Connexion
Pokemon Community :: Archives :: Les Archives :: Année 1

Pokemon adala community

« J’ai juste envie de profiter de cette soirée, et de ce nouveau début de vie… Même si je sais que je ne suis pas encore au bout de mes surprises. »
en savoir plus ?
« Cette mission est déjà un calvaire, alors stp essaie de pas la rendre encore pire, ça m’arrangerait. »
en savoir plus ?
« Je ne suis pas sûr qu’il soit l’heure de distribuer de l’eau bénite, nous savons déjà tous que vous êtes un ange Ranya, mais je suis touché de votre bénédiction. »
en savoir plus ?
« Je me déteste. Je me déteste de toutes mes forces. »
en savoir plus ?
« C'est un fantôme que tu enlaces, Faulkner. »
en savoir plus ?
Le soleil tape. Les gens hurlent. Il en a marre. Ce n’est pas un tournoi. C’est un poisson d’avril.
en savoir plus ?
« Il est beau... Tu en as de la chance... »
en savoir plus ?
Le Deal du moment : -44%
REALME C21 64 Go Cross Black
Voir le deal
109.91 €

Cleve Carter
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t253-cleve-carter-givrali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t278-cleve-carter-givrali
Région d'origine : Johto
Âge : 15 ans
Niveau : 24
Jetons : 13113
Points d'Expériences : 770
Johto
15 ans
24
13113
770
pokemon
Johto
15 ans
24
13113
770
Cleve Carter
est un Scientifique Mécano
Les souterrains qui s’étalaient comme de longs boyaux terreux en dessous de l’académie n’étaient pas ce qui se rapprochait le plus de la définition d’un lieu « sain et recommandé » par la petite Cleve. Elle n’était pas une grande maniaque de la propreté, mais à son humble avis, l’endroit méritait clairement un petit coup de balai, en plus d’une bonne dose de désodorisant parfum Noigrume. Elle s’y était tout de même rendue parce qu’il semblait que c’était l’une des premières grandes étapes de sa vie communautaire à l’académie. Enfin. D’après les brochures, une personne était censée lui remettre son premier Pokémon, avec qui elle tisserait des liens d’amitié éternels et toutes les niaiseries mièvres qui en découlaient. Pour tout dire, Cleve n’était pas vraiment emballée par cette perspective ; les Pokémon, elle aimait bien les regarder à la télévision de temps à autres, mais les entraîner et les élever n’était pas du tout sa grande passion. Elle n’avait jamais essayé, mais passer 24h sur 24 avec un truc qui peut vous tuer de 36 000 façons différentes, non merci. Elle passait volontiers la main à quiconque voudrait la remplacer.

Malheureusement, ce n’était plus possible. Ce fut donc à contrecœur que la rousse laissa ses pas la guider jusqu’à l’antre du Collectionneur. Sur le chemin, elle essaya de se raisonner en se disant qu’un Pokémon pouvait ressembler à ces compagnons qui suivaient le héros dans les quêtes fantastiques de certains de ses RPGs. Un magnifique cheval fier et fidèle avec une paire d’ailes faites d’un mélange de plumes et de crins. Un aigle qui se poserait sur votre bras tendu et vous ramènerait une flèche perdue dans les bois. Ça c’était sa définition d’un compagnon utile. Par contre, une petite bestiole qui pouvait au choix vous cramer, vous congeler, vous électrocuter ou vous déclencher un séisme, clairement, il fallait être un brin suicidaire pour avoir signé.  Retenant un soupir, Clevie se présenta enfin devant le comptoir du  Collectionneur. Immédiatement, ses yeux mordorés s’illuminèrent d’une petite étincelle à la vue de ces centaines de Pokéballs alignées les unes à côté des autres. Grands dieux ! Elle n’était pas du tout intéressée par le contenu de ces Balls, mais elle aurait donné cher pour pouvoir toutes les démonter et les remonter. Elle s’était d’ailleurs toujours demandé ce qu’il se passerait si jamais elle bricolait une Pokéball qui contenait déjà un Pokémon à l’intérieur. Peut-être était-ce l’occasion de tenter l’expérience ?

Jetant des petits coups d’œil furtifs à droite et à gauche, Cleve sursauta brusquement lorsqu’elle vit la paire de lunette double foyer qui l’observait, à dix centimètres à peine d’elle. Elle retint un cri, mais recula précipitamment de quelques pas dans une chorégraphie particulièrement ridicule breakdance, ouh yeah !, avant de s’écraser sur l’un des murs comme un vulgaire moustique sur le pare-brise d’une voiture. Le type qu’elle supposait être le Collectionneur eut un petit rictus, ce qui donna envie à Cleve de lui décocher une de ses flèches en plein dans le crâne Dix points pour Serdaigle. Elle parvint tout de même à lui rendre son sourire, en restant un brin suspicieuse tout de même. Franchement. Se retrouver seule avec un type louche dans des souterrains. Si ses parents avaient voulu la faire disparaître sans laisser de traces, ils n’auraient pas pu trouver meilleure stratégie.

Cependant bien loin d’être un pervers glauque et psychopathe, l’inconnu qui se présenta comme étant le Collectionneur invita Cleve à répondre à son questionnaire sur son ordinateur ultra perfectionné. Non sans cesser de surveiller ses arrières (« Je sais comment ça marche, merci. Un jour on vous offre un bonbon et vous invite dans une camionnette, puis le suivant on cible vos préférences et on vous présente un ordi dernier cri. Veuillez bien croire mon bon monsieur que je ne tomberai pas dans le pi-OH MON DIEU C’EST LA DERNIERE CREATION DE LA MARQUE MEPO ! MON DIEU POUSSEZ VOUS JE VEUX L’ESSAYER ! »), la rousse s’approcha de l’ordinateur et lança le si célèbre test de début d’année. Une petite musique de jingle retentit joyeusement, et, ravalant sa salive, la jeune fille entra son nom et son prénom. Elle appréhendait un peu ce passage, surtout qu’elle n’avait rien révisé du tout. Pensant qu’il s’agissait plus d’un contrôle de connaissance qu’un test de personnalité, Cleve fut rassurée en voyant la première série de question. Souris et clavier en main, elle commença donc à remplir son questionnaire.

Derrière elle, le Collectionneur semblait toujours l’observer derrière ses grosses lunettes qui ne permettaient même pas de déterminer la couleur de ses yeux. Cleve ne lui prêta cependant aucune attention, totalement concentrée sur son test. Avec un soin tout particulier, elle répondit une à unes aux questions les plus banales (« Couleur préférée ? Non mais sérieusement, vous ne pouvez pas trouver plus original ? ») jusqu’aux plus farfelues (« Diamètre de la narine droite ? 1cm ? Hm, ça me parait raisonnable comme taille de narine. ») durant une bonne vingtaine de minutes. Puis, une fois qu’elle eut coché la dernière case de la dernière question, l’ordinateur afficha en lettres capitales un numéro qui n’évoquait rien pour Cleve, mais semblait donner une indication utile au Collectionneur.

Avec un sourire, ce dernier fit courir ses doigts fins le long d’une rangée de Pokéball, et en tendit une à Cleve. Son Pokémon. Prenant une mine de hibou constipé, la rousse ramena ses mains vers l’arrière, et osa enfin poser sa question : « Heu dites, ce n’est pas possible d’en avoir une vide ? Non parce que y’en aura peut-être pas pour tout le monde, et je préfère leur laisser mon Pokémon si jamais ils sont plus motivés. ». Sa voix devint plus faible sur les derniers mots, et elle évita soigneusement le regard inquisiteur du vieux savant fou. « Ok j’ai rien dit. » marmonna-t-elle finalement dans un petit couinement de souris inaudible, avant de prendre la Pokéball et de la glisser dans sa poche.

Baissant les yeux, elle remercia brièvement le Collectionneur, et prit le chemin inverse pour remonter à la surface. Au fond de sa poche, la chose qu’on lui avait remise s’agitait de temps à autres, comme si elle ne souhaitait que sortir de sa prison de métal. Génial. Non seulement elle ne voulait pas d’un Pokémon, mais en plus, elle avait écopé d’un monstre qui essayait de réduire en miette sa confortable demeure sphérique. Youpi.
Néanmoins curieuse quant à la nature de son compagnon, Cleve sortit la Pokéball de sa poche et l’examina un instant. De l’extérieur, l’appareil ressemblait en tous points à la Ball qu’elle avait l’habitude de démonter et remonter quand ses mains s’ennuyaient. Partagée entre l’excitation et l’appréhension, la jeune Carter appuya sur le bouton blanc central, ce qui eut pour effet de faire grossir la Pokéball dans sa main. Fascinant mécanisme qui permettait d’avoir l’air moins stupide en se trimballant avec 6 de ces beaux spécimens dans sa poche arrière de jean. Puis, prenant une grande inspiration, elle lança la Pokéball vers l’avant.

Une lumière rouge jaillit de l’intérieur de la petite sphère, et prit la forme de quelque chose qui paraissait énorme. Exécutant un mouvement de recul, Cleve vit une sorte d’imposant elle-ne-savait-pas-trop-quoi apparaître devant elle. Le Pokémon possédait des nageoires, une grosse carapace qui paraissait solide, et un long cou de girafe. Comme si ces caractéristiques n’étaient pas suffisantes pour classer la créature dans la catégorie des trucs les plus bizarres qu’il lui ait été donné de voir, le Pokémon était coloré d’un bleu canard, presque électrique.

« Oh. Mon. Dieu. » murmura-t-elle en se reculant un peu plus vers le mur, tandis que le Pokémon de près de 2m s’approchait d’elle sur ses énormes nageoires.
D’un geste tremblant, Cleve sortit son iPok de sa poche, et ses doigts appuyèrent machinalement sur la fonction Pokédex. La voix robotique de Dexter s’éleva et résonna comme un écho sur les parois du labyrinthe : « Lokhlass, le Pokémon transport. Il aime naviguer en portant des humains et des Pokémon sur son dos. Il comprend le langage humain. »

Si elle n’avait pas été totalement effrayée, Cleve aurait sans doute éclaté de rire. Un Pokémon transport ? Sérieusement ? C’était quoi cette espèce ? Encore, souris électrique, ou hérisson de feu étaient des qualitatifs plutôt normaux. Mais transport ? Retenant un sourire béat, la rousse estima qu’il n’était probablement pas recommandé de se moquer d’un Pokémon qui pouvait comprendre le langage humain. Le Lokhlass semblait pourtant ne pas prêter attention à sa description peu flatteuse du Pokédex, et observait l’humaine avec un intérêt manifeste. Tellement manifeste que la mécano en herbe jugea bon de mettre les choses au clair.
« Je ne suis pas comestible. » avoua-t-elle au Lokhlass, en fermant les yeux, comme si en arrêtant de voir le Pokémon, ce dernier ne la verrait plus non plus.
Comme pour lui répondre, le Lokhlass lâcha une longue plainte aigüe et approcha son museau de Cleve pour… lui mâchonner le haut du crâne. Apeurée en sentant la mâchoire sans dents se refermer sur sa tête, la rousse se baissa et prit les jambes à son cou, laissant l’immense créature loin derrière elle. Non, clairement. Elle allait retourner à Ecorcia coûte que coûte, quand bien même elle devrait traverser l'océan à la nage !
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum