Connexion
Pokemon Community :: Archives :: Les Archives :: Année 1

Pokemon adala community

« J’ai juste envie de profiter de cette soirée, et de ce nouveau début de vie… Même si je sais que je ne suis pas encore au bout de mes surprises. »
en savoir plus ?
« Cette mission est déjà un calvaire, alors stp essaie de pas la rendre encore pire, ça m’arrangerait. »
en savoir plus ?
« Je ne suis pas sûr qu’il soit l’heure de distribuer de l’eau bénite, nous savons déjà tous que vous êtes un ange Ranya, mais je suis touché de votre bénédiction. »
en savoir plus ?
« Je me déteste. Je me déteste de toutes mes forces. »
en savoir plus ?
« C'est un fantôme que tu enlaces, Faulkner. »
en savoir plus ?
Le soleil tape. Les gens hurlent. Il en a marre. Ce n’est pas un tournoi. C’est un poisson d’avril.
en savoir plus ?
« Il est beau... Tu en as de la chance... »
en savoir plus ?
-40%
Le deal à ne pas rater :
-40% sur le Bureau gaming Alpha Omega Players
89.99 € 149.99 €
Voir le deal

Lucas Emerillon
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t167-lucas-emerillon-noctali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t168-lucas-emerillon-noctali
Taille de l'équipe : 28/30 + 2
Région d'origine : Johto
Âge : 20 ans
Niveau : 60
Jetons : 1627
Points d'Expériences : 1849
28/30 + 2
Johto
20 ans
60
1627
1849
pokemon
28/30 + 2
Johto
20 ans
60
1627
1849
Lucas Emerillon
est un Adulte Etudiant Spé Type

Mise en place de la torture
Le ciel était encore rempli de sa multitude de minuscules lumières que sont les étoiles, complété par la lune, astre nocturne attestant de l'heure qu'il était : quatre heures. L'endroit était encore désert, et pas âme qui vive ne semblait s'y trouver, ou presque. Un élève était planté là, à attendre tranquillement quelque chose. De sa longue tignasse dorée, et de son manteau rougeâtre accompagné de ce sourire simpliste qu'il tient aussi longtemps qu'il le peut, on reconnaît la dégaine à peine plus petite que la moyenne de Lucas, du dortoir des noctalis. Sur son habituelle épaule droite se tenait Freed, son Emrbylex, qui se croyait confortablement posé sur un promontoire de chair, Aegis, qui broutait quelques mèches d'herbes pour s'occuper, et Zero, qui sautillait dans tout les sens en fixant son dresseur, lui demandant s'il pouvait jouer avec lui, sans avoir une quelconque autre réponse que «  Désolé, pas maintenant mon grand. » qui l'attristait quelques secondes avant qu'il ne reprenne sa fougue permanente. Dans le sac du blondinet, un bel œuf lisse fraîchement récupéré de la veille lors de l'événement lancé par la direction de l'académie avec l'aide insoupçonné et indirect de Melty Potts. Ce même œuf qui, après quelques recherches et quelques observations de différentes, conduit son possesseur à penser qu'il contenait un type électrique. L'espèce n'était pas encore trouvé, mais Lucas était déjà content de cette trouvaille. Il avait longtemps attendu un de ces pokémons pour compléter son équipe ! La joie ne l'avait que trop pris lorsqu'il apprit ce détail de la bouche d'un des garçon du dortoir qui s'était énormément spécialisé dans le domaine, et bien évidemment, le remerciement avait été de taille : rien de moins que rien du tout, ce qui n'empêcha pas l'élève de remercier Lucas d'être passé le voir pour lui demander des informations sur son œuf. Un indice qui laissait penser que le garçon s'était largement contenté de pouvoir user de ses connaissances sur cet œuf mystérieux. Le reste de l'après-midi s'était plutôt bien passé, sans encombre, avec tout de même quelques mouvements de rage incompréhensible de Ryan, qui avait obligé son camarade dresseur à ressortir dehors pour se promener tranquillement avec son nouveau compagnon Magby, à qui il n'avait toujours pas dégoté le moindre dresseur. Ryan lui aurait bien dit oui, mais il était apparemment dans l'impossibilité d'en prendre plus pour le moment. Quand à celui que le blondinet venait d'aller voir, aucune chance que le type feu accepte : le garçon n'avait clairement pas l'étoffe d'un dresseur, ce que Lucas ne voulait absolument pas pour son petit protégé. Mais il finirait par trouver, c'est sûr, sinon, cela deviendrait rapidement problématique.

«  Eh gamin ! s'exclama une voix juste devant le garçon, qui marchait en regardant le sol pour réfléchir.
– Hein, quoi ? dit le dresseur en soulevant rapidement son visage vers l'origine de la voix inconnue. »

Il eut tout juste le temps de voir le regard sévère du « Général Jackie » avant de la percuter, et d'être le seul à reculer jusqu'à en tomber par terre. Secoué sur l'instant, il fut aidé de la main de la forte dame, qui semblait remonté contre le garçon. La journée risquait de très mal se finir, d'autant que la situation ne semblait pas avoir échapper à quelques élèves, qui observait maintenant les deux opposants.

«  Désolé, Madame Jackie ! lança Lucas en se grattant niaisement l'arrière du crâne en entendant rapidement quelques stupeurs de certaines filles venant probablement du dortoir des pyrolis.
– Tu es bien insolent pour ton âge, gamin ! Sache qu'ici, on m'appelle le Général Jackie ! C'est compris ? s'écria-t-elle.
– Oui, je m'en excuse.
– Ce n'est pas tes belles paroles qui vont te permettre de te racheter, gamin ! Il va te falloir dédommager tout ça, aussi vais-je te demander de venir au terrain d'entraînement, demain, à quatre heures afin de mettre en place l'entraînement que je réserve à mes jeunes élèves. Je ne tolère aucun retard, c'est COMPRIS ? dit-elle en défonçant presque les tympans du noctalien sur les deux syllabes, ce dernier acquiesçant rapidement du crâne avant de la voir disparaître dans les bâtiments. »

Plusieurs élèves venus regarder la scène s'approchèrent de Lucas et lui offrit une petite tape sur l'épaule pour essayer de lui remonter le moral et en l'encourageant en même temps avec un petit sourire du coin. Pas de doute, ces gens étaient très gentils, et le dresseur ne tenait pas à gâcher leur petite action qui en avait fait une énorme en n'allant pas à l'endroit convenu, d'autant que le blondinet ne tenait pas à passer pour une sorte de racaille. Aussi s'était-il ensuite retourné dans son dortoir avant de se coucher l'heure suivante, se réveillant vers les trois heures du matin pour se préparer dans le plus grand silence possible. Ainsi s'était-il retrouvé à jouer les larbins pour le Général Jackie. Au moins en retirait-il une bonne leçon : ne jamais oublier que le Général Jackie est devant vous ! Une leçon qui avait permis à Lucas d'apprécier la dame malgré son fort caractère. C'était d'ailleurs elle qu'il attendait près du terrain afin d'avoir ses instructions. Malheureusement, elle ne vint pas tout de suite, plutôt quelques instants plus tard, mais un autre élève. Il était étrange niveau habillage et coiffure, mais cela n'empêcha pas le blondinet de l'apprécier dès le premier coup d'œil. Il espérait juste que le premier contact se passerait bien, puisqu'il voulait lui demander si lui aussi était venu à cause du Général Jackie. Sans hésitation donc, il s'approcha du garçon, qui ne venait certainement pas des noctalis. Un voltalien sans doute, au vu de ce à quoi il ressemblait de près.

«  Bonjour ! Il tendit sa main en salutation. Dis-moi, tu es aussi venu pour effectuer le boulot du Génral Jackie Ca y est, il connaissait par cœur le nom ! Saurais-tu ce que nous devons faire ? lui demanda-t-il alors. »

Question présentation rapide, Lucas était le meilleur. Il venait de placer son texte en moins de dix secondes, et portait maintenant un regard jovial accouplé d'un sourire niais à l'égard de son opposant, dont il ne connaissait rien du tout. Si seulement il pouvait changer cela, peut-être aurait-il plus d'amis, sans pour autant dire qu'il n'en avait aucun ...


 

codes par shyvana


Dernière édition par Lucas Emerillon le Ven 25 Avr - 16:51, édité 1 fois


[MISSION] Mise en place de la torture 1466193127-s1

                         
Anonymous
pokemon
Invité
est un Invité
Ne jamais contrarier le Général Jackie. C'est une règle que tu auras retenu. Enfin. Plus ou moins. Tu sais bien que ce croche pied était vicieux. Mais elle le méritait. Le seul problème, c'est que tu avais joué ton sale tour au moment où Jackie passait. Et s'attaquer à un élève de Jackie sous ses yeux... Mauvaise idée, oui. Et ça tu l'as bien compris. Alors la prochaine fois, tu frapperas ses garces lorsqu'elle aura le dos tourné. Ou quand tu seras sûr qu'elle ne risque pas de débarquer. Après, tu n'as rien contre les Pyrolis. Mais qu'elles peuvent être fatiguaaantes. Et tu détestes les gens fatiguants. Tu le dis franchement. Trop même. Et cracher ce genre de discours à la face de Jackie était une trèèès mauvais idée. Mais tu l'as fait quand même. Et voilà où tu en es. Obligé de venir mettre en place le parcours d'entrainement de ses élèves. Quelle perte de temps stupide.

Mais tu n'as pas le choix. Alors tu as été obligé de te lever ce matin. De te lever tôt. Trop tôt même. Et tu lâches une bordée de jurons alors que tu termines de t'habiller. Mais tu te dis que tu auras droit à une petite consolation. Tu pourras voir les gamines du dortoir Pyroli souffrir à devoir traverser ce parcours de torture. Que tu te seras bien suffisamment emmerdé à installer. C'est une maigre consolation comparée au temps que tu auras perdu. Mais c'est déjà ça.

C'est ce que tu t'étais dit en quittant ton dortoir pour te diriger vers le lieu d'exposition de ton futur joug. Mais ce que tu n'avais pas prévu, c'était que tu ne serais pas seul. Bon. Oui. Au départ, tu te disais que ce serait pratique pour toi. Que tu pourrais déléguer les tâches et en faire le minimum. Mais... Ton idée s'était d'avantage renforcée lorsque tu t'étais approché pour le saluer. Hors de question de bosser de concours avec ce type. Tout mais pas ça. Pas encore un de ces gamins niais et stupides. Pitié. Et tu roules des yeux. Tu les laisses rouler comme des billes. Sans aucun respect. Alors que tu te tiens juste devant lui. Et tu soupires, sans attraper la main tendue vers toi.

    Moi c'est Jerry. Et non, je suis là pour te regarder bosser évidemment.


Pitié. Faites qu'il soit stupide. Suffisamment pour te prendre au mot. Pitié. Mais tu n'as pas le temps de t'égarer d'avantage dans tes prières et espérances. Car voilà le bourreau qui arrive. Et voilà Jackie qui s'avance. Et tu jures intérieurement. Tes oreilles vont encore être mises à mal. Et tu jettes un regard noir à ton compagnon d'infortune. Comme pour lui signifier que tout est de sa faute. Après tout tu n'as rien fait de mal toi. Mais s'il s'était tenu, jamais Jackie n'aurait eu idée de vous punir ainsi. Et tu as raison, comme d'habitude. Pas vrai ?

HJ :
Voilà. Pas tip top mais j'espère que ça ira.
Lucas Emerillon
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t167-lucas-emerillon-noctali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t168-lucas-emerillon-noctali
Taille de l'équipe : 28/30 + 2
Région d'origine : Johto
Âge : 20 ans
Niveau : 60
Jetons : 1627
Points d'Expériences : 1849
28/30 + 2
Johto
20 ans
60
1627
1849
pokemon
28/30 + 2
Johto
20 ans
60
1627
1849
Lucas Emerillon
est un Adulte Etudiant Spé Type

Mise en place de la torture
Le silence. Implacable, dur. Le silence signifiant sans nul doute la plupart du temps une mauvaise augure. L'opposant de Lucas ne semblait pas aussi gentil qu'il ne l'espérait. Bien évidemment, ce n'était qu'un simple jugement hâtive, mais il était presque sûr et certain que pendant tout le temps qu'ils passeraient ensemble, le garçon serait méchant. Mais cela ne déconcerta nullement le garçon, bien au contraire. Il n'avait jusqu'ici rencontré que des gens à près peu gentilles. Il n'avait jusqu'ici eut aucun problème à discuter avec ceux qu'il avait croisé, en dehors des exceptions comme cet Amaoka, qu'il n'avait toujours pas revu depuis la recherche qu'il avait commencé à entreprendre avec Rick Larson et qui n'avait même pas daigner les suivre dans la grotte granite, mais ce détail est plus qu'inutile. La situation exigeait d'être le plus concentré sur l'instant possible. Préparer l'entraînement des pyroliennes, ce n'était pas rien, surtout si le tout était surveillé par le grand Général Jackie, cette femme au corps presque sculpté dans la roche, et au regard sévère et infatigable. D'ailleurs, elle devait bientôt arriver pour expliquer à lui et son camarade ce qu'il devait faire. Il était vrai qu'ils ne connaissaient certainement pas complètement ce qu'ils devaient faire pour elle, tout du moins pour Lucas. Mais elle semblait en retard. Quelque chose la retenait, ou bien simplement était-il que les deux garçons étaient en avance, ce qui était plus probable. En attendant, chacun s'était présenté. Tout d'abord Lucas qui, tout en tendant sa main en signe de salutation, s'était présenté à sa manière avant de poser des questions à son futur compagnon de travail. La réponse n'avait pas été des moindres, mais c'est ce qui avait comprendre le caractère de ce garçon au blondinet.

«  Moi, c'est Jerry. Et non, je suis là pour te regarder bosser évidemment.  »

Il avait parlé sur un ton de supériorité non retenu, en tout d'après Lucas. Il avait fait roulé ses yeux comme si la présence du garçon l'agaçait complètement, et n'avait même pas daigné serrer la main généreuse du dresseur, préférant lui donner du soupir. «  Un bien vilain garnement que voilà ! » se serait écrié le vieux grigou d'Oliville qui vivait juste en face de la maison natale de Lucas. «  Ce n'est pas bien grave, tant qu'il ne m'insulte pas, je ne vais pas chipoter.  » pensait le blondinet en souriant, cette fois plus sérieusement. Après tout, le garçon avait beau être de mauvais caractère, il y avait toujours moyen de s'entendre. Il n'y aurait qu'un hic entre eux : le Général Jackie. Si elle supervisait l'entièreté de la mise en place, le calme serait de rigueur, et de là, il n'y aurait aucune chance pour Lucas d'essayer de sympathiser avec ce Jerry. D'ailleurs, la voilà qu'elle s'approche. Toujours le même regard sévère, la tenue sportif habituelle, la force corporelle imposant qui cloua le bec du dresseur, qui voulait toucher un petit mot à son camarade. Une fois face aux deux garçons, la pokéathlète leur expliqua rapidement leur mission.

«  Je ne vous félicite pas pour votre retard, vous deux ! Je vous attends ici depuis deux heures ! Vous n'avez aucune excuse pour vous justifier, alors passons ! Vous allez devoir monter TOUT le parcours d'entraînement quotidien de mes petites protégées. Elle avait largement accentué sur le tout. Je veux que ce soit parfait, je ne tolère aucune erreur dans cette mise en place, c'est bien compris ? dit-elle sévèrement. Je reviens dans une heure pour voir où vous en serez, j'espère que vous aurez déjà fini à ce moment-là. EST-CE QUE TOUT EST CLAIR ? Une force de voix impressionnante imprégnait la dernière phrase, surprenant Lucas.
– Oui, Général Jackie ! Dit le blondinet en espérant ne pas se prendre une nouvelle salve de semi-cri mêlé de paroles.
– Dans ce cas, au travail ! S'écria-t-elle avant de repartir sans plus de mot. »

Ainsi allait commencer la matinée la plus gonflante possible pour Lucas. Au moins avait-il quelqu'un avec qui passer le temps, quelle qu'elle soit. Il y avait aussi ses pokémons, qu'il fit d'ailleurs immédiatement sortir les secondes suivantes, mais une présence vraiment humaine était d'autant plus réconfortante que celle des pokémons. Lucas souffla un coup avant d'indiquer à ses compagnons de rejoindre l'endroit qui devait sûrement contenir le matériel nécessaire pour leur mission. Ne restait plus qu'à démarrer. Mais avant, Lucas devait dire ce qu'il avait à dire, quoi qu'il en coûte, même si cela devait se terminer dans la bouse d'Ecremeuh.

«  Eh, euh … Jerry ! Je ne vois personnellement aucun problème à ce que tu me regardes faire, mais je pense que pour toi, ce serait mieux, déjà parce que tu risques de prendre un savon par le Général Jackie si tu lui désobéis comme ça, et il y a fort à parier qu'elle le fera. Il tendit les bras en l'air comme s'il venait de gagner un combat, et ouvrit la bouche pour former une sorte de demi-lune avec ses lèvres pour permettre de parler tout en souriant. Et puis surtout, tu risques fort de t'ennuyer en ne faisant rien, alors que tu m'amuserait certainement beaucoup en trouvant différentes manières de rendre l'entraînement des Pyrolis difficile. Après, je dis ça, je dis rien. Avait-il dit. »

Il avait dit ce qu'il avait à dire, il ne lui restait plus qu'à commencer le travail. Il rejoignit donc ses pokémons qui l'attendait à l'endroit convenu avec le sourire, avançant avec calme et sérieux. Il espérait grandement l'aide de son camarade Jerry …


 

codes par shyvana


[MISSION] Mise en place de la torture 1466193127-s1

                         
Anonymous
pokemon
Invité
est un Invité
Elle beuglait si fort que tu aurais presque pu sentir tes cheveux voler, poussé par le vent que sa voix soulevait. Pourquoi fallait-il toujours qu'elle braille ? Elle ne savait pas parler normalement ? Et en plus elle prétendait que vous étiez en retard. Si seulement elle savait. Ce n'est pas par choix que tu es là. Sinon elle aurait pu attendre bien plus que deux heures. Elle devrait déjà être heureuse que tu sois venu ce matin. Et puis l'autre qui se met au garde à vous au moindre éclat de voix. Quel pleutre. Et ça veut devenir dresseur. C'est triste. Triste de voir que ce genre de gamins peut vouloir se lancer dans une carrière de dresseur de pokémons. S'ils ne savent pas rester fermes avec des gens qui leur sont supérieurs, aussi bien par l'âge que par le physique, tu imagines ce que ce sera avec des pokémons. Le jour où il devra domestiquer un pokémon énorme avec un sale caractère... Tu te dis qu'il va en baver. Mais c'est son problème. Pas le tien.

Tu te contentes de fermer les yeux en guise de réponse aux beuglements sauvages du Rambo féminin qui vient de vous dicter ce qu'elle pense être des ordres. Tu ne hoches même pas la tête. Tu fermes les yeux, pour ne pas avoir à la regarder alors qu'elle hurle tant et si bien que tu pourrais voir au fond de sa gorge. Tu réprimes un soupir. Et tu attends qu'elle soit partie pour finalement tourner le dos à ton compagnon d'infortune. Si tant est que tu le considères cette blondasse comme un compagnon. Tu regardes autour de toi, cherchant un banc au bord des terrains pour t'y installer. Et le voilà qui tente d'argumenter pour te faire bosser aussi.

Et merde. Il est pas totalement débile. Pas comme tu le pensais. Et le pire. Le pire... C'est que ça a du sens ce qu'il raconte. Et tu serres les dents, te retenant de ne pas jurer. Tu finis par te retourner, attendant qu'il soit parti. Et tu le rejoins, quelques minutes plus tard, laissant sortir Yamato. Tu vois ton Pandespiègle partir farfouiller au milieu du matériel, alors que tu avances, mains dans les poches.

    J'te préviens tout de suite. Si je t'aide, c'est par choix, pas par devoir. Je vais juste leur pourrir le parcours, qu'elles souffrent un peu cette bande de chieuses.


Tu as parlé crûement. Sur un ton froid. Et tu avances au milieu de tout ce que vous allez devoir installer. Pas dans l'optique de bosser de façon constructive. Juste pour voir quels sales coups tu pourrais préparer...
Lucas Emerillon
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t167-lucas-emerillon-noctali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t168-lucas-emerillon-noctali
Taille de l'équipe : 28/30 + 2
Région d'origine : Johto
Âge : 20 ans
Niveau : 60
Jetons : 1627
Points d'Expériences : 1849
28/30 + 2
Johto
20 ans
60
1627
1849
pokemon
28/30 + 2
Johto
20 ans
60
1627
1849
Lucas Emerillon
est un Adulte Etudiant Spé Type

Mise en place de la torture
On imagine souvent que l'envie ne vient que de ce qu'on aime, qu'elle n'apparaît que par des faits déjà passés qui remontent à la surface et qui incitent à aimer ce qui s'y rapporte. C'est une affirmation souvent fausse. Il est possible de tout apprécier, peu importe sa provenance ou les préférences que l'on a, la simple condition à cela n'est nul autre que la compréhension. Une de ceux qui te permettent de savoir que peu importe la chose, il y aura toujours un moyen d'y ajouter ce que tu aimes, quel que ce soit. Ainsi, même un ranger pourrait se retrouver à voler des gens et trouver cela bien parce qu'il le fait pour le bien des pokémons et de la nature, et pour rien d'autre, ou un scientifique se retrouverait à faire de la cuisine parce qu'il se dit que c'est un moyen comme un autre d'en apprendre plus sur les pokémons, ce qu'ils aiment, ce qu'ils préfèrent … Tant de mélanges qui ne demandent qu'une seule chose : être apprécié de ceux qui l'accomplissent. Vouloir entreprendre quelque chose sans savoir si avoir une quelconque compréhension de cela ne peut que prétendre s'ennuyer, puisqu'il ne lui reste plus que cette option. « Il faut apprécier ce que l'on fait, pas faire ce que l'on apprécie.  » disait un grand homme de légende anonyme. Cette simple phrase qui ne devait que proclamer le fait que toute chose ne doit pas être délaissé de côté, et que l'Homme se doit de changer pour pouvoir aimer autre chose que soi-même, mais avec le temps devint plus tard un symbole d'espoir pour ceux qui combattent, réconfortant ces gens en leur affirmant qu'ils n'aimaient pas ça, mais qu'ils aimaient ce qu'ils en font. Un discours bien noble, qui traversa les époques jusqu'à devenir le discours solennelle désigné comme un preuve nationale de l'espèce humaine. Mais le sujet s'égare à partir de là. Le dernier lien qui rapporte à la situation présente est que Lucas avait parfaitement appliqué son discours qu'il avait tenu à Jerry … D'une certaine façon. Ce même discours qui avait apparemment réussi à convaincre le garçon à s'atteler au boulot que leur avait donné le Général Jackie plutôt que de glander sur l'un des bancs qui entouraient le terrain d'entraînement et s'ennuyer ferme jusqu'au retour de la dame.

«  J'te préviens tout de suite. Si je t'aide, c'est par choix, pas par devoir. Je vais juste leur pourrir le parcours, qu'elles souffrent un peu cette bande de chieuses. avait-il déclaré au blondinet en le rejoignant près des matériaux, précédé de son Pandespiègle qui s'était déjà jeté dans le tas.
– Parfait ! C'est toujours mieux d'avoir envie de faire quelque chose plutôt que de s'y contraindre ! avait répondu Lucas sur un ton peut-être trop enthousiasme, content qu'il ait réussi à convaincre comme il voulait son camarade. »

Le blondinet souriait le plus sincèrement possible, et essayait d'apporter un peu de joie dans la conversation. Il était cependant plus que temps de commencer leur boulot, ce qui le poussa à rejoindre ses pokémons qui observait déjà ce qui l'entourait d'un œil attentif, se demandant ce qu'il pourrait bien installer en premier. Un mur d'escalade en bois et sans accroche par-ci, une rangée de barre de fer soudé à deux barres pour pouvoir enchaîner des petits sauts par-là. Il tournait son regard dans tout les sens, et tomba sur un premier obstacle plutôt intéressant. Il s'agissait là d'une sorte de robot, monté sur deux barres en fer et sur roulette, entouré de pointes émoussés mais qui était parfait pour faire peur aux élèves et les obliger à courir vite. Une pensée du dresseur se porta à ces chères demoiselles du dortoir des pyrolis qui risquaient forts de souffrir de cet entraînement avec ça. Une autre pensée se tourna cette fois vers une question : Que faisait cet objet ici ? Il semblait bien dangereux pour un simple robot mécanique, d'autant qu'il avait dû coûter une fortune. Lucas ne chercha cependant pas très loin, puisqu'il savait qu'il perdait du temps en pensant comme ça. Pas le temps donc de réfléchir trop à la construction de ce parcours, le plus impressionnant pourrait convenir, et ceci était parfait dans cette catégorie.

«  Freed, Piou, Zero, j'ai besoin de votre aide ! avait-il alors lancé à ses compagnons, qui l'entouraient presque tout en cherchant un objet convenable. »

Le trio rejoignit son maître, qui indiqua le robot mécanique, et demanda à ce qu'il soit apporté sur le terrain pour l'installation. Acquiesçant presque avec plaisir la demande du garçon, les trois pokémons s'approchèrent de l'objet, et malgré son poids, parvinrent à le soulever jusqu'à le placer en horizontale avant de le pousser sur l'herbe jusqu'à l'endroit que leur avait demandé leur dresseur. Ce dernier avait rejoint Jerry pour voir où il en était. Son type ténèbres semblait l'assister parfaitement, et ce sans même que le garçon n'ait à le lui demander. C'était une preuve concrète que le lien qui les unissait était assez fort pour qu'ils sachent ce que l'autre veut sans avoir à demander, et que l'élève n'était pas si méchant qu'il ne le laissait paraître. Un détail que Lucas ne manqua pas de noter dans sa petite tête de blond avant de s'approcher pour parler avec son acolyte temporaire, cherchant les meilleurs mots possible pour ne pas contrarier son opposant.

«  Euh … Alors, tu as trouvé quelque chose d'intéressant ? Lucas essaya de garder du mieux qu'il put son sourire enthousiaste. Je voulais savoir si tu avais vu ce que mes compagnons transportaient jusqu'au terrain d'entraînement, et si tu pensais que ça pourrait être utile. lui demanda-t-il derrière. »

Peut-être un accident en vue, ou peut-être pas. Dans tout les cas, Lucas allait bientôt avoir des problèmes, parce qu'il ne soupçonnait pas encore ce qu'il venait de faire. Une chose sans doute très imbécile, qui risquait de lui offrir bien plus qu'une punition. Si seulement il avait un peu plus réfléchi à la raison pour laquelle cette objet se trouvait ici, dans ce coin-là de l'académie, sachant que celui-ci était dangereux …


 

codes par shyvana


[MISSION] Mise en place de la torture 1466193127-s1

                         
Anonymous
pokemon
Invité
est un Invité

Tu fronces les sourcils, commençant à travailler de concert avec ton pokémon. Tu laisses ton Goinfrex dormir. C'est ce qu'il fait de mieux. Ca et manger. Tu regardes ce que tu pourrais installer. Et tu commences à traîner un mur d'escalade vers le terrain. Tu grimpes rapidement aux planches de bois, en commençant à installer des planches supplémentaires au sommet du mur. Pas de raison pour qu'elles ne suent pas un peu plus qu'à raison. Tu t'aggripes comme tu peux au côté du mur d'escalade. Tu crispes tes doigts au panneau de bois. Tu grimaces. Foutu truc. Ca va être coton d'installer les panneaux ainsi en équilibre. Mais tu peux compter sur l'aide de ton pokémon. Et tu tends la main, alors que tu sens une planche et de quoi les fixer te tomber au creux de la paume. Tu sais qu'il est là pour te donner un coup de main. Et tu tournes la tête vers Yamato, lui adressant un léger sourire avant de reprendre ta besogne.

Jusqu'à être coupé dans ton travail. Par ton blondinet. Aaah. Encore lui. Par pitié. Mais qu'il vire ce sourire niais de son visage. Par pitié. Tu fais rouler tes yeux dans ses orbites. Mais tu te retiens de soupirer. Tu te contentes de te raccrocher aux panneaux de bois, jetant un coup d'oeil au blondinet. Avant de laisser ton regard dériver vers le robot qu'il vient de sortir. Et tu arques un sourcil. Alors que ton oeil commence à briller d'un air intéressé. Tu te laisses retomber, atterrissant lestement. Tu fais de ton mieux pour garder ton équilibre. Et tu te précipites vers le robot.


    Eh mais. C'est. Simplement. Gé-nial.


Tu souris. Béatement. Comme un gamin. Et tu commences à tourner autour de la machine, cherchant un moyen de le mettre en marche. Tu tournes autour du tas de ferraille, cherchant. Observant sous toutes les coutures. Comme un enfant auxquel on viendrait d'offrir un nouveau jouet. Et tu imagines déjà ce qui arrivera aux élèves lorsqu'elles tomberont sur ce robot.


    Comment on pourrait l'activer selon toi ?


Et oui. Oui. Tu viens de lui adresser la parole. De lui parler sur un autre ton qu'avec dédain. Et ce, pour la première fois depuis le début de la journée. Amélioration ? Peut-être pas tant que ça...
Lucas Emerillon
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t167-lucas-emerillon-noctali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t168-lucas-emerillon-noctali
Taille de l'équipe : 28/30 + 2
Région d'origine : Johto
Âge : 20 ans
Niveau : 60
Jetons : 1627
Points d'Expériences : 1849
28/30 + 2
Johto
20 ans
60
1627
1849
pokemon
28/30 + 2
Johto
20 ans
60
1627
1849
Lucas Emerillon
est un Adulte Etudiant Spé Type

Mise en place de la torture
Jerry semble encore le même. Dès que Lucas approche, il fait tourbillonner ses yeux comme si sa venue l'agaçait. Il n'avait pas complètement tort. Il était vrai que les passages de Lucas étaient souvent des plus inattendus, et la plupart du temps dérangeant. L'exemple parfait était juste devant lui. Il venait de déranger Jerry dans sa construction d'un mur d'escalade qu'il avait soigneusement monté avec son Pandespiègle. Il formait un super duo, et faisait un travail remarquable selon le blondinet. Seulement voilà, Lucas était venu comme un cheveu dans la soupe pour demander des choses à son camarade. Des choses peut-être importantes, qui ne l'était peut-être pas pour ce dernier à ce moment-là. Il préfère garder un œil sur son boulot principale, ce que Lucas devrait faire également. Pourtant, il s'était dit qu'il était indispensable d'en toucher un mot à son camarade. Mot qui fut d'ailleurs écouté par le voltalien, qui ose porter un regard sur la machine sorti par les pokémons du blondinet. Il semble impressionné, même captivé par l'objet, à tel point qu'il descendit de son perchoir en bois pour se jeter vers le robot, un air plus qu'intéressé dans les yeux. L'idée de Lucas était bonne : il avait trouvé un joujou parfait pour que son camarade lui accorde un plus grand intérêt. Ce même intérêt qui permettrait d'unir deux personnes par un quelconque lien.

«  Eh ! Mais … C'est … Simplement … Gé-nial ! avait-il lâché, offrant un sourire de joie sur le visage de Lucas, content que son camarade n'était pas non plus sans cœur. »

Comme un gamin, Jerry fouille la machine un sourire aux lèvres. Bien sûr que cela qu'il attire la trouvaille, bien sûr qu'il doit penser à ce qu'il pourrait en faire pour faire souffrir ces demoiselles sportifs, bien sûr qu'il doit aussi penser à ce que penserait ces filles en voyant la machine. Mais en revenant, il pense surtout à savoir comment l'allumer. Il ouvre soudain la bouche, et prend la parole en premier pour la première fois. Un sourire plus qu'enthousiaste du blondinet se dessine sur ses lèvres, et c'est avec joie qu'il écoutait les mots de Jerry, notant soigneusement dans sa tête le fait que son camarade ait un peu changé son caractère, ce qui n'était pas mal du tout.

«  Comment pourrait-on l'activer, selon toi ? demanda-t-il sur ton plus jovial.
– J'ai … J'ai pensé au fait qu'il s'agirait là d'un robot mécanique. Il devrait donc y avoir une manivelle pour le charger quelque part, mais où ? répondit joyeusement Lucas. »

C'était le hic de la chose. La-dit manivelle avait disparu, et le dresseur n'avait pas réussi à la repérer autour du robot. Il n'avait aucune idée où pouvait bien être cette manivelle. Il décida d'aller rechercher encore un peu autour du robot, histoire de s'assurer qu'elle n'avait pas simplement volé un peu plus loin. D'un simple mouvement du bras, il demanda à ses compagnons de se remettre à chercher des obstacles intéressants et se tourna ensuite vers son camarade.

«  Bon, vu que c'est moi qui ait trouvé le robot, je vais aussi trouver la manivelle ! s'exclama-t-il. »

Il ne voulait pas en dire plus, au risque d'être insolent avec Jerry. Il était parvenu à s'en faire un pseudo-ami, alors autant éviter de l'énerver dès le début. Il fallait maintenant se mettre en quête de la fameuse manivelle. S'en retournant vers les matériaux, Lucas laissait tranquillement son camarade finir ce qu'il faisait. Pendant ce temps, lui endurait le sale boulot, ou peut-être pas. Il essaya de se repérer dans le tas d'objets, avec la difficulté d'un aveugle, mais repéra finalement la trace de déplacement du robot par les pokémons. Cette piste le mena à l'endroit qu'il reconnut immédiatement à une exception : à la place du robot se tenait désormais une bouche d'égout fermé, avec une minuscule fente pour regarder à l'intérieur. Allez savoir pourquoi, Lucas eut l'envie de regarder à l'intérieur. L'ombre de la plaque plongeait l'égout dans le noir complet, alors le blondinet la souleva. Et c'est ce qui fut son erreur. Il aperçut tout d'abord la fameuse manivelle entre deux saletés qu'il récupéra rapidement, puis vit qu'à côté de l'objet, une lueur étrange brillait. Cela semblait inoffensif sur l'instant, mais quand tout ceci se met à bouger, la peur prit le dresseur. Il remit rapidement la plaque en place et recula de plusieurs pas. Malheureusement, il était trop tard. La bête envoyait valser la bouche d'égout au loin, et paraissait complètement aux yeux de Lucas. C'était un énorme Grotadmorv, mais celui-ci était complètement différent. Il était spectrale. Devant le blondinet, un fantôme le fixait d'un air sévère. La situation risquait de prendre un bien étrange tournant.

«  Jerry ? Je te conseille de courir aussi vite que possible ! s'écria Lucas à l'attention de son camarade. »

Et il courut. Il était déjà devancé par ses pokémons.

Let's go to the hell ! /PAN/

 

codes par shyvana


HRP :
Pour ta couleur de parole, j'ai changé purple par black, c'est plus visible.


[MISSION] Mise en place de la torture 1466193127-s1

                         
Anonymous
pokemon
Invité
est un Invité
Il s'occupe de retrouver la manivelle pour mettre la machine en fonctionnement ? Très bien. Tu vas pouvoir finir de t'occuper de ton mur d'escalade. Et du reste. Tu regrimpes aux planches de bois, finissant de fixer quelques morceaux de bois. Tu regardes autour de toi, pour finalement te laisser retomber au sol. Un peu lourdement au passage. Tu te recules de quelques pas pour observer le résultat. Pas mal. Elles vont avoir du mal à passer cet obstacle. Mais ce n'est pas tout. Il faudrait plus pour corser le parcours. Et tu réfléchis, bras croisés. Enfin. Tu aimerais bien pouvoir réfléchir.

Si seulement vous aviez un peu réfléchi. Vous auriez pu éviter cet incident. Du moins. Peut-être ? Et tu le vois détaler en courant. Et te hurlant de faire de même. Avant que tu ne te rendes compte de ce qui arrive après lui. Un pokémon. Un énorme pokémon. Et pas des plus amicaux. Quant à toi... As-tu vraiment le choix ? Tu dois courir. Et c'est ce que tu fais. Tu cours. De toute la vitesse de tes jambes. Tu rejoins le blondinet rapidement, courant à sa hauteur, et hurlant pour te faire entendre.

    Et la manivelle ? Qu'est-ce que t'as fait de la manivelle ?


Tu cours. Tu continues à courir. Tu cherches un moyen de stopper le pokémon poison à vos trousses. Mais tu ne vois pas beaucoup d'alternatives. Enfin. Au moins une. Mais tu ne sais pas vraiment ce qu'elle vaut.

    Eh ! Balance la manivelle, faut que j'essaie un truc !


Par pitié. Mais par pitié, qu'il te passe cette foutue manivelle, que tu puisses mettre le robot en marche. Et tu pries pour qu'il serve à quelque chose d'autre qu'à effrayer les élèves de Jackie. Qu'il serve un peu plus quoi. Ce serait cool. Au moins pour vous deux. Parce que tu ne te vois pas envoyer Yamato combattre ce truc. Ni ton blondinet faire de même avec ses pokémons... Alors il va falloir que ce truc se montre utile... Par pitié, faites qu'il le soit.

HJ :
Okay, hésite pas à mettre mes paroles en noir si c'est mieux avec ton codage
Lucas Emerillon
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t167-lucas-emerillon-noctali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t168-lucas-emerillon-noctali
Taille de l'équipe : 28/30 + 2
Région d'origine : Johto
Âge : 20 ans
Niveau : 60
Jetons : 1627
Points d'Expériences : 1849
28/30 + 2
Johto
20 ans
60
1627
1849
pokemon
28/30 + 2
Johto
20 ans
60
1627
1849
Lucas Emerillon
est un Adulte Etudiant Spé Type

Mise en place de la torture
Le Grotadmorv était aux trousses de Lucas. Semblait-il que sa couleur de cheveux avait suscité un intérêt particulièrement au type poison. Toujours était-il qu'il talonnait le garçon, rampant à une vitesse plutôt impressionnante. Il était bien de se poser des questions quand à savoir comment il y parvenait, mais sur l'instant, ce n'était pas le moment, la seule logique à suivre était de réussir à survivre. Il fallait en finir avec le pokémon couleur spectrale, qui fixait le blondinet d'un air affamé presque trop prononcé, et vite. Il fallait trouver une solution au problème, une qui puisse fonctionner, et vite. Et pendant que le noctalien essayait d'en trouver, Jerry le rejoignait avec son Pandespiègle. Les autres étaient un peu plus devant qu'eux, mais ils furent rapidement rattrapés et ramenés dans leur pokéball en dehors de Myrtille par leur dresseur, qui savait très bien qu'ils n'avaient strictement aucune chance de réussir à semer leur poursuivant avec leur vitesse. Ils étaient bien taillés dans le combat, comme beaucoup, mais atteignaient un petit cran au-dessus, alors qu'en course, zéro, pourri, à jeter, à l'excepté du poney flamboyant, qui avait été naturellement doté d'un corps pour ce genre de choses. Elle pouvait également très bien servir de monture pour aller encore plus vite et pouvoir échapper aux ennemis. C'est ce que se disait Lucas en s'apprêtant à grimper sur le pokémon, juste avant d'entendre que son camarade lui parlait distinctement, lui demandant quelque chose. Il semblait avoir une idée pour arrêter ce monstre, et par défaut d'en trouver, le noctalien décida d'accepter ce qu'allait dire le garçon. Il avait donc ralenti un peu l'allure pour être au niveau de Jerry et l'entendre du mieux possible.

«  Et la manivelle ? Qu'est-ce que t'as fait de la manivelle ? avait-il hurlé sans baisser la cadence, se sachant poursuivi de près par Grotadmorv. »

Celui-ci était maintenant tout proche, et seul quelques queues de Feunard les séparaient du type poison. Tout ceci commençait sérieusement à embêter Lucas, qui ne tenait qu'à régler sa dette envers le Général Jackie, puisqu'il considérait en fait cette punition comme une dette (oui, c'est vrai on le sait que maintenant, mais l'on va pas chipoter : il est actuellement poursuivi et peut-être en danger de mort dans un cas, alors c'est le bon moment pour tout sortir de sa tête.), et cet intrus venait tout gâcher. Il fallait rapidement remédier à ce problème. Et il fallait d'abord sortir toutes les idées reçus et disponible. Entre-autre celle de Jerry l'était, et il n'y avait pas à rechigner sur le choix : il n'y en avait pas trente-six mille. Enfin, il n'en avait encore fait mention, il faut l'admettre, mais il avait semblé à Lucas que le garçon avait eu une idée derrière la tête en lançant cette phrase. Peut-être une idée saugrenue. En tout cas, il fallait tenter. Le dresseur empoigna donc l'objet qu'il avait récupéré une bonne minute auparavant, et la retira dans sa ceinture avant de la présenter complètement dans son poing serré droite. Il ne restait qu'à attendre la demande de Jerry, qui finit par survenir quelques secondes plus tard.

«  Eh ! Balance la manivelle, faut que j'essaie un truc ! avait-il lancé. »

Lucas s'exécuta et envoya l'objet convoité vers son camarade, essayant de la lui faire parvenir le mieux possible, ici l'interaction corporelle. Il ne fallait surtout pas lancer quelque chose d'autre que des pokéballs pour l'instant, au risque de le perdre et de l'apercevoir quelques secondes plus tard se faire aspirer par le corps gélatineux et moelleux du Grotadmorv spectral. Lucas commença donc à s'approcher de son camarade avec lenteur, enfin de pouvoir garder sa cadence de course sans trop de problème. Il commençait déjà à souffler, mais il eut tout de même l'imbécile erreur de prendre la parole pour s'adresser à Jerry tandis qu'il lui présentait la fameuse manivelle. Il n'arrivait pas à afficher un de ces sourires habituelles, néanmoins, il parvint à éviter de passer pour un garçon énervé, et atteint une expression neutre.

«  Tiens ! Si je penses à ce que tu penses, alors tu ferais mieux de te grouiller de rejoindre le robot, où on risque d'y passer ! avait-il dit. »

Il avait l'impression de passer pour un chef, et il n'aimait pas ça. Il lui fallait être sur un pied d'égalité avec Jerry, où ils risquaient de mal s'entendre. Il soupira rapidement pour maintenir son souffle, et glissa sur le terrain avant de faire face au Grotadmorv qui allait bientôt l'avaler. Réagir, vite !

«  Jerry, je m'occupe de retenir ce Grotadmorv avec mes pokémons, profites-en ! avait déclaré Lucas. »

Encore une fois, il se faisait passer pour le chef, mais bien évidemment, il ne passait pas à cela, au contraire. C'était un rapprochement qu'on faisait très facilement dès qu'une phrase comme celle-ci était lâché. Un rapprochement qui n'empêchait cependant pas le blondinet de demander à Myrtille, qui s'était rendu compte de l'arrêt de son maître, et qui s'empressait de le rejoindre au triple galop. Une attaque danse-flamme pour commencer, suivi de nitrocharge, qui stoppa pour quelques secondes leur ennemi, ce qui était déjà très bien. Et tandis que tout ça se déroulait actuellement sur le terrain d'entraînement, on peut remarquer quelque chose d'étrange près des matériaux. L'origine de tout ce problème, peut-être ? C'est à voir.

 

codes par shyvana


HRP :
J'ai pas trop fait avancé sur ce post, mais j'ai déjà lancé le lien de ça, et tu pourrais être surpris de ce qui nous attend Razz En attendant, je te laisse faire avec le robot :3


[MISSION] Mise en place de la torture 1466193127-s1

                         
Anonymous
pokemon
Invité
est un Invité
Un Ponyta ? Il est vraiment monté sur son Ponyta ? Bah. Pas le temps pour ce genre de réflexions. Tu as d'autres chats à fouetter. Et tu continues à courir, alors que le pokémon poison vous talone. Et de près. De plus en plus près. Tu attrapes la manivelle au vol. Et tu ne prends même pas la peine d'écouter ce qu'il te raconte. Tu fais volte face. Promptement. Tu vois le pokémon poison se rapprocher. Dangereusement. Et tu fonces malgré tout. Tu fonces, suivi par ton pokémon. Et voilà que le gros tas difforme se voit obligé de reculer suite à l'attaque enflammée qui vient de le percuter. Tu en profites pour bondir sur le côté, hors de portée de la bête. Tu jettes un rapide coup d'oeil au blondinet, alors que tu sprintes en direction de la machine. Pourvu que ça fonctionne au moins.

Tu arrives à proximité du tas de feraille, glissant la manivelle dans la fente destinée à cet effet. Tu commences alors à la tourner. Rapidement. Vite. Vite. Plus vite. Allez. Fonctionne, bordel. Tu lâches un juron. Et tu continues à tourner la manivelle. Jusqu'à ce que la machine se mette à trembler. A vibrer. Pour enfin se mettre en marche... Mais pas de la façon que tu aurais espéré. Les yeux s'illuminent. La tête se tourne vers toi. Les bras commencent à tourner, tourbilloner. Et voilà que la bête de métal s'avance... Vers toi.

    ... Oh merde.


Possibilités qui s'offrent à toi ? Courir. Tout simplement. Et c'est ce que tu fais. Tu prends tes jambes à ton cou. Encore. Mais cette fois non pas avec le Grotadmorv sur tes talons. Cette fois, c'est un robot aux allures de meurtrier qui te poursuit. C'est ce qu'on appelle la chance. Et tu continues à courir, en direction du pokémon poison, qui te tourne le dos. Pitié, faîtes que ça fonctionne. Et tu accélères. Droit vers l'engance empoisonnée. Pour faire un écart, à quelques pas de lui foncer dedans. Et voilà le robot qui continue tout droit. Et qui change de cible, pour assaillir le pokémon.

    Bordel.


Tu jures. Et tu reprends ton souffle du mieux que tu peux, alors que les deux monstruosités s'affrontent. Faut vraiment qu'on t'explique comment une simple corvée a pu dégénérer à ce point. Pour donner... Ca.
Lucas Emerillon
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t167-lucas-emerillon-noctali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t168-lucas-emerillon-noctali
Taille de l'équipe : 28/30 + 2
Région d'origine : Johto
Âge : 20 ans
Niveau : 60
Jetons : 1627
Points d'Expériences : 1849
28/30 + 2
Johto
20 ans
60
1627
1849
pokemon
28/30 + 2
Johto
20 ans
60
1627
1849
Lucas Emerillon
est un Adulte Etudiant Spé Type

Mise en place de la torture
Myrtille semblait satisfaite de son offensive, pourtant elle n'avait pas autant fonctionné comme l'avait prévu son maître. Le Grotadmorv n'avait pas pris assez de dégâts, et c'est avec encore plus de rage qu'il chargea de nouveau vers Lucas et ses compagnons. Il resta cependant calme face à l'imminente du danger, et demanda de nouveau à Myrtille d'utiliser danse-flamme, ce que cette dernière fit. Le type feu souleva presque joyeusement la tête, et attendit une petit seconde avant de balancer sur l'ennemi une explosion de flammes qui entouraient et brûlaient violemment l'opposant. L'attaque stoppa facilement le type poison, qui fut sonné pour l'instant. Mais bien vite, il se releva et attaqua de nouveau le blondinet, qui commençait à en avoir marre. Le Grotadmorv leur avait littéralement stoppé dans leur activité qui ne tolérait aucun retard, et qu'il venait d'avoir avec plusieurs minutes de trop. Jamais lui et Jerry ne parviendraient à terminer ce que le Général Jackie leur avait demandé de faire. Pire encore, il y avait neuf chances sur dix qu'ils se fassent fortement réprimandé, et Lucas ne tenait à recevoir la fameuse punition de la blondasse, oh que non ! Il fallait en finir maintenant avec le type poison, ou son destin ne le mènerait qu'à ce malheureux destin. Il s'apprêta donc à ordonner à Myrtille de préparer une attaque écrasement lorsqu'un bruit étrange le stoppa dans son élan. Il ne provenait ni de son pokémon, ni du pokémon sauvage, ni de lui-même. Tout ceci était d'ailleurs bien trop mécanique pour que ce soit quelque chose de vivant. Il se pouvait cependant qu'il puisse bouger, et c'est exactement ce qui se passait actuellement. En effet, le robot que le blondinet avait sorti quelques minutes plus tôt fonçait maintenant vers le Grotadmorv enragé, et ne semblait pas s'arrêter d'un poil. Lucas ne voyait pas ce qui se passait, du fait que la machine se trouvait dans le dos du pokémon qui, étrangement on se demande pourquoi, n'entendait pas ce qui allait lui tomber dessus. Le dresseur décida d'accorder un regard sur le côté de son ennemi pour voir ce qui se passait, et il eut tout juste le temps de voir Jerry sauter de ce même côté que le Grotadmorv fut soudain projeté en avant, une puissante offensive de la machine l'ayant parfaitement atteint en son centre. Lucas se demanda sur l'instant comment le robot était parvenu à toucher le pokémon alors que celui-ci est un fantôme ? La solution paraissait évidente : le pokémon était réel. Et en effet, cette hypothèse fut validé lorsque le blondinet s'approcha du type poison pour voir ce qu'il en retournait et qu'il aperçut une petite marque d'ombre dans le corps gélatineux de son poursuivant. Le lumière était sans doute projeté par une lampe à lumière phosphorescente d'une luminosité assez grande pour pouvoir remplir aisément tout une chambre de dortoir. Tout ceci laissait penser au dresseur que leur situation n'était pas dû au hasard, qu'elle avait prémédité par quelqu'un pour les obliger à fuir. Mais par qui, et pourquoi ? Deux questions qui obtiendraient sûrement réponse si la curiosité du blondinet l'amenait à suivre le chemin tracé par le passage de Grotadmorv, ce qui arriva. Il avança pas par pas sur ce nouveau chemin, et indiqua après quelques instants à Jerry qu'il lui était conseillé de venir avec lui afin de déceler tout ce mystère. Ils ne seraient pas trop de deux pour se défendre en cas de problème. Il n'y avait rien à craindre de tout ça, en revanche, il y avait largement de quoi être surpris. De l'endroit exact où démarrait les épreuves de courses, une bonne dizaine d'obstacles avaient déjà été installés. Chacun était magnifiquement placé, et tout laissait penser que cela avait été géré avec méthode. Sans doute les utilités et les caractéristiques de chacun d'eux avaient été pris en compte pour leur placement. On reconnaît facilement une main experte sur ce boulot. C'était à se demander si ce n'était pas le Général Jackie qui avait tout installé. Ce fut tout autre chose. Devant Lucas et Jerry s'activaient une bonne douzaine d'ombres. Chacune portait quelque chose, et une sorte de chaîne s'était formé et travaillait sans cesse. Quelques voix, probablement de détermination, se faisaient entendre, mais rien de plus, mis à part que c'était bizarre. Sur le coup, Lucas songea à fuir, mais il comprit bien vite qu'il ne s'agissait que d'élèves. Et si c'était à première vue des filles, au rapprochement, le blondinet comprit que c'était tous des pyroliennes. De joyeuses demoiselles qui suent sang et eau dans leur travail, qu'ils arrêtent cependant à voyant venir vers eux Lucas. La surprise les prend, et les réponses de Lucas lui montent à la tête. L'une d'elle est la maîtresse du Grotadmorv, mais toutes sont complices. Tout ceci puait l'embrouille. Il fallait savoir ce qui leur avait passé par la tête.

«  Bonjour, mesdemoiselles ! Je crois savoir que le Grotadmorv qui nous as poursuivi appartient à l'une de vous, est-ce que je me trompe ? Il n'y avait sans doute pas pire question à poser dans ce type d'interrogatoire, mais il l'avait quand même posé. Vous pourriez me dire également ce qui se passe ? avait-il dit, comme s'il s'agissait d'un nouvel arrivant. »

Les filles gloussèrent. Elles se savaient maintenant complètement démasqués, et impossible de mentir maintenant. La dresseuse du type poison sortit donc du rang et courut vers la tâche verte fluorescente qui formait Grotadmorv pour aller le récupérer. Les autres avaient baissés le menton. Elles n'osaient dire mot. Il semblait à Lucas qu'il serait difficile de leur extirper la raison de leur méfait, mais elles finirent par avouer, parlant toutes mutuellement sur un ton calme.

«  Nous … Nous avons volontairement … essayé de vous chasser du terrain pour … Pouvoir construire le meilleur parcours d'obstacles possible selon … Nos critères pour que le Général Jackie soit contente. dirent-elles. »

La réponse était d'une honnêteté presque trop frappante. Il y avait quelque chose de bizarre dans leur discours, et Lucas allait bien le deviner un jour. Et le plus tôt serait le mieux. Il leur répondit donc dans la foulée.

«  Mais … Pourquoi ? Les questionna-t-elles. »

Les demoiselles changèrent soudainement d'expression. Comme si ce qu'elles s'apprêtaient à dire était ce qu'il y avait de plus magnifique en matière de phrase. Et c'est presque dans ce ton-là que le blondinet put prendre son air le plus surpris possible en découvrant alors la raison de toute cela, que les pyroliennes donnèrent dans un sentiment de joie éternelle.

«  Parce que … Elles retinrent un long sourire avant de continuer. Depuis la rentrée, notre amour pour le Général Jackie est toujours aussi grand ! Déclaraient-elles alors. »

Epic découverte of the world ! /PAN/

 

codes par shyvana


HRP :
Voilà, tu sais tout maintenant XD
- Normalement, tu peux conclure de ton côté à ton post suivant
- J'espère que tu auras bien apprécié ce post :3
- Y a encore un autre truc à venir à mon prochain et dernier post, mais je te laisse deviner ce qu'il concerne ^^
- Si tu trouves que quelque chose ne va pas, demande-moi, je changerais Wink


[MISSION] Mise en place de la torture 1466193127-s1

                         
Anonymous
pokemon
Invité
est un Invité
[justify]Tu les regardes, médusé. Tu clignes des yeux. Une fois. Deux fois. Tu te pinces discrètement le derrière de la cuisse, pour t'assurer que tu ne rêves pas. Et pourtant. Tout est bien réel. Même elles. Même leurs inepties. Et tu les regardes, effaré. Tu ne comprends pas. Tu ne les comprends pas. Et tu n'en as absolument pas envie. Etre assez fou pour idolâtrer Jackie... Ces filles sont dingues. Et absolument pas dignes de ton intérêt. Elles sont dominées. Et les voilà dans une position de soumission et d'adoration envers celle qui les écrase. C'est pathétique. D'un tel ridicule que tu te retiendrais de leur cracher dessus... Si tu étais tout seul, et que seule l'une d'elle avait sorti une telle énormité. Mais tu ne peux guère te le permettre. Et tu te contentes de leur lâcher un énorme soupir au visage.

Tu enfouis tes mains dans tes poches. T'as plus rien à faire ici. Plus rien à voir. Tu pourrais partir comme t'es arrivé. Sans autre forme de procès. Toutefois, partir comme ça... Ca ne se fait pas. Tu rapproches alors un peu, jetant quelques mots aux élèves visiblement teeeellement impatientes de commencer leur parcours d'obstacles.

    Vous direz à Jackie que je suis passé alors. Et que j'ai fait ma part du boulot évidemment.


Et tu tournes les talons. Tu t'éloignes. Yamato sur les talons, tu repars en direction de ton dortoir. Tu vas retourner t'allonger, et dormir. Dormir enfin. Tu vas pouvoir te reposer. Tu en as bien besoin. Surtout après tout ce tintouin. Et tant pis pour Jackie. Tu vas quand même barricader ta porte, au cas où. Tu peux être sur de rien avec cette malade. Si elle est pas contente et qu'elle a des reproches à te faire, elle serait capable de venir te tirer de ton antre pour brailler. Mais même si c'était le cas, tu vas t'enfermer. Et si elle a quelque chose à dire, alors elle attendra. Non mais oh. Déjà qu'on t'a fait déplacer pour pas grand chose... Si en plus on te reproche de n'avoir presque rien fait, à part monter un mur d'escalade, évité la colère d'un Grotadmorv fluo et tenté de ne pas te faire tuer par un robot meurtrier... Si on te dit quoi que ce soit à ce propos, alors ce sera vraiment le pompom. Ca, et te réveiller.[/justfiy]
Lucas Emerillon
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t167-lucas-emerillon-noctali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t168-lucas-emerillon-noctali
Taille de l'équipe : 28/30 + 2
Région d'origine : Johto
Âge : 20 ans
Niveau : 60
Jetons : 1627
Points d'Expériences : 1849
28/30 + 2
Johto
20 ans
60
1627
1849
pokemon
28/30 + 2
Johto
20 ans
60
1627
1849
Lucas Emerillon
est un Adulte Etudiant Spé Type

Mise en place de la torture
Autant que Lucas, Jerry était surpris. L'énormité que la demoiselle venait de sortir mutuellement les avaient pris au dépourvu. Ainsi des gens vénéraient ce monstre ? C'était dur à croire. Encore plus pour le voltalien que pour le noctalien. Tout ceci étant bien réel, et n'ayant en main aucune autre justification pour expliquer ce qu'elles venaient de faire envers eux en les faisant se faire poursuivre par un Grotadmorv aux allures de fantôme, le blondinet décida de croire à leur motivation. Après tout, il est toujours possible de trouver en tout coin des choses absurdes en ce monde, il n'y a pas de quoi en faire tout un plat. Du côté de Jerry, cependant, la chose n'était pas forcément bien prise. Il avait dans un certain subi plus que son camarade jusqu'à présent. Ce dernier ne le savait pas, mais son acolyte temporaire avait été poursuivi par deux horribles choses : le Grotadmorv effrayant et le robot qui avait arrêté le premier danger. Autant dire qu'avec ce qu'il venait de découvrir, il y avait peu de chances qu'il ne pète pas un câble, même intérieurement. Il sembla penser à divers choses, sans doute à l'égard de ces demoiselles, et enfin il leur lance un long soupir au visage. Lucas comprend qu'il préfère abandonner plutôt que de chercher à savoir pourquoi avaient-elles adopté cette idéologie, et par principe plus que par politesse, il leur balance quelques mots avant de tourner les talons en direction de son dortoir, qui d'après la direction qu'il avait pris, était celui des voltaliens.

«  Vous direz à Jackie que je suis passé alors. Et que j'ai fait ma part du boulot évidemment. avait-il lâché. »

Lucas lâcha un minuscule sourire de contentement. Au moins n'avait-il pas dévoiler ses sentiments quand à ce qu'il venait d'apprendre de la bouche des demoiselles. Le garçon observa son camarade aussi longtemps qu'il était possible de le voir dans la nuit, puis tourna son regard vers celui des pyroliennes. Il lui fallait en savoir un peu plus sur les intentions des demoiselles. Après tout, il n'y avait pas de quoi faire peur aux élèves simplement pour avoir le champ libre pour plaire au Général Jackie en construisant le parcours parfait, qui plus est sans qu'elle ne sache qui l'aura fait, si ce n'est des élèves ? Une question qui trottait dans le cerveau du blondinet, et qu'il s'empressa de leur poser.

«  Bon, je comprends vos sentiments, en revanche, je ne comprends pas pourquoi vous faites ça dans son dos. Après tout, si vous voulez lui plaire, il faut bien qu'elle sache de qui provient ce parcours, d'autant que faire fuir ceux qu'elle emploie à votre place pour ce boulot est plus qu'imbécile. Après tout, elle se peut très bien qu'ils acceptent avec plaisir votre aide, et je pense même qu'il n'auront fait que la souhaiter. Dites-moi.  »

Lucas était dans un de ces moments de réel sérieux où il ne souhaite qu'une chose : savoir. Les demoiselles possédaient toutes les réponses à ses questions, et il n'attendait d'elle seulement qu'elles répondent. Il pensa cependant à une autre question avant, et s'empressa de la poser pour qu'elles puissent y répondre en même temps.

«  Attendez, j'ai une autre question. Nous avons stoppé votre Grotadmorv avec un robot que nous avons installé sur le terrain. Il était en revanche placé juste en-dessous de l'égout où nous aviez posé votre pokémon. Pourquoi l'avez-vous mis ici ? Votre compagnon se serait de toute façon échappé avec ou sans, non ?  »

La surprise prit place dans la troupe de filles. Elles semblaient complètement déconcertés par la question de Lucas, ce qui ne fit que questionner ce dernier. Ainsi n'étaient-elles pas au courant de l'existence de cet objet ? Impossible, sinon pourquoi aurait-il été installé là ? Ce fut le Général Jackie qui vint apporter la solution à cet épineux problème. Elle pointa le bout de on nez comme un cheveu dans la soupe, et arborait son même regard sérieux et sévère.

«  C'est moi qui l'ait mis là, pour piéger ces demoiselles. Elle vint se placer entre Lucas et le groupe de filles. J'ai appris depuis déjà quelques temps leurs aventures nocturnes, et comme je ne peux tolérer qu'une de mes élèves ne brave le couvre-feu sans mon autorisation ou celui d'un autre professeur, je me devais de connaître leur identité afin de pouvoir les punir Elle pointa son index droite vers Lucas. Ainsi ai-je employé cet élève et celui que j'ai vu partir il y a quelques secondes pour vous piéger avec l'aide de ce fameux robot.  »

Elle s'arrêta de parler. Elle s'était sûrement dit qu'elle n'avait plus rien à dire, ses élèves connaissaient déjà la suite. Elle s'approcha ensuite de Lucas, et ne lui offrit aucune marque de gentillesse, à part peut-être ce minuscule «  Merci de ton aide, mon garçon. Toit et ton camarade recevront dans quelques jours une petite récompense pour ça.  » avant de rejoindre les pyroliennes qui tenaient une expression entre la joie et la peur absolue de celle qui s'approchaient à grands pas d'elles. Lucas n'écoutait plus les paroles du Général. Son esprit vaquait déjà à retourner à son dortoir. Le sommeil et l'effort qu'il avait usé pour survivre à Grotadmorv l'avait maintenant assez épuisé pour qu'il n'arrive pas à penser à autre chose que dormir. Il tourna les talons et dirigea lentement, pas par pas, vers son dortoir. Le terrain était devenu une scène d'engueulades parsemés de quelques obstacles de course. Aujourd'hui, ces demoiselles n'auront sans doute pas d'entraînements, mais une douzaine d'élèves à voir se crêper le chignon pour savoir laquelle se ferait le nettoyage complet du dortoir pour satisfaire le Général Jackie. La torture avait été faite : un congé pour ces demoiselles sportifs. Une belle journée était en perspective pour Lucas ...

Vive moi !

 

codes par shyvana


[MISSION] Mise en place de la torture 1466193127-s1

                         
pokemon
Contenu sponsorisé
est un
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum