Connexion
Pokemon Community :: Administration de l'école :: Demandes d'admissions :: Demandes acceptées

Pokemon Community

Tu abandonnerais ce pauvre locataire démuni à son déménagement, en « empruntant » sa camionnette en plus… ? Je ne te pensais pas voleur, Josh.
en savoir plus ?
Cha-charmant… normalement c’est en mission avec Josh que je frôle la mort, pas en rentrant chez les Phyllalis.
en savoir plus ?
Je vais chuter, encore, et ça sera long, et ça sera douloureux, et t'auras pas envie d'être là. Parce que toi, tu as Aoi mais moi j'ai quoi maintenant que Maya est partie, dis-moi ?
en savoir plus ?
Ce n'est pas le parc que je souhaite anéantir...
en savoir plus ?
Mademoiselle Alézar, Pecheresse Caroline ! Où êtes-vous ?
en savoir plus ?
La triche sera permise évidemment.
en savoir plus ?
Q…. Quéééééééééééééé ?!
en savoir plus ?
-40%
Le deal à ne pas rater :
-30% sur les Baskets Nike Court Royale
33 € 55 €
Voir le deal

Georges A. Nevinost
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t8955-605-georges-a-nevinost-deus-vult-termine-noctali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t8967-georges-a-nevinost-noctali
Icon : [605] Georges A. Nevinost - Deus vult [Terminé] [NOCTALI] Dd13250f048faad37a680b4c3cf47325
Taille de l'équipe : 2
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 14 ans
Niveau : 14
Jetons : 426
Points d'Expériences : 284
[605] Georges A. Nevinost - Deus vult [Terminé] [NOCTALI] Dd13250f048faad37a680b4c3cf47325
2
Sinnoh
14 ans
14
426
284
pokemon
[605] Georges A. Nevinost - Deus vult [Terminé] [NOCTALI] Dd13250f048faad37a680b4c3cf47325
2
Sinnoh
14 ans
14
426
284
Georges A. Nevinost
est un Pokeathlète Médecin
Georges Ars. Nevinost
région : Sinnoh
age : 13 ans
genre : Masculin
ambitions futures
Le rêve que poursuit Georges c'est d'être à la tête du clerger d'Arceus, pour cela il se demande s'il doit se former ou non au combat, mais il doit apprendre à prendre soin des autres, il deviendra donc médecin ou éleveur, le chemin est long, mais Arceus guide ses pas.
“Tout pardon a sa récompense.”
en quelques mots
Guess who's back?
pseudo : Josh
age : 22 ans
pronoms : Napoléon
caractère

Ainsi tu poursuis le but sacré d’être le plus loyal, fidèle et acharné défenseur du dieu créateur

Arceus. Toute ton éducation se prête à la poursuite de ce glorieux but. Après tout, à la naissance le
créateur t’a doté d’un don tout particulier. On y voit un signe divin, on te berce avec, on
t’endoctrine avec, mais le doute parfois subsiste, non pas sur ta foi, mais sur cet étrange cadeau
d’Arceus. Pourquoi t’a-t-il fait naître avec une vision monochrome ? Quel est ce but que l’on
semble vouloir te faire atteindre ? Tu aimerais comprendre, entrer en communication, percevoir ses
signes, mais ce doute persiste sans réponses.

L’achromatopsie complète est une maladie rare qui contraint l’atteint à une acuité visuelle de 2/10,
voir 1/10. Tu vois donc la vie en gris, la lumière t’es rapidement insupportable, tu disposes d’une
vision nocturne permanente et à vie. Si cela peut se révéler pratique la nuit pour te préparer un thé,
cela l’est moins en journée. Tu fuis la lumière aveuglante du jour, des lampadaires et des lampes. Tu
as toujours tes lentilles en intérieur, que tu troques contre des lunettes UV en extérieur. Elles
encadrent un jeune visage aux traits fin, d’une incroyable blancheur, il faut dire que le peu de
mélanine en toi n’a que peu de fois l’occasion de s’activer, pour ainsi dire jamais. Tu es de ce fait,
photosensible à l’extrême, douleurs, migraines, fatigues, la vie n’est pas facile et
contraignent à un traitement et un contrôle médical régulier.

Les larges montagnes et le brouillard entourant Célestia furent un réel salut pour toi, ce qui t’as
permis de grandir sans trop souffrir d’une privation de l’extérieur, pourtant, tu as toujours préféré le
soir, la nuit, où tu traînes avec cette immense lanterne recouverte d’un verre polarisé, pour éclairer
sans te faire souffrir. Le son délicat de la nature et ses sifflements ont rapidement motivé un goût
pour la musique, une flûte traversière que tu ne quittes jamais, pend à ta ceinture, rangée dans un
fourreau d’épée. Tu es un templier d’Arceus, tu dois pouvoir défendre son nom et sa foi en toute
circonstance. La profanation de son nom est l’exception qui confirme la règle : la violence est
proscrite, tu es d’une infinie douceur, comme la caresse du vent, tu berces le coeur des gens dès que
tu le peux. L’homme est bon et il faut éveiller en chacun sa part de douceur, cela est possible dans
l’unique condition où toi-même tu t’abandonnes à l’autre.

Certains jugent d’un défaut, mais tu accordes plus d’importance aux autres qu’à toi. Même blessé
par les coups et les brimades que tu subits en silence, jamais tu ne te plains, peut-être un
gémissement sourd, avalé, mais au contraire, tu tends encore la main pour comprendre la douleur
d’autrui. L’Église te l’a bien appris, les textes le mentionne, n’est permis de comprendre autrui
qu’en acceptant tout son être, entièrement. Cela pousse à la crédulité, tu acceptes tout, tu crois tout,
la perversion de l’homme et sa proportion à mentir ne t’es pas encore apparue, car tu n’as connue
aucune trahison, tu n’as, aucun ami. Tu es crédule, à tout croire, combien de fois tes camarades ont
prétexté ton statu particulier pour te brimer. « Tu es un élu d’arceus, tu dois accepter notre colère
pour qu’on s’en sépare ». Tu as dis oui. Plusieurs fois. Blessures, bleus, hématomes, tout ça en
croyant ce qu’ils disaient.

Le monde ne t’apparaît pas encore, calfeutré à Célestia, cette petite bourgade gardienne de l’histoire
et des cultes de Sinnoh, que sais-tu du monde extérieur ? Une éducation bienveillante et protectrice
de tes parents et ta sœur aînée Louise, mais tu es éveillé à la curiosité du monde. Tu as soif de
découvertes et pourtant un rien d’effraie, l’inconnu te surprend, te fait sursauter même lorsque c’est
inoffensif, te souviens-tu ta première rencontre avec un batteur à œufs électrique ? Une grande peur,
à hurler qu’un Motisma avait prit possession de tout le mobilier cuisinier de la maison. Que d’éclats
de rires à ce moment. Comment feras-tu à la PC ? Livré à toi même et au monde à découvrir ? Voilà
un sacré défaut pour un ambitieux, toi qui rêve de porter la gloire du Grand Créateur à son
paroxysme, d’affronter tous les démons, les usurpateurs, les sectes, les dangers de ce monde,
sursauter à la moindre nouveauté, il faudra que tu apprennes à te contrôler.

Quels sont ces dangers du monde que tu perçois ? Un seul être est né sans l’accord du Grand
Créateur, il s’agit du Perfide Giratina, être du néant, entité spectrale, tu veux abolir son nom, ces
gens dans l’erreur qui se perdent dans une vie de débauche ne pourront jamais accéder au paradis
d’Arceus ! Le corps est une épreuve du Dieu, qu’il faut dompter, il faut réfréner ses pulsions pour
que l’âme s’élève et s’éduque. C’est ainsi que l’on accède au paradis. C’est ton rôle de jeune prêtre
que d’aider les âmes en perditions en écoutant les aspects de leur détresse, en les absorbant. C’est
pour ça que ton éducation t’impose d’aller vers les autres, tu n’es pas timide, au contraire, la
compagnie des autres t’est agréable dans la mesure du raisonnable. Tu ne laisseras jamais quelqu’un
en détresse, qu’importe son accord ou non, une âme qui refuse de l’aide c’est une âme qui a grand
besoin de secours ! Tu te veux fidèle défenseur des gens et c’est pour cela que tu pratiques l’escrime
depuis maintenant de nombreuses années. Tu dois combattre la perfidie au quotidien qui s’incarne
dans les pokémons spectres, bien qu’ils soient aussi issus du Père Créateur, leur lien avec Giratina
est confirmé puisqu’ils partagent le même type, méfiance est mère de vertu. Et la prévenance
réclame que l’on soit formé à se battre. Si le type spectre est faible à lui même c’est que la
déchéance s’entraîne elle-même dans une spirale négative, c’est ainsi que l’abus entraîne la
dépendance.

Un esprit sain dans un corps sain. Un tel adage prend sens en observant un garçon comme toi, tu
n’as jamais bu de sodas, de boissons sucrées, des confiseries, des gâteaux industriels ou même
pâtissiers. Du thé, du fromage blanc et du miel. Une simplicité dans ton alimentation à laquelle tes
parents veillent avec une rigueur policière. La gourmandise aussi est une débauche de l’âme, il ne
faut pas l’oublier. Pourtant, tu rêves de goûter des churros, tu as entendu des enfants parler des fêtes
foraines, des churros au chocolat ou au miel, la barbe-à-papa, tout cela fait rêver ton petit coeur
curieux d’enfants. Ces sucreries en formes d’étoiles filantes luisent dans ton esprit comme celles du
firmament.

Si la foi réclame d’aller vers les autres, tu apprécies le silence ou la mélodie de la nature, être seul et
profiter de quelques heures sans être dérangé. Être loin de l’enfer des autres. Plutôt que d’affronter
leurs moqueries, tu préfères fuir, tu complexes Georges. Avec ton petit mètre quarante-neuf, tu as
toujours été le plus petit de la classe, des enfants de ta famille ou encore ceux de l’Église. Tu
souffres de cette taille, ce corps court sur pattes et à cela s’ajoute ces yeux qui t’offrent une vision
monochrome. Peut-être devrais-tu rédiger le véritable « cinquante nuances de gris », car tu en
connais toutes les variations. Tu ne peux pas profiter du rouge pêchu des baies Ceriz dans le champs
du voisin, des couleurs psychédéliques des Grotamorv d’Alola à la télé, des nuances dans le
pointillisme des tableaux. Tout est gris. Puisque tes yeux ne peuvent percevoir leur propre rougeur
dans le miroir, ils ne verront pas non plus tes cheveux blonds que tu demandes à blanchir très
régulièrement.

Conséquence d’un tel corps, de telles différentes : harcèlement, don les formes sont déjà évoquées,
mais la lutte est difficile. Tu as finis par redouter l’école. Tu as peur des démons qui sont derrière toi
car l’achromatopsie complète ne te permet pas de lire au-delà des six mètres, même avec des
lunettes ou des lentilles. Tu es presque collé au tableau gris foncé où la craie blanche s’écrase et
soumis en même temps aux regards noirs de tes camarades. Tu fuis les sports collectifs, tu n’es pas
assez bon pour être sélectionné et personne ne veut de toi, tu préfères te réfugier dans les pratiques
solitaires ou stratégiques. Tu joues parfois avec l’abbé Jean aux échecs, aux dames et parfois avec
les membres de la chorale aux dames chinoises. Le cerveau est un muscle que tu dois travailler, être
un garçon studieux et plein de foi, voilà tes atouts. Alors tu développes ta culture, musicales,
théâtrale, et sculpturale. Tu ne peux profiter de toute la beauté des peintures, des vitraux de l’église,
même du cinéma. Par peur, superstition, tu ne vois que des films originellement en noir et gris,
comme ça tu ne perds pas toute la richesse apporté par les couleurs ou les technologiques modernes.
C’est une étrange attitude, tu connais parfaitement tous les débuts du cinéma, mais tu n’as pas aimé
la transition des couleurs, ou peut-être que ce sont elles qui ne t’aiment vraiment pas.

Tu n’es pas un grand coquet, les tenues de l’Église suffisent, tu les portes avec fierté, tu n’es pas
dépensier, ton argent de poche s’en va dans la caisse de l’Église pour sa rénovation ou musée pour
financer des aménagements. Ça fait de toi quelqu’un d’assez économe, peut-être même radin dès
qu’il s’agit de biens consommables, comme le corps ils ne sont pas voués à te survivre au paradis.
Que sont des paires de chaussures limitées ? Le temps s’en occupera. Que sont des vêtements
tendance ? La mode les amochera. Survivent aux rouages du temps la culture et l’histoire. Le
bonheur se trouve dans la plus grande des simplicités d’une vie dénudée de passions. Là dessus tu
es opiniâtre, rien ne te fera changer d’avis, ton mode de vie est le plus juste et légitime car il permet
de ne jamais céder à une tentation primaire. Tu essaies sans cesse d’amener les gens à suivre ton
mode de vie, ta vision des choses sans te remettre en question. Un des exemples les plus flagrants
touche aux transports, pour toi l’utilisation de transports mécaniques et polluant alors que les
pokémons sont une ressource pour les transports courts et moyens courriers tout aussi valable est
une marque de stupidité.

Puisses-tu prendre confiance en toi et observer le monde sous un autre œil sans froisser le Père
Créateur.
histoire

La neige gagne doucement les fenêtres chauffées de la clinique de Célestia. Nous sommes le cinq
janvier et tu cries ton arrivée au monde entier. Ta mère épuisée ne tarde pas à s’endormir, peu de
temps après avoir murmuré ton prénom : Georges Ars. Tu es baptiser dès la première semaine, un
allé simple dans l’eau bénite du Grand Créateur, tous parlaient de l’eau bleu, pourtant elle paraissait
grise, quelle étrange perception. Ce monde, tu le perçois de façon bien étrange, il te fait mal aux
yeux, en effet rien n’est stable, tout semble trembler. Ils s’inquiètent de ne percevoir ces yeux
rouges, les mois se succèdent et le problème persiste. Le choix est fait de t’ausculter, vérifier que le
plus jeune de la famille Nevinost n’a rien, qu’il est en bonne santé. Tes parents prient, chaque jour en
attendant les résultats, s’inquiètent auprès d’Arceus.

Le verdict tombe.

Tu es malade. Atteint d’une rare déformation de la perception des couleurs. L’achromatopsie te fera
voir le monde en gris, pas de guérison possible. Les fortes lumières te seront insoutenables.
L’enfance s’annonce difficile, tu as la peau fragile, le soleil n’a aucun bien fait à t’accorder. La
nouvelle est perçue comme une bénédiction dans la communauté religieuse de Célestia. Tu es le
messager d’Arceus, tu ne vois pas les couleurs pour te débarrasser du superflu. Tu es voué à admirer
la création de ton Dieu dans toute sa splendeur et ce handicape à la lumière est un moyen pour toi
de toujours rester humble, personne ne s’élève au-delà d’Arceus, tous doivent baisser les yeux,
pourtant tous doivent baisser les yeux et écouter les propos de l’élu.

Tu te rends vite compte que l’orgueil n’habite pas ton corps, tout petit déjà tu es pieu, dévoué,
attentif et sage. Tu es toujours proche de tes deux sœurs, Louise et Eugénie, chacun âgées
respectivement de quatre et deux ans à ta naissance. Malheureusement tu es maladroit et as
quelques difficultés à parvenir à tes fins, même te brosser les dents est un calevaire, tu finis souvent
par te brosser la joue. Dans la bourgade de ce petit village montagneux de Sinnoh, la vie suit
paisiblement son court. La maladie provoque des troubles de la vision, tu vois flou et l’image
bouge, c’est un peu comme si, lorsqu’une personne normale lit une feuille, quelqu’un s’amuse à la
faire bouger rapidement de gauche à droite de quelques centimètres.

La vie à l’école n’est pas simple, malgré la présence d’une assistance de vie scolaire, tu t’intègres
mal dans ta classe. Tu es moqué, les enfants sont bêtes, on s’amuse à te demander de deviner la
couleur des vêtements, des fruits et légumes. Tu es frustré de ne pouvoir répondre, pourtant tu
réponds humblement que tu apprécierais qu’on te décrive ce que tu ne peux voir.

Cependant, quelque chose va te marquer, comme une tâche indélébile dans le coeur. Trop jeune
pour comprendre, alors que tu entamais ta cinquième année, tu ne savais pas que’Eugénie souffrait
de crises aiguës d’épilepsies infantiles. Ce qui pouvait l’amener à se déplacer une épaule ou un
genoux par exemple, tant ces instants étaient violents.

Vient alors un soir noir de janvier, les nuages couvraient les étoiles, réveillé par le vent, tu te lèves,
une envie d’aller aux toilettes. Le pas lents, tu te traînes dans le couloir en te frottant les yeux. Tu
passes alors devant la chambre de ta plus jeune sœur. Un bruit sourd te parvient aux oreilles, suivit
de frottement frénétiques. Intrigué et apeurés, tu recules pour observer par la porte entre-ouverte ce
qui se passe. La veilleuse allumée est positionnée entre ta sœur et toi, projetant son ombre au mur.
Tu la vois bouger, son bras ayant une posture étrange, elle se retourne dans son lit avant de s’écraser
dans son lit. Les figures décrites sur le murs sont une danse macabre, le tout accentué par ta vision
tout le temps en mouvement, tu as l’impression que ta sœur est possédée par ces entités que l’abbé
Jean décrit pour vous faire peur. L’horreur de la scène serre tes tripes, tu te sens fiévreux et ce
spectrale t’effraie. Un éclair rugit, mais ce qui te tétanise à présent, c’est cette ombre à forme
étrange qui dessine une silhouette horrifique. Tu reconnais cette créature du néant, tu recules en
criant de peur, trébuchant en arrière et tombant sur le cul, glissant au mur. À ton cris le corps de ta
sœur cesse de bouger dans une posture surnaturelle. Tes parents sortent paniquer et compte tenu de
ta réaction, ils comprennent que tu as assister à une crise de ta sœur.

C’est la seule crise que tu observeras.

Fracture de l’épaule, cervicales rompus, elle s’est tuée, écrasée sous la puissance de ses
mouvements et son propre poids. Tu n’oses plus te lever la nuit sans ouvrir toutes les lumières
autour de toi, persuadé que le mal du néant viendra te faire du mal. Les terreurs nocturnes seront
communes, l’image de ta sœur, les articulations disloquées est traumatisante. Ton esprit travaille et
perturbe tes nuits, tu es fatigué. Tu as beau parler à ta mère de ce que tu as vu, tu as beau parlé à
l’abbé Jean de la figure sur le mur, pour ne pas plus te terrifier, ils atténuent la chose, la maladie, la
fatigue… Mais en réalité, même-eux y croient, bien entendu que le mal existe, bien entendu qu’il se
délecte de la souffrance de pauvres âmes. Mais tu es un élu d’Arceus, tes yeux l’indiquent, tu es né
pour lutter contre l’immonde perfidie. L’abbé Jean se charge personnellement de toi, venant te
rendre souvent visites, il bénie ta chambre, t’écoute, te rassure. Il fait le travail d’un psychologue,
mais de façon honnête. Ces charlatans et leurs études… Il n’y a besoin que de bonté pour écouter et
conseiller les gens. Chaque difficulté est une épreuve et plus l’on se destine à un glorieux avenir,
pires elles sont.

Le retour à l’école est difficile, à cet âge où les enfants grandissent vites, tu es plus petit que la
normal, plus maigre et les yeux cernés. Tu suis les préceptes de bonté avec rigueur, jamais tu ne
réponds à la violence qu’on t’infliges, tu dois accepter les émotions négatives des autres, tu dois les
aides, être un exutoire. Rapidement les moqueries deviennent plus acerbes et cruelles, on te fait du
mal, on te bouscule, tu deviens la victime de ta classe, puis ton école. La maladie est le premier
motif invoqué. « malade » « dégénéré » « fou » « retourne à l’hôpital » « tu es contagieux ». Rien
de fondé, rien de juste, mais c’est justement pour ça que tu as mal Georges. Pourquoi les enfants
sont-ils si cruels ? Il n’y a que ta sœur qui prend férocement ta défense, venant parfois à se battre
avec quiconque t’offenses devant elle. On la surnomme « Kangourex », sous entendu que tu es le
petit bébé vulnérable à protéger. Louise se fait souvent punir, injustement, elle ne fait que te
protéger des blessures invisibles que les enseignants ne perçoivent pas.

Lorsque viennent tes six ans, tu participes à la chorale lyrique de ton abbaye, l’abbé Jean, en charge
des cérémonies et de l’entretient du lieu suit ton deuil avec beaucoup de rigueur. Tes parents te
proposent de commencer un sport ainsi que la pratique d’un instrument. Agacé de ne pouvoir te
défense, tu réclames la pratique de l’escrime, les chevaliers saints portent toujours une épée. La
flûte traversière, elle, résulte plutôt d’un goût personnel, tu aimes le sifflement délicat et aiguë des
instruments à vent. Tu t’investis énormément dans ces disciplines, heureux de pouvoir t’épanouir.
Tes parents proposèrent des sports collectifs, mais tu ne voulais pas partager les mêmes pratiques
sportives que les garçons de ton école, s’ils te harcelaient déjà en classe, tu ne voulais pas leur offrir
d’autres occasions. Parfois, tu renvoies les insultes par des coups à l’école, motivé par tes cours, la
règle de trente centimètres devient une arme redoutable, qui finira souvent sur tes doigts en guise de
punition.

La violence n’est pas la réponse.

Tes parents décident de te plonger dans la culture religieuse, tu suis tous les cours et les messes avec
une grande rigueur. Tu trouves dans les textes la force de surpasser progressivement la violence qui
te fait face. Tu ne dois pas sanctionner, au contraire, accueillir, même les pousser à évacuer leur
violence sur des personnes capables de l’encaisser. Pour que toi même tu ne succombes pas à la
violence, il est important de méditer et te ressourcer, dépenser la colère que tu absorbes pour la
décharger dans la nature.

Progressivement, tu as su accepter toute cette haine de l’humain, tu grandis avec des enfants perdus,
il faut quelqu’un pour les guider et leur prouver que la violence ne peut rien résoudre. Tu es devenu
le martyr de la classe, mais d’aucun ne retiendra ton nom pour avoir sauvé leur âme. Moqué,
insulté, bousculé et même frappé, tu n’as rien fais, pas de plainte, pas d’avertissement. Juste une
main tendu et quelques mots rassurant. À tendre la seconde joue, celle-ci se fait frapper. À force de
t’inquiéter d’autrui, tu as trouvé la force de soigner tes terreurs nocturnes. Depuis tes sept ans,
l’image ne tremble plus, tu vois en noir et gris, mais elle est stable. Le monde t’apparaît beau, tu
dois faire tout le nécessaire pour être à son image.

La relation avec ta sœur se complique, elle ne comprend pas pourquoi tu ne réponds pas aux
moqueries, pourquoi tu ne viens pas quérir de l’aide à un adulte. Tout ça la dépasse. Elle devient
encore plus possessive envers toi et ça en devient même nocif. Vous vous disputez, tu te sens
étouffé et tu désires suivre une voie pieuse et qui s’accorde à aller vers l’autre pour le comprendre.
Tu es convaincu de ta foi et de ta méthode. Tu trouves une énergie vivifiante avec la chorale de
gospel de l’abbaye, dirigée par l’abbé Jean, il fait vivre au rythme des chants unyssien la culture de
sa région d’origine. Voir ces gens chanter panse les blessures de ton coeur. Toutefois l’abbé Jean se
refuse à t’intégrer à cette chorale venant entière d’Unys en invoquant ce motif :
« Il y a des cultures dont on peut profiter, mais pas pratiquer. Il est important aussi que les hommes
soient unis, mais gardent un peu de leur histoire culturelle spécifique. N’abuse jamais de la culture
d’autrui sauf si celui ci et sa communauté accepte de t’y intégrer.
»

Tu comprends alors la valeur de chacun et remarques que jamais un membre de gospel a intégré la
chorale lyrique en dépit de leurs grandes qualités de chanteurs. Une véritable leçon d’humilité que
tu tâches de scrupuleusement respecter. L’appropriation culturelle amène à une banalisation de la
culture, les pratiques traditionnelles doivent être conservées en communautés et les fraudes doivent
être punies.

Cette mentalité te mène rapidement à tes treize ans, où tu acquiers une certaine maturité et une
volonté de parfaire ton éducation sur le monde des pokémons. Tu es un peu moins persuadé que tes
parents de ta mission divine. Mais tu aspires à entrer dans les ordres plus tard et pour tard. Tu
désires, à travers la tutelle de l’abbé Jean, de devenir un haut représentant du culture du grand
créateur. Tu as mis sous silence ton envie d’éradiquer les sectes de Giratina, sujet tabou lié au décès
de ta sœur, mais tu n’as jamais cessé de lutter contre l’abomination pour que personne autour de toi
ne cède aux pêchés et la tentation du maître du néant.

À la Pokémon community tu aspires à un parcours qui te mènera vers l’autre, apprendre à soigner
les maux du corps et du coeur.
pokemons
surnom :Hrabrost
espèce : Roucool
nature : Sérieux
Caractère
Hrabrost incarne la première des quatre vertus cardinales, essentielles à guider l'homme sur la bonne voie. C'est un oiseau encore assez timide et lâche, paradoxalement, le chemin pour accéder à ses qualités sont longues et pleines d’embûches, pourtant, Courage ne se refuse aucun effort, s'élançant avec beaucoup de courage dans les épreuves de la vie. Sensible à la cause de son dresseur et ses problèmes de santé, il le soutien, appliquant sa ligne de conduite aux pokémons. De ce fait Hrabrost est un pokémon qui se fait souvent frapper par les autres, pourtant il appel toujours au pardon.


Dernière édition par Georges A. Nevinost le Dim 3 Mai - 11:49, édité 1 fois
Abygaëlle Keelin
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t8677-abygaelle-keelin
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t8679-abygaelle-keelin-adulte#88342
Icon : [605] Georges A. Nevinost - Deus vult [Terminé] [NOCTALI] Yvwt
Taille de l'équipe : 14/40
Région d'origine : Unys
Âge : 23 ans
Niveau : 34
Jetons : 2173
Points d'Expériences : 744
[605] Georges A. Nevinost - Deus vult [Terminé] [NOCTALI] Yvwt
14/40
Unys
23 ans
34
2173
744
pokemon
[605] Georges A. Nevinost - Deus vult [Terminé] [NOCTALI] Yvwt
14/40
Unys
23 ans
34
2173
744
Abygaëlle Keelin
est un Adulte Chercheuse
Owiii mon petit Georgeounet \o/
Depuis le temps que je suis teasée, le voilà enfin, avec la digne crinière blanche des meilleurs °^°



Fiche ~ T-Card ~ Liens & RP ~ Couleur : #39CCC5
Thésée Coursevent
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t8304-562-thesee-coursevent-bimbadabim-bimbadabadaboum-phyllali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t8314-thesee-coursevent-phyllali
Icon : [605] Georges A. Nevinost - Deus vult [Terminé] [NOCTALI] 1560964883-icon
Taille de l'équipe : 8
Région d'origine : Alola
Âge : 16 ans
Niveau : 21
Jetons : 2626
Points d'Expériences : 389
[605] Georges A. Nevinost - Deus vult [Terminé] [NOCTALI] 1560964883-icon
8
Alola
16 ans
21
2626
389
pokemon
[605] Georges A. Nevinost - Deus vult [Terminé] [NOCTALI] 1560964883-icon
8
Alola
16 ans
21
2626
389
Thésée Coursevent
est un Pokeathlète Médecin
Plus j'en lis et plus je trouve que Georges est un personnage haut en couleur (hihi). Autant son aspiration que sa santé sont intéressantes, j'ai hâte de voir son développement en RP !
Le choix du Roucool est original, mais avec la justification, ça semble couler de source.


chaque personne qu'on s'autorise à
aimer
est quelqu'un qu'on prend le risque de
perdre
Ginji Labelvi
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t780-c-est-par-la-la-sortie-oups-je-suis-alle-trop-vite
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t799-ginji-labelvi-voltali
Icon : Pikachu Explorateur, à votre service !
Taille de l'équipe : 25 / 31
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 20 ans
Niveau : 100
Jetons : 1587
Points d'Expériences : 4235
Pikachu Explorateur, à votre service !
25 / 31
Sinnoh
20 ans
100
1587
4235
pokemon
Pikachu Explorateur, à votre service !
25 / 31
Sinnoh
20 ans
100
1587
4235
Ginji Labelvi
est un Topdresseur Spé. Type
Oh la la ! Depuis le temps que j'attends de voir un personnage résolument tourné vers la religion... C'est une agréable surprise que voila !

J'ai si hâte d'observer l'évolution d'un enfant aussi pieu dans l'univers chaotique qu'est celui de la Pokémon Community. Bon courage à toi, garçon !


Bienvenue dans le Dortoir Noctali ♂ et bonne intégration parmi tes confrères ! N'hésite pas à poser tes questions si tu as le moindre soucis au staff ou aux membres de ton dortoir (www). Tu peux dès lors poster ta T-CARD dans la partie correspondante, ainsi que gérer tes RPs grâce à aux RECHERCHES DE RPs ET RELATIONS. N'oublie pas de remplir les champs de ton profil dès que possible (T-card et Fiche de Présentation) pour faciliter la navigation aux autres joueurs, et de réserver ton AVATAR dans la partie adéquate ! Tu repars aussi avec 2 Pokeball, données par le Collectionneur. Ton numéro étudiant est 605. Bon jeu sur Pokémon Community !



« Adieu. Et sache désormais... Que tu m’es insignifiant. »
pokemon
Contenu sponsorisé
est un
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum