Partagez | .
Koi no Aibou Kokoro no Cupid ~
 Topdresseur Stratège
avatar
Topdresseur Stratège
Région d'origine : Unys
Âge : 16 ans
Niveau : 44
Jetons : 1026
Points d'Expériences : 1152

MessageSujet: Koi no Aibou Kokoro no Cupid ~   Sam 14 Fév - 0:00



Ah ! La belle Saint Valentin. Que d'amour en ce jour. C'est fou le nombre de déclarations qui se faisaient en cette journée si particulière. Pourtant, ce n'est rien d'autre que quelque chose d'assez commercial, en soi. Cela n'empêchait néanmoins les couples et amoureux transits d'en profiter. Et c'est bien connu. Lorsqu'un effet de mode subsiste, nous nous devons de le suivre tels les plus irréfléchis des moutons. Seth n'y faisait pas exception. Mais... qui avait-il dans sa ligne de mire ? Ahah ! Vous me faites bien rire ! Ce n'est plus un secret depuis quelques temps je crois. Pourtant, aussi loufoque et extraverti était-il en temps normal, là, il n'avait le courage de se lancer directement. Pour une des premières fois de sa vie, il hésitait réellement. Il fallait avouer que cela faisait bien rire ses bestioles, tout particulièrement Chuck.

– Ouais vas-y, fous toi de ma gueule ! En attendant, moi j'vais pas rester con et seul toute ma vie. Jajajaja!

Cette remarque lui valut bien évidemment une clé de bras. Oh ! Quel malheur. Mais le stratège prenait l'habitude, sinon il n'aurait même pas cherché à provoquer le petit colosse. Bref ! Après cette courte baston, il prit la position du penseur, sur sa chaise de bureau. Mais qu'est-ce que cette position ? Et bien... imaginez L, mais avec l'apparence de Seth. Et voilà ! N'avais-je pas dit « bref » ? Ahem... Grâce à cette position, le Phyllali espérait trouver quelque chose d'à la fois original et plaisant à offrir à la dame de son cœur. Honnêtement, il s'arrachait bien moins de cheveux devant l'écriture d'un article. Oui, même sur le type fée. Je vous le jure ! Attendez un petit instant. Mais c'est bien sûr ! Fée, petit truc qui brille et qui vole, espèce de luciole bizarre... C'est merveilleux ! C'est l'idée du siècle !

Sans perdre plus de temps, le stratège s'habilla tout juste assez pour sortir. Il y avait un peu de marche à faire, mais bon. En espérant que Noctis n'ait pas encore renforcé les sécurités du dortoir Givrali ! Seth s'avança donc à pas de loup en direction dudit dortoir, là où la plupart des intellectuelles se trouvaient. Mais qu'allait-il faire ? Pas de stalking, cette fois-ci. Non. Juste un petit service à demander à une certaine demoiselle. Il fouilla rapidement dans les méandres de sa mémoire, dans le but de retrouver le chemin menant à la chambre de la Givrali concernée. Une fois arrivé, il toqua bruyamment à la fenêtre, comme si que tous ces précédents efforts pour la discrétion étaient au final inutiles. Mais qu'importe, puisque la concernée ouvrit sa fenêtre bien avant, pour permettre à Seth d'entrer dans la chambre. Ni une ni deux, il la secoua comme un Repoirier, comme à leur rencontre. Oui, il s'agissait bien de Gwenn, la talentueuse mécanicienne.

– Heeeeeeeey ! Gwenn ! J'ai un service genre super urgent à te demander, du genre tellement urgent que je dois faire mon enfoiré égoïste et te demander de faire passer ma commande avant les autres. Ouais ouais c'est sale je sais, mais dis-toi que ça te fera travailler pour... l'amouuuuur ! Et ouais ! Alors... j'aurais besoin d'une espèce de bombe à détecteur de mouvements, qui exploserait et libérerait plein de paillettes, des pétales de rose et de l'eau à l'ouverture du paquet cadeau. Tu vois le genre ? Un truc qui fait KABOUUUUUM ! Mais sans foutre tout sans dessus dessous, hein ! Je te fais confiance ! Oh et puis... tu permets que je squatte ta chambre le temps de trouver d'autres idées ? Merci!

Débit de parole si haut... C'était assez commun chez Seth, mais là, il n'avait même pas laissé le temps à Gwenn d'en placer une, comme si qu'elle avait accepté d'office. Soit ! De toute façon, le fou était prêt à tout pour que sa requête soit entendue. Il avait absolument besoin de ça. Néanmoins, cela n'était pas l'élément clé du paquet. On parle de la Saint Valentin, là. Il lui fallait ABSOLUMENT du chocolat. Une Saint Valentin sans chocolat, c'est comme un Noël sans bûche glacée ou même un article stratégique de Seth sans le quota d'humour. C'est absolument impensable. De ce fait, il se releva aussitôt qu'il s'était posé dans la chambre de la jeune Givrali.

– En fait, je vais avoir besoin d'aller en ville pour acheter pleiiiin de chocolat. J'en aurais genre pour deux bonnes heures au moins, si je fais pas autre chose. Tu penses avoir fini ? Ouais ok c'est cool, je repasse en fin d'après-midi donc!

Encore une fois, il n'avait attendu aucune réponse. Pourtant, il comptait sur elle. Il s'en alla donc, appelant Himiko une fois sorti du dortoir. C'est parti pour une chevauchée rocambolesque ! Enfin... presque. La princesse fut bien dure d'oreille et hésita de nombreuses fois à faire valser son cavalier. Elle l'aurait sans doute fait s'il ne lui avait pas promis triple ration de baies pour les jours à venir. Enfin ! Maintenant, c'est une chose de réglée. Seth gagna bien du temps grâce à la Mastouffe qui avait accepté de coopérer. Il débarqua en ville assez rapidement, sous les regards assez suspicieux des civils. Rien à foutre ! Il n'en avait clairement rien à foutre ! À la place, il rappela le gros Pokémon, toujours aussi indifférent vis-à-vis de l'attention qu'on lui portait. Suite à quoi, il alla demander aux personnes les plus proches quelle était la meilleure chocolaterie de l'île. Oui, la meilleure, rien que ça. Il n'avait pas peur pour son porte-monnaie, le bougre. Mais quand on aime, on ne compte pas. On lui indiqua celle de Willy Wonky. Fiou ! On était pas loin de l'atteinte aux copyright, là... Heureusement, j'ai bien géré ! Bref. Seth débarqua dans la chocolaterie, les mains pleines de jetons. Il posa la coquette somme sur le comptoir derrière lequel se dressait l'adulte professionnel du chocolat.

– CECI EST UN HOLD-UP. Ah non, mauvais texte, désolé. Ahem... Je voudrais... voyons voir... Un Méga-Ectoplasma en chocolat blanc d'environ 20 centimètres. Avec ça, je vous prends un sachet de cookies Fantominus, des petits Brocélôme à la liqueur et.. ça ira je pense ! Ah nan ! Je veux que le tout soit dans une boîte en forme de cœur, tu vois l'genre papy ? Rose Lovdisc avec un ruban rouge Magicarpe. ATTENTION ! Je veux pas de variations de teinte, je veux l'exactitude, la perfection!

Alléché par la coquette somme, le chocolatier se mit tout de suite au travail alors que Seth quitta la boutique, le temps que le tout soit prêt. Cela n'allait pas suffire. Il fallait... plus grandiose ! Enfin... plus romantique surtout. C'est beau le chocolat, mais peut-être que la demoiselle concernée allait penser que son admirateur ne cherchait qu'à l'engraisser, et ça c'est vraiment pas bon. Mais quelle est donc la prochaine étape, dans ce cas ? C'est simple et cher, c'est beau et touchant, c'est... la bijouterie ! Oui bon, j'avoue. Il n'allait pas acheter un collier à 3000 jetons, il était loin d'en avoir les moyens. Mais en ce qui concerne ce bracelet aux reflets d'or avec un petit Feuforêve qui pandouille... c'est parfait ! Ca lui ira à merveille. Enfin, Seth l'espérait. Il allait donc agresser la bijoutière cette fois.

– YOOOOOO ! Alors, j'ai encore pas mal de jetons à ma disposition, mais pas trop non plus. Je suis riche, mais pauvre à la fois... Donc je vais vous acheter le bracelet Feuforêve tout mignon tout plein, là. Bah quoi ? Pourquoi vous me regardez ? J'ai pas la tête à visiter une bijouterie, c'est ça ? RACISTE. OMFG RACISTE. Azy, j'veux juste mon collier et je me sens agressé par votre regard, madame. C'est fou, c'est vraiment FOU. Partout où je vais, les gens me regardent de travers, ils se moquent de moi et...
– D'accord d'accord ! S'il-te-plaît arrête, tu vas faire fuir la clientèle, à crier comme ça. Je te le fais à moitié prix si tu t'en vas. Ça marche ?
– DEAL.

L'art de négocier, par Seth Evans, en un volume, toujours chez les éditions P1G3ON. Bref !  Après ces courtes discussions en tout genre, il fut temps de trouver une autre boutique, mais laquelle ? AHAHAH ! On pouvait toujours compter sur un bon rôliste la chance pour se retrouver face à la bonne vitrine, celle qui contenait le merveilleux Teddiursa tenant un cœur bien rouge entre ses pattes, celui qu'un autre idiot était en train d'acheter. Attendez... quoi ? Il y avait déjà un acheteur pour ce produit ? Seth débarqua dans la boutique telle une furie, écrasant la tête de son concurrent sur le comptoir. Ouais, rien à foutre. Il est comme ça.

– Toi ta gueule ! T'achètes rien car... JE DOUBLE LE PRIX.
– On en a encore en réserve monsi--
– Viiiiite ! C'est genre l'urgence suprême, t'vois ! Allez, allez ! Je crache les jetons voilà. AU REVOIR BORDEL.

Et voilà une bonne chose de faite. L'art de se pigeonner soi-même, par Seth Evans, aux éditions... mais non ! Il n'a jamais écrit ça ! Ahem. Il était désormais temps de retourner à la chocolaterie pour récupérer la commande. Ce Willy avait de la chance, oui, une chance de cocu. S'il n'avait pas été prêt à temps, sans doute aurait-il été secoué par le stratège sur les nerfs. Il était presque dix huit heures déjà, il fallait rentrer à l'académie avant que tout ne ferme, et vite ! C'est donc les bras chargés que Seth revînt sur la place publique où il se débrouilla maladroitement pour faire revenir Himiko. La montée fut ensuite plus dur que la descente, mais tout de même réussie, bien que quelques paquets manquèrent de tomber à de nombreuses reprises. Ç’aurait été la catastrophe, si c'était réellement arrivé. Bien heureusement, pas d'apocalypse. Le vert put retourner voir Gwenn, impatient de voir ce que ça avait donné. Elle avait réussi ! Après quelques explications, il put emporter la commande, promettant de rémunérer la mécanicienne après avoir fait le plein de jetons. Bah ouais. Il venait de tout craquer, là. Bref ! Il retourna bien vite dans sa chambrette et posa toute les affaires en soufflant un bon coup. Chuck voulut observer le contenu des paquets mais déchanta bien vite sous un regard assez inhabituel de la part de son dresseur, quelque chose qui voulait sans doute dire « tu touches, tu meurs ». Et ouais, rien que ça ! Bref, encore une fois. Il manquait un petit quelque chose. Rapidement, le stratège se renseigna donc à l'aide de son iPok et trouva l'idée de la lettre anonyme particulièrement attrayante. Bien vite, il se saisit donc d'un style et d'un bon paquet de feuilles. Après tout, il fut bon pour tout recommencer une bonne quinzaine de fois. Heureusement, il trouva la formulation parfaite et se mit donc à écrire. Pas question de faire dans la connerie cette fois ! Enfin... un peu d'originalité ne tue pas, remarque.

Ma chère Kaeko,

Par cette lettre, je te fais parvenir mes sentiments. Comment dire ça ? Ah si, je sais : JE T'AIME. AHAHAH. C'est plus facile que de le dire en vrai, hein ? Et pour faire planer le mystère, je ne signerai pas ! Tu ne sais pas qui t'écris hein, huhuhuhu. Je sais que tu voudras savoir, avoue. Tu ne peux rien me cacher ! Enfin si, mais on s'en fiche. Donc voilà, j'ai fait mes aveux, maintenant je laisse quelques indices à ta disposition, pour que tu me trouves comme dans Détective Cony. Et donc...
• Je suis une personne incroyablement vive d'esprit, charismatique, modeste, humble, belle et généreuse. Tu peux constater ça par la tonne de cadeaux, bouahahah !
• Je suis quelqu'un que tu connais, évidemment. NON JE NE SUIS PAS UN STALKER. TU ME CONNAIS BIEN, MISS.
•  En accord avec le premier indice, je ne suis donc pas Warren Lightning !
• Je suis topdresseur, l'indice de la mort qui tue qui retire déjà 75% des candidats !
• En désaccord avec le premier et quatrième indice, je ne suis pas Allen Wills. Quoique j'aimerais bien avoir un fanclub moi aussi !
• Pour finir... Ah beh nan. J'en ai déjà beaucoup dit. Merde ! J'espère que ce sera pas trop facile !

Enfin bref. J'espère que tu me croiras si je te dis que j'ai vraiment pas l'habitude de faire ça. Le concept de Saint Valentin m'échappe encore en partie, et c'est très chiaaant. Mais le plus dur, ça a été de récolter tout ça, mais aussi d'écrire cette lettre. J'ai eu genre une journée de psychopathe, digne d'un entraînement avec Jackie. Je sais pas comment je m'en suis sorti vivant, j'te jure ! Enfin... tout ça pour dire que j'ai fait un maximum d'effort pour espérer t'impressionner, tu vois ? J'espère que tu seras pas juste devant le gros colis en train de te taper un facepalm. Breeeef on s'en fout de ça ! Je vais encore l'écrire de façon bien bizarre mais... JE T'AIIIIIIIMEUUUH. Non, pas Ecrémeuh. On lui pisse à la raie plutôt ! M'enfin, je crois en avoir fini là pour le moment. Et avoue, tu ne sais pas encore qui je suis, huhuhuhu. CAR JE SUIS LE NINJAAAA!


Puis il se relu à de nombreuses reprises. De son point de vue, ça paraissait tout à fait normal. Rappelons-le, il s'agit de Seth, et donc pas d'un humain normal. Oubliez toute notion de normalité, de raison ou je ne sais quel concept bidon qui ne lui correspond absolument pas. Bref ! Suite à quoi, le stratège regarda l'heure. Oh putain ! Un peu plus de vingt trois heures quand même. Le temps passe si vite, quand on fait pas gaffe. Dans la hâte, il prépara donc les papiers cadeaux et demanda de l'aide à Chuck pour pouvoir tout porter sans rien renverser. Bah ouais. Tout ce bazar, ça faisait beaucoup. Puis il se couvrit d'un sweat à capuche sombre, dans le but de se fondre dans la nuit et de pouvoir atteindre le dortoir Mentali en toute liberté. Oui bon ok, ce fut un peu voire très compliqué, à cause de la surveillance, tout ça. Maudit sois-tu, Aaron Olsen ! Tu t'opposes à une union sacrée, là. Fais pas genre, vil gourgandin ! Ahem. Le Phyllali arriva tout de même à l'heure, c'est tout ce qui compte. Dans le plus grand des silences, il déposa la masse de cadeaux ainsi que la lettre devant la porte de la chambre de la demoiselle concernée. Nice timing ! Vingt trois heures et cinquante neuf minutes. On était encore le 13 février. VENDREDI 13 OMFG. CA PORTE LA POISSE. Bref ! Une fois la minute passée, nous étions officiellement le 14. De ce fait, Seth frappa à la porte après avoir rappelé Chuck et s'en alla dans la pénombre, tel le plus doué des ninjas. Ce qu'il ignorait, c'est qu'un certain M.Mime un peu détesté par son dresseur avait décidé de se venger... en filmant toute la scène depuis un coin d'ombre. Oui, il avait réussi à subtiliser l'iPok de Seth juste après qu'il s'en soit servi. Quelle vile créature...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1798-seth-la-folie-est-une-vertu-il-ne-faut-pas-la-fuir-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1802-seth-evans-phyllali
Koi no Aibou Kokoro no Cupid ~
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Community :: archives :: Les Archives :: Année 2-