Connexion
Pokemon Community :: Archives :: Les Archives :: Année 1

Pokemon adala community

« J’ai juste envie de profiter de cette soirée, et de ce nouveau début de vie… Même si je sais que je ne suis pas encore au bout de mes surprises. »
en savoir plus ?
« Cette mission est déjà un calvaire, alors stp essaie de pas la rendre encore pire, ça m’arrangerait. »
en savoir plus ?
« Je ne suis pas sûr qu’il soit l’heure de distribuer de l’eau bénite, nous savons déjà tous que vous êtes un ange Ranya, mais je suis touché de votre bénédiction. »
en savoir plus ?
« Je me déteste. Je me déteste de toutes mes forces. »
en savoir plus ?
« C'est un fantôme que tu enlaces, Faulkner. »
en savoir plus ?
Le soleil tape. Les gens hurlent. Il en a marre. Ce n’est pas un tournoi. C’est un poisson d’avril.
en savoir plus ?
« Il est beau... Tu en as de la chance... »
en savoir plus ?
Le Deal du moment : -40%
Pompe à air électrique et portable ...
Voir le deal
29.99 €

Ginji Labelvi
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t780-c-est-par-la-la-sortie-oups-je-suis-alle-trop-vite
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t799-ginji-labelvi-voltali
Icon : Pikachu Explorateur, à votre service !
Taille de l'équipe : 25 / 31
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 20 ans
Niveau : 100
Jetons : 1587
Points d'Expériences : 4235
Pikachu Explorateur, à votre service !
25 / 31
Sinnoh
20 ans
100
1587
4235
pokemon
Pikachu Explorateur, à votre service !
25 / 31
Sinnoh
20 ans
100
1587
4235
Ginji Labelvi
est un Topdresseur Spé. Type
Ginji Labelvi
      Rp solo



« Une académie de dingue [FLASHBACK] »


« -Non, pas là non plus. »

Je lâchais un énième soupir. Mais où est-donc cette entrée ?
Cela faisait deux heures que je cherchais une porte menant à ce fameux souterrain. J'étais arrivé à l'académie quelques jours plus tôt, et, à cause d'un léger accident, j'ai dut rester à l'infirmerie un bout de temps. Une fois sorti, les professeurs n'ont rien trouver de mieux à faire que de m'envoyer trouver un souterrain pour aller y récupérer mon starter ! Ils peuvent pas demander à un scientifique comme tout le monde ?
Bref, je reposais la plaque d'égout sur son socle et regarda partout autour de moi. Apparemment, il y avait plusieurs entrées dans le campus, et il fallait juste les trouver ! Et j'en ai pas vu une seule...
J'allais presque en devenir fou. Je m'appuyais contre un mur histoire de récapituler tout les endroits par où j'étais passé... Les salles de classe, faites. Les dortoirs, faits. La bibliothèque, faite. Le réfectoire, fait. L'infirmerie.... Brr, en dernier recours. L'infirmière m'avait déjà suffisamment traumatisé comme ça les premiers jours.
Je regardais alors un élève passer un sac en plastique à la main. Pourquoi n'avais-je donc pas le droit de demander à quelqu'un où il est ? Pff, je suis trop sage.
Le garçon fit tomber son sac. J'allais aller l'aider mais il le ramassa illico avant de reprendre sa route. Qu'est-ce qu'il y avait dans son sac ? Hmm... Peut-être un truc acheter à la boutique. La boutique ! Je ne l'avais pas encore visité. Je pourrais demander au gérant ? Après tout, il était interdit de demander aux élèves...
Je m'élançais donc vers la boutique de l'académie. Une fois devant, je pénétrais à l'intérieur sans attendre, et fus tout de suite impressionné par l'obscurité de la pièce. De l'entrée, on ne voyait que le pied du comptoir et quelques étagères, le reste était plongé dans le noir total.

« -Il... Il y a quelqu'un ? »

Je m'approchais doucement du comptoir quand j'entendis un étrange bruit.

« -Geuh … Gneiiiiiiiiin...... N'appro.... N'approchez pas !
-Que ?... Quoi ?...»

Je reculais d'un bond, pris d'une grande peur à cause du ton paniqué de la personne et remarqua alors l'interrupteur sur lequel je m'empressais d'appuyer. La lumière se fit, et je pus voir un homme affalé sur sa chaise, en train de s'agiter.

« -Euh... Vous allez bien ?»

Aucune réponse. Je me rapprochais un peu plus de l'homme quand il cria soudainement.

« -.. Je.. Mon pokémon... Il va te... !... »

J'attendais la fin, terrifié

« -.... ZZZzzzz.... »

Ah d'accord. Il dort. Un cauchemar sûrement...
Me sentant soudainement très idiot, je m'approchais du comptoir et tenta de réveiller ce drôle de personnage.

« -Euh... Monsieur ? Vous pouvez vous réveiller ? Je cherche l'entrée du souterrain... »

L'homme ne bougea pas un cil. Bon tant pis, plus qu'à faire demi-tour...
Je m'approchais de la porte et tenta de l'ouvrir... Mais celle-ci restait close. Je tentais de tirer plus fort sur la poignet, mais la porte semblait fermé à clef. C'est pourtant bien par là que je suis rentré ? Quand a-t-elle bien put ?...
Soudain, la lumière s'éteignit, ce qui eu pour effet de me faire sursauter. L'obscurité se fit à nouveau, et je commençais réellement à avoir peur. Tout ce stress, c'est mauvais pour mon petit cœur...  

« -Que... C'est... C'est pas drôle ! Arrêtez ça immédiatement ! »

Je tentais de prendre un ton assuré, mais je savais que j'avais l'air d'un vrai Snubbull apeuré.
Et puis, deux yeux se mirent à briller dans le noir. Deux petits yeux blancs et ovales que je ne pus m’empêcher de fixer... Deux petits yeux qui soudain m'attirèrent vers eux...
Non, je ne dois pas ! Je sentais qu'ils voulaient m'hypnotiser...
Je frappais contre la porte comme un taré en espérant désespérément qu'elle s'ouvre, mais je ne réussis qu'à m'esquinter les poings. Je me plaquais alors dos à la porte.
Les deux yeux se trouvaient à vingt centimètres des miens.
Et après un dernier cris de terreur, ce fut l'inconscience.

...

... Tout était flou.... Ma vision était brouillée, et lorsque la brume se dissipa, je pus voir le plafond blanc de l'infirmerie. J'étais confortablement allongé, et l'infirmière apparut soudainement.

« -Ah, tu te réveilles enfin!»

Son ton doux et calme me rassura. Elle se dirigea vers une table sur laquelle étaient posés divers affaires médicaux.

« -Flappy, le Soporifik du gérant du magasin t'as joué un vilain tour. Tes hurlements ont attirés tout le campus!»

J’affichais une expression incrédule avant de me souvenir des évènements de la boutique. C'était donc ça, les yeux! Il faut dire que ce Pokémon m'a fichu une belle panique...

« -D'ailleurs, je te félicite, ce n'est pas souvent que Flappy est obligé de se trouver si près d'un élève pour l'hypnotiser...»

Je souris. Oui, il faut dire que j'ai un mental d'acier...

« -... En tout cas, j'espère que tu seras capable de résister à nouveau à mes chères seringues, il se trouve que tes poings sont dans un sale état! »

L'infirmière se tourna vers moi, un sourire diabolique aux lèvres, et une seringue à la main. Je voulu me lever, mais des mains métalliques m'en empêchèrent... Mine!

« -Allez, reste bien sage... Cela ne fera pas mal... Enfin, normalement! »

Et dans un éclat de rire maléfique elle planta une aiguille dans ma main, me plongeant à nouveau dans le noir total...

....

Je reprenais peu à peu conscience et sentis une étrange douleur à la main. Argh, il faut dire que ses piqûres sont douloureuses...
Ayant peur de me faire à nouveau agresser, je me levais sans un bruit de mon lit et tira légèrement le rideau. Personne. Je saisis mon sac d'une main et me colla contre le mur. Ma mission, si je l'accepte,  et je l'accepte volontiers, et de réussir à m’échapper de l’horrible et abominable sirène me retenant prisonnier dans sa caverne.
J'avançais tout doucement le long du mur et arriva à un croisement en T. Je jetais un rapide coup d’œil dans le couloir à ma gauche puis courra vite me coller au mur d'en face. J'avançais encore un peu et arriva au comptoir de la sorcière. La chance jouait pour moi : l'affreuse créature était absente.  D'un bond suivit d'une roulade, je tentais une sortie digne des plus grandes espions avant de me prendre le mur de pleine poire.

« -Ouïe.... »

Je me frottais le nez quand j'entendis des bruit de pas arriver dans le couloir, suivit de la douce mais trompeuse voix de l'infirmière.

« -Il y a quelqu'un ? »

Non ! Le monstre arrivait ! Ni une ni deux, je me relevais, sauta sur la porte (Façon de parler cette fois) et quitta l'antre aussitôt. Dehors, je regardais à ma gauche et à ma droite puis fonça finalement droit devant moi. Mission réussi avec brio ! Ah non tient, je saigne du nez...
Un mouchoir dans le pif plus tard, je reprenais l’exploration de l'académie à la recherche de cette maudite entrée.
Ma fouille m’amena finalement devant un vaste jardin japonais. Il y régnait une ambiance zen et une tranquillité sans égale.
D'ailleurs, une douce odeur vint capter mon attention (Ma narine droite était encore opérationnelle). Une effluve fruitée émanait d'une cabane que je venais juste de remarquer, et mes pieds se mirent étrangement en marche vers elle... Qu'est-ce que ça sentait bon... Mon appétit vorace m'obligea à avancer sans m'arrêter à une allure de zombie, tellement il était bon de sentir cette magnifique odeur...

« -Hum hum »

Je fis un bond sur le côté et remarqua un homme assit en tailleur sur la pelouse. Je ne l'avais même pas remarquer... Il était roux et portait un petit chapeau. Il était d'ailleurs accompagné par un Brutapode géant... Oh doux Arceus, que va-t-il m’arriver encore ? L'homme dit d'une voix calme :

« -Que fais-tu là ? Il ne me semble pas avoir invité qui que ce soit. Qui plus est, tu empiètes actuellement sur un plant de Impatiens Textori
-Quoi ? Euh... »

Je baissais mes yeux sur mes pieds et remarqua qu'il étaient posés sur de magnifiques petites plantes avec des pétales violettes. Je reculais d'un bond, pris de panique.

« -Oh ! Je suis désolé ! Vraiment vraiment, je ne faisais pas attention ! J'ai senti cette douce odeur et... Oh je vous en prie ne m'attaquez pas avec votre Pokémon ! »

Incrédule, il se tourna vers son Pokémon et le tapota gentiment.

« -Bonzai ? Oh ne t’inquiètes pas, il ne te fera aucun mal, sauf si je lui en donne l'ordre bien sur. »

Il disait ça d'un ton tellement anodin que cela me rassura presque... Enfin, pas assez pour me faire baisser ma garde.

« -Donc comme ça mon thé t'inter... ? Eh mais où tu cours comme ça ?
-Vraiment désolé pour vos plantes !!! »

J'étais déjà au bout du jardin lorsque je lançais cette phrase. C'était un piège, j'en suis persuadé ! Si j'étais resté une minute de plus qui sait ce qu'il aurait tenté de faire...
Essoufflé comme jamais, je m'asseyais sur un banc histoire de reprendre mon calme. Je devais récupérer un peu si je voulais trouver cette entrée... Car oui, je la trouverai, peu importe le nombre de personnes qui se dresseront sur mon chemin !

....

Bon, bon, bon. Par où aller maintenant ?
Je continuais donc ma "visite" que je trouvais d'ailleurs de plus en plus pédagogique. Peut-être était-ce un espèce de test permettant d’évaluer nos capacités et qui nous permet de découvrir l'établissement ? Ou peut-être était-ce simplement un coup de flemme des enseignants...
Bien. Mes pas m'avaient maintenant mené devant la bibliothèque. Allons-y, alors. Je devrais au moins pouvoir rencontrer des gens sérieux capables de m'éclairer....

« -Bonjouuuur ? »

Je pénétrais d'un pas hésitant dans l'immense bâtiment... Des étagères remplit de bouquins, des tables pratiquement vides, des pellicules de poussières se voyant de très  loin, une dizaine d'élève éparpillée dans toute la salle, et une odeur de vieux. Pas de doute, c'était bien une bibliothèque. Oh, pas que je n'aime pas ça hein, juste qu'elles ressemblent toutes à.... ça.
Je m'adressais à la personne au comptoir. Une dame aux cheveux gris avec des lunettes en croissant de lune qui semblait plongé dans son bouquin écoutait en même temps de la musique grâve à un casque volumineux, son Chacripan sur les genoux.

« -Euh... Puis-je vous déranger une minute ?»

La femme ne réagit même pas. Seul le Chacripan daigna ouvrir un œil, avant de le refermer aussitôt.

« -Excusez-moi... »

Toujours rien. Le Chacripan ouvrit cette fois les deux yeux.

« -Madaaaaaaaaaaaaaaaaame ? »

Je faisais maintenant de grands gestes bizarres pour attirer son attention, en vain. Le Pokémon ouvrit une nouvelle fois les yeux et lança un cris agacé.

« -Eh oh ! Vous pouvez lever les yeux de votre bouquin s'il vous plait ?! J'aimerais juste...
-Chaaaaaaaaaaaaaaa! »

Le Chacripan, sûrement énervé d'avoir été dérangé, me sauta au visage et commença à me griffer. La femme sembla enfin s'apercevoir de ma présence.

« -Que... ?! Quel est l'origine de tout ce raffut ?! Chaussette, reviens ici tout de suite ! »

"Chaussette" obéit immédiatement à l'ordre de son dresseur. Je me relevais, des griffures me recouvrant le visage... Ouch, que ça fait mal...

« -Ah, merci... J'aimerais savoir si...
-Qu'est-ce qui vous prend de faire autant de chahut ?! Vous êtes dans une bibliothèque jeune homme, vous auriez l’amabilité de ne point déranger les personnes présentes !
-Mais je...
-Chut ! »

Sur ce, elle remit le casque qu'elle avait enlevé. Mon visage me brûlait, et je voulais vraiment éviter de perdre à nouveau du temps. Essayons d’intéresser la dame, peut-être sera-t-elle plus clémente. Je jetais un rapide coup d’œil sur le livre qu'elle lisait...

« -"Une aventure à Unys"... Euh... C'est un bon livre ? »

La femme leva légèrement les yeux dans ma direction... Avant de bondir d'un coup, projetant Chaussette sous le comptoir, son visage proche du mien.

« -Si c'est un bon livre ? Il est juste fabuleux ! C'est la célèbre Anis qui l'a écrit ! Elle y raconte les aventures de jeunes dresseurs partant de la ville de Renouet pour... »

C'est bon, j'ai son attention !

« -Euh oui, très intéressant... Je pourrais vous demander où se trouve l'en... ?
-... D'ailleurs, ce que je trouve passionnant dans ce livre, c'est qu'il est inspiré de fait réel datant d'il y à un peu plus de deux ans, mais l'auteur a très bien réussi à transformer ça en une histoire captivante et... »

Ça y est, je l'ai perdu. Autant aller demander à quelqu'un d'autre...

« -... Ah justement ! Voici mon passage favoris : "Les prunelles de l'homme brûlaient d'un feu sombre. Pour faire triompher la justice, il allait devoir tout laisser derrière lui... " »

La bibliothécaire ne remarqua même pas que j'étais parti...
Bon. En plus de ne pas être plus avancé qu'il y à trois heures, me voila avec le visage défiguré. Allez Ginji! Tu peux la trouver cette foutu entrée!
Espérons juste que je ne sois pas mort à ce moment là.

....

Je regardais l'heure sur mon Ipok. Cela faisait exactement 237 minutes et 34 secondes que je cherchais cette entrée...
Jusqu'à présent, je l'ai cherchée dans les jardins, les parcs, les cours, derrière les dortoirs et même un peu en dehors de l'académie.... Toujours dehors.... A l'extérieur... Peut-être est-elle à l'intérieur ?
Facepalm. Il y a des moments où je suis loin d'être aussi intelligent qu'un Qulbutoké.
Direction donc les bâtiments de l'académie. Hmm, par où commencer ? Et si je joignait l'utile à l'agréable pour changer....

« -Bonjour ? Il y a quelqu'un ?.... »

Je poussais la porte du réfectoire tout doucement en espérant ne déranger personne. Ce lieu paradisiaque ne demandait qu'à être exploré...
Comme personne ne sembla répondre, je pénétrais dans la grande salle où devait manger les élèves. Puisque j'ai passé mes premiers jours de collégien à l'infirmerie, je n'ai eu le droit qu'à des plats près cuisinés insipides et visqueux. Je n'étais pas près de guérir avec tant immondicité...  Il y avait bien le distributeur pour me remonter le moral mais bon... Je ne pouvais qu’idolâtrer un tel lieu que celui de la cafèt'.
J'avançais doucement dans la pièce en regardant partout autour de moi. Ô quel lieu magique ! Qu'il soit bénit par Arceus et que notre idylle ne puisse être atteint que par l'annihilation de ce merveilleux monde !
Bref, je regardais donc un peu partout où pouvait se trouver cette entrée. Un coup d’œil sous les tables, un autre près du comptoir où sont servis les plats, un près de la bouche d'aération, j'ai même tenté de soulever les pavés au sol en pensant qu'il était peut-être sous mes pieds, mais rien, pas d'entrée.
Je devais donc explorer la deuxième partie du réfectoire : la cuisine. C'est en vaillant guerrier que je poussais d'un geste net les portes battantes de la salle mythique. Celle-là, je ne la vénérais point autant. Je déteste la cuisine. Non, je HAIE. Oui, c'est paradoxale. Mais c'est comme ça. J'adore manger, mais j'ai horreur de la cuisine. C'est pas faute d'avoir essayé pourtant, mais rien n'y fait. J'étais souvent beaucoup trop tenté par les ingrédients pour pouvoir faire quelque chose de potable. Une fois, je m'étais enfilé 500 gramme de ganache, et je peux vous dire que j'avais l'estomac lourd....
J'observais la pièce dans laquelle j'avais atterri d'un œil curieux. Bon, il restait plus qu'à foui....

« -Chapiiiii! »

J'esquivais de justesse la louche qu'on venait de me lancer et courrus jusqu'à un fourneau pour me réfugier derrière. Bordel, les soucis recommençaient. Je me fis le plus petit possible et trembla lorsque qu'une casserole vint percuter violemment le mur devant lequel je me trouvé.

« -Tyyyyy ! »

Un Tygon atterrit entre moi et ce fameux mur et voulut me donner un premier coup de poing que j'évitais furtivement en baissant la tête à temps, avant de me mettre à courir à quatre pattes à l'autre bout de la salle. Un couteau qui passa au ras de mes cheveux m'arracha un cri terrifié. Je vis alors un placard dans lequel je ne tardais pas à me réfugier. Une fois à l’intérieur, à l'étroit entre un balai et une pile de chiffon, une voix cria :

« -Qui ose pénétrer dans MA cuisine ?! »

La voix de vieille dame était terrifiante. Elle avait l'air sacrement en colère...

« -Excusez-moi, je cherchais juste... ! »

Je n'eus pas le temps de finir ma phrase que la porte de l'armoire s'ouvrit d'un coup. Un Kicklee m'attrapa par le col du T-shirt et me traîna devant une vieille mémé assez petite...  

« -Quoi ?! Un gamin ?... Mince alors, je pensais qu'il s'agissait d'un voleur... »


Sa tête se rapprocha en un instant de la mienne, provoquant un léger recul de la part de la mienne.

« -Ah moins que tu n'en sois un, voyou !
-Non non non ! Je cherche simplement l'entrée des souterrains ! Me faites pas de maaaaaaal ! »

La vieille recula aussitôt avant de prendre une voix douce et mielleuse.

« -Oooooooooooooooooh ! Tu es un nouveau ? Bah il fallait pas s'énerver comme ça ! »

Pardon ?! Elle me balance des couteaux aux visages et c'est moi qui m'énerve ? J'en pleurerai presque...
Ses trois Pokémons se mirent derrière elle, méfiant. Ils me lancèrent tous les trois un regard noir.. La dame fit un signe de la main pour leur dire de se calmer.

« -Bien, désolé pour ce léger dérangement ! Appelles-moi Mama Odie, je suis la cuisinière de l'académie ! »

Je me relevais péniblement. Elle n'avait pas l'air si méchante en fin de compte...

« -Ah, euh... Je m'appelle Ginji... Je cherche l'entrée des souterrains pour y récupérer mon starter et...
-Aaaaaaaaaaaaaah ! Et tu as besoin d'aide n'est-ce pas ? Tu as sonné à la bonne porte ! Je veux bien t'aider à trouver l'entrée si tu rends un petit service.... »

Ouïe, je craignais le pire...

« -Je viens de mettre au point quelques recettes, et j'aurais besoin de savoir si elles sont potables... »

Des étincelles apparurent dans me yeux. Bouffe. Bouffe. Bouffe. BOUUUUUUUUUUUUUFFE !!!

....

« -C'est trop booooooooooooooooon !!! »

Je gobais en quelques minutes l'assiette de spaghetti accompagné d'une sauce à la fois mystérieuse et sublime.

« -Au suivaaaaant! »

Je tenais mes couverts fermement et jeta un œil du côté de la cuisine. Mama Odie avait un donc incroyable pour faire des plats délicieux ! Cela faisait un quart d'heure qu'elle me présentait une série de plats qu'elle avait mis au point. La vieille semblait apprécier mon enthousiasme pour sa nourriture, même si elle semblait un peu déroutée par la quantité de nourriture que je suis capable d'avaler, chose d'autant plus étonnant vu ma corpulence.
Un Tygnon poussa alors la porte de la cuisine avec son pied et me présenta un bol dont émanait une odeur envoûtante. Mama Odie cria depuis la cuisine -elle devait commencer à préparer le repas suivant- qu'il s'agissait d'un carpaccio auquel elle avait rajouté quelques aliments. Le Tygnon me tendit une grosse cuillère que je saisis avant de la jeter au sol et pris le bol de mes deux mains. Je l'approchais de mes lèvres et laissa couler la mixture dans ma gorge. Deux minutes après, je reposais le bol avec un sourire satisfait et m'essuya la bouche avec mon bras.

« -Du poireau! Vous avez rajouté du poireau !»

Des petits morceaux de légumes s'étaient glissés dans la préparation. Ils s'accordaient étrangement bien avec la soupe.
La porte s'ouvrit à nouveau mais pour laisser place cette fois-ci à Mama Odie qui apportait un énorme plateau.

« -Oui, un poireau de qualité qui plus est ! Choisis par les soins d'un vrai connaisseur : ceux d'un Canarticho ! »

Le Tygnon vira le bol de soupe de la place pour laisser la Mama poser son plateau sur la table. J'écarquillais les yeux.

« -PIZZAAAAAAAAAAAAA !»

Je me jetais sur une part pré-découpé et en goba la moitié d'une bouchée, l'autre moitié cinq secondes plus tard. Je levais les yeux et les bras vers le ciel, saisis d'un bonheur intense.

« -Mama, vous êtes la réincarnation d'Arceus !
-Ah, contente que ça te plaise ! C'est marrant d'habitude les élèves sont pas fan des insectes dans leur plat... Pourtant ils ont des vertus nutritives très recommandés ! »

Je m'arrêtais de mâcher net. Je baissais la tête lentement pour regarder le plat. L'énorme pizza était recouverte d'insecte grillé. Sauterelle, criquet, et d'autres que je ne connaissais pas. Je saisis une autre part et la regardais de plus prêt. Une des pattes de la sauterelle se trouvant dessus bouger encore....
Je gobais la part et en pris un autre. C'était trop bon ! Tant pis pour les insectes, j'avais l'habitude de manger que des cochonneries de toute façon ! Et puis je suis sur que manger un insecte est plus sain que tous ce qu'il y a dans les barres chocolatés...
La Mama s'éloigna avec le plateau une fois ce dernier finit en murmurant un « -Puisque ça lui plaît je proposerai ça au menu... ». Je m'essuyais la bouche avec une serviette et me levais.

« -Bon, je vais devoir y aller ! J'ai des souterrains à trouver moi... Vous m'aviez pas dis que vous m'aiderez ? »

Mama Odie ressortit et, après m'avoir fait un gros câlin du haut de ces un mètre (Bon ok peut-être pas un mètre...) me tapota le dos.

« -Trouve le concierge, Gaston Fooly. Il t'aidera à les trouver. Il traîne souvent dans le hall principal, tu le trouveras sûrement là-bas ! »

C'est donc après de brefs remerciements que je me dirigeais vers ce grand hall en me tapotant le bide...

@Eques sur Never-utopia.


Dernière édition par Ginji Labelvi le Mar 17 Juin - 16:22, édité 2 fois



« Adieu. Et sache désormais... Que tu m’es insignifiant. »
Ginji Labelvi
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t780-c-est-par-la-la-sortie-oups-je-suis-alle-trop-vite
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t799-ginji-labelvi-voltali
Icon : Pikachu Explorateur, à votre service !
Taille de l'équipe : 25 / 31
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 20 ans
Niveau : 100
Jetons : 1587
Points d'Expériences : 4235
Pikachu Explorateur, à votre service !
25 / 31
Sinnoh
20 ans
100
1587
4235
pokemon
Pikachu Explorateur, à votre service !
25 / 31
Sinnoh
20 ans
100
1587
4235
Ginji Labelvi
est un Topdresseur Spé. Type
Ginji Labelvi
      Rp solo



« Une académie de dingue [FLASHBACK] »


Je déambulais dans l'académie en cherchant le hall d'entrée. Je croisais quelques élèves qui m'indiquèrent le chemin à suivre et me rendis illico pesto (Hmm, pesto....) à l'entrée de l'académie. Hélas, personne.

« -Hé hooooooo.... Il y a quelqu'un ? »

Personne. Rien. A part des fauteuils, des portes, des fenêtres, des bouches de canalisation et un lustre.... Peut-être était-il occupé quelques part ? Je m'apprêtais à faire demi-tour quand quelque chose tomba juste devant mon nez. Je fis un bon en arrière et évitais ainsi de justesse.... Un clou ?
Je me baissais pour ramasser l'objet et regardais au dessus de moi. Le lustre accroché au plafond se balançait dangereusement...
Je reculais alors pour éviter qu'il me tombe dessus. Bah oui, c'était évident non ? Vu tous ce qu'il m'est arrivé depuis midi ce lustre allait forcement atterrir sur moi et réduire mon dos en compote. Je me décalais donc légèrement pour éviter que le lustre s'écrase sur moi s'il devait se décrocher.... Et me fis finalement écraser par quelqu'un.
Je m'étalais par terre à cause du poids d'une personne ayant atterri sur mon dos. Je poussais la personne en question et me relevais pour voir qu'un homme en salopette venait de tomber... Du lustre ?!
Je reculais aussitôt conscient que j'étais à nouveau tombé sur un étrange zigoto. Un Métalosse pénétrais alors dans le hall en défonçant la porte et le mur alentour, un tournevis sur la tête.
Je reculais encore plus, paniqué.

« -Ouch, désolé mon gars !... Ah, Magnet ! Tu en as mis du temps ! A cause de toi une vis est tombée et le lustre va..... »

L'homme n'eut pas le temps de terminer sa phrase que « Magnet » le poussa violemment hors de portée du lustre qui tombait juste là où se trouvait l'inconnu deux secondes auparavant. Je sursautais et allais aider l'homme à se relever.

« -Vous allez bien ?! »

Il se releva en manquant de m’entraîner avec lui tellement il était lourd.

« -Ouais ouais, c'est rien j'ai l’habitude. Merci mon p'tit gars ! T'es nouveau toi ? Je t'ai encore jamais vu. Moi c'est Gaston, le concierge! »

Je me présentais à mon tour, bien que désorienté par la situation. Son Métalosse défonce des murs et un lustre tombe et lui il fait comme si de rien n'était... Une minute, comme il a fait pour grimper dans ce lustre ? Il n'y avait même pas d'échelle quand je suis arrivé !
Conscient que j'étais à nouveau devant quelqu'un de bizarre, je décidais d'aller droit au but.

« -Je m'appelle Ginji Labelvi, et je cherche l'entrée des souterrains pour récupérer mon starter. La cuisinière m'a dit que vous saurez où c'est ! »

Gaston réfléchit un instant avant d'avancer vers un coin de la salle.

« -Ah cette Mama, toujours de bons conseils à donner ! Viens, suis moi ! »

Il se met sur la pointe d'un pied, enlève la grille d'une bouche d'aération et grimpe dedans. Son Magnet le suivit mais, faute de pouvoir passer, se contenta de défoncer le mur et de faire tomber son dresseur au passage. Je n'étais même plus surpris par la tournure de la chose.
Gaston me traîna alors en dehors des bâtiments principaux et m'amena face au mur contre lequel je m'étais accoudé tout à l'heure avant d'avoir eu l'idée de la boutique.

« -Euh, vous devez vous tromper, j'ai déjà fouillé ici et.... »

Il s'avança et tira un énorme tissu à motif de brique qui était placardé contre le mur pour laisser place à une porte caché. C'était une blague ?! Sérieusement ?! Je m'étais accoudé à l'entrée des souterrains sans le savoir ?!

« -Mais comment voulez-vous que l'on devine qu'il y a une porte juste là ? »

Gaston me regarda en levant un sourcil et tapa du pied. Sous lui se trouver un tapis avec écrit « Entrée souterrain, merci d'essuyer vos pieds. »
Je manquais de m'écrouler sur le sol. Bordel, vite qu'on en finisse.
Je frottais mes baskets contre le tapis et ouvrit la porte. Je remerciais vivement Gaston qui me salua à son tour.

« -Et fais gaffe de pas tomber sur un corps ! Ahaha, je plaisante ! … Enfin normalement. Bon je te laisse, je dois aller récurer les toilettes... Rivardiii je vais te tuer ! »

Je fermais la porte et me retrouvais dans le noir. Je descendais les escaliers pas à pas... Je sens que tous cela allait mal se finir !

Il faisait noir. Vraiment noir. Je ne voyais rien, et j'étais obligé d'avancer les mains contre le mur humides et poisseux des souterrains. Les escaliers que je descendais semblaient sans fin, et la peur de louper une marche et de chuter était constante. Des élèves avaient forcement péri ici, c'était obligé.
Tandis que je continuais de descendre, je commençais à voir une faible lumière encore plus bas. Sans me précipiter, je la rejoignais pour atterrir dans un étroit couloir où les escaliers s'arrêtaient. Le couloir était éclairé tout les cinq mètres par une torche accroché au mur... On se croirait dans une crypte. Je décrochais tant bien que mal la première torche (Tant pis pour les suivants) et avançait un peu plus rapidement. L'ambiance était lourde et Lugubre, et j'étais guère rassuré... Alors autant vite ne finir.
Au bout de quelques minutes, je me retrouvais face à un carrefour. Le couloir était coupé par un autre perpendiculairement. Il fallait que je choisisse un chemin. Gauche, milieu ou droite ? Après avoir fait « ploum-ploum » je jetais mon dévolu sur le couloir de droite. De toute façon, les gens ici sont pas malades au point de créer des labyrinthe pour égarer les élèves... Si ? Par mesure de sécurité, j'utilisais la flamme de la torche pour brûler un peu de mousse se trouvant sur le mur du couloir d'où je venais. Comme ça, si je reviens ici, je saurai quels sont les chemins à prendre... Et à éviter.
Et puis un autre croisement. Aller à gauche risquait de me mener au même chemin que celui du milieu. Aller à droite risquait de me mener à la case départ. Aller au milieu était sûrement risqué tout court. Mes doigts décidèrent à nouveau, et c'est à gauche que je m'élançais.
Je continuais ainsi pendant quelques minutes. Gauche, milieu, gauche, droite, droite, gauche.... A chaque fois je marquais mon passage d'un détail pouvant m'aider à retrouver mon chemin. Deux cailloux empilés, un trou creusé, une torche retirée.... Il fallait que j’innove à chaque fois afin de ne pas risquer de me perdre.
Chaque pas me faisait angoisser de plus en plus. Et si je me perdais ? Si je restais coincé dans ces souterrains ? Si j'y restais pour toujours ?.... A peine commençais-je à me poser ces questions que de la terre du plafond s’effondra juste devant moi. Je faisais un bond en arrière et fis tomber ma torche qui s'éteignait aussitôt. Cependant, le noir ne se fit pas, puisqu'une lumière pénétrait dans le couloir par le trou causé par la chute de la terre. Ce n'étais pas une lumière naturelle, plutôt quelque chose de jaunâtre comme une vieille lampe... Je me mis sur la pointe des pieds et remarquais... Qu'une pièce était aménagée au dessus !

« -Oh zut, il faut que je pense à renforcer le sol ! »

Un garçon se trouvant au dessus se pencha au dessus du trou avant de me remarquer. Il appuyais sur ces lunettes pour les remettre en place et tirais sur la manche de sa blouse un peu trop grande pour lui.

« -Oh, un jeune garçon... Tu es là pour ton starter je suppose ? Allé grimpes. »

Il me tendit sa main que j'attrapais après un petit moment d’hésitation. L'homme me tira sans trop de difficulté et me permis d’atterrir dans une salle avec divers appareils électroniques et des étagères remplis de Pokéballs.

« -Ouah ! Vous en avez des Pokémons ! »

Le collectionneur sourit et s’installait devant son ordinateur. Il commença à taper plein de trucs sur son clavier et me demandais de m'asseoir sur une chaise se trouvant à côté. J'obéis et manquais de basculer en arrière à cause des pieds de la chaise qui étaient mal fixés, puis me grattait l'arrière du crâne.

« -Et..... C'est quand que je reçois le mien ? »

L'homme ne prit même pas la peine de me répondre et, toujours en regardant l'ecran de son ordinateur, se mit à me poser des questions.

« -Quel est ta région d'origine ?
-Sinnoh.
-Ta couleur favorite ?
-Euh... Le jaune...
-Ton ambition ?
-Devenir un champion du type Electrik et vaincre Tanguy !
-Tu préfères mourir ébouillanté dans une casserole immense ou être déchiqueté par un milk-shake gigantesque ?
-Quoi ?!
-C'est au cas où un géant viendrait nous manger. Alors ?
-Euh.... Ébouillanté ?
-Bien. Personnellement je préfère le milk-shake, mais ça ne concerne que moi... Et le géant... Tu es plutôt sociable ?
-Oui, plutôt.
-As-tu parfois l'impression de ne pas être écouté ?
-Oh non jam....
-Si tu avais le choix, tu prendrais une paire de chaussette rose-bonbon à pois vert ou jaune fluo rayé cyan ?
-Mais c'est quoi ces questions ?!
-Réponds.
-Jaune fluo rayé cyan...
-Kebab ananas-merguez-miel ou salade saumon-chocolat-courgette ?
-Les deux !
-Très intéressant.... Fais-tu des rêves ?
-Bah oui comme tout le monde.
-Non, je veux dire des rêves particulier. Genre prémonitoire ou cauchemar récurent.
-Oh pas énormément, mais j'y attache une grande importance lorsque ça m'arrive.
-Très bien...
-Il y en a encore pour longtemps ?
-Oui, encore une trentaine de questions et c'est bon...
-Combien ?!
-Tu es plutôt jaloux ou égoïste ?
-Euh.... Je dirais jaloux ? Quoique je suis quand même loin de l'être.
-Parfait, c'est finit !
-Quoi ? Mais vous aviez dit que...
-Que quoi ?
-Rien rien.
-Tu sais que t'es bizarre comme type?
-Pardon?!»

Venant de quelqu'un vivant en ermite dans une pièce qui tombe en lambeau au milieu d'un labyrinthe souterrain et avec pour seul ami un ordinateur, je ne savais pas comment le prendre. Ce type était malade. Qu'il me passe mon starter pour que j'en finisse ! Le collectionneur se leva de son fauteuil et se dirigea vers une de ses nombreuses étagères. Il prit une capsule de manière un peu hasardeuse, l’examinait dans son intégralité et me la tendit.

« -Tiens, il est pour toi. Fais attention avec hein. »

Je pris la ball et souriais. Ça y est. Je l'avais. Mon starter. Je retenais un hurlement de joie de peur de faire effondrer les souterrains autour de moi (Bah oui on sait jamais) et lançais la Pokéball au centre.
Une lumière en jaillit et une silhouette rouge se forma pour laisser place à une petite créature. Une souris, jaune, avec des joues rouges et une queue en forme d'éclair.

« -Un Pikachu ! »

Je m'abaissais devant le Pokémon et me présentait. La créature semblait déboussolé par ce qui se déroulait, elle ne devait pas avoir l'occasion de sortir souvent vu la quantité de Pokémon que possédait le collectionneur.

« -Salut toi ! Je m'appelle Ginji, et je serai ton nouveau dresseur ! »

Je pris le Pikachu, le soulevais et le tendais vers moi. J'inclinais alors la tête, perplexe.

« -On s'est pas déjà vu quelque part ? »

Le Pikachu semblait lui aussi perplexe. Je ne sais pas pourquoi, mais il me semblait familier.

« -Vous l'avez capturé où ce Pokémon ? »

Le collectionneur se grattouilla le sommet du crâne, en pleine réflexion.

« -Celui-là ça devait être..... A Unys je crois. Au nord de Méanville, dans une forêt. Ça m'avait d'ailleurs plutôt surpris puisque les Pikachu sont carrément inexistants là-bas. »

A Unys ? Je n'y étais allé que pour de rares occasions, notamment pour aller voir de la famille à Ondes-sur-Mer. Méanville m'était totalement inconnu.... Il aurait été de Sinnoh, il était tout à fait probable que j'ai rencontré ce Pokémon là-bas. Je haussais les épaules.

« -Bah, je dois me faire des idées. Merci beaucoup ! Je vais enfin pouvoir regagner mon dortoir... Euh, c'est par où qu'on sort ? »

Le collectionneur haussa les épaules à son tour avant de me montrer une porte. Super..... Donc soit je passe cette porte et retombe dans un labyrinthe inconnu, soit je repasse par le trou et tente de rebrousser chemin...
La deuxième option me semblait la plus sûr. Je sautais dans le trou menant au couloir par lequel je suis arrivé et invitais le Pikachu à me suivre. Il bondit à mes pieds, peu rassuré par l’atmosphère lugubre de l'endroit. Avant de me mettre en route, je demandais au collectionneur s'il pouvait me passer de quoi m'éclairer. Dans toute sa bonté, il me jeta une lampe. Après un bref au-revoir, je reprenais ma route en direction de la sortie. Allé, tout ce bordel allait être bientôt finit...
Pikachu tentait souvent de se mettre entre mes jambes pour se rassurer. Sauf que le soucis, c'est que ce n'était vraiment pas pratique de marcher avec une souris dans les pattes....

« -Attends, je vais te porter. »

Je pris le Pikachu dans mes bras, mais celui-ci ne semblait pas confortablement installé. Oui, car monsieur était difficile. Il grimpa sur mon épaule qui lui semblait plus approprié pour patienter, tandis que je me remettais en route, balayant le sol de la petite lampe offerte par le collectionneur.
Je finis par retomber sur les carrefours par lesquels j'étais précédemment passé et m'aidais des divers petits détails que j'avais mis en place au cas où. Chose qui fut plutôt utile et qui me traçait un itinéraire net et précis. Pikachu, qui comprit bien assez tôt que je savais où je me rendais, se décontracta un peu et grimpa sur le sommet de ma casquette avant de... S'endormir. Je souriais.

« -Tu te fatigues pas trop j'espère ? »

J'avançais plutôt vite et accélérais petit à petit l'allure, dans l'espoir d'arriver à la sortie. Cependant, une petite voix se fit entendre, me faisant comprendre que je n'étais pas la seule personne a explorer ces souterrains.... Une petite voix à la fois joyeuse et lugubre...

« - ♪ Il recherche seul son maître-euh.... C'est la chanson de Branette-euh ♫ »

Je me figeais sur place. La voix était lointaine, mais bien présente.... Une voix joyeuse et presque innocente qui, pour je ne sais quelle raison, me glaçait le dos... Je me mis à accélérer le pas.

« - ♪ Si je te retrouve ça sera ta fête-euh... Je te croquerai le tête-euh ♫ »

La voix était plus proche, venant d'une direction encore inconnue. Pikachu ouvrit un œil et semblait inquiet...

« -♪ Je t’enlèverai ce sourire innocent... Sur ton petit visage d'enfant ♫ »

Je courrais maintenant. Pikachu s'était redressé sur mon crâne et était aux aguets. Nous étions tous les deux aussi apeuré l'un que l'autre.

« - ♪ Grâce à mes belles petites dents.... Non, grâce à TES dents ! ♫ »

Je percutais violemment quelque chose et tombais en arrière. Je me relevais aussitôt en prenant appuie sur le mur et arrachais un cri d'horreur en voyant un homme au sourire maléfique en face de moi. Il se baissa à ma hauteur sans effacer son petit air de psychopathe.

« -Bah alors mon petit... De quoi as-tu peur ? Je ne suis qu'un psychologue se baladant gaiement dans ce souterrain... »

Je me retournais et m'apprêtais à détaler au quart de tour quand un Pokémon surgit du sol et me barrais la route. Je fis un bond en arrière avant de sentir une main se poser sur mon épaule.

« -Mais où allais-tu comme ça ? Nous venions à peine de nous rencontrer.... Tu n'as pas à avoir peur de Voodoo, il est doux comme un Wattouat.... »

Le Pokémon, qui se trouvait être un Branette, me regardais avec un sourire suspect. J'allais y rester, j'en suis sûr ! Pikachu frémissait sur ma casquette.

« -Tu es nouveau non ? Et ce Pikachu est ton starter ?..... Hmm... Que dirais-tu de faire une petite expérience ? »

Une expérience ?! Non, hors de question ! Ce gars va m'ouvrir le ventre et me retirer mes organes un par un avant de les mettre dans un micro-onde pour... Mais qu'est-ce que je racontais ?! Je dégageais sa main de mon épaule et me tournais vers lui, paniqué.

« Bien, prépares-toi donc !
-Quoi ?! Non je ne veux... »

L'homme posa sa main délicatement sur mon front.... Je sentais mes jambes se dérober et j'avais l'impression de tomber dans un trou sans fin... Mes paupières se firent lourdes et je fus saisis d'une immense fatigue... Et puis... Le noir.

.....

« -Où.... Où suis-je ? »

J'étais debout, seul, nul part. Quand je dis nul part, c'était vraiment nul part. Il n'y avait rien, tout était blanc. Et moi qui était là, me tenant sur une surface que je ne voyais même pas. Je sentais bien le sol sous moi pourtant, mais je ne le voyais pas, il était invisible, se fondait dans le décor. Comme lorsqu'on met les pieds dans une salle plongée dans le noir, mais en plus stressant. A l'horizon, rien. Je ne distinguais ni ciel ni nuage.

« -Pikapiiiii! »

Je me tournais d'un coup. Pikachu était à mes pieds, il semblait lui aussi perdu. Comment est-il arriver là, il n'y avait personne il y a quelques secondes ! Mais pourtant il se tenait bien là, inquiet. Je le pris dans mes bras pour le rassurer et lui tapotais la tête.

« -Alors, qu'en dis-tu ? »

Pikachu et moi lâchions un énorme cri d'effroi quand le « psychologue » apparut à nos côtés, comme si de rien était.

« -Que... Que faisions-nous ici bon sang ?! Et qui êtes-vous à la fin ?! »

L'homme fit mine de dépoussiérer son costard avec un petit sourire mesquin avant de me tendre soudainement les bras.

« -Au pardon, je manque à tous mes devoirs ! Je suis le Doctor Ghost ! Le psychologue de l'académie, comme je te l'ai déjà dis, spécialisé dans le subconscient humain ! El mignonne petite créature qui t'as surpris tout à l'heure, c'est Voodoo, mon cher Branette ! Il n'est pas là puisque c'est lui qui nous maintient endormi, donc il est toujours éveillé... Oui, car nous sommes actuellement tous les trois plongés dans notre subconscient ! »

On était dans notre quoi ?! J'en revenais pas. Il était vraiment fou ou il est sérieux ? Je ne savais pas que son Pokémon était doté d'une telle capacité... Mais c'était illogique, comment pouvait-on avoir tous les trois le même subconscient ? Comme s'il lisait dans mes pensées, Ghost continua sa tirade.

« -Voodoo est donc resté près de nos corps endormis restés au fond des ces tunnels... C'est lui qui établi un lien télékinétique entre nos rêves ! Nous sommes en effet en train de rêver en quelques sortes ! »

Je n'en revenais pas. C'était incroyable ! Et tout à fait.. Excitant aussi. C'est vrai que je ressentais une agréable sensation de bien être soudainement, cela ne pouvait être qu'un rêve.
Pikachu sauta de mes bras pour atterrir au sol. Il reniflait les environs pour faire un peu connaissance des lieux... Il me semblait vraiment le connaître... Oui je l'avais déjà vu... Ici même !

« -Oz?! »

Le concerné se tourna vers moi. Il fronça d'abord les yeux avant de les écarquiller en grand. Ça y est, il avait compris lui aussi ! Il sauta à nouveau dans mes bras, mais en poussant cette fois-ci un cri de joie. Le psychologue se grattouilla le menton en nous regardant, amusé.

« -Que cela est étrange... Vous vous connaissez ? »

Je frottais la tête d'Oz. Je n'en revenais pas moi même, mais oui, on se connaissait.

« -Et bien... C'est peut-être un peu bizarre ce que je vais dire mais... Je rêvais déjà d'Oz quand j'étais Sinnoh. Quand j'allais me coucher, il m'arrivait de me retrouver ici même, et j'étais alors rejoins par un Pikachu que j'avais baptisé Oz.... Mais c'est bien lui, je ne sais pas par quel miracle c'est possible, mais j'en suis persuadé ! Et lui aussi visiblement ! »

Je continuais de câliner le Pokémon, heureux. Il y a quelques temps déjà que je n'avais pas rêvé de lui, le rencontrer pour de vrai était incroyable ! Mon histoire semblait cependant tout à fait normal et crédible aux yeux du Doctor.

« -Ahaha, c'est amusant ! ~♪♫ Le subconscient humain et Pokémon me réserve encore bien des secrets ! Enfin, ne t'inquiètes, d'un certain point de vue, ceci est tout à fait possible... Bref, nous ne sommes pas là pour ça ! J'avais parlé d'une expérience, la voici ! Voodoo, à toi de joueeeeeeeer !
-Hein ?! Mais attend..... ! »

De la fumée sortit de nul part remplaça alors le vaste empire blanc qui régnait. Je toussais à cause de cette masse grise tout en tentant de protéger les yeux d'Oz. Quelques secondes à peine plus tard, la fumée disparut, laissant place à... Des murs ?! Oz et moi étions dans un cul-de-sac, entouré d'immense mur dont je ne voyais même pas le bout. Un sol terreux s'était glissé sous nos pieds, et de la poussière en grande quantité le recouvrait. Sortit d'ailleurs, la voix de Ghost résonna dans ma tête.

« -Vous voilà dans un immense labyrinthe ! On va voir ce que vous valez tous les deux ! Trouvez la sortie, et vous pourrez retourner à la réalité.... Bonne chance ! ~♪♫ »

Il ne m'a même pas expliqué ce qu'il voulait dire par « d'un certain point de vue, ceci est tout à fait possible ». Je voulais savoir moi ! Enfin, maintenant, je voulais surtout savoir comment sortir d'ici... Je commençais donc à avancer dans ce labyrinthe, comme si le dédale des souterrains n'était pas suffisamment éprouvant...
Au début j'errai dans les couloirs sans but. Oz était retourné au sol et regardais partout autour de lui où pouvait se trouver la sortie. C'est alors qu'au détour d'une allée, nous nous retrouvions face à une porte. Je lâchais un soupir de soulagement, heureux d'avoir trouvé la sortie, puis poussais la porte pour l'ouvrir, en vain. Elle était bloquée. Je ne remarquais qu'après qu'il y avait une serrure juste sous la poignet.

« -Youpi, il nous faut une clef en plus. Bon bah, cherchons...Hmm... Comment retrouver cet endroit une fois la clef en main ? »

Je regardais le sol qui avait remplacé le vide et le gratta avec mon pied.

« -Oz, tu peux utiliser Éclair sur le sol ? »

Le Pokémon obéit et envoya un éclair sur une petite surface du sol. Une marque noir du à la chaleur de l’électricité apparut. Parfait, c'était bel et bien de la terre, Oz pouvait la faire cramer et laisser des traces au sol pour que l'on puisse reconnaître notre chemin.
Nous faisions donc demi-tour et je demandais à Oz de marquer le sol régulièrement, un peu à la manière dont je modifiais des détails dans le souterrain.
Au bout d'un moment, nous arrivions devant un cul-de-sac. Je pensais être arrivé à notre point de départ, mais un petit trou au pied du mur me fit comprendre le contraire. Je me baissais pour essayer de regarder dedans mais ne vis rien.

« -Hmm... Je crois bien que tu vas devoir y aller sans moi Oz. »

Le Pikachu tressaillit un petit instant, ne voulant sûrement pas se retrouver seul dans cet endroit étrange, avant de se glisser sous le trou. A peine quelques secondes après, j'entendais une exclamation heureuse venant du petit Pokémon qui ressortait avec une clef dans la bouche.

« -Bravo ! Super, il nous reste plus qu'à ouvrir cette porte....»

Grâce au marquage d'Oz, nous retrouvions vite la porte en question. Sans attendre, je glissais la clef dedans et la tournais. La porte s'ouvrit, et une lumière aveuglante m'éblouis.

« -Bien, tu as su utiliser ton Pokémon pour t'en sortir ! Ce n'était pas très compliqué, mais cela permet de commencer à créer des liens avec ton Pokémon. Même si tu en as déjà ! »

Je me réveillais en sursaut. J'étais par terre, dans un couloir humide et poisseux des souterrains. Je me relevais et regardais partout autour de moi. Seul Oz était à mes côtés et se réveillait à peine, aucune trace du psychologue fou et de son Pokémon. Je tapotais la tête du Pikachu.

« -Bien.... Sortons d'ici qu'on puisse enfin trouver des gens normaux ! »

....

« -Zut, mais elle est où cette sortie ? »

Oz éclairait les couloirs sombres depuis mon épaule, me permettant de voir aisément les alentours. Hélas, cela ne suffisait pas pour retrouver la sortie. Toutes les marques et indices que j'avais laissé au sol avait mystérieusement disparu, et même des détails tout bêtes du décors s'étaient comme éclipsés. Cela ne voulait dire qu'une seule chose... Nos corps avaient été déplacés pendant que l'on dormait. Je frémissais en pensant à tous ce qu'aurait pu faire Voodoo pendant notre inconscience...
Chassant ces mauvaises idée de mon esprit, je décidais de m'asseoir contre un mur histoire de faire une petite pause. Oz descendit sur mes genoux avant de se faire grattouiller le cou affectueusement. Je souris en voyant l'expression satisfaite du Pokémon et appuyais ma tête contre le mur. Une pierre se trouvant juste derrière bascula vers l'arrière, causant l'effondrement du mur sur lequel je m'appuyais. Je basculais en arrière et, après quelques roulades, me retrouvais dans une énorme salle dallé. Oz avait sauté juste avant mes galipettes et me rejoignais à quatre pattes. Je me relevais douloureusement et regardais la salle dans laquelle je venais d’atterrir dans sa globalité.

« -Allons bon, où suis-je encore tombé ? »

J'avais atterri dans une pièce rectangulaire. Comme je l'avais déjà précisé, le sol était dallé, de petites pierres dont la forme triangulaire était insolite et plutôt rigolote. Je devinais rapidement que le lieu était très ancien, et certaines dalles étaient recouvertes de mousse, d'autres avaient carrément disparus, laissant place à de la terre humide. Les murs étaient formés par des briques rectangulaires tout à faits irrégulières : les personnes ayant aménagés ce lieu avaient pris ce qu'ils avaient sous la main. Des poutres en bois moisis étaient disposés de façon un peu aléatoire partout dans la pièce afin de maintenir le plafond, même si un regard suffisait pour comprendre qu'un simple coup de pied dedans suffirait à les faire tomber.
Dans les murs étaient parfois incrustés des grandes ellipses creuses en acier. Je ne voyais absolument pas l'utilité de ceci, puisque ça n'avait aucun intérêt pratique ou esthétique. En m'approchant un peu, je remarquais que des gravures avaient été faites dessus, mais que le temps les avait pratiquement effacé malgré l'isolement du lieu qui devait logiquement permettre une certaine conservation. Il y avait également une porte dont le bois avait pourri dans un coin de la pièce. Elle était trouée de toute part à cause de planches ayant étaient cassés, sûrement en donnant des coups pour l'ouvrir. Il n'y avait pas de poignée et un loquet difforme et rouillé était encastré dans la pierre. Je ne savais pas que ce genre de détail existait jadis, la preuve que malgré le temps qui passes, nous gardons quand même des technologies viellent de centaines, voir même de milliers d'années.
Au pied de cette porte, se trouvaient ce qui s'apparentaient à un marteau et un burin tous deux rouillés. Je les prenais et décidais d'essayer de retirer l'un des socles ovales encastrés dans les murs en glissant le burin sous l'objet puis en enlevant la roche tout autour. Utilité ? Aucune, j'avais juste envie de fouiller un peu. L'endroit était curieux et, quitte à perdre du temps à chercher la sortie, autant le perdre à faire quelque chose. Cependant, arrivant à grattouiller à peine quelques centimètres de roche, je décide de laisser tomber et abandonnais les outils sur place. Ils étaient rouillés de toute façon, je ne vois pas leur utilité.
Ma curiosité m'envoya alors explorer l'autre côté de la porte. En voulant la pousser, ma main passa littéralement à travers le bois tellement celui-ci était moisi. Surpris un instant, je finis par la dégager d'un coup de pied puis m'enfonça dans un étroit couloir. Il était creusé dans la terre brut et avait été négligé, il n'y avait pas de dalle que ce soit au sol ou au mur. La terre était creusé de façon irrégulière et l'épaisseur du couloir pouvait varier jusqu'à un mètre en quelques secondes. Enfin, je finis par déboucher dans une autre salle à peu près identique que la précédente. Les sculptures sur les murs avaient disparus, le sol et les murs étaient à nouveau dallés, avec toujours cette étrange fore triangulaire pour la terre.
Oz qui me suivait en sautillant gaiement depuis tout à l'heure s'amusait à gratter à droite et à gauche, lui aussi intrigué par l'endroit. Lorsqu'il me rejoint dans cette seconde salle, il illumine le fond de la pièce qui était resté plongé dans le noir. J'eus alors un peu de mal à discerner l'objet qui se trouvait au fond... Quelque chose d'une blancheur incroyable était en effet posé au bout de la salle. La lumière engendré par Oz reluisait cependant dessus et m'éblouissait. Je m'approchais, mon cœur battant la chamade. Qu'était-ce ? Quel objet d'époque était capable de refléter la lumière dans un tel éclat de blancheur ? Était-ce un trésor fabuleux ? Un objet inconnu et insolite, dont seul les anciens habitants de ce lieu connaissaient les rudiments ? J'avançais de plus en plus, la forme de l'objet était de plus en plus visible, elle se découpait du reste de la pièce, contrastant avec les couleurs poisseuses des pierres et de la terre....
J'arrivais devant. L'objet était là, en face de moi. Je n'en revenais pas. Mes yeux ne voyaient pas ça, c'était impossible, j'avais une hallucination. Une telle chose dans un tel lieu, c'était inimaginable, impensable... J'étais dingue !
Une cuvette ! Il y avait une cuvette de toilette au fond de ces p**** de souterrain ! Comment ?! Pourquoi ?! Par quel magie ceci s'était retrouvé là ! En plus elle était toute propre, d'une blancheur éclatante, comme si elle sortait d'un magasin !
Déboussolé, je me laissais tomber sur le dos. Tomber des nues, même. Oz vint alors vers moi et frotta sa tête contre mon genoux.

« -Qu'est-ce qu'il y a Oz ? Tu as trouvé quelque chose ? »

@Eques sur Never-utopia.


Dernière édition par Ginji Labelvi le Mar 17 Juin - 16:30, édité 1 fois



« Adieu. Et sache désormais... Que tu m’es insignifiant. »
Potiron
https://pokemoncommunity.forumactif.org
https://pokemoncommunity.forumactif.org
Icon : Une académie de dingue Amj0Bjs
Taille de l'équipe : 0
Région d'origine : Kalos
Âge : 5 ans
Niveau : 0
Jetons : 0
Points d'Expériences : 2860
Une académie de dingue Amj0Bjs
0
Kalos
5 ans
0
0
2860
pokemon
Une académie de dingue Amj0Bjs
0
Kalos
5 ans
0
0
2860
Potiron
est un Annonceur
Le membre 'Ginji Labelvi' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'CHASSE' : 2
Sir Trouille
Icon : Une académie de dingue CeOUB4f
Région d'origine : -
Âge : -
Niveau : 0
Jetons : 0
Points d'Expériences : 13090
Une académie de dingue CeOUB4f
-
-
0
0
13090
pokemon
Une académie de dingue CeOUB4f
-
-
0
0
13090
Sir Trouille
est un PNJs
RP - Oulala, de très grands postes. (D'ailleurs au début, il y avait de nombreux postes et j'ai du te demander de tout rassembler en deux) Ces RP relatent l'arrivée de Ginji et ne sont pas immédiatement centré sur la fouille. Du coup, je ne peux prendre en compte que les passages qui s'y intéressent au minimum. On découvre petit à petit sa rencontre avec quelques PNJ. Au final, la fouille commence au moment où le psychologue le force en quelque sorte à faire des fouilles en étant paumé dans le labyrinthe (pas sympa xD) RP très original.

Tu obtiens la CT Rayon Charge et l'élastique appartenant au Général Jackie.
Ginji Labelvi
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t780-c-est-par-la-la-sortie-oups-je-suis-alle-trop-vite
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t799-ginji-labelvi-voltali
Icon : Pikachu Explorateur, à votre service !
Taille de l'équipe : 25 / 31
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 20 ans
Niveau : 100
Jetons : 1587
Points d'Expériences : 4235
Pikachu Explorateur, à votre service !
25 / 31
Sinnoh
20 ans
100
1587
4235
pokemon
Pikachu Explorateur, à votre service !
25 / 31
Sinnoh
20 ans
100
1587
4235
Ginji Labelvi
est un Topdresseur Spé. Type
Ginji Labelvi
      Rp solo



« Une académie de dingue [FLASHBACK] »


Le Pokémon tenait une espèce de disquette dans sa bouche. Je la pris en lui caressant la tête et lisait l'inscription marqué dessus. C'était une CT ! Rayon Chargé en plus... Elle peut mettre très utile pour mes Pokémons electriks ! J'étais vraiment content. Comme quoi, malgré les événements de la journée, elle se terminait plutôt bien. Enfin, encore faut-il trouver la sortie...
Je me relevais et, laissant les toilettes derrière moi, fis demi-tour pour retourner dans les couloirs étroits des souterrains. Je rentrais Oz dans sa Pokéball et, me servant de la lampe gentiment prêté par le Collectionneur, je cherchais un moyen de sortir d'ici. Honnêtement, je n'en voyais pas, mais c'est pas comme si j'avais le choix.
Des petites gouttes ne cessaient de tomber sur le sol. Je ne sais pas comment l'eau réussissait à pénétrer si profondément sous terre … Ah moins que justement, j'étais en train de remonter. Je l’espérais de tout cœur en tout cas, je commençais sérieusement à en avoir marre de cet endroit poisseux et humide.
Au fur et à mesure que j'avançais, la lumière de ma lampe faiblissait. Génial, manquait plus qu'elle s'éteigne... Quoi de mieux que d'avancer dans un labyrinthe souterrain dans le noir, remplit de psychopathe ? A peu près tout ce qu'il y a sur cette planète. Je devais peut-être remettre en question mon admission dans cette académie... Après tout, les gens y sont tellement barjos qu'ils ne remarqueraient peut-être même pas que je suis parti. D'un autre côté, vu le coût excessif de l'entrée, je devais sûrement m'attendre à de la qualité... Et puis, je ne veux pas avoir bossé pendant trois ans pour rien, ça serait du temps et de l'argent gâché.
Ma lampe finit par s'éteindre. Oz dort, et je suis obligé de parcourir les souterrains à tâtons. Je ne voyais absolument rien et je me prenais souvent les pieds ou les doigts dans des obstacles, me faisant alors très mal.
Et puis mes pieds percutèrent quelque chose. Je les posais dessus et remarquais qu'autre chose était posé dessus, et ainsi de suite. Les escaliers ! J'approchais de la sortie !
Je montais les marches presque en courant, en me vautrant à quelques reprises, pour finir par les monter à quatre pattes, c'était beaucoup plus rapide.
Ma tête percuta alors une porte qui s'ouvrit aussitôt. Une lumière aveuglante m'éblouit tandis que j’atterrissais sur le sol, soulagé. Enfin, j'étais liiiiiiiibre ! Je me levais d'un bond et, après m'être habitué à la lumière du jour, sortis Oz.

« -Allé, viens profiter toi aussi ! »

Le Pikachu secoua la tête avant de regarder les alentours de la Pokémon Communtiy. Bientôt, ce lieu nous sera familier, et nous vagabonderons comme bon nous semble !
Crevé, j'allais m'asseoir sur le banc le plus proche de nous. Je me laissais tomber dessus en lâchant le plus grand des plus longs des soupirs. Je laissais Oz grimper sur mes genoux et lui caressais la tête. J’espérais qu'ensemble, nous pourrions aller loin... Très loin ! Il sera mon partenaire jusqu'au titre de champion d'arène.. Même plus, jusqu'au titre de membre du conseil 4 ! Grâce à lui, et tous mes futurs Pokémons, nous vaincrons Tanguy et je lui prouverais que je ne suis plus le garçon pleurant dans l'ascenseur !
Oui, je peux le faire !

@Eques sur Never-utopia.



« Adieu. Et sache désormais... Que tu m’es insignifiant. »
pokemon
Contenu sponsorisé
est un
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum