home
Pokemon Community  :: 
Administration de l'école
 :: 
Demandes d'admissions
 :: Demandes acceptées
Pokemon
Community
Le Deal du moment : -41%
PNY CS900 – SSD interne – 1 To – ...
Voir le deal
59.99 €

Desmond Ricci
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t9540-644-desmond-ricci-a-la-mode-de-chez-nous-phylalli#95347
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t9545-desmond-ricci-phyllali#95374
Icon : [644] Desmond Ricci ¤ A la mode de chez nous [PHYLALLI] BxbAkWS
Taille de l'équipe : 1/3
Région d'origine : Kalos
Âge : 17 ans
Niveau : 0
Jetons : 328
Points d'Expériences : 16
[644] Desmond Ricci ¤ A la mode de chez nous [PHYLALLI] BxbAkWS
1/3
Kalos
17 ans
0
328
16
pokemon
[644] Desmond Ricci ¤ A la mode de chez nous [PHYLALLI] BxbAkWS
1/3
Kalos
17 ans
0
328
16
Desmond Ricci
est un Nouveau Membre
Desmond Ricci
18 ans
Masculin
Kalos - Illumis
Kuujou Joutarou – Jojo’s Bizarre Adventure

  • TopDresseur Spé Type (Sol)
  • Coordinateur Eleveur/Mode ou éventuellement PokéAthlète Agent

  • Destiné à hériter de la gestion de la marque Ricci
  • Souhaite surtout trouver un métier qui lui permette d’évoluer auprès de et de protéger les Pokémon de type sol (& autres, mais surtout sol)

ambitions futures
Un gros GG pour le boulot abattu, content de voir le forum faire une grosse peau neuve pour repartir de plus belle o/
Ah et edit mais si la question se posait, c'est demandé par Ginji qui m'a indiqué de repartir de 0 du coup ~
Chips
caractère
Mec … T’es sûr que c’est un lycéen ?
J’en sais rien, mais il a une carte étudiante.
Sérieeeux !?

Installé au poste de surveillance, les deux flics s’affairent à observer les cellules en commentant chacun de leurs occupants. Et si pour la plupart, c’est les habituels drogués en boule ou ces étranges personnes qui ne cessent de répéter qu’ils sont en danger de mort, l’un d’entre eux se démarque du reste. Allongé sur sa banquette, son mètre quatre-vingt-quinze, ses cheveux noirs en bataille et sa tenue de loubard ne manquent pas de surprendre son monde.

Et si ce n’est que ça. Les commentaires des deux hommes n’ont rien de vraiment surprenant : musculature évidente à travers ses vêtements, un buste large et robuste, un visage à l’air mature et sérieux, il est très surprenant de s’imaginer que le jeune homme vient tout juste d’obtenir sa majorité. L’un des deux fonctionnaires ne put s’empêcher de se demander si ce n’est pas une statue de marbre qui a pris vie.

Pourtant, un long bâillement nonchalant de la part du prisonnier fait rapidement comprendre qu’il est bien humain, et derrière son corps aux traits clairement dessinés et témoignant d’un entretien régulier et précis, sa posture désinvolte quoique fier et imposante, on ressent facilement à quel point le jeune homme est loin d’être un être parfait. Pour ne pas dire qu’il mériterait des claques tant sa situation ne semble pas le déranger le moins du monde.

Et tu sais pourquoi il est là ?
Il aurait tabassé un groupe d’élèves de son lycée. Il a pas voulu préciser pourquoi.
C’est mystérieux tout ça.
Si tu veux mon avis, c’est encore un de ces bons samaritains qui a voulu protéger ses proches quitte à finir en taule.

L’officier n’est pas dupe. Derrière cette énorme carapace de muscle au regard impassible, il devine avant tout une inquiétude cachée, portée sur quelque chose dont lui seul connaît la forme. Ce n’est pas la première fois qu’il rencontre ce genre de gus. Des garçons qui n’hésitent pas à faire jouer de leur physique pour venir en aide à leur prochain, sans forcément réfléchir aux conséquences. Des personnes d’actions, pour ainsi dire.

L’homme n’a jamais vraiment apprécié ce genre d’individu. Peu intelligent, peu perspicace, ils laissent souvent leur cœur dominer leurs actes et ont une tendance à être imprévisible, régulièrement au point d’en devenir à leur tour un danger pour leur entourage. Pourtant, à sa posture, il y a quelque chose de différent chez celui-là.

Déjà parce qu’il n’a pas l’air vraiment blessé. Pas même aux poings, si ce n’est quelques traces attestant de ses coups, des frappes visiblement précises et dévastatrices, d’après la déposition des témoins présents. Ensuite parce qu’il n’a pas cette aura de terreur qui se retrouve chez ce type de personne après un affrontement. Pas de vengeance dans le regard, pas de rage à évacuer, rien. Comme s’il a accompli son devoir parfaitement et qu’il est passé à autre chose. C’est à n’en point douter : le jeune homme savait parfaitement ce qu’il faisait.

J’arrive pas à savoir s’il me fascine ou me terrifie …
Ah, toi aussi ? J’ose pas imaginer aller le sortir de sa cellule.
J’ai bien envie de connaître le nom de ce gus.
Attends, je regar-

Alors que l’amusement prenait place au poste de surveillance, un regard sur le dépôt de plainte du prisonnier fait rapidement retomber l’ambiance.

P’tin, on a chopé le fils Ricci.
Tu rigoles j’espère ?

Les deux hommes commencent soudainement à suer en réalisant que le papier ne ment pas. Desmond Ricci. L’héritier actuel de la célèbre famille Ricci à Kalos. Une sacrée tête. Une sacrée réputation aussi, dans la police d’Illumis, malgré que ça soit la première fois que le jeune homme se retrouve dans ce poste.

Le flic réalise à cet instant pourquoi le jeune homme l’effrayait autant. De ce qu’il en a entendu parler, le géant est coupable de nombreux faits de coups et blessures qui l’ont amené à finir derrière les barreaux. Des passages à l’hôpital, il en a apparemment offert pas mal. Impulsif, pragmatique et peu hésitant, la police aura eu tôt fait de voir le garçon, jusqu’alors mineur, comme un danger réel lorsqu’il deviendra adulte.

Mais à vrai dire, beaucoup s’accordent à dire qu’ils ont plus peur pour lui que pour eux-mêmes. Car ses délits passés, tous les fonctionnaires qui ont eu l’occasion de lui parler sont unanimes : c’est un garçon tout à fait sympathique. Attentif, coopératif, souriant et amical, il parle facilement et sans détour de choses et d’autres. Une anecdote qui est parvenu à circuler à son propos, c’est sa passion inconsidérée pour les types sol. Une passion qu’il prend plaisir à mettre en avant lorsqu’il vient à discuter avec les autres.

On fait quoi, on le relâche ?
Certainement pas. La procédure avant tout. Vu son attitude, je pense qu’il a l’habitude, lui aussi.
… Mais ça risque pas de nous retomber dessus ?

L’inquiétude du policier est réelle. Par-dessus la peur même que le jeune homme se fasse du mal, c’est la peur de la retombée de la famille Ricci qui met à mal la raison de l’officier. Il faut dire que les Ricci sont connus, à Illumis. Pour ainsi dire, elle est considérée comme une des plus influentes familles de la capitale, et même de la région de Kalos en général. Et pas forcément connu pour être du genre laxiste.

Pour autant, l’autre officier resta calme. L’un de ses amis qui avait eu l’occasion de croiser ce Desmond l’avait rassuré à ce propos : les Ricci ne se dérogent pas à la loi, ou presque. Ils se contentent de payer la caution de sortie et font étouffer l’affaire autant que possible sans chercher plus loin. Sans jamais entrer dans le conflit.

Les détails, personne ne les connaît, malheureusement. Ce qu’il en ressort, c’est que les Ricci s’imposent là où ils ont besoin de le faire, et qu’il est difficile, surtout à Illumis, de la contester. Certains les voient comme une famille tout à fait psychorigide, d’autres comme des êtres à part. Tous l’accordent cependant : ce sont des gens respectables.

En y pensant, l’officier réalise : pourquoi lui ne l’est pas ? Pourquoi de tous, c’est bien celui que l’on considère comme l’héritier direct de la famille qui vient mettre à mal cette affirmation ? Rien qu’en le voyant, on peut ressentir qu’il a lui aussi cette aura particulière, cette aura familiale qui atteste de son rang. Et pourtant, pourtant … Toute la nonchalance et la désinvolture dont il fait preuve apportent une sensation bien différente.

C’est un bien énigmatique garçon qui se tient ici enfermé.
Contradictoire, complexe, mystérieux, peu loquace.
Montre-t-il même vraiment toutes ses facettes au monde ?

C’est une réponse que les policiers, eux, n’auront jamais.
Une réponse connue de sa famille seule ...
histoire
C’est lui.
Oui.

La voix rauque mais solennel d’Anthony Ricci se fit entendre dans tout le couloir, aussitôt entendu par Desmond qui fixait calmement le mur en espérant trouver un petit moment de repos. Immédiatement, le jeune homme se retourna pour aviser son paternel, et constata que celui-ci le dévisageait du même regard qu’à chaque fois : un mélange de déception et de tristesse, cachant une certaine satisfaction quant aux actes de son fils. Le désormais majeur se leva rapidement et fit ainsi face à son géniteur, lui adressant un sourire presque amusé.

Tu as été rapide, cette fois.
Il ne servirait à rien de te raisonner en te laissant croupir ici, autant régler rapidement cette histoire.
Plus que d’accord.

Dans cette conversation familiale, le pauvre officier venu escorter le chef de famille se retrouva bien vite exclu, ne comprenant aucunement les sous-entendus qui s’enchaînaient. Il ressentait cependant très bien cette tension doublée d’un respect entre les deux hommes. Lui aussi connaissait la réputation des Ricci, y compris les déboires de l’héritier, mais il ignorait à quel point.

Plus qu’être loin d’être la première fois, c’était presque devenu une coutume pour Desmond de côtoyer les cellules. Et chaque fois, c’était son père qui était venu l’en sortir, s’acquittant de la caution. Plus encore, après son passage, il était rare pour les policiers de voir les dépôts de plaintes se poursuivre. Ce qui se savait un peu moins, c’était les conséquences que cela avait sur l’ambiance chez les Ricci.

Desmond, une fois rentrés, il est temps d’avoir une discussion.
Une fois de plus ? Papa, j’ai le plus grand respect pour toi, mais tu me connais suffisamment pour savoir que ça ne marchera pas.
Nous verrons bien.

Une fois les formalités remplies et les deux hommes ressortis du commissariat, une limousine vinrent les cueillir et ils s’en allèrent comme prévu vers la demeure familiale. L’occasion pour Desmond de voir que dans le véhicule les attendaient patiemment Capucine, jouant joyeusement avec son Blizzi. A la vue des quelques bandages sur son corps, le jeune homme ne put s’empêcher de frissonner, mais la main étonnamment délicate de son père ne manqua pas de le rassurer.

C’est elle qui nous as prévenu, tu t’en doutes.
Tu … Tu vas bien, petite sœur ?
Cela pourrait aller mieux, mais j’ai évité le pire.

Desmond soupira, achevant de se détendre en voyant l’air apaisé de celle dont il était le grand frère depuis de nombreuses années. Anthony, lui, resta stoïque mais afficha un léger sourire satisfait. Pas nécessairement du genre sentimental, il était tout de même heureux et fier de constater toute la complicité dont faisait preuve sa progéniture.

Ecoute Desmond. Je comprends que tu veuilles à tout prix protéger tes sœurs de ceux qui veulent leur faire du mal parce qu’elles sont des Ricci ou je ne sais quelle raison capillotractée. Mais tu n’es pas le seul à t’inquiéter pour elles. Et à force de t’embarquer dans ce genre de situations, c’est de toi qu’on s’inquiète le plus. Est-ce que tu comprends ce que je veux dire ?
Tu me l’as déjà dit beaucoup trop souvent. Et j’ai eu beau me le remettre en tête, quand mon sang commence à bouillir …

Anthony soupira bruyamment.

Eh bien continue de le faire. Je ne te demande pas de changer d’un seul coup, mais … promets-moi d’y réfléchir ? Je pense que ça rassurera tes sœurs.

Desmond écarquilla les yeux en attendant cette dernière phrase. Rassurer ses sœurs ? Il ne lui avait jamais faite, celle-là. Pourtant, en tournant son regard vers Capucine, ses yeux ne le trompèrent pas : elle était d’accord avec ce que venait d’énoncer son père. Le jeune homme gloussa alors. Il ressentait beaucoup de soulagement et en même temps une tristesse immense à son égard, de la part de l’adolescente. Pour être honnête, ce n’était pas la première fois qu’il voyait ce regard à son attention, mais c’était bien la première fois qu’il dégageait autant d’émotions.

Il faut dire que cette fois, il n’y était pas allé avec le dos de la cuillère. Une dizaine d’élève, tous en couple avec des filles qui ne cessaient de s’en prendre à Capucine. Au détour d’une rue, ils avaient eu le malheur de s’en prendre à elle en leurs noms alors que Desmond venait pour la chercher. Il avait réagi au quart de tour, faisant comprendre à ces salopards ce qu’il en coûtait de s’en prendre à sa famille. Au moins deux d’entre eux avaient fait un tour par l’hôpital pour vérifier leur état.

Pourtant, il n’en avait tiré aucun regret. Ni aucune fierté à vrai dire. Comme à chaque fois depuis que Capucine et Corynthe – son autre sœur – étaient entrés au collège, il n’avait fait, à ses yeux, que les protéger de la malveillance de ces gens. Il s’en était fait une conviction. Mais à cet instant où elle lui montra ce regard, il en vint à douter de cette conviction. Son père disait-il vrai ? Cela rassurera ses sœurs ? Il avait un peu du mal à le réaliser. Mais Capucine n’en démordait pas, et Desmond comprit finalement que c’était vrai.

… J’y réfléchirai.
Je n’en doute pas.

Le visage de l’adolescente s’illumina à la réponse de Desmond. Imaginait-elle déjà retrouver son frère d’antan, celui qui la rassurait quand elle avait peur les jours d’orage, celui qui prenait toujours de son temps pour jouer avec elle et Corynthe ? En tout cas, elle l’espérait grandement, et elle connaissait suffisamment son grand frère pour savoir qu’il ne parlait pas pour dire du vent. Qu’importe où cela irait, le jeune homme ne manquerait pas de s’y diriger sans hésitation, tant que cela lui permettrait de continuer à protéger les siens. Comme il l’a toujours fait …

Et concernant ce petit gang, tu peux être assuré : cette fois, c’est votre mère qui s’en est occupé. Vous ne risquez pas de les voir y reprendre avant longtemps.
J’irais la remercier pour son aide.

Anthony ne répondit pas. Mais quelque chose dans son expression faciale fit instantanément comprendre à Desmond qu’il allait pouvoir honorer son affirmation très vite. D’ailleurs, en y pensant, son père n’avait pas vraiment attendu comme il l’avait dit pour entamer la discussion. N’était-ce donc pas la discussion qui les attendaient à leur arrivée ? Qu’est-ce qu’on lui préparait ?

Il n’allait pas tarder à le savoir.
Car bientôt, la limousine s’arrêta.
Et on vint leur ouvrir.

En sortant, le regard de Desmond se posa sur l’immense manoir des Ricci qui lui faisait désormais face. Une propriété d’une ancienneté rare, même près d’Illumis, et témoignant à lui seul de la noblesse même de sa famille. L’ensemble des jardins et des petites bâtisses servant d’annexes pour les domestiques étaient quant à eux présents en preuve de la position actuelle qu’elle occupait. Riche et influent. Tels étaient les descriptions qu’on retrouvait régulièrement pour qualifier les Ricci. Comme beaucoup de familles dans leur genre, malheureusement.

Et dire qu’il était destiné à hériter de cela un jour. Desmond n’arrivait pas à s’y faire, même s’il ne voulait pas se l’avouer réellement. Comme tout bon Ricci, il avait appris toutes les coutumes familiales, reçut la même éducation que ses prédécesseurs, et connaissait ainsi l’histoire de la familiale par cœur. Depuis peu d’ailleurs, son père avait commencé à l’initier pleinement à son futur rôle de chef de famille, lui enseignant tous les secrets dont il aurait bientôt le fardeau. Il ne l’a jamais fait savoir, mais il n’a jamais vraiment apprécié les secrets. D’aussi loin qu’il se souvienne, il a toujours eu en tête d’emporter avec lui tous les secrets qui n’auront pas été révélé auparavant. Mais en attendant, il en est devenu le gardien aux côtés d’Anthony.

C’était là la responsabilité principale du chef de famille. Celle qu’on transmet à l’aîné de chaque génération depuis la supposée naissance des Ricci. Aujourd’hui, c’était bien plus que cela, mais pour le moment, Desmond était encore loin d’être prêt à prendre en main tout l’héritage familial. De prendre en main le business familial. Car d’une simple famille influente, les Ricci étaient devenus des maîtres dans de nombreux domaines du luxe : la mode, la bijouterie … ce genre de choses. Surtout la mode, en vérité. Anthony lui-même était d’ailleurs le PDG de l’entreprise mère gérant toute la mode Ricci.

Rien que d’y repenser, se rappeler de toutes les branches qui s’étaient formés dans la famille, notamment pour des histoires de diversifications du business de la famille, faisait mal à la tête de Desmond. On pouvait presque parler d’empire économique, à ce compte-là. Et il en serait bientôt l’empereur … Il était loin de se faire à cette idée.

Pourtant, il était bien parti pour. Je pense qu’il est ici nécessaire de comprendre que Desmond a longtemps vécu avec cette idée en tête d’être le successeur et qu’il devait être prêt à prendre la place de son père à tout instant. Entre son éducation et le développement de sa propre personnalité, il ne faisait aucun doute qu’il deviendrait un bon Ricci. Enfant modèle, sérieux, obéissant et très curieux de découvrir ses origines et les responsabilités dont on le chargerait, on peut dire que le jeune homme a vécu une enfance des plus merveilleuses, profitant même de son intelligence pour assurer pleinement son avenir.

On le disait charmeur, amical, mignon, charismatique, beau parleur et confiant. Le genre d’enfant qui prendrait facilement ces qualités pour renforcer son égo et se croire supérieur aux autres. Mais pas Desmond. Pas totalement en tout cas. La vérité est que le jeune garçon a toujours su où était sa place. Sans jamais chercher à s’imposer plus qu’il ne pouvait se le permettre, il a appris à faire valoir ses bons côtés et à faire oublier ses défauts, se résumant en une jalousie envers ceux qui voulait devenir ami avec ses proches, une impulsivité amenant parfois à faire des bêtises ou à s’en prendre à ses camarades, et surtout une curiosité régulièrement maladive qui en a dérangé plus d’un. Il eut ainsi une enfance très cool, peu mouvementée, avec une famille très présente et sérieuse, parfois un peu trop mais qui lui fit éviter bien des traumatismes.

Mais un point a rapidement fait comprendre qu’il y avait un risque que Desmond tourne comme il a tourné à présent : ses sœurs. Depuis qu’il est en âge de l’être, le jeune homme s’est toujours montré très protecteur avec elles. Il déteste qu’on leur fasse du mal, qu’on cherche à les dénigrer ou qu’on les rabaisse à une position qui n’est pas la leur. Il ne s’en est jamais totalement aperçu, mais cela l’a progressivement rendu très antipathique envers ceux qui s’en prennent à ses proches, surtout elles.

Cela s’est confirmé à l’entrée de la plus âgée, Corynthe, au collège. Lui qui avait déjà de l’avance sur place, il fut rapidement consterné de voir toute la malveillance qui régnait sur place, pourtant un établissement privé réputé et recommandé. Des moqueries, des messes basses, des agressions sous toutes ses formes. Discrets. Mais faciles à voir en tant qu’élève. Desmond a souhaité éviter qu’elles ne subissent la même chose.

Alors il a commencé à agir au premier problème. Et sans y penser plus que cela, il s’embarqua ainsi dans une spirale infernale. S’en prenant aux mauvais élèves, leur enseignant une leçon à sa manière, faisant d’eux des martyrs, prenant la faute à leur place, rendant ces élèves encore plus mauvais, le poussant à se montrer encore plus virulent. En l’espace de deux ans à peine, le gentil et obéissant Desmond devint un adolescent turbulent. De populaire, entre ses bonnes notes et sa grande sociabilité, il devint le paria, celui qui fait peur. Et lui s’en fichait pas mal. Il savait ce qu’il voulait, faisant fi des conséquences sur sa propre réputation, agissant avec pragmatisme mais malheureusement surtout avec son impulsivité.

Malgré tout, en dehors de cela, il a continué d’agir comme un Ricci. Car c’était son objectif, l’avenir qu’il s’était fixé. Mais en ce jour, il n’arrivait plus vraiment à visualiser cet objectif. Ces dernières semaines, il s’était rendu compte – notamment grâce aux discussions avec son père – à quel point il s’en était écarté, à quel point son comportement était destructeur. Alors il commençait lentement mais sûrement à revoir sa façon d’agir. Malheureusement, chassez le naturel il revient au galop, et voilà où cela avait mené pour cette fois.

Au final, de grand héritier, il est devenu délinquant.
Une honte pour sa famille, une honte pour ses proches.
Et un avenir dont il n’entrevoyait pas le chemin.
Mais il oubliait une chose dans cette affaire.
Il n’était pas seul.

CHERIIII !
Nous sommes rentrés.

Un cri, une foulée, un saut, un baiser. Voilà la scène qui se joua devant les yeux de Desmond lorsque lui, Capucine et son père pénétrèrent dans le manoir. Sa mère, Clara Ricci-Dubois, venait de sauter sur son mari pour lui faire sa fête comme à son habitude. Comme un joyeux petit rituel quotidien cherchant à mettre du baume au cœur. Leur fils lui-même en sourit, amusé par la situation. Mais bientôt, son sourire s’effaça pour laisser place à l’effroi lorsque la femme mature se tourna vers lui en silence, avant de venir lui pincer la joue avec force.

Tu peux vraiment pas t’empêcher de finir derrière les bureaux, espèce de grand dadais têtu !
Maman, il m’a protégé tu sais, sa joue ne mérite pas de punition.
Tu m’en diras tant ! Il m’a fait angoisser toute l’après-midi, il devrait être content que je me montre si indulgente !

Desmond ne répondit pas. Il connaissait bien sa mère, et il n’aimait pas la rendre malheureuse. Alors il acceptait sa colère sans sourciller. C’était la moindre des choses. Il fut cependant content de la sentir l’enlacer en le remerciant d’avoir protégé Capucine. Une tendresse comme elle savait si bien les faire.

L’ambiance tranquillement retombée, le petit groupe fut dirigée vers le salon principal du manoir par Clara, et Desmond fut aussitôt surpris d’y retrouver grand nombre des membres principaux de la famille, qu’il s’agisse de sa seconde sœur, Corynthe, Cordélia, sa seule tante dont il a la connaissance, ses grands-parents et grands oncles et tantes, dont Henry Ricci, le père d’Anthony et ancien chef de famille, un homme à la poigne de fer et au regard terrible mais très compréhensif, et quelques cousins que le jeune homme avait l’occasion de croiser lors de repas de famille.

Sauf que ce n’était pas un jour de repas, et pourtant ils étaient tous là à discuter comme si c’était le cas, du moins jusqu’à ce que débarquent le petit groupe, venant aussitôt clore leurs débats et discussions pour que chacun vienne saluer chaleureusement l’héritier et son géniteur. Desmond n’y comprenait rien. Pour être tout à fait honnête, cela le rendait surtout confus, car cela était déjà arrivé plusieurs fois avant. Lors des événements importants. Et que cela se produise n’était pas un hasard. Que cachait tout cela ? Le jeune garçon ne manqua d’adresser un regard vers son paternel, qui lui sourit avant de claquer des mains pour obtenir le calme et le silence.

Chères membres de la fière famille Ricci ! Votre présence en ces lieux n’a rien d’anodin, vous vous en doutez très certainement. Un heureux événement se prépare et je suis comblé de le partager avec vous tous, vous pour qui je partage mon cœur.
Desmond, tu veux bien approcher ?

Alors que toute la famille, du moins ceux présents, se postèrent sur leurs canapés, Anthony et Clara se tinrent face à leur désormais assemblée, invitant leur aîné à en faire de même. Et à la voix rauque mais sérieuse et impressionnante du chef de famille, tous se trouvèrent subjugués, attendant de connaître la suite. Tout comme Desmond, qui sentit qu’il venait de tomber dans un piège qui se refermait lentement sur lui.

Comme vous le savez, mon fils Desmond est amené à reprendre la tête de la famille lorsque je serai amené à prendre ma retraite, aussi a-t-il longtemps été préparé à cette future tâche qui l’incombera. Cependant, il advient que ces dernières années n’ont pas permis de lui gratifier pleinement des efforts qu’il a fourni à cette tâche.
J’en conviens.

Clara tapa gentiment l’arrière du crâne de son fils, plus amusé qu’autre chose de voir son enfant couper allègrement la parole de son père dans un tel moment.

Après en avoir discuté avec Clara, nous avons convenu que Desmond avait besoin de se retrouver et d’apprendre à se gérer pour pouvoir assumer pleinement son rôle de chef de famille. Ainsi, et sur la proposition de notre chère Cordélia, dont nous avons le plaisir de retrouver la compagnie ces dernières années, Desmond intégrera en tant qu’élève la célèbre Pokémon Community !
… Quoi ?

Il le savait. C’était un piège.
Il l’avait prévenu : ils auraient une discussion.
Il n’avait juste pas compris qu’elle serait à sens unique.
Et c’est ainsi que l’histoire de Desmond Ricci à la Pokémon Community s’amorça …

Un guerrier, un observateur, un Pokémon de confiance. Voilà l’impression que le petit Rototaupe aime dégager. Protecteur et combattif, un TopDresseur comme Desmond aura tôt fait de lui donner les outils nécessaires pour s’épanouir. Au fond cependant, Odin est une grosse guimauve. Goinfre, câlin et niais au possible, il lui faudra encore pas mal de temps pour devenir le grand guerrier qu’il rêve de devenir un jour.
Odin
Rototaupe
Itzan Xoaelteño
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t9403-635-itzan-xoaelteno-color-gitano-voltali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t9408-itzan-xoaelteno-voltali
Icon : [644] Desmond Ricci ¤ A la mode de chez nous [PHYLALLI] Sv2f
Taille de l'équipe : 2
Région d'origine : La libertad
Âge : 15
Niveau : 0
Jetons : 1530
Points d'Expériences : 368
[644] Desmond Ricci ¤ A la mode de chez nous [PHYLALLI] Sv2f
2
La libertad
15
0
1530
368
pokemon
[644] Desmond Ricci ¤ A la mode de chez nous [PHYLALLI] Sv2f
2
La libertad
15
0
1530
368
Itzan Xoaelteño
est un Pokeathlète Agent
Et de 3 ! Te revoilà avec un tout nouveau personnage (je me répète mais les Ricci je vous vois, et je sais pas ce que vous allez nous sortir). J'ai beaucoup aimé l'espère d'équilibre qui se dégage de cette fiche. Entre un caractère bien trempé mais pas poussé à l'extrême, une famille avec ses exigences mais qui arrivent à avoir des interractions scènes... Je ne sais pas si je suis claire mais ça m'a bien plu à la lecture. Effectivement Desmond a été piégé (Itzan connait ça tkt) mais on espère que cela sera pour le meilleur. Pareil tu connais la maison, je te valide donc de ce pas !


Bienvenue dans le Dortoir Phyllali ♂ et bonne intégration parmi tes confrères ! N'hésite pas à poser tes questions si tu as le moindre soucis au staff ou aux membres de ton dortoir (www).Tu peux dès lors poster ta T-CARD dans la partie correspondante, ainsi que gérer tes RPs grâce à aux RECHERCHES DE RPs ET RELATIONS. N'oublie pas de remplir les champs de ton profil dès que possible (T-card et Fiche de Présentation) pour faciliter la navigation aux autres joueurs, et de réserver ton AVATAR dans la partie adéquate !  Tu repars aussi avec 2 Pokeball, données par le Collectionneur. Ton numéro étudiant est 644. Bon jeu sur Pokémon Community !
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum