Marathon Scientifique #2 [24/05/2014]
Riven Rivardi
Région d'origine : Johto
Âge : 29 ans
Niveau : 100
Jetons : 0
Points d'Expériences : 1513
Adulte Mécano
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Marathon Scientifique #2 [24/05/2014]   Sam 24 Mai - 13:19
MARATHON SCIENTIFIQUE #2 [24/05/2014]

Rappel des règles
L'intitulé de cette épreuve est la suivante : "Expliquer le phénomène de l'évolution des Ramoloss en Flagadoss, en vous appuyant sur l'étude comportementale de ce Pokémon". Vous serez invités, au cours de cette épreuve, à sortir de la salle d'examen (où vous récupérez vos copies) pour vous rendre près du Lac Corail, où un Ramoloss a été attribué à chaque élève. Vous aurez l'après-midi pour l'observer attendre un Kokiyas (le Lac aura préalablement été enrichi en Kokiyas pour vous permettre d'observer le phénomène d'évolution, évidemment) et pour expliquer la raison de cette évolution et son fonctionnement. A savoir, il n'y a pas de "bonne" ou de "mauvaise" réponse. Soyez inventif, et écrivez ce que vous pensez être bon, en vous appuyant sur des faits fictifs (articles scientifiques trouvés sur votre iPok, autre...). Et surtout, amusez vous !

Le joueur participant devra compléter ces deux conditions afin de valider sa participation :

- Poster un unique RP de 400 mots minimum, décrivant votre personnage en train de travailler, d'observer le phénomène, d'essayer de comprendre pourquoi celui-ci est possible. Vous avez accès à votre iPok et à la Bibliothèque pour réaliser vos recherches, donc n'hésitez pas à vous décrire en train de vous documenter. Vous pouvez parler dans votre RP des autres joueurs (si ceux-ci ont déjà posté avant vous), mais en aucun cas démarrer un dialogue avec eux, puisque vous n’aurez droit de poster qu’un seul RP.
- Envoyer par MP le travail rédigé (300 mots minimum), tel qu’il l’aurait été par votre personnage élève.

Nous ne demandons par un travail très sérieux, philosophique ou scientifique. Le mot d’ordre reste : amusez-vous, et surtout, surprenez-nous ! L’humour, le style, l’orthographe et l’originalité seront toujours appréciés, et vous permettront de gagner des points plus facilement.

Vous avez 2 mois (soit, jusqu’au 24/07/2014) pour poster votre RP et envoyer travail par MP à Compte PNJ, avec comme titre [Marathon Scientifique #2] PRENOM NOM. Des délais pourront être accordés si les participations ne sont pas assez nombreuses, et seront annoncés dans le TOPIC D’INSCRIPTION.


Description du lieu
Vous vous trouvez près du Lac Corail à marée haute. La description du lieu est la même que celle figurant dans les Papiers Administratifs. De nombreux rochers sont présents, ainsi que de nombreux Ramoloss (un par élève au moins). Votre Ramoloss ne vous a pas été attribué, donc lorsque vous en trouvez un, il vous suffit de vous positionner à côté pour commencer l'observation ! En dehors, vous avez le droit à un carnet et des crayons pour rédiger votre devoir, ainsi que l'accès à toutes les ressources nécessaires via iPok.
Janice Jauplin se charge de surveiller l'évènement, et de récupérer vos copies à la fin du temps imparti. Elle sera en compagnie de Princesse, et aura un air très vague, assise sur un rocher, les pieds dans l'eau. Elle ne vous sera d'aucune utilité.

Météo du jour : ciel gris, pas de risque d'averse.


Précisions supplémentaires
- Le Pokémon peut avoir n’importe quel trait de caractère, et se comporter comme bon vous semble (tout en respectant l'habituelle stupidité et nonchalance du Pokémon, cependant)
- Il peut utiliser ses attaques sur vous, mais pas sur les autres participants
- Pas de Pokémon chromatiques ; ils ont tous la même apparence générale
- inRP la compétition dure 7h maximum !
- Inscrivez-vous dans le topic adéquat avant de poster
Noctis Flavelle
Région d'origine : Kalos
Âge : 17 ans
Niveau : 52
Jetons : 1036
Points d'Expériences : 1540
Scientifique Chercheur Pokemon
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Marathon Scientifique #2 [24/05/2014]   Jeu 12 Juin - 3:57
Noctis regarda l'étendue bleutée qui lui faisait face. Le Lac Corail était pour lui un lieu de souvenir, où bon nombre de choses amusantes, tristes ou émouvantes s'étaient déroulées. En quelque sorte, il était heureux et voyait cet endroit comme un symbole de chance. Aujourd'hui était un jour très spécial. C'était le deuxième marathon scientifique de l'école, et le premier auquel il participait. En effet, il n'avait pas pu s'inscrire au premier, terriblement malade. Ce n'était pas vraiment comme s'il le regrettait ; il avait beaucoup progressé depuis, et c'était peut être une meilleure occasion de prouver ce dont il était capable. Certes, il avait l'intention de soumettre prochainement sa première thèse à l'académie, et il voyait ce marathon comme une sorte de test, d'entraînement. Le mois de Mai était bien avancé, presque arrivé à son terme, et il espérait pouvoir resplendir comme le printemps fait place à l'été. A chaque élève participant avait été attribué un Ramoloss, créature rose d'une paresse proche du Parecool, et on leur avait demandé d'étudier le phénomène d'évolution de la créature. Ayant lui-même possédé un Kokiyas, il pensait avoir un petit avantage sur les autres participants, et avait déjà quelques petites théories en tête. Ainsi, il s'approcha de la créature à pas feutrés, pour ne pas l'effrayé. Un pauvre soupir s'échappa du pokémon, qui mit plusieurs minutes avant d'effectuer sa manœuvre pour aller ailleurs, loin de l'intrus. Curieux, l'étudiant le suivit sans mal. Le manège se répéta trois fois avant que le Ramoloss semble avoir oublié qu'il était un intrus, jusqu'à le considérer comme un élément du décor. Distraitement, alors qu'il semblait pouvoir rester immobile quelque temps, il accéda au réseau de l'école via son iPok. Il farfouilla rapidement dans les données, à la recherche d'informations sur le Ramoloss. Environ cent-vingt centimètres pour une trentaine de kilo, très réputés pour leurs queues... Que pourrait-on bien faire de queues roses...? Le brun parut troublé. C'était la chose à laquelle s'accrochait le Kokiyas qui lui permettait d'évoluer... Arracher cette queue signifiait empêcher définitivement le pokémon de changer...

Le brun nota la réflexion dans un coin de sa tête et observa son pokémon. Un petit être rose qui baillait à tout bout de champ, avec un air fatigué perpétuellement inscrit sur le visage. De type eau et psy... Ce truc possédait des pouvoirs psychiques ? Il se sentit obliger d'essayer de vérifier, d'une quelconque façon. Comment le pousser à utiliser ses pouvoirs psychiques...? Mmh... Il n'aimait pas ça, mais bon... Le garçon balança une petite branche qui traînait par là non loin du pokémon, qui ne daigna même pas bouger la tête. Zut. Le temps filait, il lui fallait s'assurer de ses soit-disant pouvoirs. Il eut alors une autre idée. S'il était véritablement flemmard... Il balança un petit bout de nourriture pokémon – Plush râlerait après lui, mais tant pis – dans le champ de vision du rose, mais à une distance qui lui nécessitait de se lever. Comme prévu, le pokémon émit un geste pour s'approcher, mais dans sa flemme monumental, parut se concentrer quelques secondes pour décaler la nourriture jusqu'à lui. Donc, c'était vrai... Bon, très bien. Que savait-on d'autres sur ce pokémon ? Insensible à la douleur sur sa queue... très lent à la réaction... Ces fichus infos qui traînaient ne lui apprenaient rien ! Et sur Flagadoss, alors...? … Hein ?! Le Kokiyas DEVORAIT le Ramoloss ? Parfaitement dégoûté de cette vision qui s'imposait des deux pokémons, le brun jeta son iPok sur son sac, réfléchissant à toute allure. Bon sang. BON SANG. Maintenant, c'était clair. Le Ramoloss n'évoluait pas. C'était le Kokyias, qui, en avalant les substances de la queue du rose, était en mesure de prendre une apparence différente de celle de Crustabri. Ces substances devaient sans doute palier à celles apportées par un pierre eau. Voilà pourquoi un trafic de queue existait. Parce qu'il y avait des gens prêts à payer pour une autre version de Kokiyas, plus offensive. La question était donc la suivante : même à supposer que Kokiyas évoluait ainsi, pourquoi Ramoloss se redressait-il soudainement ? Il n'était pas supposé sentir la douleur sur sa queue... Ouais, enfin, vu qu'il perdait une partie de son corps en permanence, d'accord, c'était peut être douloureux, quand même. Enfin, dans le même temps, si l'iPok ne lui avait pas appris cette vérité troublante, lui-même n'avait jamais vu de Flagadoss mourir à cause de sa queue... … Le brun eut un méchant doute, et reprit en main l'appareil électronique. Oh, d'accord. Ces fichues queue rosées pleines de nutriments dont il ne voulait même pas savoir la composition REPOUSSAIENT. Belle arnaque, ce trafic. Le Kokiyas bouffait donc infiniment cette ignoble partie, provoquant un déclic chez le pokémon. Bon, quel genre de déclic. Curieux, il s'approcha du pokémon et tenta de le mettre debout. Le petit rose ne se débattit pas, ne semblant même pas avoir conscience qu'on le touchait. Il ne tint pas, retombant dans sa posture initiale. Soudainement, la queue du pokémon se redressa, un coquillage plein de dents accrochés.

Il se redressa naturellement, se dressant sur ses deux pattes pour partir d'un pas lent vers l'arbre le plus proche. Interloqué, le jeune garçon reprit son carnet de note. Ne pouvait pas se mettre debout avant, mais après oui... Il prit à nouveau l'engin de l'académie, et réfléchit. On passait d'une trentaine de kilos à plus de soixante dix. Ah ! Sa solution était là ! Comme il devenait plus lourd, il ne pouvait plus avancer à quatre pattes, et devait soulever sa queue. Sauf que pour soulever un tel poids, il devait lui-même se redresser, chose qu'il ne faisait pas avant, parce qu'il n'avait pas le contrepoids nécessaire pour garder l'équilibre. N'ayant plus de queue pour pêcher, son régime alimentaire changeait dans le même temps, il avait à tout prix besoin de se déplacer !

A vrai dire, le garçon était surpris par le temps de réaction du dit Ramoloss... Faire toute cette réflexion lui avait lui-même pris plusieurs heures... … Attendez une seconde... Il était tout le temps en train de paresser, de ne rien faire. Tout le monde pensait qu'il était stupide. Pourtant, son système pour pêcher était assez élaboré, et sécuritaire... Et si... Et si... Oh non.
Et si ce fichu Ramoloss passait sa vie à envisager ce qu'il devrait faire si jamais il ne pouvait plus pêcher ?! Le brun eut la plus belle réaction du monde : il se tapa la main contre le front, dépité. Fichue bestiole rose sans cervelle. Comment pouvait-on décemment être tellement... tellement... Les mots lui manquaient. Un soupir las s'échappa des lèvres du garçon, qui décréta en avoir assez vu pour filer vers la bibliothèque. Des théories concrètes et scientifiques. Voilà de quoi il avait besoin. Pas de... d'observation d'un truc qui se faisait bouffer sans la moindre crainte ! Il se souvint vaguement d'une histoire, un mythe où le protagoniste avait reçu une terrible punition où un Guériaigle lui mangeait le foie tous les jours. Sur le coup, il s'était dit que ce devait être horrible. S'il avait imaginé, ne serait-ce qu'une seconde, qu'il y avait ACTUELLEMENT un pokémon dont c'était le cas... Les pages noircies des livres lui apportèrent un grand réconfort. Enfin, ça c'était ce qu'il croyait. Une quantité incroyable de scientifiques s'accordaient à dire que c'était à cause de ce massacre perpétuel qu'il pouvait accéder à des éclairs de lucidités terribles, et tentaient de reproduire des expériences sur des cellules similaires. Imaginer de toute petite choses qui parcouraient en fait son corps se manger les unes les autres lui parut encore plus horrifique, et lorsqu'il songea que lui même dévorait actuellement des choses vivantes tous les jours pour survivre, il se jura de ne plus manger de viande pendant au moins une semaine. Non, plus jamais. D'accord. D'accord, il avait choisi la filière scientifique parce qu'il était curieux, et qu'il aimait savoir.
A la réflexion, il y avait tout de même des choses qu'il préférait ne pas savoir. La rédaction du devoir fut expédiée à une vitesse improbable, sans doute parce que Noctis n'avait qu'une hâte : en finir avec ce psychopathe imbécile et passer à autre chose, oublier cette journée. NE JAMAIS Y REPENSER. Maintenant, gagner ou non lui importait peu. Du moment qu'il n'entendait plus jamais parler de cette histoire !

D'un pas rapide, le garçon saisit sa copie et s'empressa de retourner dans la salle de classer pour la rendre au professeur, qui dû lui jeter un regard intrigué face à son air dégoûté. Il sortit tout aussi rapidement, pour se précipiter au dehors dans le pelage de sa douce Altaria, qui remarqua la confusion de son dresseur. Dans un léger sourire, elle commença à le bercer, pour lui faire oublier cette rude épreuve qu'était les Ramoloss.
Sale bête.

_________________

Noctis Flavelle ≈ Chercheur Pkmn, Phyllali.
Kaeko D. Riviera
Région d'origine : Kanto
Âge : 16
Niveau : 44
Jetons : 532
Points d'Expériences : 1192
Todresseur Spé. Type
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Marathon Scientifique #2 [24/05/2014]   Dim 29 Juin - 0:45
Kaeko avait, pour une fois, vraiment bien dormi cette nuit, le yoga (et les somnifères) avaient superbement contribué à son sommeil réparateur, et elle se sentait alors fin prête à participer à sa toute première compétition en ce jour, et qui plus est, il s’agissait d’un marathon scientifique, parfait entraînement pour l’enseignement secondaire qu’elle prendrait pour son grade deux. Elle voulait devenir une archéologue afin de parvenir à atteindre son rêve : partir à la chasse aux Pokémons légendaires dont celui qu’elle voulait absolument était le spectre/dragon ultime : Giratina. Rayquaza aussi était un de ses buts ultimes. Certes il n’était pas de type spectre, mais il faisait partie de ses favoris, allez savoir pourquoi.

La jeune étudiante se leva de son lit d’un bond, réveillant au passage son fidèle starter, dont les yeux cernés étaient encore embués par la fatigue, elle s’habilla le plus rapidement possible en s’excusant auprès de son Pokémon pour l’avoir sorti trop vite de son doux sommeil  puis prit ses affaires et s’en alla de sa chambre afin de rejoindre le lieu de l’examen.
Pour ne pas arriver en retard, l’étudiante se laissa guider par son fantominus qui, encore un peu vaseux, parvenait tout de même à lui montrer le bon chemin. Il faut bien qu’elle soit à l’heure pour ce concours si important à ses yeux. Elle savait qu’elle ne gagnerait pas, ses compétences de scientifique sont plutôt médiocres (et les rps de sa narratrice le sont tout autant), il y avait de bien meilleurs élèves qu’elle qui y participeront alors autant faire de son mieux tout en ne se faisant pas trop de faux espoirs. Rêver c’est bien, mais rester les pieds sur terre de temps en temps l’est tout autant.

Elle arriva juste devant la salle de classe pile à l’heure, elle remit Omega dans sa PokéBall et entra tranquillement dans le lieu de l’examen, et ce, juste au moment où Janice Jauplain commençait à distribuer les copies aux élèves. La brunette s’assit alors à une place vacante au centre de la classe et attendit patiemment son tour pour avoir le sujet du marathon scientifique. Une fois ce dernier gracieusement donné par la référente des Givralis, Kaeko le lut et le regarda avec des yeux semblables à ceux d’un magicarp dans la bouche d’un Bekipan, l’étude était d’ : [i]« Expliquer le phénomène de l'évolution des Ramoloss en Flagadoss, en vous appuyant sur l'étude comportementale de ce Pokémon. »[i]

L’étudiante scientifique en herbe déglutit, des Ramoloss, des Flagagoss ? Super des Pokémons dont les types la laissaient absolument indifférente : soit l’eau et le psy. Ce sujet s’annonçait extrêmement ennuyeux pour elle mais aussi vraiment difficile, elle ne connaissait pas grand-chose sur ces créatures mise à part leur flegme légendaire ainsi que leur rose tout à fait KAWAII. La demoiselle soupira et sortit de la salle, son sac sur le dos et le sujet de l’épreuve dans la main, elle libéra Omega afin qu’il la guide au lac, étant elle-même incapable de se retrouver dans l’académie, elle possédait un sens de l’orientation tout aussi légendaire que la fainéantise des créatures qu’elle allait étudier en ce jour.

Elle fut vite arrivée à destination, et ce qu’elle vit la laissa pantoise. Des dizaines de Ramoloss se prélassaient au bord de l’étendue d’eau comportant de doux reflets violets qui  ne cessaient d’émerveiller Kaeko à chaque fois qu’elle les apercevait. Le lac contenait en son sein beaucoup de kokiyas qui flottaient paisiblement au-dessus du liquide violet. C’était un spectacle ravissant à regarder et la brunette eut bien du mal à choisir un Ramoloss afin de se mettre efficacement au travail, mais elle observait bien trop encore le paysage féerique qui s’offrait en ce moment à elle pour se concentrer convenablement sur son objectif : Les ramoloss.

« C’est si ennuyant, ces Pokémons ne font rien de la journée à part dormir et manger de temps en temps. » Soupira-t’elle en s’asseyant près d’une de ces créatures à l’air ahuri. Elle voulut noter tout les faits et gestes de l’animal mais comme il ne faisait rien, sa copie restait aussi blanche que les dents d’une personne pour la pub colgoote. L’étudiante blasée s’allongea, au bout d’une trentaine de minutes à ne rien observer, et avec un air blasée elle regarda le ciel grisâtre, morne certes, cependant il lui paraissait bien plus amusant que ce foutu Pokémon.

Au bout d’une heure à regarder son Pokémon ne rien faire, Kaeko commença à perdre espoir, quand tout à coup le ramoloss bougea légèrement la queue, ce qui eut pour effet immédiat de se réveiller un peu de sa profonde torpeur. Cependant l’animal ne fit rien d’autre après cela…

« Vite venez-là, j’ai un ramoloss hyperactif dis donc ! » S’exclama-t’elle en balançant son carnet, la jeune dresseuse perdait peu à peu son calme et sa patience, ne rien faire était son passe-temps favoris mais aujourd’hui cette hobbies l’énervait, c’était noté après tout. Voir un ramoloss ne rien faire n’est pas une activité des plus passionnantes, c’est clair mais il fallait bien le faire non ? Kaeko se recoucha adossé contre une roche inconfortable.

Elle soupira une fois encore, ce geste allait presque devenir une habitude en ce jour. Une seconde, deux secondes, trois secondes, quatre secondes, cinq secondes, six secondes, le temps semblait ralentir au fur à mesure que les secondes passèrent, le tic-tac infini et lent torturait le cerveau de la demoiselle impatiente d’en finir. Au bout d’une autre heure, elle voulut se lever et partir étudier à la bibliothèque quand son cher Ramoloss bailla à s’en décrocher la mâchoire et décida lui aussi de vadrouiller un peu. Intriguée par ce changement soudain, Kaeko ramassa son carnet vierge de tout stylo et attendit de voir ce que la bestiole allait faire. Celui-ci se dirigea vers l’étendu à cinq petits pas de là où se trouvait la dresseuse déprimée de sa journée, son starter endormi depuis qu’il a rencontré l’objet d’étude et le Pokémon tagada rose.

Kaeko ne nota pas encore les mouvements de l’animal de peur qu’il ne fasse encore rien du tout, mais étonnamment le ramoloss continua son chemin vers le lac sans s’arrêter une seule fois pour se reposer de sa longue traversée. Une fois juste au bord le pauvre petit animal avait du mal à respirer ce qui était tout à fait normal, marcher trente secondes c’est éreintant vous ne trouvez pas ?

« Comme si quelqu'un écoutait ce que tu dis narratricce » Dit Kaeko avec un air aussi morne que le ciel en ce jour. Le ramoloss quant à lui mastiqua quelque chose dans sa bouche gluante puis il plongea sa queue dans l’eau fraîche du lac aux reflets divins après avoir avalé sa victuaille. Un kokiyas s’approcha alors du bonbon gélatineux rose et ce petit à petit le Pokémon lent d’esprit n'avait même pas remarqué sa présence (au vu de ses yeux on voit que cette bête brille d'intelligence). Il se rapprocha lentement mais surement et, au bout de deux interminables heures d’attente dans lesquelles la brunette faillit s’endormir à plusieurs reprises tellement les mouvements des deux Pokémons étudiés étaient lents et que le temps s’amusait à passer à une vitesse extrême, c’est-à-dire vraiment doucement, et encore parce que plus lent que lent n’existe pas. Alors un
gros

CRACK

sonore retentit, le Kokiyas avait mordu la queue du ramoloss émettant alors instantanément une vive lumière qui aveugla la jeune étudiante, elle plissa un peu les yeux afin de ne pas les abimer à la vue de l’intense rayonnement en provenance des deux animaux, mais surtout elle n’en voulait pas raté une seule miette, il en allait de son étude (et de sa journée passé à s’ennuyer ferme) tout de même.

Elle nota ce qu'elle venait de voir dans son carnet, rassembla ses affaires et reprit son fantominus des bras de Morphée qui l’avait kidnappé un peu trop longtemps à son goût. Elle lui demanda de l’emmener à la bibliothèque afin d’étudier le pourquoi du comment de cette rapide évolution. Le petit fantôme la guida à toute vitesse à travers la structure scolaire, il ne fallait plus perdre une seconde dorénavant, la demoiselle n’attendait plus que quelque se passe, c’était à elle d’agir maintenant et plus à ce Ramoloss hyperactif (oui oui, comparé aux autres il l’était, il n’avait mis seulement deux heures avant d’évoluer, ce n’est pas rien !). Sa mission au lac Corail était officiellement T-E-R-M-I-N-E-E! Et elle ne retournerait pas à cet endroit avant un bon moment, trop écœurée de l'ennuie qu'elle avait ressenti en ce lieu pourtant paisible et merveilleux.

Le temps qui l’avait torturé en passant si lentement, lui manquait maintenant, il s’amusait avec un plaisir sadique à passer bien plus rapidement, en effet, il ne restait plus que deux heures et demie avant l’heure fatidique de rendre la copie, mais dépêchons dépêchons!

Essoufflée, en sueur Kaeko arriva enfin à la bibliothèque et en silence elle chercha des livres sur les ramoloss et leur évolution sur les étagères au fond de la grande salle. Elle chercha pendant une dizaine de minutes dans des rayons plus poussiéreux les uns que les autre, seul un livre ne semblait pas empli de saleté traversant les âges, il traitait de l’évolution des évolis, aucun intérêt pour le marathon d’aujourd’hui. Elle trouva un énorme livre traitant du sujet qu’elle recherchait,  elle le feuilleta quelque instant.

Il n’était composé que de termes scientifiques vraiment pointus, mais les informations qu’il donnait étaient vraiment précieuses, et la brunette put faire son rapport en toute tranquillité, elle avait tout ce qu’il lui fallait, maintenant il fallait tout retranscrire sur papier, il lui restait deux heures, c’était entièrement suffisant ! Finalement le temps ne lui avait pas fait si défaut que cela!

« Voilà mademoiselle Jauplain, bonne journée ! »Fit-elle en rendant sa copie remplie, elle s’en alla de la salle de classe en sautillant comme une enfant de six ans et une fois à l’extérieur elle s’écria de tout son être :

« FINIIIIIIIIIII ! » La prochaine fois qu’elle verrait un Ramoloss, elle se ferait un plaisir cruel et sadique de le mettre KO elle-même, qu’ils aillent se faire voir la SPP (Société Protectrice des Pokémons), ce groupe en aurait fait autant s’il avait été à la place de Kaeko ce jour-là (ou du moins elle en était convaincue).
Ambre Lawford
Région d'origine : Hoenn
Âge : 20 ans
Niveau : 54
Jetons : 1312
Points d'Expériences : 1697
Nouveau Membre
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Marathon Scientifique #2 [24/05/2014]   Ven 11 Juil - 22:53
Fin mai… Encore un mois et les élèves de l’académie seraient enfin en vacances ! Mais avant de vraiment y penser, il faillait se concentrer sur ce nouveau marathon scientifique que nous avait concocté l’académie. Bien évidemment, je ne pouvais passer à côté d’un tel événement et je m’étais directement inscrite afin de prouver ce dont j’étais capable.  Je me rappelais très bien du premier marathon, là où on avait dû étudier un Chovsourir… Une journée assez éprouvante en y repensant, surtout quand la bestiole essaie de vous dévorer. En me souvenant ainsi de ce moment, je ne pouvais m’empêcher de sourire. Maintenant, je n’étais plus la même : j’avais gagné en expérience, surtout dans le domaine de la science. Je me sentais donc prête pour cette nouvelle épreuve, plus déterminée que jamais. L’épreuve restait secrète jusqu’à ce que l’on arrive à l’heure devant la salle d’examen. Le professeur Jauplin nous attendait avec un large sourire aux lèvres.

Devant cette porte qui s’ouvrait enfin, je commençais à stresser. Ce stresse se traduisait par l’envie soudaine d’aller aux toilettes et par les battements infernales de mon cœur dans ma poitrine. Je ne pouvais plus faire demi-tour. On était peu nombreux à participer à l’épreuve et je reconnaissais certains de mes amis, à noter, en premier lieu, le fameux Noctis auquel j’adressais un signe de main. Allen et Chiho étaient aussi de la partie. Comprenant les raisons de la seconde, mais pas celles du premier, je haussais simplement les épaules pour répondre à moi-même : le garçon à la chevelure blonde voulait certainement se tester dans ce domaine. Au bout de petite file d’attente, on me donnait dans le silence des plus cérémonieux un exemplaire de notre épreuve. Apparemment, on allait avoir une journée complète pour effectuer cette étude : "Expliquer le phénomène de l'évolution des Ramoloss en Flagadoss, en vous appuyant sur l'étude comportementale de ce Pokémon".

Je relisais la consigne à plusieurs reprises pour être certaine de ce que l’on nous demandait. Je savais d’avance que ce serait assez ennuyeux dans le sens où on devait étudier le phénomène assez long et complexe d’un Pokemon complètement stupide (pour être polie). D’ailleurs, je me demandais si au moins l’un d’entre nous aurait la chance de voir cette évolution se produire. Je ne devais pas me démoraliser pour autant, la direction avait certainement dû mettre en place quelque chose pour que l’on puisse y arriver plus facilement. C’est avec ce sentiment de perplexité que je quittais les murs du château. Pour effectuer cet exercice, on devait se rendre au Lac Corail.

C’est ainsi que je me retrouvais une fois de plus devant l’étendue de cette eau aux reflets violets. J’avais tellement vécu de chose à cet endroit que je me remémorais les divers moments passés en ce lieu incroyable. J’étais bien vite coupée en constatant qu’il était envahi de Ramoloss en tout genre… Enfin, presque. Ils avaient tous la même tête et ils nous regardaient sans vraiment d’intérêt. C’était comme s’ils n’avaient même pas remarqué notre présence. Ce regard si vide et ce visage ahurit me faisait rire légèrement. Bien entendu, cette scène avait de quoi faire rire. Et puis, elle avait même un côté effrayant pour le premier des psychopathes. Bref… Dans tous les cas, le petit groupe d’élève s’éparpillait, chacun allant à la rencontre de son partenaire du jour. Personnellement, je n’avais même pas prit le temps de choisir et me dirigeais vers le premier. Ils avaient tous la même tête de toute manière, à quoi bon choisir ?

« Salut… »

Je m’étais placée devant la créature pour qu’il puisse me voir et donc constater que j’étais présente mais il n’avait même pas sourcillé. Je me frappais le front avec la paume de ma main en me disant que ce serait une bien rude journée… Fort heureusement, j’étais quelqu’un de relativement patiente, même si elle allait être mise à l’épreuve. Je fermais donc les yeux et respirais longuement tout en serrant les poings. Ambre, ne perd surtout pas patience sinon, c’est perdu d’avance. J’abaissais ma tête pour sortir de mon sac un carnet de note et un crayon de papier ainsi que mon iPok. Autant exploiter ce temps à quelque chose… Je notais dans un premier temps les caractéristiques de la créature rose qui ressemblaient, grosso modo à un hippopotame. Même si ce n’était pas le travail demandé, je préférais le faire dans l’espoir de découvrir quelque chose en lien avec ce phénomène d’évolution.

J’observais donc la créature sous toutes ses coutures, sans un mot. Il gardait toujours la même expression jusqu’à ce qu’il se mette enfin à mouvoir. Sur le coup, j’arrêtais tout mouvement de ma part et attendais, stoppant même ma respiration. Il ne faisait quelques pas, assez pour se placer sur ce rocher et laissait tremper sa queue dans l’eau. Et c’était reparti, il restait dans cette position très longtemps. Ok… C’était pire que de pêcher soi-même. En effet, en pêchant, on pouvait sentir le poisson mordre à l’hameçon. Là, non… On devait juste « observer ». Je me plaçais alors contre le rocher en face et notais d’autres informations avant de m’attarder sur l’iPok.  Heureusement que l’on avait le droit de le consulter, sinon, je serais totalement larguée. Comme prévu, la plupart des données que je trouvais, disaient clairement que c’était un Pokemon complètement stupide et lent. Malgré tout, l’intérêt de savoir comment se produisait son évolution m’intriguait et c’est ce qui me permettait de rester ici et ne pas quitter en rage le marathon.

« Très bien mon petit. J’attends, comme toi… »

Pendant de longues heures, je parcourais mon engin. Je relevais de temps en temps la tête, pour garder tout de même un œil sur le Ramoloss qui restait stoïque. Encore un soupire et je laissais mes yeux divaguer sur des lectures, toujours des lectures. Il y avait même des thèses sur cette créature et par l’une d’elle, j’apprenais que ce Pokemon pêchait avec sa queue parce qu’il avait quelque chose de sucrée au bout qui attirait ses proies. Choquée, je me redressais d’un coup pour vérifier. Sans même le prévenir, je soulevais sa queue hors de l’eau, la touchais et portais mon doigt à ma bouche. En effet, ce n’était pas des bêtises… Voilà comment il attirait les fameux Kokiyas ! C’était si simple… Bah oui, je n’avais pas compris pourquoi ce Pokemon coquillage s’accrochait à sa queue. Dans quel but ? Peut-être parce que c’était quelque chose qui flottait dans l’eau ? En tout cas, cette thèse était totalement exploitable et je la retenais en prenant quelques notes. Je reposais la queue et me repositionnais comme avant.

Quelques secondes après, le Ramoloss commençait à se mouvoir. Aussitôt, je détachais mon regard de ce que j’étais en train de faire. Mais c’était une fausse alerte car il réagissait à peine pour le fait que je lui ai attrapé la queue. Ok ok… T’es complètement con, excuses moi. Mais ce temps de réaction, ce n’est même pas possible à imaginer. Et comment va-t-il savoir si un Kokiyas s’est accroché à sa queue, hein ? Deuxième facepalm… Observes et tu verras bien Ambre. Peut-être que tu te trompes. Je m’attardais donc à l’introduction de mon devoir sur ce vulgaire brouillon.

Le temps filait trop… lentement. Pour dire que l’on s’ennuyait presque à mourir. Je lançais alors un regard désespéré à tous mes collègues qui, vraisemblablement, étaient dans la même situation que moi. D’une certaine manière, cela me réconfortait. Au final, c’était intéressant, mais long. Si seulement ce fichu Ramoloss arrivait à pêcher quelque chose, même n’importe quoi ! Enendant mon appel de je ne sais d’où, le seigneur exauça ma prière. J’arquais un sourcil en voyant la créature rose se mouvoir sur le côté et soulever sa queue. Là ! Un…

« KOKIYAS ! PUT…. Heu… »

En m’exclamant ainsi, j’attirais tous les regards sur moi. Tant pis ! Maintenant, je pouvais observer le phénomène tant attendue. Je restais accroupie, les yeux rivés sur la masse rose. Et je restais dans cette position, encore et toujours… C’était tout ? Mes joues se gonflaient, vexée de constater que rien ne se produisait. Un énième facepalm et je commençais à écrire la suite sur mon carnet… Bien trop vite puisqu’enfin, l’opération se produisait. La queue du Pokemon s’illuminait, ainsi que le petit coquillage violet. On pouvait distinguer que ce dernier prenait une autre forme, devenant plus gros, petit à petit. Mais ça restait assez long que je m'endormais presque. Je peinais à garder mes yeux rivés sur ce qu'il se passait. A la fin (enfin), le coquillage avait en plein bouche la queue du Ramoloss qui n’avait plus le choix que de se tenir debout. J’en avais un haut de cœur… C’était tellement répugnant.

« Très bien… Et tu restes là sans rien faire maintenant ? Juste à sucer la q… ? Urk… »

Ça prenait vraiment de drôle de proportion sortie du contexte. Je m’approchais de la créature et posais mes mains sur le coquillage pour tirer de toutes mes forces. Il paraissait que s’il était retiré, Flagadoss redevenait Ramoloss. Mais je n’avais pas la force nécessaire, chutant sur mes fesses. Je me relevais, mécontente. A quoi bon perdre du temps supplémentaire ? J’avais un devoir à rédiger ! Je quittais mon « partenaire » d’observation du jour, m’éloignant un peu en direction de la grotte. Je ne voulais plus aucune vision de lui ou ses congénères pour me concentrer. Une fois le travail écrit, je le donnais à notre surveillante et demandais son autorisation pour partir. Ouf… Plus jamais une journée pareille au risque de rendre visite au Dr. Ghost…
Chiho Lime
Région d'origine : Kantô
Âge : 16
Niveau : 46
Jetons : 3609
Points d'Expériences : 1190
Scientifique Chercheur Pokemon
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Marathon Scientifique #2 [24/05/2014]   Jeu 17 Juil - 18:45
J'étais restée plantée là sur ma chaise, le regard bêtement rivé sur l'intitulé de ma copie. « Expliquer le phénomène de l'évolution des Ramoloss en Flagadoss, en vous appuyant sur l'étude comportementale de ce Pokémon. » Ces quelques mots me hantaient, et tournoyaient à toute vitesse dans mon cerveau en ébullition. Depuis mon inscription à cette épreuve, j'avais du mal à dormir tellement j'avais hâte d'y être. Bien entendu j'étais nerveuse aussi, seulement le marathon était un défi à la hauteur de mes compétences, d'autant plus que l'éthologie était ma branche principale. J'avais travaillé dur jusque là, et je savais qu'on attendait beaucoup de moi. Qui plus est ma mère était une scientifique réputée, ce qui en rajoutait à la pression sur les frêles épaules. Je n'avais pas intérêt à me louper, ça c'est sûr. Secouant la tête pour revenir sur terre, je pris une grande inspiration pour me donner courage et quittai la salle de classe, sur un bref salut au camarades que je connaissais, notamment Ambre et Noctis.
J'avais du pain sur la planche, et du Kokiyas sur le Ramoloss ! Rapidement je sillonnai les couloirs de l'académie avec pour destination toute trouvée la bibliothèque. Robyn sur mes talons trottinait sans un bruit, restant sagement silencieux, comme je le lui avais demandé. Je fréquentais l'antre de Pervenche quasiment tous les jours alors il connaissait déjà les règles. S'il ne voulait pas être contraint de rester dans sa pokéball, il avait tout intérêt à se faire aussi discret qu'un Ninjask. Je m'installai tranquillement à ma place habituelle, dans un coin calme où je ne risquais pas d'être dérangée. Enfin mon air des mauvais jour -soit une mine de Démolosse pris à rebrousse-poil- eut tôt fait de convaincre les plus impudents que ce n'était pas le bon moment de m'interrompre.

M'attelant sérieusement à la tâche je posai mon ordinateur portable sur la table, et commençai par consulter les sites spécialisés sur les pokémons Eau et Psy, dans l'espoir de trouver une piste intéressante. Ramoloss était surtout présent dans ma région d'origine donc il ne m'était pas vraiment inconnu, néanmoins mes connaissances à son sujet étaient plutôt limitées. Je savais néanmoins que ma mère n'avait pas fait de recherches sur lui, ce qui éliminait cette source d'informations de ma liste. Progressant au gré des sites, je naviguai à la recherche de noms d'ouvrages de référence sur ce Pokémon qui avait déjà intrigué de nombreux scientifiques avant moi. Je les empruntai alors avec l'aval de la bibliothécaire, qui apprenant ma destination d'étude, me fit promettre de ne pas tremper ses précieux ouvrages. Je lui souris en me montrant le plus rassurante possible, et m'en fus en gratifiant Chaussette d'une brève caresse.
Un petit passage éclair dans ma chambre s'imposait. Préparant mon sac à dos, je vérifiai que j'avais tout le matériel d'exploration à disposition. Je voulais être prête à toute éventualité, et pour cela il valait mieux prévoir large. Je vérifiai que j'avais des vivres, un cahier à croquis, plusieurs blocs note et mon appareil photo, afin de noter mes observations et prendre quelques clichés si j'en avais l'occasion. Ensuite je rangeai toutes mes pokéballs au cas où, pris Talia dans mes bras après l'avoir aidée à se réveiller, et quittai le dortoir d'un pas léger. Habituellement la priorité était au travail en équipe, à l'esprit de groupe et à la coopération avec mes Pokémons, mais aujourd'hui tout reposait sur moi uniquement. L'air résolu, je me dirigeai vers les rives du lac Corail, que je connaissais bien puisque j'y étais déjà allée à de nombreuses reprises.

Me dirigeant sur la rive est où le Professeur Jauplin était censée nous attendre, je vis que d'autres élèves étaient déjà arrivés avant moi. Quoi qu'il en soit je n'étais pas inquiète, consciente que courir n'était pas la meilleure option. De toute façon nous avions environs -je jetai un coup d’œil à mon Ipok- cinq heures et demi devant nous. J'en avais passées presque deux à écumer les rayons poussiéreux de la bibliothèque ainsi que les informations sur le net, alors j'estimais être aussi prête qu'on puisse l'être. Me dirigeant vers un coin à l'écart, je m'assis sur un rocher et posai mon sac ainsi que ma Teddiursa à mes côtés.

« Tu peux descendre si tu veux, mais interdiction de t'éloigner. Reste là où je peux te voir, s'il te plaît. »
« Ursaaa ! »

Elle pencha la tête sur le côté mais finit par acquiescer, restant pour l'instant assise à mes côtés. Ses yeux ne quittaient pas mes mains, comme si elle s'attendait à ce que je fasse un tour de magie, ou dans tous les cas quelque chose qui pourrait la distraire. Pas de pot, ce n'était pas du tout la raison de notre venue au lac. Soupirant un grand coup, je me promis d'appeler Ivy afin qu'elle joue les baby-sitters si jamais je devenais trop absorbée. Car oui, s'occuper d'un bébé ce n'était pas de tout repos, et dans l'immédiat j'avais besoin de me concentrer à fond pour ne rien rater d'important. Déballant une partie de mon matériel, je m'installai et m'armai de mon appareil photo. J'avais déjà repéré plusieurs Ramoloss au loin, lézardant souvent sur les rochers, ou se laissant parfois charrier par les petites vagues qui léchaient le sable. Me maintenant à bonne distance, j'opérais selon la procédure classique que m'avait apprise ma mère. Avant d'interagir avec un pokémon sauvage, il fallait déjà l'observer en liberté pour en comprendre la façon de penser. Jetant donc mon dévolu sur un couple de boules roses qui prenait le soleil sur un rocher à une dizaine de mètres, je pris quelques photos sous plusieurs angles en utilisant le zoom.

Je n'étais pas particulièrement discrète malgré le peu de bruit que je faisais en marchant sur le sable... Et à vrai dire les deux mous du genou ne semblaient pas troublés plus que ça par ma présence. Je savais que le spécimen était réputé comme aussi flemmard qu'un Parecool, mais là ça dépassait toutes mes estimations. Me rapprochant à pas de Dynavolt -ou d'espionne Pyroli en mission d'infiltration- je les matraquai encore et encore, sans pour autant avoir le sadisme d'allumer le flash. De toute façon il ne faisait pas si mauvais, et malgré quelques apparitions timides le soleil n'était pas assez fort pour être dérangeant.
Quoi qu'il en soit je m'approchai doucement, le bloc notes dans la poche arrière de mon short, parée à tout ce qui pourrait bien me tomber dessus. Enfin ce serait bien que ce ne soit pas dans un sens trop littéral, quand même. Je soupirai, comparant mentalement les deux Ramoloss à ceux décrits par mes ouvrages de référence. L'un d'eux était plutôt petit et l'autre bien que possédant des proportions au garot assez moyennes, semblait particulièrement joufflu. J'en arrivais même à me demander comment il avait bien pu monter sur ce rocher, car son physique boursouflé et mollasson m'intriguait profondément.

« Robyn, surveille nos affaires, d'accord ? »

Il me répondit par un aboiement joyeux, tirant la langue alors qu'il se promenait avec Talia sur le dos. Cette dernière s'éclatait visiblement à faire la folle sur sa nouvelle monture, se servant de sa fourrure comme de rênes improvisées. Je souris légèrement, avant d'en revenir à mes moutons rose flashy. Sortant le papier et le crayon, je commençai à les dessiner le plus fidèlement possible, ce qui n'était pas bien difficile étant donné que pour une fois, le sujet se tenait parfaitement immobile. Seul un petit couinement étrange s'échappait parfois de leurs gorges, dans une plainte que je ne pouvais identifier. Ils semblaient vouloir quelque chose, mais avec cette expression absente d'imbéciles (mal)heureux je n'arrivais pas à deviner ce dont il s'agissait. Curieuse, je restai là à les contempler pendant un moment, commençant toutefois à me demander comment un Kokiyas était censé les rejoindre à cet endroit, alors que la marée était basse. C'est que je n'avais pas toute la vie pour terminer mon observation, moi ! Se pouvait-il qu'ils cherchent à atteindre l'eau, sans en avoir la force ? Et puis de toute façon ce n'était pas comme si regarder deux pokémons aussi oisifs et amorphes était une activité très passionnante. Autant essayer de leur donner un petit coup de pouce, tout en restant au cœur de l'action !

« Bon, pour plus de facilité, je vais vous donner un nom temporaire. Toi le petit tout fin tu seras Ping, et toi le plus grand et trapu, tu seras Pong ! Ça vous plaît ? Comment ça non ? Tant pis, de toute façon vous n'avez pas le choix, hé hé ! »

Je ris de ma propre connerie, heureuse que personne ne puisse m'entendre. Jetant quand même une œillade prudente par dessus mon épaule, je fus soulagée de constater que la voie était libre. Je reconnaissais bien la tignasse noire de Noctis à une trentaine de mètres -bon ok j'avoue que j'avais surtout remarqué en arrivant qu'il était le camarade le plus proche du lieu de mon étude, mais je préfère me dire que j'ai la vision d'un Gueriaigle-. Dans tous les cas le Phyllali était assez loin pour que je sois sûre qu'il n'avait rien entendu, à moins bien sûr qu'il m'ait caché ses pouvoirs surnaturels secrets.
Bref plus sérieusement après une longue attente et un ennui de plus en plus pesant, je me risquai à toucher la peau de Pong qui gisait sur le dos comme un pacha obèse, l’œil luisant d'un je ne sais quoi de perfide. Je ne l'avais que très légèrement effleuré de l'index pour étudier la texture de sa peau, et pourtant il avait lâché un râle rauque et bizarre, ses yeux se plissant dans une expression extasiée qui ne me disait rien qui vaille. Beurk. Je retirai ma main comme si je m'étais brûlée, cet incident entamant un peu ma résolution de le porter pour le rapprocher de l'eau où l'attendaient sûrement des Kokiyas. Déglutissant pour réprimer mon dégoût, j'inspirai profondément et laissé la brise humide me rafraîchir les idées. Alors seulement -après avoir constaté que Talia et Robyn jouaient toujours sans prêter attention à tout le reste- je m'approchai de cette chose qui était censée posséder des pouvoirs psy. Et puis merde, s'il en avait pourquoi il ne les utilisait pas ? Il n'avait qu'à se téléporter dans l'eau, bon sang ! Déprimée de ne pas avoir recueilli des informations sortant de l'ordinaire, je m'approchai de Pong que j'essayai de soulever dans mes bras. Je l'entourai de mes mains, assurant ma prise, avant de tirer un bon coup en poussant sur mes jambes. CRAC. Mon dos venait d'émettre le bruit le plus sinistre que j'ai jamais entendu, la vibration produite par le craquement résonnant dans tout mon corps jusqu'à me vriller le cerveau. J'espérais ne pas m'être bloquée le dos. Reposant le Ramoloss croisé Ronflex que j'avais vainement essayé de déplacer, je posai une main sur mes flancs en essayant de me redresser, avec l'égance d'une mama Odie attaquée par son rhumatisme.

« Je savais pas que les Pokémons mangeaient chez McRonald eux aussi. Mince alors, j'ai failli me casser en deux. C'est que tu pèses ! »


Je me frottai le dos en grimaçant, ce qui sembla attirer l'attention de mes deux pokémons. Du moins pendant quelques secondes, avant qu'ils continuent de jouer dans le sable comme s'il ne s'était rien passé. Jurant entre dents contre 'la foutue loyauté des tire-au-flanc qui abandonnaient leur dresseur dans l'adversité', je soupirai en regardant Ping et Pong avec désespoir. Je n'étais vraiment pas sûre de ce qui allait se passer durant les prochaines heures, mais en tout cas une chose était certaine : si je voulais que cette évolution se produise, j'allais devoir mettre la main à la pâte. Déglutissant à l'avance en regardant le (relativement) petit Ping qui me fixait béatement, je réfléchissais. Je n'avais pas la moindre chance d'arriver à déplacer son homologue en sur-poids car il pesait trop lourd pour moi, mais je pouvais toujours tenter à nouveau avec lui.

« C'est là que j'aurais bien aimé avoir un coup de main de la part du général Jackie. Je suis sûre qu'elle aurait pu vous soulever tous les deux en même temps, avec un dans chaque main si nécessaire. Sauf que moi je ne peux pas, donc on va devoir passer au plan B. »

Je portai la main à ma ceinture pour en décrocher la pokéball de l'homme de la situation. Ou du pervers de la situation, comme on voudra. L'appelant donc sans cérémonie, je lui expliquai rapidement ce qui se passait. Pourquoi s'embêter à utiliser ses muscles quand on avait un esprit bien plus fort ? J'indiquai à Gee d'utiliser ses pouvoirs télékinétiques pour déplacer les deux zouaves près de l'eau, là où ils pourraient finalement trouver le partenaire de leurs rêves. Ce dernier me jeta alors un regard blasé, comme pour dire qu'il ne s'était pas converti en une agence matrimoniale, surtout pour d'autres pokémons. Oui, javais presque oublié qu'il préférait les humaines, et en particulier celles avec de belles rondeurs. Ouais... Non en fait impossible que je l'oublie.

« Allez s'il te plaît arrête de tirer cette tronche. Au plus vite ce sera fini et au plus vite on pourra rentrer. Je sais que c'est une tâche ingrate, mais je ne tiens pas à revoir la tête de Needle avant un bon moment et je suis sûr que toi non plus. » Je me tournai vers nos sujets d'expérience, tentant de les rassurer même si je n'étais pas certaine qu'ils puissent comprendre. « Gardez votre calme, d'accord ? La Gee Airlines va vous offrir un agréable voyage. Attachez vos ceintures, on va bientôt décoller ! »

Le Kadabra soupira en plissant les yeux, me laissant bien comprendre son mécontentement. Enfin il trouvait là encore une énième raison de râler, et je n'étais pas surprise. De toute façon je savais qu'en lui demandant gentiment, il finirait forcément pas accepter. Comme toujours, ce fut avec un air ébahi que je vis les deux Ramoloss flotter dans les airs, pas trop haut pour ne pas qu'ils se débattent et brisent sa concentration. Tu parles, ils étaient tellement atones qu'ils n'avaient pas ébauché un geste, se contentant de voir le monde de haut, l'air choqué. Les accompagnant en marchant tout en leur dépeignant le paysage comme s'ils avaient réellement pris l'avion, je fus surprise de voir que nos passagers me prenaient plutôt au sérieux. Depuis la première fois de l'après-midi, leurs yeux semblaient se teindre d'une infime lueur d'intérêt, à défaut d'intelligence. Est-ce que leur instinct s'éveillait à l'idée d'évoluer, ou bien n'en avaient-ils même pas conscience ?
Je pris de quoi noter mes questions tandis que l'avion improvisé touchait enfin terre juste au bord de l'eau. Ils n'avaient pas à se plaindre, je leur avais mâché  le travail. Oh, mâché le travail, elle était bonne celle là. Je ris avant de m'asseoir dans le sable, prête à entamer une longue attente. Finalement Gee baissa sa cuillère et s'installa à côté de moi, étrangement silencieux. Il avait sans doute compris que cette épreuve était vraiment importante, et je lui en étais très reconnaissante. Un peu distraite, je passai un bras autour de ses épaules comme on le ferait avec un vieil ami, posant ma tête sur son épaule. Ce dernier rétribua ce rare geste d'affection par un patpat sur ma tête, avant que j'en retourne à mon boulot. Les deux ramollis n'avaient pas bougé d'un centimètre, et je commençais à désespérer. Comment j'étais censée écrire mon rapport si aucun de mes deux sujets attitrés ne se sentait d'évoluer ?

Un peu inquiète, je laissai mon regard se perdre au loin en attendant qu'il y ait du nouveau. Il fallut bien trois quarts d'heure avant que j'entende un clapotis léger qui n'était pas habituel. En fait j'avais commencé à m'assoupir la tête posée sur l'épaule de Gee, la bave naissant au coin de mon menton, lorsque ce dernier me tapota doucement la tête pour me réveiller. Sursautant en respirant fort, j'émergeai paniquée. Mince alors... si je m'endormais en pleine recherche, ça n'allait pas le faire ! Me frottant le visage pour me réveiller, je repris mes notes juste à temps pour voir que Ping, légèrement plus dynamique que son homologue, avait immergé sa queue dans l'eau. Cette dernière se balançait doucement dans l'eau, comme si elle cherchait quelque chose que les yeux ne pouvaient voir. Intriguée, je m'approchai le plus près possible sans toutefois intervenir.
C'était tentant de presser le processus mais ce faisant je risquais de fausser les données. Prenant mon mal en patience, je rongeais mon frein en écrivant frénétiquement. « Ramoloss se sert de sa queue pour pêcher. Il l'immerge dans l'eau et la bouge faiblement. La tâche blanche qui la colore sert sûrement de leurre pour les Kokiyas qui ont la réputation de mal distinguer les couleurs. » Je vis alors Pong observer curieusement son voisin, comme s'il considérait un instant la possibilité de l'imiter. Et finalement, après plusieurs minutes d'hésitation et de rassemblement de ses forces, ce dernier se traîna on ne sait trop comment pour se tremper la queue aussi. « Il semblerait que l'espèce apprenne à pêcher par mimétisme auprès d'autres spécimens, que ce soit pour se nourrir ou bien pour évoluer. » Oui, c'était plutôt logique étant donné qu'ils étaient très lents à la détente. À moins d'être un génie parmi l'espèce, il était effectivement peu probable qu'un individu puisse avoir cette soudaine illumination tout seul.

Et en parlant d'illumination... Une vive lumière commença à briller dans l'eau, se faisant de plus en plus aveuglante alors qu'elle sortait lentement de l'eau... et que par un processus fort intriguant Ping se redressa progressivement jusqu'à se tenir debout sur ses pattes arrière. Ça y est, c'était le moment tant attendu ! Prenant des photos même si je doutais qu'on y verrait quelque chose à cause du contre-jour, je gardais les yeux grand ouverts. Je notai à nouveau, accompagnant la description de l’événement de nombreux dessins explicatifs. Oui, on peut dire que là, les choses sérieuses commençaient. Inspirée, je me mis à rédiger mon rapport sans attendre, soutenue par quelques observations fort pertinentes de Gee, qui utilisait la télépathie pour communiquer, comme à son habitude. Je ne m'attendais pas à ce coup de main, mais à vrai dire il était plus que le bienvenu. Lui souriant avec conviction, je consultai plusieurs articles sur mon Ipok et me mis à travailler sérieusement. Décidément, la Gee Airlines m'avait déposée sur un joli petit nuage.


_________________
Marathon Scientifique #2 [24/05/2014] 2ypf3v8


Collectionneuse PKMN

Astrée Harper
Région d'origine : Kanto
Âge : 15 ans
Niveau : 25
Jetons : 84
Points d'Expériences : 586
Scientifique Chercheur Pokemon
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Marathon Scientifique #2 [24/05/2014]   Dim 27 Juil - 16:19

 
 ❝Le Lac de l'Idiotie pokemonesque❞
 
feat. Ramoloss

 


Astrée est assez contente en se levant ce matin pour partir courir avec les Pyroli et le Général Jackie. Après tout, aujourd'hui une sortie est prévue, en rapport au cours scientifique au Lac Corail. L'objet de l'étude sera de savoir pourquoi les Ramoloss, qui sont, avec les Psykokwak, l'une des espèces les plus idiotes qui soit, mais qui pourtant, cache un pouvoir que l'on ne devrait pas sous-estimer, à moins de vouloir finir dans une très mauvaise forme. La jeune fille née au Bourg-Palette apprécie assez ce pokemon presque entièrement rose. Du fait de sa grande lenteur d'esprit, il n'est pas bien difficile de l'observer, du moment que l'on est prêt à passer du temps au même endroit, car une fois fixé à un lieu, le temps que le Ramoloss que l'on regarde se souvienne des raisons qui l'ont fait venir ici, il faut bien souvent prévoir de quoi grignoter, ou alors attendre la soirée pour manger, au choix. Quoi qu'il en soit, une fois qu'elle a pu prendre les documents dans la salle de cours, Astrée s'en est allée avec les autres élèves en direction de la célèbre surface aqueuse. Elle aime bien les environs, mais une fois en place, elle ne doute pas que les professeurs ont ajoutés certains pokemons, car depuis qu'elle vient ici, jamais, la scientifique n'a vu de Ramoloss en aussi grand nombre et nul doute que les Kokyas ont sûrement reçu des renforts également.

Astrée se dirige vers un des Ramoloss, préparant son carnet de notes et un de ses stylos, pour préparer son rapport au sujet de ce pokemon et de sa façon d'atteindre le stade d'évolution suivant, ou tout du moins, l'une de ses deux formes évoluées, car Ramoloss peut évoluer de deux façons différentes. L'une d'elle, c'est quand un Kokyas lui mord le bout de la queue et c'est d'ailleurs sur ça que porte l'épreuve du jour. L'autre, c'est quand on fait porter à son compagnon une Roche Royale, ce qui le conduit à devenir un Roigada, soit l'un des pokemons les plus intelligents qui soit. Un autre jour, Astrée se penchera sur lui, mais pour l'heure, sont objectif Ramoloss et Flagadoss. Elle s'installe en tailleur à quelques mètres de sa cible et l'observe en silence. Il ne se passe rien durant les deux premières heures. Astrée pour tout aussi bien piquer un somme, mais ce n'est pas dans ses habitudes d'agir ainsi, de fait, elle garde l’œil bien ouvert. Au bout de deux heures et demi, le Ramoloss se décide enfin à bouger. Il passe près de l'humaine, son cerveau ne bossant pas suffisamment pour lui permettre de le remarquer et va cueillir une baie oran non loin. Il revient vers les bords du lac et un petit plouf fait entendre que la baie est tombée dans le Lac Corail.

Deux heures plus tard, le Ramoloss semble enfin réagir sur la disparition de sa baie et se retourne, pour faire tremper sa queue dans l'eau et tenter sans doute de retrouver son petit repas. Cependant, quand cette zone de son corps s'agit et remonte, ce n'est pas la baie oran qui y a mordue... Ce qui est chose toute normale, étant donné que les baies n'ont pas jusqu'à présent, à moins d'une évolution inconnue, de dents. C'est en fait un Kokyas qui pend au bout de l'appendice du Ramoloss, qui réagissant plus rapidement cette fois, s'agite pour tenter de faire partir cette sensation désagréable, mais avant d'atteindre son but, son corps est parcouru d'une lumière assez forte, qui lorsqu'elle se termine, montre à l'humaine que le faible d'esprit Ramoloss est maintenant un idiot de Flagadoss, car malheureusement pour cette espèce, seule l'évolution obtenue avec une Roche Royale se voit gagner un cerveau et donc une capacité de réflexion. Contente de ce qu'elle a vue, bien que pour ça, elle a attendue presque sept heures, Astrée écrit bien au propre son point de vue sur la question de l'évolution chez les Ramoloss et se lève, piquant un petit sprint en direction de l'Académie pour rendre son compte-rendu, contente de son devoir.

 
 
@Eques sur Never-Utopia

_________________
Marathon Scientifique #2 [24/05/2014] 925139yunasignautre
Allen Wills
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 17 ans
Niveau : 38
Jetons : 565
Points d'Expériences : 1186
Todresseur Spé. Type
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Marathon Scientifique #2 [24/05/2014]   Sam 2 Aoû - 5:57


"OUI ! Hahaha ! Tu as réussi ! TU AS RÉUSSI !!"

Quelques heures plut tôt.

7h30. Heure du réveil.

Si les chants des Roucool et autres volatiles rodant près du lac n'ébranleraient pas notre sommeil, la cacophonie du cri de Mélofée réussissait à tous les coups. Levé en sursaut, les cheveux en bataille, je resituais ma position. Ah, oui, debout. Depuis l'annonce de la venue de Blanche à l'académie, tous les matins je répétais cette routine acquise depuis peu. Douche à 7h30, petit-déjeuner à 8h et ensuite entrainement, entrainement et entrainement. Je laissais mon fidèle se prélasser sur le lit, car je ne comptais pas l'utiliser lors de mon affrontement contre la Championne de Doublonville. Cependant, ce jour-là, j'aurai du faire la grasse matinée.

Après m'être bien rempli la panse de croissants et autres viennoiseries, je me dirigeais fièrement vers la sortie du dortoir, pour tomber nez-à-nez avec mon pire cauchemar. Trois professeurs étaient alignés devant l'entrée, saluant les élèves qui entraient et sortaient à tour de rôle. Ne me doutant pas que ce comité d'accueil m'était réservé, je passais droit devant eux, avant de me faire arrêter par une main sur mon épaule.



➖"Allen Wills. Il faut qu'on discute."



Cela ne me dit rien qui vaille. Le trio enseignant était extraordinaire cela dit, de quoi intimider n'importe quel élève, moi y compris. Janice Lunatique Jauplin, Ace Sadique Creed et Franklin Dictateur Roseverte. Pour parler de choses sérieuses, le hall du dortoir restait approprié. Plusieurs fauteuils et une petite table décoraient la pièce, les Noctali transpiraient le luxe. Si ces trois référents m'avaient convoqué de si bon matin, ce n'était pas pour prendre le thé cependant.

Ah, je vois. Juste après que le Professeur Roseverte n'ait ouvert la bouche, les mots "scientifique" et "travaux" me mirent sur la voie. Lors de l'obtention de mon deuxième Grade, il a fallu que je choisisse une deuxième spécialité. N'ayant d'intérêt uniquement pour le cursus Topdresseur, mais ne pouvant pas choisir deux fois la même voie, j'avais pris "Scientifique" par dépit.

Ensuite, ce fut au tour du Professeur Jauplin d'énoncer son idée. QUOI ? Participer au Marathon Scientifique ? Moi ?! En plus de ça, il fallait que je fournisse un travail non bâclé sur le sujet de cette année. Mais le pire restait à venir.



➖"Si tu ne remplis pas les critères demandés par mes collègues, je veillerai personnellement à ce que ton regard ne croise jamais celui de Blanche."



Voila ! VOILA ! Ace n'était là que pour ça, me mettre la pression. J'étais donc obligé de me mettre sérieusement au boulot, surtout que de mémoire, le Marathon commençait dans quelques heures. Dépité, subjugué mais surtout encerclé, je ne pouvais rétorquer la moindre réplique. Le "C'est surtout parce que tu es l'un des meilleurs élèves de l'académie que l'on prend ces mesures" de la Prof. Jauplin ne m'aidait pas pour autant. J'étais victime de ma réussite scolaire !



---



Et me voila. Assis au bord du Lac Corail en face d'un rocher où reposait ce Pokémon que l'on devait étudier. Enfin, "se reposait", tout était relatif. La star du jour était le vice-champion de la flemmardise, j'ai nommé Ramoloss ! Finissons-en une bonne fois pour toutes, que je retourne m'entrainer !

Ramoloss, check. Aussi stupide qu'il puisse être, cela montrait qu'il était en bonne santé - seems legit.

Carnet de notes, check. J'étais censé mettre sur papier mes observations, même si je sentais qu'avec ce Pokémon je ne risquais pas d'écrire grand chose.

Le sujet du Marathon, check. "Expliquer le phénomène de l'évolution des Ramoloss en Flagadoss, en vous appuyant sur l'étude comportementale de ce Pokémon". Ah ? Il y a une manière spéciale de faire évoluer Ramoloss en Flagadoss ? J'étais au courant pour la Roche Royale afin d'obtenir un Roigada, mais je pensais que l''autre évolution était "normale".

iPok, check. Intrigué par ce que je venais d'apprendre, il fallait que je vérifie les critères permettant à Ramoloss d'évoluer. Quoi de mieux que notre appareil high-tech pour surfer sur la toile et récupérer les informations nécessaires ? Je notais les détails importants sur papier, ça pourrait servir. Avec ça, je me levais donc pour me rapprocher du lac et chercher une ombre plutôt petite, ombre que je finis par trouver. D'accord, l'école avait donc remplie le lac de Kokiyas pour cet évènement. Impressionnant.

Kokiyas, check donc.

Bien, j'avais donc tous les éléments nécessaires pour commencer ce devoir, au travail maintenant. Écrire une introduction n'était pas si compliquée, mais commencer à parler du sujet principal s'avérait plus compliqué. Si le Kokiyas semblait intéressé par cette expérience, le Ramoloss lui n'était pas très coopératif. Comment ? Et bien tout simplement en ne mettant pas sa queue à tremper dans l'eau. Tenue droite comme un piquet, je me demandais pourquoi il ne voulait pas faire comme tous ses autres congénères.

Une minute. Deux minutes. Trois minutes. Dix minutes. Rien. Pas un mouvement, pas une pupille déplacée, rien. Le Kokiyas tournait en rond dans l'eau, sautant de temps en temps, jusqu'à essayer d'aller lui-même mordre la queue du Ramoloss. MAIS ! Incroyable mais vrai, chacune de ses tentatives était accompagnée d'un mouvement de queue du Ramoloss, esquivant ses claquements essai après essai. Ce troll, ce TROLL ! Stupide, lent, mais il était capable de ressentir la présence du Kokiyas et d'esquiver avec une certaine dextérité ses assauts. Incroyable.



---



Après deux heures rudement menées, mes copies étaient remplies. Je jetais un dernier coup d'oeil au Flagadoss en face de moi. Il ne bougeait pas, mais souriait toujours de la même manière, à la différence près qu'il y avait un grognement incessant derrière son dos. Sa nouvelle vie allait être mouvementée, mais il allait surement finir dans une des Pokéballs du Collectionneur.

S'il y avait bien une chose que j'avais apprise aujourd'hui, c'était que j'étais loin de connaître toutes les subtilités de ce monde de Pokémons, et je comprenais désormais l'intérêt que les chercheurs portaient à ces mystères. Je n'irais pas jusqu'à me reconvertir, loin de là, mais j'allais faire en sorte que ma deuxième spécialité ne soit pas qu'une excuse lors de la rentrée prochaine. Promis, Professeur Roseverte.

Je me rendais près de du Professeur Jauplin, en attendant son feu vert pour que je puisse disposer. Autorisation obtenue, je pouvais désormais passer à la prochaine étape de mon parcours, une étape non négligeable qui allait sans doute changer ma vie, encore une fois.


_________________
"J'ai conquéris." - Noctis Flavelle 2015



meilleur topdresseur
le plus ambitieux
véritable pur noctali
le plus beau gosse
jamais avec audrey
Cleve Carter
Région d'origine : Johto
Âge : 15 ans
Niveau : 24
Jetons : 13113
Points d'Expériences : 770
Scientifique Mécano
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Marathon Scientifique #2 [24/05/2014]   Dim 3 Aoû - 11:47
« M-m-m-m-m-m-m-ais voyons, c’est insensé, comment mon nom a-t-il encore fait pour se retrouver sur cette liste ? Mais ma foi, cela ne peut-être qu’une erreur. N-n-n-n-on ! Non ! Mais lachezmoilabasqueenfin ! »

Des mains s’agrippèrent fermement aux épaules de Cleve et la poussèrent doucement vers le Lac Corail. Encore une fois. Encore une fois ! La jeune rouquine se retrouvait propulsée sur les devants de la scène –« Ahaha, très drôle ce rappel de la précédente compétition, je me marre, voyez-vous… très spirituel » aurait dit Cleve- sans avoir rien demandé à personne. La dernière fois, des filles de son dortoir l’avaient inscrite au Concours Miss/Mister, dans un but certain de la voir se ridiculiser en public. Mais cette fois-ci, la jeune Pokémécanicienne ne comprenait pas pourquoi on voulait absolument qu’elle aille rédiger un long devoir aux abords du lac, alors qu’il faisait encore jour et qu’elle avait déjà les examens à préparer et accessoirement, un jeu à terminer. Fichtre de fichtre ! Pourquoi, mais pourquoi est-ce qu’on ne lui fichait jamais la paix ?

« Allez Carter, gagne encore cette fois ci et rapporte le trophée dans le dortoir des Givralis ! » lui cria-t-on sur un ton étrange –ce genre de ton qui pouvait à la fois être un encouragement et une menace-.

La jeune fille eut une moue dégoûtée, et sentit qu’on continuait de la tirer vers le Lac Corail. Peppéroni, qui essayait de faire de son mieux pour défendre sa dresseuse –à moins qu’il ne pense qu’il s’agisse encore une fois d’un nouveau jeu-, avait fermé ses mâchoires sur sa cheville et la tirait dans un autre sens, ce qui, entre nous, n’était pas forcément des plus agréables. Cleve sentit des larmes monter au coin de ses yeux, et elle renifla comme si elle était enrhumée. Devant cette démonstration de faiblesse, ses camarades la lâchèrent un peu plus  et elle tomba lourdement sur l’herbe verte, la respiration haletante.

« De toute façon tu n’as pas le choix, ton nom est sur la liste, tu vas devoir y aller… » lui dit doucement une des filles de sa chambrée, en lui tapotant l’épaule d’un air réconfortant.

Son nom était est la liste. Dit comme ça, on aurait dit qu’elle allait se faire décapiter par la Mort à n’importe quel moment, et que de toute façon, on n’y pouvait absolument rien. Mais par chance, participer à un Marathon Scientifique paraissait une issue bien plus enviable que se retrouver six pieds sous terre –à moins que ce Marathon soit un de ceux que le Général Jackie avait élaboré.- Soupirant, Cleve se dirigea donc d’un pas trainant vers le reste du troupeau agglutiné près du Lac pour écouter les instructions.

Rapidement, la jeune fille se rendit compte que ce Marathon Scientifique n’avait rien en commun avec un véritable Marathon. Finalement, il suffisait juste d’observer un Pokémon –en gros-, de rédiger un devoir –en très gros-, et de se carapater avant que Janice Jauplin n’ait pu se rendre compte de votre absence –voilà qui était un peu plus intéressant-. D’autant plus que les Pokémon qu’ils avaient à observer, Cleve les connaissait bien. Des Ramoloss. Elle en avait déjà vu un lors de sa Sortie Capture sur la terrible île Zalis, mais surtout, surtout, elle venait d’Ecorcia. Et qui dit Ecorcia, dit Hector-mini-short Puits aux Ramoloss ! Le sourire de la rousse s’effaça cependant bien rapidement lorsqu’elle apprit qu’il fallait rédiger une théorie sur le pourquoi du comment de leur évolution. Ces choses pouvaient évoluer grâce à des Kokiyas ? La Pokémécanicienne n’en avait jamais entendu parler. Elle, elle avait plutôt l’habitude que les Ramoloss trouvent des Roches Royales, tout au fond de leurs puits. Il n’y avait pas de Kokiyas à Ecorcia, c’était bien connu ! –sinon, son grand-frère qui avait appris à nager dans les flaques du Puits Ramoloss nu aurait eu quelques problèmes en se faisant pincer le… heu non, oubliez-. Sentant la panique la gagner, la jeune fille regarda furtivement autour d’elle pour voir si les autres étaient aussi perdus qu’elle. Malheureusement, ils avaient tous l’air remontés à bloc –« Aha, c’est facile pour vous bande de crétins, personne n’a écrit vos noms sur la liste sans vous demander votre permission ENCORE UNE FOIS. »-. Résignée, Cleve se dirigea donc vers les abords du Lac, calepin en main, pour observer ces espèces de… elle-ne-savait-vraiment-quoi roses.

Pep’ trottinait joyeusement derrière elle, et la jeune fille s’allongea sur le ventre dès qu’elle trouva son spécimen d’observation. De taille plutôt raisonnable pour un Ramoloss, le Pokémon crétin était allongé comme Cleve au bord du Lac Corail, sa queue trempant à peine dans l’eau teintée d’un violet éclatant. Sans prendre beaucoup de précautions puisque de toute façon, elle était sûre que le Pokémon ne s’enfuirait pas, la Givrali s’approcha du Lac et tenta de regarder au fond. Comme d’ordinaire, on ne voyait qu’une forêt de coraux aux couleurs froides qui s’étalaient comme des fleurs de cristal. Pas signe d’un Kokiyas dans le coin, et la demoiselle se demanda un instant si elle ne devait pas porter le Ramoloss comme un nourrisson pour le déplacer et le balancer dans un coin d’eau plus peuplé. L’air réprobateur de son Lokhlass l’en dissuada cependant, et Cleve continua ses observations.

Elle attendit ce qui lui paraissait des heures. Le Ramoloss avait l’air de ne pas être décidé à bouger d’un pouce, et son air un peu débile n’était pas très encourageant.

« Toi, t’es as l’air intelligent à ta manière… » soupira Cleve en esquissant un croquis grossier du Pokémon.

Comme s’il réagissait à ses paroles, le Ramoloss roula sur le côté, et tomba de tout son long au fond du Lac dans un bruit d’éclaboussure monstrueux. Paniquée, la Pokémécanicienne regarda autour d’elle mais remarqua qu’aucun autre spécimen n’avait décidé de piquer une tête dans l’eau –volontairement ou non-. Non. Ils semblaient tous aussi immobiles qu’avant, certains ayant déjà réussis l’exploit de se faire mordre la queue pour évoluer. Evidemment ! Cleve se retrouvait encore avec le machin le plus ridicule et le plus inutile qu’on pouvait faire ! Le contraire aurait été étonnant…

S’immergeant également à demie dans le Lac, Cleve sortit Biske de sa Pokéball pour qu’il l’aide à plonger. L’aqualapin, heureux qu’on ait fait appel à lui, fit quelques cabrioles dans l’eau avant de se décider à venir chercher Cleve. En compagnie de Peppéroni, ils descendirent donc tout au fond du Lac, prenant gare à ne pas percuter les beaux coraux. Les fonds étaient magnifiques. La rousse n’avait jamais plongé ici, mais les belles couleurs rendues troubles par l’onde donnaient l’impression d’être face à une immense aquarelle. Quelques petits Pokémon nagèrent vers Cleve, Pep’ et Biske, avant de se rendre compte qu’ils étaient un peu plus gros que prévus et de s’enfuir dans un torrent de bulles. Rapidement, l’équipe repéra le Ramoloss qui continuait de tomber dans l’eau, sans avoir l’intention de nager pour autant.

Cleve devait-elle interrompre le cycle naturel et le remonter à la surface ? Il n’avait pas l’air d’avoir du mal à respirer sous l’eau, mais serait-il capable d’évoluer dans ces conditions ? La jeune fille ne savait pas trop. Elle attendit là de voir la suite des événements, lorsqu’un Kokiyas commença à nager vers le Ramoloss, visiblement attiré par heu… sa queue ?

Le Ramoloss, voyant qu’on le poursuivait, commença à nager un peu pour ne pas se faire attraper. Cleve étouffa une exclamation sous l’eau, et un nuage d’écume et de grosses bulles s’échappa de ses lèvres.

*M-m-m-ais ! Quel CRETIN ! Pourquoi est-ce qu’il ne veut pas évoluer ?!*

Elle nagea en direction du Ramoloss pour l’attraper et l’exposer au Kokiyas –bravo Cleve, voilà qui s’appelle une agression sur Pokémon, c’est mal, très mal !- mais le Pokémon coquillage, bien plus véloce que son compatriote mou du cerveau, parvint enfin à lui mordre la queue. Cleve applaudit férocement, lorsqu’elle se rendit compte qu’il ne se passait… absolument rien ?
Paniquée, la jeune fille tenta de se rappeler de ce dont elle se souvenait sur les spécimens de ses autres camarades. Pour évoluer, le Pokémon se faisait mordre, puis… se redressait sur ses pattes ! Se tapant la tête de la main, Cleve nagea frénétiquement pour attraper le Ramoloss-Kokiyas, puis le remonta à la surface.

Emergeant de l’eau, la Pokémécanicienne prit une grande inspiration et posa le Ramoloss dans sa position initiale –c’est-à-dire allongé à plat ventre sur un rocher-. Et là, magie ! Sous le poids du Kokiyas, le Ramoloss se redressa et fut nimbé d’une lumière blanche. Quelques secondes plus tard et le Kokiyas devenait grisâtre et couvert de pics. Etait-ce là également une évolution du Kokiyas ? Ou une fusion ? Cleve n’en savait rien, mais sa main s’agitait frénétiquement sur son calepin pour noter ses observations. Elle consulta ensuite son iPok et internet pour trouver de quoi finir son devoir –fallait pas déconner, elle n’allait pas non plus se déplacer jusqu’à la Bibliothèque pour emprunter des livres…- puis, non sans avoir détrempé largement sa feuille de Marathon, la rendit à Janice Jauplin. Finalement, l’épreuve s’était passée mieux qu’elle ne le pensait, même si la qualité de son devoir laissait à désirer. Bah. Au moins, c’était fait, et on ne l’embêterait plus pour ça !
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Marathon Scientifique #2 [24/05/2014]   
Marathon Scientifique #2 [24/05/2014]
Page 1 sur 1
Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers:  
Outils de modération :