Connexion
Pokemon Community :: Archives :: Les Archives :: Année 1

Pokemon adala community

« J’ai juste envie de profiter de cette soirée, et de ce nouveau début de vie… Même si je sais que je ne suis pas encore au bout de mes surprises. »
en savoir plus ?
« Cette mission est déjà un calvaire, alors stp essaie de pas la rendre encore pire, ça m’arrangerait. »
en savoir plus ?
« Je ne suis pas sûr qu’il soit l’heure de distribuer de l’eau bénite, nous savons déjà tous que vous êtes un ange Ranya, mais je suis touché de votre bénédiction. »
en savoir plus ?
« Je me déteste. Je me déteste de toutes mes forces. »
en savoir plus ?
« C'est un fantôme que tu enlaces, Faulkner. »
en savoir plus ?
Le soleil tape. Les gens hurlent. Il en a marre. Ce n’est pas un tournoi. C’est un poisson d’avril.
en savoir plus ?
« Il est beau... Tu en as de la chance... »
en savoir plus ?
-47%
Le deal à ne pas rater :
Xiaomi Mi 11 Lite 5G noir (via ODR de 50€ et 100€ bonus reprise)
168 € 319 €
Voir le deal

Audrey Hatoria
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t884-audrey-hatoria-la-folie-des-immenses-grandeurs-pyroli
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t892-audrey-hatoria-pyroli
Taille de l'équipe : 8
Région d'origine : Elle ne s'en souvient pas
Âge : 16
Niveau : 28
Jetons : 0
Points d'Expériences : 890
8
Elle ne s'en souvient pas
16
28
0
890
pokemon
8
Elle ne s'en souvient pas
16
28
0
890
Audrey Hatoria
est un Scientifique Mécano
Le grand jour était arrivé pour toi Audrey, nous sommes au lendemain de ton acceptation dans la branche scientifique et il y a quelque chose qui cloche. Tu fais certainement parti des seules filles de ton dortoir à être dans cette branche quand les autres sont plutôt à cogner en temps que Top-Dresseur. C'est pas que t'aimes pas les combats, au contraire, tu adores les regardes, ramener tes pompons en papiers multicolores pour encourager les combattants dans des rires hystériques, mais toi, la science, la mécanique c'est ton dada et tu n'attends qu'une chose : devenir mécanicienne.

Pour célébrer ton entrée chez les scientifiques on t'a offert une belle lampe torche, ne sachant pas ce que c'était à première vue tu t'es allumée la lampe dans les yeux et en plus de cela tu t'es rendue aveugle pendant une heure. Heureuse de ton jouet tu as pris ton sac en y fourrant ta lampe torche et sans fermer ta chambre tu es partie comme une dératée. Les filles de ton dortoir commencent à s'habituer à ta folie, tes sauts d'humeurs, tes cris, mais avouons que te voir partir en folle furieuse est plus rare, ces dresseuses s'écartent et tu les remercies avec de grands « Merci ! » qui sont parlés à la limite du cri.

Tu ne sais pas où tu vas, juste que les sous-terrains sont ta destination, tu veux essayer ton jouet dans des conditions réelles. La découverte, l'exploration, l'inconnu, tous ça t'excites et fait palpiter tes veines et ton coeus plus forts à mesure que tu cours. Akali sort de sa pokéball sans ton autorisation, mais tu t'en fou, tu es même heureuse qu'elle te rejoigne dans tes périples, après tout, vous êtes une équipe de choque, qui fait péter les décibels pour le plus grand bonheur de ceux et celles qui écoutent vos chants dans le parc. Les arbres défilent à toute vitesse sur les extérieurs de ton champs de vision, tu es concentrée sur ta course, lentement les arbres deviennent des arbustes, les grands arbres à feuilles qui te couvraient du soleil deviennent des petits arbres qui sont aussi hauts que des arbres à baies. Le sol verdoyant vire lentement au marron crayeux du sol sec à force de subir la chaleur du soleil.

Tes pas ralentissent, tu calmes ta course pendant qu'Akali tourne autour de toi pour faire décroître sa vitesse de vol. Avec grâce elle se dépose sur ton épaule droite et effectue un geste affectif récurent, elle mordille ton nez avec douceur et toi tu lui rends la pareille avec une morsure délicate sur l'oreille la plus proche. Après cet échange tu observes devant toi, et tu la vois, ton adversaire, l'entrée des souterrains. Une boule se forme lentement dans ton ventre, c'est bien rare pour une fille rare, mais parfois il faut savoir faire preuve de sérieux. Rien ne t'empêche d'avoir cette réputation de folle joyeuse, de peindre des dortoirs avec le style Anarchie, mais maintenant tu es grande, tu es une scientifique et tu vas entrer dans un endroit inconnu et dangereux.

Tu fais le premier pas dans la grotte en lançant à Akali.

-Cette fois, la folie et la curiosité ne font pas bon ménage... il faut prouver qu'on peut être sérieux, que je ne suis pas nul, ou encore ratée, que ces six années dans le centre spécialisé à fait de moi une fille sérieuse et concentrée malgré une grande joie de vivre, que j'ai conscience de moi et que des filles comme Janet ne me voient pas uniquement comme une fille qui fait des caprices, qui voit des choses que personne d'autre ne peut voir. Je ne suis pas schizophrène et je vais le leur prouver un ramenant un butin incroyable et rare !

Toi, jeune névrosée accomplie, tu avances lentement dans cette entrée des souterrains, car oui, tu est persuadée qu'il y en a plusieurs. La galerie dans laquelle tu t'enfonces semble être un boyaux parmi tant d'autres. Voir ainsi le couloir dans lequel tu es, qui se divise en plusieurs branches te fait penser à ce jeu de société, Labyrinthe, un jeu où tu avances dans un... Labyrinthe et où les autres joueurs peuvent modifier la structure des murs pour gêner ton avancée dans cet univers de noeuds et où on se retrouve parfois emmurer. De ce fait, par logique et raisonnement tu prends une feuille d'aspect vierge si tu enlèves les petits dessins anarchiques dans le coin supérieur gauche de la feuille. Un crayon à la main tu remontes à l'entrée en rebroussant chemin, heureusement tu n'as qu'à aller tout droit. Tu prends pour échelle un centimètre est égale à environ dix pas.

L'exploration commence donc vraiment, cette fois tu fais attention à tout. Le tunnel des souterrains est fait dans un carré parfait, le groupe d'ouvrier qui ont fait cette galerie étaient des gens très rigoureux. Le sol n'est pas humide et les murs sont soutenus par des poutres en bois d'un marron, sauf celle du haut qui est très foncée, tu en déduis que si le sol n'est pas humide c'est parce que la poutre du haut absorbe l'eau qui coule et la retiens efficacement. Fière de ton raisonnement tu t'accordes quelques sauts dans les airs sous les yeux d'Akali qui lance de petits cris joyeux.

Tu t'enfonces dans ces galeries et tu prends bien soin de noter tous les autres débuts de galeries. En avançant pendant une dizaine de minute tu as recensée plus de vingts potentielles débouchées. Tu n'en a explorée aucune, mais la seule dans laquelle tu as jeté un oeil t'as laissée une impression désagréable dans le dos. Il y avait un écran dans cette salle et même s'il était éteint, tu avais la certitude d'être observée, tu étais vite partie et malgré Akali tu n'étais pas rassurée. Tu ne cherches pas vraiment, tu explores la zone pour délimiter la zone de recherche. Tu es consciente qu'une seule visite ne sera pas assez pour pouvoir tout fouiller. Alors tu décides que tu commenceras par le fond, autant commencer par le moins rassurant pour ben connaître la zone de danger.

L'heure de fouille était passée et tu avais ton plan. Il y a quatre points principaux, un pour chaque point cardinal et tu es entrée par l'accès sud. Pour chaque couloir il y a dix alvéoles et une pièce central d'environ cent mètres carrés dont le quart prit par une cabane qui était certainement le bureau du maître des lieux à l'époque ou c'était habité. Tu ne prends pas la peine de faire chaque alvéole, les quelques unes dans lesquelles tu es entré pour jeter un coup d'oeil te laissent un amer souvenir d'être observée. Prenant ton courage à deux mains tu pénètres le bureau, à l'intérieur tu as cette même sensation d'être observée même si la seule fenêtre ouvrant sur un autre monde est un écran d'ordinateur. C'est étrange, mais même si lui aussi est éteint la sensation du regard dans le dos te fait froide impression, en plus elle n'est pas éclairée, contrairement au reste des couloirs qui bénéficiaient d'une architecture amenant la lumière jusqu'au font de chaque couloir. Tu prends donc ta lampe torche LUMINAX et la tout s'éclaire, malgré une lumière qui éclaire bien la pièce excepté les angles morts tu trouves un bureau avec de la paperasse, beaucoup de paperasse, même au sol, mais cette impression désagréable te poursuis et tu sembles rester statique, mais tu dis pour te rassurer.

-Comme le disais ma marraine, les fantômes n'existent pas !

Ce que tu sembles oublier c'est que ta marraine n'existe pas. La présence d'Akali contre ta nuque te détend et tu as enfin le courage pour explorer le bureau. La lampe à la main tu cherches parmi les papiers et là, tu trouves un livre qui semble être au gérant de ce bureau, tu entreprends de le lire, mais le temps et la poussière ont eu raison de l'encre qui a servi à écrire le journal.

Tu sembles comprendre quelques bribes, l'homme serait, le docteur Frenkkenstin, qui, avec une équipe très nombreuse à ce semblerait, ils avaient pour projet d'étudier un pokémon virtuel et de l'améliorer, essayer d'en créer plusieurs, ce fut un succès d'après le journal, pourtant, jours après jours, ces pokémons prenaient le contrôle sur le personnel, au moyen de logiciel espions, ils pouvaient tous voir, tout entendre, tout comprendre, tout voir, tout penser. Ces pokémons étaient intemporelle, pas besoin de respirer, boire, manger, ils étaient artificiels sans aucun besoin. Petit à petit les chercheurs seraient devenus fous et beaucoup seraient partis. Frenkkenstin serait resté pour essayer de comprendre ses créations, de les aider, ou de les éliminer, le texte n'était pas clair, mais il fait mention à plusieurs reprises d'un supercalculateur dans un des étages supérieurs, mais ces pokémons ont bloqués les accès en se matérialisant et à l'aide d'attaques très puissantes.
Ta lecture ce coupe quelques mots avant la fin quand tu sens quelque chose se jeter sur toi, tu l'as senti et tu plaques contre le mur avant de voir dans la lumière de ta lampe dans un temps inférieur à une seconde une sorte pokémon rose et bleu s'enfuir à l'étage par un petit espace. Pourtant il n'y avait rien derrière toi, juste l'écran d'ordinateur, et là tu réalises. Depuis le début tu es observée par ces pokémons. Par courage tu lis les derniers mots qui sont encore intactes qui sont : Le supercalculateur toi être éteint sinon les Porygons continueront à se créer par un algorithme et à évoluer grâce à des logiciels.

-Akali, il nous faut réussir cette mission. Allons y !

Sur ces mots tu sors ton Napolitain, car tu as un peu faim et tu croques dedans en pointant la petite entrée par laquelle le Porygon est passé.

-Vers l'infini et l'au-delà !

Dernière édition par Audrey Hatoria le Ven 11 Avr - 16:30, édité 1 fois
Audrey Hatoria
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t884-audrey-hatoria-la-folie-des-immenses-grandeurs-pyroli
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t892-audrey-hatoria-pyroli
Taille de l'équipe : 8
Région d'origine : Elle ne s'en souvient pas
Âge : 16
Niveau : 28
Jetons : 0
Points d'Expériences : 890
8
Elle ne s'en souvient pas
16
28
0
890
pokemon
8
Elle ne s'en souvient pas
16
28
0
890
Audrey Hatoria
est un Scientifique Mécano
Pour monter dans le petit espace tu montes sur le bureau du docteur et tu montres du doigt l'entrée à Akali qui comprend qu'elle doit y entrer pour te couvrir, étant assez petite elle s'y faufile sans aucun soucis. À ton tour tu montes en y jetant ta lampe par le trou tu l'entends rebondir sans aucun bruit particulier, satisfaite, tu sautes et t'accroches au trou et force sur tes bras pour passer les bras et la tête en t'appuyant sur les coudes qui eux étaient passés. Après cela tu te balances afin de t'offrir une force cinétique non négligeable et finalement tu réussis à monter. Seul inconvénient, tu es obligée de rester à quatre pattes dans ce boyaux très étroit.

-Akali, utilises ultrason et utilise tes sens pour récupérer le sens des ondes et le temps qu'elles mettent à revenir vers toi pour chercher la bonne direction.

La Sonistrelle s'exécute docilement et heureusement pour toi les ondes ne te touchent pas, sinon, bonjour la migraine, déjà que tu risques gros avec ces pokémons observateurs alors imagines si tu as la migraine. Ton amie volante se met à avancer, tu la suis, tu lui fais confiance, car elle sait mieux que toi où aller. Ta lampe t'éclaires et tu en profites pour observer les murs, ils sont lisses, comme si rien ne les avaient touchés, toi en revanche ils te collent à la peau ces murs, tu es heureuse d'être en sous poids à ce moment précis de ta vie.

Après quelques minutes de trajet Akali sort de ce boyaux pour entrer dans une salle, toi, tu sors uniquement la tête et là tu vois pleins d'ordinateurs, tu rentres la tête et tu lances à ton amie de voyage.

-Utilise tornade pour détruire les ordinateurs, puis utilise ultra son pour détruire ceux qui auraient pu survivre.

Le vent s'élève, les ailes d'Akali bat frénétiquement dans les airs et le côté clos de la salle n'ayant qu'une sortie fermée et ce boyaux augmente la puissance du courant que crée le pokémon. Le devient puissant, tu sens la puissante caresse du vent sur ton visage, tes couettes volent en arrière et ton pokémon se met à tourner en rond pur augmenter la force cinétique de ses gestes. Bientôt les écrans se soulèvent par la force de l'air et montent de plus en plus haut. Soudain plus rien, Akali s'arrête et les objets qui sont soumis à la gravité tombent en chute libre, ils sont détruit, les bruits d'impacts se multiplient et sont semblables à des cris d'agonies. Ton pokémon n'a même pas besoin d'utiliser ultrason puisque tous les écrans sont morts, leur route vers le paradis a débuté dès le moment ou le vent à cessé de souffler. Rassurée tu descends de ton perchoir et tu réceptionnes ton amie dans tes bras pour lui mordiller l'oreille en guise de récompense.

-Je suis fière de toi. Ne traînons pas, il nous faut réussir à trouver le supercalculateur.

Ni une, ni deux vous poursuivez votre route en empruntant la seule sortie possible. La lampe à la main tu éclaires la zone et tu avances le pas léger et les yeux actifs, tu ne sens rien, aucune odeur en particulier, chaque centimètre de peau devient extrasensible. Tu guettes, tu attends, ils viendront t'empêcher d'éteindre ton objectif. Mais tu le dois, pour le salut du campus, imagines toi que ces pokémons deviennent centaine et qu'ils attaquent le campus qui est numérisé et connecté en permanence à internet. En réussissant cet objectif tu sauveras le campus et tu auras les hommages de tous et toutes.

Tu débarques dans une grande salle éclairée, tu éteins donc ta lampe et la range avec soin. Cependant un son étrange t'attires et aussi cette sensation désagréable d'être vue sans que le voyeur ne soit vu. Tu regardes devant toi et tu n'as même pas besoin de ton sens de déduction pour confirmer que l'immense pilier lumineux devant toi est le supercalculateur. Il est orné d'un magnifique écran duquel sort un pokémon, il est bleu et rose, mais il a un aspect très lisse et semble plus humain que le Porygon que tu as vu avant, serait-ce une évolution ? Tu confirmes tes doutes puisque plusieurs dizaines de Porygons de base sortent. Celui qui semble être évolué prends la parole grâce à un logiciel de traitement de de texte.

-Pourquoi es-tu là, humaine ?

-Je suis ici pour une expédition afin de trouver diverses objets, mais en tombant sur le journal de votre créateur j'ai pris la décision d'éteindre le supercalculateur ! Rien n'y fera, je suis déterminé !

-Très bien. Tu devras partir comme les autres.

Ce fut le dernier mot de ce Porygon si singulier avant que tous les pokémons artificiels chargent à leur tour une même attaque, ultra-laser, ils n'y allaient pas de main morte, tu sais que cette attaque met du temps à charger, alors tu te mets à courir, ton pokémon par instinct de survit se colle à ton dos et lance hâte autant de fois qu'il le peu. Vous êtes propulsé vers la salle précédente qui sera votre refuge, mais tu entends la détonation des lasers partir et tu hurles de peur. Alors que vous entez dans la salle en question, Akali et toi, vous vous plaquez contre les murs adjacents à la porte juste avant que le laser entre à son tour et perfore le mur face à vous, si bien qu'il crée un couloir jusqu'à la lumière du jour. Tu entends ensuite un effondrement colossal et un bruit de destruction. Les effets secondaires de ce mélange d'ultra-laser aurait détruit le supercalculateur ? En tout cas, jamais tu ne le sauras, car le couloir est bloqué par les débris. Tu soupires déçue, mais au moins la mission est un succès.

Tu ne t'en va pas encore. Tu entres à nouveau dans le boyaux pour ensuite revenir dans le bureau du docteur Frenkkenstin. À partir de là tu décides fouillant chaque alvéoles à l'aide de ta lampe torche LUMINAX.

Tu éclaires chaque coin, chaque bureau, chaque tiroir, chaque dessous de lit et même les endroits improbables comme les W.C individuels qui ne sentent pas très bon il faut l'avouer. Le fait que es déjà connaissance du lieu avant rend tes recherches plus efficaces. Au cour de tes fouilles tu tombes sur un document t'informant que « L'améliorateur » ainsi que le « CD-Douteux » pourraient aider un Porygon à faire évoluer ses programmes. Tu penses qu'il y en a ici aussi, au-moins un des deux puisque le Porygon qui est sorti du supercalculateur était différent. Tu as bon espoir et des heures durant tu cherches. Akali est là et grâce à ultrason elle cherche aussi grâce aux variations d'ondes des ultrasons quand ils reviennent vers elle.
Potiron
https://pokemoncommunity.forumactif.org
https://pokemoncommunity.forumactif.org
Icon : Le sérieux d'une exploration qui amène à une folle découverte. Amj0Bjs
Taille de l'équipe : 0
Région d'origine : Kalos
Âge : 5 ans
Niveau : 0
Jetons : 0
Points d'Expériences : 2836
Le sérieux d'une exploration qui amène à une folle découverte. Amj0Bjs
0
Kalos
5 ans
0
0
2836
pokemon
Le sérieux d'une exploration qui amène à une folle découverte. Amj0Bjs
0
Kalos
5 ans
0
0
2836
Potiron
est un Annonceur
Le membre 'Audrey Hatoria' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'CHASSE' : 2
Sir Trouille
Icon : Le sérieux d'une exploration qui amène à une folle découverte. CeOUB4f
Région d'origine : -
Âge : -
Niveau : 0
Jetons : 0
Points d'Expériences : 13090
Le sérieux d'une exploration qui amène à une folle découverte. CeOUB4f
-
-
0
0
13090
pokemon
Le sérieux d'une exploration qui amène à une folle découverte. CeOUB4f
-
-
0
0
13090
Sir Trouille
est un PNJs
Un Rp original avec un histoire captivante et une longueur appréciable. Les fautes rendent certains passages un peu flous et la recherche "pure" n'est privilégiée que dans la tout première partie du RP. La présence plus marquée d'Akali dans les fouilles aurait été intéressante mais le rôle qu'elle joue avec les Porygons te fait gagner des points. Pense quand même à ne pas tourner au hors sujet.


A l'abri dans ta cachette, tu trébuches sur un vieux Talkie walkie sur lequel est gravé "C". Tu n'es pas au bout de tes découvertes, car voilà qu'Akali se met à t'appeler plaintivement, elle a trouvé une CT Doux Parfum.


Le sérieux d'une exploration qui amène à une folle découverte. 7z5c
pokemon
Contenu sponsorisé
est un
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum