Connexion
Pokemon Community :: Archives :: Les Archives :: Année 7 :: Le village de montagne

Pokemon Community

Tu abandonnerais ce pauvre locataire démuni à son déménagement, en « empruntant » sa camionnette en plus… ? Je ne te pensais pas voleur, Josh.
en savoir plus ?
Cha-charmant… normalement c’est en mission avec Josh que je frôle la mort, pas en rentrant chez les Phyllalis.
en savoir plus ?
Je vais chuter, encore, et ça sera long, et ça sera douloureux, et t'auras pas envie d'être là. Parce que toi, tu as Aoi mais moi j'ai quoi maintenant que Maya est partie, dis-moi ?
en savoir plus ?
Ce n'est pas le parc que je souhaite anéantir...
en savoir plus ?
Mademoiselle Alézar, Pecheresse Caroline ! Où êtes-vous ?
en savoir plus ?
La triche sera permise évidemment.
en savoir plus ?
Q…. Quéééééééééééééé ?!
en savoir plus ?
Le Deal du moment : -40%
-40% sur Nike React Infinity Run Flyknit 2
Voir le deal
95.97 €

Henry Reece
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t7409-503-henry-reece-la-liqueur-ne-suffit-plus-termine-adulte
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t7481-henry-reece-aquali
Icon : --
Taille de l'équipe : 10
Région d'origine : Sinnoh Vestigion
Âge : 28 ans
Niveau : 25
Jetons : 1587
Points d'Expériences : 683
--
10
Sinnoh Vestigion
28 ans
25
1587
683
pokemon
--
10
Sinnoh Vestigion
28 ans
25
1587
683
Henry Reece
est un Adulte Barman accompli


Vacances charbonneuses

Elizabeth Reece


Il fait encore froid lorsque tu fous les pieds dehors, le premier ferry arrive à cinq heures et demie, c’est celui par lequel ta sœur arrive. Une clope au bec, tu avances, le pas nonchalant dans ton long manteau, la fumée de ton soufflé mélangé à celui de la cigarette. Le temps est indécis, tu ne saurais pas réellement dire de quoi est composé le ciel, nuages, étoiles ? Ce qui est certain, c’est que la lune est absente. À tes côtés, vole Gorjo, la Bleuseille coasse, signalant à tout le monde qu’elle domine les airs. Tomyris, ta jeune pouline est égaiement présente, tu espères parvenir à la faire évoluer bientôt, car la marche ne te sied guère par ce temps. Les joies de profiter des paysages à cheval sont plus séduisantes que fouler le plancher des vaches.

Il n’y a pas foule, c’est certain, c’est pour cela que tu aimes tant les heures sombres du matin, à celles où les plus tardifs s’endorment et les insomniaques se réveillent, les coeurs se croisent, fatigués de peines similaires aux rythmes opposés. Le port est vide, peu accueillant, quelques dockers tendent à décharger quelques navires, des provisions, des contrôles de douane pour éviter les abus. Avec la présence de deux écoles à proximité, quoi de plus naturel pour vous de constater l’import massif de marchandises, l’île ne peut pas forcément satisfaire la vague immense de visiteurs en plus des écoliers. Les premiers marins sont présents, ils préparent leurs navires pour partir en mer et s’abandonner aux caprices des dieux marins, la pêche sera-t-elle fertile ? La taverne donnera une réponse appropriée s’ils chantent en coeur leur joie.

Au bord du ponton, enfin, l’un d’entre eux, tu dégaines une clope, sûrement la troisième déjà, peut-être la cinquième ? Qui peut tenter de compter, tu as toi-même abandonné ce projet saugrenu depuis des années. Tout ce que tu sais de ces clopes, c’est qu’elles sont à la fois toute uniques et similaires et pourtant tu profites autant d’elles que tu te gâches le plaisir de les consommer par des pensées futiles ou trop préoccupantes.

Si seulement Frimapic s’était mieux déroulé ? Tu ne sais pas. Le visage d’Abygaëlle revient, cette gamine qui doit comprendre sa place, peut-être es-tu entrain de construire ton propre trône après des années à te faire une place ? Au loin, le navire arrive, un rictus passe tes lèvres. Comme le fer et les aimants, vous vous attirez, tu te demandes comment ta sœur réagira à la présence colossale d’enfants dans l’hôtel. Dois-tu lui fais la surprise ? L’idée de découvrir son visage horrifié qui lentement glisse à la colère te fait envie. Tu es un frère sadique Henry, tu le sais ?

Quelques minutes plus tard, les premiers passagers se fraient un chemin jusqu’à l’entrée du ponton que tu as rejoins, assis sur un banc. Les douaniers effectuent quelques contrôles routine, mais ta sœur passe au travers sans trop de difficultés. Tu écrases ta cigarette sous ta semelle avant de ranger le mégot dans une petite boîte prévu à cet effet. Gorjo ,connaissant bien ta sœur vient doucement se poser sur avant bras pour loger sa tête au creux de son cou. De toute façon, Gorjo impose souvent sa volonté, comme une reine, comme les Reece.

-Elle s’en veux probablement encore pour la réception au château.

Tu tends une cigarette à ta sœur, laissant la flamme rouge de ton briquet donner vie à cette vie éphémère. Tu te diriges vers le village, le pas lent, laissant Germain porter la valise, brave petit bonhomme, Attila sera heureux de revoir le Pandespiègle.

-J’t’offre le café, forcément. Tu as fais bonne route, avec le trajet de nuit, tu as pu t’éviter la plèbe pendant ton insomnie ?

Tu avais brièvement abordé par mail pour ta sœur Frimapic, mais n’abordant pas le sujet plus que le nécessaire familial l’a imposé, tu sais que Lizzie ne lancera pas cette conversation épineuse tant que tu ne la lanceras pas toi-même.

-Comment se sont déroulées tes missions d’horlogère, tu étais avec une élève non paraît-il ?



© BBDragon


HRP :
Henry Blablabla Elizabeth
Eclosion Otaquin


Henry fume en C0756B


Merci Ida pour le Mood Board :

Vacances charbonneuses [Henry / Elizabeth] Moodboard_Henry_
Elizabeth Reece
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t7624-521-duo-reforme-reece-au-complet-elizabeth-reece-adulte
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t7643-elizabeth-reece-adulte#77881
Icon : Vacances charbonneuses [Henry / Elizabeth] U7ul
Taille de l'équipe : 3
Région d'origine : Sinnoh - Vestigion
Âge : 28
Niveau : 10
Jetons : 1000
Points d'Expériences : 177
Vacances charbonneuses [Henry / Elizabeth] U7ul
3
Sinnoh - Vestigion
28
10
1000
177
pokemon
Vacances charbonneuses [Henry / Elizabeth] U7ul
3
Sinnoh - Vestigion
28
10
1000
177
Elizabeth Reece
est un Adulte Vendeuse de minutes

Vacances charbonneuses.

@tag
notes
LAccoudée à une des rambardes du pont, tu savoures les yeux fermés la bruine qui humidifie ton visage. Enfin tu prends des vacances, tu pars loin de l'horlogerie, loin des problèmes, loin de tout ton quotidien qui te sort par les yeux dernièrement. C'est au moment où tu as eu envie de tout envoyé balader qu'Henry a prononcé ces mots magiques : on part. Depuis tu ne pensais qu'à ça, à vos matinées à jouer aux échecs, à vos mojitos devant les montagnes, à vos moments à vous et à ces moments à toi. Ces dernières semaines ont été catastrophiques, sur ta santé et sur ton moral. Ton corps te fait souffrir comme si tu t'étais jetée sous un rouleau compresseur et ta tête ressasse inlassablement de vieilles images, comme si la bobine d'un mauvais film tournait en boucle. Seul Bartolomé affronte avec toi ces heures froides de l'aube couplées à l'air glacé que charge l'océan. Le Skelenox flotte au-dessus de toi, savourant ce grand espace qui s'ouvre à lui et tu le sens rêveur. Resserrant ton manteau autour de toi, tu entends que tout le monde se réveille peu à  peu, vous ne devez pas être bien loin de votre destination : Gratia.
Les yeux collés et les traits fatigués des voyageurs errent comme des morts-vivants sur le pont, chacun cherchant sa moitié, son enfant, ses affaires. Tu jettes un coup d’œil à ta valise à tes pieds, tu n'as pas emmené grand-chose, quelques petites bricoles à retoucher et le strict nécessaire pour quelques jours. Tu regardes d'un œil distrait ce joyeux bordel de cerveaux à demi réveillés, les pensées tournées vers les dernières nouvelles que tu as eues de ton frère. Tu n'as pas vraiment eu le temps de te pencher là-dessus et de toute façon il est resté très évasif dessus... Tu as survolé son mail alors que tu étais occupée avec la petite Hakiba à vous battre pour pouvoir remonter une collection entière d'horloges. Son mail se finissait par son invitation à l'accompagner se détendre quelques jours et devant cette montagne de spectres qui s'acharnait à détruire ton travail, ces mots ont sonné comme une bénédiction.

A l'arrivée au port, tu laisses la première moitié des voyageurs descendre, te faufilant au milieu d'une deuxième masse pour soigneusement éviter la douane. Ce n'est pas comme si dans ta valise il y avait un peu de poudre explosive et de quoi bidouiller les quelques armes cachées entre deux culottes. Tu laisses Germain sortir de sa Pokéball pour t'aider à porter ta valise avant de te glisser entre deux hommes larges d'épaule te permettant d'apercevoir enfin ton jumeau vers qui tu t'avances d'un pas assuré. Juchée sur une paire de talon, ton manteau volant derrière, tu réajustes le béret qui te coiffe quand Gorjo vient doucement te chatouiller de ses plumes faisant fuir Bartolomé un peu plus loin. Il a encore cette image de la Bleuseille évoluant lors de votre passage au château.
Tu enlaces ton frère d'une étreinte sincère, serrant de tes mains gantées ce corps que tu connais par cœur avant d'accepter gracieusement la cigarette qu'il te tend.

- J'aime les voyages en bateau surtout quand personne ne se sent obligé de venir discuter avec une demoiselle seule sur le pont pour lui conter comme le paysage est beau. Je suis contente de te voir.

Tu attrapes le bras de ton frère, te laissant guider vers le village où tu vas pouvoir te reposer quelques temps. Le soleil se lève à peine et donne une atmosphère apaisante à l'endroit. Quelques rayons balayent le port d'où la fumée s'élève des docks. C'est une ambiance que tu chéris, il y a un côté industriel et mécanique où tu te sens à l'aise. Tu souffles doucement à la suite de la question d'Henry, est-ce que tu as vraiment envie de raconter cet enfer dans le manoir de Pendeluum ?

- C'était... rocambolesque disons mais oui j'ai travaillé avec une petite de l'Académie. Surprenante. Elle portait un masque, pauvre gosse, elle avait les poumons fragiles – tu ris doucement –  les miens doivent être dans le même état avec autant de goudron à l'intérieur et ne parlons même pas des tiens.

Tu jettes un petit coup de coude dans les côtes de ton frère, lâchant son bras pour venir marcher quelques pas devant lui, te retournant pour lui faire face tout en continuant ton chemin. La fatigue sur son visage te plonge un pieu dans le cœur, ses yeux déjà si sombre sont cerclés d'un bleu violacé trahissant ses nuits courtes et surtout son inquiétude. Tu n'évoqueras pas le mail, ni l'histoire ce Frimapic alors affichant un sourire franc sur tes lèvres, tu lui lances d'un ton enjoué.

- Bien, le cadavre, on va essayer de te redonner vie pendant ces quelques jours. Tu fais presque concurrence à Wulfthryth avec ce teint.

Tu aperçois enfin le village encore inanimé à cette heure -là. Tu aperçois quelques âmes errantes qui se traînent au loin, hommes de l'ombre s'activant à donner vie à ce petit monde, huilant tous les rouages de la même horloge pour que les vacanciers puissent se réveiller tranquille. Tu pointes du doigt le premier café que tu vois, celui-ci offrant une vue agréable sur les montagnes.

- Arrêtons-nous là, c'est parfait.

Tu tires une chaise en terrasse avant de t'y installer avant d'aider Germain à grimper sur la sienne. Le serveur pas très frais à l'air de payer très cher sa soirée de la veille et sa voix lorsqu'il prend votre commande est fébrile.

- Un double expresso, bien serré et un verre de lait s'il vous plaît.

Tu sens les yeux de Germain s'illuminer. Laissant un court silence une fois le jeune parti, tu attrapes une clope dans ton sac, jetant négligemment le paquet sur la table.

- Bien, alors, raconte-moi un peu ? Tu as prévu quelque chose pour ces prochains jours ou je te kidnappe pour te foutre la misère aux échecs et te laminer au lancé de couteau ?


Moodboard - merci Ida ~ :

Vacances charbonneuses [Henry / Elizabeth] 0bcf
Henry Reece
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t7409-503-henry-reece-la-liqueur-ne-suffit-plus-termine-adulte
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t7481-henry-reece-aquali
Icon : --
Taille de l'équipe : 10
Région d'origine : Sinnoh Vestigion
Âge : 28 ans
Niveau : 25
Jetons : 1587
Points d'Expériences : 683
--
10
Sinnoh Vestigion
28 ans
25
1587
683
pokemon
--
10
Sinnoh Vestigion
28 ans
25
1587
683
Henry Reece
est un Adulte Barman accompli


Vacances charbonneuses  

Elizabeth Reece


Le moins, qu’on puisse dire, c’est que ta sœur à la forme. Vous êtes des animaux nocturnes, c’est la nuit que vous êtes le plus actif entre vous. Un sourire aux lèvres, tu savoures cette tendre étreinte avec ta sœur. Bien vite, vous repartez vers le village, ton bras autour du sien.

-C’est un plaisir de te voir également Elizabeth.

Vos talons respectifs claquent la route pavée, chacun racontant son voyage, enfin, tu écoutes surtout celui de ta sœur, le tien fut d’une certaine longueur, il suffit d’imager les familles, nombreuses, les élèves en retard, l’excitation général, ce qui nuit à ton calme.

Tu esquisses un sourire à la mention de sa mission d’horlogère, vous avez tous deux eu des semaines bien… Remplies, c’est le moins qu’on puisse dire. Tu repenses à l’enfer de Frimapic et cette situation désagréable à gérer, tu préfères chasser cette histoire quelques jours, le temps de retrouver une certaine « paix » intérieur. Toutefois, la mention sur les poumons te fait rire, brièvement, tu hausses les épaules à la remarques de ta sœur.

-Je pensais investir dans la bourse autoroutière, on pourrait faire une belle autoroute goudronnées avec nos poumons à notre décès. Un joli pactole avec les péages. Les problèmes de santé se banalisent, ou ce sont les enfants de l’académie qui sont tous handicapés ? Tu soupires. Tu verras, c’est très animé à l’hôtel.

Tu sens tes côtes douloureuses, car ta sœur n’en reste pas moins une Reece, et vous savez toujours où frapper, même doucement, pour couper la respiration par exemple. Tu protèges trop ta sœur, tu le sais, mais tu as cette désagréable sensation de pouvoir la perdre, à chaque instant. Elle est autant capable que toi, si ce n’est même plus. Vous êtes amenés à devenir les chefs de la nouvelle génération des Reece.

Cette joie de vivre qu’elle a est un baume au coeur, elle panse les blessures de ton âme. Elle a gardé ce côté plus.. libre, ses sentiments s’expriment encore à ta différence. Peut-être qu’un jour, toi aussi tu retrouveras ce sourire qui borde tes lèvres sur les veilles photos de famille.

-Tu veux me refaire prendre du teint ? Alors que ça fais des années que je travail mon physique pour le rôle du grand méchant vampire au cinéma ?

Tu entres dans le jeu, à quoi bon être rabat-joie pendant vos vacances ? Ça n’amène à rien et c’est l’occasion pour vous de vous rapprocher un peu plus que de coutume. Vos emplois du temps sont bien chargés pour vous autoriser du temps ensemble. Les loisirs sont devenus secondaires dans votre vie.

Installés au café que désigne ta sœur, tu déposes ta casquette et tes gants sur la table, avisant le teint pâle et les cernes de ta sœur. Le serveur est au bout de sa vie, le pauvre, ça te rappel quelques lendemains de missions difficiles.

-Un double expresso et trois jus de baies s’il vous plait

Tu n’as pas prit de quoi boire, les jus de baies maisons sont devenue une habitude dans ton petit groupe et tu comptes bien laisser tes pokémons boire un peu. Logiquement, Gratia est une terre encrée dans ses traditions, tu penses trouver ici de délicieuses saveurs et des artisans passionnés.

La question de ta sœur, bienvenue, te sors des pensées dans lesquelles tu t’enfonces. Tu sors une autre clope que tu tends à ta sœur avant de commencer à fumer sa jumelle.

-Nous aurons tout le temps de passer nos soirées à jouer au poker, aux échecs, critiquer la plèbe qui se confond dans sa médiocrité, comme toujours. Je pense qu’on trouvera ici de quoi améliorer les savoirs ancestraux de la famille. Tu soupires longuement, un rictus aux lèvres. Si j’ai fini à Adala, c’est bien pour enclencher les projets glorieux pour la famille Reece, Sinnoh, n’était qu’une étape pour la famille, ce qui compte, c’est le monde.

Tu avises le regard de ta sœur. Le monde, rien que ça, dominer le marché, proposer des alcools délicieux, des grands crus qui marqueront chaque année l’histoire comme les marques pages du code civil d’un étudiant de droit en stress. Tu ne veux pas que ton prénom et celui de ta sœur tombe dans l’oublie, c’est bien pour ça que tu comptes marquer au fer chaud ton époque.

-Nous allons dominer le monde, que ce soit légalement ou non, nul besoin d’être suzerain d’un pays, les vrais empereurs se reconnaissent à leurs actes. Le pouvoir n’est pas inné, il tire sa légitimité de son utilisation.

C’est peut-être la première fois que tu parles ouvertement de projets de grande envergure à ta sœur, alors que vos commandes arrivent, tu laisses tes pokémons boire un peu de jus de baie.

-Avant la fin de l’année prochaine, nous serons maîtres de la famille. L’idée t’enchante ?



© BBDragon



Henry fume en C0756B


Merci Ida pour le Mood Board :

Vacances charbonneuses [Henry / Elizabeth] Moodboard_Henry_
Elizabeth Reece
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t7624-521-duo-reforme-reece-au-complet-elizabeth-reece-adulte
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t7643-elizabeth-reece-adulte#77881
Icon : Vacances charbonneuses [Henry / Elizabeth] U7ul
Taille de l'équipe : 3
Région d'origine : Sinnoh - Vestigion
Âge : 28
Niveau : 10
Jetons : 1000
Points d'Expériences : 177
Vacances charbonneuses [Henry / Elizabeth] U7ul
3
Sinnoh - Vestigion
28
10
1000
177
pokemon
Vacances charbonneuses [Henry / Elizabeth] U7ul
3
Sinnoh - Vestigion
28
10
1000
177
Elizabeth Reece
est un Adulte Vendeuse de minutes

Vacances charbonneuses.

@tag
notes
LTon regard violacé se plonge dans le bleu turquoise de celui de ton frère. Rencontre de deux glaçons. Tu croises tes jambes sous la table, laissant aller ton dos contre le dossier de ta chaise. Enchantée c'est le mot même si tu restes toujours aussi septique. Tu aimerais déjà être maître de toi-même avant de penser au monde mais la famille n'attendra pas que tu ais fini de dealer avec tes propres démons. Tu ne mens pas vraiment en répondant par l'affirmative à Henry, tu occultes simplement que ton état intérieur est un vrai chaos, traversé par un ouragan d'émotions contradictoires de joie, d'angoisse, d'euphorie et de lassitude.

- Évidemment et j'ai hâte de nous voir siéger au bout de cette longue table dans le salon. Imagine notre portait deux minutes. Il sera grandiose.

Tu accueilles avec reconnaissance le café chaud que dépose le serveur devant toi. Tu retires tes gants avant d'enrouler tes doigts autour de la tasse. Tes mains sont d'un blanc immaculé, tes veines traçant leur chemin bleuté jusqu'à tes phalanges. Tu sais Henry pressé de prendre sa place de chef, de faire ses preuves mais tu sais aussi qu'il est beaucoup plus actif que toi dans son avancée. Tu as l'impression de faire un pas quand lui en fait trois. Peut-être parce que vos chemins, même si elles mènent au même endroit rencontrent des obstacles différents ?
Tu laisses la chaleur de ton breuvage brûler ton œsophage avant de tirer une nouvelle bouffée de ta cigarette.

- Tout avance si doucement de mon côté Henry, je ne veux pas que tu penses que je tire au flan. C'est si compliqué de cacher mon activité à mon patron. Déjà le fait d'avoir un patron, même si c'est quelqu'un que j'estime beaucoup m'emmerde grandement. Rien d'impossible quand on s'appelle Reece mais tout ça me demande beaucoup d'organisation. Le plus compliqué en ce moment est de me fournir en pièce, c'est un vrai merdier.

Tu te dis que ces quelques jours vont te permettre de lui parler de tes angoisses comme toi tu aimerais qu'il te livre les siennes. Ce que tu redoutes le plus est de finir Tantine, rien que l'idée te donne des nausées, même si la tienne a fait des miracles et que tu lui portes un amour inconditionnel, ça ne change rien au fait que t'aimerais faire autre chose de ta vie et que tu aimerais un jour trouver quelqu'un.
Ton regard se perd quelques secondes dans l'immensité des montagnes, le soleil commence timidement à réchauffer l'atmosphère de ses rayons encore fébriles. Tu chéris ce moment et te rappelant de ce qui se trouve dans ton sac tu fais signe à Germain de te passer ce dernier. Tu sors un petit appareil photo jetable, acheté pour l'occasion avant d'immortaliser ton frère et sa face de croque-mort au milieu de ce paysage tranquille.

- Pour nos premières vacances ensemble depuis une éternité, il fallait bien que je garde quelques souvenirs.

Tu aimerais pouvoir discuter avec lui de votre famille, tu aimerais planifier un voyage là-bas, revoir Père et Mère mais tu sais aussi que tout ça n'est clairement pas votre priorité. Ce qui te tracasse sur le moment c'est Frimapic, les questions te brûlent les lèvres.
Tu baisses le regard sur la table tout en posant ta tasse maintenant vide. Tu sors une nouvelle cigarette de ton paquet et tu penses à la cartouche qui dort dans ta valise. Il fallait bien prévoir en conséquence. Tu attrapes doucement la main de ton frère de la tienne encore vide, le teint de l'un se mélangeant parfaitement à celui de l'autre, tu enfiles à nouveau tes gants.

- J'aimerais pouvoir prendre une douche décente et poser mes affaires, aurais-tu l’obligeance de nous conduire à nos appartements mon très cher frère ?

Alors que tu te lèves, tu poses sur lui un regard entendu.

- Même avec cette mine affreuse tu restes beau, pour un mort.

Tu te sens reconnectée à ton jumeau et à ton âme d'enfant, tu as les pensées sombres mais le cœur à rire. Qu'il serait bon de l'entendre s'esclaffer, d'un rire puissant et vrai, tu comptes t'y atteler dès maintenant


Moodboard - merci Ida ~ :

Vacances charbonneuses [Henry / Elizabeth] 0bcf
Henry Reece
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t7409-503-henry-reece-la-liqueur-ne-suffit-plus-termine-adulte
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t7481-henry-reece-aquali
Icon : --
Taille de l'équipe : 10
Région d'origine : Sinnoh Vestigion
Âge : 28 ans
Niveau : 25
Jetons : 1587
Points d'Expériences : 683
--
10
Sinnoh Vestigion
28 ans
25
1587
683
pokemon
--
10
Sinnoh Vestigion
28 ans
25
1587
683
Henry Reece
est un Adulte Barman accompli


Vacances charbonneuses  

Elizabeth Reece


Le café brûlant qui borde tes lèvres gelée te fait du bien, de quoi te réveiller un peu plus encore. Tu passes une main sur ton visage ne laissant tes pokémons boire un peu. Il n’y a personne à cette terrasse, vous voilà seuls, entre vous, c’est rare de pouvoir profiter d’un moment d’intimité, tu espères pouvoir profiter d’un peu de répit avec de commencer le boulot de recherche sur l’île. Tu as un sourire à le mention du portrait.

-Il rendra jaloux ceux de nos illustres ancêtres qui portèrent à bout de bras cette famille. Mais c’est notre génération qui marquera le plus.

Tu laisses ta sœur parler du boulot, tu comprends bien, tu n’as pas eu beaucoup de facilité à ton arrivée, même avec un collègue de la famille, un lointain collaborateur, tu n’avais aucune liberté, alors à son propos cela doit être une horreur. Le temps viendra où elle aura son propre atelier, tu espères que ce moment arrive, mais l’immobilier, une clientèle assez conséquente pour blanchir l’argent, c’est difficile. Peut-être que l’horloger devra être mis dans les magouilles de force et l’entraîner dans le cercle. À voir, la question est encore lointaine.

-Je sais que tu travailles dur, Edward est également bridé dans ses projets, il peine à monter en grade, le but ce n’est pas le temps d’y arriver, mais que le chemin soit absolument niquel. Dès que The Vestal forgiveness sera arrivé à son point culminant, nous n’auront aucun problème de locaux.

L’épaisse fumée de ta cigarette vient embrasser celle de ta sœur et s’y mêler, une union goudronneuse qui s’élève vers le ciel. Arceus vous a banni du paradis, les Reece n’ont leur place que dans les abysses du néant de Giratina. Qu’à cela ne tienne, dans le monde distordu, tu continueras à prospérer. La mort n’arrêter pas la cohésion. Devant l’appareil photo de ta sœur tu hausses un sourcil, curieux, intrigué. Que diable cet objet fait-il ici ? Mais puisqu’il est jetable, tu comprends que ta sœur à des envies de souvenirs, les marquer physiquement, léguer vos souvenirs, pouvoir ressasser un verre de liqueur au coin du feu. Tu souries, tendrement.

-C’est une bonne idée que tu as eu, il faudra bien peupler les albums photos, à défaut de celles du mariage de Edward, tu as un rictus aux lèvres. Pourquoi tu lui as pas gerbé sur les talons à la blonde ?

Tu te laisses entraîner par ta sœur, sifflant ton café avant de laisser l’addition et le pourboire, réflexe du métier, pour servir ici à cette heure, faut du courage et ça mérite bien quelques pokédollards. Puis vous n’êtes pas à ça prêt. Tu prends donc sa main avec élégance.

-Bien sûr, on va se poser un peu, le lit est d’une magnifique qualité, tu verras.

Sur la route, vous croisez quelques élèves justement, des membres du personnels, des sportifs, des randonneurs, des courageux et des alcoolisés, l’heure charnière où le monde s’éveille et celui qui veilla s’endort.

-Au fait, l’hôtel est rempli d’étudiant, les deux écoles ont eu la bonne idée de séjourner dans le même lieu. Nous en brûlerons quelques-uns, on en profitera aussi pour remplacer des gourdes d’eau par de l’eau-de-vie, t’inquiète pas qu’après un gros footing ça leur fera plaisir. Sales mioches.

Tu pénètres l’Hôtel, une chambre chacun, car vos pokémons prennent de la place et que pour mieux apprécier vos nuits ensembles, il faut savoir dormir séparément. Puis chacun est libre de recevoir également. En dépit de votre proximité, vous respectez aussi votre intimité. Vos lits sont grands, les placards aussi, tu déposes justes tes affaires avant de rejoindre ta sœur dans sa chambre, la salle de bain entre-ouverte, juste assez pour pouvoir vous entendre malgré l’eau chaude qui s’écoule.

-On est plutôt bien installés, une chambre nous sépare, on va pouvoir enfumer le mec au milieu, l’isolation me semble honnête, mais il faudra retirer le détecteur de fumée, sinon ils vont évacuer tous les jours, comme si j’allais me foutre systématiquement à la fenêtre pour fumer, les encadrures ne seront pas assez grandes.

Tu laisses ta sœur se doucher, rangeant ses affaires en suivant les instructions de Germain, il connaît mieux ce côté là de ta sœur, il faut dire que tu ne fouilles pas régulièrement ses placards. Le Pandespiègle est comme devenu un atout de taille pour ta sœur et le canaliser, c’est important, c’est même capitale. Lorsque Lizzie se faufile, sûrement en serviette, tu hausses un sourcil.

-Me ferais-tu l’honneur d’un chant, Ô divine sirène, sentir mon coeur sur le point d’être arraché est un sentiment grisant. Tu tires les rideaux pour vous plonger dans cette pénombre caractéristique de vos entrevues. Tu te poses devant le jeu d’échec. Je te propose de t’habiller, car j’ai bien envie de miser des shots à chaque pion perdu. Me feras-tu cet honneur ma sœur ? Je joue blanc, je sais que le noir te sied à merveille.


© BBDragon


Henry fume en C0756B


Merci Ida pour le Mood Board :

Vacances charbonneuses [Henry / Elizabeth] Moodboard_Henry_
pokemon
Contenu sponsorisé
est un
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum