Connexion
Pokemon Community :: Archives :: Les Archives :: Année 8

Pokemon adala community

« J’ai juste envie de profiter de cette soirée, et de ce nouveau début de vie… Même si je sais que je ne suis pas encore au bout de mes surprises. »
en savoir plus ?
« Cette mission est déjà un calvaire, alors stp essaie de pas la rendre encore pire, ça m’arrangerait. »
en savoir plus ?
« Je ne suis pas sûr qu’il soit l’heure de distribuer de l’eau bénite, nous savons déjà tous que vous êtes un ange Ranya, mais je suis touché de votre bénédiction. »
en savoir plus ?
« Je me déteste. Je me déteste de toutes mes forces. »
en savoir plus ?
« C'est un fantôme que tu enlaces, Faulkner. »
en savoir plus ?
Le soleil tape. Les gens hurlent. Il en a marre. Ce n’est pas un tournoi. C’est un poisson d’avril.
en savoir plus ?
« Il est beau... Tu en as de la chance... »
en savoir plus ?
Le Deal du moment :
Codes promo Cdiscount : -100€ dès ...
Voir le deal

Ruth Stonen
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t9064-612-ruth-stonen-givrali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t9149-ruth-stonen-givrali
Icon : [Skatepark] On a perdu les roulettes... - Feat Gio. Unknown
Taille de l'équipe : 3
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 17 ans
Niveau : 19
Jetons : 3275
Points d'Expériences : 342
[Skatepark] On a perdu les roulettes... - Feat Gio. Unknown
3
Sinnoh
17 ans
19
3275
342
pokemon
[Skatepark] On a perdu les roulettes... - Feat Gio. Unknown
3
Sinnoh
17 ans
19
3275
342
Ruth Stonen
est un Coordinateur Performer
Ruth

« Oh purée, mate c’que j’ai retrouvé, Jolly. »

Dans le fond de son placard, Ruth vient de mettre la main sur sa planche de skateboard. Qui semble avoir pris un peu la poussière. Il faut dire que depuis son arrivée ici, elle n’a pas encore eu le temps d’en faire. Elle se souvient pourtant avoir repéré un skatepark dans les environs, en arrivant. En espérant qu’il n’y ait pas de sales mioches qui y traînent. Ce sont de véritables parasites, eux. Notamment parce qu’ils ne savent pas y faire avec les skates, ils ne font que tomber et polluent ainsi les pistes, mais aussi parce qu’ils ne font que brailler, histoire d’avoir l’attention de tout le monde, et d’espérer se faire entendre. Et ça, ça l’insupporte plus qu’autre chose. Sans compter les quelques kékés des environs qui tiennent à montrer mille figures, dans l’espoir de séduire une adolescente boutonneuse.

« Je savais bien que je l’avais emmené. Lui et moi, on est inséparables. Un peu comme toi et moi, sauf que lui, au moins, il fait ce que je veux. »

S’il voit ce qu’elle veut dire. Ruth plisse les yeux quelques instants, l’air de dire à son shetland qu’il ferait mieux de prendre exemple sur cette pauvre planche à roulettes. Le Ponyta s’en approche et la renifle, humant cette odeur du bois. Il s’en recule rapidement, tirant la langue. Elle sent mauvais, elle sent le refermé et la rue. Peut-être que Ruth a roulé dans des endroits pas très recommandables. Ou bien elle aurait dû le laver. Elle secoue la tête, soupirant. Décidément, ils n’ont rien en commun, avec ce Pokémon. Comment ce Collectionneur a pu croire qu’ils s’entendraient bien ?

« C’est rien, c’est la rue, Jolly. Mais si tu veux rester à mes côtés, il te faut savoir en faire. DOOOOONC. Aujourd’hui, ce sera leçon de skate pour tout le monde. »

Elle vient lui ébouriffer le haut de la crinière, malgré l’air renfrogné de Jolly. Qu’est-ce qu’il peut être mauvais, quand il y met cette fausse bonne volonté. Elle enfile de simples Converse, ainsi qu’un jean déjà déchiré. Comme ça, si elle aussi elle se ramasse, on ne verra pas les dégâts. Planche sous le bras, Ruth est prête pour partir à l’aventure, le Ponyta sur les talons. Un petit vent frais, mais agréable et doux, vient caresser leurs cheveux, alors qu’ils arrivent au-dehors. Le temps idéal pour skater, selon les dires de Ruth.

* * *

Visiblement, le vent n’a pas chassé les jeunes. Ruth affiche une mine dépitée face à la foule à ce skatepark. Comment peut-il y avoir autant de monde, dans un espace qui lui semble aussi restreint ? C’est à n’y rien comprendre. Mais Ruth ne compte pas se laisser désarmer. Elle n’est pas sortie pour rien et puis, elle a envie de s’amuser. De profiter, elle aussi. Et puis, elle veut apprendre à Ponyta, malgré ses quatre pattes, le plaisir que c’est, que de rouler sur le bitume et sentir le vent dans ses cheveux, surtout à vive allure. Même si, malheureusement pour lui, il n’aura pas la possibilité de faire des figures. Elle trouve alors un coin un peu plus calme, un peu isolé du reste du skatepark.

« Bon, regarde un peu la pro. »

Elle lui fait alors un signe du style « N’en rate pas une miette ». Elle dépose alors son sac sur le banc à côté et monte pour de bon sur la planche. Elle tangue les premières secondes, avant de reprendre la main. Elle reste devant la piste, faisant quelques allers et retours. Elle effectue également quelques sauts, faisant tourner la planche sur elle-même, avant de retomber dessus, sans même tomber ou perdre son équilibre. Au fond, le skateboard, c’est comme le vélo : ça ne s’oublie pas. Elle s’arrête finalement et lance, du bout du pied, sa planche vers Ponyta.

« YOUR TURN ! Bon, allez, Ponyta, tu vas essayer. Monte dessus, on va voir ce que ça donne. »

Heureusement, la planche est relativement grande. Il semble hésitant, lançant quelques regards à Ruth, incertain de son idée. Elle lui fait alors signe qu’il peut y aller. Qu’il ne pèse pas plus lourd qu’elle et donc qu’il ne craint rien. Que cela ne risque pas de se briser. Ponyta se penche alors, prenant le temps de le renifler le skate. Non, elle a pas changé depuis tout à l’heure. C’est la même. Il pose ensuite un sabot dessus, la planche partant brutalement en avant. Ruth soupire et part la récupérer, avant de la remettre devant Ponyta, qui secoue vivement la tête.

« Y a pas de discussion, Ponyta. On peut pas être potes si tu connais pas le skateboard. Tu sais… Tu pourrais remonter dans mon estime, ainsi… »

Elle tente de l’appâter comme elle peut. Et l’offre semble suffisamment alléchante pour le Ponyta, puisqu’il se décide enfin à monter de ses quatre pattes sur la planche, peinant à garder un équilibre stable.

« Non, attends. Mets-en seulement deux. », le conseille Ruth.

Elle s’approche alors de lui et dépose les pattes de droite sur le sol, laissant celles de gauche dessus. Elle est sûre qu’ainsi, il aurait plus de chances de réussir à tenir debout. Elle lui tapote ensuite la croupe, et il se tourne brutalement vers elle, menaçant de la mordre. Pour qui elle se prend, à lui taper le derrière ainsi ?

« Allez, élance-toi, Jolly. Tu patines avec tes deux pattes et tu les lèves quand tu sens que tu roules. »

Une douce séance entre un dresseur et son Pokémon. Une séance qui aurait dû se passer tranquillement, pour une fois. C’est un moyen pour eux de créer un début d’amitié, une première relation. Les premiers mètres se passent bien, Ponyta y prend même plaisir, et Ruth l’applaudit derrière. C’en est presque trop beau. Mais quelques mètres plus loin, au bout de quelques poussées, Ponyta tombe à la ramasse, devant un groupe de trois morveux, qui commencent alors à se moquer du Pokémon.

« Bah alors, le petit poney s’est blessé ? Où est ta maman ? »

Ruth arrive, telle une furie. Elle aide son Ponyta à se relever, qui claudique désormais, de la patte gauche avant. Il a dû faire une mauvaise chute. Et les trois gosses continuent de ricaner entre eux. Ce qui commence à fortement déplaire à Ruth. Ici, une seule personne a le droit de se moquer de son Jolly, et ce ne sont sûrement pas ces trois affreux qui l’ont ; c’est elle. Elle caresse la crinière du Ponyta, lui demandant de l’attendre, lui signalant qu’elle n’en aura pas pour longtemps. Qu’elle compte bien s’occuper de leur cas et les renvoyer dans les jupons de leur mère – là où ils devraient être, à son sens.

« J’peux savoir c’qui t’fait marrer, Billy ? »

Billy The Kid. Ruth s’approche d’eux, menaçante. Ils ont tout au plus douze ans. Peut-être même treize. Elle s’en moque. Là n’est pas la question : ils s’en sont pris à un membre de sa famille, c’est ce qu’elle ne leur pardonne pas. Et elle va leur apprendre à ne plus recommencer. Les gamins, peu apeurés pour un sou, continuent dans leur bêtise, la narguant. Ils n’ont sûrement pas idée d’à qui ils viennent de se frotter. Ruth n’est pas simplement une fille qui se dit toute fragile. S’il faut y mettre les poings, alors elle le fera.

« Oh, la maman à son poney, elle veut nous gronder… ! »

L’un d’eux fait visiblement plus le malin que les autres. Ruth remonte ses manches, prête à offrir des coups. Parce qu’elle n’aime pas les injustices, qu’elle n’aime pas que l’on s’en prenne à ses proches et surtout, parce qu’ils l’ont mérité. Les deux autres, à côté, se marrent, à gorge déployée. Et le premier coup part. Crochet du droit dans la mâchoire du plus grand. Sa mèche à la Justin Bieber vole dans tous les sens, et il finit à même le sol.

« C’était qu’un échantillon ? T’en veux un autre extrait ?
- LES GARS, DONNEZ-LUI LA LEÇON DE SA VIE !
- Trois contre une, c’est pas très galant, ça, les gars. Mais venez, vous irez pleurer chez vos mères. »

Et la bataille s’en suit. Des coups de pieds fusent, notamment dans le ventre. Ce n’est pourtant que le début de cette querelle. Fourbe comme toujours, Ruth se permet même de leur tirer les cheveux. Cliché féminin, mais ils ont tous une part de vérité. Quelques mères, effarées d’un tel spectacle, s’éloignent de la scène, couvrant les yeux de leurs enfants. Quelle honte, franchement. Se battre encore comme des hommes de la préhistoire, à leur âge pourtant en pleine maturation. Les trois sont au sol, Ruth a quelques griffures sur les bras, sur le visage désormais rougi et le nez en sang. Elle reprend sa respiration, complètement décoiffée, les prenant de haut, crachant un petit filet de sang au passage.

« Vous voulez le dessert, les gars ? »

L’un d’eux, appelons-le Nabil, se rapproche d’elle, et lui fait un croche-pattes ; la faisant alors tomber à terre, son dos claquant contre le sol. Elle se rue à quatre pattes vers lui, et lui assène un coup dans le ventre, le faisant ainsi se plier. Il allait falloir séparer tout ce beau monde, avant que ça ne se termine aux urgences.
Gioseppe Akabara
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t8885-604-gioseppe-akabara-le-coaneton-boiteux-phyllali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t8938-gioseppe-akabara-phyllali#90558
Icon :
Taille de l'équipe : 4/14
Région d'origine : Johto - Rosalia
Âge : 16 ans
Niveau : 12
Jetons : 3020
Points d'Expériences : 209
4/14
Johto - Rosalia
16 ans
12
3020
209
pokemon
4/14
Johto - Rosalia
16 ans
12
3020
209
Gioseppe Akabara
est un Scientifique Chercheur Pokemon

@Ruth Stonen
On a perdu les roulettes...

Mon enceinte branchée à bloc, ma playlist préférée lancée dessus, il ne me reste plus que quelque protection, et mes patins avant de pouvoir aller rouler en ville.

SCRATCH SCRATCH

Mes deux pokémons me regardent avec des yeux grands ouverts. Ils ne comprennent absolument pas ce que je suis en train de faire. Qu’est ce que c’est que ces grandes plaques noires que j’attache sur mon corps. Et ce truc par terre ?... Le Kaïminus approche son museau de l’objet à roulette, bien plus curieux que le tarsal. L’odeur de pied le fit reculer et tomber en arrière.

Tu abuses Brutus, ils sentent pas aussi mauvais que ça quand même…

Le mélange transpiration cuir n’est vraiment pas des plus agréable, je le conçois bien. Je prends mes patins et les enfile. Je me redresse et me mets devant les deux pokémons.

Aujourd’hui c’est activité ensemble et pour ça on va aller au skate park pour vous faire découvrir la joie du patin à roulettes. J’en ai pris aussi pour vous, vous allez monter sur mes épaules et je vais vous montrer comment on en fait sur le trajet pour aller là-bas OK ?

Mes deux compagnons acquiescèrent visiblement heureux de cette sortie ensemble. J’attrape Brutus dans mes bras alors que Molière vient s’installer sur mes épaules en flottant.

Tu peux t’accrocher à mon casque Molière, quant à toi, Brutus, c’est moi qui te porte, fait juste attention à ne pas te laisser tomber de tout ton poids.

J’ajuste un peu les deux pokémons avant de prendre ma première accélération, celle-ci, amuse énormément le tarsal qui s’esclaffe en sentant le vent contre son visage, s’engouffrant son sa cagoule verte.

Ça vous plait ?

Alors qu’on ne peut empêcher le pokémon psy de rire, Brutus applaudit tout aussi fan de cette sensation de vitesse.

Vous voyez, c’est simple, il suffit de donner des coups de patin de chaque côté, le tout c’est de garder l’équili … bre…

J’ai failli me casser la gueule, et avec les deux sur moi, j’aurai pu leur faire bien mal, heureusement que j’ai un peu d’expérience avec ça. Je me rappelle quand je jouer avec les pokémons quand j’étais petit en patin… J’y pense ,je jouais souvent avec un Arcko qui montait toujours sur mes épaules pendant que je patinais, il était adorable. Mais pas autant que mes deux petits protégés !

Je le vois, c’est là-bas ! On va faire un truc drôle OK Brutus ?

Kaï !

Je tourne le pokémon de manière à ce qu’il regarde derrière moi et le soulève bien au-dessus de ma tête de manière à ce que Molière ne soit pas dans son champ de tir. Champ de tir ??? Attendez la suite !

Maintenant Brutus lance l’attaque Pistolet à Eau !

Le crocodile compris immédiatement où je voulais en venir et fis gonfler ses joues pour utiliser son attaque avec un maximum de pression, qui, vu la direction, nous donne une accélération foudroyante !

C’est trop bien !!!

Je pense que je bats largement mon record de vitesse, sans compter qu’on ne manque pas d’arroser un tas de passant… Oups, on n’a pas fait exprès promis.

On y est presque !!

Le Skatepark montre enfin le bout de son nez, mais je ne peux clairement pas freiner… Merde et puis y a deux personnes, qui… Se battent ? Oh! Merde, je crois, bien que je vais…

SBLAM !!

Je percute, à pleine vitesse, les deux personnes qui étaient aux sols en train de se disputer.

Ça va vous deux ?

Je me retourne vers mes deux pokémons qui visiblement n’ont rien, plus de peur que de mal. J’avise alors la personne la plus proche de moi, une fille, cheveux noirs, assez bad girl en soit. Mon sens de la galanterie me précède. Je lui tends la main pour l’aider.

Tout va bien, rien de cassé ?



Dernière édition par Gioseppe Akabara le Mer 4 Nov - 12:17, édité 1 fois
Ruth Stonen
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t9064-612-ruth-stonen-givrali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t9149-ruth-stonen-givrali
Icon : [Skatepark] On a perdu les roulettes... - Feat Gio. Unknown
Taille de l'équipe : 3
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 17 ans
Niveau : 19
Jetons : 3275
Points d'Expériences : 342
[Skatepark] On a perdu les roulettes... - Feat Gio. Unknown
3
Sinnoh
17 ans
19
3275
342
pokemon
[Skatepark] On a perdu les roulettes... - Feat Gio. Unknown
3
Sinnoh
17 ans
19
3275
342
Ruth Stonen
est un Coordinateur Performer
Ruth

Jolly ne peut que regarder la scène, se sentant quelque peu coupable. Il a beau être mauvais, c’est toujours plus amusant quand il l’a voulu. En l’occurrence, Ruth s’attire des ennuis à cause de lui, et il ne peut même pas y participer ! A cause de sa patte, il a réellement du mal à tenir debout. Mais Ruth ne semble pas prête à s’interrompre. Elle est lancée dans sa bagarre, et rien ne peut l’arrêter. Elle veut les voir à terre, agonisant. Elle ne partira pas d’ici, tant qu’ils ne seront pas amochés. Quitte à devoir se faire choper par les gardiens du parc. Ruth s’apprête à se relever, histoire de reprendre son souffle, quand elle sent quelque chose venir la heurter brutalement, la faisant de nouveau s’étaler au sol.

« EH ! T’es qui, toi, Nahuda ?! »

Vous deux ? Est-ce qu’il est en train de parler aux deux garçons à terre, plus amochés que le troisième ? Est-ce qu’il fait partie de leur bande ? Alors quoi, on partait sur du quatre contre une ? C’est d’autant plus moche, aux yeux de Ruth. Mais elle ne compte pas se laisser impressionner. Tant pis si elle doit y laisser quelques hématomes ou des os. Elle a un honneur, une dignité. Et jusques à maintenant, elle a toujours relevé chaque défi la tête haute, même dans les profonds moments de ridicule. Ruth fixe alors la main que le nouveau venu lui tend. C’est une blague ? Est-ce qu’il s’imagine pouvoir faire en sorte qu’elle passe l’éponge sur ce que ses copains viennent de faire, avec un joli sourire et de la simple galanterie ? A moins que… Il a l’air légèrement plus vieux que les autres, peut-être qu’il est le grand frère d’un des trois ? Ruth plisse les yeux, méfiante. Mais, rapidement, un sourire bienveillant se dessine sur ses lèvres. Elle tend alors la main, et attrape celle du nouvel inconnu.

« … Pas pour le moment. », qu’elle murmure.

Elle glisse sa petite main, au poignet pourtant clouté, dans celle du bleu, faisant mine de se relever. Elle profite alors d’un effet de surprise, pour tirer en avant. Non. Lui non plus ne s’en sortirait pas indemne. Tous devaient subir le joug de Ruth. Quitte à passer pour la petite racaille du coin. Elle attend alors qu’il soit à terre, pour lui enfoncer son poing dans le ventre, à lui aussi. Premier objectif : déstabiliser son adversaire. Voyant la détermination de Ruth, et sa rage grandissante, les trois jeunes commencent à vouloir fuir. Ils le sentent : s’ils restent ici, cela pourrait dégénérer de trop. Ruth attend quelques instants, avant de décocher un crochet du droit dans la mâchoire du nouveau dresseur.

« Ils t’ont appelé à la rescousse mais t’es tout autant une femmelette. »

Elle se relève alors, profitant que le nouvel adversaire agonise au sol. A cause de ses bracelets à clous, il est fort probable qu’elle ait écorché la joue du garçon. Elle époussète ses vêtements, quand elle se rend compte que ses premières victimes commencent à prendre leurs jambes à leur cou. Ruth se retourne violemment, fronçant les sourcils. Ils pensent aller où, comme ça ?

« EH ! REVENEZ ICI ! ON ABANDONNE PAS UN SOLDAT A TERRE ! »

Même Ruth a une morale à ce sujet. Elle ne cherche pas à les courser, cela ne servirait à rien. Et puis, ils ont laissé un des siens, elle allait pouvoir le cuisiner, tel un membre de la Gestapo. Elle lui assène un autre coup de chaussure, dans le ventre, avant de s’accroupir au niveau de sa tête, le chopant par le col. Tant pis s’il n’a pas le temps de se remettre de ses émotions. Il faut rester dans les effets de surprise. Ruth a conscience que si jamais elle se relâche, il pourrait facilement reprendre le dessus. La dure loi de la nature. Et puis, il n’est pas venu seul : elle a remarqué les Pokémon. Elle a l’avantage de la vitesse, mais il ne faut pas que son attention se détourne.

« Parle, scélérat. »

Elle plante ses yeux verdâtres dans ceux du bleu. Il n’a pas intérêt à s’en détourner, elle est prête à le lui faire payer. Ruth a toujours le nez en sang, une griffure sur la joue et la lèvre ouverte. Elle a sûrement quelques hématomes au niveau des côtes, aussi. Toute décoiffée, qui plus est.

« C’est qui, ces gars ? Pas de très bons potes, visiblement. Tu devrais en changer. Et toi, t’es qui, hein ? Tu t’es pris pour Eugeo, le chevalier servant ? »

Elle crache un autre filet de sang sur le côté, relâchant sa prise, avant de se laisser tomber au sol, arrachant frénétiquement quelques brins d’herbe. Elle le garde toutefois à l’œil. Si jamais il tente un mouvement trop brusque ou de fuir, elle risque de s’acharner d’autant plus. Pour le moment, elle y est allée mollo.

« Tu vas payer l’infirmerie pour mon Jolly, j’te préviens. Et puis, pour la bague qu’ils m’ont éclatée aussi. Vous, les mecs, vous n’avez aucune délicatesse. », qu’elle peste.
Gioseppe Akabara
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t8885-604-gioseppe-akabara-le-coaneton-boiteux-phyllali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t8938-gioseppe-akabara-phyllali#90558
Icon :
Taille de l'équipe : 4/14
Région d'origine : Johto - Rosalia
Âge : 16 ans
Niveau : 12
Jetons : 3020
Points d'Expériences : 209
4/14
Johto - Rosalia
16 ans
12
3020
209
pokemon
4/14
Johto - Rosalia
16 ans
12
3020
209
Gioseppe Akabara
est un Scientifique Chercheur Pokemon

@Ruth Stonen
On a perdu les roulettes...

Son regard est noir, autant que le dos d’un Munja… Mais bon je ne peux m’empêcher de l’aider…

… Pas pour le moment.

Alors qu’elle attrape ma main, je sens que sa  position n’est pas amicale… Je me suis suffisamment battu pour reconnaitre un comportement hostile. Elle tire d’un coup sec m’envoyant au tapis avant de m’assener un violent coup dans le ventre. Les autres mecs, qui été présent au skate park, se lèvent avant de se barrer la queue entre les jambes… à ce moment un violent crochet du droit vient cogner ma mâchoire… J’ai évité le KO de peu… si elle avait tapé un peu plus le menton je ne me serais surement pas relevé de si tôt.

Elle gueule mon pauvre… On dirait une poissonnière des quais de Carmin-surmer. Mais sa colère n’est pas de suite dirigée contre moi. Je suis au sol encore bien amoché… Ses bracelets de sadomaso m’ont bien râpé, elle est tarée surement, encore une hystérique qui cherche des crosses à tout le monde quand elle a ses règles…

SNAP SNAP

Ce bruit je le connais, c’est Brutus. Le Kaïminus doit surement faire claquer sa mâchoire pour protéger Molière, ou même pour dissuader cette furie de s’en prendre à nouveau à moi. Mais comme en combat, sa petite taille n’aide pas à être autoritaire. Le pied de cette meuf vient se planter dans mon ventre. La douleur tord encore une fois mon visage alors que la mâchoire du pokémon claque de plus belle.

Elle commence alors un interrogatoire digne d’une mafia qui cherche à débusquer un traitre.

Écoute, j’en sais rien, je venais juste patiner et je n’ai pas eu le temps de freiner avant de te rentrer dedans et c’est bien pour ça que je me suis excusé.

Ses yeux poignardent les miens, mais je ne suis pas le genre à détourner le regard. Elle relâche sa prise et nous nous retrouvons tous les deux aux sols. Je vois derrière Molière s’approcher d’un Ponyta de Galar chromatique… Son empathie, comme moi, risque surement de lui couter une confrontation… Mais le type psy qu’il partage favorisera peut-être la discussion. La Brune s’adresse à nouveau à moi, visiblement elle a aussi besoin d’une pause…

Il est hors de question que je paye pour un truc dont je ne suis pas responsable… Et puis, niveau délicatesse, je pense que tu peux parler…

Mon regard reste aussi sec, je ne trahirai pas mes convictions si tu veux que je joue réglo, toi aussi.

Je ne vais pas te mentir, ça ne sert à rien. Mon Kaïminus nous a fait accélérer, tu étais sur ma route, et malheureusement je ne pouvais pas freiner ni faire un virage pour t’éviter… S’ils s’en sont pris à toi, moi, j’y suis pour rien.

Une petite démarche dandinante se fait entendre sur le brin d’herbe et j’aperçois la bouille de Brutus. Ses yeux se posent sur moi et il remarque mes différentes blessures.

T’en occupes pas Brutus, c’est mes conneries, j’en assume les conséquences, alors te met pas en danger pour moi.

Mon starter ne partage pas mon point de vue. Il se gonfle de tout son poids et sort ses dents se rapprochant de la fille, tout croc dehors.

Brutus, tu t’arrêtes maintenant !

Je me redresse un genou au sol tenant par la patte le pokémon Eau. Il se retourne et je croise son regard. Il est en colère… Son corps commence à luire alors que ma main semble rapetisser dans sa patte. Ce n’est clairement pas le cas, c’est lui qui grandit… Son corps s’allonge et prend en masse, ses écailles rouges prennent une forme plus agressive sans compter sa mâchoire qui devient vraiment menaçante. La croissance s’arrête et la lueur disparait laissant apparaitre mon starter, il vient d’évoluer.

CLAK CLAK

Le bruit de sa mâchoire est beaucoup plus menaçant alors qu’il ignore ma prise. Ni une ni deux, je profite de sa présence. L'évolution de mon starter attire mon regard, cette source de disstraction est une opportunité parfaite et j’en profite pour foncer sur elle. Je me sers de mes jambes pour lui faire une prise de soumission.

Désolé d’en arriver là, mais si je ne te prends pas en main c’est Brutus qui le fera.

Je ne peut pas faire autrement, si ce n'est pas moi qui agit c'est la grosse boule bleue en colère qui le fera et je refuse que mon pokémon se salisse les mains pour me protéger.

Écoute, je te propose un deal, libre à toi d’accepter, mais pour moi c’est la seule solution. Je déteste qu’on s’en prenne de façon déloyale aux gens. Si les trois connards de tout à l’heure s’en sont pris à toi, je suis chaud pour les traquer avec toi pour leur casser la gueule.

Étonnant ? Pas tant que ça, elle s’en est prise à moi pourquoi ? Parce qu’elle pensait que je faisais partie des agresseurs. Du coup, si je me suis fait bastonner, pour rien d'ailleurs, c’est de leur faute. Mais vu la colère qu’elle éprouve, difficile de lui faire entendre raison.

CROCO !

SBAM !!!

La voix grave du pokémon me fait redescendre, sans compter les coups de queue qui suivent, faisant un vacarme impressionnant. Je comprend alors le potentiel de mon starter pour m'aider à regler les conflits... Maintenant qu'il a cette musculature et cette force je pense qu'il saura me faire entendre raison bien plus facilement.

Tu veux que je la lâche Brutus ?

Il acquiesce et donne un coup de menton pour attirer mon regard. Mon Tarsal est à genoux en train d’examiner le Ponyta. Est-ce qu’il va bien ? Je ne sais pas. Est-ce que Molière l’a endormie avec Hypnose ? Aucune idée… Mais la bienveillance du double type a pris le pas sur ce conflit.

Écoute, je vais te lâcher pour que tu rejoignes ton Ponyta, à ce que j’ai compris il est blessé, alors c’est lui la priorité. Si tu veux me casser la gueule, vas-y, fais-toi plaisir, mais ça ne soignera pas ton pokémon.

Je desserre mon emprise lui donnant à nouveau sa liberté de bouger. Mon Starter m’aide à me relever et me permet de m’appuyer sur lui…

Merci Brutus. Tu es devenue encore plus cool comme ça !

Ma main vient flatter le crâne de mon pokémon alors que mes yeux se rivent sur la fille espérant qu’elle ne tente rien de stupide…

HRP :
Evolution de Brutus le Kaïminus




Dernière édition par Gioseppe Akabara le Mer 4 Nov - 12:17, édité 1 fois
Ruth Stonen
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t9064-612-ruth-stonen-givrali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t9149-ruth-stonen-givrali
Icon : [Skatepark] On a perdu les roulettes... - Feat Gio. Unknown
Taille de l'équipe : 3
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 17 ans
Niveau : 19
Jetons : 3275
Points d'Expériences : 342
[Skatepark] On a perdu les roulettes... - Feat Gio. Unknown
3
Sinnoh
17 ans
19
3275
342
pokemon
[Skatepark] On a perdu les roulettes... - Feat Gio. Unknown
3
Sinnoh
17 ans
19
3275
342
Ruth Stonen
est un Coordinateur Performer
Ruth

Rien n’arrête Ruth dans sa lancée. Rien ne l’impressionne. C’est une véritable furie, une fois qu’elle est lancée. Et si personne n’y met fin, de préférence par la force également, la tempête qu’est Ruth deviendra un cyclone. Il lui faut faire vite, pour ne pas laisser ses adversaires prendre le dessus. Parce que c’est une fille, qu’elle tient à se faire respecter. Elle veut montrer qu’elle en a dans le ventre, qu’elle a de la détermination et de la colère à revendre. Elle calcule à peine le petit crocodile, plus rien n’existe autour, pour elle. Elle s’acharne, sans aucune honte. Personne ne viendra au secours de sa victime, de toute manière. Tout le monde est en train de déserter les lieux. A croire que personne ne veut être complice de ce triste spectacle. Elle soupire, après tous les coups tombés, comme essoufflée. On ne se rend pas compte, mais c’est éprouvant, que de passer quelqu’un à tabac. Elle le fixe alors, désormais vautrée elle aussi sur l’herbe, mais prête à retourner au combat, s’il le faut.

« Tu m’as attaquée par derrière, voilà ce que je sais ! Et tout le monde sait que c’est une technique de fourbe, de lâche. », qu’elle s’insurge.

Elle plisse les yeux, alors qu’il soutient son regard. Pourquoi est-ce qu’il ne le détourne pas ? Pourquoi est-ce qu’il est aussi insolent ? Ses sourcils se froncent également, ne cachant ni son mécontentement ni son incompréhension. Elle n’a que faire des excuses dont il parle ; à dire vrai, elle ne les a même pas entendues, dans toute cette cohue. Ruth en a oublié son Ponyta, blessé. Toute son attention est sur ce jeune homme. Au loin, Ponyta souffle du nez, avant de comprendre qu’il ne craint rien. Que le Tarsal va l’aider, qu’il peut avoir confiance. Le sang de Ruth ne fait qu’un tour, alors que le bleu refuse de lui payer ses bijoux cassés. Il fait pourtant partie des responsables.

« Répète si tu oses. »

Son poing se serre. Elle est prête à offrir un nouveau crochet du droit, histoire de voir s’il compte redire la même chose, s’il reste fidèle à sa première conviction. Elle écoute vaguement les explications, à moitié convaincue. Son histoire semble bien rôdée, trop pour que ce soit un simple mensonge. Et Ruth s’y connaît, en mensonge. La comédie, c’est sa spécialité. Mais elle a envie, de lui remettre un coup. Sa tête s’y prête. Elle est coupée dans son élan, alors que son poing s’élance dans les airs, à cause d’un Pokémon. Sûrement le sien, il est également bleu. Ruth commence à le repousser, se désintéressant de sa cible première.

« Mais dégage, toi. On t’a pas sonné ! Retourne croquer tes baies, Schnappi ! »

Elle se relève finalement, prête à mettre un coup de chaussures, s’il s’approche encore de trop près. Mais encore une fois, Ruth est coupée dans son élan, par une forte lumière. Elle se couvre les yeux, à l’aide de son bras, et grimace. Qu’est-ce qui est en train de se passer ? Pourquoi les choses ne se passent jamais comme elle voudrait ? Ruth est aveuglée, tout le long du processus. Des points noirs viennent troubler sa vision, l’empêchant de voir clairement. A croire qu’elle vient de se manger le flash d’un appareil photo ou les phares d’une voiture en pleine face. Et c’est justement ce moment d’inattention, de déstabilisation qui lui coûte cher. Elle se sent tomber au sol, maintenue. Ruth se débat, tel un petit cochon à l’abattoir, prêt à devenir du Cochonou. Elle s’acharne pour rien, elle se fatigue d’autant plus.

« C’est la tienne que je vais refaire, ouais. T’auras plus besoin d’aller à Disneyland, avec la tête de Mickey que je vais te faire, un miroir te suffira. », qu’elle vocifère, toujours à terre.

Ruth reprend de plus belle ses mouvements. Elle ne le laisserait pas s’en sortir ainsi. S’en prendre à une demoiselle sans défense, c’est purement déloyal, à ses yeux. Et loin de l’attitude d’un gentleman. Dans le cadre de référence de Ruth, c’est ainsi que le monde fonctionne : elle a tous les droits sur les hommes, en tant que femme que l’on tente d’asservir, mais l’inverse n’est pas vrai. Les hommes ont suffisamment de facilités, de privilèges dans ce monde. Inutile de leur en accorder d’autant plus.

« Ouais, écoute ton crocrodile ! Lâche-moi ! EH ! LAISSEZ MON PONEY TRANQUILLE ! JOLLY ! MORDS-LES S’IL LE FAUT ! »

Au loin, Ponyta secoue la tête. Non, comme à son habitude, il ne compte pas écouter sa dresseuse. Surtout qu’il a bien compris que le Pokémon qu’il a en face de lui, est ici pour l’aider. Pour le soigner un minimum. Au moins de quoi pouvoir assurer le trajet retour. Ou tout bonnement retourner dans sa Pokéball sans trop souffrir. C’est palliatif.

« J’ai pas de leçon à recevoir d’un triton comme toi, Neptune. »

Elle se décale brutalement de lui, une fois lâchée. Le fauve a réussi à sortir de sa cage. Elle remet en place ses vêtements, passe rapidement une main dans ses cheveux et peste, faisant claquer sa langue contre son palais. Aucune délicatesse, les hommes d’aujourd’hui. Elle pointe son doigt en l’air, menaçante. Disons qu’elle compte s’arrêter pour le moment.

« Bouge pas, j’te préviens. J’en ai pas fini avec toi. », qu’elle crache, quelques postillons se perdant au passage.

Elle se rapproche alors de son Ponyta, d’un pas lourd et agacé. Peut-être même que la terre, désormais désherbée suite aux bagarres, tremble un peu, sous leurs pieds. Elle récupère la Pokéball, qui était dans son sac, qu’elle a récupéré au passage, et la pointe vers Jolly. Elle le fait rentrer dans sa Pokéball, qu’elle range dans les poches de sa veste, bien au chaud. Hors de question qu’il soit chahuté au fond de son sac, après tout ça. Elle pivote alors sur ses talons, et revient à la hauteur de Gio, le choppant de nouveau par le col.

« Et toi, tu m’as toujours pas dit qui tu es, j’te signale. »
Gioseppe Akabara
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t8885-604-gioseppe-akabara-le-coaneton-boiteux-phyllali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t8938-gioseppe-akabara-phyllali#90558
Icon :
Taille de l'équipe : 4/14
Région d'origine : Johto - Rosalia
Âge : 16 ans
Niveau : 12
Jetons : 3020
Points d'Expériences : 209
4/14
Johto - Rosalia
16 ans
12
3020
209
pokemon
4/14
Johto - Rosalia
16 ans
12
3020
209
Gioseppe Akabara
est un Scientifique Chercheur Pokemon

@Ruth Stonen
On a perdu les roulettes...

Pourquoi tu m’as demandé de la lâcher sérieusement Brutus ? Maintenant elle braille encore plus…

Le pokémon eau lâcha un grognement assez terrible, de quoi facilement me dissuader. Je n’ai pas su l’écouter avant et je pense qu’il ne va pas se gêner pour profiter de sa nouvelle corpulence.

Je te fais confiance, la preuve je l’ai lâché, mais on aurait pu au moins attendre qu’elle se calme un peu.

Elle peste et me crache de ne pas me barrer parce qu’elle n’en a pas fini avec moi… La fille se rapproche de son Ponyta d’un pas ferme avant de rappeler son pokémon dans sa pokéball. Franchement à voir son Ponyta je n’ai pas l’impression que c’est l’amour fou entre les deux. Si ça se trouve je me trompe hein, après tout qui aime bien châtie bien.

Molière, vient par là tu en as fait suffisamment tu as l’air épuisé.

Le petit Tarsal me rejoint en flottant visiblement fatigué. Il n’est pas encore assez puissant pour tout régler, mais je ne doutais aucunement de ses intentions.

Vient te reposer dans ta pokéball, tu l’as bien mérité.

À peine le pokémon psy rentré, mes yeux croisent ceux de la brune qui m’attrape par le col me demandant qui je suis.

Tu sais que c’est pas très encourageant comme présentation quand une fille te choppe par le col… Mais bon comme tu le sens, moi c’est Gio élève à la PC section scientifique.

Je pointe du menton le colosse bleu pour le présenter également.

Lui c’est Brutus et le petit bonhomme qui a essayé de soigner ton Ponyta c’est Molière. Et moi ? J’ai le droit de savoir à qui j’ai affaire.

Je souris parce que mine de rien son côté bad girl a un truc plutôt mignon.

Et même si je me doute que tu continueras de ne pas m’écouter vue comme tu as l’air têtue je te veux pas de mal je te l’assure.




Dernière édition par Gioseppe Akabara le Mer 4 Nov - 12:17, édité 1 fois
Ruth Stonen
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t9064-612-ruth-stonen-givrali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t9149-ruth-stonen-givrali
Icon : [Skatepark] On a perdu les roulettes... - Feat Gio. Unknown
Taille de l'équipe : 3
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 17 ans
Niveau : 19
Jetons : 3275
Points d'Expériences : 342
[Skatepark] On a perdu les roulettes... - Feat Gio. Unknown
3
Sinnoh
17 ans
19
3275
342
pokemon
[Skatepark] On a perdu les roulettes... - Feat Gio. Unknown
3
Sinnoh
17 ans
19
3275
342
Ruth Stonen
est un Coordinateur Performer
Ruth

Même en allant récupérer son pauvre Pokémon blessé, Ruth garde le bleu à l’œil, regardant de temps à autres par-dessus son épaule. S’il s’échappe, elle est prête à faire un demi-tour droite instantanément et à le pourchasser. S’il y a une chose dont Ruth a horreur, c’est bien que l’on ne prenne pas ses menaces au sérieux. Elle range finalement son animal au chaud, veillant à ce qu’il ne soit pas chahuté. Même si elle ne le montre pas actuellement, Ruth est inquiète pour son Ponyta. Après tout, leur journée a bien commencé, ils s’amusaient sans problèmes. Pourquoi, dès que l’on se confronte au grand public, aux gens dehors, tout dégénère constamment ? Ruth commence à se dire que rester cloîtrée dans sa chambre pourrait être une bonne option. Après tout, elle aurait tout à disposition, ou pas loin en tout cas. Elle l’entend parler, ce gars, dans son dos. Et gngngn, que je rassure mes Pokémons. Une grimace lui échappe, qu’est-ce que c’est niais. C’est bon, c’est comme ça qu’ils apprennent la vie, aussi. Comme des enfants. On ne dit pas à un soldat qu’il fait du bon travail, sinon il ne le fait plus. Elle revient alors à la hauteur du jeune homme et l’immobilise.

« Tu voudrais pas que je fasse la pompom-girl, non plus ? »

Encourageant… Quel drôle de mot. Même dans une situation où il est en position de faiblesse, il trouve le moyen de faire son intéressant. De jouer sur les mots. Mais c’est pas le moment de faire son malin, c’est surtout le moment d’obéir. Et le regard que lui lance Ruth, rempli de toute la noirceur de ses vêtements, devrait bien le lui faire comprendre.

« G.I. Joe ? T’es sponsorisé par Hasbro, peut-être ? »

Elle se mélange mais ce n’est pas le moment de flancher. Ruth resserre alors sa prise, malgré sa petite taille. Elle tire alors vers le bas, de sorte à ce que leurs visages soient à la même hauteur. Il est peut-être grand mais ce gringalet n’a pas l’air de vouloir se défendre. Il doit tout avoir dans la tête. Elle suit alors les directions que pointe le menton du bleu, haussant les épaules. Elle lui a demandé son nom à lui. Pas celui de Schnappi et de Casper.

« Tu me fais une clef de bras mais tu me veux pas de mal ? », qu’elle ignore royalement la question, au sujet de son identité. « J’espère que t’as conscience du paradoxe de tes intentions, parce que t’as failli me péter le bras ! », qu’elle exagère.

Elle tire un peu plus, l’espace de quelques secondes. Comme si elle donnait un coup de collier à un chien, pour lui faire comprendre de ne pas recommencer. D’y réfléchir à deux fois, la prochaine fois. Elle fait claquer sa langue contre son palais et soupire, le relâchant finalement, tout en le poussant en arrière. Hors de question de rester à couvert comme ça, autant prendre ses distances. C’est en remettant en place ses bracelets, ne lui accordant qu’une once de son regard, qu’elle décide finalement de répondre à la seule question qu’il ait pu poser jusques à maintenant.

« Moi, c’est… »

Elle hésite. Est-ce qu’elle dit la vérité ou est-ce qu’elle ment ? Elle a pour habitude de ne pas donner sa véritable identité, au cas où elle s’attire des ennuis. Mais lui… Lui, il venait de l’école, son mensonge ne tiendrait pas longtemps, surtout si elle a des chances de le recroiser. Alors elle soupire, et balaye l’air de sa main, comme pour dire que, finalement, ça n’a pas réellement d’importance.

« Moi, c’est Ruth. », qu’elle reprend, avouant. « Et sur mon temps libre, je suis aussi élève à la Pokémon Community. »

En d’autres termes, ils auraient l’occasion de se revoir. Après avoir resserré ses bracelets, dont celui qui a blessé Gio, elle sort un mouchoir et essuie le sang qui pourrait rester sur les picots. C’est qu’il ne faudrait pas que ça jure avec son look. Elle n’a que faire de la blessure qu’elle a pu lui faire, au niveau de la joue. C’est tant pis pour lui, il n’avait qu’à faire attention et mieux se protéger.

« Et mon Ponyta il s’appelle Jolly Jumper. Voilà, t’as d’autres questions ou tu arrêtes de te prendre pour un agent du FBI ? »

Elle va alors jeter son mouchoir à la poubelle la plus proche, faisant bien attention à contourner ce gars. En plus, il a une drôle de manière de la regarder. Elle a l’impression qu’il la fixe et, même si elle ne l’admet pas, ça commence un peu à la stresser. Est-ce qu’il est en train d’attendre un moment d’inattention de sa part pour se venger ? Ou…

« J’ai un truc sur le visage ou quoi ? »

Elle se hisse sur la pointe des pieds, revenant attraper le col. S’il venait de le remettre en place, tant pis pour lui. Ruth veut lui montrer qu’il ne l’impressionne pas, qu’elle ne se laissera pas faire. C’est pas une femmelette, elle. Elle a du cran à revendre, elle a des choses à prouver et à dire. Peut-être qu’elle l’étrangle même un peu, à serrer comme ça. Mais une chose est sûre, c’est le cadet de ses soucis, voire le dernier.

« On peut savoir ce que tu regardes comme ça ? Tu veux faire un deuxième tour de manège peut-être ? Tu te prends pour G.I. Joe mais t’es plutôt Ken. Ou alors tu veux ma photo ? »
Gioseppe Akabara
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t8885-604-gioseppe-akabara-le-coaneton-boiteux-phyllali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t8938-gioseppe-akabara-phyllali#90558
Icon :
Taille de l'équipe : 4/14
Région d'origine : Johto - Rosalia
Âge : 16 ans
Niveau : 12
Jetons : 3020
Points d'Expériences : 209
4/14
Johto - Rosalia
16 ans
12
3020
209
pokemon
4/14
Johto - Rosalia
16 ans
12
3020
209
Gioseppe Akabara
est un Scientifique Chercheur Pokemon

@Ruth Stonen
On a perdu les roulettes...

Visiblement mes réflexions sur son comportement ne lui ont pas trop plus, elle se retourne, le regard méchant avant de réagir toujours aussi cinglante.

J’avoue que l’imaginer en Pom-Pom girl ne me laisse pas indifférent et je sens le rouge me monter aux joues… Putain, ce n’est pas le moment de rougir elle est censé me menacer là… Encore une fois, une moquerie, un calembour, point positif au moins, elle a de l’humour. Elle revient alors sur les événements qui viennent de se passer…

Ma clef de bras n’était faite que pour te maitriser et te calmer un peu si j’avais voulu te péter le bras je l’aurais fait.

Elle exagère, je n’y suis pas allé aussi fort, je l’ai juste bloqué… Après, j'ai pu me précipiter peut-être qu’elle a eu mal. Merde…

Si je t’ai fait mal, je m’en excuse, je voulais juste que tu prennes du recul et que tu comprennes qu’on n’est pas ennemi.

Elle m’annonce alors son prénom avec une sorte d’hésitation, elle aussi elle est gênée ou quoi ?.. Bon on va essayer de rattraper les premières impressions.

Tu rigoles ou quoi ? Ce n’est pas moi qui ai commencé l’interrogatoire Sherlock… Enfin bref, c’est un joli prénom.

Je lui souris, elle aussi fait partie de l’école, ça veut donc dire que j’aurai possibilité de la recroiser. Autant essayer de tirer quelque chose de positif d’une relation avec elle. Alors qu’elle part jeter un mouchoir, je ne la quitte pas trop des yeux, mais visiblement ce n’est pas très bien accueilli.

Non, je trouve juste que…

Elle se dresse sur la pointe de ses pieds avant de me reprendre par le col. Merde, elle est proche là quand même… Encore heureux qu’elle n’ait pas tiré plus, j’aurai du poser mes mains sur elle pour éviter de tomber et je serai passé pour un pervers c’est sûr.

Non, ce n’est rien je te jure.

Est-ce qu’elle a remarqué que je rougissais en la regardant ?... Ça serait embarrassant quand même… Non, en vrai je ne pense pas qu’elle m’ait cramée. Elle me menace à nouveau, mais je continue de lui trouver un certain charme.

Le deuxième tour, non merci, mais je ne dirai pas non pour la photo…  Je plaisante, je ne veux pas d’embrouille, j’essaye de moins me fourrer dans ce genre de galère même si castagner les mecs qui t’ont visiblement blessé ne m’aurait pas dérangé.

Molière, qui s’était encore absenté revient derrière, avec un …

Molière qu’est ce que tu fabriques avec ça ??

Per…perdu…

Un bourdonnement bizarre résonne dans ma tête et une voix d’enfant et une énorme migraine me prend m’obligeant à prendre appui sur l’épaule de Ruth…

Excuse c’est juste que…

PERDU…

La migraine devient bien plus forte me faisant tomber en arrière entrainant Ruth dans ma chute.

C’est bon, j’ai compris Molière on le garde, mais je t’en supplie calme toi…

Mon premier contact télépathique était plutôt télépathétique. Il faut dire que Molière ne connait pas encore sa puissance et que ses émotions font souvent jaillir la vraie puissance qu’il renferme.

Passe-le-moi.

Une fois l’œuf que le petit pokémon tenait est entre mes mains le mal de crane s’estompe.

Désolé tu ne t’es pas fait mal en tombant ?


HRP :
Obtention d'un oeuf de Passerouge

Ruth Stonen
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t9064-612-ruth-stonen-givrali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t9149-ruth-stonen-givrali
Icon : [Skatepark] On a perdu les roulettes... - Feat Gio. Unknown
Taille de l'équipe : 3
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 17 ans
Niveau : 19
Jetons : 3275
Points d'Expériences : 342
[Skatepark] On a perdu les roulettes... - Feat Gio. Unknown
3
Sinnoh
17 ans
19
3275
342
pokemon
[Skatepark] On a perdu les roulettes... - Feat Gio. Unknown
3
Sinnoh
17 ans
19
3275
342
Ruth Stonen
est un Coordinateur Performer
Ruth

Elle rêve ou il est en train de rougir à la mention des pom-pom girls ? Ruth croit halluciner. Mais quel genre de pervers il est, exactement ? Est-ce qu’il est en train de l’imaginer dans d’autres tenues obscènes ? Ruth a un haut-le-cœur, qu’elle réprime. Hors de question de lui montrer que ça l’atteint. Mais qu’est-ce qu’elle trouve ça répugnant. Mais le sujet revient à la clef de bras. Le regard de Ruth, jusques alors perturbé, se fait plus noir. Elle estime avoir été humiliée, en public qui plus est ! Par ce petit… Kéké des plages. Elle prend son air de diva, celui du chat faussement vexé, croise ses bras sur sa poitrine, avant de lui lancer, d’un ton de défi.

« Ah ouais ? Chiche tu t’y prends mieux la prochaine fois. »

Elle soupire. Elle n’y croit pas, à ses menaces. Il veut simplement ne pas perdre la face et ça, elle peut le concevoir, voire le comprendre. Après tout, elle aussi se sort de situations avec cette technique plus que scabreuse. Son visage finit par se déformer, alors que les premières excuses tombent. Un sourire satisfait, et même vainqueur, se dessine sur ses lèvres. Les excuses pleuvent, de la même manière qu’elle a distribué ses coups, plus tôt. Et puis, au moins, il reconnaît ses torts. Voilà un homme qui sait où est sa place. Elle écoute d’une oreille, regardant ses ongles. Inutile de lui accorder un regard, il les lui doit, ces excuses.

« On n’est pas amis non plus, alors te fais pas d’idées, Rantanplan. »

Elle se radoucit toutefois au moment de décliner son identité. Ruth a bien compris qu’il ne sert à rien de tricher, sur ce coup. C’est rare, mais elle finit par dévoiler son véritable prénom. Peut-être que, quelque part, elle a envie qu’il la retrouve, qu’il cherche à la revoir. Après tout, il lui tient tête, et il a du répondant. C’est quelqu’un qu’il doit être amusant à côtoyer. Ou bien contre qui se battre. C’est sûrement la deuxième option que préfère Ruth, d’ailleurs. Elle ne vit que pour ça, l’adrénaline, le danger et les coups. C’est son moyen de se défouler, malheureusement. Il serait peut-être temps qu’elle se trouve une réelle activité, qui lui permettrait de canaliser correctement ses pulsions. Elle est prise de court alors qu’il vient complimenter son prénom. D’habitude, les gens s’en moquent. Ruth, rut. Tous les jeux de mots sont permis, notamment à cause de la ressemblance phonétique.

« Ouais, fais pas genre. Retourne te trouver une Barbie plus joviale. »

Elle ne le montre pas, mais elle est touchée, en réalité. Elle aime son prénom, elle. Elle trouve qu’il la reflète : il a une prononciation aussi brutale que ses poings. Il est à son image, en somme. On raconte encore que, dans ses écoles précédentes, rien qu’à son nom, les gens tremblent. Qu’ils ont l’impression d’entendre les coups qui pleuvent. Peut-être que c’est elle, qui s’est amusée à disperser ces rumeurs. Elle les a sûrement créées, même. Elle préfère camoufler ses roseurs de joue, en allant jeter le mouchoir. Le temps pour elle de revenir, voilà qu’elles ont disparu. En espérant ne pas avoir été repérée, elle a une fierté tout de même. Alors autant lui montrer qu’il n’aura pas le dessus sur elle, qu’elle compte bien lui tirer les vers du nez. Plus il se met à bafouiller, plus elle resserre sa prise. Qu’il crache le morceau, parbleu !

« J’avais pas besoin de ton aide, je sais très bien me débrouiller seule. »

Et c’est vrai, elle avait eu le dessus sur eux. Elle avait géré la situation. Elle se serait peut-être même acharnée s’il ne l’avait pas interrompue. Mais voilà que les Pokémons s’en mêlent de nouveau. Pourquoi est-il quasiment impossible de régler ses comptes tranquillement ? Ruth soupire, roulant des yeux. Elle se crispe en sentant une main sur son épaule. Eh, il allait pas lui tomber dessus, non plus. Elle ne faisait clairement pas le poids pour supporter le sien.

« EEEEEEEEEEEEH ! »

Elle se sent tomber en arrière. Lourdement. Un bruit sourd et métallique se fait entendre. Ruth et sa fanfare de bijoux. Ruth a mal au crâne, on peut dire qu’elle est bien tombée. Et qu’elle risque d’avoir une sacrée bosse, le lendemain. Ironique, tout de même. Se sortir d’une bagarre avec des égratignures mais finir K.O. à cause d’une chute. Elle grimace, elle ne s’est pas loupée. La question que lui pose Gio lui semble lointaine. Elle a encore les oreilles qui sifflent et l’impression qu’on joue du tam-tam dans son crâne.

« Ou-ouais… », qu’elle bégaie, se laissant retomber au sol.

Elle a mal, mais elle ne veut pas l’admettre. D’en haut, Gio peut alors observer de plus près ses différentes blessures, trésors de sa baston passée. Elle a la lèvre fendue, la joue gonflée et le nez qui saigne. Elle est peut-être une dure à cuire qui leur en a mis plein les yeux, mais ils ne l’ont pas épargnée non plus. Et la chute n’arrange rien. Et elle a gaspillé ses derniers regains d’énergie à maltraiter et cogner un innocent comme le bleu.

« J’ai juste besoin d’une pause. »

Elle ferme alors les yeux, laissant tomber ses bras le long de son corps. Elle en a assez de lutter et le coup à la tête l’a achevée. Elle reste tout de même aux aguets, prête à puiser dans ses dernières ressources, si jamais il compte s’en prendre à elle. Mieux vaut ne pas réellement se ramollir ou s’endormir face à l’ennemi.

« Et décale-toi, je sens ton souffle sur moi, je m’en passerais bien. », qu’elle râle.
Gioseppe Akabara
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t8885-604-gioseppe-akabara-le-coaneton-boiteux-phyllali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t8938-gioseppe-akabara-phyllali#90558
Icon :
Taille de l'équipe : 4/14
Région d'origine : Johto - Rosalia
Âge : 16 ans
Niveau : 12
Jetons : 3020
Points d'Expériences : 209
4/14
Johto - Rosalia
16 ans
12
3020
209
pokemon
4/14
Johto - Rosalia
16 ans
12
3020
209
Gioseppe Akabara
est un Scientifique Chercheur Pokemon

@Ruth Stonen
On a perdu les roulettes...

Bizarrement son ton est bien descendu, bien plus doux. On n’est pas au niveau du coton d’un Tylton ou du pelage d’un Rondoudou, mais ce n’est plus le Grindur de tout à l’heure. Surement que mes excuses ont eu enfin raison de sa tête dure.

Je pourrai te faire plus mal il y a aucun doute, mais tu ne fais pas partie des nuisibles que j’aime tabasser.

Je remarque toutefois une légère rougeur sur ses joues, mais elle va jeter son mouchoir pile à ce moment. Après c’est peut-être moi qui hallucine, ou tout simplement que c’était les coups qu’elle a reçus ! À vrai dire, j’en sais rien, mais l’action de mon Tarsal ne va pas arranger les choses. Ses pouvoirs télépathiques se manifestent pour la première fois et sans aucune retenue mon corps s’alourdit la submergeant. Ma corpulence n’est pas à son avantage, je tombe sur elle l’envoyant sans retenue au sol. Le bruit de l’impact est sourd, en même temps, deux personnes qui se tombent dessus, c’est rare que ça ne fasse pas de boucan.

Désolé tout va bien ?

Visiblement, Ruth est dans le mal, la fatigue de sa baston plus ça tu m’étonnes qu’elle n’est pas en grande forme. Mais ça n’a pas l’air d’entacher la répartie de madame qui me reproche de lui souffler trop dessus. Alors que la migraine se calme, je me rends compte d’un truc. On est proche… Très proche… Peut-être même un peu trop…

Merde pardon…

Je me décale à peine pour éviter de la gêner, mais mon corps se refuse de bouger, comme si elle était un aimant. Mes yeux parcourent le champ de bataille qu’est son visage, des bleus, de cicatrices… ça fait peine à voir… L’entendre marmonner son mécontentement me met en alerte, si ça se trouve elle a des blessures plus graves que ce qu’on voit.

Ne bouge pas et laisse-toi faire tu es blessée de partout, je vais t’emmener quelque part pour arranger tout ça.

Je m’écarte d’elle et passe mes mains sous son corps sans effort et la soulève en douceur. C’est comme si je portais un sac de patates… Mais au moins celui-là est plutôt mignon. Mignon, mais tout aussi terrible vue comment elle répond à cet acte…

PUTAIN, LAISSE-MOI T’AIDER MERDE !



Ruth Stonen
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t9064-612-ruth-stonen-givrali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t9149-ruth-stonen-givrali
Icon : [Skatepark] On a perdu les roulettes... - Feat Gio. Unknown
Taille de l'équipe : 3
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 17 ans
Niveau : 19
Jetons : 3275
Points d'Expériences : 342
[Skatepark] On a perdu les roulettes... - Feat Gio. Unknown
3
Sinnoh
17 ans
19
3275
342
pokemon
[Skatepark] On a perdu les roulettes... - Feat Gio. Unknown
3
Sinnoh
17 ans
19
3275
342
Ruth Stonen
est un Coordinateur Performer
Ruth

Tout s’enchaîne tellement vite. Ruth a constamment le sentiment de vivre à mille à l’heure. Comme si elle n’avait jamais le temps d’enregistrer les évènements, qu’ils se suivent un à un, sans lui laisser une minute de répit. Ruth ne se sent pas tomber, elle sent passer l’impact contre le sol, en revanche. Son dos vient de prendre cher mais elle serre les dents. Ce n’est pas le moment d’avouer qu’elle s’est réellement fait mal, qu’elle risque même de ne pas réussir à se relever – ou du moins ni de suite ni toute seule. Mais ça, hors de question de le dire. Encore moins à ce mufle.

« Arrête de t’excuser, ça sert à rien. »

Le mal est déjà fait, surtout. Ruth ne rouvre pas les yeux. Elle travaille avec sa respiration, lentement mais sûrement. Il faut qu’elle se calme, que son cœur fasse de même. Entre l’adrénaline de ses bagarres et la stupeur de la chute, on peut dire qu’il a été servi. Elle sent bien qu’il ne se décale pas, qu’il reste au-dessus d’elle. Elle ouvre alors un œil et croise son regard. Pourquoi est-ce qu’il la fixe ainsi ? Est-ce qu’il veut sa photo ? Elle se racle la gorge alors qu’elle manque de rougir, et détourne son regard. Elle commence même à se relever, avant qu’il ne reprenne la parole. Quelle idée a encore germé dans son esprit ?

« Pardon ? »

Elle cligne des yeux rapidement. Est-ce qu’elle a bien entendu ? Il compte l’emmener quelque part ? Avant qu’elle n’ait le temps de se relever seule, la voilà qui se sent être soulevée. Elle fronce les sourcils brutalement, en comprenant ce qui se passe. Mais pour qui il se prend ? Elle commence alors à gigoter, gesticulant dans tous les sens. Personne n’a le droit de se comporter ainsi avec elle. Personne n’avait même osé. Il ne s’en sortirait pas vivant, elle le promet. Elle ne sait même pas où il va, comme ça.

« EH ! Lâche-moi tout de suite ! »

Mais visiblement, ce n’est pas dans ses projets. Ruth lui donne alors des coups sur le torse, sans réel succès. Elle a l’impression que toutes ses forces l’ont quittée. Peut-être qu’elle les a toutes gaspillées, avec ses histoires. Elle décide alors de donner des coups de pieds, en gigotant comme un ver de terre. Sans succès. Alors, elle agrippe le cou de son assaillant, et cherche à serrer. C’est là qu’il se met à crier. Cela crispe Ruth, qui s’arrête dans ce qu’elle faisait. Elle croise alors ses bras contre son torse, prenant son air de chat faussement vexé.

« Eh, tu vas me parler autrement. Et puis, pas besoin de t’énerver hein, tu pourrais demander poliment. »

Elle a horreur qu’on joue les parents, avec elle. Ou même que l’on lui fasse comprendre qu’elle est en train de dépasser les bornes, de faire n’importe quoi. Elle marmonne des « Gngngn » entre ses dents, avant de soupirer longuement. Le point positif, c’est qu’elle s’est calmée. C’est qu’elle ne cherche plus à descendre de là – elle semble avoir compris que c’était inutile. A moins qu’elle ne commence à réellement fatiguer. Elle dormirait bien, ce soir, pour sûr.

« Et puis, je peux savoir où t’es en train de m’emmener, G.I. Joe ? », qu’elle se décide enfin à demander, sans lâcher sa mine boudeuse pour autant. « Il faut qu’on récupère mon sac et mon skate au passage. »

* * *

Ils ont fini dans les toilettes publiques qui se trouvent non loin du skatepark. Ruth est restée assise, surveillant ses affaires. Les courbatures se font peu à peu sentir, ce qui la ramollit doucement. Elle ne sait pas exactement où il est parti. Il a parlé d’une pharmacie, ou d’un centre Pokémon. A dire vrai, elle n’a écouté que d’une oreille. Tout ce qu’elle a retenu : c’est qu’il fallait rester assise ici, et l’attendre. Ce n’est pas comme si elle avait autre chose à faire, de toute manière. Alors, elle s’est étrangement exécutée, tout en insistant auprès de Gioseppe que ce serait la seule fois, qu’il ne devrait pas s’habituer à ce qu’elle lui obéisse.

« T’en as mis, du temps. », qu’elle rouspète encore.

Jamais contente, celle-là. Elle se rapproche alors de lui, tendant légèrement son visage en avant. Elle dégage ses cheveux, pour qu’il y ait plus facilement accès. Sa joue, son nez, ses lèvres, tout en faisant attention à ses différents piercings. Elle doit sûrement avoir d’autres blessures. Au dos, aux côtes, et même à l’arrière du crâne. Un de ses genoux aussi. L’avantage d’avoir un pantalon à trous, c’est qu’il n’y a pas besoin de le retirer : on a déjà accès à la plaie.

« J’me suis aussi écorchée… Genre, mes paumes de main. », qu’elle les montre, retirant ses bracelets, dévoilant ainsi ses poignets.

C’est qu’elle semble finalement apprécier que l’on s’occupe d’elle ainsi. L’avantage, c’est qu’elle n’a pas eu à payer pour les consommables et qu’elle n’aura pas à se soigner en rentrant. Elle semble un peu plus détendue que tout à l’heure. Elle se radoucit. Le calme vient après la tempête, comme on dit. A moins que ça ne cache quelque chose.

« On va dire que ça compense mes bijoux que tu as cassés, hein. »


Dernière édition par Ruth Stonen le Dim 8 Nov - 22:09, édité 1 fois
Gioseppe Akabara
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t8885-604-gioseppe-akabara-le-coaneton-boiteux-phyllali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t8938-gioseppe-akabara-phyllali#90558
Icon :
Taille de l'équipe : 4/14
Région d'origine : Johto - Rosalia
Âge : 16 ans
Niveau : 12
Jetons : 3020
Points d'Expériences : 209
4/14
Johto - Rosalia
16 ans
12
3020
209
pokemon
4/14
Johto - Rosalia
16 ans
12
3020
209
Gioseppe Akabara
est un Scientifique Chercheur Pokemon

@Ruth Stonen
On a perdu les roulettes...

Mes mains glissent sous son corps la soulevant, il n’y a pas à dire, elle n’est pas bien lourde, mais le poids n’est pas le problème… Elle gesticule, elle s’énerve, elle résiste. Ses mains me frappent, ou du moins essaye, et elle vient pour m’étrangler…  Ses mains sont douces, pourquoi faut-il qu’elle éprouve autant de violence envers moi ? Pourquoi fait-elle ça ? Je n’en sais rien, mais je ne la laisserai pas dans cet état, je me le refuse ! Ma gueulante lancée son air devient assez mignon. Comme un enfant qui boude après une mauvaise blague.

Désolé, mais si c’était le seul moyen pour que tu te calmes alors je ne regrette pas de t’avoir gueulé dessus… Et excuse, mais niveau politesse, je pense que tu peux te reprocher la même chose.

Je pose mes yeux sur elle avant de prendre la direction du skate park pour récupérer ses affaires. Elle a été blessée, je veux pas non plus qu’elle se fasse voler. J’attrape alors de ma main, un petit sac Pikachu, très mignon, je le prends avec moi et l’emmène au premier endroit ou elle pourrait m’attendre sans attirer l’attention… Je passe alors devant des toilettes publiques… Bon c’est pas glam, mais c’est mieux que rien. Je l’assois et enlève mon pull le posant comme coussin pour sa tête.

Bon, maintenant que princesse est sur son trône tu m’attends là je vais chercher de quoi te rafistoler. Brutus, tu surveilles que les connards ne se ramènent pas, hésite pas à utiliser la force s’ils veulent s’en prendre à elle !

Je sors alors et prends une foulée de course. Mon ipok en main je me dirige vers la pharmacie la plus proche.

Bonjour, il me faudrait des pansements du fil et un crochet s’il vous plait.

La jeune femme me regarde l’air paniqué… Merde, j’avoue je suis louche, à cause de la miss je dois avoir une sale gueule elle doit croire à un criminel qui s’est fait courser par les flics… Ok Gio, improvise, tu peux le faire !

Je suis au club de boxe, on est en plein tournoi, et un mec vient de s’ouvrir la main en coupant un bout de fromage.

Oh pardon, je vous amène ça de suite !

Yes, je note les répliques de séries humoristiques sont à utiliser en cas d'impro. Une fois le matériel récupéré, je décide de passer dans un petit magasin, histoire de prendre du désinfectant un peu classique. Au moment de payer, j’aperçois un petit snack au chocolat, après tout reprendre un peu de sucre ne lui fera pas de mal vue comment ses batteries doivent être à plat…

Maintenant que j’ai tout, je file, direction les toilettes publiques… Quand j’y pense niveau hygiénique, c’est pas ouf… J’aurai du l’emmener dans le dortoir, au moins dans ma chambre, histoire de la poser sur quelque chose de plus confortable… Enfin bref les dés sont jetés et il n’y a plus rien à changer ! Je toc à la porte pour m’assurer qu’elle ne fait rien de compromettant.

J’ouvre…

J’ouvre la porte et installe le matériel sur l’évier. À peine rentrée qu’une remarque désagréable fuse.

Haha très marrante, figure toi que je pense à toi alors arrête de râler tu veux ?

Alors qu’elle dégage ses cheveux, je m’attèle à la désinfection de base et l’application des premiers pansements. Je passe également un petit coup sur ses genoux qui sont bien écorchés.

Désolé si ça pique… Mais si tu es sage, tu auras un cadeau.

Je lui offre un sourire, après tout, je suis en meilleur état qu’elle… Elle semble apprécier mes attentions, c’est déjà ça.

Bon aller, tient c’est pour toi, et si tu me sors que tu n’aimes pas c’est moi qui le bouffe !

Je lui tends alors, la barre chocolatée que j’entre ouvre pour lui éviter de forcer. Je me tourne pour trifouiller dans le sac et chercher un pansement. C’est le moment de détendre un peu plus l’atmosphère maintenant qu’elle à l’air calmé.

Bon, tu retires ton t-shirt que j’examine que tu n’as rien de cassé là-dessous.

Pfff, nul cette blague pour quoi je vais passer… Bref, ne faisant pas attention à si elle réagit ou non à cette petite blague je me tourne et… attends… QUOI ??

Une vague de chaleur m’envahit et je vire au rouge écarlate.  

Ruth Stonen
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t9064-612-ruth-stonen-givrali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t9149-ruth-stonen-givrali
Icon : [Skatepark] On a perdu les roulettes... - Feat Gio. Unknown
Taille de l'équipe : 3
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 17 ans
Niveau : 19
Jetons : 3275
Points d'Expériences : 342
[Skatepark] On a perdu les roulettes... - Feat Gio. Unknown
3
Sinnoh
17 ans
19
3275
342
pokemon
[Skatepark] On a perdu les roulettes... - Feat Gio. Unknown
3
Sinnoh
17 ans
19
3275
342
Ruth Stonen
est un Coordinateur Performer
Ruth

« De nous deux, TU restes le goujat. »

La mauvaise foi à son comble. Mais il faudra s’habituer, Ruth est du type à se trouver mille excuses abracadabrantes, pour camoufler son attitude exécrable. Mine de rien, le fait qu’il lui ait tenu tête est une bonne chose. Avec les gens comme elle, mieux vaut éviter de se faire bouffer dès le début. Montrer que l’on est capable de répliquer, de récupérer l’autorité est important. Elle se calme un peu plus alors qu’elle récupère ses affaires. Une fois assise, elle ferme les yeux, adossée contre le mur. Il a intérêt à faire vite, elle va passer pour quoi, à attendre ici ?

« J’ai pas besoin de ton Pokémon pour me défendre, j’suis prête à enfiler un deuxième round, là. »

Ou pas. Mais inutile de le lui faire remarquer, en tout cas. Elle le regarde alors s’éloigner, lançant un regard en coin au Pokémon à ses côtés. Elle n’a pas besoin d’un garde du corps, elle n’est pas une femme fragile, non plus. En son absence, elle décide de fermer les yeux, respirant lentement. Jusques à ce qu’il soit de retour. Et les remarques mécontentes de Ruth fusent de nouveau. Qu’est-ce qu’elle a, à râler autant ? C’est bien une femme, elle.

« Je veux pas savoir ce qui se passe dans ta tête de Palarticho, crâne d’œuf. »

On peut mettre sa mauvaise humeur sur le compte de ses blessures. Elle se prête pourtant au jeu et décide de se laisser faire, d’accepter de l’aide. Elle dégage alors son visage, pour lui laisser l’accès aux différentes plaies qu’elle peut y avoir. Elle se décale de quelques centimètres, par moment, le temps pour elle de s’en remettre. C’est que ça picote, et c’est frais. Ruth se détend au fur et à mesure, se montrant moins menaçante. Moins prête à donner des coups. A la barre qu’il lui tend, elle l’attrape sans aucune délicatesse, avant de secouer la tête.

« … C’est pas que j’aime pas, c’est juste que je peux pas en manger. A moins que tu ne veuilles me tuer ? Cela confirmerait ma première impression. D’abord la clef de bras, maintenant ça. Tu veux réellement ma mort sur la conscience. »

Elle retourne la barre, le temps de lire la liste des ingrédients ou des traces que l’on peut retrouver. Des arachides. Elle n’est pas étonnée, elle connaît ces produits à force. Elle retourne la barre et lui pointe du doigt l’élément qu’elle cherchait. « Traces d’arachides ». Pas la peine d’en dire plus, c’est de l’allergie, et dans la plupart des cas, pour ne pas dire « tous », elle est mortelle. Alors elle repose la barre entre eux deux. Qu’il se fasse plaisir, elle ne le fera pas à sa place, en tout cas.

« Tu devrais surtout t’inquiéter pour eux, j’leur ai mis une sacrée raclée. », qu’elle se vante même. « Ils étaient dans un sale état. », qu’elle ricane ensuite, fière d’elle.

Elle a le crâne plus dur que l’on ne le pense. Rien ne la démonte, rien ne lui fait peur – du moins, physiquement parlant. Mais inutile d’en douter, vu comment elle s’en est pris à Gioseppe depuis leur rencontre. Sa force et sa taille ne l’intimident pas le moins du monde. Elle soupire alors, n’ayant pas besoin de lui demander de tourner la tête, au moins pour le temps qu’elle dévoile ses côtes. Ruth ne compte tout de même pas tout retirer. Elle ne va pas dévoiler ses citrons au premier venu. Alors elle soulève son haut, jusques à la baleine de son soutien-gorge, en dentelle noire, dévoilant son nombril au passage – étonnamment non percé. De sorte à ne montrer que ses côtes.

« T’as jamais vu de chair humaine ou quoi ? », qu’elle le chambre.

Elle roule des yeux en remarquant les rougeurs. Les garçons… Décidément, il leur en faut peu pour se mettre dans tous leurs états. Elle maintient son haut, de sorte à ce qu’il ne glisse pas alors que Gioseppe observe ses blessures. Il y a quelques bleus, notamment sur le côté droit. Après tout, c’est là qu’elle s’est fait frapper, plus tôt. Elle finit également par détourner la tête, quelques roseurs naissant sur ses joues. Dans des toilettes publiques, à moitié sans son haut… En espérant que personne n’entre, cela pouvait porter à confusion.

« C’est froid… »

Elle frémit sous le coton, imbibé d’antiseptique. Qu’est-ce que c’est désagréable. Cela ne lui a pas manqué, de se faire soigner après une bagarre. Elle attend qu’il termine, histoire de pouvoir remettre son haut en place le plus vite possible.

« Pourquoi tu m’aides alors que j’t’ai frappé ? T’es maso ou comment ça se passe ? »

Elle fronce les sourcils, soucieuse. Elle ne compte pas nourrir les fétiches d’un timbré, non plus. Ruth reste attentive au moindre de ses mouvements, sursautant par moments. C’est que ça picote et en plus de ça, ça fait mal. Mais elle ne montre pas que c’est douloureux, elle garde les dents serrées. Ils ne l’ont pourtant pas loupée, eux non plus.
Gioseppe Akabara
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t8885-604-gioseppe-akabara-le-coaneton-boiteux-phyllali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t8938-gioseppe-akabara-phyllali#90558
Icon :
Taille de l'équipe : 4/14
Région d'origine : Johto - Rosalia
Âge : 16 ans
Niveau : 12
Jetons : 3020
Points d'Expériences : 209
4/14
Johto - Rosalia
16 ans
12
3020
209
pokemon
4/14
Johto - Rosalia
16 ans
12
3020
209
Gioseppe Akabara
est un Scientifique Chercheur Pokemon

@Ruth Stonen
On a perdu les roulettes...

Même si elle reste désagréable elle c’est bien adouci, me laissant de ce fait une meilleure marge de manœuvre. De temps à autre une grimace apparait sur son visage.

Désolé, je sais bien que c’est désagréable, mais tu seras bien heureuse quand ça cicatrisera.

Alors qu’elle refuse ma barre elle me montre la liste des ingrédients… Merde, elle est allergique… Putain, j’aurais pu lui demander…

Ouais, bon j’aurai pu y penser, je te proposerai autre chose plus tard tu me diras ce que tu peux avaler.

Je trempe le coton à nouveau dans le désinfectant, et en me retournant je la vois, t-shirt levé. Je ne peux m’empêcher de rougir, je ne m’attendais pas à ce qu’elle le fasse…

Si… J’en ai déjà vu… Mais… rien, laisse…

Je suis con, y a pas à rougir, c’est juste son ventre elle l’aurait monté plus haut la c’est moi qu’on aurait du soigner… Je me reconcentre sur elle détaillant son corps. Quelques hématomes par ci par là, je prends une noisette de crème sur le bout de mes doigts et la passe sur son corps appliquant le calmant sur les zones douloureuses, en faisant attention de ne pas réveiller la douleur. Encore une fois, elle se plaint, mais je m’attendais à d’autres raisons du genre «  tu me fais mal » ou encore le célèbre « tu as cru que tu avais le droit de me toucher ? ». Mais étonnamment celle-ci est plus douce.

Excusez-moi, princesse, je veillerai à chauffer mes mains à l’avenir… Aller, concentre toi sur autre chose j’ai bientôt fini.

Je passe à nouveau le coton sur une petite plaie, elle me demande alors deux questions, une banale et une autre qui mériterait un peu d’humour.

Pourquoi je t’aide ? Ben, vue comment ils se sont barré comme des couards je me doute qu’ils avaient quelque chose à se reprocher.

Je laisse un peu de suspens avant de répondre à l’autre question, en profitant pour laver mes mains au  lavabo.

Je sais que tu aimerais, mais non j’en suis pas encore arrivé à ce stade de folie…

Je la regarde ensuite dans les yeux. Merde je passe pour un mec chelou là...

Je plaisante hein… Ne me regarde pas comme ça… Et tu peux baisser ton haut, j’ai fait le tour normalement.

Je range ensuite le matériel utilisé dans mon sac ainsi que la barre chocolatée. Même si

Même si tu as l’air trop fière pour accepter tu veux un coup de main pour rentrer ? Je rentre au dortoir Voltali, ça ne me dérange pas de t’accompagner au tient au cas ou tu aies du mal. Et essaye pas de jouer à la super blindée, ça m’est arrivé de me viander et d’avoir eu mal, ce n’est pas en refusant de l’aide que tu deviendras plus forte.

C’est un peu cliché mais oui clairement… Si je n’avais pas eu Joe à Johto, j’aurai surement eu beaucoup plus de mal avec les forces de l’ordre. C’est lui qui m’a guidé, qui a essayé de me faire voir la lumière. Au début je disais non, et ça ne faisait qu’empirer, c’est le premier oui qui m’a sorti la tête de l’eau… Alors s’il te plait Ruth ne te noie pas…


Ruth Stonen
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t9064-612-ruth-stonen-givrali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t9149-ruth-stonen-givrali
Icon : [Skatepark] On a perdu les roulettes... - Feat Gio. Unknown
Taille de l'équipe : 3
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 17 ans
Niveau : 19
Jetons : 3275
Points d'Expériences : 342
[Skatepark] On a perdu les roulettes... - Feat Gio. Unknown
3
Sinnoh
17 ans
19
3275
342
pokemon
[Skatepark] On a perdu les roulettes... - Feat Gio. Unknown
3
Sinnoh
17 ans
19
3275
342
Ruth Stonen
est un Coordinateur Performer
Ruth

« T’as espéré voir le balcon, hein ? Raté, Lenny Face. »

De toute manière, ce n’est pas comme s’il y avait beaucoup à voir. Ruth soupire. Les hommes, tous les mêmes décidément. Elle frémit au toucher, alors qu’il dépose la crème. Sa peau, gardée bien au chaud, a du mal à supporter la différence de température. Elle le laisse faire, bougeant par moments. La position ne lui convient pas ou… Non, elle rentre le ventre. Assise comme elle l’est, elle a peur qu’un bourrelet apparaisse. Elle n’en a pourtant pas. Mais elle maintient une posture droite et contrôle sa respiration de sorte à rester le ventre plat.

« Arrête de m’appeler princesse, on sait tous les deux que je suis plutôt un voyou. C’est toi la princesse, à pas te battre et à me soigner. »

Elle ricane alors. Il est sa princesse, mais elle compte bien le maltraiter. Finalement, c’est une autre question qui lui vient à l’esprit. Elle se calme et se décide à la poser, plantant ses yeux dans les siens. Il n’a pas intérêt à mentir, ou même espérer qu’elle le lâche avec ça. Ruth, rien ne la détourne de ses réels projets. La première réponse ne lui convient pas. Comment ça ? Elle avait l’air de ne pas pouvoir se débrouiller seule ? Elle n’est pas à sa première bagarre, encore moins à la dernière.

« C’est moi qui les ai effrayés, ne t’attribue pas tout le mérite de mes actions. »

La deuxième réponse a le mérite de la surprendre. Elle ouvre grand les yeux, haussant les sourcils, réellement choquée. Attends… Quoi ? Quel genre de dégénéré elle vient de rencontrer ? Elle ne tenait pas à ce qu’il lui dévoile ses petites tendances sexuelles au bout de quinze minutes de conversation, non plus. Elle arque un sourcil, fronçant l’autre, prête à répliquer. C’est à ce moment-là qu’il se rend compte de sa bêtise. Il était temps… Elle détourne son regard à la deuxième explication, remettant en place ses deux hauts, haussant les épaules, puis ses bijoux.

« Fais pas genre. J’ai noté, t’es branché SM. Au moins tu assumes tes préférences, c’est cool. »

Elle se relève rapidement, sautant sur ses deux pattes arrière, s’étirant longuement. Quelques grimaces lui échappent. Ouais, elle mettrait quelques jours à se remettre de ses blessures. Mais elle est ressortie satisfaite de sa bagarre, et c’est tout ce qui compte à ses yeux. Elle ramasse son sac et l’enfile sur une épaule, avant de récupérer également son skateboard. Elle est prête à repartir à l’aventure quand… Une leçon de morale tombe.

« Ouais, ouais, mais tu vois c’est la différence entre toi et moi, ça. Toi, t’es un mâle oméga, moi une alpha. Si j’me viande, j’ai pas mal. »

Elle se dirige vers la sortie des toilettes publiques, vérifiant tout de même au passage ne rien oublier derrière elle. Elle fait quelques pas, et se retourne alors vers lui, soupirant. Elle est faussement embêtée, de toute manière.

« Je vais au dortoir Givrali, moi. Allez, ramène-toi, tu traînes là. T’es une vraie tortue. »

Elle reprend sa marche. Il n’aurait qu’à la rattraper. Il a de grandes jambes, après tout. Elle ne compte pas rentrer en skate, ne tenant pas à rajouter une blessure sur celles du jour. Durant les premiers instants du trajet, Ruth se montre silencieuse. Elle ne s’est pas encore réellement fait d’amis, ici. Et elle sait encore moins quoi dire. Alors elle lui lance quelques regards en coin, méfiante. Pourquoi avoir proposé de la raccompagner ? Elle n’a pas besoin de gardes du corps. Et la simple idée qu’on pourrait apprécier sa compagnie est difficile à imaginer. A concevoir.

« Et tu soignes souvent des jeunes filles à peine rencontrées ? », qu’elle se décide enfin à demander. « C’est un peu un comportement d’obsédé, tu trouves pas ? »

Le but est de taquiner, c’est toujours ce que veut Ruth. Tester les limites de l’autre. Voir jusques où elle peut aller, jusques où les gens se sentent touchés. Les scrupules, elle ne connaît pas. Elle laisse ça aux autres, à ceux qui refusent de s’assumer. Plus on se rapproche de l’école, et plus Ruth accélère le pas. C’est qu’elle commence à avoir une envie pressante et elle préfère être tranquillement dans ses toilettes. Par les temps qui courent, mieux vaut se méfier des maladies que les autres pourraient nous transmettre. Une fois arrivée devant son dortoir, Ruth se pose devant le Voltali. Comment on salue poliment ?

« Bon bah, à la revoyure, hein, princesse. »

Elle place deux de ses doigts au niveau de sa tempe, et les fait partir dans les airs, avant de tourner soudainement les talons, et s’éloigner, sans un regard en arrière. Sans un merci. C’est Ruth dans sa splendeur. Peut-être même qu’elle zappera cette rencontre.
Gioseppe Akabara
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t8885-604-gioseppe-akabara-le-coaneton-boiteux-phyllali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t8938-gioseppe-akabara-phyllali#90558
Icon :
Taille de l'équipe : 4/14
Région d'origine : Johto - Rosalia
Âge : 16 ans
Niveau : 12
Jetons : 3020
Points d'Expériences : 209
4/14
Johto - Rosalia
16 ans
12
3020
209
pokemon
4/14
Johto - Rosalia
16 ans
12
3020
209
Gioseppe Akabara
est un Scientifique Chercheur Pokemon

@Ruth Stonen
On a perdu les roulettes...

Alors que je rougis comme un con elle m’envoie une petite réplique pour se moquer à nouveau…

Ce n’est pas ça, j’ai juste cru que tu allais vraiment le faire et le cadre ne me met pas super à l’aise… Je n’ai pas envie de passer pour un détraqué sexuel alors que j’essaye juste de te soigner…

Mais visiblement elle ne veut pas arrêter de me vanner… RAAAAH ELLE M’ÉNERVE !! Bon, restons calmes… Après tout elle n’est pas méchante, mais ses conneries n’ont visiblement pas de borne. Moi, une princesse ? Et puis quoi encore ? Ça se voit qu’elle ne trainait pas avec moi à Johto…

Si tu veux, tu as raison madame la voyous…

Putain, j’espère qu’elle ne prend pas au sérieux tout ce que je dis… Manquerait plus quelle soit persuadée que je suis maso ? Elle se relève et prend un peu d’avance en sortant, réagissant de manière un peu cinglante à ma remarque. Il faudrait qu’elle fasse gaffe aux mots qu’elle emploie, si elle ne veut pas resubir une clef de bras…

Si tu le dis, mais le jour où tu auras mal… ça va te faire bizarre…

Alors qu’elle s’avance pour s’éloigner de moi, son pas ralenti, s’arrête me lançant une pique sur un ton plus amical. Elle me dit de la rattraper parce que je traine… C’est vraiment une princesse ma parole… Toujours parler en ordre au reste du monde qu’elle prend pour ses larbins.

Oui princesse…

Je lâche un soupir un peu désespéré avant de prendre mon sac sur mon dos et de rappeler Brutus dans sa pokéball. La route se passe sans encombre, peu de mots sont échangés, mais sa présence m’est étrangement agréable… Même si elle peut se montrer odieuse, il y a comme un petit quelque chose, un petit hic dans l’équation qui fait qu’elle a un charme particulier… Encore une fois elle décide de jouer avec mes nerfs en posant une petite question tendancieuse.

Non c'est la première fois, mais si toutes les donzelles en détresse sont comme toi je vais peut être m'arrêter. Parce que bon à peine porter que tu t'es cru pour un magicarp donc bon...

Sa deuxième question m'arrache une rougeur au joue alors que je beug un peu.

Quoi... Mais non je... Et puis t'étais bien contente que je te soigne non? Et toi tu laisses tout les garçons te passer de la pommade ? Je te retourne la question hein...!

Alors qu’on se rapproche des dortoirs, le pas accélère comme si elle voulait se débarrasser de moi. Nous arrivons en face du dortoir Givrali et alors que je ne m’attendais à un silence pesant la voix de Ruth s’exclame, bien plus sympathique, pour me saluer sans pour autant y aller avec finesse. Je la regarde dans les yeux avec un sentiment bizarre d’incompréhension.

Salut… Fais gaffe à toi…

Alors qu’elle me fait un salut de chanteuse de K-Pop, elle se retourne et s’éloigne de moi laissant dans ma fin d’après-midi un calme angoissant, sans vanne, sans moquerie.

HRP :
Fin du RP


pokemon
Contenu sponsorisé
est un
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum