Jour 46 : Le p'tit gars qui rêvait ballon
Haru Eina
Haru Eina
Région d'origine : Kantô
Âge : 13 ans
Niveau : 14
Jetons : 162
Points d'Expériences : 235
Pokeathlète Agent
Sujet: Jour 46 : Le p'tit gars qui rêvait ballon   Ven 16 Oct - 17:59
Doum, doubidoum ! ~ ♪ fredonnai-je, me déplaçant joyeusement en sautillant dans le dortoir.

Dans ma main se tenait une feuille de papier à grands carreaux. Des choses y étaient inscrites et notamment un énorme 16 sur le coin supérieur gauche, décoré de trois traits à tailles variables en dessous du chiffre. C'était la bonne nouvelle de la journée. J'avais obtenu une super note au dernier cours de PokéAthlète. J'avais rejoint sur les conseils de mon frère adoré, ce pauvre gars qui a au moins la décence d'avoir quelques neurones dans sa tête, les rangs des PokéAthlètes afin de m'y perfectionner. Et il faut le dire : mon frère n'avait pas eu tort en me proposant cette idée : dès les premiers cours, je m'y sentais comme un poisson dans l'eau, et j'apprenais vite, surtout grâce à l'aide de mon frère qui prenait le temps de m'expliquer quelques fondements que lui-même avaient découvert de par certains de ses camarades.

Et cela n'avait pas raté : lors du dernier cours, la professeur, le Général Jackie comme les autres élèves ont l'habitude de l'appeler, Une grognasse qui veut cacher ses faiblesses derrière un cœur de pierre … Elle n'a clairement pas d'intérêt que je puisse exploiter, nous avait fait faire notre premier contrôle de cours pour voir ceux qui arrivaient à suivre et ceux qui n'avaient clairement pas l'utilité de continuer à assister à ce cours. Il fallait le dire : je n'avais pas un corps qui m'aide beaucoup. Néanmoins, les précédents cours accomplis m'avait fait comprendre que ce n'était pas ce qui comptait, et effectivement, ça n'avait pas manqué. Et si je montrais quelques difficultés à terminer le parcours mis en place par le professeur, Un parcours de sadique digne d'une sadique, dommage qu'elle n'en soit pas une vraie, j'étais parvenu à l'achever avec beaucoup plus d'aisance que la plupart des autres élèves qui avaient tout donné pour réussir. Ce que j'en avais retenu, c'est qu'il fallait simplement ne penser à rien d'autre que l'objectif à atteindre. Cette note montrait que j'avais raison et que j'étais en bonne voie pour réussir. Cela m'avait rendu des plus heureuses, sentiment pourri que j'ai grand hâte de pouvoir supprimer de ma personnalité.

Tellement heureuse que dès que fut terminé mes quelques devoirs, la joie du manque de matières communes rendant le travail personnel moindre du moment qu'on ne cherchait pas à l'éviter, je profitai du fait que le jour n'ait pas encore plié bagage pour aller faire un petit tour à  la bibliothèque. J'y allais souvent, parce que j'y trouvais facilement des livres de cours qui pouvaient fortement m'intéresser, et parfois même des informations très utiles pour se servir des gens, mais il arrivait, comme en ce joyeux jour qui n'avait pas subi la tristesse de la pluie et qui profitait d'un soleil en dominance majestueuse dans les cieux, que je vienne lire des livres d'aventures ou des bandes dessinés. Ainsi, voilà que je passais la porte des lieux pour entrer dans ce monde silencieux qu'était la bibliothèque. Dès mon entrée, Madame Pervenche, la gardienne, et son mignon petit Chacripan, m'adressèrent un regard sévère comme pour me rappeler de ne pas faire de bruits, Ce qu'en tout temps et toute situation, je n'oserais faire de ma propre conscience au vu de ce qu'était ces deux compères, et reprirent leurs occupations respectives, m'envoyant par moments un vif regard pour s'assurer que je ne faisais rien de dérangeant.

Ayant pris l'habitude ou presque, il n'était pas rare que je sursaute en la voyant subitement paraître face à moi, me fixant de ses grands yeux, je continuai mon chemin vers les étagères de livres et cherchait ce qui m'intéressait. Un livre sur les mille et une manières d'embêter les autres ?. Il s'agissait là de mon livre préféré : les Aventures de l'Escargaume Ninja. Je l'avais lu plusieurs fois depuis que j'avais quitté ma famille d'origine, Argh, nan ! Pas de souvenirs douloureux !, et malgré les nombreux romans que j'avais lu depuis, celui-ci était resté le meilleur d'entre eux. L'histoire d'un Escargaume qui cherche à devenir un puissant Lancargot pour être reconnu de tous comme le meilleur chevalier du monde Pokémon, et qui découvre qu'en évoluant, il devient en vérité un Limaspeed super rapide tel un ninja. Le pauvre qui doit apprendre à vivre dans un corps qu'il n'appréhende pas et qui devient à la fin du roman le Pokémon considéré comme le plus rapide au monde et le plus attirant. Un Happy End comme je les aime. A l'exception près qu'il fait un peu enfantin à mon goût. En tout cas, je ne me laissais jamais de lire et cela devait bien faire la quinzième que j'attrapais ce bouquin très vite repéré dès mon arrivée à l'académie. La situation était banal désormais pour moi. Je trouvais le livre à l'étagère « ROMAN CLASSIQUE », au rang « A-E », et le trouvait entre deux énormes recueils de romans célèbres. Je me dirigeai ensuite vers le coin lecture le plus proche pour m'y installer et m'atteler à ma joyeuse lecture. Mon trajet m'amenait toujours à passer par le centre de la bibliothèque toujours vide.

Seulement voilà. En ce début de soirée du vendredi 16 octobre, l'endroit n'était pas vide. En y parvenant, je m'aperçus très vite que quelqu'un s'y trouvait. Surpris de le voir ainsi paraître, j'esquissais un violent arrêt sur mes appuis et manqua de chuter. Je l'observais de loin, espérant paraître caché derrière les innombrables livres de l'étagère où je me situais. Il s'agissait d'un petit blond. Il n'avait pas l'air très grand, mais il n'était pas nain pour autant. Son regard d'un bleu céleste adorable était plongé sur quelque chose qui semblait retenir toute son attention. Un plan diabolique, peut-être ?. Je restais un instant à le contempler, gêné par sa présence mais intrigué par son occupation, et me décida finalement à sortir de ma cachette pour aller à sa rencontre. Parvenu à sa hauteur, je choisis de prendre la carte de la politesse et de me présenter à lui avant tout autre.

(Bonjour, moi c'est Haru. Comment tu t'appelles ?) lui dis-je assez bas pour ne pas réveiller la bête qu'était Pervenche au risque de finir comme nourriture pour le repas de ce soir.

Comme quoi, on ne pouvait changer une chose chez moi : j'étais du genre très entreprenante.

HRP:
 

_________________
Haru Eina ≈ Celle que je suis n'est pas celle que je serai, mais ce que j'étais est en vérité ce que je suis. Alors, est-ce que ce que je serai sera celle que j'étais ou bien ou ce que je suis sans l'être le sera ?
Invité
Anonymous
Invité
Sujet: Re: Jour 46 : Le p'tit gars qui rêvait ballon   Lun 19 Oct - 23:19
- Vas y Sky ! Tu peux le faire ! Déploie t'es ailes et envole toi vers les petits moutons blancs !

M'exclamai-je à haute voix dans les jardins de l'académie. Sky retomba après avoir décollé de quelques centimètres du sol. Je pris mon carnet de note, et y marqua "57ème invention - raté". Ça fait cinquante-sept fois que ça ne marche pas, cinquante-sept fois que sky retombe au sol, cinquante-sept fois que j'écris raté dans mon carnet de note. Je jette par terre ce dernier et commence à m'énerver sur les feuilles mortes de l'automne. Je criais, je déchirais les feuilles, on aurait facilement pût me comparer à un psychopathe. Sky me regardait de loin avec un air gêné, car en plus fallait que des débiles d'élèves passent par là et me fixent bizarrement. Bon c'est vrai que c'est pas tout les jours qu'on croise un déchireur de feuille. Oui ce mot n'existe pas, et alors ?!

Je vais voir le petit oiseau pour lui enlever l'invention raté qui commençait à peser sur petites ailes. Le pauvre, il ne peut pas voler, et ce n'est pas avec un dresseur comme quoi qu'il va réussir. Je m'allonge par terre pour me détendre, et voilà que je tombe sur une toile de mimigale. Génial ! Forcément ça m'énerve encore plus, je shoot dans la toile, et j'en armada de mimigale surgii. Et me voilà à courir dans les jardins en criant avec Sky à coter, dans le même état que moi. Oui il peut facilement les mettre K.O avec une attaque de type vol, mais sur le coup je n'y pensait pas vraiment. Je vois la porte d'entrée de l'académie, la pointe du doigt et cris "LLLLLLLÀÀÀÀÀ BAAAAAAAAAS!" je cours encore plus vite, et me voilà à l'intérieur.

Je suis essoufflé, amis je tient toujours debout donc ça va. Maintenant, je m'assois par terre contre un mur en mode déprime, et réfléchis à où je pourrais aller. Il faut que je trouve une nouvelle technique de construction, alors quoi de mieux d'aller à la bibliothèque ? Je me lève et commence à chercher à voix haute que livre je pourrais prendre pour m'aider. Jarrive dans la bibliothèque toujours en parlant à voix haute, sans vraiment m'en rendre compte. Quand soudain la folle de bibliothécaire surgit et me lance un regard noir me faisant comprend de la fermer. Elle me fait vraiment trop flipper celle-là. Je la contourne, Sky contourne son Chagripand, et on se rend tout les deux dans les rayons. Je chercher dans les "V" pour "vole". Au bout de cinq minutes je trouve enfin le livre qui fait mille pages où t'as huit cent pages inutiles, cent cinquante pages hors-sujet et cinquante pages intéressantes. Je le prend, je vais m'asseoir et commence à le feuilleté. Intéressant, en plus ça parle de montgolfière, tout mon rêve dans un seul livre...

Au bout d'un certain temps je trouve enfin le chapitre des prototypes pour voler, et juste à ce moment-là, faut qu'il y est quelqu'un qui viennent m'embêter. J'essaye de garder mon calme vu que je suis déjà sur les nerfs.

"Quoi, encore... ?!"

Logiquement je suis tout a fait calme, mais là non désolé.
Haru Eina
Haru Eina
Région d'origine : Kantô
Âge : 13 ans
Niveau : 14
Jetons : 162
Points d'Expériences : 235
Pokeathlète Agent
Sujet: Re: Jour 46 : Le p'tit gars qui rêvait ballon   Mer 21 Oct - 10:40
Quoi, encore... ?! s'énerva le petit blond.

Il avait crié. Il avait crié. Mais pourquoi avait-il crié ?! Il venait de signer notre arrêt de mort ! Le craquement d'os du cou de Pervenche pouvait s'entendre jusqu'à l'autre bout de la bibliothèque. Au moins, on avait une dizaine de secondes pour se cacher le temps qu'elle finisse par abandonner, au pire on pouvait déjà prononcer nos vœux. Enfin, lui seul était en faute pour Pervenche. Si elle m'attrapait, elle ferait au mieux m'engueuler, mais je ne donnais pas cher de la peau du petit blond. Cependant, s'il avait crié ainsi, c'était de ma faute. Il semblait bien concentré sur quelque chose et moi, j'étais venu l'embêter. Je me devais de me racheter. Comme ça, il me fera confiance et je pourrais plus facilement le soumettre à mon contrôle. Alors que faire pour l'aider ? L'idée me vint très vite, et sans perdre de temps, je fis sortir Joke de sa Pokéball, et lui indiqua d'aller s'amuser bruyamment parmi les rayons. Je n'eus même pas le temps de lui dire de faire attention à lui qu'il se jetait sur le premier rayon de livre qu'il vit et s'amusa à le faire basculer en tout sens dans un violent bruit de métal contre le sol bétonné. Et évidemment, cela ne manqua pas.

PETIT GARNEMENT DE MES DEUX !!! TU VAS COMPRENDRE TA DOULEUR !!! gueula Pervenche, ayant enfin quitté son énorme siège moelleux.

Elle lança immédiatement son Chacripan à la poursuite de Joke qui se mit à courir partout pour esquiver les assauts tout en riant aux éclats de pouvoir ainsi se moquer d'autrui. La bibliothèque était grande, et très vite, Joke parvint à envoyer ses poursuivants assez loin pour qu'ils nous oublient. Nous ? J'avais pris le petit blond par le bras et l'avait emmené sous notre table en attendant le passage express de Pervenche qui avait toute sa concentration sur « CE FOUTU TENEFIX DE MERDE !! », lui jetant des dictionnaire pour l'arrêter, bien qu'elle savait pertinemment que seul son Pokémon pouvait toucher le type spectre. Quand le bruit fut assez lointain, je quittais ma cachette et tendit ma main au blond pour l'aider à se relever. Sans prendre en compte sa réaction, je pris la parole.

Désolé de t'avoir importuné comme ça. Mais ce que tu regardais avait l'air tellement intéressant … dis-je. Plan diabolique, faites que ça soit un plan diabolique ! Au fait, je m'appelle Haru Eina, j'appartiens au dortoir Mentali. Et toi ? me présentai-je.

Et je lui offris mon plus sincère sourire, la main tendu vers lui. Au loin, on entendait des bruits violents qu'on pourrait comparer à des explosions. Alalalala, cette Pervenche … Son imbécillité n'a d'égal que son inutilité.

_________________
Haru Eina ≈ Celle que je suis n'est pas celle que je serai, mais ce que j'étais est en vérité ce que je suis. Alors, est-ce que ce que je serai sera celle que j'étais ou bien ou ce que je suis sans l'être le sera ?
Invité
Anonymous
Invité
Sujet: Re: Jour 46 : Le p'tit gars qui rêvait ballon   Sam 24 Oct - 2:09
Oui, j'étais énervé et fatigué de m'être battu contre des feuilles mortes, oui j'étais énervé et fatigué d'avoir fait une course-poursuite avec des mimigales, oui j'étais énervé et fatigué de chercher un livre, oui, mais pourquoi j'ai crié ?! Je suis suicidaire c'est pas possible, pourquoi ai-je crier ? J'ai signé mon arrêt de mort en criant sur le territoire de Mme Pervenche. J'entendis les lourds pas de lutte folle arrivée vite tel un Godzilla enragée. La gentille fille qui l'avait bien criée venait de sortir un ténéfix...blanc. Bizarre, m'enfin c'est pas le moment de penser à ça ! Et puis elle elle pensait à quoi en sortant un pokemon blanc ! Hein ? Et non je suis pas raciste des pokemons blanc ! La fille lui demanda de faire du bruit....elle veut notre mort c'est ça ? Le ténéfix quant à lui, partit foutre un beau bordel dans la bibliothèque. Ah ouais j'ai compris le truc, tout ça pour occuper la psychopathe, pas bête, pas bête. Je regarde Sky à coter de moi, traumatisé par la folle, le pauvre.

La fille m'emmena sous la table avant que Pervenche nous voit, on se cachait quoi. J'entendais des bruits sourds venant de tout autour de nous. Les étagères se fracassaient les unes contre les autres dans un fracas assourdissant. J'entendais aussi Pervenche gueuler après le ténéfix en lui balançant je ne sais quel livre de je ne sais combien de kilos. Étant petit, je n'avais pas besoin de me baisser pour ne pas me cogner à la table, ça a des atouts quand même parfois, d'être petit. Je me retourne vers la fille pour la voir de plus près. Je devais sûrement avoir l'air d'un gros pervers à la fixer comme ça de haut en bas.

Il eut un gros blanc, heureusement elle le brisa en m'adressant la parole. Elle s'excusa de m'avoir importuné, dit-elle. Elle me dit aussi que ce que je lisais, bah elle trouvait ça intéressant. Elle était intéressée par la mécanique ? Et puis, elle se présenta. À mon tour je suppose... "Ah euh....c'est pas grave, c'est moi qui n'aurait pas dû crié. Oui, je suis nul pour entamer la discution, c'est d'ailleurs pour ça que je ne voulais pas tour de suite aborder le sujet qui l'avait rendu curieuse. Hum...Moi c'est Axel...Axel Bird du dortoir des Volatli. Je me tourna vers Sky et le prit dans mes bras pour le lui présenter. Et lui c'est Sky, mon Roucool." et puis bah voilà. Un gros silence s'installa, jusqu'à que j'entendis Pervenche rappliquer en criant sa colère. J'étais même content qu'elle vienne, le silence commençait à devenir pesant

J'essaye de me lever mais, en oubliant que j'étais sous une table, je me cogna ce qui fit un gros bruit. Forcément, Pervenche m'entendit. Oh non, qu'est-ce que j'ai fais, nous revoilà dans le même pétrin que tout à l'heure. Je regarde la fille avec une expression apeurée que mon visage, comme si il disait : "Je t'en supplie, dis-moi que tu sais comment on va se dégager de ce bordel." Oui, je suis un vrai boulet.
Haru Eina
Haru Eina
Région d'origine : Kantô
Âge : 13 ans
Niveau : 14
Jetons : 162
Points d'Expériences : 235
Pokeathlète Agent
Sujet: Re: Jour 46 : Le p'tit gars qui rêvait ballon   Jeu 10 Déc - 17:25
Ah euh....c'est pas grave, c'est moi qui n'aurait pas dû crié. me répondit-il finalement. Hum...Moi c'est Axel...Axel Bird du dortoir des Voltalis. il attrapa alors son Roucool. Et lui c'est Sky, mon Roucool.dit-il en montrant le petit piaf volant.

Au loin, on entendait encore la course-poursuite entre Joke et Pervenche, et les bruits semblaient dangereusement s'approcher de notre position. Et le rire du petit Ténéfix farceur s'entendait désormais depuis notre position. Il fallait penser à bouger au risque de se retrouver mêlés à cette course-poursuite auquel nous n'avions presque aucune chance de nous en sortir. Imbécile mais pas mauvaise. C'est qu'il vaut mieux la fuir comme la peste, celle-là … Aucune chance que je la tourmente, elle serait sûrement trop bête pour se laisser avoir .... Je quittai donc la table avec précaution et me relevai rapidement avant de tendre la main. Il fit l'erreur fatale de se cogner la tête contre la table au moment de se lever, ayant probablement oublié qu'il était dessous. Le choc bruyant et les quelques plaintes de douleurs qu'il lâcha alerta instantanément Pervenche qui stoppa soudainement ses mouvements et repéra rapidement l'origine du bruit. On l'entendit de nouveau repartir, mais cette fois à notre poursuite. Il fallait partir, très vite. Très très vite. Et surtout, tout de suite. Il vaut mieux que je l'emmène avec moi, il pourra servir d'appât dans ma fuite .... Je tourne le regard vers mon camarade et voit sur son visage un air apeuré, effrayé à l'idée de se faire choper par Pervenche.

Je t'en supplie, dis-moi que tu sais comment on va se dégager de ce bordel. implora-t-il.
Suis-moi, on va essayer de sortir de la bibliothèque avant qu'elle nous attrape. Une fois dehors, on devrait être en sécurité. répondis-je en tendant la main.

Je me doutais qu'il me suivait de près, mouillant très certainement mouiller son slip, mais je devais faire avec. Après tout, c'était un peu ma faute si on en était là. Je devais lui permettre de s'en sortir. Nous avions quelques secondes d'avance sur Pervenche, ce qui nous laissait largement le temps d'essayer d'atteindre la porte. Le risque était à prendre, et je m'y engageai sans hésitation, indiquant à Axel de ne surtout pas me quitter. Nous courions, Pervenche à nos trousses. Très vite la porte d'entrée se dévoila, et la bibliothécaire aussi. Elle courait vite, très vite, trop vite. Elle allait nous rattraper tous les deux, c'était fichu … Sauf si … On faisait ce qui doit être fait.. A cet instant, il me sembla avoir perdu connaissance, mais ce ne fut pas le cas. Je n'étais tout simplement plus moi-même, et dans cette folie passagère, je fis ce qui devait être fait alors même que je ne le voulais pas : me retournant une seconde, je poussai subitement Axel en arrière, un sourire presque démoniaque sur le visage. Pervenche allait le choper, ce qui me laissait largement le temps de fuir, ce que je fis. Trois secondes plus tard, voilà que je passais l'entrée de la bibliothèque pour pénétrer dans la solitude des couloirs. Je continuai de courir un peu pour m'assurer de ne pas être poursuivi, et m'arrêtait aux toilettes les plus proches où je m'enfermai. Je repris alors toute ma lucidité, et ce que je venais de faire me remonta au visage comme une explosion.

Mon dieu, qu'ai-je fait ? dis-je.

Je venais d'abandonner un pauvre élève à un sort peut-être pire que la mort ...

HRP:
 

_________________
Haru Eina ≈ Celle que je suis n'est pas celle que je serai, mais ce que j'étais est en vérité ce que je suis. Alors, est-ce que ce que je serai sera celle que j'étais ou bien ou ce que je suis sans l'être le sera ?
Invité
Anonymous
Invité
Sujet: Re: Jour 46 : Le p'tit gars qui rêvait ballon   Lun 21 Déc - 0:16
Attend...moi je suis dans la merde ? Moi je suis dans la merde ?! MOI JE SUIS DANS LA MERDE ?!?!? BAH OUI JE SUIS DANS LA MERDE ! À cause de qui ! À cause de l'autre Jean Kevin qui ne sert à rien ! Bah oui ! Bah Voila ! Et puis son ténéfix de merde qui fout le bordel et qui comprend pas qu'il ne faut pas faire de bruit quand y'a une folle dinguer qui te court après ! Bah non ils comprennent pas ces deux idiots ! Faut dire que je n'avais pas non plus à crier....MAIS C'EST ELLE QUI EST VENU LE FAIRE CHIER AVEC SES QUESTIONS À LA CON LÀ ! Moi énervé ? NNNNNOOONNN PAS DU TOUT ! Enfin, passons. En tout cas elle a intérêt de ma sortir de ce foutoir avant que je lui arrache la tête avec le bec de Sky ! - écoutez, on est tous d'accord que si quelqu'un vous fout dans un tel foutoir, vous êtes énervés, on est tous d'accord ? Bon, donc, aucun commentaires inutiles ne sera tolérés, merci de votre compréhension, toute mes salutations distinguées. - Ouais non je suis vraiment énervé. Ça se voit pas, parçe que je le cache hein, mais Voila quoi.

La jeune demoiselle me dit de la suivre pour que l'on se casse de là. Bon, ça va, elle n'a pas l'intention de me laisser pourrir ici. Je lui prend la main. Tant pis si c'est une fille hein. Et je me lève ! Et oui ! Je me lève sous une table ! Intelligence zéro. Je le cogne comme un parfait boulet et il y a l'autre tarée - pas Haru, pervenche - quelqu'un s'en rend contre. Moi au fond du trou ? Non, pas du tout. Du coup elle nous voit et là, c'est le vide intersidéral en moi. Je vais me faire détruire déchiffrer, tout ce que vous voulez à part violer par Pervenche. Je sors de la table, et je me fait entraîner par Haru, tres tres tres tres tres tres vite. Je vois la sortie, oui ! Soudain, Haru, me, pousse. Je tombe, et elle part. C'est une fille morte. Je me lève, et puis là, boom !

Une vieille main m'attrape par le col du t-shirt, et je vois pervenche....adieu, monde cruel ! Ou pas ! "ESPÈCE DE SALE PETIT EVERCONDÉ ! IDIOT ! PETIT CON JE VAIS TE MASSACRER !" j'attrappe la main de pervenche, je lui fait un bracelet indien, et elle me lâche. Je la regarde droit dans les yeux. "Écouté la vieille ! J'en ai rien à foutre de toute la merde qui sort de ta grande gueule de connasse ok ! Maintenant tu vas arrêter de me faire chier ! Et tu vas aller crever seule dans ton trou à rat des chiottes !" Je prend appuis sur mon pied gauche arrière, et je la pousse. Oui oui, je suis suicidaire. Je me retourne et m'apprête à sortir de ma bibliothèque, quand soudain je tombe. Une main vient de m'attraper la cheville. Je me retourne et je vois la vieille avec un regard démoniaque. Je sens que je vais mourir. "AU SECOURS!!!!!!!!!"
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Jour 46 : Le p'tit gars qui rêvait ballon   
Jour 46 : Le p'tit gars qui rêvait ballon
Page 1 sur 1
Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers:  
Outils de modération :