[COURS.03 Cuisine] Il n'y a plus aucun poil ? Sûre ?
Gwenn Emmings
Gwenn Emmings
Région d'origine : Kanto
Âge : 17 ans
Niveau : 26
Jetons : 3074
Points d'Expériences : 653
Scientifique Mécano
Sujet: [COURS.03 Cuisine] Il n'y a plus aucun poil ? Sûre ?   Ven 24 Oct - 21:27
Traversant les serres et leur parterre boueux, je prêtais particulièrement attention aux endroits où je posais mes pieds. D'un côté, j'étais bien heureuse de ne pas avoir enfilé mes vieilles baskets trouées. Rien qu'avec le peu de route que j'avais parcouru, je me serais déjà retrouvée avec mes chaussettes trempées. Mais de l'autre, la hauteur de mes semelles n'était pas vraiment idéales pour marcher sur un sol comme sur lequel j'étais en train de marcher.
Le point positif, était que cette journée parsemée de cours spécialisés m'avait permis de faire la grasse matinée. Chell me suivait, lévitant gaiement, heureuse d'avoir pu échapper à l'emprise d'Opale, ma Chinchidou. En effet, cette dernière s'était empressée de retourner dans sa Pokéball, après avoir observer le terrain si sale vers lequel nous nous étions dirigés. Déjà que ce matin, son écharpe blanche immaculé que je lui avais acheté avait miraculeusement disparu dans les méandres de ma chambre, ce n'était décidément pas son jour. J'espérai quand même qu'elle saura se montrer de meilleure humeur pendant le cours. Car si j'avais à me retrouver avec une boule de poils grincheuse au pas possible, je n'étais pas vraiment certaine que je pourrai me concentrer comme il faudra.
Un curieux rassemblement faisait face à un grand hangar. Intriguée, je me rapprochai. S'était-il passé un quelconque problème ? Avec Melty, au fond, ça ne serait presque pas étonnant.

Il ne s'était rien passé de grave. En revanche, les explications qui étaient en train de se dérouler sous nos yeux étaient un peu plus... Inquiétants. Bougeant des doigts nerveusement devant la professeure qui brandissait un couteau de cuisine avec des airs de faucheuse, je jetais en même temps des regards furtifs autour de moi pour tenter de repérer quelques têtes familières. Hmm, n'était-ce pas Calliope, un peu plus loin ? Une jeune rousse qui logeait dans le même dortoir que moi, non ? Mes yeux parcoururent les surfaces de travail où s'étalaient nombre ustensiles. Finalement, la voie de l'adulte se tût. Les groupes se formèrent rapidement, et je me dirigeai, moi aussi, vers un plan qui était encore libre.
Relevant le couvercle de la petite boîte métallique posé devant la table, j'ouvris grand la bouche en y découvrant, en plus des baies Nanab et d'une brique de lait, des espèces de... créatures asséchées et non-identifié. Au moins, elles ne semblaient plus pouvoir bouger. Entassées dans un bocal en verre, j'eus soudainement l'impression, en l'espace de quelques secondes, d'être tombée dans la cuisine d'une sorcière. Je lus finalement sur le couvercle du récipient. Un sourire forcé se dessina sur mon visage. Sur la petite surface, ronde et lisse, était marqué, très clairement, noir sur blanc « Mimigals séchées bio ». Je pus également lire que le lait provenait de Cabriolaine. Pas très commun, non ? Enfin bon. Ça commençait bien. Très bien même. Très très tr-... On sait jamais, l'auto-persuasion peut faire des miracles parfois.
Une jeune fille s'était approchée de moi, entre-temps. Ses couettes sombres, nouées symétriquement, lui donnait un air adorable, tout comme sa bouille ronde. Elle devait faire quelques centimètres de moins que moi, mes chaussures du jour m'empêchant d'estimer cela précisément, et me paraissait plus jeune. Ses grand yeux, d'une couleur rouge, virant légèrement au rose, pétillaient d'entrain. Enfin, c'est ce que je pensais. Je ne crois pas l'avoir déjà croisé non plus. Ni durant les cours, ni en dehors de ces derniers. Je lui adressai un sourire et me présentai :

« Coucou, je m'appelle Gwenn. »

Et toi ? Je n'avais pas vraiment jugé nécessaire de rajouter cette question, néanmoins, si je me recevais un gros vent en retour, ça n'allait pas le faire. Je détournai mon regard vers ce qui était apparemment des Mimigals séchées. Bon sang, ça ne m'inspirait pas confiance. Si un jour on m'avait dit que je devrai cuisiner avec ça, je ne l'aurais pas cru...

Boîte choisie : A - Mimigales séchées, Baies Nabab & Lait de Cabriolaine.
Invité
Anonymous
Invité
Sujet: Re: [COURS.03 Cuisine] Il n'y a plus aucun poil ? Sûre ?   Mar 28 Oct - 1:18
Et voila, les Cours Spécialisés. La liste a été publiée et affichée sur les panneaux dans le hall d'entrée de l'académie. J'ai le choix. Quatre cursus différents, quatre expériences différentes. Pourtant, je n'ai pas envie de faire ces cours, mais pas du tout. Mais je suis obligée, je n'ai pas le choix, il m'en faut choisir au moins un. Enfin, le choix est déjà fait. J'ai du mal à communiquer avec les gens, mais il y a une seule personne que je n'ai pas réussi à rejeter : Melty Potts. Son comportement et ses habitudes me laissent perplexe, mais elle est gentille, je le sais. Les autres professeurs me font peur honnêtement, même si beaucoup pensent que Miss Potts est un danger public sur pattes. Je ne serai pas en terre inconnue.

Bon, allons-y. Comme la plupart des autres élèves, je me dirige vers le fameux hangar où le cours aura lieu. Je traine le pas, marche lentement, histoire de laisser tout ce petit monde passer devant moi, me faisant toute petite dans cette foule. Non, je n'ai pas de problème à rester dans un groupe ! Non ! C'est faux ! Je secoue la tête en espérant que les autres ne me prennent pas pour une folle, qu'ils ne pensent pas que je parle toute seule. Ah, ça y est, je craque ! Baba ! Où es-tu ?!

On finit par arriver à destination, où de longues tables sont disposées de manière à permettre plusieurs élèves de se disposer autour de celles-ci. Je me range dans un coin plutôt éloigné, mais assez proche pour entendre la voix aiguë de notre référente. Alors qu'elle explique le pourquoi du comment on se trouve ici, mes yeux se promènent sur les boites ornant chacune des tables. Les étiquettes semblent inquiétantes, mais alors que je tente de lire d'un peu plus près, un couteau vole dans ma direction, effleurant mon visage pour échouer au sol, derrière moi. Quelques clignements d'yeux plus tard - une centaine - je tourne ma tête vers la personne qui a laissé échapper cette arme improvisée des mains, et ce n'est nulle autre que Melty. Elle. Est. Totalement. Dangereuse.

L'heure de faire les groupes a sonné. La fille assise à côté de moi me salue, avec un grand sourire, une voix mignonne et de grands yeux posés sur moi. Q... Q... Que dois-je faire ?! Instinctivement, je me retourne pour regarder mes jambes, les joues rosies par la gê... par la chaleur ! Oui, il fait chaud ici ! Je n'ose pas voir sa réaction, je n'ose pas prononcer le moindre mot, mais je jette des petits coups d’œil aux mains de ma voisine qui entament l'ouverture de la première boite. Je me sens ridicule, je me tortille les doigts, je mords mes lèvres, j'ai rejeté la seule fille de mon âge qui m'a parlé depuis un moment déjà. Ma conscience torturée par la culpabilité, je fais un effort pour laisser sortir ma voix.

-"Cé... Cé... Cé... Cécile..."

Ouah... J'espère qu'elle m'a entendu, je ne sais pas si je pourrai répéter cet exploit. Bon, bon, bon, bon. Il est temps de commencer à réfléchir à ce que l'on va préparer. Je n'ai jamais cuisiné de ma vie, Grand-Père ne me laissait jamais faire, et une nounou s'occupait de moi avant lui. Mais ma curiosité m'oblige à regarder discrètement la dénommée Gween, car une question me hante l'esprit : quel plat préparer avec des araignées ? Franchement ! Je n'arrive pas à imaginer le tableau. Quelle idée.

Je n'ai pas fait avancer des masses ce tour-ci, il faudra d'abord briser la timidité de la petite Cécile. x)
Gwenn Emmings
Gwenn Emmings
Région d'origine : Kanto
Âge : 17 ans
Niveau : 26
Jetons : 3074
Points d'Expériences : 653
Scientifique Mécano
Sujet: Re: [COURS.03 Cuisine] Il n'y a plus aucun poil ? Sûre ?   Jeu 30 Oct - 0:01
Est-ce qu'elle... Rougissait ? Avais-je fait quelque chose de mal ? Peut-être avais-je quelque chose dans les cheveux où sur le visage. Mais... Pourquoi ? Elle s'était retournée, me faisant dos et me laissant plantée devant elle, sans savoir quoi faire. J'avais l'impression que la tension venait de grimper de plusieurs degré. Voulant détendre l'atmosphère, j'entrouvris les lèvres. Mais ne trouvant rien à dire, je me contentai de me passer la langue sur mes dents avant de fermer la bouche. Ah côté, les autres élèves semblaient s'être mis à réfléchir sur le menue qu'ils concocteront. Nous étions les seules à être en train de... Rien faire. Qu'allaient penser les gens qui nous observeront ? Que j'ai proposé un viole à ma partenaire ? Hum hum. La situation était gênante. Je me passai une main dans les cheveux pour passer une mèche devant mon oreille. Finalement, après quelques secondes de silence, ne sachant toujours pas quoi faire, je me tournai vers la boîte et me perdit quelques instants dans mes pensées, le temps de se donner une idée de quoi faire.

Le petit bocal transparent ne m'inspirait pas confiance. Autant son emballage que son contenu. Alors qu'à l'intérieur s'entremêlaient des bizarreries poilues, le récipient ressemblait à un ancien pot de confiture ou de cornichons, ayant déjà servis à plusieurs reprises. Le verre était parsemé de griffure douteuse, et on pouvait voir qu'il avait perdu son éclat à cause de ses nombreux lavages sûrement. Osant finalement le saisir, je le faisais tourner lentement entre mes doigts, observant la masse informe qu'il contenait.
Jaunâtre et terne. Ce que je devinai comme étant le « tronc » des Mimigales avait une peau fripée. Si on oubliait les quelques mots écrits en majuscule sur le couvercle et omettait les fils recouverts de poils, on pourrait presque penser à des abricots séchés.
Un doux chuchotement me sembla me parvenir, me tirant hors de mes réflexions. Était-ce une impression ? Ou bien n'était-ce pas adressé à moi ? Me retournant, je jetai un regard circulaire autour de moi. Rien. Et ma partenaire, enfin, si la jeune fille l'était bien, n'avait pas bougé d'un pouce.
Puis je me rappelai de ce que je tenais dans mes mains. Jetant un rapide regard vers les arachnides avec lesquels nous devrons cuisiner, j'eus soudain l'impression que quelque chose avait bougé. Surprise, et effroi. Mes doigts relâchèrent la pression qu'ils effectuaient sur les parois vitrées. Le bocal tomba au sol. Je devais le rattraper. Cependant, je n'eus pas le réflexe de le faire. Seulement le penser. Et le récipient se heurta au sol. Le verre se brisa. Les fragments, jusqu'aux plus petites particules, se rependirent par terre. Le son fut heureusement légèrement étouffé par le tintamarres que provoquaient les matériels dont les élèves les plus rapides avaient commencé à user. On était déjà en retard, et je venais de nous retarder encore plus. Mais en même temps, si l'autre miss à couettes se bougeait un peu, on n'en serait pas là. Ceci dit, je voyais bien que ce n'était pas le moment de la déranger, ni de rejeter la faute sur elle. Nerveusement, je vérifiai autour de nous. Quelques étudiants avaient posé leur regard sur nous.

Mes yeux se baissèrent à nouveau sur les Mimigales au sol. Inertes. Il allait falloir que je trouve un balais pour arranger tout ça. Au moins, « l'ingrédient », si on pouvait l'appeler ainsi, était toujours utilisable. Espérons juste qu'aucune particule de verre ne tombera dans notre futur plat pour blesser son dégustateur. Enfin, s'il y en aura qui oseront y goûter. Car ça ne donnait pas vraiment envie, de savoir qu'un insecte se trouve à l'intérieur. Puis soudain, j'eus vraiment l'impression que quelque chose avait bougé. J'étouffai un cri et reculai d'un pas. Avant de remarquer que ce n'était qu'une fourmi. « Qu'une fourmi »... Attendez, qu'est-ce que ça foutait là-dedans, ça ?! Enfin bref, la question du moment était plutôt de réussir à extraire les araignées des morceaux de verre et de déblayer le sol. Melty, qui ne semblait n'avoir rien remarquer, observait avec intérêt le groupe d'élève à l'opposé de nous, en train de couper Dieu sait quoi.
J'enjambai la zone de danger et tapotai sur l'épaule de ma partenaire.

« Hum, tu saurais où se trouve les balais ? D'ailleurs, pour les Mimigales, au pire, on peut en faire une bouillis pour faire genre, ni vu ni connu, et ne pas se ramener avec un truc trop dégueulasse. »

Juste qu'il ne faudra pas compter sur moi pour goûter. Ça sentait l'assaisonnement hasardeuse si on décidait de continuer sur cette voie. Encore faut-il qu'elle me réponde.
Invité
Anonymous
Invité
Sujet: Re: [COURS.03 Cuisine] Il n'y a plus aucun poil ? Sûre ?   Ven 7 Nov - 8:12
Regarder la miss manipuler le bocal ne me dit rien qui vaille. Je ne sais pas pourquoi, mais tous les cheveux de ma tête se hérissent à l'idée de devoir cuisiner ces araignées. Fort heureusement, elles ne représentent pas les seuls ingrédients de notre future mixture probablement immangeable. Cette fille n'a pas de chance. Mais oui, avoir à assaisonner ou écraser ou broyer ou couper ou émincer ces créatures en compagnie d'une asociale comme moi, Arceus doit avoir une dent contre elle. J'aurai pourtant bien laissé ma place à quelqu'un d'autre, mais il est trop tard pour faire marche arrière. Pas le choix, il faut se lancer.

Mais si les divinités Pokémons s'acharnent sur cette fille, on peut dire qu'ils m'aiment bien. La seule chose qui pouvait m'empêcher de toucher à cette horreur en bocal, c'était un accident. Et il a eu lieu. Yes ! Enfin, hum, mince ! Les Mimigal ! Le désordre provoqué par la chute du bocal n'a alerté personne, il faut dire que toutes ces pipelettes et ces élèves déterminés se donnaient du mal pour faire un boucan pas possible. Bon, ce n'est peut-être pas ce que j'espérais, puisque de toute façon il nous fallait ramasser notre sujet de cours. Pas le choix, je vais - ... Je... Urgh... Non, je ne peux pas regarder ça. Tous ces cadavres de Mimigal disposés au sol, mélangés à du verre, je me sens mal tout d'un coup. Par pur dégoût, je me retourne vers ma partenaire, afin de penser à autre chose. Oh Arceus ! C'est ignoble ! L'odeur particulière ne m'aide pas à aller mieux, allant jusqu'à me faire poser une main sur mon buste. Non, je ne peux pas... OUAH ! J'étouffe un cri de frayeur quand la dite Gwenn pose sa main sur mon épaule. Quelle sadique ! Elle veut que je meure c'est ça !

Ah. Voila. Le coup de grâce. Mon esprit s'évade, ma vue se brume, ma tête tourne. Sont-ce des étoiles ? Que sont ces bruits ? On essaie de me parler ? Le seul mot que j'ai pu entendre et retenir est "bouillis". Ah. L'élément déclencheur. Je me sens un peu mieux, essoufflée cela dit. Je peux de nouveau voir, de nouveau sentir, mais la première chose qui est entrée dans mon champ de vision ne m'a pas enchanté. Une substance indescriptible git sur nos ingrédients exotiques. Que s'est-il passé ? C'est... moi qui ai fait ça ? Oh non, non non non ! Pas devant toute la classe. Embarrassée, effrayée, je cours jusqu'à l'extérieur du bâtiment en direction des toilettes les plus proches. Ow...

Plusieurs minutes après, je reviens dans l'enceinte de la salle, la tête basse, marchant tout droit vers le Professeur Pots. Je m'excuse avec une toute petite voix, avant de retourner à ma place, vers ma partenaire. Je m'excuse aussi auprès d'elle, les larmes commençant à me monter aux yeux. Un nouveau bocal nous est assigné, et malheureusement de la même contenance. Un soupir expiré, un sanglot inspiré, il nous faut avancer.

-"On... On pourrait faire de la gelée... glacée... en dessert..."

De la gelée de Mimigal. Original, oui. Le processus m'est totalement inconnu cela dit. Cela dit, cela dit, faut que j'arrête avec ça. A t-on droit à des livres de recette ? Ah mais, suis-je bête. Les iPok ! Ces téléphones mini-navigateurs sont plus utiles que je ne le pensais. Je le sors assez rapidement, cherchant véhément des recettes possibles pour nos ingrédients. Alors, Mimigal sêchées, Baies Nanab et Lait de Cabriolaine. Mes yeux défilent sur la liste plutôt suspecte de l'appareil, on aurait dit que les titres sortaient tout droit de la tête de Melty ! "Béchamel de Statitik", "Soupe de Tentacool aux feuilles de Rosélia", urgh. Au final, une recette m'a tapé dans l’œil, et je montre timidement le document à ma partenaire, sans la regarder dans les yeux. Il était écrit "Baies Nanab' et ses viandes". Un plat de Nanab' cuites avec un accompagnent, on peut utiliser ça et garder les Mimigal pour le dessert. Mais qu'en pensait Gwenn ? Je lève quand même les yeux vers elle pour connaitre sa réaction.

Si jamais quelque chose dérange, n'hésite pas à me le dire.
Gwenn Emmings
Gwenn Emmings
Région d'origine : Kanto
Âge : 17 ans
Niveau : 26
Jetons : 3074
Points d'Expériences : 653
Scientifique Mécano
Sujet: Re: [COURS.03 Cuisine] Il n'y a plus aucun poil ? Sûre ?   Sam 8 Nov - 23:54
Elle me paraissait un peu pâle. Ou bien me faisais-je des idées ? Une drôle d'odeur commençait à se faire sentir. Et la seconde suivant laquelle où je m'étais fait cette réflexion, la jeune fille se pencha brusquement en avant, laissant s'échapper une substance visqueuse et non-identifiée de ses lèvres. Ouais, enfin, elle a vomi, quoi. En toute délicatesse. J'eus l'excellente réaction de reculer à temps pour m'éviter de m'en recevoir sur moi, et désormais, je fixai la masse informe, recouvrant les cadavres d'arachnides éparpillés au sol et mélangés à des fragments de verre tranchants. Wow, moi qui pensait avoir tout foutu en l'air...
Ma partenaire s'en alla en courant, quittant la salle après avoir repris plus ou moins repris ses esprits. Je la suivis du regard. Chouette, alors comme ça cette gamine à l'âme sensible me laissait en plan, après avoir foutu de la merde ? Non, mais sérieusement ? Je fais quoi, maintenant, moi ? Mes pupilles firent plusieurs fois des allers-retours entre la professeure, qui observait le travail des autres groupes, et nos Mimigales au coulis de vomis. Ah... J'espérai qu'elle passera rapidement vers moi histoire que je lui demande un peu d'aide. Mais avant, il allait falloir que je trouve un ba-... Nan, à ce degré là, un balais ça va juste servir à rien. À côté de moi, Opale semblait ne pas avoir bougé d'un pouce depuis le début. Paralysée, elle fixait encore le désordre que moi et ma coéquipière venaient de répandre au sol. Je passai ma main autour de son coup.

« Opale ? Tu saurais où je pourrais trouver un balais ? ... Euh, non, je parle pas de ta queue, ne t'en fais pas. »

C'est... Bizarre, dis comme ça. Hem hem. Quoiqu'il en soit, vous savez, l'instinct des femmes de ménage, des maniaques de la propreté, et donc des Chinchidoux, tout ça tout ça... Sans plus attendre la boule de poils renifla. Jetant des regards furtifs autour d'elle, elle finit par s'élancer derrière un groupe d'élève, traversant une moitié de la salle. La suivant, je remarquai qu''il y avait un placard. Ah, bien vu. Alors que la chinchilla me montrait le meuble métallique de la patte, je l'ouvris. Bingo ! Des balais, des balayettes, des produits de ménage, et j'en passe. M'emparant de ce dont j'en avais besoin après avoir jeté des regards gênés autour de moi, je m'apprêtais à retourner de la par où j'étais venue, quand...

« Eh, toi ! Pourquoi as-tu besoin d'un balais ?
- Euh... Disons q-qu'il y a eu un léger... 'Fin, petit accident.... Et que... »


... En faite, c'est vraiment pas un balais qu'il me faut, mais plutôt un chiffon, non ? Après avoir redirigée la référente des Mentalis vers notre, enfin, mon, maintenant, plan de travail, elle comprit rapidement la situation. Me fournissant le nécessaire pour le ménage, elle se précipita ensuite, toute excitée, Dieu sait où. Oui, ma partenaire... Ah oui, c'est ça, Cécile ! Euh, est allée aux toilettes. J'espérais d'ailleurs que ce soit effectivement le cas. Avec l'aide de ma Chinchidou qui se révéla – pour une fois – plus qu'utile, nous nettoyâmes le plancher en un rien de temps, la petite bestiole sachant parfaitement comment s'y prendre. D'ailleurs, pour la même raison, ma chambre était plus ou moins rangée, dernièrement. Enfin bon, là n'est pas la question.
Un bruit sec me fit sursauter. Melty venait de poser brusquement un second bocal de Mimigales séchées, qui me semblait encore plus grand et rempli que le précédent. Voilà ! Vous avez de quoi faire, maintenant ! Prenez-en grand soin, ou vous aurez un zéro, cette fois-ci ! Ah ah ah...

Entre-temps, ma partenaire, « Cécile », apparemment, était revenue dans la salle. Je l'observai du coin de l'oeil parler avec madame Potts, avant de se diriger d'un pas sinistre vers moi. Elle s'excusa. C'était une bonne chose. Ceci dit, les larmes qui semblaient lui perler aux coins des yeux avaient tendance à me mettre mal à l'aise. J'avais l'impression que c'était moi qui avait mal fait quelque chose. Mais quoi ? Aurais-je dû la rattraper quand elle s'est enfuit ? Mes pupilles se baladèrent autour de moi.

« T’en fais pas. »

Même si on a rien foutu, du coup, pendant ce premier quart d'heure... La jeune Mentali proposa alors ensuite de la gelée de Mimigale. Ouais, c'était la manière la plus facile pour rendre ces arachnides assez présentable. Dans ma tête, je visualisai déjà ce dont on aurait besoin. Le mixeur, une bonne dose de sucre pour masquer le goût de l'ingrédient suspect, et surtout de la gélatine. On aura donc du coup aussi besoin du frigo, et la gélification demandera du temps, ce qui veut dire qu'il faut qu'on se dépêche, pour faire ça.
Cécile cherchait sur son iPok. Pas bête. Peu après, elle me proposa d'utiliser les baies Nanab dans le plat de consistance. Mmmh, pourquoi pas. Une sauce dans le genre, un peu aigre-douce ? Et ça reviendrait à dire qu'on utilisera le lait de Cabriolaine pour l'entrée ? Ou bien plutôt pour la sauce du plat principale ?

« Mmh, oui, pourquoi pas. ... ... Du coup, le plat principale serait sucré, aussi ? Avec les baies Nanab, on pourrait aussi faire une sauce, peut-être, et pourquoi pas inclure aussi le lait de Cabriolaine dedans du coup. À moins de le garder pour l'entrée, où on pourrait faire un quiche simple ou bien un cake salé. Ou les deux. Enfin, après, tout le reste sera sucré, tu penses que ça va plutôt équilibrer ou faire trop... Intrus ? »

Ma coéquipière était cependant bien silencieuse. Était-ce parce qu'elle préfère travailler dans le calme ? Serais-je en train de la déranger ? D'ailleurs, la gelée...

« Euh, attends, juste... Chell, tu pourrais aller me chercher de la gélatine ? Merci beaucoup ! Hum, je disais donc, Cécile, que, euh... Peut-être... Je vaais. Ouais, je vais déjà commencer la gelée, car il lui faudra un certain temps, dans le frigo. Mais continue, je t'écoute. »

Aussitôt, je m'accroupis pour fouiller dans les placards. Le sucre était posé derrière moi, ça, c'était fait. Maintenant, il me fallait des gants, des saladiers, des ramequins ou des moules et un mixeur.
Invité
Anonymous
Invité
Sujet: Re: [COURS.03 Cuisine] Il n'y a plus aucun poil ? Sûre ?   Jeu 13 Nov - 19:41
Une pluie de questions ! Euh, attends, deux secondes ! Rah ! Pourquoi les touches de ce bidule ne marchent pas quand on veut ? Peut-être que le fait que mes doigts tremblent n'aide pas la situation. Ok, ok, il est temps de me recentrer un peu. Sous vos applaudissements, voici Baba ! L'apparition du petit Pokémon sur la table ne choque personne. Après tout, on est dans une école Pokémon. D'ailleurs, ces plats ne sont pas pour eux, ça m'étonne un peu. Un simple coup d’œil autour de nous suffit au Ptitard pour qu'il se mette à soupirer avant de me fixer. Un petit bond et la minute qui suit je me prends une tarte dans la tronche - la queue du Ptitard. Quelle honte, se faire frapper par ses Pokémons devant toute la classe. Dans tous les cas, j'ai repris mes esprits.

Je me contente de hocher la tête pour acquiescer... acquiescer à quoi se demanderait ma partenaire ? Car avec toutes ces questions, un seul hochement de tête - comme plusieurs - ne l'avance pas des masses. Dans un souci de clarté de la situation, je lui montre mon pouce levé, en lâchant un "Je m'en occupe" aussi audible qu'un murmure de Statitik. Laisser le dessert à Gwenn et entamer le plat principal, bon, allons-y.

Alors, par quoi commencer ? Les Baies Nanab. Ces baies rosées aux bases jaunâtres sont amères, avec un arrière-goût sucré, donc Gwenn avait vu juste, le plat serait principalement sucré. J'arrache une baie de la grappe et me met à l'éplucher, un bon début je dirais. Puis je la coupe en plusieurs morceaux. Pourquoi faire ? Je ne sais pas vraiment, mais peut-être que c'est mieux coupé. Je verse les morceaux dans un grand bol, avant de les écraser entièrement. Oh, j'ai vraiment l'impression de faire de la cuisine maintenant !! Et si je verse le tout dans la casserole pour les mettre sur le feu ? Il y a toujours une partie où on met le plat sur le feu ! Je remue, je remue, mais tout ça me semble très sec, il faudrait sans doute mettre quelque chose de liquide dedans, mais quoi ? Ah mais oui ! Le Lait de Cabriolaine !! Je continue de remuer avant de verser un peu de lait dans la casserole. Un peu de sel, un peu de beurre, les seuls ingrédients à portée de ma main, et je continue de remuer. Ça forme une sorte de pâte rose, granulée de petites bulles de Nanab. J'éteins le feu, ça m'a l'air cuit, alors je ferme le couvercle. Ben dis donc, c'était plus simple que je le pensais. Fière de moi, je jette des coups d’œil vers mon associée, pour voir comment elle s'en sort. Je vais la faire goûter tiens ! Je prends une cuillère et la remplit de ma mixture, avant de la lui tendre. Le tout avait été fait en à peine vingt minutes.

-"Dis, dis, tu peux goûter ?"

Mes joues éclairées par mon excitation trahissaient ma timidité exprimée jusqu'à présent. Prise de court par mon propre comportement, je tourne les yeux ailleurs que sur Gwenn et commence à bouger mes lèvres, même si je ne veux pas parler !

-"Ce... Ce... C'est juste pour voir si je dois tout recommencer hein ! Je n'ai pas pris plaisir à faire ça hein ! Hmpf !"

Pourquoi a t-il fallu que je sorte ces mots ? Ce n'est pas du tout ce que je pense, et mon Ptitard soupire à nouveau à l'idée d'une situation plus compliquée qu'elle ne le devrait. Non, Gwenn, ne me déteste pas s'il te plait !

Comme avant, si jamais quelque chose cloche !
Gwenn Emmings
Gwenn Emmings
Région d'origine : Kanto
Âge : 17 ans
Niveau : 26
Jetons : 3074
Points d'Expériences : 653
Scientifique Mécano
Sujet: Re: [COURS.03 Cuisine] Il n'y a plus aucun poil ? Sûre ?   Ven 14 Nov - 0:28
Euh, on m'explique pourquoi ma coéquipière s'est retrouvée avec une trace rouge sur la joue, entre-temps ? Maltrait-... Enfin bref. Chell était revenue, le petit paquet de feuilles de gélatine lévitant derrière elle. Bien. Je me remontai les manches. Cécile m'avait répondu qu'elle s'en occupait, mais la question était, de quoi ? Néanmoins, je la laissai aux fourneaux. Réfléchissant à ce que je pourrais ajouter à la gelée pour que ça soit un peu plus appétissant, je mis déjà sur la table un grand paquet de sucre. Je fouillai ensuite dans les tiroirs pour trouver une fourchette et un couteau, de quoi me laisse manier en toute sécurité les Mimigales. J'en sortis trois avec la plus grande précaution du monde pour les placer dans un grand saladier.
Je voulais faire les infuser, pour qu'il ait un goût minimum qui soit minimum mangeable. Mais avec quoi ? J'hésitai un long moment. Verse-je simplement de l'eau avec du sucre, ou bien fais je un semblant de sirop avant ? Finalement, j'optai pour les deux. Remplissant le récipient d'eau avant d'y verser une bonne part de sucre, je sortis ensuite une casserole dans lequel je fis la même chose. Je jetai un oeil à ce que faisais ma coéquipière. N'osant pas trop la déranger, par peur que je doute de ses capacités, je la laissai dans son oeuvre, et me dirigeai vers le réfrigérateur. Mmm... Des fruits, plutôt ? Ouvrant la porte, me recevant par la même occasion une gifle d'air froid qui me fit comprendre que le hangar était mieux chauffé qu'il en avait l'air, je constatai avec, ô, joie qu'il ne restait au niveau des fruits, plus que quelques pommes, des citrons lime, une demie noix-de-coco et deux groseilles. Je ne réfléchis pas plus de deux secondes. Je pris quelques citrons et quelques pommes vertes. Puis basta.

Le sirop était prêt. Je le versai dans le saladier. Ouip, je n'ai jamais fait de jelly, ni cuisiné de Mimigales séchés. Du coup, je teste. Le feeling, c'est bien. Enfin, parfois. Durant le laps de temps où j'attendis que tout ça s'infuse, je me dépêchai de couper un fruit de chaque en deux et, brandissant une petite cuillère, je les vidai de leur chair que je réservai dans un bol à côté. Bien bien... J'examinai les arachnides. Mouais, ça devrait aller. Gardant un pour la décoration, oui, la déco, je foutus tout le reste dans un second saladier sec avec ce que j'avais récupéré de la pomme. Maintenant, il me fallait un mixeur. Il me semblait l'avoir vu quelque part tout à l'heure... Vite, vite, le temps pressait. Je mis rapidement la main dessus. Et c'est parti ! Un vrombissement retentit alors que les dernières pattes poilues et desséchées disparaissaient dans une bouilli informe et à la couleur suspect. Mais au moins, c'était un minimum présentable. Je déplaçai ensuite la fameuse bouilli dans la casserole m'ayant précédemment servie pour faire le sirop. Eau, encore du sucre, et voilà ! Maintenant, il ne restait plus qu'à croiser les doigts pour que ce soit fait assez rapidement.
Je tapotais mes doigts sur le rebord de la surface de travail, nerveuse, quand soudain, une cuillère apparut devant moi. Une mixture rosâtre se trouvait devant mes yeux. Hummm...

« Dis, dis, tu peux goûter ? »

Elle était... Excitée et joyeuse. Rien à voir avec la statue muette de tout à l'heure. Je m'apprêtais à goûter ce qu'elle me proposait quand elle sortit une seconde tirade. Haussant un sourcil, j'avalai néanmoins sa pâte rose. Mmm, c'était étonnamment très bon.

« De toute façon, on aura pas le temps de refaire. C'est de la cuisine à la one again. Il y aura encore le dressage à faire. Enfin... Si tu penses que c'est... Nécessaire... »

J'accordais une importance particulière à la mise en forme. Les idées fusaient d'ailleurs déjà, dans ma tête. En revanche, il me semblait que j'avais pris un peu trop de fruit. Les fixant, je finis par saisir une pomme et l'éplucher. Déco, aussi. Une fois ceci fait, je la coupai en dès après l'avoir vidé de son centre. Puis je mis enfin à tremper les feuilles de gélatines dans de l'eau froide. Le nombre ? Aucune idée. Je dus en prendre quatre ou cinq, sûrement. Enfin, qu'importe. Je dirigeai mon attention vers ma partenaire, en attendant, quand soudain, j'entendis de l'eau couler. Euh ? Ah, nan, rien. Juste Opale qui ne supportait apparemment plus de voir toutes les épluchures et les récipients sales. Bah, si elle veut s'improviser plongeuse... Cependant, elle réclama rapidement l'aide de Chell. Et pendant que je leur tournais le dos, concentrée à verser du zeste de limettes dans ma mixture après y avoir inclue la gélatine, de la mousse commença soudainement à déborder de l'évier. Me retournant, je sursautai d'horreur.

« Non, m-mais... NON. Mais qu'est-ce que vous avez foutu ? Mes yeux se posèrent sur la bouteille de produit lessive errant sur le sol. Je-... »

Je me résignai à dire quoique ce soit. À la place, je m'empressai de fermer le robinet. Si ça continuait, même l'eau allait déborder. Ah, tiens, qu'est-ce que je disais ?
Invité
Anonymous
Invité
Sujet: Re: [COURS.03 Cuisine] Il n'y a plus aucun poil ? Sûre ?   Dim 16 Nov - 10:15
Hmpf ! La réponse de ma coéquipière ne me satisfait pas le moins du monde ! Dis juste que ce n'est pas bon ! Hmpf ! HMPF ! Dans tous les cas, je dépose à nouveau l'assiette sur la table avec un air contrit. Mon plat est prêt. De la décoration ? Elle veut que je mette de la décoration hein, alors je vais lui en donner. Mes yeux parcourent rapidement l'étendue de la table pour m'apercevoir qu'il ne reste que ces quelques horrifiants cadavres de Mimigal. Plus le temps de tergiverser ! Mes petites mimines attrapent un de ces corps inertes pour lui arracher les pattes une à une, afin de les disposer autour de l'assiette. Oh, pas mal. J'ajoute la tête de l'araignée pour terminer mon œuvre, et voila, un Mimigal reconstitué ! Mon... ! Mon quoi ? Un petit coup d’œil à mon iPok m'indique que ce que je viens de cuisiner s'appelle une purée. Hum, soit. Purée Mimigal de Baies Nanab' au Lait de Cabriolaine ! Ça sonne bien étonnamment. Une bonne de chose faite ! - oui, la faute est volontaire.

Le plat principal paré, le dessert en cours de fabrique, il ne reste que l'entrée à préparer. Je me débrouille mieux que je ne l'aurai pu imaginer. Mon esprit carburant à 200 à l'heure, je ne remarque pas tout de suite la catastrophe qui est sur le point de se produire. Une odeur agréable rappelant les plaines fraiches du Bourg-Palette me force quand même à tourner la tête, pour constater le nuage de bulles qui venait de se former à côté de moi. Mais que s'est-il passé ? J'ai l'impression que notre malchance ne fait que commencer. Heureusement, Gwenn a eu le temps de fermer le robinet, mais l'eau déborde malgré tout. Ce sol est voué à voir du liquide aujourd'hui, j'vous le dis. Et puis d'abord, qu'est-ce qu'un pot de lessive fait ici dans la cuisine ?! Je n'ai pas le temps de réagir qu'un éclair lumineux surgit de ma ceinture, pour finir entre la Givrali et moi.

-"Brioche ! Non !!"

Trop tard. Enfin, presque. Dans un réflexe Ninjaskien, je soulève ma purée le plus haut possible avant que le Couafarel ne tente de sauter dans l'évier. "Tente", oui. Car avant même qu'il ne puisse atterrir dans son paradis de bulles, mon Ptitard se retrouvait déjà dans les airs pour lui donner un coup de queue à la figure, le projetant au sol. Énervé, irrité, Baba me fixe moi puis mon autre ami avant de se mettre à tempêter tout seul. Mon plat mit à l'abri, je me dépêche de chercher un seau et une serpillière, en me faisant la plus discrète possible. Cet incident est moins pire que le précédent, puisque cette fois-ci on ne devait pas demander de nouveaux ingrédients à la référente des Mentali. Un regard tueur, une fixation meurtrière, je sais quand même que j'avais attiré son attention. Gloups. Retournant vite fait à ma place, je pose le seau en face de l'évier, avant d'entamer le transfert de matière. Le surplus de bulles finit dans le seau, sous le regard envieux de Brioche, qui n'osait pas plongé sa tête dedans, de peur de se manger une autre tarte. Il ne reste plus qu'à vider l'évier et nettoyer le sol, et le tour est joué. Fiou.

Revenons à nos moutons. L'entrée. Le nombre d'ingrédient que l'on peut utiliser est limité, et on a pratiquement déjà atteint cette limite. Alors il reste quoi ? Du Lait de Cabriolaine ? Urk, en entrée ça fait bizarre. Des Mimigal ? Mouais, faut voir. Il y avait quoi d'autre ? Les Baies Nanab. Hm. Bon, ben on recommence. Faisant l'apprentie sorcière, je tends mes bras au-dessus de la table, les yeux fermés, avant de jeter mon dévolu sur un récipient. Une casserole ! Ma casserole ! Tu veux à nouveau être utilisée ? Ok ! Je pose la casserole sur le feu, et me demande ce que je peux bien verser dedans. Du liquide, encore, allez, du Lait de Cabriolaine. Il ne faut pas que je refasse la même chose que tout à l'heure, alors je regarde le lait chauffer en réfléchissant. Je rajoute du sel, du beurre, encore, avant de me mettre à couper les Mimigal en petits morceaux. Je les verse au fur et à mesure dans la casserole, avant de faire pareil avec les Baies Nanab. Je mélange le tout pendant cinq bonnes minutes, avant d'éteindre le feu. Je verse le contenu dans plusieurs petits bols, pour ensuite les mettre sur des soucoupes. Mais avec la purée en plat principal et la gélatine, ça ne fait pas très consistant. Hm, ah ! Ma main fondit sur du pain que je coupe en petits cubes avant de les verser dans mes bols. Et voila !

-"Soupe de Lait de Cabriolaine aux Mimigal séchées et Baies Nanab, accompagnée de cubes de pain dur."

Ma locution ressemble presque à celle des grands chefs à la télévision, étant toute fière de moi. Il ne reste plus qu'à savoir si c'est bon. Alors que ma tête semble vouloir se diriger vers ma partenaire, je me rappelais de sa dernière critique. Non, je vais goûter moi-même cette fois-ci ! Je prends une cuillère et prends une bouchée pleine de pain, de baies et d'araignées, le tout en fronçant les sourcils. Hm ? Hm.. HM !! C'est... C'est un délice ! Comment ça peut être aussi bon ? Je sautille presque sur place, alors que la réalité me rattrape plus rapidement que prévu. L'horloge indique qu'il ne reste que peu de temps avant la fin du cours, il nous faut terminer, et vite !

Tu connais la musique ~
Gwenn Emmings
Gwenn Emmings
Région d'origine : Kanto
Âge : 17 ans
Niveau : 26
Jetons : 3074
Points d'Expériences : 653
Scientifique Mécano
Sujet: Re: [COURS.03 Cuisine] Il n'y a plus aucun poil ? Sûre ?   Lun 17 Nov - 1:35
Zut ! J'allais finir mouillée ! Alors que l'eau débordait de partout déjà, je m'empressai de reculer, marchant dans la flaque qui s'était formée un peu trop rapidement au sol. Je glissai et perdis l'équilibre. Jouant des bras, je parvins à me sauver d'une chute peu recommandable. Une nouvelle scène de crime venait d'être évitée de justesse grâce au courageux – ou impitoyable plutôt – Tê-... Tê- quoi déjà ? Enfin bref, le têtard bleu, puis basta. En effet, allez savoir pourquoi, mais le Couafarel de la Mentali semblait avoir voulu sauter dans l'évier. Pour ne rien arranger, quoi. Je jetai un sourire de remerciement au têtard. Sa maîtresse semblait d'ailleurs s'être déjà empressée de partir chercher de quoi nettoyer ce nouveau bordel. Et moi ? ... Je ferais mieux de me dépêcher pour la gelée, ou je ne vais jamais terminer à temps. D'ailleurs, ne serait-ce pas le cas ? NON. J'y arriverai. Et doonc, alors que Cécile jouait aux femmes de ménage, je m'empressai d'essuyer les plaques électriques qui, à cause de l'eau qui les avait inondées, crépitaient. Travaillant toujours dans cette marée, je versai enfin la mixture dans les fruits auxquels j'avais vidé leur chair un peu plus tôt. C'est-à-dire, une pomme et un citron vert. Ma « gelée », un peu plus opaque que je l'aurais voulu, ceci sûrement dû au fait que je n'ai pas pris la peine de filtrer le mélange dans mon empressement, avait prit un teint verdâtre avec le zeste que j'avais incorporé à l'intérieur. Bizarre, certes, mais avec la purée rose de ma coéquipière, c'était limite pas si choquant que ça. Il en va sans dire que la casserole ne se retrouva pas vide. Loin de là. C'est pas dans deux petits fruits que j'allais caser tout ce que j'avais cuisiné.

Je découpai ensuite quelques Mimigales sucrées que j'avais réservé, et en glissai un morceau dans chacun de mes ramequins bio. Oui, c'était à ce demander pourquoi j'avais sorti des en plastique. D'ailleurs, sur ces belles paroles, je vais ranger ces derniers dans les placards. Enfin bon. Ceci fait, je posai les coupoles de fruit sur une assiettes et les mit au frigo. Trouvant une feuille qui traînait sur une des tables, je me débrouillai ensuite pour dénicher un stylo. Écrivant mon prénom ainsi que celui de ma coéquipière sur un morceau de papier que je pliai ensuite en deux, je mis le petit panneau fait en express devant le dessert et retournai à notre poste. Maintenant, il fallait trouver quoi faire pour l'entrée.
La Mentali avait tout nettoyé à mon retour. Wow, bravo l'efficacité, en tout cas ! D'ailleurs, elle s'était remise aux fourneaux. Mon regard se posa ensuite sur sa purée. Une Mimigale était posé tout dessus. ... Ok. Qu'avait-elle voulu faire ? Je jetai un coup d'oeil à cette dernière, qui concentrée sur son nouveau plat ne me prêtait pas vraiment attention. Je n'osais pas vraiment la déranger. Et de toute manière, qu'aurais-je eu à lui dire ? Du coup, vu qu'il ne me restait à priori plus rien à faire, autant embellir un peu le plat... Un tout petit peu. Ressortant une assiette, je partis fouiller dans les placard une poche douille. La purée était-elle assez compact pour faire ce que j'avais en tête ? Tapotant du bout d'une fourchette la mixture rose, je constatai que non. Raah... M'appuyant sur la surface de travail, je réfléchissais à un moyen de contourner ça. Transformer tout ça en un mille-feuille salé ? Mais est-ce que ça ne ferait pas trop « entrée » ? D'ailleurs, une seule purée pour le plat de consistant, ça me paraissait pas assez consistant... Pourrais-je peut-être y ajouter de la viande ou des légumes ? Mais la purée était sucrée... Alors la viande devrait mieux passer. Après tout, c'est pour ça que les sauces aigre-douces existent. Laissant traîner la poche douille sur la table, je repartis vers le frigo sous les yeux de plusieurs élèves qui devaient sûrement se demander pourquoi une miss aux cheveux noires faisaient des allers-retours incessants depuis le début des cours. À cette pensée, j'accélérai mes pas.

Mmmh, côté viande, il restait de la viande hachée et des saucisses... Va pour le premier ! M'emparant du paquet en plastique, je retournai pour la énième fois vers notre espace de travail. Je sortis en vitesse un nouveau bol. Y versant dedans ma nouvelle acquisitions, je sortis aussi la farine ainsi que quelques herbes aromatiques et le sel. Un peu de ci, un peu de ça, je mélangeai ensuite... Zut, il m'aurait fallut des oeufs encore. Mais on se trouvait désormais à notre limite d'ingrédient. Mon regard parcouru la surface sur laquelle on cuisinait. Tant pis. Je pris un peu de la purée déjà prête pour servir de liaison. Espérons que ça fonctionnera quand même. La mixture que je pétrissais vira légèrement à une teinte plus chaude. Mouais. C'était pas trop dégueulasse à voir non plus. Je formai ensuite des boulettes que je roulai dans la farine. Ceci fait, je me dépêchai d'allumer un plaque et de sortir une énième casserole dans laquelle je fis chauffer de l'huile. Vite, le temps pressait... Alors que je sortis une assiette rectangulaire et longue, décidée à faire un dressage d'assiette digne de ce nom, mon cerveau listait les nouveaux matériels dont j'en aurai encore besoin. Retournant fouiller dans les placards, je ressortis victorieusement des brochettes en bois. Puis je mis les boulettes de viande sur le feu. Entre-temps, je me mis à couper une nouvelle pommes. Deux fines. Une grande, et une au diamètre bien plus petit. Je les posai sur l'assiette rectangulaire, l'une derrière l'autre, proche d'une extrémité. De ma spatule qui n'avait toujours pas quitté ma main droite, je remuai la viande dans la casserole.

La suite sera plus difficile. Est-ce que les poches douille valaient vraiment la peine d'être utilisées ? Baah, ne sait-on jamais. J'allumais aussi le four, à côté. Réchauffer le tout pourrait s'avérer utile, pour plus tard.
Remplissant une pochette de la purée, je tentai ensuite de faire des pyramides sur chacune des lamelle de pomme. Concentrée, je me mordais la lèvre inférieure. Le résultat n'était pas si mal. Ce n'était certes par au niveau de meringue qu'on pouvait voir dans les boutique de pâtisseries, mais ce n'était pas moche non plus. Ravie de moi, je remuai encore une fois la nourriture qui était au feu. Je jetait un regard à l'horloge. Hmm, encore deux minutes et je les sortirai.
J'ouvris l'emballage, sortant une brochette. Celle-ci attendit soigneusement sur le rebord du plan de travail pendant que j'étais retournée pour observer l'état de la gelée. Mouais... C'était avec un gros bof sur le visage que je les regardais. Puis enfin, revenue devant les fourneaux, je passai trois boulettes dans la pique en bois, éteignant la plaque par la même occasion. Puis enfin, je la posai sur l'assiette.
Hmm... Il manquait quelque chose. Sortant une petite cuillère à café, je me servis dans la purée et en déposai quelques points sur le porcelaine immaculé. Ça fera l'affaire. Et maintenant ? Le temps pressait. La gelée n'était toujours pas prête. Je tapotai sur le rebord de la table, nerveuse.
Les secondes s'écoulaient. J'avais mon regard fixé sur l'horloge. Finalement, quand je comptabilisai qu'il ne restait exactement plus que une minute et trente-quatre secondes, alors que je voyais déjà plusieurs menus disposés sur les tables, et quelques élèves profitant des derniers instants pour peaufiner le tout, je me résolus à sortir la gelée. Tâtant la surface avec mes doigts, je constatai avec une grimace que ce n'était pas encore ça. Mais tant pis, il n'y avait plus le temps. Au moins, c'était déjà dans l'assiette. Déposant le tout sur la surface lisse de notre coin de cuisine, je fixai le tout encore quelques secondes, hésitante. Finalement, je ressortis une seconde assiette rectangulaire. Alors que la dernière seconde s'écoula, je terminai de placer les moitiés de fruits fourré avec de la gelée sur le porcelaine.

Plissant les yeux, je soupirai en me rendant compte que j'avais peut-être un peu trop fait, et que cela ne s'accordait alors pas vraiment bien à ce que Cécile avait réalisé. J'aurais peut-être pas dû...
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: [COURS.03 Cuisine] Il n'y a plus aucun poil ? Sûre ?   
[COURS.03 Cuisine] Il n'y a plus aucun poil ? Sûre ?
Page 1 sur 1
Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers:  
Outils de modération :