Connexion
Pokemon Community :: Archives :: Les Archives :: Année 7

Pokemon adala community

Tu abandonnerais ce pauvre locataire démuni à son déménagement, en « empruntant » sa camionnette en plus… ? Je ne te pensais pas voleur, Josh.
en savoir plus ?
Cha-charmant… normalement c’est en mission avec Josh que je frôle la mort, pas en rentrant chez les Phyllalis.
en savoir plus ?
Je vais chuter, encore, et ça sera long, et ça sera douloureux, et t'auras pas envie d'être là. Parce que toi, tu as Aoi mais moi j'ai quoi maintenant que Maya est partie, dis-moi ?
en savoir plus ?
Ce n'est pas le parc que je souhaite anéantir...
en savoir plus ?
Mademoiselle Alézar, Pecheresse Caroline ! Où êtes-vous ?
en savoir plus ?
La triche sera permise évidemment.
en savoir plus ?
Q…. Quéééééééééééééé ?!
en savoir plus ?

Ginji Labelvi
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t780-c-est-par-la-la-sortie-oups-je-suis-alle-trop-vite
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t799-ginji-labelvi-voltali
Icon : Pikachu Explorateur, à votre service !
Taille de l'équipe : 25 / 31
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 20 ans
Niveau : 100
Jetons : 1587
Points d'Expériences : 4235
Pikachu Explorateur, à votre service !
25 / 31
Sinnoh
20 ans
100
1587
4235
pokemon
Pikachu Explorateur, à votre service !
25 / 31
Sinnoh
20 ans
100
1587
4235
Ginji Labelvi
est un Topdresseur Spé. Type
GINJI LABELVI

rp solo
« Élu par cette crapule »


25 Janvier 2020

Il fait plutôt frais. La nuit est tombée et projette sur Ferrum une noirceur profonde, pourtant parsemée d’éclats de lumière étoilée. La ville, elle, n’a que faire des ombres, et repousse ces dernières à grand renfort de lampadaires et bâtiments éclairés.

Comme à mon arrivée ici, il y a une vive agitation. Mais cette fois-ci, l’ambiance est à la fête : chaque tournoi qui se conclut est l’occasion pour les citoyens de célébrer le Pokken Tournament dans les rues de Néoville. Et depuis mon inscription, ce n’est que la première fois que je prends part à l’événement. Stands, démonstrations, dresseurs et Pokémon en tout genre sont au rendez-vous, et confèrent au lieu l’ambiance typique d’un festival.

Chez mes compagnons aussi, le climat est à la fête. Euphie est celle avec qui j’ai passé le plus clair de mon temps ces derniers jours, et malgré ça, elle reste au cœur de toutes les attentions. L’équipe compte bien célébrer ses multiples victoires, et c’est au fil de nos pérégrinations que nous finissons par échouer dans un certain parc.

J’observe la Pikachu raconter une énième fois la façon dont elle a passé à tabac ses adversaires, sous le regard tantôt fasciné, tantôt amusé de ses homologues. Évidemment, celui dont elle cherche l’approbation, c’est Oz, et bien heureusement, le Raichu d’Alola fait preuve d’initiative et vient passer ses pattes autour d’Euphie pour un câlin affectueux. Il est rare de voir mon starter aussi démonstratif, et cela se ressent jusqu’à la réaction de sa partenaire, qui manque de s’évanouir tant elle est comblée. A cela, le comportement alerte de mes Pokémon m’arrache un sourire, et je me contente d’observer le tout assis depuis le dossier du banc où je me trouve.

Positionnée juste à côté, Julie ne semble pas partager mon enthousiasme. C’est à peine si elle capte ce qu’il se passe devant elle, tant elle est absorbée par ses pensées.

« -Tu es vraiment sûuuuuuuuuur de ne pas vouloir rester ? »

Sa question me fait rire. Elle paraît pourtant des plus sérieuses, mais je ne parviens pas à la considérer comme telle.

« -Brock et Laura sont déjà repartis. Je leur ai tenu la jambe pendant trois semaines… Et ça fait déjà une semaine de trop. Mon école ne tolérera pas une plus longue absence. »

Elle gonfle les joues.

« -Mais nous étions sur une si belle lancée ! Vous vous êtes hissés en Ligue Chroma en trois semaines à peine, vous auriez tellement pu atteindre la Ligue de Fer ! »

Je hausse les épaules.

« -Rien ne presse. On reviendra quand on pourra. » j’observe mes compagnons « Même s’ils sont tous très contents pour Euphie, je ne peux pas délaisser tous mes Pokémon pour me focaliser sur l’entraînement d’un seul. Pas aussi longtemps, en tout cas. On reviendra quand de l’eau aura coulé sous les ponts et qu’on se sera recentrés sur nos objectifs. »

Elle expire longuement, signe qu’elle n’approuve pas totalement cette décision. Mais puisqu’elle ne trouve hélas rien à y redire, elle reste silencieuse, ce qui me permet d’enchaîner.

« -Et toi ? Tu ne filmes plus ? »

Elle me fait signe que non d’un mouvement de la tête.

« -Quel intérêt ? Mon sujet de projet se tire. Brachard et moi allons retourner dans notre école et passer les prochaines journées à tout monter, pour rendre la vidéo à temps... »

Le Balignon, sur ses genoux, acquiesce tout doucement. Pour ma part, c’est perplexe que je fronce les sourcils. Sujet de projet ? Rendre la vidéo à temps ? Mais je croyais que… ?

« -Attends… Tout ce que t’as filmé, c’était pas juste pour un reportage perso, à la base ? »

A son tour de rire à ma question.

« -Tu penses sincèrement que j’aurai perdu autant de temps à suivre un dresseur inconnu si c’était juste pour un hypothétique reportage dont peut-être personne ne voudra ? »

Mon expression se fait plus dépitée. C’est ce qu’elle n’a cessé de me répéter tout du long de notre séjour, donc…

« -Non, non… Moi, si je suis là, c’est pour les mêmes raisons que toi. Comme tu le sais, je fais une école de journalisme… Et pour l’année en cours, on nous a demandé de choisir et couvrir l’événement de notre choix. Du coups, je suis venue ici pour m’intéresser au Pokken Tournament, et… Quand je t’ai vu, j’ai décidé de t’utiliser comme axe pour ma vidéo. Avec ça, je devrai marquer une tonne de points ! »

Sa forte conviction me fait sourire. Certes, j’ai un peu l’impression de m’être fait utiliser au cours de ces dernières semaines, mais au moins…

« -Tu pourras m’envoyer le montage quand tout sera fini ? Je suis bien curieux de voir le rendu final…
-AH !
-… Quoi, "AH" ? »

Elle se penche vers moi, un rictus mesquin sur les lèvres.

« -T’as fait le grincheux pendant ces trois semaines à ne pas vouloir calculer la caméra, et maintenant mon projet t’intéresse ? »

Je détourne le regard, impassible.

« -Bah quitte à ce que tu m’aies saoulé avec ça, autant que je vois à quoi ça a servi, non ?… »

Je grimace à la fin de ma phrase. Même si c’est bref, Julie le remarque, et m’interroge aussitôt.

« -… Un problème ? »

Je passe une main sur mon ventre, et secoue la tête de gauche à droite.

« -Nan, c’est juste… »

J’observe un instant les environs, puis me tourne vers elle.

« -Tu ne voudrais pas aller nous chercher à manger ? Je crève la dalle... »

Ses yeux s’écarquillent.

« -Déjà ?… Et pourquoi tu n’irais pas, toi ?! »

Je me contente de lui indiquer tous mes Pokémon du menton.

« -Tu penses vraiment qu’on va réussir à se balader avec toute cette troupe en ville ? A moins que tu ais envie de rester ici pour les surveiller… »

Elle lève les yeux au ciel, et pousse un soupir d’exaspération. Puis elle bondit à terre, et commence à s’éloigner, son Pokémon dans les bras.

« -Des frites, ça te va ?
-Ça sera parfait. »

Elle me tourne le dos, et s’éloigne. Je l’observe faire jusqu’à ce qu’elle ait quitté mon champ de vision, et expire longuement, ma main toujours plaquée contre mon estomac. C’est à ce moment là que Lucina se détache de la troupe, et vient tranquillement s’allonger à côté de moi, près du banc.  Elle se passe une patte sur les oreilles, puis grommelle, le regard ailleurs.

« -Luxray...
-… »

En réaction de quoi, je me lève à mon tour et m’étire longuement.

« -Ouais, je suis d’accord. » puis j’interpelle Oz « En fait, Lucina et moi allons aussi faire un tour. »

Le Raichu d’Alola me coule un regard surpris.

« -Pour quoi faire ? »

Je hausse les épaules. Passent plusieurs secondes pendant lesquelles il me sonde, avant d’abaisser une patte nonchalante.

« -Comme tu veux. On attend. »

Lucina et moi saluons brièvement le reste de l’équipe, avant de partir dans la direction opposée à Julie. Je leur adresse un dernier regard au moment de nous éloigner, puis nous finissons progressivement par quitter le parc.

Notre marche se fait dans le plus total des silences. Je garde mes mains dans mes poches et jette diverses œillades désintéressées à tout ce qui nous entoure, que ça soit les passants ou les publicités arborées par les bâtiments… Lucina, elle, se contente de toiser une à une toute personne croisant notre route, les invitant de la sorte à ne surtout pas s’approcher de nous. ‘Faut dire qu’elle n’est pas bien sociable, la Luxray.

Mais bien heureusement, les piétons finissent par se raréfier. Tout comme les immeubles : nous arrivons peu à peu en périphérie de la ville. Et la balade n’aide pas mon ventre à se calmer.

Nos pas finissent par nous mener jusqu’à une forêt, en bordure de la civilisation. Là-bas, la nuit noire a bien plus d’influence que n’importe où en ville.

Sans l’ombre d’une hésitation, nous nous y enfonçons.

Quelques minutes supplémentaires suffiront pour trouver une clairière.

Puis nous nous immobilisons en son centre.

Si j’ai trouvé la température en ville plutôt fraîche, je l’apprécie encore moins en dehors. De très légères rafales de vent viennent même m’arracher un frisson, et font bruisser tous les feuillages alentours. Difficile de percevoir ce qui s’étend par delà les arbres qui nous encerclent, à cause de l’obscurité… Et en dehors de ce lugubre sifflement provoqué par la brise, il n’y a pas un son aux alentours.

Pourtant…

« -… »

Je me tourne légèrement, et tente de voir ce qu’il y a au-devant.

« -Montre-toi. »

Lucina ne compte pas attendre. Son pelage se charge en électricité, et envoie, en direction des arbres, de vives gerbes électriques. Un mouvement se fait aussitôt entendre, et une silhouette bondit hors des fourrées pour éviter l’attaque.

Il atterrit lourdement, plusieurs mètres devant nous, mais prend le temps de se réceptionner. Lorsqu’il relève la tête, ses yeux oranges luisent en dépit de l’obscurité.

Un Cizayox.

De longs applaudissements sarcastiques résonnent ensuite. Se détachant à son tour, un second individu surgit de derrière les arbres, et progresse jusqu’à se positionner à côté de son Pokémon.

Un homme. Masqué.

Et arborant la tenue de la Team Rouage.

« -Et moi qui pensais être discret. C’est ta Luxray qui nous a repéré ? »

Je le fusille du regard. Je ne peux toujours pas percevoir ni son visage ni son corps, mais sa taille, sa carrure, et même sa voix, suffisent pour que je le reconnaisse. Je lui crache ma réponse sur un ton des plus secs.

« -Pour une raison qui m’échappe, j’ai toujours des maux d’estomac en présence d’un Cizayox. En y réfléchissant, c’est peut-être à cause du dégoût que vous m’inspirez, tous les deux. »

Il ne dit rien, pendant quelques secondes… Avant d’éclater de rire. L’entendre suffit à me faire grincer des dents.

« -AHAHA ! Quelle virulence !… Tu as bien changé, petit. »

Je fronce les sourcils, mais ne réagis pas. Il voit cela comme une invitation à continuer.

« -Et donc, tu as pris la peine de nous attirer jusqu’ici pour nous défier seul à seul ? Que c’est charmant. Mais tu ne penses pas avoir un peu trop pris confiance en toi, pour ainsi-… ? »

Lucina bondit en avant, et attaque le Cizayox à la gorge, via une attaque Crocs Feu. Surpris par cette interruption, l’homme masqué s’écarte d’un pas, et c’est à mon tour de fondre dans sa direction. Ma main plongée dans mon sac tire de celui-ci une petite batte de fer, de trente centimètres à peine, et que je balance droit vers son buste. Il intercepte l’arme de ses mains, mais manque de précision, et se fait érafler l’avant bras. J’enchaîne en balançant mon pied dans son tibia, et mon coude dans son ventre. La succession d’attaque permet de le repousser de quelques pas, et il en profite pour réagir.

« -* kof * … On ne t’a pas appris la politesse ? Tu sais bien qu’il est malpoli d’interrompre un adu…  »

Je réitère ma manœuvre, et me rapproche pour lui asséner un coup de batte. Mais cette fois-ci il anticipe, et parvient à attraper mon arme de sa main droite. Il veut me repousser de son pied, mais je lève ma jambe et mon bras droit pour l’encaisser. Puis je m’abaisse, et lui offre tout simplement un coup de boule dans l’estomac. L’action permet de le repousser encore un peu plus, et percuter son menton avec mon coude finit de le déséquilibrer. Il perd ainsi toute emprise sur ma batte, et trébuche au sol. Je ne lui offre même pas le loisir de se relever ou de m’interrompre oralement, et lui file un coup de pied dans le ventre. Puis un deuxième. Et un troisième. Ce n’est que lorsqu’il est pleinement recroquevillé sur lui-même que je pose ma chaussure sur son épaule, et le pousse pour le forcer à se mettre sur le dos. Même là, je ne m’arrête pas, et viens le frapper à la tête avec ma batte. Une fois. Deux fois. Trois dois. Quatre fois. Jusqu’à ce qu’il abandonne toute tentative de se protéger de ses bras, et se retrouve à choir lamentablement au sol.

Lucina a sensiblement fait de même avec son opposant. Elle le maintient à terre de ses deux immenses pattes, et m’adresse un hochement de tête, signe qu’elle a pu maîtriser le Cizayox. Je reporte donc mon attention sur l’homme au masque, désormais fendu, qui s’avère occupé à toussoter et cracher ses poumons. Ce n’est qu’alors que je réponds à sa question.

« -Parce que tu penses que je vais attendre bien gentiment que tu aies fini de parler ? Si je t’ai attiré ici, c’est pour t’arrêter. Je ne te laisserai pas m’empoisonner par tes paroles. »

Malgré le fait qu’il soit en train de s’étouffer, il parvient à rire. Si cela m’exaspère fortement et que je suis tenté de le frapper à nouveau, je m’abstiens, au moins le temps d’obtenir les réponses que je veux.

« -Maintenant, dis moi. Qu’est-ce que tu me veux ? C’est une vengeance personnelle ? Ou il y en a d’autres, des comme toi ? Qu’est-ce que la Team Rouage peut bien me vouloir ? Je croyais qu’elle était bloquée sur Lansat... »

Il rigole un instant encore, mais parvient progressivement à reprendre son souffle. Tout en s’agitant au sol, il essaye de se ressaisir.

« -Aaaaaah… Je suis… Si… Surpris ! Moi qui pensais encore faire affaire à un gamin insouciant… AHAHA ! Regarde-toi ! Regarde ce que tu es devenu ! Maintenant tu es si… ! »

Je me sens obligé de lui donner un nouveau coup de batte. Alors qu’il émet un grognement de douleur, j’appose mon pied sur son torse, et me penche au dessus de lui.

« -Je me suis adapté. Et je n’ai pas attendu que tu récidives pour apprendre à me défendre. Non… Au contraire, je me suis mis à votre place. Moi qui pensais naïvement que le monde n’était ni noir ni blanc… Il a fallu que j’apprenne à réfléchir comme les gens de ton espèce. » je lui crache presque la fin de ma réponse « J’ai appris à penser comme un rat. »

Il rit à nouveau. Puis il se calme subitement, et cesse tout mouvement.

« -Alors… Dis moi… »

Je perçois son sourire au travers son masque abîmé.

« -Que fait un rat quand il est acculé, selon toi ? »

Je réponds au tac au tac.

« -Il appelle ses congénères. »

Il ricane.

« -Tout juste. »

Dans le même temps, d’autres silhouettes surgissent de chaque côté de la clairière. Un Carchacrok, une Nidoqueen, un Laggron, un Minotaupe, un Scorvol et un Rhinastoc se détachent tranquillement du reste de la forêt, et nous encerclent dans le plus grand des silences, Lucina et moi.

Je prends le temps de les toiser, et de les identifier un à un. Puis j’adresse un regard laconique à mon Némésis.

… Une armée de type Sol.

Original.

Je porte ma main de libre à ma poche, et souffle dans le sifflet que j’attrape. Aucun son n‘en émane, mais le geste suffit à mettre en action tous les Pokémon adverses. N’ayant d’autres choix que de m’écarter – je suis devenu plus fort, mais pas au point d’1V1 un Carachacrok – je repousse l’homme masqué de mon pied, et avec Lucina, nous reculons jusqu’au cœur de la clairière.  La Luxray dévisage tour à tour ses opposants, et leur révèle ses crocs, et gromellements. Pendant ce temps, (l’ex ?) lieutenant de la Team Rouage se redresse péniblement, pour à nouveau ricaner.

« -Navré, mais quand tes Pokémon arriveront… Il sera déjà trop tard.
-RAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA ! »

Le cri de Sharon vient très vite lui prouver le contraire.

La mastodonte atterrit brutalement, non pas entre moi et le criminel… Mais directement sur le Scorvol. Aussitôt après, de nombreuses étincelles se font entendre, et signalent l’arrivée d’une horde de Motisma venus envahir les lieux. Spontanément, Smegta intercepte le Carchacrok, Hongta la Nidoqueen, Aegta le Laggron, Maygta le Minotaupe, et Emegta et Omegta se mettent à deux sur le Rhinastoc. Le crépitement électrique ne cesse pas de si tôt, et aboutit à l’arrivée d’Oz qui doit effectuer un court dérapage pour s’immobiliser devant moi. Le tout s'achève sur les téléportations synchronisées de Tobby, Thibault et Obbyt de part et d’autre de notre groupe. En reconnaissant la silhouette devant nous, mon starter fronce son museau.

« -… C’est pour ça que j’ai dû laisser tomber Euphie ? »

Il avise l’homme masqué, qui jette de multiples regards sur ce débarquement massif de Pokémon. Finalement, le criminel serre les poings, et se tourne vers moi.

« -Co… Comment ?! »

Mais c’est le Raichu d’Alola qui répond.

« -La télépathie, ça te parle, grognard ? Tu pensais vraiment que j’allais laisser mon crétin de dresseur partir tout seul sans chercher à savoir ce qu’il voulait ? » il se tourne vers Lucina « Cela dit, je ne m’inquiétais pas vraiment, avec toi »

En guise de réponse, la Luxray agite sa queue. Notre adversaire, lui, expire longuement en comprenant la situation.

« -Ils ne sont pas tous restés au parc… Ceux qui volent nous ont suivi depuis les airs. »

J’écarte lentement les bras.

« -Est-ce que tu comprends… ? Tu pensais me prendre par surprise, mais nous avons détecté votre présence. Tu pensais prendre l’ascendant psychologique, mais je t’ai attaqué sans attendre. Tu pensais m’avoir par le nombre et par le type… Mais j’avais moi-même assuré mes renforts. Est-ce que tu réalises ce que ça veut dire… ? »

Je lâche ma batte, et la laisse choir au sol. C’est totalement désarmé que je m’avance vers lui, pendant que mes compagnons s’occupent de neutraliser les siens.

« -Pas une seule seconde, je n’ai été en danger. Pas une seule seconde, je me suis senti menacé. »

Il recule d’un pas, mais il n’en faut pas plus pour que mes Magnéti utilisent leur attaque Téléport, et cherchent à se plaquer contre son corps. Ils génèrent ensuite un champ magnétique, via lequel ils paralysent tous ses mouvements. J’en profite pour me rapprocher progressivement.

« -Maintenant, tu vas répondre à ma question. Que me veux-tu ? »

Quelques secondes s’écoulent, pendant lesquelles je mets fin à la distance qui nous sépare. Mais comme il n’a toujours pas répondu à l’issu de celles-ci, je prends un air pensif.

« -Laisse-moi deviner. Hmm... » j’avise ses vêtements, abîmés « Ton masque et ton costume datent. D’au moins l’époque du kidnapping, je dirai. Lors de la Chute de Lansat, tu n’étais pas dans les rangs de la Team Rouage, et personne ne savait où tu étais. Tu les as quitté il y a longtemps déjà, ce qui explique ta présence en dehors de Lansat. Et tu n’es pas non plus là pour une bête question de vengeance… Sinon, tu n’aurais pas mis autant de temps pour simplement venir m’attaquer. Non, il y avait une réelle volonté de me nuire… Et ce au nom de la Team Rouage, sans quoi tu n’aurais pas mis ce déguisement absurde… »

Malgré qu’il soit à bout de souffle, je l’entends sourire, très légèrement.

« -Hh… Je comprends mieux pourquoi… Ils s’inquiétaient autant… »

Je hausse les sourcils, et le toise. Puis mon regard dévie sur le reste de la clairière, où mes Pokémon sont en train de mettre définitivement fin à toute tentative de riposte. Le Rhinastoc et le Scorvol luttent encore, mais Oz et Lucina se chargent de soutenir Sharon, Emegta et Omegta dans l’achèvement de leur tâche.

Puis je reviens sur mon agresseur. Je crois alors comprendre où il a voulu en venir.

« -… Tu as voulu retourner auprès d’eux. Tu as fui les rangs de la Team Rouage avant son heure de gloire, et maintenant, tu souhaites en récolter les bénéfices. Sauf qu’il y a deux problèmes majeurs. Premièrement, le blocus. Et deuxièmement… Moi. »

Il glousse.

« -Ils m’ont dit… Que tu me cherchais. Que tu avais l’air… Particulièrement…  Remonté. Puis… Ils ont vu… Ce que ton équipe a fait… A ces Pokémon Obscurs. Alors... Ils n’ont pas voulu de moi. Pas tant que… Tu représenterais une menace. Alors que… Si je t’éliminais… A la première occasion, je pouvais regagner ma place… Au sein de l’organisation. »

Je croise les bras, et renifle de mépris.

« -Charognard. Tu mérites bien ton titre de rat. »

Il ricane.

« -Allons, petite souris… Tu pourrais montrer un peu de reconnaissance, non ? Si je ne t’avais pas fait vivre tout ce que tu as traversé… Crois-moi, vous ne seriez pas devenus forts. » puis il jette une œillade aux Magnéti qui le retiennent « Même si… Je ne comprends pas ce qui te retient encore de les faire évoluer, ceux-là. »

Je claque de la langue.

« -Ça ne te regarde pas. »

Ce qui, comme toujours, semble l’amuser.

« -Ahaha… Tu fais ton sentimental ? Tu as peur qu’en évoluant… Ils perdent leur identité, ou quelque chose comme ça ? »

La tournure que prend cette discussion ne me plaît guère, alors je lui fais vivement savoir.

« -La ferme. »

Tant bien que mal, il tente de tourner la tête vers eux.

« -Vous savez… Si vous fusionnez… Vous deviendrez beaucoup plus forts.
-LA FERME. »

Je le frappe au visage. Ou plutôt, au masque. Ça ne suffit pas pour le décrocher, mais le décale légèrement. Puis je m’adresse à mes Magnéti.

« -Ne l’écoutez pas. Il cherche juste à mettre le doute dans votre esprit. D’ailleurs... » je leur fais un petit signe de tête « Lâchez-le. »

Tobby, Thibault et Obbyt me regardent sans émettre le moindre son, et suspendent d’un seul coup leur magnétisme. L’homme masqué tombe à genoux, et je ne lui adresse qu’un dernier regard de mépris.

« -Adieu. Et sache désormais... Que tu m’es insignifiant. »

Les Magnéti lui délivrent ensuite une décharge, qui a pour effet de complètement le sonner. Il s’écroule au sol, en même temps que s’abat le silence dans la clairière. Ne reste plus que les Pokémon K.O. du criminel, ce dernier, évanoui, et la portion de mon équipe venue à ma suite.

« -Oz ? Tu peux retourner auprès des autres et dire à Julie de ramener tout le monde à l’hôtel, stp ?… »

Il acquiesce, et prend aussitôt son envol en direction du parc. Pendant ce temps, j’avise l’homme inerte sur le sol, et notamment, son masque mal positionné.

J’ai alors un long instant de réflexion. Mes Pokémon ne disent rien, et se contentent de m’observer en train de dévisager mon ennemi. Cet homme… M’a fait vivre un réel cauchemar, que ce soit lors de cette mission catastrophique ou pendant mon enlèvement par la Team Rouage. Mais aujourd’hui… C’est terminé. Aujourd’hui… Il a cessé de représenter une menace.

Lentement, je m’abaisse. Mes doigts viennent s’accoler à son masque, et le soulève. Un geste me suffit alors à l’enlever de façon définitive, pour enfin révéler son visage.

Pour la première fois depuis toutes ces années.

« -… »

Je l’observe un instant.

Puis passe un moment. Où je reste complètement silencieux.

Et finalement, je soupire.

« -… Mouais. T’as vraiment l’air quelconque, en fait. »

***

La nuit a bien avancé.

Il m’a fallu patienter un bon moment avant l’arrivée des policiers, et la fin de leur interrogatoire. Plusieurs heures, en fait. Justifier l’arrestation d’un membre de la Team Rouage aussi loin de Lansat n’a pas été une mince affaire, très sincèrement. D’autant qu’ils ont voulu appeler l’école ou ma famille… J’ai dû batailler pour les convaincre de me laisser repartir seul. Après tout, je suis un étudiant majeur en totale période de permission, donc… Pas la peine de prévenir qui que ce soit.

Par contre, je suis à peu près sûr que si j’avais pas eu ma carte d’identité, ils m’auraient pas cru, pour mon âge.

C’est finalement exténué que je débarque à l’hôtel. Heureusement que là-bas, j’ai le droit à l’accueil chaleureux du reste de mes compagnons, et surtout de…

« -Mais t’étais passé où ?! Pourquoi t’as mis autant de temps à revenir ?! A cause de toi les frites ont refroidi ! Bon, tes Pokémon se sont chargés de les manger, mais… Je ne suis pas censée payer pour tes Pokémon, moi ! Et t’as vu l’heure à laquelle tu me fais veiller ? D’autant que t’as un bateau à prendre demain, non ?! »

Je me gratte l’arrière du crâne, et me contente de sourire d’un air quelque peu gêné. Discrètement, j’adresse un regard plein de reconnaissance à Oz : si Julie avait appris ce qu’il s’était passé ce soir, elle m’aurait noyé sous les questions. Et très sincèrement, j’ai déjà suffisamment répondu pour aujourd’hui…

***
26 Janvier 2020


De retour à Adala.

Après avoir souhaité bon courage à Julie, nous nous sommes simplement quittés au port de Néoville. Elle m’en aura fait voir de toutes les couleurs, mais… Elle m’aura bien aidé. Et puis, en toute franchise, je suis curieux de voir la tête de son reportage.

Maintenant, me voila de retour dans ma chambre, au sein de la Pokémon Community. Un silence de plomb règne, en dépit de la présence de l’intégralité de mes compagnons en dehors de leurs Pokéballs.

Expectatifs, ils me regardent saisir une boîte, au dessus de mon armoire. Je la dépose sur mon bureau, l’ouvre, et observe un instant son contenu. Il y a une clé USB. Un post-it avec diverses adresses. Un extrait de journal. Et une liste.

J’attrape cette dernière, ainsi qu’un stylo. Puis, sans l’ombre d’une hésitation, je raye le tout premier nom qui y est inscrit. Je lève ensuite le papier devant moi, et le relis.  

la liste :

Homme masqué
Aaron Olsen

Garrick Gamble

Le gardien

Jim

Suzie Parker

Yann Knock
Elisa Douglas
Timéo Clément


« -… » après un instant à l’observer, je prends finalement la parole « C’en est fini de lui. La Team Rouage existe encore, certes… Mais en l’état, il constituait un véritable danger, même dissocié d’elle. »

Je dépose la feuille dans sa boîte, et la referme. Puis je me tourne vers mes compagnons.

« -Merci pour tout. C’est grâce à vous… Et à nos efforts communs… Que nous avons pu l’appréhender aussi facilement. Parmi vous… Certains n’ont pas eu le malheur de le rencontrer. Sachez qu’à l’époque… Un seul de ses Pokémon a suffi à mettre toute l’équipe en déroute. Et aujourd’hui…  »

Je serre un poing.

« -Nous sommes en mesure de le maîtriser. Nous ne devons pas nous relâcher, et… Continuer inlassablement à gagner en force. »

Toujours en silence, ils acquiescent. Et alors que je pensais simplement me retourner et ranger cette boîte… Un grésillement m’interrompt.

Je m’arrête dans mon mouvement. Trois yeux se sont détachés du reste de la horde, et se sont avancés vers moi. Un ruban jaune, un ruban rouge et un ruban bleu flottent à leurs côtés. Ils n’émettent pas d’autres sons, et me dévisagent, sans trop savoir que dire.

« -… »

Moi non plus, je ne sais pas comment réagir. J’appréhende un peu leur réaction, à vrai dire. Leur corps n’est certes constitué que d’une pièce métallique et d’un œil unique… Mais je perçois un réel changement dans leurs attitudes. Tous les trois m’ont l’air… Étrangement résolus.

Et ça m’inquiète.

« -… Vous voulez le faire ? »

Sans même s’échanger un regard ou se concerter… Les trois Magnéti montent puis descendent légèrement, ce qui est le signe d'un acquiescement. Je plisse les yeux.

« -Vous voulez devenir plus forts, vous aussi ? »

Ils réitèrent leur geste, avec toujours, cette même synchronisation. Je sens mon cœur se serrer.

« -Vous… Avez conscience que c’est irréversible ? »

Ils acquiescent. Encore.

« -… » j’ai besoin d’inspirer, avant de prononcer la suite « Si vous faîtes ça… Vos esprits fusionneront. »  

Acquiescement. Je serre les dents.

« -Vous n’avez pas besoin de ça pour devenir plus forts. Je peux vous entraîner autrement… Et vous faire gagner en puissance, sans que vous ayez à évoluer. Alors… »

Ils acquiescent à nouveau. Mes doigts se replient.

« -Si c’est à cause de ce que cette enflure vous a dit, ne vous tracassez pas. Ses paroles sont du poison. Il cherche juste à vous troubler et… »

Cette fois-ci, et dans un timing toujours aussi parfait, ils s’agitent de gauche à droite. Je me mords la lèvre. C'est clairement une négation.

« -Vous… Y aviez déjà réfléchi ? »  

Acquiescement.

« -Vraiment ? »

Acquiescement.

« -Vous… Vous êtes certains ? »    

Ma voix a un peu plus porté que voulu, sur la fin. Je ne le réalise qu’après coup, mais mes yeux s’humidifient lentement. Je sens aussitôt un certain trouble envahir les Magnéti, et… En lieu de soulagement, c’est un désagréable sentiment d’amertume qui me traverse.

Je détourne finalement le regard. Sans que je m’y attende, une voix familière vient résonner dans mon esprit.

« -C’est normal pour un Pokémon de vouloir évoluer, tu sais…  »

J’inspire longuement.

« -Je sais. »

Je ferme les yeux.

« -Je sais. »

Je serre les poings.

« -Mais ça me rend triste. Ça me rend triste, et… Je m’en veux d’éprouver cela. »

Je me retourne, et fais de nouveau face aux Magnéti.

« -L’évolution est un grand moment dans la vie d’un Pokémon. Tous ne désirent pas y accéder… Tous ne le peuvent pas. Mais… Il n’empêche que c’est une forme de renouveau, qu’un dresseur se doit de fêter. » je baisse la tête « Vous aussi, vous avez le droit à cette fête. Même si elle implique… Que vos esprits ne forment plus qu’un. Même si… Vous ne serez plus tout à fait les mêmes… Et ce… A jamais… Et même si… »

Je parviens difficilement à dissimuler mes larmes plus longtemps encore, et celles-ci finissent par perler aux coins de mes yeux.

« -J’aimerai que tout reste ainsi. Pouvoir continuer de prendre dans mes bras le Tobby que j’élève depuis l’œuf, continuer de passer des heures à essayer de détacher Thibault du métal sur lequel il s’accroche accidentellement, et inciter Obbyt à se rapprocher des autres Pokémon de l’équipe, pour finalement le voir se lier à eux, et… »

Je plaque un bras contre mes yeux. Je prends ensuite une profonde inspiration, et essaye de taire cette vague de nostalgie qui monte en moi.

« -Je suis votre dresseur. Je respecterai votre choix. » je renifle « Non... »

J’abaisse mon bras. Et mon expression dénote d’une détermination nouvelle.

« -Je l’approuverai. Si vous ressentez en vous le besoin de devenir plus forts, l’envie de pouvoir protéger les autres membres de l’équipe, ou que votre attachement pour vos deux comparses est si puissant que vous souhaitez ne former plus qu’un… Alors, c’est tout à votre honneur. Ce choix, il est vôtre, et… »

J’accole mon poing contre mon cœur.

« -Toute l’équipe le soutiendra.
-… Eh bah voila, ça c'est de belles paroles.
-Grava !
-Monde…
-Pio ! Loupio !
-Pika piiiiiii !
-ISMAAA!
-Kaaaable. »


Les regards de Tobby, Thibault et Obbyt parcourent l’assemblée de Pokémon, qui acclament vivement leur décision. Pour ma part, j’ai bien quelques difficultés à garder ma consistance et ne pas pleurer, mais… Je fais de mon mieux pour.

Ce qui s’avère compliqué quand je réalise que les trois Magnéti ont la larme à l’œil, eux aussi.

Tous les trois toisent les différents habitants de cette pièce, puis en cœur, s’écrient :

« -MAGNETIIIII ! »

Ce qui achève de me faire pleurer.

Ils se rapprochent les uns des autres, et une vive lumière parcourt leurs corps. Ils continuent de se faire plus proches, jusqu’à même fusionner, et ne former plus qu’un unique amas de lumière. Ce dernier reprend cependant très vite forme, et voit son contour se repréciser : l’espace d’un instant, je croirai voir ceux de trois Magnéti différents…

Mais c’est bien celui d'un Magnéton qui se fait.

Trois foulards chutent au sol. Je renifle bruyamment, alors qu’ils… Ou qu’il… Lève bien haut ses différents aimants.

« -Tooooon ! Magnéton ! »

Je fais quelques pas maladroits, et me raccroche au Pokémon. Son corps froid et métallique n’est en rien agréable, mais… J’apprécie toujours autant rentrer en contact avec. Tout en fermant les yeux, je l’enlace de toutes mes forces.

« -Bon. Je… Je présume qu’il va falloir trouver un nouveau nom, du coup. »

HRP :
Evolution de Tobby, Thibault et Obbyt en Magnéton !



« Adieu. Et sache désormais... Que tu m’es insignifiant. »
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum