Partagez | .
Mission [Dans les abysses de l'Histoire]
 Topdresseur Ranger
avatar
Topdresseur Ranger
Région d'origine : Hoenn
Âge : 14
Niveau : 54
Jetons : 1326
Points d'Expériences : 1669

MessageSujet: Mission [Dans les abysses de l'Histoire]   Jeu 27 Avr - 0:52

Encore une journée tranquille au dortoir Phyllali (Entendre par là, que on a évité que deux incendies Pyronillesques et une tentative de coup d'état de Seth depuis le début de la journée)...Un moment idéal pour que je finisse enfin de remplir ce journal. Depuis mon dernier passage à la maison, Solen me harasse presque pour que je lui envoie des résumés de mes aventures, de mes missions, de mes découvertes et de tout ce qui concerne mon boulot de Ranger. Et...Comment dire...J'ai un peu ''oublié'' de le faire. Bon, ok, j'avoue, j'ai complétement zappé sa demande et apparemment, il en parlé à Cléo. Et lorsque votre grande sœur chérie menace de vous envoyer son Ectoplasma par la poste en cas de nouvel oubli, pour vous rafraichir la mémoire...On claque les talons et on se dépêche d'obtempérer, mon général !
Si je remonte mes derniers rapports Ranger, notre dernière expédition en dehors de Lansat remonte à...Wow, ça remonte, en fait. À part mon petit passage à Kalos avec Max, je n'ai pas quitté l'île pour un voyage en solitaire depuis presque trois mois. Et ça me manque, alors on se bouge et on fonce !
Surtout que mon équipe s'est agrandit depuis la dernière fois : entre cette morfale de Neaki et l'arrivée un peu brutale d'un certain Riolu, combiné à la nouvelle attitude de Liu (On dirait mon starter, en plus fluffy et moins terrifiant...Ouais, en fait, rien à voir avec lui), l'idée de sortir tout ce petit monde pour qu'ils se défoulent et se rendent utiles, prend une toute nouvelle importance.
La meilleure solution, ce serait de partir en terre connue, pour effectuer de petites tâches qui n'exigeraient pas une grosse expérience...De quoi défouler certains de mes équipiers et de voir ce que valent les nouveaux, sur le terrain. Mais pour cela, il va falloir en passer par...

''Tu ne veux pas m'accompagner, Lucki ?...Non mais, pourquoi je pose même la question.''

Mon starter adore toujours autant l'idée de rendre visite à Roseverte (Il déteste que je me serve de lui comme bouclier vivant, au cas où mon CHER référent soit de mauvaise humeur). Pour la peine, je partagerai pas ma toute-dernière tablette de chocolat et puis...EH ! Où est passé cette tablette ?!

''NEAKI ! Reviens ici, espèce de trou noir sur pattes !''

Comment une bestiole aussi ronde peut-elle être aussi vive ? Même en plongeant sur mon lit, impossible d’agripper la Sabelette, qui se réfugie sous celui de Léo. Et vu que Arkhan monte une garde vigilante au pied du sommier de mon bro (Une histoire de viande séchée à laquelle j'aurais pas le droit de toucher...), impossible de choper la type Glace pour lui faire payer la disparition de cette merveille cacaotée, parsemée de petits éclats de noisettes.
Tout ce que je peux faire, c'est quitter la chambre et me diriger d'un pas incertain en direction du bureau de Roseverte...Pitié, faites qu'il soit de bonne humeur : Les portes défilent une à une, j'évite même quelques élèves qui semblent migrer volontairement le plus loin possible du panneau de bois noir qui orne l'autre bout du couloir. Même sans la présence de Lucki, je peux sentir L'impression de malaise ambiant qui s'intensifie au fur et à mesure de mon approche. Je croise même le regard d'un Phyllali qui me contemple comme si j'allais à l'échafaud...Qu'est-ce qu'il se passe ?


*Toc?*

''...intolérable...parvenu...va voir...''

*Toc, toc, toc*

''...JE NE ME LAISSERAI PAR INSULTER DE LA SORTE !''

Wow...Il a l'air...pas trop différent de son état normal, en vrai. Ce doit être pour cela que je pousse bravement la porte du bureau de Roseverte, avant de rentrer précipitamment à l'intérieur. Au dernier moment, j'esquive donc le propriétaire des lieux qui semble faire les cent pas dans le peu d'espace encore disponible (Au vu de son fatras, y'aurais à peine de quoi faire rentrer un Lineon dans son bureau).
Toujours plongé dans ses vociférations, un papier fermement serré dans la main, Roseverte, quand à lui, ne semble même pas conscient de ma présence et continue de marmonner.

''Alors comme ça, c'est lui qu'ils ont choisis ? Un scientifique de seconde zone, qui serait probablement incapable de différencier un Relicanth d'un Magicarpe ? Mais il n'aura pas le plaisir de me voir renoncer ! Je vais lui montrer, moi...''

...Je suis sûr que les frissons qui me parcourent de la tête aux pieds ne sont pas là par hasard (Si tu savais, mon pauvre). Donc, on écoute son instinct Ranger et on tente un repli stratégique en direction de la porte.

''..Et s'il faisait appel à ses deux insupportables Caninos de garde ? Rien que d'imaginer ces deux incompétents poser leurs grosses pattes sur toutes ces découvertes...JE NE LE SUPPORTERAI PAS ! Non, il me faut une idée, n'importe quoi qui me permettrait de les mettre sur la touche.
Oh...Joy.''


Pourquoi il me regarde comme ça ? Et pourquoi mes frissons se sont soudainement mués en froid polaire ? Avant que je ne puisse compléter mon geste et entrouvrir la porte, Roseverte plaque une main brutale sur le panneau de bois pour le refermer, me coupant par là-même l'unique sortie de la pièce. Puis, avec une lenteur extrême, le référent Phyllali semb le me détailler de haut en bas...puis fixe le document qu'il tient toujours...et finit par revenir à son examen de ma personne. Sa voix est toute aussi posé lorsqu'il reprend la parole, mais il y a quelque chose de louche. Car Roseverte est presque...poli ?

''Je peux savoir ce que vous faites dans mon bureau, Joy ?''

''Ah euh..Je voulais...vous demander pour une expédition...''

Quoi ! Qu'est-ce que j'ai dit, pourquoi il sourit comme ça, on dirait un Ronflex devant une tarte aux fraises particulièrement appétissante ! En un éclair, le scientifique se redresse et commence à hocher la tête tout en claquant des doigts avec une rapidité suprenante. Il recule alors de deux pas et saisit une feuille de papier (Couverte de traces de cafés et de cendres de cigarettes), avant de commencer à rédiger frénétiquement une note sur cette dernière. Je devrais fuir, profiter de l'occasion mais...

''Accordé.''

''Pardon ?''

''Vous m'avez bien entendu, Joy. Vous partez demain.''

''Mer...merci. Je voulais aller à Nénu...''

''Oh, ne vous inquiétez pas de la destination. Je vous donnerai tous les détails une fois sur place. D'ailleurs, vu votre air ahuri, merci de me rappeler que vous ne suffirez sûrement pas pour une opération de fouilles aussi délicate. Je vais donc aller vous quérir un peu de renfort !
Rendez-vous sur le quai numéro 7 à 8h et vous feriez mieux d'être à l'heure ! ''


Quelques secondes plus tard, je me retrouve donc hors du bureau de Roseverte, mon ''autorisation'' dans la main, tandis que le référent Phyllali se dirige à grands pas en direction de la porte du dortoir. J'ai l'impression de m'être fait avoir quelque part...

*********************

...Non sérieusement, je me suis VRAIMENT fait avoir.

''Aucun retard...Tu parles, il est déjà la demi passée.''

Assis sur une borne d'amarrage, la tête soutenu par une main, je suis pas exactement à la fête : depuis hier soir, je suis partagé entre l'excitation et l'agacement le plus complet ! Ok, Roseverte m'a autorisé à quitter Lansat, sans la moindre protestation. En revanche, ce que j'ai découvert en lisant plus attentivement son document, c'est que je ne quitte l'île que pour l'accompagner LUI, sur une site archéologique. Au milieu de ses vociférations, j'ai vaguement compris que tout ceci avait un lien avec un site archéologique et la nécessité de son expertise, mais impossible d'obtenir plus d'informations. Et puis, il y a autre chose : d'habitude, Roseverte est relativement indifférent à tout ce qui ne concerne pas ses recherches. Mais là, il était presque hystérique lorsqu'il m'a laissé en plan.
Je ne sais pas à quelle sauce je vais être mangé, et j'aime pas ça...

''Bon, ça suffit, si dans cinq minutes, il n'est pas là, je retourne au dortoir.''

''Vous comptez bailler aux Cornèbres encore longtemps, Joy !''

Cette voix...Non, elle ne peut quand même pas venir de...Argh. Émergeant d'un recoin de la marina, zigzaguant entre les embarcations, une espèce de bateau de pêche, dont le centre s,'orne d'un mat branlant. Une voile tendue en travers de ce dernier et gonflée par le vent semble assurer le déplacement de l'embarcation, soutenu par un vieux moteur de hors-bord crachotant à l'arrière. Et debout sur le pont, les mains rivées sur un gouvernail, se tient une silhouette que j'ai tout d'abord du mal à identifier...Ou plutôt dont je n'arrive pas à assimiler l'apparence : un short brun, de grosses bottes de ranger, une veste en cuir pourvue de multiples poches et pour compléter le tableau, un espèce de chapeau à large bord, qui a connu des jours meilleurs...

''...Professeur, c'est vous ?''

''Évidemment, vous êtes aveugle, Joy ? Montez à bord et dépêchez-vous !''


Non mais il ne compte quand même pas nous emmener sur les lieux de notre expédition dans cette coque de noix ? J'aurais plus confiance en y allant sur le dos de Katara, c'est dire ! Pourtant, devant l'insistance de mon référent, je saute depuis le quai sur le pont de son ''fier'' navire, juste avant qu'il ne se lance dans une description de plus ne plus enflammée des grandes découvertes qu'il a effectué sur son navire, le ''Kyogre IV'' (Mieux vaut ne pas demander ce qui est arrivé aux trois précédents...).
Malgré le roulis, je me retrouve donc à la proue, tandis que le scientifique manipule le gouvernail pour nous rapprocher de l'un des spots d'amarrage, non loin de la sortie du port. Apparemment, son  autre coéquipier (Victime serait un mot plus approprié) devrait nous rejoindre à cet endroit précis. Et je me demande ce qu'il y a dans ce gros sac, proche du gouvernail. Tiens d'ailleurs, il vient de le poser (lancer) sur le pont, juste à coté de moi.

''Joy...Vous pensez que ces patates vont s'éplucher toutes seules ?''

...Il se fiche de moi, là.

_________________


Dernière édition par Cael Joy le Jeu 6 Juil - 19:36, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2479-cael-joy-un-sourire-peut-tout-changer-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2486-cael-joy-phyllali#28810
 Pokéathlète Espion
avatar
Pokéathlète Espion
Région d'origine : Illumis, Kalos.
Âge : 17.
Niveau : 80
Jetons : 16596
Points d'Expériences : 3146

MessageSujet: Re: Mission [Dans les abysses de l'Histoire]   Jeu 27 Avr - 13:40


La journée était magnifique. Le soleil brillait, les oiseaux chantaient, il faisait chaud, il faisait beau, ça sentait bon le printemps, bref, c’était une journée idéale pour ne rien faire. Et posée sous un arbre, Aileen comptait bien en profiter un maximum. Elle n’avait pas cours, et elle avait pris de quoi grignoter, de quoi boire un peu, et sa basse bien-aimée pour gratter tranquillement les cordes à l’ombre d’un chêne. Ses Pokémon dormaient ou couraient autour d’elle, Jenna et Scraps jouant à se poursuivre sans fin. Le Malosse était content d’avoir une nouvelle copine, c’était indéniable. Olympe, la Couafarel, était beaucoup trop précieuse pour jouer à se salir, et il commençait à se sentir un peu seul. Heureusement, la Rocabot chromatique était arrivée, et elle l’avait immédiatement adoptée comme compagnon de jeu. Bref, c’était le pied total.

Malheureusement, le bonheur ne dure jamais.

Le glas de son petit bonheur vint sous la forme d’un professeur. Agacé, qui ronchonnait des mots inintelligibles, une feuille serrée dans son poing et une cigarette vissée à ses lèvres. Franklin Roseverte, le professeur référent du dortoir Phyllali. Bien entendu, Aileen ne leva pas la tête vers lui. A ses yeux, elle n’existait pas, puisqu’elle était mécanicienne. Les mécaniciens, pour Roseverte, c’étaient comme les rangers, pour Creed. Une moindre mesure, une gêne plus qu’autre chose. Creed ne s’intéressait qu’aux spé types et aux stratèges, et Roseverte qu’aux chercheurs et aux archéologues. La brune avait pris l’habitude d’être complètement ignorée par son professeur, aussi, quand il passa à sa hauteur, elle ne réagit pas, restant concentrée sur sa musique. Sa stature cacha le soleil quelques secondes avant qu’il ne s’éloigne. Puis, contre toute attente, le soleil fut de nouveau caché, ce qui dérangeait un peu la Pyroli. C’était peut-être le printemps, mais il ne faisait pas trente degrés à l’ombre non plus. Aussi leva-t-elle la tête, un poil agacée, pour demander à l’abruti qui cachait le soleil de bien vouloir se décaler de quelques pas, s’il vous plaît merci.

Mais bien entendu, elle ne dit rien. Traiter Roseverte d’abruti la démangeait parfois, mais elle savait qu’il valait mieux qu’elle refrène cette envie si elle ne voulait pas avoir quatre heures de colle et des ennuis en perspective.

« Ah. Sôma. »

La brune cilla. Wow. Roseverte connaissait son nom de famille ? Tout espoir n’était peut-être pas vain, finalement. Peut-être qu’il s’intéressait un tout petit peu à ses élèves mécaniciens, en fin de compte. Mais étrangement, elle sentit la méfiance pointer le bout de son nez. Roseverte ne lui avait jamais parlé, et elle n’avait pas fait de conneries. Donc… Il avait un truc à lui demander. Ou plutôt, à lui imposer.

« Vous êtes, quoi, Grade 3, non ? »
« Grade 4, professeur. »
« Oui, oui, bien. La plus gradée de l’académie, en somme. Parfait, c’est exactement ce dont j’avais besoin. »

Il lui tendit une feuille, et sans réfléchir, Aileen s’en saisit pour la lire. Expédition archéologique, deux archéologues dont Roseverte, chacun avec deux assistants… Wait what ? Il la prenait comme assistante ? Les yeux plissés, elle releva la tête vers Roseverte avec la ferme intention de refuser le deal. Hors de question qu’elle serve de larbin à ce type. Il ne lui en laissa cependant pas la possibilité.

« Je vous attend à 8h45 au quai numéro 7, et vous avez intérêt d’être à l’heure. »
« Mais… »

Trop tard. Roseverte était parti, et avec lui, la stature qui cachait le soleil. Ce dernier se fit un plaisir malsain de revenir pour aveugler momentanément la Pyroli, qui, évidemment, avait les yeux bien levés vers l’astre solaire. En grognant, elle baissa la tête, et attendit quelques minutes que les points noirs cessent de danser devant ses yeux pour s’intéresser de nouveau à la feuille et la lire plus en détail. Expédition archéologique avec deux archéologues. L’un était Roseverte, l’autre un certain Keolog dont le nom ne lui disait absolument rien, mais vu l’agacement et l’empressement de son professeur, c’était sans doute un rival de longue date, et puisque ce dernier venait avec deux assistants, Roseverte s’était hâté de trouver deux larbins. Elle, la plus gradée de l’école, histoire d’en mettre plein la vue à son rival, et l’autre… Tiens, qui était l’autre ? Un archéologue, sans doute. Leonidas, peut-être ? Ou Ambre ? Agacée, la brune baissa la feuille, et tourna son regard vers Sphax, qui ouvrit à demi un œil.

« Il est gonflé, ce type. A quel moment tu m’as entendu dire oui ? »

* * * * *

Elle avait beau ne pas avoir dit oui, elle se dirigeait quand même vers le quai numéro sept avec cinq bonnes minutes d’avance sur l’horaire de base. La soirée lui avait permis de réfléchir. Elle n’avait pas envie de jouer les larbins, mais elle avait besoin de plus d’expérience scientifique pour passer son Grade 5. Un tout petit peu plus, en fait. Alors si elle justifiait sur le papier qu’elle était partie en expédition avec Franklin Roseverte et Richard Keolog, deux scientifiques connus et reconnus dans le monde entier, ça donnerait un boost certain à sa demande de Grade 5. Ça valait bien le temps passé à supporter ce crétin de Roseverte. Ce n’était pas comme si elle allait vraiment devenir l’assistante personnelle de ce bouffon à lunettes. Enfin, elle n’avait plus qu’à l’espérer. Parce que si elle aimait bien l’histoire et les découvertes, en général, ces dernières avaient tendance à perdre de leurs attraits quand son professeur scientifique était dans les parages, étrangement. Sans doute parce qu’il se blasait pour tout ce qui n’avait pas trait à ses découvertes à lui, probablement.

Quand elle arriva au quai 7, elle chercha des yeux le bateau qui les emmènerait à… A où, en fait ? Elle ne savait même pas où elle devait aller. Elle était occupée à regarder un gros paquebot quand Sphax, hilare, pointa du museau un vieux rafiot en ruines qui menaçait de s’écrouler à la moindre vaguelette. Aileen retint un ricanement moqueur. Bon sang, elle plaignait les pauvres hères qui traverseraient la mer sur cette coque de noix pourrie. Et la dégaine du capitaine, mes aïeux ! Qu’est-ce que c’était que ce touriste ? Son regard moqueur se transforma en regard de surprise, puis d’amusement, et enfin d’effroi, quand elle comprit qu’il s’agissait de Franklin Roseverte. Si sa dégaine atypique prêtait à rire, le bateau qu’il pilotait devait sans aucun doute lui appartenir. Ce qui signifiait que le pauvre hère qui allait traverser la mer sur cette embarcation moisie… C’était elle. L’apercevant, Roseverte lui fit signe d’approcher, et la brune s’exécuta en priant d’avance pour que la mer ne les engloutisse pas. Ou du moins, qu’elle les engloutisse maintenant, comme ça ils ne mourraient pas au beau milieu de l’océan.

« Ah, vous voilà ! Vous êtes en retard, Sôma ! »
« Plutôt en avance, professeur. »
« En avance ? J’avais dit 8h ! »
« 8h45, professeur. Regardez. »

Elle lui mit la feuille sous le nez, et Roseverte fut bien obligée d’admettre qu’elle avait raison. En ronchonnant, il la laissa embarquer, et la brune faillit refuser en voyant les trous au sol. Bon dieu, ils allaient couler avant même d’avoir quitté Lansat, à ce rythme. Cependant, elle embarqua tout de même, et ce fut à contrecoeur que Sphax lui emboîta le pas. Déjà qu’il n’aimait pas la mer… Mais là, c’était pire ! Un coup d’oeil lui apprit qui était son coéquipier pour cette corvée, et elle ne put s’empêcher d’avoir un grand sourire heureux en reconnaissant Cael. Par contre, qu’est-ce qu’il faisait avec des patates à la main ? Il n’allait pas les manger comme ça, tout de même ?

« Puisque vous êtes enfin là, vous allez pouvoir l’aider. »
« A quoi faire ? »
« A éplucher les patates, enfin ! »

Il leva les yeux au ciel, comme si c’était l’évidence même, et Aileen cilla. Éplucher les… Patates ? C’était ça, le travail d’un assistant accrédité ? Cependant, alors que Roseverte posait les yeux sur l’horizon en commençant à naviguer, Aileen ne put s’empêcher d’esquisser un léger sourire dangereux. Il voulait se la jouer comme ça ? Parfait. Elle aussi pouvait jouer. Il n’allait pas être déçu du voyage. Posant son sac, elle s’installa aux côtés de Cael, se saisissant d’une pomme de terre et d’un épluche-légumes. Au bout d’une patate, elle comprit qu’elle n’aurait plus de mains avant d’avoir fini le sac, aussi attaqua-t-elle plus tôt que prévu, se tournant vers Cael avec l’air innocent de celui qui frappe dans le dos sans avoir l’air d’y toucher.

« J’ai un peu de mal à éplucher. Si j’avais su que ça faisait partie du travail d’un assistant accrédité sur une découverte d’une importance majeure, je me serai entraînée. Tu crois qu’on pourrait demander de l’aide ou des conseils aux assistants de monsieur Keolog ? »

Roseverte tourna la tête vers elle, et elle vit un orage briller dans ses yeux sombres. Parfait. Toujours pétrie d’innocence, elle continua à parler à Cael, comme si elle ignorait que Roseverte la tuait du regard avec les deux mitraillettes lui servant de pupilles.

« On pourrait aussi demander à monsieur Keolog, tant qu'à faire. Oh, on en profiterait aussi pour lui demander sur quoi porte la mission et ce qu’on devra faire une fois sur place. »
« Sôma… »
« Oui, professeur ? »

Regard ingénu. Elle était un ange. Un ange avec une patate dans une main et un épluche-légumes dans l’autre, qui venait de menacer son professeur. Cela lui confirmait que ce Keolog et lui, ce n’était pas une folle histoire d’amour, bien au contraire. Il y avait de la rivalité, de la tension, du drama, et chacun voulait prouver qu’il était meilleur que l’autre. Alors si les assistants de Roseverte allaient voir Keolog pour lui demander sur quoi portait la mission… Il serait ridiculisé. S’il s’avisait à trop les traiter comme des larbins, avec sa corvée de patates ou quoi que ce soit d’autre, une remarque malheureuse pouvait toujours échapper à ses deux assistants, et sa réputation si lisse en prendrait un sacré coup. Agacé, il lâcha un profond soupir, avant d’accepter de leur révéler deux ou trois trucs. Le strict minimum quoi.

« Lâchez vos machins et venez par là, vous deux. »

Aileen fut heureuse de lui obéir. Elle posa son épluche-légumes, que sa Zoroark récupéra. Elle, elle voulait bien éplucher les patates. Ça avait l’air rigolo. Quelques Pokémon d’Aileen se mirent en cercle autour du sac et se mirent à l’ouvrage pendant que Cael et leur dresseuse allaient s’asseoir sur un banc.

« Une expédition archéologique maritime a trouvé des ruines anciennes dans un archipel. L’architecture ressemblant à celle du Peuple des Mers, ils ont engagé deux spécialistes des fonds marins pour expertiser les ruines. Moi, donc, et un prétentieux suffisant qui ne mérite même pas qu’on prononce son nom. »

Richard Keolog, donc, même si, l’espace d’un instant, Aileen s’était demandée pourquoi il parlait de lui à la troisième personne. Derrière Roseverte, l’Opération Patate avançait rapidement, le petit groupe survolté ayant presque fini le sac. Pas sûr qu’il faille vraiment tout éplucher… Mais le prof n’avait qu’à préciser la quantité, aussi. Roseverte reposa les yeux sur eux, et il ne fut pas dur d’y lire un avertissement très clair, une menace à peine voilée. Qu’ils prononcent un seul mot de travers devant Keolog ou ses assistants, et ils rentreraient à Lansat à la nage – ce qui serait toujours plus sécuritaire que sur son petit bateau.

« C’est tout ce que vous avez besoin de savoir. Retournez à vos patates maintenant. »

La clameur des Pokémon d’Aileen apprit aux trois dresseurs que l’Opération Patate était un succès phénoménal, et que, du coup, ils n’avaient plus rien à faire. Tout était épluché, et la Gardevoir venait de tout remettre dans le sac pour l’emmener à la cuisine. Roseverte lâcha un soupir agacé.

« Faites ce que vous voulez. Mais ne restez pas dans mes pattes ! »

Les deux élèves se levèrent et s’éloignèrent de Monsieur Bonne Humeur. Qu’est-ce qu’ils pouvaient faire pendant la traversée ? Aileen voulait en savoir plus sur cette expédition, comme le profil détaillé du rival de Roseverte et de ses deux assistants inconnus.

« Je vais me renseigner un peu sur Keol… » Elle croisa le regard noir de Roseverte et décida prudemment de changer d’approche. « Sur l’autre scientifique qui ne doit pas valoir un clou à côté de notre prof. » Roseverte tourna son regard vers la mer. Elle l’avait échappé belle. « Tu veux m’aider ? »

_________________
aileen sôma
I messed up tonight, I lost another fight, I still mess up but I'll just start again, I keep falling down, I keep on hitting the ground, I always get up now to see what's next. Birds don't just fly, they fall down and get up, Nobody learns without getting it wrong.


Dernière édition par Aileen Sôma le Jeu 11 Mai - 12:12, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1326-aileen-soma-des-voeux-de-lumiere-dans-l-ombre-de-la-nuit http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1328-aileen-soma-pyroli
 Topdresseur Ranger
avatar
Topdresseur Ranger
Région d'origine : Hoenn
Âge : 14
Niveau : 54
Jetons : 1326
Points d'Expériences : 1669

MessageSujet: Re: Mission [Dans les abysses de l'Histoire]   Lun 8 Mai - 0:17

Et une patate de plus...Et une autre patate...Et, oh ? Mais qu'est-ce que c'est que ça ? Mais oui, il me semble bien que c'est ENCORE une patate ! Parce que c'est tout ce que je fais sur le pont de ce bateau, j'épluche des patates ! Le pire, c'est que cette activité ne me dérange pas forcément : je veux dire, des patates, j'en ai déjà épluché un bon paquet (Ça aide d'être fils de restaurateurs). Au moins Roseverte me fiche la paix pendant ce temps et c'est presque plus agréable que de devoir ''discuter'' avec lui.
C'est donc après ma 20ème patate passée à l'économe que j'entends la douce et mélodieuse voix de notre capitaine venir s'opposer au son du ressac : manifestement, il a quand même réussi à se trouver un second assistant, voyons qui sera la malheureuse victime....''Sôma'' ? Aaaaaah, ça par contre, c'est une bonne nouvelle ! J'ai pas l'air très fin avec une patate dans une main et un économe dans l'autre, mais ça ne m'empêche pas de lui faire signe, lorsqu'elle quitte la jetée pour sauter sur le pont de notre fier navire.

''Hey oh ! Bienvenue à bord, Aileen. J'savais pas que tu t'intéressais à l'archéologie...Ou alors, toi aussi, on t'a kidnappé par surprise ?''

Ok, je l'ai pas dit fort...Mais c'est vrai, quoi, si Roseverte n'a pas d'assistants en temps normal, c'est pas pour rien ! Voyant la Pyroli s'installer à mes cotés, j'en profite donc pour me concentrer de nouveau sur mon tubercule...Vu la taille du sac, on a de quoi s,occuper un petit moment. Bon, par contre, pourquoi est-ce qu'elle tient son économe comme ça ? C'est délicat d'éplucher correctement, là, elle va juste massacrer le pauvre légume innocent ! Et se faire mal à la main par la même occasion.
Je tenterais bien de lui en faire la remarque, mais...Je le connais ce regard. À force de fréquenter Aileen, on finit par le repérer assez facilement : lorsqu'elle à cette lueur dans les yeux, c'est que quelqu'un ne va pas tarder à passer un TRÈS mauvais moment. La dernière fois que je l'ai vue comme ça, Joris a fini plaquer contre un mur dans la seconde qui a suivi. Bon, par contre, pourquoi est-ce qu'elle fait des mouvements du menton comme ça dans ma direction ? Ça fait déjà trois fois qu'elle pointe la tête en direction de Roseverte, sans cesser de parler avec ce petit ton caractéristique. Elle a un problème avec sa patate ?...Aaaaaaaaah, j'ai compris !

''Surtout qu'il doit déjà être sur place, lui. Il a sûrement fait le tour des lieux et il pourra nous renseigner en profondeur.''

On dirait qu'elle a touché juste...Roseverte à l'air prêt à égorger la prochaine personne qui mentionnera le nom de Mr. Keolog. Ou à l'empailler avant de la transformer en vestige, ce qui est vachement plus rassurant, non ? Par réflexe, je continue donc d'éplucher un tubercule, en évitant au maximum le contact visuel avec le référent Phyllali, tandis que ce dernier inspire profondément avant de répondre de mauvaise grâce à ma partenaire.

''Une expédition archéologique maritime a trouvé des ruines anciennes dans un archipel. L’architecture ressemblant à celle du Peuple des Mers, ils ont engagé deux spécialistes des fonds marins pour expertiser les ruines. Moi, donc, et un prétentieux suffisant qui ne mérite même pas qu’on prononce son nom.''

Ah ? Roseverte aurait un frère jumeau, alors ? Quoi que, ça me semble bien improbable : l'univers en supporte déjà difficilement un ([i]Et je parle en connaissance de cause
), alors deux, j'ose même pas imaginer ce que ça donnerait. En revanche, l'intervention des Pokemons d'Aileen semble nous avoir à la fois privé de patates et de corvées pour le trajet...On va donc dire que c'est une bonne chose. Congédiés par le scientifique qui reprend la barre en grommelant (Je me demande quelle tête il aurait, avec une pipe vissée entre les dents et sa casquette de marin), il ne nous reste plus qu'à attendre l'arrivée sur place...On découvrira bien ce qui nous attend par nous-même, j'imagine.
Sauf qu'Aileen semble bien décidée à prendre les devants et qu'elle se prépare déjà à fouiller les moindres recoins de son Ipok pour trouver des informations sur Richard Keolog. Sauf que...Comment dire...

''...La dernière fois que j'ai touché un ordinateur, je crois qu'il a fondu. La seule chose que j'arrive à  consulter sans faire exploser mon Ipok, c'est le Réseau Ranger.''


Me regardez pas comme ça ! Je sais me servir d'un ordinateur, j'vous signale ! C'est juste que la technologie et moi, ça finit rarement bien, malgré tous mes efforts !  En revanche, il y a bien quelque chose que je peux faire pour soutenir le travail de la Pyroli...

''Par contre, ça pourrait nous être utile. Un endroit pareil, ça a forcément fait l'objet d'un rapport auprès de la Fédération. Pendant que tu cherches sur ce Richard Keolog, je vais voir ce que je peux trouver sur le sujet.''

Ça m'évitera déjà de passer le reste du voyage à me tourner les pouces et en même temps,  j'aimerais avoir un peu plus d'informations que le peu que Roseverte a daigné nous fournir sur l'emplacement de ma mission...Si jamais je découvre qu'il y a une colonie de Sharpedos ou de Tentacruel sur place, il pourra toujours courir pour qu'on lui serve de diversions (Ou d'en-cas pour type Eau affamés, dans ce dernier cas) !

********************

''Y'avais effectivement un rapport : une équipe de Rangers s'est rendu sur place lorsque l'archipel a été repérée, il y a quelques mois. Des ruines de cette taille et aussi anciennes, elle abritait forcément un bon paquet de Pokémons. Bon, y'avais au moins cinq pages qui rappelaient que la ville était trés ancienne (Non, sans blague), mais je crois que j'ai trouvé quelques trucs intéressants.
D'abord, les habitants semblaient vénérer les Pokémons de type Eau, ce qui explique pourquoi on trouve un bon paquet de leurs colonies autour mais également au coeur de la ville. Les Rangers auraient repéré des canaux qui la traverseraient un peu dans tous les sens et que les Pokémons utiliseraient comme nids. En plus, ils ont aussi remarqués un bon paquet de Pokémons artificiels comme Gringolem ou Balbuto..Attends, j'avais noté un truc...AH ! C'est là...''Présence de plusieurs Alphas confirmés au niveau des canaux, les Pokémons paraissant extrêmement territoriaux. Les reconnaissances ont permis L'identification d'un Golemastoc, d'un Crabaraque et surtout d'un Kaorine de taille supérieure, au nombre de ces derniers.''


C'est déjà un début. AU moins, je sais ce que j'aurais a affronté, si Roseverte fait preuve de sa délicatesse habituelle, vis-à-vis de son environnement proche. Quand à mes équipiers...Avec le peu d'informations dont je disposais, j'ai pas vraiment eu le loisir de préparer mon équipe. Dans le doute, j'ai donc embarqué Katara, Mithos et Neaki : une bonne occasion pour le Negapi et la Sablette de se frotter au terrain. J'espère juste que Lucki parviendra à garder les autres sous contrôle en mon absence...Sinon, Léo va juste me pulvériser, lorsque je rentrerais (Ou pire, me laisser à la merci d'Arkhan).
Au moins, notre petite session de recherche nous aura éviter de subir les grommellements de Roseverte durant tout le trajet : dépassant les îles et les archipels les plus proches de Lansat, notre guide nous embarque au beau milieu de l'océan, pour un voyage qui semble nous éloigner de toute trace de terre habitable. À part l'horizon et les vagues que fend notre (frèle) embarcation, rien ne vient troubler la monotonie du paysage..Si je laisse de coté cette petite tache sombre à l'est, qui semble aller en grossissant. Au fur et à mesure de notre approche, les contreforts de ce qui ressemble à des murs de pierres entassés, jouxtant les bords d'une île se dessinent de manière plus précise, jusqu'à ce que finalement, nous puissions discerner les fissures qui les parsèment. Sans être un expert...Je peux dire que c'est vieux (Non, sans blague ?). Délaissant l'approche direct, Roseverte fait pivoter le gouvernail pour nous orienter en direction d'un débarcadère, manifestement monté à la hâte. Mais, plus que la structure branlante, c'est la haute silhouette qui se tient au bout de ce dernier, les bras grands ouverts, qui attire notre attention...

''OH OH OH ! Si ce n'est pas ce cher Frankie ! Dépêche-toi de descendre de ta coque de noix, on a du boulot!''

..J'ai pas rêvé, il a bien dit Frankie ?

_________________


Dernière édition par Cael Joy le Lun 15 Mai - 21:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2479-cael-joy-un-sourire-peut-tout-changer-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2486-cael-joy-phyllali#28810
 Pokéathlète Espion
avatar
Pokéathlète Espion
Région d'origine : Illumis, Kalos.
Âge : 17.
Niveau : 80
Jetons : 16596
Points d'Expériences : 3146

MessageSujet: Re: Mission [Dans les abysses de l'Histoire]   Jeu 11 Mai - 14:06


Au final, elle s’était occupée seule des recherches sur le rival de Roseverte et ses deux assistants, Cael ayant comme excuse le fait que la technologie lui explosait entre les mains. Comment diable pouvait-il faire fondre un ordinateur ? La brune avait grimacé, et éloigné son iPok de son camarade. Elle tenait trop à son appareil, aux applications dedans, et à tout ce qu’elle avait pu amasser en trois ans d’académie. Tout était stocké sur un disque dur externe… Mais quand même. Tandis qu’il s’occupait de trouver des informations sur le lieu de la mission via la Fédération Ranger (ils avaient un site web ? La vache, elle l’ignorait. Il faudrait qu’elle y fasse un tour, ça pouvait toujours être utile.) elle-même s’était posée dans un coin pour regrouper toutes les informations possibles sur Keolog et ses deux assistants. Trouver Keolog fut facile, et découvrir pourquoi il était célèbre au même titre que Roseverte fit grincer les dents de la Pyroli. Bon sang, s’il avait été un élève, elle aurait largement abusé de son autorité de préfète en chef pour le coller jusqu’à la fin de sa scolarité, rien que pour se venger de ce coup bas ! Les deux assistants, par contre, étaient introuvables. Apparemment, il en avait toute une clique, au moins une quinzaine, qui l’accompagnaient par rotations selon les endroits où il se rendait. Refermant son iPok, elle convergea vers Cael en tentant de ne pas regarder Roseverte.

« Cael, j’ai quelques infos, il faut qu’on parle. »

Cael aussi avait des infos, et il prit la parole le premier, lui racontant tout ce qu’il avait découvert sur le site de la Fédération Ranger. Une ville ancienne, en ruines, dont les habitants semblaient vénérer les Pokémon de type Eau. Original. Les ruines étaient truffées de Pokémon, qui nichaient dans les nombreux canaux qui parcouraient la ville dans un labyrinthe complexe. En plus des Pokémon artificiels qui pouvaient être croisés, il y avait aussi des Pokémon Alphas. Ça lui disait vaguement quelque chose. Elle n’insista cependant pas, attendant que Cael termine de parler. Leur petite expédition archéologique allait s’avérer compliquée. Les ruines d’une ville gigantesque, des Pokémon sans doute agressifs, et des Alphas qui ne les laisseraient sans doute pas se balader sur leur territoire sans vouloir immédiatement en découdre. Bon sang. Sans compter qu’ils allaient devoir se traîner Franklin Roseverte et Richard Keolog, en plus des deux assistants de ce dernier. Plus qu’à espérer que le trio inconnu ne soit pas du même acabit de Roseverte… Sinon, elle rentrerait à Lansat à la nage.

« Ça va pas être de la tarte, quoi… »

Elle soupira, avant d’entraîner Cael à l’écart de Roseverte. Il serait capable de leur fondre dessus pour leur bouffer les entrailles s’il les entendait parler de son rival, et Aileen s’estimait encore trop jeune pour mourir, surtout d’une manière aussi ridicule. Le supplice de Prométhée, ce n’était pas vraiment sa tasse de thé.

« A mon tour, maintenant. Tu te rappelles le cours sur les Zarbi que nous avait fait Yade ? Où il nous a expliqué qu’on ne sait rien de leurs méthodes de communication, ou du fait qu’ils prennent la forme de mots ? Je suis prête à te parier ce que tu veux qu’il a fait son cours avec Roseverte, et ce prétentieux n’allait tout de même pas apprendre à ses élèves que toutes ces choses ont été découvertes… Par son rival ! »

Elle lui mit son iPok sous les yeux pour lui montrer l’article expliquant que le grand archéologie Richard Keolog avait trouvé un moyen de traduire les ondes radios émises par les Zarbi quand ils communiquaient. Il s’était rendu compte que quand ils parlaient entre eux, ils brouillaient les radios utilisées par les chercheurs présents sur les lieux, et s’était débrouillé pour en créer une de toutes pièces pour traduire ces interférences en véritables paroles. Et il avait réussi. Ce type était un pur concentré de génie, et il était plus jeune que Roseverte. Sans compter que sa découverte avait eu lieu quelques temps après celle de l’espèce Relicanth par leur professeur, et le succès de la traduction avait totalement pris le pas sur celui de la découverte d’un poisson tellement placide qu’il passait pour mort aux yeux de tous. Pas étonnant que Roseverte le déteste. Il lui avait volé son succès, il était plus jeune que lui, et surtout, le système de décryptage des ondes radios portait maintenant son nom, le « Procédé Keolog ». Roseverte n’avait rien qui portait son nom.

« Ce Roseverte est vraiment un bel enfoiré, franchement, si je pouvais, je - »
« OH OH OH ! Si ce n'est pas ce cher Frankie ! Dépêche-toi de descendre de ta coque de noix, on a du boulot ! »

Aileen cilla. Frankie ? Il avait dit Frankie ? Son regard surpris croisa celui de Cael, et les deux jeunes étouffèrent leurs pouffements de rire pour ne pas attirer l’attention de leur irascible professeur. Ce dernier, en grommelant, s’exécuta, descendant le premier de ce rafiot en ruines, et Aileen, après s’être saisie de son sac, le suivit, laissant son Absol sauter par-dessus la rambarde pour atteindre la terre ferme. Elle avait hâte de voir à quoi ressemblait ce Keolog. Elle avait vu quelques photos sur son site web, l’avait trouvé extrêmement mignon, mais rien ne vaut la réalité. Aussi, après être descendue du bateau, elle se rapprocha de son professeur et leva les yeux vers le rival de Franklin Roseverte.

Oh. Mon. Dieu.

Il avait, au minimum, dix ans de moins que Roseverte. Son regard vert brillait d’un éclat rieur, et ses cheveux d’un brun soutenu étaient complètement désordonnés. Sensiblement plus petit que Roseverte, il était aussi beaucoup plus avenant, beaucoup plus charismatique, et pardonnez-moi du peu, beaucoup plus sexy. Et son attirail laissait clairement penser qu’il était un mécanicien, rehaussant encore plus la fascination de la Pyroli. Il était trop sexy, connu pour un truc trop classe, il était mécanicien, et Roseverte le détestait. Elle venait de trouver l’homme le plus parfait du monde… Et elle comprenait maintenant pourquoi Roseverte rechignait à donner des cours de mécanique. Bon sang. Elle devait signer où, pour échanger les profs et repartir avec Keolog ?

« T’en as mis du temps, Frankie ! On a eu le temps de s’installer tranquille avant que tu te décides enfin à arriver ! »
« Ouais, ouais… Vous êtes là depuis combien de temps ? »
« Oh, on est arrivés il y a deux jours, peut-être trois… » Son regard tomba sur Cael et Aileen. « Oh, mais t’as deux assistants avec toi ! Tu bossais pas en solo, aux dernières nouvelles ? » Il leur sourit avec bienveillance. « Salut les jeunes ! Je suis Richard Keolog, mais j’imagine que vous le saviez déjà ! »
« Ouais bon, on n’a pas toute la journée, là, Richard. Ils sont où, les autres ? »

Le (beaucoup trop sexy) Richard Keolog leur fit un sourire, et les entraîna à sa suite vers le site de fouilles. Les deux élèves suivaient en silence, trop proches de Roseverte pour oser élever la voix. Leur prof était à cran, et ni l’un ni l’autre ne tenaient à voir les foudres du référent Phyllali s’abattre sur l’un d’entre eux. Ils étaient fous, mais pas suicidaires, non plus. En parlant d’un ton enjoué, l’archéologue leur apprit tout ce que l’équipe avait appris sur les lieux. Aileen n’écouta qu’à moitié, puisqu’elle savait déjà tout grâce aux recherches de Cael. Elle s’intéressait bien plus au ton de Keolog et à sa gestuelle tandis qu’il parlait à Roseverte. L’inimitié était partagée. Elle ne l’avait pas senti plus tôt, mais quand il avait dit être arrivé quelques jours avant eux, il avait frappé Roseverte dans son orgueil. De même quand il avait notifié les deux assistants, qu’il avait chaleureusement salués. Roseverte bossait en solo. S’il avait deux mômes avec lui, c’est que, quelque part, il se sentait mis en danger, et Keolog n’avait pas hésité à le souligner tout en étirant ses lippes en un sourire carnassier pour qui savait lire entre les lignes. Lui avait deux assistants. Son rival avait chopé deux gamins random pour ne pas être à la traîne. Cependant, l’animosité que Keolog portait à Roseverte n’était pas retombée sur les deux élèves, qu’il laissait hors du coup en les traitant comme il aurait traité ses propres assistants… Ce qui, bien entendu, était un nouveau coup de poignard adressé à son concurrent de toujours.

« Monsieur Keolog ? Vous aviez oublié vos notes de recherches. »

Aileen sortit de ses songes. Une nouvelle venue avait fait son apparition. Une jolie blonde, d’à peu près sa taille, à l’air ingénu et candide qui mit la brune sur ses gardes. Elle lui faisait penser à Alice, l’espionne avec qui elle avait travaillé en été. Son air candide et innocent avait trompé tout le monde jusqu’à ce qu’elle commence réellement à faire son travail. De toute manière, elle avait, de base, un peu de mal avec les gens trop gentils. Elle s’était fait enfler un peu trop souvent pour donner sa confiance sans conditions au premier venu.

« Oh ? Ah, merci, Lucie, c’est gentil. » Avec un nouveau sourire, l’adulte récupéra ses papiers. « Oh, et l’Alpha, qu’en est-il ? Il est toujours là ? »
« Non non non, je m’en suis occupé ♪ »

Une nouvelle personne fit son apparition. Un jeune homme, aux cheveux blancs, ce qui n’étonna pas la brune plus que ça. Cael avait bien les cheveux roses, alors des cheveux blancs, ce n’était pas si perturbant que ça, au final.

« Vraiment ? Bravo Henry ! Tu as eu raison d’insister pour venir, au final, c’est bien d’avoir un bon stratège pour protéger nos recherches ! »

Lucie et Henry. Les avait-elle croisés sur le site web de Keolog ? Peut-être. Elle ne s’en souvenait pas, et était donc infichue de savoir quelles étaient leurs spécialités. Le Topdressage, pour Henry, puisque Keolog venait de l’appeler stratège. Et l’autre ? Un truc en rapport avec la science, sans doute, chercheuse ou archéologue peut-être.

« Bon ! Puisque ce satané Alpha est parti, allons faire un petit tour du site de fouilles ! Après tout, vous n’êtes pas venus de si loin dans cette coque de noix pour le simple plaisir de ma présence, ha ha ha ! »

Encore un taquet discret pour Roseverte. Aileen ne pouvait qu’être admirative devant une telle maîtrise des piques cyniques adressées avec le sourire. Ce type était son nouveau héros. Cael s’en rendait-il compte, lui aussi, ou pensait-il que Keolog ne faisait que gentiment charrier leur professeur, et que la rivalité n’était qu’à sens unique ? Emboîtant le pas à Roseverte, qui grommelait en silence, elle rejoignit le groupe pour se diriger vers le site de fouilles, tentant toujours de se rappeler si elle avait lu quelque chose sur les deux assistants de Keolog. Au pire, elle l’apprendrait sur le tas, puisqu’ils étaient bien partis pour passer du temps ensemble…

Les PNJ de la mission:
 

_________________
aileen sôma
I messed up tonight, I lost another fight, I still mess up but I'll just start again, I keep falling down, I keep on hitting the ground, I always get up now to see what's next. Birds don't just fly, they fall down and get up, Nobody learns without getting it wrong.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1326-aileen-soma-des-voeux-de-lumiere-dans-l-ombre-de-la-nuit http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1328-aileen-soma-pyroli
 Topdresseur Ranger
avatar
Topdresseur Ranger
Région d'origine : Hoenn
Âge : 14
Niveau : 54
Jetons : 1326
Points d'Expériences : 1669

MessageSujet: Re: Mission [Dans les abysses de l'Histoire]   Ven 26 Mai - 21:48

Il a l'air...sympathique. Genre, vraiment gentil, accueillant, ouvert, souriant. Suffit de passer la liste de tous les qualificatifs qui ne me viendraient jamais à l'esprit en parlant de Roseverte et je pense que ça résumerait pas mal l'étrange personnage qui agite les bras au niveau de l'embarcadère, en nous apostrophant de toutes ses forces.
La manoeuvre d'amarrage de Roseverte sembla étrangement brutale et avec un grincement sonore, son petit bateau se rangea rapidement contre le bois de la jetée, juste avant que le référent Phyllali ne laisse échapper un grognement sourd. Encore plus renfrogné qu'à l'accoutumée (Oui, je vous jure que c'est possible), c'est limite si ce dernier ne nous pousse pas par-dessus bord, tant il semble pressé de se porter à hauteur de Richard Keolog. ''Frankie'' n'a pas l'air si content que ça de le voir...

''Salut les jeunes ! Je suis Richard Keolog, mais j’imagine que vous le saviez déjà !''

''Salut ! Alors, moi c'est Ca...

''Ouais bon, on n’a pas toute la journée, là, Richard. Ils sont où, les autres ?''

...Ça, au moins, ça ne change pas, il est toujours aussi malpoli. Autant pour les présentations, je présume qu'on aura le temps de les faire un peu plus tard. Tandis que notre guide nous entraine à sa suite dans les profondeurs de la ville, je préfère m'intéresser davantage à cette dernière qu'à leur discussion (C'est moi ou leurs retrouvailles sont un peu...euh...spéciales ?) : les maisons sont toutes de formes cubiques et dépassent rarement les deux étages. Une succession de petites fenêtres carrées ornent la plupart des structures, pourvues d'une unique ouverture qui semble placée relativement aléatoirement au niveau du sol. Je ne sais pas qui vivait ici, mais en tout cas, les rues bien ordonnées, ça ne semble pas être leur truc. À l'exception de deux allées principales, verticale et horizontale, le reste des lieux semble être composé d'un véritable plat de spaghettis de ruelles et d'impasses, qui rendrait fou n'importe quel visiteur. De temps à autre, un bâtiment légèrement différent se dessine à un coin de rure, mais dans l'ensemble, la ville semble suivre le tracé de l'île, en forme de croissant de lune. Situé au centre de ce dernier, l'embarcadère de fortune constitue un bon point de ralliement et est relié directement au campement de Keolog, via la rue qui coupe la ville verticalement. Aussi étrange que ça puisse paraitre...J'ai un plan mental en tête et j'ai l'impression que je pourrais retrouver mon chemin. Mais bon, c'est pas une vraie ville, donc je pense que ça ne compte pas...
En remontant cette dernière, nous finissons d'ailleurs par atteindre un espace un peu plus dégagé, où Keolog et ses assistants ont installés un camp de fortune : J'me croirais de retour à Sinnoh, dans le camp de Bastien, deux tentes et des machines totalement inconnues éparpillées un peu partout et des scientifiques perdus dans leur monde...Comme quoi, y'a un modèle lambda et personne ne se donne la peine de le modifier. Non loin des installations, le camp jouxte un coin encerclé de bandes de signalisations, délimitant ainsi un premier espace de travail qui englobe déjà trois bâtiments et une sorte de puits.

''Monsieur Keolog ? Vous aviez oublié vos notes de recherches.''

La jeune fille qui vient de nous rejoindre à l'air plutôt sympathique (Elle me fait un peu penser à Eryn, ça doit être le sourire...), mais le garçon...Je sais pas, même si Lucki n'est pas là, j'ai un frisson rien qu'à le regarder. Les yeux, ça doit être les yeux, c'est sûrement ça. Au moins, il sourit, ça peut pas être un mauvais bougre, non ?

''Bienvenue dans notre palace...Pour le moment, nous n'avons pas encore fait de découverte majeure. Le plus étonnant, c'est que cette ville semble avoir été abandonnée du jour au lendemain, on a déjà retrouvé des restes fossilisés de nourriture dans les maisons. Mais la clé de cette disparition m'échappe encore, je suis à ÇA de la trouver !''

''Ce serait étonnant...''

''Tu as dis quelque chose, Frankie ?''

''Rien du tout...Riri. Si tu as là depuis aussi longtemps, tu as certainement déjà élaboré ta petite théorie fumeuse habituelle ?''

''Évidemment ! Je suis sûr que je vais t'épater avec celle-là. Qu'est-ce que tu me réponds, si je te dis que...''

...Veuillez remplir les prochaines paroles de Keolog par ''Baragouin scientifique et archéologique incompréhensible, impliquant des Neitrams, un Kyogre, le réchauffement climatique et un pot de mayonnaise''. J'ai beau être nouveau dans le parcours Archéologie, je suis sûr que Léo lui-même aurait du mal à comprendre ce que le scientifique est en train de présenter à Roseverte. Ce dernier se contente d'écouter avec un sourire malsain, se contentant de petits grognements de dérisions à intervalles réguliers. Et son rival n'a pas plus tôt fini d'exposer son point de vue, que le référent Phyllali enchaine sur sa propre hypothèse, qui semble construite sur la base de ''Tout ce que tu dit est faux et voila pourquoi !''.
Bref, je pense que nous venons de perdre nos responsables de fouilles, qui haussent de plus en plus la voix, comme s'il voulait convaincre l'autre par le volume autant que par les arguments. N'étant pas assez suicidaire pour interrompre Roseverte dans son exposé, je parviens tout de même à attirer son attention (À force de sautiller sur place, à vrai dire) et ce dernier profite de l’instant où son adversaire reprend son souffle pour nous congédier d'un geste de la main.

''Lucie, Henry, vous pouvez montrer les lieux à nos nouveaux collégues ? Autant maximiser nos chances de prouver que les causes de l'incident sont dues à une invasion de Wailmer.''

''Erreur, Richard ? Les Wailmer migrent uniquement dans les eaux chaudes, or, nous sommes beaucoup trop près de...''

Et ils sont repartis. C'est presque admirable de voir avec quel énergie ils se contredisent l'un l'autre, à croire qu'il pourrait faire ça pendant des heures. Autant faire connaissance avec les deux autres, avant de partir explorer un peu plus en détail ! On va commencer par Lucie, honneur aux dames !

''Bon, ben...Prems ! Moi, c'est Cael, Ranger et j'débute en archéologie. Et toi, Lucie ?''

''...Tss.''

Je rêve où elle vient de me ''tsseter'' ? Mais c'est qu'elle m'ignore, en plus ?''

''Euh...Eh oh ?''

''T'as pas autre chose à faire, la gamine ? Je bosse là !''

Envolé le sourire, elle vient tout juste de sortir les crocs. Je peux passer sur le ''gamine'', parce que c'est une fille, mais le ton et l'attitude évoque davantage un Arbok que la jeune fille souriante qui a accueillie Keolog dans le camp. Katara laisse échapper un sifflement vengeur et je préfère reporter mon attention sur Henry, plutôt que de voir ces deux-là en venir aux mains (Y'aurait du spectacle).
J'ai à peine réitérer mas question, que le Stratège laisse échapper un gloussement sonore, avant de saisir brusquement ma main entre les siennes pour la serrer vigoureusement.

''Ravi ! On sera pas trop de deux pour éviter que tout le monde ne finisse broyé...ou dévoré...ou éventré.. Aaaaah, quand j'y pense, ça va être génial !''

Il a de l'enthousiasme, c'est cool ! Le temps de laisser Aileen subir un traitement similaire, je me dévisse presque le coup à essayer de me hisser sur la pointe des pieds pour apercevoir la rue qui part du camp pour s'enfoncer vers l'ouest. Elle parait légèrement plus dégagé que l'autre et Henry est arrivé de cette direction, tout à l'heure.

''Dis...T'as parlé d'un Alpha, non ? ''

''Oui, oui ♪ Un gros Crabaraque et sa petite troupe se sont installés dans les bâtiments du quartier d'à coté. Ils adoooooooorent écarteler les Pokémons qui passent par là, alors quand j'y ai fais un petit tour, je me suis arrangé pour qu'ils ne s'approchent pas du camp...Sinon, imagine le réveil !''

''Tu les as...?''

''Non, non, non. Mr. Keolog ne veut pas qu'on leur fasse trop de mal. Alors, j'ai juste bouché la rue avec un gros rocher...Bon, j'ai dû en massacrer deux ou trois pour ça, mais c'était super !''

''Les massacrer ? Mais...Mais...'''

''Je plaisante ! Dis...Tu veux les voir ? ''

Quoi, que, pardon ? Les voir ? Évidemment ! Voir un Alpha (Et revenir pour en attester), ça ne se présente pas tous les jours, comme opportunité. Le temps de sortir de grands yeux implorants en direction d'Aileen et Katara...Sivoupléouimerci, on y va !
Le temps de préparer mon Capstick et de laisser Mithos et Neaki au camp (L'un sous la garde de l'autre, je vous laisse deviner dans quel sens) et nous voila parti. De quoi étoffer ma carte mentale et surtout de constater si les espèces locales sont aussi dangereuses que ce que le rapport laissait entendre. Pendant un bon quart d'heure de marche, le Stratège nous guide ainsi dans un méandres de ruelles, qui nous éloignent toujours plus du camp de base. Les traces laissées par le temps s'accompagnent de plus en plus de reliquats de fruits de mer, de carapaces brisées et de larges fentes provoquées par les pinces sur la roche...Plus on se rapproche, plus les traces d'implantation sauvage sont visibles.
Et lorsque Henry nous mène devant un énorme rocher de couleur différente des bâtiments alentours, il semble que notre périple s'approche de son objectif.

''Voila, voila...On va éviter de passer de l'autre coté. Ma dernière visite n'a pas été très appréciée, si vous voyez ce que je veux dire ♪ Cael, qu'est-ce que tu fais ?''

''Je vois rien, j'reviens tout de suite !''

Hop, hop, hop ! Avec des façades aussi rapprochées, pas bien difficile de prendre appui sur les prises de chaque mur et de se hisser en hauteur. Y'a rien de mieux pour bien voir ce qu'il y a de l'autre coté et en arrivant sur le faite d'un toit encerclé par une mince bordure, j'ai une vue imprenable sur la place qui lui fait face : y'a des Crabicoques partout, ça grouille dans tous les sens et leurs nids se sont installés pile au niveau de ce qui devait être une fontaine. À moitié immergée, une dizaine de Crabaraques prennent le frais autour d'un de leur congénère, de taille beaucoup plus imposante.
En utilisant un Ipok et le zoom, je peux même discerner les cicatrices qui ornent ses pinces et son rocher...Il est pas devenu Alpha pour sa délicatesse, celui-là.

''Alors, ils sont gros, hein ?''

''Ouah !''

Comment il est arrivé là, lui ? Henry vient tout bonnement de se matérialiser juste à coté de moi, accompagné par un gros Corboss qui lisse son plumage à ses cotés. Aileen nous rejoint également (Je savais pas que les médecins étaient aussi souples...Ça doit venir des entrainements de Jackie) et tout, trois, nous pouvons ainsi observer tranquillement la colonie bruissante. Pris dans mon observation, je ne remarque donc pas que les oreilles de Katara se sont dressés et semblent pivoter en direction de la mer, que l'on peut apercevoir dans le lointain.

''Dis Henry, j'ai lu qu'il y avait d'autres Alpha, vous en avez vu depuis votre arrivée ?''

''Nop, ils ne nous ont pas encore pourchassés. Mr. Keolog est tombé nez-à-nez avec celui-ci hier et il a failli se faire arracher le bras, le pauvre ♪ Du coup, on a redéplacé le camp, il était beaucoup plus proche de cette place.''

''Aileen, tu vois le gros bâtiment, là-bas...Non, pas celui-là, derrière. Ça ressemble pas à un des trucs que nous as montré Percy, sur les Ruines englouties d'Unys ?''


Depuis notre point de vue, il est beaucoup plus facile de repérer les bâtiments d'importance de la ville...Et celui-là, c'est du lourd. Trois fois plus haut que ceux qui l'entourent, il a l'air relativement éloigné de notre camp de base, placé sur la pointe Est du croissant que constitue l'île.  Je sais pas si c'est son air un peu familier ou sa taille, mais je serais curieux de voir l'intérieur.
Si on veut se déplacer dans les autres quartiers, il faudra juste être prudent vis-à-vis des autres colonies Pokémons.
Une fois notre trio descendu de ce perchoir improvisé, il ne nous reste plus qu'à retourner au camp, en espérant que Roseverte et Keolog ont finis leur petite dispute et...

*Grooooooh*

''C'était quoi, ça ? Me regarde pas comme ça, Aileen, je te jure que c'était pas mon estomac !''

Promis, c'est pas moi ! En plus, j'ai mangé y'a moins d'une heure...Bon, ok, c'est pas le meilleur argument du monde, mais là, J'ai rien fait. En revanche, Henry qui menait la marche, vient justement de se figer, avant de consulter lentement la montre qu'il porte au poignet. Et lorsque ls Stratège se retourne vers nous, son sourire à quelque chose de subitement trés inquiétant.

''Woops.''

''Quoi ?''

''J'ai un peu oublié de vous prévenir, pour un ''petit'' détail.''

Le Stratège n'aura pas vraiment besoin de nous expliquer ce qu'est ce ''détail'', puisque le grondement se fait soudainement beaucoup plus fort, juste avant qu'une sensation étrange ne me pousse à baisser les yeux : chacun d'entre nous à de l'eau jusqu'aux chevilles et cette dernière glisse entre chaque ruelle avec un courant qui, s'il reste relativement faible, est suffisant pour que Katara se soit hissé sur mon épaule. Le temps d,échanger un regard...On court !
Derrière nous, le bruit sourd continue de s'intensifier  et un bref coup d'oeil en arrière me confirme ce qu'il implique. Un véritable torrent est en train d'envahir les rues de ce quartier, et la force des flots ne cesse de croître jusqu'à tout balayer sur on passage ! On aura jamais le temps de rejoindre le camp, avant que la vague ne nous atteigne !

''Aileen, Henry, sur les toits !''

Avec une roche aussi friable, il y a largement de quoi prendre pied dans les prises improvisées : Un moellon un peu excentré, un rebord de fenêtre et une petite arche de pierre et me voila de nouveau à jouer les cambrioleurs ! Le temps de tendre la main à Aileen pour l'aider à faire de même et nous voila installé pour admirer le déferlement des flots, qui engloutissent la ruelle dans laquelle nous nous tenions, une minute auparavant.
Euh...Où est Henry ?

''...Oh, c'est pas vrai. Katara, Aqua-Jet !''

Le Stratège a manifestement essayé de nous imiter, mais dans la précipitation, la roche friable s'est littéralement pulvérisée sous ses doigts et il chute tout simplement dans le courant.  Avec l'aide de l'Amphinobi d'Aileen, Katara se porte à son secours et malgré les obstacles présents sur leurs chemins, les deux types Eau parviennent à hauteur du jeune garçon.  L'agrippant tout bonnement par le col, le duo le remonte à contre -courant jusqu'à notre perchoir, avant que nous ne le hissions juste à coté. Il a l'air d'avoir bu la tasse, mais il sourit toujours et parait même mort de rire lorsque je lui demande si ça va.

''Oui, oui, oui ♪ Merci du coup de main, vous deux, mais ça va, au pire, je me serais juste noyé. J'voulais vous prévenir mais ça m'est complétement sorti de l'esprit: Toutes les heures, la marée envahit un des six quartiers de la ville. Y'a que le centre qui reste toujours au sec, j'vous dit pas la galère quand on a installé notre premier camp ailleurs ! Je pensais qu'on aurait un peu plus de temps, mais il semble que je me sois trompé !''

Ok, il est complétement fou...Mais sa bonne humeur est contagieuse.[/color]

_________________


Dernière édition par Cael Joy le Ven 23 Juin - 18:32, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2479-cael-joy-un-sourire-peut-tout-changer-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2486-cael-joy-phyllali#28810
 Pokéathlète Espion
avatar
Pokéathlète Espion
Région d'origine : Illumis, Kalos.
Âge : 17.
Niveau : 80
Jetons : 16596
Points d'Expériences : 3146

MessageSujet: Re: Mission [Dans les abysses de l'Histoire]   Lun 5 Juin - 14:10


« Lucie, Henry, vous pouvez montrer les lieux à nos nouveaux collègues ? » En une phrase, Richard Keolog avait réussi à se débarrasser des gamins, d’une manière plus subtile que son rival de toujours qui leur servait (malheureusement)d e prof accompagnant. Bien vite, ils furent libres. Keolog et Roseverte, pris dans leurs discussions et leur mesurage de « qui a la plus longue », s’éloignèrent en baragouinant leurs machins scientifiques qu’elle ne se donna pas la peine d’écouter, préférant se tourner vers le duo qui leur faisait face. La fille avait perdu son sourire, et la brune sentit que la blonde leur attirerait certainement des emmerdes. Le garçon, lui, souriait toujours excessivement, et quelque chose, dans son regard fou, lui indiqua qu’il valait mieux qu’elle ne reste pas seule avec lui si elle ne voulait pas s’en sortir estropiée… Ou plutôt, si elle voulait avoir une chance de s’en sortir tout court, en fait. Cael a à peine le temps de faire les présentations que Miss Parfaite le siffle avec mépris, avant de le rembarrer méchamment quand il tente d’insister. « T'as pas autre chose à faire, la gamine ? Je bosse là ! » Immédiatement, la brune tiqua. Elle détestait que les gens s’en prennent gratuitement à Cael, d’autant plus qu’elle avait promis à Cleo qu’elle garderait un œil sur son petit frère.

« Oh, vraiment ? On ne te retiens pas alors. Peut-être que si tu te dépêches, tu pourras les rattraper assez vite pour avoir le privilège de les assister dans leurs recherches en leur apportant un café, en plus de leurs notes oubliées. »

La blonde tourna vers elle un regard agacé, qu’elle soutint sans baisser les yeux. Cependant, avant qu’un long duel de regards ne s’installe entre elle, le garçon prit la parole d’une voix joyeuse pour leur parler des Alphas. Cael renchérit par dessus, forçant les deux filles à tourner les yeux vers leurs camarades pour suivre l’échange de paroles. Il y avait donc vraiment des Alphas sur les lieux. Voilà qui n’arrangeait pas leurs affaires. Elle n’avait jamais rencontré ces Pokémon géants et plus puissants que la moyenne, et il fallait bien avouer qu’elle n’en avait pas la moindre envie. « Oui, oui ♪ Un gros Crabaraque et sa petite troupe se sont installés dans les bâtiments du quartier d'à coté. Ils adoooooooorent écarteler les Pokémons qui passent par là, alors quand j'y ai fais un petit tour, je me suis arrangé pour qu'ils ne s'approchent pas du camp...Sinon, imagine le réveil ! » La brune esquissa une légère moue dégoûtée. Ce type aimait bien donner dans les détails sanglants.. Et aussi se payer leur tête en leur faisant croire qu’il avait exterminé quelques Crabiquoque au passage. Un instant, elle pria pour que ce soit une blague, bien qu’elle en doute un peu. Mais heureusement, il les rassura bien vite. « Je plaisante ! Dis...Tu veux les voir ? » Question débile. Cael, un ranger, qui ne voulait pas voir des Alphas ? Bizarrement, il se tourna vers elle, implorant, comme s’il attendait son accord. Comme si elle n’était pas une camarade de mission, mais quelqu’un ayant de l’autorité sur lui. Elle ne s’en formalisa pas, se contentant de hausser les épaules.

« Il faut bien qu’on sache à quoi s’attendre. Passe devant, on te suit. »

Le temps pour Cael de déposer ses petits Pokémon au campement, et les voilà partis. Avec un reniflement de mépris, Miss Parfaite les abandonna là pour se diriger vers les deux scientifiques qui discutaient, tirant un haussement de sourcil méprisant à la jeune Pyroli. Lèche-bottes. Ce fut donc à trois qu’ils partirent pour visiter les lieux, et pendant que Cael regardait tout autour de lui pour regarder l’architecture, Aileen se porta à la hauteur d’Henry en trois pas pour discuter avec lui, faire connaissance… Et grappiller le plus d’informations possibles avant que Roseverte ne le lui demande, accessoirement.

« Elle est toujours sympa comme ça, ta copine ? »
« Qui, Lucie ? Oh, faut pas faire attention à elle, elle veut juste décrocher une bonne note pour son stage, c’est tout. »
« Elle est archéologue, c’est ça ? »
« Chercheuse Pokémon. Elle rêve de trouver un Pokémon inconnu et de devenir célèbre avec sa découverte, comme votre prof avec son Relicanth… D’ailleurs je suis bien content que vous soyez enfin là, elle devenait invivable avec son Roseverte par ci, Roseverte par là… Keolog a failli l’éventrer. Oooooh, j’aurais adoré voir ça ♪ »

Intéressant. Non, pas l’intérêt morbide d’Henry pour le sang, merci bien. Mais plutôt le fait que Lucie semblait tenir Roseverte en haute estime, suffisamment pour parler de lui devant Keolog au point de porter sur les nerfs de ce dernier. Keolog ne pouvait pas encadrer Roseverte. L’inimitié était donc partagée. Bon, elle n’en avait pas douté, mais vu comment l’archéologue se comportait, on aurait presque pu croire qu’il se fichait un peu de la rancœur que son rival avait pour lui.

« Et toi, du coup, t’es stratège, c’est ça ? »
« Oui ! J’ai dû insister pour venir. Mais je ne pouvais pas passer à côté de l’opportunité unique d’affronter des Alphas ailleurs qu’à Alola. Et toi, t’es scientifique aussi ? »
« Ouais, en deuxième parcours, je suis mécanicienne. Il me manque pas grand-chose pour passer mon prochain grade. Un peu plus d’expérience à mettre sur le papier. C’est pour ça que je suis ici. »

Il allait sans doute poser la même question à Cael, mais ils venaient juste d’arriver à destination. Gauchement, le ranger se hissa sur les toits pour observer l’Alpha, Henry le suivit en utilisant son Corboss, et après avoir haussé les épaules, la Pyroli se glissa à la suite de son camarade, le rejoignant sur un toit encore en bon état, ce qui semble être assez miraculeux vu l’état des ruines autour d’eux. Pendant que Cael et Henry papotaient au sujet de l’Alpha, apprenant du même coup aux nouveaux arrivants qu’il avait fallu déplacer le camp, trop proche de la zone de vie des Crabicoque, la Pyroli sortit son iPok pour prendre le groupe en photo, zoomant sur l’Alpha pour le cas où Roseverte leur demanderait à quoi il ressemblait. Connaissant son professeur, il était totalement exclu qu’il demande des éclaircissements à son rival, surtout après avoir envoyé ses deux larbins faire un tour des lieux pour lui ramener des informations. « Aileen, tu vois le gros bâtiment, là-bas...Non, pas celui-là, derrière. Ça ressemble pas à un des trucs que nous as montré Percy, sur les Ruines englouties d'Unys ? » La brune leva les yeux, se tourna vers Cael, et suivit du regard ce qu’il lui montrait du doigt. La construction était gigantesque, et se découpait nettement dans le paysage, malgré le fait qu’elle semblait plutôt éloignée.

« Possible. Mais on est un peu loin d’Unys pour que ce soit ça. Peut-être que ça a été construit par le même peuple ? »

Peut-être, aussi, que si elle avait fait autre chose que dormir en cours d’histoire, elle aurait pu proposer une réponse plus constructive… Quoi qu’il en soit, elle se redressa sur son bout de toit pour prendre les ruines en photo, zoomant du mieux qu’elle le pouvait pour que Roseverte soit content. Puis finalement, ils redescendirent prudemment, sans attirer l’attention des Alphas. Et alors qu’ils reprenaient la route du campement, un grondement troubla le silence. Par réflexe, Aileen tourna la tête vers Cael, s’apprêtant à lui dire que quand même, il aurait pu manger avant de partir au lieu de se manifester aussi bruyamment. « Me regarde pas comme ça, Aileen, je te jure que c'était pas mon estomac ! » Ce fut le moment que choisit Henry pour se tourner vers eux, son sourire inquiétant faisant écho au grondement qui se rapprochait dangereusement d’eux. « J'ai un peu oublié de vous prévenir, pour un ''petit'' détail. » Les yeux de la brune s’étrécirent, et alors qu’elle allait lui demander de quel genre de petit détail il parlait, elle sentit quelque chose clapoter à ses chevilles. De l’eau. Quand ils avaient pris ce passage, quelques minutes auparavant, elle marchait seulement dans des flaques d’eau. Comment le niveau avait-il pu monter sans qu’elle ne s’en aperçoive ? Pas le temps de réfléchir. Fuite ! « Aileen, Henry, sur les toits ! » Elle n’aurait pas dit mieux, tiens.

Ses doigts crochetèrent une prise friable. Se sentant emportée, elle lança d’un mouvement adroit son sac sur le toit, laissant son Absol, qui avait grimpé avec aisance, le rattraper d’un claquement de crocs pour le tirer à l’abri, laissant sa dresseuse escalader sans être alourdie. Elle n’avait pas prévu que ce bref mouvement de quelques secondes lui ferait perdre sa prise, qui cassa entre ses doigts. Rendue agile par des années d’entraînement avec Jackie, elle bondit comme un chat sauvage avant de chuter, attrapant le toit du bout des doigts. Heureusement, la main tendue de Cael la rattrapa, et elle put se hisser en toute sécurité, n’écopant que de quelques éraflures sur la main gauche. Ce n’était pas cher payé, pour avoir évité une mort par asphyxie. Cependant… Où était Henry ? Elle le vit un peu plus loin, juste avant que le courant ne l’emporte. D’un geste, Naveen fut envoyé dans l’eau, à côté de Katara, et les deux Pokémon Eau se hâtèrent d’aller chercher le stratège pour le ramener en lieu sûr. Cael, inquiet, lui demanda s’il allait bien. La réponse hilare ne se fit pas attendre. « Oui, oui, oui ♪ Merci du coup de main, vous deux, mais ça va, au pire, je me serais juste noyé. J'voulais vous prévenir mais ça m'est complètement sorti de l'esprit : toutes les heures, la marée envahit un des six quartiers de la ville. Y'a que le centre qui reste toujours au sec, j'vous dit pas la galère quand on a installé notre premier camp ailleurs ! Je pensais qu'on aurait un peu plus de temps, mais il semble que je me sois trompé ! » Cael esquissa un sourire. Aileen plissa les yeux. La nonchalance mortelle de leur guide de fortune commençait à lui taper sur les nerfs.

« Ça t’es sorti de l’esprit ? Comment un truc pareil peut te sortir de l’esprit ? Tu te rends compte qu’on aurait pu y rester ? Quand je joue avec ma vie, je préfère le faire en toute connaissance de cause, si ça te dérange pas ! » Elle se retint de lui en coller une. Ça n’arrangerait pas leurs affaires. « Tant qu’on est là, il y a d’autres trucs que t’as oublié ? »
« Voyons voir… Ouais ! Notre camp est excentré des ruines, parce que la nuit, les Alphas semblent se réunir et s’attaquer entre eux. On s’est trouvés une fois au milieu, c’était pas joli-joli. Aussi, n’allez jamais au centre des ruines seuls, même si vous êtes emportés par la marée. On sait pas trop ce qu’il se passe là-bas, mais les Alphas deviennent agressifs quand on essaie de s’approcher. D’un coup, ils arrêtent de se battre entre eux et s’allient pour nous attaquer nous. C’est pour ça que Keolog y est pas allé seul. Il voulait marronner votre prof en découvrant ça sans lui, mais on a failli y laisser la peau alors on s’est carapatés. »

La brune hocha la tête, un peu calmée. Au moins, il avait joué franc jeu avec eux, et peut-être avait-il réellement oublié. Cependant, sa paranoïa naturelle la poussait quand même à croire qu’il avait fait exprès d’oublier quelques informations, pour les prendre par surprise et les forcer à s’en aller. Sans ses assistants, Roseverte serait seul, et progresserait moins vite que Keolog. Cependant, alors qu’elle réfléchissait, se demandant s’ils pouvaient rentrer par les toits ou s’ils devaient attendre que la marée baisse, un craquement fendit le silence. Un craquement de mauvais augure. Les trois élèves n’eurent que le temps de se regarder avec une pointe d’angoisse avant que le bout de toit sur lequel ils étaient se casse d’un coup sous le poids de la marée, les emportant d’un seul coup. Ballottée par le courant, la brune prit une grande inspiration quand sa tête sortit de l’eau, et bloqua sa respiration pour tenir un maximum de temps. Sphax avait toujours son sac. Tout ce qu’elle avait sur elle était une Poké Ball, qu’elle avait saisi quelques instants auparavant, cette dernière ayant menacé d’être engloutie par la marée. Quand, enfin, quelque chose heurta sa tête avec violence, la brune eut le réflexe d’entourer ses bras autour. C’était un gros pieu de bois solidement fiché dans la roche, sans doute un échafaudage ancien qui avait servi à créer la structure. D’un geste hasardeux, elle lança sa Poké Ball sur un toit, et cette dernière s’ouvrit, libérant le Pokémon qu’elle contenait. Un petit panda roux un peu perdu, qui s’approcha du bord pour regarder sa dresseuse qui bataillait contre le courant.

« Lotso ! Aide-moi ! Essaie de trouver un truc pour me hisser sur le toit ! »

Le Pandespiègle hocha la tête, et disparut de sa vue, pour fouiner le toit à la recherche de quelque chose de suffisamment long et solide pour la sortir de l’eau. Il avait la force de la tirer de là, elle n’en doutait pas. Mais avec son petit corps, il se mettrait en danger en venant la chercher. Au bout de quelques minutes, il réapparut, et n’eut pas besoin de couiner pour lui faire comprendre qu’il n’avait rien trouvé. Alors, bravement, la brune tenta de remonter le long de l’échafaudage pour se rapprocher du toit. C’était difficile. L’eau était puissante, et à tout moment, le vieux tas de bois menaçait d’être emporté. Bien entendu, cela ne rata pas. Alors qu’elle allait atteindre le toit, son pieu de bois se fendit d’un coup, l’emportant un peu plus loin, où elle put s’accrocher au toit avec l’énergie du désespoir. Les pattes de Lotso se refermèrent autour de son poignet, et le petit ourson tira pour la sortir de l’eau. Avec une pointe de regret, elle comprit qu’elle avait surestimé son Pokémon. Il n’avait pas assez de forces pour la tirer de là. Cependant, un lointain grondement donna un regain de force au Pandespiègle, et au moment où un Sphax fou d’inquiétude bondissait sur le toit pour sauver sa dresseuse, Asami le suivant en tenant le sac en bandoulière autour de son épaule, le Pandespiègle se mit à briller, sans lâcher le poignet de la Pyroli.

Aveuglée, Aileen ferma les yeux. Lotso évoluait en Pandarbare pour lui sauver la vie. Malgré ses yeux fermés, elle le vit grandir, grossir, quitter sa forme de petit ourson pour se transformer en ours gigantesque. La petite main qui tenait son poignet la lâcha, le Pokémon ne voulant pas lui broyer le bras sous sa force nouvelle. Cependant, elle n’eut pas le temps d’être emportée, puisqu’au même moment, une poigne ferme, mais douce, l’attrapait pour la soulever et la poser sur le toit. En crachotant, elle rouvrit les yeux, avant de les lever vers la haute stature de son Pandespiègle. Pandarbare. Lotso avait évolué en Pandarbare. Toujours aussi rouge et blanc, il était maintenant incroyablement massif, la dépassant de beaucoup trop pour être calculé. Reconnaissante, elle accepta sa patte tendue pour l’aider à se relever, et elle se redressa doucement. Rien de cassé. Plus de peur que de mal.

« Il va vraiment falloir que vous arrêtiez d’évoluer pour me sauver la vie. Ça commence à devenir vexant. »

Ses Pokémon se fendirent d’un éclat de rire nerveux, tandis que, s’appuyant toujours sur son tout nouveau Pandarbare, la Pyroli se tournait pour tenter de voir où elle se trouvait. Plus loin dans la rue qu’ils avaient prises. Loin du camp. Loin de Cael et Henry. En soupirant, elle comprit qu’il lui faudrait attendre que la marée retombe. Essayer de trouver une autre rue serait dangereux, puisque la marée envahissait une rue au pif toutes les heures. Enfin, au pif… Elle ne savait pas, en fait. Un coup d’oeil lui apprit qu’elle était assez proche du centre des ruines. La curiosité faillit l’emporter, mais elle se rappela qu’Henry avait dit que les lieux étaient extrêmement dangereux, surtout quand on y allait seul. D’accord, elle avait son équipe… Mais face à un groupe d’Alphas suivis de leurs sbires respectifs, sa team ne ferait pas un pli. Aussi, avec un soupir, la brune chercha un coin solide où s’asseoir, se préparant à une longue heure d’attente, le temps que la marée se retire et qu’elle puisse retrouver les autres.

Elle espérait quand même que Cael aille bien…

HRP : Evolution de Lotso, de Pandespiègle à Pandarbare.

Les PNJ de la mission:
 

_________________
aileen sôma
I messed up tonight, I lost another fight, I still mess up but I'll just start again, I keep falling down, I keep on hitting the ground, I always get up now to see what's next. Birds don't just fly, they fall down and get up, Nobody learns without getting it wrong.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1326-aileen-soma-des-voeux-de-lumiere-dans-l-ombre-de-la-nuit http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1328-aileen-soma-pyroli
 Topdresseur Ranger
avatar
Topdresseur Ranger
Région d'origine : Hoenn
Âge : 14
Niveau : 54
Jetons : 1326
Points d'Expériences : 1669

MessageSujet: Re: Mission [Dans les abysses de l'Histoire]   Ven 23 Juin - 18:37

Il est vraiment dingue en fait. Mais je sais pas si c'est mon coté Ranger, ou les quelques ''expériences'' traversées au fil des trois dernières années...ou encore l'adrénaline du moment, mais je l'aime bien, cet Henry.  Il ne se pose pas de questions inutiles, il agit à l'instinct, tout ce que j'aime ! Bon, Aileen a un air renfrogné que je connais bien (La dernière fois que je l'ai vu, c'était pour ma pomme et c'était PAS DU TOUT agréable), mais je peux pas m'empêcher de sourire, tandis que le stratège, toujours aussi enthousiaste, reprend la parole.

''Voyons voir… Ouais ! Notre camp est excentré des ruines, parce que la nuit, les Alphas semblent se réunir et s’attaquer entre eux. On s’est trouvés une fois au milieu, c’était pas joli-joli. Aussi, n’allez jamais au centre des ruines seuls, même si vous êtes emportés par la marée. On sait pas trop ce qu’il se passe là-bas, mais les Alphas deviennent agressifs quand on essaie de s’approcher. D’un coup, ils arrêtent de se battre entre eux et s’allient pour nous attaquer nous. C’est pour ça que Keolog y est pas allé seul. Il voulait marronner votre prof en découvrant ça sans lui, mais on a failli y laisser la peau alors on s’est carapatés.''

D'AUTRES ALPHAS ?!! Je veux les voir, où est-ce qu'on peut les trouver ? Ils sont gros ? Gros comment ? Plus gros qu'un Wailord, ou moins gros ? Ça doit être plus gros ! Y'a quoi comme espèces ? Et pourquoi je continue à me poser des questions, au lieu d'aller les voiiiiiir !...Oui, j'avoue que j'ai un peu oublié le tsunami qui envahit les rues, ainsi que le fait que le toit sur lequel nous nous trouvons ressemble de plus en plus à une île déserte. D'après Henry, on ne devrait pas jouer les naufragés bien longtemps, il suffit juste de patienter un peu jusqu'à ce que les eaux se retirent. Qu'est-ce qui pourrait mal se passer entre temps (Tu veux la liste, t'es sûr ?) ?

*Crac*

Alors, au hasard...Que ce toit en ruine soit bien moins solide qu'il n'y parait. Ensuite, qu'une fissure de plus en plus large commence à courir le long de l'angle qui abrite actuellement Aileen. Et que pour finir, avec un craquement sonore, toute la portion de briques se détachent, entrainant la Pyroli  sa suite dans le courant déchainé, en contrebas !

''Aileen !''

(ARCEUS, SI JE TE METS LA MAIN DESSUS, JE VE TE...).Durant les cinq minutes qui vont suivre, j'encourage toute personne aisément choquée à quitter la pièce (...PUIS,J'TROUVERAI UN FOUR, AVANT DE TE FOUTRE DEDANS...). Allez donc prendre un café, lire un article passionant sur l'élevage des Flingoustes, ou même contempler les nuages (...GIRAFE IMBÉCILE, TU MÉRITERAIS QUE JE...). En tout cas, laissez-moi le temps de reprendre mes esprits et JE VAIS LE MANGER VOUS M'ENTENDEZ, LE BOUFFER TOUT CRU !
En attendant, malgré mon avis pressante de steak de girafe divine, ça ne risque pas d'arranger les affaires d'Aileen : emportée par le courant, la Pyroli peine à se maintenir la tête hors de l'eau et j'emboîte immédiatement le pas à Sphax, qui a réagit plus rapidement que nous. En quelques bonds, l'Absol commence à naviguer de toit en toit, à la suite de sa Dresseuse. Ce que j'aurais probablement fait, si Henry ne m'avait pas retenu par le poignet !

''Hop hop hop, trés mauvaise idée ! On devrait pas d'abord s,occuper de ceux-là ?''

Ceux-là, qui ?...Ah, ceux-là ! Il parle juste de la horde de Pokémons Eau, menées par un Crabaraque gigantesque, qui semble profiter de la marée déferlante pour se déplacer dans les rues. Certains d'entre eux commencent d'ailleurs à se hisser sur notre refuge, comme une vague grouillante qui fait claquer des pinces gourmandes dans notre direction...Non merci, je suis pas comestible !

''On bouge !''


Mais c'est pas vrai, mais c'est pas vrai, mais c'est pas vraiiiiiiiii ! C'était trop demandé de rencontrer qu'un problème à la fois, Arceus ? Au prix de sauts de plus en plus risqués, le stratège et moi parvenons à nous déplacer de perchoirs en perchoirs, même si les distances qui séparent les toits semblent d'élargir de plus en plus. Un fait qui ne semble pas gêner nos poursuivants, puisque ces derniers se contentent de plonger dans le courant, pour se porter à notre hauteur !
Va falloir que je trouve une idée et rapidement, surtout que d'ici deux sauts, la distance sera beaucoup trop grande pour que nous puissions bondir vers le toit suivants.

''Neaki ! Blizzard, viiiiiite !''

Je crois que je n'ai jamais appelé puis fait revenir un Pokémon aussi vite dans sa Pokéball : dès son apparition, la Sabelette d'Alola libère un souffle glacial qui gèle instantanément les eaux qui nous séparent de notre objectif. Instantanément, je la rappelle, avant de réitérer l'opération au toit suivant. En plus de nous fournir des ponts plutôt résistants, les débris ainsi formés lorsque ces derniers cèdent, semblent ralentir nos poursuivants et bientôt, nous parvenons à mettre une certaine distance entre ces derniers et nous.
Alors que je m'apprête à faire de nouveau appel à la type Glace, Henry me plaque soudainement,. Eh, t'as failli me fracturer le crâne, amigo !

''Chuuuuuut ! On ne bouge plus...Avec un peu de chance, ils vont nous dépasser et on pourra attendre que la marée reflue. Et sinon...♪''

On va éviter le ''sinon'', ok ? Aussi immobiles que des statues, nous patientons donc l'un à coté del 'autre, tandis qu'un concert de cliquetis agacés se fait de plus ne plus net, légèrement en arrière. Bientôt, la horde de Pokémons Eau se porte à notre hauteur...avant de dépasser notre cachette ,et de poursuivre sa route !
Il s,écoulera encore de longues minutes avant que le stratège ne daigne me libérer de son étreinte et en nous redressant, nous découvrons que notre fuite semble nous avoir amené dans un autre quartier de la ville. Combiné au fait que les eaux paraissent toujours aussi violentes, autant dire que notre situation n'a pas beaucoup évoluée.

''Tu sais combien de temps ça dure, ce truc ? Plus on attends, plus Aileen risque d'avoir des problèmes.''

''Oh, t'inquiètes donc pas. Ça s'est arrêté après un petit quart d'heure la dernière fois...Ou plus, j'ai pas vraiment fait attention ! ♪''

Rassurant...Puisqu’on ne peut rien faire d'autre, voyons où a atterris : apparemment, ce quartier aussi est axé pour rejoindre cette espèce de temple bizarre, non loin de la grande place. Les Pokémons et le temps semblent l'avoir épargnés, par rapport au précédent, vu l'état des bâtiments. Certains affichent encore même des couleurs peintes sur le porche ou le haut des murs, d'ailleurs.
Les minutes s'égrènent, jusqu'à ce que finalement, la fureur des eaux semble s'apaiser : avec la même soudaineté qu'au démarrage, le flot semble s'inverser et reflue avec une violence redoublée. Mais, du haut de mon perchoir, y'a un truc qui me chiffonne : tout à l,heure, j'avais un peu autre chose à faire qu'y prêter attention, mais là, au calme, c'est un peu plus facile de se rendre compte que y'a un problème avec la direction de l'eau. Des vagues géantes, j'en ai déjà vu à Nénucrique, les inondations, c'est un truc que je connais bien : là, on dirait que le courant reflue dans une direction spécifique, au lieu de se disperser par tous les accès possibles. En prenant un peu de hauteur (Arrête de me regarder comme ça, Katara, je suis sûr qu'elle est très solide, cette cheminée...*Crmbl*...C'était le vent, juste le vent ), je découvre alors un spectacle étrange : aussi soudainement qu'elles sont apparus, les eaux se retirent en direction du grand batîment central et semblent s'engouffrer par les portes de ce dernier. De plus, en tendant l'oreille, on peut entendre un bruit étrange, un grondement sourd qui vient contrebalancer le bruit des courants. On dirait qu'il émane de la ville tout entière, mais avec le reflux, c'est assez difficile d'en déterminer l'origine.  Je m'y connais en ce qui concerne la mer et ses sons et ça, c'est tout sauf naturel...
Remettant ce mystère à plus tard, je vais plutôt me concentrer sur le problème le plus immédiat : J'ai une amie perdue dans cette ville hostile, quand même ! Bientôt, à l'exception de quelques flaques, plus aucune trace d'eau dans les rues et nous pouvons donc nous laisser glisser en contrebas.

''Ok, ça devrait être bon. On repart, on retrouve Aileen et on rejoint le camp !''

''...Pourquoi ?''

''Pour éviter d'être là, lorsque tout ce joyeux bordel va recommencer ?''

''Non mais ça, j'avais compris ♪. Je voulais savoir pourquoi tu comptais aller la chercher ?''

''Tu rigoles ?! C'est mon amie, je vais pas la laisser là-bas !''

''Donc, juste pour la récupérer, alors qu'elle est sûrement blessé et incapable de bouger, tu es prêt à te mettre en danger ? Je comprends pas trop, là.''

''Mais...''

''Je veux dire, c'est pas rentable. Si elle est blessée, elle ne pourra plus nous aider. Et si elle ne l'ai pas, elle doit sûrement pouvoir se débrouiller toute seule, non ?''

*Sbaf*

...C'est parti tout seul. J'ai même pas pensé à le frapper ou à réagir comme ça. En plus, vu notre différence de taille, j'aurais sûrement fait plus de dégâts en frappant un mur. Pourtant, le stratège recule d'un pas et semble un instant perdre son sourire, pris de court par ma réaction. Il se fiche de moi ou...Il ne comprend VRAIMENT pas  quelque chose d'aussi évident ?

''Écoute...Je me fiche de ce que tu vas faire. Mais moi, je vais la chercher, on se retrouve au camp !''

Et sans attendre, je tourne les talons en le plantant sur place, avant de laisser sortir Mithos de sa Pokéball. Avec son hyperactivité coutumière, le Négapi n'attend pas un instant pour bomber le torse, avant de se précipiter dans les bâtiments les plus proches. Pas difficile pour lui de se glisser dans les plus petits interstices et d'inspecter chaque cachettes possibles sur notre chemin. De ce que je vois, on a légèrement décalé vers l'Ouest en fuyant, donc si Aileen a été emporté en ligne droite, elle devrait se trouver sur la même ligne, mais un peu plus à main droite.
Tout en suivant Mithos, à l'affût du moindre signe de vie, j'en profite pour vérifier ce que j'avais cru observer depuis le toit : là où les eaux se sont retirées, on dirait que de fines lignes parcourent les rues de la ville. Toutes semblent se diriger en direction de la place centrale et marquent les rues comme un quadrillage à peine visible. Par endroits, on dirait même que les pavés peuvent s'écarter (C'est trop net pour être des fissures naturelles...Mais qu'est-ce que c'est que cette ville ?). À genoux devant l'une de ces lignes, je tente bien de gratter la roche pour la dégager...Sans grand sucés.

''Hari-yama !''

''Ouah !''

Avec un éclair rouge, la silhouette rebondie du type Combat qui vient d'apparaitre juste derrière moi, lève une de ses immenses paluches. Puis alors que je me jette sur le coté, le Pokémon l'abaisse brusquement, explosant au passage une bonne partie des pavés qui se trouvaient sur sa trajectoire. Un peu surpris, je me retourne pour découvrir Henry qui avance d'un pas tranquille dans ma direction, son éternel sourire sur le visage.

''C'est plus efficace comme ça . Même si je ne comprends pas trop ce que tu veux trouver sous ces vieux cailloux.''

''J'croyais que tu voulais rentrer  au camp.''

''Oh, oui, oui. Mais Si je reviens sans personne, Keolog va me faire une scène. Et puis, j'aimerais bien voir pourquoi tu veux absolument aller chercher cette fille. Alors le meilleur moyen, c'est encore de t’accompagner, non ? Et puis si on tombe sur un Alpha assoiffé de sang, ça pourrait être rigolo ♪''.


''...Fais comme tu veux. Et merci pour le coup de main, toi.''

On pourrait même le dire au sens littéral. Fracassées par la pogne de l'Hariyama, les plaques de pierres rectangulaires se sont légèrement écartées et au prix de quelques efforts (de l'Hariyama), je parviens à dégager l'une d'entre elles ; En-dessous, un ensemble métallique et rouillé d'engrenages et de pièces de métal repose, inerte. Pourtant, je suis sûr qu'avec un peu d'analyse de la part d'un expert, on pourrait sûrement trouver leur utilité. Vu le nombre de ces espaces dans les rues, ça m'étonnerait BEAUCOUP que ce soit juste décoratif. On préviendra Roseverte et Keolog, une fois que j'aurais retrouvé Aileen !
Maintenant que Henry s'est décidé à m'accompagner, le repérage s'en retrouve bien plus facilité : Suspendu aux serres de son Corboss, Mithos est complétement fan de l'idée de jouer les éclaireurs aériens. Et lorsque le Négapi et sa monture ailée commencent à scintiller en exécutant des cercles autour d'un bloc de maisons,, nous nous dirigeons en courant vers leur position...J'espère juste que Aileen n'a pas rencontré d'autres problèmes, avant qu'on ne la retrouve.
L'espace localisé s'avère être un ensemble de quatre maisons adjacentes, dont les toits semblent s'être effondrés. une porte aussi ancienne que gonflée par l'humidité nous barre la route (Vu la hauteur des flots de la marée, elle a dû entrer par une fenêtre)...Élimination-de-la-ciiiiiiible !

*Craaaaac*

C'est pas moi, elle était déjà cassée, je l'ai à peine poussée ! Cédant sur une simple poussée, la porte en bois moisi s'étale de tout son long et déséquilibré, je me retrouve à tomber à plat ventre sur le panneau affalé, face à l'ouverture. On a fait plus glorieuse comme entrée...

''*tousse* Aileen, on est venu te sauver !''

_________________


Dernière édition par Cael Joy le Dim 17 Sep - 17:22, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2479-cael-joy-un-sourire-peut-tout-changer-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2486-cael-joy-phyllali#28810
 Pokéathlète Espion
avatar
Pokéathlète Espion
Région d'origine : Illumis, Kalos.
Âge : 17.
Niveau : 80
Jetons : 16596
Points d'Expériences : 3146

MessageSujet: Re: Mission [Dans les abysses de l'Histoire]   Jeu 29 Juin - 21:32

Mission scientifique
Dans les abysses de l'Histoire


Le nez collé contre une fissure du sol, Aileen prenait mentalement des notes. Ce sol était vraiment bizarre. Ce qu’elle avait pris, à première vue, pour une fissure, ressemblait plutôt à un quadrillage bien défini, que le temps et l’érosion avait redessiné. Elle s’en était rendu compte quand, morte d’ennui, elle avait laissé traîner son regard sur une fissure, la suivant des yeux, s’arrêtant à un angle droit avant de repartir dans l’autre sens. Puis revenir sur l’angle droit, et se focaliser dessus. Depuis quand une fissure était-elle si bien dessinée ? Alors elle avait sauté de son siège improvisé pour coller un œil au sol, tentant de voir au plus loin. Inutile de dire que c’était peine perdue. Se relevant rapidement, elle suivit la grosse fissure, marchant à ses côtés, Sphax bondissant prudemment pour la retenir en cas de chute. Pas de doute, ce n’était pas une fissure. C’était une ligne. Ca ressemblait à une ligne de force, ou un truc du genre, qui servait à transmettre l’électricité d’un point à un autre au moyen d’un gros câble. Voilà ; elle marchait à côté d’un gros câble. Qui partait en plusieurs ramifications vers ce qu’elle estimait être d’autres secteurs de la ville, mais qui, au final, ne menait qu’à un seul endroit. Non, pas Rome, malheureusement, mais plutôt le centre de la ville en ruine, l’endroit où, selon Henry, ils ne devaient surtout pas aller seuls, sous peine de se retrouver face à une meute de Pokémon en colère accompagnés de leurs puissants Alphas. Qu’avait-il dit, déjà ? Que s’ils se faisaient la guerre pour conserver leur bout de quartier, les Alphas oubliaient leurs querelles et s’alliaient pour protéger le centre du village ? Charmant. Et rassurant, aussi.

Se cachant derrière ce qui ressemblait à une cheminée, la Pyroli promena son regard sur le centre-ville. Mis à part les Pokémon qui s’y promenaient, c’était presque décevant. Ca ressemblait à une place en étoile tout à fait banale, avec une grosse fontaine en son centre. Le seul détail qui attirait l’attention était que la fontaine semblait encore en parfait état de marche, puisque de l’eau continuait à en jaillir. Autour de la fontaine, des Pokémon rôdaient. Non, ils ne rôdaient pas. Ils semblaient plutôt patrouiller, en fait. Patrouiller autour de la fontaine ? Sortant son iPok, la brune zooma, et utilisa son application pour prendre une vidéo de ce qu’elle voyait. Elle avait eu le nez creux en bidouillant son appli photo pour rajouter les vidéos, ça lui servait bien à présent. Il ne lui manquait qu’un stabilisateur, mais au moins, l’image était correcte, même si elle tremblotait un petit peu. C’était beaucoup trop intrigant pour qu’elle n’en garde pas une trace pour montrer ça à Roseverte et Keolog… Ah, non, pas à Keolog. Roseverte risquait de la fumer comme une de ses trop nombreuses cigarettes si elle montrait n’importe quelle nouvelle information à son ennemi juré. Dommage. Les connaissances de Keolog auraient été utiles. Mais elle était trop loin. Si seulement elle pouvait descendre…

« N’y pense même pas, Aileen. »
« Je ne suis pas suicidaire, Sphax. T’as vu le comité d’accueil, en bas ? »
« Il y a trop de Pokémon différents, qui peuvent appeler des renforts en cas d’intrusion. »
« Sachant que chaque espèce semble être menée par un Alpha… »
« … Merde. J’avais oublié ce détail. »


La brune sentit l’amusement de ses Pokémon dans un coin de sa tête. C’était vrai, elle avait oublié les Alphas. Keolog et son équipe n’en avaient dénoté que quelques-uns, mais qu’est-ce qui leur disait qu’il n’y en avait pas d’autres, quelques part ? Dans les profondeurs souterraines de la ville, par exemple ? A vue d’œil, elle dénotait cinq, voire six espèces de Pokémon différents, qui patrouillaient par deux ou trois sans se mélanger les uns aux autres. Mais si chaque groupe appelait des renforts, la place, qui semblait vide en l’état actuel des choses, se remplirait bien vite d’une masse de Pokémon grouillants d’indignation, en plus de six Alphas prêts à en découdre pour protéger la fontaine… Ou ce qu’elle renfermait. Peut-être que si elle se rapprochait un peu… ? Tournant la tête, elle repéra un meilleur point d’observation, une vieille maison en ruine suffisamment loin pour que les Pokémon éclaireurs ne passent pas devant, mais suffisamment près pour qu’elle puisse s’y planquer et observer leur manège. Comment passer ? Par les toits ? C’était dangereux. Certains étaient trempés, elle pouvait tomber et se rompre le cou. La seule solution, c’était donc par le bas, en rasant les murs. Mais avec tous les Pokémon qui rôdaient, ça risquait d’être compliqué. Hmmm. Sa Gardevoir pouvait la téléporter, à la rigueur.

« Non. Il y a des Pokémon Psy. Je suis suffisamment loin pour qu’ils ne me remarquent pas, mais si je me téléporte, ils sentiront vite qu’il y a quelque chose de nouveau. »
« Hmmm, ok. Silica ? » La Zoroark sortit de sa Poké Ball. « Tu pourrais m’y emmener, toi ? »
« Il faudra raser les murs. Mais ça devrait aller. »
« Ok, alors on essaie. Roseverte ne m’a pas juste prise parce que je suis Grade 4, mais parce que je suis espionne. Si je ne lui ramène pas de bonnes infos, il va m’étriper, alors au travail. »
« Je ne suis pas suicidaire, Sphax... Menteuse va. »
« Oh eh, silence, monsieur j'ai toujours raison. »


En silence, elle se laissa glisser au sol, dans une ruelle. Ne restait avec elle que Sphax et Silica, qui les entoura de son illusion. Invisibles, ils traversèrent le centre de la ville en rasant les murs avec précaution, même si, avec le recul, ça n’avait pas vraiment été utile puisque les Pokémon restaient tous vers la statue. Ils atteignirent la maison sans difficulté, y entrant par un trou dans le mur, et la brune se réinstalla pour recommencer à filmer leur petit manège. Elle ne comprenait pas ce qu’ils faisaient, mais Roseverte y verrait sans doute un sens. Prise dans son espionnage, elle n’entendit pas que des gens s’approchaient. Elle entendit bien, par contre, le craquement de la porte vermoulue et quelqu’un s’affalant dessus avec fracas. « Aileen, on est venu te sauver ! » Tous les Pokémon de la place tournèrent la tête vers eux dans un bel ensemble, et la brune lâcha un chapelet de jurons qui auraient rendu Cleo Joy fière de sa petite apprentie.

« Merci ! Trop sympa ! J'apprécie l'attention ! Maintenant courez ! »

Son iPok serré en main, la Pyroli s’enfuit, se penchant quand même pour remettre Cael sur ses pieds avec une rudesse qu’elle ne se soupçonnait pas. Mais sur la place, les Pokémon appelaient des renforts, et elle sentait le sol trembler, les petits cailloux remuer un peu comme dans Le Roi Lion et bientôt la place serait envahie par une marée de Pokémon accompagnés de leurs Alphas respectifs. Donc… Fallait pas rester là ! Pour une fois, même Henry perdit de sa superbe. Elle vit son sourire fondre, et son teint pâlir, lui prouvant que l’heure était grave. Sans un mot, il se carapata aussi. Par où pourraient-ils bien passer ? Sur les toits ? Dans les rues ? Et s’ils tombaient sur le quartier inondé ? Les galops se faisaient forts, derrière eux. Dans quelques secondes, ils seraient rattrapés… Ce fut le moment que choisit Silica pour les saisir tous les trois et les pousser dans une maison en ruines, les plaquant contre un mur avant de les protéger de son corps, montrant son dos à la horde en furie. Qui passa devant eux sans les voir. La Zoroark avait libéré son illusion, et tout ce que la horde voyait, c’était trois personnes courir devant eux, et rien contre le mur défoncé. Il fallut plusieurs minutes pour que tous les Pokémon s’en aillent, plusieurs minutes où Aileen continua de filmer, fascinée. Ils devaient avoir un bon paquet des espèces présentes dans les ruines, ça servirait beaucoup à Roseverte et Keolog. Une fois bien sûre qu’aucun autre Pokémon retardataire ne débarquerait, Silica les libéra, et Aileen se laissa tomber sur un muret pour reposer ses jambes.

« On l’a échappé belle… » Elle fixa tour à tour Cael et Henry pour s’assurer qu’ils n’avaient rien. « Ca va ? Le courant ne vous a pas emportés, vous ? »

Ils avaient l’air d’être en pleine forme. Ce n’était pas plus mal. Aileen, elle, était complètement vannée. Ca crève, de manquer de se noyer, de courir, de se cacher, et de se balader avec des fringues trempées.

« Assez de sensations fortes pour aujourd’hui. Je propose qu’on rentre au campement avant que les autres ne s’inquiètent. »

Roseverte ne s’inquiéterait pas trop pour eux. Il serait même assez indifférent, à vrai dire. Mais elle avait eu sa dose d’action et ne rêvait que d’enfiler des fringues propres et chaudes avant d’attraper la crève.

_________________
aileen sôma
I messed up tonight, I lost another fight, I still mess up but I'll just start again, I keep falling down, I keep on hitting the ground, I always get up now to see what's next. Birds don't just fly, they fall down and get up, Nobody learns without getting it wrong.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1326-aileen-soma-des-voeux-de-lumiere-dans-l-ombre-de-la-nuit http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1328-aileen-soma-pyroli
 Topdresseur Ranger
avatar
Topdresseur Ranger
Région d'origine : Hoenn
Âge : 14
Niveau : 54
Jetons : 1326
Points d'Expériences : 1669

MessageSujet: Re: Mission [Dans les abysses de l'Histoire]   Jeu 6 Juil - 19:40

Pas de panique, je suis làààààààà ! Dans une posture fort peu héroique, mais je suis là, tout va bien Aileen, t'es sauvée !
Euh...Je débouche au mauvais moment, c'est ça ? Toussant à cause de la poussière soulevée, allongée sur le panneau de bois moisi et gonflé d'humidité, j'ai à peine le temps de voir l'expression aussi stupéfaite qu'horrifiée de la Pyroli, juste avant qu'un concert de rugissements furibonds ne se fasse attendre de l'autre coté du mur qui nous fait face. Henry a même un mouvement de recul, une seconde avant que des coups sourds ne se fassent entendre...Quelque soit la chose qui se trouve derrière ces briques, elle est PAS CONTENTE DU TOUT !

''Merci ! Trop sympa ! J'apprécie l'attention ! Maintenant courez ! ''

Ah, on se remet à courir ? Bon plan, attendez-moiiiii ! Remis sur pied façon lancer d'Aileen, je me retrouve à courir juste à coté d'elle, suivi par mes Pokémons : Katara a déjà chopé Mithos dans ses bras et Neaki profite de sa forme sphérique pour ouvrir la marche, négociant les virages entre les ruelles avec son brio habituel. Néanmoins, un bref coup d'oeil en arrière suffit pour me donner envie d'accélérer encore la cadence : Manifestement, les différents groupes de Pokémons qui parcouraient les rues ont été attirés par tout le raffut provoqué par notre course et l'heure du déjeuner n'est pas loin ! Au menu, salade de Pyroli accompagnée de son Stratège en croûte et en dessert, un sorbet de Ranger saveur Fraise (C'est malin, j'ai faim, maintenant...) !
Heureusement pour nous, la Zoroark d'Aileen semble avoir de la suite dans les idées et nous plaque contre une paroi, avant d'étendre le voile de ses illusions au-dessus de notre petit groupe (Faudra vraiment me dire pourquoi Sol ne pense jamais à faire ça...Lui, il serait plutôt du genre à ajouter un spectacle son et lumière sur notre position). Immobile, respirant à peine, je peux ainsi détailler les différentes espèces qui nous dépasse, furieuse de voir leur casse-croûte se volatiliser dans les airs : Des Carbicoques, des Balbutos, une troupe d'Obalies qui roulent au milieu de leurs congénères, un trio de Concombaffe sautillant ET LE PLUS GROS ECTOPLASMA QUE J'AI JAMAIS VU, GHRPOJKPOJFV !
Complétement pétrifié à l'approche de l'ombre titanesque, je ne peux que détailler le rictus malveillant qui orne son visage sombre, ainsi que les deux yeux froids et avides qui fixent le voile qui nous recouvre, comme si le type Spectre pouvait voir au travers de notre ultime barrière. Finalement, alors que je sens déjà les doigts gluants et froid de l'inconscience s'installer dans tous les recoins de mon esprit, l'abominable créature laisse échapper un soupir proche du grognement et se remet en chasse.  Il s'écoulera encore de longues minutes avant que Silica ne nous libère de son étreinte : les jambes flageolantes, je manque de me laisser tomber à terre, alors que la chaleur du soleil semble se faire plus forte, pour combattre le froid mortel qui m'envahissait.

''Non, on a réussi à se hisser suffisamment haut sur les toits. Sauf qu'ils ont débarqués et se sont lancés à notre poursuite, donc on s'est un peu éloigné de ta position..T'es pas blessée, d'ailleurs ?''

Au moins une bonne nouvelle : malgré toutes ces émotions et à part un coeur qui bat la chamade et quelques écorchures superficielles, on s'en sort plutôt pas mal. La proposition d'Aileen tombe même sous le sens, avec tout ce qu'on a trouvé, on devrait échapper à l'empaillement made in Roseverte (Au moins, en partie).
Ce sera donc un trio relativement moins vaillant qui franchira la dernière ligne de bâtiments, afin de retrouver la petite esplanade dégagée qui accueille notre campement improvisée. Une arrivée qui ne passe pas inaperçue, puisqu'une silhouette blonde et goguenarde se lève rapidement à notre approche, délaissant les carnets qu'elle compulsait frénétiquement près de sa tente.

''Oh, vous vous en êtes sortis ? Moi qui pensais que seul Henry rentrerait au camp. Je vous ai mal jugés, en fait, vous pourriez presque être utiles...On a toujours besoin d'appâts compétents, pour que les VRAIS chercheurs puissent travailler tranquillement.''

*Soupir* Ça va mal finir, ça va mal finir...Subrepticement, je me laisse glisser derrière Aileen, alors que la Pyroli semble sur le point d'écorcher (Par la parole ou un Absol) Lucie. Doucement mais fermement, je me retrouve ainsi avec Henry à pousser la jeune fille en avant, tout en adressant un sourire de facade à son aversaire. Privée de l'occasion de lacher son venin, cette dernière laisse échapper un léger cri de colère, avant de nous emboîter le pas en direction de la tente de nos deux référents. De ce que j'entends, on dirait que ces derniers n'en ont pas finis dans leur confrontation de théories, vu le volume qui émane de la toile cirée.

''ET MOI, JE TE DIS QUE C'EST UNE ABBERATION !''

[color:a878=##1FA055]''C'EST TOUJOURS PAREIL AVEC TOI, FRANKIE, IL FAUT TE COLLER LES PREUVES SOUS LE NEZ POUR QUE TU LES CONSIDÈRES !''

''Euh...Monsieur ?''

''QUOI ?''''QUOI ?''

''Ouah !''

********************

''..Je ne veux pas savoir comment vous avez récupéré tout ça, Sôma et Joy. C'est quand même du bon travail.''

''Pardon ? Vous avez dit quelque chose, professeur ?''

''Que je vous renvoie là-bas pour la nuit, si vous continuez à trainer dans mes jambes !''

Sympa, merci...On lui amène un bon paquet de données et d'éléments scientifiquement exploitables et voila comment il nous remercie. Au moins, Keolog est un peu plus souriant et accepte de bonne grâce les vidéos que lui confie Aileen. J'avais pas remarqué que Lucie pouvait virer au rouge tomate aussi rapidement et encore plus lorsque son référent ne se prive pas de complimenter le travail de ma coéquipière. Si on les laisse toutes les deux dans une tente, restera plus qu'à revenir une semaine plus tard pour nettoyer les restes au jet d'eau.
En tout cas, la pèche aux informations a été fructueuse : entre les vidéos de Pokémons d'Aileen, les photos de ces espèces de rainures pleines d'engrenages qui parsèment les rues et la vidéo prise lors de la montée des eaux, on dirait que Roseverte et Keolog ont fini de se mettre sur la couenne. Le regard rivé sur les différents écrans, ils sont plongés dans un silence quasi-religieux, leurs mains s'agitant frénétiquement pour griffonner sur leurs carnets respectifs. Et lorsque la dernière image s'estompe, le duo échange alors un regard...étrange. C'est pas complice, loin de là, mais j'ai du mal à croire ce que je viens de voir, on dirait qu'ils sont...d'accord.

''Rassemblement !''

''Euh....On est déjà là, professeur.''

''Silence, Joy, on se tait et on m'écoute ! Votre initiative désastreuse aurait très mal pu se terminer ; imaginez qu'il vous soit arrivé quelque chose, vous songez à toute la paperasse que j'aurais dû remplir ? Et au scandale aussi chronophage qu'inutile que m'aurez fait la directrice ?
Néanmoins, je suis prêt à passer l'éponge, au vu des informations que vous venez de nous fournir : Nous pensons...''


''Hum, hum..''

''...Richard pense que la montée des eaux est un phénomène artificiel. L'inclinaison des rues et la présence de rigoles amovibles conçues pour générer des courants spécifiques tend à prouver son hypothèse.''

''De plus, il semblerait que les espèces locales profitent de l'occasion pour se nourrir ou se déplacer aisément entre les différents quartiers. Cela tendrait à prouver que le phénomène date d'avant l'abandon de la ville et que ses anciens habitants pourraient être impliqués.''

''En conséquence de quoi, dès demain matin, nous monterons une expédition de groupe afin d'étudier ce temple central. Les rigoles et les courants semblent en émaner et nous pourrons sans doute en apprendre beaucoup...et prouver ma théorie, sans laisser planer le moindre doute !''

''Vous voulez dire que...on peut venir avec vous ?''

''Remerciez Richard. Pour ma part, je préférerais me passer du risque que représente la présence d'amateurs sur un site de fouille, mais au vu de vos résultats, il s'est montré très convaincant.''

Tu parles...Comme si nous n'avions pas entendu votre petit accord: notre présence lors de l'exploration du lendemain, contre la promesse de ne plus t'appeler Frankie pendant une journée entière.

''Aussi, TOUT LE MONDE AU LIT ! Les retardataires seront abandonnés sur place, pas d'exception ! Départ au lever du soleil !''

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2479-cael-joy-un-sourire-peut-tout-changer-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2486-cael-joy-phyllali#28810
 Pokéathlète Espion
avatar
Pokéathlète Espion
Région d'origine : Illumis, Kalos.
Âge : 17.
Niveau : 80
Jetons : 16596
Points d'Expériences : 3146

MessageSujet: Re: Mission [Dans les abysses de l'Histoire]   Ven 18 Aoû - 0:28

Mission scientifique
Dans les abysses de l'Histoire


Rentrer au campement fut bien moins compliqué que prévu, puisqu’ils connaissaient le chemin à prendre, cette fois-ci. Ils atteignirent assez vite les tentes, et la brune leva les yeux au ciel en voyant Lucie qui se leva à leur approche pour converger vers eux, un sourire goguenard aux lèvres. Elle allait cracher son venin. « Oh, vous vous en êtes sortis ? Moi qui pensais que seul Henry rentrerait au camp. Je vous ai mal jugés, en fait, vous pourriez presque être utiles... On a toujours besoin d'appâts compétents, pour que les VRAIS chercheurs puissent travailler tranquillement. » Cael s’interposa bien vite entre eux, sans doute pour l’empêcher de répliquer. La Pyroli se contenta d’un léger sourire supérieur, qui arracha un grognement de colère à la jolie blonde. Cette dernière leur enchaîna quand même le pas, n’oubliant pas de prendre ses carnets pour frimer devant Keolog et Roseverte avec ses connaissances toutes juste potassées, connaissances qu’ils possédaient déjà. Blondasse inutile. « Euh...Monsieur ? » « QUOI ? » « QUOI ? » Cael recula d’un pas, comme mû par un instinct de conservation particulièrement puissant. Aileen préféra s’avancer, savourant d’avance la déconfiture de Miss Parfaite, qui allait se mordre les doigts de ne pas les avoir accompagnés.

« On a réussi à atteindre le centre des ruines. Il y avait plusieurs Pokémon qui semblaient patrouiller en petits groupes d’espèces différentes. » Elle sortit son iPok de sa poche pour le tendre aux deux scientifiques. « J’ai pris quelques photos, et j’ai aussi une vidéo, si ça vous intéresse. »

Ils s’en emparèrent aussitôt pour brancher le tout sur un ordinateur. Tant Keolog que Roseverte se montrèrent très intéressés par ce qu’ils voyaient, et Lucie, comprenant qu’elle n’arriverait plus à avoir leur attention, lui lança un regard assassin, que la Pyroli soutint sans ciller. Il se passa plusieurs minutes de silence, durant lesquelles les deux chercheurs regardèrent photos et vidéo, avant que Roseverte ne reprenne la parole d’un ton forcé. « … Je ne veux pas savoir comment vous avez récupéré tout ça, Sôma et Joy. C'est quand même du bon travail. » La brune esquissa un léger sourire, ne voulant pas pousser la chance un peu plus loin. Que Roseverte les félicite, c’était déjà merveilleux. Cael, par contre, se sentit obligé d’insister. « Pardon ? Vous avez dit quelque chose, professeur ? » « Que je vous renvoie là-bas pour la nuit, si vous continuez à trainer dans mes jambes ! » Cael eut un air scandalisé, et elle se retint d’éclater de rire. Depuis le temps, il n’avait pas compris qu’il valait mieux brosser son référent dans le sens du poil ?

« Vous avez fait de l’excellent travail, jeune fille. J’ignore comment vous avez pu vous approcher aussi près, mais tout ceci va grandement nous aider. »
« Oh… J’ai été bien formée par mon école. »

Keolog hocha posément la tête en lui souriant, arrachant une nouvelle grimace à Lucie. Tiens, prends ça dans les dents. Roseverte, lui, ne put retenir son sourire satisfait, puisqu’elle venait de démontrer à son rival de toujours que l’enseignement qu’il lui donnait était meilleur que le sien. Il n’avait donc pas compris que c’était du cynisme pur et dur. Cette putain d’académie l’avait mise tellement en danger au fil des ans qu’elle avait appris à sauver sa peau. Elle connaissait maintenant mille et une manières de se tirer d’une mauvaise situation, pas parce qu’elle était espionne, mais parce que l’école s’entêtait à les mettre en danger, ne serait-ce que pendant les entraînements matinaux du Général Jackie, pas très très Charlie au niveau de la sécurité. Elle n’en rajouta pas, pour éviter que Roseverte ne lui tombe sur le dos, et resta silencieuse pendant que les deux adultes visionnaient à nouveau les photos et la vidéo, griffonnant à toute vitesse et marmonnant entre eux, semblant se mettre d’accord sur quelque chose. Ils n’allaient pas tarder à savoir quoi. Tandis qu’Henry s’installait sur une chaise délaissée, la brune préféra rester debout, passant discrètement d’une jambe sur l’autre pour ne pas s’engourdir.

« Rassemblement ! » Par réflexe, la brune faillit se mettre au garde à vous. Elle se redressa tout de même, et son regard tomba sur Roseverte, qui houspillait Cael, ce dernier ayant (encore) pris imprudemment la parole. Cependant, les quelques mots de son référent suffirent à le faire taire. « Votre initiative désastreuse aurait très mal pu se terminer ; imaginez qu'il vous soit arrivé quelque chose, vous songez à toute la paperasse que j'aurais dû remplir ? Et au scandale aussi chronophage qu'inutile que m'aurait fait la directrice ! » La brune se retint de lever les yeux au ciel. Ce type était vraiment le roi des connards. « Néanmoins, je suis prêt à passer l'éponge, au vu des informations que vous venez de nous fournir : Nous pensons... » Keolog lui coupa la parole en toussotant, arrachant un grognement à Roseverte. Eh non mon vieux, il faut rendre à César ce qui est à César, un peu. Yade n’est pas là pour te lustrer les pompes. « Richard pense que la montée des eaux est un phénomène artificiel. L'inclinaison des rues et la présence de rigoles amovibles conçues pour générer des courants spécifiques tendent à prouver son hypothèse. » La brune plissa les yeux. Des rigoles amovibles ? Elle n’avait rien vu de ça. Sans doute parce qu’elle était occupée à courir pour sauver sa peau. Probablement. « De plus, il semblerait que les espèces locales profitent de l'occasion pour se nourrir ou se déplacer aisément entre les différents quartiers. Cela tendrait à prouver que le phénomène date d'avant l'abandon de la ville et que ses anciens habitants pourraient être impliqués. » « En conséquence de quoi, dès demain matin, nous monterons une expédition de groupe afin d'étudier ce temple central. Les rigoles et les courants semblent en émaner et nous pourrons sans doute en apprendre beaucoup...et prouver ma théorie, sans laisser planer le moindre doute ! »

Une expédition… De groupe ? Aileen cilla. Depuis quand Roseverte était-il aussi sympa avec eux ? En règle générale, il détestait avoir des gamins dans les pattes quand il travaillait, et ne les avait embarqués que pour ne pas se ridiculiser devant son rival et ses deux étudiants. « Vous voulez dire que...on peut venir avec vous ? » Même Cael semble immensément choqué de ce qu’il vient d’entendre, et pour le coup, il lui a ôté les mots de la bouche, même s’il se montrait bien plus poli qu’elle. « Remerciez Richard. Pour ma part, je préférerais me passer du risque que représente la présence d'amateurs sur un site de fouille, mais au vu de vos résultats, il s'est montré très convaincant. » Elle leva assez impoliment les yeux au ciel. Heureusement pour lui, Roseverte ne le vit pas. Keolog oui, par contre, ce qui lui arracha l’ombre d’un sourire amusé. « Aussi, TOUT LE MONDE AU LIT ! Les retardataires seront abandonnés sur place, pas d'exception ! Départ au lever du soleil ! » Lever du soleil… Bien après son heure de lever, donc. Elle était large. Et veillerait à ce que Cael se lève. Henry et Lucie pouvaient bien se débrouiller seuls – enfin, surtout Lucie, en fait. Suivant le mouvement, la brune sortit de la tente de commandement (vu comment Roseverte s’était comporté, il n’y avait pas d’autres mots) pour se diriger vers sa propre tente, qu’elle partageait avec Cael (cool !) et Roseverte (moins cool) quand quelque chose claqua contre son poignet pour la stopper en pleine route. Par réflexe, elle se dégagea, frappant du dos de la main celle de la personne qui avait osé l’attraper. Lucie. Quelle surprise.

« Hey, du calme ! Je voulais juste vous féliciter pour les photos et la vidéo. Ça fait beaucoup avancer les recherches du professeur Keolog. » Elle sourit, ne tirant pas de réaction à la brune qui préférait rester méfiante. « On est partis sur un mauvais pied. Je suis Lucie, chercheuse en formation. Vous avez de la chance d’avoir Roseverte comme prof. C’est un super chercheur ! »
« Aileen, mécano. » Elle haussa les épaules. « Ce type est un connard, Keolog a l’air vachement mieux. On peut faire un échange, si veux. »
« Ah oui ? » Elle lâcha un léger rire, qui sonnait désagréablement faux. « Bon, on aura tout le temps de faire connaissance demain. Lever du soleil, n’oubliez pas ! »

Trop joyeusement pour que ce soit naturel, elle fit demi-tour pour regagner sa propre tente. Henry lui emboîta le pas après avoir haussé les épaules, tout aussi surpris qu’eux que sa camarade se montre sympathique. Ça cachait quelque chose. Son regard tomba sur Sphax, qui le soutint sans broncher. Il n’aimait pas Lucie. Mais il n’aimait personne, de toute façon, si ce n’était sa dresseuse et les membres de son équipe. Préférant ne pas s’embarrasser de la volte-face de la blonde, elle se retourna vers Cael avec un grand sourire.

« Bon, c’pas tout ça, mais j’ai les crocs ! On va bouffer ? »

_______________________________

A deux heures du matin, un froissement contre sa tente lui avait fait ouvrir les yeux, et elle s’était levée en silence, Sphax sur ses talons, pour voir de quoi il s’agissait. Mais ce n’était qu’Henry. Le stratège s’était tourné vers elle en l’entendant arriver, et lui avait souri, sans doute heureux de ne pas être le seul debout. C’était son tour de garde, elle le savait. Roseverte et Keolog avaient réarrangé les tours de garde avec l’arrivée de trois personnes supplémentaires. Keolog avait pris le premier, ensuite venaient Lucie, Roseverte, Henry, elle, et Cael avait le dernier. Elle aurait préféré avoir le dernier, puisqu’elle se levait quelques minutes avant, mais Roseverte avait coupé court à la conversation, et ce n’était pas dans la tente, sous son nez, qu’elle pouvait proposer un échange à Cael. Tant pis. Roseverte avait beaucoup râlé, sous la tente, en apprenant qu’il allait devoir s’y coller aussi, et bien entendu, il avait voulu leur refiler la corvée. « Vous deux, vous irez à ma place. Il est hors de question que je ruine ma nuit dans ce genre de futilités. » Cael avait voulu protester. Aileen avait été plus rapide que lui, l’empêchant de parler d’un froncement de sourcils discret. « Bien sûr, professeur. Après tout, je suis sûre que monsieur Keolog en demande de même à ses assistants. » La menace avait plané dans l’air, et avec un grognement, Roseverte était allé se coucher. A l’heure de son tour de garde, il y était allé en grognant, sans faire mine de les réveiller. Il préférait ne pas prendre le risque que Keolog sache comment il traitait ses assistants.

Elle avait passé quelques minutes à papoter avec le stratège, souriant quand il lui expliqua que ce qui l’avait réveillé, c’était le fait qu’il se soit pris les pieds dans les sardines de la tente en revenant de la forêt, où il était allé satisfaire un besoin naturel. Puis, son tour touchant à sa fin, il était parti, la laissant seule dans le campement. En silence, elle avait laissé filer le temps, marchant d’un pas tranquille pour ne pas prendre le risque de s’endormir en se posant. Puis, à un moment donné, elle avait souri en sentant son réveil interne sonner dans sa tête. Quatre heures trente. L’heure de son lever. Retournant à la tente, elle avait doucement réveillé Cael, esquissant un léger sourire attendri en l’entendant murmurer « Encore cinq minutes, Melody… » Sympathique, elle lui avait laissé ces cinq minutes, utilisées pour faire son sac en silence et prendre de quoi manger. Puis elle était retournée vers lui pour le secouer un peu plus fort.

« Moi c’est Aileen, pas Melody. Allez, debout, la marmotte ! »

Préférant ne pas se recoucher, craignant de ne pas réussir à se lever avant une heure indigne, elle accompagna Cael pour participer à son tour de garde, partageant généreusement ses barres de céréales et sa boisson isotonique avec lui. Ils discutèrent un peu, jusqu’à ce que Cael replonge dans le sommeil, s’endormant sur le rocher où il s’était assis, faisant à nouveau pouffer de rire sa camarade. La vache, il a le sommeil long, ce Phyllali. N’ayant plus sommeil, elle l’avait laissé dormir, laissant à Sokka, son Lucario, le soin de l’attraper en douceur pour le remettre dans son duvet, où il dormirait mieux qu’assis dans le froid sur son caillou inconfortable (et entouré de mégots de cigarettes suite au tour de garde de Roseverte, accessoirement). Elle ne l’avait réveillé qu’une heure plus tard, à cinq heures quarante-cinq, pour lui laisser le temps de se préparer avant la folie du départ. Elle avait eu le nez creux. A six heures quinze, Roseverte et Keolog couraient de partout pour rassembler leurs matériels, débraillés dans leurs habits vite enfilés, une Lucie décoiffée courant derrière eux pour les aider tandis qu’Henry terminait son petit-déjeuner. Ils ne partiraient que vers sept heures, cela étant. Cael avait tout le temps de se préparer.

Ou du moins, tout le temps de finir son petit déjeuner extrêmement frugal avant que Roseverte ne débarque pour lui hurler dessus parce qu’il retardait tout le monde.

Les PNJ de la mission:
 

_________________
aileen sôma
I messed up tonight, I lost another fight, I still mess up but I'll just start again, I keep falling down, I keep on hitting the ground, I always get up now to see what's next. Birds don't just fly, they fall down and get up, Nobody learns without getting it wrong.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1326-aileen-soma-des-voeux-de-lumiere-dans-l-ombre-de-la-nuit http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1328-aileen-soma-pyroli
 Topdresseur Ranger
avatar
Topdresseur Ranger
Région d'origine : Hoenn
Âge : 14
Niveau : 54
Jetons : 1326
Points d'Expériences : 1669

MessageSujet: Re: Mission [Dans les abysses de l'Histoire]   Mer 20 Sep - 20:00

*Crunch, crunch, slurp, miom et autres onomatopées diverses* Finalement, ce n'était peut-être pas une si mauvaise journée. Pensez-y: en moins de 24 heures, on a réussi à remettre Roseverte à sa place, à échapper à une inondation et une horde de Pokémons affamés, réitérer notre première exploit et nous faire accepter dans une expédition au sein d'un temple mystérieux (J'suis sûr que y'a un vaisseau extraterrestre là-dedans...Ou au moins, une Corne d'abondance !).
Toutes ces émotions m'ayant ouvert l'appétit, rien d'anormal donc à ce que je fasse une razzia sur le stock de provisions que Keolog et ses assistants ont si gentiment amenés. Après, je ne suis pas vraiment d'accord avec son analyse, d'où une si petite quantité de boites et de paquets de biscuits pourrait-elle suffire pour tenir sur cette île une bonne semaine ? Heureusement que Roseverte a pensé à embarquer un tel stock de pommes de terre...Plus qu'à s'habituer à la purée ! En plus, j'ai même réussi à empêcher Neaki se dévorer l'intégralité de notre réserve pour le lendemain !
La nuit finira par draper son large voile obscur sur notre petit campement : Roseverte a bien tenté de nous refiler son tour de garde, mais avant que je ne puisse lui faire savoir ma manière de penser (On est sur le terrain, pas au dortoir Phyllali !), Aileen s'est chargée de lui couper l'herbe sous le pieds, avec ce sourire flippant qu'elle affiche parfois. Chaque fois qu'elle me fait le coup, j'ai presque l'impression de voir une image de Cléo se superposer à la Pyroli...Arceus nous protège (Et surtout moi), si elle met la main sur un Ectoplasma, un jour.
Malgré l'afflux de crissements et de grognements ambiants tout autour de notre campement, je n'ai aucun mal à trouver le sommeil : ce genre d'atmosphère, ça me berce plus qu'autre chose, c'est quand tout est silencieux que quelque chose ne tourne pas rond. En plus, avec la présence d'un gardien permanent, tout mouvement suspect serait stoppé avant même d'atteindre nos tentes. Neaki et mithos se sont déjà roulés en boule contre mon sac de couchage (C'est froiiiiiiiiiid !), tandis que Katara, fidèle à ses habitudes, ne dort que d'un oeil à l'entrée de la tente.

''Encore cinq minutes, Melody…''

C'est vrai, quoi, je suis au beau milieu d'un super rêve : c'est la confrontation finale avec une horde de Trioxhydres menaçants, qui ravageront l'île de Lansat si je ne mets pas un terme à leur agissement ! Du coup, me faut vraiment que cinq minutes pour régler le problème et j'arrive, promis juré ! Un petit coup de mon arme ultime, le Canon Pacificateur Ranger (Le fait qu'il soit rose et efficace sur les Dragons est une coïncidence, on est d'accord ?) et le tour est joué ! Maintenant, la pose de victoire et...Melody, t'avais dit 5 minutes !

''Moi c’est Aileen, pas Melody. Allez, debout, la marmotte !''

''Ah...Euh...Merci, Aileen.''

Honte, honte, honte ! Si Cléo entend parler de ça, je suis bon pour deux mois d'appels et de courriers qui me hanteront jusqu'à la fin de mes jours. Heureusement, la Pyroli ne profite pas de la situation (Et Arceus sait qu'elle pourrait) et se contente de partager sa maigre pitance avec moi, tandis que je m'installe à mon tour pour terminer la nuit, à l'affût du moindre Pokémon de passage. Tandis que Neaki et Mithos continuent de ronfler de leurs cotés, Katara s'est déjà ébrouée, avant de venir s'installer juste à coté de moi, droite sur ses pattes arrières. J'vais finir par croire qu'elle est à demi-Fouinette, tiens...
L'aurore ne devrait pas tarder à poindre, on entend le bruit des vagues, au loin. Et avec les cris des Pokémons qui s'éveillent doucement, ça crée une atmosphère unique, c'est même super détendu...

''Zzzzzzz...''

Quoi ? Non, c'est pas vrai, je dormais pas ! Et qu'est-ce que je fiches dans mon duvet ?! Réveillé en catastrophe, je bouscule même le duo de Ronflexs qui me sert d'équipiers, avant de m'habiller à la hâte. Apparemment, je ne suis pas le seul à être en plein branle-bas de combat : Roseverte et Richard Keolog sont déjà en train de ''discuter''.

''Qu'est-ce que tu pourrais bien faire d'un ionisateur?''

''Ah, certains sont très forts pour critiquer, mais pour prévoir sur le long terme, ça !''

''On ne part que pour quelques heures, rien ne nous empêche de les étudier une fois revenu au campement !''

''La notion d'échantillon inerte, ça te dit quelque chose, Monsieur le ''prodige scientifique'' ?''

On va les laisser se mettre d'accord...Surtout que ça me laisse le temps de prendre un vrai petit-déjeuner. D'autant qu'Henry a déjà tout disposé sur sa table de camping et sans même prêter attention à L'effervescence générale, se contente de déguster ses tartines, les yeux mic-lots. Y'a pas à dire, il sait parfaitement comment vivre, ce garçon.

''Jour ! Il en reste, ou c'est réservé pour les stratèges ?''

''Sers-toi, donc. Va nous falloir de quoi tenir, pour affronter ce qui nous attends. Et puis, comme dernier repas du condamné, il y a pire, non ? ♪''

Je confirme, surtout après le 9ème tartine ! Au moins, mes affaires à moi sont déjà prêtes : un Capstick, mon carnet de recherches, et un sac remplis de tout ce que j'ai pu trouver comme matériel de survie, lors de mes préparatifs. Avec tout ça, aucune chance qu'on se retrouve face à un obstacle infranchissable !
En revanche, quand je vois débarquer Roseverte et Keolog, tout deux chargés comme des baudets et croulants sous des piles d'appareils probablement fragiles, je ne peux m'empêcher de m'étouffer de rire dans mon jus d'orange. Une attitude qui n'échappera pas au référent Phyllali, puisque ce dernier me bondit dessus comme un Léopardus sur un steak, avant de me vociférer dans les oreilles.

''Ça vous fait rire, Joy ? Levez-vous et plus vite que ça....Nous partons immédiatement...Mais...Vous ne comptez tout de même pas pénétrer dans un tel lieu d,histoire, sans un minimum de préparatifs ?''

''Si, si, j'ai mon matériel, professeur !''

''...Joy, lors de notre retour à l'académie, vous passerez dans mon bureau. Ou plutôt, non, ne le faites pas.''

Je suis pas sûr de comprendre...Mais au moins, il a cessé de grogner ! C'est donc en suivant un  duo de responsables qui semblent bien décidés à ne laisser la tête du groupe à personne, que nous quittons les abords du campement. La formation adoptée presque naturellement est pour le moins efficiente : Roseverte et Keolog sont en tête, se poussant et se dépassant l'un l'autre, tant ils sont pressés d'atteindre notre objectif. Vient ensuite Aileen, chargé de surveiller le duo, tout en anticipant ce qui pourrait nous frapper de face. Henry occupe le centre de la formation et malgré son apparente tranquillité, le stratège garde une main permanente sur les Pokéballs à sa ceinture...J'aimerais pas être à la place d'un Pokémon qui déboucherait d'une rue latérale. Sa partenaire, toujours égale à elle-même, l'invective pour qu'il avance plus vite, tandis que je ferme la marche, Capstick en main.
C'est peut-être un peu paranoïaque mais après notre rencontre d'hier, je préfère prévenir que guérir...Surtout lorsque les grincements et autres bruits de pinces se font de plus en plus fort, au fil de notre approche !

''Halte''

Le ton du stratège est aussi coupant d'impérieux et même nos référents ne semblent pas s,en formaliser, tandis que le jeune homme remonte la colonne, pour jeter un rapide coup d'oeil à l'angle de la prochaine intersection : à moins de quinze mètres, on peut apercevoir la fontaine et la colonie de Crabicoques qui grouille tout autour de cette dernière. De l'autre coté de l'esplanade, la forme sombre du temple, notre objectif, se découpe...Autant dire qu'elle se trouve à quelques continents de distance, vu l'obstacle sur notre chemin.
Un petit conseil de guerre s'impose...

''Je ne sais pas pour toi, Frankie, mais je doute qu'ils nous laissent passer sans dommages.''

''Pour une fois, ton analyse me semble juste. Et pourtant, il faudra bien que nous entrions dans le temple. Je suppose que tu vas rejeter d'office ma proposition consistant à encourager nos jeunes éléments à faire diversion ? Simple hypothèse de travail, je continue de chercher...''

''Euh, monsieur ?''

''Pas maintenant, Joy, vous voyez bien que je réfléchis...''

''Non mais, c'est import...''

''Je vous ai dis que ce n'était pas le moment !''

''Laisse-le parler, Frankie, tu vois bien qu'il y tient. Et ce sera toujours mieux que de ruminer sur ce qui pourrait ou ne pourrait pas être.''

''Et ben, en fait, on a discuté avec Henry et on pensait que...''


*****************

''Me regarde pas comme ça, Katara, je te dis que ça va bien se passer ! Aileen, dis-lui...Et l'imite pas !''

Je peux comprendre que la Pyroli ne soit pas très enthousiaste à l'idée de suivre le plan proposé : néanmoins, c'est celui qui implique le moins de risques, les plus grandes chances de succès et surtout, qui nous permettra d'explorer les lieux sans être dérangé par d'autres Pokémons de passage.
En étudiant la vidéo prise par la Pyroli, lors de notre dernier passage, j'ai pris conscience d'un petit détail et sans une remarque d'Henry, nous n'aurions probablement jamais pensé à l'exploiter : du fait de sa position centrale, le temple peut être atteint depuis plusieurs artères disposées en étoile, le bâtiment bloquant la branche supérieure. Le nid des Crabicoques, un amoncellement de débris et de planches gorgées d'humidité, se trouve quand à lui...pile devant l'entrée principal du batîment, formant une véritable porte de fortune.  Néanmoins, on peut également apercevoir une seconde rue, qui semble longer le coté Est du temple et s'enfonce dans les profondeurs de la ville.

''Même si nous parvenons à attirer une partie des Crabicoques, ils vont laisser des sentinelles pour garder leur nid et nous bloquer l'accés à l'entrée. Et en plus, lorsqu'on voudra ressortir, on risque de se retrouver confronté au même problème.
Le plan proposé par Henry est donc relativement simple : Je pars avec lui et nous nous arrangeons pour en entrainer la plus grosse partie, dans la rue à l'ouest de la place. Pendant ce temps, vous n'aurez qu'à traverser la place, et à dépasser l'entrée pour longer le mur Est du batîments. Si Henry ne se trompe pas, les Crabicoques ne devraient pas vous suivre au-delà des limites de la place, ils seront bien plus concernés si vous tentiez d'entrer dans le temple ! Les filles pourront éloigner ceux qui se montreraient trop curieux et je sais que t'as des Pokémons un peu plus costauds que les miens, Aileen...Ce qui est primordial pour la suite.
Une fois à coté du mur Est, vous percez un petit trou et Henry nous ramène par la voie des airs, pour profiter de la nouvelle entrée !''


''...J'espère que vous ne pensez pas sérieusement ce que vous dites, quand vous parlez de ''percer un petit trou'', Joy. Moi vivant, personne n'abîmera une pièce d'histoire aussi importante que ce temple !''

''Bien dit, professeur !''

Il faudra donc plus de vingt minutes à Henry, Aileen et moi, pour convaincre le trio récalcitrant. C'est fou ce que c'est têtu, un scientifique...Allez, quoi, une petite brèche contre la promesse de la solution à l'énigme des marées titanesques qui submergent la ville !
Ce sera finalement la promesse de découvertes susceptibles de lui apporter une renommée faramineuse, qui achèvera de convaincre Roseverte. Il ne nous reste plus qu'à lancer l'opération ''Infiltration''...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2479-cael-joy-un-sourire-peut-tout-changer-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2486-cael-joy-phyllali#28810
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Mission [Dans les abysses de l'Histoire]   

Revenir en haut Aller en bas
Mission [Dans les abysses de l'Histoire]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Community :: le reste du monde :: Reste du globe-