Connexion
Pokemon Community :: Archives :: Les Archives :: Année 1

Pokemon adala community

« J’ai juste envie de profiter de cette soirée, et de ce nouveau début de vie… Même si je sais que je ne suis pas encore au bout de mes surprises. »
en savoir plus ?
« Cette mission est déjà un calvaire, alors stp essaie de pas la rendre encore pire, ça m’arrangerait. »
en savoir plus ?
« Je ne suis pas sûr qu’il soit l’heure de distribuer de l’eau bénite, nous savons déjà tous que vous êtes un ange Ranya, mais je suis touché de votre bénédiction. »
en savoir plus ?
« Je me déteste. Je me déteste de toutes mes forces. »
en savoir plus ?
« C'est un fantôme que tu enlaces, Faulkner. »
en savoir plus ?
Le soleil tape. Les gens hurlent. Il en a marre. Ce n’est pas un tournoi. C’est un poisson d’avril.
en savoir plus ?
« Il est beau... Tu en as de la chance... »
en savoir plus ?
Le Deal du moment : -37%
Fire TV Stick Lite avec télécommande ...
Voir le deal
18.99 €

Anonymous
pokemon
Invité
est un Invité

Assise dans le siège du passager de notre voiture de location, je jetais des regards en coin à mon père, m’interrogeant toujours. Nous n’étions pas restés très longtemps à Vaguelone et cela n’était pas pour me plaire. Ce n’était pas par hasard que plusieurs y faisaient construire de somptueuses villas et, si je n’avais pas déjà ce séjour prévu à l’île Cobaba, j’aurais sans doute bataillé pour rester plus longtemps. Mais, présentement, ce qui me dérangeait le plus c’était qu’il était allé voir sa vieille connaissance sans moi afin d’ausculter un Pokémon. À qui ce patient pouvait-il appartenir pour que  même à moi il n’en dise rien? Surprenant mon regard, mon père étouffa un rire, prenant un air un peu découragé alors que je détournai vivement le regard, gênée d’avoir été prise la main dans le sac.

- Au lieu de penser au passé, pense un peu à ce qui nous attend encore.

Je poussai un soupir, un peu abattue. Distraitement, ma main effleura mes pokéballs, les unes après les autres, bien attachées à ma ceinture. J’avais pris l’habitude de toujours garder un compagnon hors de sa balle pour me tenir compagnie et donc il m’était étrange de ne pas en tenir un dans mes bras ou de ne pas en avoir un de perché sur l’épaule.

- Je préférais la plage quand même. Je comprends que tu veuilles rendre visite à une de tes anciennes élèves, mais tu aurais pu le faire après que je sois repartie quand même!

Il esquissa un simple sourire et ne me répondit pas, amusé de ma conduite. Pour lui, j’étais encore sa petite fille et il trouvait le moyen de se divertir de chacune de mes réponses, ce qui avait parfois le don de m’agacer un peu, bien que jamais sérieusement. Un léger silence s’installa, mon père ne croyant apparemment pas nécessaire de m’expliquer le fond de sa pensée. Je lui demandai donc la permission de mettre de la musique, ce qu’il accepta bien évidemment. Puis, j’ouvris mon iPok afin de voir si j’avais un message. Toujours rien de la part du blond des Noctali en tout cas. Je poussai un léger soupir, j’aurais peut-être du lui demander son numéro au lieu de juste lui laisser le mien. Remarque, s’il ne m’avait rien envoyé, c’est surement qu’il n’aurait pas non plus aimé que je lui écrive peut-être bien? Et puis pourquoi étais-je en train de penser à lui? De toute façon j’allais le revoir une fois sur l’île Cobaba, comme n’importe lequel de mes autres amis rencontrés à la Pokémon Community. Je n’allais pas commencer à le traiter différemment des autres quand même! Satané blond. Aller, il y avait d’autres gens que j’avais encore plus hâte de revoir, comme Ruby. D’ailleurs, rien ne m’empêchait de lui envoyer un message pour prendre de ses nouvelles et me renseigner sur le déroulement de ses propres vacances. Après tout, selon ce que j’avais compris, elle avait eu la chance de se trouver un compagnon de route plus original que son père. Je lui écrivis donc un cours texto, prenant bien la peine de ne pas faire de fautes, contrairement à d’autres.

Salut, c’est moi! On va bientôt arriver à Arabelle et tout se passe bien, mais j’ai encore rien capturé. J’ai hâte de te revoir à Cobaba pour te raconter mon voyage et que tu me racontes le tiens. Et j’ai aussi hâte d’en apprendre plus sur ton compagnon de route Wink Prends soin de toi, bises, Estelle.

Envoyer. Je regardai l’écran de mon iPok un petit moment, tapant du pied. Non, toujours rien. Le temps défilait, mais aucune réponse. Me résignant, j’ouvris donc l’application « FlappyRoucool » et appuyai régulièrement sur l’écran pour le faire battre des ailes, évitant ainsi des tuyaux verts. Après de nombreux essais, aucun ne dépassant la trentaine, je rangeai finalement l’appareil technologique, notre destination n’étant plus très loin maintenant. Mon père ralenti un peu et j’éteignis la musique dont nous n’allions plus avoir besoin pour très longtemps de toute manière. Il était maintenant temps de trouver la bonne adresse, ce pour quoi j’étais censée l’aider. Gardant l’œil bien ouvert, nous finîmes par trouver la bonne rue et, peu après, la bonne maison. À en juger par la rutilante moto noire, soit les gens qui étaient là aimaient profiter des chaudes journées d’été en roulant à grande vitesse, soit nous n’étions pas les seuls visiteurs. La voiture s’arrêta et nous descendîmes, refermant les portières derrière nous. J’allais, par réflexe, récupérer mes effets lorsque mon père me fit signe d’attendre, m’invitant plutôt à le suivre à l’intérieur. Son visage laissa transparaître un brin d’inquiétude, ce qui me poussa à hausser un sourcil. Jamais je ne l’avais vu arborer une telle expression, bien que je me dis qu’il devait porter la même lors d’interventions difficiles. Déglutissant, je le suivis dans l’allée, entendant une voix énervée me parvenir de l’intérieur alors que quelqu’un venait de fermer un rideau avec véhémence. Quelque chose clochait, c’était une évidence, me dis-je alors que mon père ouvrit la porte et que je pu finalement entendre.

- …qu’ils venaient ici et pourtant, tu m’as même pas avertie!
- Je pensais que ça te fe—
- Ta gueule! T’as pas pensée à ce que je voulais du tout, sinon tu l’aurais su bien avant de faire une connerie pareille. Je vais te laisser t’amuser avec ta nièce chérie, moi j’me casse.

J’avais suivi l’échange de derrière mon père, tentant de me hisser sur la pointe des pieds pour voir les détrices des deux voix impliquées. Toutefois, quand la voix agressive de la jeune femme parla de nièce, je me figeai sur place. Pourtant la seule sœur qu’avait mon père vivait à Jadielle. D’ailleurs, elle était aussi la mère de Victoire, ma cousine, mais je l’aurais su si elle avait déménagé. Plus qu’une seule solution possible. Cette « ancienne élève » de mon père serait donc la sœur de ma mère? Je reculai d’un pas sous le choc, sentant momentanément mon souffle se couper. Moi qui n’avais jamais connu ma mère, j’avais donc une tante?! Peut-être savait-elle où demeurait ma mère? Et cette jeune femme, celle que je n’avais pas encore pu voir, qui était-elle? Le mystère serait peut-être bientôt résolu puisque des bruits de pas énervés se dirigèrent vers nous et que mon père libéra sans attendre le chemin pour la furie qui ne pensait qu’à fuir.

Je vis sa silhouette se découper dans le cadre de la porte. Grande, possédant des courbes qui feraient envier n’importe qui, portant un jeans, un blouson de cuir, de hautes bottes du même matériel et un casque de moto noir sous le bras. Pour conclure le tout, elle portait de petits gants noirs et des pokéballs à sa ceinture. Je n’eu pas le temps de les compter, mais elle devait en avoir cinq ou six. C’était une dresseuse expérimenté, aucun doute là-dessus, la simple aura qu’elle dégageait interdisait tout scepticisme. Sa longue chevelure rose ondulait avec ses pas, presque férocement et ses yeux turquoise me regardèrent avec un profond dédain alors qu’elle me jaugea de haut. Son attention sembla d’ailleurs s’arrêter sur ma chevelure et, durant un instant, je me demandai si mes repousses étaient visibles. C’était ridicule, ma teinture avait été faite moins d’une semaine plus tôt, pour le début des vacances. Alors elle savait que ce n’était pas ma couleur naturelle?! Qui donc était cette fille? Chose certaine elle avait l’air trop jeune pour être ma mère. Une cousine peut-être?

- Hey, soit une gentille fille et pousse toi.

Je baissai le regard, soudainement très gênée alors que je réalisai que je lui bloquais le passage. Intimidée, j’imitai donc mon père, lui libérant le passage et la regardant alors qu’elle s’éloigna d’une démarche confiante et, surtout, pressée de partir. Bientôt, elle allait enfourcher sa moto et je ne la reverrais peut-être plus jamais. Qui sait, peut-être elle savait ce qui était advenu de ma mère? Prenant mon courage à deux mains, je la rejoignis, me plantant devant elle avec un air décidé, me jetant à l’eau.

- Qui… qui êtes-vous?

Son regard aussi froid que la glace défia le mien. Elle me testait, voulait voir jusqu’à quel point ma résolution était solide. Voyant que je ne flanchais pas, un sourire sembla étirer quelque peu ses lèvres et le soulagement m’envahi. Peut-être qu’elle n’était pas si méchante finalement? S’il y avait un prix pour les gens qui parlent trop vite, je serais au moins nominée, c’est garanti. Déposant son casque sur la moto, la jeune femme jeta un regard en coin à mon père qui, contrairement à ses habitudes, restait en retrait et observait la scène aux côtés de celle qui était supposément ma tante. Voyant qu’il ne comptait pas intervenir, elle se tourna vers moi de nouveau.

- Voilà ce qu’on va faire, un combat Pokémon. Un contre un, un seul round. Si tu gagnes, je répondrai à toutes tes petites questions. Si je gagne, tu ne sauras absolument rien de moi. Tu embarques?
- J’embarque.

L’inconnue sourit de plus belle et prit place sur sa moto avant de me tendre le casque. Idiote comme je suis, je restai figée là à la regarder, sans comprendre ce qu’elle attendait de moi. Je regardai le casque, son regard vibrant qui se faisait de plus en plus inquisiteur, la moto, encore le casque. Ne me dites pas que…

- T’attends quoi? On va quand même pas faire ça en pleine ville. Je t’emmène sur la route 1, on aura plus de place.

Et c’est ainsi que je fis mon premier tour de moto. Cramponnée à la femme aux cheveux roses, son casque bien encré sur ma tête, je n’étais pas très très à l’aise. Heureusement, j’étais du genre à m’adapter rapidement et, lorsque nous gagnâmes la route, j’étais déjà prête à traverser encore des kilomètres comme ça. Enfin, ça c’est ce que je me disais pour retrouver contenance. Le véhicule s’immobilisa et elle mit le pied au sol alors que le moteur s’éteignit. Nous pouvions maintenant nous mettre en place pour le combat, perspective qui me réjouissait d’avance. Ce serait mon premier combat contre un autre dresseur. C’était ma chance de mettre en œuvre les choses que j’avais apprises et de faire honneur à la Pokémon Community. C’était un peu stressant quand même, surtout que mon adversaire ne manquait pas de confiance. Mais bon, si elle me sous-estimait assez, cela conduirait peut-être à sa défaite. Et puis, il ne fallait pas oublier que notre école produisait d’excellents dresseurs, comme Allen par exemple. Je me souvenais encore de ce combat et de la façon dont il avait fait évoluer son Onix devant la foule endiablée. Pas un seul instant il n’avait eu l’air de douter de sa personne. Il était resté en contrôle de la situation tout au long de la performance. Si lui pouvait le faire, pourquoi pas moi? Je devais m’armer de la Allen-attitude et, comme ça, j’étais certaine de gagner!

- Bonne chance, je vais essayer de ne pas trop faire de mal à ton pauvre Pokémon.
- Bonne chance à toi aussi. Je ne crierais pas victoire trop rapidement si j’étais toi!

Puis, ma main vint se refermer sur la balle d’Ouji-sama. J’aurais peut-être du envoyer Ash à la place, mais ce combat avait quelque chose de symbolique, je le sentais. Mon starter devait mener l’assaut, il ne pouvait en être autrement. C’est via mon petit prince que j’allais pouvoir lui faire comprendre tout le chemin que j’avais parcouru depuis mes débuts en tant que dresseuse. Le petit Vipelierre sortit de sa balle avec élégance, puis s’arma d’un air déterminé et campa sur ses positions, attendant avec moi de voir quel serait le choix de notre adversaire. Elle jaugea mon camarade du regard, porteuse d’un sourire en coin. Vu la façon dont son regard s’adoucit, je ne pu m’empêcher de me demander si elle le trouvait mignon. Si ça avait été un concours je ne dis pas, mais ça c’était un combat! Nous devions inspirer le respect, la crainte au mieux. Pas…ça. Sa propre main se mit alors en mouvement, agrippant une balle de façon naturelle, instinctive. Toute la banalité du geste fut suffisante pour me faire ressentir l’expérience qu’elle possédait. Je fronçai les sourcils, me concentrant d’avantage. Ce combat n’allait pas être facile.


La balle fut lancée avec force et confiance avant d’aller rejoindre le sol, là où elle s’ouvrit. Un rayon de lumière rouge s’en échappa, traçant la silhouette d’un Pokémon bien plus imposant que mon Snivy. Je me figeai de stupeur alors qu’il se matérialisa et que je ne reconnu que trop bien le Pokémon se tenant devant moi. Un Gengar! Surplombant mon compagnon de toute sa hauteur, son regard cramoisi et brillant rayonnait d’un éclat malsain. Son sourire s’étira, dévoilant sa dentition et donnant à la créature déjà effrayante un air malin. Il semblait ravit de pouvoir combattre et son adversaire ne l’inquiétait pas le moins du monde, au contraire. Ouji-sama recula d’un pas, intimidé. Il tourna son regard vers moi, cherchant mon support. Nous allions devoir nous battre contre ça. En même temps, à quoi m’étais-je attendu? Ce n’était pas parce que tous mes Pokémon étaient petits et qu’ils n’avaient pas évolué que s’en était de même pour ceux des autres. Je n’étais dresseuse que depuis quelques mois, je n’avais que peu d’expérience et je n’avais jamais mené un réel combat contre un autre dresseur. Je sentis mes mains devenir moites, mon cœur battre plus vite et ma tête tourner un peu. Il était encore temps de faire marche arrière avant que mon Vipelierre ne soit blessé, non?

Tu veux aller voir, Estelle?

Je relevai le regard vers Ouji-sama et nos iris se croisèrent. Il attendait toujours, attendant de voir quelle attitude il devait adopter. Voyant que je reprenais mon aplomb, il esquissa ce qui ressemblait à un sourire et se retourna vers l’adversaire, se redressant autant que possible, bombant son petit torse et se préparant à faire ce qu’il faisait le mieux, être génial. Je devais lui faire confiance, je devais lui laisser sa chance de faire ses preuves comme on m’avait laissé la mienne. Nous étions une équipe, nous pouvions tout traverser. C’est grâce à lui que, dans ma seule et unique sortie capture, j’avais réussi à faire deux prises au lieu d’une. C’était à ses côtés que j’avais participé à un concours de beauté. Nous n’avions toujours pas les résultats, mais ça ne comptait que très peu au bout du compte. Les spectateurs avaient adoré notre performance. Nous avions excellé et ce, dans tout ce que nous avions entreprit jusqu’à maintenant. Pourquoi est-ce que les choses seraient différentes maintenant?

- Il est temps d’en finir.

Murmurais-je pour moi. Dommage que je n’ai pas de lunettes de soleil à portée de la main. Je campai sur mes positions, dardant mon regard marron vers les iris turquoise de la jeune femme que j’allais bientôt affronter. Elle avait attendu patiemment, m’observant traverser toutes ces différentes étapes. Je n’étais peut-être pas des plus confiantes, mais j’avais l’espoir. C’était l’occasion rêvée de connaître ma valeur, moi, petite dresseuse qui enchaînait faux pas par-dessus faux pas. Voyant que j’étais prête, mon adversaire à la crinière rose me fit signe de commencer. Sa confiance allait lui coûter cher!

- Commence avec Ligotage et enchaîne avec Phytomixeur!

On nous offrait la première offensive sur un plateau d’argent, nous devions frapper fort. C’était tel que la jeune femme demeura sur place, bras croisés, son sourire confiant toujours imprimé sur son visage. Elle ne donna aucune indication à son Pokémon qui se contenta de suivre le Snivy des yeux, son sourire se faisant plus large encore, comme un écho de celui de sa dresseuse. Le doute s’installa en moi et donc probablement en mon compagnon également. Comptaient-ils donc simplement ignorer nos attaques?! Certes, elle ne nous prenait pas au sérieux, mais il y avait quand même une limite. Son Gengar allait peut-être être blessé par ces attaques! Pourtant, il demeura sur place, patient alors que l’attaque Ligotage sembla ne rien lui faire du tout. Mon regard s’agrandit de stupeur et le petit prince s’arrêta un instant dans son mouvement, mais enchaîna néanmoins via l’attaque que je lui avais dit d’employer. Le spectre sembla se préparer à encaisser, campant d’avantage sur ses positions alors que les feuilles vinrent le lacérer. Néanmoins, les dommages étaient ridiculement dérisoires. Si nous voulions lui causer de réels dégâts ainsi, nous allions devoir employer la même attaque de nouveau au moins quatre ou cinq autres fois. Quel était ce monstre?!

- T’es une imbécile ou tu le fais exprès? Les attaques de type normal ne font rien aux spectres. Mais ce n’est pas tout, Gengar est de double type, c’est également un Pokémon poison, ce qui minimise l'effet des attaques de type plante. C’est bien ce que je croyais, tu es comme toutes les autres à penser que vous êtes les meilleurs juste parce que vous avez suivit un cours ou deux, mais dans les fait tu n’es qu’une dresseuse de pacotille. Je parie que tu n’as même pas de potions sur toi pour soigner ton Vipelierre et pourtant, tu l’as envoyé se battre. Tu me fais perdre mon temps! Retourne brailler dans les bras de ton père et arrête de te prendre pour ce que tu ne seras jamais! Hadès, Onde Folie suivit de Représailles, puis achève-le avec Poing Ombre!
- Ouji-sama!!

Mais le petit Vipelierre ne réagit pas asse vite et fut frappé de plein fouet par l’Onde qui le laissa confus au sol. L’ennemi n’allait pas s’arrêter là, il avait reçu des ordres et comptait bien les appliquer jusqu’au dernier, enchaînant donc avec une technique qui envoya valser la petite plante déjà désorientée. Figée sur place, tétanisée par la peur, je savais que, même si je tentais de lui parler, mes mots ne l’atteindraient pas. Je ne pouvais plus rien faire d’autre que de le regarder se faire vaincre sans la moindre pitié. Mon visage se décomposa alors que frappa finalement le Poing Ombre et qu’Ouji-sama alla rejoindre le sol, tentant de se relever de peine et de misère. Sans plus réfléchir, j’accouru à ses côtés. Il était encore conscient et dans les faits nous n’avions pas perdu, mais mon geste était synonyme d’abandon. Je le serrai dans mes bras et il se débattit un peu, toujours confus. Doucement, je lui caressai la tête et lui parlai jusqu’à ce qu’il revienne finalement à lui et s’abandonne dans mes bras, affaibli par cet affrontement violent. Je relevai les yeux, juste à temps pour voir la jeune femme rappeler son compagnon.

- J’espère que tu as compris maintenant. Et tel que convenu, j’ai plus rien à te dire.

Sur ce, la gagnante se dirigea vers sa moto sans m’accorder un seul regard de plus. Elle reprit son casque, démarra et disparu en laissant un nuage de poussière derrière elle. Toujours agenouillée, serrant mon starter dans mes bras, je baissai la tête, me mordit la lèvre inférieure et fermai hermétiquement les yeux alors qu’une larme d’impuissance vint rouler sur ma joue.

***

Nous étions le lendemain matin. J’avais ramené Ouji-sama en ville à la course et mon père s’était occupé personnellement de ses blessures à l’aide de son Leuphorie et de sa trousse de premier soin qui ne le quittait jamais. J’avais accepté de lui confier ma petite plante verte et j’avais discuté un peu avec ma tante devant un somptueux déjeuner qui ne me faisait pas envie. L’ambiance était au malaise et la seule chose que j’appris vraiment de cette dresseuse à moto, c’était son prénom. Jamie. J’avais d’autres questions, mais je n’osais les poser. J’avais perdu le combat et, avec lui, le droit d’avoir des réponses à mes interrogations. Mais pourquoi agir ainsi envers moi? Pourquoi semblait-elle me détester autant? Que s’était-il passé pour qu’elle me dise de telles choses? Et, surtout, savait-elle où se trouvait ma mère?

Hantée par toutes ces questions, j’étais retournée sur les lieux avec mes autres camarades, laissant mon petit prince se reposer. Trouvant un point d’eau, je retirai mes sandales et trempai les pieds dans l’eau, laissant Ash et Spark sortir de leurs balles respectives pour profiter un peu de la journée. Tous deux me regardèrent avec un air interrogateur, inquiets de l’absence de leur compagnon. Malheureusement, je n’avais rien à leur répondre et ils demeurèrent donc à mes côtés en guise de support moral. J’esquissai un faible sourire pour les remercier et, dans ma poche, une vibration m’annonça la réception d’un message. Ouvrant mon iPok, j’entamai la lecture du message de mon amie Ruby.

Hello ! Pour ma part, je suis chez moi à Volucité et je pars bientôt pour Méanville. Je vais visiter le Château Enfoui avec ma mère, ça va être génial ! Et pour le reste, tu verras ça en temps et en heure ! >///< Je vais prendre des photos de toute façon, je t'en enverrai au plus vite ! Cia ! <3

L’entrain de mon amie des Pyroli était contagieux et, cette fois, mon sourire se fit plus sincère. Je n’avais rien à lui raconter dans l’immédiat, mais je comptais bien le faire. Toutefois, hors de question de lui partager ma défaite, et mes découvertes, via message texte. Non, je devais plutôt lui envoyer une bonne nouvelle. Je devais réussir à la faire sourire moi aussi et je devais avoir un nouveau compagnon de choix à lui présenter lorsque nous nous retrouverions sur l’île Cobaba! Là n’était pas le moment de me laisser abattre, surtout que nous semblions avoir attiré l’attention d’un petit curieux puisqu’une ombre sembla bouger, non loin de moi. Sortant les pieds de l’eau, je fis signe à Spark qui se prépara à l’assaut.

- Utilise Éclair!

Le rongeur électrique s’exécuta, ciblant la position approximative du Pokémon. Il semblerait que l’attaque ait porté ses fruits puisque le poisson, furieux, bondit hors de l’eau avant d’y replonger, sans doute en guise de protestation. Pour son plus grand malheur, toutefois, j’étais fin prête à l’intercepter et ainsi lançais-je sur lui une Hyper Ball. J’allais le capturer, j’allais rendre fier de moi mon père et tous mes amis de l’académie. Mais, surtout, j’allais faire ravaler ses paroles à Jamie. Plus jamais, au grand jamais, n’allais-je devoir courir jusqu’à mon petit prince à nouveau. Jamais.



HRP :
[Lancer une Hyper Ball sur Barpau]


Dernière édition par Estelle Highwind le Mar 8 Juil - 20:59, édité 2 fois
Sir Trouille
Icon : [CAPTURE] A new challenger appears | Terminé CeOUB4f
Région d'origine : -
Âge : -
Niveau : 0
Jetons : 0
Points d'Expériences : 13090
[CAPTURE] A new challenger appears | Terminé CeOUB4f
-
-
0
0
13090
pokemon
[CAPTURE] A new challenger appears | Terminé CeOUB4f
-
-
0
0
13090
Sir Trouille
est un PNJs
Tadam ! Barpau est capturé ! Tu peux dès à présent écrire ton post de clôture, et rajouter les informations de ton nouveau compagnon sur ta T-Card ! Le choix du sexe, de la nature et du surnom sont entièrement libre. Merci d'avoir participé ! N'oublie pas d'indiquer [Terminé] dans le titre de ton topic.
[CAPTURE] A new challenger appears | Terminé 349

Il te reste 3 Hyperball.
Anonymous
pokemon
Invité
est un Invité

La petite sphère heurta le pokémon poisson qui fut aspiré dans un rayon de lumière rouge. Je me préparais d’avance à regarder nerveusement l’hyperball bouger de gauche à droite, mais n’en eu pas le loisir. Splouush. Je tombai des nues, mes yeux s’agrandissant avec une stupeur toute caricaturale. Bien sur, je m’attendais à quoi? La balle n’allait pas revenir magiquement dans ma main et même en agitant mon iPok et en criant « accio pokéball », ça n’allait rien changer à la situation. Maintenant, je ne pouvais même pas savoir si la capture était un succès ou pas. Si c’était un échec ce ne serait pas trop grave, mais si j’avais réussi et que je ne récupérais pas cette pokéball, ce poisson allait demeurer coincé à l’intérieur très longtemps… Hors de question de laisser une telle chose se produire, me dis-je en laissant mon œuf aux côtés de mes deux compagnons. J’y laissai également mon iPok et tous mes autres effets susceptibles de ne pas résister à l’eau. Dans ma tête, j’avais l’impression d’entendre une voix me narguer, une voix de dresseuse au sourire d’Ectoplasma. « Quoi, tu as lancé ta balle sans même prendre en compte l’eau? T’es encore plus bête que je croyais ma parole! » Je fronçai les sourcils, n’ayant pas une minute à perdre avec les regrets. Oui, j’étais nulle comme dresseuse. Oui, Jamie aurait bien le droit de dire qu’il aurait été mieux pour ce Barpau de demeurer sauvage et elle aurait probablement raison. Malgré tout, je ne pouvais plus reculer et je ne comptais pas le faire. Tous mes autres compagnons étaient heureux avec moi, non? Je ne serais probablement jamais une grande dresseuse, je ne serais sans doute qu’une éleveuse de seconde zone et une coordinatrice sans rubans, mais il y avait quelque chose que personne ne pourrait m’enlever. Mes Pokémons seraient heureux avec moi, ils seraient en santé et ils auraient la chance de s’épanouir, à mes côtés. Je sautai, m’enfonçant dans l’eau fraîche à la recherche de ma balle.

Je fermai au départ les yeux, mais du les ouvrir pour espérer retrouver mon futur camarade. Enfin, si la capture avait réussi. Je scrutai les environs, retenant ma respiration et luttant pour ne pas être emportée par le courant. Je vis, plus loin, un Magikarp qui nageait en cercle, puis fonça sur une cible invisible en lui donnant un coup de nageoire. Plissant les yeux, je reconnu ce que je cherchais, une balle bien close et aucun Feebas dans les alentours. Alors j’y étais parvenu? Raison de plus pour aller le récupérer au plus vite! Mais avant cela, je remontai à la surface en quelques battements de pieds afin d’y reprendre mon souffle. Une fois cela fait, je plongeai de nouveau, direction le gros poisson rouge et la petite balle. Mais, d’ailleurs, je ne la voyais plus?! J’augmentai le rythme et, alors que la carpe fit volte face, remarquai la balle bien ancrée au coin de sa bouche. Nageant dans la direction inverse, il passa sous moi, m’ignorant complètement. On était en train de me voler mon Pokémon! Hors de question de laisser passer ça sous mon nez! Heureusement, ce magikarp était plutôt bête, il essayait d’aller à contre courant et j’étais plus motivée que jamais. Allongeant les bras et battant l’eau des pieds, je réussi à refermer mes mains sur une de ses nageoires, me tractant ainsi vers lui alors qu’il tentait de se débattre. Si vous pensez que faire du rodéo c’est compliqué, rester accrochée à un pokémon eau, sous l’eau, et lutter en même temps contre le courant d’une rivière, c’est encore pire. Heureusement, dans la mêlée il laissa échapper la balle que je pu récupérer. Cela fait, je le laissai partir et remontai à la surface au plus vite, pour ne pas manquer d’air. Lorsque j’émergeai finalement, je réalisai que j’avais fait beaucoup de chemin sous l’eau. Atteignant le rivage, je m’y hissai de peine et de misère avant de me laisser tomber sur le dos et de reprendre mon souffle. Dans ma main, je sentais le poids de ma balle, plus lourde qu’auparavant. J’avais réussi. Seule, épuisée et trempée jusqu’au os, je me mis à rire.  
pokemon
Contenu sponsorisé
est un
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum