond de liqueur, visiblement leur produit local vu le nombre d’affiche présente dans les lieux semblant dater de toutes les époques. Une fois arrivée, elle saisit le petit verre et fait tourner le liquide, laissant ses yeux suivre les mouvements sans grande conviction.


©️BBDragon



Alezar Ilea
L'échec n'est qu'une opportunité de recommencer plus intelligemment ~
Henry Reece
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t7409-503-henry-reece-la-liqueur-ne-suffit-plus-termine-adulte
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t7481-henry-reece-aquali
Icon : --
Taille de l'équipe : 10
Région d'origine : Sinnoh Vestigion
Âge : 28 ans
Niveau : 25
Jetons : 1887
Points d'Expériences : 694
--
10
Sinnoh Vestigion
28 ans
25
1887
694
pokemon
--
10
Sinnoh Vestigion
28 ans
25
1887
694
Henry Reece
est un Adulte Barman accompli


Distillation des vacances

Iléa Alezar

Cette île, avait-elle foncièrement un intérêt ? L’annonce de voyages à prix réduits pour l’île de Gratia semblait attirer les foules, bien que nécessitant une journée de voyage pour être atteinte. Un long soupire passe tes lèvres, cela fait plusieurs jours que tu es rentré de Frimapic et ce séminaire, n’avait rien d’un colloque, mais d’un séjour en enfer, il ne te semblait pas que le diable se complaisait dans le froid. Après quelques renseignements sur l’île, tu découvres quelques distilleries qui se partagent une méthode spécifique pour leur alcool, l’intérêt piqué, tu décides d’y aller. La boutique tourne assez bien pour fermer, de toute façon, tu n’as pas pris de repos depuis plus d’un an et demi maintenant. Tu ne cracherais pas sur un endroit reposant, loin de toutes les obligations. Tu as donc décidé de fermer, deux semaines intégralement, puis tu enverras à tour de rôle Attila et Catherine travailler avec deux jeunes intérimaires que tu trouveras. De ton côté, tu estimes rester à priori un mois, minimum. Il pourrait être intéressant d’observer et pratiquer ces arts spécifiques.

Tes bagages prêts, tu as pris le bateau pour débarquer sur ce lieu oublié, ayant des airs de Célestia. Au-dessus du paisible village, un vaste complexe hôtelier est installé. Tu as proposé à ta sœur de venir, toutefois, ce sera chacun sa chambre. Vous n’avez pas spécifiquement le même mode de vie, peut-être va-t-elle travailler et tu seras pas mal le nez dans les comptes ou à organiser quelques plans futurs. Toutefois, rien qui ne concerne la domination de Nuevo, pour l’instant.

Ta piaule est agréable, confortable et assez grande pour qu’une partie de tes pokémons soient toujours dehors. Tomirys à un espace réservé en prairie et Gorgo peut voler dans les airs et nicher dans quelques arbres. Tes autres pokémons se contentent de la vie en intérieur.

Aujourd’hui, au lendemain de ton arrivée, tu as eu le nez dans les comptes toute la journée, bien que les étudiants de la P.C et de l’AES soient arrivés, encore eux, toujours, un soupire passa tes lèvres et le bruit multiple dans les couloirs d’enfants qui braillent furent très exaspérant. Tu es donc sorti à terme dans le couloir, Néfertiti ta Mygavolt juste derrière toi.

-Mets toi au plafond et électrocute gentiment tous les gamins qui passeront par ici. Si ça continue, appel Napoléon pour qu’il foute le feu à leurs valises, vêtements ou trucs importants. Bien entendu, n’hésite pas à casser leurs téléphones avec le voltage adéquat.

Le reste de la journée fut, soudainement plus agréable.

Enfin, vient le soir, la période qui nous intéresse. Le soleil menace de se coucher, ta patience à ses limites, faire les comptes est une horreur. Tu comprends mieux pourquoi ton père refilait toujours ça à Tantine. Un bref regard par la fenêtre, puis à ta flasque d’alcool. Visiter l’île, pourquoi pas. Le tour des bars, établir un premier contact ?

Après une douche et t’être rasé, tu avises une chemise blanche que tu viens habiller d’un nœud papillon bleu, deux lames de rasoir incrustées et des bretelles assorties. Un pantalon et une veste sans col d’un jaune foncé avec un quadrillage marron et un grand manteau du même jaune foncé. Tes richelieus noires aux pieds, casquette sur la tête, tu sors, les pokéball de Bismark et Néfertiti rangées. Tu sors, fermant derrière toi et laissant la joyeuse compagnie seule.

Il n’y a pas vraiment foule dans les rues, quelques gamins, mais tu doutes qu’ils soient de P.C ou l’AES. Tu apprécies le charme de ces vieux villages, figés dans le temps et leurs méthodes, c’est quelque chose de plus en plus recherché par des gens qui aiment transformer le charme typique en une beauté banale et répétée partout ailleurs. Tes pas te mènent dans la rue commerçante, quelques personnes en terrasse, la fin de l’hiver pousse quelques courageux. Tu finis d’écraser ta cigarette sur ta semelle et de la jeter dans la poubelle, puis tu entres et retires ton couvre-chef.

Il n’y a pas foule, tant mieux, tu ne te voyais pas boire un verre si l’établissement était bondé. Quelques tables sont libres, mais c’est le comptoir qui t’intéresse. Il y a, qui plus est, une belle jeune femme rousse assise que l’on est en train de servir. Tu prends un tabouret une fois au bar, ce dernier à bien vécu, poncé par le passage des mains et des verres. Il te suffit d’observer les bouteilles pour savoir que tes produits n’y sont pas – encore – mais cela s’arrangera tôt ou tard… Tu ne perds pas de vue l’intérêt des affaires. Sur la route, tu as vu quelques affiches, indiquant bel et bien ce que tu es venu chercher : de la liqueur avec un savoir faire unique.

-Ce que vous avez de plus fort, en triple s’il vous plaît. Tu déposes un billet unique, un peu plus que le prix. Merci, gardez la monnaie.

Tes yeux glissent sur le comptoir jusqu’au bout, curieux de découvrir à qui appartient cette belle crinière. Si tu éprouvais encore normalement des sentiments, on aurait pu dire que tu es surpris. Croyant voir un fantôme, tu t’accordes le droit de te frotter brièvement, simultanément les yeux avec le pouce et l’index. Toutefois, ta vue ne te joue pas des tours. Ce visage, tu n’as pas vu depuis bien longtemps. Iléa. Elle a changé, un peu, comme tout le monde en dix-huit mois. Tu quittes ta place pour la rejoindre, tu l’apostrophes de ta voix grave et froide, déposant ta casquette devant la chaise haute où tu prends place.

-Je ne savais pas que vous aviez des goûts aussi raffinés en matière d’alcool Iléa. Vous permettez ? À vrai dire que t’es déjà permis de t’installer à côté d’elle. Tu n’es peut-être pas la présence qu’elle rêvait de croiser. Vous vous êtes laissée séduire par des vacances méritées ?

Par réflexe, tu sors ton paquet de clope avant d’en sortir une. À mi-chemin entre ta bouche et le paquet, tu te rends compte que ce bar n’est pas le tien et que tu ne peux donc pas y fumer librement. Tu ranges donc ta clope dans son contenant puis dans ta veste accrochée à la chaise.

-Vous pouvez avouer que la solitude vous apparaît comme une compagnie plus agréable que la mienne. Un rictus aux lèvres, tu bois une gorgée, goûtant au liquide traditionnel, il est fort, très fort pour une liqueur, plus que l'alcool distillé à Sinnoh et une grande partie des régions. Vous attendez quelqu’un ?



© BBDragon


Henry fume en C0756B


Merci Ida pour le Mood Board :

Distillation des vacances Moodboard_Henry_
Ilea Alezar
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t5719-401-ilea-alezar-adulte
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t5751-ilea-alezar-adulte
Icon : Distillation des vacances G5wu
Taille de l'équipe : 10
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 25 ans
Niveau : 40
Jetons : 3565
Points d'Expériences : 1056
Distillation des vacances G5wu
10
Sinnoh
25 ans
40
3565
1056
pokemon
Distillation des vacances G5wu
10
Sinnoh
25 ans
40
3565
1056
Ilea Alezar
est un Adulte Éducatrice Expérimentée



Distillation des vacances
Tes yeux émeraudes se perdent dans ce liquide translucide, taché d’une très légère couleur ambrée. Délicatement, elle porte la liqueur à ses lèvres pour en sentir le gout dans un premier temps. C’est fort, cela fait longtemps qu’elle n’a pas bu quelque chose comme ça. Pour autant elle ne sourcille pas, trempe ses lèvres un peu plus avant de reposer le verre sur le comptoir. Ilea a plutôt été habituée au vin de tous les vignobles du monde qu’à la liqueur artisanale, mais cette dernière a un charme que la vigne n’aura jamais à ses yeux. Ça respire l’humain, la force du dur labeur.

L’éducatrice redresse les épaules en voyant Henry arriver. Cela fait bien longtemps qu’elle ne l’a pas vu, et elle ne s’attendait pas à le voir ici, dans ce petit bar situé au milieu de nulle part. Visiblement elle n’est pas la seule à avoir profité de l’offre proposée par l’office de tourisme. Partout où elle ira, Adala et ses habitants la suivront. En bien ou en mal, tel est la question. Lui aussi un verre à la main, Ilea reprend son verre entre les mains pour lui répondre.

- Bien sûr asseyez-vous. Il y a des avantages à grandir dans une famille bourgeoise. On finit rapidement par en connaitre un sacré rayon sur l’alcool, même si l’élite de Sinnoh à tendance à préférer le vin. Pourtant, je trouve que la liqueur a un tout autre charme, et ce n’est pas vous qui me direz le contraire j’imagine ahah.

La jeune femme laisse couler sur sa langue un petit peu plus de son verre, constatant que sans qu’elle ne s’en rende compte vraiment, il ne restait déjà quasiment plus rien dans son verre. Depuis quand boit-elle de la liqueur aussi vite ? Qu’importe, il en faut beaucoup plus que ça pour que la rousse se sente mal. Reprenant son geste consistant à faire tournoyer l’alcool au fond du verre, Ilea continue d’alimenter la discussion avec Henry.

- Oui. Le directeur de l’académie m’a accordé des congés, alors avec ma colocataire nous en avons profité pour prendre des vacances, loin de notre quotidien habituel sur Adala. Il s’est avéré finalement que tous les élèves de la Pokemon Community et de l’Adala Elite School ont eu la même idée pour organiser une classe verte. Au final, c’est comme si j’étais de retour à l’académie, mais en tant que spectatrice.

La jeune femme finit délicatement le fond de son verre tout en observant du coin de l’œil le barman tenter de s’allumer une cigarette. Pas sur que le propriétaire apprécie, ce qu’Henry a bien compris puisque de lui-même il décide de ranger ses cigarettes, attendant probablement de sortir à un autre moment pour la brûler. D’un léger signe, elle fait comprendre au serveur de lui servir un second verre. Ilea n’en a pas finit avec sa soirée, surtout si son acolyte décide de rester.

- Je ne suis pas quelqu’un de particulièrement solitaire. Mais comme je vous l’ai dit, j’ai besoin d’assimiler que les élèves sont encore là avec nous, pour toutes les vacances. Pas que je ne les aime pas bien au contraire, je les aime énormément. Mais parfois, j’aimerais arrêter de penser à toutes leurs histoires.

C’est vrai qu’Ilea s’était toujours beaucoup impliquée au sein de l’académie depuis son intégration. Il ne se passe pas une minute sans que quelque chose lui occupe l’esprit. Il peut s’agir de quelque chose de banale comme une petite altercation dans un couloir à une affaire beaucoup plus sérieuse comme il en existe des tonnes malheureusement entre les murs de cette école. Et ça c’est sans compter sur les problèmes propres à chacun qui demandent du temps et de l’application. Parfois, pendant des soirées comme celle-ci, la rousse craint que cela ne se termine jamais vraiment.

- Oula non je n’attends personne loin de là. Pour tout vous dire il a fallu que mon ex déboule lui aussi. Je n’ai toujours pas compris comment il s’y était pris mais il est là. Donc je laisse ma colocataire profiter de sa présence en m’éclipsant un peu j’imagine. Et vous, vous attendez quelqu’un ce soir ? Qu’est-ce qui vous a amené à Gratia de manière générale ?


©️BBDragon



Alezar Ilea
L'échec n'est qu'une opportunité de recommencer plus intelligemment ~
Henry Reece
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t7409-503-henry-reece-la-liqueur-ne-suffit-plus-termine-adulte
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t7481-henry-reece-aquali
Icon : --
Taille de l'équipe : 10
Région d'origine : Sinnoh Vestigion
Âge : 28 ans
Niveau : 25
Jetons : 1887
Points d'Expériences : 694
--
10
Sinnoh Vestigion
28 ans
25
1887
694
pokemon
--
10
Sinnoh Vestigion
28 ans
25
1887
694
Henry Reece
est un Adulte Barman accompli


Distillation des vacances

Iléa Alezar

C’est la première fois que tu discutes réellement avec cette jeune femme. Les circonstances passées ne furent pas des plus adaptées pour communiquer, puis la vie avait son trou et la banalité avec, même Henry, tu n’as rien de réellement banal n’est-ce pas ? Les premiers échanges sont riches d’informations. Ainsi Iléa saurait se délecter de vins coûteux ? La bourgeoisie ? Peut-être que sa famille consomme déjà votre alcool depuis un petit temps, qui sait ? Un rictus en coin, tu l’écoutes, répondant simplement.

-Je ne pourrai me permettre de critiquer l’alcool qui sort des distilleries familiales, c’est certain.

Le verre de la jeune femme arrive bientôt à terme, contraire au tien, peut-être parce que tu as commandé directement trois verres en un ? Tu ne te souviens plus de la saveur de l’ébriété, de toute façon tu y es dépendant, autant qu’à la clope. Tout ce qui te tue, te maintient plus longtemps en vie n’est-ce pas ? Tu ne feras pas de vieux os, quoi que, sur un malentendu avec Arceus, tu pourrais espérer lui filer entre les doigts quelques années de plus que prévus.

Elle est donc théoriquement en vacances, si un directeur lui a donné ses congés, c’est qu’elle doit travailler à l’académie, puisque vous vous êtes croisés à Lansat et tu conçois mal l’AES sur cette île aujourd’hui bannie et dévastée. Est-elle enseignante ? Sûrement pas, puisque les classes vertes impliquent forcément des cours. Un personnel extrascolaire alors ? Tu auras tout le loisir de le découvrir ou lui demander plus tard.

-J’ai bien cru que j’allais prendre un gosse pour frapper sur l’autre cette après-midi. Difficile de faire ses comptes quand ça braille. Tu soupires, buvant une autre gorgée, appréciant cette amertume. Vous êtes dotée d’une patience qui me dépasse.

Un nouveau verre remplace l’autre, remplit d’un liquide dont le mouvement teinte un bref instant le récipient. Le tien est au tiers vide, finalement votre consommation est similaire. C’est en silence que tu écoutes la rouquine, te contentant d’acquiescer et d’admirer réellement ce courage que de supporter de tels enfants dissipés sans les brûler. Sa déception est bien légitime, fuir le travail pour qu’il s’amuse à te rattraper, quelle angoisse. En un sens, ce serait comme croiser ton cousin et sa femme… à cette simple pensée te contrarie, ton visage, un très bref instant s’assombrit, mais reprend sa teinte cadavérique après un cul-sec. Il faut bien ça pour les oublier, ces tourtereaux maudits.

C’est une jeune femme qui discute sans problèmes, tu ne seras pas aussi libéré dans ta parole. La vie privée est quelque chose que tu sacralises, surtout l’amour… Mais puisque tu ne le connais que pour ta sœur, il n’y a rien à cacher, il est aisé de confondre l’affection familiale. Toutefois, tu compatis à sa situation, son ex et sa colloc, ensemble ? Terrible. Bien que tout dépende des circonstances de rupture, il est rare d’apprécier la présence d’un être aimé aux côtés d’une autre personne, heureux, aimant. Le temps qu’elle te retourne la question, tu as commandé un autre triple, les petits verres ne te conviennent guère, la charge de vaisselle est accrue.

-Encore faudrait-il que quelqu’un m’attende, tu hausses alors un sourcil, prenant en bouche cette liqueur rosée, sucrée, sèche également sur la langue : parfaite. La raison de ma venue se trouve dans nos verres, un barman n’a jamais assez d’alcools à proposer et un artisan ne cesse jamais d’apprendre. Ces gens disposent de techniques fabuleuses et je dois admettre qu’il s’agit de mes premières vacances. C'est étrange car en fait je continue de travailler.

Ta pokéball commence à s’agiter, tu soupires, les caprices des reines sont parfois désagréables. Il n’y a pas foule, tu consens à libérer Gorjo, tu sais ta pokéball pour libérer dans les airs cet oiseau qui pousse un croassement majestueux, pour voler l’attention. Quel orgueil. En l’absence d’oiseaux à chasser, puisque le monde entier lui appartient, personne n’est assez digne de voler en même temps qu’elle, elle vient se poser sur le bar. Son regard perçant vient se figer dans celui d’Iléa d’un air menaçant.

-Non Gorjo, notre convive n’est pas une mauvaise cliente, tu adresses un petit sourire à Iléa, bien que sa présence manque à notre établissement. Le corvidé vient renifler la liqueur, mais depuis le coup du café lorsque tu as vu Miriam, elle reste très prudente. C’est également l’occasion de faire visiter le monde à cette ancienne résidente de Galar. Vous avez pu vous y rendre?.

Les gens vont et viennent, non loin de vous, payant, commandant, il n’y a pas de serveuses, seulement au comptoir, comme les pubs. C’est intéressant, mais le bar manque bien de vie, pas de musique, une lumière un peu terne. L’établissement se fait vieux et c’est ce qui fait son charme, mais difficile de pleinement apprécier un lieu qui se meurt dans l’ennui.

-Ainsi, vous êtes de Sinnoh ? Une belle coïncidence lorsqu’on sait que les Reece résident à Vestigion depuis huit générations.

Tu pioches dans ton verre alors que ton regard glisse lentement sur les motifs en dentelle d’Iléa jusqu’à ses mains fines et délicates.

-Je me doute que vos vacances prennent une tournure bien… Impromptue, dérangée par les enfants et quelques vieux démons. Peut-être est-ce l’occasion d’apprendre à être un peu égoïste ?

Quelle coincidence, l'égoïsme, tu connais bien ça Henry.

© BBDragon


Henry fume en C0756B


Merci Ida pour le Mood Board :

Distillation des vacances Moodboard_Henry_
Ilea Alezar
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t5719-401-ilea-alezar-adulte
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t5751-ilea-alezar-adulte
Icon : Distillation des vacances G5wu
Taille de l'équipe : 10
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 25 ans
Niveau : 40
Jetons : 3565
Points d'Expériences : 1056
Distillation des vacances G5wu
10
Sinnoh
25 ans
40
3565
1056
pokemon
Distillation des vacances G5wu
10
Sinnoh
25 ans
40
3565
1056
Ilea Alezar
est un Adulte Éducatrice Expérimentée



Distillation des vacances
- Ahah je veux bien comprendre que quand on n’y est pas habitué avoir autant d’enfants autour de soit peut agacer. Surtout que la Pokemon Community et l’Adala Elite School sont en permanente rivalité, et j’ai peur que la cohabitation forcée qui s’impose à eux n’arrange rien.  

Des informations qui sont revenues jusqu’à ses oreilles, chaque chambre accueillera deux élèves de la PC et deux élèves de l’AES, dans des chambres mixtes. La rousse voit déjà venir le tableau. Des bagarres à n’en plus finir et des conflits toujours plus animés. Même si la jeune femme espère que dans certaines chambres tout se passe bien, cela ne sera clairement pas la majorité. De quoi apporter beaucoup d’agitation dans l’hôtel pendant toute la durée de cette classe verte. Mais pourrait-elle être un plus optimistes et espérer que cette cohabitation crée des liens ?

- Et puis c’est mon travail. Je suis éducatrice, c’est mon rôle de veiller sur eux du mieux que je le peux. Cela a toujours été ma vocation, du plus loin que je me souvienne.

Même s’il aura fallu beaucoup plus d’années pour que cela se manifeste enfin de manière concrète dans sa carrière professionnelle. Le nouveau verre arrive et visiblement le barman a tenu à varier par rapport à la première liqueur servie. Sans trop qu’Ilea ne s’inquiète, elle porte ce nouveau verre à ses lèvres tout en réalisant qu’Henry en recommande lui aussi. Mais ces verres sont trois fois plus imposants que les tiens. L’éducatrice ne dit rien mais cette consommation lui parait extrêmement importante, particulièrement s’agissant de la liqueur qui ne se boit pas de la même façon qu’une bière. La jeune femme se contente de garder ces pensées pour elle-même. S’il est gérant d’un bar, il a des chances qu’il ne fasse pas que préparer les cocktails.

- D’une certaine façon ce voyage diversifie vos expériences professionnelles. Récemment j’ai aussi été envoyée à l’Adala Elite School pour y travailler une semaine, histoire d’y découvrir leur méthode. C’était particulier comme expérience, les deux écoles ne fonctionnent pas du tout pareil.

La rousse avale une gorgée supplémentaire en repensant à cette semaine qu’elle a passé dans l’école rivale. Même si l’idée de base ne l’enchantait pas, elle avait tout de même fait le choix de s’y rendre, tentant de contribuer à une meilleure entente entre les écoles. Mais cela n’a pas été un grand succès. Ilea soupire de nouveau rien qu’en y repensant.

- Moi aussi ce sont mes premières vacances même si je doute fort qu’elles en soient vraiment. Je me connais je vais forcément vouloir continuer à travailler avec les étudiants, même indirectement. Un peu comme vous. Vous comme moi paraissons incapable de prendre de véritables vacances finalement.

Henry décide de libérer de sa pokeball un pokemon. Un pokemon originaire de Galar que le barman a renommé Gorgo. Le petit oiseau vient se déposer sur le comptoir, regardant un peu de travers l’éducatrice sans que celle-ci n’en comprenne véritablement la raison. Elle n’a pas émis le moindre geste et aucun de ses pokemons ne sont de sortie. Son interlocuteur finit par dissiper le malentendu, relançant la conversation.

- Non malheureusement je n’ai pas eu cette occasion. Même lorsque les élèves se sont rendus sur les côtés lors d’une sortie capture j’ai dû rester à l’académie pour m’occuper des étudiants ayant décidé de ne pas venir. On ne peut pas se permettre de les laisser seul à l’école. Même si j’avoue que dans le futur je serais bien tentée de m’y rendre également.

La région vient juste de s’ouvrir au monde depuis le Galopen mais Galar continue de renfermer beaucoup de secret. Des photos que la rousse a pu découvrir, cela a l’air d’être un endroit magnifique. Peut être leur prochaine destination voyage avec Caroline, en espérant que toute la Pokemon Community ne les accompagne pas cette fois. En parlant de région, Ilea se redresse subitement après les propos du jeune homme, faisant enfin le lien.

- Je n’avais pas fait le lien mais évidemment la famille Reece ne peut être inconnue pour aucune grande famille de Sinnoh, même si dans les réceptions auxquelles j’étais conviée on ne retrouvait pas de votre liqueur en très grande quantité. Je présume qu’elle n’était là que pour les personnes suffisamment dignes de l’apprécier. Dans ce cas-là, peut être que le nom des Alezar vous parlera ? Je suis l’une des héritières, enfin je l’étais plutôt.

Sur ces derniers mots, l’éducatrice termine d’une traite son verre avant de le reposer contre le comptoir. Entre ses mains se trouvaient jusqu’à il n’y a pas si longtemps une grande partie de l’empire Alezar. L’hôpital le plus grand et prestigieux de la région mais aussi de nombreuses cliniques et part dans des laboratoires pharmaceutiques. Même si elle était la deuxième enfant, le partage se serait fait en théorie de manière équitable. Dans la tête de ses parents, Wacila et elle devaient régner en maitre sur l’empire familiale après leur départ à la retraite, toutes deux grands médecins renommées. Mais Ilea a envoyé en l’air tout ça.

- Vous avez surement raison. Être égoïste ne me ferait pas de mal. Ça fait bien longtemps que je ne l’ai pas été. Finalement, la seule fois où je l’ai réellement été, j’ai envoyé voler toute ma vie préconstruite. Je ne suis pas sûre d’être encore prête à de tels changements. Mais vous, pourquoi avoir quitté Sinnoh alors que vous aviez tout là-bas, un empire sur lequel régner ? Il y avait des régions plus proches de Sinnoh pour s’étendre. Alors pourquoi Adala ?



©️BBDragon



Alezar Ilea
L'échec n'est qu'une opportunité de recommencer plus intelligemment ~
Henry Reece
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t7409-503-henry-reece-la-liqueur-ne-suffit-plus-termine-adulte
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t7481-henry-reece-aquali
Icon : --
Taille de l'équipe : 10
Région d'origine : Sinnoh Vestigion
Âge : 28 ans
Niveau : 25
Jetons : 1887
Points d'Expériences : 694
--
10
Sinnoh Vestigion
28 ans
25
1887
694
pokemon
--
10
Sinnoh Vestigion
28 ans
25
1887
694
Henry Reece
est un Adulte Barman accompli


Distillation des vacances

Iléa Alezar

C’est silencieux Henry que tu écoutes la jeune femme parler de son métier. Ce qui est formidable, c’est que tu n’as même pas à poser les questions verbalement que leurs réponses viennent à toi. N’est-ce pas là merveilleux ? De pareils locuteurs se font rares de nos jours, profites en, avant que la rouquine ne s’évapore dans la nuit après s’être agacée de ta compagnie. Tu savais que la P.C et l’AES ne se portaient pas d’affection réciproque, le nouvel an et l’altercation des deux directeurs en était la preuve. Ces deux gens sont bien sots de s’engueuler en public, comme si perdre son sang-froid permettait de mieux gérer une situation ? Bien au contraire. Plus l’on cri, moins l’on a de crédibilité.

Alors que tu reçois ton second verre, tu t’amuses de sa réplique… De nouvelles facettes du métier ? Pas vraiment, sauf si l’on considère les spécificités locales comme appartenant à un savoir faire nécessaire à la maîtrise de ton art… Tu n’as pas songé à cette conception, peut-être qu’elle nourrira la réflexion de tes prochaines insomnies ? Qui sait. Le retour de son expérience ne te surprend guère, tu réponds alors simplement.

-Pourtant, le parti prit du corps enseignant influe grandement sur ses élèves… Et la P.C est connue pour s’abandonner à un certain chaos.

Tu te tais, mais tu te souviens d’une Yuna ivre au nouvel an. Dans tes souvenirs, l’alcool n’est pas accessible dans les lieux publics et dans les familles de bonne conduite. Chez les Reece, c’est différent, savoir boire avant d’écrire est presque une normalité. Spoil, c’est une expression, même si les enfants y réfléchissent à deux fois à piquer un shot de chartreuse à sept ou huit ans en se croyant malins.

Tu ne peux que hocher de la tête, des vacances, disons qu’il s’agit finalement de travailler en dehors du cadre de travail classique. C’est ce que font tous ces petits cons sans avenir dans les start-up avec pleins d’anglicismes en croyant vraiment trop « usefull ». Bref. Gorgo vient positionner à côté de toi après sa petite scène… Tu n’oses imaginer lorsqu’elle va tripler de taille quasiment au profit d’un immense corbeau d’acier. Ce sera un spectacle bien comique à observer, entre la terreur des gens et la maladresse de l’oiseau de se mouvoir convenablement dans des lieux aussi fermés que ce genre de bars ou ton appartement.

-De ce que j’ai vu, le lieu à ses charmes, vous devriez vous y plaire. C’est un monde bien différent.

Ton verre s’est un peu vidé, quelques gorgées tout au plus. Les nuits sont encore bien froides et peu propices aux sorties. Le bar commence, doucement à se vider, les vacanciers rentrent, préférant abuser du matin pour des activités touristiques que du soir et de ses nuits noires. Toi qui adaptes systématiquement le ton de ta voix afin de ne déranger personne – mais aussi pour entendre ce qui se raconte à côté – tu ouvres un peu plus ta cage thoracique pour que ta voix gagne un peu en puissance. Lorsque la jeune femme se redresse, ton regard, habitué aux mouvements brusques, vient immédiatement se poser sur elle avec un regard brièvement mauvais, avant de s’adoucir l’instant d’après. Le propos te plaît, bien entendu que les bonnes familles connaissent les Reece, tout autant que les bons amateurs d’alcool.

Toutefois, le nom d’Iléa n’est pas sans rappeler la grandeur de son domaine médical. Ainsi, elle possède le sang d’un noble lignage médical. Intéréssant, ta famille saoule des poivrots pour qu’ils aillent ensuite se faire soigner chez les Aléraz. Un rictus suivit d’un bref rire passe tes lèvres. Le hasard s’amuse à ce que les familles de Sinnoh se retrouvent sur Adala. Mais c’est au tour de la jeune femme de finir son verre cul-sec. Chacun ses démons et tu ne peux pas dire que l’alcool soit foncièrement mauvais dans ces cas-là.

-Difficile d’ignorer le patrimoine médical et l’hôpital de notre tendre Uniopolos, en un sens, leurs patients sont parfois nos clients quelques heures auparavant. Il faut dire que les Reece sont rarement autorisés à diffuser leur alcool aux tables mondaines.

Tu te rappelles douloureusement cette erreur à Cobaba que d’avoir bossé dans le palace sous la coupe d’une famille bien connue pour son alcool « de riche ».

-Toutefois, j’admire la présence de nos humbles bouteilles… Mon grand-père Richard disait souvent que nous vendions de l’alcool à de riches pauvres.

Cette phrase t’arrache toujours un rictus. Un troisième verre, d’un contenant différent parvient à Iléa et tu ne notes aucun changement. Elle tient déjà mieux l’alcool qu'Abygaëlle, preuve que l’une d’entre elle a reçue une digne éducation ? Ne voulant vexer personne, tu te refuses, même mentalement de répondre à cette question. Les femmes sont toujours plus belles, un verre à la main, peut-être, car cette vision traduit tes deux plus grands vices ? Sans compter bien entendu ton ambition sans bornes.

Les mots de la jeune femme sont justes : un empire. Il faut dire que depuis sept générations, la famille à su s’imposer dans ses domaines et un publique, très spécifique. Aujourd’hui rien ne saurait l’empêcher de dévorer un peu plus de terrain à d’autres familles. Tu reprends ses propos, sans quitter son regard du tien.

-L’égoïsme spontané permet de s’offrir quelques excès qui rassurent autant l’âme que le corps. Se rappeler qu’on est bel et bien vivant ne fait jamais de mal. Pas sûr qu’une roulette russe par mois soit la meilleure des idées pour se sentir vivant Henry. Mon père, l’actuel patriarche de la famille à simplement répondu à ma volonté de découvrir les vertus d’autres terrains et d’autres méthodes de distillation. J’ai initialement à Lansat, mais disons qu’avec les quelques soucis survenu, mes parcelles sont vites devenues délicates à exploiter.

Tu as un sourire aux lèvres, ironique, tu aurais bien brûlé tous ces extrémistes et raser la ville pour y obtenir la paix. Mais la question du « pourquoi » est primordiale. Par ambition bien entendue. Tu arrives à un âge où l’on peut envisager de faire de toi le prochain patriarche, cela arrivera sous peu, avant la moitié de ta troisième décennie.

-La soif d’une ambition débordante. Peut-être aussi car Adala est le terreau fertile d’une glorieuse distillerie expérimentale. De plus, l’académie est une source inépuisable d’assistants. Pour autant, Yuna Frostheart est une jeune femme qui m’aide régulièrement dans mes expériences, j’ai déjà eu recours à l’académie pour solliciter son aide. Tu bois alors une gorgée. Au fond, nous sommes un peu même bois ignifuge. Je suis aidé par ma jumelle également, venue à notre installation à Nuevo, Elizabeth est une horlogère de talent et Sinnoh ne profite que trop peu de ce genre de talents. La famille se fait grande et stocker tout ce petit monde en une même ville pourrait bien conduire à la saturation des activités. Dans un dernier sourire tu ajoutes. Et puis, il y a déjà une arène à Vestigion.

Ton regard vient se planter dans le tien, quel pouvoir auras-tu avec un bar, arène qui offrira une brasserie gastronomique ? Une île à la position idéal pour le trafic d’armes de Lizzie, le tout sous la surveillance d'Edward dans les services de police. C’est tout simplement parfait. Tes mains viennent caresser le magnifique plumage de Gorgo, elle en réclame de l’attention, tu le sais. Tu fais un signe au barman, réclamant un jeu de cartes sous le regard d’Iléa. Alors que tu mélanges ensuite ces belles cartes, tu reprends.

-Cette île à des habitants très intéressants aussi, je ne m’étais rarement surpris à observer des mineurs à boire, un rictus passe tes lèvres, ironique, le nouvel an était folklorique de ce point de vue. Bien qu’une vaste majorité de vos élèves majeurs passent la porte de mon bar, les voir joyeux ne me choquais pas. Cela dit, les jeunes

Tu laisses ta phrase en suspend, battant les cartes rapidement entre tes mains. C’est un spectacle gracieux et un art magique que tu as appris auprès de ta tante. Cette folle, tarée de jeu, compulsive… Au moins elle n’est pas alcoolique.

-Nous jouons au poker ouvert. Cela, vous intéresse-t-il ? Si vous êtes éducatrice, vous êtes formée à décrire le comportement des jeunes, mais dans une moindre mesure, celle des autres ? Je suis curieux de savoir ce que je peux trahir de moi-même. Quelle est la mise ? J’accepte l’endettement, mais les intérêts sont colossaux, qu'importe soit la monnaie.

Il y avait une dualité constante entre la froideur de ce corps presque mort et le goût du risque. Parviendras-tu à piéger la jeune femme dans cet égoïsme qui semble lui faire peur, même à petite échelle ?

© BBDragon


Henry fume en C0756B


Merci Ida pour le Mood Board :

Distillation des vacances Moodboard_Henry_
Ilea Alezar
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t5719-401-ilea-alezar-adulte
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t5751-ilea-alezar-adulte
Icon : Distillation des vacances G5wu
Taille de l'équipe : 10
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 25 ans
Niveau : 40
Jetons : 3565
Points d'Expériences : 1056
Distillation des vacances G5wu
10
Sinnoh
25 ans
40
3565
1056
pokemon
Distillation des vacances G5wu
10
Sinnoh
25 ans
40
3565
1056
Ilea Alezar
est un Adulte Éducatrice Expérimentée



Distillation des vacances
La conversation prend une toute autre tournure lorsque les deux adultes resituent leurs familles respectives originaires de Sinnoh. Tandis que l’un allait probablement hériter d’un empire incroyable en termes d’alcool très connu dans la région et s’apprêtant à s’exporter partout dans le monde, l’autre avait perdu sa place d’héritière d’une partie du domaine médical de Sinnoh. Même s’ils ont probablement passé une adolescence similaire à se pavaner à toutes ces réceptions pour faire bonne figure face à toute la famille, en vérité seul l’un d’entre eux est arrivé au bout de ce long chemin. L’autre à tout simplement disparu, sans réel regret.

- Effectivement voilà un drôle de circuit, même si Pina détestait recevoir les comas éthyliques et autres joyeusetés provoqués par l’alcool. Elle préférait les jeter aux urgences aux internes et autres personnels de l’hôpital plutôt que de devoir s’en occuper. Sa spécialité à elle c’était le cœur. Enfin le cœur l’organe, pas le véritable cœur des gens.

La jeune femme se délecte des quelques dernières gouttes de liqueur dans son verre avant de le reposer sur la table. La conversation bifurque et s’écarte des Alezar, au plus grand bonheur de la rousse qui n’aime pas bien s’étendre sur sa famille biologique. Ils ne sont plus grand-chose pour eux, à part une ombre sur un tableau. Alors Ilea préfère se rattacher à sa vraie famille. Thésée d’abord, mais aussi Sirius les Labelvi qui font maintenant partie intégrante de sa vie, bien plus que Pina Gabriel et Wacila. Pour autant, Henry a l’air quant à lui beaucoup plus à l’aise avec sa propre famille, parlant sans retenu de ses aînés et de ses nouvelles ambitions d’étendre son influence sur d’autres régions du monde. Un bien projet que tout entrepreneur doit nourrir imagine sans peine l’éducatrice qui elle s’est toujours contentée de chose beaucoup plus simple pour faire son bonheur. Être bien entourée, s’occuper d’adolescent et avoir un toit sous lequel dormir. Jamais elle n’a eu besoin de plus.

- J’imagine que poursuivre son activité sur Lansat n’est plus possible, malheureusement pour nous. Mais Adala est un magnifique endroit et j’imagine qu’il doit offrir énormément de possibilité pour un entrepreneur comme vous.

Il est vrai qu’Henry a lui aussi subi les attaques de la Team Rouage, l’obligeant comme tous les habitants de Lansat à partir pour laisser derrière lui ce qui a été construit. Heureusement pour Ilea, la Pokemon Community l’a engagé juste après ce cuisant échec pour s’installer en tant qu’éducatrice de l’académie sur Adala. Une excellente manière pour la rousse de redémarrer une nouvelle vie dans les meilleures conditions. A partir de là, tout s’est bien enchainé. Elle a emménagé avec Caroline, elle s’est constituée une jolie place au sein de l’école et a gagné en confiance. Comme quoi, le changement a eu du bon.

- Yuna Frostheart travaille avec vous ? Ça tombe mal pour vous c’est une élève dont je me suis occupée tout particulièrement et que je connais par conséquent très bien. Elle n’est pas majeure, et je ne suis pas sûre que la loi lui permette de travailler dans un bar de manière légale. Je ne veux pas me mêler de ce qui ne me regarde pas mais j’espère pour vous que je ne tomberais jamais sur quelque chose de compromettant. Yuna est aussi sous ma responsabilité et je veillerais sur elle, comme mon travail me l’exige mais aussi vis-à-vis de sa sœur aînée que je connais bien.

Venait-elle réellement de menacer Henry Reece ? La rousse ne perd pour autant pas la face et continue de fixer son collègue du soir. S’il y a bien une chose qu’il ne faut pas faire, c’est manipuler les enfants sous sa responsabilité. Elle ne le pardonnerait jamais. Sans pour autant en dire plus, Ilea laisse la conversation se mener, le barman s’étendant sur sa sœur jumelle mais aussi sur d’autres ambitions. Henry ne manque pas d’idées et de ressource. Un homme bien ambitieux qui ne s’arrêtera probablement pas avant d’avoir mené l’ensemble de ses projets à bien.

- Le nouvel an a été malheureusement le théâtre d’un certain relâchement. L’infirmière de l’académie a eu du boulot le lendemain en distribution de doliprane et autres médicaments en tout genre. Je n’étais pas en service ce soir-là mais disons qu’il y a eu une inattention générale. Certes les majeurs sont tout en droit de boire, mais il semblerait que les plus jeunes aient aussi trouvé des astuces pour s’amuser autant que leurs aînés. Ce n’était pas très responsable, j’espère que cela ne se reproduira pas.

Pendant qu’elle parlait, l’éducatrice observait du regard les mains d’Henry s’agiter à mélanger un jeu de carte. Que veut-il faire exactement ? Ce n’est qu’en distribuant les cartes qu’il révèle enfin ses plans. Un poker ouvert. La dernière fois que la jeune femme a pris des cartes en main pour jouer à ce type de jeu, elle devait avoir 17 ans, encore à l’une de ses soirées avec les autres jeunes de son milieu. Tout était bon pour s’amuser, et l’argent ne manquait pas pour le faire. A contre cœur, elle a appris à y jouer et à devenir douée pour ne pas perdre. Pas que l’argent de sa famille l’intéressait réellement, mais surtout pour ne pas perdre la face face aux autres.

- Je dois avouer que cela fait très longtemps que je n’ai pas joué. Mais admettons pourquoi pas. Pour ce qui est de la mise, je ne jouerais pas d’argent. Ma situation ne me le permet pas. En revanche…

Ilea faisait appel à l’ensemble de ses souvenirs pour trouver une alternative. Tout en caressant du bout des doigts les cartes déposées face cachée face à elle, la rousse se rappelle de toutes ces sensations du jeu quand elle était plus jeune. Sans jamais y avoir pris un réel plaisir, il y avait une excitation toute particulière quand elle se mesurait aux autres. Un monde si terrible mais plein de sensation que l’éducatrice n’a jamais retrouvé par la suite. Elle a définitivement coupé les ponts avec ce monde en rencontrant Enzo, mais en rencontrant Henry, c’est comme si elle y replongeait la tête la première. La jeune femme adresse un signe au barman et lui demande.

- Excusez-moi, pourriez vous préparer un verre composé d’un mélange de vos liqueurs les plus fortes, de préférence celles qui vont le moins ensemble s’il vous plait. Monsieur veut jouer mais comme il n’est pas question que je joue de l’argent ni que je me déshabille à chaque défaite, je préfère partir là-dessus vous comprenez ?

Le barman n’en demande pas plus et part derrière son comptoir pour chercher ce qui constituera ce verre probablement capable de faire un trou dans l’œsophage. Amusée, Ilea se saisit de ses cartes avant de s’adresser à son adversaire temporaire.

- Cela vous convient comme ça ? Nous pouvons débuter ?


©️BBDragon



Alezar Ilea
L'échec n'est qu'une opportunité de recommencer plus intelligemment ~
Henry Reece
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t7409-503-henry-reece-la-liqueur-ne-suffit-plus-termine-adulte
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t7481-henry-reece-aquali
Icon : --
Taille de l'équipe : 10
Région d'origine : Sinnoh Vestigion
Âge : 28 ans
Niveau : 25
Jetons : 1887
Points d'Expériences : 694
--
10
Sinnoh Vestigion
28 ans
25
1887
694
pokemon
--
10
Sinnoh Vestigion
28 ans
25
1887
694
Henry Reece
est un Adulte Barman accompli


Distillation des vacances

Iléa Alezar

Cette jeune femme ne manquait pas d’audace, de folie, qu’importe, mais venir menacer par le biais de quelques phrases détournées te fait doucement sourire. Tu pourrais répliquer et enfoncer bien bas le clou de l’ambiance, mais tu n’es pas ici pour cela. Si tu es loin de l’académie, c’est bien pour t’esquiver quelques accrochages du genre. Gorgo l’a bien compris, malgré un croassement très menaçant l’instant de de sa menace. Autant mettre cela sur une soirée qui se promet arrosée et que la spontanéité guide, ainsi chacun y trouvera son compte, surtout Iléa, car tu trouverais cela dommage d’éteindre la flamme qui crépite sur ce beau visage et ses cheveux qui embrasent ses contours. En guise d’avertissement tu lui rappelles plus simplement qu’avant de venir toquer à sa porte, ils pourraient s’assurer que ces braves mineurs ne touchent pas à l’alcool, après tout, les parents seraient bien en droit de se retourner vers l’école et la police aurait là une affaire bien pénible à gérer et les journalistes quelque chose de croustillant.

A sa réponse sur le relâchement tu réponds un peu plus froidement, qu’elle comprenne bien que chacun doit rester à sa place.

-Dans ce cas, avant d’interdire les autorisations que fournit l’académie pour que vos élèves m’aident, assurer vous de pouvoir convenablement les surveiller lorsqu’ils sont sous vos yeux.

Tes yeux turquoise ont plongé dans les siens, ne pas perdre son attention, bien s’assurer que le message est passé et qu’il sera parfaitement gravé dans son esprit.

Le jeu de cartes en main, tu peux donc annoncer la suite du projet, la suite de la soirée, un poker. L’intérêt de la jeune femme éveillé, tu ne peux t’empêcher ce petit mouvement des yeux, satisfait. Tu te doutais bien qu’elle ne miserait pas d’argent, renoncer à son héritage, c’est renoncer à sa fortune en quelque sorte. Renoncer à sa famille, c’est renoncer à une partie de soit même et les conséquences doivent suivre. Gorgo est intéressée, elle aime bien le jeu, le risque, comme toi, fort heureusement ici personne ne finira comme au Thermopyles, chacun à ses chances.

L’annonce du cimetière t’arrache un franc sourire, c’est donc ça la mise ? Est-ce la plus raisonnable ? À part ta sœur et ton père, personne ne rivalise avec ta descente et Arceus sait qu’il en faut, l’alcoolisme doit bien avoir un avantage. La pudeur semble être une qualité qu’elle porte, mais, comme les vêtements, tu préfères traîner au sol les principes des humains. Ce défis te semble une mise acceptable que tu peux atteindre. Tu comptais jouer par plaisir, mais la victoire prime sur le reste.

-Je peux comprendre, si vous ne pouvez être égoïste avec vous-même, difficile d’oser le pire. Tu bois une gorgée de ta délicieuse liqueur, la dernière avant le monstre qui se profile sous tes yeux à quelques mètres. Loin d’être une critique, qu’on se le dise. Les jeux sont fait et bientôt, plus rien n’ira.

Le verre arrive et tu es bien heureux de tes récentes soirées chez Aurélia à jouer et boire. Cette femme fascinante et ses techniques de jeu en font une adversaire tout à faire redoutable et tu vois mal Iléa égaler le niveau d’une tenancière d’une maison de jeu illégale.

Tu distribues les cartes et ton visage se ferme complètement, reprenant cette froide expression qui est si propre à ta famille, la même que ce soir où tu as bien faillis brûler Abygaëlle au point de lui faire croire que tu le pouvais, n’importe quand par ta simple volonté. Tu distribues alors les deux cartes qui formeront votre main, et dépose le paquet, le temps que chacun observe ses cartes. Un rapide œil te permet de voir deux cartes de valeur basse. Un 4 de coeur et un 5 de pique. Pas de couleur possible. Pas de hautes suites, ça te ferme à une certaine partie du jeu, mais impassible, sans aucune réaction, tu penses espérer une suite ou un brelan.

-Je lance. Je mise une gorgée.

Tu attends la jeune femme miser avant le flop. Tu grilles donc la première carte, l’écartant du talon et révèle successivement un 8 de pique, une reine de coeur et un 4 de carreau. Observant ta main, une paire, bien que petite. Tu reprends la mise, une gorgée de plus s’ajoute à ton compteur. Le tournant révèle alors un roi de carreau. Intéressant. Avec pareilles composition, bien des suites sont ouvertes.

-Je relance. Deux gorgées, tu observes Iléa de ton regard morne, froid, ton expression faciale est d’autant plus froide, mais c’est bien utile pour le jeu. Vous suivez ?

A vrai dire, se coucher en étant deux n’est pas ce qu’il y a de plus glorieux, ce verre sera fini et un demi de liqueur mélangées, c’est long. Cette couleur sombre, presque boueuse ne fait pas envie, mais tu es habitué à force de goûter les fonds de cuve de la distillerie familiale.

-Qu’est-ce qui vous a poussé à arrêter de jouer ? Tu relèves un œil sur elle. Ce sont des mises assez courantes du milieu étudiant si je ne m’abuses, certains de mes collègues de classe jouaient ainsi, préférant l’ivresse de l’alcool pour profiter de leurs soirées. Pourtant, vous me semblez bien plus raisonnable que mes anciens collègues.

En même temps, tu retournes la dernière carte, un 4 de trèfle, un brelan te concernant. Le dernier tour de mise arrive et tu poursuis la mise à deux, pour un total de six gorgées si tu perds, une belle entrée en matière. La question qui pend le plus à tes lèvres étant : fera-t-elle la grimace au moment de boire ? Cette pensée laisse un faible rictus à tes lèvres.

-Bien… Tu retournes ta main. Un brelan de quatre, rien de glorieux et vous Iléa ?

Le silence relatif de cette première manche s’explique par le fait que certains participants n’apprécient guère être dérangé en parlant, peut-être que ta compagnie de ce soir en fait parti. Tu attends de voir la main de l’éducatrice, sous l’oeil avisé d’un corvidé attentif.



© BBDragon


Henry fume en C0756B


Merci Ida pour le Mood Board :

Distillation des vacances Moodboard_Henry_
Ilea Alezar
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t5719-401-ilea-alezar-adulte
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t5751-ilea-alezar-adulte
Icon : Distillation des vacances G5wu
Taille de l'équipe : 10
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 25 ans
Niveau : 40
Jetons : 3565
Points d'Expériences : 1056
Distillation des vacances G5wu
10
Sinnoh
25 ans
40
3565
1056
pokemon
Distillation des vacances G5wu
10
Sinnoh
25 ans
40
3565
1056
Ilea Alezar
est un Adulte Éducatrice Expérimentée



Distillation des vacances
Tenir de nouveaux des cartes en main face à un adversaire replonge la jeune femme dans une grande quantité de souvenir. Tout cela remonte à déjà quelques années mais en tenant entre ces doigts ces deux petites cartes, c’est comme si la dernière partie remontait à hier. Les réflexes gagnés sur le tas reviennent au galop. Ses yeux scrutent déjà rapidement les mains de son adversaire mais aussi son visage pour y déceler le moindre mouvement anormal. Son visage s’empare d’une expression très inhabituelle pour la rousse, beaucoup plus fermée mais surtout concentrée sur le jeu. Parce que même si la mise n’est pas de l’argent et que la défaite ne signifie pas beaucoup de chose en termes de perte, l’éducatrice n’a pas du tout l’intention de se laisser battre par le barman.

Les cartes sont lancées et la rousse sait d’avance qu’elle va s’amuser. Une si belle main dès le départ cela ne devrait pas être permis, et pourtant. Entre ses doigts se tient une paire de reine. Le trèfle et le pique associé lui donne déjà de bonnes chances de gagner avec cette simple paire relativement haute dans le jeu. Mais à voir les cartes révélées au fur et à mesure des tours pour éventuellement en espérer davantage.

- Je vous suis. Allons pour une gorgée.

Du coin de l’œil, la jeune femme pouvait déjà voir le propriétaire des lieux s’atteler à la préparation de ce mélange qui s’annonce des plus terribles. Malgré la bonne descente de l’éducatrice, elle a déjà entamé sa dose de boisson pour aujourd’hui. Elle ne pourra pas se permettre de trop perdre si elle veut pouvoir rentrer en marchant droit jusqu’à l’hôtel sans alerter Caroline à son retour. Les premières cartes sont posées et la chance semble tourner en sa faveur. Toujours impassible, Ilea découvre un brelan se profiler à l’horizon. De quoi augmenter encore d’un cran ses chances de victoire. Le jeune homme mène les mises et malgré son très beau jeu, la rousse préfère rester prudente.

- Je vous suis toujours.

Henry ne relance pas de très haut mais l’éducatrice voit déjà les verres s’accumuler, espérant secrètement que son jeu suffira à ne pas se prendre ces verres. Le propriétaire écoutant de loin l’enchainement des mises commence à préparer les petits ramequins contenant sa concoction maison. A-t-elle parlé trop vite ?

- Je jouais parce que mon milieu m’y obligeait. Imaginez tous les gosses des familles les plus riches de Sinnoh rassemblés dans une même pièce, devant s’occuper toute la nuit pendant que les parents s’occupent des affaires. Vite, le poker s’impose comme un moyen de passer le temps et de prouver la supériorité de l’une ou l’autre des familles jusque dans la progéniture. Parfois, de l’argent était directement joué. Mais en général, nous préférions l’alcool. C’est peut-être là que j’ai développé une plutôt bonne descente. Mais au final j’ai grandi, et je suis plus raisonnable.

Les cartes continuent d’être abattue sur la table, ne laissant que très peu de doute quant à la victoire de l’éducatrice. A moins que le barman ait une main divine, elle est assurée de l’emportée. Un carré de reine ce n’est pas rien. Mais la rousse préfère rester raisonnable en se concentrant davantage sur la discussion.

- Et puis…quelqu’un m’a aidé à sortir de cet univers qui ne me correspondait pas du tout. Ce n’est pas vraiment moi tout ça, ce n’est plus mon monde depuis longtemps. C’est ironique quand on pense qu’aujourd’hui je déteste cette personne autant que je l’aime.

La fin du jeu arrive, et les cartes doivent être révélées. Le barman appose son jeu. Une simple paire de 4, de quoi presque faire regretter à l’éducatrice de ne pas avoir misé plus au cours des derniers tours. Mais après tout, la prudence ne fait pas de mal et voir le jeune homme s’enfiler 6 gorgées de la terrible mixture qui l’attend est amplement suffisant aux yeux de la jeune femme. D’un geste doux, Ilea dépose sur le comptoir sa paire de reine.

- Un carré pour moi. Pour cette partie je suis la reine, et vous le goutteur il faut croire.

Amusée, Ilea indique au patron de leur faire parvenir l’ensemble des gorgées à destination du perdant de la première manche. Pendant qu’Henry s’attèle à les boire un par un, l’éducatrice reprend la parole.

- Et vous, tout ça, c’est votre monde j’imagine. Un monde que vous aimez et que vous chérissez. Vous avez bien de la chance d’aimer vos racines. Cela rend plus fort j’imagine. Il est difficile parfois de s’envoler sans attache. On risque de ne jamais revenir.

La rousse, le menton entre ses mains, se trouve bien mélancolique ce soir. L’alcool la fait parler d’une drôle de façon. Mais qu’importe, d’autant plus quand Ilea comprend que jouer à ce jeu avec Henry n’était peut-être pas une si bonne idée. Le barman boit l’ensemble des gorgées avec une aisance déconcertante. Comme si tout ça ne lui faisait absolument rien. Sur le même ton, Ilea reprend.

- Je veux bien retenter un tour, mais je n’aurais pas la même descente que vous. Et il n’est pas question que je rentre à l’hôtel en rampant. Je ne veux pas inquiéter Caroline.


©️BBDragon



Alezar Ilea
L'échec n'est qu'une opportunité de recommencer plus intelligemment ~
Henry Reece
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t7409-503-henry-reece-la-liqueur-ne-suffit-plus-termine-adulte
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t7481-henry-reece-aquali
Icon : --
Taille de l'équipe : 10
Région d'origine : Sinnoh Vestigion
Âge : 28 ans
Niveau : 25
Jetons : 1887
Points d'Expériences : 694
--
10
Sinnoh Vestigion
28 ans
25
1887
694
pokemon
--
10
Sinnoh Vestigion
28 ans
25
1887
694
Henry Reece
est un Adulte Barman accompli
Distillation des vacances

Iléa Alézar



Tu finis hélas par perdre cette ronde, peu étonnant avec une main si faible, mais puisque tu tiens bien l’alcool, tu te vois mal refuser ce petit jeu. Tu peux également mieux apprendre ton interlocutrice avec qui tu passes un agréable moment, Iléa est une femme bien agréable à côtoyer et tu regrettes de ne pas avoir pu te satisfaire de sa présence plus souvent. Lorsqu’elle évoque ses connaissances en poker et surtout de quelle manière elle les utilises, tu ris un peu. Bien entendu, c’est logique. Après tout, les familles cherchent toujours a imposer leur domination, qu’importe les moyens ou les domaines, il fut un temps ou le sport était une arme plus violente que les tanks, ça n’a rien de surprenant.

-Il faut crever l’ennuie comme on peut, car il flotte souvent trop aisément sur notre moral.

L’ennui, le plus grand ennemi de l’homme, une âme qui s’ennuie, qui ne se motive pas, quel est son avenir ? Que peut-être entreprendre et réussir ? Rien. Il faut être occuper jusqu’au sommeil, tu es occupé jusqu’au sommeil, et même dans tes rêves, tu n’as pas le temps de te reposer, tu auras tout le temps lorsque tu seras mort et enterré.

Tu ne fais pas de remarques sur cette personne qui l’a sorti du jeu, peut-être qu’il l’a entraîné dans un autre bien plus dangereux et moins amusant ? Compte tenu de son amertume, c’est ce que en déduit en écoutant les derniers mots du propos. L’amour est un sentiment que tu aimerais ne connaître pour personne d’autre que ta sœur. Tu as assez d’une femme à aimer dans ce monde pour te préoccuper de celle qui sera plus tard ta femme.

Tu prends tes gorgées en silence, sans rien dire, toutefois, à la remarque d’Iléa, tu lui glisses un regard noir avant de rétorquer sèchement.

-Dans cette posture, n’oubliez pas que votre survie dépend de la mienne et je suis rarement enclin à sauver les autres.

Tu mélanges le jeu rapidement, pour éviter de créer des comptes et tu distribues les deux cartes avant de brûler la première carte sans la révéler. Un 10 de coeur et un Valet de coeur. Cette main peu promettre des choses bien grandioses.

-Je lance, deux gorgées. Je peux vous proposer ma compagnie pour vous ramener à l’hotel, après tout, nous suivons le même chemin, je ne vois aucune raison de faire bande à part.

Tu retournes ainsi les trois premières cartes du flop, dévoilant un Roi de coeur, un 2 de trèfle et un roi de Pique. Il y avait déjà une paire intéressante, mais qu’importe, tu te dis qu’il faut continuer.

-Je relance, une gorgée.

Puisque tu as ce visage fermé et que tu lances, l’exemple précédent alors que tu n’avais pas une bonne main prouve que tu es juste là pour t’amuser.

-Vous suivez ?

Tu grilles pendant ce temps la seconde carte, portant le total à 3 gorgées, tu révèles la quatrième carte, une Dame de coeur. Tu y es presque, une quint flunch royal, pour autant, aucune réaction.

-Je relance, de deux, tu ajoutes après une maigre pause. Pour vous répondre, vous savez, avoir la famille ne rend pas spécifiquement les choses plus simples. Les Reece ont des règles, des traditions, des coutumes, stricts, qui visent à préserver le groupe au sacrifice de l’individu. Ce que la famille possède, cette, influence importante à Sinnoh, c’est au prix de chacun.

Tu soupires, finissant par griller une clope, il n’y a plus personne dans le bar quasiment et le regard que tu jettes un barman veut tout dire. Tu as la décence de ne pas cracher ta fumée ou que ce soit.

-Le bonheur, personne ne connaît réellement ça chez nous, aucun mariage ne témoigne d’amour sincère, je ne ferai pas exception à la règle. Je ne sais même pas comment gérer l’exception à la règle. Vous feriez quoi, si un membre proche de votre famille bafouait toutes les règles de votre famille, quitte à la mettre en danger au nom de l’amour ?

Pendant ce temps tu brûles une carte pour déposer la dernière, dévoilant l’as de coeur, la meilleure sortie est entre tes mains.

-Je vais relancer de deux, le chiffre sept porte-bonheur au contraire du six.

Tu observes Iléa, jetant un œil à tes cartes, puis lorsque le tour est terminé, tu révèles la quint flunch royale, un maigre rictus au bord des lèvres.

-J’ai toujours trouvé que le brelan de six ne pouvait survivre sans celui de sept, et inversement. Leur somme forme le chiffre le plus redouté du monde, celui qui nourrit le plus de peur parmi les gens. Je trouve cela formidable.

Tu avances ce grand verre à la couleur immonde. Le goût n’est pas meilleur, tu as la gorge quelque peu irrité, il faut l’avouer, le café au miel te fait déjà envie pour prévenir une trop grosse inflammation.

-A votre santé, Iléa.



© BBDragon


Henry fume en C0756B


Merci Ida pour le Mood Board :

Distillation des vacances Moodboard_Henry_
Ilea Alezar
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t5719-401-ilea-alezar-adulte
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t5751-ilea-alezar-adulte
Icon : Distillation des vacances G5wu
Taille de l'équipe : 10
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 25 ans
Niveau : 40
Jetons : 3565
Points d'Expériences : 1056
Distillation des vacances G5wu
10
Sinnoh
25 ans
40
3565
1056
pokemon
Distillation des vacances G5wu
10
Sinnoh
25 ans
40
3565
1056
Ilea Alezar
est un Adulte Éducatrice Expérimentée



Distillation des vacances
La première manche a certes été remportée par Ilea, mais cela n’annonce pas pour autant une victoire. Là où sa très bonne résistance à l’alcool pouvait suffire à rivaliser dans les soirées de jeunes adultes à Sinnoh, ici c’est une autre paire de manche. Il est évident qu’Henry baigne dans l’alcool depuis sa plus tendre enfance, particulièrement lorsque l’on sait qu’il est un Reece, famille réputée pour ses créations extrêmement vendues à travers Sinnoh et plus généralement à l’internationalement, imposant une sacrée réputation à leur famille. Pourtant, les Alezar n’ont jamais trop cherché à marchander avec eux, et ce malgré leur influence. La raison n’est pas bien difficile à deviner mais cela n’a pas empêché des contacts de temps en temps, à certaines très grandes soirées où toutes les familles se retrouvaient pour parler affaire. Cependant, il a bien fallu attendre son émancipation pour rencontrer l’un des héritiers de cet empire.

La partie reprend et bien vite, Ilea comprend qu’elle risque d’être battue. Une maigre paire se détache mais rien de plus, et l’assurance bien que dissimuler du barman laisse présager le pire quant à son gosier dans les prochaines minutes. Malgré tout, l’éducatrice ne cède pas et continue de le suivre dans ses relances, sans jamais augmenter. Bien qu’elle aurait pu se coucher immédiatement face à une main si faible, elle a préféré suivre, sans trop vraiment savoir pourquoi. L’appât du jeu, l’adrénaline des parties de poker où tout peut se passer, ou simplement l’ennui et la détresse inexpliquée, calmée ne serait-ce qu’un peu par l’excitation du jeu. Probablement un peu de tout ça. Malgré sa défaite imminente, cela n’empêche pas la rousse de faire la conversation « J’apprécie la proposition ». La jeune femme se sent encore en pleine possession de ses moyens et rentrer à l’hôtel ne devrait en soit pas poser de problème si elle pense à bien boire pour éviter la gueule de bois. L’idée de croiser un élève alors qu’elle ne serait pas en état la hante encore, bien qu’elle s’éloigne petit à petit de son esprit à mesure que le temps s’écoule en compagnie d’Henry. Alors qu’il continue de relancer, il évoque son contexte familial spécifique, un contexte qu’elle comprend plus que bien « Je le sais bien. La famille au détriment de l’individu est un mantra que je connais bien aussi mais que j’ai décidé de fuir »

Des traditions dans lesquelles elle était enfermée et dont elle n’aurait jamais pu s’émancipant autrement qu’en coupant définitivement les ponts avec les Alezar. Un choix encore douloureux en y repensant mais qui lui a ouvert les portes d’une autre vie, pour le pire mais aussi le meilleur. « Si cette personne est persuadée d’avoir trouvé son âme sœur, celle qui sera à ses côtés jusqu’à la fin, alors je ne pourrais que respecter son choix. » Ce qu’évoque Henry est aussi très familier aux oreilles d’Ilea. Avant son départ, ses parents avaient déjà trouvé pour elle plusieurs maris potentiels. Plusieurs hommes qui seraient capable de subvenir à ses besoins toute sa vie mais surtout de faire honneur à la famille Alezar. Mais jamais aucun qui n’aurait été capable de l’aimer pour qui elle est « Fut une époque, moi aussi j’ai choisi l’amour contre l’avis général. Enfin c’est ce que j’ai voulu faire… » Elle aurait fait n’importe quoi pour lui. Partir à l’autre bout du monde, vivre une vie de vagabonde à travers les terres et les mers, elle l’aurait fait. Tout ça elle l’aurait fait. Si seulement il lui avait laissé le choix « Enfin bon, j’imagine que dans votre cas la question est un peu différente, avec plus d’enjeu ». Tous les sinnohites des grandes familles savent bien que les Reece ne sont pas uniquement des fabricants d’alcool. Tout un tas de rumeur circule à leur sujet. Des plus simples au plus sordides, sans jamais qu’aucune ne trouve un quelconque aboutissement aux yeux des forces de l’ordre.

Ce qui devait arriver arriva et Ilea du s’incliner face à une main contre laquelle elle n’aurait rien pu faire « Félicitations, je suis forcée de m’incliner ». Les cartes redonnées au barman, la jeune femme récupère ce verre d’une couleur dérangeante en face d’elle, admirant quelques instants sa robe, enfin si on peut vraiment appeler ça une robe. Le petit verre entre les mains, elle le lève avant de s’exprimer « A ma santé ». Elle absorbe les gorgées une à une, réprimant avec une très grande difficulté son expression du visage, trahissant tout ce qu’elle pense de cet affreux breuvage sans aucune saveur, tout juste bon à mettre en feu la gorge des plus aguerris. Le verre reposé sur le comptoir, la rousse renfile sa veste et se lève, tant que l’alcool n’agit pas encore « Je vous remercie pour cette soirée Henry mais je vais me retirer. Restons sur cette égalité, du moins pour l’instant ». Après avoir réglé auprès du gérant de l’établissement, l’éducatrice s’approche de la porte mais avant de quitter le bar, une pensée s’insinue dans son esprit, vivace. Elle pourrait. Elle pourrait le faire. Mais que penseraient les autres s’ils l’apprenaient ? Que penserait son entourage en le sachant ?

Mais pour une fois, Ilea veut penser à elle. Et rien qu’à elle.

Elle se retourne alors vers le jeune homme avant de lui murmurer « Mais cette soirée peut se poursuivre dans d’autres lieux si vous le désirez ». Les mots s’échappant de ses lèvres viennent se briser contre les murs bois de l’établissement juste avant que l’éducatrice ne quitte le bar. Ses pas s’enchainent, encore à peu près droit, bientôt rejoint par d’autres, laissant s’afficher un léger sourire sur ses lèvres.  

HRP :
RP terminé o/


©️BBDragon



Alezar Ilea
L'échec n'est qu'une opportunité de recommencer plus intelligemment ~
Henry Reece
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t7409-503-henry-reece-la-liqueur-ne-suffit-plus-termine-adulte
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t7481-henry-reece-aquali
Icon : --
Taille de l'équipe : 10
Région d'origine : Sinnoh Vestigion
Âge : 28 ans
Niveau : 25
Jetons : 1887
Points d'Expériences : 694
--
10
Sinnoh Vestigion
28 ans
25
1887
694
pokemon
--
10
Sinnoh Vestigion
28 ans
25
1887
694
Henry Reece
est un Adulte Barman accompli
Distillation des vacances

Iléa Alézar



Tu laisses les mots d’Iléa couler comme cette liqueur au fond de la gorge, tu t’opposes à un certain point de vue, les Alézar sont aussi une famille avec beaucoup d’enjeux, ont-ils ce sens du sacrifice ? Tu en doutes d’une certaine manière ou peut-être as-tu en face de toi la dissidente du groupe ? Une Edward-Bis ? Cette pensée t’arraches un rictus, surtout à la mention de sa réaction. Peut-être que tu aimerais être heureux pour ton cousin, mais tu ne peux être heureux d’un bonheur qui te semble totalement inaccessible, tu ne vas même pas te marier par attache, par bonheur. Le bruit court sur ton mariage, mais tu en doutes pour l’instant, ton père à seulement mentionner « il serait temps pour toi de te marier ». Tu n’as pas hâte, ô ça non. Renoncer aux bras de ta sœur au profit d’une famille, voilà qui t’embête.

-Les aléas de chacun ont empêchés cette escapade ?

Une question sur un ton plus doux, tu sais le terrain miné. Le sujet sera abrégé, tu ne peux pas réellement lui en vouloir, chacun ses peines, chacun ses verrous.

La partie va bon train, les mises avances, si elle n’ose relancer par bluff, tu sais qu’elle doute de sa main, peut-être que cette fois, elle va boire avec dignité son verre. Aucun de vous deux n’oseras se coucher, la fierté de chacun, l’attrait du jeu, l’adrénaline qui parcours le corps, comment s’y refuse ? C’est impossible, tout simplement. C’est dans ces moments que tu es pleinement satisfait de ce qui t’arrive, l’instant présent et rien d’autre.

Les cartes se révèlent enfin et tu constates ta revanche avec un certain air satisfait, cette victoire à un goût des plus délicieux après les remarques insolentes de l’éducatrice. Ton regard ne se décolle pas de son visage, le mouvement de ses lèvres à chaque gorgée, cette mine crispée, un peu dégoûtée, elle ne prend aucun plaisir à boire, quoi de plus normal quand, c’est une aberration, un odieux mélange de ce qu’il y a de pire.

-Il est bon de voir Ô combien vous dégustez ce breuvage don je me suis assuré le délice en bouche ma « Reine ».

Chacun trouve son compte à l’ironie accordée, tu finis ton verre d’un cul sec avant de déposer quelques jetons sur le bar. Le pour-boire, quelque chose que tant de gens ne comprennent pas, le service de la main à la main nécessite cette redevance, c’est un geste d’estime et de reconnaissance. On offre son pour-boire au barman, au coiffeur, au barbier, au boucher, à son primeur, tous ces gens qui offrent des services du quotidien, peut excessifs. Ils ne sont pas la majorité, face à l’ingratitude des vendeurs du prêt-à-porter, dans les grandes enseignes, les grands artisans, qui gagnent parfaitement leur vie indépendamment de la venue d’un tiers. Les mentalités ont évoluées avec la consommation de masse, on ne sait plus remercier les petites-gens pour leurs services spécifiques, ils ne savent plus fidéliser la clientèle, c’est d’une tristesse.

-Je vous invite à remettre en jeu une troisième manche à votre plaisir, cela ne fera que décupler le mien. Je vous souhaite une bonne nuit Iléa.

Tu l’observes s’en aller avant de remettre la main sur ton manteau que tu enfiles lentement, tu comptes marcher un peu, le temps pour toi de faire partir le goût immonde de ce verre qui te reste au fond de la gorge.

Il y a un bref silence après ces quelques mots, fugaces, comme une mélodie d’Orphée à sa muse. Tu hausses les épaules en vissant ta casquette sur le crane. Pourquoi pas. Tu fais rentrer tes pokémons, Gorgô n’a pas à savoir où vous allez.

Tu rejoins alors la jeune femme dans la rue qui s’avançait déjà vers votre nouvelle destination. Tu peux enfin sortir une cigarette et la griller avec un grand plaisir. Tu réprimandes un rictus satisfait, mais apprécie la surprise. Les coups de poker t’ont manqués.

-Il est d’un intérêt commun de savoir que nous jouons à huit clos n’est-ce pas ?

HRP :
Fin du rp - A suivre ~



© BBDragon




Henry fume en C0756B


Merci Ida pour le Mood Board :

Distillation des vacances Moodboard_Henry_
pokemon
Contenu sponsorisé
est un
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum