Connexion
Pokemon Community :: Archives :: Les Archives :: Année 1
 :: L'Île Cobaba :: Les Côtes

Pokemon adala community

Tu abandonnerais ce pauvre locataire démuni à son déménagement, en « empruntant » sa camionnette en plus… ? Je ne te pensais pas voleur, Josh.
en savoir plus ?
Cha-charmant… normalement c’est en mission avec Josh que je frôle la mort, pas en rentrant chez les Phyllalis.
en savoir plus ?
Je vais chuter, encore, et ça sera long, et ça sera douloureux, et t'auras pas envie d'être là. Parce que toi, tu as Aoi mais moi j'ai quoi maintenant que Maya est partie, dis-moi ?
en savoir plus ?
Ce n'est pas le parc que je souhaite anéantir...
en savoir plus ?
Mademoiselle Alézar, Pecheresse Caroline ! Où êtes-vous ?
en savoir plus ?
La triche sera permise évidemment.
en savoir plus ?
Q…. Quéééééééééééééé ?!
en savoir plus ?
Le Deal du moment : -60%
Red Dead Redemption 2 – PS4 ou Xbox One
Voir le deal
15.99 €

Mia Clarke
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t6955-477-mia-clarke-alors-on-danse-mentali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t6959-mia-clarke-mentali
Taille de l'équipe : 1
Région d'origine : Kalos
Âge : 13 ans
Niveau : 15
Jetons : 1496
Points d'Expériences : 279
1
Kalos
13 ans
15
1496
279
pokemon
1
Kalos
13 ans
15
1496
279
Mia Clarke
est un Pokeathlète Novice
avec Adèle.

Nathaniel se réveillait doucement en s'étirant le plus longuement possible pour profiter encore un peu de son lit douillet. Après les avoir fait cligner quelques fois, il finit par ouvrir les yeux et commencer à se préparer pour la journée. Ici rien d'original ; un débardeur rayé jaune et blanc, un short beige et des sandales. Comme il s'apprêtait à se rendre à la plage, il choisit de prendre au cas où masque et tuba pour profiter un peu de la mer.

Absorbé par son rituel matinal, ou par le fait que justement il ne soit pas encore totalement réveillé, il n'avait pas fait attention à l'absence de son camarade, jusqu'à cet instant. Il regarda partout dans la chambre et remarqua que la fenêtre était entrouverte. Il continua cependant de chercher dans la chambre.

Mouuuuche !! Tu te caches où Mouche ?

Il continua de chercher pendant une ou deux minutes sans succès, il retourna même le lit et chercha même sa pokéball qu'il n'avait pas utilisé depuis le début.

Mouche t'es où ??

J'sais paaas.

Nathaniel fit volte-face et put apercevoir son pijako sur le rebord de la fenêtre comme si de rien n'était. Le dresseur s'approcha de lui, le reluqua entièrement et fouilla ses plumes multicolores.

Fais bien attention à ce que tu fais...

Il sortit la tête par la fenêtre et regarda le ciel voir s'il n'y avait aucune trace de venue extraterrestre. N'apercevant rien, il alla finir de se préparer se tournant toutes les deux secondes vers son compagnon pour être sûr qu'il ne se déplaçait pas.

Tu sais, si tu agis pour une secte les dieux te puniront. De toute façon on va à la plage, si jamais Kyogre se manifeste, on se demandera pas pourquoi ! Et puis j'ai bien envie de voir ce que tu as dans le ventre vu qu'apparemment tu me caches beaucoup de choses...

Laissant planer un vent de mystères qui laissait Mouche dans l'indifférence complète, Nathaniel enfila ses sandales et quitta la maisonnette. Sur le chemin de la plage, ils chantaient en cœur des mélodies pirates tout en sautillant en rythme. Le matin venant tout juste de débuter, il y avait encore peu de monde sur la plage et dans les rues. Le dresseur ne put s'empêcher de prendre un air complètement béat au premier contact de ses pieds avec le sable. Cela lui rappelait Oliville. Il ne perdit pas de temps pour s'installer bien que lorsque l'emplacement ne convenait pas à Mouche il crachait des « J'sais pas » dubitatifs.

Les deux camarades s'installèrent en position bronzette mais rapidement Nathaniel se rappela de la raison qui l'avait fait venir.

Bon Mouche, il est temps que tu me montres ce que tu sais faire !

J'sais paaas.

Mais si tu sais ! Tes attaques et tout ! … Enfin il te faudrait peut-être quelqu'un à qui te confronter ?

J'sais pas.

Mais moi non plus je sais pas ! Tu crois que j'ai déjà entraîné un pokémon ?!

Il laissa s'écouler quelques secondes avant d'avoir une idée et de se mettre à fouiller dans son sac. Il en sortir son iPok auquel il ne comprenait toujours que très peu de choses. Il vit un bouton pour envoyer des messages. Il y écrivit « Sur la plage, besoin d'aide ! Urgence ! » et cliqua sur envoyer sauf qu'il fallait entrer un numéro d'étudiant. Nathaniel tapa 0037 par pur hasard et reposa son iPok dans son sac.

Bon je sais pas trop comment ça marche mais je suis sûr que quelqu'un va venir, non ?

J'sais pas.

Pokemon utilisé Pijako (aucun bonus)

Dernière édition par Nathaniel Fisher le Sam 6 Sep - 12:42, édité 2 fois




.MIA  CLARKE
Adèle Faust
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t422-adele-faust-givrali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t425-adele-faust-g-i-v-r-a-l-i#2940
Région d'origine : Hoenn
Âge : 13 ans.
Niveau : 20
Jetons : 949
Points d'Expériences : 391
Hoenn
13 ans.
20
949
391
pokemon
Hoenn
13 ans.
20
949
391
Adèle Faust
est un Coordinateur Mode

L’air pâlot presque maladif des matins de bords de main se glissa furtivement par la fenêtre restée entrouverte. Il hérissa la peau du petit corps encore recroquevillé au fond du lit et fit tomber une pile de paperasse sur les modalités des sorties. Ce bruit de feuillet soufflé acheva d’éveiller le corps tout engourdi de sommeil qui se redressa en titubant. C’était Adèle et son petit corps pâle noyé sous une ample chemise de nuit noire. De sa démarche irrégulière de Spinda elle écrasa involontaire – ou non – quelques corps étendus qui gémirent. Heureusement l’air marin ne réussissait pas à ses compagnons et aucun ne trouva le courage de réagir de façon plus physique. La cadette Faust s’écrasa à moitié sur la table n’ayant pas calculé la distance qui la séparait de cet encombrant meuble. C’était une petite table ronde pour les handicapées comme la brune qui risquait de se cogner contre à  chaque réveil.

La bourgeoise frotta ses yeux encore collés de ses minuscules poings fermés puis s’affaissa avec mollesse sur l’une des chaises.


« Nanou ? Je veux du chocooooooolaaaaaaaaat, c’est bon le chocooooooooooolaaaaaaaaaaat. »

Ces mots que l’académicienne n’avait prononcés depuis bientôt un an firent naître un grand sourire béat naquit sur ses lèvres. Il fallut une bonne vingtaine de secondes de silence à la fillette pour comprendre que Nanou était au manoir et qu’elle-même se trouvait toujours avec le reste de l’école sur une île. Encore une île. Le faux espoir que la Coordinatrice venait de s’infliger toute seule fit plus de dégâts qu’on ne pouvait l’imaginer. Elle commença par renifler bruyamment sentant ses prunelles claires se gonflaient d’un flot lacrymal frustrée et finit par brailler ouvertement la tête entre les bras sur la table. L’impact successif d’un pot de cacao puis d’une bouteille de lait avec son crâne la calmèrent momentanément. Les sourcils froncés, la demoiselle se retourna avec un regard bouffi et rougeâtre qui se voulait terrifiant. C’était Gollum.

Le petit cochon poilu et bleu venait de lui larguer expressément le nécessaire à chocolat chaud. Il s’apprêtait à assommer définitivement sa maîtresse avec un bol de porcelaine et une petite cuillère mais celle-ci s’en empara avant. La chauve-souris porcine semblait ravie, ‘fin dur de voir quelque chose sous toutes ses touffes de poils. Il faudra que je le fasse ratiboiser un jour. Adèle commença à prépara son bol chocolaté un grognant un « merci » qui avait dû être arraché à la seule partie de son cerveau qui ne s’était pas levé du pied gauche. Le Chovsourir s’était posé sur la nappe à carreau vichy et observait avec adoration sa petite dresseuse se dessinait des moustaches laiteuses. La Faust pianotait maladroitement sur son Ipok pour s’occuper en remplissant son estomac. L’engin lui était plus familier qu’en début d’année. Bien que l’idée d’échanger avec ses camarades l’intéressent toujours aussi peu qu’avant, l’installation d’une ou deux appli tel que PikaCrush et FlappyRoocoul la distrayait de longues heures.

La demoiselle se renversa tout le reste de son chocolat dessus lorsque la coque bleue de sa « machine » se mit à vibrer avec violence et que la voie doucereuse de Jackie lui explosa les tympans « J’TE VEUX SUR LE PONT, N°141 A BESOIN DE TOI ! C’EST UN MESSAGE, JE RAPPEL CECI EST UN MESSAGE ! ». En-dehors de la couche de lait sucrée dont la confectionneuse était désormais recouverte et que Gollum léchait à grands coups de langue râpeuse. La Givrali s’était lamentablement vautrée par terre. Son cœur tambourinait fort et elle tremblait en attrapant sa console. Je devrais peut-être enlevé Jackie comme annonce pour les messages tout de même. Le message délivrée par « N°141 » était d’une grande clarté ce qui surpris Adèle, d’habitude les gens tournent autour du pot. Là, ce mec était clairement un Coordinateur que sa garde-robe trop petite avait pris au dépourvu. Une seule chose à faire dans ce genre de situation. La créatrice de mode attrapa un vieux sac de toile y fourra ses ciseaux, du fil, un mètre et quelques échantillons de tissus, elle planta un crayon de papier dans son ruban rouge passe une nouvelle robe un peu plus cintré que la précédente et se rua sur la porte.


« Nous avons affaire à une urgence, camarades. Qui m’aime me suive. »

Un ronflement feint amplifié par les différents pensionnaires lui répondit. Adèle s’apprêtait à partir quand même, vexée comme un pou quand Gollum se posa sur sa terre en grouinant joyeusement. La brunette poussa un soupir exaspéré mais résigné.


« Je suppose qu’il faut savoir se contenter de ce qu’on a… Déploie tes ailes Gollum je pourrais faire croire que je t’ai empaillé pour servir de couvre-chef. »

Adèle écrasa ses doigts sur l’écran plusieurs fois et, ô miracle, un plan GPS apparu. La technologie était fascinante et complexe, raison pour laquelle ce qui venait de se produire serait attribué à l’intervention divine Arceus. A cette heure-ci, il n’y avait pas encore beaucoup de peuple sur la longue étendu de sable dorée de l’île Cobaba. En fait, il n’y avait qu’une tignasse rouge et son piaf multicolore. La demoiselle plissa les yeux et mit sa en visière en quête du personnage charismatique qui avait fait appel à ses talents, mais un examen approfondi lui appris que Cheveuxrouges étaient le seul vivant à des kilomètres à la ronde. Une grimace engloutit son visage tout entier, Arceus qu’elle détestait les roux. Même sa marinière passe-partout semblait faire ressortir sa chevelure d’hérétique. C’est homme était une faute de goût à lui seul, maigrichon, blafard, et, et… roux, bordel ! Il y eut vraiment une longue minute où la brunette songea à faire mine de rien et à tourner les talons – la petite n’était pas prête à relever TOUS les défis de la mode. Sauf que son « chapeau » en avait décidé autrement. La créature virevolta en grouinant attirant l’attente de N°141 tout droit sur eux.

Les lèvres de la Coordinatrice se pincèrent, alors qu’elle commençait à sortir de son sac mètre et boîte d’aiguilles les lèvres pincées. La Faust avait le minois fermé quand elle arriva devant le rouquin. Elle se cantonna à un « bonjour » bourru et inaudible et commença à encercler le garçon de son mètre sans aucun gène. Non, il n’était pas venu à l’esprit de la gamine que ce camarade soit là pour une autre raison que se faire tailler un caleçon de bain assorti à son oiseau multicolore. La bourgeoise faisait une fixette sur la difficulté de la tâche qu’elle s’était imposé toute seule, ce qui ne l’empêchait pas de ronchonner à haute voix tout en tripotant le garçon. Elle relevait son menton de la main, manipuler ses bras, lui broyer la taille à cause de l’étau de son ruban mesureur.


« Tout de même vouloir faire monter sur une scène avec  tes cheveux… tu dois vraiment en vouloir aux foules toi. Tu as conscience du temps que je vais devoir passer à chercher le motif qui ne fait pas pleurer associer à la couleur de ta tignasse ? Non, bien sûr, toi tu veux juste des paillettes, hein ? Sache que sans les gens comme moi tu ne pourrais même pas aspirer à un dixième du succès que tu imagines… »

Et patati, et papata. Adèle bougonnait sans se préoccuper ni du nom de son client attitré, ni même de ses réponses. Elle était plongée dans ce qu’elle faisait de mieux, ça la détendait. Petit à petit, la Givrali s’apercevait même à quel point cette activité lui plaisait. La rousseur désagréable finit par disparaître au profit du sentiment d’être en train d’exercer sa passion. Gollum s’était  mis en tête de communiquer avec le perroquet de l’autre ce qui donnait à des dialogues passionnants bien que tout à fait incompréhensibles pour un humain lambda. L’académicienne finit par se redresser deux aiguilles dans les bouches d’autres piquées dans les habits du jeune homme.

« A’la, c’est qu’c’est preschque mieux. F'drait que tu restes comme ça toute la journée. J’te f’rais ton maillot pour d’main. T’veux quelque chose d’aut’ ? »

Ses yeux très clairs se plongèrent dans ceux du gamin. Elle se préoccupait finalement de savoir qu’est-ce qu’il foutait sur la plage. Son esprit venait de percuter que ce n’était pas forcément le lieu idéal pour une séance d’essayage. C’était peut-être un type louche, il était roux après tout.


Pokémon utilisé : Chovsourir, pas de bonus


Dernière édition par Adèle Faust le Jeu 17 Juil - 9:36, édité 1 fois
Mia Clarke
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t6955-477-mia-clarke-alors-on-danse-mentali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t6959-mia-clarke-mentali
Taille de l'équipe : 1
Région d'origine : Kalos
Âge : 13 ans
Niveau : 15
Jetons : 1496
Points d'Expériences : 279
1
Kalos
13 ans
15
1496
279
pokemon
1
Kalos
13 ans
15
1496
279
Mia Clarke
est un Pokeathlète Novice
Une fois l'appel lancé, les deux camarades se retrouvèrent seuls et se contentèrent de se regarder fixement, ce n'est que lorsque Nathaniel réalisa que le regard de Mouche était plein de reproches qu'il se décida à parler.

J'aurai du amener ma canne à pêche.

Désespéré, le jacquot ne daigna pas répondre et se mit à faire un tour aérien sur la plage. Nathaniel regarda son oiseau qui se déplaçait à une rapidité folle. Plus il s'éloignait se son dresseur, plus ses plumes semblaient être un coup de pinceau multicolore dans le ciel bleu. Il volait vers l'horizon de l'océan ce qui poussa Nathaniel à se rapprocher pour ne pas le perdre de vu. Il mit les pieds dans l'eau et lâcha une grande expiration de bien-être. Peut-être que d'où Mouche le regardait, lui aussi n'était qu'une tâche de couleur, du rouge sûrement.

L'oiseau revint satisfait de sa ballade et se posa sur l'épaule de son dresseur qui sortit ses pieds de l'eau, renfila ses sandales et alla s'asseoir sur la plage.

Bon déjà tu sais voler c'est pas mal. Hier je t'ai vu endormir deux Pokémon ce qui est assez impressionnant mais difficile à entraîner à deux... Je suis à peu près sûr que tu peux faire pas mal de chose avec ton bec et avec ta voix aussi, ça doit pas servir à rien qu'à embêter les dresseurs c'te histoire...

Il se mit à grattouiller le torse bombé du Pokémon qui laissa échapper une mélodie entraînante et joyeuse en signe de satisfaction. Nathaniel repensait en regardant la mer à ce qui l'avait poussé à quitter Oliville, toute cette pression qui lui avait été imposée, quel profession devrait-il avoir plus tard, comment faire honneur à sa famille... Ici il n'avait plus ses préoccupations, il cherchait simplement à ne pas manger trop tard et à laver ses vêtements suffisamment pour ne pas empester la fiente de Pijako.

Plus tard on sera bon Mouche ! Dès que j'aurai trouvé des médicaments efficaces contre le mal de mer on prendra un bateau et on partira ! On pillera les bateaux ennemis... quand on en trouvera... Enfin on trouvera bien sûr le moment... J'ai entendu parler d'une organisation qui voulait que la mer prenne le dessus sur les terres ! Ce serait pas mal quand même... Mais j'ai pas trop envie de voler les Pokémon des gens et tout...

J'sais pas...

Le dresseur rêveur se redressa, faisant s'envoler le piaf qui s'était laissé prendre à rêver aussi. Mouche semblait être un bon Pokémon, particulièrement rapide et intelligent, sûrement plus que son dresseur. Un bruit bizarre attira l'attention de Nathaniel, une sorte de boule touffue qui volait à côté de celle qui était sûrement sa dresseuse.

C'est ça l'entraîneuse ? Bah elle est vachement p'tite.

J'sais pas !

La jeune fille s'approcha, cheveux corbeaux et courts, visage froid, corps frêle et une lueur dans les yeux qui laissait penser qu'elle était capable de meurtre. Nathaniel n'eut pas le temps de se présenter qu'elle sortit tout un matériel de couture, le jeune homme ne savait pas trop comment réagir et laissa la jeune fille le manipuler comme une poupée de chiffon. D'un regard perdu vers son Pokémon il appelait à l'aide mais celui-ci semblait déjà copiner avec la peluche porcine de la demoiselle. Alors il réfléchit et en vint à la conclusion qu'elle devait sûrement lui préparer son uniforme pour la rentrée. Ils avaient sûrement un uniforme, c'était la seule explication. Elle était en train de déblatérer toute sorte d'insultes à peine dissimulée qui laissa le Phyllali dans l'incompréhension complète, elle était d'une familiarité, d'une vulgarité que Nathaniel n'avait encore jamais vu. Quand la torture sembla se terminer, la jeune fille le laissa en position de croix ; les bras tendus, les jambes serrées, le menton levé et lui demanda de ne pas bouger toute la journée. Ce qu'il aurait sûrement c'te bonne pâte si elle n'avait pas continué en parlant d'un maillot.

Ce n'est pas pour l'uniforme de l'école ? Je ne comprends plus...

Nathaniel plongea son regard vide dans celui de la jeune fille. Il finit par baisser très lentement les bras de peur de se faire frapper mais finit par retrouver une posture normale. Il tendit la main à la demoiselle.

Enchanté, je m'appelle Nathaniel, mais tu peux m'appeler comme tu veux. Tu n'es pas très polie quand même et puis j'attends quelqu'un donc je pense qu'on devrait se séparer. J'ai lancé un appel pour un entraînement avec le truc là, l'iPok, un mystère encore pour ma faible expérience, et donc j'attends. Belle journée n'est-ce pas ?

Il jeta un œil à Mouche qui s'en sortait bien mieux que lui en socialisation. Bah, Mouche avait la tchatche et Nathaniel la... pas grand-chose pour le moment.




.MIA  CLARKE
Adèle Faust
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t422-adele-faust-givrali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t425-adele-faust-g-i-v-r-a-l-i#2940
Région d'origine : Hoenn
Âge : 13 ans.
Niveau : 20
Jetons : 949
Points d'Expériences : 391
Hoenn
13 ans.
20
949
391
pokemon
Hoenn
13 ans.
20
949
391
Adèle Faust
est un Coordinateur Mode

Il n’avait pas l’air très remuant. Tout empêtré qu’il était dans les multiples aiguilles et pinces dont Adèle avait parsemé sa marinière et son short. Tant mieux, si le garçon se révélait être un dangereux criminel ou bien le célébrissime voleur de peluches Mélofée dont les domestiques lui avaient rabattue les oreilles lors de sa petite enfance, la gamine aurait une avance considérable en cas de course poursuite. Le minois pâle et pétri d’interrogation du damoiseau semblait pourtant crier une allergie sévère à tout ce qui comporterait un risque comme agresser quelqu’un ou voler ses peluches Mélofées par exemple. L’uniforme scolaire ? Non, bah non, pas vraiment. Il sortait d’où ce  lascar au fait ? Elle, fabriquer des petits smokings bourgeois pour que les garçons dans son genre passent la porte du bahut ? L’héritière haussa un sourcil, était-ce une façon de contourner sa précédente question ou bien avait-elle vu faux depuis le début ? La main qui se tendit de façon lente et mécanique vers elle l’a pris au dépourvue.

La Givrali était plus habituée à claquer des bises baveuses – ou les fuir selon l’interlocuteur – du haut de ses treize ans, dix mois et onze jours. En plus, c’était une main de roux. La main de Darkrai pensa la petite avec effroi. Les superstitions que lui avaient transmises sa nourrice était marquées dans sa mentalité au fer rouge, aussi Adèle fit semblant d’ignorer cette dextre pacifique. La confectionneuse fut à deux doigts de pleurer quand l’inconnu lui dit qu’elle n’était pas très polie. Elle respira l’air à grandes goulées comme si cette pauvre remarque lancée sur un ton badin menaçait de lui faire piquer une crise d’apoplexie et tenta de se concentrer sur le reste des paroles de ce type qui n’était finalement pas un client. On rembobine s’il vous plait. Adèle revit précipitamment son trajet jusqu’à la plage, Gollum qui voulait se joindre à elle, sa décision d’aider le malheureux vacancier tomber en rad de fringues et… Le message. Le contenu ne laissait pas de doutes dans son souvenir. « Sur la plage, besoin d’aide. Urgent. » récita la cadette Faust à haute voix en tournant ses prunelles dans l’angle gauche de leur orbite, partie de son cerveau où elle allait toujours repêcher les souvenirs récents. C’était, sans ambiguïté, d’ordre vestimentaire cette urgence.  Non ? Etait-ce vraiment possible de l’interpréter différemment ? Apparemment.

Encore hésitante, l’académicienne chercha son compagnon velu du regard. Gollum prenait un grand plaisir à converser avec… un piaf ? Une créature bariolé coiffé d’une notre et qui braillait des « j’sais pas » à tue-tête, bruyante en plus. La brune recentra son attention sur le roux. C’est vrai qu’il avait VRAIMENT l’air d’avoir besoin d’aide avec ses grands yeux vides et son air Wattouat égaré. Traversée par un éclair de pitié, la bourgeoise accrocha la main qui pendait toujours dans le vide, outrepassant sa peur de finir maudite ou de brûler vive.

« C’est vrai que c’est une belle journée, je serais bête de m’enfermer dans mon ate… Euh la petite maison de vacances, pour te coudre un maillot. Tu sais euh… Na, Ne, Nemo ? Je vais t’appeler Nemo avec ta couleur de cheveux c’est plus facile. Eh bien, je ne suis pas une pro, mais c’est moi que t’as appelée donc on peut s’entraîner ensemble ? D’ailleurs,  je m’appelle Adèle, mais c’est naze donc tu peux m’appeler autrement. »

S’en lâcher la paume du surnommé Nemo, la Givrali l’entraîna vers les deux jeunes créatures qui babillaient avec entrain près d’eux. Comme Adèle n’avait pas vraiment d’idée pour « débuter » un entraînement Pokémon, elle voulut faire les présentations. La Faust attrapa sans ménagement la tignasse bleu givre de son Chovsourir pour le brandir à quelques centimètres des yeux du roux. Le monstre de poche surpris renifla l’étranger avec une avidité curieuse. C’était qui cet homme-poisson ? Etait-il un humain ou un poisson ? Ou bien un poisson pané ? C’était bon le poisson pané, un jour il avait mangé celui de Maîtresse, elle l’avait tapé si fort ce jour-là. Ouille, il avait mal rien que d’y penser. Mais Maîtresse avait toujours raison et c’était une juste punition, voler c’est mal.

« Je te présente Gollum ! Je l’ai appelé comme ça parce qu’il me rappelait l’ignoble créature dans le film avec des hommes-aux-pieds-poilus, au niveau de l’expression du visage je veux dire. »

Sans doute pas assez évolué pour comprendre, Gollum battit joyeusement des ailes en entendant son prénom. La coordinatrice le relâcha par terre et le bestiau s’amusa à rouler dans le sable pendant plusieurs minutes comme aurait pu le faire un Groret dans une marre de boue. Sauf qu’il n’était pas un Groret et qu’il n’y avait pas de marre de boue, donc on s’inquiétait simplement pour sa santé mentale quand on le voyait. Adèle soupira et fouilla la plage du regard. Le soleil matinal révélait les canettes de bière à demi enterrées dans le sable doré. Ce fut une petite dépendance de bois peinte en  blanche avec des rayures verticales vertes qui attira son attention. Elle avait un petit air Kalosien très tendance et on l’imaginait bien en photo sur une brochure. Il devait y a voir tout un tas d’accessoires de plage là-dedans, ça valait le coup d’aller voir. La gamine pointa l’habitacle de l’index et se retourna vers Nemo.

« On pourrait regarder si y a des bouées pour faire un parcours ? Ou des sceaux pour faire un château de sable. »

Elle plaqua vivement sa main contre sa bouche.

« Enfin non, les sceaux ça sert à rien pour s’entraîner ça mais on pourrait en prendre quand même, hein ? »

La fille quêtait son approbation du regard. En territoire inconnu, la Faust n’osait pas entreprendre grand-chose sans un complice.

HRP - Pardon d'être lente ;w;
Mia Clarke
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t6955-477-mia-clarke-alors-on-danse-mentali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t6959-mia-clarke-mentali
Taille de l'équipe : 1
Région d'origine : Kalos
Âge : 13 ans
Niveau : 15
Jetons : 1496
Points d'Expériences : 279
1
Kalos
13 ans
15
1496
279
pokemon
1
Kalos
13 ans
15
1496
279
Mia Clarke
est un Pokeathlète Novice
Nathaniel qui tendait toujours sa main essuya un refus de la part de la jeune fille qui n'était pas particulièrement plaisant. Elle reluquait sa chevelure rousse comme la preuve d'une appartenance à une secte diabolique. Lui même était très superstitieux mais n'aimait pas quand cette faculté le prenait à revers. Il replaça lentement sa main dans une de ses poches et continua de regarder la brunette d'un air vide et dubitatif. Elle lui choisit un surnom qui n'était pas des pires, il se surprit même à laisser transparaître un sourire satisfait. Elle annonçait déjà des compétences médiocres en entraînement ce qui laissait déjà penser qu'il n'allait sûrement pas faire de miracles, mais la moindre initiation serait favorable au jeune homme dont les connaissances sur les qualités de son Pokémon avoisinent zéro.

Elle se présenta sous le nom d'Adèle mais à l'image de la formule habituelle de Nathaniel elle l'invita à choisir un nom qui lui plairait plus. Son imagination n'était pas vraiment débordante et même s'il ne manquait d'habitude pas d'esprit pour affubler ses camarades de surnoms farfelus, il hésita cette fois-ci.

Et bien je peux t'appeler Coach ? Il me semble que c'est de circonstance...

Il suivit alors la gamine frêle vers les deux bestioles qui semblaient s'entendre comme cul et chemise. Il vit sa Coach attraper violemment son ignoble boule porcine qu'elle plaça sous le nez du Phyllali qui ne put retenir un petit mouvement de recul. Il fixa les yeux camouflés du Pokémon qui semblait chercher à identifier le nouveau venu. Visiblement il lui avait fallu moins de temps pour Mouche, peut-être que Nathaniel dégageait une odeur plus complexe, plus subtile...? Elle fit les présentations faisant référence à un film que Nathaniel n'avait jamais vu, de toute manière sa culture télévisuelle et cinématographique était nulle. Cependant il acquiesça comme s'il craignait d'être raillé pour son manque de connaissance, ce qui risquait d'arriver par la suite donc autant minimiser les opportunités.

L'ignoble bestiole volante, oui ça fait beaucoup d' « ignoble » mais faut le reconnaître que l'alliance du bleu et du rose sur un corps velu n'a rien d'attrayant, roulait dans le sable comme si ce dernier avait des vertus euphorisantes T'en a trop pris grooooooos! pensa le jeune homme, même Mouche se mit à regarder son nouvel ami d'un œil suspicieux. Imitant sa Coach, il attrapa le jacquot par les plumes qui lui retourna sans attendre un coup de bec virulent sur les doigts.

Euh... moins docile mais aussi moins débile il me semble, je te présente Mouche. Je l'ai appelé comme ça parce que... ces bestioles tourneraient autour de choses qui puent et disons qu'avant je sentais beaucoup le poisson... Je travaillais dans une poissonnerie...  Mais j'ai fait de la voyance aussi ! Non pas que ce soit plus excitant... Mm... Mouche, un dernier mot ?

J'sais pas !

Ah oui aussi son vocabulaire est assez réduit... sauf quand il chante bizarrement... Et donc cet entraînement !

La jeune fille scrutait la plage et Nathaniel se mit à faire de même dans une imitation qui aurait pu paraître caricaturée mais c'était sans compter sur les acquis intellectuels du jeune homme. Elle pointa du doigt une sorte de cabane au même motif que le t-shirt du Phyllali mais avec la couleur de son dortoir plutôt que son jaune fétiche. L'idée des bouées lui sembla intéressante mais celle des sceaux le laissa dubitatif jusqu'à ce qu'elle se corrige d'elle-même. Le regard du jeune homme s'anima soudainement car il venait de se souvenir d'une chose.

J'ai apporté un tuba et un masque ! … Mm... mais ça ne sert à rien...

Il se dirigea alors vers la structure et ouvrit la porte en laissant quand même s'écouler quelques secondes de suspens. Le soleil s'infiltra alors lentement dans la cabine et il put alors apercevoir un lot de frittes en mousse posées contre le mur, des raquettes avec une petite balle posées dans un angle, un vieux sifflet étalé sur le sable et un coffre rempli de ballons en plastiques. Le regard du jeune homme s'anima à nouveau, décidément cette journée était pleine de surprises, parce qu'il venait d'avoir une idée.

Viens !

Il attrapa le sifflet qu'il mit autour de son cou, un ballon qu'il prit d'une main, de l'autre il serra celle de la jeune fille et se précipita à l'extérieur. Dans l'espoir d'instaurer une certaine discipline, il souffla un grand coup dans le gadget en plastique qui laissa échapper un long sifflement aigu, Mouche joua le jeu sûrement motivé par une sorte de compétitivité. Nathaniel dressa son corps et expliqua son idée.

Je vais taper dans le ballon et le premier qui nous le ramène l'emporte, c'est pas génial ?!!! Tout est permis bien évidemment ! Tu en penses quoi ?

Il se tourna vers sa Coach à qui il tenait toujours la main, un large sourire fier traversant son visage. Même si personne ne lui demandait son avis, Mouche approuva d'un « J'sais paas ! » chanté qui le rendait presque agréable à entendre. Nathaniel était pris d'une nouvelle forme d'engouement ne sachant pas vraiment comment l'expliquer, à cet instant, vous lui aurez demandé le sens de la vie il aurait répondu :  Pourquoi la vie, pourquoi la mort PARCE QUE JAPON! 

Lenteur ? connais pas ! xp
Adèle Faust
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t422-adele-faust-givrali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t425-adele-faust-g-i-v-r-a-l-i#2940
Région d'origine : Hoenn
Âge : 13 ans.
Niveau : 20
Jetons : 949
Points d'Expériences : 391
Hoenn
13 ans.
20
949
391
pokemon
Hoenn
13 ans.
20
949
391
Adèle Faust
est un Coordinateur Mode

Coach ? Un peu comme Jackie ? Des étoiles de mer joyeuses s’allumèrent dans l’océan turquoise des pupilles de la brune. C’est vrai que ça lui allait bien cette nomination de supérieure, il ne lui manquait qu’une baguette – ou une matraque - pour se rapprocher de la référente tant admirée. Ça lui faisait tout drôle à ce brin de demoiselle, d’être appelée comme une entraîneuse professionnelle par un garçon qui devait faire une bonne tête et demi plus qu’elle. En même temps il est roux, c’est normal qu’il soit bizarre. Cette pensée fit momentanément disparaître la carnation sanguine qui était apparue à la cime de ses pommettes. Elle fit la connaissance de l’horripilant « Mouche » qui en plus de caqueter les mêmes syllabes dans d’infâmes stridulations – son disque était rayé ? – était agressif. Les yeux de la Givrali s’arrondirent en voyant l’angle acéré du bec manquait d’arracher un bout de chair humaine au dresseur qui prit cette tentative d’assassinat avec un sang-froid digne d’un héros de film d’action. Un sourcil haussé, Adèle écouta l’histoire de poisson pourri en approchant sa truffe pour sniffer bruyamment l’odeur d’écailles moisies dont il était question. Son crâne parti brusquement en arrière, les mains plaquées sur ses narines durement touchées comme si cela pouvait les protéger de l’effluve. Cela rappelait à la confectionneuse le jour où elle avait accompagné sa nourrice à un marché local, très en vogue avec essentiellement des œufs de Millobelus et du Colhomard sur les étalages, et qu’un homme à la barbe rousse – les superstitions de la miss se basaient aussi sur de mauvaises expériences – avait brandi sous ses yeux naïfs et apeurés un Remoraid qui agonisait lamentablement dans sa poigne, projetant sur son minois une salve de petites gouttes gluantes et salées.

Nemo n’avait pas l’air très malin. En fait, il avait un peu le même cheminement qu’Adèle. Un chemin un peu long d’où pouvait surgir brusquement une envie de manger des glaces ou bien un souvenir quelconque. C’est pourquoi, la fillette eut une risette amusée en entendant parler de masque et de tuba. Ils allèrent dans le charmant débarras, où s’entassait beaucoup beaucoup de choses. Il fallait entendre par là, des bouées orange à tête de magicarpe, des frites multicolores, un filet enroulé dans le coin et – ô miracle – suspendu au plafond des planches de surf. Cette découverte fit l’effet d’un petit feu d’artifice intérieur dans la poitrine d’Adèle qui cessa de suivre les actions de son partenaire. Dans son esprit des vagues léchaient ses pieds pendant qu’elle fendait l’étendue sombre telle une Néréide. La main qui s’accrocha à la sinne, prit la Coordinatrice totalement au dépourvue. Le sourire large, vivant et lumineux qui défigurait le visage pâle du fils de Darkrai fut à peu près tout aussi troublant. Les traits de son propre faciès se contractèrent dans une grimace qui se mua peu à peu en un étirement des lippes heureux. La joie qui transparaissait dans la voix du rouquin était contagieuse, une mélodie aux notes enjouées qui faisait pensé à des comptines de sa composition. Il l’avait emmenée dehors. Elle, la Coach, sa supérieure directe, il ne manquait pas du culot tout de même. Ca faisait briller de la malice au creux de ses prunelles sarcelles. C’était une chouette idée, cette sphère ronde et rayé, cette course, c’était digne d’elle. A un détail près.

La fillette enroula le cordon du sifflet autour de sa dextre et l’ôta du cou de Nemo. Un index autoritaire suspendu dans les airs, Adèle bomba sa poitrine pour être un plus grande et imposante bien que la pose frise le ridicule avec son gabarit.

« Je pense que seule une Coach à le droit d’avoir le sifflet autour du cou. Surtout si la Coach devient… Une Pom-pom Girl ! »

Ni une, ni deux, la brune renversa sa tête vers le sol, attrapa à pleines mains deux algues aux couleurs maladives et les brandit au-dessus de sa tête. Elle cala le sifflet entre ses lèvres et son pied droit alla violement heurter le ballon rond du garçon. La richissime héritière avait sous-estimé l’épaisseur de l’objet et la douleur brûlante de l’impact frappa méchamment son pauvre arpion faisant naître des larmes aux coins de ses yeux. Le jouet décrit une splendide trajectoire, toute en hauteur bien que pas très longue. L’oiseau-mouche partit comme une balle au contraire de Gollum à qui il fallut trois bonnes secondes de réflexion pour comprendre qu’il était directement concerné par l’enchaînement d’événements. Sa dresseuse tenta de le shooter de la même façon que le ballon mais l’instinct de survie du Pokémon porcin fut plus fort et il s’éleva dans le ciel frénétiquement pour rattraper son retard en esquivant les attaques agiles de sa maîtresse. La voix nasillarde du perroquet claironnait une victoire qu’il considérait  probablement comme acquise à mesure que son vol piquait sur la balle.

La Givrali n’était pas en reste, elle remuait son corps androgyne d’enfant faisant pleuvoir du sable et de l’eau salée de ses « pompons » improvisés et massacrant le silence en soufflant dans le sifflet jusqu’à ce que son visage en devienne mauve. Le Chovsourir était plus désavantagé qu’autre chose par cette cohue qui troublait son ouïe et son radar, ses efforts le faisaient haleter et toute cette mobilisation intellectuelle manquait de faire surchauffer sa malheureuse boîte crânienne. Le snobinard de piaf de Nath s’écrasa enfin sur « le bâton » de cette compétition. S’en fut trop pour la supporter du joueur adversaire qui cracha son sifflet – et cracha littéralement par la même occasion.

« GOLLUM…. T’AS… INTERET… A ME… RAMENER... CETTE… BALLE !... SI TU LE FAIS… PAS.. JE… »

Ces mots étaient entrecoupés de grandes inspirations, la petite manquait d’oxygène après s’être déchaînée sur le bout de plastique à présent plein de bave qui pendait à son cou. Sa phrase mourut dans une crise de toux alors qu’elle tentait de retrouvé son souffle, les paumes appuyées sur ses genoux. La menace imprécisée ou l’intonation de cette dernière, semblait quand même avoir fait leur petit effet sur la chauve-souris croisée cochon qui venait de se jetter avec la force du désespoir sur l’objectif. Ils étaient désormais deux corps étalés contre le ballon, leurs ailes plaquées contre la surface lisse, dépourvus de mains ou de doigts et donc dans l’incapacité de « se saisir » de la victoire. Leur rage faisait rouler la balle, les écrasant l’un après l’autre dans la sable meuble, chaque roulade supplémentaire les rendait un peu plus méconnaissables. L’inévitable arriva pourtant, les deux dents disproportionnées de Gollum furent éclairées par l’astre solaire lors d’une tentative pour reprendre un peu d’air, la pointe parfaite qu’elles formaient ne laissa aucune chance au ballon dont la coque était pourtant rigide – Cobaba avait accueilli des colonies bien plus diaboliques que la PC – creva instantanément. L’objet se dévida de son air dans un chuintement hideux qui lui fit décrire – à lui et ses passagers clandestins – quelques arabesques en l’air avant de retomber au sol, inerte.

Adèle, dont les poumons se remettaient tout justes, eut une expression figée, à mi-chemin entre l’incompréhension totale et le dépit le plus terrible. Les tronches ensablées des deux énergumènes s’extirpant du cadavre de l’objet arrachèrent finalement à son visage un sourire  moqueur. La fillette rit de façon brutale ce qui manqua de la faire replonger dans une violente crise de toux.

« On dirait des petits sablées ! C’est match nul, en tant qu’arbitre je nous décerne une médaille chacun, la mienne est un peu plus grosse parce c’est aussi un médaille de blessé, comme j’ai failli mourir étouffée tu vois… »

La cadette Faust mima la remise d’une médaille, d’abord sur elle car la politesse lui échappait – trop -  souvent puis sur son acolyte humain. Elle se hissa sur la pointe des pieds en levant les bras bien haut afin de faire passer le lien imaginaire au-dessus de la tête de Nemo, puis se pencha près de son oreille pour murmurer avec un air de confidence.

« Ce ne sont pas de vraies médailles, hein. Mais il faut faire comme si, pour eux. »

La confectionneuse désigna les Pokémons empêtrés d’un mouvement de tête avant de reculer et d’esquisser un sourire ravi. La fatigue pesait sur ses membres et elle ne résista pas longtemps à l’attraction de la terre ferme sur son séant. Ce n’était pas le siège le plus inconfortable du monde et la brune savoura avec délice le repos qu’elle s’octroyait. Les feux fermés pour mieux profiter du son des vagues derrière elle et de la brise qui hérissait ses bras nues, Adèle triturait sa médaille imaginaire.

Mia Clarke
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t6955-477-mia-clarke-alors-on-danse-mentali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t6959-mia-clarke-mentali
Taille de l'équipe : 1
Région d'origine : Kalos
Âge : 13 ans
Niveau : 15
Jetons : 1496
Points d'Expériences : 279
1
Kalos
13 ans
15
1496
279
pokemon
1
Kalos
13 ans
15
1496
279
Mia Clarke
est un Pokeathlète Novice
Nathaniel sentit la ficelle autour de son cou s'échapper en la faveur de la brunette qui prenait une position si alambiquée comparée à son apparence naturelle que le rouquin ne put retenir un petit rire, pas moqueur mais il se fondait dans les exclamations de joie qu'il manifestait depuis tout à l'heure. Il acquiesça au fait que la Coach était plus digne de porter le sifflet mais pour le coup de la Pom-pom Girl... il ne l'avait pas vu venir. La jeune fille attrapa deux tas d'algues répugnants, le jet de sable qu'ils provoquèrent alla se loger directement dans les yeux du jeune homme qui, les yeux fermés, tenait fermement le ballon comme seul repère jusqu'à ce qu'il s'échappa à son tour manquait de peu de lui exploser le visage au passage. Le déséquilibre le fit chuter bêtement sur les fesses. Tentant tant bien que mal d'ignorer la brûlure du sable dans ses yeux, il en ouvrit un pour apercevoir Mouche foncer à toute allure vers a balle et Gollum réagir avec une lenteur digne de Nathaniel. Il vit le pied de la dresseuse manquer de peu son compagnon, décidément elle leur inspirait la crainte à ces pauvres bêtes...

Le Phyllali comptait bien profiter du spectacle, mais c'était sans compter sur la chorégraphie endiablée et ensablée de la Coach qui lui envoya une nouvelle salve à coup de pompoms en l'air. Les sifflements à répétition commençait à lui faire mal à la tête et il se recroquevilla sur lui même, tête entre les jambes pour se protéger de tout. Il lui fallut deux, trois secondes pour réaliser que ce qu'il faisait était nul, il était là pour profiter de sa journée et encourager son Pokémon, peu importe le sifflements, il crierait plus fort, peu importe les jets de sable il les esquiverait avec grâce ! Avec entrain le jeune homme se redressa pour encourager son Pokémon.

MOUUUUUCHE !! ACHEEEEVE-LE !

A son tour il effectua quelques pirouettes disgracieuses pour montrer son enthousiasme. Le Pijako fut bien évidemment le premier à atteindre la balle... et à l'aide de ses ailes il tenta tant bien que mal de... l'attraper ? Ses serres étant trop petites pour la maintenir, il semblait s'amuser à un numéro d'équilibriste... Cependant cela déplaisait fortement à la dresseuse de Gollum qui se mit à vomir ses poumons tout en menaçant avec virulence son ignoble bestiole. Le spectacle était assez pathétique, entremêlé de filets de bave et de souffles bovins... Mais tant pis, Nathaniel effectua une dernière pirouette tout en dessinant les lettres du surnom de son Pokémon avec les bras : M – O – U – C – H... ? attends comment est-ce qu'on fait ça ? Il se contenta de hurler les deux dernières lettres en rythmes avec ses acrobaties absolument gauches. Mais le combat ne semblait pas trouver de fin, leurs joues respectives collées au plastique, ils perdaient de l'altitude jusqu'à s'écraser lâchement sur le sol. Rapidement la fourrure de l'un et les plumes de l'autre se recouvrirent de sable donnant notamment une uniformité de couleur dans les plumes de Mouche qu'il n'était pas près de revoir à moins de balancer son corps dans du pétrole.    Le plus bizarre dans cette scène pathétique c'est qu'elle s'était déroulée dans un silence total sous les visages blasés des dresseurs ne sachant pas comment réagir... Mais ce long moment fut interrompu par les dents acérés du mammifère ailé qui planta son venin dans la balle de plastique, se transformant petit à petit en une semelle de plastique dans un bruit des plus désagréable.  

Les deux bestioles enfarinées levèrent leur regard vers leur dresseur respectif... Et la situation était pour le moins comique ce que ne manqua pas de faire remarquer la coach ! Après un rire incroyablement puissant pour une fillette de sa carrure, elle compara les deux bestiaux à des petits sablés ce qui fit rire à son tour Nathaniel et laissa de marbre Mouche qui ne connaissait pas la comparaison. Il afficha son incompréhension avec un traditionnel « J'sais pas » qui se perdit entre les rires des deux dresseurs. Nathaniel vit la jeune fille se mettre une grosse médaille imaginaire autour du cou avant de s'approcher vers lui. Le regard fier et le menton levé, il accepta la distinction d'une petite révérence. Son visage se transforma lorsqu'elle lui apprit que les médailles n'étaient pas vraies, il y croyait lui pourtant.    

Cependant, cette récompense semblait bien vraie pour la jeune fille qui ne cessait de glisser ses doigts sur l'objet imaginaire. Nathaniel afficha de nouveau un sourire béat et alla disparaître dans la remise. Il revint avec la plus grosse bouée magicarpe qu'il put trouver et l'air conquérant annonça le prochain jeu.

On va faire un euh... holé ?! Le truc qu'ils font avec les tauros là !! Sauf que vous devrez passer dans le cercle, un p'tit mélange avec les sauts de cerceaux du cirque m'voyez !

Il montra la paume de sa main à la dresseuse comme pour lui empêcher tout mouvement. Le regard perdu dans l'immensité de l'univers et la tête dressée comme s'il s'apprêtait à affronter l'océan à l'aide d'une rivière, il finit par tourner son regard dramatique sur la jeune fille.

Ce travail requiert un sacrifice que je ne peux vous laisser désapprendre Coach ! … euh entreprendre ! C'est à moi que revient l'ingrate tâche de tenir la bouée !!!

Il s'élança à quelques mètres pour prendre de l'espace et invita les deux pokémon à sortir leurs têtes ensablées du sol pour débuter l'entraînement. Les premiers essais furent simple, même pour Gollum qui bien que battant des ailes comme un homme ivre, réussissait à traverser les fameuses bouées. Mais Nathaniel prit dans le fougue du moment se mit à accélérer. Les Pokémon firent de même, tournant autour du dresseur à toute vitesse et choisissant le bon moment pour plonger sur leur proie. Nathaniel avait rapidement le tournis à force de faire bouger la bouée à coup de pirouettes et autres acrobaties. Mais sa motivation ne reculerait en aucun cas face à l'ennemi... sauf... sauf lorsqu'il allait bien trop vite dans ses toupies il reçut le groin de Gollum dans les parties et le bec de Mouche dans le genou. La douleur lui fit serrer si fort la bouée qu'elle explosa sous la pression en un grand bruit sourd rapidement rejoint par les cris de douleurs du rouquin. Il s'était sacrifié... Les deux Pokémon fatigués par les efforts physiques se posèrent un instant, Mouche se souciant peu de la douleur qu'il venait d'infliger à Nathaniel, ça l'endurcira se dit-il.


Donc Pokémon utilisé Mouche, aucun bonus et moi de même.




.MIA  CLARKE
Potiron
https://pokemoncommunity.forumactif.org
https://pokemoncommunity.forumactif.org
Icon : (entraînement) Une séance d'aquagym ? Amj0Bjs
Taille de l'équipe : 0
Région d'origine : Kalos
Âge : 5 ans
Niveau : 0
Jetons : 0
Points d'Expériences : 2836
(entraînement) Une séance d'aquagym ? Amj0Bjs
0
Kalos
5 ans
0
0
2836
pokemon
(entraînement) Une séance d'aquagym ? Amj0Bjs
0
Kalos
5 ans
0
0
2836
Potiron
est un Annonceur
Le membre 'Nathaniel Fisher' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'ENTRAINEMENT' : 5
Adèle Faust
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t422-adele-faust-givrali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t425-adele-faust-g-i-v-r-a-l-i#2940
Région d'origine : Hoenn
Âge : 13 ans.
Niveau : 20
Jetons : 949
Points d'Expériences : 391
Hoenn
13 ans.
20
949
391
pokemon
Hoenn
13 ans.
20
949
391
Adèle Faust
est un Coordinateur Mode

Au début, la fille se laissa engloutir dans le bonheur simple d’être assise après avoir pris soixante-dix positions différentes dans l’effort vain d’encourager son poulain. Le bruit de l’océan n’était pas déplaisant si l’on parvenait à faire abstraction des halètements disgracieux des athlètes ratés. Nemo devait être parti parce que le petit bout de fille ne sentait plus l’odeur très spéciale d’embruns et d’écailles qu’il dégageait, ce n’était pas déplaisant non plus. Son apprenti était sans doute parti lui chercher une boisson rafraîchissante comme une limonade avec beaucoup de glaçons ou une grenadine sans eau. Curieuse, la fille ouvrit les yeux, sa soif attisée par les multiples cubes de glaces qui flottaient à présent dans son esprit. Son expression prit un pli déçu en constatant qu’il n’y avait de chevelure rouquine diabolique avec des sodas bien frais en main. Non, rien de tout cela, juste un sacré boucan du côté de la remise Kalosienne.

Adèle s’appuya sur ses mains pour se redresser et intima le silence en mimant une fermeture éclair joignant ses deux lippes à Gollum et son rival qui, en plus de ne pas être les créatures les plus esthétiques qui soient, jacassaient comme deux commères. Sans quitter sa position, la Givrali posa sa main en visière dans l’espoir de deviner à cette distance ce que le garçon pouvait bien tramer. Il y avait peut-être des glaces dans la remise, ça se trouve il était en train de se faire toutes les vanilles-framboises sans elle ! L’expression catastrophée qui ouvrit sa bouche et fit froncer son nez d’inquiétude aurait valu tout l’or du monde. Le garçon surgit alors du débarras fièrement armé d’une bouée énorme dont le teint orange vif piquait les yeux fragiles de la délicate couturière. La brune se ressaisit en reconnait la bouée Magicarpe aperçu un peu plus tôt, envie de baignade ? Fantastique, la plus jeune héritière Faust se desséchait vitesse grand V. Mais Nemo avait d’autres projets, son sourire dévorait encore la moitié de son visage et il y avait dans ses yeux bleus des paillettes d’enthousiasme et d’impatience. Il parlait en gesticulant pour mieux se faire comprendre et ça fonctionnait, ça rallumait les pupilles pourtant fatiguées d’Adèle qui se laissait galvaniser par l’énergie dégager.

Pour peu, la gamine aurait oublié son statut d’humaine et aurait plongé dans la bouée. C’étaient aussi le cas des deux volatiles qui observaient avec attention le cercle au faciès dérangeant s’agitait sous la poigne du dresseur. La Faust louchait presque sur la cible à présent, elle ne s’apercevait même pas que ses mains s’ouvraient et se fermaient dans le vide dans le geste inconscient d’attraper. Une paume ferme et autoritaire boucha brutalement sa vision. La Coordinatrice leva un regard interrogateur et frustré vers le garçon qui la fixer avec la gravité surdouée des enfants. La « Coach » fut de prime abord extrêmement vexé de ne pas pouvoir joué au jeu, de ne pas participer au sacrifice. La notion de ce mot lui était totalement abstraite à elle qui n’avait jamais rien eut à sacrifier à part peut-être un barre de chocolat le jour de la capture de Causette. Le sacrifice était un concept d’adultes dont elle se sentait exclu et se sentiment ne manqua pas de la mettre au bord des larmes. Elle ne savait même pas comment on pouvait le désapprendre ou l’entreprendre, s’était des mots avec des trop de « prendre », parce qu’Adèle détestait qu’on lui prenne des choses. Envahie d’une certaine pudeur à l’idée que son élève puisse voir sa Coach verser de grosses larmes infantiles, elle se retourna les bras croisés et dit en reniflant fortement.

« Tiens bien la bouée Nemo parce que si tu la lâches, tu risques de mal désapprendre le sacrifice. »

Parce que la confectionneuse était restée une petite fille et que les petites filles ne font pas la tête bien longtemps, les cris de l’équipage firent fourmiller trop de curiosité en elle pour qu’elle continue à faire dos. Voir son Coaché se contorsionner en tous sens avec application pour repousser les limites du piaf et de la chauve-souris la fit sortir de sa bouderie. La cadette sourit en le voyant s’évertuait à les mettre à l’épreuve, élargissant les auréoles que l’activité de Pompom-boy avait précédemment créées et finit en rigolant. Elle était de nouveau pliée en deux lorsque Gollum enfonça magistralement son groin dans l’entrejambe de l’acrobate et que la Mouche-à-bec-drôlement-pointu acheva de la faire flancher en piquant directement au niveau du genou. Le corps agonisant du rouquin sur le sable l’inquiéta un peu finalement. Bon, après plusieurs minutes à rire à plein poumons comme s’il s’agissait de l’événement le plus drôle de l’univers, mais tout de même, Adèle était préoccupée par autre chose que sa personne et ses gâteaux au chocolat. La demoiselle toucha le gros morceau de viande pâle gémissant du bout du pied, une fois, deux fois.

« EH ! Nemo ! Debout matelot ! Tu vas te faire dévorer par un Krabby cannibale, la vraie vérité c’est ma nourrice qui me l’a dit ! »

Et comme elle n’était pas certaine que ce genre d’injonction fasse lever un homme en phase de mourir, l’académicienne partie chercher une solution dans la remise à rayures. Gollum la suivait lamentablement, la pauvre créature n’avait jamais autant était sollicité de sa vie surtout en plein jour lui dont l’activité était principalement nocturne. La brune ouvrit avec fracas et réalisa qu’elle ne savait plus ce qu’elle était venue chercher. Il lui semblait que ça avait un rapport avec le roux qui gisait dehors mais lequel… Et ses yeux sarcelles se levèrent de nouveau vers les planches, une expression de ravissement gagna son minois alors que le songe idéalisé du surf refaisait surface sous son crâne. Voilà qui allait tirer Nemo de sa torpeur ! Après de nombreuses contorsions qui passèrent par la formation d’une pile de raquettes pour se rapprocher des planches à l’utilisation d’une frite pour les décrocher, la bourgeoise récupéra enfin les précieuses plaques de bois flotté. Son comparse à ailes et à groin avait apparemment lui aussi trouver quelques anneaux qu’il avait empilé sur son nez proéminents. Cette prouesse était source d’une grande joie pour lui et ça se manifestait par de petits couinements intempestifs qui continuèrent même après avoir repassé la porte de la baraque.

Adèle leva les deux planches au-dessus de sa tête, fière comme un Braségali. Le poids sous-estimé du matériel la fit malheureusement basculer en arrière et elle se retrouva à nouveau les fesses dans le sable. L’envie de montrer les planches à Nemo était plus forte que la douleur et la gamine se redressa précipitamment, les joues rosies de honte chercha puérilement à se justifier.

« Je… J’ai fait exprès ! C’est… Euh… C’était pour vérifier que les planches étaient plus lourde que moi c’est extrêmement important quand on veut surfer. »

Elle s’était rapprochée du rouquin et lui tendait une planche, ses pupilles le défiant de la contredire. Le regard de la brune se posa ensuite sur les deux énergumènes apprivoisés – ou presque –, Gollum qui ne c’était – malheureusement – toujours pas remis de l’exploit accompli d’avoir transporté des anneaux d’un point A à un point B à la seule force de son groin jusqu’ici et l’autre bestiau qui caquetait très haut son ignorance. Ils allaient faire quoi de ces deux-là ? Hors de question que Gollum ne vienne briser sa vision idyllique du surf en la déséquilibrant au moment fatidique. La Faust se gratta l’arrière du crâne, pensive, ce qui lui permit de réaliser que son ruban était totalement défait. Elle attrapa le tissus rouge et l’observa, un sourire naquit sur ses lippes et elle noua rapidement les petits cerceaux du Chovsourir entre eux avant de les de toute la maigre force de ses bras. La confectionneuse appliqua ensuite ses mains en porte-voix et brailla très fort :

« Gollum ! Mouche ! Allez chercher ! »

Pendant que la chauve-souris s’envoler à la poursuite du projectile, la dresseuse attrapa vivement l’une des dextres de Nemo. Il avait des mains calleuses de travailleurs manuels, c’était drôle et tout à fait inhabituelle pour la fillette. La sensation de la corne et la marque des filets qu’on sentait gravée sur son épiderme était quelque chose de fascinant bien qu’elle se garde d’en faire la réflexion. Ses iris brillaient de malice et de son autre main la cadette pointa l’étendue infinie qui leur faisait face. Cette immensité incroyable qui faisait grouiller des bêtes dans son estomac attirait inexorablement le jeune femme.

« On y va ? »



Potiron
https://pokemoncommunity.forumactif.org
https://pokemoncommunity.forumactif.org
Icon : (entraînement) Une séance d'aquagym ? Amj0Bjs
Taille de l'équipe : 0
Région d'origine : Kalos
Âge : 5 ans
Niveau : 0
Jetons : 0
Points d'Expériences : 2836
(entraînement) Une séance d'aquagym ? Amj0Bjs
0
Kalos
5 ans
0
0
2836
pokemon
(entraînement) Une séance d'aquagym ? Amj0Bjs
0
Kalos
5 ans
0
0
2836
Potiron
est un Annonceur
Le membre 'Adèle Faust' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'ENTRAINEMENT' : 4
Sir Trouille
Icon : (entraînement) Une séance d'aquagym ? CeOUB4f
Région d'origine : -
Âge : -
Niveau : 0
Jetons : 0
Points d'Expériences : 13080
(entraînement) Une séance d'aquagym ? CeOUB4f
-
-
0
0
13080
pokemon
(entraînement) Une séance d'aquagym ? CeOUB4f
-
-
0
0
13080
Sir Trouille
est un PNJs
Modération Adèle

Appréciation Dans tes postes, on retrouve clairement le personnage d'Adèle ! Les RP sont vraiment correctes et drôles. Malgré le faite qu'elle n'aime pas vraiment les Pokemon, elle en porte de l'intérêt d'une manière bien à elle. (J'ai trop ri en imaginant la scène quand Adèle chope son Gollum pour le montrer à Nath) Adèle propose des idées intéressantes et assez loufoques.
Gain Tu gagnes 10 XP !



Modération Nathaniel

Appréciation Le pauvre Nath est complètement perdu face à un personnage tel qu'Adèle. Finalement, il se tisse un petit lien et les deux personnages apprennent à se connaitre. Les RP sont aussi correctes et drôles, je n'arrête pas de me dire que je péterais un câble si j'avais une créature telle que Mouche. Nath propose des activités lui aussi et se fait même défoncer mais bon...
Gain Tu gagnes 11 XP !



(entraînement) Une séance d'aquagym ? 7z5c
Mia Clarke
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t6955-477-mia-clarke-alors-on-danse-mentali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t6959-mia-clarke-mentali
Taille de l'équipe : 1
Région d'origine : Kalos
Âge : 13 ans
Niveau : 15
Jetons : 1496
Points d'Expériences : 279
1
Kalos
13 ans
15
1496
279
pokemon
1
Kalos
13 ans
15
1496
279
Mia Clarke
est un Pokeathlète Novice
Allongé sur le sol, le souffle haletant ponctué par des gémissements plaintifs, Nathaniel ne savait pas souffrir en silence. La main droite posée sur parties et l'autre tenant son tibia, il laissait couler ses larmes qui allèrent disparaître dans les grains de sable environnant. En fond sonore, le rire hilare de sa coach que le jeune homme n'oserait sûrement plus jamais regarder dans les yeux. Son regard en quête de réconfort finit par celui de son Pokémon qui lui adressa la plus grande indifférence. Visiblement, ce n'était pas ce genre d'entraînement qu'il aurait fallu à ce piaf de malheur. Mais les rires de la jeune fille s'éteignirent et il entendit ses pas se rapprocher. Il décida de plonger sa tête dans le sable comme une autruche et entendit à peine les mots qu'elle prononça. Le peu de fierté qu'il avait venait de prendre un sacré coup. Lorsqu'il entendit les petits pieds de la couturière s'éloigner, il redressa la tête. Le sable avait eu le mérite de sécher ses larmes et de taire ses complaintes. Il regarda le brunette entrer dans la remise sans vraiment comprendre pourquoi. Alors il resta où il était et inspirait à intervalles régulier sa morve, en un grand bruit sale, pour éviter qu'elle ne coule.

Le temps qu'elle y pensait pouvait laisser croire qu'elle était en difficulté, Nathaniel jeta un regard accusateur aux deux Pokémon qui tapaient la causette, évidemment ils ne laissèrent pas interrompre leur débat par une pleureuse, même si l'animal hideux de la jeune fille finit par la rejoindre. Le Phyllali vexait par leur indifférence regarda à nouveau vers la remise d'où il finit par voir sortir sa coach lourdement équipée. Ses yeux s'illuminèrent en voyant deux planches de surf portées habilement par la jeune fille ! Cependant l'habileté n'était pas suffisante et rapidement le poids des deux accessoires la fit chuter. Se rappelant de la réaction de la demoiselle lorsque lui s'était retrouvé dans une situation similaire, il hésita à se mettre à exploser de rire mais n'en était pas capable, heureusement Mouche prit les choses en main et se laissa aller dans une grande marrade moqueuse.

La coach évidemment sut défendre son cas en prétextant un essai volontaire, ce que Nathaniel dans toute sa crédulité crut vrai et le poussa à faire taire son piaf d'une tape sur le bec. Le jeune homme accepta volontiers l'offre de la demoiselle, un sourire béat aux lèvres et la laissa s'occuper des deux Pokémon le temps qu'il découvrait l'engin. Oui parce qu'évidemment il n'en avait jamais fait et se laissait légèrement emporté dans la fougue du moment, il réussissait à se persuader qu'il serait génial en surfeur et s'approcha de la belle étendue bleue d'un air conquérant. Acquiesçant à l'invitation de la jeune fille, il retira ses vêtements un à un, ne gardant plus que son maillot de bain, oubliant sa pudeur et les multiples tâches de rousseur qui parsemaient son corps pour le bien de cette amitié naissante.

Ni une, ni deux, il se jeta à l'eau avec la forte conviction de se retrouver debout sur une planche dans les minutes qui suivraient. S'allongeant maladroitement sur l'engin, il se mit à pousser des bras de toute ses forces pour réaliser au bout de quelques minutes qu'il s'y prenait mal et qu'il n'avait pas bouger d'un pouce depuis le début. Plutôt que d'aller vers les grosses vagues il se résigna à regarder vers la plage et à d'abord se laisser porter par des petites vagues. Malgré tout, l'exaltation était grande et il se mettait à hurler de bonheur à chaque fois que sa planche subissait les poussées. Il s'essayait même à attirer l'attention de son oiseau à l'aide de grands signes de bras qui restaient sans réponse.

Avec le courage dans grands dresseurs, il essaya de se redresser sur la planche pendant une énième glissade en bord de sable. Alors qu'un de ses genoux touchait encore sa planche, cette dernière fut stoppée net lorsque l'aileron toucha le sable projetant l'apprenti surfeur la tête la première dans le sable. Non seulement il avait mal mais en plus cela pouvait se voir puisque son nez s'était mis à saigner. Faisant de son mieux pour empêcher ses larmes de couler, il se tourna vers sa coach et la salua d'un geste de la main lointain.

Merci pour tout Coach ! Je tâcherai de m'entraîner mais je pense que je devrai rentrer ! À bientôt !

Il ramassa ses vêtements et repartit en courant vers son dortoir laissant reprendre ses jérémiades que Mouche était dorénavant le seul à subir. Mais le souvenir de cette matinée restait heureux et il restait sur le sentiment d'avoir tissé un lien sincère avec quelqu'un.

Et voilà, terminé ! On s'en refait un au plus vite o/




.MIA  CLARKE
Adèle Faust
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t422-adele-faust-givrali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t425-adele-faust-g-i-v-r-a-l-i#2940
Région d'origine : Hoenn
Âge : 13 ans.
Niveau : 20
Jetons : 949
Points d'Expériences : 391
Hoenn
13 ans.
20
949
391
pokemon
Hoenn
13 ans.
20
949
391
Adèle Faust
est un Coordinateur Mode

Le petit-fils de Darkrai se désapa à la vitesse de l’éclair révélant son corps maigrichon de garçon en début de croissance. Adèle loucha sur l’épiderme pâlichon et la forme carré de ses épaules, imaginant méthodiquement quelques étoffes épouser et mettre en relief les lignes de cette anatomie. Une claque mentale lui rappela que si elle ne se magnait pas un peu, elle allait finir la dernière à l’eau. Précipitamment, la demoiselle agrippa l’étoffe de sa robe pour s’en extirper manquant de faire péter les deux ou trois boutons du col. La fillette fut en culotte de bain rouge à pois blancs en peu de temps. Son acolyte s’empressait déjà de rejoindre les vagues. Pressée par la perspective d’être deuxième, la brune accéléra et se jeta planche en avant dans l’étendue saline. Le bois usé et gravé frappa sèchement la surface éclaboussant sa cavalière qui glapit au contact des gouttes gelées. La Faust songea pendant un bref instant à retourner se cacher derrière les rochers loin de ce bac à glaçons que représenter la mer, mais le corps déjà bien trempé de Nemo la fit changer d’avis. Si l’élève le pouvait, alors le Coach le devait. Elle plongea en grimaçant ses bras dans le liquide pour progresser comme elle avait vu des athlètes le faire dans la télé. Ses yeux étaient fermés pour oublier la sensation désagréable qu’un Blizzaroi était en train de lui souffler dessus. Grave erreur.

Quelques secondes plus tard, une vague coquine et un peu plus insolente que ses comparses retournait son embarcation et achevait de détrempé sa silhouette. Le cri à la fois surpris et transi que lâche la bourgeoise valait au moins un bon millier de jetons. La pauvre enfant ressemblait à ses petits Ponchiot restaient enfermés derrière la porte un jour de pluie. L’eau lui paraissait moins froide ensuite. La Givrali s’arma de courage et commença à « surfer » avec un peu plus d’application. Il lui fallut bien une dizaine de minutes pour résister au malheureux mètre que pouvait atteindre certaines vagues et encore plus de temps pour se hisser sur les genoux d’abord puis, enhardie par une victoire sur la grande bleue, se mettre debout. Son corps malingre tout entier trembla dans cette position où l’équilibre précaire se résumait à la conviction de l’équilibre du sportif. Pour se donner la détermination nécessaire, la confectionneuse fixait le rouquin qui se débattait comme elle pour dominer l’océan. S’il y parvenait, alors elle aussi. Sept secondes et l’océan lança l’assaut décisif. L’éminence d’eau souleva la planche et Adèle tint bon, au début du moins. Son pied gauche – normal me direz-vous – lui fit défaut et l’eau bondit sur l’occasion. La planche fut retournée et balancée sur la rive, pendant que le corps d’Adèle se faisait recracher dans le sable.

Le sable avait un gout infect. Indiscutablement. Pourtant la Faust sortit son visage du sol en riant – et en crachant de la salive mêlée de grains aussi. Nemo avait la face pleine de rouge, un peu comme si sa mamie prise d’une violente crise d’embrassades avait bavé tout le tube de rouge à lèvres sur sa face. Cette vision accentua les pouffements de la brune qui ne valait de toute façon pas beaucoup mieux avec son sourire ensablé et le raie de bave à la commissure de ses lèvres. Il lui adressa un signe de main large et la fille comprit. C’était fini. Il partait. Le sentiment amer de la peur de ne pas le revoir l’étreint, fit naître un tourment adorable sur ses traits plissés de contrariété. Elle leva aussi sa main avec plus de réserve, cherchant un peu d’assurance pour faire bonne figure.

« Ouais ! N’oublie pas de t’entraîner Nemo ! Sinon je serai obligée de reprendre ta médaille ! »

Et elle regarda cette chevelure diabolique s’éloignait, un oiseau le torpillant d’exclamation. Finalement, le soulagement la gagna et elle se laissa tombe sur le sable. Gollum vint bruyamment – il ne savait pas le faire autrement de toute façon – la rejoindre et lui chatouilla la nuque de son souffle précipité. La brune rit en se tortillant, la tête ailleurs. Elle le reverrait, après tout, on revoit ses amis.


[Terminé ! A très bientôt alors ;D]
pokemon
Contenu sponsorisé
est un
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum