Fragiles ○ Ft. Ève
Lucio A. Jefferson
Lucio A. Jefferson
Région d'origine : Unys (Volucité/Pavonnay)
Âge : 14 ans
Niveau : 0
Jetons : 0
Points d'Expériences : 0
Nouveau Membre
Sujet: Fragiles ○ Ft. Ève   Dim 3 Juil - 0:56
Fragiles

  Calme. Surement le mot qui définissait le mieux cette atmosphère. Cette atmosphère dans laquelle reposait Lyra. Allongée sur le sol, le dos relevé contre un mur, la tête tombant sur son épaule... La jeune fille s'était endormie. Une main retenait l’œuf qui était posé sur ses genoux, alors que l'autre était posée contre la poitrine de la jeune fille.
       Il y avait du vent. Un vent d'été. Un vent léger, agréable. Bulet reposait au soleil, roulé en boule, la tête enfouie entre ses pattes. Mikallee gambadait sans but précis, surveillée par Mysti qui s'assurait à ce que la Spinda ne disparaisse pas.    


   La brise estivale caressait doucement le visage de la Givrali, balayant ses cheveux. La main contre son cœur, la jeune fille pouvait le sentir battre lentement. Difficilement. Elle craignait toujours qu'il rate un battement. Qu'il s'éteigne définitivement. Elle ne pouvait s'empêcher de trop souvent porter sa main à son coeur, pour se rassurer qu'il battait encore. Pour se rassurer qu'elle était encore là. C'était une façon de se dire qu'elle n'avait pas à s'en faire. Mais elle avait peur. Elle ne pouvait rien y faire. Elle n'avait personne pour lui dire que tout irait bien. Personne pour lui dire de ne plus avoir peur. Personne pour lui dire que son coeur ne lâcherait pas.
      "Je ne mourrais pas..." C'est ce qu'elle se répétait continuellement. Lorsqu'elle avait peur. Lorsqu'elle se sentait mal. Lorsqu'elle se sentait épuisée, essoufflée, sans même avoir fait le moindre effort. Un jour, on lui avait dit qu'elle pourrait mourir. Que sa maladie ne se soignerait jamais véritablement. Elle aurait aimé ne jamais tomber malade. Elle aurait aimé... Elle aurait aimé qu'on ne lui fasse pas comprendre que sa vie ne tenait qu'à un fil. C'est ce qu'on lui avait fait croire. C'est ce qu'elle continuait de croire.


   Lyra se réveilla doucement. Un bâillement furtif s'échappa du creux de ses lèvres, tandis qu'elle se frottait délicatement les yeux. Mysti grimpa sur son épaule, et poka amicalement la joue de sa dresseuse, qui esquissa un petit sourire. La Psystigri bondit sur le sol, et se rua vers Mikallee. Elle l'attrapa par la patte, et l'entraîna derrière elle, alors que la Spinda ne semblait pas se rendre compte de ce qui se passait. La Givrali attrapa son sac, et enfouit son oeuf à l'intérieur. Elle tira de la poche de son jean une feuille de dessin, sur laquelle elle avait gravé au critérium de petits dessins crayonnés. Son oeuf, mais aussi ses Pokémons, et les visages de certaines personnes qu'elle observait de loin.
     Dessiner était l'une des choses qui savaient la distraire. Et même si elle savait qu'elle n'était pas parfaite en dessin, qui lui restait du chemin à faire... Elle aimait dessiner. C'était une passion qui grandissait en elle de jours en jours, une passion réelle. Une passion sans doutes éternelle.

   Elle se releva complètement, et fit signe à ses Pokémons de la suivre. Marchant jusque sa hutte dans laquelle elle logeait pour l'été, elle alla jeter un oeil à l'intérieur en espérant y trouver un de ses colocataires. Mais aucun d'entre eux ne semblait présent. La jeune fille, qui ne voulait pas rester à l'intérieur, dû se résigner à sortir seule, puisqu'elle était venue dans le but de trouver un accompagnateur.
      Ses pas la guidèrent presque involontairement vers l'Oasis du village. Elle ne pouvait pas vraiment s'y baigner. Elle ne pourrait pas bouger, au risque de tomber inconsciente. La dernière fois qu'elle avait nagé, la jeune fille s'était retrouvée évanouie. Elle ne voulait plus prendre ce risque. C'était trop... effrayant, pour elle. Longeant les contours de l'étendue d'eau,  elle vint s'assoir non loin du bord, s'assurant d'être le plus près possible d'une habitation. Bulet rampa jusqu'à ce que ses pattes avant ne trempent dans l'eau, avant de fermer les yeux et de se prélasser au soleil. Mikallee se mit à gambader nonchalamment, toujours surveillée de près par Mysti. La Givrali resta là un moment à fixer l'eau, immobile, l’œuf posé à coté d'elle, laissant le vent chaud de l'île balayer ses cheveux.

   Si elle n'avait pas été aussi fragile, nul doute qu'elle serait déjà entrain de se baigner, à ce moment précis. Si son coeur avait fonctionné correctement, elle se serait sentie plus libre. Mais... On est tel que la vie nous a façonnés.
       Elle nous façonne différemment. Elle octroie à certains plus de chance que d'autre. Elle favorise certains être humains, et en délaisse d'autres. Elle donne le bonheur à certains, et le prive à d'autres. On ne choisi pas de naître comme ça. Lyra, la vie l'a privée de ce qu'elle a donné à d'autres. La Givrali fixait incessamment l'eau cristalline de l'Oasis, une main collée contre son coeur. C'est ainsi. La vie est cruelle.

Ft. Eve Syriel
Ève Syriel
Ève Syriel
Région d'origine : Flocombes - Unys
Âge : 15 ans
Niveau : 10
Jetons : 1384
Points d'Expériences : 234
Coordinateur Éleveur
Sujet: Re: Fragiles ○ Ft. Ève   Mer 6 Juil - 12:20
Il faisait chaud. Bien trop chaud pour la jeune et sensible Givrali. Pour la deuxième fois depuis le début de la journée, elle était allée sous la douche pour se rafraîchir, trouver un peu de répit face à ce climat étouffant et intraitable. Elle avait vraiment beaucoup de mal à supporter cela. Sa respiration, déjà parfois difficile était parfois complètement sifflante et elle devait souvent se reposée, étant prise de vertiges et de moments de faiblesse. Bon elle avait de la chance avec des colocataires absolument adorables qui l'aidaient beaucoup, même si elle n'aimait pas être ainsi vue comme une petite créature fragile. Au moins Rytlock semblait au mieux de sa forme. Énergique comme pas possible, le jeune lionceau vint lui apporter sa serviette de bain tandis qu'elle sortait de la douche. DOuche dans laquelle elle avait fait la sublime rencontre d'un Mimigal. La rencontre improviste l'avait surprise, mais après quelques instants à tenter de faire comprendre à l'arachnide qu'elle avait besoin d'accéder à la douche (et surtout après la venue en fanfare de Dovah qui l'avait entendue crier), l'araignée avait décidée de sortir de cette hutte, et de s'éloigner le plus possible de cet ourson bruyant et pataud.
Elle retourna dans la salle commune de la petite hutte et regarda rapidement si y avait un de ses colocataires, mais elle n'en vit aucun. Elle alla donc prendre son sac pour sortir marcher un peu dehors malgré la chaleur qui régnait. Par contre elle n'oublia pas de lettre son masque respiratoire sur le visage et de mettre la petite bouteille d'oxygène sur son dos. Avec cette chaleur, elle devait vraiment garder presque de tout temps ce dispositif sur elle, au cas où. Quand elle fit son premier pas vers la sortie, Rytlock décida directement de l'accompagner, aussitôt rejoins par Dovah qui voulait rester à coté de la fragile Givrali comme tout bon ourson de garde qu'il était.

Elle sorti et l'éclat du soleil l'éblouit immédiatement et elle dut mettre la main en visière pour y voir quelque chose. Elle sorti de sa hutte pour se balader quelques instants à l'extérieur dans les rues du petit village. Autant les élèves que les locaux la regardaient avec un air empli de compassion. La voir ainsi avec son masque sur le visage, preuve de sa faiblesse, était vraiment quelque chose qu'elle n'aimait pas. Elle attirait ainsi les regards et les sentait que partout où elle passait on la plaignait. Elle ne voulais pas être plainte, elle était une jeune fille comme une autre malgré sa maladie. Mais cette ambiance lui pesa rapidement sur les épaules, et la Givrali qui était contente de pouvoir sortir et prendre l'air commença rapidement à se laisser un peu aller à une envie de fuir le village. Malgré cela, Ryt' et Dovah continuaient de venir lui afficher leur soutien qui ne suffisait malheureusement plus à lui redonner le sourire. Elle en avait assez d'être vue comme une petite créature fragile. Elle aimerait que les gens voient au delà de cette maladie, qu'ils la voient comme une personne capable et pas que comme une jeune fille à devoir protéger de tout. Elle voulait pouvoir vivre normalement, qu'on la regarde simplement pour ce qu'elle était, qu'on arrête de la définir par sa maladie.

Sans même s'en rendre compte, elle avait accélérer le pas pour quitter le village et ce fut un brusque vertige et une respiration haletante qui le lui rappela. Elle s'arrêta alors à bout de souffle avant de fermer les yeux et de se concentrer sur sa respiration, que celle-ci soit le plus calme et régulière possible. Elle essuya son front sur lequel perlaient des gouttes de transpiration. Elle avait mit une légère robe d'un bleu ciel, espérant que cela l'empêche un peu de souffrir trop de la chaleur, mais malheureusement elle avait sous-estimé le climat de l'île. Elle ralentit alors légèrement le pas, donnant la main à un Dovah qui venait de lui attraper l'index pour marcher à coté d'elle. Elle laissa alors ses pas la porter, ne pensant plus à rien et cherchant à oublier le regard des gens sur elle.
Elle arriva rapidement aux bords de ce fameux lac de l'oasis. Ses eaux étaient claires et un véritable appel à la fraîcheur. Pourtant elle savait qu'elle ne pourrait pas aller s'y baigner. Non. Avec cette chaleur en plus elle serait incapable de faire le moindre effort physique. Déjà que de règle générales elle ne pouvait se le permettre... Elle alla cependant jusqu'au bord de l'eau. Mais soudainement Dovah lâcha sa main pour se diriger vers un Spinda qui marchait de sa dégaine chancelante, sous le regard d'un Psystigri. Il s'approcha du duo avec son air pataud et les salua en levant la patte tandis que se dresseuse venait derrière. Il voulut sûrement d'ailleurs que celle-ci se dépêche, car il lui attrapa la main et la tira en avant. Et un peu trop fort, le bougre avait de la force malgré sa taille. Et Ève, deséquilibrée, fit une chute en avant pour s'étaler sur le ventre, perdant au passage son masque qui se décrocha de la bouteille pour rouler plus loin dans l'herbe.

Rytlock feula sur le Teddiursa, lui rappelant sûrement que leur dresseuse n'était pas au mieux de sa forme tandis que la jeune fille se relevait avec les deux autres Pokémons qui se relevaient. Elle avait le souffle court avec le choc et commençait à fouiller fébrilement l'herbe alentour pour retrouver son masque. L'air chaud était rentré d'un seul coup dans ses poumons et elle avait l'impression de suffoquer. Dovah à coté commença à paniquer et à pépier dans tout les sens avant de lui-même se ramasser au sol, entraînant avec lui le Spinda.
Mais d'un seul coup, une main vint devant Ève pour lui donner son masque et elle le prit rapidement pour rebrancher le câble et le mettre sur son visage avant d'inspirer une bouffée d'un air bien plus frais. Elle toussota un peu et eut besoin de plusieurs bouffées avant de pouvoir parler. C'est alors qu'elle leva les yeux vers celle qui venait de lui tendre le masque. Une jeune fille de sûrement son âge qui était aussi habillée légèrement pour la température. Ève lui sourit doucement, un léger rouge de gêne aux joues avant de la remercier.

-Je euh... Merci. Il est tombé quand j'ai glissée. C-C'est tes Pokémons ? Oh je suis désolé que Dovah ait fait tomber ton SPinda, il est un peu... pataud parfois.

Le regard de la jeune fille passa sur le bord de l'eau où était installée la jeune fille avec un Ramoloss qui se prélassait calmement. En plus la fille ne semblait pas la regarder avec un air de pitié comme les autres. Il y avait une sorte d'empathie dans son regard, mais pas ce sentiment d'être une pauvre petite chose. Alors, pour une des premières fois depuis son arrivée à l'académie, Ève demanda.

Ca euhh... ca te déranges que je vienne m'installer à coté de toi ?

Elle baissait les yeux, peu habituée à ainsi demander si elle pouvait rester avec quelqu'un. Elle préféra fixer ses pieds qu'elle avait voulu laisser nus, tout en tortillant ses mains entre elles. A coté, Dovah semblait se présenter de son air débonnaire, tandis que Rytlock avisait la surface de l'étendue aqueuse avec un regard réprobateur, restant à coté de sa dresseuse.

_________________
Ève Syriel ✮ Carry on my wayward son ~ There'll be peace when you are done ~ Lay your weary head to rest ~ Don't you cry no more ! ♪
Lucio A. Jefferson
Lucio A. Jefferson
Région d'origine : Unys (Volucité/Pavonnay)
Âge : 14 ans
Niveau : 0
Jetons : 0
Points d'Expériences : 0
Nouveau Membre
Sujet: Re: Fragiles ○ Ft. Ève   Dim 24 Juil - 20:39
Fragiles

  Lyra ne comprit pas trop ce qui venait de se passer. Tout ce qu'elle put voir, c'est un Teddiursa s'approcher de ses deux Pokémons, tandis qu'elle relevait le regard vers eux. Alors qu'une jeune fille rejoignait le Teddiursa, celui-ci lui avait attrapé la main, l'entraînant en avant. Elle se retrouva à chuter dans l'herbe, le masque sur son visage se décrochant pour venir rouler sur le sol. Commençant à se redresser pour aider la nouvelle arrivante à chercher, la Givrali comprit, lorsqu'elle la vit paniquer et qu'elle remarqua sur son dos une petite bouteille d'oxygène, que ce masque était là pour l'aider à respirer. Brusquement, Lyra se précipita vers le masque qu'elle avait remarqué non loin de ses Pokémons, pour le récupérer et venir le tendre à la jeune fille aux cheveux blancs. Elle l'observa raccrocher vite le masque, lui tendant en même temps une main pour l'aider à se remettre debout.
         La jeune fille remercia timidement Lyra, le rouge lui montant aux joues. La Givrali porta son regard vers l'eau d'où venait de sortir Mikallee, aidée de Mysti, avant de laisser s'échapper un tout petit rire à destination du Pokémon. Elle servit ensuite un sourire bienveillant à la jeune fille au masque.

-Ne t'en fais pas, je suis sûre que Mika n'a même pas remarqué qu'elle était dans l'eau, tellement elle est distraite.

   Les yeux rouges de la Givrali se dirigèrent ensuite sur Bulet, qui n'avait toujours pas bougé. Elle soupira d'exaspération en voyant à quel point son Ramoloss était fainéant. Venant se rassoir là où elle était, elle s'apprêta à inviter la jeune fille à prendre place près d'elle, mais celle-ci la devança en lui demandant justement si elle pouvait s'installer à ses côtés. La jeune fille accepta en offrant un autre sourire bienveillant à celle aux cheveux blancs, et lui fit signe de s'assoir.

-Bien sûr, il n'y a aucun problème à ce que tu viennes t'asseoir à côté de moi.

   La jeune fille promena à nouveau son regard sur l'eau de l'Oasis, avant de poser les yeux sur sa camarade aux cheveux blancs. Elle lui servit un petit sourire timide, avant que Mysti ne vienne s'approcher de la jeune fille au masque. Elle lui tapota gentiment le bras avant de se blottir contre elle, geste qui surprit Lyra car sa Pokémon ne lui avait jamais montré de telles marques d'affection. Mikallee, quand à elle, vint tourner autour de la jeune fille aux cheveux blancs. Libérant un petit soupir amusé, la jeune fille posa de nouveau son regard sur celle de sa camarade.

-Toi aussi tu viens de la Pokémon Community? Je m'appelle Lyra Scarlet, je viens du dortoir Givrali, et... je suis originaire de Kalos.

   Lyra se sentait à l'aise en compagnie de la jeune fille. Alors qu'habituellement elle se sentait mal à l'aise en compagnie de n'importe qui, aujourd'hui ce n'était pas le cas.

-Et toi?

Ft. Eve Syriel
Ève Syriel
Ève Syriel
Région d'origine : Flocombes - Unys
Âge : 15 ans
Niveau : 10
Jetons : 1384
Points d'Expériences : 234
Coordinateur Éleveur
Sujet: Re: Fragiles ○ Ft. Ève   Ven 29 Juil - 1:03
Ève eut un léger sourire quand celle aux cheveux sombres accepta gentiment qu'elle vienne s'installer à coté d'elle. Avançant doucement, elle s'assit dans l'herbe disposant sa légère robe autour d'elle en rajustant le masque qu'elle avait sur le visage. Dovah alla se présenter au Ramoloss assoupi, le secouant presque pour avoir une réaction de sa part. Ce petit ourson débonnaire était un peu brute, mais il était gentil et volontaire, c'est pourquoi Ève le regarda avec tendresse. Rytlock, lui, n'osait toujours pas s'approcher, regardant la surface lisse de l'eau comme un nid de Rapions venimeux. La blanche tenta de rendre son sourire à l'autre jeune fille, mais avec son masque difficile de voir ses lèvres. Seuls ses yeux se plissèrent légèrement, signe de son petit sourire tandis qu'elle retrouvait des couleurs plus naturelles.
Soudain la petite Psystigri vint tapoter le bras de la Coordinatrice et quand celle-ci le leva légèrement, la petite boule de poil vint se coller à elle. Laissant transparaître un sourire attendri elle posa sa main aux doigts fins sur la tête de la petite créature et commença à passer ses doigts dans son poil. Ces petites caresses venaient masser le Pokémon juste derrière ses oreilles, à un endroit qui aidait beaucoup à la détente. Elle continua quelques secondes de porter son regard sur la petite Psystigri, sentant doucement la vibration que celle-ci laissait échapper dans son aise. Puis sa camarade prit la parole, lui faisant relever son regard de douce glace.

-Oh euh oui, je suis à la Pokémon Community depuis février. Enchantée Lyra, moi je m'appelle Ève. Ève Syriel et... Oh tu- tu es aussi du dortoir Givrali ? C'est amusant moi aussi ! Pourtant je ne crois pas t'avoir déjà croisée. Je euh... Merci pour ton aide avant et encore désolé.

Elle se fendit d'un léger sourire, les yeux brillants de reconnaissance. Avec cette chaleur, elle devait avouer avoir du mal à supporter le climat chaud de l'île. Elle ne pouvait se séparer trop longtemps de son masque ou elle commencerait à avoir l'impression d'étouffer bien vite. La blanche regarda alors la Spinda lui tourner autour, la laissant assouvir sa curiosité avant que celle-ci ne se dirige vers son Hélionceau. Ève se sentait bien mieux ici. Elle n'avait pas l'impression que Lyra la jugeait, la voyait comme une handicapé. Non c'était agréable de voir que la jeune fille se comportait avec elle comme avec une personne normale. Elle se sentait donc calme et sereine. Un peu comme avec Max lors de leur rencontre sur la plage. Est-ce que toutes les Givralis étaient comme cela ? Lui donnant une impression d’appartenir à une grande fratrie ? Elle appréciait ce sentiment, c'était un peu comme une guilde où les différents membres se connaissaient, s'appréciaient et pouvaient passer du temps ensembles.

-Tu es à l'école depuis longtemps ? Ah et je penses qu'on ne sait pas beaucoup croiser dans le dortoir, parce que je ne vais qu'en cours pour sortir. Sinon je lis beaucoup et je.... euh joue aux jeux vidéos.

Elle avoua ce dernier péché-mignon à demi-voix, comme un peu honteuse. pourtant elle ne devait pas l'être. Mais elle avait l'impression que dans l'académie tous vivaient pleinement leur vie d'adolescents en sortant et en s'épanouissant dans des relations réelles. La jeune fille avait encore un peu de mal à tout cela, étant encore fermement habituée à ses anciennes manières de plus converser via les jeux vidéos et autres réseaux internets. Tandis qu'elle attendait la réponse de Lyra, derrière elle un mugissement pas encore abouti retentit. Rytlock venait de faire une démonstration de sa... ahem.... grandeur à la créature titubante qui était allée le voir. Et ce fier petit lion se tenait assit bien droit, fier de sa performance tandis que la Spinda se tournait inlassablement, comme encore plus désorientée. Dans un geste vif pour sa frêle personne, Ève rattrapa le Pokémon et l'aida à se maintenir debout avec un léger sourire.

-Eh ne tombe pas toi. Voilà, reste debout c'est bien mieux. Tu es adorable tu le sais. Ryt' vas y doucement, tu vois bien qu'elle est un peu... boitillante. Désolé Lyra, il aime bien faire son petit lion dès que l'occasion se présente. Tes Pokémons sont trop mignons, surtout ta Psystigri, elle est toujours aussi câline ?

_________________
Ève Syriel ✮ Carry on my wayward son ~ There'll be peace when you are done ~ Lay your weary head to rest ~ Don't you cry no more ! ♪
Lucio A. Jefferson
Lucio A. Jefferson
Région d'origine : Unys (Volucité/Pavonnay)
Âge : 14 ans
Niveau : 0
Jetons : 0
Points d'Expériences : 0
Nouveau Membre
Sujet: Re: Fragiles ○ Ft. Ève   Ven 12 Aoû - 21:14
Fragiles

       Il fallait admettre que Mysti n'était jamais aussi câline, en temps normal. La jeune fille n'avait pas spécialement envie de dire à Eve que sa starter était une fourbe et taquine Psystigri, qui sait peut-être qu'elle ne la croirait même pas. Attendez... Eve joue aux jeux-vidéos? La mère de Lyra lui avait toujours répété que ce n'était pas fait pour elle, ou même pour les filles en général. Elle lui répétait surtout que cela ne lui servirait absolument à rien, et qu'elle s'enfermerait plutôt que de se sociabiliser. … Comment avait-elle osé lui dire ça alors qu'elle interdisait déjà à sa fille de sortir à l'extérieur? C'est vrai, petite, Lyra n'avait eut le droit à presque rien. Et même lorsque May avait obtenu sa garde, la mère de la Givrali lui avait tant donné d'interdiction qu'elle n'osait rien demander à May, de peur que cette dernière refuse la moindre de ses demandes.
         La jeune fille se sentait... Vide. Elle ne connaissait pas grand chose, ne pratiquait pas grand chose. Le sport, on le lui avait interdit. Les Jeux-Vidéos, on lui avait dit que ce n'était pas pour elle. La musique, on ne voulait simplement pas qu'elle en fasse. Sortir, sous aucun prétexte Lyra n'aurait pu. Toutes ces interdictions qu'on lui avait collées avait instauré en elle l'impression d'être vide, l'impression qu'absolument rien n'était fait pour elle, l'impression qu'elle n'arriverait jamais à rien. A part dessiner, ce qu'elle avait fait presque tout le temps de son enfermement chez elle, Lyra n'avait pas beaucoup de connaissances. Elle était énormément intelligente et sérieuse, mais en dehors de ça elle ne savait presque rien faire. Elle voulait développer ses connaissances, ne plus se sentir vide parce qu'elle ne savait presque rien faire. Elle jalousait ceux qui possédaient de multiples talents, ceux qui avaient l'autorisation de faire certaines choses que elle ne pouvait pas. Simplement parce qu'elle pensait qu'elle y était toujours interdite. Pourtant... Elle n'était plus chez elle. Elle n'était plus à Kalos. Elle pouvait faire ce qu'elle voulait, non?

    La Givrali n'avait jamais non plus été très sociable. Sa mère lui interdisait formellement de s'approcher des autres ou de sortir, ce qui avait fait qu'elle ne savait jamais comment s'y prendre avec les autres. Actuellement, elle était prise de panique, à l'intérieur. Elle avait peur de dire quelque chose de blessant à la jeune fille qui portait un masque, en face d'elle. Elle ne voulait pas non plus être froide avec elle. Autant se risquer à parler. Eve avait l'air vraiment gentille. La jeune fille n'avait pas réellement d'amis, et elle ne savait même pas si elle pouvait considérer ceux qu'elle connaissait comme ses amis. Elle craignait que eux ne la voient pas comme une amie.
         Elle soupira et regarda Eve de nouveau. Les Pokémons de Lyra avaient l'air tellement affectueux envers l'autre Givrali, la brune ne l'aurait jamais cru. Surtout venant de la part de Mysti. En fait, elle ne montrait tellement aucun signe d'affection que la jeune fille pensait qu'elle n'était même pas capable d'éprouver de l'affection. Lyra promena son regard sur le paysage, et poussa un petit soupir. Tout restait silencieux, pour le moment. Pendant un instant, la jeune fille se plongea dans ses pensées. Elle se sentait sereine, actuellement. Elle souhaitait vraiment arriver à nouer une amitié avec celle aux cheveux blancs. Elle avait l'air adorable. Et étrangement, Lyra sentait qu'elle pouvait rester elle-même sans avoir à faire d'efforts. Cette fois-ci, elle s'était débarrassée momentanément de sa carapace qui l'obligeait à être froide et presque mauvaise avec énormément de monde. Elle voulait arriver à se faire une amie. Elle repensait à la solitude qui l'avait accompagnée si longtemps, avant son arrivée sur Lansat. Elle repensait à cette solitude qui l'accompagnait un peu tout les jours. Au fond, Lyra se sentait encore seule. Un peu trop seule. Est-ce que c'était à elle de faire des efforts pour se sociabiliser? Ou aux autres de faire des efforts pour l'accepter? Elle penchait sans cesse pour la première solution.

    Enfin, elle voulait avoir une amie, d'accord, mais il était donc temps de répondre aux questions que la blanche lui avait posées... La jeune fille promena son regard sur ses Pokémons, avant de se tourner à nouveau vers la Givrali près d'elle.

-Euh, et bien... Disons que Mysti n'est pas spécialement affectueuse, en temps normal... Enfin, si, elle peut l'être, mais seulement quand elle veut.

    Elle lui adressa un petit sourire, ses sourcils néanmoins arqués vers le bas. Elle passa négligemment une main dans ses cheveux, avant de poursuivre.

-Je suis arrivée à l'école au sixième semestre. Et toi? ... Parfois, enfin, la plupart du temps, je reste cloîtrée dans ma chambre, et lorsque je sors c'est surtout pour observer le paysage, et m'en inspirer pour mes dessins. Je dessine beaucoup, et je lis beaucoup, aussi! Enfin, un peu moins depuis que je suis arrivée sur Touga... Et euh... Tu joues aux jeux-vidéos?

    Elle se stoppa un instant dans sa phrase, réfléchissant brièvement à ce qu'elle allait dire ensuite. Elle ne voulait pas dire n'importe quoi, ne rien dire de blessant. Surtout ne rien dire de blessant. Elle ne pouvait pas se le permettre. Si elle le faisait... Elle ne préférait même pas imaginer la réaction qu'aurait la blanche. En fait, la Givrali était peut-être un peu trop parano.
         Finalement, elle reprit.

-Je... J'ai toujours eu envie de jouer aux jeux-vidéos, mais...

    Sentant le rouge lui monter aux joues, elle tourna la tête sur le coté. Elle avait... Honte de ce qu'elle s'apprêtait à dire?

-Ma mère m'a toujours répété que ce n'était pas pour moi. Enfin, elle me disait constamment que les jeux-vidéos, ce n'était pas fais pour les filles. Je ne la croyais pas, mais j'avais beau lui demander elle m'empêchait toujours d'y jouer. En fait, elle m'interdisait beaucoup de choses... Surtout sortir. Je sais bien que j'ai des problèmes au cœur, mais je n'avais le droit de presque rien faire. Maintenant j'ai envie de faire tellement de choses...

    Elle ramena ses genoux contre sa poitrine, avant de cacher sa tête, rouge de honte. Oups. Elle avait malencontreusement laissé échappé qu'elle avait des problèmes de fonctionnement de cœur. Avec un peu de chance, Eve n'y aurait pas fait attention. Elle semblait avoir des problèmes, elle aussi. C'était presque sûr. Mais la jeune fille n'avait pas osé lui demander. A cet instant, Lyra se sentait honteuse, et espérait que la Givrali près d'elle ne soulèverait pas le fait qu'elle ai déclaré avoir des problèmes. Et surtout, surtout... La brune ne devait pas stresser.
         
-Au fait... J'aime beaucoup ta couleur de cheveux. Tu sais, mes cheveux sont de la même couleur, naturellement. Je les ai teints, je ne sais pas trop pourquoi.

    Mince... Maintenant, elle avait encore plus honte.

Ft. Eve Syriel
Ève Syriel
Ève Syriel
Région d'origine : Flocombes - Unys
Âge : 15 ans
Niveau : 10
Jetons : 1384
Points d'Expériences : 234
Coordinateur Éleveur
Sujet: Re: Fragiles ○ Ft. Ève   Sam 20 Aoû - 9:49
Après sa dernière question Ève resta silencieuse, appréciant le calme de ce lieux. La petite Psystigri était toujours collée à elle et était même venue se poser sur les genoux de la blanche, s'attirant un regard jaloux de la part de Rytlock. Elle continua de cajoler Misty en lui massant doucement la tête du bout des doigts. Lyra semblait plongée dans ses pensées et Ève ne la dérangerait pas, attendant simplement que sa camarade reprenne la parole. Elle avait toujours ce sentiment de gêne, surtout quand à la scène où elle s'était rétamée au sol, mais combattait ce sentiment. Elle devait apprendre à s'ouvrir aux autres, à vivre comme les autres étudiants. De toute façon elle y était bien obligée sur cette île sans le moindre réseau internet et avec un service  téléphonique plus que mauvais.

Pourtant n'était-ce pas là ce qu'elle avait toujours désiré ? Vivre par elle-même, sentant les choses, les ressentant au plus profond de son être, les voyant de ses yeux ? Elle avait toujours connu les contacts sociaux via ses jeux en ligne et n'avait jamais été capable de se nouer de vraies amitié, même dans l'école où elle était. Bien évidemment elle n'était pas mal vue par ses anciens camarades de classe, bien au contraire. Plus d'un la voyait comme la gentille fille toujours à aider les autres et très studieuse. Pourtant sa timidité et son sentiment de ne pas pouvoir se mêler aux autres avec ses soucis de santé l'avait toujours empêché de nouer de vrais liens. Elle avait rencontré que très peu de personnes à Lansat, ayant encore du mal à se défaire de ses vieilles habitudes. Elle avait même passé bien trop de temps à rester enfermé dans sa chambre. Au final elle ne connaissait même pas beaucoup de personnes dans son propre dortoir. Un semestre passé à se faire aussi discrète que possible et s'empêchant sûrement de faire de belles rencontres comme celle avec Max, ou même avec Lyra actuellement. Qu'elle était bête.

Puis Lyra se tourna à nouveau vers elle pour lui répondre pour sa première question. Ève leva rapidement un sourcil intrigué avant de regarder Mysti. Elle n'arrivait pas à se dire que la petite chatonne n'était pas câline quand elle voyait à quel point elle s'endormait en ronronnant sous les massages de la Coordinatrice. Puis elle écouta la suite de Lyra avant de répondre à sa question.

-Je suis arrivée au septième semestre en Septembre. J'aurais bien voulu venir plus tôt, mais j'ai dut négocier avec mes parents.

Puis elle écouta la suite. Et qu'est-ce qu'elle se retrouvait dans ce que disait Lyra. Tout comme elle, la blanche ne sortait que rarement de sa chambre, restant plutôt à jouer aux jeux vidéos, à étudier et à dessiner. Elle sourit même en apprenant que Lyra dessinait aussi beaucoup et allait trouver son inspiration dans des paysages. Ca leur faisait un point en commun assez important à toutes les deux. Puis Lyra continua en lui redemandant si elle jouait aux jeux vidéos ce à quoi Ève répondit par un petit signe de la tête affirmatif et un sourire. Oui elle y jouait et pas mal, même si moins que chez elle. En fait ça avait tant bercé ses moments chez elle qu'elle s'en s'inspirait beaucoup dans le choix des prénoms de ses Pokémons. Chacun était en lien avec un jeu ou un personnage, cherchant chaque fois celui qui collerait le plus à la personnalité de son Pokémon ou à son physique.

Puis Lyra sembla se confier à elle. Tout d'abord la jeune fille lui révéla qu'elle n'avait jamais joué à des jeux vidéos, ce qui fit ouvrir de grands yeux étonnés à la Givrali. Elle avait du mal à se dire qu'on n'y avait jamais de jamais joué. C'était tant implanté dans son quotidien, dans sa manière de vie qu'elle avait du mal à le concevoir. Et là sa camarade lui expliqua la raison. Elle lui dit même bien plus. Elle révéla même à la blanche qu'elle souffrait e problèmes de santé qui semblaient plutôt graves, tout comme elle. Ce qui leur faisait un nouveau point en commun. En entendant la presque détresse dans la voix de la jeune fille, Ève se sentit émue et elle sentit que ses yeux devinrent humides. Elle comprenait tant ce que ressentait la brune. Ses parents ne lui avaient jamais interdit de sortir, mais l'avaient toujours prévenu sur sa santé et sur les risques. A tel point qu'elle était devenu naturellement prudente, et ce ne fut que par ses propres choix à elle qu'elle s'était coupée des autres, ne vivant socialement que par le biais d'un ordinateur. Pourtant peut être qu'elle aurait put s'intégrer aux autres sans avoir à participer à des activités sportives ou fatigantes qu'elle ne pouvait faire. Mais ça elle ne le saurait jamais.

Émue, elle posa une main compatissante et aussi réconfortante qu'elle pouvait dans le dos de Lyra, passant doucement sa main sur son dos dans un geste apaisant. Elle ne la comprenait que trop bien et ne pouvait que compatir et lui montrer son soutien. Elles avaient donc encore un autre point en commun et bien plus important que le reste sûrement. Quelque chose qui faisait qu'elles se comprenaient toutes les deux peut être mieux que quiconque. Mais c'est alors que Lyra dit un truc qui surpris Ève. Un simple compliment anodin qui lui fit monter immédiatement le rouge au visage. La voilà aussi pivoine qu'un Passerouge. Puis elle se mit à rire. D'un rire léger et qu'elle ne pouvait stopper. La spontanéité de Lyra venait de déconcerter la jeune fille et la seule réaction qu'elle pouvait avoir actuellement était de rire.

-Je euh... M-merci Lyra c'est vraiment gentil. Tu sais ta couleur te bien aussi. Et j-je suis sûre que ta couleur naturelle doit très bien t'aller !

Voilà elle était encore plus rouge comme si c'était possible. En fait même elles étaient deux à être rouges, mais contrairement à Lyra qui pouvait se cacher derrière sa longue chevelure d'ébène. Elle ne pouvait que faire retomber quelques mèches pâles sur son visage faisant encore mieux ressortir son teint empourpré.  Elle regarda un peu autour d'elle pour distraire son esprit de la gêne qui l'étreignait et son regard tomba sur son sac d'où une petite console rétro dépassait. Lyra avait bien dit n'avoir jamais joué à un jeu vidéo, non ? C'était vraiment triste. Et surtout bête de dire que ce n'était pas pour les filles. Elle avait souvent entendu ces phrases complètements emplies de clichés et débiles quand elle jouait en ligne. "Les filles sont nulles aux jeux vidéos." "Elles feraient mieux de retourner jouer aux poupées ou se maquiller entre copines." Ah quel plaisir ça avait été de fermer le clapet de ces gars en les battant à plat de couture dans un jeu. Elle se saisit alors du petit appareil rectangulaire au petit écran gris. Elle se rapprocha de Lyra et lui tendit.

-Tiens tu as bien dit que tu n'as jamais joué à un jeu vidéo hein ? Eh ben tiens. Je te le prête si tu veux. Y a juste un jeu dessus que j'ai gardé, mais tu peux le prendre. Ca te fera un peu à faire sur Touga.

Elle lui fit un sourire gentil en lui mettant la console entre les mains. Puis Ève se souvint d'une chose que la jeune fille avait dit. Elle avait parlé de problèmes de coeur. Était-ce pour cela qu'elle ne se baignait pas, qu'elle restait simplement assise là ? La blanche la comprenait, et même trop bien. Elle comprenait ce qu'elle ressentait, ce sentiment d'injustice quand on voyait les autres faire des choses qui nous étaient impossibles. Mais elle avait dépassé ce stade depuis bien longtemps. Sûrement parce qu'elle avait eu d'autres loisirs. Ses parents ne lui avaient jamais rien interdit en plus. Bien au contraire, ils étaient contents de la voir se sociabiliser, même si c'était derrière un écran d'ordinateur. Et puis elle aimait aider les autres, humains comme Pokémons, ça l'avait sûrement aussi aidé à passer outre sa maladie.

-Et tu sais quand tu parles des problèmes de santé je te comprends. J'en ai aussi comme tu le vois. J'ai une malformation des globules rouges et donc je suis plus vite fatiguée par l'effort. Sans oublier une santé fragile et d'autres problèmes respiratoires mineurs qui s'ajoutent par dessus. Je pouvais pas faire grand chose chez moi. Sortir avec les camarades de l'école, courir, chahuter ? Non je pouvais pas le faire et je le savais. On a même dut déménager à cause de mes problèmes, mais avec le recul, ça me déranges pas tant que ça. Je veux dire j'avais les jeux vidéos, j'aidais mon papa dans sa clinique de massages pour Pokémons. Je préfères voir tout ce que je peux faire malgré ma maladie, plutôt que l'inverse. Vaut mieux voir la vie du beau coté et sourire non ?

Mêlant le geste à la parole, elle décrocha un grand sourire enthousiaste à Lyra à coté d'elle. Oui elle voulait aller de l'avant. A quoi bon se lamenter sur son sort parce qu'on avait des problèmes ? Ca ne servait à rien. Se morfondre ne changeait rien aux choses. Elle était ainsi. Elle avait eu des coup de blues ou des moments où l'injustice de sa condition l'avait mit en colère ou triste. Mais au final c'étai bête. Elle pouvait toujours dessiner, faire pleins de choses. Lire, rêver, jouer à des jeux. Et aider les autres. Étrangement ça l'aidait beaucoup à se sentir mieux. Comme si rendre les autres heureux allégeaient sa maladie et que voir les gens sourire autour d'elle la faisait sourire elle aussi.

-Et puis j'aime pas voir les gens tristes. C'est pour ça que je me dis qu'il faut sourire le plus possible. Si on sourit aux autres ça leur donne envie de sourire. Un sourire c'est beaucoup. Et moi voir les autres sourire, je trouve ça beau. Tu penses pas que c'est plus beau de sourire à la vie ?

_________________
Ève Syriel ✮ Carry on my wayward son ~ There'll be peace when you are done ~ Lay your weary head to rest ~ Don't you cry no more ! ♪
Lucio A. Jefferson
Lucio A. Jefferson
Région d'origine : Unys (Volucité/Pavonnay)
Âge : 14 ans
Niveau : 0
Jetons : 0
Points d'Expériences : 0
Nouveau Membre
Sujet: Re: Fragiles ○ Ft. Ève   Lun 29 Aoû - 11:42
Eve était si gentille... Elle avait des problèmes de santé elle aussi. Le masque sur son visage, et sa suffocation lorsqu'il s'était décroché avait instauré un doute dans l'esprit de la brune, mais elle s'était retenue de l'interroger à ce sujet. Ça... Ça ne la dérangeait pas tant que ça? Lyra en était un peu impressionnée, il fallait le dire. Elle, elle avait toujours été dérangée par sa maladie, car le moindre faux pas pouvait être regretté. La Givrali n'avait jamais aimé sa maladie car on lui répétait toujours ce qui pouvait lui arrivait, et on avait toujours dit que le moindre de ses mouvements pouvait lui être fatal. Interdiction de regarder trop longtemps la télévision, elle n'avait jamais eu le droit à plus d'une heure. Sa mère et May avaient toujours eu peur qu'elle tombe accidentellement sur des films d'horreur effrayants ou bien que la télévision finisse tout simplement par la faire s'effondrer, avoir une crise. Interdiction de sortir s'amuser avec les autres, on lui déconseillait la course et le sport, enfin, on ne le lui déconseillait pas, on l'en privait. Interdiction de jouer aux jeux vidéos, ce n'était apparemment pas pour les filles et beaucoup n'étaient pas bien car trop violents. Les interdictions, Lyra les respectait à moitié. Si sa mère, elle aussi malade, fermait à clé la maison quand elle se reposait, Lyra avait toujours réussi à trouver l'endroit où sa mère cachait le petit objet en métal. Vêtue d'un lourd manteau en fourrure, la brune sortait un petit temps explorer la ville. Seulement, une fois, elle était revenue avec une vilaine cicatrice sur la tempe, alors que sa mère était encore ensommeillée. Elle avait dû trouver un mensonge des plus convaincants pour  que sa mère ne devine pas qu'elle s'était sauvée à l'extérieur.
    Et même May avait maintenu ces interdictions.
    Même si elle avait été moins exigeante. Cela n'avait jamais changé grand chose pour Lyra, après tout.
         La brune posa ses yeux sur le petit appareil que lui avait mis la jeune fille aux cheveux blancs entre les mains. Lyra passa un long moment à l'observer, les yeux rivés dessus. Elle lui prêtait quelque chose pour jouer aux jeux vidéos? C'était vraiment... Adorable de sa part. La brune n'osa rien dire sur le coup, se sentant beaucoup trop gênée. Elle la remercia d'un simple mouvement de tête et d'un sourire. Comment on appelait ça déjà? Une console, si elle ne se trompait pas. Ca pouvait être drôle à entendre, mais Lyra n'avait absolument aucune idée de comment on appelait tout ce qui tournait autour de la technologie, de l'informatique et des jeux comme ce que lui tendait Eve à présent. Normal, puisqu'on le lui avait formellement interdit quand elle était encore à Auffrac-Les-Congères. Elle avait même du mal à utiliser son Ipok correctement! Il fallait dire que sa maison, quand elle y était encore, n'avait jamais été remplie d'appareils très récents. Plutôt des objets venants presque d'anciennes époques, tant ils paraissaient vieux. Lyra n'avait jamais apprécié les goûts de sa mère, ancienne coordinatrice, et celle-ci n'avait justement jamais compris pourquoi sa fille n'avait en rien les même goûts qu'elle. La brune soupira.
           En fait, elle se souvenait de sa maison vide.
           Presque vide, si on comptait les très nombreuses bibliothèques et les meubles comme des tables, canapés, tabourets ou chaises.

    La brune tâta le sol, cherchant quelque chose, un petit objet qu'elle pourrait balancer à la surface de l'eau. Qu'elle pourrait simplement jeter en tentant de chasser quelques souvenirs furtifs. Ses doigts se heurtèrent contre un petit cailloux, et elle eut tôt fait de les refermer dessus. Elle releva le bras, et le dirigea doucement vers l'eau, ouvrant au passage sa main qui avait enveloppé le petit cailloux rond. Il se mit à rebondir par trois fois sur la surface de l'eau, avant que celle-ci ne l'engloutisse. La brune passa furtivement une main dans ses cheveux, avant de relever les yeux vers le ciel. Les nuages l'avaient fui. Le ciel était d'un doux bleu, agréable à regarder. La Givrali cherchait à ignorer la chaleur, tandis que les cris d'amusement qu'elle avait entendu jusque là se faisaient plus distants. Un long silence s'installa à la suite des paroles d'Eve. La brune ne savait pas vraiment quoi lui répondre. En réalité, elle réfléchissait à ses paroles.
    L'autre Givrali était tellement gentille.
    Lyra aurait voulu l'être autant.
         Qu'est-ce qu'elle devait faire? Lyra n'avait pas l'habitude de sourire. Quand elle souriait, ce n'était jamais vraiment sincèrement. Elle forçait toujours un peu ses sourires. Mais là, elle ne voulait vraiment pas offrir à cette jeune fille un sourire qui n'était au fond pas réel. La dernière fois qu'elle avait vraiment sourit, la dernière et même seule personne à qui elle avait offert un sourire vraiment sincère... C'était Max, une autre Givrali. Lyra était tellement perturbée par sa propre condition, par cette personnalité qu'elle s'était forgée pour faire face aux autres qui l'effrayaient tellement qu'elle n'arrivait même plus à sourire sincèrement. Elle avait peur de sourire. Et même lorsqu'elle était enfant, elle ne se souvenait pas avoir vraiment sourit. May en tout cas, ne l'avait jamais vue sourire. Sa mère non plus. Le plus souvent, Lyra lui avait simplement affiché une mine triste, et parfois même haineuse. Lyra adorait sa mère, mais celle-ci n'avait jamais fais ce qu'il fallait pour la rendre heureuse. La brune passa une main dans ses cheveux. Hormis Max, qui l'avait déjà vue sourire pour de vrai? Qui avait réussi à lui faire avoir sur le visage un sincère sourire? Personne.
         Elle était trop perturbée pour sourire.
         Trop attristée intérieurement.

    Lyra n'osa pas regarder Eve, sur l'instant. Elle devait lui dire quelque chose, mais... Elle avait peur de parler. Peur de sortir n'importe quoi, peur de lui dire quelque chose de blessant. La brune se mettait souvent à réfléchir. En réalité, elle était souvent trop triste. C'était cette tristesse qui déclenchait un énervement chez elle, et un renfermement dont elle n'arrivait pas à se défaire. Elle voulait s'ouvrir aux autres, mais elle en avait peur. Elle n'avait pas peur de quoi, au final? Est-ce qu'elle avait peur de tout? Peut-être bien. Lyra n'avait pas assez confiance en elle pour se permettre de dire tout et n'importe quoi. En général, elle préférait se taire et ne parlait que lorsqu'elle jugeait que c'était nécessaire. Mais elle ne devait pas rester muette face à l'autre Givrali. Non, il fallait qu'elle lui réponde. Il fallait qu'elle prenne confiance.
         Et même, cela ne servait à rien d'avoir peur. Même si elle n'arrivait pas à sourire parce qu'elle ne le pouvait pas, elle devait au moins parler. On ne l'avait pas privée de paroles, donc à partir de ce moment, elle pouvait ouvrir les lèvres.

-Merci beaucoup pour... Pour la... Console, c'est ça?

    Elle tourna aussitôt la tête, cachant le rouge qui lui montait aux joues. Bon sang, il n'y avait pas de quoi se sentir honteuse! Mais Lyra était habituée à ce qu'on se fiche d'elle lorsqu'elle disait qu'elle ne savait pas ce qu'était une console que ça devenait un réflexe. Les rares fois où elle avait pu sortir en étant enfant, dès qu'elle avait dit qu'elle n'avait jamais touché à un jeu vidéo ou qu'elle ignorait ce qu'étaient les consoles, elle l'avait regretté. Les autres avaient toujours eu une emprise sur elle, et l'avaient terrorisée. Au final elle ne savait même plus pourquoi elle était sortie contre les interdictions de sa mère si c'était pour subir ça.
    Peut-être parce qu'elle ne supportait plus son enfermement.
    C'était même sûr, en réalité.

-Je suis désolée... je sais que je suis pas toute seule à avoir une maladie. En fait j'en parle rarement, voire même jamais. Je suis touchée d'insuffisance cardiaque, ce qui fait que je n'ai pas le droit de courir, de faire du sport ou autre. Le moindre minuscule effort pourrait me coûter très cher. Ça arrive que je ressente des pressions sur la poitrine, que mon souffle devienne anormalement court sans parfois que je ne fasse rien. Ça fait partie de la maladie, c'est ce que les médecins m'ont dit. Et comme ma mère était quelqu'un de très paranoïaque elle m'interdisait tout. J'avais jamais plus d'une heure pour regarder la télévision, les jeux vidéos je pouvais même pas en rêver... En fait, on avait tellement presque aucune technologie dans la maison que je sais même pas à quoi ressemble une console, un ordinateur ou autre... J'ai du mal à me servir de mon Ipok, c'est la première fois que j'ai un objet de ce genre en ma possession.

    Elle souffla. Elle n'avait jamais parlé de ça à personne.

-J'étais enfermée chez moi, je n'avais pas le droit de sortir. Ma mère disait que le climat froid de dehors risquait d'impacter sur ma maladie. Elle cachait les clés, qu'elle soit éveillée ou endormie. Ma mère aussi était malade, et elle avait besoin de souvent se reposer. Alors quand elle dormait, je cherchais l'endroit où elle cachait les clés et j'allais dehors. Mais au final je ne savais même pas pourquoi je sortais, puisque quoi que je fasse les autres trouvaient toujours le moyen de me harceler.

    La jeune fille se massa les tempes, rouge de gêne. Elle n'avait jamais, jamais parlé autant à quelqu'un. Elle soupira, et chercha à nouveau un petit cailloux à lancer sur l'eau. Peut-être rêvait-elle mais, il lui semblait que... la chaleur s'était adoucie.

-Je parle trop, je suis désolée. En fait j'ai jamais parlé de ça à personne. Ca fait bizarre d'en parler mais... je me sens un peu soulagée.

    Elle passa une main dans ses cheveux. Elle se sentait énormément soulagée, oui. Elle prit sa tête dans ses mains, attendant que le rouge finisse par disparaître.

-En fait, t'es même la première personne à qui je parle réellement. Je me sens bien à tes cotés. Parce que... Tu es vraiment gentille et, en fait tu es bien plus adorable que je le pensais. En fait, je voudrais arriver à sourire comme toi. J'ai toujours des pensées tristes, je sais pas pourquoi. J'arrive jamais à sourire. Parfois j'ai envie de pleurer, sans aucunes raisons. Y'a un moment de mon enfance dont je ne me rappelle pas, mais je crois que c'est ça qui me fait pleurer, même si je ne m'en rappelle pas. Les autres m'ont toujours reprochée d'être ce que j'étais, sois disant parce que j'étais trop faible. Mais c'est différent avec toi. Parce que tu es différente des autres, dans le sens où tu ne me juges pas. Merci de m'écouter, Eve. T'es une fille vraiment gentille, en fait tu es même la plus gentille que je connaisse. Je suis heureuse de t'avoir rencontrée. Et même si on viens de se rencontrer, et bien...

    La brune était toute rouge. Déjà, elle était entrain de se demander si parmi ses paroles ne s'était pas glissée une bêtise. Mais au moins elle avait réussi à se confier.
    Les sourires viennent parfois sans qu'on les attende.

-J'ai trouvé en toi une amie.

    Le regard de Lyra, jusque là perdu dans l'horizon, s'était tourné vers Eve. Ses yeux plantés dans les siens, avec une sincérité insoupçonnée, elle avait sourit.
Ève Syriel
Ève Syriel
Région d'origine : Flocombes - Unys
Âge : 15 ans
Niveau : 10
Jetons : 1384
Points d'Expériences : 234
Coordinateur Éleveur
Sujet: Re: Fragiles ○ Ft. Ève   Dim 11 Sep - 0:11
Ève eut un petit sourire quand Lyra la remercia pour la console. En effet c'était ça. Elle lui expliquerais plus tard en quoi consistait le petit jeu contenu dans la cartouche insérée à l’arrière de l'appareil. Le silence qui s'était installé entre elles ne la dérangeait pas du tout. Bien au contraire la jeune fille laissa le bruit de ce léger vent des les feuilles la bercer. Elle ferma les yeux et posa sa main sur la tête de Rytlock qui venait de se coucher contre elle. Elle avait toujours la petite Psystigri sur les genoux qui venait visiblement de s'endormir. Seul le bruit d'éclaboussure du caillou qu'avait lancé Lyra avait tranché le silence qui régnait. On aurait dit que tout était en suspens autour d'elles. Même Dovah s'était calmé et jouait dans un grand calme avec le Spinda de la fille aux cheveux d'ébène.

C'était étrange. Pour Ève les jeux vidéos avaient été un refuge, une manière de combattre cet ennui qui la guettait, tapit dans chaque moment de calme. Mais elle avait put s'en aider pour rester une jeune fille avec une certaine sociabilité. Cela l'avait aidé à pouvoir parler aux gens malgré sa timidité, il était toujours plus aisé de discuter derrière un écran. On ne risquait pas le regard des autres, aucun jugement.

Et alors Lyra la sorti de ses pensées pour lui parler d'elle. La Givrali l'écoutait avec attention. Donc toutes les deux souffraient d'une maladie qui les handicapait dans leur vie de tout les jours. Mais au lieu de toucher les poumons, celle de la jeune fille visait son coeur. Ève ne pouvait que compatir envers elle avant de grimacer.

Quelle vie triste. Ce n'était pas de sa faute qu'elle était malade et pourtant on aurait put penser qu'elle en était punie encore plus que par sa simple condition. Bien sûr cela n'était que de la prudence exacerbée, mais pourtant... Les interdits semblaient si nombreux et les rares libertés distribuées goutte par goutte. Bien sûr Ève se savait chanceuse que ses parents n'aient jamais vu d'un mauvais oeil les jeux vidéos et elle leur en était grandement reconnaissante. Mais tout de même... Limiter à ce point le moindre loisir technologique, par simple paranoïa. C'était d'un triste.

Et alors le récit ne fit qu'aller de mal en pire. La jeune fille se retrouvait avec sa mère, malade elle aussi, qui l'enfermait à intérieure et cachait les clés pour que Lyra ne sorte pas, l'enfermant dans ce donjon de cristal. Mais Lyra arrivait à sortir malgré tout, se faufilant après avoir découvert la cachette des clés vers la liberté. Oui la liberté de souffrir encore plus. Non seulement sa vie n'était qu'un huis clôt empli de privation, mais les rares moments de liberté qu'elle parvenait à glaner n'étaient que harcèlement comme elle le disait. Les Hommes sont mauvais. Elle ne comprenait pas pourquoi les gens devaient rejeter ainsi la différence.

Et surtout elle eut peur, parce qu'elle vit en Lyra ce qui aurait put lui arriver dans d'autres circonstances. Elle se sentit d'un coup mal, comme trop chanceuse. Elle se sentait honteuse d'avoir un jour eut l'audace de se sentir malheureuse. Elle n'avait certes pas eu la condition physique rêvée, mais malgré cela elle avait eu une famille compréhensive et permissive, des camarades de classe gentils et des amis via Internet. Et Lyra n'avait rien eu de tout ça. Seuls la solitude et l'ennui.

Puis à nouveau le bruit d'éclaboussure brisa le silence. Les gouttes d'eau rejoignirent la surface aqueuse. Lentement Ève releva son visage pour regarder sa camarade, les yeux humides et emplis de larmes difficilement contenues. Devant elle Lyra semblait vraiment gênée d'avoir autant accaparé la parole et d'avoir monologué. DOucement la blanche secoua la tête de droite à gauche avec un léger sourire sur ses lèvres.

-N-ne t'en fais pas, ce n'est pas grave. Et... et puis si ça t'a fait du bien c'est l'essentiel non ?

Elle avait du mal à parler tant sa voix était serrée par l'émotion. Son empathie naturelle se gorgeant de la détresse de la pauvre Givrali comme un sol trop sec envers une pluie salvatrice. A nouveau la jeune fille posa sa main sur l'épaule de sa camarade, comme pour lui envoyer par ce contact physique tout le courage dont elle était capable et tout le soutien qu'elle ressentait pour elle.

Et alors Lyra reprit la parole, remerciant et complimentant la blanche de sa gentillesse. Celle-ci se mit à rougir violemment devant de telles éloges. Elle se sentait honorée de ce que disait sa camarade, même si pour elle c'était normal. Elle avait toujours dit détester voir les autres tristes, elle préférait voir des sourires sur d'autres visages. Et puis étrangement elles avaient beaucoup de points en communs, à part celui d'un vécu de leur maladie différent. Au final on pouvait bien dire que c'était la même chose.
Quelle différence, elles ne pouvaient faire beaucoup de choses. Oui mais là où Lyra n'avait vécu que privations et solitude, Ève avait eu les jeux vidéos, sa famille et bien d'autres choses.

Elle aussi voulait que la jeune fille sourit. Elle avait toujours gardé son sourire, enfin presque. Comme tout le monde Ève pouvait être triste, elle pouvait pleurer. mais elle était une optimiste. Dans la pluie elle préférait voir l'arc en ciel qui se formait. Elle ne se pensait pas si spéciale que ça et sa différence elle tentait tout de même de la cacher. Elle n'était pas fière de sa maladie, mais elle vivait avec. Elle ne pouvait faire autrement après tout. Elle n'aimait juste pas la pitié dans le regard de certaines personnes devant son état maladif sur l'île Touga.

Et alors de simples mots sortirent d'entre les lèvres de Lyra, presque comme un murmure. Et le coeur d'Ève ne fit qu'un bond à les entendre. Son visage prit une teinte écarlate comme si elle venait de prendre un coup de soleil. Elle se tourna vers sa camarade avec un grand sourire qui s'élargit encore un peu plus en voyant celui de la jeune fille en face d'elle. Elle avait réussi à la faire sourire, cette jeune fille qui laissait tant de tristesse transparaître d'elle. Alors dans un geste irréfléchi qu’elle ne contrôla pas, elle prit Lyra dans ses bras, la serrant doucement compte tenu de leur santé fragile à toute les deux.

-C'est... je... M-merci Lyra. T-tu es aussi une amie. J-je... Tu sais je suis contente que ça soit le cas. Je t'apprécie aussi beaucoup. Et puis si je peux t'aider à sourire je... Enfin ça me fait sourire aussi. Le sourire et le bonheur devraient être la maladie la plus contagieuse et j'aimerais que tous sourient.

Elle se détacha d'elle alors pour la regarder toujours avec ce grand sourire avant d'essuyer rapidement quelques larmes qui perlaient à ses yeux. La petite Psystigri se releva alors et retourna vers sa dresseuse pour se mettre sur ses genoux, visiblement dérangée par le brusque mouvement de la blanche. Ève était vraiment contente que Lyra aille bien et elle replaça son masque sur son visage tandis que son sourire ne voulait pas s'effacer.
En inspirant elle remarqua qu'elle avait la bouche légèrement sèche après avoir autant parlé. Pourtant elle voulut demander une dernière chose à Lyra avant.

-D'ailleurs tu as bien dit être seule dans ta chambre non ? T-tu en penses quoi si on... enfin si on faisait de la coloc' ? Enfin c'est que... je... Je me dit que ce serait bien d'être toutes les deux. Comme ça tu seras plus jamais toute seule.

Elle attendit alors la réponse de sa camarade, caressant la tête de Rytlock. Puis un grand sourire illumina à nouveau son visage tandis que sa nouvelle amie accepta. A partir de la rentrée, elles partageraient la même chambre. Ève l'invita alors à venir avec elle dans la hutte qu'elle partageait avec les garçons, l'invitant à se réhydrater. Étrangement l'air se faisait moins chaud et lourd, comme si il s'était adouci avec l'humeur des deux jeunes filles. Elle rappelèrent alors leurs Pokémons avant de se diriger vers la hutte, Ève montrant avec un grand sourire et plein d'entrain comment fonctionnait la console qu'elle lui avait confié. Elle était contente de lui faire découvrir et lui montrait avec un amusement net comment jouer. Elle riait avec son amie à chaque fois qu'elle loupa quelque chose. Elles étaient installées sur le petit lit d'Ève après que Rytlock eut chassé les insectes de la chambre. Les jeunes filles avaient chacune un verre de jus de baie rafraîchissant, riant et souriant comme deux adolescentes lambdas. Après tout, ensembles, n'étaient-elles pas normales ?

_________________
Ève Syriel ✮ Carry on my wayward son ~ There'll be peace when you are done ~ Lay your weary head to rest ~ Don't you cry no more ! ♪
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Fragiles ○ Ft. Ève   
Fragiles ○ Ft. Ève
Page 1 sur 1
Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers:  
Outils de modération :