home
Pokemon Community  :: 
Archives
 :: 
Les Archives
 :: Année 10
pokemon community
« Je sais que j’ai du mal souvent. Pour parler. Être honnête et tout. Je suis pas très douée pour les grands discours comme toi mais je … »
« Bonjour messieurs ! Permettez-moi de vous faire la même remarque qu’aux élèves : pas vu, pas pris, mais pris, pas pleurer ! »
« Mais est-ce que tu as l’impression que dans certaines circonstances bien précises tu pourrais ressentir du désir physique pour lui ? Vouloir le regarder plus, fixer ses abdos, l’embrasser, le toucher, le lécher… »
« Non, je ne suis que l'esprit sombre et obscur, porteur du pouvoir cosmique et venu pour emplir ta vie d'étoiles et de meringues. »
« Alors… Je vais sublimer tout ça… ET T'ABATTRE ! »
parSoan
« Tu ... Tu te sens prête ? Moi je trépigne d'impatience ... Je me demande quel genre d'adversaire on va affronter .. »
Charlie enlève ses gants pour reprendre la pierre dans ses mains puis fronce les sourcils, déçue de ne pas prendre de coup de jus.
nouveautés
Dec - Nouveautés du mois de Décembre. En savoir plus →
01/12 - Calendrier de l'Avent !En savoir plus →
22/10 - Cours Spécialisés #20 : TopDresseur & Pokéathlète En savoir plus →
13/10 - Event #1 : Casino Royal En savoir plus →
05/09 - Sortie Capture #37 En savoir plus →
05/09 - Défi TopDresseur : Why should I worry ? En savoir plus →
05/09 - Défi Scientifique : Poor unfortnunate souls. En savoir plus →
05/09 - Cours Classe du premier semestre En savoir plus →
le staff
ginji
cael
max
idalienor
à faire en ce moment
inscriptions jusqu'au 10/12 Cours Spécialisés #20 : TopDresseur & Pokéathlète En savoir plus →
disponible jusqu'au 17/12 Event #1 : Casino Royal En savoir plus →
disponible jusqu'au 24/12 Calendrier de l'Avent En savoir plus →
les prédéfinis
Bern
Liam
Leno
Oscar
Ruby
Séraphine
Lorelei
Marianne
contexte
Bienvenue sur Leiar ! Une île hébergeant la Pokémon Community, campus universitaire accueillant de tous les profils, humains comme Pokémon. Élève ou adulte, vous vivrez au jour le jour une vie trépidante au sein du campus, votre quotidien ponctué de mille et unes folles histoires typiques de la Pokémon Community. Cette île couverte de cristaux vous réserve quelques surprises, tout ça entre deux cours ou mission pour devenir le meilleur dans vos spécialités respectives ! En savoir plus ?
année 11, semestre 1
promotion 21

Magnolia Jones
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t8743-starlight-magnolia-jones#88911
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t8783-magnolia-jones-mentali
Icon : there is happiness | itzan (terminé) MEL2lH7h_o
Taille de l'équipe : 7/12
Région d'origine : Volucité, Unys
Âge : 14 ans
Niveau : 41
Jetons : 3241
Points d'Expériences : 1333
there is happiness | itzan (terminé) MEL2lH7h_o
7/12
Volucité, Unys
14 ans
41
3241
1333
pokemon
there is happiness | itzan (terminé) MEL2lH7h_o
7/12
Volucité, Unys
14 ans
41
3241
1333
Magnolia Jones
est un Pokeathlète Agent
itzan
there is happiness
Magnolia se réveille lentement. C’est rare. D’habitude, elle a le sommeil léger et a tendance à être parfaitement réveillée immédiatement. Pas de matins de la flemme dans son lit à naviguer son iPok pour Magnolia. Non, elle est toujours parfaitement consciente et prête à exploiter au mieux son temps.

Elle est désorientée un moment.

Puis elle reconnaît son environnement, c’est bien sa chambre, son lit, son plafond, ses couvertures. Etonnamment, elle porte toujours ses habits d’hier et elle a l’impression de porter des kilos de poussière sur elle. Quand elle ouvre les yeux lentement, c’est pour tomber sur la tête endormie d’Itzan, pas très loin de la sienne. Elle cligne des yeux en constatant sa position, à moitié sur le sol, à moitié sur son lit. Quelqu’un a posé une couverture sur son dos. Probablement Gwen ou Lyria. Ses deux colocataires ne sont pas là. Elle n’est pas sûre de si c’est une simple question d’heure ou l’envie de lui laisser de l’espace. Dans les deux cas, elle est reconnaissante de la gentillesse des deux autres filles.

A un moment dans la nuit, sa main a trouvé celle d’Itzan et encore maintenant, ils sont reliés même si c’est un peu lâchement. Elle sait pas trop comment réagir. Elle cherche désespérément à enregistrer tous les détails de ce calme matin pour éviter de penser à la véritable catastrophe de la veille. Le visage d’Itzan, détendu dans son sommeil. Leurs doigts entrelacés et la chaleur qui s’en dégage. La tendresse avec laquelle il la traite. L’inquiétude qu’il a dû ressentir hier pour qu’il passe la nuit à son chevet.

Elle se rappelle, quelque part dans la panique, sa détermination a rester à ses côtés jusqu’à ce qu’elle s’endorme. Elle se rappelle avoir serré sa main, incapable de le voir partir, incapable de se sentir seule à ce moment-là. C’est bizarre. D’habitude, quand elle est aussi vulnérable, elle ne veut personne autour d’elle. Elle veut être seule et ignorer le monde jusqu’à ce qu’elle puisse reconstruire sa carapace et présenter la même façade, parfaitement solide, aux autres.

Après, Itzan a toujours été une exception.

Elle souffle doucement. Sans le vouloir, ses doigts se resserrent autour de ceux d’Itzan et il ne lui en faut pas beaucoup plus pour qu’il cligne les yeux et se réveille. Le souffle de Magnolia se coupe le temps d’une seconde, quand ses yeux croisent ceux d’Itzan, à peine réveillé, complètement vulnérable. C’est intime. Intime d’une manière que Magnolia ne contrôle pas. D’une manière qu’elle n’est même pas sûre de comprendre. Elle sent ses joues rougir et tourne le regard, fixant le plafond. Sa main ne lâche pas celle d’Itzan.

Elle est pas vraiment sûre de ce qui l’embarrasse vraiment. Voir Itzan ainsi, complètement au naturel, sans barrière ? Le rappel que c’est dans ses bras qu’elle s’est effondrée ? Savoir que c’est lui qui le plus de pièces au puzzle qu’est Magnolia ? La certitude qu’il va probablement vouloir des réponses ? Savoir qu’elle a envie de lui parler ? Elle sait pas vraiment. Elle n’est sûre de rien.

Elle expire à nouveau et retourne les yeux vers Itzan. Il l’observe, évidement et elle lui lance un demi sourire, un peu contrit, un peu désolé. Il ne devait pas s’attendre à ça quand il l’a abordé la première fois, lors de son arrivée sur Leiar. Il ne devait pas s’attendre au bordel qu’il y a l’intérieur de Magnolia. Et elle est pas vraiment sûre qu’elle veut savoir si il regrette ou pas, d’avoir décidé de rester auprès d’elle, avec tous ses murs et ses épines et ses problèmes. Tout ce qu’elle sait, c’est qu’elle veut pas le laisser partir. Elle veut qu’il reste là avec elle pour toujours. Elle veut continuer de tenir sa main et elle veut le soutenir comme il la soutient.

- Hey.

Uuuugh. Elle a envie de pleurer. Elle a l’impression d’être à vif. Elle a envie de parler mais elle sait pas trop par quoi démarrer. Elle sait pas trop quoi dire. Elle sait pas ce qui est trop et ce qui est ok pour Itzan. Quelque part, pour tout ce qu’elle le refoule, elle a bien conscience qu’il n’y a rien de normal à son enfance, que ça se ressent dans son caractère, dans ses réactions. Elle sait qu’Itzan l’a remarqué. Que ses professeurs aussi l’ont probablement remarqué. Personne ne lui en a vraiment fait la remarque mais elle sait que c’est toujours là, quelque part dans l’esprit de son ami. Qu’il la regarde avec le même regard inquiet que celui qu’ils ont sur Lyria.

- Ma mère est morte en couche. Je …

Elle a toujours été un peu brute de décoffrage Magnolia. Et elle voit pas trop par quoi commencer. C’est le début après tout. Toute sa vie découle de cet état de fait. Sa maman est morte en laissant Magnolia vivre. Elle inspire, expire.

- J’imagine que j’ai un peu vu ça hier, avec Yuna …

C’est fou comme jusqu’à présent, elle n’a même pas pensé à Yuna. A son bébé, à si ils vont bien. Elle espère que c’est le cas. Que tout c’est bien passé.


Dernière édition par Magnolia Jones le Mar 23 Mai - 23:58, édité 1 fois


Itzan Xoaelteño
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t9403-635-itzan-xoaelteno-color-gitano-voltali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t9408-itzan-xoaelteno-voltali
Icon : there is happiness | itzan (terminé) Sv2f
Taille de l'équipe : 2
Région d'origine : La libertad
Âge : 16
Niveau : 0
Jetons : 2224
Points d'Expériences : 1078
there is happiness | itzan (terminé) Sv2f
2
La libertad
16
0
2224
1078
pokemon
there is happiness | itzan (terminé) Sv2f
2
La libertad
16
0
2224
1078
Itzan Xoaelteño
est un Pokeathlète Agent


There is happiness
Demeure Mentali / Chambre de Magnolia / Magnolia
La petite parenthèse dans laquelle s’est plongé le garçon le temps d’une nuit était nécessaire. Malgré sa position plutôt inconfortable, son corps s’est malgré tout apaisé. Même si lui n’a pas fait une crise de panique comme ses amies, la situation a tout de même été stressante, et il en a ressenti les effets. Bien sûr, ses amies ont été, et le seront toujours, sa priorité. Il a gardé son sang froid pour elles, pour ces jeunes filles qui avaient besoin de lui. Gérer les crises, il sait faire. Et il a réussi à le faire. Mais, cette manière de prendre les choses en main, de les inciter à déverser toutes leurs peurs sur lui n’est pas tout à fait sans conséquence. Son corps et son esprit se fatiguent aussi, le poussant à plonger dans un profond sommeil pour se reposer.  

Seulement, Itzan reste Itzan, et les reflexes qu’il développe depuis toujours ne s’éteignent pas. Les moindres changements dans son environnement sont perceptibles, et cette petite pression sur sa main lui suffit à cligner des yeux un instant pour s’assurer que tout va bien autour de lui. Au niveau de ses yeux, une déformation sous la couverture. D’une drôle de couleur mauve qui n’a rien à voir avec la sienne, il cligne des yeux une fois de plus pour essayer de comprendre. Seconde après seconde, il ressent les courbatures de son corps. Et ce n’est que lorsqu’il tourne légèrement la tête que tout lui revient.

Il s’est endormi là, tout près de Magnolia.

Ses yeux ambrés se plongent bien vite dans ceux rosés de son amie. Ils se jaugent, comprenant l’un comme l’autre l’étrange situation dans laquelle ils se trouvent. Le gitan s’est endormi à côté d’elle à même le sol. Le sommeil l’a attrapé avant même s’il ne puisse se relever. Il a donc passé la nuit là, tout proche du visage de la Mentali, la main dans la sienne.

Mais quel idiot.

Lui qui s’était promis de toujours respecter son espace, de ne jamais la brusquer, de ne jamais se montrer trop envahissant, le voilà allongé juste à côté d’elle, main dans la main. S’insulter mentalement de tous les noms a été son premier réflexe. Puis, le Voltali a réfléchi un instant, comprenant une chose toute simple.

C’est Magnolia qui serre sa main autour de la sienne.

C’est elle qui prolonge le contact.

Doucement, Itzan se redresse un peu, faisant craquer son dos au passage. Ses cheveux complètement relâchés, l’élastique s’étant défait, il continue de la fixer, se réveillant enfin complètement. Elle ne le regarde pas, ayant détourné les yeux depuis longtemps. Le bleu ne sait pas quel mot choisir. Quoi dire face à la situation particulière dans laquelle ils se trouvent tous les deux. Alors pour l’instant, il se contente de laisser son amie mener la barque.

Hey.

Il n’en demande pas plus pour le moment, se tenant simplement près à répondre ou s’adapter au moindre mouvement de la rose qu’il a appris à comprendre du mieux possible depuis qu’ils se connaissent. Il attend, sagement, de voir où tout cela va les mener.

Mais les mots sortent brusquement, et Itzan ne peut s’empêcher d’écarquiller les yeux. Il ne s’attendait pas à ça. Pas comme ça. Et vite, le garçon essaie de répliquer. Mais avant que les mots sortent, il sent que ce n’est pas le moment. Qu’il ne doit pas la couper. Qu’il doit la laisser s’exprimer. Qu’il la laisse tirer certaines conclusions.

Magnolia a perdu sa maman à peine née. Et il ne peut même pas imaginer la douleur que ça doit être au quotidien de vivre avec ça.

A partir de cette information, tout devient plus clair, plus évident. Ce qu’elle a vu hier a remué le couteau dans la plaie, dans une situation où son amie n’était déjà pas en pleine possession de ses moyens. Il essaie de sourire, doucement, pour la rassurer. Pour lui faire comprendre qu’il est là. Qu’il est toujours là.

Tu n’as pas à te forcer à me dire quoi que ce soit. Ce n’est pas parce que tu ne me dis rien que je vais partir, que je vais te laisser. Je serais toujours là pour t’aider, quoi que tu dises. On ne se débarrasse pas de moi comme ça. Je suis un gitan plutôt collant.

Il sourit encore, essaie de la détendre. Et à son tour, il serre ses doigts dans ceux de son amie, prolongeant le contact.

Je mentirais si je disais que je ne me suis jamais posé de questions sur toi. Que je ne me suis jamais demandé ce qui te faisais du mal comme ça. Et que je n’ai jamais espéré que tu m’en parles un jour. Mais même si je me pose des questions, je ne te les poserais pas. Il y a tous des choses dont on ne veut pas parler. Je ne te forcerais pas à me dire quoi que ce soit, même si j’aimerais parfois.

Le bleu est le premier à le savoir. Il y a des choses dont on refuse de parler. Même si ses histoires n’ont surement aucun rapport avec celles de la rose, qu’elles sont probablement bien moins douloureuses, il ne veut pas en parler. Ça n’appartient qu’à lui et à sa mère. Du moins pour l’instant.

Je veux juste que tu saches que je suis là, pour toi, pour t’écouter si tu veux me parler de quoi que ce soit. Je serais toujours là pour t’écouter. Je ne suis pas le meilleur avec les mots. Mais je sais écouter, et aider avec le stress aussi. Je sais très bien écouter.

Il ne s’en est pas rendu compte, mais instinctivement son pouce s’est mis à caresser le dos de la main de Magnolia. Peut-être reproduit-il les gestes que sa mère lui fait, ou qu’il fait à sa mère. Tout ça est un peu confus.

Je suis désolé pour ta maman. Je suis désolé qu’elle n’ait pas pu voir à quel point elle a eu une fille merveilleuse, courageuse, intelligente. Je suis désolé qu’elle ne puisse pas voir à quel point tu es une merveilleuse amie pour nous tous. Mais tu sais, selon mes croyances, elle le sait très bien. Parce que tant qu’on pense à eux, les gens restent. Ils restent parmi nous, pour nous soutenir et nous épauler. Mais si tu veux, si parfois tu es triste et que tu penses à ta maman, je peux y penser avec toi. Comme ça on sera deux à penser à elle, et peut-être que comme ça tu la sentiras près de toi.

Peut-être en a-t-il trop dit. Peut-être qu’encore une fois il a été trop envahissant. Mais voir son amie faire un pas vers elle lui a donné confiance. Confiance en ses propres mots.

Mais surtout, confiance en sa valeur en tant qu’ami.




there is happiness | itzan (terminé) Miniature_174_XYthere is happiness | itzan (terminé) Miniature_349_XY
Magnolia Jones
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t8743-starlight-magnolia-jones#88911
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t8783-magnolia-jones-mentali
Icon : there is happiness | itzan (terminé) MEL2lH7h_o
Taille de l'équipe : 7/12
Région d'origine : Volucité, Unys
Âge : 14 ans
Niveau : 41
Jetons : 3241
Points d'Expériences : 1333
there is happiness | itzan (terminé) MEL2lH7h_o
7/12
Volucité, Unys
14 ans
41
3241
1333
pokemon
there is happiness | itzan (terminé) MEL2lH7h_o
7/12
Volucité, Unys
14 ans
41
3241
1333
Magnolia Jones
est un Pokeathlète Agent
itzan
there is happiness
Ses cheveux sont détachés. C’est un peu bizarre comme détail sur lequel se fixer mais … c’est rare. Il lui semble même que c’est la première fois qu’elle le voit comme ça, les cheveux lâches. C’est amusant de constater à quel point ils sont longs. Elle sait, concrètement, qu’il a de longs cheveux mais le voir comme ça, son visage encadré par ses longues mèches … ça l’ancre dans la réalité d’une manière nouvelle. L’espace d’un instant, elle a envie d’aller en attraper une. L’enrouler autour d’un doigt, la ramener derrière son oreille. Elle n’ose pas vraiment. Elle comprend pas trop cette envie. Elle laisse faire.

Au fond, c’est peut-être juste une manière de se distraire.

Elle est pas sûre de l’avoir déjà dit à voix haute. A Volucité, c’est pas comme si elle avait des amis avec qui elle parlait de ces choses-là. Les seules personnes qui savaient c’était son père et les médecins et infirmiers qui ont aidé à l’accouchement et c’est pas comme si elle allait parler de sa mère morte avec Raven, quand elles apprenaient à se battre ensemble. C’est pas comme si elle avait des vrais liens avec les gens de Volucité. Même en tant que Starlight, elle était toujours cette lumière au-dessus d’eux, une sorte de focus dans le plus sombre de la nuit. Elle ne pouvait pas avoir de faiblesses.

Elle pensait que ça serait pareil à la PC. Elle pensait qu’ici, ses murs suffiraient à ceux que ses camarades détournent le regard et la laisse dans sa solitude protectrice. Mais non, il y a ces quatre gosses qui ont déboulés dans sa vie et qui ont fait éclater les barrières. Ils se sont faufilés peu à peu dans son cœur et Itzan a été le commandant dans cette bataille. Ça fait sens quelque part que ce soit à lui qu’elle se confie.

Pour être honnête, elle l’a vu venir. Il a toujours un œil plus perceptif que les autres. Il sait s’adapter à ses exentricités. Il sait la mettre à l’aise tout en restant lui-même. Il sait quand respecter ses limites et quand les mettre à l’épreuve. Ça ne veut pas dire qu’il est parfait. Il est maladroit parfois, ou gêné ou il ne sait pas bien quoi faire. Et c’est pas bien grave parce que ça vient de son honnêteté et sa gentillesse. Ça vient de sa douceur et sa tendresse.

Il est choqué. C’est évident avec ses grands yeux écarquillés et sa main qui se serre. Sa réaction, si brute et honnête arrache presque un sourire à Magnolia. Le truc c’est qu’elle sait pas vraiment comment être délicate et tendre. On ne l’a jamais été avec elle après tout.

Elle se laisse porter par les paroles d’Itzan. Yeux dans les yeux, un peu bouleversée par l’inébranlable loyauté qu’elle lit sans difficulté dans son regard. Elle l’a là sa réponse. Il ne regrette pas d’avoir choisit de l’embrigader dans son petit groupe. Il ne regrette pas d’être son ami. Elle peut pas empêcher les larmes qui lui montent aux yeux quand il parle. Il est tellement sincère. Elle sait pas être comme ça. Elle ne sait pas comment il fait pour juste étaler ses pensées comme ça, brutalement, pour que tout le monde puisse les voir. Elle ne sait pas comment il arrive à ne pas les protéger jalousement. Elle ne sait pas comment il peut avoir aussi confiance en le fait qu’on va l’écouter et ne pas le dégrader pour tout ce qu’il est.

C’est quelque chose qu’elle a toujours beaucoup admiré chez lui. Il est lui, sans excuses et concessions. Il est fier de son héritage et de ce qu’il en fait. Il est fier de ses origines, de sa famille. Elle sait qu’il a parfois du mal à avoir confiance à ses propres compétences et accomplissements mais ça n’a jamais impacté sa capacité à avoir confiance en qui il est au fond. Au-delà de tout, il est Itzan et il ne se camoufle pas, ne se transforme pas pour les autres.

C’est tout ça qu’il lui offre aujourd’hui. Tout ça qu’il lui offre depuis qu’il s’est présenté à elle, son sourire aux lèvres et le flegme dans ses pas. Il est si honnête que ça fait mal parfois. Parce qu’elle, elle sait pas forcément l’être. Parfois elle ment et elle cache des choses et il lui dit que c’est pas grave parce qu’il l’accepte comme elle est.

Ses lèvres tremblent et ses yeux se mouillent pour une deuxième fois en si peu de temps. Dire qu’elle pleure habituellement si peu. De la main qui n’est pas dans celle d’Itzan, elle vient essuyer les larmes aux coins de ses yeux. Elle lui sourit, essayant de lui communiquer que c’est pas vraiment de la tristesse. C’est juste le surplus d’émotions et toute la vulnérabilité des dernières vingt-quatre heures. Elle est pas sûre de savoir comment communiquer tout ce qu’elle ressent. A quel point elle est heureuse qu’il soit à ses côtés. Plus que toute autre personne.

Sa main dans la sienne devient une ancre dans la tempête des sentiments. Un sanglot lui échappe quand Itzan parle de sa maman. Elle sait, elle sait à quel point il est proche de la sienne. Elle sait à quel point ce qu’il dit est précieux. A quel point il y croit. Elle sait qu’il n’y a pas un mensonge dans les paroles du gitan. Il est honnête. Il la trouve intelligente. Il la trouve courageuse. Et il la trouve merveilleuse.

Elle n’a pas vraiment assez d’une main pour essuyer les larmes qui coulent mais son sourire ne pâtit pas. Merveilleuse. Personne ne l’a jamais vraiment qualifiée de merveilleuse avant. C’est si puissant comme compliment qu’elle ne sait pas par quel bout l’attraper pour le faire sien. Elle ne sait pas vraiment quoi en faire, comme l’accepter pour elle et le garder précieusement au fond d’elle pour toujours. Mais c’est précieux. Incroyablement précieux.

Qu’est-ce qu’elle adore ce garçon et sa douceur et ses mots justes. Elle qui est toujours si maladroite avec ses mots, elle n’est pas vraiment sûre de comment répondre face à ce déluge de sincérité. Elle a peur de sonner faux, de ne pas réussir à lui faire comprendre à quel point ce moment est important. Elle veut lui assurer que c’est vers lui qu’elle veut se tourner quand elle pense à sa maman. Elle veut lui faire comprendre qu’il est important.

- Merci.

C’est si peu. Elle ouvre la bouche pour essayer de continuer mais elle a dû mal à mettre en forme ses pensées, ses sentiments et tout ce qu’elle veut lui transmettre.

- C’est ok avec toi. De parler. De ça.

Elle secoue un peu la tête. Elle est probablement toute ébouriffée par sa nuit, encore couverte de poussière et dans les habits de la veille mais ça n’a pas beaucoup d’importance actuellement. Ce qui importe c’est qu’il est là. Elle n’est peut-être pas prête à parler de tout, mais un petit peu, admettre le fait qu’il y a des choses dont il faut qu’elle parle, c’est déjà beaucoup. Elle prend quelques minutes pour se calmer et calmer ses larmes.

- Je sais que j’ai du mal souvent. Pour parler. Être honnête et tout. Je suis pas très douée pour les grands discours comme toi mais je …

Elle inspire et expire quelques fois, cherchant son courage dans les yeux si accueillants d’Itzan. Il la regarde avec tellement de bienveillance et de patience.

- Je sais que c’est important que tu saches à quel point tu es un bon ami. Le meilleur vraiment … J’ai pas beaucoup d’expérience avec tout ça mais … tu m’aides beaucoup. Alors vraiment, merci. Merci beaucoup Itzan.

Elle s’avancerait bien pour le prendre dans ses bras mais c’est un peu trop. Elle est pas vraiment sûr qu’elle ne s’effondra pas à nouveau en larmes. Elle n’aime pas pleurer. Elle veut pas se cacher mais elle ne veut pas non plus se complaire dans cette douleur.

- Je sais qu’avec toi, je peux parler si j’en ai besoin et que je peux rien dire si c’est trop dur. Je sais que tu seras là le jour où ça ira pour parler.

Elle lui lance un demi sourire, un peu gênée par son honnêteté si peu caractéristique.

- J’espère que tu sais que ça vaut aussi pour toi. Que si ça va pas, un jour, je suis là aussi.

Parce que c’est important qu’il le sache aussi. Ils sont égaux. Elle donne et il donne et ils se retrouvent sur ce plan d’égalité où ils sont juste amis. Et importants.

Elle est précieuse cette amitié. Magnolia veut tout faire pour la garder. Pour le garder.


Itzan Xoaelteño
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t9403-635-itzan-xoaelteno-color-gitano-voltali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t9408-itzan-xoaelteno-voltali
Icon : there is happiness | itzan (terminé) Sv2f
Taille de l'équipe : 2
Région d'origine : La libertad
Âge : 16
Niveau : 0
Jetons : 2224
Points d'Expériences : 1078
there is happiness | itzan (terminé) Sv2f
2
La libertad
16
0
2224
1078
pokemon
there is happiness | itzan (terminé) Sv2f
2
La libertad
16
0
2224
1078
Itzan Xoaelteño
est un Pokeathlète Agent


There is happiness
Demeure Mentali / Chambre de Magnolia / Magnolia
Il ne peut s’empêcher de les fixer. Ces larmes si franches qui roulent sur les joues de son amie. Et par ricochet, le garçon sent ses propres yeux s’humidifier face à l’émotion qui se dégage de cet échange. Il ne l’a jamais vu comme ça, si vulnérable, mais si sincère. La rose relâche certaines choses qui étaient coincées dans son cœur depuis bien trop longtemps. Elle se laisse aller sincèrement face aux yeux attentifs du bleu. Peut-être sans le réaliser à ce point, il voit qu’il a visé juste. Que certains de ses mots l’ont particulièrement touché. Parler de sa maman bien sûr, mais aussi parler d’elle. Parler de ce qu’elle ne semble pas réaliser mais que toutes les personnes qui la fréquentent pensent sans aucun doute.

Seulement, sans réellement le comprendre, le bleu voudrait que ses mots à lui sonnent différemment de ceux des autres.

Itzan la laisse pleurer encore quelques minutes, évacuant le stress accumulé de ces dernières heures. Il aimerait toucher son visage pour essuyer ses larmes, mais il s’abstient. Il ne voudrait pas lui faire peur. Sa main dans la sienne, c’est déjà beaucoup pour elle, le garçon en a parfaitement conscience.

Et puis maintenant, il la laisse parler. Il a beaucoup parlé juste avant, alors il s’efface pour la laisser prendre de l’espace. Son corps a exprimé certaines choses, mais les mots seront toujours les plus à même de lui permettre d’exprimer ce qu’elle ressent.

Et le Voltali ne peut s’empêcher de sourire jusqu’aux oreilles lorsqu’elle parle de lui. D’un ami. Peut-être du meilleur. C’est surement un peu puéril. Ce petit club qu’ils constituent les a porté depuis leur arrivée à l’académie. Mais, ce qu’il y a entre eux, c’est encore autre chose. Ce n’est pas comme ce qu’il partage avec son bro. Ce n’est pas comme cette paire qu’il forme avec Lyria. Ce n’est pas comme les bons moments qu’il a avec Agatha. C’est autre chose. C’est fort, puissant, et pour rien au monde il n’accepterait de perdre ce qu’il a de si précieux avec Magnolia.

Les mercis que la rose lui adresse sonne comme une douce chanson, et le bleu les prend les uns après les autres, son cœur s’embaumant d’une douce chaleur.

Et ce n’est qu’enfin, lorsque les vannes commencent à se refermer, qu’elle rebascule sur lui. Qu’elle déporte l’attention pour que, tout doucement, sa carapace se referme. Le gitan le perçoit sans mal, et en l’état ça lui convient bien. Son amie en a beaucoup dit d’un coup. Il a appris des choses sur elle très intime. Ils n’ont pas besoin de s’étendre plus sur le sujet. Itzan sait désormais que lorsque son esprit s’égarera parmi les esprits auxquels il croit dur comme faire, il ajoutera une petite pensée pour cette femme qu’il ne connait pas mais qui reste si précieuse pour Magnolia. Il y pensera. Pour longtemps.

Merci Magnolia. Je le sais. Merci d’être là pour moi aussi.

Le garçon se redresse un peu, essayant de s’assoir de manière un peu plus confortable. Ils n’ont pas l’air franchement malin tous les deux, encore crasseux et toujours habillés de la même façon que la veille. Mais le gitan ignore ce fait. Ce qu’il y a entre eux, cette intimité qui n’avait jamais réussi à réellement s’installer, est bien plus précieuse que quelques cheveux bien ordonnés.

Le souci, c’est que les pensées d’Itzan s’égarent. Et que cette conversation a fait surgir d’autres choses dans son esprit. D’autres questions qu’il se pose depuis de nombreux mois. Des questions qu’il est sûr de ne pas être le seul à se poser. Doucement, sa main continue de capter la chaleur de celle de son amie, tandis que sa mine se fait surement un peu plus sérieuse contre son gré.

J’aimerais te parler de quelque chose. Ce n’est pas pour moi, mais pour Lyria.

A l’entente de ce prénom, il voit le visage de la rose prendre une autre mine. Trop fatiguée, sa carapace pas encore trop repliée, elle ne peut pas mimer l’indifférence. Le bleu reste persuadé qu’ils doivent en parler entre eux. Que leurs observations solitaires ont assez duré.

J’y pense depuis longtemps, et je sais que toi aussi. Je crois que sa mère l’a…

C’est difficile à dire pour le gitan. Parce que de là d’où il vient, cette hypothèse ne rime à rien. Elle n’est pas envisageable. C’est dans leur gène. Dans leur sang de tsigane. Les enfants sont les choses les plus précieuses au monde. Et on ne touche pas aux enfants.

Je crois que sa mère la maltraitait. Elle a des réactions étranges par moment. Elle dit des choses sans s’en rendre compte sur ce que sa mère lui faisait qui n’ont rien de normal. Le fait qu’elle ait passé toute sa vie dans sa chambre est déjà étrange en soit. Mais une fois…elle m’a dit que sa mère l’enfermait dans une pièce toute noire quand elle parlait trop. Je sais que dans ma culture, on n’élève surement pas les enfants de la même manière qu’ici, mais je suis à peu près sûr qu’aucun parent peu importe son origine ne devrait faire ça à son enfant.

Sa main se serre dans celle de Magnolia, ayant besoin de ce contact. C’est quelque chose qui ne le concerne pas directement, mais dont il a terriblement du mal à parler. Sa mère est son pilier, sa force. Il l’aime tellement, et il ferait tout pour elle. Comme elle ferait tout pour lui. Mais, chez ses amis les plus proches, rien ne sonne de cette façon. Magnolia et Ash ont perdu leurs mamans, et celle de Lyria la maltraite. Il n’y a bien que celle d’Agatha qui semble l’aimer sincèrement.

Comment font-ils tous sans une maman qui les aime ?

Toi aussi tu as vu des choses. Mais qu’est-ce que tu crois qu’on devrait faire ?





there is happiness | itzan (terminé) Miniature_174_XYthere is happiness | itzan (terminé) Miniature_349_XY
Magnolia Jones
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t8743-starlight-magnolia-jones#88911
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t8783-magnolia-jones-mentali
Icon : there is happiness | itzan (terminé) MEL2lH7h_o
Taille de l'équipe : 7/12
Région d'origine : Volucité, Unys
Âge : 14 ans
Niveau : 41
Jetons : 3241
Points d'Expériences : 1333
there is happiness | itzan (terminé) MEL2lH7h_o
7/12
Volucité, Unys
14 ans
41
3241
1333
pokemon
there is happiness | itzan (terminé) MEL2lH7h_o
7/12
Volucité, Unys
14 ans
41
3241
1333
Magnolia Jones
est un Pokeathlète Agent
itzan
there is happiness
C’est bizarre de pleurer comme ça. De déverser toutes ces émotions sans tenter de les contenir. C’est bizarre d’ouvrir les vannes qu’elle garde fermées depuis des années. Elle se sent presque vide quand finalement les larmes cessent de couler. C’est comme si soudainement, elle était plus légère. Elle esquisse un demi sourire, trop à vif pour tenter un véritable grand sourire. Tout est trop intense et brut actuellement et elle sent qu’il lui faudra un moment avant de retrouver un véritable équilibre émotionnel.

Elle espère juste qu’elle va pas se mettre à pleurer tous les quatre matins, c’est honnêtement épuisant.

Itzan se redresse un peu, toujours sur le sol, pour essayer d’être un peu plus confortable. Magnolia rougit, un peu embarrassée d’avoir laissé son ami dans une position si peu agréable pendant si longtemps. A son tour, elle se redresse rapidement et sans lâcher la main du garçon, elle l’entraîne à venir s’assoir à côté d’elle. Elle connaît bien le Voltali et elle se doute que leur conversation n’est pas encore tout à fait terminée. Autant qu’ils soient confortables. Elle attrape sa bouteille d’eau et boit quelques gorgées avant de la tendre vers Itzan. Entre les larmes d’hier, d’aujourd’hui et toute la discussion qu’ils viennent d’avoir, s’hydrater est important.

Comme elle s’en douté, une fois installés et réhydratés, Itzan relance la conversation et le nom de sa colocataire fait pâlir Magnolia. Elle s’en doutait, oui, mais ça ne veut pas dire qu’elle est vraiment prête à aborder tout ce qu’elle a pu deviner de la vie de sa jeune amie. Elle inspire et expire doucement. C’est trop important pour l’ignorer cependant. Ils ne peuvent pas rester dans cette pseudo ignorance qu’ils ont depuis le début de leurs observations. Noël a marqué un premier tournant et maintenant que la communication est grande ouverte entre le duo … Il est temps pour eux d’en parler.

Itzan est précautionneux dans ses paroles. Elle le sent hésitant sur ses observations et quelque part, ça se comprend. Il a une maman géniale. Elle le soutient, l’encourage et est toujours là pour lui. Si il y a bien une chose sur laquelle il ne peut pas douter, c’est l’amour de sa mère pour lui. Le concept de maltraitance, surtout venant de parents doit lui sembler complètement obscur et absurde. Si loin de sa réalité que ça en devient envisageable. C’est plus … tangible pour Magnolia. C’est un point sur lequel elle se retrouve avec Lyria. Même si elles se sont construites presque en opposition au vu de leurs expériences relativement similaires, elles sont, au fond, toutes les deux, deux petites filles battues.

Elles se reconnaissent même si parfois, c’est dur d’y mettre les termes.

Elle sait pas trop comment prendre la suite d’Itzan. Elle lève les yeux vers le plafond, cherchant ses mots. Elle sait que le gitan ne lui en tiendra pas vraiment rigueur. Elle a toujours été un peu longue à répondre. Elle n’aime pas utiliser ses mots à la légère et la réalité c’est qu’elle a pas forcément l’habitude de beaucoup parler. Alors parfois, ça prend un peu de temps. Elle finit par hocher la tête, avant d’ouvrir la bouche pour répondre.

- Je pense que tu as raison. Au-delà de toutes différences culturelles, il y a des choses qui ne se font juste pas. Elle m’a jamais vraiment parlé de trucs aussi précis qu’à toi.

Elle pourrait parler des cicatrices sur son dos. De son éternel besoin de contrôle. De la gêne qu’elle a dès que quelqu’un cherche à l’aider, surtout avec son fauteuil. Elle pourrait parler de ses réactions face à certains bruits. De son regard qui part dans le vide suite à certaines phrases. De sa relation avec le danger qui semble complètement absurde.

Il y a beaucoup de choses dont elle pourrait parler, mais elle sait pas trop par quoi commencer ni jusqu’où elle peut aller. Le truc c’est qu’elle admet à peine elle-même que sa propre enfance n’est pas tout à fait normale, elle est pas sûre d’être vraiment légitime dans toute cette affaire. Et pour toute la confiance qu’elle a envers Itzan, elle n’est vraiment pas prête à parler de sa propre expérience directement. Cependant, elle peut s’en servir.

- Je sais pas trop ce qu’on peut faire. Tant qu’on est sur Leiar et qu’il y a de la distance, je pense que le pire est évité. Et Lyria est suivit par Mademoiselle Alezar donc ça doit aider avec toutes les conséquences psychologiques.

Ciel qu’elle peut être hypocrite par moment.

- Je pense pas qu’une confrontation directe soit la meilleure solution. J’ai peur que ça la fasse fuir. Tu sais, c’est pas forcément évident de réaliser que c’est pas normal. Pour Lyria, qui a grandit dans cet environnement, c’est juste comme ça que ça se passe. Peut-être que si on lui montre qu’on est là pour elle, qu’on lui montre que c’est ok de demander de l’aide ou pas aller bien … On a pas la capacité d’agir légalement outre potentiellement être témoin si tout ça va devant un jury un jour … Dire à Mademoiselle Alezar qu’on est prêt à le faire si ça en vient à ça peut-être ?

Elle radote, tourne en rond et elle est pas sûre que ça fasse beaucoup avancer la discussion mais le plus important à ses yeux c’est qu’Itzan entende que aux yeux de Lyria, il y a de grandes chances qu’elle ne voit pas le mal que lui fait sa mère. Dans leur situation, où elle est déjà éloignée de la source d’abus, lui faire comprendre, petit à petit, est probablement le plus sain. Et si un jour, ils doivent être plus brutaux pour la protéger … Magnolia est prête à le faire.


Itzan Xoaelteño
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t9403-635-itzan-xoaelteno-color-gitano-voltali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t9408-itzan-xoaelteno-voltali
Icon : there is happiness | itzan (terminé) Sv2f
Taille de l'équipe : 2
Région d'origine : La libertad
Âge : 16
Niveau : 0
Jetons : 2224
Points d'Expériences : 1078
there is happiness | itzan (terminé) Sv2f
2
La libertad
16
0
2224
1078
pokemon
there is happiness | itzan (terminé) Sv2f
2
La libertad
16
0
2224
1078
Itzan Xoaelteño
est un Pokeathlète Agent


There is happiness
Demeure Mentali / Chambre de Magnolia / Magnolia
A la surprise d’Itzan, Magnolia l’invite à grimper sur son lit pour s’assoir plus près d’elle, et surtout plus confortablement. Le bleu n’est jamais monté sur le lit des filles. Au clan, il n’allait pratiquement jamais dans les caravanes des autres, et encore moins sur les lits des jeunes filles. Il est parti à l’âge où les premiers couples se forment réellement. Il n’a donc pas connu cette phase de transition où, très tôt dans les communautés gitanes, les paires se créent pour envisager par la suite mariage et enfant. Le garçon a d’ailleurs bien compris qu’ici, trouver sa moitié à 16 ans, se marier dans la foulée et avoir des enfants n’était pas d’actualité. Mais ça, il le savait déjà, sa propre mère ne s’étant après tout pas mariée du tout, et n’a eu un enfant qu’à 23 ans. C’est presque tard pour une gitane.

Toujours est-il que si le gitan s’est contenté d’un coussin au sol jusqu’ici lors de leurs petites soirées Club des 5, il découvre la drôle de sensation de grimper sur le lit d’un autre. Ou plus précisément d’une autre. Mais son esprit n’a pas le temps de s’égarer plus que ça. La situation ne s’y prête pas tellement, les deux jeunes concentrés sur bien d’autres problèmes. Magnolia a pleuré, beaucoup, et la voir boire la rassure, même si ça ne l’étonne pas. Son rationalisme a dû la pousser à ce geste, tout comme il l’a poussé à en proposer à Itzan qui accepte bien vite la proposition. Il prendrait bien une douche là tout de suite, mais les mots ont la priorité sur son confort corporel.

Itzan sait qu’il met mal à l’aise la rose. Il parle sans trop de filtre de leur amie, qui plus est qui partage normalement la chambre de Magnolia. Elle est surement avec Agatha et Ash ailleurs. Il faudrait d’ailleurs qu’ils leurs donnent quelques nouvelles. Toujours est-il que cette fois-ci ça y est, la bombe est lâchée. Le bleu n’en pouvait plus de garder ça pour lui. Il a terriblement besoin des mots et des conseils de sa camarade agent pour savoir ce qui doit être fait.

Mais, à mesure que son amie parle, il comprend qu’il en a peut-être demandé trop, que Magnolia n’est pas vraiment prête à en parler. Ou tout simplement que comme lui, elle n’a aucune solution. Ses paroles tournent autour du problème, ne font que confirmer ce que le gitan a dit plus tôt, sans réellement apporter de solution. Pire même, le Voltali s’en retrouve frustré, l’impression de ne pas avoir été compris.

Je ne te parlais pas du plan psychologique, ça je sais qu’on peut pas faire grand-chose, que c’est le boulot de Madame Alezar. J’en ai parlé avec ma maman. Mais même si Lyria est loin de sa mère pour l’instant, ça ne veut pas dire que ça ne va pas recommencer quand elle va y retourner, ou qu’elle ne continue pas à le faire autrement, même si elle n’est pas sur l’île. S’il lui arrive quelque chose après, on est complice, parce qu’on a vu mais rien dit.

Itzan réalise à la seconde où il le dit qu’il a peut-être utilisé un mot trop fort. Le visage de Magnolia parle pour lui-même, et le bleu s’en veut déjà beaucoup. Par réflexe, il lâche la main de son amie qu’il tenait déjà depuis un moment pour ramener ses jambes contre lui et cache sa tête entre ses genoux.

Pardon, je n’aurais pas dû dire ça. Mais c’est difficile pour moi, je ne sais pas quoi faire. Ça fait des mois qu’elle me raconte toutes ces petites choses qu’il se passait quand elle vivait là-bas. Et tu as raison, elle ne réalise pas du tout. J’ai essayé de lui faire comprendre doucement que c’était bizarre, mais je ne veux pas la brusquer. Hier, elle s’est gravement blessée aux jambes. Elle s’est mise en danger sans réfléchir, et en plus sa notion de la douleur n’est pas normale. T’as vu la plaie qu’elle avait ? Et elle ne disait rien du tout. Moi à sa place j’aurais surement pleuré de douleur comme un faible. Mais elle non. Elle dit rien et veut retourner se battre. Comme si c’était normal d’avoir mal. Je te jure que j’ai tout fait pour garder mon calme. Mais comment une maman peut élever son enfant comme ça, en la maltraitant au point qu’elle n’exprime pas sa douleur ? Je veux aider mes amies, mais je ne sais pas comment faire. J’arrive pas à comprendre, c’est trop compliqué pour moi.

Je veux ma maman.

Heureusement, il ne l’a pas dit à voix haute. Quoi que Magnolia ne l’aurait surement pas jugé pour ça. Mais entre une amie qui a perdu sa mère en couche et qui vient de lui avouer et l’autre qui est maltraité par sa génitrice, Itzan aurait bien besoin des bras de sa propre maman, capable d’apaiser tous les maux même les plus douloureux. Parce que là tout de suite, il a l’impression d’être le pire des amis.

Pardon, je voulais te réconforter et te soutenir, mais en fait je n’aurais pas du parler de ça. Pas tout de suite. Je suis désolé.





there is happiness | itzan (terminé) Miniature_174_XYthere is happiness | itzan (terminé) Miniature_349_XY
Magnolia Jones
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t8743-starlight-magnolia-jones#88911
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t8783-magnolia-jones-mentali
Icon : there is happiness | itzan (terminé) MEL2lH7h_o
Taille de l'équipe : 7/12
Région d'origine : Volucité, Unys
Âge : 14 ans
Niveau : 41
Jetons : 3241
Points d'Expériences : 1333
there is happiness | itzan (terminé) MEL2lH7h_o
7/12
Volucité, Unys
14 ans
41
3241
1333
pokemon
there is happiness | itzan (terminé) MEL2lH7h_o
7/12
Volucité, Unys
14 ans
41
3241
1333
Magnolia Jones
est un Pokeathlète Agent
itzan
there is happiness
C’est pas exactement que le ton monte. C’est plutôt que le problème est tellement énorme que ni l’un ni l’autre ne sait vraiment comment le résoudre. Et c'est frustrant. C’est peut-être l’une des premières fois qu’ils se retrouvent réellement confrontés à la réalité qu’ils sont des enfants. La Pokémon Community a tendance a les pousser vers l’indépendance, la maturité et un comportement d’adulte tant que possible. Mais, au final, ils ne restent encore que des enfants.

La réalité, c’est que le problème est énorme et qu’ils sont un peu impuissants face à tout ça. Elle prend pas forcément contre elle les mots d’Itzan et sa réaction un peu intense. Oui, ses mots sont brusques mais ça lui pèse beaucoup. Elle lui laisse la place de parler, d’exprimer le tumulte qu’il garde à l’intérieur. Elle est pas sûre d’avoir vraiment réaliser l’ampleur de l’impact que toutes les paroles de Lyria ont eu sur leur ami. Il est a bout et elle comprend.

A la base, il n’est juste pas équipé pour encaisser toute la détresse émotionnelle de Lyria. Surtout quand elle ne le réalise pas elle-même. Surtout quand elle reste rivée dans ses manières de faire. Dans la précipitation de la veille et tout ce qui a suivi, c’est vrai qu’elle a laissé sortir de son esprit la violente blessure de la rouquine et sa réaction plus qu’étrange.

Peut-être qu’ils sont déjà au point où la subtilité ne suffit pas et que la confronter à la réalité est le meilleur moyen.

Le problème c’est que Magnolia, si confrontée d’une telle manière, se braquerait. Se refermerait et ne voudrait rien entendre. Lyria n’est peut-être pas Magnolia mais elle doute fortement que la plus jeune de leur petite bande soit vraiment ouverte au dialogue sur tout ça. Après, Lyria reste quelqu’un d’honnête qui aime qu’on lui dise les choses directement. Peut-être que la confronter se passerait bien ? Mais est-ce que ça n’est pas juste horrible de l’attraper pour lui dire que sa mère est une horrible personne ? Est-ce que c’est pas mieux qu’elle le réalise d’elle-même pour pouvoir faire son deuil de son enfance à sa manière ? Est-ce que c’est simplement Magnolia qui se projette trop fermement dans Lyria pour penser de manière totalement objective ?

Et malgré tout, Itzan a raison. Ils voient des choses et Lyria s’est déjà prouvée comme étant capable de s’auto-saboter, de se blesser plus ou moins volontaire ou tout du moins, de ne pas être inquiète face à ses blessures. Sa panique de la veille, ses jambes en lambeaux repassent rapidement devant Magnolia et ça devient plus grand qu’elle.

Au fond, Lyria, sa bonne santé et sa sécurité sont plus importantes que le petit confort de Magnolia qui ne veut pas penser à tout ça. Parce que oui, ça la confronte à la réalité que son enfance est pourrie, que son père ne mérite pas ce titre et que ça a tout un tas de conséquences sur qui est Magnolia en tant que personne qu’elle peine encore à décortiquer. Oui, ça la force à ouvrir les yeux sur sa propre situation mais si c’est pour Lyria, peut-être que ça sera plus facile, plus motivant.

Elle inspire.

Elle secoue la tête, les excuses d’Itzan sont un baume, oui, mais elles sont pas vraiment nécessaires. Le fait est qu’elle est très bouleversée par les dernières vingt-quatre heures et qu’elle a cherché à se protéger un petit peu face à un nouveau torrent d’émotions négatives. Mais c’est important de se confronter à tout ça et peut-être qu’elle n’est pas tout à fait émotionnellement prête à établir un plan d’action mais quelques minutes plus tôt, elle a promis son soutien à son ami. Il en a besoin là tout de suite maintenant. Elle a jamais été très douée pour conforter les gens. Elle a tendance à vouloir offrir des solutions plus que le reste et face à un problème comme ça, où elle ne voit pas de solution, elle se retrouve désarmée. Mais elle peut lui montrer qu'il n'est pas seul face à toute cette pression et qu'il peut lui parler. Elle colle son épaule à la sienne, dans un léger geste pour dire que tout va bien entre eux.

- Tu as raison. Le truc c’est que tout ça, ça me fait peur et que je sais pas ce qu’on peut faire concrètement.

Et c’est là le cœur du problème. Elle a peur et elle ne sait pas quoi faire. Elle prend quelques secondes pour reprendre le contrôle. C’est dur de réfléchir au cœur de tout ça, alors qu’elle se sent aussi à vif mais c’est important alors elle s’y force. Si elle pose les choses, concrètement, il y a deux principaux problèmes. Le fait que Lyria ne réalise pas que sa mère est toxique et abusive et qu’elle risque de retourner auprès d’elle si elle le demande. Son rapport à la douleur et sa sécurité qui la pousse à se mettre en danger. Si, pour le premier, Magnolia n’est vraiment pas équipée pour le gérer, ils peuvent potentiellement faire quelque chose pour que Lyria, au moins, le remarque.

- Honnêtement, je sais pas quoi faire pour sa maman. On peut essayer de lui en parler mais je sais pas si ça sera très efficace et je … je suis pas sûre d’avoir vraiment ce qui faut pour lui dire que c’est pas normal et le lui faire comprendre. Par contre, ce qu’on peut faire et je pense que ça peut marcher avec Lyria, c’est lui dire que sa réaction d’hier, elle nous a fait peur. Que quand elle se blesse comme ça, on s’inquiète et on veut qu’elle fasse attention parce qu’elle compte pour nous.

Sa logique derrière tout ça, c’est qu’en poussant Lyria a entendre que c’est pas acceptable aux yeux d’Itzan et Magnolia, qu’elle soit blessée et qu’elle ne se laisse pas soigner, elle va comprendre peu à peu qu’il y a des gens qui la considèrent comme importante. Et qu’ils veulent la protéger. Agir directement quand elle leur fait des coups du genre peut probablement aider à enfoncer le point.

Au fond, ils sont des enfants face à un problème d’adulte. Un problème d’adulte qui est déjà complexe pour des adultes entraînés à le gérer. Alors pour eux ? Deux adolescents qui viennent de milieux peu conventionnels qui parviennent à peine à gérer leurs propres problèmes ? C’est probablement mission impossible. Mais au fond, être là, attentifs et essayer d’agir sur ce qu’ils peuvent faire …

C’est un début.


Itzan Xoaelteño
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t9403-635-itzan-xoaelteno-color-gitano-voltali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t9408-itzan-xoaelteno-voltali
Icon : there is happiness | itzan (terminé) Sv2f
Taille de l'équipe : 2
Région d'origine : La libertad
Âge : 16
Niveau : 0
Jetons : 2224
Points d'Expériences : 1078
there is happiness | itzan (terminé) Sv2f
2
La libertad
16
0
2224
1078
pokemon
there is happiness | itzan (terminé) Sv2f
2
La libertad
16
0
2224
1078
Itzan Xoaelteño
est un Pokeathlète Agent


There is happiness
Demeure Mentali / Chambre de Magnolia / Magnolia
Le bleu essaie de respirer plus profondément pour retrouver son calme, mais ce n’est pas si simple. Il a absorbé le stress de ses deux amies en gérant leur crise de panique. Et même si la nuit lui a permis de se reposer un peu, son esprit n’a pas eu le temps de se remettre parfaitement en ordre. Lui aussi a eu peur hier pour des tonnes de raison. Mais il n’a pas eu le temps de l’exprimer, ou plutôt ce n’était pas vraiment le moment. Et maintenant, il n’est plus sous le coup direct de l’émotion de la veille, mais il en ressent encore les effets. Les choses se mélangent, et les mots sortent sans réel contrôle.

Il voulait parler de la situation de Lyria depuis tellement de temps. Et les événements de la veille n’ont été que la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Seulement, ni lui ni son amie ne sont réellement en état d’avoir cette conversation. Et en réalité, même si l’instant T ne les arrange pas, la conversation n’aurait peut-être pas pu mieux se tenir de toute façon. Ils sont jeunes. Trop jeunes pour ce type de problématique laissées normalement aux mains de personnes adultes, diplômées et compétentes. Ils sont trop jeunes pour avoir à se poser ce type de questions. Et pour Itzan, c’est encore plus difficile. Rien que d’imaginer une seule seconde un parent de son clan lever la main sur lui, il en frissonne. Alors, comment Lyria a-t-elle fait pendant toutes ses années ?

(Comment Magnolia a-t-elle fait toutes ces années ?)

Doucement, il sent l’épaule de son amie se coller contre la sienne, signe qu’elle s’est encore rapprochée de lui. Pour quelques heures, la rose semble avoir levé toutes les barrières qu’elle dresse normalement autour d’elle. Et même si Itzan apprécie ça, il se doute que d’ici quelques temps, la Mentali aura retrouvée son attitude habituelle. Seulement, et peut-être un peu égoïstement, le garçon a bien envie d’en profiter un peu. Il laisse sa propre épaule s’appuyer sur celle de l’agente tandis qu’elle reprend, comprenant sans mal la détresse du gitan.

Moi aussi j’ai peur qu’il lui arrive du mal. Je ne sais pas ce qu’on peut faire…

Le garçon retourne le problème dans tous les sens depuis des mois, sans savoir quoi faire. En réalité, il a déjà eu indirectement cette conversation avec sa propre mère, cherchant à savoir si les choses décrites par Lyria pouvaient faire sens aux yeux de parents. Et, comme il le pensait, Indra lui a confirmé que non. Seulement, Indra reste une maman qui cherche à protéger son fils. Bien sûr que le sort de cette autre enfant auquel son garçon s’est attaché l’importe. Elle en a même touché un mot à l’éducatrice de l’académie au détour d’un appel téléphonique. Mais elle ne peut pas lui dire de foncer tête baissée, car elle sait qu’il n’est pas prêt. Finalement, elle a tenu un discours similaire à celui de la rose. Mais, au moment où elle l’a dit, le gitan n’était pas aussi sûr de ses observations, et la tension n’était pas à son paroxysme comme aujourd’hui.

Seulement, ce que propose la Mentali l’aide à relever la tête. Peut-être qu’il vise trop gros. Peut-être que comme elle dit, sa mère n’étant pas là, ils peuvent commencer par de plus petites choses. Des choses à leur porter. Peut-être que finalement, la solution, ou plutôt leur solution en réponse à leurs moyens de jeunes adolescents, c’est celle-ci.

J’ai essayé de lui faire comprendre hier. Mais c’était dans la précipitation. Tu as surement raison, peut-être qu’en étant honnête avec elle, sans parler directement de sa maman, elle comprendra que son attitude nous inquiète vraiment, et qu’il y a un souci. Mais, tu crois qu’on devrait en parler à Agatha et Ash, pour nous aider ? Ou plutôt garder tout ça pour nous ?

Finalement, le bleu étend de nouveau ses jambes, les sentant craquer. Son corps est courbaturé de partout, et la douche chaude ne suffira pas à tout faire partir. En revanche, elle devient nécessaire, surtout que leur journée est loin d’être finie. Doucement, il se redresse du lit accueillant de son amie et retourne attraper Doudou, profondément endormi sur l’un des oreillers disposés à même le sol. Le KO de la veille l’a littéralement assommé, tellement que la boule rose dort encore, sous le regard attendri de son dresseur.

Il faudrait qu’on aille voir les autres, pour leur dire qu’on va bien. Je pense que Lyria nous a vu, après tout c’est sa chambre. Mais leur dire de vive voix c’est quand même plus sympa, eux aussi doivent se faire du souci pour nous. Et peut-être qu’on devrait parler à Leon aussi. On était tellement dans notre petite bulle qu’on a complètement oublié tout ça. J’avais juste prévenu Lissa qu’on quittait la zone des combats, mais je ne sais pas si elle a eu le temps de dire à un adulte qu’on allait à peu près bien. Et puis…j’aimerais bien voir ce qu’il en est dehors, après tout ça, et ce qui se dit sur le Coven et la Section. On est des agents après tout, c’est notre boulot de nous tenir au courant de tout ça.

Itzan sourit le plus possible, laissant sa bonne humeur habituelle le regagner petit à petit. S’il y en a un des deux qui peut le faire, c’est bien lui. Magnolia a certainement besoin de ce sourire pour s’extirper du lit.

Je vais prendre une douche, changer de fringue, et trouver une petite baie pour Doudou. Et je reviens ici, ça te va ? Comme ça, ça te laisse le temps aussi de te changer, avant qu’on aille retrouver les autres. A toute ?

Le signe de tête de sa camarade lui donne le signal. Il ne doit pas trop trainer, la journée s’annonce longue tant les nouvelles risquent de pleuvoir sur les deux jeunes, qui même s’ils ne se sont isolés que quelques heures ont certainement loupé tout un tas de choses.

Itzan et Magnolia ont pu profiter de ce temps pour se confier l’un à l’autre.

Des premières portes ouvertes au sein du labyrinthe qu’est l’adolescence lorsque l’on est un élève de la Pokemon Community.

HRP :






there is happiness | itzan (terminé) Miniature_174_XYthere is happiness | itzan (terminé) Miniature_349_XY
Magnolia Jones
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t8743-starlight-magnolia-jones#88911
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t8783-magnolia-jones-mentali
Icon : there is happiness | itzan (terminé) MEL2lH7h_o
Taille de l'équipe : 7/12
Région d'origine : Volucité, Unys
Âge : 14 ans
Niveau : 41
Jetons : 3241
Points d'Expériences : 1333
there is happiness | itzan (terminé) MEL2lH7h_o
7/12
Volucité, Unys
14 ans
41
3241
1333
pokemon
there is happiness | itzan (terminé) MEL2lH7h_o
7/12
Volucité, Unys
14 ans
41
3241
1333
Magnolia Jones
est un Pokeathlète Agent
itzan
there is happiness
Être confronté à la réalité de son impuissance face aux choses qui nous importent le plus, c’est difficile. C’est peut-être un euphémisme que de réduire ce sentiment à « c’est difficile » mais au fond, c’est ce qui décrit le mieux ce sentiment de finalité et d’incapacité. C’est la dure réalité de l’adolescence. On parle souvent du sentiment de surpuissance et d’invincibilité que de nombreux adolescents ont lors de leurs belles années. On parle de cette énergie et de cette détermination a tout accomplir qui caractérise si bien les adolescents. On parle moins souvent des moments où on est confronté au fait que c’est pas vrai. Avec toute l’assurance d’un adolescent, c’est douloureux que de se prendre les barrières mises sur nos chemins.

C’est injuste et c’est vache et c’est horrible et c’est la vie.

Le truc c’est que Magnolia, elle est confrontée à cette impuissance depuis toujours. Elle a toujours été dans l’incapacité d’agir de manière réellement significative sur les situations horribles autour d’elle. Alors oui, elle s’est trouvé de manière de l’accepter, d’agir à sa petite échelle pour ne pas étouffer mais le fond reste qu’elle n’a jamais pu changer les choses. Son père n’a jamais arrêté de boire. Les factures sont plus souvent impayées que l’inverse. Il y a trop de gens dans les rues. Elle a souvent faim.

Et il n’y a rien qu’elle peut y faire.

Alors elle se contente de ce qu’elle peut faire. C’est peut-être pour ça qu’elle est moins affectée qu’Itzan face à la situation de Lyria. Ou alors c’est peut-être qu’elle a toujours été plus éloignée de ses émotions que lui. C’est peut-être qu’elle reconnaît en Lyria la même force qu’en elle. Que si Magnolia parvient à continuer et à avancer, Lyria le peut aussi. Oh, leurs situations sont différentes et elle n’en connaît pas les détails mais au fond, elle reconnaît en sa colocataire la même force mentale de surmonter les épreuves mises sur leur chemin par la vie.

Mais de l’autre côté, Lyria souffre. Lyria souffre et se laisse souffrir et c’est inacceptable. Itzan est clair sur ce point et Magnolia ne peut que l’approuver. Elle est pas sûre que sans lui et son immense détermination de s’assurer qu’elle va bien, elle aurait fait le pas de tendre la main vers Lyria. Elle est bien trop indépendante pour ça.

Elle est pas comme le reste du club des cinq sur ce point parce qu’au final, pour Magnolia, Magnolia est toujours la priorité numéro un. C’est une simple question de survie.

Mais elle se laisse convaincre et peu à peu, elle admet être dans une situation qui lui permet de prioriser d’autres choses que sa propre sécurité parce qu’il y a des gens autour d’elle qui ont à cœur qu’elle soit heureuse et en bonne santé. C’est une sensation nouvelle et elle a du mal à l’admettre et l’accepter comme sa nouvelle réalité alors c’est vrai qu’elle a souvent tendance à rester sur ses habitudes.

C’est pour ça qu’Itzan est particulièrement important. Il n’a pas ce blocage. Il n’a pas cette protection. Il veut offrir son aide aux gens qui comptent pour lui sans forcément se soucier de la situation dans laquelle ça le met lui. Sa légère crise de nerf de toute à l’heure en est la preuve. Peut-être qu’ils peuvent s’équilibrer de cette manière. Magnolia pour les protéger, Itzan pour aider.

Itzan finit par soulever un nouveau point. Si ils peuvent insister sur le comportant autodestructeur de Lyria, est-ce qu’ils doivent inclure Agatha et Ashe dans la confidence. Et Magnolia est partagée. A nouveau, c’est bien trop facile de se mettre dans les bottes de Lyria et elle ne voudrait pas que sa relation avec ses parents soient discutées sans sa présence. C’est quelque chose d’intime, qui est observé ou partagé. C’est quelque chose de précieux, de difficile et Magnolia ne se voit pas, sous aucun prétexte, donner ainsi, librement, l’information à d’autres. Par contre, ils peuvent lever l’alerte sur les comportements dangereux de Lyria sans en révéler les probables causes. C’est un entre-deux qui satisfait bien Magnolia et ils ne seront pas trop de quatre pour garder un œil sur la rouquine du groupe.

- Sans parler de sa … de sa maman, on peut leur dire ce qu’on a vu de sa relation au danger. Leur dire de garder l’œil sur elle quand ça devient dangereux pour qu’on puisse tous lui rappeler que c’est pas normal de pas faire attention à soi.

Ils sont poisseux, fatigués et honnêtement, affamés et rapidement, la conversation tourne vers la suite. Le plan d’action proposé par Itzan convient bien à Magnolia qui hoche gentiment la tête. Elle veut pas briser ce moment. Cette bulle de vulnérabilité et d’intimité qu’elle partage avec le Voltali mais il a raison. C’est rigolo que du duo, ce soit Itzan qui soit le plus pragmatique. Aaah, on peut excuser Magnolia pour une fois.

- Ça me va. A toute à l’heure Itzan.

Une bonne douche lui fera du bien. Aries doit avoir reprit du poil de la bête depuis son KO et est probablement affamé. Elle doit le féliciter de son évolution également, sa crise de panique de la veille l’a empêché de penser qu’au milieu du chaos et des horreurs de la veille, il y a eu quelques beaux évènements. Taurus et Gemini soit probablement curieux de tout ce qu’il s’est passé également. Il lui faut sortir de ce moment et reprendre le contrôle. Redevenir le roc et se solidifier à nouveau en gardant au fond, ces quelques heures de douceur au milieu de l’horreur.

Quelque chose lui dit que le souvenir sera précieux.


rp terminé
merci Keur


pokemon
Contenu sponsorisé
est un
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nos Partenaires
Nous rejoindre ?