L'Eau et le Feu
Thymara Kelsin
Thymara Kelsin
Région d'origine : Johto, Oliville
Âge : 14 ans
Niveau : 0
Jetons : 24
Points d'Expériences : 18
Nouveau Membre
Sujet: L'Eau et le Feu   Jeu 26 Sep - 21:41

L'Eau et le Feu



D'un geste expert, Thymara fit défiler les catégories de fonctionnalités sur l'écran du haut. Météo, Pokédex, Téléphone. Son choix s'arrêta sur la catégorie "eBook", et elle appuya sur le gros rectangle rouge pour entrer dans ce module. La page suivante proposait diverses options permettant de trouver un livre numérique : par titre, par catégorie, par auteur ou encore par nombre de mots. Elle songea un instant à ce qui pouvait motiver quelqu'un à choisir le livre le plus long. Son index fit défiler la liste des catégories proposées, et son choix s'arrêta sur la catégorie Pokémon. Elle ouvrit le premier livre consultable, dont le titre était "Généalogie des Pokémon, une histoire d'évolution".
Thymara avait reçu son iPok peu après la confirmation de son inscription à l'académie, et elle avait passé une partie de l'été à jouer avec, ne le lâchant que très rarement. L'été avait pris fin hier et le Prince des Mers avait accosté à Nuevo. Thymara était rentrée chez son père, passer les quelques heures qui la séparaient encore de la rentrée avec lui. Loin d'adieux larmoyants, Thymara avait quitté l'appartement ce matin, son sac à dos plein à craquer, et avait adressé l'un de ses rares sourires à son père, lui souhaitant bonne chance pour la pêche du jour.
Le livre consistait en un long essai sur la manière dont les Pokémon avaient évolué depuis l'origine des temps, comment les différentes espèces s'étaient finalement développées, au fil de mutations et d'adaptations diverses à leur environnement. L'impact des humains sur le développement des Pokémon était décrit comme particulièrement important, et notamment la manière dont les différentes régions du monde avaient été aménagées, qui avaient abouti à une faune locale différente par endroits. Ce n'était que depuis la banalisation des transports aériens et maritimes que les Pokémon eux-mêmes avaient pu voyager de région en région, faisant apparaitre de nouvelles espèces qui...
* BOUM *
Les doigts de la main gauche de Thymara laissèrent filer son iPok, tandis que son buste et son bras gauche était projeté vers l'arrière. D'un geste, elle tendit son autre bras de tout son long, et parvint à agripper du bout des doigts le deuxième écran de son précieux appareil. Cette extension soudaine la déséquilibra, et elle tomba lourdement au sol, protégeant au péril de sa vie l'iPok qu'elle tenait désormais fermement contre elle. Elle avait chuté de nombreuses fois pendant les dernières années, se renversant souvent sur elle quelques Remoraid fraichement pêchés. Une chute de plus ou de moins n'allait certainement pas changer sa vie.
Thymara retrouva ses esprits et vit en face d'elle un adolescent de son âge, face contre terre.
"Défolé..." lança-t-il difficilement, articulant comme il le pouvait. "Fe ne defais pas être confenfré."
Thymara fut la première à se relever, adroitement. Elle tendit la main à l'adolescent qui s'empressa de la saisir, puis l'aida à se remettre sur pieds. Pendant un instant, chacun sembla attendre que l'autre entame la conversation. Sa chevelure blonde masquait légèrement ses yeux, et arborait une tâche sombre, comme si une mèche avait décidé de se séparer du reste. L'autre lui lança finalement un sourire gêné, remit ses écouteurs en place et reprit son chemin au pas de course, quittant rapidement le champ de vision de Thymara.
Poussant un soupir de soulagement, Thymara passa une main sur son t-shirt violet, le dépoussiérant au passage suite à sa chute, puis fit de même avec son pantalon noir. Elle avait longuement hésité sur la tenue à porter pour cette première journée. Les étudiants devaient-ils porter un uniforme règlementaire ? Y avait-il une norme qui demandait aux étudiantes de toujours porter des jupes ? De nombreuses questions, toutes plus délirantes les unes que les autres, avaient fini par apparaitre. Le pragmatisme de Thymara avait finalement pris le dessus, et elle avait décidé qu'en l'absence de consigne claire de la part de l'académie, elle s'habillerait comme bon lui semble. Quant à la coiffure, elle avait décidé d'attacher ses cheveux bruns sur l'arrière, essentiellement pour parvenir à supporter la chaleur de cette fin d'été.

Il était 7h57 lorsque Thymara arriva devant l'immense double porte de l'académie. De nombreux étudiants s'engouffraient dans une cohue continue jusqu'à l'intérieur de l'académie, comme un fleuve en crue qui se déversait dans l'océan. Thymara rangea précautionneusement son iPok dans son sac et fit un pas à l'intérieur de la foule, marchant au rythme du jeune homme brun et élégant qui était devant elle. Une partie d'elle était forcée de suivre ce mouvement de foule, et pendant un instant elle eut l'impression d'avoir perdu le contrôle, comme si elle ne pouvait plus faire demi-tour, comme si elle allait tout perdre.
Thymara cessa d'avancer, expirant puis inspirant profondément plusieurs fois de suite. Elle était telle un caillou qui empêchait l'écoulement du flot d'étudiants, mais à ce stade ça l'importait peu. L'appréhension sembla se calmer, et Thymara posa le pied à l'intérieur de l'enceinte de la Pokémon Community.

L'entrée de l'académie était un gigantesque parc menant aux divers bâtiments. Les chemins, carrés d'herbe et les bords de la fontaine centrale avaient déjà été investis par de multiples petits groupes de deux ou trois étudiants, qui semblaient s'être retrouvés et partageaient déjà de grands éclats de rire. Mais dans ce paysage scolaire que Thymara avait depuis longtemps oublié, les étudiants et la fastuosité des lieux n'étaient pas ce qui fascinait Thymara, à cet instant.
Des Pokémon en liberté, partout autour d'elle.
A sa droite, une jeune fille vit un large mouvement du bras et envoya un frisbee le plus loin qu'elle semblait pouvoir le faire. Un Pokémon surgit immédiatement de derrière elle, et se lança à la poursuite à son précieux sésame. Il fit un grand bond et prit le frisbee dans sa gueule, puis retomba au sol avec souplesse, et revint en trottinant auprès de sa maîtresse. La jeune fille tira des deux mains sur le jouet, mais son Pokémon refusa de le lui rendre, et une bataille de force s'en suivit. Thymara sortit à nouveau son iPok, rentra dans l'application Pokédex et prit en photo le petit Pokémon. Immédiatement, son appareil lui donna une réponse :
"Caninos, Pokémon chiot. Caninos a un odorat très développé. Ce Pokémon n'oublie jamais un parfum, quel qu'il soit. Il utilise son puissant sens olfactif pour deviner les émotions des autres créatures vivantes."
Deux Pokémon passèrent à toute allure devant eux, pris dans une course folle. Snubbull et Tiplouf. Un peu plus loin, quelqu'un jouait les commentateurs :
"Les deux concurrents s'élancent à toute allure en direction de la ligne d'arrivée ! Qui va l'emporter ? Tiplouf et son étonnante démarche, ou Snubbull et son horrible petit visage joufflu ?"
Snubbull prit rapidement une avance considérable sur son concurrent, et arriva à mi-parcours, où il fit le tour de la fontaine qui trônait au centre du parc pour revenir à son point de départ. A l'intérieur de la fontaine, un Mustebouée semblait se prélasser dans l'eau claire, et laissait nonchalamment le jet d'eau retomber sur son ventre. Il décida subitement de sortir de son bain et s'ébroua hors de l'eau, projetant des gouttes sur les quelques étudiants postés autour de lui.
Un petit "bip bip" retentit sur l'alarme de son iPok, ramenant Thymara à la réalité. Il indiquait 8h00 pile, soit quinze minutes avant l'heure qu'elle redoutait.
Thymara s'approcha du plan de l'académie, à quelques encablures de l'entrée, et trouva rapidement la flèche indiquant l'endroit qu'elle recherchait. Elle dut traverser une partie du parc, puis s'engouffra dans un bâtiment. L'intérieur était clairement plus calme que l'extérieur, mais dès le petit hall d'entrée, quatre couloirs partaient dans les différentes ailes du bâtiment. Thymara trouva sans mal celui qui la conduirait à bon port et avança. Après quelques mètres, une pancarte posée en plein milieu du couloir indiquait en grosses lettres : "Collectionneur", avec une flèche pointant vers la gauche. Suivant la flèche, Thymara ouvrit la porte qui semblait être l'objet de cette indication, et découvrit de l'autre côté un escalier qui s'enfonçait dans les profondeurs de la structure. L'appréhension revint rapidement, portée par l'ambiance étrange qui se dégageait du lieu. Elle descendit les marches, n'entendant bientôt plus que ses propres pas résonner. Un autre couloir commençait immédiatement après la dernière marche, et menait jusqu'à une nouvelle porte sur laquelle était à nouveau flanquée "Collectionneur". Thymara l'ouvrit.
La pièce suivante était surprenante. Une file d'attente avait été dressée en serpentin, et des chaises avaient été placées tout au long de la corde rouge qui marquait le sens de la marche. A l'intérieur de la file, une trentaine d'étudiants, pour la plupart plus jeunes que Thymara, attendaient patiemment que vienne leur tour. De l'autre côté, une seconde porte semblait mener vers la raison qui avait sans doute motivé toutes les personnes présentes dans cette salle. La porte s'ouvrit quelques secondes après l'entrée de Thymara dans la file, et une jeune fille rousse aux cheveux bouclés en sortit. Elle longea la file d'attente d'un pas pressé, l'air inquiet, et serrant dans le creux de sa main gauche une petite balle rouge et blanche, une Pokéball. La première personne de la file quitta sa chaise et remplaça la jeune fille en franchissant la porte, créant du même coup un jeu des chaises musicales dans toute la file d'attente, chaque personne prenant la chaise de la personne qui la précédait. Thymara s'inséra dans la file et prit la dernière chaise libre. Elle posa son sac à dos à ses pieds et en sortit à nouveau son iPok pour consulter l'heure : 8h03. Plus que douze minutes à attendre avant son passage.

Douze minutes.
Douze minutes ?
9h19.
Thymara laissa échapper un profond et bruyant soupir. Les étudiants qui l'avaient précédés étaient tous entrés dans la pièce suivante, un par un, et en étaient ressortis après un temps qui lui avait semblé parfaitement aléatoire. Certains ne restaient que deux à trois minutes, quand d'autres lui avaient semblé être restés pendant près d'une demi-heure. Le dernier jeune garçon qu'elle avait suivi depuis l'autre bout de la file d'attente se leva à son tour de son siège, et pénétra dans la salle du Collectionneur. Thymara reprit sa réflexion là où elle l'avait laissée, oubliant totalement les garçons et filles qui avaient à leur tour occupé la file d'attente, sans doute tout aussi agacés qu'elle du temps qu'ils devaient attendre.
Un Pokémon eau. C'était certain, elle allait obtenir un Pokémon eau. "Un Remoraid", pensa-t-elle en arborant un sourire ironique. Remoraid était sans doute le Pokémon qu'elle avait le plus côtoyé tout au long de son enfance, et pour cause. Elle avait perdu le compte du nombre de caisses de Remoraid qu'elle avait transportée, du Mère Vima jusqu'aux docks d'Oliville puis de Nuevo.
Penser à Oliville fit revenir en elle une vague de nostalgie, et elle pensa à ce que pouvait bien faire son père pendant qu'elle attendait inlassablement son tour. Peut-être lui aussi pensait-il à elle, en ce moment précis ? Non, il avait bien d'autres choses à faire. Thymara pensa finalement à Oural, le Goélise de son père qui avait partagé sa vie depuis aussi longtemps qu'elle se souvenait, et grâce auquel ses parents s'étaient rencontrés. Un Goélise. C'était un bon choix pour elle.
La porte s'ouvrit à la volée, et le garçon qui était rentré quelques secondes auparavant émergea, jovial, le poing serré autour de la Pokéball qui venait de lui être remise. Thymara l'observa longuement alors qu'il rejoignait l'autre bout de la salle, puis croisa le regard de la personne qui attendait derrière elle, et réalisa que son tour était finalement arrivé. Elle se leva, tremblotante, et franchit la dernière porte.
Ses yeux s'écarquillèrent lorsqu'elle pénétra dans la salle du Collectionneur. La pièce était immense, et partout autour d'elle, des étagères sur lesquelles des Pokéball trônaient, parfaitement alignées. Au centre, une chaise flanquée d'un petit panneau "Merci de vous asseoir". Thymara s’exécuta fébrilement. Un peu plus loin, quelques bruits métalliques résonnèrent dans la pièce, puis une voix émergea au milieu des rangées d'étagères.
"Eau plate ou gazeuse ?"
Pendant un instant, Thymara se demanda si la question était vraiment pour elle.
"Ne réfléchissez pas !" ordonna la voix. "Répondez instinctivement. Mer ou montagne ?"
"M... Mer." fit-elle. Cette question, au moins, avait une réponse toute trouvée.
Etait-il possible que quelqu'un lui joue un tour, et se fasse passer pour...
"Arrêtez de penser !" demanda à nouveau sèchement la voix.
Thymara se figea sur la chaise, tandis qu'émergeait la silhouette de celui qui était sans doute le Collectionneur. Ses yeux globuleux étaient fixés sur elle, la paralysant de leur intensité.
"Vous ne pouvez choisir qu'un seul objet parmi les trois suivants : un verre à pied, une chaussure et une pomme verte. Lequel choisissez-vous ?"
"La pomme verte... je crois." Puis, prenant un ton plus assuré : "La pomme verte !"
Le Collectionneur s'approcha davantage, faisant un petit "Hmm" en fronçant les sourcils. Il poursuivit.
"Combien de kilomètres à vélo pourriez-vous parcourir en six heures trente ?"
Ne réalisant même plus l'absurdité de la question, Thymara réalisa un rapide calcul, puis répondit.
"Je... Je dirais quatre-vingt kilomètres ?"
Un nouveau "Hmm" du Collectionneur.
"Et quel est selon vous le pire défaut d'un dresseur de Pokémon ?"
Réfléchir. Réfléchir, vite. Rien d'autre ne vint à Thymara qu'une réponse des plus évidentes.
"Ne pas avoir de Pokémon !"
Le Collectionneur sembla surpris par cette réponse, puis se mit à pouffer de rire en s'éloignant à nouveau. Il s'enfonça à nouveau au milieu de ses étagères pleines de Pokéball.
Ne pas avoir de Pokémon ? Qu'est-ce qui avait bien pu lui passer par la tête pour répondre quelque chose d'aussi niais ! Thymara eut soudainement l'impression d'avoir totalement échoué. Le Collectionneur allait lui donner le pire Pokémon de sa collection, celui dont personne ne voulait et qui était réservé à l'élève le plus idiot et incapable de toute l'académie. C'était elle.
Elle respira profondément, tentant de rationaliser. Les questions du Collectionneur n'avaient aucun sens, elle s'était contentée d'apporter les réponses les plus cohérentes qu'elle avait pu trouver, et si quelqu'un devait être tenu pour responsable de leur manque d'inspiration, c'était le Collectionneur lui-même. Elle expira et focalisa son esprit sur le Pokémon qu'elle allait recevoir : ce serait Remoraid ou Goélise, Thymara n'avait plus aucun doute.
Elle revint à elle et mit instinctivement un bras devant ses yeux. Une Pokéball se dirigeait droit vers elle, provenant du fond de la pièce. La petite balle ronde heurta son bras et retomba sur ses jambes. Thymara lâcha un petit "Aouch !" lorsque l'objet s'écrasa contre elle, mais rapidement la légère douleur fut remplacée par l'impatience de découvrir ce qui se cachait à l'intérieur.
Un bruit de frottement s'approcha, et Thymara vit le Collectionneur, à cheval sur son fauteuil à roulettes, rouler jusqu'à quelques mètres d'elle. Son fauteuil se stabilisa, et il croisa les bras sur le dossier.
"Une dernière chose", demanda-t-il en esquissant un sourire, "pensez-vous être prête pour vous occuper d'un Pokémon ?"
Son coeur cria non, son esprit cria oui. S'occuper d'un Pokémon, pas simplement l'avoir et en être fière, mais être responsable de lui, de ses actions, de sa santé. Etre responsable d'un enfant, comme ses parents avaient été responsables d'elle depuis sa naissance. Thymara pensa à sa mère, à son dévouement pour sa famille qui l'avait éloignée pendant tant d'années. Il y a six ans. Un soir, une famille, un jeu, un Pokémon. Elle appuya sur le bouton de la Pokéball, et la créature qu'elle renfermait se matérialisa devant elle.

"Je sais qui est le Pokémon disparu !" avait-elle hurlé en piochant la dernière carte.
C'était la dernière fois que Thymara avait vu sa mère, avant son départ pour Doublonville et l'accident qui lui avait coûté la vie. Pour ses 8 ans, la mère de Thymara lui avait offert un jeu de société basé sur les Pokémon, le but était de coopérer avec les autres joueurs et de mener l'enquête à l'aide d'un paquet de cartes et d'une paire de dés, et de retrouver l'identité du Pokémon mystère qui avait disparu. C'était l'un des rares moments où Thymara avait pu voir ses deux parents réunis, et où tous les trois s'étaient réellement comportés comme une famille.
Thymara avait bougé son pion jusqu'à la dernière case, et avait posé de sa main la carte représentant le Pokémon qui allait mettre fin à la partie.
Son père s'était mis à applaudir tandis que sa mère s'était subitement mise à rire devant le sérieux de sa fille. Thymara s'était sentie fière, mais plus que tout, elle s'était sentie heureuse.
Sur la carte, le Pokémon qu'elle avait retrouvé, celui qui refaisait surface, comme une ironie dont seul le hasard de la vie est capable.

Thymara resta bouche bée. La petite créature leva le nez vers elle, comme si elle tentait de l'examiner, sa petite tête penchant légèrement sur le côté, et affichant un air étonné. Brusquement, elle se dressa sur ses deux petites pattes arrière, et poussa un cri aigüe. Retombant sur ses quatre membres, le Pokémon se mit à courir autour de la chaise sur laquelle Thymara était assise, criant encore et encore son nom, comme un écho qui résonnait partout autour de lui.
"Eh bien, eh bien !" s'exclama le Collectionneur d'une petite voix. "Celui-là est spécial. Je suis curieux de voir comment vous allez vous entendre, tous les deux."
Le Pokémon s'arrêta et fixa à nouveau Thymara. Elle eut l'impression qu'il attendait de voir sa réaction, après cette parade. Il poussa à nouveau un cri, puis un autre plus puissant, et finalement, le dernier cri déclencha quelque chose.
Thymara frissonna. Devant elle, ce n'était ni la mer, ni le vent, c'était le feu. Des flammes bleues qui jaillissaient du dos rond du Pokémon.
"Héri, Héri ! Cendre ! Héri !"
Jetant un regard interrogatif autour d'elle, Thymara s'adressa au Collectionneur.
"Qu... Qu'est-ce que je dois faire, maintenant ?"
L'homme prit appui sur ses jambes et fit rouler son fauteuil un peu plus en direction de Thymara, puis posa nonchalamment sa tête sur sa main droite.
"En général, les autres se contentent de prender leur nouveau Pokémon et de partir."
Voyant l'attention de Thymara dirigée vers le Collectionneur, Héricendre se mit à sauter sur place, faisant des bonds d'environ un mètre de haut pour attirer l'attention de sa nouvelle maîtresse.
"Cela dit", ajouta le Collectionneur en observant le Pokémon s'agiter, "la plupart des élèves commencent par donner un nom à leur nouvel ami."
"Donner un nom ?" demanda naivement Thymara. "Je ne peux pas tout simplement l'appeler Héricendre ?"
Le Collectionneur lui adressa un nouveau sourire, et répondit d'un ton moqueur.
"Aimerais-tu que je t'appelle 'Fille' ?"
Thymara regarda fixement le Pokémon qui s'agitait devant elle. Un nom pour cette boule de nerfs ? Elle se souvint que les amis de son père appelaient parfois leurs propres Pokémon par un diminutif de leur nom. Héri ? Il allait falloir trouver quelque chose de plus original si elle ne voulait pas être la risée de l'académie. Quelque chose qui ressemblait à Héri... Eric ? Erin ? Hédi ?
"Héri ! Héri !"
Face au manque de réaction de Thymara, le Pokémon lança une charge sur le pied de la chaise sur laquelle elle était assise. Le pied cassa aussitôt, et tandis que Thymara bascula sur le côté, Héricendre lui sauta dessus.
"Le nom d'un Pokémon est quelque chose de puissant", commença le Collectionneur qui semblait s'être laissé attendrir par la scène. "J'ignore si c'est vrai, mais il parait même que certains noms renferment une puissance cachée qui lie le dresseur à son Pokémon."
Thymara plaça ses deux mains l'une à côté de l'autre, paumes vers le ciel, et le petit Pokémon grimpa aussitôt dessus, ravi qu'on lui porte finalement un peu d'attention. Il était petit, se dit Thymara, bien plus petit et léger qu'elle ne l'aurait imaginé.
"Je ne sais pas encore comment tu t'appelles, petit flambeur, et je n'ai pas envie de choisir sur un coup de tête. Alors, nous avons tout le reste de la journée pour tomber d'accord, tous les deux !"
Héricendre se dressa à nouveau sur ses pattes arrière, et laissa de magnifiques flammes bleues jaillir de son dos, poussant une nouvelle fois un petit cri. Thymara ne put se retenir de rire, répétant une nouvelle fois les derniers mots qu'elle venait de prononcer. "Petit Flambeur !"
L'Eau et le Feu
Page 1 sur 1
Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers:  
Outils de modération :