Connexion
Pokemon Community :: Archives :: Les Archives :: Année 7

Pokemon adala community

Tu abandonnerais ce pauvre locataire démuni à son déménagement, en « empruntant » sa camionnette en plus… ? Je ne te pensais pas voleur, Josh.
en savoir plus ?
Cha-charmant… normalement c’est en mission avec Josh que je frôle la mort, pas en rentrant chez les Phyllalis.
en savoir plus ?
Je vais chuter, encore, et ça sera long, et ça sera douloureux, et t'auras pas envie d'être là. Parce que toi, tu as Aoi mais moi j'ai quoi maintenant que Maya est partie, dis-moi ?
en savoir plus ?
Ce n'est pas le parc que je souhaite anéantir...
en savoir plus ?
Mademoiselle Alézar, Pecheresse Caroline ! Où êtes-vous ?
en savoir plus ?
La triche sera permise évidemment.
en savoir plus ?
Q…. Quéééééééééééééé ?!
en savoir plus ?
Le Deal du moment : -15%
Roborock S7 Aspirateur Robot en promo chez Cdiscount
Voir le deal
509 €

Abygaëlle Keelin
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t8677-abygaelle-keelin
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t8679-abygaelle-keelin-adulte#88342
Icon : Gare aux représailles [Solo, Evolution] Yvwt
Taille de l'équipe : 14/40
Région d'origine : Unys
Âge : 24 ans
Niveau : 35
Jetons : 2733
Points d'Expériences : 836
Gare aux représailles [Solo, Evolution] Yvwt
14/40
Unys
24 ans
35
2733
836
pokemon
Gare aux représailles [Solo, Evolution] Yvwt
14/40
Unys
24 ans
35
2733
836
Abygaëlle Keelin
est un Adulte Chercheuse
Evolution - Gare aux représailles
Solo – évolution Oriana (Tylton → Altaria)
Le 8 Mars 2020.
Chère mère Maman.

Je ne prends pas souvent le temps de t’écrire depuis que je suis arrivée à Adala. J’espère que tu as reçu mes deux dernières lettres, ce sont les plus importantes à mes yeux.

Je voudrais que tu saches, avant tout, qu’aucun jour ne passe sans qu’une pensée de toi ne m’envahisse. Si tu savais comme je m’en veux, aujourd’hui encore, tu t’avoir laissé à Volucité, seule, surtout après la mort de Pap ton m Père. Je ne suis pas aussi douée que toi pour écrire des lettres, Maman, mais sache que les sentiments y sont, j’aurais vraiment voulu hériter du talent qu’est le tien. Autant pour les missives que pour la vie. J’espère qu’un jour, nous trouverons une solution ensemble pour que tu viennes visiter Adala, tu aimerais vraiment cette île, crois-moi.

Ces derniers jours n’ont pas été facile, tu sais, mais Kaia a toujours été là pour moi, comme Kali et Oriana. Récemment, j’ai découvert un pokémon que je ne connaissais pas, grâce à l’île de Calibur. C’est une Bibichut, elle s’appelle Irina. Pense à vérifier l’enveloppe, tu devrais y trouver une photo, de nous tous, prise hier. J’espère qu’elle te plaira.

Maman, j’aimerai te parler La vie n’est pas toujours f
Maman, je rentrerai bientôt, pour des vacances, comme je te l’ai souvent répété, mais j’en fais la promesse aujourd’hui. Tu me reverras bientôt, j’ai tant de choses à te raconter. Ma vie passe bien 3.582 fois plus vite depuis que je suis à Adala, je suis loin du calme plat que nous avons connu dans ma jeunesse.

J’espère que tu te portes bien, Maman, je rentre bientôt, c’est promis.
Abygaëlle.

Tu posas ton stylo, avant de prendre dans tes mains la feuille de papier où tu venais d’écrire. Tu avais les larmes aux yeux. Oui, Daphnée te manquait affreusement, mais c’était un choix que tu avais fait, c’était un choix qu’elle t’avait poussé à faire. C’était ta mère, ton ange, ta protectrice, et elle t’avait poussé hors du nid, telle une mère qui sait que l’heure est venue. D’un revers de la manche du pull que tu portais, tu essuyas tes larmes avant de plier la lettre, et de la ranger soigneusement dans une enveloppe, à laquelle tu ajoutas ladite photo. Tu ne savais pas si le plus dur était d’écrire ce que tu ressentais, ou de devoir mentir, écrire à propos de ton père, minimiser la haine que tu ressentais encore envers lui, pour adoucir le cœur de ta mère et lui faire croire qu’avec le temps, tu arrivais à pardonner et oublier. Tu rangeas la lettre dans ton sac, tu la porterais au facteur demain, sur le chemin du laboratoire. C’était dimanche, et aujourd’hui tu devais te reposer un peu.

- Kaia, tu peux me donner le document jaune ? J’en ai besoin tout de suite.

La Muplodocus hésita un instant entre le porte-document jaune, et le vert. Finalement, elle prit le couleur soleil, se souvenant de tes mots « Jaune, comme le soleil. Vert, comme l’herbe ». Elle te le tendis, un peu hésitante.

- C’est celui-là, merci.

Juste quelques secondes pour caresser la limace rose, puis tu ouvris le document d’une trentaine de page. Armée d’un crayon de papier, tu relus et tu soulignas quelques parties, avant de le refermer. Bien. Tu étais à jour. Maintenant, tu avais un peu plus de temps à donner à Oriana, ta Tylton. Elle se faisait un peu plus dynamique et pressante depuis quelques temps.

Depuis qu’Oriana avait rejoint ta petite famille, tu l’avais sentie bien discrète, malgré sa nature docile. Elle faisait vraiment bien ce que tu lui demandais, mais elle s’arrêtait là. Ca ne te dérangeait pas, au contraire, mais la petite pokémon Vol n’était pas de cet avis. Depuis quelques jours, tu prenais du temps pour elle, pour lui montrer que tu tenais à elle, même si elle en doutait.

Tu te levas de la chaise et tu laissas ton regard se balader dans la pièce. Tes yeux se posèrent sur le duvet de la Tylton, qui dormait sur une étagère. Tu te souvenais de tous tes jours avec Oriana. Ta rencontre, un peu mouvementée avec ton pokémon, et le jour où tu étais arrivée à Adala…

Oriana avait d’abord été distante et très en retrait, dans ce nouveau monde, mais au fur et à mesure que tu parcourais la ville pour la première fois, tout comme Kaia et Kali, elle s’était détendue. A voir ton visage à la fois crispé et enthousiasme, elle avait fini par devenir joyeuse. Elle s’était éloignée, tu tu avais passé trois heures à essayer de la retrouver. Ce jour-là, tu ne l’oublieras pas. C’était là que tout avait commencé. Oriana a commencé, depuis ce jour, à essayer d’être tout aussi présente que Kaia. Difficile de rivaliser avec la grande Muplodocus, surtout que c’était la première. Elle avait des années d’avance sur les deux autres pokémons. Heureusement qu’elle n’était pas aussi dégourdie qu’Oriana. Elle pouvait facilement lui piquer ce qu’elle voulait ramasser pour toi. Hélas, l’autre problème, c’était Kali. Dès les premiers jours, la Goupix d’Alola s’amusait à chasser l’oiseau dans l’appartement, et tentait de lui faire les plumes pour rire. Tu n’étais pas bien tombée, Oriana, il fallait le dire. Mais cela ne l’avait pas découragé. Tu te rappelas des autres jours, de ta première mission. Elle t’avait impressionnée, et avait surplombé Kali, qui s’était vraiment sentie inutile. Oui, mais il y avait les galeries, où tu n’avais pas fait sortir la Tylton. Sa bonne humeur s’était évaporée pour plusieurs jours. En contrepartie, elle t’avait permis d’acquérir Irina ! Le plus beau des cadeaux qu’elle avait pu te faire, c’était bien de la dénicher de son arbre. Bref. Il y avait eu des hauts et des bas, mais Oriana était bien plus affectée par les défaites que par les victoires. Oriana cherche encore sa place au sein de ta famille, Aby, voilà tout. Il faut lui laisser le temps.

Tu posas ton sac, dans lequel tu venais de glisser le document jaune, sur l’étagère, avant de lever les bras pour caresser les ailes douces de la Tylton. Doucement, tu la portas avant de la tenir contre toi. Toujours endormie, Oriana resta quelques minutes ainsi avant d’émerger de son sommeil. Tu t’assis sur ton lit, avant de commencer à t’amuser avec le duvet de la Tylton, aussi doux que de la soie. Tu étais perdue dans tes pensées, ces derniers jours n’avaient pas été simples. Oriana te regardas avant de te pincer la main, puis elle fonça sur toi pour te donner un coup de tête. Tu te laissas tomber sur le lit, tout en tenant le pokémon qui voulait visiblement te faire la peau.

- Doucement, ma grande. Qu’est-ce qu’il y a ?
- Tyyyyy ! Tyyyy ! Tylton… Tyyyy !

Oriana s’agita au-dessus de toi et commença à te donner des coups d’ailes. Tu déclaras forfait, la posant sur ton ventre, tu laissas tomber tes bras sur les côtés.

- Je t’ai emmêlé les plumes c’est ça … ?

La Tylton lâcha un « Tyyyy ! » en hochant la tête. Parfait. Maintenant elle se souciait de ses plumes. Tu lâchas un soupir amusé avant de lui accorder une dernière caresse. Tu fixas le plafond. Hier, tu étais allée en forêt, avec Oriana. Juste elle. Tu avais vraiment apprécié ce moment, et tu envisageais de t’offrir plus de temps seule avec tes pokémons. Un de tes pokémons. Un à la fois. Hier c’était vraiment sportif. Oriana n’arrêtait pas de voler partout, de branches en branches, et s’émerveillait de tout à la fois. Mais tu avais pu remarquer que lorsque quelque chose t’intéressait, elle savait attendre et observer avec toi. Une compagne de recherche sur le terrain idéale, loin de Kaia et de ton devoir de surveillance avec la Muplodocus. Oriana était un vrai soutien quotidien, aussi. Même si elle ne connaissait pas toute l’histoire. Kali elle, c’était… Aaah… Oui Kali c’était particulier. Une Alola. Un pokémon que tu avais capturé pour ta mère, devenu tien alors que tout s’était effondré dans ta vie. Kali, c’était spécial. Cette pensée t’arracha un soupir, alors que les larmes montaient.

La Tylton, qui s’endormait de nouveau, se redressa lorsqu’elle t’entendit soupirer. En voyant les larmes au coin de tes yeux, elle sautilla jusqu’à toi, et lâcha une nuée de « Tyyy ty ty tyyy » en frottant ses ailes sur ton visage. A tel point qu’elle t’étouffait. Elle te chatouillait en même temps, c’était assez bizarre, mais cela te mettait du baume au cœur. Tu finis par éclater de rire avant de pousser le pokémon. Arroseur arrosé, tu commenças à lui emmêler les plumes en les frottant vigoureusement. Vous étiez dans une véritable bataille de mains. Et jeu de mains, jeu de vilain. Ca dérapa forcément. Tu pris ton oreiller et tu le lanças sur le pokémon. Résultat, Oriana se retrouva contre le mur, écrasée par un oreiller trop gros pour sa taille. Un peu sonnée, elle continua de piailler. Tu te relevas avant de la rejoindre.

- Désolé Oriana, j’ai pas fait gaffe. Ca va ?
- Tyyy…yyyy...

Ouais bon, on va dire que « ça va, à peu près ». Tu lâchas un soupir en posant l’oreiller sur ton lit. Mais à peine le dos tourné, la Tylton revint à la charge, cette fois avec ses pattes. Elle s’accrocha à tes cheveux et commença à faire le plus de bordel possible. Elle agita les ailes tout en agrippant les mèches qu’elle pouvait. Raaaaaah ! Sale petite garce. Tu essayas de l’attraper, mais en vain. Dernière solution, tu te jetas sur ton oreiller avant d’essayer de la sonner à nouveau. Ce petit jeu dura une bonne heure, heure pendant laquelle tu oublias les pensées superficielles et tes doutes. Tu ne vis même pas Kaia entrer dans la chambre, prête à demander ce qu’il se passait, et refermer lentement la porte comme si elle n’avait rien vu. Du tout. Rien. Il n’y avait rien. Elle s’en persuada, malgré les jurons, les rires et les cris qui s’échappait de la porte fermée. Une vraie volerie.

Au bout d’une heure, tu te laissas tomber sur le lit, épuisée. Tu avais mal aux bras. Mais tu n’étais pas la seule. Oriana continuait de piailler mais elle n’avait plus aucune force. Elle se posa, un peu lourdement, sur toi, et soufflas longuement, comme un ballon qui se dégonfle. Tu eus un dernier rire avant de caresser les plumes de ton pokémon une dernière fois. Docile, mais pas trop quand même, quand elle voulait quoi. Elle venait de jouer la sauvageonne, bien que disciplinée quand même, juste pour faire une bataille d’oreillers avec toi.

- Merci… Même si c’était un peu chiant, c’était agréable quand même.
- Tyyyyy.

Elle venait de soupirer à bout de force. Un merci ? Un dernier ? Une remarque ? Tu ne comprenais pas ce qu’elle disait, mais tu considéras un « de rien ». Tu te tournas sur le côté, laissant Oriana glisser contre toi. Elle vint se loger dans le creux de tes bras, et commença à te picorer le nez. Quoi encore ? Tu la poussas, signalant que tu voulais bien faire une petite sieste. Elle recommença une fois… Deux fois… Tu ne voulais pas. Tu allais encre râler quand cette fois, ce fut une vive lumière qui te força à ouvrir les yeux. Tu te redressas d’un coup, presque au garde à vous.

- Putain c’est quoi ça ?!

Oui, en temps normal, tu aurais bien pu le savoir, mais étant fatiguée comme jamais et à moitié dans le coltard, tu pris quelques secondes à comprendre, eeeet, c’était déjà trop tard. Tu ne pouvais pas prendre ton Ipok, ni faire de photo, tu restais figée devant ce qu’il se passait. Au début, ta Tylton était juste hyper lumineuse, mais peu à peu, sa forme changea, pour s’allonger, s’agrandir. Son corps-tête devin un corps rond et une petite tête perchée sur un cou fin, et ses deux ailes minces et dodues devinrent presque un anneau de duvet. Ooooh yeuuu… Trop mignonne. Non en vrai, tu avais la bouche entrouverte, incapable de dire quoi que ce soit. Et vu que tout était soudain si silencieux, Kali et Kaia se ramenèrent comme si quelque chose venait de se passer. Kali, réaction 1 : « oh putain de merde ». Eh oui, Oriana ne faisait plus 0.4m mais bien un bon mètre dix. Qui chasserait qui maintenant, hein ? Attention aux coups de bec. Kaia, réaction 1 : applaudissement. Oh oui, c’était toujours beau une évolution, mais quand c’était un pokémon proche, c’était encore plus beau.

La lumière cessa enfin, et tu peux redécouvrir Oriana, différente. Tu avais les larmes aux yeux, mais c’était des larmes de joie. Tu ne savais pas toi-même ce qui avait permis un tel miracle, mais devant cette évolution, tu ne pouvais que montrer l’effet que ça te faisait. Tu pris l’Altaria dans tes bras, comme si tu venais de retrouver une amie perdue depuis dix ans. Une grande émotion. Oriana posa sa tête sur ton épaule alors que tu la serrais contre toi, heureuse d’être bien plus que juste une boule qu’on porte, à présent. Elle étendit ses ailes avant de les poser contre toi. Premier câlin post-évolution. Elle était toujours aussi douce. Tu ne voulais même plus la lâcher, de peur que tout ça ne soit qu’un rêve. Tu en étais sûre maintenant, Oriana était le soutien moral que tu avais besoin depuis des années, la douceur qu’il te manquait, le pilier des émotions. C’était une peluche pleine d’amour et de tendresse, de celles qu’on utilise quand la vie nous montre ses plus noirs côtés. Un petit rien qui fait tout, une étincelle dans la nuit, qui promet un bel avenir. C’était ça Oriana. Et tu avais bien choisi son nom.

Après cinq minutes à l’enlacer éternellement, tu finis par la lâcher. Tu essuyas tes larmes, et tu regardas tes deux autres pokémons. Tu avais été aussi émotive avec Kaia, et deux fois. C’était toujours aussi beau et surprenant, et ça montrait que tes pokémons étaient bien avec toi. Mais tu remarquas que Kali sortit de la chambre. Tu comprenais sa réaction, mais c’était plus compliqué pour elle que pour les autres… Tu la cherchais, la pierre qui lui promettait un bel avenir, à elle. Et voir Oriana réussir là où elle n’avait pas encore eu d’occasion, c’était dur. Tu caressas une dernière fois ton Altaria, puis tu la laissas partir, voir Kaia, lui raconter son exceptionnelle expérience, et sortir, probablement voir Kali. Tu regardas Kaia, tu lui souris, avant de sortir toi aussi de la chambre. A ta grande surprise, Oriana était en train de taquiner Kali, qui avait l’air de mal le prendre, elle était vexée, c’était certain, mais elle ne tarda pas à répliquer et à glapir pour faire fuir l’immense oiseau qui prenait sa revanche. Tu souris devant cette scène, te rappelant qu’il y a une possibilité d’avenir radieux partout, et que taquiner les petits n’est pas forcément une bonne idée… Qui sait ce qu’ils pourraient devenir plus tard. Cette fois, tu sortis ton Ipok, et tu immortalisas la scène… Avec Kaia dessus, puisqu’elle s’était presque jetée dans le cadre pour faire partie de la photo. Petite note : « Bon dimanche en famille. Dédicace à Oriana, qui rend la monnaie de sa pièce à Kali. Ca promet ! ».

HRP :
Evolution de Tylton (Oriana) en Altaria !
(c) Apomenon


Fiche ~ T-Card ~ Liens & RP ~ Couleur : #422379
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum