Connexion
Pokemon Community :: Archives :: Les Archives :: Année 7

Pokemon Community

Tu abandonnerais ce pauvre locataire démuni à son déménagement, en « empruntant » sa camionnette en plus… ? Je ne te pensais pas voleur, Josh.
en savoir plus ?
Cha-charmant… normalement c’est en mission avec Josh que je frôle la mort, pas en rentrant chez les Phyllalis.
en savoir plus ?
Je vais chuter, encore, et ça sera long, et ça sera douloureux, et t'auras pas envie d'être là. Parce que toi, tu as Aoi mais moi j'ai quoi maintenant que Maya est partie, dis-moi ?
en savoir plus ?
Ce n'est pas le parc que je souhaite anéantir...
en savoir plus ?
Mademoiselle Alézar, Pecheresse Caroline ! Où êtes-vous ?
en savoir plus ?
La triche sera permise évidemment.
en savoir plus ?
Q…. Quéééééééééééééé ?!
en savoir plus ?
-46%
Le deal à ne pas rater :
Mi Home Smart4u Casque de vélo avec rétroéclairage LED
37 € 69 €
Voir le deal

Raudhr Akai
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t6608-452-red-guardian-raudhr-akai-phyllali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t6615-raudhr-akai-phyllali
Icon : "ɪꜱ ɪᴛ ʟᴜᴄᴋ ᴏʀ ꜱᴋɪʟʟ ᴛʜᴀᴛ'ꜱ ᴋᴇᴇᴩɪɴɢ yᴏᴜ ᴀʟɪᴠᴇ?"
Taille de l'équipe : 10/12
Région d'origine : Sinnoh.
Âge : 19.
Niveau : 24
Jetons : 13176
Points d'Expériences : 466
"ɪꜱ ɪᴛ ʟᴜᴄᴋ ᴏʀ ꜱᴋɪʟʟ ᴛʜᴀᴛ'ꜱ ᴋᴇᴇᴩɪɴɢ yᴏᴜ ᴀʟɪᴠᴇ?"
10/12
Sinnoh.
19.
24
13176
466
pokemon
"ɪꜱ ɪᴛ ʟᴜᴄᴋ ᴏʀ ꜱᴋɪʟʟ ᴛʜᴀᴛ'ꜱ ᴋᴇᴇᴩɪɴɢ yᴏᴜ ᴀʟɪᴠᴇ?"
10/12
Sinnoh.
19.
24
13176
466
Raudhr Akai
est un Topdresseur Stratège



『ᴜɴᴇ ᴩʀᴏᴍᴇꜱꜱᴇ.』
______________

Qu'est-ce que le temps ? Un amas de grains dans une cage de verre, visible par tous, mais immuable. Il passe, il passe, et vous vous engouffrez dans cette cage dont le fond se rapproche au fur et à mesure que ces grains s'écrasent sur vous de manière assommante dès qu'on y prête attention. Et vous perdez la raison.



Clignant des yeux, Raudhr se concentra un instant sur sa feuille à moitié remplie de notes. Voilà des mois que son train train quotidien avait repris, sans événement particulier à noter. Il s'était mentalement enfermé dans ses notes et son travail, après avoir décidé de sa réorientation. La vie n'était qu'une succession d'échecs et d'essais, aussi son moral n'en était pas affecté. De toute façon, tout lui servait d'expérience, quelle qu'elle soit. Il avait appris, compris, recommencé, et le tout sans forcément avoir l'impression de perdre du temps. Bien au contraire, il était satisfait de son parcours Ranger jusqu'alors. Cependant, son esprit était, au fil du temps, devenu celui d'un Stratège apte à la réflexion poussée, et ses ambitions s'en étaient retrouvées impactées. Il s'était donc noyé dans le travail, pour rattraper son « retard » inexistant, mais important pour lui. Entre cours, recherches, combats, sa relation avec ses pokémon s'était d'ailleurs bien améliorée.
Deloi était toujours aussi cool et classe, et le Noctali avait un bon degré de complicité avec l'Escroco. Il s'était même mis à la cuisine pour lui faire quelques plats bien épicés, que le crocodile des sables appréciait avec un enthousiasme non dissimulé. Esterni était officiellement devenue la maman du groupe. Son instinct maternel avait finit par toucher toute l'équipe -ou presque-, et elle prenait la responsabilité d'engueuler les plus jeunes lorsqu'ils faisaient des bêtises, facilitant d'ailleurs le travail d'éducation de Raudhr, ce dernier ne savant des fois plus où donner de la tête. Après tout, il n'était pas particulièrement pédagogue, malgré sa grande patience, et gérer certains de ses compagnons qui avaient une attitude spécifique enfantine, ce n'était pas son truc. Du coup, Esterni l'aidait beaucoup dans l'éducation, surtout depuis qu'elle avait enfin appris à s'affirmer. Elle qui osait à peine lever la tête au début, n'hésite désormais même pas à mordre et tirer par la peau du coup les plus rebelles, sous l’œil avisé de Raudhr, qui la regarde souvent d'un air de dire « quelle patience. »
Vindr s'était calmé et n'était pas aussi hyperactif, quoi que son esprit compétiteur n'en démordait pas, malgré le temps passé. Il lui arrivait, par moments, de passer devant le reste de l'équipe avec une mine neutre, et puis sans crier gare, d'un seul coup, tourner vivement la tête et lancer un regard encore plus hautain que son Dresseur ; chose presque impossible sur le papier. Pourtant, il en provoquait plus d'un en passant, avant de lever la tête comme si de rien était. Peut-être que Raudhr avait trop déteint sur lui, d'une certaine façon...
Fyrn, le fougueux Canin, avait été le plus compliqué à canaliser, mais après maintenant quelques années de menaces et de bains intempestifs, le Caninos était particulièrement sage. Le Noctali savait qu'il allait bientôt être temps de tenir sa part du marché, lui aussi, mais était beaucoup trop plongé dans ses études stratégiques pour ça. Cependant, il gardait bien sa promesse en tête.
Kveykva avait bien grandit. Sa personnalité s'était forgée en un Dynavolt bien curieux, et surtout joueur. En revanche, il était le premier à courir se réfugier dans la fourrure d'Esterni dès qu'il se blessait ou se vexait. Craintif des étrangers de base, il s'entend bien avec tout le monde, et a très vite su intégrer le petit nouveau dans la bande.

En revanche, Raudhr avait deux soucis principaux. D'abord, il y avait toujours Blädrn. Cela faisait plus d'un an et demi maintenant, et le dragon féroce était toujours un problème pour le Noctali. Depuis le temps, il n'avait refait aucune « crise », et donc, son « autre lui » n'était pas sorti. De ce fait, Blädrn ne sortait presque jamais de sa Pokéball, et lorsque c'était le cas, il refusait tout simplement de se laisser approcher. Il n'était pas particulièrement agressif, mais il créait des bourrasques d'avertissement lorsque le reste de l'équipe l'approchait, et lançait un regard jugeur vers son Dresseur. Il savait qu'il y avait un certain manque de confiance, mais avec le temps, le dragon semblait lui aussi s’assagir. Ses vieux démons, depuis son passé sous la tyrannie humaine, semblaient toujours autant le hanter, et il restait souvent dans son coin lorsqu'il était sorti de sa Pokéball. Il allait falloir dompter la bête, à un moment ou à un autre.

L'autre souci, déjà plus embêtant, c'était le changement d'attitude de Skölir depuis ces derniers mois, qui avait d'ailleurs le don d'agacer Raudhr par certains moments. Le starter, d'habitude si calme et posé, devenait de plus en plus agressif, rebelle. Il enchaînait caprice sur caprice, et il lui arrivait même de refuser complètement d'obéir. Il s'était même enfui dans la nuit du dortoir, et c'était Esterni qui avait du avertir le Topdresseur de son absence. Le Lixy était terriblement têtu, et plus le temps passait, plus il devenait presque indomptable. Le garçon avait d'abord cru à une frustration quelconque, comme un manque d'exercice, mais même en combat amical, il n'en faisait qu'à sa tête, et son dresseur avait du mal à le reconnaître par moments. D'ailleurs, en ce moment-même, il était roulé en boule dans un coin de la pièce, à l'écart des autres, face au mur, la mine renfrognée, et ce depuis des mois. Raudhr avait bien essayé des techniques, la méthode forte, comme la méthode douce, lui parler, comprendre ce qui n'allait pas, mais c'était peine perdue. N'ayant aucune idée de comment régler le problème, le Dresseur était perdu sur son cas. La seule théorie qu'il avait n'avait aucun fondement ;  il pensait qu'il s'agissait peut-être d'une attitude pré-évolution. Cela faisait des années qu'il avait Skölir, et peut-être celui-ci s'apprêtait simplement à évoluer, en entrant dans une phase d'adolescent rebelle auparavant. De toute façon, seul le temps avait la réponse, et forcer les choses n'était pas dans la façon de faire du Noctali.


Posant sa plume, Raudhr souffla. Sa page était bien remplie, il pouvait s'accorder une petite pause. S'étirant, sa chaise grinça légèrement, faisant lever la tête à Fyrn et Kveykva, non loin de là sur un petit tapis dans un coin de la chambre. Cette dernière était plus spacieuse que la précédente, et d'un point de vue design, plus à son goût. Depuis certains événements, le garçon avait dû demander un changement de dortoir, tant sa chambre éveillait beaucoup trop de traumatismes pour lui. Les souvenirs de ses pertes de contrôle le hantaient, et sa mémoire visuelle étant beaucoup trop active, il avait fini par prendre sa santé mentale en main, et après un petit suivi avec Mr.Ghost, sa demande avait été accordée. Depuis, aucune crise, et il avait peu à peu pu se reconstruire, en gérant de mieux en mieux ses émotions. Cependant, il connaissait maintenant ses éléments déclencheurs, et savait que la moindre coupure sur ses mains ou poignets était un dangereux risque à ne pas prendre à la légère. Depuis, il portait sans arrêt des gants noirs en cuir ou tissu alternativement, afin d'éviter toute potentielle crise. Sa peur de lui-même demeurait présente, et cette présence en lui était toujours là, mais de plus en plus muette avec le temps et le travail. Plus il avait à faire, moins il y pensait ; sa productivité et son rythme d'apprentissage s'en étaient retrouvés presque doublés.

Raudhr passa son regard rouge pâle sur son étagère, remplie de bouquins en tout genre sur la stratégie et les Pokémon, ou encore le combat à l'épée et l'escrime. Un petit passe-temps qu'il s'était tout récemment trouvé. Finalement, il ouvrit son tiroir pour en sortir un petit sac de velours noir, où il avait rangé ses deux Pierres Feu. En voyant l'éclat de ladite pierre, Fyrn leva la tête, et capta le regard de son Dresseur. Son regard n'était pas insistant, ni impatient, simplement curieux. Il avait vraiment acquis une certaine sagesse dans son langage corporel et dans ses yeux, à tel point qu'il était parfois méconnaissable, comparé à ses premiers mois avec Raudhr. Ce dernier était particulièrement fier de lui, et savait qu'il était bientôt l'heure qu'il tienne sa promesse. Il culpabilisait un peu de se plonger dans son travail par moments, mais chassait rapidement cette pensée. Lui aussi, devait être prêt à le voir évoluer. Une petite partie de lui était encore très attachée à ce canin fougueux, jusqu'à qu'il repense à ses roulades dans la boue et cavales dans la chambre couvert de celle-ci pour voir une grimace s'afficher sur son visage d'habitude si inexpressif et tiré par les cernes.
Soupirant, le Noctali posa le sac de velours dans un coin de son bureau, la pierre Feu luisant légèrement d'un éclat orangé. Il se leva de sa chaise, et se dirigea dans le petit coin cuisine de sa chambre pour y mettre un peu d'eau à bouillir dans sa théière. Pendant que l'eau chauffait, il ouvrit un placard pour y sortir des petits sachets de thé aux fruits rouges, quelque chose qu'il avait appris à aimer ces derniers temps. Il en sortit un de son emballage et rangea le reste dans son placard, attendant patiemment que l'eau boue. Au bout d'une petite minute, la théière émit un petit son strident, et le jeune homme l'éteint prudemment. Il attrapa sa tasse noire dans un coin de l'évier et y déposa le sachet de thé dedans, laissant bien la petite ficelle pendre à l'extérieur avant de délicatement verser l'eau bouillante dans sa tasse. Ce faisant, une légère vapeur chaude s'échappa du conteneur, et les doux arômes sucrés des fruits rouges s'y mêlèrent après quelques secondes d'infusion. Finalement, il s'éclipsa vers son bureau à nouveau, après avoir reposé la théière dans un coin, et posa sa tasse sur son bureau, loin de sa paperasse éparpillée pour éviter les accidents malencontreux. Il secoua légèrement son sachet de thé, avant de regarder son équipe un peu plus loin dans la pièce.

-Vous avez faim ?

La question elle fut vite répondue. Les Pokémon s'agitèrent, relevant la tête avec enthousiasme. Kveykva aboya joyeusement, surexité, sous le regard exaspéré de Esterni. Deloi leva la tête avec un demi sourire et un hochement de tête satisfait, alors que Fyrn s'était levé pour s'étirer les pattes, que Manin s'était empressé d'imiter. Vindr leva la tête de manière désintéressée, mais fixa la gamelle sans cligner des yeux.
Amusé, Raudhr retourna dans la cuisine pour en sortir un gros paquet de croquettes Pokémon. Il prit les deux grosses gamelles vides du coin de la pièce pour les remplir avec un verre doseur et de manière égale. Après quoi, il vint les déposer directement dans le coin gamelle, non sans manquer de trébucher par un Dynavolt blanc surexcité qui zigzaguait entre ses jambes. La joyeuse bande vint donc se baffrer avec enthousiasme.

- 'xy.

… Sauf un, bien entendu.
Raudhr se retourna. Skölir était toujours dans un coin de la pièce, à l'opposé, roulé en boule et face au mur. Il faisait dos au reste de l'équipe, et abordait une mine renfrognée, voire méprisante. Décidément, sa période rebelle ne faisait qu'empirer.
Enlevant ses gants en tissu, Raudhr remonta ses manches et s'assit sur sa chaise, un air quelque peu las. En même temps, l'expressivité, ce n'était pas son domaine. Mais en réalité, il était quelque peu inquiet. Skölir refusait entièrement de manger par moments, et il ne daignait que rarement répondre quand son Dresseur l'interpellait. Il avait surtout peur que le tout détériore sur sa santé, mais il n'était vraiment pas certain de la manière à aborder. Peut-être devait-il l'emmener dans un Centre Pokémon ?

Après avoir secoué une dernière fois son sachet de thé, l'étudiant le sortit de sa tasse et le posa sur un mouchoir, sur le côté. Il posa ses lèvres sur le bord du récipient, et prit une petite gorgée, laissant les arômes sucrés affluer dans son palais, tandis que la chaleur s'occupait de détendre ses muscles. Expirant légèrement pour une petite bouffée d'air frais après la chaleur de la boisson presque brûlante, il reposa sa tasse dans un coin du bureau et prit une petite inspiration, pour finalement aller s'asseoir sur son lit, à côté du Lixy roulé en boule.

-Tu n'as pas faim ?


Le starter ne répondit pas, et tourna la tête. Raudhr inclina la sienne.  

-Il faut que tu manges, Skölir.

Un grognement pour réponse. Le Noctali soupira, quelque peu désemparé. Il était décidément bel et bien boudeur, et aucun moyen d'avoir une réaction correcte de sa part.
Un mouvement attira son attention, et il vit Fyrn arriver en trottinant calmement, une croquette dans la gueule. Il vint la poser à côté de la tête du Lixy, qui avait dressé les oreilles, mais se contenta de tourner la tête en direction opposée après avoir à peine reniflé le mets, ce qui fit hausser un sourcil au jeune homme.

-Quoi, tu n'aimes plus ? C'est nouveau, dis-moi.


- 'xy.

-Tiens-donc.

Cette fois, c'était une légère exaspération qui venait agrémenter le nouveau soupir de Raudhr. Qu'est-ce que son starter lui faisait maintenant, un caprice sur la qualité de ses croquettes ? Lui qui pourtant avait toujours adoré cette marque-ci. Fyrn s'était assis à côté, la langue pendante, mais toujours aussi calme. Il émit un couinement interrogatif, auquel le starter répondit par un regard méprisant ; un regard que n'aimait pas l'étudiant.

-Skölir.


Son ton était redevenu froid, comme à l'accoutumée lorsqu'il réprimandait son équipe ; c'était une mise en garde. Autant le Noctali voulait l'aider, autant la discipline devait tout de même être respectée,
Le Lixy se leva et s'assit, léchant sa patte avant avec insolence, faisant mine de ne rien entendre. Raudhr émit un claquement de langue agacé. De toute évidence, il n'en faisait qu'à sa tête.
Se levant, l'étudiant sortit de son tiroir la Pokéball de son starter. Même s'il ne rentrait jamais dans sa Ball, Raudhr avait jugé que pour le moment, il valait mieux qu'il y reste un petit moment, au moins histoire de se calmer un peu. Son comportement lui déplaisait beaucoup, en ce moment, et il franchissait des limites que le TopDresseur n'approuvait pas.
Pointant la Pokéball vers le starter, ce dernier se raidit d'un coup.

-Écoute, pour l'instant, tu vas revenir dans ta Pokéball. Je ne veux pas de...


Ça, l'étudiant ne l'avait pas vu venir. Le Lixy fit un grand bond, et de sa patte avant, donna un coup dans la Pokéball que le garçon tenait pour la lui faire lâcher, avec succès. La Pokéball tomba à terre avec fracas en rebondissant et roulant sur le sol, ce qui fit lever la tête à toute l'équipe, qui venait d'assister à la scène d'un peu plus loin. Il y eut un silence, plutôt long, et aucune réaction de qui que ce soit. Skölir s'était mis à quelques mètres, un air féroce sur le visage, et Fyrn avait fait un petit bond sur le côté pour éviter la Pokéball tombant sur lui. Aucun bruit, aucun mouvement. Juste un silence, pesant, qui semblait durer pendant déjà trop de secondes.

La mine de Skölir se fit plus pâle, et Fyrn avait baissé les oreilles. Devant eux, leur Dresseur n'avait toujours pas bougé, et avait la tête baissée, sa mèche ne laissant pas transparaître son expression à cet instant-là. Pourtant, il ne bougeait toujours pas, fixé dans la même position depuis maintenant une vingtaine de secondes. Il tenait son poignet droit de sa main gauche, et effectuait une pression si forte qu'il se coupait presque la circulation du sang, sans même s'en rendre compte. Parce qu'à cet instant-là, tout son mécanisme parfait était en train de cliqueter et s'inverser.
Comme si l'ordre des choses s'était inversé, et avait cessé de tourner de manière fonctionnelle.
Sa vision était trouble, de plus en plus trouble, alors que pourtant, ses pupilles s'étaient dilatées en fixant un seul et unique détail, qui forçait son corps à trembler malgré lui. Doucement, alors seulement tout doucement, son esprit réalisait ce qu'il venait de ce passer, et ce qui en avait découlé, bien après que son corps et lui l'aient compris.

Entrouvrant les lèvres, Raudhr se mit à haleter. Sa vision s'était presque dédoublée, alors qu'il fixait les trois grosses traces de griffures ensanglantées sur sa main, dont le sang chaud s'échappait lentement. L'entaille n'était pas particulièrement profonde, mais les trois traces étaient bien distinctes, aussi coupantes que des lames de rasoir. Que des lames en métal, bien affûtées et fines. Terriblement tranchantes. Douloureuses.


Une grande douleur s'éveilla, mais pas sur la plaie, dans la tête. Le Dresseur recula d'un pas, les lèvres entrouvertes, haletant en tremblant. Il refusait de lâcher son propre poignet, et ses muscles étaient terriblement tendus. Une violente nausée monta, et il pouvait presque sentir son sang bouillir à l'intérieur de ses veines, apportant une bouffée de chaleur et une montée d'adrénaline dans tout son corps. Il trembla, de plus en plus violemment, et se plia en deux. La douleur dans sa tête était sévère, bien plus que la douleur physique émanant de la plaie. Il avait encore cette impression fantomatique d'une caresse invisible, que tout son corps s'enveloppait dans une brume noire, et qu'il perdait de plus en plus conscience. Son esprit se rétractait dans un coin de sa tête, dans ce petit sanctuaire rouge et noir, alors qu'une autre conscience prenait place, d'une force d'acier.

Et à nouveau, cette voix venait hanter son esprit, le reste de sa conscience. Un rire, sombre et grave, d'une voix terriblement proche de la sienne, qui résonnait, encore et encore. Il lança un dernier regard vers son équipe, un amas de couleurs peu distinctes, vacillantes. Il n'avait pas le temps de les rentrer dans leur Pokéball, il manquait de temps, d'expérience, de contrôle. Son dernier mécanisme contrôlé fut une larme qui monta dans le coin de ses yeux, avant qu'il ne les ferme.


Et à partir de là, tout changea.


La rose perdit un autre pétale, qui vint s'écraser sur le sol.
Le sang rouge sombre glissait avec délicatesse le long de sa peau blanche, laissant une délicieuse et délicate traînée sanglante derrière lui. Il ruisselait de manière presque trop abondante pour ce que la plaie pouvait laisser paraître, et ce pour son plus grand bonheur, à lui. Il pouvait le sentir en lui, traversant ses veines, pour s'écouler lentement contre sa peau. Chaque parcelle, chaque millilitre, n'importe où.
Et lorsqu'il rouvrit les yeux, on aurait pu jurer que son iris en avait absorbé sa délicieuse teinte rouge. Son regard avait changé, il était plus las, amusé, joueur, satisfait.
     Terrifiant.

Fyrn avait reculé de plusieurs pas maintenant, les oreilles plaquées en arrière, et s'était heurté au mur juste derrière lui, dans un coin de la chambre. Il s'était tapis contre le mur solide, le corps tremblant légèrement, apeuré. Quant à Skölir, son expression avait changé, et il s'était tout d'un coup rendu compte de sa terrible erreur. Il le savait. Il le connaissait mieux que les autres. Il aurait du savoir. Mais ce n'était qu'un accident, non ?
Il recula.
Juste un accident ? Il leva les yeux vers Raudhr, et baissa aussitôt les oreilles. Il le savait, ce n'était plus lui. C'était l'autre.

Ce dernier avait lentement ouvert ses yeux, dont seul le droit était visible, presque brillant malgré l'ombre sur son visage. Il arborait un simple sourire, à demi sadique et satisfait.

- Ahhh..


Sa voix était grave, plus que d'habitude, alors qu'il s'était lentement relevé, dans un long mouvement souple et articulé, entièrement maître de son corps. Sa chevelure aussi rouge que le sang qui s'écoulait de sa plaie glissa doucement sur sa peau, alors qu'il s'était redressé, lâchant enfin son poignet qu'il laissa tomber le long de son corps. Il pouvait sentir cette douleur lancinante, qui tambourinait au rythme des battements de son cœur effréné, dans une douce danse hypnotisante. Il la revivait enfin, cette sensation, cette conversion entre la douleur et la frénésie. Elle était si douce, si enivrante, à tel point qu'il pouvait presque la sentir physiquement envahir son palais.

Il sentait son hôte, au fond de lui, se recroqueviller dans un abandon presque total, et un désespoir sans fond. Un espoir brisé, une porte ouverte.
Il rit.


Alors, il reprit donc sa danse, et promena son regard rouge rubis sur les deux créatures apeurées en face de lui. Il pouvait presque voir cette énergie sombre émaner de leurs corps tremblants, dans un afflux de terreur et d'adrénaline dans l'air. Comme une sorte de vision intérieure, captant les flots énergétiques et les émotions par la seule porte du langage corporel.

-Alors, dis-moi...

Sa voix était presque mielleuse, voire sensuelle, comme une douce caresse gorgée de dangers. Il fit un pas en avant, alors que les deux Pokémon en firent deux sur le côté.

-... qu'as-tu fait, Skölir ?


L'insistance sur le nom du Lixy le fit frissonner, alors qu'il prenait une teinte terriblement pâle. Il venait d'insister sur son nom, raclant le fond de sa gorge dans un râlement rauque et intimidant.
Mais alors qu'il s'avançait lentement vers le starter, une boule noire et rouge orangée fit irruption dans son champ de vision, stoppant un instant son mécanisme parfait. Fyrn se tenait devant lui, les pattes tremblantes, mais pourvu d'un grand courage soudain, capable de bouger. Il avait les dents sorties, et semblait grogner à contrecœur, la mine effarée.  

-Ha, tiens.. ?


Stoppé dans son élan, le jeune homme releva les épaules, et fixa le canin de feu sans un mot. Puis d'un coup, dans un mouvement brusque, il donna un coup violent contre le mur, à quelques centimètres du canin qui jappa en reculant d'un bond. Il se rua sur le côté, alors que Skölir, toujours sur place, n'avait pas encore bougé, paralysé. Fyrn aboya de nouveau, tandis que derrière, Deloi avait pris les devant, et s'était posté devant les deux plus jeunes avec l'aide d'Esterni.
Le jeune homme resta dans la même position pendant quelques instants, fixant le mur que sont poing avait heurté, non sans violence. Il finit par lentement tourner la tête vers le Canin, qui s'était réfugié dans un coin. Alors, il se décolla du mur, et s'avança à nouveau, lentement. Chacune de ses actions était méticuleuse, d'une précision et d'un calcul terrifiants.

-Alors, c'est tout ? Tu me déçois..


Un pas, puis un autre.

« Arrête... »


Le canin lâcha un couinement incontrôlé.

« S'il te plaît... arrête... »


Ce n'était qu'un écho, au fond de sa tête, résonnant devant le regard larmoyant de son Pokémon à quelques centimètres de lui.


Skölir enfonça ses griffes dans le sol. Son Dresseur avançait vers le Caninos chromatique, avec un air menaçant, et il était incapable de bouger.
Un immense sentiment de culpabilité se mélangea à son adrénaline provoquée par le choc du changement. Il le savait. Et c'était Fyrn qui allait devoir payer pour lui ? Par sa faute ? Il était le responsable. Il savait ce qui rongeait son Dresseur. Il était celui qui le comprenait le mieux, étant son partenaire depuis des années maintenant. Il devait grandir.

La panique gagna le type Electrik. Il regarda frénétiquement autour de lui, faisant à moitié dos à l'étudiant, avant de lancer un regard vers le type Feu, terré dans son coin, les oreilles plaquées en arrière, tout son corps couché contre le sol, et collé au mur. Son regard perçant tomba sur un petit éclat jaune et orangé. Il fallait qu'il bouge. Que son corps bouge. Bouge. Bouge. B o u g e .

Un immense flot d'énergie enveloppa son corps d'un coup, lui procurant une sensation de légèreté contrastant de manière fulgurante avec sa panique au préalable. Une grande puissance, une sorte de délivrance, comme s'il venait d'ouvrir les portes d'une cage qui le retenait depuis longtemps. Un douce sensation, chaleureuse, bienveillante, presque, qui enveloppait son corps. Alors, il se mit à briller, d'une grande lumière étincelante, et il se sentit grandir. En taille, comme en esprit, ou en force. Toute une nouvelle puissance, avec un nouveau goût, un nouveau courage, un nouvel espoir. Une manière de réparer ses erreurs, comme un vent arrière, qui le poussait à aller de l'avant.
Sa fourrure devint crinière, noire ébène, ses traits se tirèrent vers une mine sérieuse, alors que ses muscles grandissaient, sa taille entière doublant de volume.
La lumière se dissipa, laissant place à la nouvelle forme du Lixy, seulement évolué en Luxio.
Et cette nouvelle forme lui donna une énergie soudaine.

Bouge.

Et il bougea.

D'un bond vif, il grimpa sur le bureau de bois, et d'un coup de patte, fit sortir la Pierre Feu de son sac de velours. Il la prit dans sa gueule, et descendit du bureau, avant d'envoyer la pierre vers le chromatique. Elle roula légèrement sur le sol, ralentissant sa course, pour finalement s'arrêter, cognant doucement la patte du Caninos. Ce dernier lança un regard au Luxio, puis à son Dresseur, qui s'était arrêté dans son mouvement, et ferma les yeux, presque résigné, avant qu'une vive lumière l'enveloppe.

Raudhr ferma les yeux, détournant légèrement la tête, tant la lumière fut vive.
Le corps de Fyrn se retrouva, à son tour, enveloppé d'une douce chaleur, d'un terrible sentiment d'apaisement et de bien être, après toute cette peur et souffrance qu'il venait de traverser. Son corps se détendit, ravivé d'une flamme nouvelle, alors que sa silhouette grandissait à vue d’œil. Sa fourrure tripla de volume, pour une longue crinière soyeuse, alors que son corps avait prit une masse considérable, dépassant maintenant la taille de son Dresseur. Ses muscles s'étaient déchirés pour se reconstruire instantanément derrière, lui procurant une force monstrueuse, nouvelle. Tout son corps s'étira et grandit, alors que sa douce fourrure terminait de prendre forme autour de son cou et de sa queue. La grande lumière vive s'estompa peu à peu, et lorsque le jeune homme rouvrit les yeux, il se tenait face à un gigantesque Arcanin noir et rouge, dont le regard était rempli d'une grande sagesse, mais également d'une profonde tristesse, reflétés dans son iris rouge orangée, brûlant d'une flamme douce, mais presque éteinte. Il la plongea dans le regard rouge rubis de l'étudiant, et à cet instant, la voix s'était tut.



« Ma promesse... ? »


Brisée.

Tel le choc de l'éclat d'un verre brisé, tout s'arrêta. La douleur lancinante de sa plaie à la main s'était calmée, maintenant, et la frénésie sanguine qui le rongeait jusqu'alors s'arrêta net. A la place, un sentiment d'une triste mélancolie et culpabilité le rongea peu à peu, comme le doux et hypnotisant clapotis d'une pluie légère après un orage grondant. Il ne chercha pas à y résister, contrairement à ses habitudes ; non, il la laissa s'emparer de lui, alors que son iris rouge pâle avait repris sa place dominante. Il se laissa bercer, pour une fois, par cette tristesse et ce regret rongeant, ne laissant derrière lui qu'une profonde amertume, incontrôlable mais acceptée. Il réalisait, lentement, que sa promesse avait été rompue. Et il se laissa aller, son vieux rouillé mécanisme enfin en marche, juste pour ce temps, de pouvoir laisser les quelques larmes rouler sur ses joues, avant de s'écraser sur le sol, puis sur la fourrure de son Arcanin, couché devant lui, contre lequel il venait de se pencher. Il  y enfouit son visage, malgré cette douleur lancinante dans son crâne et son corps encore en état de choc par le soudain manque d'adrénaline, faisant entièrement lâcher ses muscles.

Il s'effondra contre Fyrn, rongé par la culpabilité et le regret, tandis que Skölir s'était posé contre son Dresseur, en une excuse profonde et silencieuse.



Alors, aujourd'hui, il laissa, sans doute pour une de ses dernières fois, aller ses émotions, avant d'en refermer la cage.

HRP :
Evolution de Fyrn et Skölir.
Caninos -> Arcanin (utilisation d'une Pierre Feu)
Lixy -> Luxio.


« They told me I was dangerous... I asked why? They said "Because you don't need anyone." That's when I smiled. »
_____________

『ᴜɴᴇ ᴩʀᴏᴍᴇꜱꜱᴇ.』 Mood
Moodboard by Sirius: :
『ᴜɴᴇ ᴩʀᴏᴍᴇꜱꜱᴇ.』 SPOILER_raudhr

____________
Code RP, Moodboard / design de T-Card codé par Sirius, merci beaucoup.
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum